NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre N 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6"

Transcription

1 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints Conclusion «Quand le bâtiment va tout va!». «Le secteur alimentaire est le dernier secteur touché par la crise ; on ne rogne pas sur l alimentaire!». Les proverbes et les mots tout faits commencent à avoir la vie dure dans un contexte de difficultés économiques persistant. En effet, le bâtiment se porte mal et le secteur alimentaire lui emboîte le pas. Production et services sont également touchés par ce contexte morose. Prenons deux données essentielles pour exemple : Depuis déjà deux semestres, les artisans du bâtiment interrogés par l enquête de conjoncture de l Observatoire régional de l Artisanat font état d une baisse de leur nombre de clients et de leur chiffre d affaire pour plus de 50 % d entre eux. Nous sommes ainsi déjà loin des situations vécues en 2012 voire La baisse du nombre de clients touche de plus en plus le secteur de l alimentation. 52 % des artisans interrogés voient le nombre de leurs clients diminuer contre 37 % au cours du 1 er semestre 2014 et, jadis, 26 % au cours du 2 nd semestre Les perspectives d un redressement économique semblent s éloigner et la crise s accentuer. L Artisanat, toujours Première Entreprise de France, est donc en souffrance. Il ne faut pas le nier. Pour autant, l économie de proximité ni ne se rend, ni ne se meure! Elle demeure le «moteur d un nouveau projet de société» comme Pierre Martin le soulignait déjà en 2008 dans son ouvrage traitant de l économie de proximité. L Artisanat offre notamment des services essentiels dans un contexte de vieillissement démographique et, en prenant, le virage de l innovation et de la qualité, et même celui de l excellence, l Artisanat joue son principal va-tout. Le contexte de crise stimule l innovation, la création, le démarchage commercial. Ceux qui s en sortent environ 10 % des artisans déclarent en effet toujours une progression du nombre de clients et une augmentation de chiffre d affaires ont sûrement innové dans leurs pratiques commerciales comme dans leurs productions. Il ne saurait en être autrement. La France vit une période de profondes mutations qui s apparente à une nouvelle révolution économique. L arrivée de l informatique avait laissé place au terme de «3 ème révolution industrielle». Le «tout numérique» laisse supposer une nouvelle ère économique où de nouveaux modes de commercialisation et où le renouvellement de la gamme de produits sont des points essentiels de l avenir de l Artisanat. Le recours aux nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) est indispensable. D après les résultats du baromètre de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le marché des ventes sur Internet a augmenté de 11 % au 3 ème trimestre Pour Noël 2014, le montant des ventes sur Internet (novembre et décembre) est estimé à 11,1 milliards d euros (+ 10 % par rapport à 2013) sites marchands actifs sont recensés, en augmentation de 17 % en 1 an. L Artisanat pour continuer à jouer son rôle de premier acteur économique doit négocier avec audace ce virage économique et demeurer ancrer dans la qualité et l excellence du savoir-faire. Face à des charges élevées, un positionnement économique différent (qualité et créativité) peut permettre à l Artisanat de perdurer. Oui, il y a toujours de bonnes raisons de choisir l Artisanat, que l on soit client ou que l on soit créateur ou déjà chef d entreprises. Bruno LEFEBVRE Président de la CRMA Haute-Normandie CHIFFRES CLEFS entreprises et établissements artisanaux 59% en Seine-Maritime et 41% dans l Eure 42% dans le bâtiment, 34% dans les services 12% dans la production, 12% dans l alimentation établissements employeurs et salariés apprentis travaillent dans une entreprise artisanale 6,2 milliards d euros de chiffre d affaires

2 TENDANCE GENERALE Une entreprise artisanale peut être définie comme une entreprise immatriculée au Répertoire des Métiers exerçant à titre principal ou secondaire une activité artisanale. Selon la loi du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion de l Artisanat, doivent être immatriculées au répertoire des métiers les personnes physiques et les personnes morales qui n emploient pas plus de 10 salariés et qui exercent à titre principal ou secondaire une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services relevant de l Artisanat et figurant sur une liste établie par décret en Conseil d Etat. Sous certaines conditions, les entreprises qui le souhaitent peuvent rester immatriculées au Répertoire des Métiers au-delà du seuil des 10 salariés (on parle de droit de suite). On peut répartir les entreprises artisanales en quatre grands secteurs artisanaux à savoir : le secteur de l Alimentation (boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie, traiteurs, chocolaterie, etc.) ; le secteur du Bâtiment (maçonnerie, couverture, peinture, plomberie, électricité, chauffagerie, travaux publics, etc.) ; le secteur de la Production (métiers du bois, mécanique industrielle, modélisme, stylisme, imprimerie, prothésites, etc.) ; le secteur des Services (coiffure, soins et beauté, fleuristes, réparation automobile, taxis, photographie, etc.). Cette 6 ème note de Conjoncture repose sur une méthodologie d enquête électronique auprès des entreprises relevant du secteur de l Artisanat avec pour objectif d observer l évolution de l activité économique, de l emploi, de l investissement et du climat des affaires au cours du 2 nd semestre Evolution du nombre de clients et lisibilité du carnet de commandes 56% des artisans interrogés remplissent un carnet de commandes dans le cadre de leurs activités. Parmi ces derniers, 81% ont une lisibilité inférieure à 3 mois et seul 19% ont une lisibilité supérieure à 3 mois. La lisibilité du carnet du carnet de commande est plus faible comparativement aux deux semestres précédents. Au cours du 1 er semestre 2014, seul 34% des artisans interrogés avaient une lisibilité du carnet de commande inférieure à 1 mois contre 44% au cours du semestre en cours. Au cours du 2 nd semestre 2014, la moitié des artisans interrogés a vu le nombre de ses clients diminuer et seul 10% ont vu leur clientèle augmenter. La baisse du nombre de clients est particulièrement importante dans les métiers de bouchers, charcutiers (71% des artisans interrogés) et d entretien et réparation automobile (62%). La tendance à la baisse du nombre de clients observée depuis fin 2013 persiste guère et les prévisions pour le 1 er semestre 2015 ne sont pas plus plus optimistes. La baisse du nombre de clients touche de plus en plus fortement le secteur de l Alimentation. 52% des artisans interrogés voient le nombre de leurs clients diminuer contre 37% au cours du 1 er semestre 2014 et 26% au cours du 2 nd semestre Evolution du chiffre d affaires Globalement, le chiffre d affaires des artisans interrogés diminue. Ils sont 50% à connaître une baisse du chiffres d affaires et seulement 11% à le voir augmenter. Cette tendance est constatée depuis déjà 4 semestres. 2 La tendance à la baisse du chiffre d affaires observée depuis plusieurs semestre risque de se confirmer au début de l année En effet près de la moitié des artisans interrogés envisage une nouvelle baisse d activité au cours du prochain semestre.

3 TENDANCE GENERALE Evolution des effectifs salariés et apprentis 15% des artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 ont réduit leurs effectifs salariés et/ou apprentis. A l inverse 7% ont embauché du personnel. 33% des artisans interrogés travaillent seuls et ne se sont donc pas prononcés. La boulangerie, pâtisserie est particulièrement affectée, avec une baisse du nombre de salariés et notamment d apprentis concernant 40% des artisans interrogés. Une diminution générale de l emploi salarié et apprenti dans l Artisanat haut-normand est donc observable, ce qui confirme la tendance des 4 semestres précédents. Au cours du 2 nd semestre 2014, seul 15% des artisans interrogés ont investi. Depuis fin 2013, le volume des investissements est relativement faible : environ un quart des artisans investissaient début 2013 contre seulement 15% environ à partir du 2 nd semestre La baisse de l investissement est très marquée dans le secteur de l Alimentation avec 14% des artisans ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 contre 29% au cours du semestre précédent. Evolution de l investissement A l inverse, dans le secteur de la Production, 22% des artisans ont investi fin 2014 contre seulement 13% en début d année. Le prêt bancaire est le mode de financement privilégié par les artisans au cours du 2 nd semestre En effet, 45% d entre eux ont choisi le prêt bancaire. La part des artisans choisissant l autofinancement comme mode de financement va probablement augmenter au cours du prochain semestre même si le prêt bancaire reste en tête. Ils sont 32% à déclarer vouloir s autofinancer début 2015 contre 25% actuellement. 44% des artisans ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 ont dépensé plus de Cela représente 14 points de plus qu au cours du semestre précédent. Inversement, 35% ont investi moins de C est 19 points de moins qu au cours du semestre précédent. Les montants investis ont donc augmenté au cours du 2 nd semestre Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont plus pessimistes. Parmi les artisans interrogés envisageant d investir au cours du prochain semestre, 37% souhaitent dépenser plus de et 41% souhaitent dépenser moins de

4 TENDANCE GENERALE Difficultés de financement Le financement du besoin en fond de roulement est le premier motif de difficulté financière rencontrée par les artisans devant le financement des investissements. Parmi les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014, 59% rencontrent des difficultés de trésorerie et 47% connaissent des difficultés pour financer leurs investissements. Au cours du 2 nd semestre 2014, 58% des artisans interrogés jugent leur situation financière préoccupante voire très préoccupante. Le secteur du Bâtiment est le plus touché : 64% des artisans interrogés dans ce secteur estiment que leur situation financière est préoccupante voire très préoccupante. Le niveau de préoccupation des artisans interrogés concernant leur situation financière reste donc élevé et ce depuis fin Climat des affaires Les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 sont 68% à penser que le climat des affaires s est dégradé voir fortement dégradé. Encore une fois, le secteur de l Alimentation semble le plus touché : la dégradation du climat des affaires concerne 83% des artisans interrogés dans les métiers de bouche. Les perspectives pour le 1 er semestre 2015 semblent elles aussi pessimistes : 64% des artisans interrogés envisagent une détérioration plus ou moins forte du climat des affaires en

5 TENDANCE PAR DEPARTEMENT Au 31/12/2013, la Seine-Maritime regroupe établissements artisanaux, soit 59% et l Eure établissements artisanaux, soit 41%. Evolution du nombre de clients La baisse du nombre de clients observée au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Artisanat haut-normand est légèrement plus importante dans l Eure qu en Seine-Maritime : la part des artisans qui déclarent subir une baisse de leur clientèle est de 53% dans l Eure contre 45% en Seine-Maritime. En matière d anticipations, les artisans de l Eure sont également plus pessimistes que leurs homologues du département de la Seine-Maritime : 51% des artisans de l Eure envisagent une baisse de leur clientèle début 2015 contre 39% en Seine-Maritime. Evolution du chiffre d affaires Au cours du 2 nd semestre 2014, 54% des artisans de l Eure déclarent subir une baisse du chiffre d affaires contre 44% en Seine-Maritime. La baisse du chiffre d affaires est donc légèrement plus importante dans l Eure qu en Seine-Maritime. Une plus grande stabilité du chiffre d affaires est observable dans le département de la Seine-Maritime comparativement aux deux semestres précédents : 45% des artisans interrogés voient leur chiffre d affaires stagner contre 39% au cours du semestre précédent et 44% voient leur chiffre d affaires diminuer contre 50% au cours du semestre précédent. Les anticipations concernant le chiffres d affaires sont à la baisse pour le 1 er semestre 2015 et ce particulièrement sur le département de l Eure : 54% des artisans eurois interrogés anticipent une baisse du chiffre d affaires au cours du prochain semestre contre 43% en Seine-Maritime. 5

6 TENDANCE PAR DEPARTEMENT Evolution des effectifs salariés et apprentis La part des artisans qui ont réduit leurs effectifs salariés et/ou apprentis au cours du 2 nd semestre 2014 est proche de 15% dans les deux départements. A l inverse, ils sont seulement 5% à embaucher dans l Eure et 8% à embaucher en Seine-Maritime. Il n y a pas de différence significative en termes d évolution des effectifs salariés et apprentis entre les deux départements. Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont néanmoins plus pessimistes dans l Eure qu en Seine-Maritime : 21% des artisans interrogés envisagent une baisse de l emploi salarié et/ou apprenti dans l Eure contre 16% en Seine-Maritime. Evolution de l investissement La part des artisans qui investissent est de 16% en Seine-Maritime et de 14% dans l Eure. Il n y a donc pas de différence notable entre les deux territoires. En termes d anticipations, les artisans seinomarins sont un peu plus pessimistes que les artisans eurois. En effet, ils sont 10% à envisager d investir au cours du 1 er semestre 2015 en Seine-Maritime contre 14% dans l Eure. Climat des affaires Le climat des affaires semble s être plus fortement dégradé dans l Eure qu en Seine-Maritime : ils sont 72% à subir une dégradation du climat des affaires au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Eure contre 62% en Seine-Maritime. 6 Même constat en termes d anticipations : ils sont 70% à envisager une dégradation du climat des affaires au cours du prochain semestre dans l Eure contre 56% en Seine-Maritime.

7 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Au 31/12/2013, le secteur de l Alimentation regroupe 12% des établissements artisanaux, le secteur du Bâtiment 42%, le secteur de la Production 12% et le secteur des Services 34%. Evolution du nombre de clients La baisse du nombre de clients constatée dans le secteur de l Alimentation (52% des artisans interrogés) a tendance à s amplifier depuis plusieurs semestres : ils étaient 26% au cours du 2 nd semestre 2013 et 37% au cours du 1 er semestre A l inverse, la situation tend à s améliorer dans le secteur de la Production (38% des artisans interrogés) : ils étaient 51% au cours du 2 nd semestre 2013 et 43% au cours du 1 er semestre Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont plus pessimistes qu en moyenne dans le secteur du Bâtiment : 51% des artisans interrogés envisagent une baisse du nombre de clients au cours du prochain semestre contre 45% en moyenne. Evolution du chiffre d affaires Une baisse de plus en plus importante du chiffre d affaires est observable dans le secteur de l Alimentation : 47% des artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 voient leur chiffre d affaires diminuer contre 38% au cours du 1 er semestre. Dans le secteur de la Production la situation est contrastée : 49% des artisans interrogés déclarent rencontrer une baisse du chiffre d affaires alors qu ils ne sont que 38% à subir une baisse de leur clientèle. Les artisans de la Production ont donc probablement baissé leurs prix afin de rester concurrentiel dans un contexte ou la demande de biens et services diminue. Les prévisions pour le 1 er semestre 2015 sont globalement défavorables notamment dans le secteur du Bâtiment (54% des artisans interrogés anticipent une baisse de leur chiffre d affaires contre 49% en moyenne tous secteurs confondus). 7

8 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Evolution des effectifs salariés et apprentis Une baisse importante des effectifs salariés et/ou apprentis est observable dans le secteur de l Alimentation au cours du 2 nd semestre 2014 (28% des artisans interrogés réduisent leurs effectifs et seulement 5% les augmentent). Ce secteur connaissait pourtant une plus grande stabilité de l emploi au cours des semestres précédents. La baisse du nombre de clients et du chiffre d affaires précédemment constatée dans ce secteur explique en grande partie cette évolution défavorable de l emploi. L apprentissage, très présent dans le secteur de l Alimentation, est particulièrement touché. La tendance à la baisse des effectifs salariés et/ou apprentis observée depuis plusieurs semestres dans le secteur du Bâtiment et des Services persiste : dans ces deux secteurs, la part des artisans qui réduisent leurs effectifs salariés est environ deux fois plus importante que celle des artisans qui recrutent. L apparente stabilité de l emploi dans le secteur des services (84% des artisans interrogés) s explique par la forte proportion d artisans qui travaillent seuls : 41% des artisans interrogés travaillent seuls dans le secteur des services contre 33% en moyenne tous secteurs artisanaux confondus. Le secteur de la Production est marqué par une plus grande stabilité de l emploi salarié et/ou apprenti. Si 13% des artisans interrogés ont réduit leurs effectifs, 9% ont embauché. Comparativement au 1 er semestre 2014, la situation s est légèrement améliorée (seul 3% des artisans interrogés au cours du semestre précédent avaient embauché). Les prévisions pour le 1 er semestre 2015 sont globalement pessimistes. Quel que soit le secteur concerné, seul 1 à 2% des artisans interrogés envisagent de recruter des salariés et/ou des apprentis début Part des artisans qui envisagent une baisse des effectifs salariés et/ou apprentis par secteur - 2nd semestre 2014 Hors artisans travaillant seuls au cours du 2nd semestre 2014 Alimentation Bâtiment Production Services Total général 21% 33% 37% 22% 28% Parmi les artisans ne travaillant pas seuls au cours du 2 nd semestre 2014, 37% envisagent de réduire leurs effectifs au cours du prochain semestre dans le secteur de la Production et 33% dans le secteur du Bâtiment. La baisse envisagée est moins prononcée dans les secteurs de l Alimentation (21%) et des Services (22%). 8

9 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Evolution de l investissement La part des artisans interrogés ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 est globalement faible (15%). Pour autant, le secteur de la Production connaît une évolution plus favorable de l investissement. En effet, 22% des artisans ont investi au cours du semestre en cours contre 13% au cours du 1 er semestre 2014 et 9% au cours du 2 nd semestre A l inverse, l investissement diminue dans le secteur de l Alimentation. La part des artisans qui investissent est en effet passée de 29% au cours du 1 er semestre 2014 à 14% seulement au cours de ce semestre. Climat des affaires La dégradation du climat des affaires observée au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Artisanat haut-normand affecte particulièrement le secteur de l Alimentation. Les artisans de l Alimentation sont 84% à estimer que le climat des affaires s est dégradé voire fortement dégrader au cours du 2 nd semestre 2014 alors qu ils étaient 63% au cours du semestre précédent. Le secteur le moins fortement impacté est le secteur de la Production : 60% des artisans interrogés estiment que le climat des affaires s est dégradé voire fortement dégradé dans ce secteur. La situation s est améliorée comparativement aux deux semestres précédents : ils étaient 63% au cours du 1 er semestre 2014 et 83% au cours du 2 nd semestre

10 FOCUS SUR LES CONJOINTS Le statut du conjoint dans l entreprise est régi par la loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises et par le décret du 1er Août 2006, relatif au conjoint collaborateur. Le conjoint du chef d entreprise artisanale qui exerce de manière régulière une activité professionnelle dans l entreprise doit opter pour l un des trois statuts suivants : conjoint associé ; conjoint salarié ; conjoint collaborateur. Est considéré comme un conjoint collaborateur : «le conjoint marié du chef d une entreprise commerciale, artisanale ou libérale, qui exerce une activité professionnelle régulière dans l entreprise sans percevoir de rémunération et sans avoir la qualité d associé». En application de l article 16 de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008, le bénéfice du statut de conjoint collaborateur, initialement réservé au seul conjoint du chef d entreprise, est désormais étendu au partenaire lié par un PACS. De même, le statut de conjoint collaborateur est désormais ouvert au partenaire pacsé du gérant associé unique d EURL ou du gérant associé majoritaire d une SARL, sous réserve que l effectif de la société n excède pas vingt salariés. Les conjoints qui exercent une activité salariée à l extérieur de l entreprise d une durée au moins égale à la moitié de la durée légale du travail sont présumés ne pas exercer dans l entreprise une activité professionnelle de manière régulière. Parmi les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014, 31% travaillent avec leur conjoint dans l entreprise. 19% ont un conjoint qui travaille à temps plein dans l entreprise et 12% ont un conjoint qui travaille à temps partiel ou occasionnellement dans l entreprise. Seul 12% des artisans interrogés n ont pas de conjoints. Parmi les conjoints travaillant dans l entreprise artisanale : 37% ont le statut de conjoint salarié ; 24% ont le statut de conjoint collaborateur ; 19% ont le statut de conjoint associé. 20% des conjoints travaillant dans l entreprise n ont aucun des trois statuts régis par la loi du 2 août % des conjoints travaillant dans l entreprise sont mariés avec le chef d entreprise et 9% vivent en concubinage avec celui-ci. Concernant les conjoints collaborateurs, 95% des sont mariés avec le chef d entreprise et seul 5% sont pacsés. 10

11 FOCUS SUR LES CONJOINTS Parmi les conjoints travaillant au côté du chef d entreprise, 76% n ont aucune activité indépendante ou salariée à l extérieur et seul 14% travaillent à temps plein en parallèle. Parmi les conjoints collaborateurs, 87% ne travaillent pas à l extérieur de l entreprise. Ne percevant pas de rémunération dans l entreprise artisanale, ils étaient pourtant susceptibles d occuper un emploi en parallèle. Concernant les conjoints associés, 67% n ont aucune activité indépendante ou salariée à l extérieur de l entreprise et 30% travaillent à temps plein en parallèle. Enfin 88% des conjoints salariés ne travaillent pas à l extérieur de l entreprise et seul 3% travaillent à temps plein en parallèle. Les rôles exercés par le conjoint au côté du chef d entreprise artisanale sont principalement des rôles de comptable (58%) et/ou d aide à la gestion (57%). Seul 8% des conjoints exercent le même métier que le chef d entreprise et 8% exercent une autre activité productive. Dans le secteur de l Alimentation, c est le commmerce et marketing qui arrive en tête avec 68% des conjoints suivi de l aide à la gestion (61%) et/ou de la comptabilité (58%). La gestion du personnel a une importance non-négligeable avec 39% des conjoints. La comptabilité est une fonction prépondérante dans le secteur de la Production avec 77% des conjoints. La comptabilité et/ou l aide à la gestion sont les principales fonctions occupées dans le secteur du Bâtiment, celles-ci concernant chacune 61% des conjoints. La gestion du personnel arrive loin derrière et en troisième position avec 11% des conjoints. Les rôles exercés par le conjoint sont plus diversifiés dans le secteur des Services même si la comptabilité (49% des conjoints) et l aide à la gestion (43%) arrivent en première position. FLASH INFO L UPA Haute-Normandie et le CREFOR Haute-Normandie vont publier courant janvier les résultats de leur enquête partenariale auprès des conjoints collaborateurs dans les entreprises artisanales haut-normandes. L étude sera accessible sur le site Internet de l UPA Haute-Normandie et du Crefor Haute-Normandie. Cette étude présente les domaines d intervention des conjoints collaborateurs, leur formation ainsi que leur ressenti sur la fonction occupée. Un volet spécifique permet de développer les compétences et savoir-faire mis en application dans l entreprise qui pourraient être valorisés par l acquisition d une certification, notamment par le biais de la VAE (Validation des Acquis de l Expérience). Nous remercions l ensemble des 400 artisans qui ont accepté de participer à cette enquête ainsi que la Région Haute-Normandie et la Direccte Haute-Normandie pour leur soutien financier. 11

12 CONCLUSION Tendances du 2 nd semestre 2014 Baisse du nombre de clients (50% des artisans interrogés) notamment dans l Eure (53%) Elle est de plus en plus prononcée dans le secteur de l Alimentation Elle reste à des niveaux élevés dans les secteurs du Bâtiment et des Services Elle tend au contraire à se stabiliser dans le secteur de la Production Lisibilité du carnet de commandes de plus en plus faible Baisse du chiffre d affaires (50% des artisans interrogés) notamment dans l Eure (54%) Données au Elle est de plus en plus prononcée dans le secteur de l Alimentation 31/12/2013 Elle reste à des niveaux élevés dans les secteurs du Bâtiment, de la Production et des Services Baisse des effectifs salariés et apprentis (15% des artisans interrogés ont réduit leurs effectifs et 7% les ont augmentés) Forte détérioration de l emploi dans le secteur de l Alimentation La tendance reste à la baisse dans les secteurs du Bâtiment et des Services L emploi tend à se stabiliser dans le secteur de la Production Peu de projets d investissement (15% des artisans interrogés) mais des montants investis de plus en plus importants Baisse de l investissement dans le secteur de l Alimentation L investissement reste faible dans les secteurs du Bâtiment et des Services Hausse de l investissement dans le secteur de la Production Le prêt bancaire est le mode de financement privilégié par les artisans (45% des artisans interrogés) Les artisans rencontrent des difficultés financières et notamment pour financer leur trésorerie 58% des artisans interrogés jugent leur situation financière plus ou moins préoccupante 59% des artisans interrogés rencontrent des difficultés pour financer leur besoin en fond de roulement Le climat des affaires s est plus ou moins détérioré (68% des artisans interrogés) nottamment dans l Eure (72%) Forte détérioration du climat des affaires dans l Alimentation Le niveau de détérioration reste élevé dans les secteurs du Bâtiment, de la Production et des Services. Prévisions du 1 er semestre 2015 Baisse du nombre de clients (45% des artisans interrogés) Baisse du chiffre d affaires (49% des artisans interrogés) Baisse des effectifs salariés et apprentis (19% des artisans interrogés pensent réduire leurs effectifs et 2% les augmenter) Peu de projets d investissement (12% des artisans interrogés) et une baisse probable des montants investis Moins de prêts bancaires (42% des artisans interrogés) et plus d autofinancement (32% des artisans interrogés) Un climat des affaires qui risque de se détériorer (64% des artisans interrogés) Phovoir NOTE METHODOLOGIQUE Cette 6 ème note de conjoncture a été réalisée à partir d une enquête de l Observatoire régional de l Artisanat menée entre octobre et novembre Echantillon interrogé : 520 artisans répondants ont exprimé leur analyse de la conjoncture du 2 nd semestre Immeuble Hastings 27, rue du 74 ème Régiment d Infanterie BP Rouen Cedex Directeur de la publication : Bruno Lefebvre Réalisation : Loïc Minouflet Tél :

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie Depuis novembre 2011,

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ N 19#0 PERSONNE PHYSIQUE ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

P0 C M B N 50782#05 NOTICE DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE C OMMERCE MÉTIERS BATELLERIE PERSONNE PHYSIQUE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère obligatoire.

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées

L Observatoire de l Artisanat de Midi-Pyrénées L artisanat en Midi- Atlas Edition 2015 L Observatoire de l Artisanat de Midi- www.artisanat-mp.fr Sources : Observatoire de l artisanat Midi-, répertoire des métiers au 31/12/2014 URSSAF Midi- «Mieux

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2013 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT 1 000 entreprises artisanales supplémentaires dans les Hauts-de-Seine!

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2012 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT Présent dans les secteurs de l Alimentation, du Bâtiment,

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Analyses et études (janvier 2013)

Analyses et études (janvier 2013) Analyses et études (janvier 2013) J ai repéré un certain nombre d études et d analyses qui m ont semblé utiles pour enrichir l approche de l entrepreneuriat des TPE et PME et de la création d entreprise

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR

DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR DECLARATION DU PARTENAIRE OU DU CONJOINT COLLABORATEUR Je soussigné(e) :. Né(e) le :. à :. Nationalité :.. Domicile :. Epoux /épouse de ou pacsé/pacsée de :. déclare avec mon conjoint collaborer effectivement

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité

Baromètre des courtiers de proximité Edition 2013 Baromètre des courtiers de proximité Une profession qui ressent la crise mais fait preuve d adaptabilité courtiers restent optimistes malgré la crise Diriez-vous que la profession de courtier

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Qu est-ce que l entreprise pour le droit aujourd hui?

Qu est-ce que l entreprise pour le droit aujourd hui? Qu est-ce que l entreprise pour le droit aujourd hui? CHAPITRE 1 Un zone commerciale : des entreprises multiples et diverses. DÉCOUVRIR 1 Le principe d unité des règles de droit 10 2 Le statut de l entreprise

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012 Philippe PAYET MEFPIE Introduction... 3 L Entreprise et son dirigeant... 4 L entreprise et son marché... 6 L entreprise et son personnel... 9 Projets de recrutement... 11 En

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Toujours pas de reprise

Toujours pas de reprise 2 ème TRIMESTRE JUILLET 2015 CHIFFRE D AFFAIRES 2 ème TRIM 2015 Toujours pas de reprise La conjoncture est encore une fois perçue par près de 80 % de nos dirigeants comme défavorable voire très défavorable.

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin

Dossier de presse. Le prix régional Met'Fem Le réflexe Artisanat au Féminin Sommaire. Communiqué de Presse P. 2. Met'fem, les métiers au féminin Dossier de presse Le prix régional Met'Fem Le réflexe "Artisanat au Féminin" Sommaire Communiqué de Presse P. 2 Met'fem, les métiers au féminin P. 3 Les Prix Met'Fem P. 4 Les Partenaires P. 5 Les initiatives

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Histoire des coopératives

Histoire des coopératives Histoire des coopératives Les premières pratiques coopératives permanentes et organisées apparaissent en Europe au cours des années 1840 : coopérative de consommation des Equitables pionniers de Rochdale

Plus en détail