RÉSUMÉ, TENDANCE DOMINANTE ET RECOMMANDATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉSUMÉ, TENDANCE DOMINANTE ET RECOMMANDATIONS"

Transcription

1 RÉSUMÉ, TENDANCE DOMINANTE ET RECOMMANDATIONS 1. Résumé 1.1. Les systèmes embarqués procèdent de la microélectronique, non du logiciel Le domaine de l embarqué provient de l industrie de la microélectronique ou des grands donneurs d ordre (défense, aérospatiale, télécommunications, transport en commun et automobile ). Peu ou pas d éditeurs de logiciel sont présents parmi les entreprises de systèmes embarqués. Ce sont les entreprises de microélectronique qui essaient de monter dans la chaine de valeurs en incorporant une proportion toujours croissante de génie logiciel dans leurs activités, plutôt que le contraire. Cette évolution va en s accélérant avec la virtualisation de la base même de la microélectronique : le processeur est en passe de devenir une architecture programmable que l on peut configurer à sa guise en fonction des applications que l on envisage développer. D ores et déjà, la grande majorité des emplois de programmation logicielle sont du côté des systèmes embarqués, plutôt que du côté des ordinateurs ou des consoles de jeux. 1.2 Une industrie liée à la R-D Le domaine de l embarqué est lié à la R-D car, comme nous l avons noté, les entreprises de systèmes embarqués ont la particularité de fonctionner par projets discontinus et non par production permanente (voir Réutilisation des systèmes embarqués et La R-D : un «must»). Ce processus «artisanal» a suscité bien des problèmes de retard de livraison et de dépassement de coûts, en particulier en dédoublement de R-D, voire en R-D répétitive d un projet à l autre. La tendance à la réutilisation de matériel (module COM générique) et de logiciel (blocs IP) ne supprime pas la nécessité d innover, mais elle fournit la plate-forme standard, à partir de laquelle le concepteur peut se concentrer sur le domaine applicatif propre au client. Les systèmes embarqués ont partie liée avec la R-D : ce fait fondamental demeure. Mais la R-D se concentre en amont sur les algorithmes réutilisables de propriété intellectuelle et sur les systèmes complexes. Il y a déplacement et recadrage de la R-D. 1.3 Manque de main d œuvre qualifiée Le domaine des systèmes embarqués demeure mal aimé des étudiants en génie logiciel. Qui se dirige vers des études en informatique dans le but de travailler dans l embarqué? Peu de gens. Il y a un côté «glamour» dans les micro-ordinateurs et surtout dans les jeux vidéo que l autre informatique n a pas. Le domaine demeure dans l ombre et c est grave. Alliance CATA / Sciencetech Communication 1

2 En outre, bien des professionnels du logiciel hésitent à aller travailler dans une entreprise manufacturière (secteur utilisateur) où l informatique est une activité marginale. Comment avoir un plan de carrière dans une entreprise où le service informatique est exigu, sans responsabilité stratégique et loin de la prise de décision? Un séjour prolongé dans un tel milieu de travail peut même conférer une image négative quand viendra le moment de changer d emploi. 1 Il est reconnu que l ensemble du secteur des TIC manque de ressources humaines au Québec. Toutefois, la situation est plus accentuée dans le domaine de l embarqué pour les raisons que nous venons d indiquer. Cette situation n est pas propre au Québec. Les États-Unis et l Allemagne sont obligés de faire appel massivement à des professionnels formés à l étranger pour combler le manque de main d œuvre spécialisée en systèmes embarqués. Quand on sait les efforts que font les pays émergents comme l Inde pour récupérer sa main d œuvre installée à l étranger, on est en droit de conclure que le recours à l immigration n est pas une solution à long terme. 2 Une telle situation menace d inciter les entreprises québécoises (développeurs et utilisateurs) à impartir leurs activités à l étranger. Impact de la pénurie de main d œuvre En général, les employeurs auront très peu de difficulté, voire aucune, à pourvoir aux postes en TIC qui demandent moins de cinq ans d'expérience. Par contre, ils auront des défis de taille à relever dans le recrutement à des postes qui demandent cinq ans d'expérience et plus. Ces défis seront plus grands à l'extérieur de la région de Montréal, en raison de la taille relativement petite du bassin d'employés d'expérience où les employeurs peuvent recruter et de leur difficulté à convaincre ceux qui cherchent un emploi de déménager. Les défis de recrutement seront particulièrement importants pour les entreprises qui sont à la recherche de compétences de pointe. CTIC, Perspective pour le Québec, Il y a aussi une pénurie d emplois dans certains secteurs connexes aux systèmes embarqués : spécialistes de marketing et de ventes techniques. 1.4 Mutation en cours : course à la virtualisation Le domaine de l embarqué est en voie de virtualisation. Déjà, on estime à 70% des coûts de production d un projet de système embarqué, la partie imputable au logiciel et cette part va en augmentant. Jusqu à présent, on programmait les applications des systèmes embarqués. Désormais, on programme aussi la plate-forme matérielle qui se transforme en architecture logique. Les processeurs ARM sont vendus par Internet et peuvent être installés sur une base matérielle déjà existante. On y greffe des fonctionnalités commercialisées sous forme de blocs de propriété intellectuelle IP (des lignes de code informatique). 1 Douglas Lippoldt et Piotr Strysczowski, «Innovation in the Software Sector», OECD, 185 pages. Cf. p. 185 (note 2). 2 Au Québec, les professionnels formés à l'étranger comptent pour 7 à 8 % des professionnels des TIC, ce qui demeure très loin de la moyenne canadienne qui est de 14%. Conseil des technologies de l information et des communications, Perspective sur les ressources humaines dans le marché du travail des TIC , chap. 5 Perspective pour le Québec, Alliance CATA / Sciencetech Communication 2

3 Un avion, une voiture et demain l ensemble de notre équipement électroménager, se transforment sous nos yeux en autant de plates-formes logicielles qui vont évoluer à la vitesse frénétique de l informatique. Il sera possible de programmer à distance tout objet manufacturé. L Internet des objets qui se construit ne sera pas matériel, mais logiciel. La valeur ajoutée de notre industrie manufacturière réside dans ces lignes de code informatique qui vont être programmées au Québec ou importée d ailleurs. Et comme dans quelques années, on ne vendra plus d objets manufacturés qui ne soient pas intelligents, c est-à-dire enrichis par des systèmes embarqués, le Québec doit adopter au plus vite une politique de «tout-logiciel» s il entend conserver une industrie manufacturière. 1.5 Bonne nouvelle : la Chine est absente Mais pas pour longtemps! À l échelle internationale, les trois grands de l embarqué sont les États-Unis, le Japon et l Allemagne, trois pays qui ont une structure industrielle comparable au Canada et donc au Québec, avec une échelle salariale également comparable. La Chine n est pas dans le portrait : pas encore Car la Chine vise à s imposer dans cette industrie aussi. À preuve, les événements publics, conférence et expositions, sur les systèmes embarqués se multiplient en Chine. Shanghai a ouvert le feu en 2008 avec «Embedded China», qui a lieu tous les ans. L événement n est plus seul, tant s en faut : la conférence «Real-Time and Embedded Computing» a lieu elle aussi annuellement, mais à des mois différents à Beijing, Chengdu, Shenzhen et X ian. 3 Le Québec a donc quelques années, pas beaucoup si on en juge par la rapidité d exécution des stratégies industrielles chinoises, pour former les ingénieurs et les techniciens dont elle a besoin et se doter d une politique du «tout-logiciel» pour son secteur manufacturier entre autre, car le secteur minier est un grand consommateur de systèmes embarqués, l énergie aussi, même l agroalimentaire en fait un usage de plus en plus intensif (n oublions pas que 5% du volume de la production québécoise de l embarqué vont à des entreprises agricoles) Une industrie de proximité L industrie de l embarqué est marquée par la proximité en raison des interactions intenses qui régissent les relations entre le secteur utilisateur et les fournisseurs. Depuis la conception jusqu au prototypage, les allées et venues sont incessantes entre le donneur d ordre et le sous-traitant. Aussi ne faut-il pas s étonner si 54% du volume des ventes des entreprises québécoises de systèmes embarqués sont effectuées au Québec si on y ajoute les ventes à destination des autres provinces canadiennes, le volume monte même jusqu à 66%. Pourtant, cette proximité n est pas absolue. Elle prévaut en amont surtout (conceptiondéveloppement) et dans la fabrication de petites séries (quelques centaines ou quelques milliers d unités). Quand on parle de grandes séries, la concurrence des entreprises asiatiques de Services de production électronique (EMS) entre en jeu et la différence des coûts salariaux joue à plein. 3 Voir site Real Time Systems & Embedded Systems Trade Shows in China (Asia - Pacific) - 4 Voir ci-dessus la figure 29 - Segments de marché des principaux clients. Alliance CATA / Sciencetech Communication 3

4 Or, l exemple d IBM-Bromont et de Dalsa Microsystem montre qu il est possible de relever le défi de la concurrence internationale dans certains produits haut de gamme. La complexification croissante des semi-conducteurs de nouvelle génération (32 nanomètres et au-delà) requiert une intervention croissante au niveau du logiciel processus de virtualisation et donc de connaissances humaines hautement qualifiées. 2 Tendance dominante : La grande invasion L Alliance CATA dégage une tendance dominante de cette enquête : les systèmes embarqués sont la pointe d un phénomène plus vaste qui est l entrée de l informatique dans tous les secteurs industriels. Nous assistons aujourd hui à un phénomène comparable à ce qui se passait dans le secteur des télécommunications au cours des années 1980 et 1990 quand on numérisait les différentes parties du réseau : les terminaux, la transmission et la commutation. On qualifiait ce processus de convergence entre l informatique et les télécommunications. Ce mot poli de «convergence» évoquait un rapprochement d égal à égal entre les deux secteurs. Or nous avons vu ce qui est arrivé. Loin d une convergence bien ordonnée entre deux secteurs comparables, on a assisté à l invasion des télécommunications par l informatique. Les télécommunications étaient une industrie basée sur la longévité des équipements (un téléphone de Nortel était garanti pour 40 ans), l intégration industrielle, la hiérarchie administrative et l universalité du service. Ce bel ordonnancement a cédé la place au rythme frénétique de l informatique avec ses équipes de technophiles passionnés capables de travailler jour et nuit, mais aussi de s entredéchirer dans une concurrence impitoyable. L organisation pyramidale a cédé la place à la désagrégation permanente de la chaîne de valeurs en quête d une rentabilité immédiate avec, à la clé, des innovations à la chaîne et des ruptures technologiques répétées. En bref, Nortel n a pas commencé à fabriquer des ordinateurs. Nortel a disparu et c est Apple qui fabrique des téléphones meilleurs et plus polyvalents que tout ce dont avaient pu rêver les gens des télécommunications les plus audacieux. Tous les secteurs industriels vont devoir traverser les mêmes transformations que les anciennes télécommunications c est-à-dire subir les mêmes chocs. Secteur après secteur, toute l économie du Québec va être affectée par la déferlante informatique dont les systèmes embarqués sont la manifestation concrète. Voilà pourquoi, l Alliance CATA peut affirmer que la maîtrise des systèmes embarqués est cruciale pour l avenir de l industrie manufacturière québécoise. Les faits parlent d eux-mêmes : la moitié de nos entreprises de systèmes embarqués produisent pour le secteur manufacturier y compris l aérospatiale, l automobile et les transports, et aussi la microélectronique. Si on y ajoute l énergie et la santé, on prend la dimension du phénomène. Tous les secteurs d activités sont concernés. La grande invasion de l informatisation de l économie est en marche. Comment allons-nous y faire face? Alliance CATA / Sciencetech Communication 4

5 3 Essai de recommandations Un grand nombre de pays se sont déjà dotés ou envisagent de se doter de stratégies de déploiement des systèmes embarqués. Le succès spectaculaire de plusieurs économies asiatiques et de l Allemagne en témoignent. Les décideurs du Québec doivent agir sous peine de se laisser distancer. 3.1 Secteur privé Il appartient au secteur privé de prendre l initiative de formuler une stratégie d ensemble, en collaboration avec le secteur universitaire et collégial Plan d action québécois (Roadmap) Bien que, non directement axé sur les systèmes embarqués, le Centre de Collaboration MiQro Innovation (C2MI), peut servir de pôle d ancrage pour l industrie. Les composants sur lesquels il est appelé à travailler, peuvent revêtir une importance décisive. Mais ce n est pas acquis. Le C2MI a été créé à l initiative d IBM et de Dalsa. Pour remplir son rôle auprès de l industrie des systèmes embarqués, il va devoir apprendre à travailler avec des PME et même des TPE. En effet, une grande majorité des fournisseurs de systèmes embarqués sont de petite taille et c est encore plus vrai pour les éditeurs de blocs de propriété intellectuelle (IP). Il pourrait donc être utile de créer un plan d action québécois sur le modèle du «Nationale Roadmap» allemand. Élaboré par le C2Mi et les associations québécoises de microélectronique, en collaboration avec les universités et les Cégeps intéressés, ce plan d action pourrait ainsi coller à la réalité du terrain et favoriser l engagement des acteurs du secteur. L accent pourrait être mis sur le développement de l édition de blocs IP par les entreprises de systèmes embarqués, mêmes les plus petites, ainsi que par le secteur utilisateur. En effet, les enjeux du génie logiciel sont si étrangers à la mission centrale de certaines grandes entreprises utilisatrices, qu elles oublient même de capitaliser le travail intra muros effectué dans ce domaine! Il y a une valeur à systématiser la réutilisation des blocs IP, même à l interne de l entreprise. Le Plan d action pourrait ainsi définir, à titre d exemple (liste provisoire) : - les technologies du futur pour les grappes industrielles existantes au Québec; - les architectures de référence pour les systèmes embarqués; - la certification des blocs IP; - des normes de sécurité et de sûreté des systèmes embarqués; - les innovations en matière d interfaces interactives; - les modalités de coopération entreprise-entreprise et entreprise-université; - les structures à mettre en place pour favoriser les commandes coopératives, en particulier pour la fabrication. Alliance CATA / Sciencetech Communication 5

6 Pour des achats coopératifs Une façon de demeurer concurrentiel est de favoriser les achats coopératifs dès le stade de la conception jusqu à la fabrication. Les Chinois eux-mêmes se regroupent au niveau de la fabrication afin de procéder par achats communs de composants. Pour résister à cette vague de fond, il faut faire comme les Chinois, mais commencer plus tôt : dès la conception du projet, les aspects conjoints entre plusieurs compagnies du développement et les commandes pour des séries intégrées donc plus grandes auprès du fabricant. François Verdy-Goyette, CIMEQ,16 août Création d un Club des donneurs d ordre de l embarqué Le secteur utilisateur ne participe pas aux travaux des associations de microélectronique dans lesquelles il ne se reconnait pas. Quand les utilisateurs se réunissent dans leurs associations respectives, les systèmes embarqués ne représentent qu une préoccupation parmi d autres. De plus, la variété des associations ne favorise pas l échange inter-industries. Un regroupement des grands donneurs d ordre pourrait être organisé pour favoriser une démarche d harmonisation sur le plan technologique en relation avec les sous-traitants basés au Québec (dans la mesure où les donneurs d ordre font affaires avec des entreprises étrangères, la concertation pourrait déborder les frontières du Québec 5 ). Elle viserait à partager les bonnes pratiques entre plusieurs grappes industrielles stratégiques (aéronautique, matériel de communication, véhicules automobiles, sidérurgie, matériaux primaires non ferreux, etc.). Un des mandats initiaux de ce Club des donneurs d ordre de l embarqué pourrait être l identification des outils logiciels réutilisables d une entreprise à l autre et d un secteur à l autre, ce qui leur permettrait d optimiser leur investissement, voire de le rentabiliser, et permettrait à leurs fournisseurs de se renforcer Éducation Le lancement du programme emsyscan par CMC Microsystems est en passe de créer un environnement favorable à l embarqué dans le monde universitaire. Déjà, la création d un DESS en systèmes embarqués par l UQÀM atteste que l université bouge. La création du C2MI a Bromont nous envoie un signal fort. Le Québec va avoir besoin de diplômés hautement formés. Le moment est venu d aller plus loin et mobiliser l université. Trois moyens sont à explorer qui ne sont pas exclusifs les uns des autres : - Création d un Institut de l embarqué sur le modèle de l Institute for Communication technologies and Embedded systems (ICE) d Aix-la-Chapelle ou de l Institute of Embedded Systems/Real-Time Systems de l Université d Ulm En fait l Allemagne est couverte de ces instituts et cela déborde chez ses voisins immédiats. Les Pays-Bas ont créé leur propre 5 Une distinction pourrait être faite entre les entreprises situées dans les autres provinces canadiennes et les entreprises étrangères. Les entreprises canadiennes qui le souhaitent pourraient être consultées ou même associées aux travaux du Club des donneurs d ordre). 6 Un tel organisme existe en France. Briques Génériques du Logiciel Embarqué, idem, cf. p. 21. Alliance CATA / Sciencetech Communication 6

7 Embedded Systems lnstitute (ESI) à Eindhoven, bien sûr, la ville de Philips. L ESI néerlandais est très vite devenu un des leaders de l Union européenne. La Suisse a créé son Institute of Embedded Systems à Winterthur (affiliée à l Université des sciences appliquées de Zurich). Les États-Unis ne sont pas en reste. Évoquons seulement le Center for Embedded Systems géré conjointement par la National Science Foundation (NSF), les universités (Arizona State University et Southern Illinois University) et le secteur privé (Intel, Qualcomm, Caterpillar, Toyota ), le Center for Robotics and Emebedded Systems (CRES) de l Université de Californie du Sud-Viterbi à Los Angeles, ou encore le Center for Hybrid and Embedded Software Systems (CHESS) à Berkeley. - Création d un département du génie des systèmes embarqué comme à l Institut für Technische Informatik de l Université de Stuttgard. - Ou encore, la création d une chaire en systèmes embarqués comme celle créée par le Karlsruhe Institute of Technology. Une telle politique n est pas une spécialité allemande ou américaine. Il existe des Instituts des systèmes embarqués en Inde, Singapour, Hong-Kong, etc. 3.3 Secteur public Il a été observé que le secteur de l embarqué est lié à la R-D et, par voie de conséquence, à l Université ainsi qu à certains Cégeps. Une attention toute spéciale doit être apportée à l aide à la R-D (crédits d impôts), à la coopération entreprise-université/collège ainsi qu à la formation. Pourtant, cette attention seule ne serait pas suffisante. Il faut y inclure en priorité une action gouvernementale coordonnée Politique d achat intelligent Le gouvernement du Québec a tout à gagner à mettre en place une politique d achats publics basée sur l'innovation en deux volets : - Les ministères stratégiques reçoivent la mission de publier leurs prévisions d achats à long terme. À cette fin, ces ministères sont encouragés à mettre en place des dispositifs de concertation avec les fournisseurs, y compris les TPE en matière de systèmes embarqués. Cette concertation devrait être effectuée à la fois sur une base sectorielle et intersectorielle. - Les appels d offre et de propositions qui concernent les systèmes embarqués doivent inclure le critère de «meilleure technologie disponible» utilisée par le gouvernement allemand dans le secteur environnemental, en lieu et place du critère de plus bas soumissionnaire. Cette méthode a permis à l Allemagne de devenir le leader mondial en matière d énergie photovoltaïque Aide à l innovation ciblée L approche de l aide à l innovation par crédits d impôts sur la R-D est actuellement en cours de révision par le gouvernement fédéral. Sans vouloir nous prononcer sur le bien-fondé des crédits d impôts à la R-D ou d éventuelles mesures de substitution, nous tenons à faire prévaloir la notion Alliance CATA / Sciencetech Communication 7

8 d aide ciblée. Cette recommandation va d ailleurs dans le sens des résultats de recherche du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal. 7 Loin de vouloir préconiser une politique de sélection des technologies gagnantes, notre but est d inciter les gouvernements à concentrer leurs efforts sur le petit groupe de priorités qui peuvent «faire la différence». L autre informatique n est pas une technologie, c est un faisceau de multiples technologies, procédés et à la limite de manières de penser, qui a pour effet de modifier toutes les industries. 7 «Il ressort que le Canada serait le deuxième pays le plus généreux en matière de financement public de la R et D parmi les pays membres de l OCDÉ analysés. Or, ces programmes seraient trop généreux et pourraient être à la source d un effet d éviction sur les investissements privés en R et D. De plus, le financement public indirect est privilégié au pays, alors qu il aurait moins d impact que le financement public direct. Ces deux constats pourraient donc expliquer pourquoi le Québec et le Canada n obtiennent que de faibles résultats en matière de nombre de demandes de brevet déposées par million d habitants.» Robert Gagné et Pierre-Olivier Lachance, «La performance québécoise en innovation», avril 2011, 35 pages. Cf. p. 33. Alliance CATA / Sciencetech Communication 8

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015. 25 ans d AQTion terrain

PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015. 25 ans d AQTion terrain PRÉSENTATION AÉROMONTRÉAL Septembre 2015 25 ans d AQTion terrain ÉVOLUTION ET TENDANCES DE L INDUSTRIE 132 000 emplois 35 milliards $ de chiffre d affaire 5 milliards $ exportations* *Clientèle visée par

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par :

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par : Stratégies pour des avenues de formation aux fins du secteur des contenus numériques interactifs québécois particulièrement pour les industriels du jeu vidéo Résumé du rapport remis aux centres de formation

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation 32 e colloque de l ADARUQ, 18 novembre 2015, Montréal Marie-Josée Blais Directrice générale Secteur de l innovation,

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14

Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 Fabrication additive : Structuration d unefilière 07/10/14 P.Villard Chargé de mission Usine du Futur Introduction Fabrication Additive un marché en pleine croissance Ces technologies sont partie intégrante

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques.

Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques. Recruter et intégrer des étrangers dans les entreprises du Québec - Contexte, enjeux & pratiques. 1 - Présentation générale du contexte démographique et entrepreneurial du Québec Le Québec est un vaste

Plus en détail

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation PLANON mobile field services Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation Un spécialiste innovant, avec trente ans d expérience dans le domaine IWMS Un partenaire

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI)

Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI) Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI) Perspectives 2014 -Canada 2013 Robert Half Technology. Employeur offrant l équité en matière d emploi. La discussion d aujourd hui

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

BILAN DES RÉALISATIONS 2002-2003

BILAN DES RÉALISATIONS 2002-2003 BILAN DES RÉALISATIONS 2002-2003 INTELLIGENCE DU MARCHÉ DE L EMPLOI Études identifiant les besoins de main-d œuvre Réalisation du Profil de la main-d œuvre et de l industrie des services informatiques

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Ce document a pour but de vous présenter la mission Poly-brésil 2002. Vous y trouverez des informations sur la nature de notre mission internationale et sur le partenariat

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Fiche entreprise : E12

Fiche entreprise : E12 Fiche entreprise : E12 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée a une formation en génie mécanique et agit à titre de directrice de la production, ce qui inclut la responsabilité

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de Xavier BRIAULT, Directeur des Opérations Emballage

Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de Xavier BRIAULT, Directeur des Opérations Emballage Tendances et évolution des marchés de l emballage bois : nouveaux défis à relever. Présentation de, Directeur des Opérations Emballage groupe SOFLOG GROUPE SOFLOG Cliquez pour modifier le style du titre

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

2 E APPEL DE PROJETS GUIDE DE SOUMISSION DES DEMANDES DE FINANCEMENT

2 E APPEL DE PROJETS GUIDE DE SOUMISSION DES DEMANDES DE FINANCEMENT 2 E APPEL DE PROJETS GUIDE DE SOUMISSION DES DEMANDES DE FINANCEMENT MIS À JOUR EN NOVEMBRE 2014 Partenaire financier du CRITM : Page 0 sur 5 1. INTRODUCTION Le présent guide fournit les instructions nécessaires

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011»

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» (Étude préparée par Raymond Chabot Grant Thornton) Faits: Le PIB généré par le

Plus en détail

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES

PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES PNR : TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Préambule Aujourd hui à travers l activité de «Recherche-Développement» l application technologique des acquis de la science est devenue non seulement l équivalent d une

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

De DASSAULT SYSTEMES à CapHorn Invest Une experience au service des jeunes entreprises

De DASSAULT SYSTEMES à CapHorn Invest Une experience au service des jeunes entreprises De DASSAULT SYSTEMES à CapHorn Invest Une experience au service des jeunes entreprises Francis BERNARD Cofondateur et ancien DG, Dassault Systèmes Président du Conseil de surveillance, CapHorn 23 novembre

Plus en détail

La gestion de la migration de la œuvre au Canada

La gestion de la migration de la œuvre au Canada La gestion de la migration de la main-d œ œuvre au Canada Atelier d envergure internationale sur la mobilité de la main-d œuvre mondiale en tant que catalyseur du développement Les Linklater Octobre 2007

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Appel à communication

Appel à communication Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie (MEDDE, Paris, France) Commissariat général au développement durable (CGDD) Direction de la recherche et de l innovation (DRI) Service

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Croissance des entreprises et des régions

Croissance des entreprises et des régions Programme Croissance des entreprises et des régions pour les régions du Québec for Quebec Regions L Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec a pour mission d appuyer les

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie CONSEIL NATIONAL DE RECHERCHES CANADA PROGRAMME D AIDE À LA RECHERCHE INDUSTRIELLE Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie Apperçu PARI-CNRC : Qui sommes-nous? Quel est

Plus en détail

L éducation internationale: quelques réflexions. Louise Poirier Doyenne, FSÉ, Université de Montréal

L éducation internationale: quelques réflexions. Louise Poirier Doyenne, FSÉ, Université de Montréal L éducation internationale: quelques réflexions Louise Poirier Doyenne, FSÉ, Université de Montréal Plan de la présentation 1 - L harmonisation des systèmes d éducation des pays de la francophonie: nécessaire

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation du Conseil 5/12/14 CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION PROPOSITION DE MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DES JEUNES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS SUR LE SECTEUR CANADIEN DU JEU VIDÉO

FAITS ESSENTIELS SUR LE SECTEUR CANADIEN DU JEU VIDÉO Faits essentiels 2014 contient des renseignements exclusifs émanant de diverses sources incluant FAITS ESSENTIELS 2014 SUR LE SECTEUR CANADIEN DU JEU VIDÉO 1. Étude exclusive réalisée par le NPD Group,

Plus en détail

PARTENAIRES EN R ET D. Souligner cinq ans de réussites pour ce qui est d aider les entreprises à innover, à se connecter, à collaborer et à prospérer

PARTENAIRES EN R ET D. Souligner cinq ans de réussites pour ce qui est d aider les entreprises à innover, à se connecter, à collaborer et à prospérer PARTENAIRES EN R ET D Souligner cinq ans de réussites pour ce qui est d aider les entreprises à innover, à se connecter, à collaborer et à prospérer Décembre 2014 /// STRATÉGIE EN MATIÈRE DE PARTENARIATS

Plus en détail

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Au fidèle tableau noir, de plus en plus d écoles ajoutent aujourd hui les services de l informatique. Place aux TICE, Technologies de l Information

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social

Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Maintenant et demain L excellence dans tout ce que nous entreprenons Promouvoir la finance sociale au Canada Aller de l avant vers les obligations à impact social Octobre 2012 Objet et vue d ensemble Présenter

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail