NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre N 6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6"

Transcription

1 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints Conclusion «Quand le bâtiment va tout va!». «Le secteur alimentaire est le dernier secteur touché par la crise ; on ne rogne pas sur l alimentaire!». Les proverbes et les mots tout faits commencent à avoir la vie dure dans un contexte de difficultés économiques persistant. En effet, le bâtiment se porte mal et le secteur alimentaire lui emboîte le pas. Production et services sont également touchés par ce contexte morose. Prenons deux données essentielles pour exemple : Depuis déjà deux semestres, les artisans du bâtiment interrogés par l enquête de conjoncture de l Observatoire régional de l Artisanat font état d une baisse de leur nombre de clients et de leur chiffre d affaire pour plus de 50 % d entre eux. Nous sommes ainsi déjà loin des situations vécues en 2012 voire La baisse du nombre de clients touche de plus en plus le secteur de l alimentation. 52 % des artisans interrogés voient le nombre de leurs clients diminuer contre 37 % au cours du 1 er semestre 2014 et, jadis, 26 % au cours du 2 nd semestre Les perspectives d un redressement économique semblent s éloigner et la crise s accentuer. L Artisanat, toujours Première Entreprise de France, est donc en souffrance. Il ne faut pas le nier. Pour autant, l économie de proximité ni ne se rend, ni ne se meure! Elle demeure le «moteur d un nouveau projet de société» comme Pierre Martin le soulignait déjà en 2008 dans son ouvrage traitant de l économie de proximité. L Artisanat offre notamment des services essentiels dans un contexte de vieillissement démographique et, en prenant, le virage de l innovation et de la qualité, et même celui de l excellence, l Artisanat joue son principal va-tout. Le contexte de crise stimule l innovation, la création, le démarchage commercial. Ceux qui s en sortent environ 10 % des artisans déclarent en effet toujours une progression du nombre de clients et une augmentation de chiffre d affaires ont sûrement innové dans leurs pratiques commerciales comme dans leurs productions. Il ne saurait en être autrement. La France vit une période de profondes mutations qui s apparente à une nouvelle révolution économique. L arrivée de l informatique avait laissé place au terme de «3 ème révolution industrielle». Le «tout numérique» laisse supposer une nouvelle ère économique où de nouveaux modes de commercialisation et où le renouvellement de la gamme de produits sont des points essentiels de l avenir de l Artisanat. Le recours aux nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC) est indispensable. D après les résultats du baromètre de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le marché des ventes sur Internet a augmenté de 11 % au 3 ème trimestre Pour Noël 2014, le montant des ventes sur Internet (novembre et décembre) est estimé à 11,1 milliards d euros (+ 10 % par rapport à 2013) sites marchands actifs sont recensés, en augmentation de 17 % en 1 an. L Artisanat pour continuer à jouer son rôle de premier acteur économique doit négocier avec audace ce virage économique et demeurer ancrer dans la qualité et l excellence du savoir-faire. Face à des charges élevées, un positionnement économique différent (qualité et créativité) peut permettre à l Artisanat de perdurer. Oui, il y a toujours de bonnes raisons de choisir l Artisanat, que l on soit client ou que l on soit créateur ou déjà chef d entreprises. Bruno LEFEBVRE Président de la CRMA Haute-Normandie CHIFFRES CLEFS entreprises et établissements artisanaux 59% en Seine-Maritime et 41% dans l Eure 42% dans le bâtiment, 34% dans les services 12% dans la production, 12% dans l alimentation établissements employeurs et salariés apprentis travaillent dans une entreprise artisanale 6,2 milliards d euros de chiffre d affaires

2 TENDANCE GENERALE Une entreprise artisanale peut être définie comme une entreprise immatriculée au Répertoire des Métiers exerçant à titre principal ou secondaire une activité artisanale. Selon la loi du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion de l Artisanat, doivent être immatriculées au répertoire des métiers les personnes physiques et les personnes morales qui n emploient pas plus de 10 salariés et qui exercent à titre principal ou secondaire une activité professionnelle indépendante de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services relevant de l Artisanat et figurant sur une liste établie par décret en Conseil d Etat. Sous certaines conditions, les entreprises qui le souhaitent peuvent rester immatriculées au Répertoire des Métiers au-delà du seuil des 10 salariés (on parle de droit de suite). On peut répartir les entreprises artisanales en quatre grands secteurs artisanaux à savoir : le secteur de l Alimentation (boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie, traiteurs, chocolaterie, etc.) ; le secteur du Bâtiment (maçonnerie, couverture, peinture, plomberie, électricité, chauffagerie, travaux publics, etc.) ; le secteur de la Production (métiers du bois, mécanique industrielle, modélisme, stylisme, imprimerie, prothésites, etc.) ; le secteur des Services (coiffure, soins et beauté, fleuristes, réparation automobile, taxis, photographie, etc.). Cette 6 ème note de Conjoncture repose sur une méthodologie d enquête électronique auprès des entreprises relevant du secteur de l Artisanat avec pour objectif d observer l évolution de l activité économique, de l emploi, de l investissement et du climat des affaires au cours du 2 nd semestre Evolution du nombre de clients et lisibilité du carnet de commandes 56% des artisans interrogés remplissent un carnet de commandes dans le cadre de leurs activités. Parmi ces derniers, 81% ont une lisibilité inférieure à 3 mois et seul 19% ont une lisibilité supérieure à 3 mois. La lisibilité du carnet du carnet de commande est plus faible comparativement aux deux semestres précédents. Au cours du 1 er semestre 2014, seul 34% des artisans interrogés avaient une lisibilité du carnet de commande inférieure à 1 mois contre 44% au cours du semestre en cours. Au cours du 2 nd semestre 2014, la moitié des artisans interrogés a vu le nombre de ses clients diminuer et seul 10% ont vu leur clientèle augmenter. La baisse du nombre de clients est particulièrement importante dans les métiers de bouchers, charcutiers (71% des artisans interrogés) et d entretien et réparation automobile (62%). La tendance à la baisse du nombre de clients observée depuis fin 2013 persiste guère et les prévisions pour le 1 er semestre 2015 ne sont pas plus plus optimistes. La baisse du nombre de clients touche de plus en plus fortement le secteur de l Alimentation. 52% des artisans interrogés voient le nombre de leurs clients diminuer contre 37% au cours du 1 er semestre 2014 et 26% au cours du 2 nd semestre Evolution du chiffre d affaires Globalement, le chiffre d affaires des artisans interrogés diminue. Ils sont 50% à connaître une baisse du chiffres d affaires et seulement 11% à le voir augmenter. Cette tendance est constatée depuis déjà 4 semestres. 2 La tendance à la baisse du chiffre d affaires observée depuis plusieurs semestre risque de se confirmer au début de l année En effet près de la moitié des artisans interrogés envisage une nouvelle baisse d activité au cours du prochain semestre.

3 TENDANCE GENERALE Evolution des effectifs salariés et apprentis 15% des artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 ont réduit leurs effectifs salariés et/ou apprentis. A l inverse 7% ont embauché du personnel. 33% des artisans interrogés travaillent seuls et ne se sont donc pas prononcés. La boulangerie, pâtisserie est particulièrement affectée, avec une baisse du nombre de salariés et notamment d apprentis concernant 40% des artisans interrogés. Une diminution générale de l emploi salarié et apprenti dans l Artisanat haut-normand est donc observable, ce qui confirme la tendance des 4 semestres précédents. Au cours du 2 nd semestre 2014, seul 15% des artisans interrogés ont investi. Depuis fin 2013, le volume des investissements est relativement faible : environ un quart des artisans investissaient début 2013 contre seulement 15% environ à partir du 2 nd semestre La baisse de l investissement est très marquée dans le secteur de l Alimentation avec 14% des artisans ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 contre 29% au cours du semestre précédent. Evolution de l investissement A l inverse, dans le secteur de la Production, 22% des artisans ont investi fin 2014 contre seulement 13% en début d année. Le prêt bancaire est le mode de financement privilégié par les artisans au cours du 2 nd semestre En effet, 45% d entre eux ont choisi le prêt bancaire. La part des artisans choisissant l autofinancement comme mode de financement va probablement augmenter au cours du prochain semestre même si le prêt bancaire reste en tête. Ils sont 32% à déclarer vouloir s autofinancer début 2015 contre 25% actuellement. 44% des artisans ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 ont dépensé plus de Cela représente 14 points de plus qu au cours du semestre précédent. Inversement, 35% ont investi moins de C est 19 points de moins qu au cours du semestre précédent. Les montants investis ont donc augmenté au cours du 2 nd semestre Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont plus pessimistes. Parmi les artisans interrogés envisageant d investir au cours du prochain semestre, 37% souhaitent dépenser plus de et 41% souhaitent dépenser moins de

4 TENDANCE GENERALE Difficultés de financement Le financement du besoin en fond de roulement est le premier motif de difficulté financière rencontrée par les artisans devant le financement des investissements. Parmi les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014, 59% rencontrent des difficultés de trésorerie et 47% connaissent des difficultés pour financer leurs investissements. Au cours du 2 nd semestre 2014, 58% des artisans interrogés jugent leur situation financière préoccupante voire très préoccupante. Le secteur du Bâtiment est le plus touché : 64% des artisans interrogés dans ce secteur estiment que leur situation financière est préoccupante voire très préoccupante. Le niveau de préoccupation des artisans interrogés concernant leur situation financière reste donc élevé et ce depuis fin Climat des affaires Les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 sont 68% à penser que le climat des affaires s est dégradé voir fortement dégradé. Encore une fois, le secteur de l Alimentation semble le plus touché : la dégradation du climat des affaires concerne 83% des artisans interrogés dans les métiers de bouche. Les perspectives pour le 1 er semestre 2015 semblent elles aussi pessimistes : 64% des artisans interrogés envisagent une détérioration plus ou moins forte du climat des affaires en

5 TENDANCE PAR DEPARTEMENT Au 31/12/2013, la Seine-Maritime regroupe établissements artisanaux, soit 59% et l Eure établissements artisanaux, soit 41%. Evolution du nombre de clients La baisse du nombre de clients observée au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Artisanat haut-normand est légèrement plus importante dans l Eure qu en Seine-Maritime : la part des artisans qui déclarent subir une baisse de leur clientèle est de 53% dans l Eure contre 45% en Seine-Maritime. En matière d anticipations, les artisans de l Eure sont également plus pessimistes que leurs homologues du département de la Seine-Maritime : 51% des artisans de l Eure envisagent une baisse de leur clientèle début 2015 contre 39% en Seine-Maritime. Evolution du chiffre d affaires Au cours du 2 nd semestre 2014, 54% des artisans de l Eure déclarent subir une baisse du chiffre d affaires contre 44% en Seine-Maritime. La baisse du chiffre d affaires est donc légèrement plus importante dans l Eure qu en Seine-Maritime. Une plus grande stabilité du chiffre d affaires est observable dans le département de la Seine-Maritime comparativement aux deux semestres précédents : 45% des artisans interrogés voient leur chiffre d affaires stagner contre 39% au cours du semestre précédent et 44% voient leur chiffre d affaires diminuer contre 50% au cours du semestre précédent. Les anticipations concernant le chiffres d affaires sont à la baisse pour le 1 er semestre 2015 et ce particulièrement sur le département de l Eure : 54% des artisans eurois interrogés anticipent une baisse du chiffre d affaires au cours du prochain semestre contre 43% en Seine-Maritime. 5

6 TENDANCE PAR DEPARTEMENT Evolution des effectifs salariés et apprentis La part des artisans qui ont réduit leurs effectifs salariés et/ou apprentis au cours du 2 nd semestre 2014 est proche de 15% dans les deux départements. A l inverse, ils sont seulement 5% à embaucher dans l Eure et 8% à embaucher en Seine-Maritime. Il n y a pas de différence significative en termes d évolution des effectifs salariés et apprentis entre les deux départements. Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont néanmoins plus pessimistes dans l Eure qu en Seine-Maritime : 21% des artisans interrogés envisagent une baisse de l emploi salarié et/ou apprenti dans l Eure contre 16% en Seine-Maritime. Evolution de l investissement La part des artisans qui investissent est de 16% en Seine-Maritime et de 14% dans l Eure. Il n y a donc pas de différence notable entre les deux territoires. En termes d anticipations, les artisans seinomarins sont un peu plus pessimistes que les artisans eurois. En effet, ils sont 10% à envisager d investir au cours du 1 er semestre 2015 en Seine-Maritime contre 14% dans l Eure. Climat des affaires Le climat des affaires semble s être plus fortement dégradé dans l Eure qu en Seine-Maritime : ils sont 72% à subir une dégradation du climat des affaires au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Eure contre 62% en Seine-Maritime. 6 Même constat en termes d anticipations : ils sont 70% à envisager une dégradation du climat des affaires au cours du prochain semestre dans l Eure contre 56% en Seine-Maritime.

7 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Au 31/12/2013, le secteur de l Alimentation regroupe 12% des établissements artisanaux, le secteur du Bâtiment 42%, le secteur de la Production 12% et le secteur des Services 34%. Evolution du nombre de clients La baisse du nombre de clients constatée dans le secteur de l Alimentation (52% des artisans interrogés) a tendance à s amplifier depuis plusieurs semestres : ils étaient 26% au cours du 2 nd semestre 2013 et 37% au cours du 1 er semestre A l inverse, la situation tend à s améliorer dans le secteur de la Production (38% des artisans interrogés) : ils étaient 51% au cours du 2 nd semestre 2013 et 43% au cours du 1 er semestre Les anticipations pour le 1 er semestre 2015 sont plus pessimistes qu en moyenne dans le secteur du Bâtiment : 51% des artisans interrogés envisagent une baisse du nombre de clients au cours du prochain semestre contre 45% en moyenne. Evolution du chiffre d affaires Une baisse de plus en plus importante du chiffre d affaires est observable dans le secteur de l Alimentation : 47% des artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014 voient leur chiffre d affaires diminuer contre 38% au cours du 1 er semestre. Dans le secteur de la Production la situation est contrastée : 49% des artisans interrogés déclarent rencontrer une baisse du chiffre d affaires alors qu ils ne sont que 38% à subir une baisse de leur clientèle. Les artisans de la Production ont donc probablement baissé leurs prix afin de rester concurrentiel dans un contexte ou la demande de biens et services diminue. Les prévisions pour le 1 er semestre 2015 sont globalement défavorables notamment dans le secteur du Bâtiment (54% des artisans interrogés anticipent une baisse de leur chiffre d affaires contre 49% en moyenne tous secteurs confondus). 7

8 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Evolution des effectifs salariés et apprentis Une baisse importante des effectifs salariés et/ou apprentis est observable dans le secteur de l Alimentation au cours du 2 nd semestre 2014 (28% des artisans interrogés réduisent leurs effectifs et seulement 5% les augmentent). Ce secteur connaissait pourtant une plus grande stabilité de l emploi au cours des semestres précédents. La baisse du nombre de clients et du chiffre d affaires précédemment constatée dans ce secteur explique en grande partie cette évolution défavorable de l emploi. L apprentissage, très présent dans le secteur de l Alimentation, est particulièrement touché. La tendance à la baisse des effectifs salariés et/ou apprentis observée depuis plusieurs semestres dans le secteur du Bâtiment et des Services persiste : dans ces deux secteurs, la part des artisans qui réduisent leurs effectifs salariés est environ deux fois plus importante que celle des artisans qui recrutent. L apparente stabilité de l emploi dans le secteur des services (84% des artisans interrogés) s explique par la forte proportion d artisans qui travaillent seuls : 41% des artisans interrogés travaillent seuls dans le secteur des services contre 33% en moyenne tous secteurs artisanaux confondus. Le secteur de la Production est marqué par une plus grande stabilité de l emploi salarié et/ou apprenti. Si 13% des artisans interrogés ont réduit leurs effectifs, 9% ont embauché. Comparativement au 1 er semestre 2014, la situation s est légèrement améliorée (seul 3% des artisans interrogés au cours du semestre précédent avaient embauché). Les prévisions pour le 1 er semestre 2015 sont globalement pessimistes. Quel que soit le secteur concerné, seul 1 à 2% des artisans interrogés envisagent de recruter des salariés et/ou des apprentis début Part des artisans qui envisagent une baisse des effectifs salariés et/ou apprentis par secteur - 2nd semestre 2014 Hors artisans travaillant seuls au cours du 2nd semestre 2014 Alimentation Bâtiment Production Services Total général 21% 33% 37% 22% 28% Parmi les artisans ne travaillant pas seuls au cours du 2 nd semestre 2014, 37% envisagent de réduire leurs effectifs au cours du prochain semestre dans le secteur de la Production et 33% dans le secteur du Bâtiment. La baisse envisagée est moins prononcée dans les secteurs de l Alimentation (21%) et des Services (22%). 8

9 TENDANCE PAR GRAND SECTEUR Evolution de l investissement La part des artisans interrogés ayant investi au cours du 2 nd semestre 2014 est globalement faible (15%). Pour autant, le secteur de la Production connaît une évolution plus favorable de l investissement. En effet, 22% des artisans ont investi au cours du semestre en cours contre 13% au cours du 1 er semestre 2014 et 9% au cours du 2 nd semestre A l inverse, l investissement diminue dans le secteur de l Alimentation. La part des artisans qui investissent est en effet passée de 29% au cours du 1 er semestre 2014 à 14% seulement au cours de ce semestre. Climat des affaires La dégradation du climat des affaires observée au cours du 2 nd semestre 2014 dans l Artisanat haut-normand affecte particulièrement le secteur de l Alimentation. Les artisans de l Alimentation sont 84% à estimer que le climat des affaires s est dégradé voire fortement dégrader au cours du 2 nd semestre 2014 alors qu ils étaient 63% au cours du semestre précédent. Le secteur le moins fortement impacté est le secteur de la Production : 60% des artisans interrogés estiment que le climat des affaires s est dégradé voire fortement dégradé dans ce secteur. La situation s est améliorée comparativement aux deux semestres précédents : ils étaient 63% au cours du 1 er semestre 2014 et 83% au cours du 2 nd semestre

10 FOCUS SUR LES CONJOINTS Le statut du conjoint dans l entreprise est régi par la loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises et par le décret du 1er Août 2006, relatif au conjoint collaborateur. Le conjoint du chef d entreprise artisanale qui exerce de manière régulière une activité professionnelle dans l entreprise doit opter pour l un des trois statuts suivants : conjoint associé ; conjoint salarié ; conjoint collaborateur. Est considéré comme un conjoint collaborateur : «le conjoint marié du chef d une entreprise commerciale, artisanale ou libérale, qui exerce une activité professionnelle régulière dans l entreprise sans percevoir de rémunération et sans avoir la qualité d associé». En application de l article 16 de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008, le bénéfice du statut de conjoint collaborateur, initialement réservé au seul conjoint du chef d entreprise, est désormais étendu au partenaire lié par un PACS. De même, le statut de conjoint collaborateur est désormais ouvert au partenaire pacsé du gérant associé unique d EURL ou du gérant associé majoritaire d une SARL, sous réserve que l effectif de la société n excède pas vingt salariés. Les conjoints qui exercent une activité salariée à l extérieur de l entreprise d une durée au moins égale à la moitié de la durée légale du travail sont présumés ne pas exercer dans l entreprise une activité professionnelle de manière régulière. Parmi les artisans interrogés au cours du 2 nd semestre 2014, 31% travaillent avec leur conjoint dans l entreprise. 19% ont un conjoint qui travaille à temps plein dans l entreprise et 12% ont un conjoint qui travaille à temps partiel ou occasionnellement dans l entreprise. Seul 12% des artisans interrogés n ont pas de conjoints. Parmi les conjoints travaillant dans l entreprise artisanale : 37% ont le statut de conjoint salarié ; 24% ont le statut de conjoint collaborateur ; 19% ont le statut de conjoint associé. 20% des conjoints travaillant dans l entreprise n ont aucun des trois statuts régis par la loi du 2 août % des conjoints travaillant dans l entreprise sont mariés avec le chef d entreprise et 9% vivent en concubinage avec celui-ci. Concernant les conjoints collaborateurs, 95% des sont mariés avec le chef d entreprise et seul 5% sont pacsés. 10

11 FOCUS SUR LES CONJOINTS Parmi les conjoints travaillant au côté du chef d entreprise, 76% n ont aucune activité indépendante ou salariée à l extérieur et seul 14% travaillent à temps plein en parallèle. Parmi les conjoints collaborateurs, 87% ne travaillent pas à l extérieur de l entreprise. Ne percevant pas de rémunération dans l entreprise artisanale, ils étaient pourtant susceptibles d occuper un emploi en parallèle. Concernant les conjoints associés, 67% n ont aucune activité indépendante ou salariée à l extérieur de l entreprise et 30% travaillent à temps plein en parallèle. Enfin 88% des conjoints salariés ne travaillent pas à l extérieur de l entreprise et seul 3% travaillent à temps plein en parallèle. Les rôles exercés par le conjoint au côté du chef d entreprise artisanale sont principalement des rôles de comptable (58%) et/ou d aide à la gestion (57%). Seul 8% des conjoints exercent le même métier que le chef d entreprise et 8% exercent une autre activité productive. Dans le secteur de l Alimentation, c est le commmerce et marketing qui arrive en tête avec 68% des conjoints suivi de l aide à la gestion (61%) et/ou de la comptabilité (58%). La gestion du personnel a une importance non-négligeable avec 39% des conjoints. La comptabilité est une fonction prépondérante dans le secteur de la Production avec 77% des conjoints. La comptabilité et/ou l aide à la gestion sont les principales fonctions occupées dans le secteur du Bâtiment, celles-ci concernant chacune 61% des conjoints. La gestion du personnel arrive loin derrière et en troisième position avec 11% des conjoints. Les rôles exercés par le conjoint sont plus diversifiés dans le secteur des Services même si la comptabilité (49% des conjoints) et l aide à la gestion (43%) arrivent en première position. FLASH INFO L UPA Haute-Normandie et le CREFOR Haute-Normandie vont publier courant janvier les résultats de leur enquête partenariale auprès des conjoints collaborateurs dans les entreprises artisanales haut-normandes. L étude sera accessible sur le site Internet de l UPA Haute-Normandie et du Crefor Haute-Normandie. Cette étude présente les domaines d intervention des conjoints collaborateurs, leur formation ainsi que leur ressenti sur la fonction occupée. Un volet spécifique permet de développer les compétences et savoir-faire mis en application dans l entreprise qui pourraient être valorisés par l acquisition d une certification, notamment par le biais de la VAE (Validation des Acquis de l Expérience). Nous remercions l ensemble des 400 artisans qui ont accepté de participer à cette enquête ainsi que la Région Haute-Normandie et la Direccte Haute-Normandie pour leur soutien financier. 11

12 CONCLUSION Tendances du 2 nd semestre 2014 Baisse du nombre de clients (50% des artisans interrogés) notamment dans l Eure (53%) Elle est de plus en plus prononcée dans le secteur de l Alimentation Elle reste à des niveaux élevés dans les secteurs du Bâtiment et des Services Elle tend au contraire à se stabiliser dans le secteur de la Production Lisibilité du carnet de commandes de plus en plus faible Baisse du chiffre d affaires (50% des artisans interrogés) notamment dans l Eure (54%) Données au Elle est de plus en plus prononcée dans le secteur de l Alimentation 31/12/2013 Elle reste à des niveaux élevés dans les secteurs du Bâtiment, de la Production et des Services Baisse des effectifs salariés et apprentis (15% des artisans interrogés ont réduit leurs effectifs et 7% les ont augmentés) Forte détérioration de l emploi dans le secteur de l Alimentation La tendance reste à la baisse dans les secteurs du Bâtiment et des Services L emploi tend à se stabiliser dans le secteur de la Production Peu de projets d investissement (15% des artisans interrogés) mais des montants investis de plus en plus importants Baisse de l investissement dans le secteur de l Alimentation L investissement reste faible dans les secteurs du Bâtiment et des Services Hausse de l investissement dans le secteur de la Production Le prêt bancaire est le mode de financement privilégié par les artisans (45% des artisans interrogés) Les artisans rencontrent des difficultés financières et notamment pour financer leur trésorerie 58% des artisans interrogés jugent leur situation financière plus ou moins préoccupante 59% des artisans interrogés rencontrent des difficultés pour financer leur besoin en fond de roulement Le climat des affaires s est plus ou moins détérioré (68% des artisans interrogés) nottamment dans l Eure (72%) Forte détérioration du climat des affaires dans l Alimentation Le niveau de détérioration reste élevé dans les secteurs du Bâtiment, de la Production et des Services. Prévisions du 1 er semestre 2015 Baisse du nombre de clients (45% des artisans interrogés) Baisse du chiffre d affaires (49% des artisans interrogés) Baisse des effectifs salariés et apprentis (19% des artisans interrogés pensent réduire leurs effectifs et 2% les augmenter) Peu de projets d investissement (12% des artisans interrogés) et une baisse probable des montants investis Moins de prêts bancaires (42% des artisans interrogés) et plus d autofinancement (32% des artisans interrogés) Un climat des affaires qui risque de se détériorer (64% des artisans interrogés) Phovoir NOTE METHODOLOGIQUE Cette 6 ème note de conjoncture a été réalisée à partir d une enquête de l Observatoire régional de l Artisanat menée entre octobre et novembre Echantillon interrogé : 520 artisans répondants ont exprimé leur analyse de la conjoncture du 2 nd semestre Immeuble Hastings 27, rue du 74 ème Régiment d Infanterie BP Rouen Cedex Directeur de la publication : Bruno Lefebvre Réalisation : Loïc Minouflet Tél :

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME :

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 4ème trimestre DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : Une poursuite de la stabilisation du niveau d activité, une

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2010 - Edition Janvier 2011 L'amélioration de l'activité dans les entreprises artisanales ligériennes constatée avant l'été 2010 se

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire 1er semestre 2014 - Edition juillet 2014 Ce semestre, que retenir dans l artisanat régional? Pour mémoire, le second semestre 2013 avait été marqué

Plus en détail

CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DU VAL D OISE

CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DU VAL D OISE CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DU VAL D OISE L artisanat du Val d Oise : UNE RESSOURCE ÉCONOMIQUE MAJEURE POUR LE DÉPARTEMENT chiffres-clés conjoncture 16 514 entreprises Au 1 er juillet 3 449 immatriculations

Plus en détail

CHIFFRES. Le marché de l emploi dans l Artisanat haut-normand SOMMAIRE. Edition 2015

CHIFFRES. Le marché de l emploi dans l Artisanat haut-normand SOMMAIRE. Edition 2015 Le marché de l emploi dans l Artisanat haut-normand Edition 2015 Alimentation Bâtiment Production SOMMAIRE ANALYSE GENERALE ALIMENTATION BATIMENT PRODUCTION SERVICES SOURCES ET METHODOLOGIE CONCLUSION

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ. 1er trimestre 2015 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NOUVELLE DÉGRADATION DE L ACTIVITÉ Des prévisions pessimistes confirmées en ce début d année, hormis pour les entreprises

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013. Région Poitou-Charentes Observatoire de l Artisanat Les Artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2013 Région Poitou-Charentes Edito Comme chaque semestre, je tiens à vous présenter au travers de cette publication la synthèse des

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE - Edition Février 2010 Le ralentissement d'activité, observé depuis 2008, demeure mais ne s'est pas accentué au cours du second semestre 2009. La

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L ARTISANAT FRANCILIEN EN

L ARTISANAT FRANCILIEN EN L ARTISANAT FRANCILIEN EN SEPTEMBRE 2009 En sa qualité de représentant des intérêts généraux de l artisanat francilien, la Chambre régionale de métiers et de l artisanat d Ile-de-France réalise, deux fois

Plus en détail

PANORAMA 2014. Édition 2015 CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN

PANORAMA 2014. Édition 2015 CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN PANORAMA Édition 2015 CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN Edito du Président L artisanat rhônalpin, fort de plus de 125 000 entreprises, est source de dynamisme économique dans notre

Plus en détail

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie

Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie Décembre 2012 Accès au financement des entreprises artisanales en Haute-Normandie La situation financière des entreprises artisanales et le recours aux banques Région Haute-Normandie Depuis novembre 2011,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain

Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain Résultats de l enquête OPALE Outil de Prévision de l Artisanat de Lorraine MOT DU PRÉSIDENT - L artisanat lorrain La fin de l année est l occasion pour chacun de faire le point sur la situation économique

Plus en détail

PANORAMA 2013. Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN

PANORAMA 2013. Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN PANORAMA Économie CONJONCTURE ET CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT RHÔNALPIN Édito du président LA DIVERSITÉ DES MÉTIERS EN RHÔNE-ALPES LES CHIFFRES PAR SECTEUR + COMPARATIF AVEC LA FRANCE 3 31 % 42 % 41 %

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 30 juin 2012 Région Poitou-Charentes Edito Avec les chiffres clés de l artisanat au 30 juin 2012, l observatoire économique régional de l

Plus en détail

Entreprises de La filière numérique

Entreprises de La filière numérique Observatoire économique Entreprises de La filière numérique Bilan 2013 et anticipations 2014 L Espace Économie Emploi du Bergeracois a pour mission de développer des actions en faveur de l économie et

Plus en détail

Entreprises & Ressources Humaines

Entreprises & Ressources Humaines Observatoire régional de l information économique des CCI des Pays de la Loire perspectives & en pays de la loire Entreprises & Ressources Humaines édition 2009 Les CCI, leader de l information économique

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Les conjoints collaborateurs dans les entreprises artisanales haut-normandes

Les conjoints collaborateurs dans les entreprises artisanales haut-normandes 1 14 No re 20 vemb Une étude en partenariat Les conjoints collaborateurs dans les entreprises artisanales haut-normandes Etude préalable à la mise en place d une action collective VAE à destination des

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain Avril 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 362 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Développement économique et Artisanat sur le bassin d emploi de Louviers

Développement économique et Artisanat sur le bassin d emploi de Louviers Master 2 Economie et Développement des Territoires Année : 2013/2014 Développement économique et Artisanat sur le bassin d emploi de Louviers Etudiante : Sara de POLTORASKY Tuteur de l organisme d accueil

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 1 Présentation de l enquête L'Observatoire de l'emploi de l'aire urbaine

Plus en détail

L EDITO DU PRESIDENT

L EDITO DU PRESIDENT L EDITO DU PRESIDENT L Observatoire Péï, c est le premier observatoire de tendance économique lancé par l Ordre des Experts-Comptables de La Réunion! L expert-comptable est en prise directe avec l une

Plus en détail

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Action GPECT «Artisanat facteur d évolution du territoire» Juillet 2012 - CT, HL et GA 1 Introduction : Les premières mentions de la ville de Fécamp remontent

Plus en détail

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014. Région Poitou-Charentes

Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014. Région Poitou-Charentes Observatoire de l artisanat Les artisans en Poitou-Charentes au 31 décembre 2014 Région Poitou-Charentes Édito Ce qui est formidable avec l artisanat, c est la variété et la richesse des métiers qui le

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine Conjoncture économique et emploi 2012 Principaux résultats Résultats de l enquête auprès des de l enquête réalisée par Médiamétrie chefs d entreprise de l Aire urbaine du 29 mai au 4 juin 2012 1 Présentation

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits -Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 4 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / ANDRH

BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / ANDRH BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / AN DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 26/11/ 00 h 01 LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N -63 NOVEMBRE Les profi ls des cadres RH aujourd hui. Les salaires des cadres RH en poste. Les

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

N 2 - Juillet 2015. Une reprise générale du niveau d activité. LES ENTREPRISES EN SARTHE 16 635 entreprises * dont

N 2 - Juillet 2015. Une reprise générale du niveau d activité. LES ENTREPRISES EN SARTHE 16 635 entreprises * dont 529 entreprises sarthoises inscrites au RCS ont répondu à cette enquête menée entre le 29 juin et le 10 juillet 2015. Les résultats présentés ont fait l objet d un redressement. N 2 - Juillet 2015 Une

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises)

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises) - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprises (hors auto-entreprises) Données de cadrage sur les entreprises hors autoentrepreneurs La majorité des entreprises se créent sous le régime de l

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ N 19#0 PERSONNE PHYSIQUE ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits-Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 3 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2016-01 Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi Enquête en ligne réalisée en mai 2015. L INSERTION

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises

Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises Les principaux points à retenir Le taux de pérennité à trois ans des entreprises est de 66 %. "Cessation d activité" n est

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS ANALYSE PROSPECTIVE DES MÉTIERS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS cordiste.mov - MÉTIERS DE LA COUVERTURE - DECEMBRE 2012 1. L emploi 1 241 couvreurs en 2010 soit 5% des salariés de la production du BTP

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague 4 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits -Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 2 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 48 ème édition Juin 2015 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE OCTOBRE 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 2ème trimestre 2015 UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE Des indicateurs renforcés ce trimestre en termes de niveau d activité,

Plus en détail

Des dirigeants qui se déclarent en meilleure santé que les salariés

Des dirigeants qui se déclarent en meilleure santé que les salariés Communiqué de presse Paris, le 26 mai 2015 Malakoff Médéric lance le premier Baromètre de la Santé des Dirigeants 79 % des dirigeants de TPE/PME estiment être en bonne ou en très bonne santé. 38 % d entre

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00. bpifrance-lelab.fr

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00. bpifrance-lelab.fr 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort Cedex Tél. : 01 41 79 80 00 bpifrance-lelab.fr 01. Vers une reprise malgré tout? - 4 + 13 Solde d opinion sur l évolution de l activité des PME en

Plus en détail

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Les niveaux de confiance se stabilisent à un bas niveau L apprentissage est plébiscité par les dirigeants de PME-ETI Des PME-ETI qui n investissent

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE

LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-70 SEPTEMBRE 2015 Salaires à l embauche et comparaison avec les salaires proposés dans les offres Enquête auprès de 4 700 entreprises

Plus en détail

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure

PANEL 100. Synthèse. Enquête annuelle. Imprimerie Brochure Dorure Enquête annuelle PANEL 100 Édition 200 9 Imprimerie Sérigraphie Reliure Brochure Dorure Synthèse L évolution de l emploi et de la formation dans les Industries de la Communication Graphique et du Multimédia

Plus en détail