La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM"

Transcription

1 La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM Notes d orientation

2 Orientation Personnels en charge du MRM Coordonnateurs Membres du Groupe de travail Page TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION À LA FORMATION AU MRM Page 4 LES MODULES Présentation de l atelier 8 1. Étapes de mise en place du MRM Présentation des droits de l enfant Incidence des conflits armés sur les enfants Fondements du MRM a. Présentation des résolutions et du MRM 20 b. Définitions et fondement juridique Processus et aspects politiques du MRM Principes directeurs Participation des enfants Surveillance a. Présentation du concept de surveillance de l information pour le MRM 37 b. Collecte d'informations : principes de base 40 c. Documentation 43 d. Entretiens avec des enfants et des témoins 46 e. Scénario de collecte d'informations 49 f. Vérification 53 g. Accès à des informations sensibles Gestion de l information a. Les principes de base de la gestion de l'information 58 b. Mise au point d'un système de gestion de l'information c. Analyse de l'information 10. Sécurité et sûreté Communication de l information Responsabilité Engager le dialogue avec les parties au 72 2

3 Orientation Personnels en charge du MRM Coordonnateurs Membres du Groupe de travail Page conflit 14. Réponse et prévention d. Réponse introduction 74 e. Programme d intervention 76 f. Plaidoyer Le MRM, et après? Rôles et responsabilités Prise en charge du personnel Perfectionnement 90 FICHE DE SITUATION DU SARGASSO 93 CARTE DU SARGASSO 94 EXEMPLES D EMPLOIS DU TEMPS 95 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES ECA (Aide-mémoire destiné aux participants avec une liste de sites où ils peuvent trouver davantage d informations) DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE (Liste complète de tous les documents de référence compris dans la Boîte à outils de formation au MRM) ÉVALUATION DE LA FORMATION N.B. : les points surlignés en gris sont en cours d élaboration Remerciements De très nombreuses organisations ont apporté leur contribution aux contenus de cette formation, notamment l'unicef, le BRSSG-ECA,le DOMP, le HCDH, le HCR, SCF UK et Human Rights Watch. Nous adressons un remerciement particulier aux GTN-MRM basés en République centrafricaine, en Haïti, en Irak, dans les Territoires palestiniens occupés, en Ouganda, en Somalie, au Sri Lanka et au Soudan, pour les documents fournis. Les supports utilisés sont tirés de modules de formation internationaux, et plus particulièrement de «Action pour les droits de l'enfant (ARC)» et «Protection des enfants en situations d'urgence». 3

4 Introduction à la formation au MRM La mise en place d'un mécanisme systématique de surveillance des violations graves commises à l encontre des enfants par des forces ou des groupes armés est relativement nouvelle dans le travail des organisations de protection des droits de l'homme. Bien qu en termes conceptuels, cela ait été discuté et largement développé, la formation du personnel de terrain est un secteur qui a manqué de ressources. Cette formation a pour objectif de combler ces lacunes et de proposer des supports standardisés de formation du personnel et des coordonnateurs de terrain. La formation concernera particulièrement les actions décrites dans les résolutions 1612 et 1882 du Conseil de sécurité des Nations Unies. L objectif de cette formation est d'apporter au personnel des organismes travaillant dans le domaine des droits de l'homme et de l aide humanitaire les connaissances et les compétences nécessaires pour surveiller, signaler et répondre aux violations graves commises à l encontre des enfants. À qui s adresse la formation? Cette formation s adresse à divers membres du personnel de terrain : organismes et missions de l ONU, ONG internationales, nationales ou locales. Il s'agira certainement en priorité du personnel s occupant de la protection ou de la défense des droits de l homme. Cependant, la formation pourra également être pertinente pour d'autres membres du personnel intervenant sur les programmes dans des situations où des violations sont commises à l'encontre des enfants. Les gouvernements, le personnel intervenant sur les programmes dans les organisations humanitaires et la société civile peuvent également utiliser les supports de cette formation comme outils d orientation sur les violations graves à l'encontre des enfants et sur les résolutions du Conseil de sécurité. Qui peut dispenser la formation? Afin de garantir l'application d'un mécanisme standardisé et d accorder un niveau de confiance élevé aux informations, non seulement entre les organisations au sein d'un pays, mais également à l'échelle internationale, les normes ci-après doivent être respectées. La formation aux aspects spécifiques du MRM DOIT être dispensée par le personnel de l ONU, qui forme directement le personnel de terrain des missions de l ONU, des organismes de l ONU ou des ONG. Ce manuel de formation ne constitue pas un programme de formation des formateurs délivrant aux participants la qualification de formateurs. Certains aspects plus généraux de la formation peuvent être pris en charge par d'autres organisations, tels que les fondements juridiques internationaux et les bases des droits de l enfant. Des formations complémentaires en matière de compétences relationnelles peuvent être délivrées par une ONG adaptée (p. ex. : conduite d entretien, communication avec les enfants). 4

5 Utilisation de la Boîte à outils Les supports inclus dans la Boîte à outils présentent les principes de base, mais devront être adaptés en fonction des besoins spécifiques des pays. Il est prévu que la formation soit pilotée par un formateur disposant d'une expérience en matière de droits de l'enfant ou de protection de l'enfance, avec d'autres experts intervenant selon les besoins. Parmi ces experts, l idéal serait la participation de personnes ayant une expertise en matière de travail sur les questions de violence sexuelle. Des exemples d emplois du temps sont disponibles pour les formations Orientation, Personnel en charge du MRM et Coordonnateur. Les emplois du temps proposés sont inclus dans la Boîte à outils de formation au MRM. Les descriptifs des modules sont tous inclus dans les Notes d orientation. Les supports nécessaires à chaque module sont inclus dans la Boîte à outils de formation au MRM, disponible en ligne. Afin de garantir l'intégrité de la formation que nous délivrons au personnel en charge du MRM, nous vous demandons de ne pas diffuser les supports de formation en dehors des personnes dispensant la formation au MRM. Structure de la formation Orientation Certains des supports peuvent être utilisés ou adaptés afin de présenter à d'autres personnes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et la problématique des violations graves commises à l'encontre des enfants. Gouvernements : bien que les gouvernements ne soient pas directement impliqués dans les aspects de surveillance et de communication de l information du MRM, il est important que les ministères ou départements concernés soient sensibilisés aux résolutions du Conseil de sécurité et au MRM. Il est important aussi que les membres des GTN-MRM soient en relation avec les responsables concernés, afin d'assurer que des réponses soient apportées aux enfants. Personnel en charge des programmes : si le personnel en charge de la protection ou des droits de l'homme au sein d'une organisation est directement impliqué dans le MRM, il est également important que d'autres membres du personnel connaissent les violations graves commises à l encontre des enfants et sachent communiquer l information et réagir s'ils entrent en contact avec des victimes ou des témoins, ou s'ils sont eux-mêmes témoins d'une violation. Société civile : il est également important que les ONG et la communauté humanitaire dans son ensemble,soient informées des résolutions du Conseil de sécurité ainsi que des moyens de communiquer l information et de réagir à des violations graves à l encontre des enfants. Enfants : comme vu dans le module F «Participation des enfants», il est également nécessaire que ces derniers reçoivent des informations adaptées quant à leurs droits et à leur protection en situation de conflit armé. Formation du personnel en charge du MRM Formation sur 4 jours : Il est vivement recommandé aux membres du personnel de terrain de participer au minimum à une formation de 3 jours (idéalement 4 jours), afin de s'assurer d une part, qu'ils comprennent bien le mécanisme et le rôle qu ils ont à jouer et d autre part, qu'ils seront capables de réaliser la surveillance et la vérification conformément aux normes fixées. Cela 5

6 permettra à la fois, de garantir une bonne crédibilité des informations communiquées et des analyses des violations graves commises à l'encontre des enfants, mais aussi de susciter des réponses adaptées. Perfectionnement : il est vivement recommandé au personnel de participer au minimum à une journée de perfectionnement au bout d un mois, puis à une deuxième journée de perfectionnement au bout de trois mois. Dans l idéal, le personnel en charge du MRM devrait ensuite participer à des séances de recyclage périodiques (tous les 3 à 6 mois). Coordonnateurs du MRM Formation sur 2 jours : pour le personnel responsable de la coordination du MRM au niveau technique, le minimum conseillé est de 2 jours afin de bénéficier d'une formation adaptée sur les éléments nécessaires à la conduite de cette activité. N.B. : le pré-requis pour les personnes souhaitant suivre la formation pour les coordonnateurs est d avoir suivi la formation destinée au personnel en charge du MRM ou de posséder une expérience antérieure du MRM. Membres du Groupe de travail (GTN-MRM) Il est vital que tous les membres du GTN-MRM aient une bonne compréhension du MRM, notamment en ce qui concerne les résolutions, les processus de communication de l'information et la responsabilité des membres du GTN-MRM. Dans le sommaire, les modules soulignés sont considérés comme les aspects les plus importants à aborder. Structure des modules Les membres du personnel évoluant dans des contextes différents ayant des besoins différents, la Boîte à outils se propose de façon modulaire, ce qui permet de choisir, d'utiliser et d'adapter les éléments concernés au contexte et au public spécifiques de la formation. La table des matières ci-dessus sert de guide pour l'utilisation des différents modules en indiquant le niveau d'utilisation de chaque module. Comme nous pouvons le remarquer, certains modules sont destinés à plusieurs types de formation alors que d'autres sont spécifiques au personnel en charge du MRM ou à la formation des coordonnateurs. Un scénario se déroulant dans un pays fictif a été mis au point afin d être utilisé dans les modules tout au long de la formation. Le scénario et sa carte sont disponibles à la fin de ce manuel. Par ailleurs, les exercices peuvent être basés sur le pays dans lequel vous travaillez, bien que cela soit parfois difficile ; il est donc plus judicieux de se servir d'un contexte neutre. Accès aux supports Tous les supports sont disponibles sur le CD-Rom, dans la Boîte à outils de formation au MRM. Modules La Boîte à outils contient un dossier séparé pour chaque module. La plupart des dossiers renferment à leur tour trois sous-dossiers 6

7 «Supports de formation» : contient l ensemble des ressources nécessaires à un module spécifique. Des informations complémentaires sont disponibles pour les formateurs, dans la rubrique «Commentaires» des présentations Power Point. «Documents pour les participants» : contient des supports supplémentaires qui peuvent être fournis aux participants pour consultation ultérieure. «Enseignements tirés» : contient des enseignements issus de différents pays sur les aspects abordés dans le module concerné. Autres documents La Fiche de situation du Sargasso et la Carte du Sargasso sont utilisées dans un certain nombre de modules. Le document Informations complémentaires sur les enfants et les conflits armés, à la fin de ce manuel, doit être remis aux participants. Il comprend des liens vers des sites Web pertinents qui proposent des informations et des bibliographies supplémentaires (étant donné que ce document contient des liens Internet, il est préférable qu'il soit remis aux participants sous forme électronique). 7

8 Les modules Les modules suivants peuvent être utilisés tel qu indiqué dans les exemples d emplois du temps ou de façon indépendante, en fonction du contexte et des besoins de formation. Par ailleurs, il peut être nécessaire d adapter certains contenus au contexte du pays. 8

9 Présentation de l atelier Objectifs : Permettre aux participants de comprendre l'objectif général de l atelier Permettre à l'animateur de connaître le niveau de connaissances en matière de MRM au sein du groupe Participants Personnel en charge du MRM Séance Présentation, séance plénière et travaux de groupe Temps nécessaire 45 minutes Salle nécessaire Salle de cours principale Équipement Tableau chevalet et marqueurs Personne(s) ressource 1 personne ayant une bonne connaissance des généralités du MRM et du contenu de l'atelier Supports de formation Documents pour les participants Lignes directrices Manuel de terrain du MRM Accès aux supports Tous les supports de formation figurent dans le dossier «Présentation de l atelier» et dans le dossier «Évaluation». 9

10 Préparatifs à la séance Inscrivez les objectifs de l'atelier sur le tableau chevalet ou à l'écran. Déroulement de la séance 1. Présentation et attentes Accueil et brève présentation des animateurs Présentation rapide de chaque personne : nom, employeur et expérience du MRM jusqu à présent (permet vraiment d'avoir une idée des niveaux au sein du groupe) Demandez aux participants d inscrire leurs attentes sur des cartes placées sur leurs tables (une attente par carte). L animateur regroupe et affiche les cartes sur le mur, pour que les participants puissent les relire en fin d atelier et voir si les attentes ont été satisfaites. 2. Organisation et règles de base Demandez au groupe de fixer des règles de base pendant la formation et expliquez le fonctionnement des «questions en suspens». (Accrochez une feuille du tableau chevalet au mur pour regrouper ces questions). Affichez la feuille d'inscription des volontaires pour réaliser l'évaluation quotidienne(à la fin de chaque journée, les volontaires rencontrent le groupe d animateurs afin de leur communiquer leurs commentaires sur la formation. Les animateurs feront au mieux pour s ajuster en fonction des retours exprimés.). Expliquez comment cela va fonctionner. Recueillez l accord de deux personnes pour le premier jour. Expliquez le fonctionnement des fiches d'évaluation : elles peuvent être utilisées soit pour la journée entière, soit pour des séances individuelles. Donnez les informations pratiques relatives aux repas, aux toilettes, etc. 3. Que savez-vous du MRM et des droits de l enfant? Distribuez aux participants les questionnaires préalables à la formation et demandez-leur de les remplir (procédez à l'analyse des réponses au cours de la première journée). Le remplissage du questionnaire doit prendre 10 minutes maximum. 4. Objectifs Présentez rapidement aux participants les objectifs de la formation. A la fin de cette formation, les participants seront capables de : 1. Comprendre et apprehender le contexte et la finalité des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies concernées et du MRM 2. D acquérir des compétences et de renforcer leurs capacités à collecter des informations et à produire des documents sur les violations graves à l'encontre des enfants 3. De fournir des réponses adaptées dans le cadre de violations graves sur les enfants. 10

11 5. Documentation relative au MRM Il est essentiel que tous les participants comprennent la différence entre les documents et leurs usages respectifs. Montrez chacun des deux documents et expliquez leur finalité et leur utilisation. 1. Informations et lignes directrices sur le MRM : ce court document contient un résumé et des informations concises sur le contexte du MRM, les résolutions, les règles de mise en œuvre et les exigences en matière de communication de l'information. Ce document permet aux hauts dirigeants de se saisir du concept et des exigences définies, s'ils n'ont pas le temps de lire le Manuel de terrain. Il est également vivement conseillé au personnel technique de le lire pour mieux connaître les dimensions générales et politiques du MRM. 2. Manuel de terrain du MRM : ce document vient compléter les «Informations et lignes directrices» et donne des informations techniques relatives à la mise en œuvre, aux processus et à la communication de l information dans le cadre du MRM. Il est conseillé de conserver ce document à portée de main comme outil de référence au quotidien pour les personnes en charge du MRM et pour orienter le personnel de terrain quant aux exigences, à la méthodologie et aux normes minimales. 11

12 MODULE 1 : Étapes de mise en place du MRM Objectifs : S'assurer que les coordonnateurs connaissent parfaitement tous les éléments nécessaires pour le MRM S assurer que les coordonnateurs comprennent parfaitement les contraintes techniques du MRM et sont capables de conseiller les coprésidents et les autres membres des GTN-MRM. Participants Coordonnateurs Séance Discussion en séance plénière Temps nécessaire 60 minutes Salle nécessaire Salle de cours principale Équipement Tableau chevalet Personne(s) ressource Supports de formation 1 personne qui connaît le sujet, qui fait preuve de flexibilité et qui peut réagir rapidement pour adapter la séance au fur et a mesure L animateur doit également être capable d enrichir la discussion en apportant des exemples et des enseignements concrets basés sur sa propre expérience de mise en place d'un mécanisme de MRM. Manuel de terrain du MRM, section B Documents pour les participants Mandat du Groupe de travail national Accès aux supports 12

13 Déroulement de la séance Ce module a vocation à être flexible afin de s'adapter aux besoins des participants et de refléter leur positionnement dans le processus de mise en place ou de gestion du MRM. Les participants qui travaillent sur le sujet depuis plus longtemps peuvent apporter un plus à la séance en partageant leur expérience avec les personnes qui ne connaissent pas le MRM ou qui viennent de pays où le MRM est en cours de mise en place. 1. Identification des éléments d'approfondissement du débat (15 minutes) a. Demandez aux participants de consacrer quelques minutes à lire la section C du Manuel de terrain «Étapes de mise en place du MRM». b. Les participants discutent en binômes des points qu ils ne comprennent pas et qui diffèrent de la perception qu ils en ont - ou de la façon dont le MRM a été mis en œuvre dans le pays dans lequel ils travaillent-. c. Réflexion commune : suite à la discussion en binômes, demandez aux participants d identifier des points d achoppement ou les aspects sur lesquels ils pensent qu une discussion plus poussée permettrait d apporter des éclaircissements. Astuce : voici quelques points pouvant être suggérés s'ils ne sont pas soulevés par le groupe : Comment déterminer le système de vérification? Comment impliquer les partenaires? Comment garantir le retour d informations à différents niveaux? Où trouver de l aide? 2. Discussion en séance plénière (45 minutes) a. Listez les principaux sujets de discussion issus de la réflexion commune : il peut être nécessaire de regrouper les éléments cités dans des catégories adaptées. b. Certains des aspects cités peuvent simplement nécessiter une explication de la part de l animateur ou d'un participant expérimenté. Abordez ces éléments en premier et rayez-les de la liste au fur et à mesure. c. Animez la discussion sur les sujets restants : fixez une durée maximale en fonction du nombre de points à aborder. Encouragez les participants à partager leurs propres expériences ou les situations dans lesquelles ils ont rencontré des difficultés dans la mise en place du MRM. Astuce : pour avoir assez de temps pour la discussion plénière, il peut être intéressant de programmer la pause entre les parties 1 et 2 de ce module. 13

14 MODULE 2 : Présentation des droits de l enfant Cette séance s'inscrit normalement dans la progression vers des approches orientées sur les droits de l'enfant, mais constitue une bonne introduction aux droits de l enfant et à la notion de responsabilité. À l'origine, l exercice portait sur les droits de l'homme mais il a été adapté ici pour aborder les droits de l'enfant. Objectif : Examiner les droits fondamentaux de l'enfant dans n'importe quelle société, et pas seulement en situation de conflit. Participants Personnel en charge du MRM Séance Temps nécessaire Salle nécessaire Équipement 1. Exercice participatif sur les droits et les responsabilités dans une société nouvelle 2. Débriefing rapide 60 minutes pour le module de base + temps supplémentaire si le groupe souhaite aborder plus en détail la CDE et les législations nationales Grand espace : éventuellement la salle de formation principale, s'il est possible de déplacer les tables pour former un grand espace au milieu Document avec tableau chevalet Papier ou cartes de couleur tiers de feuille A4 (au moins deux couleurs différentes) Personne(s) ressource 1 personne connaissant le sujet, disposant d'une expérience de présence sur le terrain ET faisant preuve d assurance en étant capable de prendre le rôle de Commandant du vaisseau spatial Supports de formation Documents pour les participants Document de référence : Scénario d'exercice sur les droits de l'enfant Diaporama PPT : «Classification des droits de l enfant» Convention relative aux droits de l enfant Convention relative aux droits de l enfant (CDE) Accès aux supports Les supports de formation figurent dans le dossier du module 2 : Droits de l'enfant. 14

15 Il s agit d un exercice de sensibilisation, qui peut être utilisé en début d'atelier afin d'établir quels sont les droits de base de tous les enfants, et pas uniquement en situation de conflit. Cela permet d effectuer une bonne entrée en matière, à travers une présentation et/ou un rappel de la Convention relative aux Droits de l Enfant (CDE). Préparatifs à la séance Assurez-vous d'avoir des cartes (taille : un tiers de feuille A4) et des marqueurs pour chaque groupe. Tenez-les prêts à être utilisés ou distribués lorsque l'exercice commence. Déroulement de la séance 1. Exercice participatif sur les droits de l enfant première partie (15 minutes) 1 Distribuez aux participants le document de référence «Scénario de présentation des droits de l'enfant». 2 Indiquez-leur que vous êtes le commandant du vaisseau spatial qui les transporte actuellement vers la planète Égalia. Aujourd hui vous avez peu de temps devant vous et vous leur demandez de travailler vite, très vite. 3 Divisez les participants en quatre groupes. 4 Donnez aux groupes 1 et 2 un délai de 15 minutes pour se mettre d'accord au sein de leurs groupes respectifs, sur les 10 droits de l'enfant qu'ils souhaitent établir sur la planète Égalia. 5 Donnez aux groupes 3 et 4 un délai de 15 minutes pour se mettre d'accord au sein de leurs groupes respectifs, sur les 10 devoirs ou responsabilités qu'ils souhaitent que les adultes aient envers les enfants sur la planète Égalia. 2. Exercice participatif sur les droits de l enfant deuxième partie (5 minutes) 6 Réunissez les groupes 1 et 2 et indiquez-leur qu'ils doivent maintenant combiner leurs listes et se mettre d'accord sur 10 droits de l'enfant (à inscrire sur des affiches). Ils doivent aussi choisir un capitaine. Dans le même temps, 7 Réunissez les groupes 3 et 4 et indiquez-leur qu'ils doivent maintenant combiner leurs listes pour se mettre d'accord sur 10 devoirs ou responsabilités envers les enfants, à inscrire sur des affiches. Ils doivent aussi choisir un capitaine 3. Exercice participatif sur les droits de l enfant troisième partie (10 minutes) 1 Revenez en plénière (un seul groupe). 2 Affichez l affiche sur les droits de l'enfant afin que tous les groupes puissent la voir. 3 Encouragez les deux capitaines à discuter pour voir si les responsabilités correspondent aux droits des enfants. 4 Dites aux capitaines de souligner les différences et de se mettre d accord sur les droits de l enfant à établir sur la planète Égalia. 15

16 5 Informez le reste des participants qu'ils peuvent donner des conseils aux capitaines, mais que ces derniers peuvent prendre les décisions finales au nom de leurs groupes. 4. Discussion plénière sur les droits de l'enfant suite à l'exercice (20 minutes) - Ces droits s'appliqueraient-ils à tous les enfants de la planète? - Y aurait-il des occasions justifiant la suspension des droits? Qui en déciderait? - Y a-t-il certains droits qu ils seraient prêts à sacrifier? Lesquels, et dans quelles circonstances? - Quels droits seraient suspendus en cas de conflit? Il est intéressant de poser cette question puis, après quelques échanges, de souligner le fait qu il ne peut être dérogé à la CDE en aucun cas, même pendant un conflit. - Qu est-ce qui peut mal tourner? Comment gérer le cas d'une personne qui enfreint les règles? - Peuvent-ils identifier des regroupements de droits? Montrez la diapositive PowerPoint «Classification des droits de l enfant». - Indiquez la date de ratification de la CDE par le pays dans lequel vous travaillez/ les participants travaillent. 5. Discussion plénière sur la CDE et la législation nationale (temps supplémentaire selon les besoins) - Consultez la CDE. - Mettez en parallèle les droits listés au cours de l'exercice avec ceux listés par la CDE. Quels sont les droits qui manquent et pourquoi n ont-ils pas été retenus? S il reste du temps, divisez les participants en petits groupes et demandez-leur de discuter ensemble des questions suivantes : - Certains droits de l enfant sont plus importants ou fondamentaux que d autres, notamment en premier lieu le fait de disposer de nourriture et d un toit, puis de la liberté d expression : êtes-vous d'accord? - Les droits de l enfant ne sont pas les mêmes partout, ils dépendent des traditions culturelles : êtes-vous d'accord? En séance plénière, demandez aux participants de partager les résultats de leurs discussions. Demandez aux participants s'ils connaissent la législation nationale sur les droits de l'enfant et communiquez leur les informations sur la législation concernée. Précisez que, sur le terrain, pour de nombreuses populations, la référence à la législation nationale sera plus pertinente (N.B. : ce point est abordé dans le Module 4B «Définitions et fondement juridique»). 16

17 MODULE 3 : Incidence des conflits armés sur les enfants Cette séance a été conçue pour les situations de conflit en général, mais quand cela est nécessaire, elle doit être modifiée en fonction du pays dans lequel se déroule la formation. Objectifs : Comprendre l impact potentiel d un conflit sur les enfants, les familles et les communautés. Initier les participants au concept de violations graves à l encontre des enfants, commises par des forces armées ou des groupes armés. Participants Séance Temps nécessaire Orientation Personnel en charge du MRM 1. Exercice participatif sur la façon dont les enfants sont affectés 2. Débriefing rapide 60 minutes Salle nécessaire Grand espace : éventuellement la salle de cours principale, s'il est possible de déplacer les tables pour former un grand espace au milieu Équipement Personne(s) ressource 1 personne connaissant le sujet et disposant d'une expérience de présence sur le terrain Supports de formation Cartes «Rôles d'enfants pour travailler sur l impact des conflits armés» (à préparer comme indiqué ci-après) Documents pour les participants Accès aux supports Convention 182 de l'onu sur les pires formes de travail des enfants Principes directeurs inter-agences relatifs aux enfants non accompagnés ou séparés de leur famille Engagements de Paris Enfants et DDR Jeunes et DDR Impact des conflits armés sur les enfants 1 et 2 Protection des enfants pendant les conflits armés Le rapport Graça Machel examen 10 ans après Les supports de formation et tous les documents pour les participants figurent dans le dossier du module 3: Incidence des conflits armés sur les enfants. 17

18 Préparatifs 1. Préparez des cartes de rôles tel qu'indiqué ci-après (une par participant). Chaque carte de rôle doit être différente et doit indiquer le sexe et l'âge de l enfant. Voir le document «Rôles d'enfants pour travailler sur l impact des conflits armés» dans le dossier des supports de formation. Distribuez une carte par personne. Déroulement de la séance Les étapes ci-dessous guident l'animateur dans le déroulement d'un exercice participatif suivi d'une réflexion commune et d une discussion plénière. 1. Exercice participatif sur la protection de l'enfant en situation de conflit (20 minutes) Identifier les facteurs de risques et de protection de l enfant dans les situations d urgence ; mettre en évidence quels enfants sont susceptibles d être particulièrement vulnérables en cas d urgence. 2. Décrivez le scénario suivant (N.B. : il peut être modifié selon votre contexte de travail). On constate une augmentation de la violence dans la ville où tu vis : des groupes rebelles inconnus effectuent des attaques quotidiennes et l'armée intensifie sa présence pour riposter à ces groupes. À la radio, tu entends que la situation est identique dans de nombreuses autres villes et que le groupe rebelle devient plus fort jour après jour. Il y a des hommes armés partout et tu vois parfois des chars dans ton quartier. 3. Demandez aux participants de se lever et de s aligner contre un des murs de la salle. Distribuez à chacun une carte de rôle et demandez-leur de réfléchir à ce que peut ressentir cet enfant dans la situation décrite ci-dessus. 4. Indiquez-leur que vous allez leur lire une affirmation et que, s'ils peuvent répondre oui, ils doivent faire un pas en avant. Un grand pas signifie qu ils peuvent dire oui facilement, un petit pas signifie que l affirmation est en partie vraie pour eux. S ils ne peuvent pas répondre oui, ils doivent rester là où ils sont/ sur place. 5. Lisez les affirmations ci-dessous, une par une, en laissant du temps aux participants de réfléchir à la question et de s avancer s ils sont d accord. Affirmations : - Tu peux te procurer de la nourriture et de l'eau chaque jour. - Tu as un toit. - Tu es protégé(e) du recrutement dans les forces ou groupes armés. - Tu es protégé(e) des violences sexuelles. - Tu disposes d un accès à des services de santé et d éducation. - Tu as du temps et un endroit pour jouer. - Tu as quelqu un vers qui te tourner si tu es inquiet(e) ou stressé(e). - Tu peux prendre des décisions en ce qui concerne ta vie et tes activités. - Tu peux participer aux activités de la communauté. 5. Demandez aux participants qui sont à l avant : qu est-ce qui les a protégés? Demandez à ceux qui sont au milieu et à l arrière : quels sont les principaux obstacles à leur protection? Qu est-ce qui les a rendus vulnérables? Qu est-ce qui les a protégés? 18

19 6. Demandez aux participants qui sont à l avant : qu avez-vous ressenti en voyant que vous étiez devant les autres? 7. Demandez aux participants qui sont à l arrière : qu avez-vous ressenti en voyant qu il y avait d autres enfants devant vous? 2. Discussion en séance plénière (40 minutes) Incidence sur les enfants, les familles et les communautés Réflexion commune : 1. Qu est-ce qu un conflit armé? 2. Réfléchissez à la situation dans laquelle vous travaillez. Quelles sont les incidences possibles de ce conflit? Sur : a. Les enfants b. Les familles c. Les communautés Inscrivez les réponses des participants sur le tableau chevalet au fur et à mesure. Voici une liste non exhaustive de réponses possibles : Incidence sur les enfants : - Décès ou blessures - Torture - Violences sexuelles - Enlèvement - Séparation - Violence domestique - Exploitation (sexuelle, travail, trafic) - Déplacement - Problèmes psychosociaux - Perte des repères habituels - Angoisse, peur, méfiance -. Incidence sur la famille - Les parents peuvent ne plus être en mesure de protéger leurs enfants - Augmentation de la violence domestique - Problèmes économiques - Séparation familiale -. Incidence sur la communauté - Les établissements scolaires et de santé ne fonctionnent plus ou sont inaccessibles - Tensions au sein de la communauté - Altération des valeurs de la communauté - Des milliers d enfants subissent les conséquences du conflit et les communautés ne peuvent pas réagir/gérer ces problèmes/leur apporter leur aide -. 19

20 Violations graves à l'encontre des enfants Indiquez aux participants que cette formation porte sur la surveillance, la communication de l information et la réponse aux violations graves commises à l encontre des enfants par des forces armées ou des groupes armés. Déterminez quelles incidences parmi celles énumérées ci-dessus peuvent constituer une violation grave à l encontre des enfants. Demandez aux participants d examiner la liste sur le tableau chevalet et de voir lesquelles pourraient entrer dans cette catégorie. Si le temps le permet, laissez-les discuter en binômes pendant quelques minutes. Demandez aux participants de vous dire quelles violations ne sont pas commises directement par des forces armées ou des groupes armés. Si le groupe est d accord, rayez le point concerné. Les violations restantes peuvent-elles être classées comme des violations graves commises à l encontre des enfants par des forces armées ou des groupes armés? Distribuez la liste des six violations prises en compte par le MRM. Les incidences listées sur le tableau chevalet correspondent-elles? Si certaines ne sont pas incluses, discutez de ce que cela implique. Cet exercice correspond-il à la situation dans laquelle vous travaillez? Discutez de cet aspect si nécessaire. Astuce : les participants peuvent poser la question de ce qui constitue un conflit armé ou ce que l'on définit par groupe armé, compte tenu du fait que les bandits et les bandes criminelles sont des groupes armés. La citation ci-dessous issue du rapport annuel 2005 du SG peut être utile. Para. 96. «S agissant de l élaboration des rapports de suivi et des listes de contrôle, il convient de souligner qu il n existe pas de définition universellement applicable du «conflit armé» en général, et qu en particulier, le mandat de mon Représentant spécial ne contient aucune définition de ce terme. Dans l exécution de son mandat, mon Représentant spécial a abordé cette question avec pragmatisme et dans un esprit de coopération, en veillant à assurer une protection large et effective aux enfants exposés à des situations préoccupantes, sans s attacher à la définition du terme «conflit armé». Toute mention dans les rapports de suivi d un État ou d une situation donnée ne saurait être interprétée comme une décision juridique établissant qu il existe une situation de conflit armé au sens des Conventions de Genève et de leurs Protocoles additionnels.» Les enfants et les conflits armés : rapport annuel mondial du Secrétaire général (février 2005) 20

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action Aider les enseignants en formation à établir un plan d action La préparation TESSA devrait toujours permettre aux enseignants en formation de faire l expérience des activités TESSA d'une manière pratique

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE

LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE Spyridon AKTYPIS * Doctorant à l Université Panthéon-Assas Paris II Les

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES INTRODUCTION Le kit de ressources

Plus en détail

Équipes mobiles de formation au maintien de la paix

Équipes mobiles de formation au maintien de la paix Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.23 Procédures opérationnelles permaenentes Équipes mobiles de formation au

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2015/4 Distr. générale 12 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Mécanisme de surveillance et de communication de l information. (Mécanisme 1612)

Mécanisme de surveillance et de communication de l information. (Mécanisme 1612) Mécanisme de surveillance et de communication de l information (Mécanisme 1612) En 2005, la Résolution 1612 du Conseil de sécurité sur les enfants et les conflits armés a crée le mécanisme de surveillance

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

http://ctlp.unodc.org

http://ctlp.unodc.org PLATEFORME DE FORMATION ET DE COOPERATION EN LIGNE CONTRE LE TERRORISME La Plateforme est un outil interactif permettant la formation des acteurs de la justice pénale et leur rapprochement au sein d une

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

Draft Proposal of CICMA

Draft Proposal of CICMA COMMENTAIRE AU PROJET DU DEUXIEME PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT AU PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS SUR LE DROIT A L EAU ET A L ASSAINISSEMENT Introduction

Plus en détail

Créer un blog. Objectifs

Créer un blog. Objectifs Créer un blog Objectifs - Initier à la publication en ligne d un journal multimédia (textes, sons et images) - Développer des comportements plus critiques quant à l usage d Internet - Responsabiliser les

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining)

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Description de projet Mise à jour le 18 mai 2006 Coordinatrice: Equipe de projet: Laura Muresan, EAQUALS / PROSPER-ASE, Roumanie Frank Heyworth,

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Trousse d éducation pour adultes du Recensement

Trousse d éducation pour adultes du Recensement Trousse d éducation pour adultes du Recensement de 2016 Activité 2 : Le processus du recensement Aperçu Dans cette activité, les élèves apprendront le processus à suivre pour remplir le questionnaire du

Plus en détail

Le stage en entreprise

Le stage en entreprise Collège Geneviève de Gaulle-Anthonioz 45460 LES BORDES Le stage en entreprise Semaine du lundi 14 au vendredi 18 décembre 2015 Le rapport de stage se fera sous la forme d un diaporama avec présentation

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré

Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré Cahier des charges du stage d observation et de pratique accompagnée pour les étudiants inscrits en 1 ère année de Master MEEF 2 nd degré à destination des chefs d établissements, des formateurs, des professeurs

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Logistique pour les présentateurs

Logistique pour les présentateurs Logistique pour les présentateurs Trucs et outils dates limites à retenir Merci à toutes les personnes qui livreront des présentations dans le cadre de la Conférence 2016 Santé arc-en-ciel Ontario : chefs

Plus en détail

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP)

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) Appel à candidatures pour la sélection d un consultant «concepteur de contenus» (Guide du coach et livret du bénéficiaire) pour une session de coaching

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique :

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique : POLITIQUE DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC EN MATIÈRE DE NOMINATION, DE FORMATION ET DE RECONDUCTION DES MEMBRES ISSUS DES ASSOCIATIONS D EMPLOYEURS À LA COMMISSION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES (CLP) RÔLE

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3

Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3 Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3 LEGO Education a le plaisir de présenter l édition pour tablette du logiciel LEGO MINDSTORMS Education EV3, un moyen amusant

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT)

Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) F PCT/WG/9/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 26 AVRIL 2016 Groupe de travail du Traité de coopération en matière de brevets (PCT) Neuvième session Genève, 17 20 mai 2016 FORMATION DES EXAMINATEURS Document

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail