Les propriétés esthétiques du nombre d or sur le visage humain : mythe ou réalité?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les propriétés esthétiques du nombre d or sur le visage humain : mythe ou réalité?"

Transcription

1 20 octobre 2011 Travail de Maturité Nina Dâmaso Les propriétés esthétiques du nombre d or sur le visage humain : mythe ou réalité? gsfgsg I Analyse du profil d un visage par Léonard de Vinci

2 Table des matières 1. Introduction Les origines du nombre d or Apparitions «supposées»...7 En art et en architecture :...7 En sciences : Les rectangles préférés des hommes Propriétés mathématiques Propriétés algébriques a) La section dorée: b) Fibonacci: c) Les puissances du nombre d or: Propriétés géométriques a) Construction avec la règle et le compas: b) Le rectangle d or: c) Le triangle d or: d) Le pentagramme: e) Le pentagone: f) Le dodécaèdre: Analyse de visages par Dr. Michel Pfulg Expérience Procédé Méthode d analyse Mesures

3 Résultats Visages analysés Conclusions Analyse selon de Vinci Procédé Conclusion Visages analysés Conclusion finale Sources Livre : Articles : Sites : Vidéos : Références photographiques Annexes : Interview du Dr. Pfulg Notes constituant la moyenne de beauté Remerciements

4 1. Introduction Enigmatique et mystérieuse, la beauté est un secret impénétrable. Souvent considérée comme indéfinissable, elle n est régie par aucune norme ni critère unanimement déterminé. On dit souvent que «la beauté est dans l œil de celui qui la contemple» ; sa subjectivité y est donc sous- entendue. Et pourtant, Delacroix, peintre français du XVIII ème s., affirme que «l harmonie est l expression la plus vaste du beau». Une opinion partagée par le poète Phocyclide qui avançait déjà six siècles av. J.-C. qu «en toute chose, le beau résulte de la justesse des proportions». Aristote définit quant à lui la beauté en trois mots : précision, symétrie et coordination. Par ailleurs, plusieurs études ont démontré que certaines constantes, parfois chiffrées, nous touchaient particulièrement. C est le cas d une vaste étude britannique où, à l aide d un programme informatique, des visages d hommes ont été modifiés d après des avis féminins afin d approcher la perfection masculine, et vice versa. Il résulta que le mâle irrésistible serait caractérisé par une mâchoire et un menton puissant, des sourcils marqués, un torse musclé, des poignets symétriques, et un tour de taille 10% inférieur au tour de hanches. Quant à la femme idéale, elle serait dotée de grands yeux, d un petit nez, de lèvres pulpeuses, d une mâchoire et d un menton délicats, d une poitrine ferme et symétrique, d une peau lisse sans imperfections, et d un tour de taille représentant 70% du tour de hanches. La seconde enquête s est concentrée sur le rapport taille/hanches des femmes. Le Pr. Devendra Singh a interrogé plus d un millier d hommes âgés de 18 à 86 ans, issus de culture et de milieux socioprofessionnels différents aux quatre coins du monde. La conclusion fut sans appel, le jury masculin ayant unanimement élu les femmes dont le rapport taille/hanches se situait entre 60 et 70 %, indépendamment de leur poids ou de leur grandeur. Rappelons que cette proportion se retrouve chez les poupées Barbie, mais aussi chez Marylin Monroe, Cindy Crawford ou encore Claudia Schiffer. Ainsi, il se pourrait qu elle ne soit pas complètement aléatoire, mais que certaines proportions stimuleraient notre inconscient, provoqueraient une émotion et nous feraient éprouver le sentiment de la beauté. On prête en particulier au nombre d or ces vertus esthétiques particulières. Bien que rendue attentive au danger des surinterprétations liées à ce nombre, je souhaiterais me forger ma propre idée en menant une expérience sur des images de visages humains. 4

5 2. Les origines du nombre d or Depuis des siècles, le nombre d or, qui est la constante ɸ = (1+ 5)/2=1,61803 fait parler de lui. Il intervient dans la proportion divine, aussi appelée section dorée, à qui l on prête des propriétés esthétiques et mathématiques considérées comme mystiques. Le premier qui s y intéressa fut Euclide, qui, trois siècles avant notre ère, étudia le partage d un segment AB par un point C le coupant «en extrême et moyenne raison», le point C étant défini par l équation AB/AC=AC/CB (cf. p.11 a)section dorée). Il s en servait dans la construction des pentagones et les formules définissant les propriétés du dodécaèdre (cf. p.14) et de l icosaèdre. A la fin du 15 ème siècle, un moine franciscain, Luca Pacioli, publia à Milan en 1498 un ouvrage nommé De divina proportione traitant du fameux partage «en extrême et moyenne raison». Les premiers soupçons quant aux propriétés esthétiques probables du nombre d or naquirent du fait que le théologien souleva la présence de ᶲ dans le dodécaèdre qui, selon Platon, représentait l univers. Ce fut à Léonard de Vinci que revint la tâche de dessiner une soixantaine de polyèdres pour le premier volume, Compendio de Divina Proportione, de Luca Pacioli, qu il compléta par la suite par deux annexes, l un concernant l architecture et l autre les proportions du corps humain, dans lesquels il ne fut aucunement question d une esthétique Homme de vitruve hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhniparticulière due à la divine proportion. Plus tard, au XIX ème siècle, Adolf Zeising( ) développa une théorie dans laquelle il tenta de prouver les propriétés esthétiques du nombre d or en l appliquant à la morphologie, aux temples grecs, aux cathédrales, ou encore aux tableaux de Raphaël. Convaincu de sa véracité, il encouragea à chercher ɸ même s il ne paraissait pas présent. C est ainsi qu une multitude d écrits basés sur la théorie de Zeising furent publiés, leur auteur faisant preuve d une imagination débordante quant aux facultés de ɸ. Bien que la partie mathématique fût réelle, les affirmations concernant certaines œuvres d art telles que celles de Léonard de Vinci où il serait question d une esthétique reposant sur ɸ furent entièrement imaginaires. De plus, les mesures furent 5

6 régulièrement arrondies, ou les monuments adaptés au ɸ. Ce fut le cas pour le Parthénon, si bien que certains se permirent d y ajouter une, voire deux marches afin de le faire correspondre au ɸ. Cependant, le plus haut degré d interprétation humaine n était toujours pas atteint, puisqu en 1940, Neroman publia un ouvrage où il était question d une comparaison raciale se fondant sur le nombre d or. Ainsi, plus la hauteur du nombril coïncidait avec le partage «en extrême et moyenne raison», plus la «race» était évoluée. L auteur défendit sa théorie en expliquant que les jambes trop courtes par rapport au buste étaient caractéristiques à l adolescent n ayant pas atteint sa taille définitive. Il en conclut donc qu une «race» «mal proportionnée» selon ɸ était une «race» n ayant pas encore atteint l âge de sa maturité. Par conséquent, on remarque que le nombre d or fut maintes fois manipulé et truqué dans le but de rendre les théories les plus farfelues possibles et crédibles. 6

7 3. Apparitions «supposées» En art et en architecture : Afin de prouver les pouvoirs esthétiques du nombre d or, certains scientifiques se sont penchés sur sa présence en art, en architecture et en sciences. Ainsi, ils ont découvert qu il a été utilisé pour la première fois par les égyptiens vers 2560 av. J.C. lors de la construction de la pyramide de Kheops. En effet, si l on divise l apothème (la hauteur de la face) par sa demi base on obtient 186/ 115 = φ. Sa présence a par la suite aussi été remarquée dans le Parthénon, qui lui fut battit entre 447 et 438 av. J.C. sur l acropole d Athènes. DC/DE = ϕ GF/GI =ϕ Pyramide de Kheops Parthénon On a également pu constater que, durant la Renaissance, plusieurs artistes avaient délibérément choisi un châssis dont le coefficient de forme est égal à 1/ϕ. C est le cas d œuvres telles que «Le repas chez Levi» de Véronèse, «la résurrection» de Tintoret, ou encore «La Joconde» de de Vinci. D autres peintres comme Piero dela Francesca ou Albert Dürer s y intéressèrent à la même époque. On notera que sa présence se limite aux dimensions des cadres utilisés, mais qu il n en est point question dans la peinture elle-même. «La Joconde» de de Vinci Plus tard, au XXème siècle, ce fut au tour de Paul Sérusier, de Maurice Denis, Juan Gris et Dali entre autres de tenir compte du nombre d or dans leurs tableaux. Ce dernier intégra même dans «Sacrement de la dernière Cène» un dodécaèdre. Preuve que l utilisation du nombre d or était bel et bien volontaire et que Dali «sacrement de la dernière cène» de Dali croyait en ses propriétés esthétiques. 7

8 Le Corbusier, architecte suisse du XXème, eu également recours au nombre d or dans ses constructions. Il s inspira des idées de Vitruve, architecte romain ayant vécu un siècle av. J.C., qui donnait aux bâtiments les dimensions du corps humain. En 1950, Le Corbusier publia le Modulor, ouvrage dans lequel il explique de quelle manière il cherche à normaliser l urbanisme à l aide du nombre d or dans un but d harmonie et d esthétique. Ce système est présent dans «la cité radieuse» à Marseille, et «la chapelle Notre-Dame-du-Haut» de Ronchamps. En sciences : Il s est avéré que le nombre d or est présent dans la nature. Par exemple, on retrouve la spirale logarithmique dans les ammonites et les coquilles d escargots. Le nombre de pétales des fleurs serait lui très étroitement lié avec la suite de Fibonacci. En effet, rares sont les espèces n ayant aucun rapport avec elle. Il se pourrait d ailleurs que ceci explique la rareté des trèfles à quatre. Spirale logarithmique Nautile 8

9 Concernant la Phyllotaxie, domaine traitant de la disposition des feuilles sur une tige, on constate que chez les tournesols ou encore les pâquerettes, les parasitiques s entrecroisent, trente-quatre tournent dans le sens des aiguilles d une montre, et vingt-etune dans le sens inverse. Or, 34/21= Il existe encore beaucoup d autres exemples de ce type. Ainsi, on s aperçoit que la suite de Fibonacci apparaît fréquemment Parasitiques d une pâquerette dans la structure des végétaux. Apparemment, le corps humain serait lui aussi régit par les proportions divines. Effectivement, la hauteur totale d une personne divisée par la hauteur de son nombril est égale au nombre d or. Il en est de même pour la hauteur du nombril divisée par la distance nombril-genou, ou encore la distance coude-main divisée par celle du coude au poignet. Certains dentistes se sont même rendus compte que le rapport entre la largeur des premières incisives et celles des deuxièmes correspondait au nombre d or, et que le résultat était identique si l on divisait la largeur des petites incisives par celle des canines. Evidemment, ces règles sont basées sur des observations statistiques et ne correspondent pas à chaque individu. 9

10 4. Les rectangles préférés des hommes Des études ont été effectuées dans le but de prouver les propriétés esthétiques de la section dorée. Cependant, les résultats de George Markowski par exemple, professeur de mathématiques dans les années 1970 dans les prestigieuses universités américaines de Harvard et Columbia, se sont montrés décevants, il a présenté à un jury quarante-huit Rectangle 1/1.83 rectangles et lui a demandé de les classifier du plus beau au plus moche selon leur avis. Il est arrivé à la conclusion que le préféré était celui de 1.83/1. Néanmoins, en 1876, un philosophe allemand nommé Gustav Fechner avait réalisé une expérience plus ou moins identique, et pourtant les rectangles favoris étaient très proches du nombre d or. Le test fut répété à plusieurs reprises, mais force est de constater que vu la variabilité des résultats, il est impossible d affirmer que le rectangle d or est le plus plaisant. Rectangle d or Si l on se contente d observer les rectangles de la vie quotidienne, on s aperçoit qu aucune dimension n est plus commune qu une autre. Le format A4 par exemple, correspond à la proportion /1, qui est la seule qui, coupée en deux parties égales, ne change pas. Quant aux écrans de télévisions ou de cinémas, ils ne coïncident guère avec le nombre d or. Les cartes de crédit Carte de crédit s en avoisinent, mais elles restent une exception. 10

11 5. Propriétés mathématiques Ce n est pas un hasard si ce nombre suscite un tel engouement et qu il est la cible de tant d interrogations. En effet, si les vertus esthétiques et mystiques qu on lui attribue sont souvent qualifiées d imaginaires, ses propriétés algébriques et géométriques sont quant à elles réelles. En voici quelques unes. Propriétés algébriques a) La section dorée: Un segment est considéré coupé «en extrême et moyenne raison» lorsque AB/AC = AC/CB= X A X 1 C 1 B Donc : x ii Formule de Viète : Avec : 1 = mm Si, alors devient : φ n On remarque que si l on additionne 1 à φ, on obtient son carré, et si l on y soustrait 1, le résultat n est autre que son inverse. 11

12 b) Fibonacci: La suite de Fibonacci se forme en ajoutant chaque fois le résultat de l addition des deux derniers nombres. 1 ;1 ;2 ;3 ;5 ;8 ;13 ;21 ;34 ;55 ;89 ;144 ; Sa particularité est que si l on divise le dernier nombre par l avant dernier, le résultat obtenu se rapproche de plus en plus du nombre d or au fur et à mesure que les nombres augmentent. Ainsi, lorsque tend vers l infini, la limite de la suite des quotients est le nombre d or. c) Les puissances du nombre d or: = On constate que les coefficients ne sont autres que les nombres de Fibonacci. Propriétés géométriques a) Construction avec la règle et le compas: 1 C C= = = = 1/2 12

13 b) Le rectangle d or: à chaque fois qu on lui enlève un carré, on obtient un nouveau rectangle d or. La limite étant le rectangle point. X-1 D C 1 -x = 1 X ϕ A X F B c) Le triangle d or: C est un triangle équilatéral dont un angle vaut 36, et les deux autres 72 A L intersection entre la bissectrice de l angle en B et le D côté AC est le point d or de celui-ci. Il en est de même pour l angle en C et la droite DB, l angle en D 36 E et la droite EC, et ainsi de suite. 36 C B 13

14 d) Le pentagramme: Le rapport entre les segments abcd dans un ordre de longueurs décroissantes correspond au a nombre d or. c d b e) Le pentagone: d Soit le triangle ADC et les triangles ADF et AFC. Calcul de FD E A B Donc FD = AD Ainsi Ou 72 Et comme 618 D F C f) Le dodécaèdre: il fait parti des cinq solides de Platon et représente d après celui-ci l univers. Ses douze faces sont toutes des pentagones réguliers, ce qui explique son rapport avec le nombre d or. Ghggggh 14

15 6. Analyse de visages par Dr. Michel Pfulg Chirurgien esthétique suisse exerçant à La Clinic, à Montreux, le Dr. Pfulg a déjà analysé plusieurs visages de célébrités comme Kate Moss pour de prestigieux magasines tels que les éditions de VOGUE, de ELLE, de GLAMOUR, ou encore TATLER, de plusieurs pays. Pour y procéder, il se base sur les proportions divines de de Vinci. Tout d abord, vu de face, le visage est divisé en trois étages égaux. Le premier va du haut du front au point intersourcilier, le deuxième du point intersourcilier à la base du nez et le troisième de la base du nez à la pointe du menton. De plus, la distance entre la base du nez et la fente labiale représente la moitié de la distance séparant la fente labiale de la pointe du menton. Il tient également compte de l inclinaison des yeux, il nomme «yeux de star» ceux qui sont orientés vers le haut. Cela serait un critère de beauté, mais il n a néanmoins pas de rapport direct avec le nombre d or. Kate Moss analysée par Dr.Pfulg pour le magasine TATLER Quant à l analyse du profil, c est de la théorie du Dr. Baud qu il s inspire. En modifiant légèrement les parties définies par de Vinci, on obtient trois angles ayant pour centre le tragus auriculaire. Le premier va du sommet du front aux sourcils (I sur l illustration), le deuxième des sourcils à la pointe du nez (II sur l illustration). La somme des deux correspond au segment b. Quant au segment a, il s agit de la distance entre la pointe du nez et la pointe du menton (III sur l illustration). Idéalement, non seulement Profil de Kate Moss analysé par le Dr. Pfulg pour le magasine Vogue l arc de cercle devrait toucher la pointe du menton, du nez, et coupe le front en son sommet, mais b/a devrait être égal à ϕ. 15

16 7. Expérience Procédé Dans le but de savoir si le nombre d or a une réelle influence sur la beauté d un visage humain, j ai analysé plusieurs visages, tous âges, sexes et origines confondus, d après les proportions divines, et ai comparé par la suite les résultats obtenus avec l appréciation d un jury. Celui-ci n avait en aucun cas vu en vrai les personnes qu il a jugées, car la personnalité serait invariablement entrée en jeu. Egalement par souci de réalisme et de justesse, j ai rassemblé au moins quatre-vingts avis par visage afin d en faire une moyenne représentant la note de beauté finale. Méthode d analyse Le nombre d or étant présent à une infinité d endroits sur le visage, j en ai sélectionnés sept qui sont selon moi les plus importants car ils recouvrent l ensemble du visage. Je leur ai ensuite attribué une lettre et les ai mesurés avant de calculer les rapports entre eux. J ai systématiquement divisé A par B, AB par A, et ai fait une moyenne des deux rapports. C est du nombre qui a résulté, préalablement arrondi à deux décimales, dont j ai tenu compte. A = = = D. = E. = F. = G. à = 16

17 Si celui-ci est égal à 1.62, je lui ai attribué 1 point. S il est égal à 1,61 ou 1,63, 0.5 point. Et s il est égal à 1.6 ou 1.64, point. J ai pris la décision de tout de même octroyer des points si le nombre n est pas exact car je suis consciente du fait que quelques imprécisions dues aux mesures manuelles, à l expression du visage, à la subjectivité de la place de certaines parties du visage tel que le point intersourcilier ou encore au fait qu il est difficile de parfaitement centrer la face sur la photographie existent. J ai analysé trente visages, toujours d après le même procédé, calculé les points et les ai confrontés aux moyennes de beauté. J ai par la suite sélectionné cinq cas en tentant de représenter au mieux l ensemble des résultats obtenus m ayant permis de tirer les conclusions cidessous. Mesures Visage n 1 Visage n 2 Visage n 3 Visage n 4 Visage n 5 = Résultats Visage Moyenne de beauté Rang (d après la Nombre de points (du jury, sur 10) moyenne de beauté sur les 30 visages) N N N N N

18 Visages analysés Visage n 1 Visage n 2 Visage n 3 Visage n 4 Visage n 5 Conclusions Si l on part du principe que ma méthode d analyse est correcte et ne comporte pas de failles, la conclusion est sans appels, le nombre d or n a strictement aucunes propriétés esthétiques au niveau du visage humain. Il m est impossible de trouver un lien entre sa présence et l avis du jury. 18

19 8. Analyse selon de Vinci Procédé A la suite des conclusions tirées de ma première méthode d analyse, j ai décidé d appliquer la même technique que le Dr. Pfulg, qui est celle de de Vinci. Dans un premier temps, j avais choisi de ne pas l utiliser car je ne suis pas en mesure d expliquer son lien avec la section dorée. Pourtant, c est à partir des résultats obtenus à la suite de cette technique d analyse que le nombre d or s est vu attribuer la capacité d embellir un visage. Et si mon souhait est de la confirmer, il me semble légitime de procéder de la même manière que mes prédécesseurs. J ai donc tenu compte, tout comme de Vinci, des trois critères suivants : si le visage est divisé en trois parties égales, l une allant du sommet du front aux sourcils, la seconde des sourcils à la base du nez, et la dernière de la base du nez à la pointe du menton ; si la distance séparant le menton de la fente labiale est deux fois égale à la distance entre la base du nez et la fente labiale ; et si les Analyse faite par de Vinci yeux sont inclinés vers le haut Conclusion À nouveau, je ne note aucuns rapports particuliers entre l avis du jury et les proportions divines de de Vinci. Visage n 1 Visages analysés a=b=c 2 = Yeux de star non non oui 19

20 Visage n 2 a=b=c 2 = Yeux de star non oui non Visage n 3 a=b=c 2 = Yeux de star non oui non 20

21 Visage n 4 a=b=c 2 = Yeux de star non oui non Visage n 5 a=b=c 2 = Yeux de star oui oui oui 21

22 9. Conclusion finale Vraisemblablement, le nombre d or n a pas d influence sur la beauté d un visage. En effet, je n ai noté lors de la comparaison des avis et de la présence de la section dorée sur les visages aucunes relations entre les deux. Et ce autant pour la méthode d analyse de de Vinci que pour la mienne. J ai également pu remarquer que les résultats des deux analyses divergeaient totalement, ce qui implique qu il y a forcément des erreurs et des failles dans l une d entre elles ou dans les deux. De fait, aucunes des deux ne tiennent compte ni de la symétrie, ni du profil. On pourrait donc les qualifier d incomplètes. Néanmoins, force est de constater qu il est extrêmement difficile d établir une formule englobant l intégralité de la face, car celle-ci comporte des irrégularités, des asymétries, ou encore du relief la rendant relativement complexe. Ainsi, de part l unicité de chaque visage, peut-être est-ce simplement impossible de leur appliquer une formule universelle, et donc de confirmer ou non et de quantifier la présence du nombre d or. La moyenne de beauté peut quant à elle aussi être remise en cause, car j ai soulevé quelques détails qui rendaient la manière d évaluation de chaque individu différente. Premièrement, il y a ceux qui sont attentifs à la symétrie du visage, à sa régularité, son harmonie, alors que d autres notent de façon beaucoup plus spontanée, ils évaluent la première impression. Deuxièmement, j ai le sentiment que la stabilité psychologique joue un rôle décisif. Ainsi, plus une personne a l air bien dans sa peau selon moi, plus la palette de notes utilisées est large. Si bien que les jeunes ont tendance à se limiter aux notes de 3 à 7, alors que les gens plus matures se servent des dix notes. S ajoute à cela que le caractère a également son importance, certains individus culpabilisent en mettant des appréciations basses, tandis que d autres n ont aucuns scrupules à attribuer des 1. Mais mis à part la personnalité des membres du jury, les normes de beauté imposées par la société n influencent-elles par leurs goûts? Et les résultats seraient-ils similaires si j effectuais l expérience dans cent, deux-cents ans? C est assez naturellement que les préférences se tournent vers les plus jeunes, sachant que les rides sont considérées comme un défaut. Aussi, si le jury devine un surpoids en observant le visage, celui-ci est automatiquement pénalisé. La sympathie exprimée est également un facteur primordial, c est un signe d ouverture largement récompensé lors des appréciations. On peut donc s interroger sur l impact de notre environnement et de notre époque sur nos goûts, car il est évident que le caractère n est pas le seul élément influent. Si bien que, malgré tout mes efforts, je doute que la moyenne de beauté puisse être définie comme correcte. Par conséquent, si l exactitude des deux facteurs de comparaison est douteuse, il en est de même pour la conclusion finale. Mais finalement, comme le dit Heinz Pagels, «La beauté est indissociable 22

23 du regard de celui qui voit», elle est donc tout ce qu il y a de plus subjectif, et la variation des jugements des visages me le démontre clairement. Quant à la présence de la section dorée dans la pyramide de Kheops par exemple, on peut certes la prouver, mais rien ne nous permet d affirmer que son utilisation a été faite à des fins esthétiques. Par ailleurs, rappelons que l existence de ces probables vertus naquit du fait que Luca Pacioli avait constaté que le dodécaèdre, qui pour Platon représentait l univers, comportait le partage «en extrême et moyenne raison». Il en avait donc conclu que cette coïncidence avait un rapport avec Dieu, ce qui la rendait belle. Cette déclaration découlait donc de croyances divines. Et même si les apparitions du nombre d or sur le corps humain et de la suite de Fibonacci dans la nature sont pour la plupart irréfutables, aucunes expériences scientifiques n est actuellement en mesure de certifier quelconques propriétés esthétiques attribuables au nombre d or. Mais est-ce réellement sensé de tenter d expliquer l irrationnel, les émotions, par le rationnel, les nombres? Peut-être serait-ce plus raisonnable d accepter que l esthétique n est pas quantifiable, mais bel et bien relative. 10. Sources Livre : «Le nombre d or» M. Neveu/H. E. Huntley ISBN : «Le code secret» Priya Hemenway ISBN : «La beauté tout un art, ou l art d embellir» Dr. Michel Plulg ISBN : Articles : «Why isn t Kate Moss as beautiful as we thought» Tatler UK juin 2007 «Why Kate Moss is 2mm short of perfection» Glamour UK octobre 2007 «Der Da Vinci code» ELLE Deutschland décembre 2007 «La numérologie du nombre d or» par Jean-Paul Delahaye Pour la science n 262 août de-mezerville.org Sites : ww.esraonline.com 23

24 Vidéos : Références photographiques Couverture: analyse du profil d un visage par de Vinci : troisieme/index.html (consulté le ) Page 5: homme de Vitruve : 202%20nombre%20d%27or.htm (consulté le ) Page 7 : pyramide de Kheops : (consulté le ) Parthénon : (consulté le ) «La Joconde» de de Vinci : (consulté le ) «Sacrement de la dernière cène» de Dali : (consulté le ) Page 8 : modulor : (consulté le ) spirale logarithmique : web/le%20nombre%20d%27or.html (consulté le ) 24

25 nautile : (consulté le ) Page 9 : parasitiques d une pâquerette : (consulté le ) Page 10 : carte de crédit : 10_Suisse/annonces_gratuites/7_Annonces_Emploi/71_Comptabilit_eacute_banque_finance/ (consulté le ) Page 14 : dodécaèdre: (consulté le ) Page 15: Kate Moss analysée par Dr. Pfulg pour le magasine TATLER : why Kate Moss isn t as beautiful as we tought profil de Kate Moss analysé par le Dr. Pfulg pour le magasine Vogue : (consulté le ) Page 19: analyse faite par de Vinci : (consulté le ) 12. Annexes : Interview du Dr. Pfulg 1. Etant donné qu il existe une infinité d endroits où le nombre d or peut apparaître sur le visage, qu elles sont vos exigences afin de pouvoir affirmer qu un visage est entièrement construit d après le nombre d or? 2. Quelles inexactitudes tolérez-vous et comment traitez vous les imprécisions dues aux mesures manuelles? 3. Quel rapport entre les «yeux de star» et le nombre d or? Qu elle en est l angle d inclinaison? 4. Pourquoi la largeur des yeux doit être égale à la distance entre les deux yeux qui doit-elle être égale à la largeur de la base du nez? Quel rapport avec le nombre d or? 5. Comment gérez-vous une photo légèrement décentrée, ou une bouche entrouverte par exemple? 25

26 Notes constituant la moyenne de beauté Visage n notes moyennes

27 13. Remerciements Un grand merci au Dr. Michel Pfulg pour m avoir consacré de son temps et fourni de précieuses informations concernant la méthode d a alyse du visage humain d après le nombre d or. 27

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.

«Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement. «Aucune investigation humaine ne peut être qualifiée de science véritable si elle ne peut être démontrée mathématiquement.» Léonard de Vinci MATHEMATIQUES Les mathématiques revêtaient un caractère particulier

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

Le nombre d or. Carte d identité. Dans les constructions de l homme. Celui des proportions harmonieuses

Le nombre d or. Carte d identité. Dans les constructions de l homme. Celui des proportions harmonieuses 1 Celui des proportions harmonieuses Carte d identité Son nom : On le désigne par la lettre grecque ( phi ) en hommage au sculpteur grec Phidias (né vers 490 et mort vers 430 avant J.C) qui décora le Parthénon

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Brevet Amérique du sud novembre 2011

Brevet Amérique du sud novembre 2011 ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 POINTS) Exercice 1 Cet exercice est un exercice à choix multiples (QCM). Pour chaque question, une seule réponse est exacte. Une réponse correcte rapportera 1 point. L absence

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

Maths et nombre d'or

Maths et nombre d'or Maths et nombre d'or Sommaire 1) 2) 3) 4) Définition du nombre d'or Origine de la lettre φ Histoire du nombre d'or Architecture et phi 5) Le nombre d'or et la peinture 6) Le nombre d'or et la musique 7)

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces non parallèles Si un solide soumis à l'action de 3 forces A

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*)

Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Dans nos classes 645 Utilisation du logiciel Cabri 3D de géométrie dans l espace (*) Jean-Jacques Dahan(**) Historiquement, la géométrie dynamique plane trouve ses racines chez les grands géomètres de

Plus en détail

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2

Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Devoir commun Décembre 2014 3 ème LV2 Collège OASIS Corrigé de l Epreuve de Mathématiques L usage de la calculatrice est autorisé, mais tout échange de matériel est interdit Les exercices sont indépendants

Plus en détail

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels.

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. Cette partie est consacrée aux nombres. Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. L aperçu historique vous permettra

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Le seul ami de Batman

Le seul ami de Batman Le seul ami de Batman Avant de devenir un héros de cinéma en 1989, Batman est depuis plus de 50 ans un fameux personnage de bandes dessinées aux États-Unis. Il fut créé en mai 1939 dans les pages de Détective

Plus en détail

Frédéric Laroche 2009

Frédéric Laroche 2009 Frédéric Laroche 2009 Les Entiers Caractériser les nombres : peut-être avec des figures géométriques? En triangle * * * * * * * * * * --------------- Une formule 1 3 6 10 --- En carré * * * * * * * * *

Plus en détail

T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S.

T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S. T.P.E. LA PHYLLOTAXIE: ASSOCIATION DES SPIRALES DANS LA CROISSANCE DES PLANTES. Juan Carlos Marroquin, T le S. SOMMAIRE Introduction I Quelques spirales et leurs propriétés A. La spirale logarithmique

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Activités numériques [13 Points]

Activités numériques [13 Points] N du candidat L emploi de la calculatrice est autorisé. Le soin, la qualité de la présentation entrent pour 2 points dans l appréciation des copies. Les résultats seront soulignés. La correction est disponible

Plus en détail

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE TROISIÈME PARTIE L ALGÈBRE Chapitre 8 L algèbre babylonienne Sommaire 8.1 Présentation..................... 135 8.2 Résolution d équations du second degré..... 135 8.3 Bibliographie.....................

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures

CORRECTIONS. Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures Consignes pour le déroulement de l épreuve d une durée de 2 heures * Calculatrice autorisée pour les deux parties mais en précisant les étapes des calculs. A] Nombres et Calculs : Exercice n 1 : Compléter

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Exercice 2. Exercice 3

Exercice 2. Exercice 3 Feuille d eercices n 10 Eercice 1 Une voiture parcours 150 km. Elle effectue une première partie du trajet à la vitesse moyenne de 80 km/h. On notera la longueur de cette partie, eprimée en km Suite à

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Point, ligne oblique, cercle, contraste

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11

Correction : E = Soit E = -1,6. F = 12 Soit F = -6 3 + 45. y = 11. et G = -2z + 4y G = 2 6 = 3 G = G = -2 5 + 4 11 Correction : EXERCICE : Calculer en indiquant les étapes: (-6 +9) ( ) ( ) B = -4 (-) (-8) B = - 8 (+ 6) B = - 8 6 B = - 44 EXERCICE : La visite médicale Calcul de la part des élèves rencontrés lundi et

Plus en détail

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS Jean Luc Bovet, Auvernier Notre merveilleuse manière d écrire les nombres, due, dit-on, aux Indiens via les Arabes, présente en

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières Table des matières 1 Intérêt simple 1 1.1 Exercices........................................ 1 2 Intérêt composé 2 2.1 Taux nominal, taux périodique, taux réel.......................

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

Qu est-ce qu une probabilité?

Qu est-ce qu une probabilité? Chapitre 1 Qu est-ce qu une probabilité? 1 Modéliser une expérience dont on ne peut prédire le résultat 1.1 Ensemble fondamental d une expérience aléatoire Une expérience aléatoire est une expérience dont

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond.

PROBLEME(12) Première partie : Peinture des murs et du plafond. PROBLEME(12) Une entreprise doit rénover un local. Ce local a la forme d'un parallélépipède rectangle. La longueur est 6,40m, la largeur est 5,20m et la hauteur est 2,80m. Il comporte une porte de 2m de

Plus en détail

Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone?

Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone? La recherche à l'école page 13 Quels polygones sont formés par les milieux des côtés d un autre polygone? par d es co llèg es n dré o ucet de Nanterre et Victor ugo de Noisy-le-rand enseignants : Martine

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Carré parfait et son côté

Carré parfait et son côté LE NOMBRE Carré parfait et son côté Résultat d apprentissage Description 8 e année, Le nombre, n 1 Démontrer une compréhension des carrés parfaits et des racines carrées (se limitant aux nombres entiers

Plus en détail

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE

CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE CONJUGUÉ D'UN POINT PAR RAPPORT À UN TRIANGLE Jean Luc Bovet, Auvernier L'article de Monsieur Jean Piquerez (Bulletin de la SSPMP No 86), consacré aux symédianes me paraît appeler une généralisation. En

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Mémento Ouvrir TI-Nspire CAS. Voici la barre d outils : L insertion d une page, d une activité, d une page où l application est choisie, pourra

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Préparation à la pratique

Préparation à la pratique Debout, Préparation à la pratique Frotter le visage Pour faire circuler l énergie Taper sur tout le corps (2 fs) pour réchauffer le corps pour réveiller le Yang, même l après midi après la sieste pour

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

LA PHYLLOTAXIE SPIRALE

LA PHYLLOTAXIE SPIRALE ALBERTIN Thierry - CAVALLARO Jean-Sébastien - MARCHESE Emilie 1 ère S 3 LA PHYLLOTAXIE SPIRALE Lycée Thierry MAULNIER Année Scolaire : 2004-2005 Professeurs : M. Gouy (S.V.T.) M. Martinez (Mathématiques)

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Petits jeux de probabilités (Solutions)

Petits jeux de probabilités (Solutions) Petits jeux de probabilités (Solutions) Christophe Lalanne En famille 1. Mon voisin a deux enfants dont l un est une fille, quelle est la probabilité pour que l autre soit un garçon? Une famille de deux

Plus en détail

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets».

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets». Déplacer un objet Cliquer sur le bouton «Déplacer». On peut ainsi rendre la figure dynamique. Attraper l objet à déplacer avec la souris. Ici, on veut déplacer le point A du triangle point ABC. A du triangle

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Le trésor du pirate (4 e )

Le trésor du pirate (4 e ) Le trésor du pirate (4 e ) Cyril MICHAU Collège R. Descartes, 93 Le-Blanc-Mesnil. Niveau Concerné Quatrième. Modalité Il est possible de réaliser ce travail en salle informatique par binôme, ou bien en

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Découverte de la calculatrice TI-nspire CX / TI-nspire CX CAS

Découverte de la calculatrice TI-nspire CX / TI-nspire CX CAS Découverte de la calculatrice TI-nspire CX / TI-nspire CX CAS Ce document a été réalisé avec la version 3.02 de la calculatrice TI-Nspire CX CAS. Il peut être traité en une ou plusieurs séances (la procédure

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2

Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2 Session 2011 Diplôme National du Brevet Brevet Blanc n 2 MATHÉMATIQUES Série Collège L usage de la calculatrice est autorisé Le candidat remettra sa copie au surveillant à la fin de l épreuve Nature de

Plus en détail

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche.

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. HOPE Photographe : Mannie Garcia Graphiste : Shepard Fairey Sujet : Barrack Obama En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. Shepard Fairey est un jeune

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» Logique : développer et perfectionner les qualités de propulsions selon les exigences d un ballet. Parcours de 50m. Support musical et chorégraphique de

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE. Bonne utilisation à toutes et tous! UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE

LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE. Bonne utilisation à toutes et tous! UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE Utilisation des TBI UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE T B utoriel de base, ce mode d emploi a pour objectif de vous présenter les principales

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2013/2014. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières 1 Information chiffrée (4s) 4 1.1 Taux d évolution....................................... 6 1.2 indices............................................. 6 1.3 Racine

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

Eléments de Choix d Utilisation de l Informatique dans l Enseignement des Mathématiques en Classe de Cinquième

Eléments de Choix d Utilisation de l Informatique dans l Enseignement des Mathématiques en Classe de Cinquième GUYOT Stéphanie Professeur stagiaire en mathématiques au collège Lo Trentanel de GIGNAC I.U.F.M. de l académie de Montpellier Site de Montpellier Eléments de Choix d Utilisation de l Informatique dans

Plus en détail

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Bras d arc Main d arc Point de pression Coude Bras de l arc Epaule 3. Bras de corde Prise de corde Position des doigts

Plus en détail

PRATIQUE DE LA GÉOMÉTRIE AU LYCÉE ET AU COLLÈGE AVEC UNE CALCULATRICE GRAPHIQUE INCLUANT CABRI JUNIOR Jean-Jacques DAHAN jjdahan@wanadoo.

PRATIQUE DE LA GÉOMÉTRIE AU LYCÉE ET AU COLLÈGE AVEC UNE CALCULATRICE GRAPHIQUE INCLUANT CABRI JUNIOR Jean-Jacques DAHAN jjdahan@wanadoo. PRATIQUE DE LA GÉOMÉTRIE AU LYCÉE ET AU COLLÈGE AVEC UNE CALCULATRICE GRAPHIQUE INCLUANT CABRI JUNIOR Jean-Jacques DAHAN jjdahan@wanadoo.fr I.A.M. de Grenoble et I.R.E.M. de Toulouse 1. UN ACCÈS RAPIDE

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

J ai cinq sens JE FAIS LE POINT. Exercice

J ai cinq sens JE FAIS LE POINT. Exercice C est mon corps J ai cinq sens 4 5 6 > Comment es-tu renseigné sur ce qui t entoure? Que peux-tu répondre à cette question? Dessine ou note tes réponses sur ton cahier de sciences. > Comment donner la

Plus en détail

ÉVALUATION EN FIN DE CM1. Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES

ÉVALUATION EN FIN DE CM1. Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES ÉVALUATION EN FIN DE CM1 Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES NOM :....... Prénom :....... Né le :./../ École :............ Classe : Domaine Score de réussite NOMBRES ET CALCUL GÉOMÉTRIE

Plus en détail

Le nombre d or et Fibonacci

Le nombre d or et Fibonacci Août 2004, Bordeaux Pentagone et nombre d or Irrationalité Séries géométriques Equation Remarques et exercice Le pentagramme magique se retrouve partout dans la nature et hors de la nature est le symbole

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail