Feuillet de liaison n 004 Spécial Mbuye Mars avril Qu est-ce que Mbuye? p Background du projet p 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Feuillet de liaison n 004 Spécial Mbuye Mars avril 2005. 1. Qu est-ce que Mbuye? p 2. 2. Background du projet p 3"

Transcription

1 Burundi Leadership Training Program, a.s.b.l. Chaussée Prince Louis Rwagasore n 78 B.P Bujumbura Tél.-fax : (257) Feuillet de liaison n 004 Spécial Mbuye Mars avril 2005 Sommaire 1. Qu est-ce que Mbuye? p 2 2. Background du projet p 3 3. Bénéficiaires du projet de formation p 4 4. Approche Delta : approche participative de mobilisation de la communauté...p 4 5. Eléments du contenu de la première phase de formation......p 6 6. Quelques images... p7 7. Intérêts des participants pour le projet de formation..p Innovations du projet de formation. p Remerciements et appel aux membres de la famille BLTP... p 12

2 Qu est-ce que Mbuye? Mbuye est une des 5 communes de la province Muramvya. Elle a une superficie de 128 km2 et compte une population de plus ou moins habitants. Elle est frontalière à la commune Rango de la province de Kayanza, aux communes Bukeye, Muramvya et Rutegama de la province Muramvya et à la commune Mutaho de la province Gitega. Mbuye est l une des communes du pays qui souffre encore aujourd hui des séquelles de la crise qui a frappé notre pays. Le gros et le petit bétail ont été décimés. Les terres cultivables sont devenues très rares et infertiles. La population connaît une économie de subsistance sans épargne et une forte densité humaine. Le taux de scolarisation a fortement baissé. Les hutu, les tutsi et les twa se sont entredéchirés. Heureusement, la commune se reconstruit petit à petit. Visiblement les leaders locaux, en l occurrence les chefs de colline, ne sont pas assez formés et informés pour inciter les populations dont ils sont responsables à croire qu elles peuvent sortir un jour des conditions dans lesquelles elles vivent aujourd hui comme l habitat indécent, la mauvaise alimentation, la corruption, la violation des droits de la personne humaine etc. Pour le BLTP, Mbuye fait référence au projet de formation des leaders locaux à l auto- promotion. Ce projet consiste à former des encadreurs de l auto- promotion communautaire qui vont, à leur tour, promouvoir le développement intégral et durable à partir de la base. Le vocable «Mbuye» renvoie donc aux populations bénéficiaires des activités du projet qui par effet multiplicateur pourront prendre des initiatives allant dans le sens de se développer elles-mêmes et de faire rayonner le projet sur toutes les collines de la commune, avec possibilité d étendre l influence sur les communes avoisinantes. Rappelons que dans notre dernier bulletin, nous projetions pour mars 2005 le lancement officiel de ce projet de formation à l auto-promotion communautaire. Chose promise, chose faite. En effet, le 14 mars 2005, aux côtés du représentant du BLTP et de l administrateur communal de Mbuye, Monsieur Sylvain Nzigamiye, Gouverneur de la province de Muramvya a procédé à l ouverture officielle des travaux dudit projet. Ces cérémonies se sont déroulées dans les locaux de la paroisse Kivoga située à quelques pas du chef-lieu de la commune Mbuye. En ouvrant ces travaux, Monsieur Nzigamiye a dit d emblée qu il accueillait favorablement ce projet. Il a exprimé toute sa reconnaissance à l endroit des personnes qui ont conçu le projet et a vivement remercié les organisateurs de la formation d avoir penser à Mbuye comme commune d expérimentation du projet. Après avoir prodiguer des conseils aux participants, il a émit le souhait de voir ce projet réussir à Mbuye pour pouvoir s étendre à d autres communes du pays. Il a promit de faire tout ce qui est à son pouvoir pour que le projet réussisse effectivement à la grande satisfaction des organisateurs, des participants et de toute la communauté de base de Mbuye. 2

3 Contexte du projet de formation A l origine, le but du BLTP était de bâtir un réseau durable de leaders-clés capables de travailler ensemble au-delà de toutes les formes de division ethnique et politique, de guider la transformation institutionnelle requise à la fois par la reconstruction économique du Burundi et par la paix durable. Beaucoup de leaders formés dans ce cadre sont témoins des changements qui se sont réalisés à la fois sur le plan individuel que sur le plan des relations interpersonnelles des membres du réseau BLTP. Nantis d outils de communication efficace et de négociation, les membres de ce réseau BLTP allaient être invités dans la suite à créer et à gérer de petits projets susceptibles d être exécutés pour contribuer à la reconstruction du pays. Il va alors de soi que le projet de formation à l auto-promotion communautaire initié en commune Mbuye s inscrit dans la ligne droite des activités du BLTP. Il est aujourd hui en cours d exécution grâce au financement du «National Endowment for Democracy», NED en sigle, accordé au BLTP à qui revient la tâche de conduire le projet sur les plans administratif et financier. Quelques responsables de la famille BLTP se sont proposés de contribuer à relever le défi de la pauvreté en initiant un projet de formation destiné aux chefs locaux. Ceuxci vont, à leur tour, entraîner leur communauté de base dans une dynamique de croissance économique et sociale. Pour ces dirigeants locaux, les directeurs du BLTP ont ainsi conçu un projet de formation à l auto- promotion communautaire. Les objectifs globaux de ce projet se ramènent à former pour les milieux de base des catalyseurs d un développement intégral, juste et durable, à éveiller et renforcer les capacités des communautés de base, à améliorer leurs conditions de vie socioéconomiques, et enfin à long terme, à changer la situation de pauvreté dans laquelle sont plongées ces communautés de base. La formation se déroule en trois phases de 10 jours pour une trentaine de leaders locaux identifiés. A chaque phase correspond un module de formation. Sélectionnés du menu de formation DELTA, ces modules ont le contenu suivant : Module 1 : Prise de conscience du développement juste et durable - vision du développement intégral - éducation des adultes et alphabétisation - écoute de la communauté - exploitation de thèmes générateurs et codes Module 2 : Transformation socio - économique et environnementale - analyse des réalités socio- économiques de Mbuye - analyse de la dynamique de groupes - promotion du leadership et de participation - protection et rentabilisation du milieu socio-économique et environnemental 3

4 Module 3 : Nouvelles formes de gestion et de supervision - conception, élaboration et gestion d un projet - identification des niveaux de prise de décision - formulation de réponses à la pauvreté - administration et management de projets - supervision de projets Après avoir bien compris et assimilé ces modules, les lauréats formés vont ensuite à leur tour d appliquer et de vulgariser au niveau local les acquis de la formation. Ils entraînent ainsi les collectivités locales de développer elles-mêmes des réponses aux nombreux défis qui leur sont posés dont celui de l auto - prise en charge sans devoir nécessairement attendre que l ordre vienne de l autorité administrative. Il est pourtant clair que ce projet a un impact évident sur les bénéficiaires directs (lauréats euxmêmes) et indirects (leurs ménages et toute la communauté environnante). Bénéficiaires du projet de formation La formation est assurée par Monsieur Rémy Nahimana et Madame Juliette Kavabuha (en remplacement de Térence Nahimana empêché à la dernière minute), tous deux membres de la famille BLTP, en collaboration avec Monsieur Emmanuel Manwangu en sa qualité de praticien de la méthode DELTA. Au total 38 participants, tous habitants de la commune Mbuye bénéficient de la formation. Parmi eux se trouvent 26 chefs de collines (car la commune a effectivement 26 collines de recensement), 9 femmes et 3 catéchistes choisissent leur implication dans la formation des jeunes du secteur non formel. Pour être retenu, chaque participant devait répondre aux critères suivants : être ressortissant de la commune Mbuye, savoir lire et écrire, être disponible pour suivre sans interruption toute les phases de la formation et être disposé à appliquer les acquis de la formation. Les chefs de colline ont été privilégiés par rapport aux chefs de zone et aux chefs de secteurs parce qu ils sont plus proche de la population que ces derniers. De plus, au niveau de l administration de la colline, les chefs de colline se révèlent plus stables que les chefs de secteurs. Approche Delta : approche participative de mobilisation de la communauté La méthode utilisée au cours de la formation est la méthode dite «DELTA», (Development, Education, and Leadership Teams in Action) qui revient au concept français d Education au Développement et d Equipes d Animation en Action. Cette méthode est également appelée méthode d éducation au développement communautaire, étant entendu que le développement consiste à «former des 4

5 personnes afin qu elles puissent construire leur propre avenir et décider elles- mêmes de ce qu elles doivent faire» 1 Paolo Freire, initiateur de l expérience de l alphabétisation conscientisable en Amérique latine est l un des précurseurs de cette méthode. Le programme de cette méthode est bâti sur ses idées dont l essentiel est la sensibilisation aux problèmes, la relation directe entre la motivation à agir, l importance d amener les participants à se sentir concernés concrètement et à choisir eux- mêmes le contenu de leur formation plutôt que d avoir des «experts» pour leur formuler des programmes d études, le fait que toute libération et développement réels doivent émerger de la base elle- même. 2 L expérience de Paolo Freire constitue en elle- même une méthode de mobilisation communautaire. Elle est le berceau de ce processus qui veut former pour transformer, source du programme de formation Delta lancé au Kenya depuis 1974 par Anne HOPE et Sally TIMMEL, deux membres du Mouvement International et Œcuménique des Femmes Engagées. Dans la suite, des programmes similaires ont été développés dans d autres pays comme la Tanzanie, l Ouganda, la Zambie, le Nigeria, le Zimbabwe etc. Former qui, pour transformer qui ou quoi? Il s agit de former des leaders pour diverses communautés d une société donnée. Ces catalyseurs sociaux aident la communauté à prendre en main sa destinée, après voir appris à vaincre l apathie, la myopie sociale, le fatalisme, et le désespoir, qui envahissent les groupes lorsqu ils essayent de voir la réalité en face. La formation vise une vision commune d une transformation vers une société démocratique, juste et prospère. Transformer qui ou quoi? Le défi à relever consiste à mettre fin aux conditions inhumaines dans lesquelles centaines de millions de personnes vivent, afin d instaurer des meilleures conditions de vie. Pour y parvenir, il faut : a) Comprendre les causes des problèmes structurels qui engendrent beaucoup de souffrances b) Apprendre les alternatives communautaires pratiques permettant d améliorer rapidement les conditions de vie des gens comme par exemple: - développer des projets générateurs de revenus - développer de petites entreprises - la construction de logement à bon marché - organiser des soins de santé primaires - planifier des programmes d alphabétisation fonctionnels rapides, etc 1 Hope Anne et Timmel Sally,Former pour transformer, livre I p.25 2 Lire à ce propos Hope Anne et Timmel Sally, op.cit p.15 5

6 c) Transformer les organisations et les institutions en appliquant des principes démocratiques qui tiennent compte des problèmes de ségrégation sexuelle, régionale, ethnique, économique, politique etc. d) Promouvoir une attitude de co-responsabilité parmi les fonctionnaires du secteur public afin d éviter la corruption et l abus des fonds publics. e) Développer des liens entre les organisations pour lesquelles la satisfaction des besoins humains est une priorité, et de constituer des réseaux internationaux. Notre terre est devenue comme un village où tous les habitants sont des alliés potentiels. Mais à cause de nos propres souffrances, nous n avons pas encore trouvé le moyen de transcender nos différences culturelles et historiques, afin de nous soutenir les uns et les autres. f) Prendre soin de nous- mêmes et les uns des autres. Nous ne pouvons pas aimer notre prochain comme nous- mêmes si nous n aimons pas la personne que nous sommes. Nous ne pourrons pas continuer à aider les autres à satisfaire leurs besoins fondamentaux si nous- mêmes sommes épuisés et que nos propres besoins ne sont pas satisfaits. 3 Eléments du contenu de la première phase de formation L objectif de la première phase de formation qui s est déroulée du 14 au 24 mars 2005 est d éveiller la conscience des bénéficiaires sur le concept de développement intégral et durable ainsi que sur les défis du développement bien pensé. Pour cette raison, l essentiel du temps de la formation a été consacré à la réflexion sur ce concept de développement. Autant la référence est faite aux expériences personnelles des participants, autant des renvois aux expériences d ailleurs, surtout en Afrique, sont faits. Les textes de réflexion présentés aux participants servent toujours de prétextes pour discuter des enjeux importants de développement, le point d ancrage étant chaque fois les expériences personnelles des leaders locaux. Dans cette perspective, le rapprochement constant du contenu du texte lu avec la réalité vécue sur les collines présente l avantage de ne pas les éloigner de leur milieu de vie. Tant il est vrai, en effet, que l exercice de réflexion se termine toujours par l identification des proverbes rundi 4 qui illustrent les idées majeures dégagées. Quand le besoin se fait sentir, cette étape leur offre l opportunité d être critique vis-àvis des proverbes ou d autres données de la culture qui sont susceptibles de ralentir ou de bloquer le développement.ils sont alors nuancés ou carrément corrigés. Cette démarche paraît appropriée puisque le développement enseigné s adresse à des personnes qui baignent dans une culture donnée, la culture burundaise, étant entendu que la culture doit être un adjuvant du développement au lieu d en constituer un frein. 3 Hope (A) et Timmel(s), op.cit p.8 4 Rundi désigne le Kirundi, langue nationale du Burundi 6

7 Outre les séances de réflexion et de partage, l acquisition des éléments du développement passe également par des exercices de simulation et par des travaux pratiques en groupes dans une moindre mesure au courant de cette phase du projet. Mais dans tout ce processus, il est agréable de constater que le contenu de la formation se construit au fil des jours grâce à la lumière d un thème central qui soustend les activités de chaque journée. Les différents thèmes centraux sont libellés sous forme de proverbe pour permettre aux participants de continuer à être bien situé dans leur culture, même en parlant de développement. Cette participation de tous répond à l exigence de la méthode DELTA, méthode véritablement participative. Le rôle des animateurs de la formation se confine dans celui de susciter les échanges, diriger les débats, orienter les réflexions, bref un rôle de faciliter simplement le processus d apprentissage des éléments du développement intégral de la personne. Quelques images Le Gouverneur de Province Muramvya, Monsieur Nzigamiye Sylvain (au milieu) lançant officiellement le projet de formation à l autopromotion communautaire, à Mbuye 7

8 Un des facilitateurs au cours des échanges 8

9 Les participants au cours de l application d une nouvelle méthode anti-érosive Des participants pendant un entretien 9

10 Intérêts des participants pour le projet de formation Il était impressionnant de voir comment les participants essaient d être ponctuels en dépit du froid et de la pluie du matin et de la distance qui sépare leurs habitations du lieu de formation alors que pour eux le temps est naturellement élastique : une heure donnée est facilement prolongée. La surprenante ponctualité des participants au début de la deuxième semaine affirme l idée que les gens n ont pas toujours la notion du temps. Tout est donc question d éducation. L intérêt des participants pour l atelier se dégage de certains de leurs propos propres comme ceux-ci : - «Nous nous habituons à apprendre..» - «Les travaux de groupes nous aident à fixer les enseignements donnés» - «J ai apprécié la référence aux proverbes» Ils ont manifesté aussi de l intérêt pour la nouvelle méthode anti-érosive. En témoignent les déclarations ou faits suivants : - Ils posent beaucoup de questions à l encadreur de l activité - Certains prennent des notes pendant la démonstration - Un catéchiste déclare qu il enseignera la méthode à ses élèves - «Chez moi à Saga où il y a des pentes raides, j ai intérêt de le faire (pratiquer la méthode de la terrasse radicale)» 10

11 Innovations du projet de formation Le forum d échanges aura été effectivement un espace d expression libre. La participation spontanée des femmes est surprenante parce qu elle est contraire aux habitudes culturelles des femmes placées au sein d un groupe d hommes. Quand il le faut, elles n hésitent pas à interrompre le l organisateur pour une question de clarification, un partage d expériences ou simplement pour exprimer leurs satisfactions vis-à-vis de la session de formation comme dans les exemples ci-après : o «Ces enseignements nous ouvrent l esprit» o «Vous nous avez appris à nous développer.je n ai donc pas le courage de continuer à tendre la main» o «Cette formation nous a libérés» o «Nous devrions penser et réaliser un projet au niveau d un petit noyau de ceux qui ont suivi la formation avant même d entreprendre quelque chose d individuel» La session de formation est un lieu de recherche linguistique parce que les facilitateurs ont aidé les participants à créer de nouveaux termes en kirundi pour traduire certains concepts non courants. La distribution des rôles aux participants considérés comme membres d une même communauté concourt à la responsabilisation future pendant l exécution collective des travaux. Autant le cumul des fonctions n est pas bon, autant croiser les bras pour laisser travailler les autres n est pas non plus recommandable. Envisager cette dynamique de relations revêt une importance particulière surtout dans la perspective du développement qui se veut communautaire. Ces rôles sont notamment le réglementaire, les procès-verbalistes, le chargé de briser la glace, le chargé de la discipline etc. Le développement est envisagé dans une perspective communautaire. C est pourquoi les mêmes attentes sont exprimées en intégrant ce principe. L emploi de post-it remis à tous les participants est un moyen de s assurer de la participation de tous. Le retour constant sur les proverbes au moment de la réflexion et du partage sur base des textes permet de ne pas extraire les participants de leur milieu culturel. Parfois des nuances sont apportées à certains proverbes pour être modernisés au niveau de leur contenu et adaptés au contexte du développement. La première phase de formation aura été une véritable école des valeurs démocratiques, en l occurrence la jouissance de la liberté d expression comme cela ressort des attitudes et comportements retenus pour le bon déroulement de la formation :se considérer comme égal au niveau des idées, exprimer librement ses idées et dans le respect mutuel. L indépendance et la liberté sont des valeurs démocratiques à promouvoir surtout chez des gens habitués à recevoir des ordres ses supérieurs hiérarchiques même pour 11

12 des choses qui les concernent. Les populations ont en effet besoin de participer à l édification de leur propre société. Le projet contribue à donner la parole aux sans voix puisqu un des participant n hésite pas de dire péremptoirement que «n iyo umuntu afise ijwi ryokwumvikanira he?»ceci pour dire que même si quelqu un aurait une idée à exprimer où le ferait- il? La session de formation offre aux participants l occasion d être critique à l endroit des intellectuels par rapport à leur responsabilité dans la crise burundaise. Un d eux accuse ouvertement les intellectuels en ces termes :»Vous les intellectuels, vous avez entraîné à la mort les petits gens.vous avez été égoïstes». Mais en même temps, il déplore qu à leur tour, les petits gens ont aveuglément agi. «On n a pas toujours réfléchi avant de poser nos actes» Le BLTPa pensé déjà à certaines stratégies pour pérenniser les acquis de Mbuye. C est le cas notamment de la création d une antenne locale du projet à Mbuye. Celleci servira de relais entre le BLTP et le animateurs formés nous avons cité les lauréats. Il est bon de créer un cadre d échanges permanent entre les lauréats de la formation afin de leur permettre de se rencontrer régulièrement pour échanger sur leurs expériences ou pour actualiser leurs projets. Il est souhaitable que le BLTP puisse appuyer et soutenir les activités ou les projets divers nés de l initiative des leaders formés ou tout simplement nés de la base sur les collines sur l initiative de quelques ménages par effet multiplicateur ou par sensibilisation accrue. Remerciements et appel aux membres de la famille BLTP Chers amis, Nous remercions les amis du BLTP qui nous font part de leurs impressions sur les enseignements reçus dans le cadre des formations suivies. Nous voudrions redire à vous tous nos lecteurs que ce feuillet de liaison est le vôtre. Aidez nous à l alimenter en nous communiquant de vos nouvelles et des expériences que vous continuez à acquérir grâce à l application des outils acquis pendant les différentes sessions de formation. Ce sera une des multiples façons de consolider le réseau des leaders formés dans le cadre du programme de formation du Burundi Leadership Training Program. La rédaction 12

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype.

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype. Je voudrais partager avec vous l expérience de notre groupe d étude avec la technologie Skype. Pour autant que je sache c est le premier groupe d étude à utiliser Skype hebdomadairement et d une manière

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par Monsieur J-C. MASANGU MULONGO Gouverneur de la Banque Centrale du Congo à l occasion du lancement officiel de la Journée Internationale de l Epargne en

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes

CAHIER DES CHARGES. Thématique de l appel à projets 2014. Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes CAHIER DES CHARGES Thématique de l appel à projets 2014 Favoriser les liens entre les générations pour lutter contre les solitudes Fondation Alsace Personnes Agées 4 rue de la Houblonnière 68000 COLMAR

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

INTEGRALMANAGER by EICL

INTEGRALMANAGER by EICL by EICL Le management Humaniste Integral Manager by EICL Le coaching Humaniste 1 Cycle de formation Le management Humaniste Le management de proximité qui réconcilie éthique et performance Integral Manager

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 29 du Conseil supérieur du logement du 31 août 2011 sur l avantprojet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant l arrêté du Gouvernement wallon du 6 septembre 2007

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS Août 2012 Tout d abord, un grand MERCI à tous ceux qui sont intervenus et qui ont fourni des efforts

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS DE L INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT CABINET DU MINISTRE DISCOURS DE LA MINISTRE DES TELECOMMUNICATIONS, DE L

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca SESSION : H-2009 NO DE COURS : 201-009-50 PRÉALABLE(S) : Math 436

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009

Lettre d information n 9 Le 1er octobre 2009 Lettre d information n 9 1 er octobre 2009 1. Des nouvelles du Pérou Installés depuis deux mois à Quiparacra, un village situé au milieu des Andes péruviennes, trois volontaires de l association GreenBees

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste

Appel à projets 5,2. Se déplacer Se nourrir Se loger Le reste Appel à projets " Plan Climat Régional» Soutien de l investissement participatif dans les énergies renouvelables et la maîtrise de l énergie au bénéfice des territoires 1 Contexte : Les grands objectifs

Plus en détail

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT D ODIENNE (CECO) PRESENTATION DE MONSIEUR TOURE GAOUSSOU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE D EPARGNE

Plus en détail

RELATIF AU FONDS D ACCUEIL ET DE CONSOLIDATION DES SYNDICATS

RELATIF AU FONDS D ACCUEIL ET DE CONSOLIDATION DES SYNDICATS RÈGLEMENT N o 5 RELATIF AU FONDS D ACCUEIL ET DE CONSOLIDATION DES SYNDICATS Juin 2013 Version 2013.06 1 TABLE DES MATIÈRES PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3 ACCUEIL... 4 NOUVEAUX MEMBRES NOUVEAU SYNDICAT... 4 NOUVELLES

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015 LEGRAND Société Anonyme au capital de 1 063 830 460 euros Siège Social : 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 87000 Limoges 421 259 615 RCS Limoges PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS

Plus en détail

Certificat en interventions de group et leadership

Certificat en interventions de group et leadership Certificat en interventions de groupe et leadership (30 crédits) Cours obligatoires (9 crédits) HUM1503 Introduction à la vie de groupe IGL 2536 Laboratoire d interventions auprès des groupes I IGL 2538

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION LYON - PARIS - BORDEAUX ÉCOLE DU RÉSEAU PAUL PYRONNET INSTITUT Paul Pyronnet Institut 76 rue Masséna - 69006 - LYON - 04 37 24 33 78 - contact@ecole-coaching-ecppi.com - contact@paul-pyronnet-institut.fr

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Allocution. de monsieur Louis Vachon. président et chef de la direction. de la Banque Nationale du Canada. Centre Mont-Royal

Allocution. de monsieur Louis Vachon. président et chef de la direction. de la Banque Nationale du Canada. Centre Mont-Royal Allocution de monsieur Louis Vachon président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Centre Mont-Royal Montréal, le 29 février 2008 (Seul le texte prononcé fait foi) Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail