Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement"

Transcription

1 Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement La pratique d une authentique démocratie dans les écoles est une des meilleures façons de préparer les étudiants pour une citoyenneté environnementaliste manière progressive et démocratique. Durant plusieurs années, de 1974 à Par Peter Blaze Corcoran y Margaret 1994, nous avons enseigné dans une Pennock école primaire publique magnifique à Traduit par Jocelyne Dickey Freeeport, dans le Maine, où on utilisait l influence multisensorielle des arts et Niveau : 3-5 e années de la nature pour encourager Matières : multidisciplinaire l apprentissage, et où l éducation Concepts clé : démocratie comme base environnementale et la démocratie dans d une citoyenneté environnementaliste la participation constituaient des intérêts dans les écoles primordiaux dans la vie scolaire. Depuis Habiletés : prise de décisions, notre départ, l école de Soule a fusionné résolutions de problèmes, aptitudes avec deux autres écoles publiques de envers la citoyenneté Freeport et son programme est offert comme l une des trois options pour les Si nous mettons en pratique une enfants de 3 e à 5 e années. Malgré ces administration positive des ressources changements, la philosophie de l école naturelles de la planète, si nous de Soule s est maintenue intacte; en réduisons avec démocratie l usage réalité, l exemple progressiste de cette inapproprié de ces ressources et école semble avoir influencé de façon effectuons les changements nécessaires importante la philosophie des autres dans notre style de vie pour soutenir programmes. Nous décrivons ci-après le l accroissement de la population sur la programme et la philosophie de l école terre, alors nous avons besoin de George C. Soule comme un exemple citoyens qui connaissent les problèmes pour démontrer comment une éducation environnementaux et qui sont formés à environnementale peut se fusionner une gestion basée sur la participation. Si avec la démocratie afin de préparer les les écoles peuvent améliorer la société, étudiants à une citoyenneté c est grâce à la préparation des enfants à environnementaliste. Une éducation assumer des responsabilités d adultes de environnementaliste se définit

2 classiquement ainsi : une éducation dans, sur et pour l environnement. Alors que l école de Soule fournit des opportunités extraordinaires pour apprendre dans et sur des environnements naturels et culturels, notre emphase se situe dans ce cas sur l éducation pour l environnement, qui résulte de la structure démocratique inusuelle de l école et des activités propres à la classe et hors curriculum reliées à la citoyenneté environnementaliste. Le programme et la philosophie de l école de Soule L école de Soule opère selon une philosophie vitale écrite par les étudiants, les parents et les enseignants il y a plusieurs années, mais réinterprétée par les générations «successives» d acteurs concernés. La philosophie de l école soutient que les enfants, même les plus jeunes, «doivent être motivés à être indépendants, à prendre des décisions et à en accepter les conséquences» 1. De cette manière, les étudiants sont aptes à assumer la responsabilité de leur propre éducation en choisissant leurs professeurs, leurs classes et ce qu eux font en retour. De même, les étudiants font partie de la structure et du maintien de la qualité de vie de leur milieu scolaire, aidant à mettre en application les règles de l école, se proposant pour le conseil étudiant et y participant, votant lors des élections de l école, agissant comme coordonnateurs de conflits dans la cour de récréation 2, essayant de résoudre les problèmes qui surgissent à l école et recevant en entrevue les adultes qui appliquent à des postes d enseignants de leur école. Au cours des années, il y a eu habituellement à l école de Soule quatre ou cinq enseignants et de 90 à 140 étudiants inscrits. Les décisions importantes de la vie scolaire se prennent par un groupe de participants qui représentent toute l école. Chaque étudiant (peu importe l âge), chaque enseignant, chaque enseignant auxiliaire, chaque cuisinier, tous ont droit de vote. Le Big Meeting in the Hall (Grande réunion dans le hall ) établit toutes les règles de l école et les modifie si nécessaire. Cette autorité est responsable de la direction des politiques et fait des suggestions au conseil étudiant élu qui, en dernière instance, se rapporte à elle. Au cours des années passées, n importe quel membre de la communauté qui croyait nécessaire une réunion pouvait la convoquer à tout moment. Pour que cette autorité extraordinaire convoque l organe législatif suprême, elle se soumettait fréquemment à l évaluation d enfants plus jeunes qui, par le fait même, ont appris rapidement que la définition d affaire urgente pouvait être différente de celle de bien-être. 3 À l école de Soule, les habiletés à écouter et à parler sont considérées comme de grandes contributions à l éducation puisqu elles sont nécessaires à l action et au changement. Écouter permet d intégrer l information et les nouvelles idées aux décisions. Parler implique de passer du silence à l état de dire ce qui est mal, un pas nécessaire au changement. Lors de réunions quotidiennes d une demi-heure, les étudiants abordent les difficultés rencontrées dans la cour de récréation, des idées pour combattre le vol ou d autres questions courantes qui affectent la vie scolaire. Ils apprennent à exprimer une opinion et à écouter toutes les facettes du problème, ils discutent des alternatives et de leurs répercussions, ils prennent des décisions et ensuite ils en évaluent leur efficacité et les révisent si nécessaire. Ces petites réunions développent des habiletés considérables quant à la prise de décisions, en motivant les étudiants à anticiper les conséquences de leurs décisions. De même, elles développent la responsabilité sociale en fournissant

3 des réponses aux étudiants sur la répercussion de leurs actions sur les autres. Elles favorisent le développement de valeurs en impliquant les étudiants dans des problèmes éthiques et moraux qui affectent directement leur entourage. Souvent lors de ces réunions, on exige une réflexion sur des circonstances difficiles. De cette façon, on prépare les enfants aux complexités affrontées dans les problèmes sociaux et environnementaux. De plus, la participation des étudiants dans tous les aspects de la vie scolaire leur permet de prendre des décisions authentiques au sujet des problèmes qui les concernent ; cela les convertit en créateurs de leur monde à l école. L a dém ocratie est une conduite apprise. N ous ne naissons pas avec elle C est seulem ent quand jour après jour, des jeunes expérim entent à l école, à travers m ille et un incidents de caractère individuel, les façons dans lesquelles la dém ocratie fonctionne et à quoi elle ressem ble qu ils seront capables d agir dém ocratiquem ent. - G. G ram bs y L. Carr, Modern Methods in Secondary Education (Méthodes modernes dans l éducation L environnement au secondaire) (H olt, comme 1979), plan p.111. d études L éducation environnementale est un aspect valorisé et au cœur du plan d études et de l expérience éducative à l école. Il n est pas rare pour un visiteur de rencontrer des étudiants de la classe de mathématiques étudier des problèmes environnementaux; ou de rencontrer des étudiants, des enseignants et des parents se rendant au champ pour visiter un dépotoir ou un point d élagage locaux ; ou allant superviser des marais ; ou prenant un bateau jusqu à une île qu ils ont étudié. L école de Soule vit sa philosophie selon laquelle les enfants doivent voir toute leur communauté comme milieu d apprentissage et doivent être emmenés à chaque lieu possible d intérêt. 4 Le nombre de périodes est inférieur à celui des écoles traditionnelles, mais leur durée est plus longue, reflétant l importance donnée aux disciplines et la relation entre elles. La majorité des matinées sont divisées entre les classes de mathématiques et de sciences du langage, alors que les aprèsmidi sont consacrés aux cours interdisciplinaires qui intègrent la littérature, l histoire, la géographie, les études sociales et culturelles et les arts. Ces cours durent trois semaines et abordent tous les thèmes environnementaux imaginables : les boisés, le littoral, les récifs de corail, les mammifères, les lagunes, la migration, les problèmes environnementaux, les oiseaux, les castors, les cours d eau, les pluies acides et les forêts tropicales pour n en nommer que quelques-uns. L emphase est mise sur la compréhension de l écologie, l observation directe, l expérience et l immersion à l extérieur de même que sur la façon d apprécier et de rencontrer de la joie dans la nature. On met aussi l accent sur l étude des problèmes et leurs causes, sur la résolution de problèmes et sur la prise d actions. De cette façon, le programme de l école de Soule ne fournit pas seulement une information abondante en ce qui a trait à l éducation environnementale, mais elle suscite aussi la réflexion intégrée et la gestion interdisciplinaire pour la solution de problèmes afin de

4 comprendre et de solutionner les problèmes environnementaux. Durant les années où nous avons travaillé à l école, plusieurs cours de trois semaines ont fourni des opportunités minutieuses pour que les étudiants mettent en pratique la prise de décisions et d actions. Un cours intitulé Convertis-toi en un expert de l environnement se concentrait sur les problèmes reliés à l épuisement de la couche d ozone, au smog et au réchauffement global inquiétudes exprimées par les étudiants. Auparavant dans le même cours, la classe prit connaissance d une loi en suspens dans la législature du Maine pour établir des standards de contrôle des émissions les plus hautes émises par les automobiles vendues dans cet État. La classe examina si cela constituait un thème qu ils voulaient étudier et s ils désiraient dédier le temps nécessaire pour préparer des témoignages et les présenter à la prochaine session de la Législature. Afin d étudier le thème et de préparer le matériel, la classe aurait besoin de se réunir toute la journée pour les deux prochains jours d école. Ils devraient demander un permis de dispense pour les cours de mathématiques et d arts du langage du matin. De même, les étudiants discutèrent s ils étaient disposés à manquer des classes d éducation physique, si nécessaire, pour achever leur travail. Après toutes ces délibérations, ils arrivèrent à la conclusion que c était une opportunité unique qu ils ne pouvaient pas rater. Ils consacrèrent deux jours complets à investiguer les problèmes, à écouter les opinions et à préparer des déclarations pour les présenter devant la Législature. Celle-ci reconnut leur présentation éloquente et leur compréhension claire du problème et les législateurs locaux informèrent postérieurement les étudiants que leur témoignage avait influencé la décision finale de promulguer la loi. Les étudiants créèrent un club environnemental dans leur école qu ils appelèrent CAKE (Préoccupations des enfants pour l environnement). Le groupe était dirigé démocratiquement par des étudiants qui prenaient toutes les décisions qui avaient des répercussions sur le groupe. Chaque année, ils choisissaient un problème pour l étudier et développaient un projet en relation avec lui. Par exemple, ils renseignèrent la population locale sur la déforestation des forêts tropicales et ramassèrent des fonds pour acheter des terres de la forêt du Costa Rica. Leurs efforts obtinrent comme résultat une ordonnance locale pour défendre l usage de produits de polystyrène et ils appuyèrent aussi une loi de la Législature du Maine pour défendre l usage de chlorofluorocarbones dans les réfrigérateurs. Éducation pour atteindre l autonomie Les projets d action directe provoquèrent une préoccupation légitime auprès de certains adultes qui pensaient que les jeunes étaient endoctrinés. Cependant, ceci est l antithèse de la philosophie de l école de Soule qui fait ressortir que le rôle des adultes n est pas d endoctriner mais de s occuper des inquiétudes exprimées par les enfants et d offrir une action corrective. Si les étudiants expriment leurs préoccupations, elles sont

5 reconnues et les étudiants ont l opportunité de poser une action à ce sujet, ce qui d une certaine manière améliore la situation, que ce soit pour influencer la vie de l école ou la vie d une communauté plus étendue. Les étudiants n apprennent pas seulement qu ils peuvent faire la différence, mais ils expérimentent cette sensation dans leurs communautés. De cette manière, leur éducation implique aussi bien la connaissance que la praxis à l école et dans la communauté. En ce sens, l école de Soule adopte une pédagogie de l autonomie 5. Un exemple de cette autonomie in situ se reflète dans la gestion d une crise causée par une célébrité inattendue qui participa au club CAKE. La presse couvrit les activités du groupe au niveau local et national. Cependant elle décida de publier seulement le travail des trois jeunes fondateurs du groupe. En conséquence, la jalousie et le ressentiment surgirent et le groupe paraissait sur le point de se désintégrer. Entretemps, une lettre arriva, annonçant que l une des trois fondatrices du groupe avait reçu un prix du projet Giraffe (Girafe) 6 et qu elle se rendrait dans l ex Union Soviétique pour rencontrer d autres jeunes qui offraient de l aide aux communautés. Jusqu à ce moment-là, chaque décision reliée au groupe avait été prise par les étudiants, mais le prix obtenu par le projet Giraffe préoccupait les adultes qui travaillaient avec les étudiants du club CAKE. Les adultes devaient-ils informer les jeunes du prix obtenu? Si oui, comment devaiton gérer l affaire? Le prix entraîneraitil la rupture du groupe? Ils se rappelèrent alors l engagement de l école à faire confiance aux jeunes pour qu ils prennent la meilleure décision possible.

6 Liste de vérification de la démocratie à l école Au niveau de la classe Les étudiants participent-ils à la prise de décisions quant au plan d études? (Les étudiants ont-ils l opportunité de discuter de ce qu ils veulent retirer d un cours et de formuler sa direction? Décident-ils du moment où les classes couvriront la matière et de la nature des tâches? Les étudiants participent-ils à la prise de décisions sur la façon dont se mène à bien la classe? (Les étudiants discutent-ils sur la manière dont ils seront évalués? Élaborent-ils des autoévaluations de leur travail? Leur donne-t-on l opportunité pour favoriser les discussions et s enseigner les uns les autres?) Les méthodologies d enseignement appuient-elles les habiletés démocratiques? (Les étudiants s impliquent-ils dans l enseignement coopératif et les activités de collaboration pour la solution de problèmes? Les activités de la classe appuient-elles le dialogue, la capacité auditive active, l analyse, la négociation, la réflexion et l évaluation? Au niveau de l école L école est-elle organisée de telle sorte que les étudiants et les professeurs se connaissent? (Par exemple, existe-t-il des logements ou des programmes à l intérieur d une grande école? L école ou le conseil étudiant est-il impliqué dans l élaboration de politiques qui ont des répercussions sur la vie scolaire, tel que : tricherie durant les examens, présence et consommation d alcool et de drogues? Les étudiants, les professeurs et le personnel participent-ils aux réunions pour déterminer les règles de l école autres que celles exigées par l État, la province ou le district? Existe-t-il un processus fait par la communauté, comme un comité judiciaire, pour traiter les infractions aux règles de l école? L école offre-t-elle un programme pour apprendre à être utile? Existe-t-il un processus qui implique les étudiants, les professeurs, le personnel, les administrateurs et les parents dans les décisions qui concernent l école? Existe-t-il un processus pour qu ils s impliquent dans la création et l amélioration continue de leur communauté scolaire? Au niveau de la Communauté Le plan d études de l école forme-t-il un pont entre l expérience à l intérieur de la classe et la communauté locale? Les étudiants ont-ils l opportunité d être au service de leur communauté par le biais de cours ou programmes pour apprendre à être utiles? L école fait-elle appel aux ressources de la communauté pour offrir aux étudiants des opportunités d interagir avec une grande variété de personnes ayant une gamme étendue de perspectives, de valeurs et d expériences? - par Margaret Pennock Le groupe du club CAKE se réunit durant 30 minutes, chaque jour de la semaine. La première réunion fut remplie de sentiments de colère et de ressentiment, mais chaque jour les étudiants écoutèrent les uns et les autres et cela les amena à méditer sur ce qu ils avaient entendu dans le groupe ce jourlà. Après trois ou quatre réunions, ils conclurent qu il était important de passer par-dessus les difficultés car ils ne voulaient pas perdre l opportunité de partager leur travail avec d autres personnes dans le monde. Cependant, ils insistèrent pour que le projet Giraffe leur donne l opportunité de choisir un représentant puisque c était leurs efforts conjoints qui avaient rendu possible ce qu ils avaient obtenu. Le Projet accepta leur décision. Au cours des jours suivants, le groupe discuta des critères pour sélectionner leur représentant et ils décidèrent de la façon dont ils voteraient. Ils ne voulaient pas connaître le nombre de votes que recevait chaque personne, ils voulaient seulement savoir le résultat et ensuite célébrer en mangeant des glaces. Curieusement, la jeune fille qui avait été élue par le projet Giraffe ne fut pas élue par le groupe, cependant il était évident qu elle était heureuse que le choix ait été une décision du groupe. Les enfants de l école de Soule apprennent à travailler, à lutter et à célébrer ensemble, à s occuper les uns des autres et à se respecter. Nous avons rarement vu les adultes le faire aussi bien. Leur habileté à être compatissants, attentionnés et intelligents nous a vraiment émus. Ils sont le témoignage de ce qu on peut obtenir dans l éducation. Nous croyons que cet esprit vital de communauté, de démocratie et d autonomie peut survivre à l enfance et faire la différence dans la vie de ces étudiants et dans les communautés et les institutions dont ils font partie. Nous croyons que l éducation démocratique, laquelle comprend l autonomie, la

7 responsabilité sociale et la collaboration, peut préparer les étudiants pour une citoyenneté environnementale. Peter Blaze Corcoran est professeur d études environnementales et éducation environnementale à l Université de Floride Coast Gulf et directeur du Centre d éducation pour l environnement et le développement écologique durable. Il a débuté sa carrière dans l enseignement comme professeur de mathématiques à l école George C. Soule où il fut directeur de 1976 à Margaret Tatnall Pennock est professeure de sciences à l école secondaire Sidwell Friends à Washington, D.C. Elle a fréquenté l école George C. Soule comme interne la dernière année de son secondaire et elle y est retournée ensuite comme professeure de mathématiques de 1986 à 1990 et de 1992 à Traduit par Jocelyne Dickey, biologiste et professeure de biologie et informatique à la retraite, traductrice bénévole depuis Québec. Referencias 1 De la philosophie du programme de l école George C. Soule, voir <www.freeportpublicschools.org/mls/choices/soule.html>. 2 Les étudiants intéressés sont formés comme médiateurs pour aider dans les conflits entre étudiants tant dans l école que dans la cour de récréation. 3 Des années plus tard, plusieurs étudiants ont commenté la nature stimulante et potentielle de leur exercice. 4 De la philosophie du programme de l école George C. Soule, voir <www.freeportpublicschools.org/mls/choices/coule.html>. 5 Seth Kreisberg, Transforming Power: Domination, Empowerment, and Education, (Transformer le pouvoir : Contrôle, autonomie et éducation. State University of New York Press, Le projet Giraffe est une initiative sans but lucratif pour reconnaître les jeunes qui travaillent au maximum pour atteindre le bien commun, voir <www.giraffe.org>.

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes

Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Audit Committee Institute Outil 5 : Exemple de guide d évaluation des auditeurs internes Le comité d audit joue un rôle de plus en plus important dans l orientation et l exécution des travaux de l audit

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours.

Les éléments ci-dessous permettent de bien comprendre ce que nous attendons des projets entrepreneuriaux soumis au Concours. GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2011-2012 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS Préambule L équipe d évaluation par les pairs (EEP) exécute l évaluation sur place aux fins de l agrément

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Note au professeur. 1. Historique et contexte. 2. Processus du Jeu de Rôle

Note au professeur. 1. Historique et contexte. 2. Processus du Jeu de Rôle Note au professeur. 1. Historique et contexte Nous avons décidé de créer un Jeu de Rôle (JDR) comme un outil d éducation environnementale sur les zones humides. Nous croyons que l éducation environnementale

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Description des cours TBU

Description des cours TBU des cours TBU 201-213-RO - Mathématiques appliquées au travail de bureau Le cours Mathématiques appliquées au travail de bureau (201-213-RO) permet de développer les habiletés requises pour résoudre des

Plus en détail

Document entrepreneurial

Document entrepreneurial Document entrepreneurial 1. La culture entrepreneuriale Comme mentionné, la culture entrepreneuriale est présente dans les trois visées du PFEQ. L élève entreprend et mène à terme des projets qui développent

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Calendrier du Programme de formation automne 2015

Calendrier du Programme de formation automne 2015 Calendrier du Programme de formation automne 2015 Atelier Série sur le leadership (présidents) Le rôle du président dans la planification stratégique un atelier interactif La responsabilité des administrateurs

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail