LE LEADERSHIP AMÉRICAIN ET L'ESPACE : LA RECHERCHE DE LA PUISSANCE ET DE LA GLOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE LEADERSHIP AMÉRICAIN ET L'ESPACE : LA RECHERCHE DE LA PUISSANCE ET DE LA GLOIRE"

Transcription

1 Space Policy Institute, George Washington University LE LEADERSHIP AMÉRICAIN ET L'ESPACE : LA RECHERCHE DE LA PUISSANCE ET DE LA GLOIRE L'ampleur des efforts spatiaux américains tient à de nombreux facteurs depuis le désir pragmatique d'utiliser les moyens spatiaux pour faire progresser la connaissance, renforcer la sécurité nationale, améliorer le bien-être commun et garantir des bénéfices économiques, jusqu'à l'image romantique d'exploration d'une nouvelle frontière. Les efforts spatiaux ont été également le vecteur d'intérêts plus larges pour un Etat soucieux d'être vu comme la nation dominante sur la scène internationale, celle dont le système politique et économique ainsi que la puissance montrent la voie à suivre et forcent le respect des autres pays. Enfin, les succès américains dans l'espace ont été perçus comme un moyen de renforcer l'identité nationale et l'image que les citoyens américains ont d'eux-mêmes en suscitant leur fierté d'être Américains. Ces deux moteurs des activités spatiales américaines sentiment de grandeur et fierté nationale sont au centre de cet essai 1. La puissance et la fierté ont été en effet les premières motivations qui ont conduit les leaders américains à allouer des ressources budgétaires significatives aux programmes spatiaux civils, particulièrement aux grands programmes de vols habités, depuis les débuts en 1958, jusqu'aux années 1980 au moins 2. Par exemple, la Directive sur la politique spatiale nationale américaine publiée par la Maison Blanche le 2 novembre 1989 dit que «l'objectif fondamental des activités spatiales américaines a été et continue à être le leadership spatial» 3. Cet essai suggère également que ces motivations originelles ont pu perdre de leur force dans la dernière décennie, et n'ont pas été, jusqu'à présent, remplacées par d'autres alternatives capables de fournir une justification à un grand programme civil consacré au vol habité. Le fait que les premières réalisations spectaculaires dans l'espace mise en orbite du premier satellite et du premier homme aient été accomplies par l'union soviétique, la rivale de l'amérique pendant la Guerre froide et un pays globalement perçu comme technologiquement arriéré aux Etats-Unis, a porté un coup sévère à la confiance que les États-Unis avaient en eux-mêmes. Le HERMÈS 34,

2 président John F. Kennedy, par exemple, déclara «Je ne peux pas croire que nous voulons permettre à l'union soviétique de dominer l'espace, avec tout ce que cela pourrait signifier pour notre paix et notre sécurité dans les années à venir 4.» Ces deux motivations intangibles faire état d'un sentiment de grandeur et renforcer la fierté nationale sont étroitement liées. Cet article explore la façon dont elles se sont manifestées pendant les premières années du programme spatial américain en faisant de la maîtrise de l'espace un élément important de l'identité nationale tant sur le plan intérieur que sur le plan international. Il pose également la question de savoir si le programme spatial américain, tel qu'il est mené aujourd'hui, continue à contribuer à la puissance et à la fierté américaines. Leadership spatial et vol habité Au centre de la quête américaine pour le leadership, il y a la conviction que ce sont les activités spatiales habitées 5 qui ont la plus grande influence sur la façon dont les Etats-Unis sont perçus par les autres pays et que ce sont elles qui correspondent le mieux à l'image d'eux-mêmes qu'ont les Américains. La première déclaration formelle de politique spatiale, adoptée par l'administration Eisenhower en janvier 1960, soulignait : «Pour le profane, le vol habité et l'exploration humaine représenteront la vraie conquête de l'espace et, par suite, le but ultime des activités spatiales. Aucune expérience non-humaine ne peut remplacer la présence de l'homme dans ses effets psychologiques sur les peuples du monde entier.» Cette déclaration n'a cependant pas conduit le président Dwight Eisenhower à la conclusion que les États-Unis devaient donner la plus haute priorité à leur programme de vol habité. En effet, bien qu'il ait approuvé ce document, Eisenhower ne croyait pas qu'il était de l'intérêt américain d'entrer en compétition frontale avec l'union soviétique sous prétexte de bénéfice psychologique lié au «prestige» d'accomplir telle ou telle Première. La Directive de 1960 reconnaissait cependant la dimension de compétition des activités spatiales. Elle demandait aux responsables chargés de la politique spatiale de «minimiser les avantages psychologiques acquis par l'urss grâce à ses réalisations spatiales», de «sélectionner parmi les activités spatiales américaines en cours ou en projet ayant une valeur militaire, scientifique ou technologique intrinsèque, celles ou celles qui offrent la perspective d'obtenir un avantage effectif et incontestable sur les Soviétiques» et de «mettre l'accent sur ces projets dans les programmes présents et futurs» 6. En d'autres termes, sous le président Eisenhower, les Etats-Unis ont souhaité utiliser les activités spatiales comme instrument dans la compétition de prestige liée à la Guerre froide mais seulement si elles avaient une justification par ailleurs. Le développement d'un programme spatial avec pour seul objectif la démonstration du leadership américain n'était pas recevable pour D. Eisenhower. 68 HERMÈS 34, 2002

3 Le leadership américain et l'espace : la recherche de la puissance et de la gloire John F. Kennedy devint président le 20 janvier Il changea rapidement de principe de politique spatiale. Seulement quatre mois après son entrée en fonction, le 25 mai, il annonça que les Etats-Unis enverraient des Américains sur la Lune «avant lafinde la décennie». En annonçant sa décision d'aller sur la Lune, J. F. Kennedy était tout à fait clair sur ses motivations. Il déclara «si nous devons gagner cette bataille des esprits», il est temps que les Etats-Unis prennent un «rôle clairement leader dans les réalisations spatiales». Kennedy choisit le projet d'alunissage car, dit-il, «aucun autre projet spatial ne pourra dans ce délai être plus impressionnant pour l'humanité» et parce que «quoi que l'humanité puisse entreprendre, des hommes libres doivent pleinement y prendre part» 7. La décision de J. F. Kennedy fut le résultat d'une rapide enquête qu'il avait lancée au lendemain de la mise en orbite par l'union soviétique, le 12 avril 1961, du premier homme dans l'espace, Youri Gagarine. Piqué au vif par le succès de la propagande soviétique, Kennedy demanda, le 20 avril, à ses conseillers d'identifier un «programme spatial qui offre les résultats les plus spectaculaires et dont nous serions les vainqueurs» 8. La réponse arriva, le 8 mai, sous forme d'un mémorandum signé par l'administrateur de la NASA, James Webb, et le secrétaire à la défense, Robert McNamara. Ce mémorandum soutenait que : «Tous les projets spatiaux à grande échelle requièrent la mobilisation de ressources à l'échelon national. Ils exigent le développement et l'utilisation réussie des technologies les plus avancées. Ils appellent une gestion habile, un contrôle centralisé ainsi que la poursuite assidue d'objectifs à long terme. Des réalisations spectaculaires dans l'espace symbolisent donc la puissance technologique et la capacité d'organisation d'une nation. C'est pour ces raisons que des réalisations majeures dans l'espace contribuent au prestige national. Des succès importants telle la mise en orbite d'un homme comme les Soviétiques viennent de la réaliser, confèrent du prestige national bien que la valeur scientifique, militaire ou commerciale évaluée selon les standards ordinaires soit marginale ou ne se justifie pas économiquement. Cette nation a besoin d'une décision positive pour poursuivre des projets spatiaux à des fins de prestige national?. Nos succès sont une composante majeure de la compétition internationale entre le système soviétique et le nôtre. Les projets non-militaires, non-commerciaux, non-scientifiques mais "civils" comme l'exploration lunaire et planétaire font, en ce sens, partie de la bataille le long du front mouvant de la Guerre froide.» Plus loin dans ce mémorandum, Webb et McNamara ajoutent : «nous croyons que l'exploration humaine, autour et sur la surface de la Lune, représentera un domaine majeur dans lequel la compétition internationale devra s'exercer. La mise en orbite de machines ne représente pas la même chose que la mise en orbite ou l'alunissage d'un homme. C'est l'homme, et non la machine, qui captivera l'imagination du monde» 10. L'adhésion du président Kennedy au raisonnement du mémorandum Webb/McNamara, a contribué à définir, pour au moins un quart de siècle, un thème majeur de la politique spatiale HERMÈS 34,

4 américaine. Les États-Unis vont utiliser les activités spatiales comme un instrument important de la compétition avec l'urss pendant la Guerre froide pour s'assurer la suprématie mondiale en mettant l'accent de manière très visible sur le vol habité. Les vols humains et les fortes dépenses qu'ils engendraient ne devaient pas être jugés à l'aune de leur valeur scientifique, commerciale ou militaire. Leur justification primaire allait plutôt être fondée sur leur valeur symbolique, en tant que démonstration publique des capacités technologiques et d'organisation des Etats-Unis. Au moment où le président Kennedy étudiait le projet américain d'atterrissage sur la Lune, aucune autre forte motivation n'influençait sa décision. Il indiqua à son conseiller scientifique, Jérôme Weisner, qu'il n'essayerait pas de justifier le projet par des objectifs scientifiques, Weisner répondant, à son tour, qu'il ne demanderait pas au Comité scientifique consultatif présidentiel de l'évaluer sur des critères scientifiques. Alors que le secrétaire à la Défense, Robert McNamara et ses conseillers les plus proches étaient impliqués dans la décision d'aller sur la Lune, ils ne présentèrent aucun argument militaire pour soutenir l'engagement national en faveur d'un programme d'alunissage. Quelques-uns autour de Kennedy, comme l'administrateur de la NASA, James Webb, le vice-président Lyndon Johnson et quelques membres du Congrès ont vu dans le programme lunaire un moyen de diriger des crédits importants vers les industries et les universités du Sud des Etats-Unis, avec pour conséquence de stimuler ainsi le développement technologique et économique de la région. Cependant, ces considérations n'ont eu que peu d'influence sur Kennedy lui-même 11. L'histoire du programme américain de vol spatial habité montre bien que les motivations de fierté et de grandeur en ont été le moteur essentiel. Ce n'est ainsi que plus de deux ans après que les Etats-Unis aient gagné la course à la Lune, en juillet 1969, que l'administration Nixon décida de la prochaine étape du programme spatial américain. Le débat s'effectua dans un contexte de réduction des budgets gouvernementaux, en général, et de celui de la NASA, en particulier. Cependant, à l'été 1971, l'un des plus proches collaborateurs de Nixon, Caspar Weinberger, alors directeur-adjoint de l'office budgétaire de la Maison Blanche, fit valoir auprès du président que ce serait une mauvaise idée de réduire ou d'abandonner le programme de vol habité américain car, écrit-il, «cela confirmerait d'un certain côté la conviction qui, je crains, gagne en crédibilité ici et à l'étranger selon laquelle nos meilleures années seraient derrière nous, et que nous nous repliions sur nous-mêmes, en réduisant nos dépenses de défense et en commençant volontairement à renoncer à notre statut de super-puissance ainsi qu'à notre souci de maintenir notre supériorité mondiale». Sur une note écrite à la main sur le mémorandum de Weinberger, Nixon indique : «je suis d'accord». Cet échange a conduit à la décision de ne pas annuler les deux dernières missions lunaires Apollo 16 et 17 et, plus important encore, a permis à la NASA de commencer un nouveau programme impliquant l'homme, la navette spatiale 12. L'accord sur un tel programme ne s'est pas fait facilement. À l'automne 1971, la NASA s'opposait au staffde,la Maison Blanche quant au type de navette spatiale à développer. L'administrateur de la NASA James Fletcher défendait l'idée de la navette spatiale en argumentant 70 HERMÈS 34, 2002

5 Le leadership américain et l'espace : la recherche de la puissance et de la gloire d'abord que «les États-Unis ne peuvent pas renoncer au vol spatial habité» parce que «l'homme a appris à voler dans l'espace et l'homme continuera à voler dans l'espace. C'est un fait. Et, ce fait étant, les États-Unis ne peuvent pas renoncer à leur responsabilité envers eux-mêmes et envers le monde libre de jouer un rôle dans le vol habité... Pour les États-Unis, ne pas être dans l'espace, alors que d'autres y sont, est impensable et c'est une situation que l'amérique ne peut accepter» 13. Le développement de la navette spatiale et les premiers vols expérimentaux occupèrent la NASA pendant plus d'une décennie. Quand, en 1983, l'agence spatiale chercha à obtenir l'approbation présidentielle pour le grand projet de vol habité suivant, la station spatiale orbitale, elle fit encore appel à l'argument essentiel qu'un tel projet était justifié par le message qu'il envoyait au monde. Dans un exposé de la NASA, daté du 1 er décembre et présentant au président Ronald Reagan les raisons pour lesquelles il devait soutenir le projet de station spatiale, l'agence faisait la liste des différentes raisons justifiant une telle entreprise. Une, en particulier, consistait à présenter la station comme «un symbole hautement visible de la vigueur américaine» 14. La NASA soutenait au président que «notre leadership dans l'espace ces 25 dernières années a montré au monde entier que l'amérique était puissante». Et, elle ajoutait «les enjeux sont énormes : le leadership dans l'espace pour les 25 prochaines années» 15. Les bénéfices, à l'époque et pour la suite Sans aucun doute, les succès spatiaux des Etats-Unis pendant les années 1960 ont démontré au monde la puissance américaine et ont créé un sentiment de fierté chez les Américains, particulièrement avec le paroxysme du 29 juillet 1969, lors du premier atterrissage sur la Lune. Un réseau mondial de satellites de communications avait été mis en place juste à temps pour l'alunissage et pour les premiers pas sur la Lune afin qu'ils soient diffusés dans le monde entier permettant à plus d'un milliard de personnes de partager l'excitation de l'exploration. Les astronautes de Mercury, Gemini et Apollo ont été des célébrités nationales, et ont été décrits comme incarnant au mieux le caractère américain 16. L'équipage d'apollo 11 a fait un tour du monde triomphal et l'entreprise lunaire a été presque universellement perçue comme un remarquable succès technologique et humain. Les images associées à Apollo, comme la Terre se levant sur la froide surface lunaire ou les astronautes errant à la surface de la Lune et posant à côté du drapeau américain sont rapidement devenues des icônes mondiales. Cependant, se manifestaient les premiers signes indiquant que le potentiel symbolique du vol spatial humain ne serait pas un phénomène durable. Pour la troisième mission, Apollo 13, les réseaux de télévision américains avaient décidé de limiter leur couverture. Seul l'accident à bord du vaisseau spatial lunaire suscita de nouveau l'attention du public quant au destin de l'équipage HERMÈS 34,

6 d'apollo 13. Parmi les raisons qui présidèrent à l'annulation des deux dernières missions prévues, Apollo 18 et 19, l'une était notamment que le surcroît de gains symboliques ne justifiait ni les dépenses engagées, ni les risques encourus. Les Etats-Unis, avec leurs succès Apollo, avaient réussi à rendre le remarquable quelque peu ennuyeux. La victoire de la course à la Lune avait atteint les objectifs politiques qui avaient conduit le président Kennedy à approuver l'entreprise. Des missions supplémentaires n'étaient pas nécessaires pour faire le point sur les capacités américaines. En revanche, la fierté américaine avait besoin d'être rétablie dans d'autres domaines, du fait de la guerre vaine menée en Asie du Sud-Est et des problèmes sociaux intérieurs des années La croyance des leaders politiques américains dans les bénéfices symboliques substantiels du vol spatial habité n'a cependant pas disparu avec la fin d'apollo. Comme noté précédemment, c'était un facteur important dans l'approbation des deux plus grands programmes spatiaux habités : la navette et la station spatiale. De plus, quand l'administration Nixon a voulu afficher sa politique de détente avec l'union soviétique, c'est une mission spatiale conjointe qui fut choisie en tant que symbole bien visible des nouvelles relations, l'amarrage entre le vaisseau spatial américain Apollo et la capsule soviétique Soyou2. La mission «poignée de main dans l'espace» de 1975 était presque totalement une construction politique. La mission Apollo-Soyouz fut le seul vol habité américain entre la dernière des trois visites à la station spatiale Skylab, qui se termina en 1974, et le premier vol de la navette spatiale en avril Cette période de sept ans d'activités limitées signifiait qu'une évaluation définitive des bénéfices durables susceptibles d'être tirés des vols habités devait être retardée aux années Quand les vols de la navette spatiale ont commencé en 1981, les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils étaient entrés dans l'ère des activités spatiales «routinières» en orbite basse. Le nombre d'astronautes américains, bien qu'encore relativement réduit, grimpa alors de moins de 20 à plus de cent. Venant s'ajouter aux pilotes dotés de cette «étoffe des héros», les hommes qui voyageaient dans l'espace comptaient des scientifiques et des ingénieurs bien entraînés mais aussi bien éloignés des feux de la rampe. En outre, l'occasion de voler avec la navette a été étendue à des non-astronautes, allant d'un prince saoudien, accompagnant le satellite de télécommunication payé par son pays, à deux politiciens américains qui usèrent de toute leur influence sur le budget de la NASA pour obtenir leur vol. Les Etats-Unis au milieu des années 1980 ont conclu au caractère suffisamment routinier et donc assez sûr du vol de navette spatiale pour commencer un programme dit «citoyens dans l'espace» qui devait offrir à des personnes représentatives de la population américaine l'opportunité d'aller dans l'espace. Le premier «citoyen dans l'espace» fut l'enseignante Christa McCauliffe. Elle et ses six coéquipiers sont morts dans l'explosion de la navette «Challenger» le 28 janvier Cet accident tragique a probablement marqué lafinde l'utilisation effective des vols habités comme symbole de fierté et de grandeur, bien que cela ne fut pas immédiatement reconnu. De la manière la plus publique possible, les Etats-Unis avaient démontré qu'ils ne maîtrisaient pas entièrement la tâche 72 HERMÈS 34, 2002

7 Le leadership américain et l'espace : la recherche de la puissance et de la gloire extrêmement difficile d'emmener des gens dans l'espace. L'accident et ses conséquences ne montraient en rien l'excellence de la technologie et de l'organisation américaines mais, bien au contraire, ils révélaient un processus de décision défaillant ainsi que des défauts d'exécution à tous les niveaux du programme spatial. L'ère de la Station Spatiale Internationale Toutefois, les échecs de la NASA qui ont conduit à l'accident de Challenger n'ont pas été interprétés par les leaders politiques américains comme les signes d'une diminution de la pertinence symbolique du vol spatial habité. Il n'y avait pas davantage de reconnaissance de l'incompatibilité logique entre la notion d'accès routinier à l'orbite basse et de travail dans l'espace et la conviction que l'espace continuerait à créer des images politiquement significatives des capacités américaines. Ainsi, avec la reprise des vols de la navette en septembre 1988 et le processus boiteux de développement d'une station spatiale à la fin des années 1980 et pendant les années 1990, les Etats- Unis ont continué à prétendre que leur programme spatial habité conduisait à promouvoir la perception d'un leadership américain à la fois dans le monde et dans le pays. Le document, cité plus haut, du National Space Council de 1989 définissant la politique spatiale nationale illustre la continuité de la revendication américaine de leadership à travers les réalisations spatiales. La plus récente déclaration de politique spatiale nationale, qui a eu l'approbation de Bill Clinton en 1996, note que «pendant plus de trois décennies, les Etats-Unis ont conduit le monde dans l'exploration et l'utilisation de l'espace. Nos réalisations dans l'espace ont été une source d'inspiration pour une génération d'américains et d'hommes dans le monde entier. Nous maintiendrons ce rôle de leadership...» 17. L'accent mis sur le vol spatial habité pendant la dernière décennie, et au moins pour la prochaine, se concentre sur la Station Spatiale Internationale (ISS). Après avoir fait la démonstration de leur leadership dans les années 1960 à travers un effort unilatéral pour gagner la course à la Lune, les Etats-Unis, en 1984, ont choisi de poursuivre en œuvrant comme partenaire responsable d'une coalition d'alliés coopérant pour le développement d'une station spatiale. En annonçant son approbation du programme en janvier 1984, Ronald Reagan déclara «l'amérique a toujours été la plus grande quand nous osions être grands». Il ajouta «nous pouvons atteindre la grandeur encore une fois. Nous pouvons poursuivre nos rêves vers les étoiles éloignées, en vivant et en travaillant dans l'espace». En même temps, le président annonçait que «la NASA invitera d'autres pays à participer de telle sorte que nous puissions renforcer la paix, construire la prospérité et étendre la liberté» 18. HERMÈS 34,

8 Entre 1984 et 1993, neuf pays en Europe, le Japon et le Canada travaillèrent avec les États- Unis sur ce qui fut unilatéralement nommé par l'amérique comme la station spatiale «Freedom». Ils se sont eux-mêmes trouvés soumis aux aléas d'un soutien politique et budgétaire fluctuant aux Etats-Unis, conduisant à modifier les développements techniques et, finalement, au milieu de 1993, à la presque annulation du programme par le Congrès américain. Seule une nouvelle conception de la station spatiale et l'invitation faite à la Russie, l'ancienne concurrente, de rejoindre les partenaires de la station avec un rôle plus central que celui de l'europe, du Japon ou du Canada, ont permis aux États-Unis de soutenir son effort de «leadership». À la fin de 1993, les pays qui avaient accepté de suivre les États-Unis pour créer un moyen permanent de vivre et travailler dans l'espace désormais renommé Station Spatiale Internationale ou ISS 19 ne se montraient pas subjugués par les orientations qui leur avaient été données. La performance des États-Unis comme leader du partenariat depuis 1993 n'a pas modifié ces perceptions négatives. Alors que les éléments de l'iss commençaient à être assemblés en orbite en 1998 et que les premières rotations d'équipages de trois astronautes assuraient une occupation permanente de la station à partir de novembre 2000, le déroulement des opérations en orbite n'a suscité que peu d'attention du public aux Etats-Unis comme à l'étranger. Ces derniers mois, la découverte que la part américaine de la station était vraiment hors budget a conduit au moins à une pause, si ce n'est à une fin, dans le développement programmé de la station. Ce retard devrait affecter surtout les partenaires européens et japonais, qui ne savent pas s'ils pourront utiliser effectivement les coûteux laboratoires qu'ils ont développés au titre de leur contribution au projet. Sur cette seule base, à cette date, on peut difficilement voir dans l'iss autre chose qu'une tentative largement avortée de démontrer, à travers les activités spatiales, la «grandeur» des États- Unis selon les mots du président Ronald Reagan en S'il a démontré quelque chose, le programme de station spatiale a révélé qu'un programme de long terme coûteux, entamé par le gouvernement des États-Unis sans objectif clair ni largement partagé et sans soutien politique adéquat, est en constant danger de changement, de compromis et d'annulation potentielle. Il ne s'agit pas ici de ces caractéristiques américaines qui consolident effectivement le socle du pouvoir et de la fierté des États-Unis. Un échec plus fondamental apparaît dans le lien entre l'iss et la volonté de démontrer un leadership américain complet aux yeux du monde et du public américain. En 1961, ceux qui recommandaient l'envoi d'américains sur la Lune comme objectif national avaient soutenu que «c'est l'homme, et non pas la machine, qui capture l'imagination du monde». Plus de vingt ans plus tard, la NASA suggérait toujours que «notre leadership spatial montrait au monde que l'amérique était forte». Il y a peu de chances qu'un tel argument soit crédible aujourd'hui, même si le programme de station spatiale s'était avéré un succès total. D'abord, parce que le vol spatial habité est devenu une routine. À la mi-2002, un peu plus de quatre cents personnes différentes ont voyagé dans l'espace. C'est encore un très petit nombre bien sûr, mais il est assez grand pour que l'on ne voit plus le vol spatial comme une expérience 74 HERMÈS 34, 2002

9 Le leadership américain et l'espace : la recherche de la puissance et de la gloire exceptionnelle. Il est vrai que le public se montre impressionné quand il rencontre un individu qui a été dans l'espace et soucieux de partager son expérience. Mais le lancement d'êtres humains dans l'espace «ne capture plus l'imagination» du plus grand nombre et sa valeur démonstrative de la puissance nationale s'est érodée avec le nombre des vols. En outre, depuis que le dernier équipage Apollo a quitté la Lune en décembre 1972, le vol habité est resté confiné à l'orbite basse. Des circuits répétitifs de 90 minutes autour de la Terre limitent l'intérêt du public alors que dans les années 1960, chaque vol spatial était synonyme de découverte avec l'apogée des neufs voyages vers la Lune et six atterrissages réels. Les gens allaient réellement quelque part! Perspectives Si l'on accepte le principe de cet essai, alors il semblerait qu'il existe un besoin de justifier l'activité de vol habité américaine autrement que par le biais de ses retombées symboliques en termes de grandeur et de fierté. Les coûts et les risques induits par la vie et le travail d'hommes dans l'espace doivent être appréciés de manière rationnelle en fonction des bénéfices qui peuvent être tirés de la présence de chercheurs et de techniciens à bord de la station spatiale internationale. La situation réelle est cependant quelque peu différente. Politiquement, le gouvernement américain ne peut probablement pas décider que les bénéfices tirés des vols habités ne justifient pas les dépenses engagées et qu'il faut par conséquent clore le programme. La présence d'américains dans l'espace fait partie, de façon importante, de l'image que les Etats-Unis ont d'eux-mêmes, même s'il n'y a plus d'impact psychologique positif significatif et un appel en faveur d'un arrêt des vols spatiaux futurs serait certainement une décision impopulaire. Cela met le gouvernement américain dans une position paradoxale. Le public américain s'attend à la poursuite de l'effort en faveur du vol habité américain mais ne semble pas particulièrement compter sur des bénéfices substantiels liés à cet effort. (Il n'est pas évident qu'un autre accident mortel changerait cette attente). Le raisonnement initial, au caractère principalement symbolique, sur lequel s'appuyait le gouvernement américain pour entreprendre le programme de vol habité a perdu beaucoup de sa crédibilité. Cependant, le gouvernement n'a probablement pas d'autre possibilité que de le poursuivre tout en espérant que les résultats de l'iss montreront finalement tout l'intérêt de ce choix. Que se passerait-il si les États-Unis prenaient la décision de proposer la reprise de l'exploration humaine au-delà de l'orbite de la Terre, le retour sur la Lune ou le voyage jusqu'à Mars? Cela conduirait-il à nouveau à ce que les Etats-Unis soient vus comme un leader non seulement dans l'espace mais aussi sur Terre? Ou bien verrait-on l'entreprise d'exploration comme un objet fascinant, digne d'intérêt en lui-même, mais sans lien étroit avec un leadership politique et militaire? HERMÈS 34,

10 Cette seconde possibilité est la plus probable. Il n'existe pas encore de raison impérieuse pour envoyer des gens loin de cette planète et le faire serait probablement vu, non pas comme quelque chose d'impressionnant qui serait largement admiré, mais plutôt comme une diversion en regard des problèmes urgents à régler sur Terre. Avec la décision de 1961 d'aller sur la Lune, le président Kennedy a lié «la politique du moment... avec des siècles de rêves et d'aspirations de la nation [américaine]» 20. Le concours unique de circonstances qui a permis cette décision ne se répétera probablement pas au XXI e siècle. Si l'homme doit aller au-delà de l'orbite terrestre, ce sera pour d'autres raisons que pour la grandeur et la fierté. En attendant, y a-t-il d'autres voies pour que les capacités spatiales contribuent à l'image de puissance? Au cours de la dernière décennie, les utilisations militaires de l'espace ont été présentées comme un argument nouveau en faveur de l'importance de l'espace pour la puissance américaine. Les États-Unis poursuivent une stratégie de sécurité nationale liée au concept de domination par l'information et une telle domination n'est pas possible sans une utilisation massive de systèmes spatiaux. Au début de l'année 2001, une commission présidée par Donald Rumsfeld, choisi plus tard par le président George W. Bush comme secrétaire à la Défense, annonça que «la sécurité et le bien être économique des Etats-Unis et de ses alliés et amis dépendaient de la capacité nationale à opérer avec succès dans le milieu spatial» 21. Dans le but d'en avoir la maîtrise, la politique nationale appelle les Etats-Unis à mettre en œuvre le «space control», défini comme «la capacité à assurer l'accès continu à l'espace pour les forces américaines et nos alliés, la liberté d'opération dans l'espace et la capacité à interdire à d'autres l'utilisation de l'espace si nécessaire» 22. La recherche de la puissance spatiale n'exige pas nécessairement le développement d'armes spatiales, mais la commission a recommandé que les Etats-Unis «poursuivent vigoureusement les efforts permettant... d'assurer au président qu'il aura l'option de déployer des armes dans l'espace pour dissuader les menaces et, si nécessaire, pour se défendre des attaques contre les intérêts américains» 23. Utiliser l'espace comme une composante directe de la puissance militaire américaine pourrait être vu comme l'équivalent au XXI e siècle du voyage américain vers la Lune soit «une partie de la bataille le long du front mouvant de la Guerre froide», selon les mots utilisés par John F. Kennedy pour justifier le projet Apollo. Si cela devient le cas et que le raisonnement à la base des activités spatiales américaines soit de contribuer à sa puissance militaire, le monde aura perdu quelque chose qui tenait à la fois de l'imaginaire et de la passion, le leadership américain pour l'exploration pacifique de l'espace. Cela serait malheureux. 76 HERMÈS 34, 2002

11 Le leadership américain et l'espace : la recherche de la puissance et de la gloire NOTES 1. Cet essai ne traite pas des activités spatiales que les Etats-Unis ont conduites à des fins militaires directes ou pour des besoins de renseignement et qui se justifiaient par leur contribution aux capacités militaires et à la sécurité américaine. Il se concentre plutôt sur les activités spatiales que le gouvernement a développées dans le cadre de la National Aeronautics and Space Administration (NASA). 2. Vernon van DYKE, Pride and Power : The Rationale of the Space Program (Urbana, IL : University of Illinois Press, 1964) a été le premier universitaire à identifier ces facteurs comme étant à la base de la logique du programme spatial civil américain. 3. White House, National Space Policy Directive No. 1, «National Space Policy», 2 novembre Kennedy est cité in Pride and Power, p On entend par cette formule les activités dans lesquelles l'homme est physiquement présent dans l'espace (ndt). 6. Ibid, p John F. Kennedy, «Urgent National Needs», 25 mai 1961, réimprimé in Exploring the Unknown, p John F. Kennedy, «Memorandum for the Vice President», 20 avril 1961, ré-édité in Exploring the Unknown, p Passage souligné dans le document original. 10. James E. WEBB and Robert S. MCNAMARA, «Recommendations for the National Space Program : Changes, Policies, Goals», 8 mai 1961, réimprimé in Exploring the Unknown, p. 444, Voir John M. LOGSDON, The Decision to Go to the Moon : Project Apollo and the National Interest (Cambridge, MIT Press, 1970) pour une analyse détaillée du processus de décision. Pour le concept d'utilisation d'apollo de Webb comme un instrument de développement économique et technologique, voir son mémorandum du 23 mai 1961 au vice-président Johnson, ré-édité in Exploring the Unknown, volume II, p Caspar Weinberger, Memorandum au président, «The Future of NASA», 12 août 1971, ré-édité in Exploring the Unknown, p James C. Fletcher, «The Space Shuttle», 22 novembre 1971, réimprimé in Exploring the Unknown, p NASA, Briefing on the Space Station to President Reagan, 1 er décembre NASA, «Revised Talking Points for the Space Station Presentation to the President and the Cabinet Council», 30 novembre 1983, réimprimé in Exploring the Unknown, p Voir Tom WOLFE The Right Stuff, ouvrage dans lequel il décrit les astronautes de Mercury d'une façon un peu moins idéalisée et plus réaliste et qui n'apparaît pas avant The White House, National Science and Technology Council, «Fact Sheet : National Space Policy», 19 septembre HERMÈS 34,

12 18. Président Ronald Reagan, «State of the Union Address», session conjointe du Congrès américain, le 25 janvier International Space Station. 20. The Decision to Go to the Moon, p Rapport de la «Commission to Assess United States National Security Space Management and Organization», 11 janvier 2001, cité in John M. LOGSDON, «Just Say Wait to Space Power», Issues in Science and Technology, printemps 2001, p US Space Command, Long Range Plan, cité in «Just Say Wait», art, cit., p Rapport de la Commission cité in «Just Say Wait», art. cit., p HERMÈS 34, 2002

SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE

SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE SOIRÉE HISTORIQUE À LAUSANNE: THE MOON RACE Revivez l histoire de la course à la lune en présence de plusieurs pionniers de l espace, lors d une conférence-spectacle historique le vendredi 13 novembre

Plus en détail

1993 OUTER SPACE TREATY/TRAITÉ DE L'ESPACE 615 TRAITÉ

1993 OUTER SPACE TREATY/TRAITÉ DE L'ESPACE 615 TRAITÉ 1993 OUTER SPACE TREATY/TRAITÉ DE L'ESPACE 615 TRAITÉ sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la lune et

Plus en détail

Activité 34 Du bateau à la fusée

Activité 34 Du bateau à la fusée Activité 34 Du bateau à la fusée Chronologie de la conquête spatiale 1957 4 octobre : premier satellite artificiel Spoutnik lancé par l'union Soviétique. 3 novembre : Spoutnik 2 (URSS) emporte dans l'espace

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes.

Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes. Ecoles Européennes Bureau du secrétaire général Secrétariat Général Réf. : 2005-D-371-fr-6 Orig. : EN Structure pour la formation continue du personnel dans les cycles maternel et primaire des Ecoles européennes.

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art.

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art. Ière Cour administrative. Séance du 11 juin 2001. Statuant sur le recours interjeté le 23 mai 2001 (1A 01 44) par A. et son fils B., contre la décision rendue le 7 mai 2001 par la Direction de l'instruction

Plus en détail

LES RETOMBEES DE LA RECHERCHE EN MICROGRAVITE

LES RETOMBEES DE LA RECHERCHE EN MICROGRAVITE La Microgravité LES RETOMBEES DE LA RECHERCHE EN MICROGRAVITE Comportement d'une flamme en gravité terrestre et sur la droite en gravité 0 - Photo Nasa La recherche en microgravité représente une panoplie

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

DES(94)2- XII COOPERATION SCIENTIFIQUE SCIENTIFIC CO-OPERATION

DES(94)2- XII COOPERATION SCIENTIFIQUE SCIENTIFIC CO-OPERATION DES(94)2- XII COOPERATION SCIENTIFIQUE SCIENTIFIC CO-OPERATION INTRODUCTION A - Création du Comité scientifique 1 - AC/123 - Groupe de travail pour examiner les mesures nouvelles à prendre dans le domaine

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Le modèle idéologique américain. Puissance et influences

Le modèle idéologique américain. Puissance et influences Le modèle idéologique américain Puissance et influences Le modèle idéologique américain INTRODUCTION : «Le rêve américain» I LES VALEURS DU MODELE AMERICAIN A La liberté B La poursuite du bonheur : la

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

«La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan

«La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan «La fusée, un rêve devenu réalité après des siècles d'attentes.» DEPLACE Grégoire HELIES Geoffrey COSQUER Julien GUELARD Evan SOMMAIRE: I-Histoire II- Mise en relation d'une fusée à eau avec une fusée

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

22eme Conférence Régionale Afrique

22eme Conférence Régionale Afrique Discours d ouverture Par Mme. Mireille BALLESTRAZZI Présidente d INTERPOL 22eme Conférence Régionale Afrique 10 septembre 2013 Oran, Algerie Monsieur le Général-Major, Directeur général de la Sureté Nationale

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 5 décembre 2014 Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs Session du Conseil Compétitivité

Plus en détail

Session : Principale

Session : Principale Page : 1 / 4 CORRECTION DE L EXAMEN TQM L'ÉTUDE DE CAS FABINC (PREMIÈRE PARTIE) COMPRENDRE ET IMPLANTER ISO 9000 COMPRENDRE ET IMPLANTER LE TQM COMPRENDRE LA DIFFÉRENCE Question no 1 Quel est le rôle et

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Denis Monière. Yves Eudes, La conquête des esprits, Paris, Maspero, 1982, 279 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Denis Monière. Yves Eudes, La conquête des esprits, Paris, Maspero, 1982, 279 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Yves Eudes, La conquête des esprits, Paris, Maspero, 1982, 279 p. par Denis Monière Politique, vol. 1, n 2, 1982, p. 176-179. Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972

Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 Guerre du Vietnam, Photographie de presse, Nick Ut 1972 P H O T O D E P R E S S E EPREUVE D HISTOIRE DES ARTS Brevet 2011 ANGLAIS PERSONNAGE ET CONTEXTE 1. Dans quel pays s est produit cet évènement? Dans

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003

Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 Entretien avec M.Jacques-René Rabier, fondateur de l'eurobaromètre Mardi, 21 octobre 2003 - En 2003, l Eurobaromètre a eu 30 ans, d où vous est venue l idée d étudier l opinion publique européenne? Le

Plus en détail

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée

Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée 1/5 Lignes directrices pour les partenariats entre le CICR et l'économie privée I. Objectif Ces lignes directrices visent à établir un cadre transparent régissant les relations entre les entreprises et

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

INTOSAI. 67ème reunion du Comité directeur de l'intosai à Abu Dhabi. Représentants. 17 novembre 2015

INTOSAI. 67ème reunion du Comité directeur de l'intosai à Abu Dhabi. Représentants. 17 novembre 2015 INTOSAI 17 novembre 2015 67ème reunion du Comité directeur de l'intosai à Abu Dhabi Représentants Parmi les principaux thèmes discutés à l'occasion de cette réunion ont figuré la future orientation stratégique

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT)

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT) CRPMPPP110017 B0 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax : +

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: Règlement NATURE DU DOCUMENT: Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive C.A. x C.E. C.G. Direction générale Résolution 08-397-4.00 Direction Nouveau document Amende le

Plus en détail

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national 1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national Laurent Faibis, Président de Xerfi Découvrez la vidéo : «Conjuguer stratégies globales et intérêt national» Comment conjuguer la logique de nos firmes

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

L'Etat abandonne le projet de superlogiciel de paie des fonctionnaires

L'Etat abandonne le projet de superlogiciel de paie des fonctionnaires ARTICLE DES ECHOS DU 6 MARS L'Etat abandonne le projet de superlogiciel de paie des fonctionnaires Après les déboires de Louvois, le logiciel de paie du ministère de la Défense, et de Chorus, le système

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 François Vergniolle de Chantal* La crise que subissent les classes moyennes a constitué un enjeu majeur de la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

de l'organisation des Nations Unies

de l'organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 477 Affaire No 507 : ISHIKAWA Contre : Le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit: M. Roger

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq

CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq CARe AUTO BODY Étude de cas CARe Auto Body réduit ses délais d exécution et le stress de ses employés grâce à Quintiq «Une planification adaptée se traduit par une meilleure qualité de service grâce à

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme:

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Programme SPORT Quelles actions sont soutenues? Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Partenariats collaboratifs Manifestations européennes

Plus en détail

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I.

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I. ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L'INTERDICTION DE L'EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR LEUR DESTRUCTION APLC/MSP.2/2000/SCE3/1 30 août

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH

CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00089415 CERN/FC/1433 Original: français 4 mai 1972 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE PES FINANCES Cent

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Exemple d examen Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All rights reserved. No part of this publication may be published,

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

AFRICAN WOMEN IN MATHEMATICS ASSOCIATION (AWMA) Association "African Women in Mathematics" Traduction (non officielle) des statuts en français

AFRICAN WOMEN IN MATHEMATICS ASSOCIATION (AWMA) Association African Women in Mathematics Traduction (non officielle) des statuts en français 1 AFRICAN WOMEN IN MATHEMATICS ASSOCIATION (AWMA) Association "African Women in Mathematics" Traduction (non officielle) des statuts en français ARTICLE 1: INTRODUCTION Les Mathématiques sont considérées

Plus en détail

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de Anexo 2 Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de alianza con Nissan. Fuente: http://www.medefparis.fr/itw_schweitzer.html Louis SCHWEITZER Président de Renault Renault

Plus en détail

Présentation des innovations en technologies de l eau. Confirmation de la dose de coagulants dans l'usine de traitement des eaux usées de Paris 1 :9

Présentation des innovations en technologies de l eau. Confirmation de la dose de coagulants dans l'usine de traitement des eaux usées de Paris 1 :9 Programme d'optimisation à l'échelle du bassin hydrographique : Le traitement des eaux usées basé sur la performance peut améliorer la qualité de l'eau Confirmation de la dose de coagulants dans l'usine

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 19.1.2005 PE 353.429v01-00

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission de la culture et de l'éducation. 19.1.2005 PE 353.429v01-00 PARLEMENT EUROPÉEN 2004 ««««««««««««2009 Commission de la culture et de l'éducation 19.1.2005 PE 353.429v01-00 AMENDEMENTS 1-16 Projet d'avis (PE 350.226v01-00) Ruth Hieronymi sur les défis politiques

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée)

Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens (Telle que préparée) Conférence de l Ambassadeur des Etats-Unis Son Excellence Monsieur Lewis Lukens Prononcée dans le cadre des Vendredis de SupdeCo Conseil économique, social et environnemental Vendredi 31 mai 2013 15h30

Plus en détail

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Leçon 1 DIEU EST INSONDABLE. Enseignement: Qu'est-ce que le culte? Leçon 1 1. PRIERE Responsable du groupe: Invoquez le Seigneur et recommandez-lui votre groupe et cette leçon sur la formation des disciples. 2. CULTE (20 minutes) Enseignement: Qu'est-ce que le culte?

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL

Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES RAPPORT DU DIRECTEUR GENERAL Conférence générale Vingt-neuvième session, Paris 1997 29 C 29 C/43 18 juillet 1997 Original anglais Point 9.14 de l'ordre du jour provisoire CAISSE COMMUNE DES PENSIONS DU PERSONNEL DES NATIONS UNIES

Plus en détail

La réalisation des tâches de planification stratégique

La réalisation des tâches de planification stratégique Identifier les principaux composants de la réussite Pour obtenir les résultats escomptés, un projet doit bénéficier d'objectifs clairement définis et approuvés, d'une équipe motivée, ainsi que d'un plan

Plus en détail

Cent soixante-deuxième session

Cent soixante-deuxième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-deuxième session 162 EX/37 PARIS, le 10 septembre 2001 Original anglais Point 7.12 de l'ordre

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative

Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Royaume du Maroc Ministère de la fonction publique et de la réforme administrative Colloque Nationale sur la Réforme Administrative Rabat 7 et 8 Mai 2002 Les bases d une stratégie de promotion des technologies

Plus en détail

Gestion des risques importants

Gestion des risques importants étude de cas Gestion des risques importants Modélisation du risque et simulation d'attaque Société Une grande organisation financière (union nationale de crédits fédéraux) a mis en œuvre les solutions

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

Bureau Enquêtes-Accidents

Bureau Enquêtes-Accidents Bureau Enquêtes-Accidents RAPPORT relatif à l'incident grave survenu le 6 avril 1999 au Havre (76) à l'avion Cessna T500 immatriculé F-GJDG exploité par Air Normandie F-DG990406 AVERTISSEMENT Ce rapport

Plus en détail

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes...

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Le mot du président L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Ma chère consœur, mon cher confrère, Le destin de notre profession ne se forge plus depuis longtemps au seul sein des organes représentatifs

Plus en détail

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Les États Parties au présent Protocole, Encouragés par l'appui considérable

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones L enquête sur My World est disponible à travers trois canaux principaux: en ligne sur www.myworld2015.org hors ligne sous

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

«Le passage du primaire au secondaire : un problème de placement»

«Le passage du primaire au secondaire : un problème de placement» Article «Le passage du primaire au secondaire : un problème de placement» Jean-Jacques Bernier Revue des sciences de l'éducation, vol. 5, n 3, 1979, p. 433-439. Pour citer cet article, utiliser l'information

Plus en détail

Règlement Intérieur du Club TRC Modelisme

Règlement Intérieur du Club TRC Modelisme Règlement Intérieur du Club TRC Modelisme I) DEFINITION I.1) Les membres du club de modélisme TRCM conviennent d adhérer aux concepts et termes ci après les définitions qui suivent. I.2) Par "modélisme

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine

Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine Comparaison entre la traduction machine et la traduction humaine «Celui qui possède l'information, possède le monde». Dans toute l'histoire de l'humanité, cette maxime n'a probablement jamais été aussi

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

UN BREVET, MODE D'EMPLOI

UN BREVET, MODE D'EMPLOI 1. Qu est ce qu un brevet? UN BREVET, MODE D'EMPLOI C est un titre de protection garantit par l Etat qui confère à son titulaire une exclusivité sur les produits de l invention, que ce soit sa fabrication,

Plus en détail

PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais

PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais PC 60/10 24 mars 2010 Original : anglais F Décisions et Résolutions adoptées par le Comité de promotion à sa 17 e réunion 1. Le Comité de promotion, présidé par M. Mick Wheeler (Papouasie-Nouvelle-Guinée),

Plus en détail

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08

N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 N de convention Audencia/MAE à rappeler pour toute candidature : 97/08 CONVENTION D'ACCUEIL D'ETUDIANTS AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES DANS LE CADRE DES STAGES D'ETUDES I. CONDITIONS GENERALES DE

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

CODE DE CONDUITE HEBERGEMENT (CCH) Procédure de notification et de retrait de contenu illicite

CODE DE CONDUITE HEBERGEMENT (CCH) Procédure de notification et de retrait de contenu illicite CODE DE CONDUITE HEBERGEMENT (CCH) Procédure de notification et de retrait de contenu illicite PREAMBULE La simsa swiss internet industry association a élaboré le présent Code de conduite Hébergement (ci-après

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

La Constitution de l'association Internationale des Géomorphologues

La Constitution de l'association Internationale des Géomorphologues 1 La Constitution de l'association Internationale des Géomorphologues NOM L'Association sera connue comme l'"international ASSOCIATION OF GEOMORPHOLOGISTS"ou dans des langues autres que l'anglais par une

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib 67e congrès annuel de l'ifla, 16 au 25 août 2001, Boston, États-Unis Des normes pour les compétences dans l'usage de l'information dans l'enseignement supérieur : une

Plus en détail