1.0 Probabilité vs statistique Expérience aléatoire et espace échantillonnal Événement...2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2"

Transcription

1 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes utles sur les probabltés..... Rappels utles sur les opératons applquées aux ensembles robablté condtonnelle, ndépendance Théorème de probablté totale et formule de ayes agrammes en arbre nalyse et arbre de décson....7 énombrement des événements robablté vs statstque robablté : connassant la populaton étudée, prédre les chances d observer dfférents résultats ex. lancer d un dé équlbré. Statstque : ayant observé des résultats selon certanes règles de l art nférer les caractérstques de la populaton ex. résultats d un sondage, effets d un médcament sur un groupe d étude.. Expérence aléatore et espace échantllonnal éfntons Expérence aléatore : expérence qu peut être répétée théorquement auss souvent que l on veut, dans des condtons fxées, dont on connaît l ensemble des résultats possbles mas dont on ne peut prédre avec certtude le résultat que l on obtendra. Espace échantllonnal : ensemble des résultats possbles d une expérence aléatore noté c S. compter le nombre de véhcules qu passent sur la rue Edouard-Montpett en drecton est entre h00 et h0 un jour quelconque de semane. L espace échantllonnal est {0,,,...}. prélever un échantllon de sol et mesurer sa masse volumque sèche. L espace échantllonnal est R + de façon + réalste une valeur entre 0 et.5 g/cm. effectuer un test de gonflement du béton en cure humde test NOR et vérfer s le béton réusst la norme NOR sur le gonflement. L espace échantllonnal est {réuss, échoué}.

2 - robabltés -. Événement Un événement est un sous-ensemble de l espace échantllonnal correspondant à un énoncé concernant l expérence aléatore. le nombre de véhcules observé dans l exemple est supéreur à 5. la masse volumque dans l exemple est comprse entre.9 et. g/cm. le béton dans l exemple a échoué le test de gonflement. Événement complémentare : noté l événement ne se produt pas. Événements mutuellement exclusfs : et sont mutuellement exclusfs s lorsque se produt ne se produt pas et vce-versa. Événements collectvement exhaustfs : l unon des événements donne S. E artton : Ensemble d événements mutuellement exclusfs et collectvement exhaustfs.

3 - robabltés -. xomes défnton de probablté La probablté d un événement, notée est un nombre réel tel que :. 0. S S alors est l événement certan.. Sot deux événements mutuellement exclusfs.e. n ayant aucun élément en commun, alors : + lus ntutvement, supposons que l on effectue une expérence aléatore un grand nombre «n» de fos et que l on observe l événement «n» fos. On peut calculer la fréquence relatve f n /n. S l on fat tendre «n» vers l nfn, la valeur f tendra vers. ans la pratque, les probabltés peuvent être détermnées parfos théorquement par le contexte de l expérence pensons aux jeux de cartes, aux pèces de monnae, aux dés,..., parfos estmées à l ade d observatons des résultats d une sére d expérences aléatores ou, en langage plus smple, d observatons, ou même parfos basées sur l expérence de l ngéneur pour des stuatons semblables probabltés subjectves. Sot un événement et l événement complémentare. On a +. Sot deux événements quelconques et. +.. Quelques théorèmes utles sur les probabltés T : 0 : ensemble vde T : + T : + T4 : k k k k j m k < j < j< m T5 :... k j + T6 : S alors T7 :

4 - robabltés -4.. Rappels utles sur les opératons applquées aux ensembles Los d dentté : S S est l espace échantllonnal Los assocatves : et Los dstrbutves : et Los de e Morgan : et Toutes ces los se vsualsent faclement à l ade de dagrammes de Venn..4 robablté condtonnelle, ndépendance Sot deux événements et. est la probablté d observer smultanément les événements et. arfos, on la note smplement, ou et. Le tableau suvant montre les probabltés, dans une régon donnée, d observer smultanément un certan type de sol et sa masse volumque sèche d un côté ou l autre du seul.7 g/cm. ρ. / cm ρ >. / cm slt sable tll autre Sot l événement ρ. / cm et l événement ρ >. / cm. Sot l événement le sol est un slt, le sol est un sable, le sol est un tll, 4, le sol est autre chose. Les événements, et, :4 forment une partton de l espace échantllonal correspondant à l expérence aléatore «prélever un échantllon de sol et noter sa masse volumque et la nature du sol». robablté margnale ou totale : la probablté d observer un événement j peu mporte ce qu est observé pour,...n,, tel que U S. j ans le tableau précédent, la probablté qu un sol prélevé au hasard dans la régon étudée sot un sable peu mporte sa densté est La probablté que la masse volumque d un sol prélevé au hasard sot nféreure ou égale à.7 g/cm peu mporte la nature du sol est robablté condtonnelle : probablté d observer un événement sachant qu un événement est réalsé. On note :. On a : avec >0 Note : comme l faut que l événement sot observé, cec mplque que >0. j

5 - robabltés -5 * Note : e la défnton de probablté condtonnelle, on a :. ette écrture se généralse drectement à plus de deux événements : k k k ette expresson est à la base d une des méthodes de smulaton les plus utlsées en géostatstque. u tableau précédent, on trouve que la probablté condtonnelle qu un sol sot un sable étant donné que la masse volumque du sol est nféreure ou égale à.7 g/cm est : 0./ /. La probablté condtonnelle qu un tll présente une masse volumque >.7 g/cm est 0./ Note : les probabltés margnales et condtonnelles ont évdemment toutes les proprétés de probabltés. ar exemple, + et Indépendance : deux événements sont ndépendants s la probablté de réalsaton de l un ne vare pas selon que l autre événement sot réalsé ou non. ec sgnfe que la probablté margnale est égale à la probablté condtonnelle. et sont ndépendants ss : 0 0 avec avec > > Exemple 0 : Toujours avec le même tableau, on calcule : slt0. sable0. tll0.5 autre0.5 7 cm / g. ρ cm g /. > ρ 0.4 vec ces probabltés margnales, on peut construre le tableau correspondant sous hypothèse d ndépendance:

6 - robabltés -6 Sous hypothèse d ndépendance ρ. / cm ρ >. / cm slt sable tll autre omparant les tableaux, on constate que celu-c dffère du précédent, les événements ne sont donc pas ndépendants. Note : ans la pratque, on travalle souvent avec des probabltés estmées à partr d observatons prses sur le terran. ans ce cas, l ne faut pas s attendre, même pour des «caractérstques» vrament ndépendantes que la relaton sot exactement respectée. On vérfera plutôt s elle est approxmatvement respectée ou non test statstque. Note : ans pluseurs cas, on formulera l hypothèse d ndépendance basée sur l expérence ou la logque. pplcaton : alcul de l espérance du coût d un desgn Un parc ndustrel en développement content deux emplacements où l on dot fournr l eau aux futurs locatares. Les locatares des emplacements ne sont pas connus, mas on estme que leur consommaton sera de ou untés chacun. En chaque ste, les probabltés que le futur locatare at un beson «x» en eau sont données par : 0., 0.7. Lors du desgn, on peut concevor une condute de capacté, ou 4 untés. Les coûts de constructon de la capacté sont de 5000$ supéreurs à ceux de la capacté. eux de la capacté 4 sont de 5000 dollars supéreurs à ceux de la capacté. dvenant que la demande des locatares excède la capacté nstallée, on pourra accroître la capacté selon les coûts suvants : de à 000$ de à $ de à $ Quelle devrat être la capacté adoptée au desgn? On va supposer que la demande en eau des locatares est ndépendante de la demande de l autre locatare. On a 4 résultats possbles :,,,,, et,. On peut alors calculer la probablté que chacun de ces résultats survenne.,0.*0.0.09,,0.*0.70.,0.7* La probablté que seulement untés d eau soent nécessares est : 0.09 La probablté que untés d eau soent nécessares est : La probablté que 4 untés d eau soent nécessares est : S l on fat le desgn à untés, l espérance du coût supplémentare est 0.4*000$+0.49*0000$4840$ S on fat le desgn à untés, l espérance du coût est : 5000$+0.49*5000$50$

7 - robabltés -7 S on fat le desgn à 4 untés, l espérance du coût est : 5000$ On devrat donc fare le desgn à untés pusque c est la soluton la plus économque. Note : eux événements mutuellement exclusfs ne peuvent être ndépendants sauf s l un des deux est l événement nul..5 Théorème de probablté totale et formule de ayes Théorème de la probablté totale : combnant les défntons de probablté margnale et de probablté condtonnelle, on trouve : j j Formule de ayes : partant de la défnton de probablté condtonnelle et utlsant le théorème de la probablté totale, on trouve : j j j j e théorème est très utle car l est souvent beaucoup plus smple de calculer que. ar exemple l événement pourrat être : ρ. / cm obtenu par une mesure ndrecte par exemple, l événement pourrat représenter le type de sol. Le théorème de ayes ndque que l on peut détermner la probablté que le sol sot un sable sachant que ρ. / cm en utlsant les probabltés condtonnelles d observer cette masse volumque pour les dfférents types de sol et les probabltés margnales des dfférents types de sol. Note : e théorème très mportant est fondateur en statstque de toute une branche connue sous le nom d approche statstque ayesenne. On rappelle le tableau d un exemple précédent : j ρ. / cm ρ >. / cm slt sable tll autre slt ρ. / cm 0./ / selon la défnton de probablté condtonnelle. ar alleurs, on a : slt0. sable0. tll0.5 autre0.5

8 - robabltés -8 ρ. / cm slt 0./0./ ρ. / cm sable 0./0./ ρ. / cm tll 0.05/0.5/5 ρ. / cm autre 0.5/0.5 On calcule par la formule de ayes: slt / * 0. ρ. / cm / / * 0. + / * 0. + / 5* * 0. 5 Note : Ic, l est plus laboreux de calculer la probablté condtonnelle avec la formule de ayes. La formule de ayes s emploe surtout lorsque l on ne peut connaître, mas que et sont accessbles. Exemple : asé sur l expérence, supposons qu un béton normal montre les résstances suvantes : Résstance Ma robablté <0 0. [0,0] 0.6 >0 0. Supposons que l on pusse établr les probabltés condtonnelles qu un échantllon donné tombe dans une des classes précédentes en foncton de la classe à laquelle appartent le béton dans son ensemble : Résstance échantllon Résstance béton Mpa <0 [0,0] >0 < [0,0] > On prélève un échantllon et l on mesure une résstance <0. Quelle est la probablté que le béton d où provent l échantllon at chacune des résstances? ar la formule de ayes, on calcule : béton<0 échantllon<0 0.7 * * * 0.6 béton [0,0] échantllon <0 0. * * * 0.6 béton >0 échantllon <0 0 Note : ans la termnologe ayesenne, les probabltés données dans le er tableau sont appelées probabltés à pror. Elles reflètent unquement l expérence de l ngéneur et ne dépendent pas de l échantllon prélevé. Les probabltés condtonnelles du e tableau sont appelées «vrasemblance». Elles ndquent, pour un béton donné, jusqu à quel pont l est «vrasemblable» d observer un échantllon ayant une valeur donnée. Les probabltés condtonnelles calculées par la formule sont appelées probabltés à

9 - robabltés -9 postéror, car mantenant elles ncluent «l effet» de l échantllon. La formule de ayes peut donc être vue comme une formule de mse à jour des probabltés à pror par un ou des échantllons. Supposons que l on prélève un e échantllon ndépendant du er et que celu-c auss montre une résstance <0. Que devennent les probabltés condtonnelles ou à postéror tenant compte de ces échantllons. Il y a façons de résoudre ce problème. Selon que l on trate les deux échantllons smultanément ou séquentellement. a S on les trate de façon séquentelle, au moment d aborder le e échantllon, les probabltés à pror sont mses à jour pour tenr compte de l nformaton fourne par le er échantllon. ref, on a alors : Résstance Ma robablté < [0,0] 0.64 >0 0 La formule de ayes avec le e échantllon donne mantenant : béton<0 e 0.7*0.66 échantllon< * * * 0.64 béton [0,0] échantllon < * *0.64 béton >0 échantllon <0 0 b S on trate les échantllons smultanément, On dot d abord calculer : er échantllon<0, e échantllon <0 béton <0 0..7* er échantllon<0, e échantllon <0 béton [0,0] 0.* er échantllon<0, e échantllon <0 béton >0 0 On calcule alors : 0.49*0. béton<0 les échantllons < * * * 0.6 béton [0,0] les échantllons < * * 0.6 béton >0 les échantllons <0 0 S l on a un e échantllon qu montre également une résstance <0, alors on aura : 0.7 *0. béton<0 les échantllons < * *0.6 et ans de sute. On constate que s un grand nombre d échantllons ndquaent le résultat <0 Ma, on serat pratquement certan que le béton dans son ensemble est auss <0Ma.

10 - robabltés -0 Note : Lorsque le nombre d échantllons augmente, les probabltés à postéror devennent mons sensbles au chox des probabltés à pror,.e. l nformaton contenue dans les données fnt par avor préséance sur pratquement n mporte quel à pror..6 agrammes en arbre Il est souvent pratque de représenter les probabltés condtonnelles sous la forme d un arbre. À chaque branche est assocé un événement. On ndque sur la branche la probablté d observer l événement condtonnellement à tous les événements rencontrés depus le tronc. Les probabltés conjontes aux noeuds s obtennent alors par smples multplcatons des probabltés condtonnelles en partant du tronc jusqu au noeud consdéré. et et et et et et et et et et et et

11 - robabltés - On forme une équpe de personnes par trage au sort dans un groupe de 9 personnes dont sont des flles. Quelle est la probablté que l équpe sot mxte? Sot : F : flle, G : gars. er trage e trage FF /8 F et F /8 /9 / F/9 GF 6/8 G et F 6/8 /9 / G6/9 FG /8 GG 5/8 F et G /8 6/9 / G et G 5/8 6/9 5/ On calcule : / + / 0.5 On peut auss calculer cette probablté par dénombrement en notant qu l y a 9 x 8 7 duos possbles. Les duos mxtes sont obtenus en chosssant une flle parm et un gars parm 6, sot x 6 8 possbltés. ependant, on aurat pu auss chosr un gars en premer et la flle en second l ordre n,a pas d mportance, donc au total x 8 6 possbltés ce qu donne ben 8/6 0.5 comme probablté d avor un duo mxte..6. nalyse et arbre de décson L analyse de décson cherche à utlser les probabltés pour effectuer des décsons les plus rentables ou les mons coûteuses possbles. L analyse de décson s effectue en construsant un arbre de décson. Un arbre de décson content deux types de noeuds : décson ou expérence aléatore. On construt l arbre de gauche à drote en respectant l ordre logque des décsons et expérences aléatores mplquées. On calcule le proft assocé à chaque branche de l arbre en partant de la drote. À un noeud de décson, on chost toujours la branche la plus proftable. On représente un noeud de décson par : chosr chosr

12 - robabltés - On représente un noeud correspondant à une expérence aléatore par : événement événement Tenant compte de la populaton de la muncpalté, vous estmez que le débt maxmal de consommaton d eau potable a 70% de chances d être nféreur à 5000 m /h, 0 % des chances d être entre 5000 et 6000 m /h et 0 % des chances d être supéreur à 6000 m. eux compagnes offrent des solutons dfférentes pour l opératon de l usne d épuraton. Le tableau suvant résume les coûts d opératon horare: ébt x ompagne ompagne x < 5000 m /h 4 $/h 54 $/h 5000 < x < 6000 m /h 78 $/h 58 $/h x > 6000 m /h 9 $/h 6 $/h Quelle compagne chosr? x < 5000, chosr <x<6000, x > 6000, chosr x < 5000, <x<6000, x > 6000, our chaque compagne, on calcule la valeur espérée : VE -4*0.7-78*0. - 9* VE -54*0.7-58*0. 6* On devrat donc chosr la compagne selon le crtère de la valeur espérée.

13 - robabltés - Une frme de géne consel est en ltge avec le mnstère des transports. La frme réclame 9 M$ en fras d ngénere relés à la constructon d un hôptal. La frme peut régler le ltge mmédatement sans fras pour 4 M$. S elle va en cour, les avocats estment à 40% la probablté de gagner le procès. S elle gagne le procès et donc les 9 M$, elle devra payer 0.5 M$ en fras jurdques. S elle perd le procès, ce sera M$ pusqu elle devra auss payer les fras jurdques encourus par le mnstère. our 0. M$, la compagne peut tenter de négocer une entente hors cours de 6 M$. Les avocats estment à 0 % la probablté de succès de la négocaton. S la négocaton échoue, la frme peut sot régler pour 4 M$ - 0. M$ fras de négocaton du mnstère, sot aller en procès auquel cas elle devra payer les fras de négocaton x 0. M$ en plus des fras jurdques x 0.5 M$ des deux partes s elle perd le procès. Quelle stratége devrat suvre la frme? Régler 4 M$ 4.4 Négocer 4.4 Succès, 0..7 Échec, 0.7 Régler. Gagné, M$.7 M$ 8. M$ rocès.8 Gagné, 0.4 rocès erdu, M$ 8.5 M$ erdu, M$ Les valeurs espérées sont :. Régler mmédatement : 4 M$. Négocer : 0.* *.7 4. M$ -a négocer et échec, procès : 8.*0.4.6*0.6. M$ -b négocer et échec, régler :.7 M$ > En cas d échec, la frme devrat régler.. ller en procès mmédatement : 8.5*0.4 - *0.6.8 M$ La frme devrat donc négocer. S la négocaton s avère un échec, elle devrat régler valeur espérée de.7 M$ plutôt que d aller en procès valeur espérée de 0.4*8. -.6* 0.6. M$ On remarque qu aux noeuds d expérence aléatore, la valeur espérée est donnée par la moyenne pondérée par les probabltés. ux noeuds de décson, la valeur espérée est la valeur maxmale des dfférentes décsons possbles. L analyse de décson nécesste donc les étapes suvantes :. dentfer les décsons à prendre et leur séquence logque;. dentfer les expérences aléatores et les événements correspondants ans que les probabltés condtonnelles assocées à chaque événement;. calculer la valeur de chaque chemn en cumulant les coûts de la gauche vers la drote; v. calculer la valeur espérée en partant de la drote vers la gauche. À un noeud d expérence aléatore, celle-c est obtenue par une moyenne des valeurs de chaque branche pondérée par les probabltés. À un noeud de décson, c est la valeur maxmale obtenue sur les dfférentes branches. v. détermner les décsons qu maxmsent la valeur espérée.

14 - robabltés -4.7 énombrement des événements ette secton s ntéresse unquement au cas où les résultats possbles de l expérence aléatore.e. les éléments de l espace échantllonnal sont équprobables. Un numéro de plaque d mmatrculaton comprend chffres suvs de lettres. omben de plaques dfférentes peut-on produre? 0*0*0*6*6* On mpose la contrante qu un chffre ou une lettre ne peut apparaître qu une seule fos : 0*9*8*6*5*4 000 On mpose la contrante que le nombre de chffres sot un nombre mpar et que parm les lettres l y at consonne, une voyelle pus une autre consonne «y» est une voyelle. 0*0*5*0*6* onsdérons une équpe de baseball. Supposons que l nstructeur, M. asfnfn, chossse les 9 joueurs de son algnement de frappeurs complètement aléatorement parm les 5 joueurs de son équpe. omben d algnements dfférents pourra-t-l produre? Le er joueur est chos parm 5, le e parm 4, le e parm,. Le 9 e parm 7. Il y a donc : 5*4*.*77.4x0 algnements possbles. On peut écrre ce produt auss 5! comme : où «!» ndque le produt factorel. 5 9! L exemple précédent est une permutaton de 9 éléments parm 5 éléments pluseurs auteurs utlsent le terme «arrangement»,.e. le nombre de façons dfférentes de former 9 éléments dstncts à partr d un ensemble de 5 en tenant compte de l ordre. lus généralement, on écrra : n p n! n p! ans l exemple précédent, comben d ordre de frappeurs dfférents peut-on produre avec les mêmes 9 joueurs? Remplssons le rôle des frappeurs de façon séquentelle. La ère poston peut être occupée par 9 joueurs, la e par 8 car un des joueurs a été dentfé à la ère poston et n est donc plus dsponble, la e par 7, la 9 e par. Il y a donc 9*8*7 *9! 6880 Façons d ordonner les 9 joueurs. Le terme général sera évdemment «p!» omben peut-on produre de groupes de 9 joueurs dfférents ndépendamment de l ordre dans lequel ls apparassent à partr des 5 joueurs de l équpe?

15 - robabltés -5 5! n ombnant les résultats des deux exemples précédents, on a : 9! p où 5 9! nombre recherché que l on appelle combnason de «p» parm «n», c On a donc : n p est le n p n! p! n p! es notons de permutaton tent compte de l ordre des éléments et surtout de combnason ne tent pas compte de l ordre des éléments sont très utles pour calculer les probabltés d avor une man donnée au poker par exemple ou calculer ses chances de gagner au loto 6/49. ar contre l faut admettre que pour l ngéneur cvl, géologque, ou des mnes, l est rare que l on rencontre des expérences ou chaque résultat possble est équprobable. our calculer la probablté d un événement donné, l sufft d effectuer un double dénombrement : calculer le nombre total de possbltés «n» et calculer le nombre de fos où l événement se trouve réalsé «n». La probablté recherchée est alors smplement n /n. 49 À la 6/49, l y a combnasons de 6 chffres dfférents choss parm 49. La probablté de gagner est donc /9886. vec le numéro complémentare, on gagne s on a 5 chffres parm 6 et le numéro complémentare. Le nombre total de combnasons de 6 chffres et un numéro complémentare est *4. On gagne avec toutes les combnasons 6 5 *4. La probablté de gagner avec le complémentare est donc /066. u poker man de 5 cartes, quelle est la probablté d obtenr pare? 49 6 L ordre des cartes n a pas d mportance. Le nombre total de mans dfférentes de 5 cartes 5 est donc La pare est formée d une sorte,,, ro, as parm, couleurs parm 4. Les autres cartes sont choses parm sortes, couleur parm possbltés. * 6 * 0 * 4 * 4 * La probablté recherchée est donc : 09840/ Même problème mas cette fos avec pares. On chost sortes parm, couleurs parm 4 pour chacune des pares et la 5 e carte parm 44. On a donc : * 6 * 6 * possbltés. La probablté est donc 55/ alcul pour d autres mans : a relan cartes de la même sorte : * 4 * 66 * 4 * probablté est donc : 549/ La b Man plene cartes d une sorte et pare : 4 4 * 4 * * > p0.0044

16 - robabltés -6 c arré 4 cartes de la même sorte * * * > p d ouleur 5 cartes de même couleur * > p Note le terme «9» vent du fat qu l faut exclure les quntes séquence dans une couleur. La séquence peut débuter par un, un, un 0; l y en a donc 9 possbles. e Séquence 5 sortes consécutves de n mporte quelle couleur 5 9 * Note : le terme 9 : 9 possbltés dfférentes pour le départ de la séquence. Le terme 4 5 car chacune des 5 cartes peut être de n mporte quelle couleur. Le terme 4 car l faut retrancher les 4 cas ou les 5 cartes seraent de la même couleur qunte. f Qunte 5 sortes consécutves de la même couleur : 9*4-4. Note : le 4 est pour retrancher les 4 quntes royales qunte avec 0, v, d, r, as. g Qunte royale : 4. h carte solée.e. ren de ce qu précède : ou encore : Note : 5 sortes parm sortes mons les 9 séquences; chaque carte peut être de n mporte quelle couleur, mas les 5 cartes ne dovent pas être de la même couleur. onsdérons que chaque année comprend 65 jours.e. on néglge les années bssextles et que chaque jour de l année vot toujours autant de nassances en moyenne équprobable. a Quelle est la probablté qu au mons un étudant d une classe de 50 sot né le er ma? L événement complémentare est : aucun étudant n est né le er ma. La probablté pour étudant de n être pas né le ma est 64/65. our l ensemble des 50 étudants c est 64/ La probablté recherchée est donc vec 00 étudants, cette probablté passe à b Quelle est la probablté qu au mons étudants d une classe de 50 aent la même date d annversare? À nouveau l est plus smple de calculer la probablté pour l événement complémentare : «l n y a aucun étudant ayant la même date d annversare qu un autre». Le nombre d ensemble possbles de dates est Le nombre de permutatons possble de 50 dates dfférentes choses parm 65 est : 65 65! x ! La probablté que toutes les dates soent dfférentes est donc 0.096; la probablté qu au mons dates soent la même est On a détermné que la précptaton maxmale durant une heure mesurée au cours d une année donnée avat chance sur 0 d excéder cm.e. la précptaton de cm a une pérode de retour de 0 ans. Vous construsez une dgue pour les résdus mners en basant

17 - robabltés -7 le desgn sur cette précptaton. Quelle est la probablté que l on rencontre une précptaton supéreure à la valeur de desgn au cours des 00 prochanes années? À nouveau, l est plus smple de passer par l événement complémentare : «aucune des précptatons maxmales n excédera cm au cours des 00 prochanes années». La probablté que cet événement complémentare survenne est 9/ La probablté recherchée est donc : Lors de la constructon d un barrage hydroélectrque, une sére de dynamtages sont effectués. Un sésmographe est utlsé pour enregstrer les déplacements des partcules de façon à évter que l entrepreneur ne surcharge en explosf rsquant ans de provoquer des endommagements au massf rocheux. Supposons que l entrepreneur effectue 00 dynamtages et qu l «trche» en augmentant la charge sur 8 d entre eux. a Quelle est la probablté que vous observez au mons un dynamtage fautf s vous ne contrôlez que 0 dynamtages choss au hasard parm les 00? Événement complémentare : en observer aucun parm les 0; 00 9/00*9/99* *8/ note : c est auss égal à 9 /. 0 0 onc la probablté d en observer au mons est Il y aurat donc leu d accroître le nombre de dynamtages survellés. b Quelle est la probablté d en observer fautfs parm 0 survellés? / Généralsaton : sot un ensemble de N éléments dont sont d une classe partculère; un échantllon de talle n est prélevé. La probablté d observer dans l échantllon exactement N N «r» de la classe partculère est : / r n r n. c Quelle est la probablté d en observer ou plus fautfs dans l échantllon de 0? / note : la valeur maxmale que peut prendre est mnn, 9 0 0

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Le Village de l Image

Le Village de l Image Le Vllage de l Image Lste de Prx Place de la Gare 1-1009 Pully Tél. 021 728 93 94 - Fax 021 728 87 02 vllage@paradsecommuncaton.ch www.vllagemage.ch Lund: fermé le matn 13h30-18h15 Mard-vendred: 08h45-12h30

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances

Un programme inter-entreprises. > autour du téléphone mobile > en faveur de l égalité des chances Un programme nter-entreprses de découverte professonnelle > autour du téléphone moble > en faveur de légalté des chances 1 ère édton en 2007-2008 2 ème édton en 2008-2009 3 ème édton en 2009-2010 Prncpe

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail