Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement"

Transcription

1 Éducation démocratique pour un leadership dans la conservation de l environnement La pratique d une authentique démocratie dans les écoles est une des meilleures façons de préparer les étudiants pour une citoyenneté environnementaliste manière progressive et démocratique. Durant plusieurs années, de 1974 à Par Peter Blaze Corcoran y Margaret 1994, nous avons enseigné dans une Pennock école primaire publique magnifique à Traduit par Jocelyne Dickey Freeeport, dans le Maine, où on utilisait l influence multisensorielle des arts et Niveau : 3-5 e années de la nature pour encourager Matières : multidisciplinaire l apprentissage, et où l éducation Concepts clé : démocratie comme base environnementale et la démocratie dans d une citoyenneté environnementaliste la participation constituaient des intérêts dans les écoles primordiaux dans la vie scolaire. Depuis Habiletés : prise de décisions, notre départ, l école de Soule a fusionné résolutions de problèmes, aptitudes avec deux autres écoles publiques de envers la citoyenneté Freeport et son programme est offert comme l une des trois options pour les Si nous mettons en pratique une enfants de 3 e à 5 e années. Malgré ces administration positive des ressources changements, la philosophie de l école naturelles de la planète, si nous de Soule s est maintenue intacte; en réduisons avec démocratie l usage réalité, l exemple progressiste de cette inapproprié de ces ressources et école semble avoir influencé de façon effectuons les changements nécessaires importante la philosophie des autres dans notre style de vie pour soutenir programmes. Nous décrivons ci-après le l accroissement de la population sur la programme et la philosophie de l école terre, alors nous avons besoin de George C. Soule comme un exemple citoyens qui connaissent les problèmes pour démontrer comment une éducation environnementaux et qui sont formés à environnementale peut se fusionner une gestion basée sur la participation. Si avec la démocratie afin de préparer les les écoles peuvent améliorer la société, étudiants à une citoyenneté c est grâce à la préparation des enfants à environnementaliste. Une éducation assumer des responsabilités d adultes de environnementaliste se définit

2 classiquement ainsi : une éducation dans, sur et pour l environnement. Alors que l école de Soule fournit des opportunités extraordinaires pour apprendre dans et sur des environnements naturels et culturels, notre emphase se situe dans ce cas sur l éducation pour l environnement, qui résulte de la structure démocratique inusuelle de l école et des activités propres à la classe et hors curriculum reliées à la citoyenneté environnementaliste. Le programme et la philosophie de l école de Soule L école de Soule opère selon une philosophie vitale écrite par les étudiants, les parents et les enseignants il y a plusieurs années, mais réinterprétée par les générations «successives» d acteurs concernés. La philosophie de l école soutient que les enfants, même les plus jeunes, «doivent être motivés à être indépendants, à prendre des décisions et à en accepter les conséquences» 1. De cette manière, les étudiants sont aptes à assumer la responsabilité de leur propre éducation en choisissant leurs professeurs, leurs classes et ce qu eux font en retour. De même, les étudiants font partie de la structure et du maintien de la qualité de vie de leur milieu scolaire, aidant à mettre en application les règles de l école, se proposant pour le conseil étudiant et y participant, votant lors des élections de l école, agissant comme coordonnateurs de conflits dans la cour de récréation 2, essayant de résoudre les problèmes qui surgissent à l école et recevant en entrevue les adultes qui appliquent à des postes d enseignants de leur école. Au cours des années, il y a eu habituellement à l école de Soule quatre ou cinq enseignants et de 90 à 140 étudiants inscrits. Les décisions importantes de la vie scolaire se prennent par un groupe de participants qui représentent toute l école. Chaque étudiant (peu importe l âge), chaque enseignant, chaque enseignant auxiliaire, chaque cuisinier, tous ont droit de vote. Le Big Meeting in the Hall (Grande réunion dans le hall ) établit toutes les règles de l école et les modifie si nécessaire. Cette autorité est responsable de la direction des politiques et fait des suggestions au conseil étudiant élu qui, en dernière instance, se rapporte à elle. Au cours des années passées, n importe quel membre de la communauté qui croyait nécessaire une réunion pouvait la convoquer à tout moment. Pour que cette autorité extraordinaire convoque l organe législatif suprême, elle se soumettait fréquemment à l évaluation d enfants plus jeunes qui, par le fait même, ont appris rapidement que la définition d affaire urgente pouvait être différente de celle de bien-être. 3 À l école de Soule, les habiletés à écouter et à parler sont considérées comme de grandes contributions à l éducation puisqu elles sont nécessaires à l action et au changement. Écouter permet d intégrer l information et les nouvelles idées aux décisions. Parler implique de passer du silence à l état de dire ce qui est mal, un pas nécessaire au changement. Lors de réunions quotidiennes d une demi-heure, les étudiants abordent les difficultés rencontrées dans la cour de récréation, des idées pour combattre le vol ou d autres questions courantes qui affectent la vie scolaire. Ils apprennent à exprimer une opinion et à écouter toutes les facettes du problème, ils discutent des alternatives et de leurs répercussions, ils prennent des décisions et ensuite ils en évaluent leur efficacité et les révisent si nécessaire. Ces petites réunions développent des habiletés considérables quant à la prise de décisions, en motivant les étudiants à anticiper les conséquences de leurs décisions. De même, elles développent la responsabilité sociale en fournissant

3 des réponses aux étudiants sur la répercussion de leurs actions sur les autres. Elles favorisent le développement de valeurs en impliquant les étudiants dans des problèmes éthiques et moraux qui affectent directement leur entourage. Souvent lors de ces réunions, on exige une réflexion sur des circonstances difficiles. De cette façon, on prépare les enfants aux complexités affrontées dans les problèmes sociaux et environnementaux. De plus, la participation des étudiants dans tous les aspects de la vie scolaire leur permet de prendre des décisions authentiques au sujet des problèmes qui les concernent ; cela les convertit en créateurs de leur monde à l école. L a dém ocratie est une conduite apprise. N ous ne naissons pas avec elle C est seulem ent quand jour après jour, des jeunes expérim entent à l école, à travers m ille et un incidents de caractère individuel, les façons dans lesquelles la dém ocratie fonctionne et à quoi elle ressem ble qu ils seront capables d agir dém ocratiquem ent. - G. G ram bs y L. Carr, Modern Methods in Secondary Education (Méthodes modernes dans l éducation L environnement au secondaire) (H olt, comme 1979), plan p.111. d études L éducation environnementale est un aspect valorisé et au cœur du plan d études et de l expérience éducative à l école. Il n est pas rare pour un visiteur de rencontrer des étudiants de la classe de mathématiques étudier des problèmes environnementaux; ou de rencontrer des étudiants, des enseignants et des parents se rendant au champ pour visiter un dépotoir ou un point d élagage locaux ; ou allant superviser des marais ; ou prenant un bateau jusqu à une île qu ils ont étudié. L école de Soule vit sa philosophie selon laquelle les enfants doivent voir toute leur communauté comme milieu d apprentissage et doivent être emmenés à chaque lieu possible d intérêt. 4 Le nombre de périodes est inférieur à celui des écoles traditionnelles, mais leur durée est plus longue, reflétant l importance donnée aux disciplines et la relation entre elles. La majorité des matinées sont divisées entre les classes de mathématiques et de sciences du langage, alors que les aprèsmidi sont consacrés aux cours interdisciplinaires qui intègrent la littérature, l histoire, la géographie, les études sociales et culturelles et les arts. Ces cours durent trois semaines et abordent tous les thèmes environnementaux imaginables : les boisés, le littoral, les récifs de corail, les mammifères, les lagunes, la migration, les problèmes environnementaux, les oiseaux, les castors, les cours d eau, les pluies acides et les forêts tropicales pour n en nommer que quelques-uns. L emphase est mise sur la compréhension de l écologie, l observation directe, l expérience et l immersion à l extérieur de même que sur la façon d apprécier et de rencontrer de la joie dans la nature. On met aussi l accent sur l étude des problèmes et leurs causes, sur la résolution de problèmes et sur la prise d actions. De cette façon, le programme de l école de Soule ne fournit pas seulement une information abondante en ce qui a trait à l éducation environnementale, mais elle suscite aussi la réflexion intégrée et la gestion interdisciplinaire pour la solution de problèmes afin de

4 comprendre et de solutionner les problèmes environnementaux. Durant les années où nous avons travaillé à l école, plusieurs cours de trois semaines ont fourni des opportunités minutieuses pour que les étudiants mettent en pratique la prise de décisions et d actions. Un cours intitulé Convertis-toi en un expert de l environnement se concentrait sur les problèmes reliés à l épuisement de la couche d ozone, au smog et au réchauffement global inquiétudes exprimées par les étudiants. Auparavant dans le même cours, la classe prit connaissance d une loi en suspens dans la législature du Maine pour établir des standards de contrôle des émissions les plus hautes émises par les automobiles vendues dans cet État. La classe examina si cela constituait un thème qu ils voulaient étudier et s ils désiraient dédier le temps nécessaire pour préparer des témoignages et les présenter à la prochaine session de la Législature. Afin d étudier le thème et de préparer le matériel, la classe aurait besoin de se réunir toute la journée pour les deux prochains jours d école. Ils devraient demander un permis de dispense pour les cours de mathématiques et d arts du langage du matin. De même, les étudiants discutèrent s ils étaient disposés à manquer des classes d éducation physique, si nécessaire, pour achever leur travail. Après toutes ces délibérations, ils arrivèrent à la conclusion que c était une opportunité unique qu ils ne pouvaient pas rater. Ils consacrèrent deux jours complets à investiguer les problèmes, à écouter les opinions et à préparer des déclarations pour les présenter devant la Législature. Celle-ci reconnut leur présentation éloquente et leur compréhension claire du problème et les législateurs locaux informèrent postérieurement les étudiants que leur témoignage avait influencé la décision finale de promulguer la loi. Les étudiants créèrent un club environnemental dans leur école qu ils appelèrent CAKE (Préoccupations des enfants pour l environnement). Le groupe était dirigé démocratiquement par des étudiants qui prenaient toutes les décisions qui avaient des répercussions sur le groupe. Chaque année, ils choisissaient un problème pour l étudier et développaient un projet en relation avec lui. Par exemple, ils renseignèrent la population locale sur la déforestation des forêts tropicales et ramassèrent des fonds pour acheter des terres de la forêt du Costa Rica. Leurs efforts obtinrent comme résultat une ordonnance locale pour défendre l usage de produits de polystyrène et ils appuyèrent aussi une loi de la Législature du Maine pour défendre l usage de chlorofluorocarbones dans les réfrigérateurs. Éducation pour atteindre l autonomie Les projets d action directe provoquèrent une préoccupation légitime auprès de certains adultes qui pensaient que les jeunes étaient endoctrinés. Cependant, ceci est l antithèse de la philosophie de l école de Soule qui fait ressortir que le rôle des adultes n est pas d endoctriner mais de s occuper des inquiétudes exprimées par les enfants et d offrir une action corrective. Si les étudiants expriment leurs préoccupations, elles sont

5 reconnues et les étudiants ont l opportunité de poser une action à ce sujet, ce qui d une certaine manière améliore la situation, que ce soit pour influencer la vie de l école ou la vie d une communauté plus étendue. Les étudiants n apprennent pas seulement qu ils peuvent faire la différence, mais ils expérimentent cette sensation dans leurs communautés. De cette manière, leur éducation implique aussi bien la connaissance que la praxis à l école et dans la communauté. En ce sens, l école de Soule adopte une pédagogie de l autonomie 5. Un exemple de cette autonomie in situ se reflète dans la gestion d une crise causée par une célébrité inattendue qui participa au club CAKE. La presse couvrit les activités du groupe au niveau local et national. Cependant elle décida de publier seulement le travail des trois jeunes fondateurs du groupe. En conséquence, la jalousie et le ressentiment surgirent et le groupe paraissait sur le point de se désintégrer. Entretemps, une lettre arriva, annonçant que l une des trois fondatrices du groupe avait reçu un prix du projet Giraffe (Girafe) 6 et qu elle se rendrait dans l ex Union Soviétique pour rencontrer d autres jeunes qui offraient de l aide aux communautés. Jusqu à ce moment-là, chaque décision reliée au groupe avait été prise par les étudiants, mais le prix obtenu par le projet Giraffe préoccupait les adultes qui travaillaient avec les étudiants du club CAKE. Les adultes devaient-ils informer les jeunes du prix obtenu? Si oui, comment devaiton gérer l affaire? Le prix entraîneraitil la rupture du groupe? Ils se rappelèrent alors l engagement de l école à faire confiance aux jeunes pour qu ils prennent la meilleure décision possible.

6 Liste de vérification de la démocratie à l école Au niveau de la classe Les étudiants participent-ils à la prise de décisions quant au plan d études? (Les étudiants ont-ils l opportunité de discuter de ce qu ils veulent retirer d un cours et de formuler sa direction? Décident-ils du moment où les classes couvriront la matière et de la nature des tâches? Les étudiants participent-ils à la prise de décisions sur la façon dont se mène à bien la classe? (Les étudiants discutent-ils sur la manière dont ils seront évalués? Élaborent-ils des autoévaluations de leur travail? Leur donne-t-on l opportunité pour favoriser les discussions et s enseigner les uns les autres?) Les méthodologies d enseignement appuient-elles les habiletés démocratiques? (Les étudiants s impliquent-ils dans l enseignement coopératif et les activités de collaboration pour la solution de problèmes? Les activités de la classe appuient-elles le dialogue, la capacité auditive active, l analyse, la négociation, la réflexion et l évaluation? Au niveau de l école L école est-elle organisée de telle sorte que les étudiants et les professeurs se connaissent? (Par exemple, existe-t-il des logements ou des programmes à l intérieur d une grande école? L école ou le conseil étudiant est-il impliqué dans l élaboration de politiques qui ont des répercussions sur la vie scolaire, tel que : tricherie durant les examens, présence et consommation d alcool et de drogues? Les étudiants, les professeurs et le personnel participent-ils aux réunions pour déterminer les règles de l école autres que celles exigées par l État, la province ou le district? Existe-t-il un processus fait par la communauté, comme un comité judiciaire, pour traiter les infractions aux règles de l école? L école offre-t-elle un programme pour apprendre à être utile? Existe-t-il un processus qui implique les étudiants, les professeurs, le personnel, les administrateurs et les parents dans les décisions qui concernent l école? Existe-t-il un processus pour qu ils s impliquent dans la création et l amélioration continue de leur communauté scolaire? Au niveau de la Communauté Le plan d études de l école forme-t-il un pont entre l expérience à l intérieur de la classe et la communauté locale? Les étudiants ont-ils l opportunité d être au service de leur communauté par le biais de cours ou programmes pour apprendre à être utiles? L école fait-elle appel aux ressources de la communauté pour offrir aux étudiants des opportunités d interagir avec une grande variété de personnes ayant une gamme étendue de perspectives, de valeurs et d expériences? - par Margaret Pennock Le groupe du club CAKE se réunit durant 30 minutes, chaque jour de la semaine. La première réunion fut remplie de sentiments de colère et de ressentiment, mais chaque jour les étudiants écoutèrent les uns et les autres et cela les amena à méditer sur ce qu ils avaient entendu dans le groupe ce jourlà. Après trois ou quatre réunions, ils conclurent qu il était important de passer par-dessus les difficultés car ils ne voulaient pas perdre l opportunité de partager leur travail avec d autres personnes dans le monde. Cependant, ils insistèrent pour que le projet Giraffe leur donne l opportunité de choisir un représentant puisque c était leurs efforts conjoints qui avaient rendu possible ce qu ils avaient obtenu. Le Projet accepta leur décision. Au cours des jours suivants, le groupe discuta des critères pour sélectionner leur représentant et ils décidèrent de la façon dont ils voteraient. Ils ne voulaient pas connaître le nombre de votes que recevait chaque personne, ils voulaient seulement savoir le résultat et ensuite célébrer en mangeant des glaces. Curieusement, la jeune fille qui avait été élue par le projet Giraffe ne fut pas élue par le groupe, cependant il était évident qu elle était heureuse que le choix ait été une décision du groupe. Les enfants de l école de Soule apprennent à travailler, à lutter et à célébrer ensemble, à s occuper les uns des autres et à se respecter. Nous avons rarement vu les adultes le faire aussi bien. Leur habileté à être compatissants, attentionnés et intelligents nous a vraiment émus. Ils sont le témoignage de ce qu on peut obtenir dans l éducation. Nous croyons que cet esprit vital de communauté, de démocratie et d autonomie peut survivre à l enfance et faire la différence dans la vie de ces étudiants et dans les communautés et les institutions dont ils font partie. Nous croyons que l éducation démocratique, laquelle comprend l autonomie, la

7 responsabilité sociale et la collaboration, peut préparer les étudiants pour une citoyenneté environnementale. Peter Blaze Corcoran est professeur d études environnementales et éducation environnementale à l Université de Floride Coast Gulf et directeur du Centre d éducation pour l environnement et le développement écologique durable. Il a débuté sa carrière dans l enseignement comme professeur de mathématiques à l école George C. Soule où il fut directeur de 1976 à Margaret Tatnall Pennock est professeure de sciences à l école secondaire Sidwell Friends à Washington, D.C. Elle a fréquenté l école George C. Soule comme interne la dernière année de son secondaire et elle y est retournée ensuite comme professeure de mathématiques de 1986 à 1990 et de 1992 à Traduit par Jocelyne Dickey, biologiste et professeure de biologie et informatique à la retraite, traductrice bénévole depuis Québec. Referencias 1 De la philosophie du programme de l école George C. Soule, voir <www.freeportpublicschools.org/mls/choices/soule.html>. 2 Les étudiants intéressés sont formés comme médiateurs pour aider dans les conflits entre étudiants tant dans l école que dans la cour de récréation. 3 Des années plus tard, plusieurs étudiants ont commenté la nature stimulante et potentielle de leur exercice. 4 De la philosophie du programme de l école George C. Soule, voir <www.freeportpublicschools.org/mls/choices/coule.html>. 5 Seth Kreisberg, Transforming Power: Domination, Empowerment, and Education, (Transformer le pouvoir : Contrôle, autonomie et éducation. State University of New York Press, Le projet Giraffe est une initiative sans but lucratif pour reconnaître les jeunes qui travaillent au maximum pour atteindre le bien commun, voir <www.giraffe.org>.

Motivation à l apprentissage

Motivation à l apprentissage résultat d apprentissage général (RAG) 3.2 Citoyenneté universelle L élève fera preuve d une compréhension et d un discernement de la façon dont les facteurs géographiques, sociaux, culturels et linguistiques

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Introduction «Le développement et l expérimentation de l enseignement de l anglais intensif de l anglais, langue seconde, au Québec

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Gestion industrielle alternance études/stages

Gestion industrielle alternance études/stages Gestion industrielle alternance études/stages EJN18 Objectifs du programme Former des individus aptes à agir en tant que superviseur de la production ou contremaître ou technicien en gestion industrielle.

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI. École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne PROJET PEDAGOGIQUE DE L ECOLE DU COLIBRI École privée laïque du Colibri Association des Amanins 26400 La Roche-sur-Grâne Pendant l'élaboration du projet écologique de l Association des Amanins, la question

Plus en détail

Sites, bâtiments, approvisionnement et transport. Les étapes suivantes doivent être respectées pour procéder à un examen des installations scolaires.

Sites, bâtiments, approvisionnement et transport. Les étapes suivantes doivent être respectées pour procéder à un examen des installations scolaires. Procédure administrative : Examen des installations scolaires Numéro : PA 9.006 Catégorie : Sites, bâtiments, approvisionnement et transport Pages : 15 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 18 juin

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1 Maison au service du public et de l action sociale- 5 rue de la maternité- 09100 Pamiers Tel : 05 34 01 09 10 email : jeunesse@ville-pamiers.fr Mairie de Pamiers - Place du Mercadal - BP167-09101 PAMIERS

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Piloter un Curriculum:

Piloter un Curriculum: G U I D E T E C H N I Q U E D E X E C U T I O N N 3, I - T E C H Piloter un Curriculum: Evaluer l Efficacité d une Nouvelle Formation Les Guides Techniques d Exécution d I-TECH consistent en une série

Plus en détail

ÉTUDES PROFESSIONNELLES ET TECHNOLOGIQUES

ÉTUDES PROFESSIONNELLES ET TECHNOLOGIQUES ÉTUDES PROFESSIONNELLES ET TECHNOLOGIQUES RAISON D ÊTRE ET PHILOSOPHIE DU PROGRAMME Par son programme d Études professionnelles et technologiques (ÉPT), l enseignement au secondaire en Alberta relève de

Plus en détail

Description des cours TBU

Description des cours TBU des cours TBU 201-213-RO - Mathématiques appliquées au travail de bureau Le cours Mathématiques appliquées au travail de bureau (201-213-RO) permet de développer les habiletés requises pour résoudre des

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Primaire - autres matières

Primaire - autres matières 1 Primaire - autres matières PRIMAIRE autres matières La mission de l école s articule autour de trois axes : instruire, socialiser et qualifier. Instruire L école joue un rôle primordial en ce qui a trait

Plus en détail

Questions typiques d entrevue

Questions typiques d entrevue Questions typiques d entrevue 1- Parlez-moi de vous? Question la plus importante de l entrevue; pourrait être la seule. Soyez bref. Ne tombez pas dans le piège de donner tout en détail. Ne dépassez pas

Plus en détail

L anglais intensif : pistes de réflexion et modèles proposés.

L anglais intensif : pistes de réflexion et modèles proposés. L anglais intensif : pistes de réflexion et modèles proposés. Introduction «Le développement et l expérimentation de l enseignement de l anglais intensif de l anglais, langue seconde, au Québec se poursuivent

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

Badge de bois, Niveau I pour la troupe. Module 2: Principes de Leadership

Badge de bois, Niveau I pour la troupe. Module 2: Principes de Leadership Badge de bois, Niveau I pour la troupe Module 2: Principes de Leadership La troupe scoute Les animateurs d une troupe sont appelés animateurs et conseillers et travaillent au sein d une équipe d animation.

Plus en détail

ÉTUDES DE CAS L INTÉGRATION DES COMPÉTENCES ESSENTIELLES POUR LA RÉUSSITE Tillsonburg & District MSC

ÉTUDES DE CAS L INTÉGRATION DES COMPÉTENCES ESSENTIELLES POUR LA RÉUSSITE Tillsonburg & District MSC Maintenant et demain L excellence dans tout ce que nous entreprenons Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles ÉTUDES DE CAS L INTÉGRATION DES COMPÉTENCES ESSENTIELLES

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF)

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d assurer une meilleure compréhension

Plus en détail

GROUPE WSP GLOBAL INC. LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE MODIFIÉES ET MISES À JOUR

GROUPE WSP GLOBAL INC. LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE MODIFIÉES ET MISES À JOUR GROUPE WSP GLOBAL INC. LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE MODIFIÉES ET MISES À JOUR MARS 2015 TABLE DES MATIÈRES 3 GROUPE WSP GLOBAL INC. 3 INTRODUCTION 3 A. RESPONSABILITÉS DU CONSEIL

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Philosophie de gestion des ressources humaines

Philosophie de gestion des ressources humaines Philosophie de gestion des ressources humaines En collaboration avec la Direction des services à la clientèle et la Direction des ressources humaines Consultation faite auprès du Comité PDRH et du Comité

Plus en détail

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour l obtention d un diplôme d études collégiales (DEC) en Techniques d éducation spécialisée 351.A0 QU'EST-CE QU'UNE DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Introduction Les lycées seront amenés à relever d importants

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

Spécialiste des ressources humaines opérationnel

Spécialiste des ressources humaines opérationnel Spécialiste des ressources humaines opérationnel Coparlead est un cabinet spécialisé dans le management opérationnel en RH à disposition des entreprises pour imaginer, mettre en œuvre et agir, au quotidien

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL German Alfonso Lopez Daza 1 Les facultés de droit dont la mission est de former les futurs avocats,

Plus en détail

1) DES OBJECTIFS PARTAGÉS : partir d une vision commune Pour créer du lien il est essentiel d avoir une vision commune.

1) DES OBJECTIFS PARTAGÉS : partir d une vision commune Pour créer du lien il est essentiel d avoir une vision commune. Formation des enseignants et des personnels d éducation à la prévention des violences et à la résolution non-violente des conflits 10 et 11 mars 2015 à l ESEN Poitiers Titre de l intervention : CONSTRUIRE

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 5 : Évaluer le rendement de l équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider,

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR

Écoles européennes. Bureau du Secrétaire général. Secrétariat général. Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Écoles européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2009-D-422-fr-5 Original : FR Règlement d'application concernant la nomination et l évaluation des Directeurs et des Directeurs-Adjoints

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Garde et accès Les parents séparés doivent prévoir les arrangements pour la garde, l accès et les droits de visite. Le présent dépliant

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF du collège constituant de Terrebonne le 22 novembre 04 TABLE DES MATIÈRES DES VALEURS COMMUNES À PARTAGER...1 1. LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL...3 1.1 Acquérir une culture générale

Plus en détail

Fiche 6 : Les groupes citoyens

Fiche 6 : Les groupes citoyens Fiche 6 : Les groupes citoyens La Direction générale de la santé (DGS) a souhaité approfondir la question de la participation des usagers-citoyens au système de santé à travers plusieurs démarches. A cette

Plus en détail

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA

Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA Formulaire d évaluation du Formulaire stage d expérience d évaluation pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie. du stage d expérience pratique CGA S.V.P. remplir en caractères d imprimerie.

Plus en détail

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par Divorce et séparation en situation conflictuelle offert par IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale. Ils ne peuvent en

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

MASTERPEACEMOROCCO. MasterPeace Morocco Morocco@masterpeace.org +212 611 613 972 1 www.facebook.com/masterpeacemorocco Local Des Jeunes, Hay Hassani

MASTERPEACEMOROCCO. MasterPeace Morocco Morocco@masterpeace.org +212 611 613 972 1 www.facebook.com/masterpeacemorocco Local Des Jeunes, Hay Hassani MASTERPEACEMOROCCO We are dedicated to put Music above fighting, Dialogue above judgment and Bread above bombs and Creation above destruction. That s MasterPeace MasterPeace Morocco Morocco@masterpeace.org

Plus en détail

MÉMOIRE LE RÉGIONAL DES MAISONS DE

MÉMOIRE LE RÉGIONAL DES MAISONS DE 22 SEPTEMBRE 2015 MÉMOIRE LE RÉGIONAL DES MAISONS DE JEUNES DE QUÉBEC APPUYÉ PAR Pilier Jeunesse Maison des Jeunes de Les Saules et de Lebourgneuf 4040 rue Michelet Québec QC G1P4J3 T.418.877.4741 pilierjeunesse@gmail.com

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

EXAMEN DE LA PROGRAMMATION D ANGLAIS LANGUE SECONDE. Directives concernant les rapports écrits et les consultations

EXAMEN DE LA PROGRAMMATION D ANGLAIS LANGUE SECONDE. Directives concernant les rapports écrits et les consultations EXAMEN DE LA PROGRAMMATION D ANGLAIS LANGUE SECONDE Directives concernant les rapports écrits et les consultations Motifs et buts de l examen Le Manitoba possède vingt ans d expérience dans la programmation

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

www.ec.gc.ca/biosphere

www.ec.gc.ca/biosphere www.ec.gc.ca/biosphere Activités d éducation et de formation en environnement offertes gratuitement aux communautés de langue officielle en situation minoritaire PROGRAMME ÉDUCATIF pour l année scolaire

Plus en détail

Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices

Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices Apprentissage et garde des jeunes enfants Manitoba Programme d évaluation des compétences et des acquis Renseignements et lignes directrices Énoncé de mission Le Programme d évaluation des compétences

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E -

V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - V É R I F I C A T I O N D E S R É F É R E N C E S - G U I D E D U G E S T I O N N A I R E - + P O U R Q U O I V É R I F I E R L E S R É F É R E N C E S + A S P E C T S J U R I D I Q U E S + P R O C E S

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Comment encadrer l étude de nos élèves

Comment encadrer l étude de nos élèves Comment encadrer l étude de nos élèves Animatrices : Marie-Chantal Espinasse et Lisette Richer, professeures Cégep Marie-Victorin Atelier 8B 38 Secrétaire : Claire Morasse, professeure Cégep François-Xavier-Garneau

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIER(ÈRE)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail