Initiative pour la Promotion de l Entreprenariat Rural (IPER)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative pour la Promotion de l Entreprenariat Rural (IPER)"

Transcription

1 En collaboration avec Initiative pour la Promotion de l Entreprenariat Rural (IPER) Rapport Atelier sur le Leadership en faveur des représentants des Pôles d Entreprises Agricoles Musanze, le 01 août & le 20 et 21 septembre 2011 Muhanga, le 03 août & le 03 et 04 octobre 2011

2 1 Introduction Agriterra est impliqué dans l Initiative pour la promotion de l'entrepreneuriat rural (IPER) d AgriProFocus avec ses partenaires Ingabo et Imbaraga. C est à travers de ces Organisations Paysannes (O.P.) qu Agriterra se focalise surtout aux filières de pomme de terre et de manioc et qu on appuie indirectement les niveaux des Pôles d Entreprises Agricoles (PEA). Ces deux organisations sont également impliquées dans le programme d assistance technique ATAOP-RAGL qui vise à donner un appui technique aux douze O.P. de la région des Grands Lacs. L objectif d Agriterra est de renforcer la position des organisations paysannes et ses coopératives au sein des Pôles d entreprises agricoles (PEA). Dans l optique qu un bon leadership est un besoin fondamental dans une organisation, cet atelier sur le leadership visait à permettre aux leaders participants à comprendre le contexte du leadership paysan, à analyser les différents défis auxquels les leaders font face en vue de la formulation des recommandations pour l amélioration. Les thèmes spécifiques abordés sont : Une brève présentation sur les aspects théoriques en leadership ; Renforcer la compréhension des attributions, le pouvoir et les limites de chaque organe ; Un inventaire des différents problèmes liés au leadership dans les OP ; Echanger les expériences en vue d améliorer la qualité du leadership ; Prévenir et gérer les conflits qui entravent la bonne marche des organisations ; Réfléchir sur les stratégies de continuité des capacités des organes ; Réfléchir sur le rôle des leaders dans le positionnement des OP dans la chaîne de valeur ; Rôle des jeunes et femmes dans les coopératives ; Les premiers efforts pour la mise en place d un plan de travail pour chaque O.P. Cet atelier a été modéré par Mme. Césarie Kantarama avec l assistance de la coordinatrice d IPER, Mme. Espérance Mukarugwiza (et en absence d elle par Mr. Aloys Semakuza) et l A.T. Conseiller Renforcement organisationnel d ATAOP Mr. Dik van de Koolwijk. Mme. Césarie Kantarama est leader paysanne, ancienne présidente du Syndicat INGABO, membre du Conseil d Administration de l EAFF ; membre du Conseil d Administration de l ONG locale Ugama/CSC; elle a une longue expérience dans le leadership paysan. Elle est présidente d une coopérative et donc une entrepreneure et dévouée pour la cause des agriculteurs et agricultrices. Les participants étaient les membres du Commission d Administration et Commission de Contrôle des O.P./coopératives impliquées dans les PEA des filières représentées au sein du programme IPER. La formation a été donnée en deux groupes : une séance de la région Nord- Est dans la salle de réunion d Imbaraga à Musanze et une autre de la région du Sud et Ouest dans la salle d Ingabo à Muhanga (voir annexe 1 pour la liste des participants).

3 2 Pour contribuer au changement des comportements des participants, il a été proposé que cette formation soit un trajet de trois ateliers d une journée. Entre deux séances, il était proposé une période de plus ou moins six semaines pendant lesquelles les participants devaient tenir un carnet de bord pour la mise en exécution des leçons apprises au cours des séances antérieures. Néanmoins, après la première séance nous avons décidé de combiner la deuxième et troisième séance pour plus d efficience au niveau de la logistique et de la disponibilité des participants. Les thèmes discutés (voir annexe 2 & 3 pour l ordre du jour) : Jour 1 Le 1er Août à Musanze Le 3 août à Muhanga Jour 2 Le 20 septembre à Musanze Le 3 octobre à Muhanga Jour 3 Le 21 septembre à Musanze Le 4 octobre à Muhanga Thème Leadership personnel Leadership de l organisation Leadership, changement et positionnement dans la chaîne de valeur Thème spécifique Aspects théoriques en leadership Qualité du leadership Rôle des organes d un O.P. Problèmes liés au leadership dans les OP Gestion des conflits Jeunes et femmes Stratégies de continuité Plan de travail Déroulement de l atelier première séance La journée a débuté par une courte prière puis le mot d ouverture de l assistant technique du programme ATAOP. Il a souligné l impact d un bon leader en donnant l exemple de Président des Etats-Unis Mr. Obama. Dès que son arrivée dans la Maison Blanche, il a donné un nouvel élan, même espoir dans le monde. Il a même reçu le Prix Nobel pour la Paix, à peine trois semaines le début de sa fonction. Donc un leader fort pourra avoir beaucoup d impact. Mr. Dik a poursuivi sa parole en disant qu Agriterra donne un appui en renforçant les O.P. et le thème de leadership est très important. Ce sont les leaders qui dirigent les O.P. et ils jouent donc un rôle clé. Il a souhaité que les leaders s expriment librement et qu ils partagent leurs expériences. Ensemble avec l expertise de la modératrice on espère d aboutir à une meilleure compréhension et mise en pratique d un meilleur leadership au sein des O.P. Ensuite, on a fait un tour de table pour présenter les participants et ensemble ils ont défini les «Guide lines» ou lignes de conduite pour le bon déroulement de la formation. La formatrice a expliqué les objectifs de la formation et les participants ont présenté leurs attentes en se servant d un dessin d une main sur lequel les attentes sont représentées par des doigts tandis que la pouce représente la crainte. Les attentes de participants à Musanze : 1. Apprendre comment diriger une coopérative ;

4 3 2. Comment développer les membres de la coopérative (2 fois) ; 3. Comment faire la plaidoirie pour les membres de notre coopérative ; 4. Les caractéristiques d un bon leader (3 fois) ; 5. Connaitre la théorie sur un bon leader (4 fois) ; 6. Connaitre le rôle du conseil d administration et de l assemblée générale ; 7. Le rôle du président du conseil d administration et celui des autres membres de ce conseil ; 8. Avoir plus de connaissance (3 fois) ; 9. Comment le leader se comporte vis-à-vis des autres membres de la coopérative (2 fois) ; 10. Comment les autres me voient ; 11. Quelles sont mes forces et mes faiblesses ; 12. Quelles sont les attentes des autres sur moi (3 fois) ; 13. Ce que je n ai pas bien fait en tant que leader ; 14. Comment mettre les acquis de la formation en pratique ; 15. Avoir plus de connaissances sur le leadership (3 fois) ; 16. Avoir un comportement d un bon leader ; 17. Connaissances ; 18. Stratégies ; 19. Avoir plus d humilité ; 20. Appuyer les autres ; 21. Améliorer ce qu on ne faisait pas comme il faut. Craintes : Nous avons peu de temps (5 fois) ; Nous n avons pas encore de règlementation du travail ; Peu de moyens ; Peu de connaissances ; Et les attentes et contraintes des participants à Muhanga : 1. Veut apprendre comment préparer un projet générateur de revenus ; 2. Avoir des bénéfices dans la coopérative ; 3. Connaitre les caractéristiques d un bon leader (8 fois) ; 4. Comment un leader/ dirigeant collaborer avec les dirigés (3 fois) ; 5. Comment mieux collaborer avec les autres membres de la coopérative ; 6. Connaitre les typologies de leadership ; 7. Comment connaitre les dirigés dans un court délai ; 8. Comment se comporter face au groupe qui ne t écoute pas ; 9. Mettre en pratique mes rôles et responsabilités ; 10. Les principes généraux du leadership (2 fois) ; 11. Ce qu un leader peut faire pour se faire comprendre par les dirigés ; 12. Ce qu un leader peut faire pour développer les membres de son organisation (2 fois) ; 13. Comment un leader devrait se comporter? (3 fois). Et les Craintes :

5 4 Une seule journée ne suffit pour apprendre le leadership ; Beaucoup d activités ne me permettent pas d accomplir mes taches ; Manque de respect du temps et d entente ; Respect du temps : on n a pas commencé à temps ; Le leader peut ne pas atteindre ses objectifs à cause des membres de son organisation ; Si on ne respecte pas le temps on ne va pas atteindre les objectifs ; Une seule journée ne suffit pas et il y a ceux qui rentrent loin ; Peu de temps pour la formation. Pour que la formation s adapte au niveau de la connaissance des participants, la formatrice a demandé tout le monde de faire un «brainstorming» sur le leadership. Ensuite, la formatrice à complété que leadership vient de l anglais «Leader», le chef, désigné par ses pairs, d un parti politique en Grande Bretagne, et du suffixe -ship: bateau de transport des personnes et des biens. En général, le leadership est pris dans le sens de la capacité ou l astuce d un individu pour amener un groupe à atteindre ses objectifs. C est la capacité d amener un groupe à avoir envie en lui prodiguant des conseils, en donnant des formations, en leur montrant le savoir-faire. C est la levure dans la pâte. Exercice yeux bandés Après la pause café les participants ont fait une file et la première personne a dû guider la file en ayant les yeux bandés. Après l exercice on a discuté sur les observations des participants. Les observations des participants : Le guide aux yeux bandés n a pas pu atteindre l objectif, il a tâtonné dans la poursuite de l objectif du groupe, les guidés n ont pas donnés des conseils a leur guide ; Les guidés aux yeux bandés n ont pas pu suivre leur guide, ils se sont retrouvés éparpillés chacun a son soi, le guide n a rien fait pour rallier les guidés dans la quête vers l objectif final. Conclusion : un leader étant quelqu un qui guide l organisation vers ses objectifs, il doit avoir une vision à long terme, sinon il ne peut pas conduire les autres dans une vision qu il ne maitrise pas. Tous les membres du groupe doivent partager leur vision et objectifs, afin qu ils puissent s impliquer inclusivement dans l exécution. Le véritable leadership dépend de la source des connaissances acquises et de la volonté des membres du groupe. Exposé sur les coopératives La formatrice a donné un exposé sur la théorie, principes et valeurs de leadership (voir Module de formation sur le leadership en faveur des représentants des PEA). Ce module a été distribué aux participants.

6 5 Exercice neuf points En carrefour les participants ont discuté sur les défis et faiblesses dans les activités quotidiennes des leaders. En général, ces défis sont liés au leadership, aux capacités du leader et le temps et la gestion des gens qui ont des idées contradictoires : Groupe 1 : Les leaders n ont pas la capacité et les compétences requises, ce qui les amène à mélanger leur rôle de leader et de diriger avec autorité ; Les coopératives n ont pas de moyens financiers suffisants ; Manque de temps pour travailler pour la coopérative, étant donné que les activités sont exercées à titre volontaire ; Il y a ceux qui se mêlent dans les activités et les rôles d autres organes faute de capacités nécessaires chez les leaders qui sont dans des organes. Groupe 2 : Faibles capacités dans la plaidoirie, dans la préparation des activités génératrices de revenus et dans la planification ; Exercice des responsabilités de la coopérative de façon bénévole ; Moyens financiers pour se payer les frais de transport et payer les per diems quand on organise des réunions. Groupe 3 : Faibles connaissances dans la préparation des projets générateurs de revenus, dans la résolution des conflits, dans la préparation et la conduite des réunions ; Défis de moyens financiers ; Le leader qui fait beaucoup de volontariat et qui n a pas le temps d accomplir ses responsabilités. Groupe 4 : Faibles connaissances et capacités insuffisantes ; Beaucoup de responsabilités ; Les organes étatiques qui ne nous comprennent pas ; Une grande partie des membres sont contre vous. Déroulement de l atelier deuxième séance Au début de la deuxième séance, les participants ont recapitalisé la connaissance de la première séance. En groupes ils ont nommé les changements liés au leadership depuis la première séance. A Musanze : Groupe 1 : Changements sur la compréhension sur le leadership ;

7 6 Ecoute de membres ; Délégation de pouvoir ; Groupe obscur au sein de l O.P. sont maintenant écouté, plus d ouverture. Groupe 2 : Délégation de pouvoir ; Bonne gestion du temps / la ponctualité ; Plan d action et la mise en pratique d un agenda ; Rapportage des activités ; Après la première séance il y avait une restitution au sein des O.P. Groupe 3 : On a constaté des changements, réunion de CA et restitution ; Problèmes pour organiser des réunions ; Attributions des membres et leaders ; Des caractéristiques d un bon leader. Les résultats par groupe à Muhanga : Groupe 1 : Rencontre avec le Conseil d administration et le conseil de surveillance pour discuter sur les acquis de la formation ; Discussion sur les attributions de chaque organe ; Mise sur pieds des directives pouvant enlever les disfonctionnements des organes (duplications, recoupements) ; Prise de décision de ne plus perdre du temps. Groupe 2 : Discussion avec le CA, Renforcement des capacités sans que ce soit le Président de la coopérative seulement ; Recherche de marché de la production des membres ; Décision de respecter le temps. Groupe 3 : Organisation des réunions pour échanger sur le leadership de la coopérative et cela avec le conseil d administration et le conseil de surveillance et avec les animateurs paysans chez IABM ; Présentation du rapport de la formation aux membres de la coopérative. Groupe 4 : Organisation des réunions pour expliquer ce qu est c est un leader ; Organisation des formations sur le leadership pour les deux comités (CA et conseil de surveillance) pour qu ils sachent comment remplir leurs rôles. Synthèse des conclusions : Il faut auto-analyser sur le besoin de quels types de renforcement ; Auto-évaluation pour améliorer : plan stratégique pour 5 ans ; Un bon leader doit maitriser les activités et les membres ; Une bonne formation qui doit être donné également aux leaders des organisations de base ;

8 7 Les leçons n appliquent pas seulement au niveau du leadership au sein des O.P., mais aussi au niveau de la gestion d umudugudu ou pour une confession religieuse. Le but est le développement humain. Contraintes : Les coopératives se développement très vite ou doivent le faire pour devenir des entités commerciales grâce à la politique et la vision nationale. Mais quelquefois les membres ne suivent pas à la même vitesse. Les leaders doivent accompagner ce processus et aussi informer les autorités locales sur ce problème. Les leaders doivent trouver une synergie entre les priorités des partenaires et les priorités des membres. La vision des partenaires et personnes externes ne correspond pas toujours à la vision des membres. Les leaders doivent intégrer ces deux visions. Il risque qu il y ait un trou entre les problèmes au niveau national (commercialisation) et les problèmes au niveau de producteur (autoconsommation). Les coopératives seront réellement sur place pour trouver des solutions aux membres? Les coopératives ont quelquefois des objectives irréalistes et difficilement atteignables. Il y a un risque que les membres ne partagent pas la même vision. Quelquefois les coopératives suivent les priorités des bailleurs et/ou des autorités. Mais les coopératives opportunistes ne durent pas longtemps. Les membres des coopératives doivent sentir et réaliser que les membres et ses activités sont centraux. Les membres doivent partager une même vision. Si cela est le cas, tous les membres contribuent pour les atteindre. Les leaders doivent donner aux membres l opportunité de s exprimer pour (ré)définir les objectifs à atteindre. Quelques exemples concrets pour répondre aux besoins des membres : Grouper leur terre pour avoir un champ suffisant pour leur permettre d avoir une garantie en banque pour obtenir un crédit ; Stratégie pour appuyer les membres (frais de scolarité, intrants, soins médicales) et jouez un rôle dans la lutte contre la pauvreté ; Stockage en commun dans le système de warrantage. Exposé sur les coopératives La formatrice a donné un exposé sur la définition d une coopérative, origine, principes et valeurs, répercutions socio-économique de l action coopérative (voir Module de formation sur leadership des coopératives). Exercice sur la solidarité On se met en groupe en se tenant les mains. Tout le monde est demandé de choisir un coin de la salle et de s assoir. On a constaté que ça pose des problèmes si nous n avons pas d abord convenu où on doit aller. Conclusion : une organisation doit avoir une vision très claire et partagé par tous les membres. Rôles et responsabilités des organes En groupes, les participants ont discuté sur les rôles et responsabilités des organes au sein des coopératives et les contraintes rencontrées.

9 8 Conseil d Administration : Exécution des recommandations de l A.G. ; Représentation ; Chaque membre de C.A. a des attributions spécifiques ; Planification, rapportage des activités ; Chargé de veiller à l application des statuts et règlements intérieurs. La Commission de Surveillance Suivre mise en œuvre des activités ; La convocation de l A.G. Assemblée Générale Organe suprême de la coopérative. Comité de sage : C est une commission spéciale, pas un organe obligatoire (mais on discute ça au niveau de la loi) ; Gestion des conflits, la consolation, être intermédiaire dans des disputes. Les contraintes principales liées au fonctionnement des organes : Ne pas connaître les attributions des différents organes ; Faible capacité des leaders ; Vision commune pas partagé ; Faible ou absence de délégation de pouvoir ; Problèmes financiers manque des moyennes financiers ; Faible collaboration et complémentarité avec les autorités locales ; Ensuite, les participants ont discuté davantage sur les points évoqués pour mieux comprendre la cause du problème et pour proposer des solutions. Les contraintes liées aux attributions des différents organes : Les membres des organes ne connaissent pas les attributions, parce qu ils n étaient pas impliqués dans l élaboration des documents de règlement interne; Malgré que le formulaire standard des statuts existe, les gens ne le lisent pas (Solution proposé : donner le temps pour le lire et de les bien comprendre. Il faut un accompagnement pour bien comprendre ce formulaire) ; Non-respect des règles élaborées ; Des leaders qui sont élus en se basant sur les sentiments des membres ; Pas des réunions d auto-évaluation sur les forces et des faiblesses ; Le conseil de surveillance ne fonctionne pas bien, parce que ses membres ont peur de dire la vérité sur les erreurs faits par le CA. Les contraintes liées aux faibles moyens financiers : Part sociales sont bas : Solution : augmenter part social ; Les moyens doivent être bien gérés. Respect des règlements. Des leaders qui ont fait des erreurs doivent être punis ; Créer la confiance et participation des membres pour acquérir des idées des membres ; Une vision partagée (initié par le leader mais avec feedback des membres) ;

10 9 Démarrer des activités d autofinancement à côté de l activité principale décrit dans les statuts. Des observations par rapport au renforcement des capacités : Les membres doivent redéfinir la vision et objectifs ; Les leaders doivent insister sur la bonne gouvernance. Faible collaboration et complémentarité avec les autorités locales : Leaders doivent approcher (quelquefois même affronter) les autorités locales et participer aux réunions aussi pour représenter la coopérative et défendre les intérêts des membres ; Les coopératives doivent rapporter aux autorités de base sur les activités quotidienne. De plus, il faut partager sur leurs objectives et les vrais problèmes des membres. Impliquer les autorités dans les activités qu ils sachent que la coopérative existe. Les leaders doivent venir avec des propositions concrètes Exercice structuré d œuf A travers le «jeu d œuf», les participants ont réfléchi sur le processus pour atteindre l objectif et le rôle des leaders dans ce processus. Il s agit de la dynamique du groupe. Les observations : Il y a des gens qui font le travail, des observateurs (laissez-faire) ; Complémentarité des personnes ; Décision sur base de consensus ; Courage de valoriser et tester chaque idée ; Réfléchir beaucoup et définir l objectif et identifier la stratégie ; On a partagé la responsabilité dans le groupe. On n a pas réussi pour 100 pourcent, parce qu il n y avait pas un responsable pour donner les ordres ; Quelques membres du groupe étaient distraits ; Le groupe n avait pas un leader. En utilisant un ballon nous avons évalué le déroulement de la journée. En se passant le ballon, les participants devraient citer à haute voix un élément retenu lors de la journée (voir annexe 4).

11 10 Jour 2 Après la recapitalisation des sujets principaux de la première journée, les participants ont fait un exercice structuré. La communication Quatre volontaires sont sortis de la salle. Ensuite la formatrice a donné un message à la première personne qui devait transmettre ce message un à un aux autres. Il s agissait d une invitation avec beaucoup des erreurs, d information bizarre. Le feedback après l exercice : Le message reçu n est pas transmis intégralement : information perdu et/ou transformée à chaque niveau ; Le message n était pas clair ; Beaucoup des erreurs dans le message original ; Les participants ont accepté de transmettre un message qu ils n ont pas bien capté : Le temps ne suffisait pas pour bien capter le message ; Si le récepteur écoute beaucoup des erreurs, il en réfléchit et n écoute plus le continu. En pratique, un message n est pas souvent soumis à tout le monde et le message est souvent transformé. Que faire pour l éviter? : D abord analyser la qualité du message ; Le message doit être transmis à temps ; Le message doit être clair et sans erreurs ; Le message doit préciser le destinateur ; Avant de transmettre le message, relire le message quelquefois pour vérifier qu il n y a pas des erreurs ou des omissions, confusions ; Il faut être sur que la personne qui transmet le message, le transmet intégralement; Faire le suivi si le message est arrivé au destinateur : demander au récepteur de paraphraser, résumer le message qu il a compris ; La provenance du message doit être claire ; Le message doit être bref et précis sans détails inutiles. Leaders et membres Pendant lé séance d hier, on avait déjà exprimé que les leaders doivent connaitre les besoins des membres. En pratique, il n y a pas toujours une bonne relation entre les leaders et les membres. En groupes les participants ont discuté sur la critique souvent exprimé des leaders aux membres et vice versa : Critique des leaders aux membres : Non participation aux réunions ; Ils sont sentimentaux autour des élections ; Ils ne respectent pas le temps ; La subdivision en petites groupes selon leurs intérêts ; Manque de confiance de soi ; Ils ne s expriment pas à haute voix pour cacher leurs vrais intérêts ; Complexe d infériorité vis-à-vis des leaders ;

12 11 Partager des intérêts de coutre terme, pas des investissements en longe terme ; Critique des membres aux leaders : Leaders n écoutent pas les problèmes des membres ; Complexe de supériorité ; Ils ne veulent pas quitter le pouvoir ; Tendance de diriger de façon dictatoriale ; Manque de transparence dans la gestion du patrimoine et manque de transparence en général ; Non facilitation de comité de surveillance ; Ils ne délèguent pas le pouvoir ; Non partage d information ou partage d information incomplète ; Petits groupes informels entre les comités (9 membres du CA, mais seulement quelques-uns sont bien informés ; Favoritisme ; Membres non pas de confiance en leurs leaders. Exigences des leaders Le dessin ci-dessous montre qu il y a toute une liste des exigences à un bon leader. Ce dessin a été distribué pour que cette image soit affichée au niveau de la coopérative. De plus, les participants ont été demandés de s auto-évaluer pour voir combien de critères ils replissent. En moyenne les participants ont donnés eux-mêmes le chiffre 6,8 sur 9. (Déviation : 5 = 2, 6 = 4, 7 = 4, 8 = 5, 9 = 1) Il y avait deux critères que tout le monde s est prononcé : 1. «il est à l écoute des paysans» 2. «il a une vision et croit en ce qui fait»

13 12 Leadership et résolution des conflits La formatrice a présenté un cas d étude avec un conflit entre quelques personnes. En carrefours un groupe a discuté sur trois caractéristiques positives par personnes impliqués dans le cas ; l autre groupe a identifié trois points négatifs de ces mêmes personnes. Les conclusions après cet exercice : Les conflits ne sont pas favorable au développement ; Les conflits changent toujours de forme et se manifestent de façon différente ; Il faut maîtriser, résoudre les conflits à temps ; Un conflit commence petit, mais pas maîtrisé à temps, ça devient de plus en plus grand ; Comment gérer des conflits? Il faut respecter les avis des partenaires, des membres, des leaders ; Examiner tous les éléments qui pourraient inciter un conflit ; Il ne faut pas être partial ; Il faut être toujours à l écoute des autres. Les sources des conflits pourraient être entre autre la gestion de l argent, les sentiments, le manque de transparence. Dans la plupart des conflits, les leaders sont impliqués et aussi partiellement responsables. Leadership et le genre et les jeunes Les rôles des femmes et hommes sont une réflexion du genre dans la société en générale et dans la culture rwandaise en particulier. Mais ça dépend aussi de la personnalité et capacité de leader. De plus, on a souligné l importance du rôle des jeunes : c est l avenir pour la coopérative. Mais fait-il se demander pourquoi ils ne sont pas nombreux dans des coopératives agricoles : Ils n ont pas une vision dans l agriculture ; Difficile d avoir la terre ; Difficile d avoir le part social ; Les jeunes préfèrent de s impliquer dans les activités qui génèrent une revenue rapidement ; Les jeunes n aiment pas les activités agricoles. Comment on pourra mieux intéresser les jeunes? Une mobilisation spéciale pour les jeunes ; Montrer aux jeunes que l agriculture pourra être rentable ; Accorder la parole aux jeunes et stimuler leur participation. Leadership et la chaîne de valeur Les acteurs principaux dans la chaîne de valeur : Vendeurs des intrants ; Multiplicateurs des semences ; Producteurs ; Les transformateurs Acheteurs de la production, commerçants ; Consommateurs.

14 13 Les acteurs doivent se compléter ; si un maillon de la chaîne se casse, toute la chaîne est arrêtée. Une question principale est comment arriver à une situation gagnant gagnant dans un PEA? Les remarques des participants : Le producteur doit faire des calculs de couts de production ; Les commerçants veulent payer le prix le plus bas possible ; Les commerçants imposent le prix ; Le consommateur finance toute la chaîne ; Les producteurs doivent connaître les préférences des consommateurs. Il faut satisfaire les besoins des consommateurs. Plan de développement individuel Une question pertinente: comment nous organisons le suivi de cette formation, afin que les leaders puissent contribuer à une situation gagnant gagnant dans la chaîne de valeur? Pour que les leaders puissent mettre en œuvre la connaissance acquise, les participants ont été priés d élaborer un plan de développement individuel en répondant aux questions : Nommez trois objectifs liés au leadership ; Décrivez les activités à mener pour atteindre ces objectifs ; Définissez la durée des ces activités ou date butoir ; Exprimez l accompagnement dont on a besoin. Comme ça, les participants ont élaboré un guide personnel pour la mise en pratique afin d améliorer le leadership au sein de leurs organisations. Les besoins d accompagnement exprimés par les participants : Matériels didactiques (stylos, blocs notes) pour les participants dans les réunions de restitution ; Frais de déplacement et de restauration des participants dans ces réunions ; Personnel qualifié (agronomes et comptables formés) ; Bonne volonté et détermination de nous les participants à cette formation ; Appui conseil de la part des facilitateurs de la cette formation ; Voyage d étude des participants pour aller voir là où les coopératives sont bien gérées ; Feedback sur le rapport de la formation aux autres membres de la coopérative ; Feedback sur un syllabus pour la restitution ; Formation sur leadership, résolution des conflits ; Multiplication des documents. Evaluation et clôture La formation a été conclue avec une évaluation dans laquelle chacun a été demandé d exprimer ce qu il/elle a retenu (voir annexe 5). Césarie Kantarama, Facilitatrice de l atelier Espérance Mukarugwiza, Coordinatrice Agriprofocus- IPER Rwanda Dik van de Koolwijk, Assistant Technique ATAOP-RAGL

15 14 Annexe 1 Liste des participants Première séance Musanze : No Nom du PEA No/ PEA Nom et Prénom Nom de la coopérative 1 Maïs Rubavu- Nyabihu 3 Mukamurenzi Béatrice COAPTKA 3 Maïs Gakenke- Musanze 2 Mutuyimana Espérance Nyamwema John Israel UCOPROMA COOPAMARU Nyiragashyashya Virginie Twizerimana Pascal 4 Blé Gicumbi 3 Simparingoma Sylvere COOPETRA Ndaganwa JM Vianney CAR Urugero Iwacu Urugo Iwacu Uwumuremyi Wellars CODERNYA 5 Miel Virunga 2 Rwangarinde Marc UNICOOPAV Uwimana M. Chantal Union Urwiru 6 Miel Gishwati 2 Mukasine Emilienne COVD Mukagihana Eliade Indahemuka 7 Miel Akagera 1 Bagabo Charles KOPAKI 7 Pomme de terre 3 Hategekimana Felicien UCOOPAMU Musanze Ndagijimana Zabulon KABOKAN Hakizimana Philbert UCOOPAMU 8 Pomme de terre Burera 3 Musekura Simon UCAPB Mukeshamungu Felicité COAPADEB Mujawamariya Beatrice CAMS 9 Pomme de terre Nyabihu 2 Rutaremara J. Nepomuscene IABINYA 10 Pomme de terre Rubavu Total 24 Munyamasoko Aaron COJYIMU 3 Ntawigira Joseph IABIRU Mukeshimana J.Pierre Uzamukunda Bernadette KAIGA DUSHYIGIRIKIRAMA- JYAMBERE

16 15 Deuxième séance Musanze :

17 16

18 17 Première séance Muhanga : No Nom et Prénom Nom du PEA 1 Rubanzangabo Théophile Manioc Rusizi 2 Mukantabana Rosette Manioc Kamonyi 3 Iyakaremye Merchior Manioc Kamonyi 4 Ngamije JMV Manioc Ruhango 5 Kalinda Sylvere Manioc Ruhango 6 Rivamwabo Benoit Manioc Muhanga 7 Ndahimana Aloys Maïs Muhanga 8 Mujawimana Espérance Manioc Nyanza 9 Nseyaremye Céléstin Manioc Kamonyi 10 Nshimiyimana Félix Miel Nyungwe 11 Ndikumana Bénjamin Miel Nyungwe 12 Munyanziza JMV Riz Kamonyi 13 Munyakinani Martin Riz Kamonyi 14 Mukankusi Alphonsine Maïs Muhanga 15 Butera Jean Riz Rwamagana 16 Mukamabano Valerie Riz Bugesera 17 Batete Emmanuel Blé Nyamagabe 18 Gasimba Faustin Blé Nyamagabe 19 Bungura Pierre Riz Bugesera 20 Mutsinzi Félicien Riz Rwamagana 21 Ntwali Emmanuel Manioc Ruhango 22 Nyakayiro Vital Manioc Muhanga 23 Shyaka Floribert Manioc Muhanga 24 Ntanturo Etienne Riz Rwamagana Total 24

19 18 Deuxième séance Muhanga :

20 19

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Bulletin ATAOP-RAGL. Bulletin bimensuel adressé aux membres du C.O.S. et autres intéressés du Programme ATAOP-RAGL N 21, le 30 mai 2011

Bulletin ATAOP-RAGL. Bulletin bimensuel adressé aux membres du C.O.S. et autres intéressés du Programme ATAOP-RAGL N 21, le 30 mai 2011 Bulletin ATAOP-RAGL Bulletin bimensuel adressé aux membres du C.O.S. et autres intéressés du Programme ATAOP-RAGL N 21, le 30 mai 2011 Nouvelle édition du «Bulletin ATAOP-RAGL» Voilà une nouvelle édition

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION

RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION RESEAU AMAP IdF RAPPORT D'ORIENTATION ANNEE 2012-2013 2 I. CONTEXTE ET ORIENTATIONS GENERALES... 3 II. RAPPROCHER LES GROUPES ET LE RESEAU DANS LA CONSTRUCTION D'UNE AGRICULTURE PAYSANNE... 4 DES INTERAMAP

Plus en détail

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo.

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo. Retour au sommaire Une mutuelle pour les producteurs de café et de cacao au Togo BIM n 11-02 avril 2002 Betty WAMPFLER Le BIM d aujourd hui reprend une communication présentée par M. Plouffe de l ONG canadienne

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment?

Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? Christophe Rabut, Pierre Baudy Université de Toulouse (INSA, IREM, IMT) 1er septembre 2010 Faire parler les étudiants : Pourquoi? Comment? PEG : Une Pédagogie basée sur l Entraide au sein d un Groupe Pour

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière re NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Secrétariat Exécutif ROPPA Atelier Collège des Femmes

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE)

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) Rapport de synthèse du Président : Comité pour l efficacité du développement (CODE) Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) a examiné le rapport intitulé «World Bank Assistance

Plus en détail

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER?

ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? ENTREVUE D EMBAUCHE : COMMENT S Y PRÉPARER? 1 PRÉPARATION GÉNÉRALE : Bien connaître son C.V. et en amener des copies supplémentaires (si plusieurs employeurs ou si celui-ci l a perdu). Ne pas plier son

Plus en détail

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 Table des matières I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 A. Vision et mission de la caisse le SALUT... 4 B. Organisation de la caisse le SALUT... 5 II. Présentation des taches et des missions effectuées...

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval

Politique de gouvernance. Association des diplômés de l Université Laval Politique de gouvernance Association des diplômés de l Université Laval Adoptée en décembre 2011 et modifiée en mars 2014 - Page 1 Table des matières 1. Objectifs de la politique de gouvernance... 3 2.

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 C N F - Tunis Manuel du stagiaire Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 Formateur : Pr. Abdellah CHICHI Manuel du STAGIAIRE Page 1 sur

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

2. Les qualités d un responsable...3. 3. Les besoins en formation des responsables d OP...4

2. Les qualités d un responsable...3. 3. Les besoins en formation des responsables d OP...4 FORMATION DES RESPONSABLES ET EMERGENCE DE LA RELEVE QUELS BESOINS DE FORMATION POUR LES RESPONSABLES DU RESEAU SOA? SYNTHESE DES RESULTATS DE L ETUDE 2011 ET SUITES AFDI - SOA JUIN 2013 1. Objectif et

Plus en détail

RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================

RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================ ACADEMIE DE GRENOBLE -+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+-+ RAPPORT DU JURY ================ CONCOURS DE SECRETAIRE D ADMINISTRATION DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ================ SESSION

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE 2013

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE 2013 PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE 2013 Pour accompagner la performance des organisations et le désir de professionnalisation des individus, l institut propose une gamme de formation, autour de 6 modules

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT 2008/2009 CATALOGUE DE FORMATION MANAGEMENT 1 MANAGEMENT Les formations : Initiation au management...3 Le management commercial...4 Devenir un bon chef de projet, outils et méthodes...5 Animation et cohésion

Plus en détail

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE

Avant-propos. Quel leader idéal voulez-vous devenir? LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Avant-propos LEADERSHIP ET GESTION PARTICIPATIVE Les Midis du Management Une co-organisation IGRETEC Centre HERACLES Quel leader idéal voulez-vous devenir? Joëlle Rousseau, Comase Management Consulting

Plus en détail

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE FOCUS Ressources humaines & Stratégies de développement vous offre différentes formations. Elles sont spécialement dispensées pour votre entreprise et ne sont pas disponibles en séance publique. Chacune

Plus en détail

LA GESTION DE PROJETS. Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011

LA GESTION DE PROJETS. Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011 LA GESTION DE PROJETS Regroupement CPE des régions 03 et 12 Session 1 27 octobre 2011 2 Présentations Présentation de la formatrice Présentation des participantes et leurs attentes 3 Attentes du formatrice

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux

Rencontres. La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Rencontres La Mutuelle Européenne, un moyen de diversification géographique Etat des lieux Pedro Bleck da Silva Président du Groupe de Travail Mutualité Association Internationale de la Mutualité (AIM)

Plus en détail

Les ateliers de mères

Les ateliers de mères Les ateliers de mères Des moments uniques d écoute et d échange de savoir-faire entre mères TABLE DES MATIERES o Pourquoi page 2 o Les parcours page 3 o Quelles spécificités page 4 et 5 o Quels bénéfices

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Programme de Formation AHK 2014

Programme de Formation AHK 2014 Programme de Formation AHK 2014 Gestion des Conflits La vie au travail n'est pas un long fleuve tranquille. Les managers sont plus fréquemment exposés que d'autres à des situations répétées de tensions

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise

Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise Associez-vous pour augmenter la performance de votre entreprise Développez vos connaissances Développez votre Entreprise Développez votre rentabilité Développez votre réseau Boostez votre rentabilité!

Plus en détail

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre

en Médiation civile commerciale Formation complète en 19, 20, 23 septembre 3, 10, 17, 22 octobre 7, 12, 21, 28 novembre 5, 12, 19 décembre 2013 Rue Dodonée 113 1180 bruxelles, Belgique +32 2 344 53 70 WWW.PMR-Europe.COM FORMATION complète en Médiation civile et commerciale agréée par la commission fédérale de médiation durée : 14 jours horaire

Plus en détail

GUIDE DU RECRUTEMENT

GUIDE DU RECRUTEMENT GUIDE DU RECRUTEMENT Les étapes clés : A) CLARIFIER VOTRE BESOIN DE RECRUTEMENT B) REDIGER ET COMMUNIQUER VOTRE OFFRE D EMPLOI C) SELECTIONNER LES CANDIDATURES RECUES D) REUSSIR L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie

Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie TERMES DE REFERENCES Pour l Evaluation Mi-Parcours Externes d ACF Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie Programme Financé

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle Les contrats : conditions de formation liberté contractuelle et effets sur les parties MISE EN SITUATION : La société a pour activité la commercialisation de jeux vidéo, de consoles et d accessoires destinés

Plus en détail

Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale. Articuler la gestion des compétences et la gestion de carrière. Guide méthodologique

Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale. Articuler la gestion des compétences et la gestion de carrière. Guide méthodologique Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale Articuler la gestion des compétences et la gestion de carrière Guide méthodologique Septembre 2010 Septembre 2010 2 T ABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Initiation à la gestion d une micro-entreprise en milieu rural et semi-urbain

Initiation à la gestion d une micro-entreprise en milieu rural et semi-urbain 1 Initiation à la gestion d une micro-entreprise en milieu rural et semi-urbain Formation de trois jours dans le cadre de l appui technique aux 3 centres de tissage soutenus par ARSAMA III (SP 1) (Préfecture

Plus en détail

Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES

Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES Formation 2015 CYCLE MANAGEMENT DES ÉQUIPES Cycle management des équipes Une offre totalement repensée : pour répondre aux nouveaux besoins des personnels en charge du management et de l encadrement pour

Plus en détail

Rapport de formation des membres du Comité Interprofessionnel du Riz du Burkina (CIR-B) en gestion comptable et financière

Rapport de formation des membres du Comité Interprofessionnel du Riz du Burkina (CIR-B) en gestion comptable et financière Rapport de formation des membres du Comité Interprofessionnel du Riz du Burkina (CIR-B) en gestion comptable et financière (Bobo Dioulasso, du 11 au 22 juillet 2011) Juillet 2011 TABLES DES MATIERES I.

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE Une personne vulnérable est une personne dotée de ressources ou non et qui vit

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT

PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT aajou ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime AGENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE ²²²²²²²²²²²² PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DES PROJETS PILIER II DU PLAN MAROC VERT Janvier

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

WP SGP 17/07. 5 janvier 2007 Original : anglais. Groupe directeur de la promotion 25 janvier 2007 Londres, Angleterre

WP SGP 17/07. 5 janvier 2007 Original : anglais. Groupe directeur de la promotion 25 janvier 2007 Londres, Angleterre WP SGP 17/07 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 5 janvier 2007 Original : anglais F Groupe directeur

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

PROJETER SANS FRONTIERES

PROJETER SANS FRONTIERES PROJETER SANS FRONTIERES - Fiche Stagiaire pour le volet «renforcement» - Projeter Sans Frontières est une organisation de solidarité internationale qui lutte contre la pauvreté et l exclusion dans les

Plus en détail

Les managers au cœur de l entreprise

Les managers au cœur de l entreprise APERCU Les managers au cœur de l entreprise Mind Material Un manager performant ne délègue pas talent Circle Devenir manager de proximité Business Room Comment favoriser le développement de vos managers?

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager».

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». du programme : Les principaux objectifs de ce programme sont : Développer les compétences organisationnelles du manager : gérer les projets et les ressources

Plus en détail

Lignes directrices relatives au café de connaissances

Lignes directrices relatives au café de connaissances Lignes directrices relatives au café de connaissances 1) Qu est-ce qu un café de connaissances? Un café de connaissances est un processus de conversation. C est une méthodologie innovante mais simple pour

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction Buts et objectifs 1.Améliorer la qualité du service fourni aux divers clients/mandants de la Caisse 2.Fixer des objectifs clairs et mesurables dont la réalisation puisse

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

Master en Santé Publique Politique et Management des Système de Santé

Master en Santé Publique Politique et Management des Système de Santé Master en Santé Publique Politique et Management des Système de Santé IMT ANVERS, BELGIQUE Coordinateur du Cours: Tom Hoeree Directeurs du Cours: Guy Kegels, Jean-Pierre Unger, Patrick Van der Stuyft Secrétariat

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE COMPORTEMENT ET DISCIPLINE Le comportement des enfants a plusieurs origines. Il n est pas attendu qu une semaine de camp peut régler tous les problèmes de comportement. En tant que moniteurs, vous devez

Plus en détail

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC

Expert International en Marketing et Commercialisation MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

Micro crédit au Nord, vers la maturité?

Micro crédit au Nord, vers la maturité? Micro crédit au Nord, vers la maturité? Une conférence en Norvège réunissait, début Juin 2002, les principaux intervenants européens en micro finance. C est une bonne occasion pour faire le point. J ai

Plus en détail

LE REGROUPEMENT DES CARPA

LE REGROUPEMENT DES CARPA LE REGROUPEMENT DES CARPA Assemblée générale du 27 novembre 2009 Les CARPA, associations de la loi de 1901, telles que nous les connaissons aujourd hui trouvent leur fondement à l article 53 alinéa 9 de

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

La gestion efficace des collectivités locales : un défi à relever!

La gestion efficace des collectivités locales : un défi à relever! L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE

PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE PRÉPARATION D UNE ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE Formulaire des gestionnaires Janvier 2013 Guide du participant Page 1 Page 2 Rédaction d une évaluation du rendement Table des matières Introduction... 5

Plus en détail