Programme des formations Programma opleidingen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme des formations 2015-2016. Programma opleidingen"

Transcription

1 Centre d Appui Médiation de dettes ASBL Programme des formations Programma opleidingen Steunpunt Schuldbemiddeling VZW

2 FORMATION DE BASE Formation de base à la médiation de dettes Cette formation est destinée aux médiateurs de dettes (travailleurs sociaux et juristes) débutants et vise à leur donner les premières connaissances de base essentielles à la pratique de la médiation de dettes. Cette formation s étend sur 10 jours, organisés comme suit : Journées 1 et II: Relations médiateur/usager (Alain Joret, psychologue et Sylvie Moreau, juriste) Comment mettre en place une relation efficace avec l usager. Quelle déontologie pour le médiateur de dettes. Journée III: le Budget et les plans de règlement (Sandrine Van Demoosdyk, médiatrice de dettes) Etablissement du budget: ressources, dépenses, rétablir la personne dans ses droits, trucs et astuces. Elaboration des plans amiables: que proposer aux créanciers, évaluation des risques, Journée IV: Notions de droit des obligations (Gilles Bruneau, juriste) C est quoi une dette Obligation conjointe, solidaire et indivisible. Le contrat/les conditions générales. La prescription. Les pratiques de marché. La caution. Journée V: Les dettes du couple (Sylvie Moreau, juriste) Journée VI: Analyse des décomptes (Marie Vandenbroeck, juriste) Recouvrement amiable. recouvrement judiciaire. Journée VII: Les saisies et les cessions (Sylvie Moreau, juriste) Journée VIII: Le crédit à la consommation (Anne Defossez, juriste) Journée IX: le règlement collectif de dettes (Béatrice Verhaegen, médiatrice de dettes) Quand introduire un RCD Comment introduire un RCD (requête) Journée X: Etude de cas et stratégies de négociation face aux créanciers suivants: (Jan Willems, coordinateur et Sylvie Moreau, juriste) Fisc Bailleur Fournisseurs d énergie Receveur amendes pénales Hôpitaux Transport Pensions alimentaires Formation en 10 jours : Lundi 18 janvier 2016 Mardi 19 janvier 2016 Jeudi 21 janvier 2016 Vendredi 5 février 2016 Mardi 16 février 2016 Vendredi 19 février 2016 Jeudi 10 mars 2016 Jeudi 17 mars 2016 Mardi 12 avril 2016 Vendredi 15 avril 2016 Horaire : 9h 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 15

3 FAMILLE Les créances alimentaires Laurence Farr, avocate au barreau de Bruxelles La question des aliments est récurrente dans les dossiers de médiation de dettes, l usager pouvant être tantôt débiteur d aliments, tantôt créancier. Cette formation a pour objectif de répondre à toute une série de questions pratiques, dont notamment : Devoir de secours entre époux : Concrètement quand peut-on le demander en cas de séparation A qui et comment Recours possible au SECAL si nonpaiement A quelles conditions Ce devoir existe-t-il entre cohabitants légaux Comment ce devoir s articule-t-il avec l obligation de contribution aux charges du ménage Obligations alimentaires fondées sur l état de besoin : Qui peut être créancier/débiteur Comment demander cette pension et déterminer son montant Prescription Quand prend-elle fin : Faut-il une décision d un juge pour qu il y soit mis fin si la situation du débiteur/créancier d aliments a changé Peut-elle prendre la forme du paiement de la maison de retraite S il y a plusieurs enfants, comment cette obligation se répartit-elle entre eux Régime fiscal Obligation alimentaire des parents envers leurs enfants : Quid en cas de séparation de fait : Comment l organiser Que recouvre-t-elle Comment est-elle fixée/indexée Comment peut-elle être révisée Prescription Articulation par rapport aux frais extraordinaires Déductibilité fiscale Quid de contributions alimentaires fixées par le tribunal dans le cadre des mesures urgentes et provisoires et jamais payées : Pendant combien de temps peut-on faire exécuter ce jugement Pension alimentaire entre ex époux Etat de besoin Quid si violence Quel montant Jusque quand est-elle due Quid en cas de décès de l ex-époux débiteur, est-ce une charge de la succession Quid entre ex cohabitants légaux Pour toutes les créances alimentaires : Quand et comment la délégation de somme peut-elle être mise en œuvre Peut-elle être mise en œuvre à titre préventif, avant tout défaut de paiement Et de manière générale: Quand une pension alimentaire devient-elle une charge de la succession Comment est mis en œuvre l article 205 bis du Code civil Les frais de dernière maladie peuventils être réclamés aux enfants qui ont renoncé à la succession de leur parent décédé Quid des factures émises par un hôpital pour un enfant mineur Quid de l hôpital qui poursuit à charge d un jeune majeur, le paiement d une facture établie à son nom alors que les soins prodigués l ont été lorsqu il était mineur Quid des amendes de la SNCB/les surtaxes STIB établies au nom d un jeune mineur et dont le paiement lui est réclamé lorsqu il devient majeur Quid des frais funéraires Par qui doivent-ils être supportés si la succession est déficitaire Formation en 1 jour : Jeudi 21 avril 2016 Horaire : 9 h 17h Prix : voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

4 Règlement collectif de dettes Le règlement collectif de dettes (niveau débutant) Alexia Verbraeken et Sylvie Moreau, juristes Cette formation a pour objectif, en partant de cas concrets rencontrés par les médiateurs de dettes, de déterminer quand il est opportun d introduire un RCD et quand il ne l est pas. Le RCD est, en effet, une procédure lourde et coûteuse qui ne constitue pas la panacée dans tous les dossiers de surendettement (seul un conjoint est demandeur, insolvabilité, peu de possibilité d augmentation des revenus, charges excessivement importantes, le débiteur ne semble pas être capable de pouvoir respecter les obligations de la procédure, rejet de la décision d admissibilité, risques de perdre l immeuble, endettement pénal ou alimentaire important, conditions d admissibilité non remplies, activités commerciales à titre complémentaire, absence de logement, séjour précaire, soupçons de travail au noir, ). Dans l hypothèse où un RCD ne semble pas la solution, cette formation a pour objectif de déterminer les autres possibilités d action du médiateur (ne rien faire, négocier à l amiable, demander des délais de paiements, faire aveu de faillite, vérifier la légalité des décomptes, ). La journée de formation permettra également de rappeler les grandes étapes de la procédure de règlement collectif de dettes et de mettre en lumière les problèmes qui peuvent se poser à chacune d entre elles : Détermination du pécule de médiation, problème de communication avec le médiateur judiciaire, nonpaiement du pécule de médiation en temps et en heures, pécule de médiation inférieur au RIS ou aux quotités saisissables, déclaration de créances tardive non communication du rapport annuel, absence de transparence des mouvements opérés sur le compte de médiation, immobilisme du médiateur, dettes nouvelles, demande de désistement, de remplacement, déménagement du médié, Enfin, la formation abordera la manière de remplir la requête en RCD et le travail préliminaire que sa rédaction requiert (notamment à Bruxelles), en rappelant les exigences à cet égard du tribunal de travail de Bruxelles. Afin d optimiser l interactivité et la portée pratique de la formation, il est demandé aux participants de réfléchir préalablement aux situations qu ils ont rencontrées où l introduction (ou non) d un RCD posait question et aux difficultés qu ils rencontrent dans le remplissage de la requête ou dans le suivi d une personne en médiation judiciaire. Formation en 1 jour : Lundi 29 février 2016 Horaire : 9 h 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants :18

5 Règlement collectif de dettes Le règlement collectif de dettes: questions particulières RCD (niveau avancé) Sabine Thibaut et Sylvie Moreau, juristes Cette formation a pour objectif d apporter un éclairage sur des problématiques récurrentes et (parfois) controversées en matière de règlement collectif de dettes par le biais d analyse de décisions de jurisprudence récentes. Les questions suivantes seront abordées : RCD et créancier fiscal : Compensation avec créances postérieures à l admissibilité, hypothèque légale, dettes contestées, privilèges, articulation avec la surséance indéfinie. RCD et biens immobiliers : Opportunité d introduire la requête, faculté ou obligation de vendre Quid en cas de désaccord du créancier hypothécaire ou du médié Vendre de gré à gré ou en vente publique Quels sont les droits du médié Quand demander l autorisation Quid lorsque le compromis a été signé avant l admissibilité Quid si le médié est copropriétaire de l immeuble ou en indivision avec d autres personnes qui ne sont pas en RCD Quel est le rôle du notaire Qu est-ce que le médiateur doit contrôler Qu est-ce que la purge Le créancier hypothécaire peut-il revendiquer une indemnité d occupation si les mensualités n ont pas été payées pendant qu on négociait le sort de l immeuble Quid des intérêts de la créance hypothécaire. RCD et successions : Deux hypothèses seront envisagées : Lorsque le médié décède et lorsque le médié hérite. A quoi faut-il être attentif avant d accepter une succession Quelles sont les informations dont a besoin le notaire RCD et dettes nouvelles : Un créancier nouveau peut-il saisir le compte de la médiation ou opérer une saisiearrêt directement auprès de l employeur du médié Que faire dans ce cas de figure La révocation est-elle inévitable RCD et garantie locative Clôture du RCD et répartition du compte de la médiation RCD et amendes pénales RCD et dettes alimentaires RCD et séparation du couple RCD et rôle du médiateur, gestionnaire de la masse RCD et dettes de la faillite RCD et rejet de la procédure RCD et litige indivisible RCD et Fonds de traitement du surendettement Formation en 1 jour et demi: Jeudi 14 avril 2016 (9h à 17h) Vendredi 29 avril 2016 (9h à 13h) Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

6 COLLECTIEVE SCHULDENREGELING CSR: wanneer de aanvraag indienen Robin Van Trigt, jurist Deze opleiding vertrekt vanuit concrete gevallen van de diensten schuldbemiddeling en heeft als doel te bepalen, wanneer het geschikt is een collectieve schuldenregeling in te dienen of niet. De CSR is immers een zware en dure procedure die niet altijd de beste oplossing is bij schuldoverlast (slechts één van de echtgenoten is de verzoeker, insolventie, weinig mogelijkheden om de inkomsten te verhogen, buitengewoon hoge kosten, de schuldenaar zal de verplichtingen van de procedure waarschijnlijk niet kunnen eerbiedigen, verwerping van de beschikking van toelaatbaarheid, het risico bestaat dat (het) onroerend goed(eren) verkocht wordt, belangrijke strafrechtelijke of alimentatieschulden, niet vervulde toelaatbaarheidsvoorwaarden, verkoopactiviteit die in bijberoep uitgeoefend wordt, de persoon heeft geen woning, precaire verblijfssituatie, verdenking van zwartwerk ). De opleiding zal ook de mogelijkheid geven de belangrijke stappen van de procedure in collectieve schuldenregeling te herhalen en de mogelijke problemen die zich bij iedere stap kunnen voordoen in het licht te zetten: bepaling van het leefgeld, communicatiemoeilijkheden met de gerechtelijke schuldbemiddelaar, nietbetaling op tijd van het leefgeld, leefgeld dat lager ligt dan het leefloon of dan de voor beslag vatbare bedragen, laattijdige verklaring van schulden, geen mededeling van het jaarverslag, gebrek aan transparantie over de rekeningbewegingen op de bemiddelingsrekening, immobilisme van de schuldbemiddelaar, nieuwe schulden, verzoek tot afstand, tot vervanging, verhuizing van de schuldenaar Om de dialoog en de praktische kant van de opleiding te optimaliseren, verzoeken wij de deelnemers op voorhand na te denken over de dossiers waar zich problemen gesteld hebben (of niet) bij het indienen van een CSR, waar ze moeilijkheden gehad hebben bij het invullen van het verzoekschrift of bij de follow-up van een persoon in collectieve schuldenregeling. Als een CSR de oplossing niet lijkt te zijn, zal deze opleiding andere actiemiddelen voorstellen (niets doen, minnelijk onderhandelen, betalingstermijnen aanvragen, failliet verklaren, de rechtsgeldigheid van de afrekeningen nakijken ). Opleiding in 1 dag : Oktober 2015 Prijs : Zie inschrijvingsformulier Plaats : Steunpunt Deelneemers max: 18

7 LOGEMENT Le bail de résidence principale Marie Godefridi, avocate L article 23 de la Constitution consacre le droit au logement. Pourtant, en pratique, beaucoup de personnes rencontrent des difficultés à se loger. A Bruxelles, le manque de logements sociaux est particulièrement criant. Les personnes précarisées sont contraintes de se tourner vers le marché locatif privé où ils sont confrontés à un manque de logements sains à un prix abordable. S ensuivent des dettes de loyers qui explosent dans les dossiers de médiation de dettes et des expulsions de plus en plus fréquentes. Cette journée de formation a pour objectif de faire le point sur la législation en matière de bail de résidence principale que ce soit dans le logement privé ou dans le logement social à Bruxelles. Qu est-ce qu un bail de résidence principale Doit-il faire l objet d un contrat écrit Quels sont les droits du locataire en cas de bail verbal Le bail doit-il être enregistré Par qui Où Pourquoi Faut-il faire un état des lieux Qui doit payer Quid si je ne suis pas d accord avec cet état des lieux Quid en l absence d état des lieux Quelles sont les obligataires respectives du propriétaire et du locataire Une clause qui m empêche d avoir des animaux domestiques est-elle légale Est-ce que le locataire peut souslouer le bien Est-ce que l assurance incendie est obligatoire Que couvre-t-elle Que couvre la garantie locative Quelles aides existe-t-il à sa constitution Entretien et travaux: qui doit faire quoi Quid en cas de logement insalubre Quid en cas d inertie du propriétaire Puis-je retenir le paiement des loyers Quid du paiement des charges Que reprennent-elles Que recouvre la provision Comment sont-elles réparties entre le locataire et le propriétaire Comment les contester Pendant combien de temps le propriétaire peut-il en réclamer le paiement Quand le bail prend-il fin Tacite reconduction Prorogation Bail de courte durée, préavis, indemnités, Quid en cas de conflit entre le propriétaire et le locataire Procédure d expulsion selon qu on se trouve dans un logement privée ou un logement social. Quid en cas de vente du bien loué Quels sont les droits du locataire... Formation en 1 jour : Vendredi 10 juin 2016 Horaire : 9 h 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

8 DETTES Recouvrement et décomptes : Ne payez que ce qui est dû! Sylvie Moreau, juriste Comment réduire au maximum le montant de la dette Comment utiliser les dispositions de la loi sur le recouvrement amiable de dettes, la loi sur la répétibilité des frais et honoraires d avocat et l AR fixant le tarif des huissiers de justice Quels sont les conseils à donner ou à suivre pour éviter des frais supplémentaires Quels arguments invoquer pour contester une clause pénale/indemnité forfaitaire Analyse de jurisprudence Quelles mesures prendre pour éviter les frais liés à une audience judiciaire Comment diminuer l indemnité de procédure à l audience Si celle-ci est inévitable : Comment la préparer au mieux et comment éviter des frais ultérieurs Comment formuler une plainte auprès de la Chambre nationale des huissiers de justice Comment rédiger un courrier percutant Exercices pratiques ( ) Formation en 1 jour : Jeudi 19 novembre 2015 Horaire : 9 h 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

9 DETTES Les prescriptions Sylvie Moreau, juriste La matière des prescriptions est complexe et variée. Le but de la formation est de vous permettre d y voir clair dans le mécanisme de la prescription libératoire : Il s agira notamment de : Comprendre comment se calcule un délai Comment le délai peut-il être interrompu ou suspendu Quels sont les différents types et délais de prescription applicables aux créances rencontrées dans les dossiers de médiation de dettes Quelle est l incidence d un paiement ou d une proposition de paiement Quelle est l incidence de l aveu ou du serment Prescription et abus de droit Analyse de cas particuliers Formation en 1 jour : Vendredi 3 juin 2016 Horaire : 9 h 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

10 DETTES Les dettes de l indépendant Gilles Bruneau et Sylvie Moreau, juristes L objectif de cette formation est de fournir aux médiateurs amiables une méthodologie pour traiter les dossiers de surendettement impliquant un indépendant. La situation est-elle de mon ressort ou dois-je passer la main Si oui, vers qui Le RCD est-il une solution Cette méthodologie prendra la forme d une check-list de questions à poser, de documents à demander et de points à vérifier afin d orienter au mieux l indépendant en difficulté. Le but est que vous puissiez accompagner et aider le mieux possible l'indépendant qui prend contact avec vous : Quelles questions dois-je lui poser Quels documents dois-je lui demander Comment faire un budget avec un indépendant Auprès de quels organismes puisje me tourner pour obtenir des renseignements Quels droits puis-je activer Résolument axée sur la pratique de la médiation de dettes, cette journée de formation s appuiera sur des cas pratiques, qui serviront de base à la construction d une méthode de travail applicable à la majorité des dossiers de surendettement lié à une activité indépendante. Formation en 1 jour : Vendredi 20 mai 2016 Horaire : 9h - 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu: Centre d Appui Nombre max de participants : 18

11 SCHULDEN DETTES De wet op het consumentenkrediet praktische oefeningen aan de hand van een Excel-programma Claire de Schaetzen, economiste Om met een financiële instelling efficiënt te kunnen onderhandelen, moet je een diepgaande kennis van de wet van 12 juni 1991 op het consumentenkrediet bezitten. Je leert er ook hoe de door het Steunpunt ontwikkelde tools te gebruiken : excel-programma van berekeningen, checklist, modelbrieven en voorbeelden. Deze opleiding laat je toe je kennis uit te breiden om optimaal te kunnen onderhandelen met een financiële instelling. Na deze opleiding, zal je bekwaam zijn afrekeningen te controleren, belangrijke vastgestelde misbruiken te herkennen, simulaties te maken om te berekenen wanneer een afbetalingsplan een einde zal nemen en de juiste juridische argumenten te gebruiken om de gegrondheid van de verbintenissen na te gaan. Opleiding in 1 dag en half : Maandag 22 februari 2016 van 9u tot 17u Donderdag 25 februari 2016 van 9u tot 13u Prijs : Zie inschrijvingsformulier Plaats : Steunpunt Deelneemers max : 10

12 DETTES Trouver les failles d un crédit à la consommation et négocier avec le prêteur Anne Defossez, juriste et Claire de Schaetzen, e conomiste Les dettes de crédit à la consommation occupent une place importante dans le surendettement des ménages. Pourtant, les situations dans lesquelles le débiteur paie la totalité du crédit alors que ses obligations pourraient être réduites sont nombreuses. Nous vous proposons dès lors une formation qui a pour objectif de vous faire acquérir les bons réflexes en la matière en vous fournissant une «check list» de questions à se poser avant toute négociation avec un éventuel prêteur. La formation partira d exemples concrets où une réduction des obligations de l emprunteur a pu être négociée compte tenu des irrégularités dont était entaché le contrat de crédit à la consommation. Cette formation comporte également un «volet économique» : il s agit d appréhender toutes les conséquences «économiques» de la négociation d un crédit. Formation en 2 jours et 1/2 : Jeudi 3 décembre 2015 de 9h - 17h Jeudi 10 décembre 2015 de 9h - 17h Vendredi 18 décembre 2015 de 9h - 13h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Ateliers du Web Nombre max de participants : 10

13 JUSTICE Une audience judiciaire: Comment ça se passe Cette formation a pour objectif de «désacraliser» une audience judiciaire en en expliquant le fonctionnement. Il n est pas rare que le médiateur de dettes accompagne ou assiste un de ses clients devant un Juge (juge de paix/juge du tribunal de première instance, juge du travail, ). Avoir quelques notions de droit judiciaire et savoir la manière dont l audience peut se dérouler sont deux atouts majeurs pour être efficace, anticiper les éventuelles problèmes qui peuvent se poser à l audience et défendre au mieux les intérêts du débiteur. Savoir ce qu il peut se passer à l audience est aussi le moyen le plus efficace pour préparer au mieux le débiteur à se défendre seul, si le médiateur de dettes ou le travailleur social ne peut pas l accompagner. Cette formation répondra notamment aux questions suivantes : Comment introduit-on une procédure Comment s adresse-t-on au juge ou à l avocat de la partie adverse Que veut dire la «mise en état» d une affaire Que signifie la mise au rôle ou le renvoi au rôle Qu est-ce qu une remise Qu est-ce qu un échange de calendrier Comment sortir une affaire du «frigo» Qu appelle-t-on «conclusions» Comment faire appel ou opposition d une décision Sarah Tournay, avocate Que doit-on faire après l audience pour éviter des frais supplémentaire Comment se désister d une instance Comment faire acter quelque chose par le Juge Quel est le rôle du greffe A quoi correspond la mise au rôle d une affaire Autant de questions pratiques qui seront résolues par des mises en situation concrètes, des exemples et des jeux de rôle. Cette formation sera également l occasion de vous présenter un outil pratique qui permet d expliquer au mieux à vos usagers ce qui les attend à l audience et ce qu ils doivent faire avant, pendant et après celle-ci. Cet outil a été créé par le Centre d appui avec la collaboration de médiateurs de dettes ayant participé aux groupes de travail en prévention du surendettement organisés en Formation en 1 jour et demi : Jeudi 22 octobre 2015 Vendredi 23 octobre 2015 (matin) Horaire : 9 h 17h et 9h à 13h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 18

14 JUSTICE Protection des personnes vulnérables : Premier bilan après un an d application de la nouvelle loi François-Joseph Warlet, magistrat Mercredi 16/01/2013 La loi Jeudi du 1717/01/2013 mars 2013 réformant les régimes Horaire d incapacité : 9 h et 16h30 instaurant le nouveau statut de protection conforme à la dignité Prix : humaine est entrée en vigueur le Lieu 1er : septembre Centre d Appui Médiation de dettes Un an après l entrée en vigueur des nouvelles Nombre dispositions, maximum comment de cela participants: passe t il 15 concrètement et quel bilan se peut-on tirer de cette nouvelle loi, censée «révolutionner» la matière Mardi 15/01/2013 Mercredi 16/01/2013 Les Jeudi objectifs 17/01/2013 du législateur sont-ils atteints en pratique Les Horaire justices : de 9 h paix 16h30 ont-elles les moyens Prix des ambitions Lieu : Centre du législateur d Appui - Médiation Les administrateurs de dettes désignés ont-ils été sensibilisés Nombre maximum à la nouvelle de mission participants: 15 qui leur a été dévolue par la loi, à savoir une mission de service, humaine et relationnelle, destinée à permettre aux personnes malades ou âgées de conserver le plus longtemps possible une part d autonomie au regard de l organisation de leurs conditions d existence Comment se passe la procédure concrètement Quels sont les points forts et les points faibles de la loi Quels est l intérêt et quelles sont les limites de la protection extra judiciaire De quelle protection bénéficie la personne vulnérable contre un administrateur défaillant Comment peut-on obtenir un changement d administrateur en cas de problèmes récurrents de paiement qui entraînent de nouvelles dettes Comment associe-t-on en pratique la personne vulnérable aux décisions qui la concernent Quel médecin peut rédiger le certificat circonstancié Dans quelle langue introduire la requête lorsque la personne vulnérable est domiciliée en Flandre mais ne parle pas le néerlandais Quid si la personne refuse de se soumettre à un examen médical Quels contrôles sont exercés sur l administrateur Quid s il s agit d un parent Le médiateur de dettes peut-il avoir accès aux différents rapports de l administrateur Le médiateur de dettes pourrait-il être désigné comme personne de confiance... ( ) Formation en 1 jour : Jeudi 12 novembre 2015 Horaire : 9h à 17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants: 18

15 ARGENT Argent promesse, argent détresse, argent tabou : Comment faire quand il faut en parler Alain Joret, psychologue avec la collaboration des personnes du groupe de soutien Notre rapport à l argent est en partie lié à notre histoire personnelle et à notre trajectoire sociale. En prenant conscience des projections et des représentations que chaque individu entretient avec l argent, les participants seront amenés à se «repositionner» face à l argent : «Quelle valeur je lui accorde», «Comment me débrouille-je quand le budget est serré», «Faire des folies ou pas» et ce, afin de mieux comprendre la manière dont la relation à l argent de l usager structure son histoire de vie, sert ses relations affectives et sociales et révèle ses stratégie de gestion budgétaire et de consommation. Il s agira également d essayer de mieux se positionner sur la question de la dignité humaine et du budget afin de permettre à la personne surendettée d espérer continuer à vivre (et non pas à survivre ou mourir à petit feu), grâce à la théorie de la reconnaissance d Axel Honneth. La formation se clôturera par une rencontre avec les membres du groupe de soutien sur le thème «Aller au-delà des blessures du surendettement». A partir de la théorie de la complexité d Edgar Morin, de la question des tabous et de la violence de René Girard, de la psychologie de l argent (paraître, pouvoir, recherche d identité, dépendance, boulimie, stress, jeu, achats compulsifs, impact de la publicité, ), la formation vise à fournir une meilleure compréhension des enjeux psychosociaux de l argent dans notre quotidien et dans celui des personnes en difficultés financières. L objectif est d identifier les blocages et les ressorts par rapport à l argent qui sont propres à la personne en situation de surendettement et d essayer de l amener le cas échéant à modifier ses comportements. Formation en 2 jours : Lundi 1 février 2016 Mardi 2 février 2016 Horaire : 9 h 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants: 15

16 GESTION DES EMOTIONS Et si on échangeait les places Alain Joret, psychologue et Jimmy Swaelens, Come dien. Avec la collaboration des membres du groupe de soutien Cette formation offre au médiateur un temps d arrêt pour lui permettre d explorer son vécu et le vécu des personnes qu il reçoit et de pouvoir ainsi mieux ajuster son comportement et ses attitudes aux besoins de la personne et aux objectifs de la médiation. Cette formation se veut originale et audacieuse à plusieurs titres : Par un travail commun entre les participants (médiateurs de dettes) et des personnes surendettées (membres du groupe de soutien) ; Par l'utilisation de la technique du jeu de rôle, animée par un comédien professionnel, pour expérimenter la relation entre le professionnel de la médiation et le bénéficiaire. La formation a pour but de travailler des questions telles que : Comment accueillir les personnes surendettées Comment rencontrer leurs attentes Comment les écouter, les soutenir Quels sont les sujets sensibles, quelles sont les attitudes ou les paroles qui choquent, qui brisent le lien Sur quelles ressources des bénéficiaires puis-je m'appuyer Que faire quand elles vont mal Quand elles perdent pied Quand les démarches n'avancent pas Quelles sont les informations qui les rassurent Quelques commentaires des participants à la version 2014 de la formation: «J ai trouvé cette rencontre très riche : on voit les personnes qu on aide différemment. On voit qu il n y a pas que la tristesse, que la souffrance, qu on peut aller chercher autre chose, qu elles sont pleines de ressources aussi!» «Ca m'a apporté une autre lecture, une autre paire de lunettes par rapport à ce qu on vit au quotidien, que ce soit d un côté ou de l autre du bureau» «Heureuse initiative que cet échange d expériences. J ai fortement apprécié le souci des animateurs de nous (médiateur/trice et groupe de soutien) obliger à explorer et mettre en scène nos émotions alors qu il nous est si facile dans notre discipline de nous retrancher derrière un langage juridico-socio-financier pour les un (es) et pour les autres un langage victimaire! Chapeau!» Formation en 2 jours : Lundi 7 mars 2016 Mardi 8 mars 2016 Horaire : 9 h 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu : Maison de quartier Malibran Nombre max de participants: 10

17 COMMUNICATION L écoute «active», c est bien, l écoute «activante», c est mieux! Alain Joret, psychologue Les dossiers de surendettement s apparentent souvent à des dossiers sensibles du fait qu ils touchent à la dignité humaine, aux valeurs personnelles et à l intimité des débiteurs. Cette formation a pour but de fournir des outils favorisant la collaboration et la sérénité des relations entre le débiteur et le médiateur de dettes. La formation se déroulera en alternant des moments de mise en situation d écoute et des moments d analyse et de repérages théoriques des outils de l écoute. Elle a pour objectif d apprendre à mieux intervenir par le «non-verbal» et par la parole pour permettre à la personne en demande d aide : De se sentir accueillie, De se sentir rassurée, De se sentir respectée, D exprimer sa difficulté, De voir plus clair dans sa situa tion, De se mobiliser, De se mettre à la recherche de solutions, ( ) Elle a également pour but d aider l intervenant à adopter des attitudes constructives quand : La personne accueillie se sent en difficulté, L intervenant se sent en difficulté, La personne devient agressive, La personne reste passive, La personne doit prendre des décisions. La formation se basera sur l approche de la communication efficace de Thomas Gordon (qui a le problème, écouter et parler en «je», les obstacles à la communication, les conflits de besoins et de valeurs, et sur l écoute «activante» selon Carkhuff (empathie, respect, authenticité, spécificité, confrontation, immédiateté), ainsi que sur les apports de Marshall Rosenberg et de Jacques Salomé. Formation en 3 jours : Lundi 7 décembre 2015 Mardi 8 décembre 2015 Mardi 15 décembre 2015 Horaire: 9h - 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu: Maison de quartier Malibran Nombre max de participants : 15

18 TRAVAIL SOCIAL ET RESEAU Intervisions thématiques : Partager entre médiateurs pour mieux travailler Alain Joret, psychologue Avec la participation d une clinicienne de la concertation et des membres du groupe de soutien Au croisement entre la détresse humaine et les questions délicates d'argent, au croisement entre les compétences techniques et humaines, la médiation de dettes est un métier exigeant, difficile. Un métier où il faut prendre des décisions, choisir des priorités, adopter des stratégies, gérer des contradictions : Les autres médiateurs vivent-ils les mêmes difficultés que moi Comment gérer mes émotions dans mon travail Où puis-je les déposer Comment faire face aux réactions des personnes qui me consultent Comment les soutenir Comment les motiver Quelle est ma place dans mon service Qui peut m'aider dans mon travail Comment faire quand je sature, quand je stresse Cette proposition d'intervision vous aidera à répondre à ces questions et bien d'autres encore. L'intervision a aussi pour objectif de tisser du lien entre les travailleurs, de la solidarité et de l'entraide. Par le partage entre les participants au rythme d'une rencontre tous les deux mois. L'échange des expériences, des vécus, des solutions appliquées par d'autres vous permettra de consolider votre positionnement professionnel: moins de stress, davantage de compétences et d'assurance dans les actes professionnels. Les intervisions se baseront sur des situations concrètes gérées par les médiateurs présents pour mieux analyser les situations, rechercher de pistes d actions, avec des apports théoriques du formateur. Chaque matinée sera centrée sur un thème : L accueil et le respect; Donner place à l expression de la souffrance; Le surendettement et l impact sur la famille; L écoute activante; Le travail en réseau; La place de la personne dans le processus de médiation. Formation en 6 demi-jours : Lundi 5 octobre 2015 Lundi 30 novembre 2015 Lundi 25 janvier 2016 Lundi 21 mars 2016 Lundi 9 mai 2016 Lundi 13 juin 2016 Horaire : 9 h à 13h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 15

19 TRAVAIL SOCIAL ET RESEAU Médier «pour» et «avec» le débiteur: apprendre le travail en réseau avec le bénéficiaire du service Alain Joret, psychologue Avec la participation d une clinicienne de la concertation Les travailleurs sociaux se sentent souvent seuls face aux difficultés du public. Les services se contredisent, se critiquent ou se concurrencent. Les bénéficiaires sont isolés dans leurs problèmes ou consultent partout sans donner de suite efficace à leur demande dans aucun service. Les intervenants sociaux sentent de plus en plus la nécessité d approcher la personne dans sa globalité et dans son environnement, plutôt que dans un morcellement de préoccupations. Savoir comment construire un réseau et en mesurer les enjeux institutionnels. Découvrir différents outils autour du réseau : la carte-mère du service; le socio-génogramme, la clinique de concertation, l analyse complexe, les CICIS (cercles d intervision et de concertation Inter-services), Faire le lien avec le travail individuel, collectif et communautaire. Sensibiliser aux dérives possibles du travail en réseau. ( ) L intérêt d échanger avec d autres professionnels, qui disposent d une autre analyse, d un autre savoir-faire et d autres stratégies est un constat qui s impose avec évidence. Alors, comment faire pour créer du réseau Cette formation en deux journées proposent une première sensibilisation à la question en permettant de : découvrir l utilité du travail en réseau. Envisager les enjeux du travail en réseau et ses aspects éthiques. Passer de la concurrence à la collaboration, de la méfiance à la confiance. Différencier coordination et réseau, notamment par la place accordée à la personne concernée. Formation en 2 journées : Lundi 18 avril 2016 Lundi 25 avril 2016 Horaire : 9 h 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 15

20 TRAVAIL SOCIAL ET DIGNITE HUMAINE Médiation de dettes et dignité humaine : Equation impossible Fabian Vigne, sociologue La dignité humaine est au cœur de la loi sur le règlement collectif de dettes. Cette notion est également au cœur de la loi organique des CPAS. C est également la priorité que se sont donné les médiateurs de dettes amiables à travers le Code de déontologie qu ils ont élaboré. Mais comment concilier la dignité humaine et la médiation de dettes, en particulier et le travail social en général, quand ce dernier est en pleine mutation, lorsque les «experts» d état démantèlent les acquis sociaux et les considèrent comme de simples charges financières qu il faut à tout prix réduire Le changement partiel de la dénomination du CPAS en 2002 est éloquent de l évolution du travail social. De Centre publique d aide social, le CPAS est devenu le Centre public d actions sociales. Ce changement de dénomination vise-t-il à entériner une nouvelle conception du travail social dans laquelle il s agirait moins de venir en aide aux exclus que d agir sur ces dernier Le rôle du travailleur social consiste-t-il désormais à booster, éduquer, discipliner et responsabiliser les usagers Par ailleurs, l aide sociale est de plus en plus conditionnée à l atteinte d objectifs de réinsertion et de mise à l emploi. La figure du contrat est dans ce secteur aussi de plus en plus présente. Or, comment marier contrat et dignité humaine, dans la mesure où le contrat est bien souvent l expression juridique ou morale d une relation fondée sur des rapports de force inégaux Le changement touche également la conception du bénéficiaire de l aide sociale. Quelle dignité pour ce dernier lorsqu il est a priori perçu comme un suspect, un potentiel fraudeur Lorsque toute résistance par rapport à la relation d aide est interprétée en un manque de collaboration justifiant la fin de celle-ci Et quelle dignité pour le travailleur social lorsqu il est contraint d épouser des rôles qui sont parfois contraires à son identité professionnelle (obligation de pratiquer un mélange d aide et de contrôle, adoption de valeurs marchandes dans un univers fondé sur des comportements a priori désintéressés, ) Ces différentes questions seront réfléchies à partir de références sociologiques et philosophiques. Formation en 1 journée : 10 mai 2016 Horaire : 9 h 17h Prix: Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants: 15

21 INTERCULTURALITE Dettes et culture Rédouane Ben Driss, psychologue Tout individu s inscrit dans une culture. Nous sommes parfois désarçonnés face aux réactions ou valeurs d un client «allochtone». Pourquoi Comment appréhender ces différences parfois minimes, parfois énormes Comment ne pas se laisser entraîner par nos préjugés La honte, les relations hommes-femmes, le processus d intégration et ses conséquences, le travail, l argent, Autant de notions autour desquelles l incompréhension peut naître et les tensions apparaître. «utilisables» et éclairants dans notre pratique professionnelle»; «Référence à la pratique»; «Professionnalisme du formateur»; «Beaucoup de réflexions qui poussent à remettre en question certains acquis ; La richesse et la pluralité des expériences partagées» ; «La pertinence de l analyse et de la prise de distance» ; Ces deux jours de formation tenteront de répondre aux interrogations des participants afin de les aider à mieux «médier» avec la personne qui est à la fois en situation de surendettement et plongée dans une culture parfois très éloignée de celle de ses principaux interlocuteurs. Cette formation déjà organisée en 2015 a été plébiscitée par les participants qui ont relevé : «Cas concrets évoqués et directement Formation en 2 jours : Mardi 24 mai 2016 Jeudi 16 juin 2016 Horaire : 9h -17h Prix : Voir bulletin d inscription Lieu : Centre d Appui Nombre max de participants : 15

22 NOS FORMATEURS... Monsieur BEN DRISS Redouane, psychologue et spécialiste des migrations et de la thérapie transculturelle. Professeur dans diverses hautes écoles en Flandre et à Bruxelles psycholoog en specialist in migratie en transculturele therapie. Docent in verschillende hoge scholen in Vlaanderen en Brussel. Monsieur BRUNEAU Gilles, juriste au Centre d appui et au sein des services de médiation de dettes agréés par la COCOF Madame DEFOSSEZ Anne, Juriste et directrice Centre d appui Madame de SCHAETZEN Claire, Economiste au Centre d appui economist Steunpunt Schuldbemiddeling Madame FARR Laurence, avocate au Barreau de Bruxelles Madame GODEFRIDI Marie, avocate au Barreau de Bruxelles Monsieur JORET Alain, psychologue, superviseur et formateur dans le projet: "Etre bien, être soi, être lien". Animateur du groupe de soutien pour personnes surendettées mis sur pied par le Centre d'appui. Monsieur SWAELENS Jimmy, Comédien, metteur en scène, Président de l association Nyaramaeaba Productions. Madame MOREAU Sylvie, Juriste au Centre d appui Madame THIBAUT Sabine, Juriste à l Obervatoire du Crédit et de l Endettement Madame TOURNAY Sarah, avocate au Barreau de Bruxelles, Madame VAN DE MOOSDIJK Sandrine, Médiatrice de dettes en cheffe au sein du service de médiation de dettes de Schaerbeek Madame VANDENBROECK Marie, Juriste Coordinatrice de MEDENAM (Centre de références pour la Povince de Namur) Meneer VAN TRIGT Robin, stafmedewerker jurist Vlaams Centrum Schuldenlast VZW Madame VERBRAEKEN Alexia, Juriste coordinatrice du service de médiation de dettes d EtterbeekEVerbraekenjjjjjjj013 Madame VERHAEGEN Béatrice, Médiatrice de dettes à la Free clinic. Monsieur VIGNE Fabian: socio-anthropologue/ formateur en désobéissance civile et professeur de sociologie de la consommation.

23 NOS FORMATEURS... Monsieur WARLET François-Jospeh, Juge de paix du canton de Seneffe, et, parallèlement, très impliqué dans diverses associations se préoccupant du bien-être et de l'inclusion des personnes âgées et des personnes présentant une déficience intellectuelle. Monsieur WILLEMS Jan, coordinateur du Service de médiation de dettes et Energie du CPAS de Bruxelles.

24 CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES Prix : Le prix comprend la participation aux travaux, les documents ou syllabus, des boissons et un sandwich (uniquement pour les journées complètes). Lorsque la formation dure plusieurs jours, le prix est payable pour le cycle complet et ne peut être scindé. Le prix est variable : Pour les travailleurs des services de médiation de dettes agréés de la région de Bruxelles- Capitale : 30 euros la demi-journée 60 euros la journée complète. Pour les travailleurs du secteur non marchand ou assimilé (c'est-à-dire les services de médiation de dettes non agréés, les services de médiation de dettes de la Région wallonne et de la Région flamande, les Cpas, les asbl, les services publics, les entreprises publiques) et pour les demandeurs d emploi : 40 euros la demi journée - 80 euros la journée complète. Pour les travailleurs des entreprises privées, les avocats, huissiers, notaires, etc. : 60 euros la demi journée 120 euros la journée complète. Inscription : Vous pouvez vous inscrire : Par fax: 02/ Par courrier: l asbl Centre d Appui Médiation de dettes, Boulevard du Jubilé à 1080 Bruxelles Par courriel à Via le site Les formations organisées grâce au soutien de la Cocom et de la Cocof sont destinées en priorité aux services agréés ou en voie d agrément. Le nombre de participants étant limité, les inscriptions seront enregistrées dans l ordre chronologique de réception au Centre d Appui. Les places laissées vacantes par les services agréés seront ensuite attribuées à toute personne intéressée en fonction de sa date d inscription. Confirmation de l inscription : Dès que le nombre minimum de participants est atteint, l asbl Centre d Appui Médiation de dettes enverra, par mail, aux personnes inscrites une confirmation d inscription ainsi que les renseignements pratiques sur la formation. Hormis pour les services de médiation de dettes agréés, l inscription n est définitive qu après réception du paiement. Annulation : L asbl Centre d Appui Médiation de dettes se réserve le droit de modifier les dates et lieu d une formation, ainsi que d annuler celles qui manqueraient de participants. Les participants seront avertis et auront la possibilité d annuler leur inscription et de demander remboursement du paiement effectué. Paiement: Nous vous remercions de bien vouloir effectuer le paiement sur le compte de l asbl Centre d Appui Médiation dans les 10 jours de la réception de la facture. Désistement des participants : Les désistements doivent nous être communiqués par écrit (courrier, fax mail) ou par téléphone suivis d une confirmation écrite. En cas de désistement plus de 30 jours avant le début de la formation, un forfait de 15,00 euros pour frais administratifs sera facturé par l asbl Centre d Appui Médiation de dettes. Audelà de ces 30 jours et jusqu au jour de formation, la somme totale reste due, sauf en cas de force majeure justifiée (maladie imprévue avec certificat médical), grève des transports, etc). Un participant empêché peut toutefois envoyer un autre participant en lieu et place du participant qui se désiste. Attestation de participation à la formation de base : Au début de chaque journée de formation, la liste des participants présents sera complétée. Cette liste de présence servira de base à l envoi de l attestation de participation. En cas de désistement ou d absence lors des journées de formation prévues, nous ne pourrons délivrer qu une attestation provisoire de formation mentionnant l obligation de suivre la ou les journées manquantes dans le courant des 24 mois suivants. Nous nous verrons dans l obligation de facturer 25 euros par journée de rattrapage.

25 ALGEMENE VOORWAARDEN ALGEMENE VOORWAARDEN De prijs : De prijs bevat de deelname aan de cursus, de documenten of syllabus, dranken en een sandwich (uitsluitend in geval van volledige dagen). Wanneer de opleiding méér dan 1 dag duurt, is de prijs betaalbaar voor de volledige cyclus en mag niet opgesplitst worden. De prijs is verschillend : Voor de werkers van de erkende diensten schuldbemiddeling van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest : 30 euro voor een halve dag - 60 euro per volledige dag. Voor de werkers in de non-profit sector of gelijkwaardig (de diensten schuldbemiddeling die niet erkend zijn, de diensten schuldbemiddeling van het Waalse en Vlaamse Gewest, OCMW's, Vzw s, openbare diensten, openbare bedrijven) en voor werkzoekenden: 40 euro voor een halve dag - 80 euro per volledige dag. Voor werkers van privébedrijven, advocaten, deurwaarders, notarissen, enz. : 60 euro voor een halve dag euro per volledige dag. Inschrijving : U kunt u inschrijven : Per fax : 02/ Per post : VZW Steunpunt-Schuldbemiddeling, Jubelfeestlaan te 1080 Brussel Per Via de website: De opleidingen worden met de steun van de GGC en de Cocof georganiseerd. Ze zijn als eerste bestemd voor erkende diensten of diensten die een aanvraag om erkenning hebben ingediend. Aangezien het aantal deelnemers beperkt is, worden de inschrijvingen chrono- logisch geregistreerd volgens ontvangst door het Steunpunt. De plaatsen die door de erkende diensten niet gebruikt zijn zullen toegekend worden aan iedere geïnteresseerde persoon in functie van zijn inschrijvingsdatum. Bevestiging van de inschrijving : Zodra het minimum aantal deelnemers bereikt is, zal het Steunpunt-Schuldbemiddeling een inschrijvingsbevestiging naar de deelnemers zenden samen met alle praktische inlichtingen over de opleiding. Behalve voor de erkende diensten schuldbemiddeling zal de inschrijving slechts na ontvangst van de betaling definitief zijn. Annulatie : De vzw Steunpunt-Schuldbemiddeling houdt zich het recht voor om de data en plaats van de opleiding te wijzigen alsook opleidingen te annuleren indien er te weinig deelnemers zijn. De deelnemers zullen hiervan verwittigd worden en zullen de mogelijkheid hebben hun inschrijving te annuleren en de terugbetaling ervan te vragen. Betaling : Gelieve de betaling op onze bankrekening binnen de 10 dagen na ontvangst van de factuur uit te voeren. Annuleringsvoorwaarden : Annulering moet schriftelijk (post, fax, mail) of telefonisch gebeuren. In dit geval moet een schriftelijke bevestiging volgen. Bij annulering tot 30 dagen voor het begin van de opleiding, zal een forfaitaire vergoeding van 15,00 euro aangerekend worden door de Vzw Steunpunt-Schuldbemiddeling voor administratieve kosten. Minder dan 30 dagen vóór de cursusaanvang blijft het totaal bedrag verschuldigd behalve in geval van overmacht onafhankelijk van de wil van de deelnemer (onvoorziene ziekte,vervoersstaking, enz.). Een ingeschreven deelnemer mag zich wel door een andere persoon laten vervangen. Attest van deelname aan de basisopleiding Bij het begin van iedere opleidingsdag zal de lijst van de aanwezige deelnemers ingevuld worden. Deze lijst zal als basis dienen voor het verzenden van het attest van deelname. In geval van annulering of afwezigheid, zullen we slechts een voorlopig attest opstellen, waarop vermeld staat dat de dag(en) van afwezigheid in de 24 maanden ingehaald moeten worden. Deze inhaaldag(en) zal (zullen) aan 25 /per dag gefactureerd worden.

26 BULLETIN D INSCRIPTION A renvoyer par courrier: Centre d appui-bld du Jubilé Bruxelles ou par fax au 02/ ou par mail (scan) à Un bulletin par personne. NOM DU PARTICIPANT :. INSTITUTION :. FONCTION :. ADRESSE DE L INSTITUTION:. ADRESSE DE FACTURATION (si différente) :... TEL : Je certifie appartenir à la catégorie suivante (cochez la case appropriée): Catégorie 1 : travailleur dans un service de médiation de dettes agréé de la Région de Bruxelles-Capitale Catégorie 2 : travailleur du secteur non marchand ou assimilé (les services de médiation de dettes de la région wallonne et de la Région flamande, les CPAS, les asbl, les services publics, les entreprises publiques) ou demandeur d emploi Catégorie 3 : travailleur dans une entreprise privée, avocat, huissier, notaire, etc. Cat 1 Cat 2 Cat 3 Formation de base (10j) Les créances alimentaires (1 j) Le règlement collecif de dettes : 1er niveau (1 j) RCD: questions particulières (1 j 1/2) CSR: wanneer de aanvraag indienen(1 d) Le bail de résidence principale (1 j) Recouvrement et décomptes: ne payer que ce qui est dû! (1j) Les prescriptions (1 j) Les dettes de l indépendant (1 j) Trouver les failles d un crédit à la consommation et négocier au mieux avec le prêteur (2 j 1/2) De wet op het consumentenkrediet praktische oefeningen aan de hand van een Excel-programma (1 d 1/2) Une audience judiciaire, comment ça se passe (1 j 1/2) Protection des personnes vulnérables: premier bilan... (1j) Argent promesse, argent détresse, argent tabou, (2 j) L écoute «active», c est bien, l écoute «activante»,... (3 j) Et si on échangeait nos places (2 j) Intervisions thématiques (6 x 1/2 j) Médier «pour «et «avec» le débiteur... (2 j) Médiation de dettes et dignité humaine: équation impossible (1j) Dettes et culture (2 j) Je souhaite m inscrire à la formation (entourez le prix des formations choisies): Je m engage à payer la somme de sur le compte de l asbl Centre d Appui dès réception de la facture et marque mon accord sur les conditions générales. Date Signature

27 INSCHRIJVINGSFORMULIER Terug te sturen per fax 02/ , per post op het adres: Steunpunt Schuldbemiddeling vzw, Jubelfeestlaan Brussel, per mail (scan) op NAAM VAN DE DEELNEMER:. INSTELLING : FUNCTIE:..... ADRES VAN DE INSTELLING:. FACTURATIE ADRES( indien verschillend)... TEL : Ik verklaar dat ik tot hieronder vermelde groep behoor: Groep 1 : werker van een erkende dienst schuldbemiddeling van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Groep 2 : werker in de non-profit sector of gelijkwaardig (de diensten schuldbemiddeling van het Waalse en Vlaamse Gewest, OCMW s, Vzw s, openbare diensten, openbare bedrijven) of werkzoekende Groep 3 : werker van privébedrijf, advocaat, deurwaarder, notaris, enzovoort. Groep 1 Groep 2 Groep 3 Formation de base (10j) Les créances alimentaires (1 j) Le règlement collecif de dettes : 1er niveau (1 j) RCD: questions particulières (1 j 1/2) CSR: wanneer de aanvraag indienen(1 d) Le bail de résidence principale (1 j) Recouvrement et décomptes: ne payer que ce qui est dû! (1j) Les prescriptions (1 j) Les dettes de l indépendant (1 j) Trouver les failles d un crédit à la consommation et négocier au mieux avec le prêteur (2 j 1/2) De wet op het consumentenkrediet praktische oefeningen aan de hand van een Excel-programma (1 d 1/2) Une audience judiciaire, comment ça se passe (1 j 1/2) Protection des personnes vulnérables: premier bilan... (1j) Argent promesse, argent détresse, argent tabou, (2 j) L écoute «active», c est bien, l écoute «activante»,... (3 j) Et si on échangeait nos places (2 j) Intervisions thématiques (6 x 1/2 j) Médier «pour «et «avec» le débiteur... (2 j) Médiation de dettes et dignité humaine: équation impossible (1j) Dettes et culture (2 j) Ik schrijf mij in voor de opleidingen (omcirkel de gewenste opleidingen): Ik verbind mij het volgende bedrag te betalen zodra ik de factuur van de VZW Steunpunt ontvangen heb en ik aanvaard de algemene voorwaarden. Datum: Handtekening:

28 Personne de contact Contactpersoon Violette BONNIER Boulevard du Jubilé Jubelfeestlaan Bruxelles/Brussel T.02/ F. 02/ Avec le soutien de la Commission Communautaire Commune (COCOM) et de la Commission Communautaire Française (COCOF). Met de steun van de Gemeenschappelijke Gemeenschapscommissie (GGC).

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen Cette brochure vous explique quelles sont les tâches et les

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles.

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles. REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions inutiles)

Plus en détail

décembre 2012 Le règlement collectif de dettes Vue d ensemble de la législation

décembre 2012 Le règlement collectif de dettes Vue d ensemble de la législation décembre 2012 Le règlement collectif de dettes Vue d ensemble de la législation Le règlement collectif de dettes Vue d ensemble de la législation Les lois suivantes sont traitées dans cette brochure :

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire)

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) 1 REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge du Tribunal du travail de Mons et de Charleroi Division Tournai A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB)

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) Version n : 1 Dernière actualisation : 03-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce qu une aide en nature?

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

Sortir du surendettement

Sortir du surendettement Analyses 2013 13 PRÉCARITÉ 1 Sortir du surendettement Le surendettement n est plus seulement l affaire de consommateurs trop dépensiers. Pour aider les personnes à se sortir de situations apparemment sans

Plus en détail

Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN)

Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN) Lesseuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat et accessible. Elke Vandermeerschen & Jonathan Devillers (BAPN) Les seuils en Belgique pour un revenu minimum adéquat ét accessible 0: Revenu Minimum:

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (Art. 1675/4 du Code judiciaire) Au Tribunal du travail de Liège,

REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (Art. 1675/4 du Code judiciaire) Au Tribunal du travail de Liège, REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (Art. 1675/4 du Code judiciaire) Au Tribunal du travail de Liège, Division HUY Attention!!! : Merci de compléter la Requête lisiblement en majuscules et/ou biffer

Plus en détail

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES

Le Manuel de la secrétaire juridique et du parajuriste Julie Tondreau TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES TARIFS (pages grises) : TARIF DES FRAIS JUDICIAIRES EN MATIÈRE CIVILE ET DES DROITS DE GREFFE... I TARIF DES INDEMNITÉS ET LES ALLOCATIONS PAYABLES AUX TÉMOINS ASSIGNÉS DEVANT LES COURS

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

MANUEL LA MÉDIATION DE DETTES

MANUEL LA MÉDIATION DE DETTES Manuel mediation afl 13 basisboek.book Page 1 Monday, May 9, 2011 1:44 PM MANUEL LA MÉDIATION DE DETTES L Observatoire du Crédit et de l Endettement Cet ouvrage a été actualisé jusqu à la mise à jour 13,

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Chapitre 1 Droit judiciaire

Chapitre 1 Droit judiciaire Formulaire de Procédure - Edition 2006 5 TABLE DES MATIERES Chapitre 1 Droit judiciaire 1. Procédure Exequatur....................................................................... 15 Requête en exequatur

Plus en détail

CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE

CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE CONVENTION NON EXCLUSIVE DE VENTE Agence Engel & Völkers Fort Jaco Tel + 32 2 256 07 17 Fax + 32 2 256 07 18 www.engelvoelkers.com/be fortjaco@engelvoelkers.com IPI N 503071 Dans les sept jours ouvrables,

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (art.1675/4 du code judiciaire)

REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (art.1675/4 du code judiciaire) REQUETE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES (art.1675/4 du code judiciaire) A MONSIEUR/MADAME LE JUGE DES SAISIES PRES LE TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE DE MONS A/ONT L HONNEUR DE VOUS EXPOSER RESPECTEUSEMENT

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER"

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 LE BAIL A LOYER FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER" Par Mme Jémy NZEYIMANA Juriste, Coordinatrice Table du Logement Habitat et Rénovation asbl 1 I. INTRODUCTION II. CONTRAT DE BAIL EN GENERAL III.

Plus en détail

Une réponse à toutes tes questions JOB. Loisirs Projets V oyager. Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h

Une réponse à toutes tes questions JOB. Loisirs Projets V oyager. Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h Une réponse à toutes tes questions? KOT Bourses JOB S exprimer Loisirs Projets V oyager @ Stages Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h Mercredi de 11h à 18h Samedi

Plus en détail

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Droits moyens d actions Stéphane Dantinne 1 Objectif préserver, sous le contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

I. INTRODUCTION : II. ANALYSE DE QUELQUES DISPOSITIONS DU CODE JUDICIAIRE :

I. INTRODUCTION : II. ANALYSE DE QUELQUES DISPOSITIONS DU CODE JUDICIAIRE : LA COPROPRIETE ET SON CONTENTIEUX : SUITE DE L ANALYSE ET DES POSSIBLES REFORMES DE LA LOI. De Pierre ROUSSEAUX, avocat,président S.N.P. CHARLEROI I. INTRODUCTION : Conférer des droits et des obligations

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

Le tribunal de la famille et de la jeunesse

Le tribunal de la famille et de la jeunesse Le tribunal de la famille et de la jeunesse Le tribunal de la famille et de la jeunesse (*) est opérationnel dans tout le pays depuis le 1 er septembre 2014. C est désormais ce tribunal qui est compétent

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et des enfants

Droits et devoirs des parents et des enfants Droits et devoirs des parents et des enfants L émancipation du mineur [1] Qu est-ce que l émancipation? Au sens légal, «émanciper» une personne mineure signifie libérer le jeune de moins de 18 ans soumis

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Demande de crédit hypothécaire

Demande de crédit hypothécaire Demande de crédit hypothécaire DEMANDE DE CREDIT DE : Mr Mme Mlle INTERMEDIAIRE : N d agréation Crédit Foncier:... L intermédiaire reconnaît avoir reproduit de manière fidèle et complète les informations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1

TABLE DES MATIÈRES. Page. Avant-propos... TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Préface... iii v TITRE I PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU DROIT DE LA FAILLITE ET DE L INSOLVABILITÉ... 1 Chapitre 1 L histoire législative anglaise... 3 Chapitre 2 L histoire

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

Qui sommes nous? Présentation

Qui sommes nous? Présentation CRESUS FORMATIONS Association CRESUS Pays de la Loire 3, Rue Eugène Thomas 44300 Nantes Tél : 02 40 72 40 05 cresus-pdl@wanadoo.fr r Fo m at io p ns r iq at u e qu i id u r au x j et o ci s e s sp r ou

Plus en détail

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier HONORAIRES Maître Aurélie Vivier Tarifs valables à partir du 01 Janvier 2012 Maître Aurélie Vivier 24 rue Grande Nazareth 31000 Toulouse Tel: 05 34 40 82 15 www.avocat-vivier.fr contact@avocat-vivier.fr

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC

ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC ANIMATIONS COLLECTIVES PROPOSEES PAR LE SERVICE SOCIAL DE LA FUNOC Les Intervenantes sociales de la FUNOC proposent aux équipes pédagogiques des thématiques sociales bien spécifiques. L objectif poursuit

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr

solidarité www.aulnay-sous-bois.fr bureau d aide aux solidarité www.aulnay-sous-bois.fr Violences conjugales Vol avec violence Accidents de circulation Harcèlement Viol Agression Agression, Viol, Vol avec violence, Discriminations, Violences

Plus en détail

LES DISPOSITIONS À PRENDRE LORS D UNE SÉPARATION

LES DISPOSITIONS À PRENDRE LORS D UNE SÉPARATION «Séparation, divorce et violences conjugales» (1/2) LES DISPOSITIONS À PRENDRE LORS D UNE SÉPARATION Anne Delépine, directrice du CVFE avec l équipe juridique du CVFE (Adeline Fraipont, Bijou Banzamonga,

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

LE ROLE DU MEDIATEUR DE DETTES FACE AUX SITUATIONS

LE ROLE DU MEDIATEUR DE DETTES FACE AUX SITUATIONS LE ROLE DU MEDIATEUR DE DETTES FACE AUX SITUATIONS D INSOLVABILITE Asbl GREPA Anne DEFOSSEZ, Juriste et Directrice du Centre d Appui aux Services de Médiation de Dettes de la Région de Bruxelles Capitale

Plus en détail

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES Contenu Impôt des personnes morales ou impôt des sociétés 4 Impôt des personnes morales 5 Impôt des sociétés 9 TVA 10

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

LE BAIL : SIMPLE BOUT DE PAPIER?]

LE BAIL : SIMPLE BOUT DE PAPIER?] cjdasbl.be Rue de la vignette, 179 1160 Auderghem 02 660 91 42 [LOGEMENT LE BAIL : SIMPLE BOUT DE PAPIER?] Connaître l utilité de chaque document important lié à une location : le bail, l état des lieux

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

La Colocation mode d emploi

La Colocation mode d emploi 04-236 MCE 8 pages colocation V 26/04/06 10:42 Page 2 Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : www.hautsdevilaine.com g La Colocation mode d emploi

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo...

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo... Table des matières Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31 partie I Achat d un condo... 35 1. J amorce ma réflexion sur l achat d un condo,

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

D autres questions? Demande d assurance. Votre partenaire en cas de litige dans la vie professionnelle et privée. TCS Protection juridique immeuble

D autres questions? Demande d assurance. Votre partenaire en cas de litige dans la vie professionnelle et privée. TCS Protection juridique immeuble Demande d assurance D autres questions? Oui, je veux vivre l esprit tranquille et souscris la protection juridique suivante : Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions sur l assurance

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE I (MEMBRE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53) Nom

Plus en détail

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 1 Famille et couple: questions pratiques en droit international privé Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 2 Plan de l exposé Mise en situation pratique 1. Mésentente conjugale: des

Plus en détail

Le jugement déclaratif de faillite

Le jugement déclaratif de faillite Le jugement déclaratif de faillite 016 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. La matière abordée a été volontairement vulgarisée

Plus en détail

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15 Table des matières Sommaire... 7 Introduction... 11 I ère Partie Le bail à usage d habitation... 13 Titre I. Champ d application... 14 A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus

Plus en détail

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES

LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES LE LOYER ET LES CHARGES LOCATIVES De manière générale, le locataire et le propriétaire peuvent fixer librement le montant du loyer. Dans la plupart des cas, le loyer peut être indexé. Le loyer peut aussi,

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

REGIMES MATRIMONIAUX

REGIMES MATRIMONIAUX REGIMES MATRIMONIAUX Le sujet est vaste et complexe. L exposé se limitera au rappel des règles essentielles et à l examen des problèmes les plus fréquemment rencontrés. Un rappel : il existe un régime

Plus en détail

Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick

Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Droits et responsabilités Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau- Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme

Plus en détail

Recouvrement amiable de dettes Payer ses dettes mais pas à n importe quel prix!

Recouvrement amiable de dettes Payer ses dettes mais pas à n importe quel prix! Recouvrement amiable de dettes Payer ses dettes mais pas à n importe quel prix! Depuis le 17 avril 2009, tous les acteurs qui pratiquent le recouvrement amiable de dettes - bureaux de recouvrement, huissiers

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Guide pratique genevois. Guide sur les successions

Guide pratique genevois. Guide sur les successions Guide pratique genevois Guide sur les successions Edition janvier 2011 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence de la Justice de paix 4 Qui sont les héritiers? 5 Comment s acquiert la successions? 6 Quels

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Arbeidshof te Bergen Onderwerp Contrats de travail. Réglementation générale. Diminution des prestations de travail pour raisons médicales. Assiette de calcul de l'indemnité de rupture Datum

Plus en détail

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S

Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Lorsqu un couple se sépare : D R O I T S E T R E S P O N S A B I L I T É S Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Le Service public d éducation et d information juridiques

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

Pièces à fournir pour monter un dossier de candidature à la location :

Pièces à fournir pour monter un dossier de candidature à la location : www.accorimm.fr ACCORIMM Mions - 12 Bis Rue de la Liberté 69780 MIONS Tel : 04 72 09 02 44 - Fax : 04 78 20 04 23 - E-mail : agence.mions@accorimm.fr ACCORIMM Villeurbanne - 23 Place Grandclément 69100

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

Guide de planification successorale

Guide de planification successorale Guide de planification successorale Guide de planification successorale renseignements personnels Nom et prénom à la naissance : Pour vous aider à effectuer la planification de votre succession, nous avons

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Curator. Hypothecaire inschrijving namens de gezamenlijke schuldeisers Datum 2 mei 2013 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan onderworpen zijn aan

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/118 DÉLIBÉRATION N 14/063 DU 2 SEPTEMBRE 2014 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail