Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine"

Transcription

1 Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine Plateforme de la société civile centrafricaine pour la gestion durable des ressources naturelles et de l environnement Octobre 2012

2 Table des matières Sigle et Abréviation... 3 Introduction générale... 4 Pourquoi une stratégie d observation indépendante des activités forestières... 4 L OIF : un concept importé?... 5 L OI dans le temps et l espace : Expériences et leçons tirées... 5 Méthodologie adoptée... 6 Fondements politique et juridique de l OIF... 7 Principaux problèmes du secteur forestier en RCA... 7 Objectifs et approche d une OI de la société civile centrafricaine... 9 Les bases d une Stratégie d Observation Indépendante Axe 1 : Structure organisationnelle Axe 2 : Description du profil de l Observateur Indépendant Axe 3: Relations OI et autres acteurs (administration, secteur privé, ONG, CLA, Partenaires) Axe 4 : Mobilisation des moyens financiers et logistiques Axe 5 : Renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile(OSC) sur les thématiques Axe 6: Information, Education et Communication sur : Axe 7 : Observations et collectes des données Axe 8: Publication et diffusion des irrégularités forestières Axe 9: Négociation, Plaidoyer et lobbying Axe 10 : Suivi du contentieux Conclusion BIBLIOGRAPHIE Annexe : L OI dans cinq pays : réussite et difficultés République Centrafricaine 2

3 Sigle et Abréviation AFD Aménagement forestier durable ACP Afrique Caraïbe Pacifique AFD Agence Française de Développement AFLEG Africa Forest Law Enforcement and Governance initiative (Processus d amélioration de la gouvernance et de l application des lois dans le secteur forestier en Afrique) AI Auditeur Indépendant APV Accords de partenariat volontaire, élément du plan d action EU FLEGT BM CEMAC CIEDD DFID ENA FLEG FAO FLEG FM FODER GDRNE GPS MEFCP OE OI OIF ONG OSC PEA Banque Mondiale Communauté Economique et Monétaire d Afrique Centrale Centre pour l Information Environnementale et le Développement Durable Département de la Coopération du Ministère des Affaires Etrangères Britannique Europe and North Asia Forest Law Enforcement and Governance initiative (Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux pour l Europe et l Asie) Fond des nations pour l alimentation Forest Law Enforcement and Governance (Processus d amélioration de la gouvernance et de l application des lois dans le secteur forestier) Forest Monitor Forêts et Développement Rural Plate forme Gestion Durable des Ressources Naturelles et l Environnement Global Positioning System (système de positionnement planétaire) Ministère des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche Observation Externe Observateur Indépendant Observation Indépendante des Forêts Organisation Non Gouvernementale Organisation de la Société Civile Permis d Exploitation et d Aménagement PV RCA REM STP SVL TDR UE Procès Verbal République Centrafricaine Resource Extraction Monitoring, basée au Royaume-Uni Secrétariat Technique Permanant Système de Vérification de la Légalité Termes de référence Union Européenne République Centrafricaine 3

4 Introduction générale Depuis 2007, la République Centrafricaine s est engagée dans une volonté de réforme de son secteur forestier. Cette reforme a pour objectif la gestion durable du massif forestier du sud-est et du sudouest de la RCA, qui font partie du massif forestier du Bassin du Congo, deuxième massif le plus important après l Amazonie. il est à préciser qu en RCA, l exploitation des forêts constitue la première source de devises pour le pays, ce qui en fait un secteur hautement stratégique. Deux temps forts ont marqué l éveil des consciences quant à la réglementation de l exploitation anarchique des ressources : la mise en place d un système de sécurisation des recettes forestières en 2007 et l élaboration de plans d aménagement des titres forestiers destinés à l exploitation industrielle en Aussi, la loi N du 17/10/2008 portant code forestier a été révisé en 2008 et il intègre un certain nombre d éléments novateurs pour le pays. C est dans ce contexte que l Union européenne (UE), soucieuse de l origine légale des importations en bois tropical, a proposé la négociation d un Accord de partenariat volontaire relative à l application de la règlementation forestière, la gouvernance et le commerce (APV FLEGT) au gouvernement de la RCA. Conformément à cette volonté d assainir le secteur forestier, la RCA est officiellement entrée en négociation en 2009, ce qui a débouché sur la signature de l accord le 28 novembre 2011 par les deux parties et qui est entré en vigueur le 1er juillet Au-delà des objectifs destinés à garantir la légalité du bois à l exportation vers les marchés européens, l APV soulève un certain nombre d enjeux liés à l application de la loi (le système de contrôle) et la gouvernance, notamment avec l implication des parties prenantes à la mise en œuvre de l Accord (l administration, le secteur privé, la société civile et même les communautés locales et autochtones). Cette approche participative est novatrice et constitue un défi important pour la RCA. La société civile a été identifiée comme partie prenante aux négociations de l Accord, au même titre que l administration et le secteur privé. La signature de l Accord marque un tournant majeur et pose un certain nombre d interrogations quant à la manière dont chacun trouvera sa place et son rôle à jouer dans la mise en œuvre. Un des rôles reconnus à la société civile et intégré à l Accord est «l observation indépendante des activités forestières» (OIF). L OIF est un instrument à travers lequel les organisations de la société civile peuvent contribuer à renforcer la gouvernance du système dans la mise en œuvre de l Accord. S il est un élément reconnu de l Accord, il demeure une «coquille vide» en l état actuel car l accord ne donne que très peu d éléments quant à la forme précise de ce rôle. Si certains pays ont expérimenté différentes formes d OI, la RCA n a encore aucune expérience en la matière et au vue du contexte, il est apparu opportun de lancer une réflexion interne à la société civile. Pourquoi une stratégie d observation indépendante des activités forestières Durant la phase de négociation de l Accord, la société civile s'est organisée en une plateforme FLEGT, face à certaines difficultés d ordre interne (matériel et financier ) elle est restée très peu active et progressivement, a été remplacée par une dynamique nouvelle de la Plateforme des OSC centrafricaines pour la Gestion Durable des Ressources Naturelles et l Environnement (GDRNE). Néanmoins, la jeunesse de ce réseau informel, mais pas moins légitime, associée à son manque de compétences et d expériences n en fait pas une structure apte à conduire des activités d OIF, d où la nécessité de créer un cadre propice devant favoriser le développement des synergies et République Centrafricaine 4

5 d harmoniser les actions de la société civile, l enjeu étant de fédérer les diverses initiatives pour aboutir à une stratégie harmonieuse et cohérente de gestion durable des ressources forestières dans son ensemble. Jusqu'à cette date les organisations de la société civile intervenant dans le secteur de la gestion durable des ressources forestières n ont véritablement pas axé leurs activités dans la collecte et le constat des illégalités de l exploitation forestière. Leur rôle s est beaucoup plus limité à la protection de l environnement, au monitoring et au plaidoyer du respect des droits des communautés locales et autochtones. L OI s inscrit alors au registre des améliorations du cadre institutionnel en vue de la mise en œuvre du SVL, ainsi que dans les mesures d accompagnement de la mise en œuvre de l APV FLEGT en vue de renforcer et de crédibiliser le système de contrôle prévu par le dispositif APV FLEGT. L objectif du projet «Appui au développement d une stratégie d observation indépendante de la société civile sous régime FLEGT en RCA» constitue un élément de réponse et un cadre d échanges et de dialogue entre organisations de la société civile, mais également entre société civile et parties prenantes à la mise en œuvre de l Accord. Comment la société civile souhaite-t-elle développer ces activités? Quels seront les objectifs et l approche privilégiés? Quel sera l accueil réservé par les autres parties prenantes? Toutes ces questions ont été abordées tout au long de l exécution du projet. L OIF : un concept importé? L OI dans le temps et l espace : Expériences et leçons tirées D un point de vue historique, bon nombre de gouvernements reconnaissent que la forêt a un rôle à la fois social, environnemental et économique important à jouer, par conséquent ils adoptent des politiques de " justice sociale " en matière d aménagement forestier durable et de distribution équitable des bénéfices issus des activités forestières. Cependant, la mise en œuvre de ces politiques est bien souvent compromise par certaines pratiques des acteurs de la filière bois ; ce qui a suscité un doute sur le fonctionnement du système normal de contrôle forestier, d où la naissance de l Observation indépendante des forêts (OIF) en tant qu outil de justice sociale 1. Le processus d Observation indépendante des forêts (OIF) a été élaboré au cours des dix dernières années afin de permettre la surveillance de l activité forestière, de la conformité aux législations et du respect des réglementations forestières. En mettant à la disposition du public des informations objectives sur le contrôle des activités ayant trait au secteur forestier, l OIF aborde les problèmes de gouvernance et de transparence et soutient l application de la loi forestière. L OIF constitue donc, pour ainsi dire, un outil complémentaire au contrôle des systèmes ou de veille de la gouvernance 2. Historiquement, l OIF a d abord vu le jour en Asie (Cambodge), en Afrique (Cameroun, République du Congo) et en Amérique centrale (Honduras et Nicaragua). La première génération d OIF a été assurée par l ONG internationale Global Witness, qui a participé à la mise en place et l exécution dans quatre de ces pays : Cambodge, Cameroun Honduras et Nicaragua. La deuxième génération quant à elle qui va de a été assumée par l ONG Ressource Extraction Monitoring (REM) au Cameroun et en République du Congo. Entre temps, plusieurs études de faisabilité et missions 1 Global Witness, Power Tool : «Observation indépendante des forêts: un outil pour la justice sociale, Mars 2005, Page 4 2 Global Witness, Une décennie d expérience : Enseignements tirés de l observation indépendante de forêts en vue de la stratégie REDD, décembre 2009, P. 6 République Centrafricaine 5

6 pilotes ont été menées en Afrique Occidentale, dans le Bassin du Congo, en Afrique Australe, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud (Cf. annexe 1). De nos jours, trois initiatives importantes d OI sont en cours d exécution en Afrique centrale : au Cameroun par le consortium AGRECO (Bureau d étude international) et Cameroon Environemental Watch (CEW), en République du Congo par une ONG nationale (Cercle d Appui à la Gestion Durable des Forêts (CAGDF)) avec l appui technique et financier de REM et Forest Monitor (FM), deux ONG internationales. Une autre initiative est en cours en République Démocratique du Congo mise en œuvre par l ONG REM. Il faut relever qu il s agit ici d OI formalisée par un contrat avec le gouvernement. D autres initiatives ont vu le jour et ont été mises en œuvre par les OSC nationales et communautaires. L OIF au début a été l apanage des ONG internationales, progressivement les ONG nationales se sont impliquées dans le processus. Egalement, en marge de cette OIF qui revêtait un caractère formel, du fait de la convention que ces ONG internationales signaient avec les gouvernements des pays dans lesquels ces ONG pratiquaient l observation, les OSC nationales peuvent également mener une OI externe. Tel est le cas du Cameroun où la société civile est impliquée de manière active à travers la mise en œuvre des projets financés par l UE impliquant les communautés locales et autochtones aux activités de l OIF. Expériences et leçons tirées. (cf. annexe 1 : l OIF dans cinq (5) pays : réussite et difficultés) Méthodologie adoptée La réflexion autour d une stratégie d observation indépendante des activités forestières en RCA est le résultat d une approche participative dont la mise en œuvre aura impliqué une trentaine d acteurs de la société civile centrafricaine membres de la plateforme GDRNE, principaux bénéficiaires du projet OI-RCA. Les activités suivantes ont été développées : une série de réunions de réflexion et de concertation sur des thèmes clés liés à l APV/FLEGT, la gouvernance forestière, le dispositif de contrôle des activités forestières, etc. un voyage d étude dans le massif forestier du sud-ouest dans le but d améliorer la connaissance et la compréhension des acteurs de la société civile sur l exploitation forestière, le dispositif de contrôle des activités forestières, un atelier régional de partage d expériences sur l OI dans le Bassin du Congo, impliquant les acteurs clés de la société civile du Cameroun, de la RDC, du Congo et de la RCA, enfin un atelier de validation du document ayant favorisé la consultation d autres acteurs au processus (administration, secteur privé, etc.). Ce présent document est la synthèse des réflexions, des analyses et des discussions qui ont été soulevées au cours de ces activités en vue d établir les bases d une stratégie d OIF, fruit d un consensus national. République Centrafricaine 6

7 Fondements politique et juridique de l OIF 1. Sur le plan Politique Le secteur forestier contribue à 4% du PIB et représente 40% des recettes d exportation du pays 3 et favorise d une manière importante la réduction de la pauvreté au sein des populations des zones concernées. Mais il connaît divers problèmes dont : L absence d une politique forestière claire et, L insuffisance des capacités humaines, institutionnelles et techniques du secteur. En vue de remédier à cette situation, des actions et mesures ont été initiées par le gouvernement centrafricain à travers le Ministère en charge des forêts et se sont traduites par : la mise en œuvre du Programme Régionale de Conservation et de Valorisation des Ecosystèmes Forestiers d'afrique Centrale (ECOFAC), le Projet d appui à la réalisation des plans d aménagement forestiers (PARPAF), la prise de textes juridiques relatifs au Code forestier, les Permis d exploitation et d aménagement et la signature d un accord de partenariat volontaire APV/FLEGT. L accord de partenariat volontaire (APV) entre la RCA et l Union Européenne est une réponse au problème de l exploitation illégale des forêts ayant un impact dévastateur sur les espaces forestiers et sur les populations riveraines qui en dépendent. Les objectifs de l APV consistent à : améliorer la gestion durable des forêts afin que toutes les superficies des forêts de production soient dotées d un plan d aménagement ; contribuer à la croissance économique et la lutte contre la pauvreté à travers les recettes fiscales dont une partie est rétrocédée aux communes et aux communautés ; créer des emplois dans la filière bois et, mettre en place des forêts de types privés ou communautaires directement gérées par les concernés. Cet accord permettra d améliorer la gouvernance du secteur forestier par la clarification et la simplification des régies de gestion, l augmentation de la transparence, le recours à l information publique et enfin le respect des droits des Communautés locales et autochtones sur les ressources. 2. Sur le plan juridique L APV entre la RCA et l UE donne à l OI son fondement juridique d abord dans son annexe IX : «Les ONG et la société civile sont parties prenantes du processus. L'observation indépendante de la société civile est le mécanisme qui leur permettra de contribuer efficacement à la mise en œuvre du présent accord. L'observation indépendante de la société civile a pour objectif d'améliorer les systèmes de mise en application de la loi forestière par l'état pour une bonne gouvernance. Elle devra documenter et mettre à la disposition de l'autorité de délivrance des autorisations FLEGT et du comité conjoint de mise en œuvre, l'information collectée». Ensuite, l annexe V Section 2.2 stipule : «La vérification de la légalité fait intervenir plusieurs organes ministériels centralisés et déconcentrés qui pourront être accompagnés dans leurs tâches par une Observation Indépendante de la société civile». Principaux problèmes du secteur forestier en RCA Le secteur forestier centrafricain est confronté à plusieurs problèmes parmi lesquels on peut citer : 3 Note d information sur l Accor de Partenariat Volontaire FLEGT entre la RCA et l Union Européenne, Septembre 2011, P. 3 République Centrafricaine 7

8 l absence d une politique forestière cohérente et claire ; l inobservation des normes d exploitation industrielle; La non-conformité aux normes relatives aux problèmes sociaux et environnementaux et les questions d infrastructures (en ce qui concerne par exemple la qualité des routes, des ponts, les matériaux utilisés pour la construction des écoles) ; L exploitation artisanale informelle; Le non-respect des droits des communautés (exemple : droit à la résidence, à la chasse ou à la récolte d autres produits que le bois ; droit de pratiquer une culture itinérante) dans les concessions forestières; l insuffisance des capacités humaines, institutionnelles et techniques du secteur. illégalité de permis artisanaux ; Le mauvais fonctionnement du système de contrôle des activités forestières (manque des agents de contrôle) ; Non-respect des procédures d attributions des titres d exploitations forestières, La corruption République Centrafricaine 8

9 OBJECTIF PRINCIPAL L objectif de l OI est de contribuer à l amélioration de la gouvernance forestière Objectifs spécifiques: Relever les faiblesses fondamentales de la gouvernance forestière Contribuer à la mise en œuvre effective de l APV/FLEGT ; Lutter contre l exploitation illégale du bois, qu elle soit industrielle ou artisanale, pour une meilleure contribution au développement économique et social du pays garantir le respect des droits des travailleurs et des communautés locales et autochtones; Publier des informations fiables sur les réalités du secteur forestier en RCA via des investigations ; Promouvoir la gouvernance forestière ; Promouvoir la gestion durable des ressources forestières APPROCHES DE L OBSERVATION INDEPENDANTE DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE Sur le plan formel l OIF fonctionne sur la base de contrats officiels signés entre le gouvernement et les bailleurs. Ces contrats permettent à un observateur indépendant (société civile, ONG) d avoir accès aux données et aux processus officiels et de mener des investigations régulières sur le terrain pour détecter les activités illégales du secteur privé (i) de documenter systématiquement les problèmes qui y sont liés auprès de l administration pour sanctionner ces illégalités et réduire à termes leur importance (ii) d œuvrer pour déclencher l adoption de mesures officielles en formulant des recommandations adaptées auprès de l administration en charge des forêts et des bailleurs de fonds, et en participant à des réunions multipartites en vue de suivre et promouvoir les progrès réalisés concernant ces recommandations. L observation externe consiste à mener des investigations similaires sur le terrain par la société civile, ONG et les communautés forestières, sans partenariat officiel avec l administration concernée. Cela donne aux observateurs plus de flexibilité et de rapidité, ainsi que de possibilité d exprimer des critiques fortes. Toutefois, l accès aux données et aux sites est plus restreint ce qui limite l information et la transparence sur certaines illégalités et fraudes. En somme, les deux approches sont utiles et complémentaires, car elles encouragent de différentes façons l amélioration dans la mise en application de la loi et de la gouvernance forestière. Combinées, elles peuvent être plus efficaces et se soutiennent mutuellement. République Centrafricaine 9

10 CHAMP D APPLICATION Le champ d application d Observation Indépendante de la Société Civile se situe : sur tout le Système de Vérification de la Légalité. Le processus des reformes des textes au regard de l APV/FLEGT Les bases d une Stratégie d Observation Indépendante La présente stratégie d observation indépendante formelle s articule autour de dix (10) principaux axes à savoir : Axe 1 : Structure organisationnelle La mise en œuvre de l OI nécessite la prise en compte de certaines activités et moyens : La structure organisationnelle de l Observateur Indépendant des activités forestières sera assurée par la Plate-forme de la gestion durable des Ressources Naturelles et de l Environnement ; Le groupes des Observateurs Indépendants issu de la Plate-forme aura la charge de mener l Observation Indépendante des activités forestières Axe 2 : Description du profil de l Observateur Indépendant L observateur indépendant doit avoir les profils suivants : être issu d une organisation juridiquement reconnue et membre de la plateforme ; avoir une crédibilité et une neutralité ; avoir une indépendance vis-à-vis des acteurs du secteur privé ; être une organisation qui travaille dans le domaine forestier et environnemental ; Axe 3: Relations OI et autres acteurs (administration, secteur privé, ONG, CLA, Partenaires) Pour que l'oi atteigne ses objectifs, il faudra : créer un cadre de dialogue constant et / ou via des comités de pilotage composés de l Administration, des Bailleurs de fonds et de la société civile ; signer un protocole d accord entre le Gouvernement et l organisation ; disposer d un ordre de mission permanent. Axe 4 : Mobilisation des moyens financiers et logistiques Les OSC de la plateforme désireuse de mener l OI peuvent: rechercher et mobiliser des fonds pour la formation et les missions de terrain ; acquérir des moyens logistiques (Ordinateurs portables, GPS, Boussoles, Appareils téléphoniques, appareils photos numériques, groupe électrogène, véhicules 4x4, Motos ) ; acquérir de fonds pour la création d une base de données. Axe 5 : Renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile(OSC) sur les thématiques L'aptitude d'une organisation à mener une OI est intimement liée aux moyens mis à la disposition des divers acteurs concernés. L'analyse de la situation montre que les besoins en matière de renforcement de capacités sont importants. Il importe de: République Centrafricaine 10

11 renforcer les capacités des observateurs indépendants sur la technique de collecte d informations, manipulation de GPS, Analyse des informations et rédaction du rapport de l OI ; renforcer les capacités des communautés autochtones et locales sur les droits humains (droit de travail, droit des communautés ; droit de l environnement, droit foncier ); renforcer la capacité des observateurs sur la connaissance et maîtrise des textes réglementant les entreprises forestières (décret d attribution des titres, Plan d Aménagement, les normes, Convention provisoire et définitive et autres documents d exploitation) ; renforcer la capacité des observateurs sur la connaissance des textes juridiques relatifs à la gouvernance forestière et autres documents de contrôle forestier ; renforcer la capacité des observateurs sur la connaissance du fonctionnement du Ministère en charge des forêts ; renforcer la capacité des observateurs sur la connaissance des essences exploitables et exploitées, sommiers d infractions ; Axe 6: Information, Education et Communication sur : L Information, Education et Communication sont capitales dans le cadre de la mise en œuvre de l APV en République Centrafricaine où le taux d analphabétisme est très élevé et pire encore dans les communautés locales et autochtones. A cet effet, cet axe s'adresse principalement aux OSC de la plateforme désireuses de mener l OI, afin de : développer des programmes d IEC sur le processus APV/FLEGT, l exploitation forestière, le concept d OI, le Contrôle forestier, illégalité forestière et conséquences, droits et obligations des communautés etc. mobilisation sociale (par focus groupe et sensibilisation de proximité) ; développer l IEC (Information, Education et Communication) sur la mise en place d un cadre d échange permanent entre les Autorités locales, les OSC locales, le secteur privé et les communautés locales, Axe 7 : Observations et collectes des données Pour les observations et les collectes des informations, il est suggéré de : recenser les instruments juridiques relatifs au secteur forestier pour analyse ; faire un regroupement des informations pour la création d une base des données ; utiliser une approche participative pour la collecte des données afin d obtenir des informations fiables ; avoir des documents juridiques, réglementaires et autres ; mobiliser les matériels pour la descente de terrain ; descendre sur le terrain pour une observation : o au niveau des Autorités locales ; o au niveau de l administration de l entreprise (Cellule d aménagement) sur des PEA, Conventions, Infractions forestières ; cartes, permis PEA, sommiers d infractions etc. o au niveau des chantiers d exploitation ; o sur l impact environnemental de l exploitation ; o auprès des communautés République Centrafricaine 11

12 o sur les bois en transit Axe 8: Publication et diffusion des rapports de mission créer un comité de lecture et de validation des rapports composé de l Administration, de bailleurs de fonds, et de représentants de la société civile nationale ; créer un organe de presse pour l information et la publication des activités de l OI ; créer un site internet de la société civile ; créer un centre de documentation et d information forestière ; publier et diffuser des rapports ; Axe 9: Négociation, Plaidoyer et lobbying renforcer la bonne coopération entre le gouvernement et la société civile sur l OI ; assurer la médiation entre l administration ou le secteur privé et la communauté locale et autochtone organiser des séances de négociation, plaidoyer et lobbying Axe 10 : Suivi du contentieux suivi de la conformité des Procès-verbaux(PV) des infractions et du respect du délai d établissement; observation des procédures des transactions ; suivi des recours judiciaires ; participation aux audiences ; collectes et analyses des décisions de justice ; suivi de l exécution des décisions judiciaires. Conclusion En somme, l Observation Indépendante des Forêts est une approche relativement nouvelle du combat contre l illégalité dans le secteur forestier en ce qu elle intervient délibérément au premier plan des problèmes liés à la gouvernance forestière. Elle constitue à la fois une innovation et un défi. La stratégie développée par la société civile est celle d une observation indépendante formelle. Toutefois une observation externe sera menée par une organisation avec l appui d un Bailleur déterminé. République Centrafricaine 12

13 BIBLIOGRAPHIE 1. Bois Illégal : Vérification et gouvernance 2. Canevas de Base d une stratégie de l OI en RCA (Travail de groupe n 2), Août Observation Indépendante des Forêts : Un outil pour la justice, David Young : Mars Stratégie Nationale et Plan d Action des produits Forestiers Ligneux en République Centrafricaine, FAO, Mars L Accord de Partenariat Volontaire, RCA-UE, 27 Novembre Manuel pratique d Observation Indépendante REM RDC ; 7. Manuel pratique d Observation Indépendante REM Cameroun ; 8. Manuel pratique d Observation Indépendante REM Congo Brazzaville ; 9. «Promouvoir ensemble le commerce de bois légal et une bonne gouvernance du secteur forestier», note d information Accord de Partenariat Volontaire entre la République Centrafricaine Septembre 2011 ; 10. Notes d information FLEGT N 01, 02, 03, 04, 05,06,07 ; 11. Comptes Rendus des Rencontres Tournantes, Projet CIEDD-FAO, Rapport de l atelier régional du 29 au 31 Aout 2012; 13. Rapport de mission d étude sur le dispositif forestier ; République Centrafricaine 13

14 Annexe1 : L OI dans cinq pays : réussite et difficultés Source : Global Witness, 2009 Pays Réussite Difficultés Cambodge Cameroun - preuves concrètes et détaillées d activités illégales et de corruption de haut niveau ; - résiliation d au moins deux grandes concessions qui fonctionnaient dans l illégalité - moratoire national sur les opérations forestières et et l activité de transport connexe - Les missions sur le terrain ont mis en évidence des preuves d illégalité (par ex. exploitation forestière au-delà des limites de la concession, exploitation forestière sans autorisation, etc.) ; - procès engagés et amendes infligées ; - hausse de la motivation et de l engagement des autorités forestières envers la loi ; - mise en place d un système de suivi des dossiers - premier projet d OIF à établir un Comité de lecture ; - hausse de la transparence et de la responsabilité dans le secteur forestier et amélioration en matière d application de la loi - améliorations au niveau de l application de la loi ; hausse des amendes infligées et des résiliations de titres forestiers ; - baisse des infractions liées aux titres forestiers ; - hausse de la capacité à percevoir les amendes infligées pour activités forestières illégales - manque de volonté politique à l égard d une réforme sectorielle - manque d accès à l information et aux zones de concession - seules des missions indépendantes ont pu avoir lieu, les autorités n ayant pas participé aux activités de terrain - le gouvernement a mis fin au contrat de Global Witness la SGS, qui a pris la relève, a opéré dans le cadre de TdR bien plus faibles - peu de progrès réalisés au niveau des cas ainsi signalés ; - évolution de la nature des pratiques illégales ; - Modification progressive de la structure du pouvoir, ce qui a entraîné une baisse de l indépendance de l observateur République Congo du - reconnu comme jouant un rôle clé en assurant la crédibilité des régimes d attribution de licences au titre de l AVP avec l UE ; les travaux de terrain ont présenté des faits à l appui des insuffisances de la gestion forestière et conduit à l élaboration de recommandations propices à une amélioration - seules des missions indépendantes ont pu avoir lieu lors des phases initiales du projet en raison de l inadéquation des communications du ministère ; les informations demandées par l observateur République Centrafricaine 14

15 Honduras Nicaragua - l OI est perçue comme une composante clé d un système de freins et de contrepoids dans le secteur forestier ;- Elle joue un rôle primordial dans la surveillance de l application de la loi forestière récemment entrée en vigueur ; - Travaux de terrain permanents pour rendre compte des activités illégales ; - «Audits sociaux» permettant aux populations locales de jouer un rôle proactif dans l observation des activités forestière et de faire campagne en faveur d une amélioration de la responsabilité et de l application de la loi. - des travaux menés conjointement avec l autorité forestière ont entraîné une amélioration des compétences, de la motivation et des poursuites judiciaires à l encontre de contrevenants ; - Le maintien d une neutralité politique a permis à l OI de perdurer malgré les changements de gouvernement et d instaurer une confiance durable ; - Le renforcement de l élément formation a permis de consolider les techniques d observation des populations locales et aide le gouvernement à mettre en place ses propres unités d observation. n ont pas toujours été fournies en temps utile par le ministère - en raison d un manque de coordination parmi les agences d application de la loi, peu de progrès ont été faits en matière de poursuite judiciaires des contrevenants ; - Manque de sécurité financière qui menace la pérennité du projet - le projet a bénéficié d un budget limité ; l obtention d un financement à long terme reste le plus important obstacle à la poursuite des travaux ; le manque de stabilité politique pose un risque pour l avenir République Centrafricaine 15

Annexe n I : Plan d action Activités Produits attendus Indicateurs Echéance (2012-2014) Budget en FCA

Annexe n I : Plan d action Activités Produits attendus Indicateurs Echéance (2012-2014) Budget en FCA N Domaine de résultats 1 Structure organisationnelle 2 Relations OI autres acteurs (administration, secteur privé, ONG, CLA, Partenaires). 3 Mobilisation des moyens financiers logistiques Annexe n I :

Plus en détail

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, du 13 au 15 mars 2012 à Brazzaville

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, du 13 au 15 mars 2012 à Brazzaville Projet «Observation Indépendante de l application de la loi forestière et de la gouvernance (OIFLEG) en appui aux APV FLEGT dans le Bassin du Congo» BP 254, Brazzaville, République du Congo Tel (242) 06

Plus en détail

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE Une réunion de restitution de la rencontre des représentants de la société civile avec la délégation de l Union européenne le 21 Novembre 2014 en vue

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, les 14 et 15 juin 2012 à Brazzaville

Rapport de la séance de travail avec les Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Congo, les 14 et 15 juin 2012 à Brazzaville Projet «Observation Indépendante de l application de la loi forestière et de la gouvernance (OIFLEG) en appui aux APV FLEGT dans le Bassin du Congo» BP 254, Brazzaville, République du Congo Tel (242) 06

Plus en détail

I INTRODUCTION GENERALE

I INTRODUCTION GENERALE RÔLE DU RESEAU DE FORESTERIE COMMUNAUTAIRE (RFC) DANS LA PROMOTION ET LA MISE EN PLACE EFFECTIVE DES FORETS COMMUNAUTAIRE AU CAMEROUN ET DANS LA SOUS- REGION AFRIQUE CENTRALE. Par Mr Jean ABBE ABESSOLO

Plus en détail

Observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en appui aux APV FLEGT dans le bassin du Congo

Observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en appui aux APV FLEGT dans le bassin du Congo Observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en appui aux APV FLEGT dans le bassin du Congo Note de synthèse, Décembre 2010 - Août 2011 Mise en

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Procédures de mise en œuvre de l observation indépendante

Procédures de mise en œuvre de l observation indépendante Contexte Procédures de mise en œuvre de l observation indépendante Le projet de «renforcement des capacités et de mise en place de l observation indépendante en République du Congo» vise à promouvoir l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC

Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC République Démocratique du Congo Liens entre FLEGT et REDD - Leçons et expériences de la RDC FORUM SUR LA GOUVERNANCE FORESTIERE EN AFRIQUE CENTRALE Yaoundé, 21-22 Novembre 2011 Adrien KAKULA DIASOTUKA

Plus en détail

Financé par l'union europénne

Financé par l'union europénne Financé par l'union europénne L'Union européenne contre le bois illégal En mai 2003, la Commission européenne (CE) a publié son Plan d Action FLEGT Application des réglementations forestières, gouvernance

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DU PROCESSUS FLEGT EN REPUBLIQUE DU CONGO

ETAT D AVANCEMENT DU PROCESSUS FLEGT EN REPUBLIQUE DU CONGO ETAT D AVANCEMENT DU PROCESSUS FLEGT EN REPUBLIQUE DU CONGO Par Joachim KONDI Ingénieur en Chef des Eaux et Forêts Coordonnateur de la Cellule Légalité Forestière et Traçabilité Ministère du Développement

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE NATIONALE ET PLAN D ACTION DE LA BIODIVERSITE EN R.D. CONGO Objectif 1 : Conservation de la diversité biologique THEMES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ETAT DE

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Leila Maziz & Thomas Fondjo UNESCO Centre du patrimoine mondial Zone d intervention 7 sites du

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Le processus REDD+ en RDC

Le processus REDD+ en RDC 1 Le processus REDD+ en RDC Etat d avancement, organes de gestion et contraintes majeures 20 janvier 2010 COORDINATION NATIONALE REDD - MECNT FOREST CARBON PARTNERSHIP FACILITY La REDD+ en RDC: un processus

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

EC FOREST PLATFORM CAMEROON

EC FOREST PLATFORM CAMEROON Note de position ECFP sur l APV (09 Juin 2009) EC FOREST PLATFORM CAMEROON L Accord de Partenariat Volontaire entre l Union européenne et la République du Cameroun Point de vue des membres de la plateforme

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable En quoi consiste le CAFTN? Cadre de partenariat avec les entreprises forestières dans le but de promouvoir la foresterie

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com PROGRAMME «PROMOTION DE L EXPLOITATION CERTIFIEE DES FORETS» Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com À travers la KFW PARTIE I 1. COORDONNEES DU CANDIDAT

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun

Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun Atelier de réflexion et de validation du projet du système de veille/observatoire des réformes foncière et forestière au Cameroun AKONO du 30 au 31 Juillet 2015 Termes de Références Introduction Au Cameroun,

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Canevas du Plan de Gestion Quinquennal

Canevas du Plan de Gestion Quinquennal République Démocratique du Congo MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE LA NATURE, EAUX ET FORETS ------------------------------------------- SERVICE PERMANENT D INVENTAIRE ET D AMENAGEMENT FORESTIERS

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Pour la révision des mécanismes du GCP et le renforcement des capacités du SP/CNCA Bujumbura, le 23 Février 2015

Pour la révision des mécanismes du GCP et le renforcement des capacités du SP/CNCA Bujumbura, le 23 Février 2015 PLAN D ACTIONS PRIORITAIRES Pour la révision des mécanismes du GCP et le renforcement des capacités du Bujumbura, le 23 Février 2015 Evaluation Indépendante des mécanismes du GCP Domaine 1 : Révision du

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Termes de référence pour une réunion de concertation des Partenaires du PFBC impliqués dans le dialogue avec la Chine sur les forêts

Termes de référence pour une réunion de concertation des Partenaires du PFBC impliqués dans le dialogue avec la Chine sur les forêts 19.12.2012 Termes de référence pour une réunion de concertation des Partenaires du PFBC impliqués dans le dialogue avec la Chine sur les forêts (Etats des lieux du dialogue COMIFAC-SFA/Chine sur GDF et

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail