Partenariats. IFRS 11 en pratique. Questions et réponses. Janvier kpmg.fr

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partenariats. IFRS 11 en pratique. Questions et réponses. Janvier 2015. kpmg.fr"

Transcription

1 Partenariats IFRS 11 en pratique Questions et réponses Janvier 2015 kpmg.fr

2 Sommaire Préambule Quels sont les principaux changements à attendre pour la comptabilisation des partenariats en contrôle conjoint?... 7 Q1.1 La définition du contrôle conjoint a-t-elle changé par rapport à IAS 31?... 7 Q1.2 L intégration proportionnelle a-t-elle vraiment disparu?... 7 Q1.3 Est-il possible de comptabiliser la quote-part des sociétés mises en équivalence en résultat opérationnel?... 8 Q1.4 Est-il encore possible d utiliser l intégration proportionnelle pour les besoins de l information sectorielle fournie en annexe?... 9 Q1.5 Quelle date d application? Comment déterminer s il y a contrôle conjoint? Q2.1 Comment déterminer s il y a contrôle conjoint sous IFRS 11? Q2.2 Un contrôle conjoint implicite peut-il exister? Q2.3 Un contrôle collectif implique-t-il forcément l existence d un contrôle conjoint? Q2.4 Un contrôle de fait conjoint est-il possible? Comment distinguer une co-entreprise (JV) d une activité conjointe (JO)? Q3.1 Pourquoi cette distinction est-elle primordiale? Q3.2 Quelle est l unité de compte? Q3.3 Quelles sont les différentes étapes à suivre pour distinguer une co-entreprise d une activité conjointe? Q3.4 Etape 1 Qu est-ce qu un véhicule distinct? Q3.5 Etape 2 Dans quels cas peut-on considérer que la forme juridique du véhicule distinct confère aux parties les droits sur les actifs et les obligations au titre des passifs du véhicule? Q3.6 Etape 2 Le fait que le véhicule soit à responsabilité illimitée suffit-il pour le classer en activité conjointe? Q3.7 Etape 3 Dans quels cas l accord contractuel conclu entre les parties peut-il conférer aux parties les droits sur les actifs et les obligations au titre des passifs du véhicule? Q3.8 Etape 4 Dans quels cas les autres faits et circonstances permettent-ils un classement en activité conjointe? Test des «autres faits et circonstances» (étape 4) les variantes qui permettent (ou non) un classement en activité conjointe Q4.1 Côté actifs - Est-ce qu une simple intention des parties d acheter la production du véhicule est suffisante pour un classement en activité conjointe? Q4.2 Côté actifs - Si les parties ont des droits dans la production différents de leur intérêt dans le véhicule, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.3 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont entièrement attribués à une seule partie, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.4 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont en partie attribués à un investisseur qui n exerce pas le contrôle conjoint, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.5 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont attribués aux parties sauf pour une très faible part vendue à des tiers, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.6 Côté actifs - Si la production du véhicule est directement vendue à un tiers, peut-on quand même dans certains cas classer le véhicule en activité conjointe? Q4.7 Côté actifs - Si la «production» du véhicule correspond à la fourniture d un service rendu aux parties, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.8 Côté passifs - Si le prix payé par les parties pour acheter la production permet au véhicule de toujours réaliser un profit (ex : prix de transfert déterminé sur une base coûts plus marge), peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.9 Côté passifs - Si le prix payé par les parties pour acheter la production ne couvre pas forcément tous les coûts du véhicule (ex : prix du marché), peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.10 Côté passifs Si le véhicule a la possibilité d obtenir une source de financement externe, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Q4.11 Le cas des «entités projets» Informations à fournir Q5.1 Quelles sont les informations concernant les hypothèses et jugements importants à mentionner en annexe? Q5.2 Quelles sont les informations spécifiques à fournir sur les partenariats? Q5.3 Quelles sont les informations financières résumées à fournir pour les co-entreprises? Q5.4 Quelles sont les informations à fournir pour les co-entreprises qui prises individuellement ne sont pas significatives et quel est le niveau d agrégation acceptable?... 35

3 Q5.5 Y a-t-il des particularités pour l exercice au cours duquel IFRS 11 est adoptée? Q5.6 Où puis-je trouver de la guidance supplémentaire et des exemples à suivre? Transition Q6.1 A quelle date le changement de comptabilisation est-il effectué? Q6.2 IP vers MEE : quelles modalités de transition en général? Q6.3 IP vers MEE : que se passe-t-il si la co-entreprise présente un actif net négatif à la date de transition? Q6.4 IP vers MEE : que se passe-t-il si le goodwill de la co-entreprise était jusqu à la date de transition rattaché à une UGT ou un groupe d UGT plus large? Q6.5 IP vers MEE : et s il y a eu un passage de MEE à IP avant la transition? Q6.6 IP vers comptabilisation «ligne à ligne» (activité conjointe) : quelles sont les modalités de transition? Q6.7 MEE vers comptabilisation «ligne à ligne» (activité conjointe) : quelles sont les modalités de transition? Comptabilisation «ligne à ligne» - comment fait-on? Q7.1 Comment traiter les transactions réciproques entre le partenariat et les parties, notamment dans le cas où les parties achètent la production de l activité conjointe? Q7.2 Quelle quote-part d actifs et passifs doit être comptabilisée lorsque la quote-part d intérêt détenue diffère de la quotepart de production achetée par les partenaires? Q7.3 Comment comptabiliser les actifs détenus par les parties qui sont utilisés dans le cadre des activités du partenariat (sans changement de titre de propriété) ainsi que des passifs associés? Q7.4 Que signifie la comptabilisation «ligne à ligne» dans une SEP? Glossaire / liste des abréviations

4 Préambule Depuis sa publication en mai 2011, l application d IFRS 11 soulève de nombreuses questions donnant lieu à des divergences d interprétation. Devant ce constat, l IASB a notamment lancé un processus de consultation des parties prenantes en juillet 2013 (dont les résultats ont été publiés en novembre 2013) et débattu de différents sujets jusqu en juillet En novembre 2014, le Comité d interprétation a formalisé ses principales conclusions et observations sous la forme d «Agenda Decisions» provisoires distinctes sur les différents sujets abordés, afin d aider les parties prenantes dans leurs analyses. Ces «Agenda Decisions» devraient être examinées lors de la prochaine réunion du Comité en mars 2015 en prenant en compte les éventuels commentaires reçus des parties prenantes. Les décisions finales devraient ainsi être communiquées à cette date. Les différentes actions de l IASB et de son Comité d interprétation peuvent être résumées ainsi : Il apparaît que les deux thèmes «difficiles» sont : d une part, le test des «autres faits et circonstances» pour le classement d un partenariat en co-entreprise (JV) ou activité conjointe (JO) et ; d autre part, la comptabilisation des activités conjointes (JO). 3

5 Test des «autres faits et circonstances» Concernant le test des «autres faits et circonstances», nous avons repris ci-dessous la liste des sujets qui nous semblent les plus controversés en résumant la position de KPMG jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation et le résultat des éventuelles autres discussions à venir. Par ailleurs, au sein de chacune des questions du Q&A concernées, nous avons mis en avant les arguments avancés en faveur des différentes vues qui se confrontent dans le cadre des débats et qui ont été remontés au Comité d interprétation (résultats de l Outreach communiqués en novembre 2013). # Questions Discussions du Comité d interprétation Position KPMG Réf. Q&A 1 Le test des «autres faits et circonstances» doit-il être uniquement basé sur des droits contractuels et légaux ayant force exécutoire ou est-il possible de considérer d autres éléments tels que la conception et la raison d être du partenariat, l intention des parties, les pratiques passées, etc.? Le Comité d interprétation a décidé en mai 2014 de ne pas publier d interprétation sur le sujet considérant que les dispositions de la norme étaient suffisantes. Sur cette base, le Comité est d avis que l évaluation des «autres faits et circonstances» doit conduire à déterminer si ceux-ci créent, en substance pour les parties, des droits et obligations directs ayant force exécutoire sur les actifs et passifs du partenariat. Cette position est en ligne avec la position actuelle de KPMG. Q 4.1 Cas des «entités projets» : Q 4.11 A cet égard, les discussions du Comité d interprétation de juillet 2014, qui portaient sur l analyse d un exemple d «entité projet», ainsi que l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014 ont confirmé cette interprétation. Ainsi, il apparaît désormais que la voie ouverte par les «autres faits et circonstances» pour un classement en activité conjointe d une entité distincte devrait rester très étroite. 2 Un partenariat qui a l obligation de vendre sa production à ses partenaires en prix de marché peut-il être classé comme une activité conjointe? Selon l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014, ce facteur n est pas à lui seul déterminant mais il apparaît qu une telle conclusion ne serait pas acquise s il est raisonnablement possible que le prix de marché baisse et que l entité réalise des pertes. Jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation, réponse généralement positive de KPMG. Q 4.9 4

6 3 Un classement en activité conjointe est-il possible lorsque le partenariat a accès à du financement externe? Selon l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014, la réponse est positive. Jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation, la réponse a été le plus souvent positive dans les cas étudiés par KPMG Q Un partenariat qui vend durablement sa production à un seul de ses partenaires peut-il être classé comme une activité conjointe? Sujet non discuté Selon KPMG, un classement en activité conjointe n est pas exclu mais il convient d être très vigilant et une analyse critique doit être effectuée. Q 4.3 Comptabilisation «ligne à ligne» des JO Concernant la comptabilisation «ligne à ligne» des JO, les principales problématiques qui font débat à date sont les suivantes : # Questions Position KPMG Réf. Q&A 1 Comment comptabiliser les transactions réciproques entre le partenariat et les parties, notamment dans le cas où les parties achètent la production de l activité conjointe? A date, une approche appropriée consisterait à faire en sorte que les transactions réciproques soient totalement éliminées et que le seul revenu reconnu soit celui réalisé avec les tiers (sauf exception, voir particularités en 2 ci-dessous). Cette approche pourrait différer de la consolidation proportionnelle. Cette vue correspond à la vue préférentielle de KPMG et semble être partagée par le Comité d interprétation au vu de l «Agenda Decision» provisoire de novembre Q7.1 5

7 2 Comment comptabiliser une activité conjointe (résultant du test des «autres faits et circonstances») dans laquelle la part de la production achetée par les parties est disproportionnée par rapport à leur intérêt dans le partenariat? 3 Comment comptabiliser les actifs détenus par les parties qui sont utilisés dans le cadre des activités du partenariat (sans changement de titre de propriété) ainsi que des passifs associés? Si la production est achetée au prix de marché, jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation, la position de KPMG consisterait à comptabiliser les actifs, passifs, produits et charges en fonction du pourcentage d intérêt (et non du pourcentage de production), les achats au partenariat en excès du pourcentage d intérêt étant considérés comme des achats indirects en prix de marché auprès de l autre partenaire. Dans le cas contraire, une comptabilisation sur la base des droits et obligations contractuels pourrait être appropriée selon KPMG. Aucune position tranchée ne ressort réellement de l «Agenda Decision» provisoire de novembre Il est essentiellement précisé que, dans un tel cas, il conviendrait d appréhender les raisons d une telle différence et de faire preuve de jugement pour déterminer le traitement approprié. Selon KPMG, il pourrait être approprié de considérer ces actifs et passifs comme détenus conjointement. Ainsi, les parties les comptabiliseraient à hauteur de leur quote-part détenue dans le partenariat (et non à 100 %). Q7.2 Q7.3 4 Que signifie la comptabilisation «ligne à ligne» dans une entité du type SEP (Société En Participation) et notamment une SEP occulte? Pas de position tranchée à ce stade. Q7.4 La présente publication est destinée à fournir un éclairage général sur les principaux points d attention ou les difficultés soulevées par l application de la nouvelle norme IFRS 11 sur les partenariats. Les informations contenues dans ce document sont d ordre général et ne sont pas destinées à traiter les particularités d une personne ou d une entité. En outre, elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation par des professionnels qualifiés. Bien que nous fassions tout notre possible pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date ultérieure au 16 janvier En particulier, certaines réponses pourraient nécessiter d être nuancées ou revisitées suite à la publication des décisions finales du Comité d interprétation qui devraient être publiées à l issue de sa prochaine réunion de mars

8 1. Quels sont les principaux changements à attendre pour la comptabilisation des partenariats en contrôle conjoint? Q1.1 La définition du contrôle conjoint a-t-elle changé par rapport à IAS 31? En elle-même, la définition du contrôle conjoint qui figure dans IFRS 11 est quasiment identique à celle qui en était donnée dans IAS 31. Le Comité d interprétation de l IASB a d ailleurs insisté dans l IFRIC Update de juillet 2013 sur la similitude de la notion de contrôle conjoint entre IFRS 11 et IAS 31. Néanmoins, dans la mesure où cette définition s appuie également sur la nouvelle définition du contrôle qui figure dans IFRS 10, laquelle apporte un certain nombre de modifications et nouveautés (e.g. activités pertinentes, droits substantiels versus protectifs, indicateurs du pouvoir, etc.) par rapport à IAS 27/SIC-12, on ne peut pas exclure que la frontière entre contrôle et contrôle conjoint soit modifiée dans un certain nombre de cas. Q1.2 L intégration proportionnelle a-t-elle vraiment disparu? Le principal changement apporté par IFRS 11 est bien sûr la fin du libre choix, pour les co-entreprises, entre une comptabilisation selon la méthode de la mise en équivalence ou selon celle de l intégration proportionnelle. Dans IFRS 11, la méthode de comptabilisation dépend du classement de l accord de partenariat dans l une des deux catégories prévues par la norme : soit il s agit d une co-entreprise et la comptabilisation par mise en équivalence est obligatoire ; soit il s agit d une activité conjointe et, dans ce cas, il faut appliquer une comptabilisation «ligne à ligne» des actifs, passifs, charges et produits qui pourrait s apparenter à une intégration proportionnelle. Néanmoins, dans le détail, la comptabilisation des opérations conjointes dans IFRS 11 pose de nombreuses questions auxquelles nous n avons toujours pas de réponse, tel qu expliqué en préambule et dans la section 7 de ce document. Le classement repose sur l analyse des droits et obligations respectifs des partenaires. Sauf circonstances particulières (cf. 3 ci-après), on s attend a priori à ce qu un partenariat logé dans une entité juridique confère aux partenaires des droits (et des obligations) limités à l actif net de l entité (et non des droits et obligations directs sur les actifs et passifs), ce qui conduit généralement à une qualification en co-entreprise et donc à une comptabilisation selon la méthode de la mise en équivalence. Cf. Q3.3 Quelles sont les différentes étapes à suivre pour distinguer une co-entreprise d une activité conjointe Cf. Q6.5 IP vers comptabilisation «ligne à ligne» Cf 7 Comptabilisation «ligne à ligne» - Comment fait-on? 7

9 Q1.3 Est-il possible de comptabiliser la quote-part des sociétés mises en équivalence en résultat opérationnel? En avril 2013, l ANC a publié une recommandation (Reco n ) selon laquelle il est possible de présenter la quote-part des sociétés mises en équivalence (en vertu d une qualification en tant que co-entreprise selon IFRS 11 ou en tant qu entreprise sous influence notable selon IAS 28), après un sous-total «résultat opérationnel» et avant un sous-total «résultat opérationnel après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence», sous deux conditions : les entités sont de nature opérationnelle ; leur activité est dans le prolongement de l activité du groupe. Ainsi, la recommandation de l ANC du 7 novembre 2013 relative au format des états financiers des entreprises appliquant les IFRS (Reco n ) intègre cette possibilité et propose le format de suivant (extraits) : Résultat opérationnel courant Autres produits opérationnels Autres charges opérationnelles Résultat opérationnel Quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence Résultat opérationnel après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence ( ) ( ) Quote-part du résultat net des autres (1) sociétés mises en équivalence Cette structure de présentation serait a priori impérative pour les sociétés qui appliquent la recommandation de l ANC pour la présentation de leur compte de résultat et qui choisiraient une telle option de présentation pour les sociétés mises en équivalence. Ainsi, par exemple, dans ce cas, il ne serait pas possible de positionner la quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence plus haut dans le compte de résultat, par exemple juste avant le solde «résultat opérationnel courant». En revanche, selon KPMG, pour les sociétés qui n appliquent pas cette recommandation, la présentation en résultat opérationnel de la quote-part du résultat des entités mises en équivalence pourrait également être acceptable, si les entités en question font partie du «core business» et si cette présentation est appliquée de façon permanente. (1) Celles qui ne répondent pas au critère de nature opérationnelle dans le prolongement de l activité du groupe posé par l ANC. 8

10 Q1.4 Est-il encore possible d utiliser l intégration proportionnelle pour les besoins de l information sectorielle fournie en annexe? Oui. En effet, rien n interdit à ce que le management utilise l intégration proportionnelle pour les besoins de son reporting interne. L information sectorielle présentée en annexe pourrait donc être établie sur cette base, à condition toutefois que ce soit bien sous ce format-là que les performances de la co-entreprise soient suivies par le principal décideur opérationnel en conformité avec les prescriptions d IFRS 8. Q1.5 Quelle date d application? Pour mémoire, la date d application de l ensemble des nouvelles normes de consolidation 1 a été fixée par l IASB au 1 er janvier avec une possibilité d application anticipée. Au niveau européen en revanche, ces nouvelles normes (y compris les amendements à leurs dispositions transitoires de juin 2012) ont été adoptées avec une application obligatoire décalée au 1 er janvier , une application anticipée étant cependant possible pour la préparation des comptes arrêtés après la date d adoption. L adoption des normes d origine a été publiée au JOUE 3 le 29 décembre 2012 et celle des amendements aux dispositions transitoires le 4 avril Dans tous les cas, l application d IFRS 11 se fait de manière rétrospective limitée (voir 6) et implique donc d analyser tous les partenariats qui existent sur la (ou les) période(s) comparative(s) des états financiers de l exercice de première application. 1 IFRS 10 Etats financiers consolidés, IFRS 11 Partenariats, IFRS 12 Informations à fournir sur les intérêts détenus dans d autres entités, IAS 27 Etats financiers individuels, IAS 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises 2 Exercices ouverts à compter de cette date 3 Journal Officiel de l Union Européenne 9

11 2. Comment déterminer s il y a contrôle conjoint? Q2.1 Comment déterminer s il y a contrôle conjoint sous IFRS 11? IFRS 11 introduit une approche en deux étapes afin de déterminer s il y a contrôle conjoint : 1 D abord analyser l existence d un contrôle collectif (et non de façon unilatérale) conformément aux critères d IFRS 10 (*), i.e. un accord entre plusieurs partenaires est-il nécessaire pour pouvoir diriger les activités qui ont un impact significatif sur les rendements (notion d activités pertinentes)? 2 Puis déterminer s il s agit d un contrôle conjoint, conformément aux critères de IFRS 11 (et proches d IAS 31) : les décisions relatives aux activités pertinentes requièrent-elles le consentement unanime des parties partageant le contrôle en vertu d un accord contractuel? (*) Pour rappel, le modèle du contrôle selon IFRS 10 repose sur les principes de pouvoir, d exposition ou de droits à la variabilité des rendements et l existence d un lien entre le pouvoir et les rendements. Il s agit d évaluer la capacité d une entité à diriger plutôt que le fait qu elle exerce réellement le pouvoir. De plus, cette évaluation doit être effectuée sur une base continue. Pour plus de détails, nous vous invitons à vous référer à la guidance sur IFRS 10. L approche ci-dessus doit être menée sur la base de la substance de l ensemble des accords et droits applicables aux relations entre les parties : objet et durée du partenariat ; organisation de la gouvernance : identification de l organe de direction, des modalités de prise de décision et des règles de majorité, des procédures de résolution des situations de blocage, etc. ; modalités de partage entre les partenaires des actifs, passifs, produits et charges ; modalités de financement et contributions au capital. Cette analyse nécessite l exercice du jugement, sachant que l appréciation du pouvoir se fait sur la base des seuls droits substantiels (droits de vote et / ou autres droits contractuels). En pratique, un droit est substantiel s il permet à l investisseur de : prendre des décisions liées aux activités pertinentes (voir IFRS 10.B11 pour des exemples) ; au moment où celles-ci doivent être prises. A contrario, les droits protectifs sont exerçables en cas de changements fondamentaux dans les activités ou dans des circonstances exceptionnelles. Enfin, en pratique, les accords contiennent souvent des clauses de résolution de litiges, telles que des clauses d arbitrage permettant de prendre des décisions en l absence de consentement unanime des parties ayant le contrôle conjoint. Toutefois, en lui-même, ce type de clause n empêche pas de remplir les critères de définition d un contrôle conjoint. Selon KPMG, des procédures de résolution de litiges qui sont neutres et ne favorisent pas une partie plutôt qu une autre (par exemple, recours à un arbitre indépendant mutuellement choisi) n empêchent pas de conclure à l existence d un contrôle conjoint. [Publication KPMG Insights Into IFRS, et ] 10

12 Q2.2 Un contrôle conjoint implicite peut-il exister? Oui, dans certains cas, un contrôle conjoint implicite peut découler des accords, lorsqu un consentement unanime de deux parties est de fait rendu obligatoire pour pouvoir prendre les décisions ayant trait aux activités pertinentes, bien qu il n y ait pas de pacte d actionnaires explicite. Exemple 1 : Cependant, il faut faire attention car un contrôle conjoint ne peut exister que s il repose sur des dispositions contractuelles qui indiquent que les décisions concernant les activités pertinentes requièrent un consentement unanime de deux ou plusieurs parties. Ceci ne doit pas être confondu avec un contrôle conjoint de fait qui n est pas possible (par exemple, le fait que l expérience passée démontre que les parties votent toujours de manière conjointe, malgré l absence d accord contractuel les obligeant à le faire, ne permet pas de remplir les critères de définition d un contrôle conjoint). En revanche, un contrôle de fait conjoint serait possible en cas de situation de contrôle de fait avérée et d accord entre les parties qui détiennent ce contrôle de fait (voir question Q2.4). [IFRS 11.B8, Publication KPMG Insights Into IFRS, et ] 11

13 Q2.3 Un contrôle collectif implique-t-il forcément l existence d un contrôle conjoint? Non. Voici deux exemples de contrôle collectif sans contrôle conjoint : Exemple 2 du paragraphe B8 : Exemple 3 du paragraphe B8 : Il n y a pas de partenariat dans ces deux cas de contrôle collectif. En effet, pour qu il y ait contrôle conjoint, il faudrait qu il y ait une combinaison unique de parties devant s entendre à l unanimité sur les décisions relatives aux activités pertinentes de l entreprise. [IFRS 11.B8] [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 12

14 Q2.4 Un contrôle de fait conjoint est-il possible? Oui, il est possible que le contrôle collectif soit un contrôle de fait et que les parties aient un accord pour partager ce contrôle collectif de fait. Exemple : [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 13

15 3. Comment distinguer une co-entreprise (JV) d une activité conjointe (JO)? Q3.1 Pourquoi cette distinction est-elle primordiale? Le classement d un partenariat en tant que co-entreprise (JV) ou activité conjointe (JO) est primordial dans la mesure où il détermine la méthode de comptabilisation qui doit être appliquée : la méthode de la mise en équivalence pour les co-entreprises ; ou la comptabilisation «ligne à ligne» des actifs, passifs, produits et charges pour les activités conjointes, sachant que la notion d activité conjointe est potentiellement plus large que celles d activités et d actifs sous contrôle conjoint qui figuraient dans IAS 31. JCO : Jointly Controlled Operations, Activités contrôlées conjointement (IAS 31) JCA : Jointly Controlled Assets, Actifs contrôlés conjointement (IAS 31) JCE : Jointly Controlled Entity, Entités contrôlées conjointement (IAS 31) JO : Joint Operation, Activité conjointe (IFRS 11) JV : Joint Venture, Co-entreprise (IFRS 11) 14

16 Q3.2 Quelle est l unité de compte? La notion d unité de compte correspond au niveau auquel l analyse de la classification du partenariat est effectuée. Selon IFRS 11.BC35, l unité de compte («unit of account») correspond à l activité que plusieurs parties contrôlent conjointement. Ainsi, la totalité d une activité est classée, soit en tant qu activité conjointe, soit en tant que co-entreprise. Selon IFRS 11.BC36, il est possible que les parties entreprennent plusieurs activités au sein d un seul véhicule et qu elles aient des droits et obligations différents en fonction de chaque activité. Cependant, on s attend à ce que cette situation soit rare en pratique. Par ailleurs, le terme «activité» n est pas défini et l application de ce concept en pratique peut soulever des difficultés. Par exemple, la guidance d IFRS 11 présente le cas d un accord de partenariat conduisant deux activités (fabrication et distribution) dans deux entités distinctes et pour lequel l analyse du classement co-entreprise / activité conjointe est effectuée au niveau de chacune des entités plutôt qu au niveau de l accord [IFRS 11.IE14-28 exemple 3]. Ainsi, l unité de compte semble difficilement pouvoir exister à un niveau différent de celui du véhicule. Cependant, en l absence de guidance claire en la matière, il convient selon nous de faire preuve de beaucoup de vigilance lorsque plusieurs activités sont conduites au sein d un unique véhicule, mais également lorsqu une seule activité est structurée sous forme de plusieurs véhicules. Enfin, même si plusieurs partenariats sont régis par un contrat cadre (par exemple, un contrat stratégique et opérationnel couvrant un partenariat pour la production et un autre pour la distribution), la classification de chaque partenariat peut être différente si les droits et obligations des parties diffèrent d un partenariat à l autre. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 15

17 Q3.3 Quelles sont les différentes étapes à suivre pour distinguer une coentreprise d une activité conjointe? Les co-entrepreneurs («joint venturers») d une co-entreprise (JV) ont droit à l actif net du partenariat tandis que les partenaires («joint operators») d une activité conjointe (JO) ont des droits sur les actifs et des obligations relatives aux passifs du partenariat. Ainsi, une analyse des droits et obligations des parties au partenariat doit être effectuée en considérant la substance des accords et non pas uniquement leur forme juridique, ce qui peut induire une part importante de jugement. Il conviendra ainsi de tenir compte de la structure et de la forme juridique du partenariat, des stipulations convenues entre les parties dans l accord contractuel et, le cas échéant, des autres faits et circonstances. Cette analyse peut se décomposer en quatre étapes selon l arbre de décision suivant : [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 16

18 Q3.4 Etape 1 Qu est-ce qu un véhicule distinct? Un partenariat structuré sous forme de véhicule distinct est soit une co-entreprise, soit une activité conjointe. A l inverse, un partenariat non structuré sous forme de véhicule distinct est forcément une activité conjointe. Selon l annexe A d IFRS 11, un véhicule distinct est une «structure financière séparément identifiable, qui peut être notamment une entité juridique distincte ou une entité distincte reconnue par un texte de loi, qu elle soit dotée ou non de la personnalité juridique.» Il apparaît que la notion de «structure financière séparément identifiable» implique l existence d une certaine forme de structure légale, que cette dernière confère ou non une séparation entre les parties et le véhicule. Ainsi, la simple existence de livres comptables, comptes bancaires, unités de reporting ou secteurs opérationnels séparés n est pas jugée suffisante pour conclure à l existence d un véhicule distinct. Cette première étape correspond ainsi à la distinction qui est faite sous IAS 31 entre les co-entreprises et les activités / actifs contrôlés conjointement. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q3.5 Etape 2 Dans quels cas peut-on considérer que la forme juridique du véhicule distinct confère aux parties les droits sur les actifs et les obligations au titre des passifs du véhicule? Si la forme juridique du véhicule distinct ne confère pas une séparation entre les parties et les actifs et passifs du véhicule, alors les actifs et passifs du véhicule sont considérés comme étant les actifs et passifs des parties. Dans ce cas, le partenariat est en substance une activité conjointe. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 17

19 Q3.6 Etape 2 Le fait que le véhicule soit à responsabilité illimitée suffit-il pour le classer en activité conjointe? Non, le fait que le véhicule soit à responsabilité illimitée («unlimited liability vehicle») n est pas suffisant pour le classer en activité conjointe. Par exemple, les sociétés A et B créent un partenariat via un véhicule distinct, C. De par la forme juridique de C, les sociétés A et B sont responsables de manière illimitée au titre des passifs de C. Dans ce cas, C a une personnalité juridique distincte qui lui confère la propriété des actifs et des passifs en propre. Elle a l obligation première d assumer ses passifs. A et B ne sont responsables vis-à-vis des passifs que dans un second temps. Leur responsabilité illimitée vis-à-vis des passifs correspond donc en substance à une simple garantie. De plus, elle ne donne aucun droit aux actifs, ce qui est également requis pour qu un classement en tant qu activité conjointe soit possible. Sur la base de notre expérience à l international, dans la grande majorité des cas, la forme juridique du véhicule distinct confère une séparation entre les parties et le véhicule ; et ne permet donc pas un classement automatique en activité conjointe. En France, les véhicules sous forme de SNC, GIE, SCI et a fortiori de SA / SAS / SARL confèrent une séparation entre les parties et le véhicule, contrairement aux Sociétés En Participation (SEP) qui n ont pas de personnalité morale. Ainsi, dans le cas des SEP, les contrats du partenariat sont contractés par les partenaires en leur nom propre, leur conférant ainsi les droits dans les actifs et les obligations au titre des passifs du partenariat ; induisant par là- même un classement en tant qu activité conjointe. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q3.7 Etape 3 Dans quels cas l accord contractuel conclu entre les parties peutil conférer aux parties les droits sur les actifs et les obligations au titre des passifs du véhicule? Afin de pouvoir conclure à un classement en activité conjointe, il faut pouvoir démontrer que les termes de l accord contractuel conclu entre les parties permettent de modifier les droits et obligations conférés en premier lieu au véhicule de par sa forme juridique pour les transférer aux parties. Dans un environnement juridique très encadré, comme en France, on ne s attend pas a priori à rencontrer ce type d accord contractuel ; mais cela peut être le cas dans d autres environnements juridiques et en particulier on peut s attendre à le rencontrer à l étranger dans des secteurs comme le secteur pétrolier par exemple. IFRS 11 donne l exemple suivant (Exemple 4) d accord contractuel modifiant les droits et obligations conférés par la forme juridique du véhicule. Soit deux parties qui structurent un partenariat sous forme d entité constituée en société, dans laquelle chaque partie détient une participation de 50 %. La constitution en société fait que l entité crée une séparation avec les partenaires ; par conséquent, les actifs et passifs détenus dans l entité sont les actifs et passifs de celle-ci. Dans ce cas, l évaluation des droits et des obligations conférés aux parties en raison de la forme juridique du véhicule distinct indique que les parties ont des droits sur l actif net. Toutefois, les parties modifient, dans leur accord contractuel, les caractéristiques de l entité de sorte que chacune d elles a des intérêts dans les actifs de l entité et est responsable des passifs de l entité dans des proportions définies. Ce type de modifications apportées contractuellement aux caractéristiques d une entité constituée en société peut faire de l entité une activité conjointe. [IFRS 11.B26 Example 4, Publication KPMG Insights Into IFRS, & 230] 18

20 Q3.8 Etape 4 Dans quels cas les autres faits et circonstances permettent-ils un classement en activité conjointe? A cette étape, le test consiste à déterminer si les faits et circonstances donnent aux parties : les droits à la quasi-totalité des avantages économiques bruts générés par le partenariat (côté actifs), et font en sorte que le partenariat dépende des parties sur une base continue pour régler les passifs (côté passifs). Dans ce cas, même si la forme juridique et les clauses contractuelles tendent à indiquer que le partenariat correspond à une co-entreprise, les autres faits et circonstances démontrent qu il s agit en fait, en substance, d une activité conjointe. Afin de déterminer si ces critères sont remplis, il convient d analyser quelle est la conception et la raison d être du véhicule. Tel qu indiqué dans IFRS 11.B31 et B32 et illustré via l exemple 5 de la norme (schématisé ci-dessous), lorsque la conception et la raison d être du véhicule visent à fournir la production réalisée aux parties (se traduisant concrètement par une obligation d achat voir Q4.1), et que le partenariat est limité dans sa capacité à vendre sa production à des tiers, ceci peut potentiellement amener à considérer qu elles ont droit à la quasi-totalité des avantages économiques découlant des actifs du véhicule. De plus, dans ce contexte, il ressort que les passifs contractés par le véhicule sont, en fait, réglés grâce aux flux de trésorerie reçus de la part des parties lorsqu elles achètent sa production. Le fait que les parties sont pour ainsi dire la seule source de flux de trésorerie contribuant à la poursuite des activités du véhicule indique qu elles ont une obligation au titre des passifs relatifs au véhicule. Ainsi, l exemple 5 de la norme conclut à un classement en activité conjointe dans le cas d un partenariat présentant les principales caractéristiques suivantes : partenariat détenu à 50 /50 par deux partenaires ; engagement d achat de la production par les partenaires à 50 / 50 ; interdiction de vente de la production à des tiers, hors approbation des partenaires, faisant en sorte que les ventes aux tiers sont jugées rares et non matérielles ; prix de vente fixé de sorte qu il couvre les coûts ; absence de recours à un financement externe. 19

21 Par ailleurs, l exemple met en évidence le fait que dans cette configuration, le véhicule ne supporte que peu de risques : en particulier, les risques d inventaire ou de crédit sont pris par les partenaires et non pas par le véhicule. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 20

22 4. Test des «autres faits et circonstances» (étape 4) les variantes qui permettent (ou non) un classement en activité conjointe L exemple donné ci-dessus en Q3.8 afin d illustrer le test des «autres faits et circonstances» correspond à un cas de figure simple (celui de la norme). Les questions ci-dessous partent de ce même exemple et introduisent différentes variantes afin de prendre en compte certaines complexités qui peuvent être rencontrées en pratique. Pour une synthèse de l ensemble des variantes considérées à date, vous pouvez consulter notre publication KPMG Insights Into IFRS, Q4.1 Côté actifs - Est-ce qu une simple intention des parties d acheter la production du véhicule est suffisante pour un classement en activité conjointe? Position KPMG : Non position confirmée par le Comité d interprétation tel qu indiqué ci-dessous. Si l achat de la production du véhicule n a pas de base contractuelle mais repose sur une simple intention des parties, alors il apparaît que les critères pour classer le véhicule en activité conjointe (JO) ne sont pas remplis. En effet, sans contrat relatif à l achat de la production, il n est pas possible de conclure qu il existe un droit ayant force exécutoire au titre de l achat de la production et donc un droit à la quasi-totalité des avantages économiques auquel fait référence IFRS 11.B31. En outre, les parties ne peuvent avoir en substance une obligation continue de régler les passifs à moins qu elles aient une obligation d acheter la quasi-totalité de la production. Cette question est particulièrement sensible pour les partenariats qui sont dans une phase de développement ou de pré-production (par exemple des sociétés minières dites «junior» ou de jeunes sociétés de biotechnologie) et pour lesquels les termes contractuels pour l achat de la production ne sont pas encore finalisés. 21

23 Une question liée consiste à savoir si le contrat d achat de la production doit couvrir toute la durée du partenariat. Discussions de place : Cette question a été soumise au Comité d interprétation de l IASB. Pour mémoire, les différentes vues exprimées étaient les suivantes : Vue 1 : non, le test des faits et circonstances est basé uniquement sur les termes contractuels ou légaux, ayant force d exécution. Sans cela, il n y a ni droits ni obligations. Vue 2 : non, une simple intention n est pas suffisante, mais une obligation économique pour le partenariat de vendre aux partenaires et pour les partenaires d acheter la production du partenariat est suffisante. Vue 3 : oui, l intention est suffisante, le test des «faits et circonstances» étant un test en substance. Tel qu indiqué dans le préambule de ce document, le Comité d interprétation a décidé en mai 2014 de ne pas publier d interprétation sur le sujet considérant que le test des «autres faits et circonstances» devait conduire à déterminer si ceuxci créaient, en substance, des droits et obligations directs, ayant force exécutoire, sur les actifs et passifs du partenariat. Ainsi, une simple intention des parties n est pas suffisante dans la mesure où elle ne génère pas un droit ayant force exécutoire. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.2 Côté actifs - Si les parties ont des droits dans la production différents de leur intérêt dans le véhicule, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? 22

24 Position KPMG A notre avis, oui. Si un partenaire achète 70 % de la production du véhicule tandis que l autre en achète 30 % (au lieu d une répartition 50 / 50 comme en Q3.8), alors il apparaît que les critères de classement comme activité conjointe peuvent quand même être remplis. En effet, IFRS 11.B31 fait référence aux «parties» ayant la quasi-totalité des droits sur la production, de manière collective, en tant qu entité unique, sans faire référence aux droits respectifs des parties. En revanche, dans une telle situation, la difficulté réside dans la comptabilisation de l activité conjointe. Voir à ce sujet la question Q7.3. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.3 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont entièrement attribués à une seule partie, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG Il convient d être extrêmement circonspect avant de pouvoir conclure positivement. Considérons l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse que le partenaire 1 achète 100 % de la production du véhicule tandis que le partenaire 2 n achète rien (et non un partage à 50 / 50 comme en Q3.8). Dans une telle situation, en première analyse, le critère du test d IFRS 11 consistant à vérifier que les parties achètent l intégralité de la production du véhicule pourrait ne pas être considéré comme satisfait puisqu une seule partie achète la production. Il faut comprendre pourquoi et pendant quelle période il existe une telle disproportion entre les parties et ainsi déterminer quels sont les droits et obligations réels de chacun y compris en cas de rupture des accords (droit dans des actifs versus droit dans un actif net). En particulier, dans un tel cas, l existence d une réelle situation de co-contrôle doit être appréciée avec circonspection. Un classement en activité conjointe a notamment été considéré possible par KPMG dans les cas suivants où cette situation était temporaire (Publication KPMG Insights Into IFRS, et suivants) : une raffinerie de pétrole est exploitée via un accord de partenariat. Cependant au cours des deux premières années, seule l une des parties au contrat fournit du pétrole à la raffinerie et reçoit la production de celle-ci. Ceci est dû au fait que l autre partie n entrera en phase de production que dans deux ans dans la mesure où elle est toujours en phase de développement. Dans deux ans, chaque partie aura le droit d approvisionner la raffinerie et de recevoir sa production de manière proportionnelle à son intérêt soit à hauteur de 50 % chacune ; dans le secteur de l énergie et des ressources naturelles, certains accords (par exemple, les «carried interest arrangements») peuvent prévoir qu un partenaire finance la quote-part des coûts de développement de l autre partenaire en échange de sa quote-part dans la production jusqu à ce que le montant financé soit remboursé. 23

25 Discussions de place Cette question a été soumise au Comité d interprétation de l IASB mais n a pas encore été étudiée par ce dernier. Pour mémoire, les vues différentes vues suivantes étaient exprimées : Vue 1 : probablement pas. Il est probable que tous les partenaires n ont pas des droits sur les actifs et des obligations à assumer les passifs. Vue 2 : oui (si les autres critères sont remplis). Si la communauté des partenaires a des droits sur les actifs et des obligations à assumer les passifs, alors un classement en activité conjointe est possible pour les deux partenaires. Vue 3 : le partenariat pourrait être classé comme une activité conjointe par le partenaire qui achète 100 % de la production et comme une coentreprise par l autre. Plusieurs questions sont étroitement liées à ces réflexions : l interaction avec IFRIC 4 (contrats de location «cachés») et IFRIC 12 (concessions) est à analyser pour le partenaire qui achète 100 % de la production du partenariat ; si l on conclut que le partenariat est une activité conjointe, quelles conclusions en tire-t-on pour la comptabilisation? Chaque partenaire comptabilise-t-il sa part des activités en proportion de son intérêt ou comptabilise-t-il simplement les termes du contrat qui le lie avec l autre partenaire? En particulier, certains considèrent que le partenaire qui n achète pas la production du partenariat reçoit plutôt en substance du partenariat une rémunération pour la mise à disposition de ses actifs. Concernant les problématiques liées à la comptabilisation de l activité conjointe, voir la question Q7.3. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.4 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont en partie attribués à un investisseur qui n exerce pas le contrôle conjoint, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG A notre avis, oui. Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse qu une partie de la production est destinée à un actionnaire du partenariat qui n est pas partie au contrôle conjoint, alors les critères de classement en activité conjointe peuvent quand même être remplis. En effet, le terme «parties» utilisé par IFRS 11 fait référence à tout investisseur (investisseur en capitaux propres ou non) dans le véhicule et non pas aux seules «parties qui exercent un contrôle conjoint» (ou expression similaire). Ainsi, dans le cas présent, «les parties» (celles ayant le contrôle conjoint et les autres) recevront bien la quasi-totalité de la production. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 24

26 Q4.5 Côté actifs - Si les droits dans la production du véhicule sont attribués aux parties sauf pour une très faible part vendue à des tiers, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse qu une très faible part de la production est prise par des tiers, alors le classement du partenariat résulte de l exercice du jugement pour déterminer si l on peut considérer que les parties ont effectivement droit à la quasi-totalité de la production. A ce stade, il semble que les «sous-produits» de l activité du partenariat (par exemple des droits d émission de CO2 ou autres certificats similaires) qui seraient vendus à des tiers doivent être pris en compte dans l analyse. En l absence de «bright line» dans la norme, il est très difficile et délicat de donner un seuil quantitatif à cette fin. Toutefois, le critère de «quasi-totalité de la production» semble faire référence à un niveau extrêmement élevé, très proche de la totalité de la production, à apprécier en toute bonne foi. Par ailleurs, il convient de noter que l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014 a confirmé que cette analyse devait être effectuée sur la base de la valeur monétaire des outputs et non des quantités physiques produites. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.6 Côté actifs - Si la production du véhicule est directement vendue à un tiers, peut-on quand même dans certains cas classer le véhicule en activité conjointe? 25

27 Position KPMG A notre avis, oui, mais dans certains cas très limités. Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse que (i) la production est livrée directement à des tiers dans la mesure où celle-ci ne peut être stockée (par exemple de l électricité) et (ii) directement payée aux partenaires, alors le partenariat pourrait quand même, sous certaines conditions, être classé en activité conjointe mais cela dépend de l analyse des faits et circonstances. Ainsi, pour qu un classement en activité conjointe soit possible, les partenaires doivent notamment avoir des droits directs sur les produits bruts des ventes. Les produits ne doivent pas être perçus de façon nette (par exemple nette de coûts opérationnels). Les partenaires doivent également assumer les risques d inventaire, de crédit et de prix relatifs à ces produits bruts. Ainsi, quand les partenaires ont des droits directs sur les produits bruts, cela revient économiquement à la situation où les partenaires achètent la production puis la vendent. Dans ces circonstances, le véhicule agit en quelque sorte en tant qu agent pour les partenaires afin de livrer la production à des tiers. La question suivante qui se pose est : qu en est-il si la production peut être stockée? A notre avis, le test côté actifs pourrait être rempli s il peut être considéré qu en vendant sa production, le partenariat n agit pas pour son propre compte mais en tant qu agent pour le compte des parties ces dernières supportant donc le risque d inventaire, de demande et de prix. Ceci pourrait être le cas dans l exemple suivant : Si le véhicule de production vend ses produits à un véhicule de distribution entre les mêmes partenaires et que le véhicule de distribution est une activité conjointe (JO) parce que sa forme légale confère aux partenaires des droits et obligations directs sur les actifs et passifs du partenariat (par exemple, dans le cas d une Société en Participation (SEP)), alors le test côté actifs pourrait être rempli. En effet, la nature de l activité conjointe fait que les actifs et passifs du véhicule de distribution sont en réalité ceux de chaque partenaire, ce qui revient à la même situation que lorsque les partenaires achètent directement la production. Cependant, il conviendrait de s assurer que le véhicule de distribution a bien une substance, autrement dit qu il n est pas là uniquement pour permettre d obtenir le classement en activité conjointe du véhicule de production. Voir également les discussions en cours relatives aux entités «projet» qui vendent leur production à des tiers en Q4.11. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 26

28 Q4.7 Côté actifs - Si la «production» du véhicule correspond à la fourniture d un service rendu aux parties, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG A notre avis, oui. Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse que la production est un service rendu, alors, à notre avis, les critères de classement en tant qu activité conjointe peuvent quand même être remplis. En effet, IFRS 11.B31 ne précise pas quelle doit être la nature de la production en cause mais indique uniquement que les parties doivent recevoir la quasi-totalité des avantages économiques produits par le partenariat. Il semble ainsi approprié de considérer que si l avantage économique délivré par le partenariat est un service, alors celui-ci correspond à «sa production». A ce propos, l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014 confirme que la nature de la production (et notamment la distinction entre produit standardisé et sur mesure) n est pas un facteur déterminant dans l analyse des autres faits & circonstances. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 27

29 Q4.8 Côté passifs - Si le prix payé par les parties pour acheter la production permet au véhicule de toujours réaliser un profit (ex : prix de transfert déterminé sur une base coûts plus marge), peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèses que (i) le prix payé par les parties pour acheter la production correspond à un prix de transfert basé sur les coûts plus une marge (et non au coût comme en Q3.8) permettant donc au véhicule de toujours réaliser un profit, et (ii) que le véhicule n a pas accès à des sources de financement externes, alors selon KPMG les critères de classement en activité conjointe pourraient quand même être remplis. En effet, au travers des prix de transfert, les parties sont «la seule source de flux de trésorerie contribuant à la poursuite des activités du véhicule» dans la mesure où le véhicule n a pas accès à d autres sources de financement externes. Le test du paragraphe B32 se focalise sur le fait que les parties ont une obligation «directe» de fournir la quasi-totalité des ressources nécessaires au règlement des dettes et ont un droit «direct» à la quasi-totalité de la production ; le fait qu il y ait un profit au niveau de la structure n entre pas dans l analyse à notre avis. Discussions de place : L «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014 va dans le sens de la position de KPMG. Nous comprenons toutefois que cette position pourrait ne pas être partagée par certains qui considéreraient que seul un prix correspondant au coût plus une faible marge permettant de couvrir les coûts d exploitation du partenariat permettrait de respecter le critère de la norme. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 28

30 Q4.9 Côté passifs - Si le prix payé par les parties pour acheter la production ne couvre pas forcément tous les coûts du véhicule (ex : prix du marché), peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? Position KPMG Si l on considère l exemple donné en Q3.8 en prenant toutefois pour hypothèse que (i) le prix payé par les parties pour acheter la production correspond au prix du marché (et non au coût comme en Q3.8) et donc ne couvre pas forcément tous les coûts du véhicule, et (ii) que le véhicule n a pas accès à des sources de financement externes, alors, jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation, KPMG considère que les critères de classement en activité conjointe pourraient quand même être remplis. En effet, même s il y a un risque que le véhicule réalise des pertes et ne soit pas capable de s acquitter de ses passifs, les parties demeurent quand même «la seule source de flux de trésorerie contribuant à la poursuite des activités du véhicule» ; puisque dans ces circonstances, soit elles financeront davantage le véhicule, soit les opérations cesseront. Discussions de place Cette position est susceptible de ne pas être partagée par certains. De plus, selon l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014, même si ce facteur à lui seul n est pas déterminant, il semblerait que la vente de la production à un prix de marché soit susceptible de poser problème pour un classement en activité conjointe s il est raisonnablement possible que le prix de marché baisse et que l entité réalise des pertes. En effet, dans ce cas, même si les parties restent «la seule source de flux de trésorerie contribuant à la poursuite des activités du véhicule», leurs flux de trésorerie pourraient devenir insuffisants pour assurer la continuité des opérations du partenariat. Si cette position était confirmée, la position de KPMG pourrait être amenée à être nuancée. 29

31 Pour mémoire, les résultats de l Outreach avaient mis en évidence les différentes vues suivantes : Vue 1 : oui, le fait que les partenaires aient l obligation d acheter toute la production d un partenariat est suffisant pour classer le partenariat en activité conjointe. [IFRS 11 B32-B32] Vue 2 : non, dans la mesure où il existe un risque que le prix d achat de la production ne couvre pas les coûts du partenariat. Cela ne permet donc pas d affirmer que les partenaires sont engagés à assurer en continu les flux de trésorerie qui permettent la poursuite de l activité du partenariat. De plus, certains considèrent que c est un indicateur fort que le partenariat n est pas une activité conjointe du fait des risques que cette situation lui fait porter. En effet, l exemple 5 de la norme semble indiquer qu un partenariat qui porte des risques significatifs (inventaire, crédit) n est pas une activité conjointe. D autres, enfin, considèrent que par construction les partenaires ne peuvent pas démontrer qu ils ont les avantages économiques liés aux actifs du partenariat si précisément ils se les procurent à leur valeur de marché. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.10 Côté passifs Si le véhicule a la possibilité d obtenir une source de financement externe, peut-on quand même classer le véhicule en activité conjointe? 30

32 Position KPMG Si l on considère l exemple donné en Q4.9 en prenant cette fois pour hypothèse que le véhicule bénéficie d une facilité bancaire pour financer son besoin en fonds de roulement qui est garantie par les parties, alors l analyse des cas étudiés par KPMG a conduit le plus souvent à considérer qu un classement en activité conjointe pouvait être possible. Discussions de place Selon l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014, l accès à une source de financement externe n est pas problématique pour pouvoir satisfaire au test. Pour mémoire, cette question a été soumise au Comité d interprétation de l IASB. Les différentes vues exprimées étaient les suivantes : Vue 1 : oui, un classement en activité conjointe reste possible si le financement est garanti par les partenaires. La garantie signifie qu en substance la dette sera remboursée par les partenaires. Vue 2 : oui, un classement en activité conjointe est possible s il s agit d un financement uniquement des phases de pré-production ou construction, parce que le test des «faits et circonstances» se focalise sur la période de production, quand la production du partenariat est disponible à l achat. Vue 3 : non, un classement en activité conjointe n est pas possible si le partenariat a accès à du financement externe pour régler ses investissements. En effet dans ce cas les partenaires ne sont pas en substance les seuls à fournir les flux de trésorerie permettant la poursuite des activités du partenariat. Vue 4 : oui, un classement en activité conjointe reste toujours possible en cas d accès à du financement externe, car ultimement ce sont bien les partenaires qui vont apporter les flux de trésorerie permettant de régler la dette, via leur achat de la production. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q4.11 Le cas des «entités projets» Il s agit d un sujet qui a déjà fait l objet de très nombreuses discussions en particulier en France (à la CNCC et à l ANC notamment). Il concerne des entités sous contrôle conjoint qui sont constituées par des partenaires pour mener à bien un projet unique, par exemple construire un ouvrage en commun pour le compte d un client ou construire un immeuble en VEFA (cas des SCCV de promotion immobilière en France). Ces entités ont en général les caractéristiques communes suivantes : les projets qu elles portent sont largement prédéterminés par les partenaires lors de la conclusion de l accord conjoint ; elles sont créées dans un objectif unique (portage d un seul projet) avec une durée de vie limitée (dissolution lorsque le projet est terminé et que les garanties afférentes prennent fin) ; elles n ont que très peu (voire pas du tout) d autonomie par rapport aux partenaires ; elles vendent leur production à des tiers externes. 31

33 A ce jour, les discussions de place qui ont eu lieu sur le cas des SCCV, y compris au plan international, n ont pas permis de conclure à la possibilité d un classement en activité conjointe. En particulier, dans ce cas, il a été considéré que les partenaires n avaient pas de droits directs dans les actifs (la production de la SCCV est vendue à des tiers ; c est donc la SCCV en premier lieu et non les partenaires qui ont droit aux flux de trésorerie générés par les encaissements des clients). De plus, tel qu indiqué dans le préambule, la question de savoir si le test des «autres faits et circonstances» devait être uniquement basé sur des droits contractuels et légaux exécutoires ou s il était également possible de considérer d autres éléments tels que la conception et la raison d être du partenariat, l intention des parties, ou les pratiques passées a fait l objet de discussions ces derniers mois au niveau du Comité d interprétation. Sur cette question, le Comité est d avis que l évaluation des «autres faits et circonstances» doit conduire à déterminer si ceux-ci créent, en substance pour les parties, des droits et obligations directs ayant force exécutoire sur les actifs et passifs du partenariat. Cette position est en ligne avec la position actuelle de KPMG. Ainsi, le Comité d interprétation a décidé en mai 2014 de ne pas publier d interprétation sur le sujet considérant que les dispositions de la norme étaient suffisantes (IFRS & B30). En outre, les dernières discussions du Comité d interprétation de juillet 2014, qui portaient sur l analyse d un autre exemple d «entité projet», ainsi que l «Agenda Decision» provisoire de novembre 2014 ont confirmé cette interprétation. En conclusion, il apparaît désormais que la voie ouverte par les «autres faits et circonstances» pour un classement en activité conjointe d une entité distincte devrait rester très étroite. 32

34 5. Informations à fournir Pour mémoire, IFRS 12 définit les informations qualitatives et quantitatives qui doivent être fournies séparément pour chaque catégorie d entité (filiales, partenariats, entreprises associées, entités structurées non consolidées). Q5.1 Quelles sont les informations concernant les hypothèses et jugements importants à mentionner en annexe? Selon IFRS 12.7, l entité doit fournir les informations sur les hypothèses et jugements importants sur lesquels elle s est fondée pour déterminer : la qualification du contrôle conjoint ; le classement d un accord de partenariat sous forme de véhicule distinct en activité conjointe ou co-entreprise. [IFRS 12.7] Q5.2 Quelles sont les informations spécifiques à fournir sur les partenariats? Les informations spécifiques à fournir sur les partenariats significatifs sont les suivantes : Activité conjointe Co-entreprise Nom du partenariat X X Nature de la relation entre l entité et le partenariat (par exemple, en décrivant la nature des activités du partenariat et en précisant si ces activités revêtent une importance stratégique pour les activités de l entité) Etablissement principal du partenariat (et le pays dans lequel il a été constitué, s il est différent) Pourcentage de détention dans les titres de participation ou les actions préférentielles avec droits de participation détenus par l entité et, s il est différent, le pourcentage des droits de vote détenu Méthode de comptabilisation (mise en équivalence ou option à la juste valeur) Informations financières résumées (voir question Q5.3 pour plus de détail) Juste valeur si la méthode de mise en équivalence est utilisée et dans la mesure où il existe un prix coté sur un marché pour cette participation Pertes non reconnues des participations mises en équivalence (de la période et en cumulé) Dividendes reçus Différence entre la date d établissement des états financiers de l entité et celle de la co-entreprise (date et raison de la différence) Nature et étendue de toute restriction importante qui limite la capacité des co-entreprises de transférer des fonds à l entité Engagements de l entité à l égard de ses co-entreprises X X X X X X X X X X X X X 33

35 Passifs éventuels contractés par l entité en ce qui concerne ses intérêts dans ses co-entreprises X [IFRS et précisions dans les annexes B correspondantes] Pour plus de guidance, voir les Etats financiers illustrés KPMG ainsi que le Guide to annual financial statements IFRS 12 supplement Q5.3 Quelles sont les informations financières résumées à fournir pour les coentreprises? Dans le cadre des informations financières résumées à fournir pour les co-entreprises significatives (il est précisé qu en cas de classement de tout ou partie de la participation selon IFRS 5, la fourniture de ces informations n est pas imposée), des informations nouvelles seront requises puisque les montants des postes suivants devront être fournis : Informations communes pour les coentreprises et entreprises associées Actifs courants Actifs non courants Passifs courants Passifs non courants Produits Résultat net des activités poursuivies Résultat net après impôt des activités abandonnées Autres éléments du résultat global Informations additionnelles uniquement pour les co-entreprises Trésorerie et équivalents de trésorerie Passifs financiers courants (hors dettes fournisseurs, autres créditeurs et provisions) Dotations aux amortissements Produits d intérêts Charges d intérêts Produit ou charge d impôt Résultat global total A ce propos, le Comité d interprétation a confirmé en novembre 2014 : que ces informations étaient à fournir pour chacune des co-entreprises individuellement significatives ; et qu il n y avait pas de dérogation, y compris pour une co-entreprise cotée que des exigences réglementaires locales empêcheraient de divulguer de telles informations avant que les états financiers de celle-ci ne soient publiés. Pour les co-entreprises comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence, les informations ci-dessus doivent correspondre aux montants : issus des états financiers IFRS des co-entreprises (à 100 % et non en quote-part) ; retraités afin de refléter les ajustements effectués lors de l application de la mise en équivalence (par exemple ajustements à la juste valeur lors de l acquisition de la coentreprise) ; retraités afin de refléter les méthodes comptables du groupe. Il conviendra par ailleurs de fournir un rapprochement entre les informations financières résumées et la valeur comptable des intérêts dans la co-entreprise. 34

36 Les informations financières résumées peuvent être basées sur les états financiers de la co-entreprise lorsque : la co-entreprise est comptabilisée à la juste valeur conformément à IAS 28 (2011), et la co-entreprise ne prépare pas d états financiers IFRS et leur préparation est impraticable ou entraînerait un coût excessif. Dans ce cas, la base de préparation des états financiers de la co-entreprise doit être mentionnée en annexe. Par ailleurs, en cas de co-entreprise détenant des filiales, se pose la question de savoir quelle doit être la nature précise des informations financières résumées à fournir. Interrogé sur cette question, le Comité d interprétation a provisoirement décidé en septembre 2014, de ne pas publier d interprétation sur le sujet tout en précisant que dans un tel cas les informations financières résumées devaient être fournies sur la base des états financiers consolidés de la co-entreprise incluant ses filiales (même principe pour une entreprise associée détenant des filiales). Enfin, pour rappel, tel qu indiqué en Q5.2, une information séparée doit être donnée sur les engagements non comptabilisés relatifs à une co-entreprise. Cela concerne les engagements à fournir du financement ou des ressources à la coentreprise et aussi les engagements de racheter les parts du partenaire dans la coentreprise (i.e. les puts sur les titres du partenaire). [IFRS 12.B12 - B15 et B 17-B19] Pour plus de guidance, voir les Etats financiers illustrés KPMG ainsi que le Guide to annual financial statements IFRS 12 supplement Q5.4 Quelles sont les informations à fournir pour les co-entreprises qui prises individuellement ne sont pas significatives et quel est le niveau d agrégation acceptable? Il est possible d agréger les informations relatives à des entités similaires individuellement non significatives (par activité, secteur ou zone géographique par exemple), mais les co-entreprises et les entreprises associées ne peuvent pas être agrégées ensemble. En particulier, selon IFRS 12.B16, l entité doit indiquer la valeur comptable globale de ses intérêts dans toutes les co-entreprises qui sont non significatives prises isolément et qui sont comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence. L'entité doit également indiquer séparément le montant global de sa quote-part des éléments suivants dans ses co-entreprises : (a) résultat net des activités poursuivies ; (b) résultat net après impôt des activités abandonnées ; (c) autres éléments du résultat global ; (d) résultat global total. [IFRS 12.B16] Pour plus de guidance, voir les Etats financiers illustrés KPMG ainsi que le Guide to annual financial statements IFRS 12 supplement 35

37 Q5.5 Y a-t-il des particularités pour l exercice au cours duquel IFRS 11 est adoptée? Oui. Comme indiqué en Q6.1, dans les premiers états financiers dans lesquels IFRS 11 est appliquée, une entité a l obligation d ajuster ses comparatifs au titre d IFRS 11 uniquement sur la période qui précède immédiatement la période au cours de laquelle IFRS 11 est adoptée, et ce, quel que soit le nombre de périodes comparatives présentées. Parallèlement, les informations requises par IFRS 12 relatives aux partenariats ne sont également exigées que pour la période qui précède immédiatement la période au cours de laquelle IFRS 11 est adoptée. [IFRS 12.C2A] [Publication KPMG Insights Into IFRS, & 450] Q5.6 Où puis-je trouver de la guidance supplémentaire et des exemples à suivre? Pour plus de guidance et des exemples d informations à fournir conformément à IFRS 12, n hésitez pas à consulter : les Etats financiers illustrés publiés par KPMG (Guide to annual financial statements - Illustrative disclosures) ; le guide supplémentaire publié par KPMG sur IFRS 12 (Guide to annual financial statements - IFRS 12 supplement (December 2014) ; la disclosure checklist publiée par KPMG (Guide to annual financial statements Disclosure checklist) ; le Benchmark publié par KPMG «IFRS 12 : quels impacts dans vos états financiers?». Voir également les sections «Restez informés» et «Contacts» à la fin de cette publication pour voir comment vous les procurer. 36

38 6. Transition En France, selon notre expérience, une majorité de groupes utilisaient jusqu ici la méthode de l intégration proportionnelle pour la comptabilisation de leurs coentreprises. Le passage de l intégration proportionnelle à la mise en équivalence est donc sans doute le scénario le plus probable. Q6.1 A quelle date le changement de comptabilisation est-il effectué? Le changement de comptabilisation est effectué rétrospectivement au plus tard à la date d ouverture de la période comparative qui précède immédiatement la période au cours de laquelle IFRS 11 est adoptée, et ce, quel que soit le nombre de périodes comparatives présentées. Une entité peut opter pour l ajustement selon IFRS 11 de toutes les périodes comparatives antérieures qu elle présente. Si l entité présente des informations comparatives non ajustées pour une période antérieure à la première période comparative, elle doit identifier clairement les informations qui n ont pas été ajustées, faire mention du fait qu elles ont été établies selon des principes comptables différents et expliquer ceux-ci. Cas d une application d IFRS 11 sur l exercice clos le 31 décembre 2014 : Pour la suite de la partie 6, la date à laquelle le changement de comptabilisation est opéré sera dénommée «date de transition». [IFRS 11.C2, C7, C12A, C12B] [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 37

39 Q6.2 IP vers MEE : quelles modalités de transition en général? A la date de transition, la valeur initiale de la participation établie selon la méthode de la mise en équivalence doit correspondre au total des valeurs comptables des actifs et des passifs que la société avait auparavant comptabilisés selon la méthode de l intégration proportionnelle, y compris, le cas échéant, le goodwill résultant de l acquisition. Le solde d ouverture de la participation ainsi déterminé est considéré comme le coût présumé de celle-ci lors de sa comptabilisation initiale. La société doit ensuite réaliser un test de dépréciation pour cette participation mise en équivalence en cas d indice de perte de valeur conformément à IAS ; toute perte de valeur ainsi déterminée doit être comptabilisée en report à nouveau à la date de transition. Il est précisé que l exception de «comptabilisation initiale» des impôts différés (IAS et 24) ne s applique pas dans ce cas. Ainsi, des impôts différés pourraient devoir être comptabilisés au titre des «outsides basis differences» déterminées sur la participation mise en équivalence (différence temporelle entre la valeur nette comptable de l investissement mis en équivalence et sa base fiscale, correspondant souvent au coût d origine des titres). Pour plus d explications, voir la publication KPMG Insights Into IFRS, En annexe, la société doit fournir une ventilation des actifs et des passifs qui sont regroupés dans le solde du poste «Participation» à la date de transition. Les informations fournies à cet égard doivent être regroupées pour l ensemble des coentreprises auxquelles la société applique ces dispositions transitoires. [IFRS 11.C2-C6] [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 38

40 Q6.3 IP vers MEE : que se passe-t-il si la co-entreprise présente un actif net négatif à la date de transition? Si le total des valeurs de tous les actifs et passifs auparavant comptabilisés selon la méthode de l intégration proportionnelle aboutit à un actif net négatif (voir exemple cidessous), la société doit déterminer si elle a des obligations juridiques ou implicites au titre de l actif net négatif. Si c est le cas, elle doit comptabiliser le passif correspondant. En revanche, si la société conclut qu elle n a pas d obligation juridique ou implicite au titre de l actif net négatif, elle ne doit pas comptabiliser de passif à ce titre et doit ajuster le report à nouveau à la date de transition. La société doit indiquer ce fait en annexe, ainsi que sa quote-part non comptabilisée des pertes cumulées de ses co-entreprises à la date de transition et à la date où elle applique la présente norme pour la première fois. [IAS 28R.38.39, IFRS 11.C4] [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q6.4 IP vers MEE : que se passe-t-il si le goodwill de la co-entreprise était jusqu à la date de transition rattaché à une UGT ou un groupe d UGT plus large? Si le goodwill était auparavant rattaché à une unité génératrice de trésorerie (UGT) plus importante (ou à un groupe d UGT), la société doit, à la date de transition, affecter le goodwill à la co-entreprise sur la base des valeurs comptables relatives de la coentreprise et de la portion restante de l UGT (ou groupe d UGT) à laquelle le goodwill se rattachait. Mais, de quelles valeurs comptables parle-t-on? S agit-il de : la valeur comptable des actifs économiques (notion d «entreprise value» - autrement dit, essentiellement les immobilisations et le BFR), ou de la valeur comptable de l actif net (notion d «equity value»)? 39

41 Les textes ne sont pas clairs sur ce sujet. Selon nous, il serait préférable d opter pour la première solution valeur comptable des actifs économiques, à la fois pour la coentreprise et le reste de l UGT / groupe d UGT. Cependant, en l absence de précision dans les textes, il est difficile d interdire une approche «actif net». Par ailleurs, de ce sujet découle un certain nombre d autres questions qui sont résumées ci-dessous : [IFRS 11.C2] [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 40

42 Q6.5 IP vers MEE : et s il y a eu un passage de MEE à IP avant la transition? Dans ce cas, en l absence de guidance claire dans les normes, selon nous, la société a un choix de politique comptable à effectuer, tel qu expliqué ci-dessous : [Publication KPMG Insights Into IFRS, , incluant un exemple illustratif] Q6.6 IP vers comptabilisation «ligne à ligne» (activité conjointe) : quelles sont les modalités de transition? IFRS 11 ne prévoit aucune disposition transitoire à ce titre. Même si l on s attend à ce que les différences de comptabilisation ne soient pas importantes en général, on ne peut exclure que dans certains cas la comptabilisation «ligne à ligne» des actifs, passifs, produits et charges puisse différer de l intégration proportionnelle de façon non négligeable. Certaines de ces problématiques sont exposées dans la section 7 ci-dessous. Q6.7 MEE vers comptabilisation «ligne à ligne» (activité conjointe) : quelles sont les modalités de transition? Il est anticipé que ce cas de figure soit relativement rare. Toutefois, si le cas se présente, voir la guidance à ce sujet dans la publication KPMG Insights Into IFRS, , qui inclut un exemple illustratif. 41

43 7. Comptabilisation «ligne à ligne» - comment fait-on? Tel qu indiqué dans le préambule, la comptabilisation «ligne à ligne» des actifs, passifs, produits et charges des activités conjointes pose un certain nombre de questions, dont les principales sont présentées ci-dessous. Q7.1 Comment traiter les transactions réciproques entre le partenariat et les parties, notamment dans le cas où les parties achètent la production de l activité conjointe? IFRS 11 ne fournit pas de guidance détaillée sur le sujet au-delà des précisions suivantes fournies par IFRS 11 B34-37 : en cas de vente ou contribution d actifs d un partenaire à une activité conjointe, les transactions sont en substance considérées comme des transactions avec les autres parties au partenariat. Ainsi, le partenaire ne comptabilise les gains ou pertes liés à ces transactions qu à hauteur de la quote-part d intérêt détenue par les autres parties (à moins que les transactions ne révèlent une dépréciation des actifs, auquel cas la perte totale doit être comptabilisée) ; en cas d achat d actifs par le partenaire à une activité conjointe, le partenaire ne comptabilise sa quote-part de gains ou pertes que lorsque les actifs sont vendus à un tiers (à moins que les transactions ne révèlent une dépréciation des actifs, auquel cas la perte totale doit être comptabilisée). Or, cette guidance ne traite pas spécifiquement du cas d une activité conjointe vendant sa production aux partenaires. Dans le cadre des débats en cours, les différentes vues suivantes ont été identifiées : Vue 1 : ces transactions sont totalement éliminées car considérées comme ayant lieu au sein même des entités des partenaires dans la mesure où le classement du partenariat en activité conjointe consiste à considérer que les actifs, passifs, produits et charges du partenariat sont ceux des partenaires (notion de droits et d obligations directs). Ainsi, selon cette vue, les partenaires ne comptabilisent leur quote-part de gains et pertes qu à hauteur de la production vendue aux tiers. Vue 2 : ces transactions ne doivent pas être éliminées totalement mais sur une base proportionnelle (la portion non éliminée étant considérée en substance comme des ventes à l autre partenaire), de manière similaire à ce qui était a priori pratiqué par certains dans le cadre de la méthode de la consolidation proportionnelle. Le principal argument supportant cette vue est le fait que l IASB ne semble pas avoir envisagé de différence significative avec la consolidation proportionnelle et en particulier sur ce point. Compte tenu de la définition d une activité conjointe, la vue 1 a notre préférence. Par ailleurs, il semble que cette vue soit également partagée par le Comité d interprétation au vu de l «Agenda Decision» provisoire de novembre Cette position pourrait potentiellement impliquer des changements dans les processus de consolidation pour ceux qui, jusqu ici, dans le cadre de la méthode de l intégration proportionnelle, procédaient à l élimination des transactions sur une base proportionnelle. 42

44 Une mise en application de cette vue pourrait être la suivante : Exemple de base de la norme : Adapté avec les données suivantes : - lors de l exercice N, selon l accord contractuel, les partenaires X et Y achètent chacun 50 % de la production de la JO, soit pour une valeur de 500 chacun ; - X ne revendra ses produits qu en N+1 pour 550 à des tiers. - - Dans ces conditions, quel doit être le chiffre d affaires comptabilisé par X en N et N+1? Les différentes approches identifiées à ce stade se présentent comme suit : [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 43

45 Q7.2 Quelle quote-part d actifs et passifs doit être comptabilisée lorsque la quotepart d intérêt détenue diffère de la quote-part de production achetée par les partenaires? Position de KPMG Dans le cas où par exemple l un des partenaires a le droit d acheter 70 % de la production alors qu il ne détient que 50 % des intérêts, jusqu ici et en l attente des conclusions définitives du Comité d interprétation, la vue KPMG consisterait à comptabiliser les actifs, passifs, produits et charges en fonction du pourcentage d intérêt, les achats au partenariat en excès du pourcentage d intérêt (20 % dans l exemple ci-dessus) étant considérés comme des achats indirects en prix de marché auprès du partenaire. Cette vue implique que les ventes du partenariat aux partenaires soient réalisées en prix de marché. Dans le cas contraire (en particulier si les achats étaient réalisés au coût), une approche basée sur les droits contractuels des partenaires sur la production du partenariat pourrait être appropriée. Discussions de place La position de KPMG n est pas partagée par certains. L autre vue le plus souvent avancée dans les débats consiste à comptabiliser les actifs, passifs, produits et charges en fonction des droits et obligations de chacun. Dans l exemple ci-dessus, le partenaire ayant le droit d acheter 70 % de la production comptabiliserait donc 70 % des actifs, passifs, produits et charges ; ce qui mécaniquement génère un écart avec son droit dans l actif net de 50 %. Cet écart serait comptabilisé comme un actif ou passif notionnel correspondant à une créance ou dette sur l autre partenaire. A noter également qu une difficulté additionnelle interviendrait en cas de pourcentage dans la production variant dans le temps. Aucune position tranchée ne ressort réellement à ce sujet de l «Agenda Decision» provisoire de novembre Il est essentiellement précisé que, dans un tel cas, il conviendrait d appréhender les raisons à l origine d une telle différence et de faire preuve de jugement pour déterminer le traitement approprié. En particulier, le Comité d interprétation note que dans le cas où les partenaires réalisent des investissements substantiels qui diffèrent de leur Q/P d intérêt, d autres éléments contractuels pourraient expliquer une telle différence. [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] 44

46 Q7.3 Comment comptabiliser les actifs détenus par les parties qui sont utilisés dans le cadre des activités du partenariat (sans changement de titre de propriété) ainsi que des passifs associés? Cette question revient à se demander si ces actifs / passifs correspondent aux actifs / passifs des parties (donc comptabilisés à 100 %) ou bien s ils correspondent aux actifs / passifs détenus conjointement (donc comptabilisés seulement à hauteur de la quotepart détenue dans le partenariat). Selon KPMG, la deuxième solution semblerait la plus appropriée. Cependant, d autres approches pourraient être justifiées en fonction des faits et circonstances. Voir l exemple 9C dans la publication KPMG Insights Into IFRS, [Publication KPMG Insights Into IFRS, ] Q7.4 Que signifie la comptabilisation «ligne à ligne» dans une SEP? Dans une Société En Participation (SEP), l un des partenaires est gérant. Ce partenaire gérant est celui qui contracte au nom de la SEP (donc des deux partenaires). Si la SEP est occulte, seul le gérant est connu des tiers. Il est alors le seul responsable vis-à-vis des tiers. Il donne en particulier les garanties en son nom et obtient des contregaranties de son partenaire. Dans un tel schéma, il n est pas clair si, selon IFRS 11, chacun des partenaires peut comptabiliser sa part dans la SEP en prenant simplement une quote-part des actifs, passifs, produits et charges ou si une analyse détaillée des droits et obligations de chacun des partenaires doit être menée plus en détail pour arrêter le mode de comptabilisation. Cette analyse plus détaillée consisterait notamment à analyser : si le partenaire gérant de la SEP agit en tant qu agent ou principal, selon IAS 18, lorsqu il facture les clients pour le compte de la SEP (enjeux de présentation au compte de résultat), et si la partie des créances clients de la SEP qu il recouvre pour le compte du partenaire remplit les critères de décomptabilisation selon IAS 39. Pour l instant, ces questions ne sont pas tranchées. En pratique, il semble que la 1 ère approche fondée sur les quotes-parts soit celle qui soit privilégiée. 45

Partenariats IFRS 11 en pratique

Partenariats IFRS 11 en pratique Partenariats IFRS 11 en pratique Questions et réponses Juin 2015 kpmg.fr Sommaire Préambule... 3 1. Quels sont les principaux changements introduits par les nouvelles normes pour la comptabilisation des

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

IFRS 11 Retours d expérience. Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard

IFRS 11 Retours d expérience. Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard IFRS 11 Retours d expérience Laurence Rivat Jean-Pierre Mounier Eric Dard 19 Décembre 2013 Agenda Introduction : Application du package consolidation par les groupes français et européens Implémentation

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

CONSOLIDATION : IFRS 10, IFRS 11, IFRS 12, IAS 27, IAS 28

CONSOLIDATION : IFRS 10, IFRS 11, IFRS 12, IAS 27, IAS 28 1 SYNTHÈSE ET PRINCIPAUX CHANGEMENTS CONTEXTE Le dispositif actuel présente plusieurs faiblesses. Applications variées du concept de contrôle lorsqu une entité ne détient pas la majorité de droits de vote

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets»

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets» Sommaire Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE Variations des «autres actifs nets» Variations de pourcentages d intérêts Transactions réciproques Impôts

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015

NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 octobre 2015 www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ENTREPRISES À CAPITAL FERMÉ (NCECF) : MISE À JOUR 2015 Introduction Au cours du dernier exercice, certaines modifications

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13

Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13 Recommandation AMF Arrêté des comptes 2014 DOC-2014-13 Texte de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF Synthèse L AMF, comme l ESMA ou d autres régulateurs européens, cherche à identifier

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001 Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe au règlement

Plus en détail

10 ELEMENTS FINANCIERS

10 ELEMENTS FINANCIERS 10 ELEMENTS FINANCIERS Page Etats financiers consolidés 223 Notes annexes aux comptes consolidés 230 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes consolidés 343 Comptes sociaux 345 Notes annexes

Plus en détail

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

NOUVEAUTÉS IFRS. Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles

NOUVEAUTÉS IFRS. Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles NOUVEAUTÉS IFRS 6 novembre 2013 Gilles Henley, CPA, CA Associé Directeur national des normes professionnelles Stéphanie Fournier, CPA, CA Directrice principale Gestion des risques et recherche en comptabilité

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES

IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES IPSAS 7 COMPTABILISATION DES PARTICIPATIONS DANS DES ENTITÉS ASSOCIÉES Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location En mars 2009, l IASB et le FASB (les «conseils») ont publié conjointement un document de travail dans lequel ils proposaient un modèle

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard

IFRS 15 Produits des contrats avec les clients. Impacts, défis et actions à entreprendre. Olivia Larmaraud Eric Dard IFRS 15 Produits des contrats avec les clients Impacts, défis et actions à entreprendre Olivia Larmaraud Eric Dard 10 juin 2014 Agenda Aperçu des principales dispositions d IFRS 15 Contexte Les 5 étapes

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Rapport d'étape du groupe de travail Consolidation des sur la comptabilisation des opcvm dans les comptes individuels et consolidés de l investisseur Août 2005 Le groupe

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 AU 31 DÉCEMBRE 2014 Bilan consolidé 86 État du compte de résultat consolidé 88 État du résultat global consolidé 89 Variation de la trésorerie consolidée 90 Variation des capitaux propres consolidés 91

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Rapport financier. Comptes annuels consolidés et notes

Rapport financier. Comptes annuels consolidés et notes 162 05 Rapport financier Comptes annuels consolidés et notes 1. Compte de résultats consolidé...164 2. Etat consolidé du résultat global...164 3. Etat consolidé de la situation financière...165 4. Etat

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 4 COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État de résultat global consolidé 3 3 Bilan consolidé 4 4 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 5 Tableau de variation des capitaux

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs

Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Norme comptable internationale 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir les critères de sélection et de changement

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Le Groupe de discussion sur les IFRS (GDI) se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Novembre 2011 L IASB publie un exposé-sondage révisé sur la comptabilisation des produits Table des matières La proposition Identification des contrats avec les clients Identification

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2014

COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 Société anonyme au capital de 4 525 352,30 euros 6, Place colonel Bourgoin 75012 Paris 418 093 761 R.C.S. Paris www.hi-media.com COMPTES CONSOLIDÉS 2014 2 Sommaire NOTES SUR LES

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Les participations et les coentreprises

Les participations et les coentreprises RÉSUMÉ DU MODULE 6 Les participations et les coentreprises Le présent module traite des actions privilégiées des filiales ainsi que des variations du pourcentage de la participation détenue par la société

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2010-02 DU 2 SEPTEMBRE 2010 Relatif aux transactions entre parties liées et aux opérations non inscrites au bilan modifiant le règlement

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

RECOMMANDATION. n 2013-04 du 7 novembre 2013. Cette recommandation annule et remplace la recommandation 2009-R.04 du 2 juillet 2009.

RECOMMANDATION. n 2013-04 du 7 novembre 2013. Cette recommandation annule et remplace la recommandation 2009-R.04 du 2 juillet 2009. RECOMMANDATION n 2013-04 du 7 novembre 2013 Relative au format des comptes consolidés des établissements du secteur bancaire établis selon les normes comptables internationales Cette recommandation annule

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement?

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Le processus de normalisation de l IASB auparavant Proposition

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Par BRIAN FRIEDRICH, M. Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M. Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR Mis à jour

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. Les transactions entre parties liées Les transactions entre parties liées Les incidences en audit et en comptabilité

Plus en détail

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6 BILANS CONSOLIDÉS Aux (en millions de dollars canadiens) Actifs Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Créances 381,7 362,0 Stocks (note 4) 900,8 825,3 Charges payées d

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014

États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. Trimestres et périodes de neuf mois clos les 31 janvier 2015 et 2014 États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) LUMENPULSE INC. États financiers intermédiaires consolidés résumés (non audité) États financiers États intermédiaires consolidés résumés

Plus en détail

Voir les notes annexes qui font partie intégrante des états consolidés.

Voir les notes annexes qui font partie intégrante des états consolidés. Comptes consolidés condensés du résultat et du résultat global pour les trois mois arrêtés le 31 Mars 2011 Non vérifiés (en milliers de dollars canadiens, sauf données par action) Notes 31 mars, 2011 31

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Etats financiers consolidés 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Sommaire

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Panorama du référentiel IFRS

Panorama du référentiel IFRS Panorama du référentiel IFRS Quelles différences avec les normes françaises? Juin 2015 kpmg.fr Sommaire Préambule 4 Structure de la publication 5 Le mode d emploi sur un exemple 6 1. Contexte 8 1.1 Introduction

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2014

COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 2 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État du résultat global consolidé 3 3 État de la situation financière consolidée 4 4 Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 14 : Paiements à base d actions Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

En pratique. 24 juin 2014

En pratique. 24 juin 2014 IFRIC 21 Taxes En pratique 24 juin 2014 Sommaire Page Rappel des principes généraux d IFRIC 21 2 Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) Déclinaison des incidences 4 Rappel des principes

Plus en détail