La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM"

Transcription

1 La surveillance et communication des violations graves des droits de l'enfant MANUEL DE FORMATION AU MRM Notes d orientation

2 Orientation Personnels en charge du MRM Coordonnateurs Membres du Groupe de travail Page TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION À LA FORMATION AU MRM Page 4 LES MODULES Présentation de l atelier 8 1. Étapes de mise en place du MRM Présentation des droits de l enfant Incidence des conflits armés sur les enfants Fondements du MRM a. Présentation des résolutions et du MRM 20 b. Définitions et fondement juridique Processus et aspects politiques du MRM Principes directeurs Participation des enfants Surveillance a. Présentation du concept de surveillance de l information pour le MRM 37 b. Collecte d'informations : principes de base 40 c. Documentation 43 d. Entretiens avec des enfants et des témoins 46 e. Scénario de collecte d'informations 49 f. Vérification 53 g. Accès à des informations sensibles Gestion de l information a. Les principes de base de la gestion de l'information 58 b. Mise au point d'un système de gestion de l'information c. Analyse de l'information 10. Sécurité et sûreté Communication de l information Responsabilité Engager le dialogue avec les parties au 72 2

3 Orientation Personnels en charge du MRM Coordonnateurs Membres du Groupe de travail Page conflit 14. Réponse et prévention d. Réponse introduction 74 e. Programme d intervention 76 f. Plaidoyer Le MRM, et après? Rôles et responsabilités Prise en charge du personnel Perfectionnement 90 FICHE DE SITUATION DU SARGASSO 93 CARTE DU SARGASSO 94 EXEMPLES D EMPLOIS DU TEMPS 95 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES ECA (Aide-mémoire destiné aux participants avec une liste de sites où ils peuvent trouver davantage d informations) DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE (Liste complète de tous les documents de référence compris dans la Boîte à outils de formation au MRM) ÉVALUATION DE LA FORMATION N.B. : les points surlignés en gris sont en cours d élaboration Remerciements De très nombreuses organisations ont apporté leur contribution aux contenus de cette formation, notamment l'unicef, le BRSSG-ECA,le DOMP, le HCDH, le HCR, SCF UK et Human Rights Watch. Nous adressons un remerciement particulier aux GTN-MRM basés en République centrafricaine, en Haïti, en Irak, dans les Territoires palestiniens occupés, en Ouganda, en Somalie, au Sri Lanka et au Soudan, pour les documents fournis. Les supports utilisés sont tirés de modules de formation internationaux, et plus particulièrement de «Action pour les droits de l'enfant (ARC)» et «Protection des enfants en situations d'urgence». 3

4 Introduction à la formation au MRM La mise en place d'un mécanisme systématique de surveillance des violations graves commises à l encontre des enfants par des forces ou des groupes armés est relativement nouvelle dans le travail des organisations de protection des droits de l'homme. Bien qu en termes conceptuels, cela ait été discuté et largement développé, la formation du personnel de terrain est un secteur qui a manqué de ressources. Cette formation a pour objectif de combler ces lacunes et de proposer des supports standardisés de formation du personnel et des coordonnateurs de terrain. La formation concernera particulièrement les actions décrites dans les résolutions 1612 et 1882 du Conseil de sécurité des Nations Unies. L objectif de cette formation est d'apporter au personnel des organismes travaillant dans le domaine des droits de l'homme et de l aide humanitaire les connaissances et les compétences nécessaires pour surveiller, signaler et répondre aux violations graves commises à l encontre des enfants. À qui s adresse la formation? Cette formation s adresse à divers membres du personnel de terrain : organismes et missions de l ONU, ONG internationales, nationales ou locales. Il s'agira certainement en priorité du personnel s occupant de la protection ou de la défense des droits de l homme. Cependant, la formation pourra également être pertinente pour d'autres membres du personnel intervenant sur les programmes dans des situations où des violations sont commises à l'encontre des enfants. Les gouvernements, le personnel intervenant sur les programmes dans les organisations humanitaires et la société civile peuvent également utiliser les supports de cette formation comme outils d orientation sur les violations graves à l'encontre des enfants et sur les résolutions du Conseil de sécurité. Qui peut dispenser la formation? Afin de garantir l'application d'un mécanisme standardisé et d accorder un niveau de confiance élevé aux informations, non seulement entre les organisations au sein d'un pays, mais également à l'échelle internationale, les normes ci-après doivent être respectées. La formation aux aspects spécifiques du MRM DOIT être dispensée par le personnel de l ONU, qui forme directement le personnel de terrain des missions de l ONU, des organismes de l ONU ou des ONG. Ce manuel de formation ne constitue pas un programme de formation des formateurs délivrant aux participants la qualification de formateurs. Certains aspects plus généraux de la formation peuvent être pris en charge par d'autres organisations, tels que les fondements juridiques internationaux et les bases des droits de l enfant. Des formations complémentaires en matière de compétences relationnelles peuvent être délivrées par une ONG adaptée (p. ex. : conduite d entretien, communication avec les enfants). 4

5 Utilisation de la Boîte à outils Les supports inclus dans la Boîte à outils présentent les principes de base, mais devront être adaptés en fonction des besoins spécifiques des pays. Il est prévu que la formation soit pilotée par un formateur disposant d'une expérience en matière de droits de l'enfant ou de protection de l'enfance, avec d'autres experts intervenant selon les besoins. Parmi ces experts, l idéal serait la participation de personnes ayant une expertise en matière de travail sur les questions de violence sexuelle. Des exemples d emplois du temps sont disponibles pour les formations Orientation, Personnel en charge du MRM et Coordonnateur. Les emplois du temps proposés sont inclus dans la Boîte à outils de formation au MRM. Les descriptifs des modules sont tous inclus dans les Notes d orientation. Les supports nécessaires à chaque module sont inclus dans la Boîte à outils de formation au MRM, disponible en ligne. Afin de garantir l'intégrité de la formation que nous délivrons au personnel en charge du MRM, nous vous demandons de ne pas diffuser les supports de formation en dehors des personnes dispensant la formation au MRM. Structure de la formation Orientation Certains des supports peuvent être utilisés ou adaptés afin de présenter à d'autres personnes les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et la problématique des violations graves commises à l'encontre des enfants. Gouvernements : bien que les gouvernements ne soient pas directement impliqués dans les aspects de surveillance et de communication de l information du MRM, il est important que les ministères ou départements concernés soient sensibilisés aux résolutions du Conseil de sécurité et au MRM. Il est important aussi que les membres des GTN-MRM soient en relation avec les responsables concernés, afin d'assurer que des réponses soient apportées aux enfants. Personnel en charge des programmes : si le personnel en charge de la protection ou des droits de l'homme au sein d'une organisation est directement impliqué dans le MRM, il est également important que d'autres membres du personnel connaissent les violations graves commises à l encontre des enfants et sachent communiquer l information et réagir s'ils entrent en contact avec des victimes ou des témoins, ou s'ils sont eux-mêmes témoins d'une violation. Société civile : il est également important que les ONG et la communauté humanitaire dans son ensemble,soient informées des résolutions du Conseil de sécurité ainsi que des moyens de communiquer l information et de réagir à des violations graves à l encontre des enfants. Enfants : comme vu dans le module F «Participation des enfants», il est également nécessaire que ces derniers reçoivent des informations adaptées quant à leurs droits et à leur protection en situation de conflit armé. Formation du personnel en charge du MRM Formation sur 4 jours : Il est vivement recommandé aux membres du personnel de terrain de participer au minimum à une formation de 3 jours (idéalement 4 jours), afin de s'assurer d une part, qu'ils comprennent bien le mécanisme et le rôle qu ils ont à jouer et d autre part, qu'ils seront capables de réaliser la surveillance et la vérification conformément aux normes fixées. Cela 5

6 permettra à la fois, de garantir une bonne crédibilité des informations communiquées et des analyses des violations graves commises à l'encontre des enfants, mais aussi de susciter des réponses adaptées. Perfectionnement : il est vivement recommandé au personnel de participer au minimum à une journée de perfectionnement au bout d un mois, puis à une deuxième journée de perfectionnement au bout de trois mois. Dans l idéal, le personnel en charge du MRM devrait ensuite participer à des séances de recyclage périodiques (tous les 3 à 6 mois). Coordonnateurs du MRM Formation sur 2 jours : pour le personnel responsable de la coordination du MRM au niveau technique, le minimum conseillé est de 2 jours afin de bénéficier d'une formation adaptée sur les éléments nécessaires à la conduite de cette activité. N.B. : le pré-requis pour les personnes souhaitant suivre la formation pour les coordonnateurs est d avoir suivi la formation destinée au personnel en charge du MRM ou de posséder une expérience antérieure du MRM. Membres du Groupe de travail (GTN-MRM) Il est vital que tous les membres du GTN-MRM aient une bonne compréhension du MRM, notamment en ce qui concerne les résolutions, les processus de communication de l'information et la responsabilité des membres du GTN-MRM. Dans le sommaire, les modules soulignés sont considérés comme les aspects les plus importants à aborder. Structure des modules Les membres du personnel évoluant dans des contextes différents ayant des besoins différents, la Boîte à outils se propose de façon modulaire, ce qui permet de choisir, d'utiliser et d'adapter les éléments concernés au contexte et au public spécifiques de la formation. La table des matières ci-dessus sert de guide pour l'utilisation des différents modules en indiquant le niveau d'utilisation de chaque module. Comme nous pouvons le remarquer, certains modules sont destinés à plusieurs types de formation alors que d'autres sont spécifiques au personnel en charge du MRM ou à la formation des coordonnateurs. Un scénario se déroulant dans un pays fictif a été mis au point afin d être utilisé dans les modules tout au long de la formation. Le scénario et sa carte sont disponibles à la fin de ce manuel. Par ailleurs, les exercices peuvent être basés sur le pays dans lequel vous travaillez, bien que cela soit parfois difficile ; il est donc plus judicieux de se servir d'un contexte neutre. Accès aux supports Tous les supports sont disponibles sur le CD-Rom, dans la Boîte à outils de formation au MRM. Modules La Boîte à outils contient un dossier séparé pour chaque module. La plupart des dossiers renferment à leur tour trois sous-dossiers 6

7 «Supports de formation» : contient l ensemble des ressources nécessaires à un module spécifique. Des informations complémentaires sont disponibles pour les formateurs, dans la rubrique «Commentaires» des présentations Power Point. «Documents pour les participants» : contient des supports supplémentaires qui peuvent être fournis aux participants pour consultation ultérieure. «Enseignements tirés» : contient des enseignements issus de différents pays sur les aspects abordés dans le module concerné. Autres documents La Fiche de situation du Sargasso et la Carte du Sargasso sont utilisées dans un certain nombre de modules. Le document Informations complémentaires sur les enfants et les conflits armés, à la fin de ce manuel, doit être remis aux participants. Il comprend des liens vers des sites Web pertinents qui proposent des informations et des bibliographies supplémentaires (étant donné que ce document contient des liens Internet, il est préférable qu'il soit remis aux participants sous forme électronique). 7

8 Les modules Les modules suivants peuvent être utilisés tel qu indiqué dans les exemples d emplois du temps ou de façon indépendante, en fonction du contexte et des besoins de formation. Par ailleurs, il peut être nécessaire d adapter certains contenus au contexte du pays. 8

9 Présentation de l atelier Objectifs : Permettre aux participants de comprendre l'objectif général de l atelier Permettre à l'animateur de connaître le niveau de connaissances en matière de MRM au sein du groupe Participants Personnel en charge du MRM Séance Présentation, séance plénière et travaux de groupe Temps nécessaire 45 minutes Salle nécessaire Salle de cours principale Équipement Tableau chevalet et marqueurs Personne(s) ressource 1 personne ayant une bonne connaissance des généralités du MRM et du contenu de l'atelier Supports de formation Documents pour les participants Lignes directrices Manuel de terrain du MRM Accès aux supports Tous les supports de formation figurent dans le dossier «Présentation de l atelier» et dans le dossier «Évaluation». 9

10 Préparatifs à la séance Inscrivez les objectifs de l'atelier sur le tableau chevalet ou à l'écran. Déroulement de la séance 1. Présentation et attentes Accueil et brève présentation des animateurs Présentation rapide de chaque personne : nom, employeur et expérience du MRM jusqu à présent (permet vraiment d'avoir une idée des niveaux au sein du groupe) Demandez aux participants d inscrire leurs attentes sur des cartes placées sur leurs tables (une attente par carte). L animateur regroupe et affiche les cartes sur le mur, pour que les participants puissent les relire en fin d atelier et voir si les attentes ont été satisfaites. 2. Organisation et règles de base Demandez au groupe de fixer des règles de base pendant la formation et expliquez le fonctionnement des «questions en suspens». (Accrochez une feuille du tableau chevalet au mur pour regrouper ces questions). Affichez la feuille d'inscription des volontaires pour réaliser l'évaluation quotidienne(à la fin de chaque journée, les volontaires rencontrent le groupe d animateurs afin de leur communiquer leurs commentaires sur la formation. Les animateurs feront au mieux pour s ajuster en fonction des retours exprimés.). Expliquez comment cela va fonctionner. Recueillez l accord de deux personnes pour le premier jour. Expliquez le fonctionnement des fiches d'évaluation : elles peuvent être utilisées soit pour la journée entière, soit pour des séances individuelles. Donnez les informations pratiques relatives aux repas, aux toilettes, etc. 3. Que savez-vous du MRM et des droits de l enfant? Distribuez aux participants les questionnaires préalables à la formation et demandez-leur de les remplir (procédez à l'analyse des réponses au cours de la première journée). Le remplissage du questionnaire doit prendre 10 minutes maximum. 4. Objectifs Présentez rapidement aux participants les objectifs de la formation. A la fin de cette formation, les participants seront capables de : 1. Comprendre et apprehender le contexte et la finalité des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies concernées et du MRM 2. D acquérir des compétences et de renforcer leurs capacités à collecter des informations et à produire des documents sur les violations graves à l'encontre des enfants 3. De fournir des réponses adaptées dans le cadre de violations graves sur les enfants. 10

11 5. Documentation relative au MRM Il est essentiel que tous les participants comprennent la différence entre les documents et leurs usages respectifs. Montrez chacun des deux documents et expliquez leur finalité et leur utilisation. 1. Informations et lignes directrices sur le MRM : ce court document contient un résumé et des informations concises sur le contexte du MRM, les résolutions, les règles de mise en œuvre et les exigences en matière de communication de l'information. Ce document permet aux hauts dirigeants de se saisir du concept et des exigences définies, s'ils n'ont pas le temps de lire le Manuel de terrain. Il est également vivement conseillé au personnel technique de le lire pour mieux connaître les dimensions générales et politiques du MRM. 2. Manuel de terrain du MRM : ce document vient compléter les «Informations et lignes directrices» et donne des informations techniques relatives à la mise en œuvre, aux processus et à la communication de l information dans le cadre du MRM. Il est conseillé de conserver ce document à portée de main comme outil de référence au quotidien pour les personnes en charge du MRM et pour orienter le personnel de terrain quant aux exigences, à la méthodologie et aux normes minimales. 11

12 MODULE 1 : Étapes de mise en place du MRM Objectifs : S'assurer que les coordonnateurs connaissent parfaitement tous les éléments nécessaires pour le MRM S assurer que les coordonnateurs comprennent parfaitement les contraintes techniques du MRM et sont capables de conseiller les coprésidents et les autres membres des GTN-MRM. Participants Coordonnateurs Séance Discussion en séance plénière Temps nécessaire 60 minutes Salle nécessaire Salle de cours principale Équipement Tableau chevalet Personne(s) ressource Supports de formation 1 personne qui connaît le sujet, qui fait preuve de flexibilité et qui peut réagir rapidement pour adapter la séance au fur et a mesure L animateur doit également être capable d enrichir la discussion en apportant des exemples et des enseignements concrets basés sur sa propre expérience de mise en place d'un mécanisme de MRM. Manuel de terrain du MRM, section B Documents pour les participants Mandat du Groupe de travail national Accès aux supports 12

13 Déroulement de la séance Ce module a vocation à être flexible afin de s'adapter aux besoins des participants et de refléter leur positionnement dans le processus de mise en place ou de gestion du MRM. Les participants qui travaillent sur le sujet depuis plus longtemps peuvent apporter un plus à la séance en partageant leur expérience avec les personnes qui ne connaissent pas le MRM ou qui viennent de pays où le MRM est en cours de mise en place. 1. Identification des éléments d'approfondissement du débat (15 minutes) a. Demandez aux participants de consacrer quelques minutes à lire la section C du Manuel de terrain «Étapes de mise en place du MRM». b. Les participants discutent en binômes des points qu ils ne comprennent pas et qui diffèrent de la perception qu ils en ont - ou de la façon dont le MRM a été mis en œuvre dans le pays dans lequel ils travaillent-. c. Réflexion commune : suite à la discussion en binômes, demandez aux participants d identifier des points d achoppement ou les aspects sur lesquels ils pensent qu une discussion plus poussée permettrait d apporter des éclaircissements. Astuce : voici quelques points pouvant être suggérés s'ils ne sont pas soulevés par le groupe : Comment déterminer le système de vérification? Comment impliquer les partenaires? Comment garantir le retour d informations à différents niveaux? Où trouver de l aide? 2. Discussion en séance plénière (45 minutes) a. Listez les principaux sujets de discussion issus de la réflexion commune : il peut être nécessaire de regrouper les éléments cités dans des catégories adaptées. b. Certains des aspects cités peuvent simplement nécessiter une explication de la part de l animateur ou d'un participant expérimenté. Abordez ces éléments en premier et rayez-les de la liste au fur et à mesure. c. Animez la discussion sur les sujets restants : fixez une durée maximale en fonction du nombre de points à aborder. Encouragez les participants à partager leurs propres expériences ou les situations dans lesquelles ils ont rencontré des difficultés dans la mise en place du MRM. Astuce : pour avoir assez de temps pour la discussion plénière, il peut être intéressant de programmer la pause entre les parties 1 et 2 de ce module. 13

14 MODULE 2 : Présentation des droits de l enfant Cette séance s'inscrit normalement dans la progression vers des approches orientées sur les droits de l'enfant, mais constitue une bonne introduction aux droits de l enfant et à la notion de responsabilité. À l'origine, l exercice portait sur les droits de l'homme mais il a été adapté ici pour aborder les droits de l'enfant. Objectif : Examiner les droits fondamentaux de l'enfant dans n'importe quelle société, et pas seulement en situation de conflit. Participants Personnel en charge du MRM Séance Temps nécessaire Salle nécessaire Équipement 1. Exercice participatif sur les droits et les responsabilités dans une société nouvelle 2. Débriefing rapide 60 minutes pour le module de base + temps supplémentaire si le groupe souhaite aborder plus en détail la CDE et les législations nationales Grand espace : éventuellement la salle de formation principale, s'il est possible de déplacer les tables pour former un grand espace au milieu Document avec tableau chevalet Papier ou cartes de couleur tiers de feuille A4 (au moins deux couleurs différentes) Personne(s) ressource 1 personne connaissant le sujet, disposant d'une expérience de présence sur le terrain ET faisant preuve d assurance en étant capable de prendre le rôle de Commandant du vaisseau spatial Supports de formation Documents pour les participants Document de référence : Scénario d'exercice sur les droits de l'enfant Diaporama PPT : «Classification des droits de l enfant» Convention relative aux droits de l enfant Convention relative aux droits de l enfant (CDE) Accès aux supports Les supports de formation figurent dans le dossier du module 2 : Droits de l'enfant. 14

15 Il s agit d un exercice de sensibilisation, qui peut être utilisé en début d'atelier afin d'établir quels sont les droits de base de tous les enfants, et pas uniquement en situation de conflit. Cela permet d effectuer une bonne entrée en matière, à travers une présentation et/ou un rappel de la Convention relative aux Droits de l Enfant (CDE). Préparatifs à la séance Assurez-vous d'avoir des cartes (taille : un tiers de feuille A4) et des marqueurs pour chaque groupe. Tenez-les prêts à être utilisés ou distribués lorsque l'exercice commence. Déroulement de la séance 1. Exercice participatif sur les droits de l enfant première partie (15 minutes) 1 Distribuez aux participants le document de référence «Scénario de présentation des droits de l'enfant». 2 Indiquez-leur que vous êtes le commandant du vaisseau spatial qui les transporte actuellement vers la planète Égalia. Aujourd hui vous avez peu de temps devant vous et vous leur demandez de travailler vite, très vite. 3 Divisez les participants en quatre groupes. 4 Donnez aux groupes 1 et 2 un délai de 15 minutes pour se mettre d'accord au sein de leurs groupes respectifs, sur les 10 droits de l'enfant qu'ils souhaitent établir sur la planète Égalia. 5 Donnez aux groupes 3 et 4 un délai de 15 minutes pour se mettre d'accord au sein de leurs groupes respectifs, sur les 10 devoirs ou responsabilités qu'ils souhaitent que les adultes aient envers les enfants sur la planète Égalia. 2. Exercice participatif sur les droits de l enfant deuxième partie (5 minutes) 6 Réunissez les groupes 1 et 2 et indiquez-leur qu'ils doivent maintenant combiner leurs listes et se mettre d'accord sur 10 droits de l'enfant (à inscrire sur des affiches). Ils doivent aussi choisir un capitaine. Dans le même temps, 7 Réunissez les groupes 3 et 4 et indiquez-leur qu'ils doivent maintenant combiner leurs listes pour se mettre d'accord sur 10 devoirs ou responsabilités envers les enfants, à inscrire sur des affiches. Ils doivent aussi choisir un capitaine 3. Exercice participatif sur les droits de l enfant troisième partie (10 minutes) 1 Revenez en plénière (un seul groupe). 2 Affichez l affiche sur les droits de l'enfant afin que tous les groupes puissent la voir. 3 Encouragez les deux capitaines à discuter pour voir si les responsabilités correspondent aux droits des enfants. 4 Dites aux capitaines de souligner les différences et de se mettre d accord sur les droits de l enfant à établir sur la planète Égalia. 15

16 5 Informez le reste des participants qu'ils peuvent donner des conseils aux capitaines, mais que ces derniers peuvent prendre les décisions finales au nom de leurs groupes. 4. Discussion plénière sur les droits de l'enfant suite à l'exercice (20 minutes) - Ces droits s'appliqueraient-ils à tous les enfants de la planète? - Y aurait-il des occasions justifiant la suspension des droits? Qui en déciderait? - Y a-t-il certains droits qu ils seraient prêts à sacrifier? Lesquels, et dans quelles circonstances? - Quels droits seraient suspendus en cas de conflit? Il est intéressant de poser cette question puis, après quelques échanges, de souligner le fait qu il ne peut être dérogé à la CDE en aucun cas, même pendant un conflit. - Qu est-ce qui peut mal tourner? Comment gérer le cas d'une personne qui enfreint les règles? - Peuvent-ils identifier des regroupements de droits? Montrez la diapositive PowerPoint «Classification des droits de l enfant». - Indiquez la date de ratification de la CDE par le pays dans lequel vous travaillez/ les participants travaillent. 5. Discussion plénière sur la CDE et la législation nationale (temps supplémentaire selon les besoins) - Consultez la CDE. - Mettez en parallèle les droits listés au cours de l'exercice avec ceux listés par la CDE. Quels sont les droits qui manquent et pourquoi n ont-ils pas été retenus? S il reste du temps, divisez les participants en petits groupes et demandez-leur de discuter ensemble des questions suivantes : - Certains droits de l enfant sont plus importants ou fondamentaux que d autres, notamment en premier lieu le fait de disposer de nourriture et d un toit, puis de la liberté d expression : êtes-vous d'accord? - Les droits de l enfant ne sont pas les mêmes partout, ils dépendent des traditions culturelles : êtes-vous d'accord? En séance plénière, demandez aux participants de partager les résultats de leurs discussions. Demandez aux participants s'ils connaissent la législation nationale sur les droits de l'enfant et communiquez leur les informations sur la législation concernée. Précisez que, sur le terrain, pour de nombreuses populations, la référence à la législation nationale sera plus pertinente (N.B. : ce point est abordé dans le Module 4B «Définitions et fondement juridique»). 16

17 MODULE 3 : Incidence des conflits armés sur les enfants Cette séance a été conçue pour les situations de conflit en général, mais quand cela est nécessaire, elle doit être modifiée en fonction du pays dans lequel se déroule la formation. Objectifs : Comprendre l impact potentiel d un conflit sur les enfants, les familles et les communautés. Initier les participants au concept de violations graves à l encontre des enfants, commises par des forces armées ou des groupes armés. Participants Séance Temps nécessaire Orientation Personnel en charge du MRM 1. Exercice participatif sur la façon dont les enfants sont affectés 2. Débriefing rapide 60 minutes Salle nécessaire Grand espace : éventuellement la salle de cours principale, s'il est possible de déplacer les tables pour former un grand espace au milieu Équipement Personne(s) ressource 1 personne connaissant le sujet et disposant d'une expérience de présence sur le terrain Supports de formation Cartes «Rôles d'enfants pour travailler sur l impact des conflits armés» (à préparer comme indiqué ci-après) Documents pour les participants Accès aux supports Convention 182 de l'onu sur les pires formes de travail des enfants Principes directeurs inter-agences relatifs aux enfants non accompagnés ou séparés de leur famille Engagements de Paris Enfants et DDR Jeunes et DDR Impact des conflits armés sur les enfants 1 et 2 Protection des enfants pendant les conflits armés Le rapport Graça Machel examen 10 ans après Les supports de formation et tous les documents pour les participants figurent dans le dossier du module 3: Incidence des conflits armés sur les enfants. 17

18 Préparatifs 1. Préparez des cartes de rôles tel qu'indiqué ci-après (une par participant). Chaque carte de rôle doit être différente et doit indiquer le sexe et l'âge de l enfant. Voir le document «Rôles d'enfants pour travailler sur l impact des conflits armés» dans le dossier des supports de formation. Distribuez une carte par personne. Déroulement de la séance Les étapes ci-dessous guident l'animateur dans le déroulement d'un exercice participatif suivi d'une réflexion commune et d une discussion plénière. 1. Exercice participatif sur la protection de l'enfant en situation de conflit (20 minutes) Identifier les facteurs de risques et de protection de l enfant dans les situations d urgence ; mettre en évidence quels enfants sont susceptibles d être particulièrement vulnérables en cas d urgence. 2. Décrivez le scénario suivant (N.B. : il peut être modifié selon votre contexte de travail). On constate une augmentation de la violence dans la ville où tu vis : des groupes rebelles inconnus effectuent des attaques quotidiennes et l'armée intensifie sa présence pour riposter à ces groupes. À la radio, tu entends que la situation est identique dans de nombreuses autres villes et que le groupe rebelle devient plus fort jour après jour. Il y a des hommes armés partout et tu vois parfois des chars dans ton quartier. 3. Demandez aux participants de se lever et de s aligner contre un des murs de la salle. Distribuez à chacun une carte de rôle et demandez-leur de réfléchir à ce que peut ressentir cet enfant dans la situation décrite ci-dessus. 4. Indiquez-leur que vous allez leur lire une affirmation et que, s'ils peuvent répondre oui, ils doivent faire un pas en avant. Un grand pas signifie qu ils peuvent dire oui facilement, un petit pas signifie que l affirmation est en partie vraie pour eux. S ils ne peuvent pas répondre oui, ils doivent rester là où ils sont/ sur place. 5. Lisez les affirmations ci-dessous, une par une, en laissant du temps aux participants de réfléchir à la question et de s avancer s ils sont d accord. Affirmations : - Tu peux te procurer de la nourriture et de l'eau chaque jour. - Tu as un toit. - Tu es protégé(e) du recrutement dans les forces ou groupes armés. - Tu es protégé(e) des violences sexuelles. - Tu disposes d un accès à des services de santé et d éducation. - Tu as du temps et un endroit pour jouer. - Tu as quelqu un vers qui te tourner si tu es inquiet(e) ou stressé(e). - Tu peux prendre des décisions en ce qui concerne ta vie et tes activités. - Tu peux participer aux activités de la communauté. 5. Demandez aux participants qui sont à l avant : qu est-ce qui les a protégés? Demandez à ceux qui sont au milieu et à l arrière : quels sont les principaux obstacles à leur protection? Qu est-ce qui les a rendus vulnérables? Qu est-ce qui les a protégés? 18

19 6. Demandez aux participants qui sont à l avant : qu avez-vous ressenti en voyant que vous étiez devant les autres? 7. Demandez aux participants qui sont à l arrière : qu avez-vous ressenti en voyant qu il y avait d autres enfants devant vous? 2. Discussion en séance plénière (40 minutes) Incidence sur les enfants, les familles et les communautés Réflexion commune : 1. Qu est-ce qu un conflit armé? 2. Réfléchissez à la situation dans laquelle vous travaillez. Quelles sont les incidences possibles de ce conflit? Sur : a. Les enfants b. Les familles c. Les communautés Inscrivez les réponses des participants sur le tableau chevalet au fur et à mesure. Voici une liste non exhaustive de réponses possibles : Incidence sur les enfants : - Décès ou blessures - Torture - Violences sexuelles - Enlèvement - Séparation - Violence domestique - Exploitation (sexuelle, travail, trafic) - Déplacement - Problèmes psychosociaux - Perte des repères habituels - Angoisse, peur, méfiance -. Incidence sur la famille - Les parents peuvent ne plus être en mesure de protéger leurs enfants - Augmentation de la violence domestique - Problèmes économiques - Séparation familiale -. Incidence sur la communauté - Les établissements scolaires et de santé ne fonctionnent plus ou sont inaccessibles - Tensions au sein de la communauté - Altération des valeurs de la communauté - Des milliers d enfants subissent les conséquences du conflit et les communautés ne peuvent pas réagir/gérer ces problèmes/leur apporter leur aide -. 19

20 Violations graves à l'encontre des enfants Indiquez aux participants que cette formation porte sur la surveillance, la communication de l information et la réponse aux violations graves commises à l encontre des enfants par des forces armées ou des groupes armés. Déterminez quelles incidences parmi celles énumérées ci-dessus peuvent constituer une violation grave à l encontre des enfants. Demandez aux participants d examiner la liste sur le tableau chevalet et de voir lesquelles pourraient entrer dans cette catégorie. Si le temps le permet, laissez-les discuter en binômes pendant quelques minutes. Demandez aux participants de vous dire quelles violations ne sont pas commises directement par des forces armées ou des groupes armés. Si le groupe est d accord, rayez le point concerné. Les violations restantes peuvent-elles être classées comme des violations graves commises à l encontre des enfants par des forces armées ou des groupes armés? Distribuez la liste des six violations prises en compte par le MRM. Les incidences listées sur le tableau chevalet correspondent-elles? Si certaines ne sont pas incluses, discutez de ce que cela implique. Cet exercice correspond-il à la situation dans laquelle vous travaillez? Discutez de cet aspect si nécessaire. Astuce : les participants peuvent poser la question de ce qui constitue un conflit armé ou ce que l'on définit par groupe armé, compte tenu du fait que les bandits et les bandes criminelles sont des groupes armés. La citation ci-dessous issue du rapport annuel 2005 du SG peut être utile. Para. 96. «S agissant de l élaboration des rapports de suivi et des listes de contrôle, il convient de souligner qu il n existe pas de définition universellement applicable du «conflit armé» en général, et qu en particulier, le mandat de mon Représentant spécial ne contient aucune définition de ce terme. Dans l exécution de son mandat, mon Représentant spécial a abordé cette question avec pragmatisme et dans un esprit de coopération, en veillant à assurer une protection large et effective aux enfants exposés à des situations préoccupantes, sans s attacher à la définition du terme «conflit armé». Toute mention dans les rapports de suivi d un État ou d une situation donnée ne saurait être interprétée comme une décision juridique établissant qu il existe une situation de conflit armé au sens des Conventions de Genève et de leurs Protocoles additionnels.» Les enfants et les conflits armés : rapport annuel mondial du Secrétaire général (février 2005) 20

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE

RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE Collège Denecourt de Bois Le Roi 3 ème STAGE DE DÉCOUVERTE D UN MILIEU PROFESSIONNEL (SÉQUENCES D OBSERVATION) RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE La règle

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage Assurances Introduction Si vous possédez une automobile au Canada, vous devez avoir quelques notions de base sur l assurance. Les autres types d assurances sont semblables, mais il existe de grandes différences.

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Situation d apprentissage et d évaluation. Guide de l élève

Situation d apprentissage et d évaluation. Guide de l élève Parcours de formation axée sur l emploi Formation préparatoire au travail (FPT) Autonomie et participation sociale Situation d apprentissage et d évaluation NOM : GROUPE : Guide de l élève Commission scolaire

Plus en détail

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE Critères valables pour toute affectation en tant que Volontaire des Nations Unies, pas uniquement pour les affectations en réponse à la crise du virus Ebola. Les exigences

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées :

Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées : Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées : Guide pour la formation de vos employés en vertu de l article 7 www.verslaccessibilite.ca Août 2013 Avertissement La présente ressource de formation

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones

COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones COMMENT FAIRE POUR Mettre en œuvre le questionnaire de MY WORLD sur les téléphones L enquête sur My World est disponible à travers trois canaux principaux: en ligne sur www.myworld2015.org hors ligne sous

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Exercice Green Cloud. Résumé

Exercice Green Cloud. Résumé Exercice Green Cloud Résumé Avril 2014 http://simtec.jibc.ca 1 P age Introduction L exercise Green Cloud est le deuxième d une série de cinq prévus sur une période de quatre ans qui auront pour but d étudier

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010

Plus en détail

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi FICHE S PEDAGOGIQUE S Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi 2 TABLE DES MATIERES PREMIERE PHASE : BILAN 1. Organisation de la phase de bilan 5 2. Fiches relatives à l'expression orale

Plus en détail

Fiche Info : Compétences essentielles

Fiche Info : Compétences essentielles Fiche Info : Compétences essentielles Une compétence est une connaissance approfondie dans un domaine donné. En d autres termes, une compétence est une expertise quelconque. Être compétent signifie être

Plus en détail

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I

ANNÉE D INITIATION AU LEADERSHIP À L INTENTION DES AUTOCHTONES (AILA) RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS PARTIE I RENSEIGNEMENTS ET QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES POSTULANTS RENSEIGNEMENTS ET INSTRUCTIONS GÉNÉRALES PARTIE I 1. Ce document se divise en trois parties. La Partie I (pages I-1/2 à I-2/2) présente des

Plus en détail

Activité pédagogique Carrières en justice

Activité pédagogique Carrières en justice Activité pédagogique Carrières en justice Description : Au cours de cette activité, les élèves seront amenés à découvrir de nombreuses carrières en justice, étudier à fond une de ces carrières, rencontrer

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Accompagnez également vos enfants sur les réseaux sociaux! Mais que font donc les jeunes sur les réseaux sociaux? Ils socialisent comme l ont toujours fait les adolescents,

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage Services bancaires Introduction Les institutions financières, notamment les banques, les sociétés de fiducie, les coopératives de crédit et les caisses populaires, sont des entités essentielles à la gestion

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation»

GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation» GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation» CEFOR Ressources humaines Version Février 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 OBJECTIFS ET ORGANISATION DE LA FORMATION... 5 Les bénéficiaires de la formation...

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui Tchat Un tchat est un outil de communication sur Internet qui permet de parler en temps réel avec un ou plusieurs internautes. Un tchat est aussi appelé messagerie instantanée. Un pseudo peut cacher n

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH Distr. GENERAL HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ENGLISH PRINCIPES DIRECTEURS SUR LA PROTECTION INTERNATIONALE: «L appartenance à un certain groupe social» dans le cadre de l'article

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures

Bourse de recherche Jeff Thompson. Politique et procédures Bourse de recherche Jeff Thompson Politique et procédures Table des matières Objet et contexte... 2 Financement... 2 Candidats admissibles... 3 Processus de sélection et d attribution de la bourse... 4

Plus en détail

GUIDE DU PARTENARIAT DE L ANIMATEUR MANUEL. Rédigé par Ken King, Anne Smith et Flo Frank pour Développement des ressources humaines Canada

GUIDE DU PARTENARIAT DE L ANIMATEUR MANUEL. Rédigé par Ken King, Anne Smith et Flo Frank pour Développement des ressources humaines Canada Développement des ressources humaines Canada Human Resources Development Canada MANUEL DE L ANIMATEUR GUIDE DU PARTENARIAT Rédigé par Ken King, Anne Smith et Flo Frank pour Développement des ressources

Plus en détail

Les enfants et les jeux : astuces à l'usage des parents pour aider les enfants à jouer en toute sécurité

Les enfants et les jeux : astuces à l'usage des parents pour aider les enfants à jouer en toute sécurité Les enfants et les jeux : astuces à l'usage des parents pour aider les enfants à jouer en toute sécurité CyberCentre Maison de Quartier de Wazemmes Vous pouvez aider vos enfants à jouer en toute sécurité

Plus en détail

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1)

LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) LOI du 4 FEVRIER 2000 relative à la création de l'agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Mon. 18.II.2000) (1) Modifications: L. 13 juillet 2001 (Mon. 4.VIII.2001) L. 24 décembre 2002

Plus en détail

L'art d'établir un ordre du jour efficace

L'art d'établir un ordre du jour efficace L'art d'établir un ordre du jour efficace Par Denise Edwards Extrait de : http://www.omafra.gov.on.ca/french/rural/facts/05 038.htm Table des matières Introduction Sources des points à l ordre du jour

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954)

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Source: Archives Nationales du Luxembourg, Luxembourg. Affaires étrangères. Communauté européenne de

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA

FINAL ACCORD DE LA MANCHA 25 juin 2006, Athènes L ACCORD DE LA MANCHA L ACCORD DE LA MANCHA Le processus de La Mancha est né de la nécessité de relever les défis internes et externes auxquels se heurte l'action de MSF. Après plus d une année de discussions et de débats,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet!

N oubliez pas de sauvegarder après avoir intégré ce fichier dans votre espace extranet! FORMULAIRE PDF REMPLISSABLE POUR REPONSE PEDAGOGIQUE AAP 2015 DU Page 1 sur 14 Avant toute chose, rappelez ici : 1 - Le titre principal (anciennement titre long) de votre projet [90 caractères] Cabinet

Plus en détail

Une approche mobile Le développement et le soutien d occasions. Nipissing University. L occasion d innover

Une approche mobile Le développement et le soutien d occasions. Nipissing University. L occasion d innover Une approche mobile Le développement et le soutien d occasions d apprentissage mobile pour les étudiantes et étudiants de la L occasion d innover Forte de sa longue expérience dans l usage des technologies

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours

TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours TERMES DE REFERENCE pour une Evaluation Externe à mi-parcours Aide médicale d'urgence en faveur des populations de la Province Orientale, DRC affectées par les conflits - continuation et exit convenable

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

I. PRÉSENTATION DU HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME

I. PRÉSENTATION DU HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME I I. PRÉSENTATION DU HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME A. Le programme des Nations Unies pour les droits de l homme LeprogrammedesNationsUniesdansledomainedesdroitsdel hommeœuvreàlapromotion

Plus en détail

Summer School Language Assessment French Language Test Level B1. for students who wish to take a B1 class

Summer School Language Assessment French Language Test Level B1. for students who wish to take a B1 class 1 Summer School Language Assessment French Language Test Level B1 for students who wish to take a B1 class NOM : Prénom : Présentation générale Durée des épreuves collectives : 1 heure 35 minutes Cette

Plus en détail

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires

La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires La lutte contre le trafic illicite de biens culturels sur Internet : L UNESCO et la réponse de ses partenaires Introduction L'UNESCO est un acteur majeur dans la lutte contre le trafic illicite d objets

Plus en détail