IRSD Recherche scientifique et technologique de la Défense

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IRSD Recherche scientifique et technologique de la Défense"

Transcription

1 IRSD Recherche scientifique et technologique de la Défense Titre : Cartographie 2011 de la recherche à la Défense Référence : Rapport Date : 24/10/11 Computer Ref : Cartographie R&T Défense F Version : Edition 2 Rédacteur : Contact : CPV(T)IMM J-P MARCEL, Ir IRSD, Campus Renaissance Tél : + 32 (0) Fax : + 32 (0) Approbation : Col d Avi BEM C. FAUT Date : 09/01/12 Autorisation de publication : IRSD File Ref :- - Col d Avi BEM C. FAUT Date : 09/01/12 Ce document remplace : Edition 1 du _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 1 of 79

2 Enregistrement des modifications Date Version Modifications 09/06/09 Edition 1 Version initiale (N MITS) 14/09/11 Edition 2 Mise à jour Table des matières 1. But du document Cadre de la recherche menée à la Défense Objectifs stratégiques et niches de la recherche à la Défense Objectifs stratégiques Les niches de recherche Adéquation objectifs niches vs activités de recherche Sélection des études Les pôles de recherche Présentation des pôles d excellence Les études réalisées par les pôles d excellence et hors pôles Le financement Approche globale Financement Défense hors Défense Les collaborations Le cadre Aiguillage de la recherche Recherche Défense menée via le programme RSTD et sur budget de la Défense Voies possibles Etudes internes Recherche Défense menée dans le cadre du programme RTO de l OTAN Recherche Défense menée dans le cadre des programmes R&T de catégorie B de l Agence européenne de défense (EDA) Recherche Défense menée hors du programme RSTD mais sur budgets de la Défense Voies possibles Recherche Défense menée sur les crédits de fonctionnement Recherche Défense menée dans le cadre des programmes R&T de catégorie A de l Agence européenne de défense (EDA) Recherche Défense menée hors du programme RSTD et hors budgets de la Défense Voies possibles UE La Politique scientifique fédérale belge (BELSPO) Les Régions et Communautés Le F.R.S. - FNRS et le FWO Vlaanderen Conclusions ANNEXES Le Pôle CBRNE Le Pôle Comportement dynamique des matériaux (DYnamic MAterials for SECurity - DYMASEC) de l ERM.. 38 Le Pôle Mobilité terrestre, aérienne et maritime (MObile INtelligence Information Sensors for Security - MOBINISS) de l ERM Le Pôle Signal, Systèmes & Senseurs, Information & Intelligence, Communication (SIC) de l ERM _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 2 of 79

3 Le Pôle européen pour la fusion nucléaire (LPP) de l ERM Le Pôle Approche globale des opérations armées (AAG) de l ERM Le Pôle Ethique et Déontologie (ETD) de l ERM Le Pôle Sécurité européenne (SecEU) de l ERM Hôpital militaire Reine Astrid (HMRA) Defensielaboratoria Laboratoires de la Défense (DLD) Centre d études de sécurité et défense (CESD) de l IRSD Musée royal de l Armée et d Histoire militaire Les études hors pôle Représentation belge à l EDA Liste des projets EDA auxquels la Belgique participe Activités belges à l EDA Représentation belge à la RTO Liste des études RTO auxquelles la Belgique participe Activités belges à l OTAN/RTO Historique _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 3 of 79

4 Liste des abréviations 6FP Sixth Framework Programme (Sixième programme-cadre de l UE) 7FP Seventh Framework Programme (Septième programme-cadre de l UE) ABAL Département Systèmes d armes et Balistique de l ERM ACOS Ops&Trg Département d état-major Opérations & Entraînement de la Défense ACOS Strat Département d état-major Stratégie de la Défense AF Etude en environnement de l ERM AR Etude en armement de l ERM BAM Breveté administrateur militaire BELSPO Politique scientifique belge BEM Breveté d état-major BWD Biological Warfare Defence C2 Command & Control C3I Command, Control, Communications and Information C4 Etude du SIC C4ISTAR Command, Control, Communications, Computers, Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance Capt Capitaine CBRN Chemical, Biological, Radiological, and Nuclear CBRNE Chemical, Biological, Radiological, Nuclear, and high-yield Explosives Cdt Capitaine-commandant CESD Centre d études de sécurité et défense CHCH Département de chimie de l ERM CISS Département Communication, Information Systems & Sensors COBO Département Construction et Matériaux de l ERM Col Colonel COMOPSNAV Commandement Opérations de la Composante maritime de la Défense Co-PhD Doctorat conjoint CPC Capitaine de corvette CPV Capitaine de vaisseau CSL Centre spatial de Liège CTMA Laboratoire de technologies moléculaires de l UCL DG/ACOS Direction générale / Département d état-major de la Défense DGMR Direction générale Material Resources de la Défense DGTRE Direction générale des technologies, de la recherche et de l énergie de la Région wallonne DLD Etude du Laboratoire de la Défense Dr Docteur DY Etude DYMASEC de l ERM DYMASEC Pôle de recherche de l ERM «DYnamic Materials for SECurity» EDA European Defence Agency (Agence européenne de défense) EGUERMIN Ecole belgo-néerlandaise de guerre des mines d Ostende ELEC Branche électricité du département CISS de l ERM EMSL European Microwave Signature Laboratory ENSIETA Ecole nationale supérieure des ingénieurs d étude des technologies appliquées ERM Ecole royale militaire ESA European Space Agency (Agence spatiale européenne) F Etude de recherche fondamentale de l Ecole royale militaire F.R.S.-FNRS Fonds de la recherche scientifique Fonds national de la recherche scientifique FGAN Fraunhofer Institute (ex-fgan) FOL Laboratoire fédéral d orientation FWO Vlaanderen Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek Gen Général Gen Maj Général-major HF Etude du département Sociologie de l ERM HMRA Hôpital militaire Reine Astrid HR Etude du directorat général «Human Resources» de la Défense IED Improvised Explosive Device IGN Institut géographique national IMM Ingénieur en matériel militaire Ir. Ingénieur IRSD Institut royal supérieur de défense IRSIB Institut d encouragement de la recherche scientifique et de l innovation de Bruxelles IS Etude pour le département d état-major Intelligence de la Défense IWT Vlaams Instituut voor innovatie door wetenschap en technologie van het Vlaams Gewest JM Etude pour le directorat général Affaires juridiques de la Défense KE Etude du Laboratoire de physique des plasmas de l ERM KUL Katholieke Universiteit Leuven _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 4 of 79

5 Land LPP Lt Col Maj MB MECA Med MOBINISS MoD MRA MRN Ni OTAN OTAN/NURC PESD PNT POL Pol-mil R&T RCDM RI RTO SCGW SIC SP Ti TRG UA UCL UE UGent ULB ULg VUB WB WEAG Etude pour la Composante terrestre de la Défense Laboratoire de physique des plasmas Lieutenant-colonel Major Etude de MOBINISS de l ERM Département de Mécanique de l ERM Etude de la Composante médicale de la Défense Etude du pôle «MObile INtelligent Information Sensors for Security» de l ERM Ministre de la Défense Musée royal de l Armée et d Histoire militaire Etude pour la Section Naval Systems de DGMR Niche de recherche Organisation du traité de l Atlantique Nord NATO Underwater Research Centre (La Spezia Italie) Politique européenne de sécurité et défense Positionnement, Navigation et Timing Produits pétroliers (carburants et lubrifiants) Domaine politico-militaire Research & Technology Pôle de recherche «Risk, Crisis & Disaster Management» de l ERM Etude du sous-pôle «Histoire et relations internationales» du pôle «Sécurité européenne» de l ERM Research & Technology Organisation de l OTAN Département des Sciences du Comportement de l ERM Pôle Signal, Systèmes & Senseurs, Information & Intelligence Etude du sous-pôle «Aides à la décision» du pôle «Sécurité européenne» de l ERM Objectifs stratégiques (transversaux) de la recherche Etude pour la Division Training du département d état-major Opérations & Entraînement de la Défense Universiteit Antwerpen Université catholique de Louvain Union européenne Universiteit Gent Université libre de Bruxelles Université de Liège Vrije Universiteit Brussel Etude du département d état-major «Well Being» de la Défense Western Europe Armament Group _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 5 of 79

6 1. But du document Ce document a pour but de brosser la cartographie globale de la recherche menée à la Défense en Ainsi, les décideurs pourront se forger une image complète de la capacité de recherche de la Défense. Cette cartographie est présentée selon différents éclairages de la recherche : objectifs stratégiques, niches, pôles, financement, collaborations et cadre coopératif. Les annexes présentent, par pôle de recherche, l expertise, le personnel actif dans la recherche, les activités de recherche financées tant par la Défense que par des sources externes. Les coopérations et le cadre coopératif qui sous-tendent ces activités sont également passés en revue. Les projets OTAN/RTO et EDA R&T auxquels la Belgique participe sont présentés. Enfin, un historique, gardien du devoir de mémoire, brosse l inventaire des études terminées qui peuvent, dans un avenir plus ou moins éloigné, servir de référence pour de nouvelles études ou pour répondre à des questions de la Défense. 2. Cadre de la recherche menée à la Défense Selon l article 6bis de la loi du 8 août 1980, la recherche scientifique relève de la compétence des Régions et Communautés. Toutefois, toujours selon cette même loi, le paragraphe 2 stipule que les instances fédérales sont habilitées à conduire la recherche scientifique nécessaire à l exercice de leurs propres compétences, y compris pour l exécution d accords internationaux ou supranationaux. C est le cas pour la Défense, dont les besoins en matière de recherche scientifique et technologique s inscrivent dans le cadre des trois objectifs stratégiques suivants : optimisation de l enseignement académique de l Ecole royale militaire, université fédérale, et maintien de son accréditation, support à l opérationnel et aide à la décision. Il s agit là de besoins spécifiques qui ne peuvent être délégués aux Régions et Communautés. C est pourquoi la Défense entretient un programme (pluriannuel) de recherche scientifique et technologique de la Défense. Ce programme est basé sur des objectifs stratégiques et se positionne dans un nombre limité de niches de recherche en défense et sécurité. 3. Objectifs stratégiques et niches de la recherche à la Défense 3.1 Objectifs stratégiques Dans le cadre de sa politique à moyen terme (voir document Politique à moyen terme du 27 mars 2009) l Institut a assigné des objectifs stratégiques à la recherche menée à la Défense. Ces objectifs ont été approuvés par le Chef de la Défense _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 6 of 79

7 T1 Optimaliser l enseignement académique en sciences exactes et appliquées Optimaliser l enseignement académique en sciences sociales, militaires et du T2 comportement T3 Assurer une meilleure disponibilité des systèmes (d armes) existants T4 Evaluer la disponibilité des systèmes (d armes) futurs T5 Assurer la protection contre les menaces classiques T6 Assurer la protection contre les nouvelles menaces T7 Développer une vision à long terme pour la sécurité T8 T9 Conduire la recherche à la suite de questions et de développements au sein de la Défense Conduire la recherche à la suite de questions et de développements en dehors de la Défense 3.2 Les niches de recherche Les moyens budgétaires étant limités, pour atteindre une efficacité maximale de la recherche à la Défense, une politique de concentration est menée en focalisant les objectifs de recherche sur 10 niches de recherche. Ces niches sont les suivantes : N1 Le domaine C 4 ISTAR 1 N2 La détection hyperspectrale et TeraHertz N3 Les systèmes (et plateformes) intelligents autonomes N4 Les systèmes d armes non conventionnels N5 La protection du personnel, des systèmes et de l infrastructure N6 Les nouvelles sources d énergie N7 La médecine militaire N8 Les performances humaines N9 L environnement sécuritaire N10 L histoire militaire Chaque pôle de recherche à la Défense concentre ses activités sur une, voire deux de ces niches afin d y atteindre l excellence. 3.3 Adéquation objectifs niches vs activités de recherche La recherche en cours, tant dans le cadre du programme de recherche scientifique et technologique de la Défense que dans le cadre de financements hors Défense, rencontre de manière partielle la matrice objectifs niches. Ceci est logique dans la mesure où la politique de recherche mise en place par l Institut depuis 2008 ne portera pleinement ses fruits qu à partir de En effet, en 2007, le programme de recherche scientifique et technologique a été renouvelé à 50 % sur base de l ancienne approche qui était purement «bottom-up». Le graphique ci-après montre clairement cette rencontre partielle. Les boules placées dans certaines cases indiquent les couples objectif-niche où la Défense veut investir afin d atteindre l excellence. Les cases sans couleur de fond représentent des niches sans étude, celles en bleu clair les niches où un nombre 1 Command, Control, Communication and Computer, Intelligence, Surveillance and Target Acquisition & Reconnaissance _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 7 of 79

8 limité d études est en cours et celles en bleu foncé les niches où un grand nombre d études est en cours. T1 Optimaliser l enseignement académique en sciences exactes et appliquées T2 Optimaliser l enseignement académique en sciences sociales, militaires et du comportement T3 Assurer une meilleure disponibilité des systèmes (d armes) existants T4 Evaluer la disponibilité des systèmes (d armes) futurs T5 Assurer la protection contre les menaces classiques T6 Assurer la protection contre les nouvelles menaces T7 Développer une vision long terme pour la sécurité T8 Conduire la recherche suite à des questions et des développements internes à la Défense T9 Conduire la recherche suite à des questions et des développements hors Défense OBJECTIFS T1 T2 T3 T4 T5 T6 T7 T8 T9 NICHES N1 - C4ISTAR N2 - Détection hyperspectrale et TeraHertz N3 - Systèmes (et plates-formes) intelligents autonomes N4 - Systèmes d'armes non conventionnels N5 - Protection du personnel, des systèmes et de l infrastructure N6 - Nouvelles sources d énergie N7 - Médecine militaire N8 - Human performance N9 - Environnement sécuritaire N10 - Histoire militaire Adéquation objectifs stratégiques niches de recherche _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 8 of 79

9 3.4 Sélection des études Le programme de recherche scientifique et technologique 2011 de la Défense est constitué : de recherches en cours, entamées en 2010 et les années précédentes ; de nouveaux projets de recherche qui ont débuté courant Pour son exécution un budget de k a été mis en place. Il s agit d un budget égal aux crédits de liquidation Il ne tient donc pas compte de l écart entre engagement et liquidation et n est ni ajusté à l inflation pour le fonctionnement et le matériel, ni indexé pour les salaires. Ce budget résultant de la situation d affaires courantes se situe à un niveau inférieur de 260 k par rapport au budget inflaté et indexé. Cet écart a eu pour effet de ne pas lancer en 2011 les 5 nouvelles études pour lesquelles des recrutements de nouveaux chercheurs étaient nécessaires et de limiter les crédits de fonctionnement. Le lancement de ces 5 études est reporté à Parmi ces 5 études reportées à 2012, 3 se situent dans le centre de connaissance Dynamic Materials for Security (DYMASEC). Le programme 2011 comporte 78 études en cours et 15 nouvelles études. Tous les projets de recherche faisant partie de ce programme ont été évalués en utilisant les procédures mises en place en Ces procédures ont été améliorées au fil des ans et sont, depuis 2010, finalisées et publiées. Toutes les études en cours sont évaluées afin d en contrôler le bon déroulement. Pour la première fois, les recherches en cours en régime (c.-à-d. celles qui ont débuté avant fin janvier 2009) ont été évaluées quant à leur contenu scientifique par les experts scientifiques des Commissions d experts scientifiques et ensuite discutées au sein du Comité scientifique de l Institut. Le département de la Recherche scientifique et technologique de la Défense a quant à lui évalué les aspects managériaux (respects du calendrier, adéquation des crédits au besoin ). Suite à ces évaluations, certaines recherches en cours ont subi des aménagements par rapport à leur définition initiale. Il s agit de recherches qui ont été arrêtées, réorientées ou prolongées. La cause principale des besoins d aménagement est le retard d exécution suite aux changements de situation du personnel chercheur (démissions, licenciements et maladies de longue durée) et à la diminution des budgets de fonctionnement (achats de consommables et de matériels de laboratoire). Les nouveaux projets de recherche ont fait l objet d une évaluation détaillée par les Commissions d experts scientifiques, le Comité scientifique et le département de la Recherche scientifique et technologique de la Défense. Cette évaluation a conduit à un classement «brut» des projets de recherche. Ensuite, les projets ont été soumis à une sélection. Cette sélection a été approuvée par le Conseil d administration _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 9 of 79

10 Ce programme est réalisé dans différents centres (ou pôles d excellence) de recherche de la Défense (Ecole royale militaire, Hôpital militaire Reine Astrid, Laboratoires de la Défense ). Pour réaliser les recherches, la Défense recourt d une part à des attachés contractuels recrutés via le SELOR et d autre part au PATRIMOINE de l Ecole royale militaire. Pour ce faire, le PATRIMOINE ERM recrute des chercheurs qui ne sont pas des agents de l Etat. Le PATRIMOINE ERM est, en effet, une personnalité juridique distincte de celle de l Etat qui permet au Commandant de l ERM, entre autres, de recruter des chercheurs pour réaliser des études du programme de recherche scientifique et technologique de la Défense. Des officiers contribuent également à ce programme. Il s agit de professeurs, de chargés de cours et de répétiteurs de l Ecole royale militaire, d officiers médecins 4. Les pôles de recherche 4.1 Présentation des pôles d excellence Les pôles d excellence de la Défense sont : Contre-mesure et protection chimique, bactériologique, radiologique, nucléaire et électromagnétique (CBRNE) Ce pôle est en création. Les centres de recherche qui contribueront à ce pôle sont : ERM, DLD, SEDEE et HMRA. Comportement dynamique des matériaux (DYnamic MAterials for SECurity - DYMASEC) de l ERM Le pôle DYMASEC réalise de la recherche scientifique relative aux matériaux et structures soumis à de hautes sollicitations dynamiques, et ce, en se focalisant sur les aspects sécuritaires. DYMASEC associe quatre laboratoires en un centre de recherche commun, centralise la connaissance, organise et suscite des synergies entre ces laboratoires lors des projets impliquant des phénomènes dynamiques tels qu explosions ou impacts à haute énergie sur des matériaux et structures. Il s agit des laboratoires : - Départment de Génie Civil : Laboratoire des effets des explosions et Laboratoire de connaissance des matériaux ; - Department of Chemistry : Laboratory for Energetic Materials ; - Department of Weapon Systems and Ballistics _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 10 of 79

11 Produit Clients Coopération Réponse des matériaux et structures aux impacts et explosions Balistique Banques Nouveau QG OTAN Police fédérale Industrie du verre blindé TGV ESA ARCELOR MITTAL Institut franco-allemand de Saint-Louis ENSAIT FN HERSTAL Matériaux énergétiques DGMR Poudrerie belge Clermont Université Paris Tech (France) RDDC VALCARTIER (Canada) Applications militaires des bétons DGMR Mobilité terrestre, aérienne et maritime (MObile INtelligence Information Sensors for Security - MOBINISS) de l ERM Le pôle MOBINISS conduit de la recherche sur la mobilité terrestre, aérienne et navale liée aux aspects «sécurité» qui se décline en deux grandes facettes : celle qui est intrinsèque aux véhicules (conventionnels ou autonomes UGV, USV, UAV ) terrestres, aériens ou navals et qui concerne, par exemple, leur furtivité (contrôle thermodynamique, e.a.), leur habitabilité (sécurité des équipages), leur protection (notamment CBRN ou antimines/projectiles) et leur «survivabilité» (conception, comportement dynamique, aérodynamique, hydrodynamique et durée de vie) ; celle qui est relative aux missions sécuritaires confiées aux véhicules : RSTA (reconnaissance, surveillance et acquisition d objectifs), interventions humanitaires (déminage, secours, inspections préventives ou non) impliquant l intégration de nouvelles technologies (par exemple, les aéronefs à haute altitude et les nouvelles techniques de propulsion, mais aussi la production énergétique alternative d infrastructures temporaires de soutien aux populations affectées par des cataclysmes éoliennes, panneaux solaires ou photovoltaïques, etc. particulièrement nécessaires en zones sinistrées excentrées) _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 11 of 79

12 Ce pôle regroupe les laboratoires du Département de mécanique de l ERM. Produit Clients Coopération Mobilité terrestre - Robots pour des missions de sécurité et de défense SEDEE Protection civile et pompiers Projet EDA NM-RS (Networked Multi-Robot Systems) Réseau européen Robotique (EURON) CLAWAR (CLimbing And WAlking Robots) HUDEM (déminage humanitaire) ELROB (European Land-Robot Trials) IARP - Vibration des structures DGMR CCR&A Projet UE EUREKA VPET/VIBRA 5430 (LMS International - Leuven, Von Karman Institute, Université de la Rochelle) Mobilité aérienne - Hydrogen micro combustion for micro gas turbine engines - Combustion chamber of turbo machines - Multidisciplinary optimization of aircraft propeller blades - Analysis and optimization of high-speed propulsion cycles Aachen University of Applied Sciences (FH AACHEN) KU Leuven TME (Leuven) ULB FH Aachen von Karman Institute for Fluid Dynamics (VKI) Ecole centrale de Lyon VKI Mobilité navale - Navire virtuel DGMR Sys-N OTAN RTO NMSG High Level Architecture (HLA) - Unmanned Surface Vehicle (USV) DGMR Sys-N EDA UMS VUB Signal, Systèmes & Senseurs, Information & Intelligence, Communication (SIC) de l ERM Le pôle SIC réalise de la recherche dans le domaine : des senseurs et des capteurs qui reçoivent et transfèrent sous l une ou l autre forme les données et l information (Systèmes & Senseurs) ; de la diffusion d information (ICT); du traitement de l information (Signal processing, data fusion, Information & Intelligence) _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 12 of 79

13 COMMAND Senso Communication and computers Information Systems CONTROL Fundamentals (Electricity, Electronics, EM waves, etc.) Produit Clients Coopération Traitement du signal (radar, sonar, SAR) Traitement d images (vidéo, satellitaires, multispectrales, hyperspectrales, radar et sonar) Modélisation (électromagnétique, infrarouge et radar) Fusion de données et systèmes de gestion de crise Détection THz DG MR Sys-N et Composante maritime DG MR Sys-N et Composante maritime ACOS IS ACOS Ops&Trg Sv GEO IGN DGMR CC CIS SDEE B FAST SPF Int Salon-de-Provence (Armée de l Air FR) NURC ESA SABCA Projet EDA DUCAS : ONERA (FR), FGAN FOM (GE), CISAME et GALILEO, AVIONICA (IT), NLR et TNO (NL), FFI (NO), FOI (SE) ISL Software Defined Radio DG MR C&I IMEC, INRA, Université de Pise (IT) Pôle européen pour la fusion nucléaire (LPP) de l ERM Le pôle LPP mène des recherches théoriques et expérimentales en physique des plasmas et en énergie de fusion dans le cadre de l association EURATOM- Etat belge pour la fusion thermonucléaire. Le laboratoire de physique des plasmas de l Ecole royale militaire (LPP- ERM/KMS) effectue des recherches sur des nouveaux systèmes de production d énergie basés sur la fusion thermonucléaire. Durant un an, le laboratoire a acquis de l expérience dans le chauffage de plasmas de fusion par onde radio (Ion Cyclotron Resonance Heating ou ICRH) grâce à des expériences sur le tokamak de l Ecole royale militaire, ERASMUS, en collaboration internationale avec le Forschungszentrum Jülich en Allemagne (tokamak TEXTOR) et sous les auspices de l accord européen pour le développement de la fusion (European Fusion Development Agreement - EFDA) sur la machine JET. Cette expérience a culminé en l ébauche d une antenne pour le tokamak ITER, machine qui sera opérationnelle en _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 13 of 79

14 La construction d ITER a induit des changements drastiques dans les laboratoires européens de fusion. En effet, une stratégie européenne à long terme, qui tienne compte des moyens limités et qui aboutisse à la mise à disposition la plus rapide possible de centrales énergétiques basées sur la fusion et rentables sur le plan commercial, s impose. À cet effet, la Commission européenne a organisé un «Facility Review». À la suite de cet examen, le tokamak TEXTOR, une machine très importante pour le LPP, ainsi que d autres petites machines en Europe, n est plus soutenu. Il est également possible que JET, bien qu actuellement numéro un mondial, subisse le même sort en Pour ces raisons, il est important que le LPP conclue des accords de coopération avec les établissements possédant des machines importantes encore actives en Europe. Le centre de recherche allemand IPP-Greifswald, qui appartient au Max Planck Gesellschaft, construit actuellement un stellarator très avancé : le W7-X, abréviation de Wendelstein 7-X. Dès lors le LPP se doit d acquérir une expérience sur ce type de machines de confinement : le stellarator qui possède une géométrie magnétique bien plus complexe que le tokamak. Les plasmas y sont, en effet, confinés de manière continue. Ce régime continu peut être obtenu beaucoup plus facilement que dans le tokamak qui fonctionne sur base d impulsions. C est pourquoi une centrale énergétique future ne se basera pas forcément sur un tokamak, mais éventuellement sur un stellarator. Cette machine nécessite la construction d un système d antenne pour initier le plasma et, dans un stade ultérieur, un système ICRH, pour chauffer le plasma. Le LPP va développer cette antenne étant donné son expertise avec des antennes ICRH pour les tokamaks. Produit Clients Coopération Energie de fusion EURATOM Etat belge RU Leuven UMONS ULB UGent ULg DSI Leuven BIA LOUVAIN-LA-NEUVE Pôle Approche globale des opérations armées (AAG) de l ERM Ce pôle étudie l action globale des forces armées. Cette recherche se fonde parfois sur l histoire sans pour autant que la finalité soit l histoire même, mais bien afin d en tirer des enseignements pour la conduite des opérations militaires modernes. Produit Clients Coopération Les opérations militaires au Congo en 1964 Recherche de solutions durables pour la paix et la stabilité en Centrafrique Cours d histoire militaire de l ERM KUL Defence College de l ERM _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 14 of 79

15 Pôle Ethique et Déontologie (ETD) de l ERM Ce pôle conduit des études dans le domaine du droit appliqué aux conflits armés et aux troupes en opérations de gestion de crise. Produit Clients Coopération Etude du droit militaire pénal DGJM VUB Droit international coutumier applicable aux conflits armés sur mer DGJM VUB Pôle Sécurité européenne (SecEU) de l ERM o Sous-pôle Coopération industrielle et technologique (CIT) Ce sous-pôle n est pas activé. o Sous-pôle Intelligence économique et stratégique (IES) Ce sous-pôle n est pas activé. o Sous-pôle Coopération de défense européenne Ce pôle est composé de différents sous-pôles. Risk, Crisis & Disaster Management (RCDM) Ce sous-pôle poursuit un axe de recherche cohérent sur le fonctionnement d organisations publiques qui traversent une crise, par exemple des études sur le profil de risque des décideurs ou sur les stratégies de communication de crise efficaces. Produit Clients Coopération Intégration de la gestion de risque et de la gestion des performances dans les organisations publiques Développement d une architecture robuste d organisation de gestion de risque Communication de crise dans les organisations publiques Direction évaluation de la Défense ACOS Ops&Trg DG COM KUL UGent UGent Ecole polytechnique (Palaiseau France) UGent Univesiteit van Leiden (NL) Louisiane State University (USA) Human Factors & Military Operations (HF) Le champ des recherches explore les aspects sociologiques, psychologiques, éthiques et juridiques liés à l avènement d armées postmodernes, à savoir : o L internationalisation et la diversification croissante des opérations de réponse aux crises (en termes de nature, de terrain et de composition) : avant, pendant et après ; o La professionnalisation des organisations militaires _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 15 of 79

16 Produit Clients Coopération Image et identité de la Défense Impact du changement démographique sur l attractivité, la rétention et le départ des militaires Diversité ethnique et culturelle au sein de la Défense Dynamiques identitaires des étudiants africains Soutien psychosocial des militaires en opérations Formation des militaires belges en opération sur la sensibilisation culturelle et linguistique relative aux populations des zones d opération Perception de UNIFIL et BELUFIL dans les médias arabes du Liban Ministre de la défense DG COM DG HR OCASC SROR DGHR (HRP-M) ERM Saint-Cyr Coëtquidan (FR) UCL ACOS Ops&Trg ACOS Ops & Trg DGHR HRP-M/OC DG Fmn ACOS IS Nederlandse Defensie Academie Breda Sozialwissenschaftliches Institut der Bundeswehr Swedisch National Defence College Ecole polytechnique fédérale de Zurich University of Ljubjlana Nederlandse Defensie Academie Breda Centrum voor gelijkheid van kansen en voor racismebestrijding (CGK) Saint-Cyr Coëtquidan (FR) UCL Saint-Cyr Coëtquidan (FR) Nederlandse Academie Breda Saint-Cyr Coëtquidan (FR) Nederlandse Defensie Academie Breda RMC Kingston (UK) US Air Force Bundeswehr ULB Hôpital militaire Reine Astrid (HMRA) Les axes de recherche du HMRA sont : o o o Médecine d urgence et médecine de catastrophe : un des domaines d expertise des services d intervention est la prise en charge préhospitalière et le transport de grands brûlés. Ces services d intervention jouent un rôle clé dans divers plans catastrophe. Le secteur civil fera appel en situation de crise au monde de la médecine militaire. Traitement des brûlures : maintenir et poursuivre le développement de l expertise du Centre des grands brûlés par des activités scientifiques dans les domaines de la microbiologie, les banques de peau et des substituts de la peau. Maladies infectieuses chez les militaires en opération ou lors de conflits armés, allant des infections classiques caractérisées par une résistance croissante aux antibiotiques au domaine des armes biologiques (médecine des voyages, médecine tropicale, infections nosocomiales et les domaines communs aux services de santé militaire et de santé publique tels que l «outbreakmanagement» des infections, les mesures de contrôle des infections et le bioterrorisme) _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 16 of 79

17 o o o o Santé psychologique et psychologie de crise : recherche pour améliorer le psychodiagnostic et le traitement de problèmes et troubles psychiques fréquents chez les militaires. Affections locomotrices : elles sont inhérentes à la vie professionnelle physiquement éprouvante des militaires en opération. La recherche scientifique dans ce domaine porte sur le traitement chirurgical des affections locomotrices, la revalidation et la kinésithérapie, principalement du membre inférieur et de la colonne vertébrale. Médecine hyperbare : recherche clinique et projet de recherche de base physiologique sur le plan des conséquences de l exposition à une surpression, optimalisation du traitement à l oxygène hyperbare pour des problématiques spécifiques telles que l intoxication au CO, la surdité aiguë due à un traumatisme sonore, des fractures complexes, des accidents de plongée (décompression), des lésions aux parties faibles lors de blessures par balles ou mines et les nouveaux domaines d application pour la thérapie oxygène hyperbare. Médecine hypobare : recherche dans le domaine des influences physiologiques et physiopathologiques d une sous-pression, hypoxie et mécanismes d adaptation, acclimatation à l altitude, apparition et prévention du mal de l altitude. Produit Clients Coopération Optimisation de gestion de médecine urgentiste lors de catastrophes Thérapie des grands brûlés par les bactériophages Développement d une peau humaine tridimensionnelle équivalente pour le traitement des grands brûlés Optimisation des méthodes d évaluation physique et psychosociale de lombalgies chroniques Thérapie hyperbare par oxygène des traumas acoustiques aigus HMRA HMRA KUL, UGent, VUB HMRA HMRA UGent HMRA ERM SecEU RCDM VUB KUL, UGent, VUB, UCL, Exeter University (UK), Elivia Institute (Georgie), Flex Pharma UGent Projet RTO HFM-ET-099 Defensielaboratoria Laboratoires de la Défense (DLD) Les missions du DLD sont : o Assurer le soutien au cycle de vie du matériel et de l équipement de la Défense ; o Mettre un centre d expertise à disposition de la Défense ; o Depuis mai 2004, abriter le Laboratoire fédéral d orientation (FOL) au bénéfice : - du centre de crise fédéral ; - de la cellule de crise de la Santé publique ; - de la nation en général dans le contexte de la lutte contre le terrorisme _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 17 of 79

18 En conséquence de ces missions, le DLD est directement impliqué dans l étude et l évaluation des risques en support aux opérations, la collaboration et/ou la rédaction de spécifications techniques ou encore la garantie du fonctionnement et de l exécution d études ou de missions ponctuelles dans le cadre de ses compétences. L exécution de ces tâches nécessite des moyens en adéquation avec l évolution technologique. Il en résulte que la mise sur pied d une approche scientifique s avère nécessaire, de même que celle d activités de recherche, essentiellement appliquée, en appui des missions et tâches. Le DLD a donc cette particularité d être en fait son propre client. La recherche est conduite en partie au DLD même à Peutie, où le FOL est également installé. La partie biologique de la recherche est conduite au biopôle de l UCL à Louvain-en-Woluwe (UCL-CTMA). Cette recherche est encadrée dans un programme de recherche du laboratoire de technologies moléculaires appliquées de l UCL et est mise au point sur une dimension biologique d une menace CBRN. Les chercheurs développent des méthodes d identification et de détection d agents biologiques fondées sur une analyse ADN et optimisent la qualité d échantillons collectés sur le terrain. Outre des applications militaro-opérationnelles (terrorisme, déploiement opérationnel), cette recherche scientifique aboutit également aux applications médicodiagnostiques. Produit Clients Coopération Exposition du personnel aux rayonnements ionisants Facteur de protection CBR des tenues de protection Développement de technique de détection rapide des agents hautement pathogènes ou identification rapide des microorganismes du bioterrorisme. DLD DLD DLD UCL-CTMA Centre d études de sécurité et défense (CESD) de l IRSD Le CESD est un think tank dans le domaine de la sécurité et de la défense. Il conseille la Défense sur ces matières et conduit des études à courtes durées selon une double approche : thématique et régionale. Il organise des conférences du soir et des colloques sur ces matières. Approche thématique Prolifération o L'étude de la problématique de prolifération des armes de destruction massive couvre toute la gamme des armes chimiques, biologiques ou nucléaires et des technologies dérivées, mais aussi les initiatives nationales et les traités internationaux visant à limiter leur dissémination. o Gestion de catastrophes en Europe continentale : analyse de l organisation de l UE et de l OTAN dans le cadre de la gestion de catastrophes d'origine _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 18 of 79

19 naturelle ou non et l'intégration possible des capacités nationales dans un contexte supranational. o La menace cybernétique et ses conséquences sur les infrastructures critiques : bien que nos pays voisins et les institutions supranationales s attèlent à élaborer une stratégie et des moyens, la méthode employée manque parfois encore de cohérence. Ainsi, en Belgique, une stratégie nationale et une approche intégrée de la menace entre les différents acteurs font toujours défaut. Gouvernance des Etats («Global flows») o L étude des tendances globales pouvant avoir un impact au niveau sécuritaire en général : les études stratégiques se doivent d observer les tendances de fond présentes dans des disciplines qui ne les concernent pas directement mais qui pourraient avoir un impact sur leur domaine. o Les enjeux sécuritaires découlant de la structure économique des Etats- Unis, de la Chine et de l Union européenne : analyse de la structure réelle des relations internationales en tenant compte des grandes tendances au niveau global susceptibles d'influer sur la sécurité et la défense du vieux continent. Terrorisme o Etude de la piraterie dans la Corne de l Afrique : analyse de la piraterie moderne et des moyens possibles de protection de la navigation internationale autour de la côte somalienne afin d informer un public plus vaste et de fournir un outil pouvant servir à l élaboration de politiques futures. Approche régionale Coopérations multilatérales dans le domaine de la sécurité. La Belgique et l Europe o Etude de la politique européenne de sécurité et de défense, de la coopération européenne dans le domaine des armements, de la recherche et la technologie en matière de défense et de coopération de défense dans un cadre Benelux. o La défense antimissile en Europe : variances conceptuelles, positionnements politico-stratégiques et perspectives de mise en œuvre : analyse des variables conceptuelles, stratégiques, culturelles, institutionnelles et technologiques qui peuvent influer sur l'opportunité, le cadre d'établissement, la définition et la portée d'une défense antimissile de territoire européenne. Asie o Recherche sur les grandes questions politiques et de sécurité qui travaillent aujourd hui les nations asiatiques et sont d un intérêt certain pour la défense belge et européenne : l effet de la montée en puissance de l Inde et de la Chine sur les dynamiques intra-asiatiques, les conflits liés à l exploitation des ressources et la gestion des frontières, la prolifération nucléaire, les processus de mobilisation politique à base identitaire et les violences interconfessionnelles en Asie centrale et du Sud, la sécurité maritime en Asie du Sud-Est, etc. o Afghanistan at Ten: Assessing the Afghan State s Future for the Long Haul : Au-delà de dresser un état des lieux de la situation sécuritaire _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 19 of 79

20 actuelle de l Afghanistan, cette étude vise à proposer une analyse prospective des risques et défis à venir dans la perspective d un Afghanistan de l après-retrait des forces de la coalition. Afrique o Etudes géopolitiques et sécuritaires centrées sur la défense tant à l intérieur qu à l extérieur de la région des Grands Lacs. o Politique à plus long terme pour la formation des officiers africains : elle peut avoir lieu à travers toute l Afrique (et donc également dans la région des Grands Lacs) et peut permettre de tirer des leçons et des recommandations pour un nouveau regard et/ou une nouvelle approche de la politique et de l appui aux programmes de partenariat militaire par la Défense o Analyse des relations diplomatiques et projections (à 5 ans) de l évolution en République démocratique du Congo. Musée royal de l Armée et d Histoire militaire (KLM-MRA) et Pôle historique de la Défense (PHD) La dotation budgétaire pour la recherche menée au Musée royal de l Armée et d Histoire militaire fait partie du budget RSTD de la Défense. Le devoir de mémoire est un besoin qui traverse les frontières de la Défense pour toucher toute la population et tout particulièrement les jeunes. Le KLM-MRA se veut un garant du patrimoine historique de la Défense au service de la mémoire collective. Le musée, en tant qu établissement scientifique, possède toutes les compétences et les moyens pour coordonner les missions confiées au Pôle historique de la Défense. Le patrimoine historique de la Défense est particulièrement riche mais ne bénéficie pas d un encadrement scientifique uniforme. Le cadre du musée permet de combler ces différences au profit d une mise en valeur cohérente et coordonnée des différents sites et des différentes activités qui y sont organisées _Cartographie de la recherche à la Défense - Page 20 of 79

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Master. Master 120 en études européennes. Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis

Master. Master 120 en études européennes. Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis Master 120 en études européennes Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis Master Année académique 2013-2014 Les institutions partenaires

Plus en détail

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA Depuis 1936, le Groupe ECA produit des solutions technologiques pour la sécurité des hommes et des biens. Diffusées dans le monde entier, ces solutions sont destinées aux secteurs de la défense, de l industrie,

Plus en détail

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme Lancement centre Européen de Biomimétisme de Senlis 20 Septembre 2012 Bruno Mortaigne DS/MRIS AU CŒUR DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE LES

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Monsieur Pieter De Crem, Ministre de la Défense nationale, a donné un exposé le 21 mai 2008 à l Institut royal Supérieur de Défense (IRSD) Pendant cette conférence,

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

LA NOUVELLE STRUCTURE DE DG HR >>> HR NEW

LA NOUVELLE STRUCTURE DE DG HR >>> HR NEW LA NOUVELLE STRUCTURE DE DG HR >>> HR NEW Texte adapté par le Cdt Hre Henniquiau Serge Vice-Président Nous vous proposons ici une large synthèse de la note de DG HR Management (HRM-MITS : 11-00678575 du

Plus en détail

nouveau! cursus d ingénierie

nouveau! cursus d ingénierie nouveau! cursus d ingénierie cursus d ingénierie en 5 ans Une formation de haut niveau aux métiers de l ingénieur Ce parcours forme des étudiants spécialistes, responsables, cultivés, créatifs, ouverts

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Les principales données budgétaires et comptables du ministère de la défense

Les principales données budgétaires et comptables du ministère de la défense Les principales données budgétaires et comptables du ministère de la défense Les données budgétaires françaises figurant aux paragraphes 2.1 et 2.2 sont celles des lois de finances initiales. Elles sont

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL

VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL Sciences Politiques (R.I.) / Septembre 2005. Bridgestone Aircraft Tire. AREA SALES MANAGER Je vends des pneus d avions aux compagnies aériennes en Europe, Afrique et Moyen- Orient. J ai débuté comme assistant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Masters en Sciences politiques - 6 - Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Programme(s) de Bachelier Mineure Prérequis Accès direct moyennant Mineure Mineure et Prérequis Bachelier

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Présentation générale Underwriting & International Risk Management

Présentation générale Underwriting & International Risk Management Présentation générale Underwriting & International Risk Management Assurances de personne Biens & Responsabilités des Entreprises Production audiovisuelle Schéma général 1 PRESENTATION GENERALE L association

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

Recherche, Formation et Innovation pour le développement

Recherche, Formation et Innovation pour le développement Académie de Recherche et d Enseignement supérieur ARES Commission de la Coopération au Développement FINANCEMENT DE PROJETS COLLABORATIFS VIA L ARES : Recherche, Formation et Innovation pour le développement

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SYNTHESE Août 2012 Préambule Préambule La présente synthèse est un résumé du rapport

Plus en détail

SERVICE EUROPÉEN POUR L ACTION EXTÉRIEURE

SERVICE EUROPÉEN POUR L ACTION EXTÉRIEURE SERVICE EUROPÉEN POUR L ACTION EXTÉRIEURE DIRECTEUR GÉNÉRAL ADMINISTRATIF Bruxelles, le 22/01/2014 EEAS.MDR.C.3 DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL ADMINISTRATIF DU SERVICE EUROPÉEN POUR L ACTION EXTÉRIEURE

Plus en détail

BWC/MSP/2010/MX/INF.2

BWC/MSP/2010/MX/INF.2 Réunion des États parties à la Convention sur l interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction BWC/MSP/2010/MX/INF.2

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères et du Développement international

Les métiers du ministère des Affaires étrangères et du Développement international LES MÉTIERS Les agents du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) défendent et promeuvent les intérêts de la France et des Français dans tous les domaines auprès des

Plus en détail

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM UNE PRÉSENCE GLOBALE, UNE EXPERTISE LOCALE EUROPE MEDITERRANEE MOYEN-ORIENT 83% d effectifs locaux AMERIQUES 89% d effectifs locaux ASIE 79% d effectifs

Plus en détail

Forum «Sécurité des citoyens»

Forum «Sécurité des citoyens» Forum «Sécurité des citoyens» Réunion d information 5 juillet 2007 Programme Ouverture Eléments de contexte : Travaux du GIS Mise en place du Forum «Sécurité des citoyens» Point d information sur les principales

Plus en détail

Master complémentaire conjoint. Gestion des risques et bien être au travail

Master complémentaire conjoint. Gestion des risques et bien être au travail Master complémentaire conjoint Académie Wallonie-Europe,Académie Wallonie Bruxelles,Académie Louvain Gestion des risques et bien être au travail 1. Motivation du projet Le MCC «Gestion des risques et bien

Plus en détail

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F)

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) BRUXELLES SPF ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE AFG07004 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes

Plus en détail

Fiche Info STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE

Fiche Info STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE Fiche Info AIDE JURIDIQUE STRUCTURE DES ETUDES SUPERIEURES: LA REFORME DE BOLOGNE AIDE JURIDIQUE Fédération des Étudiants Francophones ASBL 20 rue

Plus en détail

en Architecture Navale

en Architecture Navale Cursus Cursus d application en Architecture Navale pour les Ingénieurs de l Armement d application des Polytechniciens école Nationale Supérieure de Techniques Avancées Bretagne www.ensta-bretagne.fr L

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal

Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal COLLABORATIONS INTERNATIONALES EN RECHERCHE Yves Guay Directeur Direction des relations internationales Université de Montréal 1 ADARUQ - Novembre 2013 «Pour maintenir la présence internationale du Québec

Plus en détail

Département RISQUES ET CRISES

Département RISQUES ET CRISES RISQUES ET CRISES FICHES DE FORMATIONS SESSION NATIONALE SPÉCIALISÉE «Management stratégique de la crise» SERVICES DU PREMIER MINISTRE Gestion des risques et des crises : formation à la prise de décision

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et

! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et 1 Neuf lignes d action! Mobiliser les acteurs sur les grands défis sociétaux! Refonder le dispositif de coordination et d orientation de la recherche en France! Promouvoir la recherche technologique! Développer

Plus en détail

Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers

Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers Un élément de la politique française d accueil des étudiants étrangers Le programme de bourses d excellence Eiffel est l un des volets de la nouvelle politique d'accueil des étudiants étrangers adoptée

Plus en détail

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit

Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit Strasbourg, le 24 novembre 2005 Programme de coopération du Conseil de l Europe pour le renforcement de l Etat de Droit CONCLUSIONS DE LA 7 ème REUNION PLENIERE DU RESEAU EUROPEEN D ECHANGE D INFORMATIONS

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne Master Interdisciplinaire et professionnel Dynamiques Africaines MIDAf devient Université Bordeaux Montaigne Objectifs de la formation La spécialité «Dynamiques africaines» associe l Université Bordeaux

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

Coopération transfrontalière

Coopération transfrontalière 2007 Instrument européen de voisinage et de partenariat Coopération transfrontalière Document de stratégie 2007-2013 Programme indicatif 2007-2010 Résumé Le document de stratégie 2007-2013 de la coopération

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises

Institut national. Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS. Risques et Crises Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Le «Risques et crises» inscrit son action dans les objectifs du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale. Il contribue à la formation et à la préparation

Plus en détail

Overmind. Project Management Optimization

Overmind. Project Management Optimization Project Management Optimization Contenu Objectifs Expérience et compétences Project Management Optimization : Mission et Vision Grands programmes Données, Méthodologie et Résultats Process Appendix 1 Front

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts HAUTE ECOLE EPHEC Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts A. Commentaire général Ce commentaire général prend en compte le diagnostic

Plus en détail

Cycle de formation d analyse stratégique au service de la paix

Cycle de formation d analyse stratégique au service de la paix Aan u het woord à vous la parole Cycle de formation d analyse stratégique au service de la paix 43 fabien motmans Kolonel Fabien Motmans, tewerkgesteld in het Stafdepartement Strategie, bilaterale relaties.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Sciences physiques pour l'environnement de l Université de Corse Pasquale Paoli Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes»

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» Termes de référence de la composante 1 Plans de Formation Introduction L initiative Sud Expert Plantes du Ministère français des Affaires Etrangères soutient l'effort

Plus en détail

NICHE THEMATIQUE: SECURITE CIVILE 1 POURQUOI CHOISIR LA SECURITE CIVILE COMME THEMATIQUE D ACTION?

NICHE THEMATIQUE: SECURITE CIVILE 1 POURQUOI CHOISIR LA SECURITE CIVILE COMME THEMATIQUE D ACTION? NICHE THEMATIQUE: SECURITE CIVILE Ce document constitue la note préparatoire pour l atelier «niche thématique: sécurité civile» du 27 janvier 2012. Le but de cette brève note est de brosser un portrait

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management des connaissances et innovation de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

BACCALAURÉAT EN SOINS

BACCALAURÉAT EN SOINS BACCALAURÉAT EN SOINS INFIRMIERS SPÉCIALISATION EN IMAGERIE MÉDICALE ET RADIOTHÉRAPIE ISSIG Rue Royale 336 1030 Bruxelles Tél : 02/613.19.70 613.19.71 issig@galilee.be www.issig.be 1 Table des matières

Plus en détail

L évolution de la formation

L évolution de la formation Aan u het woord À vous la parole L évolution de la formation Philippe Kellen Le major Philippe Kellen est le chef des projets informatiques au sein de la direction générale de la Formation (DG Fmn). Auparavant,

Plus en détail

- de convenir des mesures essentielles qui devrai-

- de convenir des mesures essentielles qui devrai- UNION AFRICAINE CADRE POUR LA MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE DU SYSTEME CONTINENTAL D ALERTE RAPIDE TEL QU ADOPTÉ PAR LA REUNION DES EXPERTS GOUVERNEMENTAUX SUR L ALERTE RAPIDE ET LA PREVENTION DES CONFLITS,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE Montpellier L énergie, enjeu national 2 Besoin d harmoniser les 3 piliers de l énergie : accès à l énergie, sécurité énergétique et lutte contre le changement climatique Lutte

Plus en détail

Assemblée générale Saint-Cyrienne

Assemblée générale Saint-Cyrienne Assemblée générale Saint-Cyrienne La grande école du commandement forme des chefs capables de décider en situation difficile, des chefs en vue du combat, quelle que soit sa nature Projet éducatif ciblé

Plus en détail

CIVI.POL Conseil. Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français

CIVI.POL Conseil. Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français CIVI.POL Conseil Société de conseil et de service du Ministère de l Intérieur Français Présentation CIVIPOL 2011 PRESENTATION DE CIVI.POL CONSEIL Opérateur du Ministère de l Intérieur, CIVI.POL Conseil

Plus en détail

Contexte et aperçu du plan de surveillance administrative en vertu des exigences du Règlement sur les agents pathogènes humains et les toxines

Contexte et aperçu du plan de surveillance administrative en vertu des exigences du Règlement sur les agents pathogènes humains et les toxines Plan de surveillance administrative a l e gard des agents pathoge nes et des toxines dans un contexte de recherche - EÉ le ments requis et lignes directrices Selon l article 3 du Règlement sur les agents

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 16.6.2004 COM(2004) 353 COMMUNICATION DE LA COMMISSION La science et la technologie, clés de l'avenir de l'europe - Orientations pour la politique de

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014

Formations à la Gestion civilo-militaire des crises extérieures 1 er semestre 2014 I N S T I T U T D E S H A U T E S É T U D E S D E D É F E N S E N A T I O N A L E Formations à la "Gestion civilo-militaire des crises extérieures" 1 er semestre 2014 Sensibilisation au concept de "Gestion

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Arts plastiques LICENCE

Arts plastiques LICENCE Arts plastiques LICENCE Objectifs de la formation Présentant un équilibre entre enseignements pratiques et cours théoriques, la formation en Arts plastiques a pour visée principale la maîtrise par l étudiant

Plus en détail

Réacteur et centrale

Réacteur et centrale FUSION Réacteur et centrale Fusion > Sections efficaces http://wwwppd.nrl.navy.mil/nrlformulary/index.html 22 Fusion > Taux de réaction D T 1E-20 1E-21 1E-22 1E-23 1E-24 1E-25 1E-26 1E-27 1 10 100

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

2013-11-22. BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment

2013-11-22. BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment 2013-11-22 BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment 2 Table des matières Comprendre ce qu est le BIM? Les principaux usages du BIM Les bénéfices du BIM Où se situe l industrie

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Département Sécurité Économique Le Département Sécurité Économique de l INHESJ dispense des formations de haut niveau sur les thèmes liés à la protection (sécurité/sûreté)

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Thales Services, des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com

Thales Services, des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com , des systèmes d information plus sûrs, plus intelligents www.thalesgroup.com Thales, leader mondial des hautes technologies Systèmes de transport, Espace, Avionique, Opérations aériennes, Défense terrestre,

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail