Leadership et Développement Africain les Défis, les Modèles et les Principes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leadership et Développement Africain les Défis, les Modèles et les Principes"

Transcription

1 1 Leadership et Développement Africain les Défis, les Modèles et les Principes Prof. Mamadou KOULIBALY Président de l Assemblée Nationale. Diviser pour régner est une devise valable. Mais rassembler et guider en est une bien meilleure. Margaret Thatcher

2 2 I Introduction Dans un ouvrage publié en 2006 sur les modèles de compétitions entre les pays, leurs stratégies, la structure de la concurrence entre eux et les formes de gouvernement des Etats qui y ont du succès, le professeur Richard H.K Vietor de la Harvard Business School, à Boston aux Usa écrivait ceci : «Les pays, pour se développer, sont en compétition. Et cela est une des modalités de la mondialisation. Ils se concurrencent pour obtenir des marchés, pour accéder à la technologie, aux compétences et à l investissement international. Les pays se concurrencent pour obtenir le plus de croissance économique et pour améliorer le niveau de vie de leurs populations. Dans cet environnement de compétition, ce sont les gouvernements qui invariablement, partout et toujours, procurent les avantages qui font la différence entre les entreprises : une épargne en grande quantité, des taux d intérêt faibles pour stimuler l investissement, des droits de propriété non dilués, des règles de bonnes gouvernance et une main d œuvre disponible et technologiquement motivée, un taux d inflation faible et des possibilités d expansion rapide du marché intérieur.» Aucune nation ne peut se soustraire à cette compétition sans en payer les conséquences. Et le Professeur Vietor de citer Georges W. Bush, le Président des Etats-Unis d Amérique, qui déclarait lors de son discours sur l Etat de la Nation Américaine le 31 Décembre 2006 : «Préparons notre nation à la compétition c est le but que nous devons tous partager.» Et le Président américain poursuit en disant que dans une économie mondiale en mouvement «Nous voyons arriver de nouveaux compétiteurs comme la Chine et l Inde, et cela crée des incertitudes.» (Voir Richard H.K Vietor :( 2006) How countries compete. Strategy, structure and government in the global economy. Harvard Business School Press.).Page1 Dans le processus de développement, la compétition entre les pays, les Etats, les gouvernements et les entreprises joue un rôle majeur. Les Etats sont des agents qui peuvent être de grands stimulateurs ou de grands facteurs de blocage de la prospérité et du progrès des économies. Les systèmes et les régimes politiques, sont s ils sont judicieusement sélectionnés, de véritables catalyseurs du progrès économique et social. L ouverture des marchés ou leur fermeture dépend des mesures de politiques internes que prennent les Etats. Or qui dit rôles des Etats dit aussi rôles des élites qui gouvernent ces Etats. Donc sont concernés par le problème les leaders des Etats comme ceux des entreprises. Les défis du développement économique et social s adressent au leadership africain à celui des administrations publiques comme à celui des administrations du secteur privé et des entreprises. Il s agit en réalité du même ancien problème de la défiance perpétuelle lancée à l élite africaine qui n arrive pas encore à sortir, par des pratiques adaptées, l Afrique de la pauvreté et à conduire les pays et les peuples à la prospérité. Cette élite africaine est constituée d hommes et de femmes et ceux-ci sont donc concernés par la problématique du leadership. La mondialisation telle qu elle est présentée par les analystes revient aussi à une compétition entre les élites, les leaderships. Les économies africaines, lorsqu elles entrent en compétition dans la globalisation mettent, en fait, à l épreuve les initiatives, les politiques et les décisions

3 du leadership africain face aux autres leaderships mondiaux dans tous les domaines qui concernent l amélioration des conditions de vie des hommes. Le leadership dans chacun des pays africains est en compétition scientifique, économique, technologique, financière, entrepreneuriale, juridique, sociale et politique avec le leadership mondial. La mondialisation a pour avantage d engager le leadership africain, hommes et femmes, du secteur public comme du privé, dans la compétition pour rechercher des niveaux élevés d épargne pour l Afrique et des taux d intérêt faibles pour y stimuler l investissement. Les leaders africains sont invités, chaque jour, par la mondialisation à préciser les droits de la propriété et à en assurer une bonne gouvernance. Ceux qui, en Afrique, dirigent les administrations publiques, sont invités par la globalisation à prendre des mesures adéquates pour qu une main d œuvre qualifiée soit disponible et trouve à s employer avec la perspective d accès à un pouvoir d achat élevé sur des marchés intérieurs dynamiques et compétitifs à tous égards. Le leadership africain doit pour cela être capable d instaurer et de maintenir une grande fluidité économique qui marquerait la capacité des pays africains à s adapter aux changements de circonstances et d environnement. Il doit montrer au reste du monde toute son habilité à absorber les adaptations productives dynamiques et faire preuve d intelligence et d ouverture aux nouvelles idées qui se diffusent. Telle est la problématique du thème que la REFAMP-CI a choisi à l occasion de la célébration de son 10 e anniversaire. Les femmes leaders des gouvernements, des parlements, des entreprises et des ONG de la société civile ont choisi ce thème et elles y ont travaillé pendant ces deux derniers jours. Elles m ont demandé de prononcer le discours de clôture de leur manifestation. La question du thème abordé, telle que je l ai introduite, provient d un besoin impérieux pour nous tous qui assumons des parties de ce leadership en Afrique, d en préciser les contours. Et ma contribution n est ni une synthèse de ce qui aura été dit pendant ces deux journées, ni un compte-rendu des conclusions auxquelles elles ont abouti. L objectif dans cette communication est de proposer une vision des défis qui sont lancés au leadership en Afrique, avant de suggérer un modèle de leader à imiter et une méthodologie pour aborder avec des chances plus grandes de succès les questions qui harcèlent de toutes parts. II/ Quel problème le leadership en Afrique doit-il résoudre? Dans la mondialisation, le succès et les avancées des pays résultent d abord des prouesses de son leadership à relever correctement, avec compétence les défis. Les échecs et les retards sont, de la même façon, interprétés comme des carences ou des faiblesses de leadership. La place de l Afrique dans l économie mondiale montre combien le leadership africain a été défaillant. L histoire récente de l humanité montre comment les leaders africains ont été incapables d enrichir l Afrique comparée aux autres continents du monde. Très souvent, les analystes se sont focalisés sur les approches du développement et leurs critiques. En général, les 3

4 élites africaines se demandent comment enrichir l Afrique, la rendre prospère mais très rarement elles se sont attardées sur ce qu est la richesse elle-même. Qu est-ce donc que la richesse des nations? Où donc se trouve la richesse de la nation? Comment se présente la richesse elle-même? Telles sont les questions qu il nous faut avant tout aborder. Dans un ouvrage publié en 2006 et intitulé «Where is the wealth of Nations? Measuring capital for the 21 st century la Banque mondiale (voir ) aborde ces questions dans une perspective qui semble révolutionnaire quant on connaît les méthodes traditionnelles de cette institution internationale. La question revient à rechercher le sens de l enrichissement des nations. Si le leadership peut enrichir les nations, il importe avant savoir ce qu est la richesse elle-même. Quels sont les déterminants de la richesse? Quels instruments permettent d agir sur ces déterminants? Répondre à ces questions permet automatiquement d identifier des leviers d action pour moduler le développement durable ou pour s échapper de la trappe à pauvreté durable. III/ Les secrets de la richesse Pour comprendre la richesse d une personne ou d un pays, il faut commencer par distinguer l argent de la richesse. Généralement quand on dit qu une personne est riche, cela se résume à notre mesure de la quantité d argent qu elle a. Mais, en fait, les choses sont techniquement un peu plus compliquées. L argent liquide que les personnes détiennent se résume à leur porte-monnaie. Le porte-monnaie étant un concept qui saisit l argent liquide, les billets de banque et pièces métalliques qui constituent alors la richesse. Mais au-delà de l argent liquide, lorsque nous avons de la quasi monnaie, c'est-à-dire de la monnaie qui n est pas liquide mais que nous pouvons, dans des délais très courts, transformer en argent, la richesse passe au portefeuille. C est le cas par exemple des fonds déposés sur les comptes d épargne et dans les coffres des banques et pour lesquels des titres de reconnaissances nous sont remis. C est le cas des actions que nous achetons pour participer à différentes initiatives entrepreneuriales et des obligations que nous achetons auprès des entreprises et des Etats lorsque nous leur prêtons nos fonds disponibles, et qui rapportent intérêts et dividendes selon les options. Un portefeuille contient le porte-monnaie plus des feuilles représentant les titres des autres actifs faciles à convertir en argent. La richesse se constitue pour un Etat ou pour un individu de son portefeuille, auquel il faut ajouter tout son patrimoine non monétaire. Le patrimoine physique bâti ou pas, mobile ou immobile, présent et futur et son capital social selon les taux de rendement applicables à chacun de ses actifs. La Banque Mondiale, pour mesurer la richesse des nations part, de cette conception et commence d abord par définir le patrimoine naturel des nations, désigné capital naturel, puis elle distingue par la suite le capital produit et le capital intangible. L ensemble des trois types donnant le capital total pris comme richesse totale. 4

5 Le capital naturel des nations est constitué par les richesses initiales que la nature leur a donné sans qu aucun travail ne les fabrique ou qu aucune industrie ne les crée en particulier. Entrent dans cette catégorie : -les ressources énergétiques (pétrole, gaz naturel, charbon, lignite et autres dotations non renouvelables du sol et du sous sol ; -les ressources minières (bauxite, or, fer, nickel, diamant, phosphate, zinc ) ; -les ressources forestières (bois) et qui sont renouvelables et celles qui sont animales par exemple ; -les terres agricoles ; -les pâturages, les rivières et les fleuves ; -les espaces naturels protégés. Le capital produit, quant à lui, est constitué des machines et des infrastructures construites, de même que les terres et espaces urbains aménagés pour l habitat de l homme. Les analystes de la Banque Mondiale se rendent alors compte que lorsqu ils additionnent le capital naturel et le capital produit par pays, ils n épuisent pas pour autant le capital total de la nation concernée. On découvre des pays avec un capital naturel très élevé et un capital produit faible comparé à d autres qui ont du capital naturel faible mais du capital produit très élevé. La valeur qui vient équilibrer les comptes se trouve dans la richesse intangible des nations. Le capital intangible est cette partie de la richesse que l on ne peut toucher car elle est immatérielle. Il constitue la partie la plus importante de la richesse des nations et se compose d une part du capital humain et de l autre de la qualité des institutions. Il peut se déduire comme un résidu, c'est-à-dire la différence entre le capital total et la somme du capital naturel et du capital produit. Mais le capital intangible peut aussi se déterminer directement comme la valeur, entre autre, du capital humain et de la qualité des institutions. Les institutions sont des systèmes durables de règles sociales établies pour gouverner les interactions sociales. Elles peuvent avoir des structures formelles comme les règles de droit, les lois et les constitutions. Mais elles peuvent aussi se présenter sous un aspect informel regroupant des normes de comportements coutumiers et traditionnels avec, à chaque fois, leur mode de récompenses en cas de respect et de sanctions en cas de déviances. Bien que le capital intangible ne soit comptabilisé nulle part, il se compose en partie du fruit de la formation, de l éducation et du savoir-faire acquis par les populations de la nation. En outre, il faut y ajouter le capital social, c est-à-dire la confiance qui règne entre les différentes composantes de la nation et leur capacité à travailler ensemble de façon coordonnée, avec un minimum d effets pervers et de nuisances individuelles et collectives, dans le but commun de s enrichir. En plus, dans le capital intangible il faut prendre en compte les données de la gouvernance qui, elles, stimulent ou limitent la productivité globale de l économie. L idée que l on décèle derrière le rôle du capital intangible sert à reconnaître l effet induit du système judiciaire, du type, du mode et de régime de gouvernement, des méthodes de calcul du consentement collectif et des droits de propriété dans l activité sociale et sur 5

6 l agir humain. Dès lors, la qualité des institutions compte dans la richesse des nations comme dans celle des familles et des individus. Certaines organisations institutionnelles sont de nature à réduire l accroissement de la richesse, d autres au contraire stimulent son amélioration. Lorsque la justice est efficiente et que les droits de la propriété sont clairs et précis, que les gouvernants et autres leaders doivent rendre compte de leur gestion, alors la richesse intangible augmente et la richesse globale aussi. Dans les cas contraires, lorsque le pays est mal gouverné ou pas gouverné du tout, lorsque le système judiciaire est corrompu, mal équipé et incompétent ou lorsque les droits de propriété sont flous et mal définis, alors le capital intangible se réduit et fait baisser du même coup la richesse totale de la nation. Le capital humain s améliore avec le stock de capacités productives de l économie qui elles, sont influencées par les dépenses d éducation en qualité et en quantité, l apprentissage et la formation continue, l investissement dans le système de santé et de nutrition. Dans les pays africains, le capital humain est très rentable car le rendement de l éducation est plus élevé dans les pays à faible revenu que dans les autres pays. Le tableau qui suit (tableau 1) nous donne justement le rendement de l éducation par niveau de richesse des pays. Il présente le constat que le rendement social qu un dollar investi dans l éducation primaire dans les pays pauvres rapporte plus à ce pays que le même dollar dépensé dans le primaire dans un pays plus riche. Donc l effet de l éducation dans les pays africains sur la richesse intangible est effectif. Tableau 1 : Rendement social de 1 $ investi dans l éducation par niveau de richesse de groupes de pays. (Extrait de «where is the wealth of nation» (2006) Page 91 d après les travaux de psacharopoulos et patrinos (2004) voir Groupes de Pays Rendement social de l investissement dans l éducation en % Primaire Secondaire supérieure Pays à haut niveau de revenu 13, ,5 Pays à niveau de revenu intermédiaire 18,8 12,9 11,3 Pays à bas niveau de revenu 21,3 15,7 11,2 Moyenne mondiale 18,9 13,1 10,8 6 Partout il apparaît qu investir dans l éducation rapporte aux nations. Comment évoluera alors le capital intangible selon les modifications qui surviendront dans l une ou l autre des composantes? Le tableau 2, extrait du document de la Banque Mondiale, présente les variations subies par le capital intangible lorsque l une ou l autre des composantes varie d une unité selon que l on est dans un pays riche ou dans un pays moins riche.

7 7 Tableau 2 : Variation du capital intangible par groupes de pays, suite à un changement d une unité de ses composantes. Exprimée en $ par tête d habitants. (Extrait de Banque Mondiale : (2006) «where is the wealth of nation» Groupes de pays Variation du rendement de l école Variation du rendement de la qualité des institutions Ensemble des pays de l OCDE Pays à revenu élevé Pays à revenu intermédiaire Pays à revenu faible Dans ce tableau nous voyons qu un accroissement de la qualité des règles de droit, une fois, dans un pays à faible revenu, peut rapporter au capital intangible 111 $ par tête, là où les mêmes améliorations juridiques et institutionnelles au sein des pays de l OCDE rapportent à chaque fois en moyenne 2973 $ par tête d habitants. On remarque aussi qu une durée de la scolarité d une année rapporte au capital intangible 838 $ par tête dans les pays à faible revenu alors que dans les pays de l OCDE le rapport est de $ par tête d habitants. Les montants les plus faibles s obtiennent toujours en Afrique et le défis du leadership serait de les améliorer pour que la richesse prenne son envol. Le défi qui attend le leadership est que celui-ci puisse être audacieux et se résoudre à s engager dans les réformes décisives qui vont améliorer les institutions et le capital intangible très faible en Afrique. Le système éducatif rapporte peu aux Africains comparé au reste du monde. Il faut l améliorer en amplifiant les réformes de l école, de la formation et tout cela dans le respect des institutions qui souvent sont inadaptées, dépassées ou bien sclérosées et contre-productives. C est seulement par les réformes et le respect du droit que le leadership africain sera capable de fluidité politico économique susceptible de relever le défi que la mondialisation lui lance. Regardons ensemble le tableau 3 qui compare la distribution de la richesse intangible dans un certain nombre de pays. Sources : Banque Mondiale

8 Tableau 3 : Répartition des richesses naturelle, produite et intangible des pays africains comparées à celles de certains pays de l OCDE. (Extrait de «where is the wealth of nation».http://siteresource.worldbank.org Tableau 3 Capital naturel$/tête Capital produit+terre urbaine Capital intangible/tête Total capital/tête Burkina Bénin Cameroun Cap Vert Tchad R D Congo Rci Gabon Ghana Guinée Bissau Madagascar Mali Niger Nigeria Sénégal Afrique du Sud Togo Etat unis Royaume unis Suisse Japon Italie Allemagne France Belgique Ce tableau nous donne plusieurs leçons. Tirons-en quelques unes. 1. Le document de la Banque Mondiale donne la distribution internationale du capital intangible par tête d habitants. Le capital intangible est faible en Afrique comparé au reste du monde et l échantillon donné le montre bien en partie. Les défis sont là pour le leadership africain. 2. Des pays comme la République Démocratique du Congo, le Gabon et le Nigeria ont même du capital intangible négatif par tête d habitants. Alors que ces pays sont bien dotés en capital naturel, ils ont du capital intangible négatif lié, selon le rapport, à des institutions de piètre qualité et un capital humain tout aussi faible et inefficace. Les défis sont aussi là. 3. Dans l échantillon, seule l Afrique du Sud a, avec le Cap-Vert, un capital naturel plus faible que le capital produit. Partout ailleurs, la contribution de l exploitation du capital naturel est de très loin plus élevée que ce que rapporte le

9 capital produit. Le capital produit est faible par tête d habitants. Or c est le capital produit par tête qui, en réalité, importe dans les efforts productifs que font les pays pour sortir de la trappe à pauvreté durable et entrer dans une dynamique de développement durable. Les terres urbaines sont mal exploitées, mal organisées, mal entretenues. Les industries ne correspondent pas aux normes compatibles avec la mondialisation. Le système monétaire est défaillant et incapable de financer l investissement risqué. Le marché du travail est soit administré ou informel si non inexistant. 4. La Suisse avec 5943 $ a moins de capital naturel par tête que le Gabon ( $), ou la RDC (9 330 $). Le Japon a moins de capital naturel que la Côte d Ivoire, le Mali, le Tchad ou la Guinée Bissau. La Belgique a moins de capital naturel que la RDC ou le Nigeria. Et pourtant, le capital produit de la Belgique ( $) est presque aussi important que celui de l ensemble des pays africains de l échantillon du tableau 3. Le Japon avec $ par tête de capital produit dispose de presque du double du montant total du capital produit par l ensemble des pays de l échantillon. Le défi est là. Le leadership africain doit immédiatement prendre les dispositions pour que cette posture honteuse pour les élites africaines change au plus tôt. Est-il capable d une telle audace qui l amènerait à choisir des principes permanents d un leadership inspiré et capable d éclairer une vision qui apporte des solutions cohérentes et rigoureuses à ces défis majeurs? Si le Gabon ( $) dépasse la France (6 335 $) avec la donne du capital naturel, la comparaison tourne au ridicule quand on passe au capital produit. Gabon ( $) ; France ( $). Dans les pays riches membres de l OCDE, le capital intangible est incomparable avec le capital total des Africains, à plus forte raison à vouloir faire des comparaisons avec le capital produit et le capital intangible. Les défis sont là. La richesse ne provient pas en réalité du potentiel de capital naturel. Elle provient d abord de la qualité de la population et de celle des institutions. Il n y a de richesses que d hommes disent les économistes. Les valeurs intangibles de l éducation et des institutions sont les principaux moteurs du capital intangible qui lui-même est de très loin le premier composant de la richesse des nations. Le tableau l illustre bien. Le leadership en Afrique n est pas encore arrivé à modifier de façon décisive les leviers de la richesse des populations africaines malgré les énormes ressources naturelles non renouvelables. Que se passera-t-il lorsque ces ressources, dans deux ou trois siècles, auront disparu : puits de pétrole asséchés, minerais épuisés, exploitation terminée, et ensuite? Les leviers de la richesse des nations se trouvent dans l éducation et les institutions. Les cadres institutionnels mis en place par les élites africaines depuis toujours n ont jamais répondu aux attentes des populations africaines. Rester dans la trappe à pauvreté n est pourtant pas une fatalité. Les voies pour s en sortir existent. Il ne nous manque que le courage de décider de notre entrée dans le monde des riches. Les élites se renouvellent de génération en génération, mais ce changement se fait dans la stabilité des habitudes d inefficacité et parfois, il arrive même que les générations 9

10 nouvelles soient de moins bonne qualité que les générations passées. Le défi du leadership se trouve dans sa capacité d adoption de méthodes institutionnelles qui soient favorables à la richesse. L entropie institutionnelle doit s arrêter. Revendiquer la démocratie ne suffit pas. Faire des élections ne suffit pas. Il faut changer de cadre institutionnel et de modes de gouvernement et d éducation afin qu ils nous rendent aptes à entrer dans la mondialisation. 5. Lorsqu un Africain quitte son pays pour émigrer en France, il accède automatiquement au cadre institutionnel et éducatif d un pays qui a un capital intangible de $ par tête comparé au capital intangible par tête du pays d origine, sachant que l Afrique du Sud, qui est en tête du continent, n a que $ par tête. Le capital intangible des pays européens attire les Africains vers l Europe et les pays de l OCDE. Le niveau et la force du capital intangible dans ces pays sont un puissant facteur d attraction, surtout que les élites africaines adoptent des politiques qui fournissent un capital intangible de répulsion et d exclusion des populations dont elles proclament en principe qu elles sont des leaders. III - POURQUOI LE CAPITAL INTANGIBLE EST SI FAIBLE EN AFRIQUE? Heritage Foundation, think tank américain installé dans la ville de Washington vient de publier, en collaboration avec le Wall Street Journal, un quotidien New yorkais, l indice de la liberté économique pour l année Cet indice montre que les scores en matière de liberté économique sont très faibles en Afrique. Le tableau 4 présente l indice pour les pays Africains membres de l échantillon. La liberté économique que mesure cet indice est une évaluation de dix critères choisis et qui reprennent de nombreux éléments de la richesse intangible. Voir Index of Economic Freedom (htt://www.heritage.org/research/features/index/). Ces critères sont : 01/ La liberté d entreprise 02/ La liberté de commerce 03/ La liberté de pas être pressuré par les prélèvements obligatoires 04/ La liberté de contrôle de la taille du gouvernement 05/ La liberté d avoir une monnaie indépendante 06/ La liberté pour l investissement 07/ La liberté financière 08/ La liberté de protéger les droits de la propriété 09/ La liberté de s émanciper de la corruption 10/ La liberté de contrat sur le marché du travail 10

11 Tableau 4 : Indice de la liberté économique en Afrique noire. (Source: Index of Economic Freedom (htt://www.heritage.org/research/features/index/)). 11

12 Le rapport est très net sur l appréciation de la situation : «L Afrique sub-saharienne est bien connue comme la région du monde la plus pauvre et la plus violente. Elle semble aussi être la région du monde qui continue encore de dormir derrière le voile des cinquante dernières années du siècle passé plutôt que d avancer en terme de bien-être matériel pour ses populations.» Le produit intérieur brut par tête d habitant en Afrique, selon le rapport, n est que de $, le plus faible du monde, et l Afrique est pourtant la région du monde qui reçoit le plus d aide publique au développement, et qui est de surcroit la moins peuplée du monde. Entre 1995 et 2007, en moyenne, selon la Heritage Foundation, le score de l Afrique en matière de liberté économique est resté plus faible que dans toute autre région du monde. La tendance pour l Afrique, et cela depuis est même, au contraire, à la dégradation de ce score Comme le suggère le graphique1 ci dessous. Graphique1 : Evolution de la liberté économique dans le temps en Afrique noire comparée à la moyenne mondiale. (Source: Index of Economic Freedom (htt://www.heritage.org/research/features/index/)). 12

13 Dans le même rapport, il est établi clairement qu il y a une relation croissante entre la liberté économique et le produit intérieur brut (Pib) par tête en Afrique subsaharienne comme dans le reste du monde. Graphique 2 : Relation entre Pib par tête et indice de liberté économique en Afrique noire. (Source: Index of Economic Freedom. (htt://www.heritage.org/research/features/index/)). 13

14 L indice permet aussi de classer les pays africains des plus libres vers les moins libres. La majorité des pays africains tombent dans la catégorie des pays non libres. Plusieurs pays sont classés dans la catégorie des pays à liberté réprimée (pays liberticide) et quelques uns seulement sont classés comme étant des pays modérément libres comme le montre le graphique 3 ci-dessous. Graphique 3 : répartition de pays d Afrique noire selon leur degré de liberté économique. (Source: Index of Economic Freedom (htt://www.heritage.org/research/features/index/)). 14 La dispersion des pays autour de cette situation des pays non libres est très faible. C est donc dire que les pays sont donc regroupés autour de cette catégorie. Les pays africains les plus libres, Ile Maurice et Botswana, sont classés respectivement à la 34 ème et à la 35 ème place au classement mondial. L Afrique du Sud, le 3 ème pays d Afrique le plus libre, arrive 52 ème dans le classement mondial. En outre, on peut remarquer dans ce rapport que parmi les 20 pays qui répriment le plus la liberté dans le monde 8 sont situés en Afrique. Et cela à n en point douter est le résultat du leadership africain. Evaluée relativement aux dix critères donnés par le rapport, l Afrique subsaharienne a de piètres scores car elle n arrive pas à se libérer de la corruption, à préciser les droits de la propriété privée des populations face aux Etats, à libérer l investissement des tracasseries administratives, à libérer les structures de financement de la production, et à promouvoir la liberté d entreprise comme l illustre le graphique 4. Et le rapport de poursuivre «Il apparait que les pays d Afrique sub-saharienne ont été affligés par les plus mauvaises politiques de leurs anciens colonisateurs européens, mais par aucune de leurs politiques de prospérité.» Les leaders africains se doivent de méditer cette pensée.

15 15 Graphique 4 : Performance globale des pays d Afrique noire selon les critères de la liberté économique. (Source: Index of Economic Freedom (htt://www.heritage.org/research/features/index/)). La liberté économique est une appréciation de l autonomie des individus vis-à-vis de l Etat et des autres organisations plus ou moins prédatrices et liberticides. L individu libre est celui qui peut contrôler son travail et sa propriété. La liberté économique est nécessaire à la liberté politique mais en soi, elle constitue une valeur qui mérite d être défendue, soutient également le même rapport. La liberté économique se définit comme une absence de coercition contre l action humaine responsable et qui fait qu elle est différente de l anarchie dans laquelle tout serait librement permis. La liberté économique contient toutes les libertés qui vont déterminer la qualité des institutions et celle du capital produit. La liberté d entreprise mesure la capacité de créer, de gérer et de fermer son entreprise sans qu aucune barrière ne vienne la bloquer ou la restreindre. Quels sont les procédures, les délais, les coûts et le capital minimum exigé pour créer une affaire? Même question pour l obtention des autorisations (licences) et la gestion quotidienne des affaires. La liberté de faire du commerce pose le problème des barrières tarifaires et non tarifaires, des quotas et autres autorisations préalables des administrations, du protectionnisme et des règles abusives imposées par certaines unions commerciales et économiques. La liberté fiscale est la mesure quantitative de la charge fiscale que l Etat impose. La pression fiscale, la dispersion fiscale, les produits fiscaux sont questionnés pour savoir en quoi ils encouragent l acquisition

16 du capital intangible. Le gouvernement qui prélève l impôt devrait rendre compte aux contribuables. La taille du gouvernement mesure non seulement le montant des dépenses de l Etat, mais aussi la disponibilité des biens publics pour l ensemble de la population en qualité et en quantité compatibles avec les prélèvements obligatoires qui sont en principe organisés par les élites étatiques. Les biens et les services publics sont-ils fournis selon des critères justes d équité et d efficacité de la dépense publique? Concernant la liberté monétaire, les auteurs du rapport écrivent que «La liberté monétaire est à l économie de marché ce que la liberté de parole est à la démocratie. Les hommes libres ont besoin d une monnaie stable et fiable comme moyen d échange et réserve de valeur. Sans liberté monétaire, il est difficile de créer de la valeur sur la longue période.» Le leadership africain qui préfère dans une large mesure la formule des «comptes d opérations» ou celle des banques centrales sous tutelle ministérielle devrait savoir qu elles ne lui offre que de la servitude ou de la bureaucratie monétaire. La liberté financière dans un pays offre aux banques, aux assurances et aux activités financières non bancaires les opportunités de création de produits financiers adaptés aux besoins de la production. L investissement risqué et les financements longs sont-ils encouragés ou est ce seulement l acquisition les biens de consommation durable qui est financée? Libérer les pays africains de la corruption n a pas besoin d être longuement expliqué ici comme d ailleurs la liberté des droits de la propriété et la liberté d investissement et du contrat de travail. Pour chacune de ces libertés, un défi attend le leadership africain, mais pour aborder ces défis, quelles doivent être les postures du leadership lui-même? Quels sont, au niveau de l élite, les principes et les valeurs à observer pour se présenter sans complexe devant ces défis? L expérience du développement des cinquante dernières années nous aura donné de mieux comprendre les échecs du leadership africain. Les secrets du capital étant maintenant connus, dans quel état d esprit le leadership devrait-il aborder ces questions? Comment l élite peut-elle se transformer en leader? IV LES VALEURS ET LES LEÇONS DU LEADERSHIP Le leadership est un mélange de bravoure et d humilité, d audace et de capacité d anticipation. La conduite des affaires publiques ou privées exige du leadership une capacité d influencer de nombreuses personnes en leur offrant un but commun à poursuivre, une direction à prendre ensemble et de bonnes raisons argumentées qui les amènent à y adhérer en toute confiance quand la mission lui est confiée ou la nécessité lui est imposée de travailler à l amélioration de la situation collective de l organisation ou du pays. Le leader, pour être effectif, c est-à-dire pour avoir de l effet, doit avoir confiance en lui-même et inspirer confiance aux autres. Ceux qui se laissent diriger par lui doivent avoir réellement confiance en ses capacités, à son caractère et à l éthique qui fonde son engagement. 16

17 Pour que cela soit, il convient qu au commencement le leader lui-même se fasse confiance et ait un caractère à toute épreuve et une moralité qui rassure. Les personnes qui acceptent le leadership d une autre doivent trouver en elle une source d inspiration pour la réflexion comme pour l action et sentir sincèrement sa foi comme étant inébranlable. Ceux que le leader inspire doivent juger ses décisions comme crédibles, justes et efficaces. Même s il est difficile de définir la subtilité du leadership, il est facile de reconnaître un leader. Le leadership est en partie inné et en partie cultivé par l expérience que l épreuve de la vie impose. La partie innée n est qu une prédisposition car l on ne naît pas leader, on le devient. Le leader se forme au prix d un labeur exigeant attendu de tous ceux qui veulent atteindre des objectifs et des buts qu ils jugent dignes d être poursuivis. Le leadership a donc des capacités, des qualités, des compétences qui le rendent capable de conduire de façon efficiente les peuples ou les organisations vers le succès. Les hommes, lorsqu ils se laissent conduire, ne cherchent pas seulement un rulership, un chef, un dirigeant, un conducteur, un patron. Ils veulent aussi et surtout un leadership éprouvé. Pour dégager les principes et règles de comportement de leader en Afrique, prenons un exemple de leadership qui a été un succès. Prenons le cas remarquable de George Washington, le premier Président des Etats-Unis d Amérique ( ). Washington a été commandeur en chef de l armée américaine pendant la guerre d indépendance que les "rebelles" américains ont livré à l armée la plus puissante du monde de l époque : l armée britannique. Dans l exercice de ses fonctions comme dans sa vie de tous les jours, il a manifesté un leadership d exception, dit-on, avec une vision qui a profondément marqué l histoire des Etats-Unis. Il lui a été proposé dans le monde de 1789 de se faire introniser roi après sa victoire contre la puissance coloniale. Il a refusé. Alors qu il était considéré par les Américains comme un grand héros en 1783, à la fin de la guerre d indépendance, il ne chercha pas à s emparer du pouvoir. Lorsque les Etats confédérés commencèrent, pendant les premières années d indépendance, à se quereller sur les questions de frontières, sur celles de l utilisation des cours d eau et sur les problèmes de voisinage, c est chez lui que se réunirent les facilitateurs et autres médiateurs en 1785 pour faire la paix. Devant les difficultés et l importance des problèmes entre les Etats nouvellement indépendants, une convention se réunit en 1787 à Philadelphie et elle est présidée par George Washington, qui donne aux débats l éclat de son prestige personnel. De cette convention, il sort une constitution qui conduit à la première élection qu il gagne et il commence son premier mandat le 30 avril 1789, qui sera renouvelé en Contrairement à de nombreux leaders charismatiques des indépendances africaines, Il refuse un troisième mandat et respecte scrupuleusement les termes et dispositions de la constitution que les Américains s étaient librement donnée. Il passe pacifiquement le pouvoir au deuxième président des Etats Unis : John Adams. Il se retire du pouvoir et vit dans sa ferme du Mont Vernon où il meurt en décembre 1799 à l âge de 67ans. Après sa mort, George Washington est devenu encore plus grand dans le 17

18 cœur des Américains, qui lui vouent un culte particulier issu d un leadership exceptionnel. L encyclopédie universaliste raconte que des universités, des cours d eau, des montagnes, des comtés, des rues et des avenues, des villes (dont la capitale fédérale) et des villages et même un Etat de la côte pacifique américaine portent son illustre nom. Son anniversaire est la seule fête, avec la fête d indépendance, que tous les Etats de l union célèbrent chaque année. (22 février 1732). Et Il est par ailleurs également immortalisé sur la monnaie américaine, sur les pièces autant que sur les billets, non pas ceux de cent dollars mais sur ceux de un dollar. Après sa mort. À méditer aussi. Quels ont été les traits marquants du leadership américain des indépendances? Comment George Washington a t-il été ce leader exceptionnel qu il fallait justement, à cette époque cruciale pour la jeune nation américaine? Un ancien directeur de l association du Mont Vernon, James C. Rees et un écrivain, Stephen Spignesi ont publié aux éditions John Wiley, en 2007, un ouvrage pour répondre, selon eux, à la question de savoir quelles ont été les leçons de leadership que le père fondateur des USA peut nous enseigner plus de deux siècles après sa mort. Le titre de cette œuvre est tout un programme «George Washington s Leadership Lessons: What the father of our country can teach us about effective leadership and character». Les auteurs résument en quinze leçons ce que le leadership de Washington peut nous enseigner. 1-le leader a une vision claire 2- le leader est honnête 3- le leader est ambitieux 4- le leader est courageux 5- le leader est discipliné et sait se maîtriser (self control) 6- le leader sait prendre ses responsabilités quand il le faut 7- le leader est toujours déterminé 8- le leader a une forte éthique opérationnelle 9- le leader a un bon jugement 10- le leader sait tirer les leçons de ses erreurs 11- le leader est humble 12- le leader fait de la Recherche-Développement 13- le leader soigne sa présentation 14- le leader sait anticiper les attentes 15- le leader a foi en ce qu il fait et en les autres Les élites africaines peuvent simplement s inspirer des leçons de George Washington. Cependant, on peut dire que le premier président américain est un mythe de l histoire de son pays et que son type de leadership n est pas à la portée de tous et ne peut intéresser que ceux qui aspirent à gouverner des Etats et à bâtir des nations prospères, durables et paisibles. Il existe toutefois dans les business schools, 18

19 des enseignements en matière de leadership. Les professeurs de management enseignent dans les grandes universités du monde les principes du leadership. Parmi eux Scott Snair, qui est un Leading Business Consultant et ancien étudiant de la fameuse école militaire de West Point située sur la rive gauche de l Hudson au nord de New York et créée en 1802 dans le but de former des jeunes officiers des armées de terre et de l air des USA. Snair a publié en 2004 un livre qui présente les leçons de leadership que l on peut tirer de la formation à West Point. Certes West Point est une académie militaire dira t on, mais même si nombre de ses diplômés sont connus pour avoir été de grand soldats américains dont le leadership n est pas contesté, plusieurs de ses diplômés sont des leaders ailleurs dans la vie économique et sociale. Parmi les grands généraux américains, on peut citer pêle-mêle Ulysse S. Grant, Robert E. Lee, Dwight D. Eisenhower, Douglas Mc Arthur, Norman Schwarzkopf, George S. Patton. Cependant, de nombreux élèves de West Point travaillent en dehors de l armée et font montre d un leadership remarquable qui ne leur fait pas seulement gagner des guerres pour leur pays, mais qui va aussi contribuer à bâtir une nation puissante, prospère et stable. Les élèves de West Point devenus de grands leaders ont par exemple construit des autoroutes entre les Etats de la Fédération (Francis Greene). Ils ont bâti le système de chemin de fer de New York (Horace Porter). Ils ont servi les présidents de leur pays (Jefferson Davis, Ulysse S Grant, D D Eisenhower). D autres ont voyagé dans l espace, c est le cas de Franck Borman, Buzz Aldrin, Michael Colins). Certains ont présidé de grandes compagnies multinationales comme John Hayes chez Coca-Cola et Marshall Larsen chez Goodrich). D autres encore ont révolutionné la technologie et le business lui-même comme Jim Kimsey de AOL. Plusieurs autres exemples existent qui pourraient inspirer le leadership africain. Quelle philosophie peut-on extraire de la formation de cette école d élite qu est West Point? Scott Snair nous propose une dizaine de principes de base qui forgent le caractère, la personnalité et impriment la force du leadership dans les élèves de West Point. Leçon 1: Le devoir est au-dessus de tout et le leader se donne une conviction peu ordinaire de la responsabilité qu il a. Leçons 2 : L honneur, qui permet à tout instant de la vie de suivre un code de bonne conduite : ne pas mentir, ne pas tricher, ne pas voler ou tolérer ceux qui le font. Leçon 3 : La nation, qui implique pour le leader qu il se sente soumis à quelque chose de plus grand que lui. Personne n est au dessus du droit qui est le ciment qui soude la nation. Le leader se dévoue à cette nation et lui reste loyal. 19

20 Leçon 4 : La mission, à laquelle le leader doit se consacrer entièrement. Il doit comprendre clairement sa mission, la vivre et en faire la promotion auprès de ceux qu il conduit et leur faire assumer à chacun d eux leurs responsabilités. Leçon 5 : La perspicacité qui offre aux leaders l occasion de traiter ceux qui sont affectés aux différentes tâches de la mission comme s ils étaient plus importants que lui-même pour la cause, avec la conviction qu ils le sont effectivement. Leçon 6 : L exécution qui permet au leader de laisser ses actions le définir et influencer la perception que les autres ont de lui. Le leader doit donner partout et toujours l exemple. Leçon 7 : Une stratégie intelligente que le leader adopte en tenant compte des subtilités de l environnement et avec une bonne tactique et du bon timing. Leçon 8 : Par sa compétence, le leader s efforce d être un expert dans ce qu il sait faire le mieux. Il partage ses connaissances et ne vit pas la compétence comme la définition d un domaine (les compétences du Ministère) mais comme sa capacité à résoudre les problèmes et à exercer effectivement la mission. Leçon 9 : La loyauté. Pour le leader, une fois les objectifs, les méthodes et les instruments de l action définis il faut s y conformer strictement, sans à peu près, sans se trahir, sans trahir les autres et sans trahir la cause et la mission car pour le leader les autres comptent beaucoup plus que lui-même. Leçon 10 : La maîtrise et le contrôle du changement. Les habitudes et les pratiques quotidiennes finissent par imposer des routines et rendre le changement inéluctable. Le changement est un autre nom du progrès, de la croissance et du développement. Le leader doit être capable de rassurer ceux qui ont peur du changement et qui lui résistent. Il doit inspirer la confiance et le courage et donner l assurance aux autres que le progrès peut être anticipé, maîtrisé, organisé. V- CONCLUSION Dans cette communication, nous avons voulu comprendre comment fonctionnait la mondialisation. Il nous est apparu qu elle était faite essentiellement de compétitions entre pays qui aspirent tous à devenir riches. Nous avons accepté l idée que cette compétition entre pays était en réalité une compétition entre les décideurs de chacun des pays. Les élites et les leaders sont en compétition à travers la globalisation. Et cette perspective engage donc le leadership dans des défis plus ou moins difficiles. Nous avons repositionné le débat sur le leadership africain dans la construction des nations. Pour réussir dans cette compétition mondiale, il faut pouvoir enrichir son pays et ses populations dans un monde ouvert. Mais alors 20

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Vous avez mieux à faire que de vous soucier de vos placements

Vous avez mieux à faire que de vous soucier de vos placements Vous avez mieux à faire que de vous soucier de vos placements Une longue histoire de réussite en matière de placement La Financière Manuvie gère judicieusement des milliards de dollars de placements dans

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4 CAFE ALEES - ETHIQUE ET POUVOIR Pouvoir équitable des parties prenantes Jean-Claude MONIER Le 26/04/2012 Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3 I - L entreprise, son

Plus en détail

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil Une présentation de Alain Dubuc Journée Innovation et entrepreneuriat Institut national d optique Château Frontenac Québec, 22 janvier INTRODUCTION Un

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat

Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Les fondements intellectuels de l entrepreneuriat Howard H. Stevenson Sarofim-Rock Professor Harvard University Le 5 octobre 2007 Harvard Business School 2007 1 Une longue histoire Premières recherches

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN Programme d analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN (PASEC) Ouverture de l atelier international de renforcement des capacités des décideurs et analystes sur la Gestion axée sur les résultats (GAR)

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

SSQ Gestion privée Martin Bédard, MBA Directeur institutionnel et gestion privée

SSQ Gestion privée Martin Bédard, MBA Directeur institutionnel et gestion privée SSQ Gestion privée SSQ Groupe financier est une entreprise qui a «Les valeurs à la bonne place» puisqu elle est constituée de gens de valeur, passionnés par leur métier et dont l ambition première est

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail