PROJET D ETABLISSEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET D ETABLISSEMENT 2010-2014"

Transcription

1 PROJET D ETABLISSEMENT

2 SOMMAIRE 1 ère Partie : La Clinique Sainte-Marie et son environnement A/ La Clinique Sainte-Marie I. Le SROS III et le contrat pluriannuel d objectifs et de moyens II. III. IV. 1. Le SROS et les données démographiques 2. Le Contrat pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM) 3. Zone d attractivité et taux de fuite La CME Direction, Encadrement et les Vigilances L équipe médicale V. Le CROM VI. VII. L Imagerie Médicale Les futures extensions architecturales du site : chirurgie ambulatoire, service des urgences, la réanimation médico-chirurgicale, la médecine B/ Le Pôle de Santé d Osny I. La composition de ce pôle II. Les synergies III. La Maison Médicale Sainte-Marie 1. Les spécialités 2. Les synergies avec la clinique 2ème Partie : Le Projet Médical A/ Les 4 thèmes transversaux I. L information délivrée aux patients II. L informatisation du dossier patient III. La communication grâce à l outil internet IV. Accueil et formation des internes à la clinique B/ Les projets des différentes spécialités I. La chirurgie 1. La chirurgie viscérale 2. La chirurgie orthopédique 3. La chirurgie urologique et gynécologique 4. La chirurgie vasculaire 2

3 5. La chirurgie gynécologique 6. La chirurgie plastique et réparatrice 7. L anesthésie II. L oncologie- La radiothérapie III. La radiologie IV. Les urgences V. La réanimation chirurgicale VI. La gériatrie VII. La médecine polyvalente VIII. L ophtalmologie, l ORL, la stomatologie IX. La gastro-entérologie X. La cardiologie XI. La pneumologie XII. La neurologie XIII. Laboratoire de biologie XIV. Laboratoire d anatomie pathologie XV. La pharmacie 3ème Partie : Le Projet de création d un service de réanimation médicochirurgicale A/ Auteur du projet B/ Présentation de la Clinique Sainte-Marie C/ Motivation de l installation envisagée D/ Organisation de l unité de réanimation 4ème Partie : Le Projet de coopération inter-hospitalière A/ Développer le lien «Ville-Clinique» B/ Les missions de service public de Sainte-Marie C/ Le Projet Médical de Territoire D/ L Hôpital de Pontoise : l acte fondateur I. Matériels II. Médecine III. Chirurgie 3

4 IV. Urgences V. Patients du secteur géographique VI. Réanimation/Surveillance continue E/ Le réseau ONOF F/Les autres établissements du territoire de santé G/ Les conventions inter-hospitalières 5ème Partie : Le Projet du Soins Infirmiers A/ Rappel l existant B/ Projet 2010/2014 I. Personnaliser les soins du patient 1. Travail sur le respect du patient 1.1 Droits et obligations du patient 2. Travail sur la notion d accueil du patient 3. Travail sur la notion d implication du patient dans son séjour 3.1 Le patient est reconnu comme acteur de son hospitalisation II. Prise en charge de la douleur physique et morale 1. Prise en charge de la douleur physique 2. Prise en charge de la douleur morale III. IV. Outils d organisation des soins 1. Informatisation du dossier patient La qualité des soins 1. Manager par la qualité 2. Evaluation de la qualité des soins V. Consultation d annonce VI. 1. Le patient bénéficie d une consultation d annonce en toute circonstance Participer à la formation des futurs professionnels et favoriser l intégration des nouveaux arrivants 1. Participer à la formation des futurs professionnels 2. Favoriser l intégration des nouveaux arrivants et développer les compétences quelque soit le secteur d activité 4

5 VII Hygiène 1. Prévention et contrôle du risque infectieux 2. Volet Hygiène hospitalière et prévention des infections associées aux soins (IAS) 6ème partie : La Démarche Continue d Amélioration de la Qualité A/ Dépasser la culture de la faute pour développer une culture de sécurité B/ Mesurer la qualité par l instauration d indicateurs C/ La Certification V2010 D/ L accréditation des praticiens E/ La communication 7ème Partie : Le Projet Social A/ L amélioration continue des conditions de travail B/ La formation professionnelle continue C/ L entretien annuel individuel D/ Les créations de postes envisagées pour les séniors et les personnes handicapées E/ La politique globale du personnel I. Accompagner le plan épargne entreprise II. III. IV. La prime d assiduité Les autres sources de rémunération Augmentation minimum chaque année F/ L accueil des nouveaux arrivants et étudiants G/ Associer les représentants du personnel et le personnel dans les décisions stratégiques 8ème Partie : Le Projet du Système d Information A/ Le dossier informatisé du patient Plan Hôpital 2012 B/ Les échanges de données avec les autres établissement de santé et les médecins de ville C/ Archivage informatique des toutes les informations du patient D/ Le Département d Information Médicale 5

6 9ème Partie : La Politique Hôtelière et le Séjour du Patient A/ L Hôtellerie B/ L Accueil Le Livret d accueil C/ L Atelier Bergamote 1. Atelier Bergamote 2. Lire en Fête 3. Expositions pour les patients et les visiteurs (exemple atelier dentelle) 4. Marché de Noël 5. Création d un atelier «Jeux» 6. Autres occupations du temps libre des patients D/ Développer le multimédia au lit des patients 10ème Partie : Le Projet de Développement Durable à la clinique A/ Maîtriser ses consommations de ressources et d énergies ainsi que ses rejets B/ Optimiser la gestion de déchets C/ Politique d achat D/ La communication, élément moteur de cette démarche 11ème Partie : le Projet de Gestion Financière A/ Les Investissements B/ Exploitation 12ème Partie : La Prise en Charge des Patients Etrangers (projet BARBARA) Conclusion 6

7 1 ÈRE ÈRE PARTIE : LA CLINIQUE SAINTE-MARIE ET SON ENVIRONNEMENT 7

8 A/ LA CLINIQUE SAINTE-MARIE La Clinique Sainte-Marie est une société anonyme avec un capital de euros composé de actions. La totalité de l actionnariat est détenu par des praticiens intervenant dans l établissement. La Clinique Sainte-Marie dispose jusqu en 2012 des autorisations d OQOS (Objectifs Quantifiés d Offres de Soins) compris entre et séjours, hors séances de chimiothérapie ambulatoire et service d urgences. Il est acté avec les tutelles dans le CPOM que «la fixation des OQOS en chirurgie et en médecine ne prend pas en compte les évolutions majeures (août 2005 : transfert agrandissement du nombre de lits et ouverture du service d Urgences), l établissement estimant que son activité se situera autour de séjours en Chirurgie et séjours en Médecine». Par ailleurs, la Clinique dispose de 180 lits et places installés répartis ainsi : Chirurgie : Hospitalisation complète 95 lits (dont 10 lits de surveillance continue) Ambulatoire : 38 places Médecine : Hospitalisation complète 35 lits dont 21 lits de médecine cancérologique (dont 12 lits de soins palliatifs) Ambulatoire : 12 fauteuils (chimiothérapie) Un service d urgences ayant accueilli plus de passages en La Clinique Sainte-Marie dispose de 12 lits de soins palliatifs reconnus et autorisés. Notre établissement a obtenu en mars 2009 la reconnaissance de 10 lits de surveillance continue. Enfin dans le cadre de la cancérologie, la Clinique dispose depuis juillet 2009 des autorisations en médecine oncologique, chimiothérapie ambulatoire, curiethérapie bas débit. Pour la chirurgie, nous avons les autorisations soumises à seuil pour la chirurgie carcinologique digestive, urologique, ORL et cancer du sein. Le nombre de patients accueillis en 2008 est de répartis ainsi : Chirurgie : Hospitalisation complète : 5 584, Ambulatoire : (y compris endoscopie) Médecine : Hospitalisation complète : 1 064, Chimiothérapie ambulatoire : Urgences : ATU, 398 lits-portes. Nos patients proviennent à 79% du Val d Oise, 9% des autres départements de l Ile-de-France et 11% de l Eure (27) et de l Oise (60). Le plateau technique à la Clinique Sainte-Marie se compose de 11 salles de bloc opératoire dont 2 salles dédiées à l endoscopie. 8

9 Notre établissement a également sur son site un laboratoire d analyses biologiques fonctionnant 24h/24, un laboratoire d anatomopathologie, un service d imagerie (avec scanner et 2 IRM autorisés) fonctionnant 24h/24, le Centre de Radiothérapie et d Oncologie Médicale (CROM) qui dispose de 3 accélérateurs de particules. Une unité de reconstitution centralisée des cytotoxiques, dépendante de la PUI, est attenante au service de chimiothérapie (autorisation de la DRASS de juillet 2005). Il y a 112 praticiens qui interviennent dans notre établissement et le personnel salarié représente 212 ETP. Le CROM, la SELARL «Imagerie Médicale», structures indépendantes, les salariés des chirurgiens, représentent 90 ETP environ en personnel. Le nombre de personnes physiques qui interviennent sur notre site pour la prise en charge des patients est proche de 500 personnes. La Clinique Sainte-Marie a toujours veillé à la prise en charge des patients en difficulté sociale qui ont toujours été acceptés en soins. Pour les personnes victimes de précarité, les services d urgences et d hospitalisation sont disponibles pour leur prise en charge médicale. Les patients ayant une couverture sociale précaire, ou bénéficiant de la CMU ou du RSA sont acceptés à la Clinique Sainte-Marie et ceci constitue un principe fondamental de l éthique et de la politique de notre établissement. Par ailleurs, l assistante sociale de la clinique est à la disposition des patients n ayant pas de couverture sociale pour résoudre avec eux leurs difficultés administratives et les accompagner dans leurs démarches. Enfin, aucun dépassement d honoraires n est pratiqué pour les patients en situation de précarité sociale (CMU, RSA, urgences). Depuis plus de 30 ans, que ce soit avec le CROM dont les locaux sont reliés à notre établissement, le savoir-faire des spécialités chirurgicales carcinologiques de notre établissement (Digestives, Urologiques, Cancer du sein, Orthopédiques, Gynécologiques, ORL et maxillo-faciale, autres chirurgies des cancers (os et tissus mous par exemple), etc ), concourent à la prise en charge optimale des cancers des adultes. La Clinique Sainte-Marie a été reconnue comme site spécialisé en cancérologie avec le Centre Hospitalier René DUBOS de Pontoise et le Centre de Radiothérapie et d Oncologie Médicale (CROM) installé sur les lieux de la clinique. Le site spécialisé s intègre dans le réseau ONOF (Oncologie du Nord Ouest Francilien) créé en mars 2001 et dont la Clinique Sainte-Marie est un des promoteurs. Pour animer et mettre en œuvre ce fonctionnement, la Clinique Sainte-Marie dispose d une équipe médicale et chirurgicale ainsi que d une équipe de Direction, d Encadrement et des cellules consultatives et des vigilances. I. LE S.R.O.S. III ET LE CONTRAT PLURIANNUEL D OBJECTIFS ET DE MOYENS 9

10 1. Le SROS et les données démographiques L Agence Régionale d Hospitalisation d Ile-de-France (ARHIF) a élaboré le Schéma Régional d Organisation Sanitaire de 3 ème génération (SROS III) et publié en mars Les activités réglementaires dans le schéma régional sont au nombre de 16 et sont les suivantes : - Médecine - Chirurgie - Périnatalité - Soins de Suite, Rééducation et réadaptation fonctionnelle - Hospitalisation à Domicile - Prise en charge des Urgences et articulation avec la permanence des soins - Réanimation, soins intensifs et soins continus - L imagerie médicale - Les techniques interventionnelles utilisant l imagerie médicale - La prise en charge de l insuffisance rénale chronique - La psychiatrie et la santé mentale - La prise en charge des personnes âgées - La prise en charge des enfants et adolescents - La prise en charge des personnes atteintes du cancer - Les soins palliatifs - La prise en charge des patients cérébro-lésés et traumatisés médullaires. A la lecture de ces 16 thèmes, on s aperçoit que le Pôle de Santé situé à OSNY et le projet d établissement s insèrent dans la plupart des activités réglementaires du SROS. Comme par le passé, la Clinique Sainte-Marie, à travers son projet d établissement, s intégrera dans le prochain SROS IV (validé en 2011), volontairement et en étroite collaboration avec les tutelles. Le découpage de région Ile-de-France précise que la Clinique Sainte-Marie fait partie du territoire de santé Les données démographiques Les besoins de la population sont réels et augmenteront. En effet, le nombre d habitants a fortement augmenté depuis 30 ans (ville nouvelle créée dans les années 1970). 10

11 Le territoire de santé 95-3 avait une population de habitants en Lors du dernier recensement en 2006, habitants font partie du territoire de Santé soit une progression de +6% en 7 ans. La progression à venir sera toujours en augmentation car elle progressera encore de 15% d ici La population est assez jeune car les moins de 75 ans représentent plus de 96% de la population, les moins de 15 ans représentent près de 24%. Les projections à 2020 indiquent des moins de 15 ans représentant 19,8% de la population (en baisse) et les moins de 75 ans seront près de 94%. Tous ces éléments indiquent que la population du territoire de santé va vieillir et donc, qu il y aura une plus forte demande, dans les années à venir, des besoins en soins de la population. L origine géographique des patients hospitalisés à la Clinique Sainte-Marie est la suivante : - Le Val d Oise (95) : 79% - L Oise (60) et l Eure (27): 11% - Autres départements de l Ile-de-France, dont Paris : 9% - Autres départements : 1%. A la lecture de ces données, on peut dire que les patients de la Clinique Sainte-Marie proviennent certes du Val d Oise, mais également de toute la région du Vexin (Oise, Eure). De par ces besoins de la population, De par ses activités de chirurgie, de cancérologie, de traitement des urgences, de surveillance continue, De par son plateau technique performant (Scanner, 2 IRM, 3 Accélérateurs de particules, 11 salles de bloc opératoire), De par les compétences connues et reconnues du Corps Médical, De par la qualité et le nombre de son personnel, La Clinique Sainte-Marie a toute sa place dans le futur SROS IV et en sera un acteur principal. 2. Le Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM) La Clinique Sainte-Marie a signé le 31 mars 2007 son nouveau Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM) avec l Agence Régionale d Hospitalisation (ARHIF). En plus du contrat-type, commun à tous les établissements, des annexes spécifiques ont complété le CPOM. Cela concerne la Chirurgie Ambulatoire et les Soins Palliatifs. A part les engagements habituels des établissements de Santé auprès de leur ARH (respect des capacités en séjours, information des patients concernant les tarifs, les documents médicoadministratifs obligatoires, compétence des personnels, etc. ) les autres engagements contractuels entre l A.R.H.I.F. et la Clinique Sainte-Marie sont synthétisés dans les annexes : 11

12 - Annexe 1 : Orientations stratégiques - Annexe 2-1 : Chirurgie - Annexe 2-2 : Médecine d Urgence - Annexe 2-4 : Médecine - Annexe : Curiethérapie - Annexe 2-11 : Traitement du cancer. Cette annexe a été modifiée en juillet 2009 par un avenant suite à la révision du SROS III pour ce volet. - Annexe 2-12 : Soins palliatifs - Annexe 3-1 : Gestion des risques et amélioration de la qualité des soins - Annexe 3-4 : Projet de gestion : Systèmes d information hospitaliers ; - Enfin, en mars 2009, un autre avenant a été signé pour une autorisation de 10 lits de surveillance continue. La clinique s est engagée à suivre, point par point, le contrat signé et à en adresser des synthèses ponctuelles et définitives à l Agence. Le Projet d Etablissement correspond aux objectifs fixés avec l ARH et s intègre dans le cadre du PLAN HOPITAL Zone d attractivité et taux de fuite L Institut Montaigne a réalisé en 2009 une étude sur la zone d attractivité de patients pour chaque établissement de santé du territoire et les taux de fuite des patients hors territoire de Santé. Globalement, notre territoire de santé a une zone d attractivité de 33% de la population des autres territoires et un taux de fuite de 34%. Ce territoire de santé réalise séjours et perd en solde net (attractivité/fuite) séjours. La Clinique Sainte-Marie doit donc dans un premier temps consolider et augmenter sa zone d attractivité en attirant des patients vers sa structure aussi bien par rapport aux autres établissements du territoire qu en diminuant le taux de fuite. a/ Zone d activité Notre établissement représente 14% de tous les soins MCO du territoire de santé. En médecine, la part de marché est de 10% et de 24% en chirurgie. La Clinique Sainte-Marie recrute 30% de ces patients hors territoire (28% en médecine, 32% en chirurgie). Ces taux sont conformes aux autres établissements du territoire de santé. b/ Analyse des parts de marché par activité. Médecine Le taux de fuite est de 32,5% dont 11% vers l APHP. La Clinique Sainte-Marie représente 10% de la part de marché sachant que l Hôpital de Pontoise en représente 42%, le Centre Hospitalier de Beaumont-Méru 7% et la Clinique Conti 5%. 12

13 Le développement de l activité de médecine en 2008 et 2009 a donc probablement dû augmenter la part de marché. L objectif à 5 ans est d avoir une part de marché de 30% grâce au recrutement d un deuxième médecin en Médecine Polyvalente et de recrutement direct auprès des médecins généralistes en plus des patients arrivant via les urgences. Les pistes d activité de développement sont décrites ci-dessous. Il est à noter que la Clinique Sainte-Marie a 30% de l activité du territoire pour le digestif médical. C est l acteur le plus important du territoire de santé car l Hôpital de Pontoise a 21% d activité, la Clinique Conti 14%. La Clinique Sainte-Marie en orthopédie, rhumatologie, médecine ne représente que 6% de cette activité médicale alors que l Hôpital de Pontoise 48%. Cette spécialité doit donc à terme être développée. Pour l urologie, néphrologie médicale, la Clinique Sainte-Marie représente 14% de part de marché et l Hôpital de Pontoise près de 50%. Cette spécialité doit être également développée si nous voulons accroître notre part de marché en médecine. Pour ce qui concerne le vasculaire périphérique, la Clinique Sainte-Marie a 10% de part de marché alors que l Hôpital de Pontoise 46%. Pour les tissus cutanés et sous-cutanés en médecine, la Clinique Sainte-Marie représente 14% des parts de marché et l Hôpital de Pontoise 41%. Ces spécialités doivent être renforcées et développées. Il en est de même et de manière plus importante pour la pneumologie médicale car la Clinique Sainte-Marie ne représente qu à peine 3% de marché. Un deuxième pneumologue doit être vivement recruté. Enfin la gynécologie médicale ne représente que 4% de nos parts de marché, mais l Hôpital Mère Enfant la spécialité de l Hôpital de Pontoise ne nous permet pas d envisager une hausse de cette part de marché de même que pour l hématologie médicale (4% de part de marché pour la Clinique Sainte-Marie). Activité de chirurgie Le taux de fuite est de 39%. Ce taux important doit être diminué dans les 5 ans à venir. A noter que la Clinique Sainte-Marie représente 24% de l activité, l Hôpital de Pontoise 23%, la Clinique Conti 10%, le Centre Hospitalier de Beaumont-Méru 3%. La Clinique Sainte-Marie dans un premier temps doit augmenter sa part de marché sur les établissements du territoire et également en offrant une offre satisfaisante pour les patients quittant notre territoire pour se faire opérer dans un autre établissement. Nous allons donc étudier les différentes spécialités chirurgicales. Digestif chirurgie La Clinique Sainte-Marie a une part de marché de 32%, l Hôpital de Pontoise de 24%. Il est à noter que la Clinique Conti a 11% de part de marché ainsi que le Centre Hospitalier des Portes de l Oise. Le taux de fuite est de 25%. Il est prioritaire de consolider notre leadership dans cette spécialité et d essayer de réduire ce taux de fuite qui est moins important que dans d autres spécialités. L arrivée du troisième chirurgien digestif en mai 2008 pourra peut-être réduire ce taux de fuite et l objectif est de le fixer à 20% d ici 5 ans. Orthopédie chirurgie La Clinique Sainte-Marie a 14% de part de marché alors que le Centre Hospitalier René Dubos en a 22%, la Clinique Conti 10%, la Clinique de Domont 7%. 13

14 Le taux de fuite est de 49%. Ce taux est très élevé et il convient de définir une stratégie avec les chirurgiens orthopédistes pour réduire d ici 5 ans aux alentours de 25%. Chirurgie urologique La Clinique Sainte-Marie est en position de leadership dans cette spécialité avec 40% de part de marché, loin devant l Hôpital de Pontoise (17%) ou la Clinique Conti (10%). Le taux de fuite est de 30%, il y a lieu d essayer de recruter davantage dans ces spécialités avec à terme l arrivée d un troisième chirurgien urologue. Cardiologie chirurgie Il s agit pour la Clinique Sainte-Marie de la pose de PaceMaker. Elle est leader du territoire de santé avec 18% d activité mais avec un taux de fuite de 77%. Ce taux n est pas acceptable, il convient de définir une vraie stratégie pour que le taux de fuite de pose de Pacemaker soit inférieur à 30% d ici 5 ans. L accord cadre est l acte fondateur avec l Hôpital de Pontoise devrait nous aider à réduire ce taux et envisager également le recrutement d un deuxième praticien posant des Pacemakesr. Endocrino-chirurgie Pour cette spécialité la Clinique Sainte-Marie est deuxième en part de marché avec 17%, loin derrière le Centre Hospitalier de Pontoise à 30%. L arrivée d un consultant en endocrinologie dans la Maison Médicale 2009 devrait permettre d augmenter la part de marché de la Clinique Sainte-Marie d autant plus que le taux de fuite est de 43%. ORL chirurgie La Clinique Sainte-Marie est leadership avec 41% de part de marché soit le double de l Hôpital de Pontoise (21%). La Clinique Conti ne représente que 6% d activité. Il est noté que le taux de fuite est de 41%, il est nécessaire là aussi de définir une vraie stratégie pour réduire ce taux de fuite à moins de 30% d ci 5 ans. Les arrivées récentes de deux chirurgiens ORL permettra probablement de capter davantage de patients. Hématologie chirurgie L Hôpital de Pontoise a une part de marché de 32% et la Clinique Sainte-Marie de 15% et la Clinique Conti de 7%. Il y a un taux de fuite important de 45% sur l APHP, l Institut Curie notamment. Il y a lieu de faire modifier les comportements des patients car très souvent la prise en charge de leur cancer en hématologie peut se faire dans les structures du territoire et de la Clinique Sainte-Marie en particulier. Gynécologie chirurgie C est l Hôpital de Pontoise qui est le plus important en terme de part de marché (34%) et la Clinique Sainte-Marie 10%. A noter que la Clinique Conti est juste derrière avec 9%. Le taux de fuite est très important de 47% et nous devons, avec le chirurgien gynécologue recruté en 2007, définir une stratégie pour capter davantage de patients. Ophtalmologie chirurgie 14

15 Le Centre Hospitalier de Pontoise a une part de marché de 24% et la Clinique Sainte-Marie de 20%. Il est à remarquer que la Clinique Conti a une part de marché de 15%. Enfin, le taux de fuite est de 41%. Nos chirurgiens d ophtalmologie se concentrent de plus en plus sur la Clinique Sainte-Marie et la part de marché de l Hôpital de Pontoise devrait diminuer en 2009 et L association d un quatrième chirurgien ophtalmologue avec l équipe actuelle des Docteurs DE LAROUSSILHE, RABALISON et JANKOWSKI devrait permettre d accroître cette part de marché. Il est nécessaire peut être de définir des consultations avancées pour réduire ce taux de fuite. Tissus cutanés et sous-cutanés chirurgie La Clinique Sainte-Marie est en tête avec 32% de part de marché soit le double de l Hôpital de Pontoise (15%) et la Clinique Conti (11%). A noter le taux de fuite important de 38% et des consultations développées sur le site Sainte-Marie, la Maison Médicale voir des consultations avancées devraient permettre de diminuer ce taux de fuite et d augmenter davantage la part de marché de la Clinique Sainte- Marie. Vasculaire périphérique chirurgie La Clinique Sainte-Marie représente 20% de part de marché alors que l Hôpital de Pontoise 40% et la Clinique Conti 8%. L arrivée d un deuxième chirurgien vasculaire va permettre d augmenter notre part de marché notamment auprès de Conti et l Hôpital de Pontoise. A noter que le taux de fuite est de 33% et ce deuxième praticien permettra d élargir la gamme de prise en charge en chirurgie vasculaire. II. LA CME La CME regroupe tous les praticiens intervenant dans la Clinique. Elle s est dotée d un bureau de 10 membres. Le bureau de la CME représente la plupart des spécialités de l établissement. Il est composé de : - Docteur BHAVSAR : Radiologue - Docteur BICHERON : Anesthésiste Réanimateur - Docteur DE ANDOLENKO : Oncologue - Docteur JOHANET : Chirurgien digestif - Docteur LORENCEAU : Chirurgien plasticien - Docteur MARSAULT : Anathomopathologiste - Docteur MOTTIN : Médecine - Docteur MANSOURI : Urgentiste - Docteur FOUSSADIER : Chirurgien plasticien - Docteur TRUCHE : Stomatologue La CME s est fixée comme objectifs prioritaires de : Renforcer l adhésion des praticiens via la CME 15

16 Etendre les compétences de la CME à l ensemble des questions qui engagent les praticiens : projet médical, contrat de bon usage, charte de modération des honoraires, droit d alerte médical III. DIRECTION, ENCADREMENT ET LES VIGILANCES - La Direction Docteur Jean-Pierre FOULON, Président du Conseil d'administration et Directeur Général Docteur Chantal LAUBREAUX, Directeur Général Délégué Monsieur Olivier LE BORGNE, Directeur - Le personnel d encadrement Monsieur Jean-Michel ANDO, Responsable Informatique Madame Emmanuelle ARNOUX : Directrice des Soins Monsieur Philippe BENETEAU : Surveillant des Services de Soins Monsieur Gérard BOUCHESECHE : Surveillant du Bloc Opératoire, de la Salle de Réveil Madame Marie-Hélène CHESNE : Pharmacien Adjoint Madame Erika CONSEL : Assistante Qualité Madame Christine COUPE : Surveillante des Services de Soins Madame Sylvette DECHAUMEL : Surveillante de nuit Monsieur Didier DUBERT : Responsable des Services Techniques Madame Isabelle LACHEVRE : Adjointe du surveillant de bloc Madame Sylvie MAUSSION : Surveillante des Services de Soins Madame Céline OBERT-BRADELLE : Assistante de Direction Madame Véronique RENAULT : Responsable Administrative et Comptable Madame Danièle SMAGHE : Responsables du Service des Ressources Humaines Madame Véronique SETTAT : Surveillante des Services de Soins Madame le Dr Claudine TCHOUANMOU : Pharmacien Gérant - Cellules de vigilance - Président de la Conférence Médicale d'etablissement : Professeur Hubert JOHANET - Président du CLIN : Docteur Etienne HOFFMANN 16

17 - Commission de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge (CRUQPC) : Docteurs Alain VALLET et Pierre DE ANDOLENKO - Responsable du Comité des Vigilances : Docteur Chantal LAUBREAUX - Correspondant Hémovigilance : Docteur Réza BAREI - Correspondant Matériovigilance : Docteur Philippe PETCHOT - Correspondant Pharmacovigilance : Docteur Claudine TCHOUANMOU - Correspondant Identitovigilance : Erika CONSEL. IV. L EQUIPE MEDICALE Les praticiens actuels intervenant à la Clinique Sainte-Marie sont les suivants : CHIRURGIE GENERALE, VISCERALE, GYNECOLOGIQUE, DIGESTIVE COELIOSCOPIQUE : Dr R. Barei., Dr Berger, Pr. H. Johanet CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE ET REPARATRICE : Dr Hoffmann, Dr Katabi, Dr Ph. Petchot. CHIRURGIE UROLOGIQUE ET GYNECOLOGIQUE : Dr S. Elard, Dr J.M. Legraverend. CHIRURGIE VASCULAIRE : Dr J.P. Foulon. LITHOTRITIE EXTRACORPORELLE : Dr S. Elard, Dr J.M. Legraverend. ANESTHESIE ET REANIMATION : Dr D. Bicheron, Dr P. Duchene, Dr D. Girompaire, Dr C. Laubreaux, Dr F. Lefebvre, Dr P. Mercier, Dr C. Oxéda, Dr K. Yakoubian, Dr A. Vallet. ORL : Dr B. Aouli, Dr O.Attaf, Dr H. Bourgi, Dr Beaudru, Dr J. Bourrel, Dr L. Carius, Dr H. Chevallier, Dr A. Goudard, Dr C. Hadjali, Dr M. Lerat- Caron, Dr N. Tlili, Dr S. Néron. OPHTALMOLOGIE : Dr F. De Laroussilhe, Dr O. Jankowski, Dr C. Leroy, Dr Ph. Morizet, Dr J. Rabalison- Rafalimanana. ANGIOGRAPHIE : Dr A. Allieta, Dr F. De Laroussilhe, Dr O. Jankowski, Dr C. Leroy, Dr F. Leroy, Dr J. Rabalison. STOMATOLOGIE : Dr B. Badie-Modiri, Dr S. Jaiouch, Dr J.M. Pons, Dr P. Nguyen CHIRURGIE BUCCO-DENTAIRE : Dr Truche. CHIRURGIE ESTHETIQUE : Dr F. Foussadier., Dr M. Lahbabi, Dr B. Lorenceau, Dr F Poirier RADIOLOGIE : Dr P. Bhavsar, Dr A. Fuchs, Dr T. Mamou-Mani, Dr B. Randoux, Dr C. Valentin. GASTRO-ENTEROLOGIE : Dr P. Fortune, Dr J.-M. Guéméné, Dr A. Namias, Dr S. Poiraud, Dr D. Salaun, Dr M. Salmeron, Dr E. Zeitoun. ECHO-ENDOSCOPIE DIGESTIVE : Dr M. Salmeron. GERIATRIE CONSULTATION MEMOIRE : Dr N. Laubreaux, Dr P.A. San Miguel ET 17

18 NEUROLOGIE : Dr M.A Buzare, Dr M. Samid. NUTRITIONISTE : Dr G. Gondon, Dr C. Dufond ORTHOPTISTE : Mme J. Roussel PSYCHOLOGUE : Mme C. Lamanthe PNEUMOLOGIE : Dr Aeberhardt. CARDIOLOGIE : Dr T. Assulin, Dr E. Dubray, Dr G. Haddad, Dr E. Hery, Dr P. Lewy, Dr R. Pividal, Dr J.F. Tainturier, Dr C. Valantin,. EXPLORATION VASCULAIRE (DOPPLER) : Dr Dubray. PHLEBECTOMIE AMBULATOIRE : Dr G. Tardy, Dr C. Vuong RADIOTHERAPIE, CURIETHERAPIE : Dr O. Bleichner, Dr A. Botton, Dr P. de Andolenko, Dr M. Perret, Dr J.Ch. Riffaud. CHIMIOTHERAPIE, ONCOLOGIE MEDICALE : Dr O. Bleichner, Dr A. Botton, Dr P. De Andolenko, Dr Filippi (oncologie médicale), Dr M. Perret, Dr J.Ch. Riffaud. URGENCES : Dr Ab. Mansouri, Dr Ah. Mansouri, Dr N. Mokhtari (diplômés CAMU). LABORATOIRE D'ANALYSES MEDICALES : Laboratoire d'analyses Médicales de St Ouen l Aumône (Symbiolab) : Dr S. Lasry, Dr N. Baret ANATOMOPATHOLOGIE : Dr Marsault, Dr Vo N'Goc KINESITHERAPIE : Madame Costes-Rouger V. LE CROM Le Centre de Radiothérapie et d Oncologie Médicale est constitué par l association de 6 médecins cancérologues au sein d une S.E.L.A.R.L située sur le site de la Clinique Sainte- Marie à OSNY (3 rue Paul Emile Victor OSNY). Le numéro de FINESS est le Les radiothérapeutes ont une activité à temps plein et sont les Docteurs Alain BOTTON, Marc PERRET, Pierre de ANDOLENKO, Olivier BLEICHNER et Jean-Charles RIFFAUD. Le Docteur Marie-Hélène FILIPPI, oncologue, complète l équipe médicale. La S. E. L. A. R. L. Centre de Radiothérapie et d Oncologie Médicale (C.R.O.M.) est indépendante de la Clinique Sainte Marie. Elle assure l'exploitation des appareils de traitement et le paiement des salaires du personnel nécessaire au fonctionnement du service de Radiothérapie, soit 40 salariés. Le plateau technique est le suivant : Radiothérapie externe Un accélérateur de particules SIEMENS KD2 à 2 énergies de photons, équipé d imagerie portale installé en 1998 Un accélérateur de particules SIEMENS PRIMUS à 2 énergies de photons, à collimateur multi-lames équipé d imagerie portale et d un module de séquencement automatique installé en août

19 Un accélérateur de particules SIEMENS ONCOR à 2 énergies de photons, à collimateur multi-lames équipé d imagerie portale au silicium amorphe et d un module de séquencement automatique. Curiethérapie 1 Bas débit : l'infrastructure pour la curiethérapie a été installée et l'autorisation obtenue en juillet 82. Deux chambres de curiethérapie Un projecteur de sources d Iridium 192 avec retour automatique des sources. Il s'agit d'un TELEGYNE à 3 canaux, type " CURIETRON ". Un pupitre mural de commande TELEGYNE. Un labo chaud comportant : * Un ensemble activimètre à chambre d'ionisation à puits pour la mesure des fils d'iridium 192 (MN501 CIS BIO). * Un détecteur de radiations ionisantes, type RADIAGEM (EURYSIS MESURES). * Une paillasse blindée avec paravent plombé équipé de tout le matériel nécessaire à la manipulation des fils d Iridium. Actuellement les fils d'iridium 192 ( de type IRF2 ) sont commandés au fur et à mesure des applications de curiethérapie, et sont gérés dans un classeur ne quittant pas le labo chaud où le n du lot, l'activité des fils à la réception et les manipulations faites apparaissent. Les sources de Cs 137 ont été abandonnées et remplacées par des sources d'ir 192 (IrF2) à activité élevée 10 à 12 mci/cm, pour les applications gynécologiques. Par soucis de confort et de radioprotection, nous employons toujours le projecteur de sources TELEGYNE qui a été spécialement adapté pour ce type de sources. 2 Haut débit : un projecteur de source d'ir192 à haut débit de dose, type GAMMAMED12i. L activité de curiethérapie bas débit a décru ces dernières années au profit de la curiethérapie à haut débit de dose. Cette dernière reste cependant irremplaçable dans certaines indications (curiethérapie pré-opératoire des cancers du col utérin). De plus, l activité de curiethérapie à haut débit de dose est subordonnée à l existence d une unité de curiethérapie à bas débit. Unité de dosimétrie Quatre systèmes de dosimétrie pour la radiothérapie externe et la curiethérapie : ISIS 2D de TECHNOLOGIE DIFFUSION 19

20 Console de dosimétrie DOSIGRAY 3D reliée en réseau au scanner permettant de réaliser en routine des simulations virtuelles Acquisition en juillet 2004 d un logiciel de simulation virtuelle (Console SYMAGO ) de DOSIGRAY Un système de dosimétrie pour la curiethérapie à haut débit de dose, de type ABACUS de CIS BIO. Une cuve à eau 2D de chez PTW pour l'étude dosimétrique des faisceaux de rayonnement. Un dosimètre intégrateur PTW DI4DL4 type 77511, pour mesurer une valeur de top chaque jour. Dosimétrie in vivo DPD 510 de NOVELEC pour les irradiations corporelles totales. Un ensemble activimètre à chambre d'ionisation à puits pour la mesure des fils d'iridium 192 (MN501 CIS BIO). Centrage : Le centre de radiothérapie a installé sur OSNY un scanner dédié exclusivement aux centrages de radiothérapie (Scanner Picker PQ5000). VI. L IMAGERIE MEDICALE La SELARL Imagerie médicale de la Clinique Sainte-Marie s organise autour d une équipe de 5 radiologues et emploie à ce jour 30 personnes. Les radiologues participent également à la campagne de dépistage du cancer du sein, organisée par le Conseil Général du Val d Oise. La SELARL, en tant que telle, fait partie du réseau ONOF. Le service de radiologie comprend une table télécommandée Siemens, un système de numérisation des images radiologiques Philips avec console de traitement des images et reprographe, un sénographe Siemens, un générateur mobile Philips, un amplificateur de brillance de GE Médical, un échographe Siemens, une IRM Siemens et un scanner Siemens. Les radiologues qui maîtrisent la technique de l IRM, ont obtenu en avril 2009 l autorisation d installer une 2 ème Imagerie à Résonance Magnétique (IRM). Cette installation se réalisera courant 2010, début A Osny, la SELARL, entité indépendante juridiquement de la clinique, a son propre bâtiment. L équipe médicale, actuellement de 5 radiologues, va se développer avec l arrivée d au moins un radiologue supplémentaire. Le personnel salarié devrait également évoluer en nombre. 20

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 -

- COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE 06 JANVIER 2011 - REGROUPEMENT DE LA CLINIQUE ADASSA ET DE LA CLINIQUE DU DIACONAT DE STRASBOURG --- NAISSANCE DE LA CLINIQUE ADASSA - DIACONAT --- Strasbourg (Bas-Rhin), le 06 janvier 2011 la clinique Adassa et la clinique

Plus en détail

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR

HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR HOPITAL MUTUALISTE des COTES D ARMOR Présentation BINIC 2 octobre 2013 1 Le contexte briochin de l offre privée Centre hospitalier privé de Saint Brieuc 410 salariés et 105 Médecins Projet médical Polyclinique

Plus en détail

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes»

L'alliance des cliniques indépendantes. 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Communiqué de presse Mars 2012 4 cliniques de Midi-Pyrénées s unissent pour créer «Clinavenir, l alliance des cliniques indépendantes» Toulouse, le 7 mars 2012 Quatre cliniques de la région Midi-Pyrénées,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupement de coopération sanitaire entre l Hôpital d Instruction des Armées (HIA) Val-de-Grâce et le Groupe Hospitalier Cochin-Broca-Hôtel-Dieu de l AP-HP Le Groupement de coopération

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique

Hôpital Max Fourestier nouveau bloc opératoire La modernité au service de la santé publique TERRITOIRE DE SANTÉ, 92 NORD UNE POPULATION, EN FORTE CROISSANCE, EN DEMANDE DE SOINS PUBLICS Territoire 92 Nord Gennevilliers Villeneuve-la-Garenne Hôpital Max Fourestier Nanterre H Colombes Bois-Colombes

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins

Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Centre Hospitalier d Antibes Juan-Les-Pins Inauguration de l extension 6 JUILLET 2015 À 12h00 AU CŒUR DE LA SANTE DE SON TERRITOIRE, LE CENTRE HOSPITALIER D ANTIBES SE DONNE UN NOUVEAU VISAGE SOMMAIRE

Plus en détail

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051300395 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051300395 Titre du programme La bientraitance (inter) (catalogue) Référence organisme L161

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP

Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Fiche du programme 12051400102 de l'organisme INFIPP INFIPP Descriptif du programme: Référence Programme OGDPC 12051400102 Titre du programme Préparation à l'entrée aux écoles d'aide-soignants et d'auxiliaire

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le CHU de Toulouse assure 4 missions : le Soin, la Prévention, l Enseignement, la Recherche 4 ème CHU de France!180 000 patients hospitalisés!500 000 consultants!118

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG)

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE CHIRUGIE DIGESTIVE FOUQUE (FCG) PRESENTATION HOPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013

CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE. CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 CONFÉRENCES D INTERNAT MÉDECINE CYCLE DE PRÉPARATION DCEM2/DCEM3/DCEM4 En 2012/2013 L enjeu des Epreuves Classantes Nationales est important car il détermine l accès aux spécialités médicales ou chirurgicales.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES

DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION TELE IMAGERIE ENTRE LE CENTRE HOSPITALIER DE VALENCE & L HOPITAL DE NYONS L HOPITAL DE BUIS LES BARONNIES VENDREDI 14 JUIN 2013 A 15 heures Salle de visioconférence Centre

Plus en détail

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet,

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet, CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil de Surveillance Monsieur le Maire de Plougonven Monsieur le Président de Morlaix Communauté,

Plus en détail

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche

LIVRET : «Accueil et Ressources» des terrains de stages de l Hôpital Nord-Ouest Villefranche FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : UNITE AMBULATOIRE MEDICO-CHIRURGICALE Pôle : 1- CHIRURGIES ET COOPERATION Etablissement : L Hôpital

Plus en détail

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux

Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux Participation de l Assurance Maladie à l assurance en Responsabilité Civile Professionnelle des médecins libéraux HAS réunion des gestionnaires d Organismes agréés 25 novembre 2013 Participation à l Assurance

Plus en détail

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr

DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr DÉCOUVREZ LE SITE INTERNET DU GHAM : www.gham.fr 1 INTRODUCTION Le GHAM fait aujourd hui un bon en avant avec la mise en ligne de son site internet. Nous répondons maintenant à un besoin urgent de communication

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES

I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES I. LE REVE D UN JEUNE DIPLOME II. LES DATES A RETENIR III. UNE NOTORIETE NATIONALE ET INTERNATIONALE IV. LA POLITIQUE QUALITE ET GESTION DES RISQUES V. LE PLATEAU TECHNIQUE VI. LES ACTIVITES DE LA CLINIQUE

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Offre de soins sur le territoire de santé Eléments de diagnostic régional SCANNERS TEP Densité autorisée

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES

LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES LIVRET D ACCUEIL DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE PRESENTATION DU POLE MEDICO-TECHNIQUES Organigramme Mme PLAT-CASANOVA Cadre Supérieur de Santé Dr BRUNET Praticien hygiéniste Unité d Hygiène Mr. EL GHOBEIRA

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé Fiche Etablissement CH DE PAU FINESS : 640781290 Etablissement public ACTIVITE : MCO + SSR + HAD PAU (64) Lutte contre les infections

Plus en détail

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE

CHARTE DE FONCTIONNEMENT DE L HOPITAL DE JOUR CHIMIOTHERAPIE L hôpital de jour de chimiothérapie accueille les patients des services d oncologie, d hépato-gastro-entérologie et d hématologie, nécessitant des séances de chimiothérapie. Article 1 : Organisation de

Plus en détail

Centre Hospitalier de Tourcoing. Service d' Imagerie médicale

Centre Hospitalier de Tourcoing. Service d' Imagerie médicale Centre Hospitalier de Tourcoing Service d' Imagerie médicale SOMMAIRE CONTEXTE GEOGRAPHIQUE CONVENTIONS ET PARTENARIAT PRESENTATION DU CH de TOURCOING PRESENTATION DU SERVICE D' IMAGERIE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT Le C2 CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT AVRIL 2012 L avis ponctuel de consultant dans le cadre du parcours de soins est un avis donné par un médecin spécialiste à la demande explicite

Plus en détail

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME

CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL. Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME CONSTRUCTION du NOUVEL HOPITAL d AMIENS ASPECT MEDICAL Jean-Pierre CANARELLI Président de la CME LES MISSIONS DES CHU FONCTIONS DE SOINS (1) Proximité,Territoire,Région Corps médical avec l ensemble des

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES

D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - MEDECINE (2013-2014) POSTES DE F.F.I. OUVERTS AU 1er NOVEMBRE 2013 (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES ANNEXES 2D - A D.F.M.S. et D.F.M.S.A. - (2013-2014) (Arrêté du 15 novembre 2012) SPECIALITES MEDICALES 1ère partie Anatomie et cytologie pathologiques Cardiologie et maladies vasculaires Dermatologie et

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE L hôpital est administré et géré par la Fondation hôpital Saint-joseph, qui poursuit l œuvre entreprise par les fondateurs de l hôpital dans le même esprit de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims

Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Basse-Normandie Champagne-Ardenne Le Centre Hospitalier Universitaire de Reims RECRUTE DEUX PRATICIENS EN ANESTHÉSIE-RÉANIMATION À TEMPS PLEIN Missions : Renseignements & candidatures : 03 26 78 74 44

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Casablanca Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

L équipe de l institut de formation

L équipe de l institut de formation L équipe de l institut de formation Directrice de l institut de formation Dominique BARTHELEMY Tél. : 03.25.49.49.99 Mail : dominique.barthelemy@ch-troyes.fr 2010 : Certificat de formation de directeur

Plus en détail

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN

«Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN «Etat de la radioprotection en milieu médical : le point de vue de l ASN» Jean-Luc Godet Direction des Rayonnements Ionisants et de la Santé ASN SFRP Tours 22 juin 2011 1 Introduction Etat de la radioprotection

Plus en détail

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit

Clinique de chirurgie esthétique, Tunis. Résultats Audit Clinique de chirurgie esthétique, Tunis Résultats Audit Cet audit se présente sous formes d affirmations aux questions simples. Ces affirmations, regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé de Médecine, Chirurgie, Obstétrique

PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements de Santé de Médecine, Chirurgie, Obstétrique PLATINES : PLATeforme d'informations sur les Etablissements Santé Mécine, Chirurgie, Obstétrique POLYCLINIQUE SAINTE THERESE FINESS : 340780741 Etablissement soins pluridisciplinaires - Etablissement privé

Plus en détail

Charte du réseau. Annexe II

Charte du réseau. Annexe II Charte du réseau Il est créé par référence aux articles L 6321-1 du code de la santé publique et L162-43 à L 162-46 du code de la Sécurité sociale, aux articles 766.1.3, 766.1.4, 766.1.5 du décret 2002-1463

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé

Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé Recommandations pour le projet de santé et règlement intérieur des centres de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Management d une équipe de bio nettoyage

Management d une équipe de bio nettoyage 9 ème Journée d Automne de l Association des Hygiénistes de Picardie Jeudi 19 septembre 2013 - Noyon Management d une équipe de bio nettoyage Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé hygiéniste Le bio

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DE MEDECINE DE SFAX COMMUNIQUE La Faculté de Médecine de Sfax dispense au cours de l année universitaire

Plus en détail

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011

ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE Année universitaire 2010-2011 ANNEXE I POSTES OFFERTS AU TITRE DES DIPLOMES DE FORMATION MEDICALE SPECIALISEE ILE DE FRANCE INTERREGION NORD EST INTERREGION NORD-OUEST Strasbourg Dijon Reims Besançon Nancy Caen Rouen Lille Amiens 1)

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

L équipe de l institut de formation

L équipe de l institut de formation L équipe de l institut de formation Directrice de l institut de formation Dominique BARTHELEMY Tél. : 03.25.49.49.99 Mail : dominique.barthelemy@ch-troyes.fr 2010 : Certificat de formation de directeur

Plus en détail

PLATINES : PLATeforme d INformations sur les Établissements de Santé FICHE ÉTABLISSEMENT

PLATINES : PLATeforme d INformations sur les Établissements de Santé FICHE ÉTABLISSEMENT MAISON DE SANTÉ PROTESTANTE DE BORDEAUX-BAGATELLE 203 route de Toulouse - 33401 TALENCE Tél. : 05 57 12 34 56 - Fax : 05 56 37 20 21 bagatelle@mspb.com - www.mspb.com TALENCE TALENCE (33) (33) PLATINES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

DOSSIER D E P R E S S E

DOSSIER D E P R E S S E DOSSIER D E P R E S S E Signature du protocole d accord, en vue d une coopération stratégique, Entre le Centre Hospitalier de Châlons en champagne et le Centre Hospitalier Universitaire de Reims Mardi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Création du premier Groupement de Coopération Sanitaire Etablissement de santé dans le Nord-Pas de Calais :

DOSSIER DE PRESSE. Création du premier Groupement de Coopération Sanitaire Etablissement de santé dans le Nord-Pas de Calais : DOSSIER DE PRESSE Création du premier Groupement de Coopération Sanitaire Etablissement de santé dans le Nord-Pas de Calais : Groupement des hôpitaux de l Institut Catholique de Lille Contact presse :

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE

LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE LIVRET D ACCUEIL DE L HÔPITAL DE SEMAINE CHIRURGIE PRÉSENTATION HÔPITAL SAINT JOSEPH Le personnel de l Hôpital Saint Joseph est heureux de vous accueillir et de participer à votre formation. Établissement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Gynécologie Obstétrique

Gynécologie Obstétrique Firma BRAINS CONSULTING RECRUTEAZA MEDICI SPECIALISTI PENTRU SPITALE PUBLICE SI PRIVATE DIN Franta! Gynécologie Obstétrique Spécialiste en Gynécologie Obstétrique Clinique Salaire : Clinique Praticien

Plus en détail