inside WANO Surmonter l adversité à la centrale nucléaire d Onagawa Apprendre du leadership Volume 20 Numéro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "inside WANO Surmonter l adversité à la centrale nucléaire d Onagawa Apprendre du leadership Volume 20 Numéro 2 2012"

Transcription

1 inside WANO T H E M A G A Z I N E O F T H E W O R L D A S S O C I AT I O N O F N U C L E A R O P E R AT O R S Volume 20 Numéro Surmonter l adversité à la centrale nucléaire d Onagawa 4 Apprendre du leadership 8

2 sommaire Le journal Inside WANO est publié par l Association Mondiale des Exploitants Nucléaires pour tous ses membres EDITOR Claire Newell WANO London EDITORIAL BOARD George Felgate Managing director Dave Farr Director AC Mikhail Chudakov Director MC Ignacio Araluce Director PC Harunobu Shirayanagi Director TC WANO OFFICES WANO London Cavendish Court Wigmore Street, London W1U 1PF United Kingdom Tel: +44 (0) Fax: +44 (0) Atlanta Centre 700 Galleria Parkway SE Suite 100 Atlanta, GA USA Tel: Fax: Moscow Centre Ferganskaya 25 Moscow Russia Tel: Fax: Paris Centre 8 rue Blaise Pascal Neuilly-sur-Seine France Tel: Fax: Tokyo Centre Iwado-kita Komae-shi Tokyo Japan Tel: +81 (0) Fax: +81 (0) COVER Le Chef de la centrale d Hinkley Point, Pete Evans, mentor du Programme, coachant un délégué et un membre de l équipe. Éditorial du Président du Conseil d Administration 3 En vue de Moscou Histoire de centrale 4 Surmonter l adversité à la centrale nucléaire d Onagawa Le saviez-vous? sommaire Article 6 Travailler pour WANO Histoire de membre 8 Apprendre du leadership chez EDF Energy Point de vue d un manager 11 Sécuriser l avenir nucléaire de l Inde Article 12 L importance de l amélioration continue Histoires de femmes et d hommes 14 Le parcours de la sûreté nucléaire Voici les dates des audits des Centres régionaux et du Bureau de Londres de WANO : Centre d Atlanta : 26 au 30 mars 2012 / Centre de Paris : 21 au 25 mai 2012 / Centre de Tokyo : 9 au 13 juillet 2012 / Centre de Moscou : 5 au 9 novembre 2012 / Bureau de Londres : 26 au 30 novembre L Équipe de Projet est conduite par Matt Sykes, EDF Energy et comporte les membres de l équipe suivants : Manuel Ibañez, WANO Londres Jan Bens, WANO PC Stuart Seedhouse, Ontario Power Generation Yoshikazu Tsuschihashi, WANO TC Jean Paul Joly, EDF David Crabtree, WANO AC Pour de plus amples renseignements sur les évaluations, veuillez contacter les bureaux du centre régional correspondant. Gene St. Pierre, WANO AC István Radnóti, CN PAKS David Wen-Chung LIN, Taiwan Power Co. Hal Shirayanagi, WANO TC Ed Resnick, WANO AC Anatoly Chukharev, WANO MC 2 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O Copyright 2012 World Association of Nuclear Operators (WANO). All rights reserved. Not for sale or for commercial use.

3 éditorial du Président du C.A. Laurent Stricker, Président du Conseil d Administration de WANO, se prépare à la Réunion Générale Biennale (BGM) de 2013 à Moscou En vue de Moscou «Bien que nous ayons dû revoir l endroit de notre réunion inaugurale, le BGM 2013 ne sera pas seulement une occasion de s arrêter et de se remémorer.» Laurent Stricker Président du Conseil d Administration Dans moins d un an, la douzième Réunion Générale Biennale (BGM) de WANO ouvrira ses portes à Moscou sous les auspices de Rosenergoatom et du Centre WANO de Moscou. Il s agira d un BGM important puisqu il se tiendra dans l hôtel même où WANO a été créé vingt-quatre ans auparavant. Nous retrouverons, à l occasion de cet événement de l an prochain, plusieurs vétérans de WANO qui étaient alors là en 1989, dont Mikhail Chudakov, Anatoly Kirichenko et Oleg Saraev. Bien que nous ayons dû revoir l endroit de notre réunion inaugurale, ce BGM ne sera pas seulement une occasion de s arrêter et de se remémorer. L événement nous permettra d évaluer nos progrès sur les recommandations de la Commission Post Fukushima, tout en restant concentrés sur l activité principale de WANO : la sûreté nucléaire. Engagement renouvelé L industrie nucléaire travaille dans un monde très différent après Fukushima, et cela exige que nous renouvelions notre engagement vis-à-vis des bases de la sûreté nucléaire. Il s agit de continuer à renforcer nos quatre programmes clés : les Peer Reviews, l Assistance et l Échange Techniques, l Expérience en Exploitation et le Développement Professionnel et Technique, tout en intégrant de nouveaux domaines de travail, la préparation au plan d urgence par exemple, aux activités de WANO. WANO se concentre également bien davantage sur les fondamentaux. Au moment même où ce numéro d Inside WANO est diffusé, un SOER sur les Fondamentaux de l Exploitant est en train de sortir. Après Fukushima, et afin de garantir dans l avenir la sûreté des performances de l industrie, il est impératif que nous reconnaissions l importance du «retour aux bases». WANO redouble également d efforts, par le biais des audits des Centres Régionaux et du Bureau de Londres, pour s assurer que l organisation satisfait aux besoins fondamentaux des membres. Si ce n est pas le cas, nous allons faire ce qui est nécessaire pour combler ces Laurent Stricker prenant la parole lors de la Conférence JAIF 2012 à Tokyo lacunes et prendre les mesures pour accroître notre efficacité. J encourage tous les membres de WANO à continuer à communiquer à l équipe d évaluation leur retour critique, votre engagement continu envers WANO étant vital pour notre efficacité. J aimerais également remercier les membres qui ont apporté leur soutien très fort à l ensemble des projets de WANO en détachant des volontaires et en donnant de leur temps. Ne pas regarder en arrière Le travail que les équipes projets de WANO mènent à bien tout au long de 2012 fournira une base solide aux débats lors du BGM Les engagements pris à Shenzhen nous obligent à présenter lors du prochain BGM un rapport sur nos progrès concernant la mise en œuvre des recommandations de la Commission Post Fukushima. La réunion ne sera cependant pas dominée par des débats sur ce que nous avons fait, mais sur ce que nous avons l intention de faire. En continuant à nous tourner vers le futur et en planifiant un avenir stimulant, WANO sera plus fort et plus efficace. Je me réjouis de vous retrouver tous à Moscou l an prochain. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

4 histoire de centrale Surmonter l adversité à la centrale nucléaire d Onagawa Le «La centrale nucléaire d Onagawa a surmonté le très fort séisme et le gigantesque tsunami de façon sûre [Maintenant], cela fait partie de notre mission que de transmettre les connaissances à la prochaine génération.» Takao Watanabe, Directeur Général, Centrale nucléaire d Onagawa Le plus fort séisme enregistré dans l histoire du Japon a frappé la côte est du Japon à 14 h 46 le 11 mars L épicentre supposé était à 130 km au large de l emplacement de la centrale nucléaire d Onagawa sur la côte Pacifique. L hypocentre de l énorme tremblement de terre mesurait environ 200 km de large sur 500 km de long et à engendré une secousse d une intensité maximale de sept sur l échelle sismique japonaise qui compte sept niveaux. Elle a atteint six sur le site de la centrale nucléaire d Onagawa. Le séisme a déclenché un tsunami gigantesque de plus de dix mètres de haut, à l origine de dommages dévastateurs sur la côte est du Japon. Des villes et des villages de ces régions ont été emportés par les eaux. Arrêt à froid à la centrale nucléaire d Onagawa Lorsque le séisme a frappé la centrale nucléaire d Onagawa, les tranches 1 et 3 étaient en fonctionnement normal et la tranche 2 était en cours de redémarrage. Tous les réacteurs ont déclenché automatiquement selon leur conception en cas de séisme. Environ 45 minutes après le séisme, un tsunami d une hauteur de 13 mètres a frappé le site l Onagawa. Le séisme initial a déclenché l incendie d un tableau électrique au premier sous-sol de la salle des machines de la Tranche 1. Le tsunami a ensuite provoqué l effondrement de la cuve de stockage de l huile de lubrification qui se trouvait sur la travée de la Tranche 1. De l eau de mer s est infiltrée par une galerie souterraine dans le local d un échangeur de chaleur pour des composants auxiliaires, dans le troisième sous-sol du bâtiment réacteur de la Tranche 2. L inondation a rendu indisponible la voie B du circuit de refroidissement auxiliaire de composants de sauvegarde. Sur les cinq lignes électriques extérieures au site, seulement une a été sécurisée. Le tsunami n a pas atteint le niveau du site de 13,80 mètres et il n y a pas eu d autre entrée d eau de mer poste d alimentation électrique de la centrale nucléaire d Onagawa dans l échangeur de chaleur. Le circuit d évacuation de la chaleur résiduelle et le circuit de refroidissement de la piscine du combustible de toutes les tranches fonctionnaient correctement et l état d arrêt à froid a été atteint dès le lendemain matin. Takao Watanabe, Directeur général de la centrale nucléaire d Onagawa, se souvient de ces journées et explique : «Dès le début du désastre, le personnel concerné s est immédiatement rassemblé dans un centre de crise. Bien que confrontés à des incendies et des inondations dans certaines zones du bâtiment, les membres du personnel ont travaillé ensemble en harmonie. Grâce aux exercices et aux formations réguliers en exploitation normale, nous avons été en mesure de réagir correctement et de manière sûre à la situation.» Watanabe a ensuite décrit les dispositions déjà en place à Onagawa en prévision d un désastre naturel de ce type. «Nos managers ont décidé de l emplacement du site à partir des connaissances d experts et des données historiques. Nous avons toujours pris en considération les protections nécessaires pour la centrale, par exemple une pente à la base du site et des constructions antisismiques. Je demeure convaincu que nous avons réussi à surmonter ce désastre grâce à ces mesures de précaution.» 4 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

5 Centrale nucléaire d Onagawa Takao Watanabe, Directeur Général de la centrale nucléaire d Onagawa, décrit comment la centrale a résisté aux désastres naturels de mars 2011 pour la nourriture et les besoins essentiels, en organisant leur transport en hélicoptère. La plupart des réfugiés étaient des personnes âgées, des enfants et des femmes enceintes, ainsi que des membres du personnel et des prestataires volontaires pour aider ces réfugiés. L abri a été conservé trois mois dans l attente du transfert des réfugiés vers un centre d accueil public. Salle de commande de la centrale nucléaire d Onagawa Évacuation des résidents proches de la centrale La centrale nucléaire d Onagawa est située au milieu de la Péninsule d Oshika sur la côte Pacifique. Le très fort séisme et le gigantesque tsunami ont détruit des villages et une route principale, et la centrale nucléaire d Onagawa s est retrouvée isolée ainsi que les survivants de la péninsule. Leurs habitations endommagées ou détruites, les blessés avaient besoin d abris. Les résidents proches ont par conséquent été évacués vers la centrale. Du point de vue de la sécurité, il n est de toute évidence ni aisé ni commode pour le public de pénétrer dans une centrale nucléaire. Étant données les circonstances cependant, le Directeur général a pris la décision d accepter les réfugiés du fait de la crise humanitaire. En trois jours, plus de 360 réfugiés se sont retrouvés à la centrale. Afin de subvenir aux besoins de l abri, la centrale a fait appel aux Services Centraux Mesures de sûreté sur la centrale Étant donné l accident en cours à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, la centrale nucléaire d Onagawa travaille de manière systématique sur le renforcement de ses capacités à prévenir les dommages au cœur et au combustible usé, en cas de perte des alimentations électriques, de refroidissement du cœur ou du refroidissement de la piscine de combustible. Afin d assurer l alimentation électrique en situation d urgence, des groupes d alimentation électrique haute tension ont été installés sur le site. Des procédures pour refroidir le cœur et la piscine de combustible usé avec des équipements de lutte contre l incendie ont également été mises en place. De plus, des groupes d alimentation électrique de grande capacité pouvant être utilisés en remplacement des générateurs diesels de secours- sont en cours d installation et la construction d une digue est prévue pour accroître la sûreté. Les mesures ci-dessus ont été mises en place pour la prévention d accidents graves dans l avenir, et d autres mesures doivent également être décidées pour permettre à la centrale de faire face rapidement à un scénario similaire. Des exercices sont effectués régulièrement afin de vérifier si les mesures de sûreté peuvent être mises en œuvre efficacement et de mettre en évidence tout autre problème éventuel. Ces mesures vont permettre d améliorer davantage encore la sûreté de la centrale nucléaire d Onagawa. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

6 article Travailler pour WANO «Comme nous n avons qu une chance au cours de notre vie de travailler dans un pays étranger, mon chef m a dit : tu dois t imprégner de tout.» Koji Okamoto Responsable de Programme Technique OE Pendant la Guerre Froide, les sous-marins nucléaires naviguaient dans les eaux des océans du monde entier, chaque navire d attaque ayant un équipage d environ 120 marins. Deux de ces hommes, un russe et un américain, devaient se retrouver, plusieurs dizaines d années plus tard, côte à côte au Bureau WANO de Londres, travaillant ensemble dans l OECT (Équipe Centrale d Expérience en Exploitation). Mikhail Isaev, ancien sous-marinier russe ayant 38 ans d expérience dans l industrie nucléaire, est venu travailler au bureau de Londres en janvier 2011 pour un détachement de 2 ans. Travailler aux côtés d un ancien ennemi de la Guerre Froide n aura été qu une des expériences enrichissantes et fructueuses de son détachement. Une opportunité enrichissante Avant de venir à Londres, Isaev a travaillé comme conseiller au Centre WANO de Moscou pendant 22 ans. Après s être mis en avant pour la fonction de Responsable de Programme Technique dans l OECT, le détachement d Isaev a été organisé et il a déménagé pour Londres avec son épouse. Le détachement s est avéré une expérience enrichissante à double titre, personnel et professionnel. «Ce détachement m a donné l occasion d approfondir mon expérience professionnelle, en travaillant sur divers produits de l Expérience en Exploitation, et je l ai toujours fait avec grand enthousiasme», explique Isaev. «Le déménagement à Londres nous a également permis, à mon épouse et à moi-même, de nous rapprocher de notre fille qui y est étudiante, et à moi-même d améliorer mon anglais.» L occasion d apprendre une nouvelle langue, de travailler dans un environnement international et de mettre sa famille en contact avec une nouvelle culture a également été extrêmement important pour Koji Okamoto, nouvelle recrue à l OECT. Okamoto et sa famille sont arrivés au Royaume Uni en juillet 2011 pour un séjour de trois ans. Makgae travaille sur la Stratégie de Communication de WANO Okamoto et Isaev examinent un SOER Acquérir la perspective internationale Okamoto a pendant longtemps guetté l opportunité de travailler au Bureau WANO de Londres. Depuis qu il a commencé à travailler pour sa Compagnie d origine, il y a 18 ans, il s est intéressé aux activités de WANO. Il a montré beaucoup d enthousiasme à l idée de travailler dans un environnement international et a été particulièrement exalté d être retenu pour ce détachement. «J espère acquérir plus de connaissances sur la gestion des accidents graves à travers le monde», a expliqué Okamoto. «En général, les ingénieurs nucléaires travaillent pour leur propre centrale ou Compagnie. Or le personnel de WANO travaille pour la sûreté nucléaire dans le monde, rendant ce travail extrêmement utile 6 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

7 Isaev travaillant sur un SOER Trois ingénieurs détachés au Bureau de Londres parlent à Inside WANO de leurs expériences de la vie et du travail à WANO au Royaume Uni Okamoto travaillant dans l OECT pour moi. Il s agit d une expérience extraordinaire pour les ingénieurs du nucléaire.» La jeune famille de Okamoto profite également de l opportunité de vivre dans un pays différent. «Toute la famille s est mise à l anglais», a-t-il dit. «Nous chantons maintenant des chansons anglaises dans la voiture. Mes filles aiment également jouer dans les parcs. Un autre point positif concernant la vie à Londres est de pouvoir aller occasionnellement au pub pour boire un verre!» Surmonter la barrière de la langue Naturellement, les détachés se trouvent confrontés à de nombreux défis lorsqu ils déménagent d un pays à l autre, et WANO fait tout son possible pour permettre aux détachés et à leur famille de s installer aussi vite et facilement que possible. Il existe cependant certains obstacles plus lents à franchir. Dans le cas d Isaev, le plus grand défi était de comprendre l anglais des autochtones. Il conseille à ceux qui envisagent un détachement de trouver l occasion de s exercer à écouter des personnes dont l anglais est la langue maternelle avant d arriver à Londres. C est également le sentiment de Lerato Makgae, nouvelle recrue au bureau de Londres, originaire d Eskom en Afrique du Sud, qui a trouvé que «l accent, l accent, l accent» était l un des plus durs défis à la suite de son emménagement! Makgae travaillait précédemment à Eskom comme conseiller senior à la Gestion des Actionnaires, et travaille aujourd hui dans l équipe Communication pour un détachement d une année. Elle a sauté sur l occasion d approfondir ses compétences dans le domaine de la communication, chose qu elle estime très importante personnellement pour son retour à Eskom. Professionnellement, j ai appris beaucoup, mais il m a fallu commencer par adapter ma façon de réfléchir. Ma préoccupation principale à WANO est la partie communications, alors qu à Eskom je m en préoccupais moins», a expliqué Makgae. «C est intéressant car WANO n est pas une organisation pro-nucléaire, mais une organisation pro-sûreté nucléaire, ce qui diffère de ce à quoi je suis habituée. À WANO, je vais certainement en apprendre davantage sur la communication et cela me servira dans la gestion des actionnaires.» Tirer le meilleur parti de l expérience Un détachement consiste beaucoup en un échange d expérience et de connaissances dans les deux sens, et Isaev, Okamoto et Makgae ont tous mis l accent sur l importance de l ouverture d esprit et de l enthousiasme pour apprendre afin de profiter au maximum de leur séjour à Londres. «Comme nous n avons qu une chance au cours de notre vie de travailler dans un pays étranger, mon chef m a dit : tu dois t imprégner de tout», a di t Okamoto. «Je pense que quiconque envisage un détachement au bureau de Londres ou dans l un des centres régionaux de WANO peut avoir des inquiétudes sur tel ou tel point. Mais l expérience du travail à WANO en vaut vraiment la peine.» Makgae est d accord, et souligne l importance de l investissement personnel et de repousser ses limites professionnelles et personnelles : «Ne vous fixez pas des limites dans la vie : si des occasions se présentent, saisissez-les. On ne peut pas se développer en restant dans une zone de confort», a-t-elle constaté. «J espère qu à mon départ j aurai partagé mon expérience avec WANO. Je suis persuadée que lorsque vous êtes ouvert à toute information et que vous transmettez vos connaissances, vous partagez avec le monde. D une manière ou d une autre et où que ce soit, vous améliorerez la vie de quelqu un.» «Ne vous fixez pas de limites dans la vie : si des opportunités se présentent, saisissez les. On ne peut pas se développer en restant dans une zone de confort.» Lerato Makgae Responsable de Programme Technique Communications et P&TD I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

8 histoire de membre Apprendre du leadership chez EDF Energy Délégués «L Académie du Leadership Nucléaire a été créée en réponse à une analyse, sur l ensemble du Parc, des résultats de WANO, qui ont identifié le leadership comme étant un facteur clé contribuant aux événements et aux pertes.» Ian Moss, Responsable de l Académie du Leadership Nucléaire, EDF Energy Depuis deux ans, une équipe réduite mais active fait évoluer de façon importante les comportements de leadership au sein d EDF Energy Nuclear Generation. Dirigée par Ian Moss, l Académie du Leadership Nucléaire (NLA) est une initiative stratégique conçue pour employer au mieux les aptitudes d expérience en exploitation et de leadership des dirigeants très performants afin d en faire bénéficier les autres membres du personnel au sein de l entreprise. L idée d une Académie du Leadership Nucléaire a vu le jour en réponse à une analyse, sur l ensemble du Parc, des résultats de WANO, qui ont identifié le leadership comme étant un facteur clé contribuant aux événements et aux pertes. Elle aborde également la perte potentielle, estimée à environ 30 %, des leaders du fait des départs en inactivité ou des mutations vers les projets de nouvelles constructions nucléaires. Différenciateurs clés Alors qu elle consiste en quatre programmes alimentant les différents besoins des leaders du nucléaire à chaque niveau des activités, on a ressenti une certaine énergie autour de la NLA depuis son lancement, voici deux ans. À ce jour, plus de 800 délégués ont suivi ces programmes et près de 78 % des leaders devraient en suivre au moins un d ici la fin de l année. EDF Energy estime que les facteurs clés au cœur de la NLA sont ce qui la différencie des autres programmes de formation au leadership. Tout d abord, il est spécifiquement centré sur le nucléaire. Si les sciences molles et les sujets du leadership traditionnels sont couverts, ils sont présentés dans un cadre nucléaire, leur permettant une mise en application très facile à l Activité de la Production Nucléaire d EDF Energy. Selon l ancien délégué Keith Thomas, des domaines spécifiques du programme se sont révélés utiles : «En Ingénierie, la formation à la responsabilité a été employée à bon escient. Nous avons diminué le risque en exploitation lié aux actions non affectées du Programme à l Académie du Leadership Nucléaire d Actions Correctives (CAP) et nous utilisons également la formation à la responsabilité pour réduire notre retard dans la réalisation des Modifications d Ingénierie (EC).» Des leaders enseignant le leadership Un autre aspect clé de la NLA est que ce sont des leaders qui enseignent le leadership. Les Managers en ligne désignent les délégués qui suivent les programmes et sont impliqués dans la cohorte, depuis les briefings et évaluations détaillés préalables aux formations jusqu aux travaux d apprentissage par l action pendant et après le programme. Un mentor dédié, manager confirmé du site, est également rattaché à chaque cohorte tout au long de la session de formation. Les membres de l Équipe de Direction de la Production Nucléaire, les Directeurs de site, les Chefs de centrale, et les experts des processus ont été formés pour assurer la plupart des modules dans les divers programmes. Citons entre autres les Briefings Efficaces au Démarrage du Quart, le Modèle ABC d Aubrey Daniels (la Puissance du Renforcement Positif) et Mon Histoire du Leadership (expérience personnelle du développement du leadership d un manager confirmé). Ils transmettent à la salle de cours l expérience et les connaissances de leur carrière nucléaire ainsi que leur passion et leur enthousiasme pour le métier. 8 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

9 Ian Moss acceptant une Récompense de l Innovation des mains de Janet Hogben (Chef des Services Organisation du Personnel et Résultats de la Marque chez EDF Energy) Ian Moss, d EDF Energy, décrit l Académie du Leadership Nucléaire de la Compagnie, novatrice et couronnée de succès Les programmes de l Académie du Leadership Nucléaire Travail d équipe en cours à l Académie du Leadership Nucléaire Selon certains délégués, le soutien apporté par la Direction a été partie intégrante au succès de la formation. Le délégué Andrew Bassett a dit que le fait que les membres de la Direction aient partagé leur expérience a donné une tournure pratique aux outils de leadership : «En particulier leur honnêteté à partager leurs erreurs passées m a permis de prendre conscience que je ne suis pas le seul à être confronté à des problèmes de leadership. Leurs expériences et les outils que l on m a appris vont me permettre d évoluer en tant que leader.» Martin Pearson, ancien Chef de centrale et Mentor du Programme, et actuellement Directeur de site, explique : «En tant que Chef de centrale, en suivant le programme avec l équipe, j avais l impression d aborder des problèmes d organisation plus sérieux que ce qu il serait convenu d appeler des bagatelles. Le sens du dynamisme, de l enthousiasme, du leadership venant du bas m a également boosté et j ai réalisé qu il me fallait aussi relever ma propre barre.» Le Programme de Mise en Route Un programme de cinq jours conduit localement sur chaque site. Il s agit d un programme reposant sur des scénarios suivant le modèle des principes des centres d évaluation et conçu pour inculquer aux nouveaux leaders nucléaires les compétences de leadership fondamentales. Les délégués participant à ce programme doivent assurer une fonction de leadership/manager ou être sur le point d en occuper une. Le Programme du Leadership Nucléaire (NLP) Le programme vedette de l Académie est basé sur site et se déroule sur une période de quatre à six mois. Il consiste en trois modules d une semaine intercalés de Missions d Apprentissage par l Action. Le programme couvre les connaissances de l exploitation nucléaire, les compétences de gestion des affaires et de leadership et a été conçu pour développer les comportements qui étayent les Compétences de Leadership dans la Politique de Sûreté Nucléaire. Le Programme des Leaders du Niveau Supérieur (NLL) Celui-ci a été conçu conjointement avec l INPO et s appuie sur leur programme NLL. Bien que séparé distinctement du NLP, il est considéré comme étant sa quatrième semaine et se déroule environ 1 an après la fin du NLP pour les membres du niveau le plus élevé de chaque cohorte qui sont en général concernés par le processus de Prise de Décision en Exploitation. Il s agit d un programme organisé au niveau des Services Centraux avec des délégués de chaque site et davantage axé sur les principes nucléaires stratégiques. Il inclut le mentorat à plein temps par un Directeur de site et un Chef de centrale et comporte divers modules enseignés par des membres de l Équipe de Direction Nucléaire. Le Programme d Excellence dans le Leadership Nucléaire Le Programme d Excellence consiste en quatre modules d une semaine en mode résidentiel, organisés par les Services Centraux et s étalant sur 12 mois. Plus stratégique, il est axé sur la gestion des affaires et l industrie nucléaire au sens le plus large. Il vise à mettre au défi et obliger les candidats à devenir des leaders nucléaires encore plus efficaces, et s adresse aux délégués très performants occupant des postes parmi les plus élevés ou à ceux qui devraient clairement évoluer par la suite vers des postes de Direction. Le programme comporte un déplacement sur une centrale française à des fins d inter comparaison. Les délégués auront précédemment participé à la fois aux Programmes NLP et NLL. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

10 histoire de membre Apprendre à différents niveaux La constitution en tranches verticales de chaque cohorte sur le programme signifie que différents niveaux de managers et de leaders de différents domaines fonctionnels apprennent ensemble et tirent des enseignements les uns des autres. Cela permet d assurer le mentorat et les orientations en continu au sein de la cohorte. Le principe d apprentissage continu y est associé. La plupart des programmes de l Académie sont réalisés sur site, 30 % de la formation étant dispensé en salles de classe et 70 % se déroulant sur les lieux de travail par le biais des activités du Groupe d Apprentissage par l Action et par le mentorat. «Ce programme nous a permis de bâtir un réseau», a expliqué Paul Quinn, délégué d Heysham 2. «Le réseau fonctionne toujours ; nous discutons toujours de nos problèmes et nous aidons mutuellement pour les résoudre. Personnellement, je me sens beaucoup plus impliqué et redynamisé en tant que leader. Le programme m a renforcé dans ma conviction que j étais en mesure de me comporter comme un leader et que ce leadership était une compétence importante que je pouvais utiliser.» David Youles, Chef de la Gestion des Travaux à Torness, a dit qu il avait constaté qu il existait un lien net entre les leaders ayant participé à l académie et leur résultats concernant la réalisation des tâches programmées : «Leurs équipes travaillent davantage car le programme qu ils ont suivi les aide à comprendre comment obtenir plus de leurs équipes.» Des résultats clairs De tels témoignages sont la preuve que cette initiative atteint son objectif, les délégués donnant la nette impression de changements évidents. Paul Winkle, Directeur du site de Torness, a constaté un certain nombre de résultats concrets chez des délégués ayant participé aux programmes précédents. «Chaque délégué a été en mesure d apporter des témoignages montrant que l utilisation de ses compétences nouvellement apprises a fait une différence dans son rôle», a expliqué Les exercices pratiques et le travail en réseau sont des éléments importants du cours Winkle. «Nombreux sont les exemples d améliorations, parmi lesquelles des améliorations importantes des performances : par exemple, le respect du planning de maintenance (passé de 60 % à 96 % dans un cas), une réduction de 80 % du retard dans les rapports des actions correctives d ingénierie, une amélioration de 20 % dans les résultats des activités du Groupe d Ingénierie des Travaux et 30 % pour l Amélioration de la Productivité de la Gestion des Travaux à Torness». La rumeur répandue par la NLA a attiré l attention d autres branches du Groupe EDF ainsi que d autres Compagnies nucléaires. Au Royaume Uni, l équipe NLA, qui vient d être récompensée par un prix de l innovation, va continuer à poursuivre le développement de son programme de leadership et à consolider la formation continue de ses anciens qui ne manquent pas d inspiration. Pour un complément d information sur l Académie du Leadership Nucléaire, adresser un courriel à : 10 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

11 point de vue d un manager Dr Prabhat Kumar décrit l intégration d un nouveau membre de WANO : BHAVINI Sécuriser l avenir nucléaire de l Inde «Nous sommes extrêmement fiers du fait que tous les équipements du réacteur aient été fabriqués en Inde, ce qui a rendu ce projet réellement national.» Dr Prabhat Kumar, Directeur de la Construction, BHAVINI & Directeur de Projet, PFBR En 2004, le Département de l Énergie Atomique de l Inde (DAE) a créé une nouvelle Compagnie, Bharatiya Nabhikiya Vidut Nigam Limited, ou BHAVINI. L objectif de cette Compagnie est de construire et exploiter les Réacteurs à Neutrons Rapides (FBR). La création de BHAVINI a été une décision stratégique de la part du DAE qui a assuré une politique commerciale dans le développement du tout premier réacteur, le PFBR (Prototype de Réacteur à Neutrons Rapides), actuellement en construction. Bien que l entreprise soit au stade de prototype, le projet a été abordé au même niveau que la construction de toute centrale nucléaire commerciale. Une étape importante La construction du PFBR est un jalon important de l ambitieux programme national en trois étapes de production d énergie nucléaire de l Inde. En fin de compte, le projet permettra de nouvelles opportunités de lancement de plusieurs autres Réacteurs à Neutrons Rapides en Inde. Les équipements du PFBR sont soumis à de spécifications rigoureuses. L industrie de l Inde a relevé le défi de la fabrication visant à produire les équipements nécessaires, et a par conséquent nettement amélioré ses propres capacités technologiques. Les membres du personnel de BHAVANI ont été extrêmement fiers du fait que les équipements aient été fabriqués en Inde, ce qui a rendu ce projet réellement national. Prenant en considération les tolérances très faibles pour les équipements du cœur du réacteur et les spécifications rigoureuses des structures soudées, BHAVANI a décidé de procéder au montage des équipements du réacteur en s appuyant sur sa propre expertise, au lieu de le confier à des sous-traitants. L implication de l équipe de BHAVANI est évidente dans chaque action. Travailler pour maintenir des normes de qualité élevées dans chaque activité est devenue la routine et nous sommes très satisfaits d avoir créé un environnement organisationnel dans lequel la qualité est reflétée dans toutes les actions et décisions de son personnel. BHAVINI, de nuit Rejoindre WANO BHAVINI a décidé de rejoindre WANO au cours de la phase de construction du projet, dès les premières étapes du processus des essais de mise en service. La participation aux programmes de WANO a rapidement amélioré la culture du travail à BHAVANI. L entretien de la centrale et nos processus de construction se sont améliorés depuis que nos ingénieurs sont en mesure de se familiariser avec les pratiques mondiales. Les ingénieurs de BHAVANI ont également largement bénéficié de ressources sur des problèmes comme l exclusion des corps étrangers. Nous reconnaissons que les indicateurs de performance WANO sont des outils puissants qui encouragent la Compagnie à l amélioration continue. Je demeure persuadé que l équipe de BHAVANI encouragera WANO à définir des indicateurs de performance pour les Réacteurs à Neutrons Rapides et que ces interactions seront réciproquement bénéfiques. Le projet BHAVANI de Prototype de Réacteur à Neutrons Rapide progresse régulièrement vers la ligne d arrivée, ouvrant la voie à la sécurité énergétique future de l Inde. WANO continue à jouer un rôle positif dans cet important effort de l Inde. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

12 article L importance de l amélioration continue «Lors de la réunion finale de la peer review, dix bonnes pratiques ont été identifiées à Balakovo, lesquelles peuvent être partagées pour le bénéfice des collègues des autres centrales.» V.N. Bessonov, Ingénieur en Chef de la centrale nucléaire de Balakovo La centrale nucléaire de Balakovo est l une des plus grosses centrales nucléaires de Russie. La centrale de quatre tranches est située dans la Région de Saratov sur les berges de la Volga. La construction de la centrale a commencé dans les années 1970, à l aide de technologies et de méthodes de construction développées et mises en œuvre en Union Soviétique. La première tranche a été mise en service en 1985 et la quatrième a été achevée après le démantèlement de l Union Soviétique. En 1993 la première tranche d énergie nucléaire de Russie a été mise en service à Balakovo. Travailler en partenariat avec WANO La centrale nucléaire de Balakovo a été la première à ouvrir ses portes à WANO en 1993, lorsqu a été réalisée la première peer review de la centrale. La Direction de la centrale était intéressée pour en savoir plus sur l expérience de ses collègues étrangers et mettre en application les enseignements tirés des pratiques propres à leur centrale. Deux autres peer reviews ont été organisées par la suite à la centrale nucléaire de Balakovo en 2003 et La centrale a également accueilli plusieurs missions d assistance technique et ses représentants ont été appelés comme experts dans des équipes WANO sur d autres centrales nucléaires à travers le monde, traduisant l engagement de Concern Rosenergoatom à sans cesse s efforcer d améliorer la sûreté en exploitation. «Les peer reviews WANO sont très importantes pour la centrale», explique Viktor Igorevich Ignatov, Chef de la Centrale de Balakovo. «Les résultats fournissent une évaluation non seulement des performances de la centrale en matière d assurance sûreté, mais également de ses performances en rapport avec l ensemble de l industrie d énergie nucléaire de la Russie. Chaque peer review réalisée par nos collègues internationaux expérimentés nous permet d avancer de manière significative dans la direction d une sûreté en exploitation accrue.» La peer review de 2011 Des experts de neuf pays ont participé à la peer review à la centrale de Balakovo en septembre et octobre L accent particulier de cette revue était le renforcement des exigences de sûreté à la suite des événements de Fukushima, et de prendre une part importante à la responsabilité collective des membres de WANO envers la sûreté nucléaire mondiale. L équipe d experts a revu les performances de la centrale nucléaire de Balakovo dans dix domaines principaux, observé les travaux en cours, analysé les documents et interrogé le personnel. Au cours de la réunion finale de l équipe de la peer review et du personnel de la centrale, dix bonnes pratiques ont été identifiées à Balakovo, lesquelles peuvent être partagées avec les collègues d autres centrales. «Nous sommes persuadés que les résultats des peer reviews peuvent s avérer utiles pour d autres améliorations concernant la sûreté et la fiabilité en exploitation des centrales», explique Yaroslav Vokurek, team leader de la peer review, inspecteur à la revue de sûreté interne sur la centrale nucléaire de Dukovany en République Tchèque. «Notre équipe a apprécié les débats constructifs avec le personnel de la centrale.» Pendant la peer review, les experts ont seulement identifié neuf domaines à améliorer (Areas For Improvement, AFI), alors que les peer reviews sur d autres centrales peuvent souvent en identifier entre 13 et 28. Points d enseignements La partie la plus enrichissante des résultats de la peer review est constituée des observations des experts sur les domaines à améliorer, qui permettent au personnel de poser un regard détaché et objectif sur l exploitation et de voir sur quels domaines de performances il faudrait apporter des modifications. Les commentaires des pairs ont été minutieusement examinés, et, en décembre 2011, deux directives ont été données à la centrale sur la mise en œuvre d actions résultant de la peer review WANO. À ce jour, la majorité des actions a été réalisée. 12 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

13 La centrale nucléaire de Balakovo est l une des plus grandes centrales nucléaires de Russie Résultats et enseignements tirés de la peer review réalisée en 2011 à la centrale nucléaire de Balakovo Salle de commande à la centrale nucléaire de Balakovo Salle des machines à la centrale nucléaire de Balakovo Les experts avaient par exemple observé que le nombre de politiques en vigueur sur la centrale dans des domaines différents était trop élevé, d où la difficulté pour le personnel d en saisir le contenu. Cette situation finissait par affecter leur capacité à correctement suivre les procédures. Afin de concentrer l attention de la Direction de la centrale et du personnel sur les objectifs clés, le nombre de politiques de management de la centrale a été réduit de neuf à cinq. Le principal objectif de la centrale nucléaire de Balakovo est une production d énergie électrique maximale à moindre coût, associée à une garantie sans concession de sûreté nucléaire et de radioprotection. Bonnes pratiques Au cours de la peer review, le personnel de la centrale a été également satisfait de noter que les experts de WANO avaient identifié un ensemble d innovations en matière d organisation et de processus efficaces, visant à l amélioration des performances de la centrale. Parmi les bonnes pratiques dans le domaine de la Maintenance, la planification et le système de contrôle améliorés de la maintenance furent identifiés par l équipe. Ce système a permis à la centrale d améliorer la qualité et l efficacité de ses plannings de maintenance, l analyse de l état des activités et l optimisation des dates limites de maintenance. Dans le domaine de la Chimie, Balakovo est un précurseur dans l usage de la chimie de l eau du circuit secondaire à l éthanolamine, qui a contribué à une réduction significative du taux d usure des équipements par corrosion-érosion. Des actions efficaces ont été également observées dans les domaines de la radioprotection et de la protection contre l incendie, de la préparation du plan d urgence et de la sécurité. À la recherche de l excellence Victor Ignatov, Chef de la centrale de Balakovo, a remercié l équipe de la peer review WANO à la suite de la visite. «Nous avons obtenu des informations très riches», dit-il. «Tous les commentaires et suggestions feront l objet d une analyse détaillée et d une planification des tâches, afin d être utilisés pour l amélioration de la sûreté de la centrale. Une autre étape dans l amélioration de la sûreté de notre centrale a été ainsi franchie avec l aide de l équipe.» Balakovo a également demandé à WANO d envoyer une équipe renforcée d experts pour la mission de suivi, des efforts pratiques pour évaluer les actions réalisées à la suite de la peer review devant permettre à la centrale de continuer à s améliorer. La centrale nucléaire de Balakovo a été couronnée neuf fois «Meilleure centrale de Russie» et a reçu cette année le titre honorifique de «Leader des activités de protection de l environnement en Russie» pour la cinquième année consécutive. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

14 histoires de femmes et d hommes Le parcours de la sûreté nucléaire «Il est de la plus haute importance qu une culture sûreté forte soit ancrée dès le premier jour dans tous ceux sont en contact avec les très nombreux éléments de notre industrie de l énergie nucléaire dans son ensemble.» James O. Ellis, Jr., Président et Directeur Général de l INPO (Institute of Nuclear Power Operations) Lors de la réunion d inauguration de WANO à Moscou en mai 1989, Lord Marshall of Goring élu premier Président du Conseil d Administration de cette organisation a dit : «Nous ne devons pas rester immobiles ; nous devons ou nous améliorer, ou alors devenir complaisants. Nous devons tous être déterminés à nous améliorer ; il a fallu ces accidents pour nous communiquer cet engagement à travailler ensemble. Les citoyens de tous les pays du monde ont le droit de s attendre à ce que nous satisfaisions cet engagement. Il n existe pas d alternative acceptable.» Ces paroles de l un des pères fondateurs de WANO auraient pu être prononcées hier. La référence de Lord Marshall à des accidents se rapportait, naturellement, aux événements de Three Mile Island et de Tchernobyl qui ont changé l industrie. Aujourd hui, alors que nous continuons à tirer des enseignements des événements de Fukushima Daiichi, il est temps pour nous de renouveler, d améliorer et de développer cet engagement pris pour la première fois voici environ 23 ans. Le monde nous regarde, et, comme le disait très directement Lord Marshall, il a le droit de savoir comment nous allons continuer à tenir notre engagement. Notre première priorité Durant la période où j ai travaillé dans cette industrie mondiale comme Président et Directeur Général de l INPO, nous avons vu des changements dans les organisations, des progrès dans les façons de faire les choses, ainsi que des évolutions et des améliorations des performances. Il y a néanmoins eu une constante particulièrement importante, constante qui avait été posée bien avant que je rejoigne l INPO et qui doit demeurer un fondement à perpétuité, bien au-delà de ma retraite : la sûreté nucléaire doit toujours demeurer notre priorité numéro un. Il est capital qu une forte culture sûreté nucléaire soit ancrée dès le premier jour dans tous ceux qui, aujourd hui comme demain, sont en contact avec les très nombreux éléments de Jim Ellis était un leader dans la recherche de l excellence dans l industrie notre industrie de l énergie nucléaire dans son ensemble. Nous vivons dans un monde complexe et exigeant. Maintenir la sûreté nucléaire comme priorité numéro un n est pas un défi facile, mais c en est un que nous pouvons et devons relever. C est une parcours, qu il s agisse de poursuivre nos efforts pour améliorer les performances, réagir à l accident de Fukushima Daiichi, ou de traiter les effets d autres événements liés aux éléments climatiques ou aux défis en exploitation. Une coalition de ceux qui en veulent C est un parcours sans fin. Atteindre les plus hauts niveaux de sûreté nucléaire et d excellence en exploitation a été, est, et sera toujours notre défi numéro un, individuellement en tant que professionnels et collectivement au niveau de l industrie dans son ensemble. Il n existe pas d assez bon. La barre des objectifs qui ont été atteints doit être relevée. Malgré nos différences culturelles et nationales, nous devons tous former une coalition de ceux qui en veulent pour lutter ensemble contre notre ennemi commun, la complaisance. Nous pouvons apprendre beaucoup du partage de l expérience en exploitation et bénéficier des enseignements tirés du monde entier. Il nous faut continuer pour atteindre le palier suivant. Voici près de 50 ans, John F. Kennedy, alors Président des États-Unis, évoquait l exploration 14 I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

15 Au cours de ses nombreuses obligations en tant que speaker et de ses visites sur les centrales, le message de l Amiral Ellis était clair : le succès continu de notre industrie dans son ensemble dépend directement de l accent et de l attention que chacun d entre nous porte chaque jour à la sûreté nucléaire Président et Directeur Général sortant de l INPO, Jim Ellis nous fait part de son point de vue sur l avenir de la sûreté nucléaire spatiale et le but ambitieux de mettre un homme sur la lune en ces termes : «il s agit d un défi que nous acceptons de relever.et que nous avons l intention de gagner». Ainsi, nous devons également accepter le défi d atteindre l excellence en sûreté nucléaire, et nous devons gagner. Ce que nous réalisons en tant qu industrie est trop important. Nous ne pouvons pas échouer : le monde compte sur nous. Que nous maintenions la sûreté nucléaire comme notre priorité numéro un relève également d un parcours partagé. L accident à Fukushima Daiichi montre clairement que nous faisons tous partie d une industrie globale et qu un événement où que ce soit dans le monde peut avoir un impact significatif sur nous tous. Il s agit-là à la fois d un fait qui donne à réfléchir et d un rappel de la collaboration unique et des obligations partagées entre les Compagnies, les organisations supports et les pays qui font la particularité de notre industrie dans son ensemble. Notre responsabilité constante Le succès continu de notre industrie dans son ensemble dépend directement de l accent et de l attention que chacun d entre nous porte chaque jour à la sûreté nucléaire. Et cela signifie s efforcer sans cesse de trouver de meilleures manières de faire les choses : vérifier quels domaines requièrent de l attention, trouver des solutions, et atteindre les résultats escomptés, tout cela dans un esprit de recherche permanente de l excellence. Nous devrions tous trouver un moment de tranquillité pour réfléchir à qui nous sommes, en tant que professionnels du nucléaire, et faire la promesse que nous faisons à nos nations, à nos Compagnies, à nos collègues et à nous-mêmes, de faire aussi bien que nous le pouvons. Un visionnaire d une autre industrie, Steve Jobs, avait dit un jour : «Nous n avons pas l occasion de faire tant de choses que ça, et chacune d entre elles devrait être vraiment parfaite. Car, c est notre vie.» L énergie nucléaire est notre vie, et les choses que nous faisons affectent les vies d innombrables personnes. Le monde repose sur nous pour sa prospérité, sa croissance et pour son amélioration. Nous avons une responsabilité et une obligation : atteindre l excellence. Par conséquent, une nouvelle fois, faisons en permanence les choses appropriées, et faisonsles tout de suite. Je vous souhaite bonne chance à tous. Biographie de James O. Ellis, Jr. James O. Ellis, Jr. a servi comme Président et Directeur Général de l INPO de 2005 à Il a également été Gouverneur dans le Conseil des Gouverneurs de WANO et Vice-Président du Conseil d Administration du Centre WANO d Atlanta. Il a pris sa retraite en mai En 2004, l Amiral Ellis a terminé une brillante carrière de 39 ans dans la Marine en tant que Commandant au Commandement Stratégique des États-Unis. Sorti de l Académie Navale des États- Unis en 1969, ses nombreux postes l ont conduit entre autres aux commandes du porte-avions à propulsion nucléaire USS Abraham Lincoln. Monsieur Ellis détient des mastères en ingénierie aérospatiale et en systèmes aéronautiques. Il a suivi la Formation à l Énergie Nucléaire de la Marine des États-Unis et s est qualifié pour la conduite et la maintenance des centrales à propulsion nucléaire de la Marine. Monsieur Ellis est actuellement membre du Conseil de direction de Lockheed Martin Corporation, Communications Niveau 3 et Inmarsat PLC. I N S I D E W A N O : V 2 0 N O

16 Tous les deux ans, WANO décerne les Prix de l Excellence Nucléaire à des particuliers qui ont apporté une contribution importante à l industrie nucléaire ou à l exploitation réussie de centrales nucléaires exploitées par des membres de WANO. Un comité de sélection indépendant, constitué de représentants de tous les Centres régionaux, sélectionne les lauréats à partir d une liste des personnes ayant été proposées. Voici venu le moment de faire connaître ces nominés. Une personne dont le travail contribue ou participe au succès de l exploitation des centrales nucléaires exploitées par tout membre de WANO est éligible. Pourraient être retenues toutes contributions à l infrastructure supportant l entreprise de l énergie nucléaire. Pourraient également être retenues toutes contributions effectuées par le biais de WANO. La date limite des nominations est le 26 novembre De plus amples détails sur la marche à suivre sont disponibles sur le site web des membres de WANO ou en contactant Rick Haley au bureau WANO de Londres Les récompenses seront remises lors du 12 ème BGM WANO qui se tiendra en 2013 à Moscou, Russie

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise David Autissier et Thierry Meslin Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise Le projet OEEI du parc nucléaire d EDF Préface de Dominique Minière et de Philippe

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 10 juin 2014 Réf. : CODEP-DCN-2014-019914 Monsieur le Directeur du Centre national d équipement nucléaire EDF/CNEN 97 avenue Pierre

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Rencontres Nucléaire et Santé

Rencontres Nucléaire et Santé La Sûreté Nucléaire Rencontres Nucléaire et Santé Le Parc Nucléaire français 3 La Sûreté Nucléaire L exploitant est responsable de la sûreté La sûreté nucléaire, c est l ensemble des dispositions prises

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES Garantir le bon fonctionnement de 58 réacteurs implantés dans 19 centrales nucléaires réparties dans

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

Profil d un résident en chirurgie orthopédique Harman Chaudhry

Profil d un résident en chirurgie orthopédique Harman Chaudhry Profil d un résident en chirurgie orthopédique Harman Chaudhry Décembre 2015 À propos de moi Je m appelle Harman Chaudhry et je suis en troisième année de résidence (R3) en chirurgie orthopédique à l Université

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Lyon, le 14 novembre 2014

Lyon, le 14 novembre 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 14 novembre 2014 N/Réf. : CODEP-LYO-2014-051783 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité de Saint-Alban Saint- Maurice Electricité

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE FUTURE Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie future est une récompense annuelle créée par les dirigeants des

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Programme sur le Leadership des Jeunes avec le Mali

Programme sur le Leadership des Jeunes avec le Mali Programme sur le Leadership des Jeunes avec le Mali L Ambassade des Etats-Unis d Amérique au Mali a le plaisir d annoncer l ouverture de compétition pour la sélection d élèves de l enseignement secondaire

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

French Entrée. J'adore! Marketing Services

French Entrée. J'adore! Marketing Services Votre partenaire privilégié pour la promotion de la France en tant que destination touristique sur le marché britannique et anglophone. FrenchEntrée Services Marketing Votre partenaire privilégié pour

Plus en détail

INSCRIPTION STAGE ATE 2015

INSCRIPTION STAGE ATE 2015 ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES Techniques de bureautique 412.AA : «Coordination du travail de bureau» INSCRIPTION STAGE ATE 2015 C est le temps d y penser! 1 Témoignage de Michelle Éthier Enseignante en Techniques

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Gestion des Ressources Humaines

Gestion des Ressources Humaines INTRODUCTION Gestion des Ressources Humaines Depuis sa fondation en 1987, le Galilee Institute organise des cours de formation de haut niveau dans les domaines du leadership, de la gestion et du renforcement

Plus en détail