Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective"

Transcription

1 Étude Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective Sous-commission sur l expérience en assurance collective de personnes Octobre 2011 Document This document is available in English 2011 Institut canadien des actuaires

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 GOUVERNANCE DU PROJET... 3 TERMINOLOGIE... 4 PORTÉE DE L ÉTUDE... 6 CONCEPTS DIRECTEURS... 7 Utilisations prévues... 7 Contrat type... 8 VALIDATION DES DONNÉES... 9 Sinistres pour services administratifs seulement... 9 Autres activités de validation... 9 CARACTÉRISTIQUES DES DONNÉES Nombre de sinistres Âge et sexe Concentration Définition de l invalidité Durée des prestations Délai de carence Année d incidence État de la cessation Répartition provinciale Prestations mensuelles CONSTRUCTION DES TABLES Base de la construction Graduation Mise à l essai de la graduation Structure des tables COMPARAISON AVEC D AUTRES TABLES Méthodologies ICA Table GLTD de Krieger Tables d assurance-vie du Canada RPC/RRQ VARIATIONS Méthodologie Province Montant des prestations Année d expérience Cause d invalidité Assureur MISES EN GARDE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

3 INTRODUCTION La présente étude sur les taux de cessation en assurance collective d invalidité de longue durée (ILD) émises au Canada est une réalisation de la Sous-commission sur l expérience en assurance collective de personnes («la sous-commission») de la Commission de recherche de l Institut canadien des actuaires (ICA). Les plus récentes tables graduées publiées témoignent de l expérience de la période de 1988 à Ce projet vise à produire des tables fondées sur une expérience plus récente. Voici quels étaient les objectifs spécifiques : produire des taux de cessation (taux distincts selon qu il s agit d un décès ou d un rétablissement) selon le sexe, l âge à l invalidité (par groupes d âges) et la durée de l invalidité, ainsi qu une analyse des écarts selon les régions; comparer l expérience relative aux demandeurs qui touchent des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) ou du Régime de rentes du Québec (RRQ) et celle liée aux demandeurs qui n en reçoivent pas; établir une comparaison analytique par rapport à l étude précédente. L ICA a fait appel aux cabinets Fraser Group et Denis Garand et Associés pour assurer la gestion de l étude. Il leur a confié le mandat que voici : recueillir des données et les valider; analyser les données groupées; produire des tables de taux de cessation à l aide des méthodes actuarielles reconnues; préparer de la documentation pertinente, notamment le présent rapport. La demande initiale de données aux fins de l étude a été diffusée en mai 2009, les données devant être déposées au plus tard le 31 août La collecte de données initiales a en fait pris fin en décembre Pendant le processus de validation des données, plusieurs assureurs ont fourni des données supplémentaires pour combler des lacunes. Dans un cas, il fut nécessaire que l assureur dépose de nouvelles données. La compilation de toutes les données validées soumises s est terminée à la fin de novembre GOUVERNANCE DU PROJET Président de la Commission de recherche : Marc-André Belzil. Anciens coprésidents de la Commission de recherche ayant participé à l élaboration de la présente étude : Marc-André Melançon et Cathy Shum-Adams. Membres de la Sous-commission sur l expérience en assurance collective de personnes : Peter Douglas (président), Donald Blue, Isabelle Bouchard, Erin Crump, Alain Dagneault, Réjean Dion, Ron Hoskins, Candice Hung, Micheline Lafond, Cindy Lau, Stella-Ann Ménard, Wayne Morris, Debra Shelley et Michel Simard. Anciens membres de la sous-commission n en faisant actuellement pas partie, mais ayant participé à l élaboration de la présente étude : Joel Cornberg, Nathalie Laporte et Stéphane Levert. 3

4 Sociétés d assurance ayant présenté des données Assomption, Compagnie mutuelle d assurance-vie; Compagnie d assurance-vie Croix Bleue du Canada; Co-operators, Compagnie d assurance-vie; Desjardins Sécurité financière assurance-vie; L Empire, Compagnie d assurance-vie; L Équitable, Compagnie d assurance-vie du Canada; Great West, Compagnie d assurance-vie; Industrielle Alliance, Assurance et services financiers; La Capitale, Assurance et services financiers; Financière Manuvie; Pacific Blue Cross (assurance-vie Colombie-Britannique); Compagnie d assurance-vie RBC; SSQ Groupe financier; Compagnie d assurance Standard Life; Compagnie d assurance Sun Life; La Compagnie mutuelle d assurance-vie Wawanesa. Ces 16 sociétés représentaient environ 99 % du marché canadien des contrats d assurance invalidité de longue durée pendant la période visée par l étude. Équipe du projet L ICA a fait appel aux cabinets Fraser Group et Denis Garand et Associés pour assurer la gestion de l étude. Les chefs du projet étaient Ken Fraser et Denis Garand. L équipe comprenait également Donna Swiderek, qui s est occupée de valider les données, et John Wipf, qui a calculé les expositions et les cessations à partir de la base de données, mis au point les tables analytiques et collaboré à la mise à l essai de la graduation. Enfin, l équipe a eu la chance de pouvoir compter sur l aide de Peter Muirhead, qui a joué un rôle important dans la production des études précédentes de l ICA sur les taux de cessation d ILD. Peter a élaboré les méthodes de graduation utilisées dans le cadre de ce projet. Remerciements spéciaux Un merci spécial à Michel Montambeault et au Bureau de l actuaire en chef du Bureau du surintendant des institutions financières du Canada pour la table des taux de cessation propre au RPC qu ils ont fournie à des fins de comparaison. TERMINOLOGIE Cette section explique plusieurs termes clés utilisés tout au long de la présente étude. SAS signifie services administratifs seulement, en référence aux arrangements par lesquels les sociétés d assurance gèrent les programmes de prestations mais n assument aucune responsabilité financière à l égard des prestations qui sont autoassurées par le promoteur du régime (employeur). 4

5 ILD signifie assurance invalidité de longue durée. Dans la présente étude, le sigle fait exclusivement référence à la garantie offerte sur une base collective. Cette question est abordée de façon plus détaillée à la rubrique PORTÉE DE L ÉTUDE. Toute occupation et propre occupation font référence aux définitions de l invalidité utilisées dans le contrat d assurance ILD. Pour propre occupation, l invalidité se définit comme étant l incapacité du demandeur d exécuter les fonctions essentielles de sa propre occupation et pour toute occupation, l incapacité du demandeur d exécuter les fonctions de toute occupation pour laquelle l employé possède la formation, les études ou l expérience nécessaires. Changement de la définition de l invalidité (CDI) fait renvoi à la disposition de la plupart des contrats d assurance ILD en vertu de laquelle la définition d invalidité passe de propre occupation à la plus stricte toute occupation après une période d invalidité initiale (souvent deux ans). Ainsi, une personne peut être admissible à des prestations d invalidité pendant un certain temps puis ne plus y être admissible même si les preuves d ordre médical ou professionnel n ont pas changé. Exposition a son sens actuariel habituel et s entend des sinistres qui sont actifs et donc «exposés» à une cessation éventuelle. Dans le présent rapport, les quantités d exposition sont exprimées en «années-vie» 1, année-vie représentant un sinistre-invalidité actif depuis 12 mois. L exposition se quantifie sous forme de nombre de sinistres (plutôt que sous forme de montant des prestations). Ainsi que mentionné dans le rapport, le quantum utilisé dans le calcul de l exposition peut être des mois, des années ou des fractions de mois ou d années. Cessation s entend de tout événement éventuel qui met fin à un sinistre autrement actif. Ainsi, un sinistre qui prend fin une fois la période maximale de prestations atteinte (p. ex., à l âge de 65 ans) n est pas une cessation. Dans le présent rapport, le mot cessation comprend la mortalité et le rétablissement (voir ci-après). Mortalité fait renvoi aux cessations par suite du décès du demandeur. Il y a une différence subtile mais importante entre l utilisation de ce terme dans la présente étude et ailleurs. Dans la plupart des études actuarielles, un événement de mortalité pendant une période donnée veut dire que la personne assurée est décédée pendant cette période. Ce n est pas nécessairement le cas avec les cessations d assurance ILD. Dans les contrats prévoyant des prestations de survivant, le sinistre demeurera actif pendant plusieurs mois après le décès du demandeur. Il faudrait donc interpréter le terme mortalité comme signifiant que le sinistre a pris fin ET que la cessation est attribuable au décès (deux événements distincts et pas nécessairement contemporains). Le terme rétablissement est utilisé dans le présent rapport pour désigner toute cessation qui n est pas attribuable à la mortalité. Même si ce terme comprend le sens en langage simple (c.-à-d., les demandeurs se sont médicalement rétablis de leur blessure ou maladie et ont repris le travail), le rétablissement implique également, dans la présente étude, une situation où la société d assurance a mis fin à un sinistre (pour une raison autre que le décès). Il s agit notamment de scénarios de changement de la définition de l invalidité où le demandeur n est plus admissible conformément à une définition plus stricte de l invalidité et de situations où les demandeurs abandonnent un sinistre en ne soumettant pas l information requise et où la société d assurance détermine que les preuves ne justifient pas la poursuite du versement des prestations. 1 Dans d autres études sur la cessation des contrats d invalidité, les expositions ont été mesurées en «mois-vie». 5

6 La base de données de l étude correspond à l ensemble des données sur les sinistres qui ont été acceptées dans le cadre de l étude. Pour diverses raisons techniques, des sous-ensembles de cette base de données ont été utilisés dans la plupart des analyses, y compris la construction des tables de cessation. Dans la plupart des cas, cependant, les exclusions étaient négligeables. La sous-commission s entend de la Sous-commission sur l expérience en assurance collective de personnes de la Commission de recherche de l Institut canadien des actuaires. PORTÉE DE L ÉTUDE Dans cette section, le cadre conceptuel de l étude est établi. Titulaires de polices Seuls les groupes employeur-employés canadiens, assurés et contrats SAS 2. o Sont inclus : association sectorielle ou polices à plusieurs employeurs; caisses sociales des syndicats. o Sont exclus : polices d assurance-crédit; polices de groupes à affinité; groupes couvrant des employés non Canadiens. Dispositions de garantie excluent les polices dont les prestations sont payables pendant deux ou cinq ans 3 ; incluent les prestations payables pendant au moins 10 ans et les prestations payables jusqu à un certain âge (habituellement 65 ans); définition de l invalidité, propre occupation ou toute occupation. Sinistres à déclarer Tous les sinistres dont la date d invalidité précède le 31 décembre 2008 et qui étaient «en versement» pendant toute période comprise entre le 1 er janvier 2004 et le 31 décembre Un sinistre est «en versement» pendant une période si le sinistre avait été approuvé par l assureur et que le demandeur a droit de recevoir un versement à l égard de l invalidité pendant cette période. Cette définition comprend les situations où : le versement réel est réduit à zéro, car il est intégré à d autres prestations; les versements sont retenus pour compenser pour des versements excédentaires précédents. 2 Même si les contrats SAS étaient pris en compte dans le cadre conceptuel de l étude, les sinistres SAS ont été exclus en bout de ligne pour des considérations d ordre méthodologique. Se reporter à la rubrique VALIDATION DES DONNÉES. 3 En dépit de cet élément de la demande de données, les polices avec des prestations de deux ou cinq ans ont été incluses dans la base de données de l étude, mais l exposition a pris fin un an avant la cessation des prestations ainsi que décrit à la rubrique CONSTRUCTION DES TABLES (page 15). 6

7 Sinistres récurrents Lorsqu un sinistre est jugé «récurrent» aux termes de la définition énoncée dans la police, plusieurs périodes d invalidité peuvent se rapporter au sinistre. En règle générale, les polices exigent que les périodes d invalidité découlent d une même cause et qu elles ne soient pas interrompues par des périodes de retour au travail de plus de six mois. En vertu des protocoles de l étude, ces sinistres récurrents devraient être déclarés sous un seul enregistrement, en utilisant la date initiale d invalidité et la date de cessation la plus récente. En revanche, si une personne a connu plusieurs périodes d invalidité qui ne sont pas définies comme étant «récurrentes» (en raison de causes diverses, par exemple), un enregistrement distinct serait produit pour chacun des sinistres. Sinistres selon les prestations partielles ou résiduelles Dans les instructions concernant la collecte de données, il était mentionné qu il fallait inclure les demandeurs si au départ, ils répondaient à la définition de l invalidité totale fondée sur toute occupation ou propre occupation. CONCEPTS DIRECTEURS Utilisations prévues Pour construire une table à partir de données brutes, il faut prendre des décisions au sujet de bien des questions pratiques et des objectifs techniques concurrents génèrent souvent une certaine tension. Voilà pourquoi il est utile de mentionner les utilisations prévues qui ont guidé l équipe du projet. Voici les utilisations en question : évaluation par les sociétés d assurance du passif des sinistres d assurance ILD en cours au Canada dans les états financiers; calcul par les sociétés d assurance du passif des sinistres dans la comptabilisation d expérience pour quelques titulaires de polices; utilisation par les sociétés d assurance dans la détermination des tarifs types des prestations des contrats d assurance ILD collective; évaluation par les promoteurs de régimes autofinancés du passif des sinistres d assurance ILD en cours au Canada dans les états financiers 4. Il y a lieu de reconnaître que la table peut aussi être utilisée dans d autres contextes qui n ont pas été explicitement pris en compte dans le cadre du projet. En particulier, nous soulignons que les taux de mortalité indiqués dans le présent document pourraient être utiles aux fins de la tarification d une disposition d exonération des primes d assurance-vie collective et de l établissement d une provision à cette fin quand la définition de l invalidité est conforme aux dispositions d un contrat d assurance ILD collective. Nous n avons aucune raison de dissuader les utilisateurs de le faire, mais nous tenons à signaler que cette utilisation n était pas prévue dans le mandat officiel de l étude. 4 Cependant, ainsi que souligné ailleurs dans le rapport, les sinistres découlant des contrats autofinancés (SAS) n ont pas été pris en compte dans la préparation des tables. 7

8 Contrat type Nous estimons que les utilisateurs devraient être en mesure d interpréter les tables publiées comme représentant la valeur prévue d un scénario du monde réel identifiable. Spécifiquement, il faut donc que les valeurs de la table ne représentent pas des moyennes d une distribution bimodale. Nous avons donc articulé un scénario type pour lequel la table peut être considérée comme cadrant la mieux. Les éléments de ce modèle comprennent : régimes d avantages du personnel; employés canadiens; groupes de diverses tailles; niveaux d adhésion élevés; émission garantie avec souscription excédentaire; délais de carence de quatre à six mois; prestations payables jusqu à 65 ans; taux de remplacement élevés, mais inférieurs à 100 %; définition d invalidité fondée sur la propre occupation pendant deux ans; dispositions générales de l industrie pour l invalidité récurrente, limites de toutes les sources, réadaptation, etc.; pratiques types de l industrie en matière de gestion des sinistres telles que l intervention précoce. Étant donné que les sinistres acceptés dans le cadre de l étude ont été filtrés, nous devons également préciser que la gestion des sinistres dans ce scénario type ne comprend pas la pratique relative aux règlements sous forme de montant forfaitaire. Les utilisateurs sont donc avertis de la nécessité d envisager des ajustements face à une situation qui varie considérablement du scénario type, par exemple, de longs délais de carence et des dispositions variantes des contrats. Il ne s agit pas de laisser entendre que toutes les expositions dans le cadre de l étude étaient tout à fait conformes à la conception du régime type, mais que l équipe du projet s est attardée à gérer les expositions de manière à éviter des asymétries par rapport au modèle. Par exemple, bien que nous ayons pris en compte les expositions sur les régimes avec des prestations jusqu à 60 ans, nous avons utilisé seulement les expositions jusqu à 59 ans afin d éviter des anomalies associées aux derniers mois des prestations. La définition de l invalidité est la question qui nous a le plus préoccupés. La différence entre les prestations fondées sur la propre occupation et celles fondées sur toute occupation est significative, ainsi que l indiquent les sauts évidents au chapitre des données brutes concernant les cessations aux mois 24 et 28 et à d autres périodes. Jusqu au mois 24, il est indéniable que pratiquement toute l expérience sous-jacente porte sur la propre occupation. Au-delà de 30 mois, nous savons que les prestations fondées sur toute occupation constituent la norme qui prévaut dans l industrie. 8

9 Cependant, il y a eu d autres sauts aux mois 36 et 48, sous l effet des groupes avec des délais de carence de 12 et 24 mois, suivis d une garantie fondée sur la propre occupation de deux ans. L équipe du projet est parvenue à repérer et supprimer un petit nombre de groupes représentant la majeure partie des cessations supplémentaires à 48 mois. Il importe toutefois de souligner que les données comportent toujours un petit nombre de sinistres avec un changement de la définition de l invalidité atypique à pratiquement chaque durée de 30 à 60 mois. Nous avons eu recours au processus de graduation pour régler ces distorsions mineures. VALIDATION DES DONNÉES Sinistres pour services administratifs seulement Les sinistres des contrats pour services administratifs seulement (SAS) ont été pris en compte dans la conception initiale de l étude et dans la collecte de données. La sous-commission a toutefois finalement décidé d exclure les sinistres pour SAS de l étude. Il aurait été utile de se pencher sur les différences entre les polices d assurance et les contrats de SAS, mais il aurait été difficile de généraliser à partir des données disponibles, et ce pour deux raisons : l exposition disponible était limitée; l exposition était attribuable, en majeure partie, à un seul assureur. Nous avons aussi jugé qu il ne serait pas convenable de publier des conclusions même spéculatives qui pourraient révéler des données exclusives provenant d un assureur participant. L asymétrie significative dans le marché est illustrée dans la table suivante. L asymétrie a été amplifiée dans l étude, puisqu un assureur important n a pas intégré les sinistres des contrats SAS dans les données qu il a soumises. Table 1 Statistiques sur les contrats de SAS Statistiques du marché 5 Données initiales soumises Contrats de SAS en % de l univers total des contrats d ILD 15 % 13 % Assureurs déclarant les contrats de SAS 8 7 Proportion du total des contrats de SAS détenue par le plus important assureur participant Autres activités de validation 60 % 70 % Les gestionnaires du projet ont passé en revue toutes les données soumises afin de vérifier si elles étaient exhaustives et conformes aux normes prévues. Dans bien des cas, des données supplémentaires ont été sollicitées auprès des participants. Dans un cas, il fut nécessaire que l assureur fournisse de nouvelles données. 5 Fraser Group, Group Universe Report, année de données

10 Certains sinistres soumis n ont pas été intégrés à la base de données de l étude, notamment : les sinistres ayant pris fin avant la période visée par l étude; les sinistres dont la date d invalidité est postérieure à la période visée par l étude; les sinistres sans versement en espèces et sans indication d intégration; les sinistres en litige; les sinistres réglés par versement d une somme forfaitaire. CARACTÉRISTIQUES DES DONNÉES Nombre de sinistres Nous avons accepté dossiers de sinistres aux fins de l étude, dont (33 %) en provenance du Québec et (67 %) en provenance du reste du Canada. Au chapitre du nombre de sinistres, le Québec est surreprésenté par rapport à sa part de l ensemble de la population canadienne, soit 33 % des sinistres contre environ 25 % de la population canadienne. Cependant, la proportion des expositions et des décès du Québec se rapproche de sa part de la population. Table 2 Statistiques issues de la base de données de l étude Sinistres Exposition Cessations Décès Rétablissements (vie-années) Québec Hors Québec Québec 33 % 24 % 41 % 25 % 43 % Hors Québec Âge et sexe 67 % 76 % 59 % 75 % 57 % L âge moyen à l invalidité aux fins de toute l étude était de 46,2 ans (45,2 pour les femmes et 47,2 pour les hommes). Les demandeurs du Québec étaient un peu plus jeunes que ceux hors Québec. Table 3 Âge moyen selon le sexe et la région Québec Hors Québec Total Hommes 46,5 47,6 47,2 Femmes 44,3 45,7 45,2 Global 45,4 46,6 46,2 Table 4 Répartition des sexes selon la région Québec Hors Québec Total Femmes 51 % 53 % 52 % Hommes 49 % 47 % 48 % 10

11 La table ci-dessous indique l âge moyen à l invalidité des demandeurs devenus invalides pendant la période visée par l étude. Nous pouvons y constater une tendance à la hausse de l âge parmi les nouveaux demandeurs. Table 5 Âge moyen des nouveaux demandeurs selon l année d incidence Année Hommes Femmes Global ,0 45,1 46, ,1 45,2 46, ,5 45,6 46, ,8 45,9 46, ,7 45,8 46,7 Concentration La plus importante contribution unique de données comptait pour 26 % des sinistres et la plus petite, pour moins de 1 %. Les trois assureurs en tête de liste représentaient 69 % des sinistres à l étude. Les huit assureurs les plus importants (50 % du groupe participant) étaient responsables de 92 % des sinistres soumis. Définition de l invalidité Environ 95,5 % des sinistres cadraient avec la définition initiale fondée sur la propre occupation, les autres cadrant avec la définition fondée sur toute occupation. Il s agit d une estimation qui repose sur l information disponible dans 79 % des données. Ce ne sont pas tous les assureurs qui ont été en mesure de fournir cet élément de donnée. Durée des prestations Les prestations versées jusqu à 65 ans comptaient pour 97,2 % des sinistres et les prestations versées jusqu à 60 ans, pour 1,0 %. Le solde, soit 1,8 %, était réparti dans une large gamme de valeurs dont aucune n était supérieure à 0,1 % du total. Délai de carence La répartition des délais de carence est illustrée dans la table suivante. Le délai de carence le plus répandu était de quatre mois (47 %) puis de six mois (22 %). Table 6 Répartition des demandeurs selon le délai de carence Délai de carence (jours) Proportion des sinistres < 90 6,2 % ,3 % ,2 % ,2 % ,0 % ,4 % >375 2,6 % Total 100,0 % 11

12 Année d incidence La table suivante présente la répartition des sinistres utilisés pour les tables selon l année d incidence. Table 7 Répartition des demandeurs selon l année d incidence Année d incidence Proportion des sinistres Avant ,0 % ,5 % ,4 % ,4 % ,1 % ,6 % ,6 % ,3 % ,5 % ,7 % Total 100 % État de la cessation Pour les sinistres utilisés aux fins de la construction des tables, 52,3 % ont pris fin (5,3 % pour cause de décès et 47,0 % pour cause de rétablissement) et 7,8 % ont pris fin à la durée maximale des prestations. Les autres demandes (39,9 %) étaient toujours actives à la fin de la période visée par l étude. Répartition provinciale Une comparaison entre la répartition des demandes de règlement selon la province et la répartition en 2006 de la population active à temps plein au Canada est présentée dans la table ci-dessous. Il y a une distorsion dans la table en raison de la surreprésentation du Québec, puisque le taux d incidence des sinistres y est plus élevé. La deuxième table, qui exclut le Québec, indique que la répartition des sinistres est semblable à la population active à temps plein avec certaines variations mineures pouvant témoigner des différences entre les provinces au chapitre de la pénétration des prestations, de la répartition par âge et de la composition de l industrie. L exclusion des sinistres au titre des contrats de SAS pourrait aussi expliquer certaines des variations observées. 12

13 Table 8 Répartition des sinistres selon la province par rapport au nombre d emplois à temps plein Province Répartition des sinistres Travailleurs canadiens à temps plein* Table 9 Répartition des sinistres selon la province par rapport au nombre d emplois à temps plein (à l exclusion du Québec) Province Répartition des sinistres Travailleurs canadiens à temps plein Terre-Neuve-et- 1,5 % 1,5 % Labrador Île-du-Prince-Édouard 0,4 % 0,4 % Nouvelle-Écosse 3,0 % 2,9 % Nouveau-Brunswick 3,2 % 2,4 % Québec 33,2 % 24,6 % Ontario 34,7 % 40,1 % Manitoba 3,2 % 3,6 % Saskatchewan 2,3 % 2,8 % Alberta 9,3 % 9,5 % Colombie-Britannique 9,2 % 12,1 % Total 100,0 % 100,0 % *Statistique Canada, données de Terre-Neuve-et- 2,3 % 2,0 % Labrador Île-du-Prince-Édouard 0,6 % 0,5 % Nouvelle-Écosse 4,6 % 3,9 % Nouveau-Brunswick 4,8 % 3,2 % Québec Ontario 51,9 % 53,3 % Manitoba 4,8 % 4,8 % Saskatchewan 3,4 % 3,7 % Alberta 13,9 % 12,6 % Colombie-Britannique 13,8 % 16,1 % Total 100,0 % 100,0 % Prestations mensuelles La répartition des prestations mensuelles assurées (avant intégration) des dossiers de sinistres est illustrée ci-dessous. 13

14 Table 10 Répartition des sinistres selon le montant brut des prestations mensuelles Montant brut des prestations mensuelles Pourcentage des sinistres 0 $, mais moins de 500 $ 2,6 % 500 $, mais moins de $ 7,4 % $, mais moins de $ 18,0 % $, mais moins de $ 24,4 % $, mais moins de $ 18,7 % $, mais moins de $ 12,3 % $, mais moins de $ 6,6 % $, mais moins de $ 4,0 % $, mais moins de $ 2,2 % $, mais moins de $ 1,2 % $, mais moins de $ 0,6 % Toutes les autres 0,9 % Aucune donnée 1,1 % CONSTRUCTION DES TABLES Base de la construction Les données sources correspondaient aux données combinées soumises par tous les assureurs participants après les efforts de correction déjà décrits dans la présente étude. Les sinistres contribuaient habituellement à l exposition à partir du premier jour des prestations. Les sinistres cadrant avec la définition de l invalidité fondée sur la propre occupation et avec des délais de carence de plus de deux ans (de 599 à jours) ont été exclus de l exposition jusqu à 61 mois après la date d invalidité. Il s agissait d éliminer les soubresauts du changement de la définition de l invalidité à plus ou moins 48 mois et 60 mois. Même si les sinistres en cause étaient assez peu nombreux, ils étaient concentrés selon la région et le sexe et il a donc été jugé prudent d exclure l exposition anticipée. Pour la durée des prestations assurées autres que jusqu à 65 ans, l exposition a été créditée seulement jusqu à 12 mois avant la cessation des prestations ou 65 ans, selon la première éventualité. Par exemple, pour la durée des prestations jusqu à 60 ans, l exposition au-delà de 59 ans a été retirée. Une approche semblable a été appliquée aux prestations pour une période déterminée comme dix ans. L observation a pris fin 12 mois avant la cessation des prestations à moins que la durée maximale soit à tout le moins jusqu à 65 ans. Les sinistres reposant sur la définition fondée sur toute occupation, même s ils ne représentent qu une petite partie des sinistres, ont été pris en compte dans l exposition à compter de la fin du délai de carence. 14

15 L exposition a été calculée pour chaque mois pendant les cinq premières années (60 mois) et pour chaque année par la suite. Pour les sinistres en cessation (pour cause de décès ou de rétablissement), une période d exposition complète (mois ou année) a été créditée à l égard de la période pendant laquelle la cessation s est produite. Pour les autres sinistres, l exposition a abruptement pris fin aux extrémités et la période fractionnelle de l exposition qui convient a été créditée. Ces extrémités comprennent la fin de la période visée par l étude, l âge limite (p. ex., 65 ans) ou la cessation de l exposition pour des raisons méthodologiques. Les sinistres où la durée des prestations n était pas à 65 ans faisaient partie de cette dernière catégorie. L exposition pour ces sinistres a été créditée jusqu à un an avant la cessation des prestations ou l âge de 65 ans, selon la première éventualité. Dans la même veine, une fraction d une période d exposition a été créditée quand un sinistre survenait avant le début de la période visée par l étude, soit le 1 er janvier Les taux de cessation bruts ont été calculés pour des fourchettes d âge de cinq ans en divisant les cessations des sinistres pendant la période d observation par l exposition créditée pour ladite période. La première tranche d âge (âge moyen de 22 ans) repose sur les données concernant les personnes de moins de 24 ans. L âge est fondé sur l âge au dernier anniversaire. Graduation Les taux figurant dans les tables publiées ont été lissés aux fins de présentation. L approche générale consistait à lisser les taux bruts selon la durée et l âge pendant les 10 premières années de l invalidité. Après 10 ans d invalidité, les cessations et les décès n étaient plus présumés avoir un lien avec la durée de l invalidité mais seulement avec l âge atteint. Les tables pour les 10 premières années de l invalidité ont été déterminées séparément pour les hommes du Québec, les femmes du Québec, les hommes hors Québec et les femmes hors Québec. Après 10 ans d invalidité, les tables ont été séparées seulement pour les hommes et les femmes. Dans le cadre de la graduation, les taux ont été lissés entre la période sélecte (10 premières années d invalidité) et la période ultime (au-delà de 10 ans d invalidité). Le processus de graduation a permis de constater des paramètres qui réduisaient au minimum les erreurs au carré (carré de la différence entre les nombres prévus et les nombres réels). L approche de la graduation de base consistait à ajuster un ensemble de courbes exponentielles aux données. L approche a utilisé un agencement de deux courbes exponentielles en tenant compte du fait que les sinistres d assurance ILD combinent des sinistres à durées relativement longues et des sinistres qui durent relativement moins longtemps. Le modèle de graduation supposait également l existence d un décrément distinct lié au changement de la définition de l invalidité (CDI) fondée sur la propre occupation à l invalidité fondée sur toute occupation. Le modèle a supposé qu un taux de CDI était applicable à divers points de CDI. Une hypothèse a été formulée et utilisée, à savoir que les données présentaient des CDI se produisant aux 24 e, 27 e, 28 e, 30 e et 36 e mois. Cette composante a eu pour effet 15

16 d isoler les cessations «excédentaires» 6 l invalidité. Mise à l essai de la graduation attribuables au changement de la définition de Pendant la graduation, nous avons constaté que le nombre de cessations était beaucoup moins élevé les deux premiers mois suivant le délai de carence. Étant donné que dans la plupart des applications de la table les données sur les demandeurs vont au-delà des deux mois suivant le délai de carence, aucun ajustement n a été apporté pour tenir compte de ce phénomène. L ajustement s est fait au moyen du moteur de graduation (Graduation Engine), un chiffrier Excel. Une description technique complète est donnée à l annexe 1. Le chiffrier Excel est aussi disponible à des fins d examen. La mise au point des taux gradués a été un processus itératif. À chaque itération, nous avons évalué le caractère adéquat des taux ajustés à l aide de diverses méthodes, notamment : examen visuel des taux gradués exprimés en fonction des taux bruts; comparaison entre les cessations prévues (dans l ensemble et selon la mortalité/les rétablissements) et les cessations réelles; cette comparaison a été faite pour l ensemble de l étude et selon les segments de l âge et du sexe; comparaison entre les valeurs des réserves calculées en fonction des cessations prévues et celles calculées en fonction des cessations réelles; cette comparaison a été faite pour l ensemble de l étude et selon les segments de l âge et du sexe. Comme dernier test, une comparaison a été faite entre les taux recommandés et les taux produits au moyen d une autre méthode de graduation (plus simple) reposant sur des concepts différents 7. Structure des tables Les taux sont présentés séparément pour : le nombre total de cessations; les cessations attribuables au décès (mortalité); les cessations attribuables à d autres raisons (rétablissement). Les tables fournies se présentent en quatre sections divisées comme suit : Québec par rapport à hors Québec; femmes par rapport aux hommes. Chaque section renferme ce qui suit : Les valeurs sélectes des 120 premiers mois de l invalidité. Elles indiquent les règlements mensuels pour des groupes d âge de cinq ans (âge à l invalidité) pour les mois 4 à 60. Les 6 Les cessations excédentaires, c est-à-dire plus élevées que la normale, attribuables au décès, au retour au travail ou au refus du sinistre pour des raisons autres que le changement de la définition. 7 Spécifiquement, cette méthode consistait à mettre visuellement au point une courbe à partir de l agrégation des données pour tous les âges puis à ajuster cette courbe aux données de chaque groupe d âge au moyen de la méthode des moindres carrés. Des fonctions «spline» distinctes ont été appliquées pour les durées jusqu à 24 mois et après 30 mois avec interpolation entre les durées 25 et

17 règlements annuels sont fournis pour les cinq dernières années même si la table contient des valeurs mensuelles applicables à chaque période de 12 mois. Des tableaux distincts sont fournis pour les demandeurs du Québec et hors Québec et pour les demandeurs de sexe féminin (femmes) et de sexe masculin (hommes). Les valeurs ultimes pour les durées au-delà de dix ans. Ces valeurs sont fournies selon le sexe et l âge atteint et aucune distinction n est faite entre le Québec et hors Québec. Chaque section des tableaux comporte également des valeurs d ajustement pour tenir compte des cessations excédentaires au point de changement de la définition de l invalidité. Pour la plupart des applications, cet ajustement serait ajouté aux taux «de base» pour générer une table de travail. La version finale des tables est fournie dans un document distinct, le supplément des tables, disponible en format Excel. COMPARAISON AVEC D AUTRES TABLES Dans cette section, une comparaison est établie entre les taux de cessation élaborés dans le cadre de la présente étude et ceux publiés dans d autres tables. Une comparaison est faite avec deux tables conçues aux fins de l évaluation des prestations d assurance ILD. Étude sur la cessation de régimes d assurance collective d invalidité de longue durée au Canada ( ), Institut canadien des actuaires, 2010; Group Long-Term Disability (GLTD) Valuation Tables, Society of Actuaries, 1987 (en anglais seulement). Une comparaison est aussi faite entre l expérience de mortalité de la base de données de l étude et : 1970 Intercompany Life Waiver Mortality table (table Krieger) (en anglais seulement); les Tables de mortalité, Canada, provinces et territoires , Statistique Canada. Méthodologies Deux approches différentes ont été appliquées dans ces comparaisons. Pour comparer les deux tables d évaluation de l assurance ILD précédentes, un ratio des valeurs de la fonction de survie a été utilisé. La valeur de la fonction de survie (dans le contexte des taux de cessation des sinistres d invalidité) indique pour une certaine durée la proportion des demandeurs initialement invalides qui est toujours active 8. Aux fins des comparaisons dans la section suivante, les ratios déclarés comportent ce qui suit : la valeur de la fonction de survie pour la table dans la présente étude; la valeur de la fonction de survie pour la table dans l étude précédente. Un ratio inférieur à 100 % indique que les taux de survie dans la nouvelle table sont inférieurs (c.-à-d., taux de cessation plus élevés) que dans la table de comparaison et vice versa. 8 Par exemple, si le taux de cessation à la durée 1 est 0,10 et à la durée 2 est 0,20, alors la valeur de la fonction de survie à la fin de la durée 1 est 0,90 (1,00-0,10) et à la fin de la durée 2 est 0,72 (1,00-0,10)(1,00-0,20). 17

18 Pour la table de l ICA, les fonctions de survie sont élaborées séparément pour la mortalité et le rétablissement. Dans chacun des cas, la valeur de la fonction à une certaine durée représente la proportion de la population initiale qui serait toujours active si la mortalité ou le rétablissement était le seul décrément. Pour les comparaisons mettant en cause des tables de mortalité plutôt que de cessation, une analyse des données réelles par rapport aux données prévues a été utilisée. Ces comparaisons s appuient sur les résultats de mortalité provenant de la base de données par rapport aux résultats de mortalité prévus provenant de la table indiquée. ICA La structure de la table mise au point dans la présente étude est la même que celle de la plus récente table de l ICA portant sur la période Pour comparer les taux de base des deux tables, nous avons construit des fonctions de survie à l aide des taux de mortalité et de rétablissement des deux tables. Dans les ratios présentés ci-dessous, la table courante est le numérateur. La nouvelle table indique une légère amélioration de la mortalité (les taux de mortalité ont diminué). Les améliorations sont les plus prononcées aux durées plus longues et sont plus élevées chez les hommes que chez les femmes. La différence entre le Québec et hors Québec est minime. Les variations des taux de rétablissement sont beaucoup plus importantes. Les taux figurant dans la nouvelle table diffèrent considérablement de ceux de la table précédente. Les taux de rétablissement au Québec ont augmenté de manière importante tant pour les hommes que pour les femmes. À l extérieur du Québec, les taux de rétablissement ont augmenté de façon modérée chez les hommes, mais ont reculé considérablement chez les femmes. Les taux de CDI sont comparés directement, comme un simple ratio du nouveau taux (numérateur) et du taux précédent. Les nouveaux taux de CDI varient de façon importante par rapport à ceux de la table précédente. À noter que les taux de CDI de la table précédente étaient unisexes. 18

19 Table 11 Ratio des valeurs de la fonction de survie : Table par rapport à ICA Mortalité Québec Femmes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année 10 Moins de 25 ans 100 % 100 % 100 % 101 % 108 % ans 100 % 101 % 101 % 101 % 107 % ans 101 % 101 % 101 % 102 % 107 % ans 101 % 102 % 102 % 102 % 107 % ans 101 % 102 % 101 % 101 % 106 % ans 101 % 101 % 101 % 100 % 106 % ans 100 % 100 % 100 % 99 % 105 % ans 100 % 99 % 98 % 97 % ans 99 % 97 % 96 % Hors Québec Femmes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année 10 Moins de 25 ans 100 % 100 % 100 % 101 % 109 % ans 100 % 101 % 101 % 101 % 108 % ans 101 % 101 % 101 % 101 % 107 % ans 101 % 102 % 102 % 102 % 107 % ans 101 % 101 % 101 % 101 % 106 % ans 101 % 101 % 101 % 100 % 105 % ans 101 % 101 % 100 % 99 % 105 % ans 101 % 100 % 99 % 98 % ans 101 % 100 % 99 % Table 11 Québec Hommes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année 10 Moins de 25 ans 101 % 103 % 104 % 106 % 124 % ans 101 % 103 % 104 % 106 % 119 % ans 102 % 104 % 105 % 105 % 115 % ans 102 % 105 % 105 % 105 % 112 % ans 102 % 105 % 105 % 103 % 112 % ans 102 % 104 % 104 % 102 % 111 % ans 101 % 102 % 102 % 101 % 111 % ans 100 % 100 % 99 % 98 % ans 98 % 97 % 96 % 19

20 Table 11 (suite) Hors Québec Hommes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année 10 Moins de 25 ans 100 % 101 % 102 % 105 % 124 % ans 101 % 102 % 103 % 106 % 119 % ans 101 % 102 % 103 % 105 % 115 % ans 101 % 103 % 104 % 104 % 112 % ans 101 % 101 % 102 % 102 % 110 % ans 100 % 100 % 100 % 100 % 109 % ans 99 % 99 % 99 % 98 % 108 % ans 99 % 98 % 97 % 96 % ans 98 % 97 % 96 % Table 12 Ratio des valeurs de la fonction de survie : Table par rapport à ICA Rétablissement Québec Femmes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année 10 Moins de 25 ans 55 % 34 % 25 % 18 % 22 % ans 69 % 48 % 39 % 31 % 36 % ans 78 % 59 % 49 % 41 % 47 % ans 83 % 64 % 54 % 47 % 53 % ans 84 % 66 % 57 % 51 % 56 % ans 82 % 66 % 58 % 53 % 57 % ans 80 % 65 % 58 % 55 % 58 % ans 77 % 64 % 60 % 58 % ans 75 % 65 % 64 % Hors Québec Femmes mois 12 mois 24 mois 36 année 5 année % 109 % 97 % 89 % 107 % Moins de 25 ans ans 151 % 161 % 155 % 149 % 175 % ans 165 % 189 % 187 % 181 % 207 % ans 167 % 193 % 192 % 186 % 208 % ans 161 % 182 % 180 % 176 % 193 % ans 149 % 163 % 160 % 158 % 170 % ans 136 % 140 % 137 % 136 % 144 % ans 123 % 118 % 114 % 114 % ans 110 % 98 % 94 % 20

Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective

Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective Étude Étude sur les taux de cessation d invalidité de longue durée en assurance collective Sous-commission sur l expérience en assurance collective de personnes Octobre 2011 Document 211103 This document

Plus en détail

Étude sur l expérience de déchéance des polices d assurance temporaire 10 ans

Étude sur l expérience de déchéance des polices d assurance temporaire 10 ans Rapport Étude sur l expérience de déchéance des polices d assurance temporaire 10 ans Sous-commission sur l expérience en assurance-vie individuelle Janvier 2014 Document 214011 This document is available

Plus en détail

Étude. Étude sur la cessation de régimes d assurance collective d invalidité de longue durée au Canada (1988-1997)

Étude. Étude sur la cessation de régimes d assurance collective d invalidité de longue durée au Canada (1988-1997) Étude Étude sur la cessation de régimes d assurance collective d invalidité de longue durée au Canada (1988-1997) Sous-commission collective santé et vie Commission de recherche Janvier 2010 Document 210002

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 Introduction Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQ n o 3), qui a pour but

Plus en détail

Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire

Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire Étude d impact quantitative n o 4 Risque d assurance Information supplémentaire Introduction Une quatrième étude d impact (ÉIQ n o 4) a été créée afin de recueillir de l information et d évaluer plusieurs

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997. Régime d assurance-vie Forces canadiennes RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1997 Régime d assurance-vie Forces canadiennes Le 27 février 1998 L honorable Marcel Massé, P.C., M.P. Président du Conseil du Trésor Ottawa, Canada K1A 0R5 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Rapport 2014 sur le financement des de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Commission des services financiers de l Ontario Mars 2015 Table des matières 1.0

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires MÉMOIRE DE L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DESTINÉ AU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES DE L ALBERTA, MINISTÈRE DES FINANCES DE

Plus en détail

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea

Office of. Office of. the Chief Actuary. au de. Burea Bureau du surintendant des institutions financières Canada Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada Office of the Chief Actuary Burea au de l actuaire

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996. Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada

RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996. Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada RAPPORT ACTUARIEL 31 mars 1996 Régime d assurance-vie Fonction publique du Canada Le 27 février 1998 L honorable Marcel Massé, C.P., député Président du Conseil du Trésor Ottawa, Canada K1A 0R5 Monsieur

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE

NOTE ÉDUCATIVE REGROUPEMENT ET RÉPARTITION DU PASSIF DES POLICES COMMISSION DES RAPPORTS FINANCIERS DES COMPAGNIES D ASSURANCE-VIE NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application des normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Questions et réponses sur l invalidité de longue durée 2013

Questions et réponses sur l invalidité de longue durée 2013 Questions et réponses sur l invalidité de longue durée 2013 1. Est-ce qu il y a une période d attente pour l assurance invalidité de longue durée? Oui il y a une période d attente de quatre (4) mois de

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Québec, le 7 janvier 2015 Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Madame, Monsieur, Le Groupe consultatif

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN COMPORTE SIX (6) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 44 POINTS ET SIX (6) QUESTIONS À CHOIX

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année

INTRODUCTION Événements importants survenus au cours de l année RÉGIME DE RETRAITE À L INTENTION DU GROUPE MANOEUVRES, HOMMES DE MÉTIER ET DE SERVICES DES DISTRICTS SCOLAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK Rapport de l administrateur pour l année 2006 Décembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia

Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux. Selon Wikipédia Évaluation actuarielle du Régime de rentes du Québec au 31 décembre 2012, une œuvre de science-fiction? Présentation à l Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux Georges Langis Actuaire

Plus en détail

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée

Rapport sur les PME Repenser les REER pour les propriétaires d entreprises : Pourquoi le versement d un salaire n est peut-être pas la meilleure idée le 19 octobre 2010 Jamie Golombek 1 CA, CPA, CFP, CLU, TEP Directeur général de la planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Résumé On recommande habituellement

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

VOTRE RÉGIME DE RETRAITE

VOTRE RÉGIME DE RETRAITE Unité Ministères et Emplois L Église Unie du Canada VOTRE RÉGIME DE RETRAITE Résumé du régime de retraite de l Église Unie Révision 2013 Table des matières Introduction... 3 Participation des employeurs

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes

Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes Note éducative Évaluation du passif des polices d assurance collective de personnes Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Juin 2010 Document 210034 This document is available

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA

Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA Avantages sociaux en ligne présente l information nécessaire pour profiter pleinement de nos régimes d avantages sociaux. Régime Assuré Régime de soins

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Université de Moncton. Les garanties d assurance-vie & invalidité. No du contrat : 12037

Université de Moncton. Les garanties d assurance-vie & invalidité. No du contrat : 12037 Université de Moncton Les garanties d assurance-vie & invalidité No du contrat : 12037 Préparé le 18 août 2011 1 Cette brochure explicative a pour but de vous fournir les traits essentiels de votre régime

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

RAPPORT ACTUARIEL 2016

RAPPORT ACTUARIEL 2016 RAPPORT ACTUARIEL 2016 sur le TAUX DE COTISATION D ASSURANCE- EMPLOI Bureau de l actuaire en chef Bureau du surintendant des institutions financières Canada 12 e étage, Immeuble Carré Kent 255, rue Albert

Plus en détail

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage

Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage ASSURANCE-EMPLOI Guide sur le Programme de prestations supplémentaires de chômage Guide à l intention des employeurs qui offrent à leurs employés des prestations supplémentaires de chômage Publication

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance :

Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance : Guide de distribution protection prêt personnel scotia Nom du produit d assurance : Protection prêt personnel Scotia Type de produit d assurance : Assurance collective de crédit Protection en cas de décès

Plus en détail

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés Octobre 2008 Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Brochure aux employés Mercer (Canada) limitée Table des matières Section 1. Introduction... 1 Section 2. Admissibilité et participation

Plus en détail

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes

Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes VIP+ Bulletin sur les ventes, l impôt, la planification successorale, la tarification et les produits Stratégie d assurance en cas de maladies graves à propriété partagée avec remboursement de primes Vous

Plus en détail

Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite?

Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite? Les Québécois sont-ils prêts pour la retraite? Ce que les faits nous révèlent Le 20 novembre 2014 CONFIDENTIEL ET EXCLUSIF Il est formellement interdit d utiliser ce matériel sans l autorisation expresse

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

Certificat d assurance Aperçu

Certificat d assurance Aperçu Certificat d assurance Aperçu Détails du certificat Police d assurance collective Version du certificat Terminologie Voici les détails du présent certificat d assurance. Élément Assuré Date de naissance

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Fonds de marché monétaire canadien Investors

Fonds de marché monétaire canadien Investors Fonds de marché monétaire canadien Investors Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds POUR LE SEMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 04 AVERTISSEMENT CONCERNANT LES DÉCLARATIONS PROSPECTIVES

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Section 1 Régime 1.01 Le présent régime, appelé «Régime de

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

LEVI S VILLE DE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS. FSA-TRE-2012-034 Annexe I

LEVI S VILLE DE RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS. FSA-TRE-2012-034 Annexe I FSA-TRE-2012-034 Annexe I VILLE DE LEVI S RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA VILLE DE LÉVIS Numéro d agrément en vertu de la Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek

En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Octobre 2014 En bonne compagnie : conserver les revenus de placement dans votre société par Jamie Golombek Les revenus de placement gagnés au sein de votre société sont imposés en fonction du type de revenu

Plus en détail

SOCIÉTÉ RADIO-CANADA/CANADIAN BROADCASTING CORPORATION

SOCIÉTÉ RADIO-CANADA/CANADIAN BROADCASTING CORPORATION SOCIÉTÉ RADIO-CANADA/CANADIAN BROADCASTING CORPORATION PROTOCOLE D ENTENTE relatif au partage de l excédent d actif du Régime de retraite de la Société Radio-Canada et à la gestion des coûts du Régime

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC

Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC Police d assurance vie Acceptation garantie CIBC PÉRIODE D EXAMEN DE 30 JOURS En tant que Titulaire, vous pouvez annuler la présente Police en tout temps en nous appelant au numéro indiqué ci-dessous ou

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Guide d instructions

Guide d instructions Guide d instructions Objet : Date : Demande d agrément d un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) VERSION PROVISOIRE Introduction Les régimes de retraite qui accordent des prestations à des

Plus en détail

Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de la Banque CIBC

Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de la Banque CIBC Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de la Banque CIBC Page 1 de 11 Table des matières Note : Ce document est important. Veuillez le conserver dans un endroit

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 Déclaration des gestionnaires sur la responsabilité des états financiers de la Caisse

Plus en détail

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

POLITIQUE. 2013-12-05 (Rés. : CA-20131205-5) AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE POLITIQUE NUMÉRO DE LA RÉSOLUTION : APPROUVÉ PAR : CA-20130912-8 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE DE LA RÉSOLUTION/APPROBATION : 13 septembre 2013 ENTRÉE EN VIGUEUR : DERNIÈRE MISE À JOUR : DATE D ABROGATION

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI Comment tirer le maximum de votre CELI STRATÉgie placements et fiscalité n o 17 Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) est un excellent instrument d épargne, mais il faut savoir dans quelles circonstances

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É

T R AT É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É Service Fiscalité et SFR Retraite STRATÉGIES PLACEMENTS ET FISCALITÉ 17 PROFITER AU MAXIMUM DE VOTRE CELI LOUISE GUTHRIE B. Math, FLMI, ACS, CAM, CFP, EPC, FDS Vice-présidente adjointe Service Fiscalité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS

LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS DIRECTION DES AFFAIRS FINANCIERES ET DES ENTREPRISES LIGNES DIRECTRICES DE L OCDE SUR LA CAPITALISATION ET LA SECURITE DES PRESTATIONS DANS LES PLANS DE PENSION PROFESSIONNELS Recommandation du Conseil

Plus en détail

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC CONTACTEZ-NOUS : 1 800 361-5303 information@sogemec.qc.ca RÉSUMÉ DU RÉGIME D ASSURANCE Une offre de services couvrant tous vos besoins UNE GAMME DE PROTECTIONS QUI

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle)

Solutions de protection. Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat. (valeur résiduelle) Solutions de protection Guide du conseiller Marge de crédit sur la valeur de rachat (valeur résiduelle) Table des matières Description du produit 4 Renseignements généraux 6 Identification et renseignements

Plus en détail

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre Ligne directrice Objet : au risque de tremblement de terre N o : B-9 Date : Février 2013 I. Objet et portée Les pertes catastrophiques causées par les séismes présentent parfois un risque important pour

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Caractéristiques et Règlement du Régime

Caractéristiques et Règlement du Régime Caractéristiques et Règlement du Régime En tout temps, les dispositions du Régime ainsi que celles de la Loi ont préséance sur toute information contenue dans le présent document. Il vous est possible

Plus en détail

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle

Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Ébauche de note éducative Évaluation du passif des polices d assurance-vie universelle Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Novembre 2006 Document 206148 This document is available

Plus en détail

Régime de prestations des travailleurs(euses) en télécommunications Adhérents du Québec PARTIES B et C Groupe no 9798 Division 93999

Régime de prestations des travailleurs(euses) en télécommunications Adhérents du Québec PARTIES B et C Groupe no 9798 Division 93999 Régime de prestations des travailleurs(euses) en télécommunications Adhérents du Québec PARTIES B et C Groupe no 9798 Division 93999 Nom et numéro du groupe Régime de prestations des travailleurs(euses)

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

Avances sur police. I. Aperçu général

Avances sur police. I. Aperçu général Avances sur police Plusieurs contrats d assurance (comme les polices d assurance vie universelle) permettent aux titulaires de polices d affecter des dépôts au volet placements d un compte permettant le

Plus en détail