50 entreprises à reprendre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "50 entreprises à reprendre"

Transcription

1 42 SEPTEMBRE / OCTOBRE 2012 RHÔNE-ALPES AUVERGNE PACA FISCALITE L immobilier professionnel et l impôt sur la fortune JURIDIQUE La création du concept de l'enseigne du franchiseur par un tiers L'AVIS DE L'EXPERT Quelques réflexes parfois négligés lors de la cession d'un droit au bail commercial 50 entreprises à reprendre

2 2 ACTION REPRISE SOMMAIRE La diffusion ACTION REPRISE p.2 Côté Fiscalité - L immobilier professionnel et l impôt sur la fortune p.3 Cession TPE PME Annonces p.6 Cession TPE PME Annonces AUVERGNE p.8 Cession TPE PME Annonces PACA p.9 Immo. d'entreprises Annonces p.11 Juridique- La création du concept de l'enseigne du franchiseur par un tiers p.12 L'avis de l'expert - Quelques réflexes parfois négligés lors de la cession d'un droit au bail commercial--- p.14 CONFIDENTIALITE SAVOIR-FAIRE EFFICACITE La revue ACTION REPRISE paraît tous les deux mois Elle est habilitée à publier des annonces commerciales ACTION REPRISE 128 bis, rue Jean Moulin CALUIRE Tél : Fax : Mail : Site internet : Directeur commercial : Loïc SABBAT Responsable de la publication : Xavier ALVARO Secrétaire de rédaction : Alexandre MELLADO Imprimeur : Imprimerie CHIRAT 744, rue de Sainte Colombe, Saint-Just-la-Pendue Crédit Photo : Business Art infographie : ACTION STUDIOCOM Pour diffuser votre annonce, joindre notre service commercial. prix d'un appel local Mail : ACTION REPRISE est diffusé : ACTION REPRISE est aussi diffusé à plus de chefs d entreprise et repreneurs potentiels de la région.

3 3 Côté Fiscalité DOSSIER L immobilier professionnel et l impôt sur la fortune si l un des conjoints ou concubins notoires exerce à titre principal une activité professionnelle et utilise pour les besoins de l exploitation des biens qui sont la propriété de l autre époux ou concubin notoire, ces biens sont considérés comme des biens professionnels. 1 Principes Location d immeubles La location d un immeuble utilisé par un tiers ne constitue par un bien professionnel, même s il est utilisé pour l activité professionnelle de ce dernier. Le propriétaire se contente de gérer son patrimoine immobilier. Il importe peu à cet égard que l immeuble appartienne en direct au propriétaire ou à une société civile immobilière. Les parts sociales ne pourront pas non plus être assimilées à des biens professionnels. Utilisation par un membre du foyer fiscal L article 885 N du Code général des impôts dispose que «les biens nécessaires à l exercice, à titre principal, tant par leur propriétaire que par le conjoint de celui-ci, d une profession industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale sont considérés comme des biens professionnels». En conséquence, si l un des conjoints ou concubins notoires exerce à titre principal une activité professionnelle et utilise pour les besoins de l exploitation des biens qui sont la propriété de l autre époux ou concubin notoire, ces biens sont considérés comme des biens professionnels. Dans le cadre du foyer fiscal, les biens utilisés par les époux ou concubins notoires soumis à une imposition commune et appartenant à leurs enfants mineurs dont ils ont l administration légale sont retenus pour l assiette de l impôt de solidarité sur la fortune. Ainsi, ces biens utilisés par les parents pour les besoins de leur activité sont considérés comme des biens professionnels. Les biens utilisés par le conjoint ou le concubin notoire pour les besoins de son activité professionnelle peuvent être mis à sa disposition gratuitement ou de manière onéreuse en vertu d un contrat de location consenti par l autre époux ou concubin propriétaire. 2 Exceptions Biens professionnels. Un même contribuable peut avoir la double qualité d exploitant et de propriétaire de l immeuble. Tel est le cas de la société propriétaire des immeubles affectés à son exploitation ou de l entrepreneur individuel. Il en va de même de l exploitant individuel lorsqu il est aussi propriétaire de l immeuble dans lequel il exerce son activité. Les biens immobiliers donnés en location ou mis à la disposition de tiers peuvent, sous certaines conditions, être qualifiés de biens professionnels. Lorsque la propriété de l immeuble et celle de l exploitation sont dissociées, la situation est plus complexe. Il s agit de l hypothèse où l immeuble utilisé par la société d exploitation appartient en direct au chef d entreprise ou à une société civile immobilière. En vue d assurer une certaine neutralité fiscale, l immeuble sera exonéré lorsque celui qui a la qualité d exploitant ou associé remplit les conditions pour bénéficier de l exonération au titre de l outil professionnel. Le caractère de bien professionnel est donc reconnu aux immeubles dont la location ou la mise à disposition, faite directement par son propriétaire ou par une société dont il détient des droits sociaux, ne prive pas en fait le propriétaire du bien ou des droits de la possibilité d utiliser les biens pour les besoins exclusifs de son activité professionnelle exercée à titre principal. a) Nature des biens concernés Immeubles et titres sociaux Il s agit tout d abord des immeubles ou droits immobiliers afférents à des immeubles figurant dans le patrimoine privé du propriétaire et loués ou mis à la disposition d une société exerçant une activité industrielle, commerciale, agricole ou libérale. Peuvent également être concernées les parts de société civile immobilière ayant pour objet la location ou la mise à disposition d immeubles professionnels au profit de l exploitation individuelle du redevable ou, dans certaines conditions, d une société à activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. Sont considérées comme des biens professionnels les parts ou actions détenues par une personne physique dans une société de capitaux propriétaire d immeubles donnés en location ou mis à la disposition d une société d exploitation

4 4 dont la même personne détient par ailleurs des droits sociaux ayant eux-mêmes le caractère de biens professionnels. b) Conditions de la qualification de biens professionnels Location L immeuble, nécessaire à l activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale exercée par la société d exploitation, est loué à celle-ci (ou mis à sa disposition) par son propriétaire ou par une société. Lorsque les immeubles appartiennent à une société civile immobilière, celle-ci ne doit pas avoir nécessairement pour objet exclusif la location ou la mise à disposition d immeubles professionnels au profit de l exploitation individuelle ou de la société d exploitation dont les titres sont des biens professionnels pour lui. Immeuble nécessaire à l activité L immeuble doit être nécessaire à l exercice de l activité commerciale, artisanale, industrielle, agricole ou libérale. Il doit être loué ou mis à la disposition par la société ou par le propriétaire. Si une fraction seulement de l immeuble est affectée à l exploitation individuelle ou à l activité de la société d exploitation, la qualification de bien professionnel peut également être retenue. Il est nécessaire que cette fraction d immeuble soit exclusivement utilisée à l activité professionnelle principale du redevable ou à l activité de la société dont les titres ont la qualité de biens professionnels. Biens professionnels. L associé de la société civile immobilière ou le propriétaire de l immeuble détient dans la société d exploitation des parts ou actions revêtant le caractère de biens professionnels. c) Détermination de la valeur des biens professionnels 1) Principes Proportionnalité Si les conditions ci-dessus exposées sont remplies, les biens ou droits immobiliers sont considérés comme professionnels. Toutefois, la qualification de bien professionnel est limitée à la proportion des droits détenus par le redevable, son conjoint ou son concubin notoire et leurs enfants mineurs, dans la société à activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. Immeubles détenus directement par les associés de la société d exploitation Dans l hypothèse où tous les associés de la société d exploitation ou certains d entre eux détiennent en direct les immeubles loués et mis à la disposition de cette société, la forme sociale de cette dernière est indifférente. Un seul des associés de la société utilisatrice loue un immeuble à cette société L immeuble loué peut être qualifié de bien professionnel dans la limite du produit de la valeur de l immeuble loué par la Côté Fiscalité quote-part des droits sociaux qu il détient, avec son conjoint ou concubin notoire et leurs enfants mineurs, dans la société locataire. Plusieurs associés de la société utilisatrice louent leurs immeubles à cette société Chaque associé peut considérer l immeuble qui lui appartient et qu il loue à la société comme un bien professionnel, dans la limite du produit : de la valeur de l ensemble des immeubles loués par les divers associés de la société utilisatrice ; par la quote-part des droits sociaux qu il détient, avec son conjoint ou concubin notoire et leurs enfants mineurs dans la société locataire. Cette limite peut excéder la valeur de l immeuble loué. Toutefois, dans ce cas, l exonération au titre des biens professionnels est alors limitée à la valeur de l immeuble loué. Immeubles faisant l objet d une location ou mise à disposition par l intermédiaire d une société immobilière Lorsque tous les associés de la société immobilière détiennent une participation à caractère professionnel dans la société d exploitation, les titres sont considérés comme des biens professionnels dans la limite des parts ou actions qu ils détiennent dans cette société immobilière. La détention des titres de la société d exploitation peut se faire directement ou par l intermédiaire d une société interposée. La forme sociale de la société immobilière est indifférente. De même, il n est pas nécessaire que les associés de la société immobilière soient également associés dans la société d exploitation. La limite de la qualification de bien professionnel est déterminée pour chaque associé. Elle est égale au produit de la valeur de tous les immeubles loués à la société d exploitation (ou mis à sa disposition) par le pourcentage des droits détenus par le contribuable dans la société d exploitation. Par ailleurs, aux termes de l article 885 O ter du Code général des impôts, seule la fraction des titres dans la société immobilière détenant les immeubles loués à la société d exploitation (ou mis à sa disposition) sont des biens professionnels. Lorsque l un des associés de la société immobilière n exerce pas son activité professionnelle dans la société d exploitation, la valeur de sa quote-part n est pas exclue pour le calcul de la valeur des titres des autres associés ayant un caractère professionnel. 2) Illustrations Propriétaire louant directement son immeuble à la société d exploitation. Exemple 1 : M. A détient un immeuble d une valeur de qu il loue à une SAS dont il possède 40 % du capital et dont il est président. Mme A, son épouse, détient également 35 % du capital de la même société.

5 Côté Fiscalité Lorsque l un des associés de la société immobilière n exerce pas son activité professionnelle dans la société d exploitation, la valeur de sa quote-part n est pas exclue pour le calcul de la valeur des titres des autres associés ayant un caractère professionnel. Cet immeuble est considéré pour M. A comme un bien professionnel pour 40 % + 35 %, soit 75 % de sa valeur. Exemple 2 : M. B possède un immeuble d une valeur de dont les trois quarts de la superficie sont loués à une SAS dont il possède 50 % des actions et dans laquelle il exerce les fonctions de président. L immeuble est qualifié de bien professionnel à hauteur d une fraction de sa valeur égale à /4 50 % = Immeubles faisant l objet d une location ou mise à disposition par l intermédiaire d une société immobilière. Exemple 1 : Quatre associés A, B, C et D détiennent chacun un quart des droits dans une société immobilière louant son immeuble, d une valeur de , à une SARL. A, B, C et D sont cogérants de la SARL qu ils détiennent à parts égales. Les droits dans la société immobilière sont donc de /4 = pour chacun d eux. Les parts de la société immobilière revêtent en totalité un caractère professionnel à hauteur, pour chaque associé, de Exemple 2 : Trois associés A, B et C détiennent respectivement 45 %, 35 % et 20 % des droits dans une société immobilière louant son immeuble, d une valeur de , à une SARL. A, B et C sont gérants de la SARL, dont ils détiennent respectivement 15 %, 25 % et 35 %. Un quatrième associé, D, détient les parts restantes dans la SARL alors qu il n est pas associé de la société immobilière. Société immobilière Personnes 45 % A 15% 35% B 25% 20% C 35% 0% D 25% SARL - En ce qui concerne A : il a une participation dans la société immobilière de %, soit Celle-ci est qualifiée de bien professionnel à concurrence de %, soit (sous réserve que la participation présente un caractère professionnel grâce à la notion de groupe familial). La participation constitue un bien privé à hauteur de En ce qui concerne B : il a une participation dans la société immobilière de %, soit Celle-ci est qualifiée de bien professionnel à concurrence de %, soit La participation constitue un bien privé à hauteur de En ce qui concerne C : il a une participation dans la société immobilière de %, soit Ayant une participation dans la SARL de 25 %, elle est qualifiée de professionnelle pour la totalité. Exemple 3 : Quatre associés A, B, C et D détiennent chacun un quart des droits dans une société immobilière louant son immeuble, d une valeur de , à une SAS. Seuls A et C détiennent des actions présentant un caractère professionnel à concurrence de 20 % et 50 %. En ce qui concerne A : il a une participation dans la société immobilière de %, soit Celle-ci est qualifiée de bien professionnel à concurrence de %, soit La participation constitue un bien privé à hauteur de En ce qui concerne C : il a une participation dans la société immobilière de %, soit Ayant une participation dans la SAS de 50 %, elle est qualifiée de professionnelle pour la totalité. Les participations de C et D dans la société immobilière n ont pas le caractère de bien professionnel et constituent des biens privés pour chacune. Philippe REBATTET et Me Jean-Philippe ANDRIOT, notaire à Lyon 5

6 6 Réf 42061T INGENIERIE DU BATIMENT 69. Cession cause retraite bureau d études, ingénierie du bâtiment : économie de la construction, études structures, études des fluides. Clientèle 50% publique et 50% privée. Accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 8 personnes Locaux : 150 m² de bureaux et 40 m² d archives. Loyer :1 500 euros/ mois. Type de cession : titres Repreneur : personne morale ou physique du métier Prix souhaité : 470 K TPE / PME Réf 41062T MECANIQUE GENERALE 69. Cession entreprise de mécanique générale de précision. Clientèle récurrente. Savoir faire important, salariés autonomes et compétents. Matériel performant. Accompagnement assuré. CA HT : +/ Effectif : 7 personnes Locaux : 1000 m² couverts, récents, en ZI. Repreneur : personne physique ou morale Prix souhaité : PRODUCTION AUDIOVISUELLE ET MULTIMEDIA NC. Cession entreprise de production audiovisuelle et multimédia. Clientèle diversifiée. Equipe à fort savoir-faire. CA HT : Type de cession : titres Locaux : 200 m² Réf 34063T - à définir Effectif: >15 personnes Réf 42064T CONSEIL EN RESSOURCES HUMAINES 42. Cession entreprise de conseils en ressources humaines (bilans de compétences, formations, accompagnement au retour à l emploi...). Clientèle du secteur public principalement. Développement en cours de nouvelles prestations. Equipe très autonome, accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 6 personnes Type de cession : titres Repreneur : personne morale ou physique Prix souhaité : 170 K Réf 42065T NEGOCE DE VEHICULES D OCCASION Rhône-Alpes. Cession entreprise achat et revente de véhicules utilitaires d occasion. Aménagement des véhicules. Clientèle de PME et d artisans, équipe très autonome. CA HT : > Effectif : 8 personnes Locaux : 2 sites de vente de et 800 m², 1 atelier de 300 m² Loyer : annuel de euros/ an Type de cession : titres Repreneur : personne morale ou physique du métier Prix souhaité : K Réf 39067T - Rhône Alpes - à définir CONCEPTION ET FABRICATION Rhône Alpes. Cession cause retraite entreprise de fabrication de supports mécano soudés pour l industrie. Leader sur son marché. Bureau d étude intégré, savoir faire important. CA HT : +/ Effectif : > 20 personnes Locaux : 1425 m² couverts, sur un terrain de m² Repreneur : personne morale ou physique Réf 38066T à définir COMMERCE EQUIPEMENT SPORTIF 69. Cession cause retraite commerce équipement équestre. Clientèle de particuliers et professionnels, fichier client très important. Affaire de passionné. Connaissance importante de l équitation indispensable. CA : > Effectif : 4 personnes Locaux : 375 m² de magasin et 200 m² d entrepôt. TAXIS 69. Cession cause retraite entreprise transport de voyageurs. Partie importante du chiffre d affaires en contrats. 4 licences de taxis et un transport public. CA : Prix souhaité : Réf 38068T Effectif : 4 personnes Réf 37069T RENOVATION IMMO. / BUREAU D ETUDES 69. Cession cause retraite entreprise second œuvre du bâtiment, aménagement, rénovation, architecture d intérieur. Clientèle en grande partie récurrente, accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 3 personnes Type de cession : fonds de commerce Locaux : 200 m² Loyer : / mois Prix souhaité : Vous êtes intéressés par une annonce Ecrivez-nous sous référence à : ACTION REPRISE 128 bis, rue Jean Moulin CALUIRE, ou par mail à :

7 7 CA HT : > Effectif : 8 personnes Repreneur : personne morale ou physique TPE / PME Réf 41071T à définir Réf T CONSEIL ET FORMATION MANAGEMENT GRH MENUISERIE 69. Cession entreprise plus de 25 ans d existence, de fourniture 69. Cession cause retraite entreprise d accompagnement au changement et pose de menuiseries, bois pvc et alu. Produits sur mesure : des équipes : animation, coaching, team building, conseil, fenêtres, portes, volets, placards, terrasses, parquets. Clientèle formation, recrutement. de particuliers 80 %, régie + institutionnel 20 %. Bonne notoriété. Matériel ok. Accompagnement possible. CA HT : Prix souhaité : Effectif : 2 personnes Réf 36074T - Rhône-Alpes ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION 69. Cession entreprise économie de la construction. Marchés publics essentiellement. Savoir faire important. Développement commercial à assurer. Accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 5 personnes Repreneur : personne physique ou morale du métier Réf T SERVICE A LA PERSONNE 69 Cession cause retraite entreprise aide à domicile. Clientèle très fortement récurrente, entreprise en forte croissance. Equipe structurée et efficace. Peu de turn over. CA HT : > Effectif : 45 personnes Repreneur : personne morale ou physique du métier. Prix souhaité : Réf T NEGOCE MEUBLES, CUISINES, ELECTROMENAGER 38. Cession cause retraite entreprise cuisine, salon, literie, fauteuils spécialisés personnes âgées, meubles, électroménager avec SAV. Positionnement haut de gamme, fichier client important. CA HT : K Effectif : 8 personnes Locaux : magasin de m² Loyer : /mois Type de cession : fonds de commerce Repreneur : personne morale ou physique Prix souhaité : 200 K hors stock Réf 41077T CHAUDRONNERIE 01. Cession entreprise fabrication pièces unitaires de chaudronnerie. Clientèle internationale. Matériel en bon état. Forte rentabilité. CA HT : > Effectif : > 15 personnes Locaux : compris dans la cession, 1500m² construit sur terrain 7500 m². Repreneur : personne physique ou morale Prix souhaité : Euros (Entreprise + murs) Réf 40075T DEPOT VENTE MEUBLES, ARTICLES MENAGERS, OCCASION 01. Départ à la retraite, cession société de commerce détails de biens d occasion, meubles, articles ménagers sous forme de dépôt vente. CA HT : Effectif : < 5 personnes Type de cession : 100 % des parts sociales Repreneur : tout profil Prix souhaité : Réf T SERVICES A LA PERSONNE 21. Cession cause santé entreprise de services à la personne. Aide ménagère, repassage, nettoyage des vitres, courses, préparation de repas etc. Clientèle sous contrat et CARSAT. Accompagnement assuré. Très bonne notoriété. CA HT : Effectif : 9 personnes Structure juridique : nom propre Type de cession : fonds de commerce Prix souhaité :

8 8 Réf 40081T - Auvergne - à définir FABRICATION NEGOCE CUIRS FOURRURES Auvergne. Entreprise de fabrication et commerce de vêtements en cuirs et fourrures. Activité soutenue, cession pour cause de départ à la retraite. Excellente réputation. Très forte notoriété. CA HT : Effectif : < 10 personnes Type de cession : titres de société ou fonds de commerce TPE / PME Réf 37095T - Auvergne - à définir NEGOCE MATERIEL AGRICOLE Auvergne. Cession cause retraite entreprise commerce de gros de matériel agricole. Forte notoriété. Entreprise structurée. Accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 15 personnes Repreneur : professionnel du secteur Réf 37097T - Auvergne - à définir NEGOCE PALETTES Auvergne. Cession cause retraite entreprise de négoce de palettes de manutention en bois. Occasion principalement, neuf accessoirement. Réparation + vente. Matériel ok. Accompagnement assuré. CA HT : < Effectif : < 10 personnes Locaux : m² Loyer : / mois Réf 42084T - Auvergne CHAUFAGE CLIMATISATION Auvergne. Cession entreprise travaux d installation d eau et gaz en tous locaux, génie climatique, chaud froid + un peu de couverture, zinguerie. CA HT : > Effectif : 20 personnes Locaux : 300 m² en location Type de cession : titres Repreneur : Personne morale ou physique du métier Prix souhaité : Réf T - Auvergne FABRICATION DE PARQUETS ASSEMBLES Auvergne. Cession cause retraite entreprise fabrication parquets assemblés. Très important savoir faire, majeure partie de la pose sous-traitée. Possibilités de développement très importantes, forte demande internationale. Position leader sur internet (dans son domaine) CA HT : > Effectif : 5 personnes Repreneur : personne physique ou morale Prix souhaité : Réf T - Auvergne - à définir MENUISERIE ALU BOIS Auvergne. Cession cause retraite entreprise menuiserie : fabrication menuiserie métallique, vente et pose menuiserie bois. Personnel très compétent, chiffre d affaires en partie récurrent. CA HT : > Effectif : 15 personnes Repreneur : personne physique ou morale - Qui se cache derrière Action Reprise? Action Reprise est avant tout une entreprise dédiée à la transmission d entreprises : son activité est d accompagner les cédants tout au long du processus de vente de leur affaire. - «Processus de vente»? Vous est-il possible d être un peu plus concret? Fort bien, tachons d être synthétique en 6 points : Lorsque nous sommes mandatés par un cédant pour l accompagner dans la vente de son entreprise, nous commençons par : 1- Nous entretenir longuement avec lui pour comprendre son modèle d entreprise et être sur de bien saisir ce qu il attend de la vente de son entreprise. Nous pouvons alors commencer à nous pencher sur l optimisation fiscale de la transaction. 2- Réaliser ou non la valorisation de son entreprise selon les besoins du cédant. 3- Prospecter ou non pour trouver des acquéreurs selon ses besoins. 4- Passer ou non des annonces toujours selon son souhait! 5- Monter un dossier de présentation anonyme pour les acquéreurs. 6- Défendre au mieux les intérêts du cédant durant toute la phase des négociations. - Concrètement, qu apportez vous pendant la phase de négociations? Notre expérience des transactions. Nous savons décrypter les documents juridiques qui la jalonnent, et servons également à préserver les bonnes relations futures entre cédants et acquéreurs (primordiales pour la survie de l entreprise), en faisant l intermédiaire cédants/ repreneurs lorsque les négociations se tendent. - La vente de mon affaire doit rester très confidentielle, comment gérerez-vous cela? Les annonces publiées sur le support que vous avez entre les mains sont anonymes et assez vagues pour ne pas dévoiler le nom de votre entreprise. La prospection active que nous exerçons pour trouver un acquéreur se fait sous couvert de notre propre nom, aucun renseignement précis n étant donné tant qu aucun engagement de confidentialité n a été signé. (Pour les affaires où la confidentialité est extrême, aucun nom n est même donné avant la première rencontre entre cédant et repreneur). - Je ne serai retraitable que dans quelques années, faut-il déjà me préoccuper de la vente de mon affaire? La fenêtre d avantages fiscaux liés à la cession de l entreprise commence deux avant l âge de votre retraite. D autre part, étant donné la complexité d une transaction (qui s étend en moyenne Sur une période allant de 6 à 18 mois), il est bon de prendre ce problème en amont. - J ai envie de partir en retraite, mais je n arrive pas à vendre mon entreprise à un prix que je juge acceptable, je m inquiète pour ma retraite Nous proposons aussi un service permettant de vous aider à mettre en place des actions concrètes pour faire en sorte que votre entreprise se rapproche de la valeur que vous souhaitez en retirer quand vous déciderez de la vendre. Ces actions ne sauraient être mises en place en quelques semaines, il faut alors s y prendre en amont. - A qui s adresse Action Reprise? Aux dirigeants de PME souhaitant vendre leur entreprise à court ou moyen terme, sur les régions Rhône Alpes, Auvergne, PACA. - A qui ne s adresse pas Action Reprise? Aux cédants de commerces, la cession d un commerce faisant intervenir une problématique immobilière particulière dans laquelle nous ne sommes pas spécialisés. - Comment en savoir plus? N hésitez pas à nous appeler au , nous répondrons à vos autres questions. Pour parler plus spécifiquement de votre affaire, le mieux serait de prendre rendez-vous avec un de nos consultants, qui prendra tout le temps de s intéresser à vos projets.

9 9 TPE / PME Réf 41092T - PACA - à définir Réf 38091T LOCATION DE MATERIELS POUR LA CONSTRUCTION PACA. Cession cause retraite, très belle et importante entreprise location matériel pour la construction. Leader sur son marché. Excellente notoriété, bonne rentabilité, important matériel en très bon état, bon potentiel de développement, accompagnement assuré. CA HT : > Effectif : > 20 personnes Type de cession : titres MACONNERIE GENERALE 06. Cession cause retraite entreprise de maçonnerie, carrelage, petits terrassements, VRD. Clientèle de régies, administrations (50%) et particuliers (50%). Matériel important en très bon état (véhicules, engins etc). CA HT : Effectif : 5 personnes Locaux : bureau 30 m² en location 700 /mois Repreneur : personne morale ou physique du métier. Prix souhaité : Réf 38094T - PACA TRAVAUX PUBLICS PACA. Cession cause retraite entreprise bâtiment et extérieur (enrobage, canalisations, aménagements ). Commandes + Appels d offre. CA HT : > Effectif : 30 personnes Structure juridique : SAS Locaux : m². Repreneur : personne morale ou physique du métier. Prix souhaité : Réf 40096T ENTRETIEN MATERIEL FRIGORIFIQUE 06. Cession cause retraite entreprise entretien et installation de matériel frigorifique. Chiffre d affaires en partie sous contrat et très stable. CA HT : > Effectif : >10 personnes Locaux : bureau + atelier, loyer : 1300 euros/mois Repreneur : personne morale ou physique Prix souhaité : Réf 37091T - PACA CHAUFFAGE PLOMBERIE PACA. Descriptif. Cession cause retraite entreprise de chauffage, climatisation, plomberie et ramonage. Installation, entretien et dépannage. Clientèle de particuliers récurrente. Notoriété très importante, équipe compétente. Accompagnement assuré. CA HT : Effectif : 6 personnes Locaux : /an Prix souhaité : Réf T - PACA - à définir GROS ŒUVRE DU BATIMENT Paca. Cession cause retraite entreprise gros œuvre du bâtiment. CA HT : > Effectif : >30 personnes Type de cession: parts sociales Repreneur: personne morale ou physique du métier Réf T à définir commerce accessoires moto 06. Cause départ retraite, cession activités d accessoires moto, services rapides, casques, pneus, vêtements, divers. Bon matériel de réparation, bon matériel de gestion. Grande superficie commerciale, bon emplacement en banlieue commerciale grande ville. Affaire rentable avec un gros potentiel de développement. CA HT : Effectif : 4 personnes Repreneur : tout public Réf T - PACA - à définir GROSSISTE FLEURS ET PLANTES PACA. Cession cause retraite grossiste fleurs coupées, import/ export (Italie, Canada, Equateur, Caraïbes ) + vente en magasin. Personnel qualifié et autonome. Possibilité réelle de développer le chiffre d affaires. Accompagnement assuré CA HT : Effectif : <10 personnes Type de cession : titres Locaux : bon emplacement (120 m² frigo m² bureaux), entrepôt supplémentaire dans département limitrophe Loyer : /an Réf 40098T ENTREPRISE DE REVETEMENT DE SOLS ET MURS 06. Cession perspective retraite, entreprise de revêtements de sols et murs et pose de faux plafonds. Clientèle de particuliers + institutionnels. Bonne notoriété. Matériel ok. Accompagnement possible. CA HT : Prix souhaité : Effectif : 5 personnes Réf T - PACA - à définir COURANTS FAIBLES PACA. Cession cause retraite entreprise spécialiste courants faibles, installation et entretien alarmes, antennes, détection incendie, etc. Clientèle de professionnels exclusivement, très récurrente. Visibilité importante. Notoriété considérable. CA HT : Effectif : +/- 12 personnes Repreneur : personne physique ou morale

10 10

11 11 Réf 40111E RECHERCHE ENTREPOT + TERRAIN NICE Entreprise bâtiment cherche pour développement terrain disponible avec entrepôt à proximité de Nice : Superficie terrain : mini 2000 m² Superficie entrepôt : mini 300 m² Contacter ACTION REPRISE Immo. d'entreprise LOCATION BUREAUX LYON 4ème Réf 36112E Bureaux très lumineux de 110 m² situés dans une rue calmesur le plateau de la Croix-rousse. Parkings. Climatisation de toutes les pièces. Totalement prééquipé informatique. Proximité métro. Superficie : 110 m² Prix souhaité : 1500 HT / mois Contact : LOCAL INDUSTRIEL CORBAS Réf 39113E En ZI, proche axe autoroutier, petit bâtiment industriel comprenant 100 m² de bureaux et un atelier 300 m² Superficie : 400 m² Disponibilité : à convenir LOCATION BUREAU CALUIRE Réf 41114E Location bureau 25 m² + accès salle de réunion + bureau accueil 10 m2 Loyer : 450 HT Disponible immédiatement Contact : LOCAL et ENTREPOT CALUIRE CENTRE Réf 42115E A louer entrepôt 100m², hauteur 6m, + local attenant 100m² climatisé avec vitrine. Double entrée. Loyer : 1300 / mois Disponible immédiatement Réf 39116E Idéal créateur/repreneur, jeune entreprise, bureaux à louer SANS BAIL COMMERCIAL dans le nouveau Centre d affaires de Caluire à 20 mn de la gare de la Part Dieu. Entièrement équipés, de 12 à 20 m,² pour 1 à 4 postes de travail avec accès Internet et ligne téléphonique inclus à partir de 590 HT par mois. Accès aux salles de réunion, à l espace détente, à nos services de permanence Téléphonique. Offre de Bienvenue pour les lecteurs d Action Reprise, faites-vous connaitre au Réf 39117E Vous cherchez à vous implanter sur la région lyonnaise? Installer votre siège social, une Antenne ou un bureau? Domiciliez votre Société à Lyon Caluire dans un nouveau Centre d Affaires. Bénéficiez d une adresse prestigieuse sans établir vos bureaux ou louez un bureau sans bail commercial à la journée ou au mois. Domiciliation à partir de 39 par mois. Location de bureau minute 60 par jour ou à partir de 390 HT par mois (entièrement équipés avec accès Internet et ligne téléphonique). Offre de Bienvenue pour les lecteurs d Action Reprise, faites-vous connaitre au RECHERCHE SITE SUR EST LYON et VIENNE Réf 42118E Groupe recherche sur Est Lyon et Vienne, en bordure axe passant : 500 à 1000 m² couvert à 3000 m² terrain Contact : Vous souhaitez diffuser une annonce, ou une de nos annonces vous intéresse : contactez nous au prix d'un appel local

12 Juridique La création du concept de l'enseigne du franchiseur par un tiers Il est nécessaire d'obtenir une cession de droits lorsqu'une enseigne fait réaliser le concept d'aménagement intérieur de son magasin par un prestataire extérieur Lorsqu une société confie à un achitecte d intérieur - designer, moyennant finance, la réalisation du concept d aménagement intérieur de ses magasins, il s agit d un contrat de commande. Le contrat de commande implique la réalisation de l œuvre au bénéfice du donneur d ordre. Il n implique pas forcément l exploitation de l œuvre. Le transfert de propriété du support matériel de l oeuvre (les plans détaillés de l aménagement du magasin, le choix du mobilier, etc ) n entraîne donc pas automatiquement le transfert du droit d exploitation de l œuvre au franchiseur (cf. dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle). La Cour d Appel de Paris a par exemple condamné une société qui avait fait réaliser des stands de présentation de vêtements selon les plans d un architecte, mais sans son autorisation (CA Paris, 20 janv. 1988). En conséquence, lorsque le concept de son magasin a été réalisé par un tiers, il est donc nécessaire de se faire consentir une cession de droits détaillée pour pouvoir librement exploiter ce concept et notamment l utiliser pour les autres boutiques dans lesquelles la société pourrait être amenée à décliner ce concept. L importance d obtenir la cession des droits d auteur du concepteur du projet est particulièrement importante pour un franchiseur qui, par nature, fera reproduire le concept de son magasin par ses franchisés notamment. Il en est de même pour les sociétés qui disposent de plusieurs magasins sous forme de succursales. La cession du droit d exploitation peut intervenir soit dans le contrat de commande directement, soit une fois le travail réalisé par contrat distinct de cession de droits. Il est plus prudent de prévoir la cession de droits au stade du contrat de commande, afin d éviter toute demande financière excessive pour la cession de droits, après que le concept ait été réalisé et validé par vos soins. La cession des droits d exploitation impose la rédaction d un écrit. L article L exige que "chacun des droits cédés fasse l objet d une mention distincte dans l acte de cession". La jurisprudence ne reconnaît que rarement la cession implicite des droits d exploitation, et quand elle procède ainsi, elle tient compte de la destination de l oeuvre commandée et de la commune intention des parties. Toutefois, pour se prémunir contre toute difficulté, il est préférable de se conformer au Code de la Propriété Intellectuelle et de formaliser les accords par écrit. Les seuls droits pouvant être cédés sont le droit de reproduction et de représentation de l œuvre. Parmi les prérogatives reconnues aux auteurs, seules les prérogatives patrimoniales relevant du droit d exploitation (droit de représentation et d adaptation, droit de reproduction) peuvent faire l objet d une cession, les prérogatives morales étant inaliénables (exemple : droit à la paternité de l oeuvre). Aux termes de l alinéa 1er de l artilce L du Code de la Propriété Intellectuelle : «La transmission des droits de l auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l objet d une mention distincte dans l acte de cession et que le domaine d exploitaion des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et à la durée». Chacun des droits cédés doit être précisé et délimité Chacun des droits cédés doit être énuméré et délimité de manière exaustive et détaillée. Il ne suffit cependant pas d indiquer sur le contrat cession du droit d exploitation et de reproduction du concept, mais il faut prévoir les différents modes d exploitation envisagés. La seule indication de cession du droit d exploitation et de reproduction n est pas considérée par les Tribunaux comme suffisamment précise pour permettre par exemple la reproduction de l œuvre sur tous supports, tous procédés, sur Internet, sur des magazines, etc En effet, le principe est que les cessions de droits sont soumis à 12

13 Juridique une règle d interprétation stricte. En matière de concept d aménagement intérieur d une enseigne, il a été jugé que l architecte d intérieur qui a réalisé l aménagement d un restaurant à enseigne Burger King pouvait s opposer à la réalisation par cette société d autres restaurants sur le même concept, en l absence d accord express de l architecte autorisant d autres constructions d après ses plans. Il est également important de prévoir que des photographies de l aménagement de la boutique puissent être reproduites dans la presse, sur internet, etc Ainsi, constitue une contrefaçon : - La reproduction du plan (ou de la maquette) du magasin en tant que tel (photographie, photocopies, livre, parution presse, internet, etc ) ; - L aménagement d un magasin selon lesdits plans (article L du Code de la Propriété Intellectuelle). Si cela n est pas expressément prévu dans l acte de cession. L indication de la durée de la cession et du territoire visé Outre la nécessaire précision des droits cédés, il faut également que la cession soit aussi précise quant au territoire et à la durée. Il est préférable de rédiger l acte de cession de droits en : -prévoyant une cession de droits suffisamment large territorialement (exemple : le monde entier), -pour une durée correspondant à la durée maximale d exploitation du concept (exemple : 10 ou 20 ans). La mention d un prix Enfin, la cession de droits d auteur doit nécessairement comporter une rémunération. En bref : Lorsqu un prestataire réalise le concept de vos magasins, cela ne permet pas de reproduire ce concept architectural, d aménagement intérieur sans son autorisation. En effet, à défaut de cession, vous êtes juste propriétaire de la réalisation matérielle de l œuvre mais ne disposez pas du droit de reproduire ce concept pour d autres magasins, ou de publier dans la presse, dans des catalogues, des photographies de la boutique comportant ce concept. Par conséquent, lorsque vous faites appel à un architecte pour une telle réalisation, il est nécessaire que les droits patrimoniaux d auteur (droit de reproduction, droit de représentation notamment) vous soient cédés, par écrit, de manière précise et suffisamment détaillée pour éviter de se voir interdire l exploitation de ce concept pour d autres magasins, et de se voir condamner sur le fondement de la contrefaçon. Cela est important lorsque vous disposez d un réseau de succursales, mais également lorsque vous êtes franchiseur et que par le contrat de franchise vous autorisez expressément des tiers à utiliser ce concept. Professionnels Parlons projet avant de parler financement. 04/2012 R Édité par Crédit Agricole S.A., agréé en tant qu établissement de crédit 91-93, bd Pasteur, Paris Capital social : RCS Paris. Le premier réflexe, quand on crée son entreprise, c est d en parler avec son conseiller. Sous réserve d acceptation de votre dossier par votre Caisse Régionale de Crédit Agricole prêteur. 13

14 14 L'avis de l'expert Quelques réflexes parfois négligés lors de la cession d'un droit au bail commercial Avant de faire un point sur les éléments à vérifier pour savoir si la cession du bail seul est possible (II), il convient de rappeler les raisons du paiement par l acquéreur du bail (le cessionnaire) au locataire sortant (le cédant) du droit au bail (I). Le bail commercial est habituellement cédé avec le fonds de commerce qui y est exploité et il est classique d affirmer que cette cession ne peut être refusée à son locataire par le bailleur conformément à l article L du Code de commerce. Toutefois, lorsqu il est question de céder le bail commercial sans le fonds de commerce, la règle est différente. Dans cette hypothèse, le cédant et le cessionnaire du droit au bail doivent porter une attention particulière à certains points trop souvent négligés. Précisons que nos observations n ont pas vocation à l exhaustivité, mais poursuivent un objectif simple : rappeler quelques points sensibles en vue de la conclusion de ce contrat. En tout état de cause, vendeur, acquéreur ou bailleur retireront un avantage à être assistés et conseillés par un professionnel du droit lors de cette opération. Avant de faire un point sur les éléments à vérifier pour savoir si la cession du bail seul est possible (II), il convient de rappeler les raisons du paiement par l acquéreur du bail (le cessionnaire) au locataire sortant (le cédant) du droit au bail (I). I LE PRIX DU DROIT AU BAIL CONTREPARTIE D UNE PROTECTION SPÉCIFIQUE L acquisition par le cessionnaire d un bail commercial a pour but de le faire bénéficier de l ensemble des droits protecteurs du locataire commercial (notamment la durée, le droit au renouvellement et l encadrement du loyer). Aussi, en pratique il est quasi systématique de verser un droit au bail au cédant. Dès lors, avant toute cession, l acquéreur devra s assurer de pouvoir bénéficier du statut protecteur du bail commercial. Cela passe principalement par l exigence d une exploitation effective du fonds de commerce par le cédant (A) et le respect de la clause de destination par le cessionnaire (B). A L EXPLOITATION EFFECTIVE DU FONDS DE COMMERCE Lors de la cession du bail commercial seul, il faut vérifier que le locataire en titre exploite correctement son fonds, et qu il n existe pas de litige entre le preneur et son bailleur. En effet, pour invoquer le droit au renouvellement du bail commercial à l issue de la période initiale ou renouvelée, le locataire doit exploiter son fonds de commerce depuis au moins trois ans (art. L C. com.). Aussi, pour être efficace, l acquisition du seul droit au bail doit permettre au cessionnaire d exploiter suffisamment longtemps son commerce pour bénéficier du droit au renouvellement. En conséquence, l acquéreur s abstiendra, sauf accord spécifique avec le propriétaire du local, d acquérir un bail commercial dont l échéance est inférieure à trois ans. Au-delà de ce rappel pratique, il est nécessaire de prêter une attention particulière à la clause de destination. B LA CLAUSE DE DESTINATION DOIT PERMETTRE L EXPLOITATION DU FONDS DE COMMERCE DU CESSIONNAIRE L acquéreur d un droit au bail doit pouvoir exploiter paisiblement son commerce dans les locaux concernés. Pour cela, il convient que le bail commercial autorise l activité de l acquéreur qui peut être différente de celle du cédant. L acquéreur doit donc vérifier le contenu de la clause de destination figurant généralement en début du contrat

15 L'avis de l'expert de bail qui délimite les activités autorisées. À ce titre, rappelons que l exercice d activités en violation de cette clause, est susceptible de priver le locataire de son droit au renouvellement, mais aussi de justifier la résolution judiciaire du contrat pour inexécution grave. Toutefois, il est toujours possible de se rapprocher du bailleur afin de négocier une modification des activités autorisées. Reste que dans cette hypothèse, le bailleur va généralement souhaiter renégocier d autres points du bail, ce qui peut faire perdre tout intérêt à l opération (augmentation du loyer notamment). L hypothèse dans laquelle une négociation est entreprise avec le bailleur doit faire réfléchir l acquéreur. En effet, à quoi bon payer un droit au bail au preneur alors qu en réalité le cessionnaire va conclure un nouveau bail avec le bailleur. Dans ce cadre, une discussion sur le prix de cession peut aussi être envisagée. Après la clause de destination, il faut vérifier que le locataire cédant ait bien demandé dans les temps la levée du droit de préemption municipal. II L ATTENTION PORTÉE À LA POSSIBILITÉ DE CESSION DU BAIL SEUL Avant de s engager dans la négociation d une cession de droit au bail, il convient de vérifier que le locataire cédant a bien purgé le droit de préemption municipal prévue par la loi (A) et porter une attention particulière aux limitations contractuelles de cette cession (B). A LA LEVÉE DU DROIT DE PRÉEMPTION MUNICIPAL Les articles L et R du Code de l urbanisme prévoient un droit de préemption des locaux commerciaux au profit des communes afin de sauvegarder la mixité des commerces au sein d un quartier. Aussi, avant la cession du fonds, le locataire doit prendre soins d avertir sa Mairie suivant un formulaire CERFA (n 13644*01) en lettre RAR de son intention de céder le droit au bail de son commerce. Ensuite, la Mairie dispose d un délai d un mois pour répondre. À défaut de respecter cette notification, la cession serait nulle. C est une disposition souvent ignorée des cessionnaires non professionnels du droit ou de l immobilier. C est donc un sujet à aborder bien en amont de la signature de la vente pour ne pas être obligé de la repousser. Après avoir vérifié tous ces éléments, reste une question essentielle : dans quelle mesure la cession du bail indépendamment du fonds du cédant est-elle autorisée par le bail? B LA LIMITATION CONTRACTUELLE DE LA CESSION DU DROIT AU BAIL L article L du Code de commerce précise que sont nulles les clauses «tendant à interdire au locataire de céder son bail ou les droits qui y sont attachés à l acquéreur de son fonds de commerce». L interdiction portée par cette disposition s applique uniquement à la cession du fonds de commerce. Ainsi, contrairement à une idée trop souvent répandue, l interdiction contractuelle d une cession du droit au bail seul est licite. Aussi, avant toute discussion à propos de la cession du seul bail commercial, il convient de vérifier le contrat à ce sujet. Si en pratique l interdiction pure et simple reste peu fréquente, il est en revanche plus répandu de trouver des clauses d agréments. Dans ce cas, il faut obtenir l accord du bailleur, en respectant scrupuleusement le contrat de bail. À ce titre, l intervention à la conclusion de la cession du bailleur est un élément important de sécurité juridique de la cession. Une convention tripartite entre le bailleur, locataire cédant et cessionnaire peut aussi être conclue. L objectif est alors d éviter que la cession faute de respect du contrat de bail soit inopposable au bailleur. Le respect des clauses limitant la cession doit donc être l objet d une attention particulière puisqu elle commande l efficacité de la vente du droit au bail. En conclusion, d un point de vue juridique, la cession du seul droit au bail, doit faire l objet d une vigilance particulière, spécialement quant aux dispositions la régissant dans le contrat. Enfin, compte tenu de l enjeu économique et professionnel, les parties ont tout intérêt à se faire assister dès le début de leur projet. C est le prix à payer pour la sécurité juridique de l opération, mais aussi pour éviter un processus coûteux et inefficace. Service juridique 15

16

50 entreprises à reprendre

50 entreprises à reprendre 41 MAI / JUIN 2012 RHÔNE-ALPES AUVERGNE PACA ECONOMIE Le dirigeant face aux futures réformes de la fiscalité patrimoniale EVENEMENT Le Salon des Entrepreneurs Lyon 2012 L'AVIS DE L'EXPERT Licenciement

Plus en détail

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Document rédigé par les experts BusinessFil Immo Contact : 01 47 87 49 49 Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier L édito Après

Plus en détail

La reprise du fonds de commerce

La reprise du fonds de commerce La reprise du fonds de commerce Animé par : M. Régis MORENNE Expert-Comptable Associé Me Ronan LEBEAU Avocat Directeur de Région Me Vincent LEMEE Notaire Associé à RENNES Quelques définitions Qu est-ce

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

50 entreprises à reprendre

50 entreprises à reprendre 45 MARS / AVRIL 2013 RHÔNE-ALPES AUVERGNE PACA FISCALITE Plus-values mobilières : les détails du nouveau régime d imposition L'AVIS DE L'EXPERT L'absence du salarié et la faute grave 50 entreprises à reprendre

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE La transmission de son entreprise est un processus long et complexe, juridiquement aussi bien que fiscalement. Comme tous les dirigeants d entreprise, combien de fois avez-vous

Plus en détail

FEVRIER / MARS 2015 RHÔNE-ALPES AUVERGNE BOURGOGNE PACA

FEVRIER / MARS 2015 RHÔNE-ALPES AUVERGNE BOURGOGNE PACA 52 FEVRIER / MARS 2015 50 journal52.indd 1 RHÔNE-ALPES AUVERGNE BOURGOGNE PACA t n e i r p re à s se e r nd e r p re 21/01/2015 15:11:48 ACTION REPRISE La diffusion ACTION REPRISE-------------------------------------------------------------------------p.2

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION CAHIER DES CHARGES POUR DEPOT D OFFRE FONDS DE COMMERCE DE LA SOCIETE SARL KANWA sis 63 rue Saint André des Arts 75006 PARIS Par jugement en date du 6 mai 2015, le Tribunal de Commerce

Plus en détail

Le démembrement de propriété

Le démembrement de propriété Le démembrement de propriété ASPECTS CIVILS DU DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ Le droit de propriété est défini à l article 544 du Code Civil : «La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION ALS- Mai 2012 Cimm Immobilier, réseau d agences immobilières. I. Cimm Immobilier 3 A. Rétrospective 3 B. Chronologie

Plus en détail

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente.

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente. Veille juridique Cabinet Lawrizon Avocats Septembre 2014 BAUX COMMERCIAUX - Loi relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises (ou Loi Pinel) : synthèse concernant les conditions d

Plus en détail

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité?

DROIT : A quel moment est on dans le champs de la commercialité? DROIT : Faire un cas pratique pour chaque séance. Article L 121-1 Le droit commercial : sont commerçants ceux qui exercent des actes de commerces, une activité à titre professionnel, habituelle. A quel

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Actualités Juridiques

Actualités Juridiques À savoir Actualités Juridiques Investir dans la pierre : une garantie pour la retraite Louez bien, louez meublé? Etat des lieux : une précaution indispensable! Investir dans la pierre : une garantie pour

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT MEUBLE (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES

COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES COLLECTIVITES LOCALES ET ASSOCIATIONS SPORTIVES LE FINANCEMENT DES ACTIVITES SPORTIVES Les collectivités locales peuvent participer au financement des associations sportives, sous certaines conditions.

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE

OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE OBLIGATIONS DU FRANCHISE DANS LE CONTRAT DE FRANCHISE 08/09/2014 Le contrat de franchise est un contrat consensuel : aucune forme spécifique n est requise. Un écrit est exigé pour certaines conventions,

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012).

Séance du 22 novembre 2012 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 5/2012). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

ISF - Assiette - Exonération des biens professionnels - Condition relative à l'activité des sociétés

ISF - Assiette - Exonération des biens professionnels - Condition relative à l'activité des sociétés Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-30-30-40-10-20130218 DGFIP ISF - Assiette - Exonération des biens

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS!

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES Mai 2012 AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! Attention : ce guide a été rédigé exclusivement à l attention des locataires qui louent un

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

50 entreprises à reprendre

50 entreprises à reprendre 33 NOVEMBRE / DECEMBRE 2010 RHÔNE-ALPES AUVERGNE ECONOMIE Comment optimiser la transmission d'un fonds de commerce JURIDIQUE Professionnels de l'immobilier commercial : attention aux clauses abusives dans

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014

Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 Le nouveau droit des sociétés de l OHADA : l acte uniforme révisé relatif au droit des sociétés commerciales et du GIE entré en vigueur le 5 mai 2014 2 Sommaire I. Présentation de l Acte Uniforme révisé

Plus en détail

Actualité fiscale et patrimoniale

Actualité fiscale et patrimoniale novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans 75017 Paris Tél : 01.44.01.25.00

Plus en détail

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Section 1 : Premières vues sur le droit commercial... 21 I-L objet du droit commercial... 21 II - Polysémie du mot commerce... 22 Section 2 : Approche

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Document d Information Réf. A

Document d Information Réf. A www.crma-rhonealpes.fr www.bnoa.net www.reprendre-en-rhonealpes.fr LE CHEF D ENTREPRISE Document d Information Réf. A Nom prénom : Né(e) le Adresse domicile : CP Ville : Adresse e.mail : Date d installation

Plus en détail

Envoyez nous un email Dakar-immo@ggbsenegal.com avec une description de votre bien et quelques photos.

Envoyez nous un email Dakar-immo@ggbsenegal.com avec une description de votre bien et quelques photos. Bien à louer Vous avez un bien de luxe, de haut et très haut standing(une demeure de charme, villas, appartements et commerce) que vous désirez louer c est notre travail et notre spécialité, nous nous

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

Qu est-ce qu une SCI?

Qu est-ce qu une SCI? CHAPITRE 1 Qu est-ce qu une SCI? Aussi surprenant que cela soit, il n existe pas de définition légale de la SCI. Le terme de SCI est né de la pratique, la loi ne connaissant que les sociétés civiles en

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 3

Reximmo Patrimoine 3 G E S T I O N D E P A T R I M O I N E Reximmo Patrimoine 3 SCPI DE TYPE MALRAUX Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20 décembre

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

Opportunité d investissement n 13

Opportunité d investissement n 13 Opportunité d investissement n 13 EN BREF Objectif de collecte : 375 960 Montant de la part : 5 371 Nombre de parts : 70 Rendement annuel avant impôt : 7 % Type de bien : Commerce 28m² Localisation : Enghien-les-Bains

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ ET DE BARÈME DOSSIER 1 : INVESTISSEMENT LOCATIF : CONTRAT DE LOCATION 30 points 1.1 - Vous compléterez le tableau en annexe 1 (12 points) CLAUSES DU CONTRAT LOCATION NUE

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION CAHIER DES CHARGES POUR DEPOT D OFFRE FONDS DE COMMERCE DE LA SOCIETE SAS DUQEZE MANAGEMENT sis 27 rue du Colisée 75008 PARIS Par jugement en date 30 juillet 2015, le Tribunal de

Plus en détail

OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES

OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES OFFRE D ACHAT D ACTIONS (Version simplifiée) TABLE DES MATIÈRES PAGE 0.00 INTERPRÉTATION... 8 0.01 Terminologie... 8 0.01.01 Actions... 8 0.01.02 Charge... 9 0.01.03 Contrôle... 9 0.01.04 Date de Clôture...

Plus en détail

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier.

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier. Etudes fiscales La mode du «french bashing» qui se développe à travers toute l Europe n épargne pas le domaine de la fiscalité. La France souffre en effet de l image assez négative que véhiculent les médias

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 3. SCPI de type «Malraux» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques

Reximmo Patrimoine 3. SCPI de type «Malraux» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Reximmo Patrimoine 3 SCPI de type «Malraux» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013 La deuxième période de commercialisation

Plus en détail

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE Vendredi 17 octobre 2014 Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE Précisions et Incertitudes dans l attente d une instruction administrative I Régimes fiscaux de faveur A)

Plus en détail

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL Il a été convenu ce qui suit entre : La société de gestion de la technopole de Sfax, société anonyme au capital de 01 million de dinars immatriculée

Plus en détail

Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques

Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Reximmo Patrimoine Un investissement dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques SCPI de type Malraux - Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2010 Sommaire Avertissement page 3 Investir,

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier FICHE DE SYNTHÈSE Module 1 Le cadre juridique de l activité d agent immobilier - MODULE SEMAINE 1 - SOMMAIRE : I) Champ d application de la Loi HOGUET... 2 II) Une profession encadrée : les conditions

Plus en détail

BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT. d un institut de beauté. Didier MEYER Hervé MEYER

BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT. d un institut de beauté. Didier MEYER Hervé MEYER BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT d un institut de beauté Didier MEYER Hervé MEYER 4 LE FONDS DE COMMERCE Deux solutions s offrent à un créateur pour reprendre un fonds de commerce, la location gérance

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

MAI / JUIN 2011 RHÔNE-ALPES AUVERGNE. 50 entreprises à reprendre

MAI / JUIN 2011 RHÔNE-ALPES AUVERGNE. 50 entreprises à reprendre 36 MAI / JUIN 2011 RHÔNE-ALPES AUVERGNE 50 entreprises à reprendre 2 ACTION REPRISE SOMMAIRE La diffusion ACTION REPRISE----------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

SESSION 2012 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2012 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1210004 DCG SESSION 2012 UE4 - DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : néant. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 Chapitre 1 Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux l ESSENTIEL

Plus en détail

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG

DCG 4 Droit fiscal. en 35 fiches 2013. Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG DCG 4 Droit fiscal en 35 fiches 2013 Emmanuel DISLE Agrégé d économie et gestion Professeur en classes préparatoires au DCG Jacques SARAF Agrégé d économie et gestion Collection «Express Expertise comptable»

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé professionnel (LMP) François Longin 1 www.longin.fr Plan (1) Le statut LMP Juridique (location meublée)

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

-63 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale

-63 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale -63 - TABLEAU COMPARATIF Texte en vigueur Texte adopté par Proposition de loi relative au droit de préemption et à la protection des locataires en cas de vente d un immeuble Proposition de loi relative

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014

BULLETIN FISCAL 2014-134. Mai 2014 BULLETIN FISCAL 2014-134 Mai 2014 NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT DU QUÉBEC : LOGIRÉNOV Le gouvernement du Québec a annoncé les modalités d application d un nouveau crédit d impôt remboursable pour la rénovation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Décret n o 2015-587 du 29 mai 2015 relatif aux contrats types de location de logement

Plus en détail

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève

III. locaux. Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève III. locaux Vous recherchez des locaux pour votre entreprise dans le canton de Genève Les caractéristiques et l emplacement des locaux de votre entreprise peuvent avoir un impact non négligeable sur la

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 3

Reximmo Patrimoine 3 Reximmo Patrimoine 3 SCPI DE TYPE MALRAUX Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques. Souscription ouverte jusqu au 20 décembre 2013. La deuxième période de commercialisation

Plus en détail