Frédéric Sayer, «La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon : un puritanisme postmoderne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Frédéric Sayer, «La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon : un puritanisme postmoderne"

Transcription

1 ISSN : Frédéric Sayer La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon Un puritanisme postmoderne Résumé L Amérique est une terre promise de bien des manières : l une d entre elles s inscrit dans l eschatologie puritaine comme la nouvelle sortie du reste salvifique hors d Égypte. Il ne reste alors plus qu à attendre une apocalypse toujours à l horizon dont il faut scruter les signes selon une lecture mystique ou paranoïaque du monde, celle-là même qui prévaut dans les fictions américaines et notamment dans celles de Thomas Pynchon, qui fait l objet de cet article. Abstract America is a promised land in many ways. One of them is inscribed in the puritan eschatology as a new exodus from Egypt. From there on, all we have to do is await the apocalypse always on the horizon, of which we can scrutinize the signs according to a mystical or paranoid reading of the world, as is found in American fictions, most notably those of Thomas Pynchon, the topic of this article. Pour citer cet article : Frédéric Sayer, «La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon : un puritanisme postmoderne», dans Interférences littéraires, nouvelle série, n 5, «Le sujet apocalyptique», s. dir. Christophe Meurée, novembre 2010, pp

2

3 Interférences littéraires, n 5, novembre 2010 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon Un puritanisme postmoderne L apocalypse, c est étymologiquement un «découvrement», conjointement annihilation et révélation pentecostale. C est la dispersion des langues et le retour d une langue universelle, Babel et l anti-babel, alpha et oméga. N est-il pas éloquent qu Allen Ginsberg soit allé perdre Walt Whitman dans un supermarché de San Francisco 1? Qu est-elle devenue, cette vision inaugurale de l Amérique, ces feuillets d herbe whitmaniens qui ont tantôt ouvert l Amérique au cosmos? Elle n est plus qu étale et circonscrite au reflet des néons sur la surface en cellophane des légumes d un supermarché. Terminus de l avancée vers l ouest, de l ensauvagement (retour à la langue originelle) mais aussi terminus du quadrillage de l espace (rassemblement de toutes les langues éparses au même endroit). Destination ultime du logos en un flash d un blanc luminescent, un flash qui superpose tout le spectre lumineux : au-delà du miroir consumériste, par-delà l écran vierge de l Orpheus Theatre à Los Angeles, blanc de toutes les possibilités projectives qu offre Hollywood, au-delà du simulacre de Baudrillard, il n y a rien : pas de paradis, pas d enfer. C est cette trajectoire apocalyptique que nous voulons suivre chez Thomas Pynchon, une trajectoire qui relie l alpha et l oméga, la fondation puritaine de l Amérique a sa lecture paranoïaque. 1. La fondation puritaine de l amérique Le cas de la fondation des États-Unis d Amérique est exemplaire d une forme particulière de millénarisme ; en effet, les premiers colons anglophones se considéraient comme le nouveau peuple élu fuyant la Babylone papale ou londonienne pour retrouver un ordre ancien paradoxal d avant l Exil : en ce sens la découverte du continent nord-américain constitue un retour à une pureté originelle presque édénique ; la traversée de l Atlantique vers le désert sauvage du nouveau continent s apparente aussi à la traversée du désert des Hébreux : une sorte de remake de l exode 2. C est dans le même mouvement interprétatif que 1. Allen Ginsberg, «Un supermarché en Californie», dans Howl, Paris, Christian Bourgeois, 1981 pp , passim : «Quelles pêches et quelles pénombres! Des familles entières faisant leurs courses la nuit! Des rayons pleins de maris! Des épouses dans les avocats, des bébés dans les tomates! et toi? Garcia Lorca, que faisais-tu près des pastèques? [ ] «Où allons-nous, Walt Whitman? [ ] Marcherons-nous toute la nuit par les rues solitaires? [ ] Ah, cher père, barbe-grise, vieux maître-courage solitaire, quelle Amérique as-tu eue quand Charon s arrêta de pousser la perche de son bac et que tu descendis sur un rivage fumant et restas planté à regarder le bateau disparaître sur les eaux noires du Léthé?» 2. «Dans cet espace-temps vectorisé, c est vers cette révélation-là que les émigrants puritains cheminent : leur groupe de survivants, de rescapés, a établi une nouvelle alliance a new covenant avec Dieu et leur refuge à l Ouest, dans le finistère que sont these ends of the world, signifie aussi que s approche la fin du monde, the end of the world, double marque propre à leur sortie et par où l espace de la trajectoire sacrée coïncide avec le temps sacré de la révélation en route» (Pierre-Yves Pétillon, «Day of Doom : la rhétorique de la fin des temps dans la 73

4 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon les colons, ce «reste salvifique» de l exode européen, voient dans le continent américain, une terre promise où restaurer l ordre ancien et où attendre la fin des temps. La fougue de la première génération de puritains, qui s attendaient à chaque instant à voir surgir un Christ de feu sur un cheval blanc, s étiole dès la deuxième génération 3. Les sermons sur le déclin et les appels au réveil spirituel se multiplient ainsi au XVII e siècle : ces derniers commentent «chaque événement fût-il, en l espèce, le plus humble et obscur survenu dans quelque village aux alentours de Boston pouvait être lu à la fois comme un mémorial et une prophétie» 4. La stratégie des sermons puritains vise à stigmatiser l ensommeillement de l âme (sloth) en faisant le tableau de l écart avec le grand destin d élection promis, ce qui revient peu ou prou à une herméneutique mystique du monde, car les infortunes du destin sont encore les preuves matérielles du dessein divin qui met à l épreuve son peuple élu avant de le racheter lors du Jugement dernier. Or, c est précisément cet éclairage apocalyptique 5 qui informe la lecture que des «récits de captivité» le genre littéraire le plus en vogue au XVII e siècle 6. Ainsi, la re-découverte de l Amérique par les premiers écrivains du Nouveau Monde (ainsi que pour leurs successeurs) fut une révélation à décrypter à partir des Écritures. L ensauvagement des Indiens et du territoire américain est à la fois un danger et une possibilité de retour à l Éden virginal. Et précisément cet horizon américain, qui est aussi un retour à l origine édénique, ne cesse de mêler l alpha et l oméga, «jubilation d espérance au cœur du désespoir» 7, inauguration et oraison funèbre 8. La sémiologie puritaine du Nouveau Monde passe essentiellement par la vision : un glimpse peut suffire à saisir l ensemble du texte de l Amérique, son télos et son archè réunis dans la claire conscience de l écrivain ou du poète. Nouvelle-Angleterre du XVIIe siècle», dans Âge d or et Apocalypse, s. dir. Bernard Brugière et Robert Ellrodt, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 66). 3. «La «mission dans le désert» (the errand into the wilderness) s est brouillée jusqu à devenir énigmatique. La seconde génération est une génération orpheline, désemparée, troublée par le sentiment de culpabilité de ne pas avoir su se hisser à la hauteur de la geste épique de ses pères, ni poursuivre la mission que le Seigneur avait donnée à une petite armée de saints de planter une Nouvelle Jérusalem» (Pierre-Yves Pétillon, L Europe aux anciens parapets, Paris, Seuil, 1986, p. 30). 4. Pierre-Yves Pétillon, Histoire de la littérature américaine , Paris, Fayard, 1992, p Le poème de Michael Wigglesworth, The Day of Doom (1662) était un best-seller dans le Nouvelle-Angleterre du XVII e siècle. 6. «L autre grand mode littéraire à naître au XVIIe est le récit de captivité avec sa troublante double physionomie. Lorsque les Indiens attaquent avant l aube un petit hameau situé aux frontières, leur cri est pareil au cri de minuit qui annoncera, selon l Écriture, le Second Avènement du Seigneur et la fin des temps. Ce cri vous réveille en sursaut, vous réveille au sens spirituel du terme : il vous tire de la somnolence dans laquelle tend à glisser toute chair, vous remet sur le qui-vive de la foi» (Ibidem). 7. Pierre-Yves Pétillon, L Europe aux anciens parapets, op. cit., p. 54 : «[ ] basculer la lamentation en une jubilation d espérance au cœur du désespoir, il inaugure du même coup la stratégie du je impérial : ce que je trouve au fond de mon exil, c est la Nouvelle Angleterre, ou l Amérique telle que l Amérique l oublie et la trahit mais qui sera bientôt restaurée». 8. Ibid., p. 52 : «[ ] la référence rhétorique au monde ancien, au temps des origines, sa célébration, la lamentation sur l écart entre la gloire originale et la déclension des temps présents, tout cela constitue le rituel funéraire par lequel on se déprend de l univers symbolique, de l imaginaire ancien, par lequel on l enterre une seconde fois.» 74

5 Frédéric Sayer 2. L entropie comme apocalypse scientifisée La première nouvelle de Pynchon, intitulée Entropy, peut être considérée comme la matrice de ses fictions à venir, où prédomine l obsession de la limite hermétique. Une maison vient construire la fiction d un espace intérieur imperméable 9. Les deux étages de la maison sont voués chacun à une fonction opposée, l un perméable au chaos de la ville, voire au chaos politique, l autre inaccessible, intact, permanent, comme l a montré Pierre-Yves Pétillon 10. Cette maison se veut articulation du chaos et de l ordre : ordre du chaos, lois de l entropie. La loi physique d entropie est alors exposée dans sa version apocalyptique, épuisement progressif de toute source de chaleur, mort calorique 11. La loi d entropie suit, dans la nouvelle, un itinéraire proche de la réalité : les épistémologues remarquent en effet que la métaphore entropique s est étendue progressivement à toutes les sciences humaines depuis le XIX e siècle. Dans la nouvelle également, elle tend à s appliquer à tout système, parce qu elle en représente un vecteur probabiliste universel 12. La fin dernière de la société consommation américaine, c est alors une sorte de chaos indifférencié et monotone : [ ] in American consumerism [he] discovered a similar tendency from the least to the most probable, from differentiation to sameness, from ordered individuality to a kind of chaos. He found himself, in short, restating Gibbs prediction in social terms, and envisioned a heat-death for his culture [...]. 13 Évidemment, la société humaine et la culture ne peuvent pas être incluses, strico sensu, dans les systèmes que dirigent les lois de l entropie proprement phy- 9. Hermetically sealed, it was a tiny enclave of regularity in the city s chaos, alien to the vagaries of weather, of national politics, of any civil disorder. (Thomas Pynchon, Slow Learner Early stories, Boston-New York-Toronto-Londres, Little Brown and Company, 1984, pp ). «Hermétiquement close, elle formait dans le chaos de la ville une minuscule enclave d ordre, étrangère aux fantaisies climatiques, aux débats de la politique nationale et aux différents désordres sociaux.» (L Homme qui apprenait lentement, traduit de l américain par Michel Oury, Paris, Seuil, 1985, p. 85). 10. «Les deux étages de la maison représentent deux régimes de la conscience, deux limites épistémologiques. En haut l obsession paranoïaque de maintenir l ordre dans un monde fermé comme une serre chaude ; en bas, l ouverture, au contraire, au déferlement aléatoire du tout-venant. En haut, l ordre jusqu à l asphyxie ; en bas, l aléatoire jusqu au chaos» (Pierre-Yves Pétillon, Histoire de la littérature américaine, op. cit., p. 389). 11. The cosmologists had predicted an eventual heat-death for the universe (something like Limbo: form and motion abolished, heat-energy identical at every point in it); the meteorologists, day-to-day, staved it off by contradicting with a reassuring array of varied temperatures (Thomas Pynchon, Slow Learner, op. cit., p. 85) ; «Les spécialistes de cosmologie avaient prédit pour l univers une fin par la mort de la chaleur les limbes, en quelque sorte, avec la disparition de la forme et du mouvement, et une énergie calorique uniforme en tous les points, mais les météorologues conjuraient le danger tous les jours en enregistrant une rassurante variété de températures.» (trad. française, op. cit., pp ). 12. That spindly maze of equations became, for him, a vision of ultimate, cosmic heatdeath. [...] only then did he realize that the isolated system galaxy, engine, human being, culture, whatever must evolved spontaneously toward the Condition of the More Probable (Ibid., p. 87) ; «Ce labyrinthe léger d équations était devenu pour lui une vision ultime de mort calorique du cosmos. [ ] il comprit qu un système isolé galaxie, machine, être humain, culture, tout ce qu on voudra évolue irrévocablement vers la condition de probabilité maximale.» (trad. française, p. 89). 13. Ibid., p. 88. «La société de consommation américaine montrait la même tendance à aller du moins au plus probable, de la différenciation à la monotonie, de l individualité à une sorte de chaos. Bref, ils se surprit à répéter en termes de société ce qu avait prévu Gibbs : sa culture connaîtrait une sorte de mort calorique.» (trad. française, pp ). 75

6 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon siques. Tel est le pouvoir de subtilisation de la littérature, qui efface les incohérences patentes et dissimule les transitions hâtives en maintenant une façade de rigueur scientifique, en l occurrence en reprenant les concepts de Gibbs tels que les rappellent Norbert Wiener 14. Mais la mort calorique par entropie, quand bien même on pourrait concevoir, mutatis mutandis, l application de la loi d entropie à l univers entier, du plus grand système au plus microscopique, cette mort calorique n est pas censée survenir brusquement, dans un cri qui vient déchirer la nuit tranquille de la fin de la nouvelle 15. Les trois degrés Celsius à l intérieur et à l extérieur sont à interpréter comme l équilibre homéostatique entre, d une part, l ordre, la grammaire, le centre et, d autre part, la dispersion, le babil babélien, l aléatoire, le chaos. Il s agit de figer le chaos en une vision, de faire une lecture apocalyptique du monde. Quel lien établir entre la mort calorique et ce cri qui déchire la nuit? La réponse se devine à la lecture de l œuvre entière de Thomas Pynchon et notamment de The Crying of Lot 49, nouvelle à propos de laquelle Pierre-Yves Pétillon dessine des traits définitoires de l œuvre de Pynchon : In Pynchon, we are always in the final days, and time is only whatever time is left; the countdown toward zero [...]. The signs one scrutinizes and deciphers are the Biblical semeia kon klairon signs and symptoms of the forthcoming violent irruption of the sacred into this world. The Endzeit is at hand and will recapture the Urzeit. At midnight there will be a cry : Behold, the bridegroom comes (Matthew 25:6), the cry that might, in a flash, abolish the night. 16 Tel est l étonnant mélange de science et de religion auquel se livre Thomas Pynchon. Comment entendre le doublage de l entropie par les symboles évangéliques de la lumière (théophanique) ou du cri, tous deux préludes à la nouvelle (et définitive) Pentecôte? L athéisme consommé de Pynchon nous incite à y voir une imposture de plus, qui projette le lecteur dans un système interprétatif probabiliste. 14. As entropy increases, the universe, and all closed systems in the universe, tend naturally to deteriorate and lose their distinctiveness, to move from the least to the most probable state, from a state of organization and differentiation in which distinctions and forms exist, to a state of chaos and sameness. In Gibbs universe order is least probable, chaos most probable (Norbert Wiener, The Human Use of Human Beings, New York, Avon Books, 1950, p. 20). 15. Then something from downstairs a girl s scream, an overturned chair, a glass dropped on the floor, he would never know what exactly pierced that private time-warp [...] and wait with him until the moment of equilibrium was reached, when 37 degrees Fahrenheit should prevail both outside and inside, and forever, and the hovering, curious dominant of their lives should resolve into a tonic of darkness and the final absence of all motion. (Ibid., pp ) ;, trad. française, pp : «Soudain, en bas, quelque chose le cri d une fille, une chaise renversée, un verre qui se brisait sur le sol, jamais il ne saurait exactement quoi transperça la courbure de son temps intérieur [ ] Ils attendirent ensemble que l équilibre fût atteint et que cette température de 3 degrés s établît dehors comme dedans, à jamais, et que la dominante ambiante de leurs vies vînt se résoudre en une tonique de ténèbres et l absence définitive de tout mouvement.» (trad. française, pp ). 16. Pierre-Yves Pétillon, «A Re-cogniton of Her Errand into the Wilderness», dans New Essays On The Crying of Lot 49, s. dir. Patrick O Donnell, New York, Cambridge University Press, 1991, pp Nous traduisons : «Chez Pynchon, nous sommes toujours dans les derniers jours, et le temps n y est jamais que le temps qu il reste; le compte-à-rebours jusqu au zéro [ ]. Les signes que l on scrute et déchiffre correspondent au semeia kon klairon de la Bible signes et symptômes de l irruption imminente du sacré dans ce monde. L Endzeit est à portée de la main et il va faire revivre l Urzeit. Au milieu de la nuit, on cria : Voici l époux, allez à sa rencontre! (Matthieu 25 : 6), le cri qui pourrait, en un flash, abolir la nuit». 76

7 Frédéric Sayer 3. La scrutation des signes dans The Crying of Lot 49 Dans The Crying of Lot 49, la tentation du système clos et involutif se fait jour également. L organisation secrète que découvre Œdipa est complexe et ramifiée : la société parallèle se présente comme un puzzle, dans lequel chaque indice viendrait s emboîter, se cheviller pour former une unité solide. Évidemment il n en sera rien, car l énigme est un leurre et le système postal parallèle W.A.S.T.E. (We Await Silent Trystero Empire) est tout autant le service de recyclage des déchets de la culture («Against these fragments I have shored my ruins», proclame T.S. Eliot à la fin de The Waste Land) que celui des rebuts de la théologie protestante de la prédestination. En effet, à force d enquêter sur les liens qui unissent le réseau postal à la figure historique et littéraire de Trystero, Œdipa finit par découvrir que le réseau occulte se rattache à une secte puritaine du temps de Charles I er dont l obsession centrale n était autre que la prédestination 17. Ceux que le cadastre puritain a laissés sur le bord, ce sont les «preterites», qui ne sont pas damnés, mais seulement exclus du plan de Dieu 18. Cela recoupe tout l éventail des catégories de marginaux (aujourd hui l on dirait, white trash) comme les ruraux déracinés, les hillbillies des Appalaches, les immigrants du Midwest venus en Californie, mais qui ne se sont jamais intégrés 19, marginaux de Times Square, vagabonds, hoboes : In The Crying Lot 49, the wilderness s waste is inhabited by all sort of entropic drifters bums, hoboes, transients, vagrants, derelicts, all written off. [...] they have withdrawn in much the same way that, in declension sermons, the Lord was so often said to have withdrawn from New England. 20 À ces marges correspond l espace délabré : le waste c est aussi le terrain vague, la friche post-industrielle, des lieux de prédilection pour le réseau postal W.A.S.T.E. : «Under the freeway. [ ] Always one» 21. Œdipa, comme le veut l onomastique, part en quête d une vérité qui se dérobe, se fait l enquêtrice d un réseau de relation qui lui apparaît dense, en quête du sens à donner à l empire, dont elle est l exécutrice testamentaire. Son voyage à San Narciso agit comme une révélation 22. Cette révéla- 17. Robert Scurvham had founded, during the reign of Charles I, a sect of the most pure Puritans. Their central hangup had to do with predestination. (Thomas Pynchon, The Crying of Lot 49, Philadelphia-New York, J. B. Lippincott, 1966, p. 155) ; «Robert Scurvham avait fondé, pendant le règne de Charles Ier, une secte de puritains particulièrement stricts. Leur idée fixe, c était la prédestination» (trad. française, Vente à la criée du lot 49, Paris, Seuil, 1987, p. 179). 18. Au sujet de la doctrine controversée de la preterition dans la double prédestination calviniste, lire l ouvrage de Robert L. Reymond, A New Systematic Theology of the Christian Faith, Nashville, Thomas Nelson, 1998, p Dans The Day of the Locust, Homer Simpson, le coeur brisé, quitte L.A. et s en retourne dans sa brousse de l Idaho. 20. Pierre-Yves Pétillon, «A Re-cognition of Her Errand», art. cit., p Nous traduisons : «Dans Vente à la criée du lot 49, le terrain vague du désert est peuplé de toutes sortes de personnages entropiques à la dérive des clodos, des voyageurs en transit, des vagabonds, les délaissés, tous perdus. [ ] ils ont déchus, presque à la manière dont les sermons sur le déclin disait du Seigneur qu il s était retiré de la Nouvelle Angleterre.» 21. Thomas Pynchon, The Crying of Lot 49, op. cit., p. 125 (trad. française, op. cit., p. 144 : «Sous l autoroute. Il y en a toujours une»). 22. The ordered swirl of houses and streets, from this high angle, sprang at her now with the same unexpected, astonishing clarity as the circuit card had. [...] so in her first minute of San Narciso, a revelation also trembled just past the threshold of her understanding (Ibid., p. 24). «Tout cet ensemble de maisons et de rues, vu sous cet angle, surgissait avec une clarté stupéfiante, comme les circuits sur la plaque. [ ] C est ainsi qu au moment où elle pénétrait dans San 77

8 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon tion (qualifiée plus tard de «hiérophanie») restera toujours tremblante, au seuil de la conscience. D ailleurs, l effet visé est cette excitation permanente de l esprit qui la tiendra en éveil (et le lecteur avec elle) pendant toute la nouvelle, jusqu à atteindre un état second. La révélation consiste en une impression optique, une forme de persistance rétinienne peut-être rémanente : il s agit d une sorte de plan dessiné par les immeubles de San Narciso, un plan en forme de circuit imprimé, qui précisément doit être révélé. Ce circuit imprimé que forment les immeubles, peut être lu comme l effet de l entropie de l espace californien, qui dissout les particularismes architecturaux et génère tout d abord une impression de monotonie sur Œdipa pour mieux la saisir dans un second temps. Mais cette révélation va plus loin, comme le suggère une succession d indices obtus : ainsi, le fait que les numéros de rues dépassent les 7000 ou bien que des barbelés et des miradors entourent les installations d Inverarity 23. Tout cela éveille les premiers soupçons, crée la dynamique interprétative paranoïaque, qui ne s arrêtera pas. C est pourquoi l on peut parler d un empire de Tristero, un empire avant tout mental : «So began for Œdipa, the languid, sinister blooming of The Tristero.» 24 En fait, il semble même que les lectures entropique et paranoïaque se recoupent souvent en littérature. La paranoïa a trait à l impossibilité d intégrer l autre dans son psychisme : l autre, c est «Eux», somme d intentions mauvaises, personnages tapis dans l ombre du quotidien. C est aussi la relecture du passé comme le fruit d un complot de grande envergure, comme l édification de l East Narciso Freeway qui s est faite comme il en est coutume pour maudire une construction sur des cimetières éventrés. La lecture paranoïaque du monde tient également au contexte historique de l Amérique d après McCarthy, de la chasse aux rouges, dans un pays corrompu par les principes d usure véhiculés par Spengler, Adams, Ezra Pound et T.S. Eliot. Les vrais ennemis ce sont ceux qui quadrillent le monde pour en évacuer la peur (tout en le rendant encore plus suspect), ce sont les envoyés de Babylone, les membres de l Église catholique ou bien les guides Baedeker, ce complot allemand pour cartographier le moindre mètre carré de la planète. Mais la réalité historique cède bien vite le pas au labyrinthe interprétatif privé, qui aime faire le siège de la forteresse vide du moi. C est bien ce qui arrive à Œdipa qui s enfonce peu à peu dans un déchiffrement orphique du monde et une traversée de l underworld urbain Extra-vagance de l œil, errance beatnik et bewilderment jamesien Au début de la nouvelle, Œdipa incarne une sorte de modèle de femme rangée, entrée en ménage dans une maison cossue d Orange county comme «une Rapunzel pensive, qu un maléfice aurait enfermée» 25. Mais de retour de San Narciso, tout change et elle décide d errer au gré des indices du réseau W.A.S.T.E., s enfonçant toujours plus profondément dans le cœur de San Francisco. Les capillaires urbaines se révèlent pour le moins inattendues : «un bar gay où arrive tout un car de touris- Narciso, elle eut le sentiment d une révélation qui tremblait au seuil de la conscience claire» (trad. française, p. 25). 23. Ibidem. 24. Ibid. p Ibid., p

9 Frédéric Sayer tes venus voir la scène homosexuelle», l abri d un clochard, un terrain vague sous une autoroute, un bus de nuit, une laverie automatique. Par ailleurs, les informations qu elle glane dans ces endroits insolites, sont codifiées de manière tout autant surprenante. Dans le bar, c est l absence complète d inscription dans les toilettes qui lui paraît signifiante : She could not say why, exactly, but felt threatened by this absence of even the marginal try at communication latrines are known for. 26 Dans le bus, ce sont des chansons sans succès, plus tard, ce sera une conversation burlesque entre une mère incestueuse et son enfant au sujet du projet de domination mondiale des dauphins. On le voit, il ne s agit pas simplement de reconnaître les anamorphoses du cor, symbole du W.A.S.T.E., mais d injecter une dose supplémentaire de signification dans le monde, un peu comme les personnages d Henry James qui tentent d ouvrir au monde leur imaginaire statique, ce qui ne va pas sans abîmer leur naïveté voire leur faire perdre leur innocence. La transparence du regard de Thoreau 27, la déprogrammation de Burroughs constituent autant d étapes préliminaires à une telle quête. Comme le souligne Tony Tanner, à propos d Œdipa, il s agit pour elle de s abandonner à la surface lumineuse du monde, en laissant la vision la pénétrer, se rattachant ainsi à la tradition transcendantaliste d un Emerson : Emerson and other Transcendentalists also saw the social surface as a transparent flow, of quite secondary importance to the wonders that could be discerned through it this was a positive, more Oriental vision. 28 On peut aller plus loin et voir en Œdipa, un Œdipe hermaphrodite, et en cela, dotée de la qualité de voyance de Tirésias (Ovide nous dit d ailleurs que Tirésias est hermaphrodite). Quoique voyante, Œdipa ne parvient à résoudre aucune énigme de ce Sphinx invisible, ce Tristero dont l empire est à venir. Comme Tirésias, elle est voyante mais il n est pas sûr qu il y ait quelque chose à voir. Pour Œdipa, il s agit surtout, comme dans White Noise de Don DeLillo, de se brancher sur les bonnes ondes afin de percevoir les basses fréquences imperceptibles au commun des mortels 29. L équivalent des basses fréquences dans la nouvelle, ce sont des événements éphémères, voués à une existence précaire, fugace, non reproductible, que l on ne peut pas garder, photographier, enregistrer, diffuser, figer dans un modèle, inscrire dans la grille analytique 30, comme ces chansons 26. Ibid., p. 67 ; trad. française, p. 78 : «Elle n aurait pas su dire pourquoi mais elle vit comme une menace dans cette absence complète d inscriptions, qui sont au moins une tentative marginale de communication traditionnelle dans les w.-c.» 27. «[ ] les romans de Pynchon ne cessent de souligner, dans la lignée unitarienne et transcendantaliste plus que dans la tradition strictement puritaine déchiffrement des signes, la possibilité de révélation brutale du sens par hiérophanie ou épiphanie. L apocalypse a ses bénéfices. Le régime de l ouverture, de l attente inachevée en est la figuration structurelle. La langue, alors, n aurait nulle efficace, sauf à extra-vaguer (Thoreau) ; il faudrait s en remettre pour toute connaissance aux surgissements d un irrationnel qui excède ses possibilités d expression, sacrifier à la manière de l épileptique, la mémoire à l abolition momentanée de la nuit.» (Marc Chénetier, Au-delà du soupçon, Paris, Seuil, 1989, p. 173). 28. Tony Tanner, Thomas Pynchon, Londres, Methuen, 1982, p Nous traduisons : «Emerson et d autres transcendentalistes ont également perçu la surface sociale comme les flots transparents, d une importance secondaire comparée aux miracles que l on peut discerner au travers il s agissait d une vision positive, plutôt orientale.» 29. Pierre-Yves Pétillon, «A Re-cognition», art. cit., p. 134 : Œdipa Maas gradually becomes what Pynchon in Gravity s Rainbow will portray as a lower-frequency listener, opening up her spectrum to the hum out there, half-silence, half-noise, from which, as a medium of informational exchange, she will extract voice and, ultimately, a cry. 30. Paradoxalement, Burroughs a inversé cette logique en choisissant d enregistrer le réel à l aide de différentes techniques et technologies, pour contrebalancer les processus de déterminations 79

10 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon entendues dans un bus qui vont disparaître à jamais car elles sont au bas du Top 200. Une petite Mexicaine dessine un cor de chasse du bout des ongles dans la buée de son haleine sur la vitre du même bus. Un joueur de poker qui griffonne un cor de chasse sur son carnet dit rentrer dans ses frais à 99, 375 % (le reste, c est une part d ombre inexplicable, un obscur calcul différentiel). Œdipa est l exploratrice d un monde orphique lors d une catabase urbaine : That threshold, in an Orphic reading of the book, is the pierced interface between the two kingdoms, but located in what has been from Thoreau through Frederick Jackson Turner the American site or locus par excellence. Like Thoreau, Œdipa is a borderer, and her westering impulse takes her to the edge of her clearing, where the foreign out there begins. 31 Les frontières mentales (la folie est toujours à l horizon) viennent redoubler les frontières de la ville, les limites topographiques à ne pas dépasser. Elle devient «voyeuse», «invisible», traversant les couches du savoir, alternant entre mensonge et vérité à la rencontre d un peuple de paranoïaques 32 qui se méfie (avec raison ou pas) de la poste officielle, un peuple qui veut vivre dans un léger décalage avec le gouvernement, dans l ombre de la République. En ce sens, The Crying of Lot 49 entretient de nombreux liens intertextuels avec l œuvre de Kerouac ou de celle de la Beat Generation. Les armées de W.A.S.T.E. se composent de tous les paumés de l Amérique, une jungle de marginaux, ceux à qui l Apocalypse de Jean de Patmos promet une revanche. En ce sens, on peut superposer toutes les interprétations : la lecture orphique, typologique et entropique. Le centre de la nouvelle semble échapper indéfiniment, comme s il était asymptotique, au point de pouvoir se demander si l intrigue de l énorme somme que constitue The Recognitions de William Gaddis ne se reproduit pas : tel un Orphée mis en échec, le héros ne parvient pas à reconnaître la voix originale ; ne reste qu un waste land plein des déchets de la culture. Marc Chénetier et Pierre-Yves Pétillon proposent, cependant, l hypothèse d un flash, qui viendrait abolir la nuit : le surgissement de l irrationnel prend alors la forme d un crime, comme le suggère le titre de la nouvelle et diverses indications au fil du texte Ce cri qui abolit la nuit Le tout premier moment qualifié de «hierophany» intervient au sujet des immeubles de San Narciso qui se révèlent en circuit imprimé. À ce moment précis, Pynchon s amuse à introduire la mention du Livre des morts : But she d only been reminded of her look downhill this noontime. Some immediacy was there again, some promise of hierophany: printed circuit, gently curving streets, private access to the water, Book of the Dead La mention peut paraître anodine : biologiques et sociaux, nos corps étant les supports vivants de messages malins inscrits à même la chair et le cerveau. Se reporter au Chapitre VII Pierre-Yves Pétillon, «A Re-cognition», art. cit., p Nous traduisons : «Ce seuil, selon une lecture orphique du livre, constitue l interface perméable(/percée) entre deux royaumes qui n est pas situé ailleurs que ce sur ce site ou locus américain par excellence de Thoreau à Frederick Jackson Turner. Comme Thoreau, Œdipa est une exploratrice de la frontière et son impulsion à aller vers l ouest, jusqu à la clairière de sa conscience, «dehors», là où commence l au-delà.» 32. La paranoïa est qualifiée dans la nouvelle comme une alternance entre un mensonge intérieur et une vérité extérieure. 33. Thomas Pynchon, The Crying of Lot 49, op. cit. ; «[ ] elle retrouvait cette même impression de hiérophanie, d être entrain de regarder un circuit imprimé, avec les courbes des rues, les 80

11 Frédéric Sayer pourtant le livre sacré tibétain fait signe vers le chiffre 49, comme l expliquent Anne Battesti 34 et surtout Pierre-Yves Pétillon, qui montrent combien le chiffre 49 est surdéterminé par deux traditions spirituelles, l une bouddhiste la période de transmigration des âmes et l autre chrétienne les sept semaines après Pâques et avant la Pentecôte et partant de là, avant le jugement dernier 35. La surdétermination du chiffre 49 n est pas à proprement parler illusoire, mais elle ne mène pas à la solution de l intrigue, puisque les lecteurs naïfs de cette nouvelle semblent toujours rester sur leur faim. Cependant, elle confirme la présence d un monde spirituel, à la lisière du nôtre, où des «trous noirs lexicaux» percent des portes. Au début de son errance, par exemple, Œdipa contemple le trou laissé par la lune dans le ciel et sent alors la présence d un au-delà, quelque idée inexprimée, c est-à-dire que l on n a jamais mise en mots, comme l analyse Pierre-Yves Pétillon : Beyond, first, as she ventures to the edge of the Pacific, the hole left free by the moon s tearing free and monument to her exile, and feels somewhere beyond some unvoiced idea lurking. Before (before, that is, the world was scattered into words, before the fall into language), as Œdipa wants to go back to the beginning when everything was still enclosed in some primeval fist and seen in the blink of an eye not in words but in signs flashed for her in the sky 36 L au-delà du langage, cette expression primale, c est le cri, qui est aussi retour à un état originel du langage 37, une sorte d anti-babel 38 qui annonce l apocalypse. Après avoir fait la connaissance du marin clochardisé, Œdipa imagine les mondes qu il a découverts, des spectres lumineux «au-delà du spectre solaire» («Au-delà du zéro», écrira le Pynchon de Gravity s Rainbow) et la musique inouïe, «née d une solitude et d un effroi antarctiques» 39. Pierre-Yves Pétillon canaux, Le Livre des morts» (trad. française, p. 34). 34. Anne Battesti, Pynchon, Belin, The story takes place in the 49 days between the Easter rising of Christ and the awaited Pentecost when the Holy Ghost, speaking in a babble of voices, will typologically foreshadow the Day of Doom and ultimate revelation. But the 49 days also refers to another interim, the 49 days during which, in the Tibetan Book of the Dead, the newly deceased slowly work their way toward final death and rest. (Pierre-Yves Pétillon, A Re-cogniton, art. cit., p. 137). Nous traduisons librement: L intrigue se déroule pendant les 49 jours entre Pâque et la venue de la Pentecôte lorsque l Esprit Saint, s exprimant dans un babil de voix, viendra (selon l exégèse typologique) annoncer le Jour du Jugement dernier et la dernière révélation. Mais les 49 jours se rapportent également à un autre «intérim», à savoir les 49 jours pendant lesquels, dans le Livre tibétain des morts, les âmes des morts récents se frayent lentement un passage vers le mort éternelle et le repos.» 36. Ibid., p Nous traduisons : «L au-delà où elle se risque d abord, c est la pointe du Pacifique, le trou laissé par l arrachement de la lune, cénotaphe de son exil. Elle y perçoit une idée, tapie dans un au-delà, sans que cela s exprimât en mots [la traduction de Michel Doury pourrait être améliorée par : «une idée jamais exprimée»]. L avant (c est-à-dire avant que les mots ne viennent disséminer le langage, avant sa chute), c est le commencement, là où Œdipa veut revenir, alors que tout était encore contenu dans une sorte poignée préhistorique dans le clignement d un œil non pas dans les mots mais au travers de signes, projetés pour elle dans le ciel». 37. In this space, both the world and the word, in a radical Protestant gesture, are swept clean of historical figurations to be, like the Trystero, revealed in [their] terrible nakedness, but also an operatic ejaculation of voices thus far unheard. (Ibid., p. 149). 38. C est aussi l interprétation de W. T. Lhamon Jr., dans Pentecost, Promiscuity, and Pynchon s V: From the Scaffold to the Impulsive, dans Twentieth Century Literature, vol. 21, n 2, Essays on Thomas Pynchon, Hempstead, NY, 1975, pp Thomas Pynchon, Vente à la criée, op. cit., p

12 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon souligne à propos du compte à rebours final de Gravity s Rainbow, l intertextualité avec Moby Dick, mais il aurait aussi pu le faire avec The Crying of Lot Le flash et le cri sont associés au moment où Œdipa atteint le cœur de ses recherches, au plus profond du tissu urbain de San Francisco, au bout de la nuit, presque à l aurore dans une laverie, où «l odeur du chlore montait vers le ciel comme les fumées de l encens.» Évidemment, les signes sont trop patents pour être pris au sérieux et le (re-)lecteur sait que les pistes ne mènent nulle part. Le message découvert à cet endroit est d ailleurs très évocateur par son aspect alambiqué, périphrastique, redondant, comme une enveloppe qui contiendrait elle-même une enveloppe : «Si vous savez ce que cela signifie, vous savez où aller pour en savoir davantage». Et puis soudain, les néons de la laverie forment une lumière éblouissante qui est comme un cri qui abolit la nuit : «Except for Œdipa the place was deserted, and the fluorescent bulbs seemed to shriek whiteness, to which everything their light touched was dedicated.» 41 À nouveau certains termes recèlent des connotations religieuses voire eschatologiques : to shriek whiteness, to be deserted, to be touched by the light, to be dedicated. Mais cette petite apocalypse de lumière blanche a lieu dans une blanchisserie, où le mot puritain cleansing devient simple corvée domestique, cleaning. Cela n empêche pas Thomas Pynchon d exploiter à fond la veine apocalyptique : dans les cinq dernières pages, Œdipa semble avoir la conviction sereine que l héritage d Inverarity, ce labyrinthe d hypothèses toujours plus complexes, ce tissu de relations opaques, ce puzzle éclaté dont elle est l exécutrice testamentaire, ce n est rien d autre que l Amérique : «She had dedicated herself, weeks ago, to making sense of what Inverarity had left behind, never suspecting that the legacy was America.» 42 Cela explique la fin du roman, lorsque Passerine s apprête à acheter le lot 49, Pynchon le décrit : «comme le grand prêtre d un culte disparu ou peut-être un ange en train de descendre sur la terre.» 43 Cependant, aucune interprétation ne semble prédominante et toute tentative de clôture de la nouvelle semble vaine comme en convient Anne Battesti qui parle, au sujet de cette nouvelle, du «labyrinthe infini de l empire et du piège herméneutique qu est le texte» «[ ] on entend déjà s égrener le compte à rebours, l instant où l arc-en-ciel s effondrera, effaçant jusqu à «l ultra-blanc», la précaire architecture de notre monde. [ ] Pour Achab, la baleine blanche qu il pourchasse est de cette archipel le préhistorique centre éclaté ; la capturant il remembrera enfin son monde.» (Pierre-Yves Pétillon, La Grand-route. Espace et écriture en Amérique, Paris, Seuil, «Fiction et Cie», 1979, p. 188). 41. Somewhere near Fillmore [ ] If you know what it means, the note said, you know where to find out more. Around her the odor of chlorine bleach rose heavenward, like incense. Machines chugged and sloshed fiercely. Except for Œdipa the place was deserted, and the fluorescent bulbs seemed to shriek whiteness, to which everything their light touched was dedicated. (Thomas Pynchon, The Crying, op. cit., pp ). Trad. française, pp : «Près de Fillmore [ ] le message disait : Si vous savez ce que cela signifie, vous savez où aller pour en savoir davantage. Autour d elle l odeur du chlore montait vers le ciel comme les fumées de l encens. Des machines haletaient sourdement. À part Œdipa, il n y avait personne, et les tubes de néon brillaient avec la violence d un cri, qui éclaboussait ce monde voué à la blancheur.» 42. Ibid., p. 178, trad. française, op. cit., p. 206 : «Plusieurs semaines auparavant, elle s était mise de tout cœur à essayer de donner un sens à ce qu Inverarity avait laissé après sa mort : à aucun moment elle n avait soupçonné que cet héritage, c était l Amérique.» 43. Ibid, p. 213 : «Passerine étendit le bras, comme le grand prêtre d un culte disparu- ou peut-être un ange en train de descendre sur la terre. Le commissaire-priseur se racla la gorge. Et Œdipa se cala confortablement, en attendant la vente à la criée du lot 49.» 44. Anne Battesti, op. cit., p

13 Frédéric Sayer La fiction de l impossible herméneutique Œdipa tente d organiser le chaos informationnel comme un petit démon de Maxwell, mais son optique semble faussée comme si la transparence de son regard naïf était pervertie par un monde hostile (selon une perspective jamesienne) ou parce que sa naïveté serait encore la preuve d un obscurcissement préalable du regard, ne parvenant à se défaire d un conditionnement profondément implanté. Quoi qu il en soit, sa quête semble toujours contrariée, comme celle de la version originale de la tragédie de Tristero : Mais, plus elle avance dans ses recherches et plus elle se perd dans un maquis de reproductions, photocopies déchirées, raturées, versions apocryphes, lacunaires, tronquées ou truquées, parodies obscènes, variantes, distorsions, altérations et corruptions diverses du texte original qui recule au fur et à mesure qu elle croit s en approcher. 45 Le principe d entropie semble donc considérablement désorganiser l intrigue mais aussi la perception de l espace urbain. Surtout, il affecte également le lecteur, qui ne parvient pas à synthétiser toutes les données dont il dispose. Les indices de l intrigue ne cessent pas de devenir de plus en plus complexes, ramifiés, référentiels : les échos culturels très nombreux (pas loin d atteindre la densité de ceux du Waste Land comme le suggère Pierre-Yves Pétillon 46 ) passent parfois inaperçus, d autant plus lorsqu ils sont morcelés ou qu ils sont mis en compétition avec la culture autochtone ou la culture de masse (mainstream). Mais c est surtout la pertinence des pistes qui est source de confusion : la lecture eschatologique ne semble pas moins incertaine que la lecture paranoïaque 47, toujours susceptible de disqualification : Œdipa n est-elle pas en train de devenir folle, ne parle-t-elle pas elle-même de ses hallucinations? Derrida essaye de penser la culture contemporaine (ou ancienne) à partir d un décentrement : le centre, ce serait le hors-langage où la «différance» n existe pas encore ou plus. La position de Pynchon semble également a-topique, par dessus le vide, à la limite du langage. Si l étiquette esthétique qui vient à l esprit est évidemment postmoderne, elle risque de masquer une tradition littéraire américaine plus ancienne ou vaste, qui use de «trous noirs lexicaux» : One is led to suspect that what might look at first glance like postmodern selfreflexivity and linguistic self-consciousness in Pynchon might be more generally ascribed to a larger American legacy that of the hieroglyph or emblem. The result is that The Crying of Lot 49 is pierced with lexical black holes that threaten to swallow the tale altogether Pierre-Yves Pétillon, La Grand-route, op. cit., p Except that some of us [...] who had been brought up on The Waste Land and Four Quartets, and for whom T.S. Eliot had become something like a native language were puzzled and slightly disturbed that the novel should be fraught with so many half-buried quotations and echoes of our cultural hero. (Pierre-Yves Pétillon, Histoire de la littérature américaine, op. cit., p. 127). Par ailleurs, on peut noter que les échos avec Eliot sont nombreux, à ceci près que Pynchon ne hâte pas le moment eschatologique mais le laisse en suspens : il l étire indéfiniment. 47. À ce sujet, se rapporter à l article de Louis Mackey, Paranoia, Pynchon, and Preterition, dans Substance, vol. 10, n 1, Madison, University of Wisconsin Press, 1981, pp Pierre-Yves Pétillon, A Re-cognition, op. cit., p Nous traduisons : «On est amené à se demander si l auto-réflexivité postmoderne et l hyperconscience linguistique si visibles au premier regard chez Pynchon, ne devraient pas être réassignés à une tradition américaine plus vaste, 83

14 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon Peut-être vaut-il mieux ne pas trancher dans le vif et laisser en suspens la détermination esthétique de cette nouvelle, avant d aller plus loin dans l investigation de l œuvre de Thomas Pynchon. 4. Gravity s Rainbow : là où l arc-en-ciel ne finit pas Ce chef-d œuvre de Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, ne saurait être restitué dans toute sa complexité en quelques pages, surtout compte tenu du volume conséquent du roman qui donne vie à plus de quatre cents personnages et envisage un nombre impressionnant d intrigues parallèles. Le roman reprend les thèmes développés dans The Crying of Lot 49 mais surtout de la nouvelle «Entropy» 49. La principale figure du roman, Tyrone Slothrop, synthétise dans son nom la double influence du puritanisme et de la science moderne : en effet, sloth signifie à la fois l inertie entropique et la léthargie spirituelle, dont il faut se réveiller pour ne pas sombrer dans la declension, chère à Increase Mather et Cotton Mather : Gravity s Rainbow de Thomas Pynchon, une fiction écrite par un lointain descendant de ce William Pynchon qui vers 1635 faisait commerce de fourrures sur la rivière Connecticut dans l Ouest du Massachusetts tout en écrivant des traités de théologie, et où ce cri à minuit devient celui des V2 de Wernher v. Braun déchirant le ciel de Londres, où le plan de Dieu (The Lord, His Plot) devient le complot du cartel I.G. Farben, où la déclension d Increase Mather se métamorphose en l entropie de la physique moderne [ ]. 50 Gravity s Rainbow synthétise la plupart des thèmes abordés ici et donne de réels éclaircissements sur les liens qui unissent entropie et apocalypse. L intérêt que porte Pynchon à l aéronautique et aux grands groupes industriels est sans doute biographique, puisqu il a été ingénieur chez Boeing. Dans Gravity s Rainbow, les cartels de l armement et de l industrie se lisent comme les instigateurs d un complot mondial. Les liens qui les unissent à l intrigue sont troubles et le brouillage de la communication soutient très efficacement l hypothèse paranoïaque d une source du mal toujours conjecturale. La fiction devient de plus en plus troublante lorsqu elle se nourrit de l histoire, notamment autour de la figure de Wernher v. Braun, concepteur nazi des fusées qui bombardaient Londres et du cartel industriel allemand, IG Farben, qui s est enrichi grâce aux esclaves du camp d Auschwitz I. C est d ailleurs une succursale d IG Farben qui produisait le tristement célèbre «Zyklon B». IG Farben aurait par ailleurs été associé à la société américaine Standard Oil pendant la seconde guerre mondiale. L apocalypse à venir, ce serait celle d une explosion nucléaire aux USA, après que l intrigue s est longtemps arrêtée sur cette date du 6 août 1945, qui correspond à l explosion de la bombe d Hiroshima. Le complot, c est celui des cartels, le complexe militaro-industriel corrompu par les nazis, à l origine de la conception de l ange de la mort, la fusée et son composant, le «S-Gerät» (abréviation celle du hiéroglyphe ou de l emblème. Le résultat en est que Vente à la criée du Lot 49 est percée de trous noirs lexicaux qui menacent d avaler l intrigue toute entière.» 49. À ce sujet, se reporter à l article que Pierre-Yves Pétillon a consacré à l influence de cette nouvelle, qui définit un véritable pattern de l écriture de Pynchon : «American Graffiti : S = k log W», dans Critique, vol. 41, n o 462, 1985, pp Pierre-Yves Pétillon, «Day of Doom : la rhétorique de la fin des temps», art. cit., p

15 Frédéric Sayer pour Schwarzgerät, i.e. l appareil noir). Mais l apocalypse est aussi celle du signe, de l atomisation du sens et de l intrigue 51. Une apocalypse entièrement asymptotique en l occurrence, puisque jamais l écran blanc de l Orpheus Theatre ne sera traversé (ou bien il ne resta personne pour le raconter, ce qui revient au même) «Au-delà du zéro», là où commence l arc-en-ciel : l Orpheus Theatre de Los Angeles Le roman s ouvre sur le cri d un missile V2 ( A screaming comes across the sky 52 ), ce même cri qui concluait The Crying of Lot 49. L intrigue est très difficile à comprendre, et il n est sans doute pas nécessaire que le lecteur garde en mémoire chacun des quatre cents personnages rencontrés. Le découpage du livre est minutieux : il y a quatre parties, elles-mêmes subdivisées respectivement en 21, 8, 32 et 12 sous-parties. Cette structure se veut complexe : son intelligence peut être kabbalistique ou en lien avec les Arcanes majeures du tarot. Cependant, aucune interprétation n est vraiment stable. L essentiel du roman tient à la désarticulation de la logique causale et historique. C est bien le sens à donner au titre de la première partie «Beyond the Zero», espace impossible, car le zéro est l ultime destination de l univers : l énergie primordiale, matière incroyablement dense (que les univers de Pynchon symbolisent par le chiffre 1, ou bien la lettre «aleph», ou bien Dieu), s est dispersée après le Big Bang, en générant une entropie cosmologique, la dissémination de l Un, jusqu à ses fragments que l on appelle les étoiles. Le zéro figure un heat death cosmologique, au-delà duquel il n y a rien, si ce n est rétraction de la matière en trous noirs ou transformations des étoiles (après leurs supernovae) en «naines» hyperdenses. Il n y a rien au-delà du zéro. Si ce n est que Pynchon aime à jouer avec les grilles interprétatives et la logique causale. Bien souvent dans les fictions de Pynchon, le lecteur s aperçoit que l apocalypse imminente, toujours sur le point de surgir mais à jamais repoussée, ligne asymptotique du zéro de l abscisse, que cette apocalypse donc, a tout simplement déjà eu lieu. Mais, peut-être, cette entrée en matière fantomatique est-elle tout simplement une manière de rejoindre les deux extrémités de l arc-en-ciel, l alpha et l oméga du roman, c est-à-dire le bombardement de Londres en 1944, concomitant à la conception des missiles V2 et donc, avec une large ouverture de compas, à la conception du composant noir, le «S-Gerät», composant diabolique du missile 00000, qui fonce sur l Orpheus Theatre à Los Angeles, après une brutale ellipse de 1945 à tout à la fin du roman. Comme pour Pym au pôle Sud, la découverte d une langue enfouie, binaire, noire ou blanche est une nouvelle Pentecôte, une anti-babel, où les langues de feu surgissent pour remembrer le monde : 51. Une apocalypse du signe que la science moderne, de type probabiliste (post-newtonienne et post-darwinienne inspire en faisant des mots les analogon des atomes. Au sujet de la révolution scientifique de type probabiliste et de son influence sur Pynchon, se reporter à James I. McClintock, «United States Revisited: Pynchon and Zamiatin», dans Contemporary Literature, vol. 18, n 4, Madison, University of Wisconsin Press, 1977, pp Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, New York, Viking Press, 1973, p. 3 (traduction française par Michel Doury, L Arc-en-ciel de la gravité, Paris, Seuil, 1988). 53. Il est utile de remarquer que les années soixante-dix marquent un regain d intérêt pour les découvertes de la science moderne et notamment pour l espace, avec le premier voyage sur la lune (mission «Apollo 11» en 1969) et la théorie du Big Bang sur l origine et l expansion de l univers, théorie qui est comme l équivalent cosmologique de l entropie mécanique. 85

16 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon Comme Pym abordant aux terres blanches du Pôle tombait dans un trou noir et découvrait, par-delà l effondrement, le babil chaotique, langue d avant la Genèse, ici, lorsqu une nova à la fois explose et implose, jaillit, de l autre côté, la jubilation des voix enfouies et le cri [sperm-whale/sperm-wail] du spermatikos logos. Efflorescence de langues de feu dans la promiscuité pentecostale. 54 La référence pentecostale ne sort pas d un chapeau magique : Pynchon a préparé l éclairage surluminescent de la Pentecôte de cinq manières différentes. En premier lieu, le roman s ouvre sur un cri (un au-delà du langage) qui déchire le ciel de Londres bombardée, ce ciel que Slothrop, doué de prescience, guette en bon descendant des premiers puritains. Ensuite, la deuxième partie se déroule dans un intervalle qui va de Noël 1944 au 20 mai 1945, jour de la Pentecôte, postérieur de douze jours au V Day. Par ailleurs, Gravity s Rainbow est à maints égards un roman babélien, où les langues se subdivisent en dialectes argotiques, celui des jazzmen, par exemple, dénommé jive (-talk). Il ne faut pas oublier que l idée du corps céleste (une version du Saint-Esprit), descendant sur terre, supporte l interprétation pentecostale. Enfin, Hollywood constitue le plus gros producteur de culture de masse, de clichés, de schémas universels, c est-à-dire de déchets informationnels, qui augmentent l entropie (les lois de l entropie informationnelle précisent qu un message pauvre comme un cliché produit une grande confusion et accélère donc l entropie) jusqu à ce symbole d entropie informationnelle maximale : l écran vide, le représentant de la représentation, la langue unique retrouvée. Le nom d Orpheus 55 est particulièrement bien choisi, car toute une lecture orphique du roman est possible (comme c est le cas pour Under The Volcano de Malcolm Lowry) puisque l apocalypse sémiologique d Hollywood (une version maligne de la nouvelle Pentecôte) a déjà eu lieu : le lecteur et les personnages sont en enfer depuis le début, ce qui explique la large ouverture de compas de l incipit, à la manière dont la ville est aussi l alpha et l oméga de la Bible, d Hénochia à la nouvelle Jérusalem. Pris dans «le rêve apollinien» de la dernière partie, le lecteur assiste à la mort du masochiste Gottfried qui s est enfermé dans la fusée Son prénom semble avoir été choisi de manière ironique par Pynchon, à moins que cette «paix des dieux» (Gott Friede) ne soit leur crépuscule (Götterdämmerung) et que l explosion de l écran éteint ne soit l incendie du «Walhalla». Les dernières lignes du roman sont éclairantes : The last image was too immediate for any eye to register. It may have been a human figure, dreaming of an early evening in each capital luminous enough to tell him he will never die, coming outside to wish on the first star. But it was not a star, it was falling, a bright angel of death. And in the darkening and awful expanse of screen something has kept on, a film we have not learned to see 56 Cette lumière n est pas l étoile qui annonce la naissance du Christ à Bethléem, cet arc-en-ciel n est pas celui qui scelle l alliance entre Dieu et Noé 57, promesse de paix, mais celui de la force aveugle de la gravité. L écran du cinéma Orpheus est 54. Pierre-Yves Pétillon, La Grand-route, op. cit., p L intertextualité avec les Elégies et Sonnets à Orphée, de Rainer Maria Rilke, a été détaillée par James I. McClintock, «United State Revisited: Pynchon and Zamiatin», art. cit., pp Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, op. cit., p. 762 (trad. française, p. 762 : «Mais ce n était pas une étoile, cela tombait, comme un ange de mort étincelant. Et sur l écran devenu obscur quelque chose a continué, un film que nous n avons pas appris à voir»). 57. À ce sujet, se reporter à Tony Tanner, Thomas Pynchon, op. cit., p

17 Frédéric Sayer obscur et pourtant un film commence, comme si le monde ancien s était périmé et qu une vision de clarté commençait : tel est le sens que Nietzsche donne au «rêve apollinien» 58, se souvenant qu Apollon était loxias (oblique), c est-à-dire le dieu des oracles par ailleurs, un dieu bien plus violent qu il n y paraît, ivre du sang de ses victimes propitiatoires 59. Mais ce film, c est le livre lui-même, qui n est qu une même image, inlassablement projetée 60, celle qui commence à Londres en 1944, s étire infiniment en un arc-en-ciel qui n est autre que la trajectoire du missile 00000, jusqu à Los Angeles en L image n est qu une : elle signifie que nous sommes déjà morts, que ce monde est orphique, que la prescience de Slothrop est synonyme de prédestination calviniste. L ouverture du roman, c est la seconde d après l explosion à Los Angeles : [ ] to Absolute Zero an it is poorer the deeper they go ruinous secret cities of poor, places whose names he has never heard the walls break down, the roofs get fewer and so do the chances for light. The road, which ought to be opening out into a broader highway, instead has been getting narrower, more broken, cornering tighter and tighter until all at once, much too soon, they are under the final arch: brakes grab and spring terribly. It is a judgment from which there is no appeal. 61 Le zéro absolu est déjà atteint. L évacuation de Londres, par train, dans des tunnels qui mènent à un vieil hôtel désaffecté souterrain, c est l image figée d un monde en poussières, une «poussière urbaine centenaire, ultime cristallisation de ce que la ville a rejeté, écrasé, caché à ses enfants» 62, la poussière de la civilisation arrivée au terme ultime de son obsolescence, car, il faut s en souvenir, dans la nouvelle de Borges intitulé «L Aleph», Londres est au «centre d une noire pyramide, un labyrinthe brisé» 63. Dans la boule de matière hyperdense d avant le big-bang, dans «l Aleph» où l on voit «l aube et le soir», Londres a déjà atteint son entropie maximale, alors que l Aleph n a pas encore explosé et que l univers contracté n est pas encore entré dans sa phase d expansion. Le compte à rebours de la fusée et en fait un compte-à-rebours de vie, car comme le croit Wernher v. Braun, cité en épigraphe : Nature does not know extinction; all it knows is transformation. Everything science has taught me, and continues to teach me, strengthens my belief in the continuity of our spiritual experience after death. 64 Peut-être est-ce ainsi qu il faille entendre l oxymoron du mélange des symboles de vie et de mort? Comment expliquer autrement que le compte à rebours 58. «Strung Into the Apollonian Dream» (Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, op. cit., p. 754). «Pris dans le rêve apollinien» (trad. française, p. 755). 59. Marcel Detienne, Apollon le couteau à la main. Une approche expérimentale du polythéisme grec, Paris, Gallimard, Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, op. cit., p. 161 : «like a movie s last shot projected again and again.» 61. Ibid., pp. 3-4 (trad. française, pp : «[ ] en marche vers le Zéro Absolu de plus en plus raréfiés pauvres ruines de ville, d endroits aux noms inconnus les murs s écroulent, les toits se font plus rares, comme la lumière. Les embranchements, qui devraient se multiplier, se raréfient, tournent court, ils passent sous une dernière voûte : les freins se bloquent brutalement. Jugement sans appel. [ ]). 62. Ibid., p Jorge Luis Borges, El Aleph (1949), Buenos Aires, Editorial Losada, 1952, p. 151 (traduction française : L Aleph, Gallimard, «L imaginaire», 1967, p. 207). 64. Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, op. cit., épigraphe, s. p. (trad. française, p. 10 : «La nature ne connaît pas l extinction ; tout ce qu elle connaît, c est la transformation. Tout ce la science 87

18 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon de l ange de la mort égrène des symboles hérites de la Kabbale juive : l Arbre de Vie et ses dix sefirot 65, le corps de dieu? En somme, tout le livre de Pynchon est projeté à partir de sa fin, particulièrement soignée. Sur une freeway 66 un peu encombrée 67, le flot des voitures est décrit avec un luxe de détails The Volkswagen is now over downtown L.A., where the stream of traffic edges aside for a convoy of dark Lincolns, some Fords, even GMCs, but not a Pontiac in the lot. Stuck on each windshield and rear window is a fluorescent orange strip that reads FUNERAL. 68 Le signe avant-coureur fluorescent «funeral», étrangement omniprésent, ne trompe pas : la mort est en route au dessus de la grille des freeways. En général, celle-ci forme un quadrillage du monde pour domestiquer l ensauvagement du désert, mais ici elle figure plutôt la grille d un viseur 69. Au moment de l impact, l écran s assombrit comme si la matière se rétractait en un trou noir, qui est un commencement, si l on est de l autre côté. Entre les deux bornes ultimes du livre, c est l errance dans une Europe libérée, pas encore verrouillée par le rideau de fer. «In the Zone» 70, c est un peu le paysage halluciné de l Allemagne détruite du Cannibal de Hawkes, un univers peuplé de scientifiques pervers, chez Pynchon, et animé par de nombreuses péripéties burlesques. C est un univers d incertitude, une version comique des limbes, dont on ne sait si à la sortie, ce n est pas l enfer la prochaine étape Une eschatologie burlesque Le roman de Pynchon tel qu il vient d être décrit semble grave et pesant : il n en est rien. Il suffit par exemple de considérer la prescience toute calviniste de la principale figure identificatoire du roman, Tyrone Slothrop, descendant direct d un certain William Slothrop, l un des premiers colons de la très puritaine Colonie de la baie du Massachusetts, fondée par John Winthrop en Tyrone représente Thomas Pynchon, lui-même descendant du célèbre William Pynchon, dont William Slothrop devient le pseudonyme fictionnel. Il est remarquable que sa prescience (auctoriale) soit téléguidée par son pénis. La carte des futurs impacts de V2 sur Londres correspond précisément à celle des m a enseigné, tout ce qu elle continue de m enseigner, renforce ma foi dans la continuité de notre existence spirituelle après la mort.»). 65. Se reporter à (attribué à) Moïse de León, Sepher ha-zohar, , trad. du texte chaldaïque, Paris, Maisonneuve et Larose, Au risque d être répétitif, il est rappelé que «freeway» n a pas d équivalent français. («autoroute» étant la traduction de «highway»), la seule traduction valable étant maladroite : «autoroute gratuite». 67. Les deux dernières pages sont scénarisées de manière magistrale, il est cinq heures sur la Santa Monica Freeway, c est la pire heure, en raison de cette lumière ombreuse, mais aussi parce que tous les freaks sont de sortie. C est la période hippie, il y a des Volkswagen sur l autoroute, alors que Nixon (alias Richard M. Zhlubb à la toute fin du roman) poursuit une politique de répression sévère des mouvements étudiants, juste avant le scandale du Watergate, que Pynchon a vécu au moment de la rédaction de Gravity s Rainbow. 68. Gravity s Raibow, op. cit., p. 757 (trad. française, p. 757 : «La Volkswagen arrive maintenant en ville : on surplombe Los Angeles, le flot des voitures contourne un convoi de Lincoln sombres, quelques Ford, même des GMC, mais pas une seule Pontiac. Sur tous les pare-brises, et sur les vitres à l arrière, il y a un autocollant fluorescent FUNERAL.»). 69. Los Angeles figure l espace idéal pour un objet qu affectionne Pynchon, le radar. 70. Il s agit du titre de la troisième partie. 88

19 Frédéric Sayer orgasmes de Tyrone Slothrop. Dès son ouverture, le roman a donc quelque chose d une farce, qui vient toujours déjouer les édifices interprétatifs du lecteur. Tony Tanner, avec l art de la formule qu on lui connaît écrira à la fin du chapitre consacré à Pynchon, peu avant que Gravity s Rainbow ne paraisse, qu il s agit de ne pas choisir entre «trash and tragedy» 71 Construire dans un même mouvement une fiction et sa parodie est devenu une sorte de facilité d écriture pour bon nombre d écrivain labellisés postmodernes. C est devenu une sorte de gimmick littéraire, mais chez Pynchon, Tony Tanner note que l hésitation générique, proprement auto-parodique, contamine toute l œuvre et fonde son originalité. Ainsi, le cadastre puritain devient cartographie du plaisir, nouant Eros et Thanatos, pénétrant la surface accidentée de Londres, devenue corpsfantôme : His little bureau is dominated now by a glimmering map, a window into another landscape than winter Sussex, written names and spidering streets, an ink ghost of London, ruled off into 576 squares, a quarter square kilometre each. Rocket strikes are represented by red circles. 72 Cette prescience érotico-mystique serait en fait le résultat d un conditionnement remontant à l enfance de Slothrop, un conditionnement à une matière chimique crée par IG Farben appelée «Imipolex G», qui justement sert d isolant aux fusées V2. Ainsi, la rationalité scientifique vient doubler le schéma puritain préalablement moqué. La fiction devient un univers probabiliste, où l intrigue se défait en autant de conjectures. Animé par une furie expérimentale perverse, voulant convertir le monde entier à la triste loi du behaviorisme, le personnage maléfique de Pointsman essaye de se procurer la carte orgasmique de Londres. Mais, sa folie rationalisante ne survit pas à la force des processus entropiques du roman : Soon, by the dialectic of the Book, Pointsman will be alone, in a black field lapsing to isotropy, to the zero, waiting to be last to go. 73 En somme, tous les modèles interprétatifs semblent également se superposer et s infirmer les uns les autres. La logique du roman est à la fois eschatologique, rationnelle et psychiatrique, sans qu aucune ne prédomine. L interprétation paranoïaque du décryptage puritain du monde le prouve : voices begin to take on a touch of metal, each word a hard-edged clap, and the light, though as bright as before, is less able to illuminate it s a Puritan of reflex seeking other orders behind the visible, also known as paranoia 74. La dépravation du monde de Gravity s Rainbow est celle de la mondanité en tant que telle comme le veut la théologie calviniste. Mais c est aussi celle de l histoire dans une Europe ravagée par la guerre. Enfin, il s agit de la dépravation sexuelle, car tous les scientifiques du roman, ou presque, sont des mania- 71. Tony Tanner, Thomas Pynchon, op. cit., p Thomas Pynchon, Gravity s Rainbow, op. cit., p. 55 (trad. française, pp : «Une carte étincelante domine son petit bureau, une fenêtre qui ouvre sur une autre paysage que celui du Sussex hivernal, avec des noms écrit, une toile d araignée de rues, un fantôme de Londres tracé à l encre, divisé en 576 carrés d un kilomètre carré chacun. Les impacts sont représentés par des cercles rouges.»). 73. Ibid., p. 142 (trad. française, p. 146 : «Bientôt selon la dialectique du Livre, Pointsman se retrouverait seul, au centre d un monde obscur, isotrope, vers le zéro absolu, où il disparaîtrait à son tour»). 74. Ibid., p. 188 (trad. française, p. 191 : «Les voix se font vaguement métalliques et la lumière, toujours aussi vive découpe moins nettement les contours c est un réflexe puritain de chercher des ordres au-delà du visible. On rencontre également cela dans les cas de paranoïa.»). 89

20 La trajectoire apocalyptique de Thomas Pynchon ques ou des pervers. La doxa du roman est neutre à ce sujet, Pynchon substitue à tout jugement moral ou religieux le règne des lois de la physique. Il reste à se demander quelle fonction Pynchon donne au simulacre apocalyptique. À cet endroit, il semble raisonnable de formuler l hypothèse que l apocalypse sémiologique n est pas aussi consommée que le voudrait Baudrillard et de redéfinir les tenants et les aboutissants du postmodernisme, à la lumière de sa théorisation esthétique américaine Le postmoderne en question : le simulacre apocalyptique Le contexte historique du roman de Pynchon donne une assise réaliste à l angoisse apocalyptique. La course à la bombe nucléaire est déjà bien engagée pour les Américains, grâce à la précocité du «projet Manhattan» et la lettre d Einstein à Roosevelt, le sommant de se procurer de grandes quantité d uranium à enrichir avant que les recherches des savants allemands à la solde du régime nazi n aboutissent. Surtout la crise des missiles de Cuba (1962) et l assassinat de Kennedy (1963) catalysent les inquiétudes, maintenues vivaces pendant la guerre du Vietnam et ce malgré le T.N.P. (traité de non-prolifération nucléaire) de Pourtant, Pynchon laisse courir l imaginaire apocalyptique de la manière la plus libre qui soit, et ne se prive pas d exploiter des pistes sans lien direct avec l histoire. Si l on examine en détail certains passages du roman, il apparaît que les mythes y sont le plus souvent des coalescences de légendes scénarisées en fonction de l imaginaire de chacun. Ainsi, le ténébreux Pointsman mélange gaiement le mythe de Thésée dans le labyrinthe, la figure biblique de l ange, le Livre de l Apocalypse et la science-fiction (le «rayon de la mort» est, sans doute, inspiré par The War of Worlds de H. G. Wells, 1898) : Oh yes once you know, he did believe in Minotaur waiting for him: used to dream himself rushing into the last room, burnished sword at the ready, screaming like a Commando, letting it all out at last [ ] rocket blasts each time missing them, their chase preserved, a plate etched in firebursts, the map of a sacrificial city, of a cortex human and canine [ ] at last they are on some hillside at the end of a long afternoon of dispatches from Armageddon, among scarlet banks of bougainvillea, golden pathways where dust is rising, pillars of smoke far away over the spidery city they ve crossed, voices in the air telling of South America burned to cinders, the sky over New York glowing purple with the new all-sovereign death-ray [ ] They would deny him even the little perversity of being in love with his death But now with Slothrop in it sudden angel, thermodynamic surprise, whatever he is will it change now? Might Pointsman get to have a go at the Minotaur after all? Ibid., pp (trad. française, pp : «Oh oui dans le temps, il a vraiment cru qu un Minotaure le guettait, en rêve, il bondissait l épée à la main, hurlant comme un commando, libéré enfin [ ] La ville est une plaque gravée par les explosions, la carte d une citée sacrifiée, d un cortex homocanin [ ] ils se retrouvent finalement sur une colline à la fin d un long après-midi de dépêches venues d Armageddon, parmi les massifs rouges de bougainvillées, les sentiers dorés, les colonnes de fumée qui s élèvent au-dessus de la ville, les voix qui disent que l Amérique du Sud a été réduite en cendres, que le Ciel de New York rougeoyant est illuminé par le nouveau rayon de la mort. [ ] On lui reprocherait même cette petite perversion d être amoureux de sa propre mort. Mais maintenant avec Slothrop ange soudain apparu, surprise thermodynamique est-ce que tout va changer? Pointsman va-t-il avoir à affronter le Minotaure, en fin de compte?»). 90

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Le Ballon Rouge. Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge. Mémorisez tout le vocabulaire!

Le Ballon Rouge. Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge. Mémorisez tout le vocabulaire! Le Ballon Rouge Les numéros / les chiffres de 1 à 100 Voici les catégories et les mots dont vous avez besoin pour le film, Le Ballon Rouge Here are the categories and the words you need from the film,

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Chanson française Année : 1968

Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Chanson française Année : 1968 Chanson : Interprète : Claude François Chanson: Interprète : Claude François Paroles et musique: Jacques Revaux, Claude François & Gilles Thibault Genre : Chanson française Année : 1968 Avant d écouter

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF ==> Download: CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF - Are you searching for Cest Pour Mieux Placer Mes Books? Now, you will be happy that at this

Plus en détail

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her.

CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI. 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. CHAPITRE 1 NOM DATE 1 UNE AMIE ET UN AMI VOCABULAIRE Mots 1 1 - Mélanie Boucher Here is a picture of Mélanie Boucher. Write a story about her. You may want to use some of the following words Paris petite

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided.

When you are told to do so, open your paper and write your answers in English in the spaces provided. FOR OFFICIAL USE C 000/403 NATIONAL QUALIFICATIONS 008 TUESDAY, 3 MAY.0 AM.0 PM Total FRENCH STANDARD GRADE Credit Level Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Introduction Cette fiche de cours vous rappelle comment utiliser les prépositions (temps et lieu). Plan du cours 1. Les prépositions de temps 2. Les prépositions de lieu 1 : Les prépositions de temps a)

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2011 Feuille 1 / 6 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2011 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca

La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca La reine des fourmis a disparu. Fred Bernard / François Roca I- Découverte. Objectif : Créer un horizon d attente. 2 entrées sont proposées au choix : 1) Support : «Bizarre, mais vrai.» : découverte d

Plus en détail

Jeux de science et Robots

Jeux de science et Robots Jeux de science et Robots Les aventuriers Carnet de missions Editions du Pass Ce carnet de missions appartient à Prénom Prénom Prénom Prénom Prénom Prénom Nom Nom Nom Nom Nom Nom Equipe De l école Ici

Plus en détail

On parle beaucoup aujourd hui de

On parle beaucoup aujourd hui de Couverture Noël: une reconnaissante dépendance du Christ Le message de Sa Grâce Rowan Williams, archevêque de Canterbury, pour les lecteurs de 30Jours On parle beaucoup aujourd hui de ceux qui préfèrent

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Nom: Date: A. jouer. B. écrire. C. regarder. D. envoyer. E. surfer. F. lire. G. écouter. H. téléphoner. Salut! Ça va? Tu joues (1) ou tu regardes

Nom: Date: A. jouer. B. écrire. C. regarder. D. envoyer. E. surfer. F. lire. G. écouter. H. téléphoner. Salut! Ça va? Tu joues (1) ou tu regardes Leçon B 17A Match the words from the column on the left with the words from the column on the right. 1. un texto 2. sur Internet 3. un lecteur MP3 4. un livre de français 5. aux jeux vidéo 6. la télévision

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Contents National 4 French Reading; Context: Learning

Contents National 4 French Reading; Context: Learning Contents National 4 French Reading; Context: Learning (questions extracted from General past papers) Question Topic Learning in context (Forum: should you do holidays? Solène replies) Learning in context

Plus en détail

The Skill of Reading French

The Skill of Reading French The Skill of Reading French By the end of this session... ALL of you will be able to recognise words A LOT of you will be able to recognise simple phrases SOME of you will be able to translate a longer

Plus en détail

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce

Orthographe. Majuscules/minuscules. Sa/ça Se/ce Orthographe Majuscules/minuscules Un Américain, un Français Le gouvernement américain, le gouvernement français La langue française, le français Sa/ça Se/ce Emploi des prépositions Avec les noms de lieu

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

MAXI SPEED-ROLL Course à boules

MAXI SPEED-ROLL Course à boules Course à boules Notice de montage 1. Posez le jeu à plat sur une table. 2. A l aide de la clé de service, dévissez les vis qui maintiennent la plaque de plexiglas et déposez la. 3. Dévissez les 4 vis fixant

Plus en détail

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise)

Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps de crise) ALPHA INTERNATIONAL B.P 25531 ~ 34071 Montpellier Cedex 3 téléphone/fax : 04-67-78-29-43 e-mail : Assoalpha@aol.com Principes métaphysiques pour réussir dans la vie et dans les affaires (même en temps

Plus en détail

Contents National 5 French Reading; Context: Employability

Contents National 5 French Reading; Context: Employability Contents National 5 French Reading; Context: Employability (questions extracted from Credit past papers) Question Topic Jobs (Vincent Pernaud; radio presenter) Jobs (Marie-Laure Lesage; Concierge d hôtel

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION / INSTALLATION GUIDE

GUIDE D INSTALLATION / INSTALLATION GUIDE GUIDE D INSTALLATION / INSTALLATION GUIDE STORES / SHADES sur solariums modulaire / on modular solariums FRANÇAIS et ANGLAIS FRENCH and ENGLISH 1 INSTALLATION DES STORES PLISSÉS SUR LES SOLARIUMS MODULAIRES

Plus en détail

UFR Langues et Civilisations Pays anglophones Année Universitaire 2011-2012

UFR Langues et Civilisations Pays anglophones Année Universitaire 2011-2012 2 ème année de Licence d Anglais UFR Langues et Civilisations UE L4IAU2 Corrigé du devoir N 2 Nom du correcteur : Hélène Margerie Nature du devoir : Analyse linguistique Nombre de devoirs corrigés : 8

Plus en détail

DIMANCHE 9 FÉVRIER 2014 5 ème dimanche du temps ordinaire (A) PREMIÈRE LECTURE ÉVANGILE. Livre d'isaïe (58, 7-10)

DIMANCHE 9 FÉVRIER 2014 5 ème dimanche du temps ordinaire (A) PREMIÈRE LECTURE ÉVANGILE. Livre d'isaïe (58, 7-10) DIMANCHE 9 FÉVRIER 2014 5 ème dimanche du temps ordinaire (A) PREMIÈRE LECTURE Livre d'isaïe (58, 7-10) Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui

Plus en détail

Durée approximative de la séance (selon la taille du groupe) : 45 minutes

Durée approximative de la séance (selon la taille du groupe) : 45 minutes Fiche pédagogique 1 Pas @ pas Méthode d anglais Séance 1 Introduction à l ouvrage et au chapitre 1 Durée approximative de la séance (selon la taille du groupe) : 45 minutes Supports conseillés : - un ordinateur

Plus en détail

Bonnie and Clyde : l amour mitrailleur

Bonnie and Clyde : l amour mitrailleur Bonnie and Clyde : l amour mitrailleur Comique et nostalgie Une erreur de banque La première banque que Clyde tente de braquer a fait faillite. Il le découvre trop tard. Dans la voiture, en route pour

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14)

Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14) Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14) 5 10 15 20 25 30 Au-dehors, même à travers le carreau de la fenêtre fermée, le monde paraissait froid. Dans la rue, de petits remous de vent faisaient tourner

Plus en détail

L empereur, c est moi

L empereur, c est moi HUGO HORIOT L empereur, c est moi Postface de Françoise Lefèvre L ICONOCLASTE I BIG BANG Des chiffres et des lettres dans les étoiles Je m appelle Julien. Julien Hugo Sylvestre Horiot, mais on m appelle

Plus en détail

ENSEIGNER LE FRANCAIS AUX ENFANTS DE 1 A 5 ANS TEACHING FRENCH TO CHILDREN AGES 1-5 30 OCTOBRE 2015

ENSEIGNER LE FRANCAIS AUX ENFANTS DE 1 A 5 ANS TEACHING FRENCH TO CHILDREN AGES 1-5 30 OCTOBRE 2015 ENSEIGNER LE FRANCAIS AUX ENFANTS DE 1 A 5 ANS TEACHING FRENCH TO CHILDREN AGES 1-5 30 OCTOBRE 2015 Fédération des Alliances Françaises des Etats-Unis Convention - San Francisco Adeline D Hondt ALLIANCE

Plus en détail

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING

Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Page 1 of 6 Thierry en Angleterre 6 Test trouvé sur http://www.anglaisfacile.com - le site pour apprendre l'anglais (test n 13846) BABY-SITTING Thierry s'est tellement bien intégré dans la famille de Sally

Plus en détail

National French Contest 2009 Level 3 Part A. Numéros 1 à 6

National French Contest 2009 Level 3 Part A. Numéros 1 à 6 National French Contest 2009 Level 3 Part A Listening Comprehension (pictures) Directions: Take 10 seconds to look at the pictures below. For each sentence you hear, imagine where the speaker would most

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER LILLE, TRI POSTAL, JANVIER 2008 SM : IL Y A CE PLAN DANS LE FILM ET CE ZOOM SUR UNE PHOTO EN NOIR ET BLANC, UN PORTRAIT DE JEUNE FEMME, ET EN LE REGARDANT

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE

LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE Le café 1 LE CAFÉ QUESTIONS DE PRÉ-LECTURE 1. Buvez-vous du café? Si oui, combien de tasses de café buvez-vous par jour? 2. D après vous, quelle est l origine du café? 3. Quand pensez-vous que les gens

Plus en détail

French National Contest 2006 Level IV Part A

French National Contest 2006 Level IV Part A French National Contest 2006 Level IV Part A You will now hear a series of brief conversations between two speakers. Each exchange will be repeated twice. You are to select from the four choices printed

Plus en détail

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop est un film réalisé par Paul Verhoeven, cinéaste néerlandais qui débuta sa carrière à la télévision hollandaise où il découvrit l un de ses acteurs fétiches,

Plus en détail

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012 mai 2012 LEÇON En route pour Jérusalem Sabbat Fais l activité de la semaine, p. 38. Est-ce que ta famille a déjà déménagé dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Bienvenue à la Maison des Arts

Bienvenue à la Maison des Arts Bienvenue à la Maison des Arts Livret jeu pour les enfants Exposition Jacques MONORY Du 25 janvier au 7 mars 2004 Aujourd hui grâce à ton livret jeu, tu vas pouvoir découvrir l univers de JACQUES MONORY

Plus en détail

Ma solution de la 560 (MrMagoo)

Ma solution de la 560 (MrMagoo) Ma solution de la 560 (MrMagoo) Je ne donne ci-dessous que l essentiel de ma solution, parce qu il y a des éléments annexes que je ne tiens pas à révéler. En plus, je veux essayer de faire court, pour

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Des villes, des pays et des continents.

Des villes, des pays et des continents. > Des villes, des pays et des continents. Towns, countries and continents. les pays et les provinces les villes la provenance vocabulaire Vous habitez où? En Europe. Où ça, en Europe? Au Portugal. Où ça

Plus en détail

French Three Unit Four Review

French Three Unit Four Review Name Class Period French Three Unit Four Review 1. I can discuss with other people about what to do, where to go, and when to meet (Accept or reject invitations, discuss where to go, invite someone to

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR

L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Sismographe L AMOUR EST UN SOUFFRE-BONHEUR Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

LES COURS ET LES PROFS. 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration.

LES COURS ET LES PROFS. 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration. NOM DATE 1 LES COURS ET LES PROFS Vocabulaire 1 Flore et Catherine Complete the story about the girls in the illustration. Flore et Catherine ne sont pas américaines. Les deux filles sont françaises. Elles

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Bernard Noël. Le 19 octobre 1977. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Bernard Noël. Le 19 octobre 1977. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Bernard Noël Le 19 octobre 1977 Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Un gardien : «N oubliez pas de mettre vos yeux dans les trous.» Un visiteur : «On pourra les reprendre après?» Entendu

Plus en détail

Prénom : Admission en 9 VSG ANGLAIS. 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue

Prénom : Admission en 9 VSG ANGLAIS. 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue Admission en 9 VSG ANGLAIS Durée Matériel à disposition 120 minutes Pour l expression écrite uniquement : dictionnaire bilingue Rappel des objectifs fondamentaux en 8 VSG I. Compréhension écrite II. Expression

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

Le Poisson. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 1 : LE POISSON 1 / 5 TEXTE INTEGRAL

Le Poisson. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 1 : LE POISSON 1 / 5 TEXTE INTEGRAL SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 1 : LE POISSON 1 / 5 Le Poisson Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges TEXTE INTEGRAL Dans la mythologie antique, Narcisse est un personnage

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A)

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) PREMIÈRE LECTURE Livre d'isaïe (42, 1-4.6-7) Ainsi parle le Seigneur : Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j'ai mis toute ma joie. J'ai

Plus en détail

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure.

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure. Tout débuta ainsi Frank le Guerrier, le meilleur combattant du seigneur d Artatia nommé Sengalos, partit en aventure pour sauver Artatia des mains de leur ennemi Lorslavas le Terrible. Il emmena avec lui

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF - Are you searching for Cest Maintenant Books? Now, you will be happy that at this time Cest Maintenant PDF is available at our

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

DIMANCHE 9 DÉCEMBRE 2012

DIMANCHE 9 DÉCEMBRE 2012 DIMANCHE 9 DÉCEMBRE 2012 2 ème DIMANCHE DE L AVENT (C) PREMIÈRE LECTURE Lecture du livre de Baruc Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours,

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations.

CHAPITRE 3 Nom Date 1 PENDANT ET APRES LES COURS. 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. CHAPITRE 3 Nom Date 1 Vocabulaire Mots 1 PENDANT ET APRES LES COURS 1 Légendes Complete the captions for each of the following illustrations. 1 Patrick arrive à l école à huit heures. 2 Il passe la journée

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

Pep s : Libertà. Paroles et musique : Florian Peppuy Echo Productions / SLF. Thèmes. Objectifs. Vocabulaire. Notes. Les rêves, la nature.

Pep s : Libertà. Paroles et musique : Florian Peppuy Echo Productions / SLF. Thèmes. Objectifs. Vocabulaire. Notes. Les rêves, la nature. Pep s : Libertà Paroles et musique : Florian Peppuy Echo Productions / SLF Thèmes Les rêves, la nature. Objectifs Objectifs communicatifs : Décrire un monde merveilleux. Identifier des personnes et des

Plus en détail

TUESDAY, 18 MAY 9.00 AM 10.10 AM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number

TUESDAY, 18 MAY 9.00 AM 10.10 AM. Date of birth Day Month Year Scottish candidate number FOR OFFICIAL USE Mark X059/0 NATIONAL QUALIFICATIONS 00 TUESDAY, 8 MAY 9.00 AM 0.0 AM FRENCH INTERMEDIATE Reading Fill in these boxes and read what is printed below. Full name of centre Town Forename(s)

Plus en détail

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris.

Est-ce que tu as un frère? Marc a une cousine à Québec. Nous avons une voiture. Est-ce que vous avez un vélo? Ils ont un appartement à Paris. Leçon 7 - La Vie est belle La vie de Nafi, une jeune Française d origine sénégalaise parle de sa vie. Elle est étudiante en sociologie à l Université de Toulouse. Aujourd hui, elle parle de sa vie. -Est-ce

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí Production IVAN CARRERO Scénario MONTSE AGUER et DAVID PUJOL Photographie IVAN CARRERO Édition et son JORDI MUÑOZ Documentation LUCIA

Plus en détail

Le Passé Composé. Grammaire. The perfect tense or the passé compose is used to speak about the past tense in French. The perfect tense has two parts:

Le Passé Composé. Grammaire. The perfect tense or the passé compose is used to speak about the past tense in French. The perfect tense has two parts: Le Passé Composé The perfect tense or the passé compose is used to speak about the past tense in French. The perfect tense has two parts: 1. Avoir To have 2. The Past participle Grammaire Part 1/ La première

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail