&grandes écoles. universités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "&grandes écoles. universités"

Transcription

1 universités &grandes écoles Une grande école sans se ruiner Les droits d inscription effraient : ils ont beaucoup augmenté ces dernières années, en management surtout. Mais dans les écoles d ingénieurs ou celles de gestion, les moyens de réduire la facture sont de plus en plus nombreux RITAMERCEDES Peut-on faire une grande école sans se ruiner? Cesétablissements ontlaréputation d être chers. Et il est vrai que la valsedesétiquettes, chezcertainsd entre eux, est saisissante. C est particulièrement le cas des écoles de management. Suivre sa scolarité dans l une des trois plus prestigieuses d entre elles (HEC, l Essecoul ESCPEurope) coûte50% deplusqu ilya cinq ans. A HEC, par exemple, ce coût était de euros en Il est aujourd hui de35700euros pour trois années d études. Les plus cotées sont souvent les plus coûteuses, mais elles n ont pas le monopole de la flambée des prix. Télécom école de management (TEM) a ainsi fait passer ses droits d admission de euros, en 2008, à euros, en 2010, soit une hausse de 134 %. Ils sont de6500 euros à EM Strasbourg (+ 27,5% en deux ans), de euros à l ESG Paris (+18,5 %) et de 8 050euros à l Edhec (+12 %). Ces établissements évoluent dans un milieuextrêmementconcurrentieloù lesclassements (établis le plus souvent par la presse) etles accréditations(données par des organismes indépendants) jouent un rôle important. Coller auxnormes de qualité dusecteur implique des investissements substantiels. Qu il s agisse d embaucher des professeurs, du personnel d encadrement ou des équipements, cela coûte cher. D autant plus que les recettes, elles, ont tendance à stagner, si ce n est à régresser. Certes, le ministère de l enseignement supérieur assure que la dotation aux écoles d ingénieurs en majorité publiques a augmenté de17 % depuis Les plus cotées sont souvent les plus coûteuses, mais elles n ont pas le monopole dela flambée des prix Mais le financement des écoles de management par les chambres de commerce et d industrie est, lui, sur une pente descendante. Par ailleurs, les revenus issus de la taxe d apprentissage sont eux aussi à la baisse. Il ne reste donc guère de possibilités pour les écoles privées, si ce n est d augmenter à la fois les effectifs et les frais d inscription. Mais il faut relativiser. S il en coûte euros pour étudier une année à HEC, les droits annuels sont de euros à Tuck School of Business (New Hampshire), pour prendre l exemple d une très bonne école américaine. Ensuite, si certaines grandes écoles de commerce augmentent leurs frais, la moyenne de tous les établissements semble évoluer plutôt modérément. En management, la moyenne des droits de scolarité était de 7000euros en Selon la Conférence des grandes écoles, elle tournerait aujourd hui autour de8000euros. Comme pour tout marché, le prix doit être ajusté à la demande. Quant aux écoles d ingénieurs, majoritairement publiques, leurs frais restent fixés entre 400et900 euros. Quoi qu il en soit, faire des études dans une grande école reste un investissement plus qu une dépense. Et il existe de nombreux moyens d alléger la facture. Apprentissage, prêts, bourses Les écoles elles-mêmes ont souvent accompagné le processus de développement de la mise en placededispositifs d accompagnementsocial. Depuis 2009, HEC exonère de ces frais les étudiants boursiers sur critères sociaux. Même chose à Télécom école de management, dont 50 % des étudiants de première année sont boursiers. p Benoît Floc h Bourses diverses, dotations offertes par des fondations ou encore allocations proposées par les collectivités locales, toutes les portes où frapper pour alléger ses droits d inscription. PAGE 3 Entretien avec Bernard Hugonnier, de l OCDE. Qu il s agisse des dépenses des familles ou du budget de l Etat, l argent consacré à l éducation est un investissement et non une dépense. PAGE 8 Faut-il partir étudier dans un pays où les études coûtent cher et où les étudiants sont aidés, ou privilégier des études moins onéreuses, mais sans aides offertes ni possibilités de travailler? PAGE 14 Le salon Grandes Écoles SAMEDI 19 ET DIMANCHE 20 NOVEMBRE 2011 PALAISBRONGNIART BOURSE DE PARIS - MÉTRO BOURSE ENTRÉE GRATUITE. Inscrivez-vous vite! Samedi de 11 h 30 > 19 h Dimanche de 10 h > 18h ORGANISÉ PAR DES IPAD 2 À GAGNER! Cahier du «Monde» N daté Jeudi 17 novembre Ne peut être vendu séparément

2 universités 2 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes L argent au cœur des études Les considérations financières semblent influer sur la poursuite des études supérieures et sur la nature des cursus suivis. Les écoles de commerce et de management, dont lecoût annuel est très élevé, ne sontpas pour tout le monde a NOMBRE D INSCRITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR étudiants dans l enseignement supérieur en école d ingénieurs en école de commerce 4730 à l Ecole Normale Supérieure a ÉVOLUTION DU NOMBRE DE DIPLÔMÉS DES ÉCOLES D INGÉNIEURS Ecole publique Ecole privée a DIFFICULTÉS RENCONTRÉES AU COURS DES DEUX PREMIÈRES ANNÉES D ÉTUDES SUPÉRIEURES, en % Première année Manque de motivation Difficultés à s organiser dans son travail Difficultés financières Difficultés à suivre dans ses études Difficultés personnelles (isolement, santé...) Difficultés matérielles (transport, logement) Deuxième année a ORIGINE SOCIALE DES ÉTUDIANTS FRANÇAIS EN en % En formation d ingénieurs non universitaire Cadres, professions intellectuelles supérieures En écoles de commerce, gestion, vente et comptabilité Cadres, professions intellectuelles supérieures 47,9 % 37,9 % 31,8 11,9 11,7 6,5 5,1 16,9 14,9 7,2 6 Agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d entreprise Professions intermédiaires Employés Ouvriers Autres Agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d entreprise Professions intermédiaires Employés Ouvriers 2,2 Autres a COÛT ANNUEL MOYEN ET TAXE D APPRENTISSAGE MOYENNE PAR ÉTUDIANT EN ÉCOLES D INGÉNIEURS ET DE MANAGEMENT en euros Ecoles de management Ecoles d ingénieurs * Ici commence l innovation! Coût annuel moyen Taxe d apprentissage moyenne SOURCE : MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Paris : 03/12/ /01/2012 Nice : 23/11/ /12/2011 Journées Portes Ouvertes L Ipag, bien plus qu une école de commerce Le Management de la Technologie et de l Innovation au service de votre parcours. Accréditations Programme Grande Ecole CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE GRENOBLE Dikomo - Oct Visuel : Philippe Tur - Illustration Jérôme Guerry Crédits photos : Fotolia/Ipag Réseau International Carrière Coaching DiplômeviséBac+5GradeMaster École Supérieure de Commerce post-bac 18 mois de stages minimum L apprentissage en 4 ème et 5 ème années Un coaching personnalisé sur 5 ans 100 universités et écoles partenaires dans 30 pays 12 à 18 mois à l international 7 doubles-diplômes et 2 triples-diplômes Spécialisations Marketing-Négociation Commerce international Finance Ressources Humaines Entrepreneuriat Ecole Supérieure de Commerce

3 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & grandes écoles 3 Comment alléger ses coûts de scolarité Si les droits d entrée des établissements les plus prestigieux peuvent dépasser 10000euros par an, il existe toutefois des solutions pour en réduire le coût, comme faire appel à des fondations Bourses, dotations de fondations, monitorat, allocations de collectivités Les nombreux dispositifs pour rendre ue grande école plus accessible peuvent souvent être cumulés. Encore faut-il les connaître. A l EM Lyon, les bourses, toutes catégories confondues, «représentent un montant de 2,6millions d euros par an» Patrice Houdayer, directeur général adjoint de l école Les bourses Le cas de figure le plus simple est celui des étudiants boursiers du Crous. Ceux qui ont réussi les concours d HEC ou de SciencesPo Paris sont totalement exonérés de droits. Dans la plupart des autres écoles, ils bénéficient de réduction sur les fraisd inscription. C est le cas à l ESC Clermont, à Audencia (Ecole supérieure de commerce de Nantes) ou encore dans les INSA (Institut national des sciences appliquées). Chaque dossier est étudié et les dégrèvements peuvent ainsi aller jusqu aux deux tiers du coût total. Par ailleurs, le fonds social de Skema business school permet à 150 élèves environ par an de bénéficier de défraiements d un montant variable selon les ressources familiales. L ESTP, une école d ingénieur privée (autour de euros par an), octroiechaqueannéedesaidesàuntiersde ses élèves. A l EM Lyon, les bourses, toutes catégories confondues, «représentent un montant de 2,6millions d euros par an», indique Patrice Houdayer, directeur général adjoint de l école. Des dispositifs qui ne sont en général pas exclusivement réservés aux boursiers du Crous. L Essec,aucontraired HEC, préfère«toucher plus d étudiants plutôt que de pratiquer la gratuité totale pour les seuls boursiers». Etpourcause, expliquechantaldardelet, coordinatrice du projet «Une grande école, pourquoi pas moi» et responsable du groupe Ouverture socialeà la Conférence des grandes écoles (CGE): «Les critères du Crous ont leurs limites. Par exemple, un étudiant issu d une famille nombreuse mais qui est le seul de sa fratrie à suivre des études dans l enseignement supérieur peut ne pas être éligible.» bourses étudiantes. Pour les identifier, le portail de la Fondation de France est une porte d entrée incontournable. «La Fondation Jacques-Lambert est tout indiquée pour les aspirants aux écoles de management, indique Frédéric Bérard. Elle octroie desboursessurcritèressociauxetdesbourses d excellence aux élèves de première année d un montant de 2500euros environ. La Fondation Georges-Besse s adresse, elle, aux étudiants ingénieurs. Une vingtaine de jeunes bénéficient chaque année d allocations au montant variable, sur la base des résultats académiques. La Fondation Pierre-Ledoux se concentre sur des bourses de mobilité à l international. Quel que soit l organisme sollicité, préviennent Marie Lawniczak et Frédéric Bérard, les étudiants doivent «avoir un projet et savoir le défendre». Les collectivités locales Il n est jamais inutile de frapper à leur porte, souligne Chantal Dardelet. Car si certaines régions réduisent en ce moment la voilure, beaucoup d entre elles continuent à accorder des bourses, de mobilité notamment. La CAFetlescaisses deretraitepeuventégalement réserver quelques surprises et proposer des aides. Et un travail à l école Outre les soutiens financiers, les écoles sont par ailleurs de plus en plus nombreuses à proposer à leurs étudiants des services de monitorat : en échange de travaux de recherche ou d assistanat d enseignants, les étudiants sont exemptés de tout ou partie des droits d inscription. Les élèves de 2 e année de l Escem (école de management) peuvent ainsi obtenir un poste de moniteur dans les domaines de l informatique et des langues vivantes notamment. Le dégrèvement sur frais de scolarité attribué est de 950 euros par semestre. «Le dispositif est intéressant, juge Chantal Dardelet, mais il existe parfois un vide juridique autour du statut de ces jeunes.» «Beaucoup d établissements souhaiteraient des éclaircissements», précise-t-elle. Gratuitépourcertains, boursesinternes, paiements échelonnés, les grandes écoles semblent avoir bien pris la mesure de l enjeudel ouverturesociale. Iln empêche que pour ceux qui ne parviennent pas à décrocher ces aides, la facture reste élevée. Un constat que modère toutefois Patrice Houdayer : «Quatre ans après le diplôme, le différentiel de salaire entre nos anciens étudiants et ceux n ayant pas fait d école permet de penser que l investissement a été rentabilisé», assure-t-il. Et Bernard Ramanantsoa, directeur général du groupe HEC Paris, d ajouter que jamais un seul étudiant «n a renoncé à entrer à HEC pour des raisons financières». «On trouve toujours une solution», confirme Patrice Houdayer. p Caroline Franc ET... LE MONDE PREND UNE AUTRE DIMENSION Les fondations Elles représentent une autre source de financement intéressante. Cellesdesécolesbiensûr,maisaussiquantitéd autresfondations,émanantdeparticuliers ou d entreprises. Marie Lawniczak et Frédéric Bérard, chargés de mission enseignementsupérieuretrechercheàlafondation de France, en recensent 65 qui œuvrent en priorité pour l attribution de Al ESC Rennes, les anciens se cotisent 2000 EUROS, C EST LE montant de la bourse qui sera attribuée pour la troisième année à dixélèves de l ESC Rennes. Ce dispositif n est pas géré par l école mais par l association des anciens. L idée a germé en 2009, se souvient Lionel Pasco, ancien vice-président de l ESC Rennes Alumni, «en plein débat sur les quotas d étudiants boursiers dans les grandes écoles». «Nous voulions montrer l importance de l acte social et en faire un axe prioritaire de notre action», affirme-t-il, soulignant par ailleurs l implication du directeur de l établissement, Olivier Aptel, dans la genèse du projet. Pour pouvoir pérenniser cette initiative de solidarité intergénérationnelle, le système de cotisation à l association des anciens est revu. Les élèves versent pendant leurs études une cotisation annuelle de 150 euros, qui leur garantit une adhésion à vie. Le choix des allocataires se fait sur la base d une présélection de l école. Un comité des anciens délibère ensuite pour distinguer les 10 élus. Si le critère social prime les étudiants doivent impérativement être boursiers, ce sont bien les résultats obtenus à l issue du premier semestre qui sont déterminants. Ling Ling Dai est l une des dix lauréates de C est avec surprise qu elle a reçu ce bonus inattendu. Le montant est pour elle tout sauf symbolique, puisqu il est venu compléter un prêt destiné à régler ses frais de scolarité. Pour cette jeune Franco-Chinoise qui s assume seule, hors de question de parler de charité. Ce sont bien ses performances qui ont été reconnues, estime-t-elle, précisant que c est de cette façon-là également que les neuf autres bénéficiaires l ont perçu. «L un des objectifs de cette initiative est aussi de faire de ces étudiants de futures têtes de pont de l école et de renforcer leur esprit de réseau», ajoute Vincent Canneva, actuel président des anciens. p C. F Avenue des Chasseurs Paris - FRANCE +33 (0) UN PARCOURS D EXCELLENCE EN 2 DIPLÔMES Bachelor en relations internationales Master 2 mention études internationales et européennes, spécialité sécurité internationale et défense En partenariat avec l Université Pierre Mendès France Grenoble II, diplôme d état UNE FORMATION UNIQUE, DES DÉBOUCHÉS MULTIPLES Organisations internationales, ministères, diplomatie, institutions européennes, ONG, entreprises internationales, secteur de la défense, cabinets conseil, journalisme ILERI Paris, l'école référente des relations internationales depuis 1948.

4 universités 4 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes Les formations cotées et pas chères, ça existe Les trois quarts des écoles d ingénieurs sont publiques, avec des frais de scolarité modestes. Et les Instituts d administrations des entreprises (IAE) offrent des formations en management très abordables Une école, ça coûte cher, mais le placement s avère rentable à moyen terme. Le refrain est bien connu. Les établissements les plus cotés utilisent d ailleurs les salaires des nouveaux diplômés comme argument de vente. «Certes, les frais de scolarité sont élevés, reconnaît l Ecole des hautes études commerciales (HEC) sur son site Internet, mais être titulaire d un mastère spécialisé permet de mieux se positionner sur le marché du travail et d obtenir une plus-valuelorsdel embauche. Le retoursur investissement est rapide.» Les étudiants devraient-ils donc se résigner à payer d importants frais de scolarité pour intégrer une grande école lorsqu ils ne répondent pas aux critères des aides financières? Pas forcément. Car «Si on enlève les quatre ou cinq très grandes écoles privées, les autres ne sont pas meilleures en termes de débouchés que les IAE» Pierre Louart, directeur de l IAE de Lille dans cet univers où le coût des études se chiffre souvent en dizaines de milliers d euros, quelques établissements proposent aussi des formations très prisées à prix très réduits. A l Institut d administration des entreprises(iae) delille, lesélèves, sélectionnés à bac + 2, suivent des cours de marketing, de gestion des ressources humaines ou de finance pour un coût annuel de 250euros. Soit les frais d inscription à l université Lille-I, dont l établissement dépend. En France, une trentaine d IAE regroupe étudiants. Ces écoles de commerce, rattachées aux universités, proposent des formations en management, la plupart du temps pour quelques centainesd eurosannuels.«sil on enlèvelesquatre ou cinq très grandes écoles privées, les autres ne sont pas meilleures en termes de débouchés que les IAE», affirme Pierre Louart, directeur de l institut de Lille. Egalement à la tête du réseau IAE, il estime quelemanquedevisibilitédecesétablissements est en train d être comblé. Tout en reconnaissant que leurs moyens sont loin d atteindre ceux des structures privées. «Un grand IAE avec 10 millions d euros de budget peut vivre, alors qu une école de commerce du même ordre, avec le même nombred étudiants, aurabesoinde 20millions d euros. D abord parce que l encadrement est mieux payé que dans les universités, ensuite parce que beaucoup d écoles ont des locaux très spacieux. Et enfin parce que certaines d entre elles ont quinze personnes qui gèrent la communication. Dans uniae, nous en avons trois au maximum.» ALille, PierreLouartdisposed unbudget de11,5millions d euros pour ses2400étudiants et ses 80enseignants permanents. Aux6millions d euros apportés par l Etat pourpayerlessalairesdupersonnel,s ajoutent «5,5millions d euros de ressources propres» provenant notamment de la formation continue (1,5million d euros) et de la taxe d apprentissage (1,9million d euros). Généralementpeu élevés, les frais de scolaritéeniaevarientd uneuniversitéàl autre et «dépendent de la couleur politique de l établissement», précise Pierre Louart, qui Travaux publics: des droits d inscription inégaux LA COMMUNE de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise, héberge depuis le milieu des années1970 l Ecole nationale des travaux publics de l Etat (ENTPE), créée en1954 à Paris. Celle-ci regroupe 650étudiants sur un cursus de trois ans. Les droits d inscription, pour tous, y sont peu élevés. Calés sur le montant fixé par le ministère de l enseignement supérieur, ils s élèvent à584 euros l année, précise Marcel Miramond, directeur des études. Des frais bien éloignés de leur principal concurrent privé, l Ecole spéciale des travaux publics (ESTP), où les futurs ingénieurs doivent s acquitter de 6100 euros annuels. ajoute: «Les frais complémentaires ne sont pas arbitraires, ils doivent être justifiés.» Critiqué par les syndicats étudiants pour avoir fixé ses frais de scolarité à4500 euros l année pour ses «Master of Sciences», l IAE d Aix-en-Provence est «un cas particulier lié à des dispositions Une différence qui s explique par l apport de l Etat, qui, en 2010, a subventionné l ENTPE à hauteur de 23millions d euros, sur un budget de 26millions. Mais si les frais d inscription sont les mêmes pour tous à l ENTPE, la rémunération des étudiants est variable. Les «ingénieurs fonctionnaires» (60% des effectifs) sont payés1200 euros net par mois. Une somme prise en charge par le ministère de l écologie, qui assure la tutelle de cet établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). En échange, ces élèves s engagent à travailler pour l Etat les huit années suivant la sortie de l école. De leur côté, les «ingénieurs civils», apparus en 1987 et qui sont davantage nombreux au sein de l école, ne sont pas rétribués durant leur scolarité. Une fois leurs études terminées, ils choisiront de travailler dans le privé, le secteur parapublic ou la fonction territoriale. L objectif est de «tendre en nombre vers une parité civils et fonctionnaires» d ici «trois-quatre ans», précise Marcel Miramond. «Dans le secteur de formation qui est le nôtre, l aménagement durable du territoire, cette double culture est un intérêt majeur, parce que ce sont des publics qui sont amenés à se rencontrer», ajoute-t-il. p Y. B. RITAMERCEDES internes à cette université», selon le président du réseau IAE. Sébastien Chaillou, membre du bureau national du syndicat universitaire l UNEF et chargé du dossier des grandes écoles, meten garde contre «une tendance à vouloir s autonomiser des universités» qui Chiffres Ecoles d ingénieur diplômes d ingénieur ont été délivrés, en 2009, par des écoles universitaires et 5245 par des écoles indépendantes des universités diplômes d ingénieur ont été délivrés par un ministère autre que l éducation nationale diplômes d ingénieur ont été délivrés par des écoles privées. Ecoles de management diplômes visés par le ministère de l éducation ont été délivrés en certificats d école ont été octroyés en management et gestion. entraînerait une hausse des coûts pour les étudiants. Hormis ces instituts, les écoles de commerce à faibles frais de scolarité sont peu nombreuses. A Evry (Essonne), Télécom école de management (TEM), dont l une des particularités est d être publique, ne fait payer que 2500 euros par an à ses étudiants, soit environ deux fois moins que ses concurrentes les moins chères. Pourtant, en management, le statut public n offre pas de garantie. De2008 à 2010, l Ecole de management de Strasbourg a ainsi vu ses frais de scolarité passer de5100 euros à6500 euros annuels. Des prix qui tendent encore à se rapprocher des grandes écoles. En revanche, pour les formations d ingénieur, la situation est sensiblement différente. «Contrairement aux écoles de commerce, où neufétablissements sur dix sont privés, les trois quarts des écoles d ingénieurs sont publiques. Historiquement, l université et l Etat se sont plus engagés dans l ingénierie que dans le management», explique Bernard Remaud, président de la Commission des titres d ingénieur, l organisme chargé d habiliter les formations. En , les écoles sous tutelle du ministère de l enseignement supérieur et de la recherche regroupaient étudiants, celles dépendant d autres ministères étudiants, contre pour les écoles privées. Les frais de scolarité, fixés par décret, s élèvent à 584 euros l année au sein des établissements publics. Ces derniers proposent de plus en plus des concours communs de préparations intégrées, à l image de GeipiPolytech. Rassemblant vingt-six écoles d ingénieur publiques, ce concours offre2 300 places, pour un coût d inscription de 60euros. p Yann Bouchez STAGES DE PREPARATION AUX CONCOURS Leçon n 1 : Préparez-vous à réussir vos concours. Plus de3000 candidats préparés aux concours des écoles de commerce. Excellents taux de réussite. 2 bis rue Saint-Sauveur Paris École Pratique des Hautes Études 46, rue de Lille Paris - Tél. : Enseignement et formation à la Recherche Sciences de la Vie et de la Terre Sciences Historiques et Philologiques Sciences Religieuses Diplôme EPHE Master Biologie Santé Ecologie Signalisation et Systèmes Intégrés en Biologie Environnement et Gestion de la Biodiversité Systèmes complexes : Cognitions Naturelle et Artificielle Master Sciences historiques, philologiques et religieuses Sciences des religions et sociétés Études européennes, méditerranéennes et asiatiques Études Doctorales Diplôme post-doctoral Habilitation à diriger des recherches Toutes nos formations sont accessibles au titre de la formation continue

5 PUBLICITE Savoir faire ESSECa Niko206 Entretien avec Françoise Rey, directeur général adjoint, Groupe ESSEC «L innovation est inscrite dans l ADN de l ESSEC» Au fil des décennies, l ESSEC s est durablement installée comme une des meilleures écoles de management européennes. L école et son groupe multiplient les initiatives pédagogiques et stratégiques pour demeurer un des fleurons de l enseignement supérieur en commerce-gestion. Corps professoral d élite, programmes à la carte, chaires de référence l ESSEC s inscrit dans une dynamique d excellence et d originalité dont le maître mot demeure l innovation. Malgré une concurrence internationale qui s intensifie, l ESSEC apparaît solidement positionnée parmi le top 10 des Business Schools européennes. Quels sont les clés de son succès? Ce qui distingue notre groupe et lui permet, décennie après décennie, de demeurer une référence, c est sa capacité à innover. L innovation a toujours été la marque de fabrique de l ESSEC. Plus qu une stratégie, l innovation est inscrite dans l ADN de notre groupe. Pour rappel, l ESSEC a été dès 1970 la première Business School à intégrer des admis sur titre en deuxième année, les expériences en entreprise et à imposer le «learning by doing» comme une des clés de voûte de ses programmes. Aujourd hui, qui ne se réfère pas à cette philosophie pédagogique? Nous avons également initié les «parcours à la carte», très appréciés des étudiants, qui leur permettent de construire trimestre après trimestre leur cursus. Nous avons, par la suite, été pionnier en étant la première école de management à proposer des études en apprentissage. Enfin, plus récemment, nous avons été la première école française à décrocher l accréditation américaine AACSB. Ces quelques points clés de notre histoire, et bien ESSEC Business School - * La réponse est en vous d autres encore, ont prouvé notre capacité à nous réinventer. C est ce qui a notamment forgé notre réputation Comment cette quête d innovation se traduit-elle aujourd hui? En jouant sur la pluridisciplinarité. Aujourd hui, les universités bougent et ont compris que leur richesse émane de cette pluridisciplinarité. Même si nos cursus poussent déjà très loin la logique des parcours personnalisés et si aucun diplômé de l ESSEC ne suit le même cursus, nous sommes encore allés plus loin dans notre offre de formation. Nous avons décloisonné encore plus nos programmes, pour élargir la vision du management de nos étudiants. Nous avons ainsi consolidé depuis la rentrée 2011 cinq accords de double diplôme avec de prestigieux partenaires français : l Ecole centrale de Paris, Saint-Cyr Coëtquidan, l ENSAE, l Ecole du Louvre et l ENS ULM. Ces partenariats offrent aux étudiants de l ESSEC des parcours complémentaires et intégrés, leur permettant d obtenir les diplômes de chaque école. Ces rapprochements traduisent notre volonté de favoriser «l hybridation» des compétences. Cette «hybridation» se retrouve également Ça veut dire quoi réussir? Inventer? Transmettre? Prospérer? Être utile? Réussir dans la vie? Réussir sa vie? Être le premier? Être en avance? Devenir quelqu un? Rester soi-même? Monter dans l entreprise? Monter son entreprise? Être le meilleur banquier? Rendre la banque meilleure? Faire carrière? Vivre sa passion? Si, comme nous, vous pensez qu il n y a pas qu une seule réponse à cette question, si vous pensez que le succès est aussi une question d état d esprit et de valeurs, si vous souhaitez être entrepreneur de votre réussite et de votre carrière Bienvenue à l ESSEC. Classements mondiaux ESSEC Grande École no.8 Mastère Spécialisé Techniques Financières no.3 Executive Education no.8 Formation initiale, formation continue, toutes les voies sont possibles sur essec.fr dans nos recrutements, composés de 40 % d admis sur titres (scientifiques, littéraires, juristes, médecins ), et dans nos échanges universitaires avec l ISUP, l IFP School ou encore les Ponts et Chaussées, entre autres. Les accréditations internationales tendent à uniformiser les grandes écoles de management. Dans ce contexte, y a-t-il encore un «esprit ESSEC»? Nous sommes vigilants à le créer et à ne pas proposer des clones sur le marché du travail. Nous amenons nos étudiants à «regarder ce que les autres ne voient pas». Le fameux «think out of the box». C est pour cela que nous sommes très attachés aux stages ouvriers, prévus très tôt dans le cursus. Très vite, nos étudiants se retrouvent immergés au sein d une organisation, dans des travaux d exécution, et sans responsabilité hiérarchique. C est très formateur sur le plan de l observation et de la prise de conscience de la réalité de l entreprise, Un véritable écosystème pour les créateurs d entreprises! C est le pari lancé par le groupe ESSEC en 2001 et destiné à proposer sur le campus de Cergy un pôle global entièrement dédié à l entrepreneuriat. Pari réussi : l ESSEC est la seule école de management qui propose à tous les étudiants une filière complète de cours (150 heures) dédiée à la création d entreprise. Côté programme, l école propose également un mastère spécialisé intitulé «Centrale ESSEC Entrepreneurs» en partenariat. Mieux encore, l école offre un soutien unique pour les étudiants créateurs En rebaptisant l EPSCI, son programme post-bac, en BBA ESSEC, la grande école de Cergy-Pontoise affiche clairement ses ambitions : «Notre objectif est double : améliorer la lisibilité internationale de notre Bachelor et affirmer plus clairement sa filiation avec le programme grande école de l ESSEC.» Pour Christian Koenig, son directeur, de retour du campus ESSEC à Singapour, qu il a créé en 2005 et développé jusqu en 2011, le BBA ESSEC entre dans une nouvelle ère : «Ce virage ne se résume pas en un simple changement de nom. Avec le concours des professeurs présents dans l ensemble du groupe ESSEC, nous avons renforcé notre cursus avec notamment la création de nouveaux enseignements.» L international demeure également une des pierres et du rôle du manager. C est souvent déroutant, mais à l arrivée, nos étudiants sont souvent adaptables, capables de se remettre en cause et aptes à aborder beaucoup de situations complexes. Compte tenu des enjeux de taille critique et de puissance imposés par la concurrence internationale, l ESSEC pourra-t-elle maintenir sa capacité à innover? On peut avoir une taille critique conséquente et être innovant. C est possible car nous avons des professeurs de qualité qui inventent en permanence. Les multiples chaires que nous avons créées le prouvent (la chaire Produits de grande consommation, une première en France, créée en 1986, intègre dans une même réflexion producteurs et distributeurs). Ces chaires, comme celles regroupées au sein de l Institut de l innovation et de l entrepreneuriat social (IIES) ou ISIS (Institute for Service Innovation & Strategy), nous permettent d être en éveil sur les nouvelles problématiques L entrepreneuriat, symbole de la pédagogie innovante d entreprises en abritant trois incubateurs : ESSEC Ventures, Antropia destiné aux projets sociaux et Paris Biotech, en partenariat avec Centrale, l Inserm et Paris-V, désormais une référence dans le secteur de la santé. Résultat, en 2010, ces structures ont hébergé 50 projets dont 46 ont abouti à une création d entreprise effective. Des chiffres semblables à 2009 qui positionnent l ESSEC comme un leader européen dans ce domaine. Pour Julien Morel, le directeur d ESSEC Ventures, c est l opérationnalité des démarches proposées qui fait la différence : «Notre pôle mobilise cinq coachs à temps complet. L ESSEC affiche de nouvelles ambitions pour son Bachelor angulaires du projet de l école : «Les étudiants partent dès la deuxième année pour un semestre en université étrangère ou sur le campus de Singapour. Ils font tous un deuxième échange à l étranger au cours de leur troisième année ainsi que deux stages.» De telles opportunités ont de fortes chances de ne pas laisser les futurs étudiants insensibles. D autant que l école fait déjà partie des Bachelors les plus prisés. «Le nombre de candidats détenant une mention augmente tous les ans. Nous souhaitons dans un premier temps renforcer la promotion du BBA vers les lycées français à l étranger, tout en préparant l intégration d étudiants non francophones.» Pour y parvenir, le BBA proposera prochainement une filière en première modernes et de les intégrer dans la pédagogie. De même, pour mieux envisager les changements de société, nous nous appuyons sur un «think tank» : le «Council of Business and Society», avec quatre partenaires internationaux, Keio Business School (Tokyo), Mannheim Business School, School of Management Fudan (Shanghai), Tuck School of Business à Dartmouth (Etats-Unis). C est en s appuyant sur ces piliers que l ESSEC demeurera ce laboratoire d excellence qui apprend encore et toujours à ses étudiants à «regarder là où les autres ne voient pas»! Depuis dix ans, l entrepreneuriat est au cœur de la politique du Groupe ESSEC. Résultat : la création du plus grand incubateur pour étudiants de France, la mise en place d un fonds d amorçage et, à l arrivée, une centaine de start-up créées. Innovant, non? Christian Koenig, Françoise REY De plus, nous bénéficions d un fonds d amorçage d un million d euros. Et contrairement aux endowment funds des grandes universités américaines, ces fonds sont directement destinés aux start-up fondées par les étudiants, non à la recherche ou aux investissements institutionnels.» Accompagnement, plate-forme logistique et ressources financières destinés à faciliter l amorçage des projets tout, à l ESSEC, converge pour générer des vocations auprès de ses étudiants. Etudiants qui se révèlent d ailleurs très sensibles à cette politique : d après une enquête, 65 % d entre eux estiment qu ils deviendront entrepreneurs à un moment ou à un autre de leur carrière. année enseignée 100 % en anglais. Un atout essentiel pour attirer des étudiants du monde entier mais pas l unique : «Si les Bachelors sont devenus les premiers programmes de référence partout dans le monde, pourtant très peu sur la scène internationale proposent, à l instar de notre BBA, un triptyque : excellence académique, expérience internationale et surtout expérience professionnelle, précise Christian Koenig : Beaucoup de nos concurrents européens ne bénéficient pas de l arsenal dont nous disposons pour mettre nos étudiants en situation d expériences en entreprise.» Stages, alternance, apprentissage, les expériences de terrain sont nombreuses au cours du BBA ESSEC. Un argument de poids vis-à-vis des recruteurs de plus en plus sensibles au format d étude Bachelor, même dans des secteurs comme l audit, jusqu ici chasse gardée des diplômés Master.

6 universités 6 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes Un salaire et pas de frais, c est l apprentissage 79% des écoles de management et 42% des écoles d ingénieurs proposent l alternance. Une formule avantageuse financièrement et qui peut être facteur de réussite professionnelle École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique LE MASTÈRE SPÉCIALISÉ (MS) Habilité par la CGE, il offre une formation à temps plein sur 3 semestres soit : > 300 heures de cours répartis sur 1 année (dont la participation à un groupe de travail) ; > une période de stage de4à6mois donnant lieu à une thèse professionnelle. C est simple, je recommande l apprentissage à tout le monde.» Depuis la rentrée, Anaïs Delacre partage son temps entre La Redoute, où elle occupe un poste d assistante chef de produit, et la Skema, une école de commerce lilloise. Pour cette étudiante, l entreprise est une révélation. «Pendant mon année de césure [qui permet d arrêter ses études pendant un an pour suivre un stage], je me suis rendu compte qu on apprenait beaucoup plus vite en entreprise qu en salle de classe. Je me suis donc renseignée. Et puis, financièrement, c est une bonne opération : on touche un salaire, on ne paye pas les frais de scolarité et on a même les allocations chômage si on ne trouve pas d emploi tout de suite après la fin des études», s enthousiasme la jeune femme de 24 ans, qui a trouvé là sa voie. Le principe de l apprentissage, en grande école comme ailleurs, c est une formation financée par la taxe d apprentissage et l entreprise partenaire. L étudiant, lui, garde son porte-monnaie fermé. Rien à débourser pour les frais MASTÈRE SPECIALISÉ DE MODÉLISATION ÉCONOMIQUE ET STATISTIQUE & CERTIFICAT D ÉTUDES SUPÉRIEURES SPÉCIALISÉES DEUX FORMULES POUR RÉPONDRE À DES BESOINS VARIÉS LE CERTIFICAT D ÉTUDES SUPÉRIEURES SPÉCIALISÉES (CESS) Ce certificat offre une formation à mitemps dans une voie de spécialisation pour un total d environ 150 heures de cours. L offre de formation s appuie sur les enseignements de la dernière année de l ENSAE ParisTech ; les étudiants choisissent une voie de spécialisation parmi les 7 voies suivantes : ACTUARIAT / ANALYSE DES MARCHÉS & FINANCE D ENTREPRISE / FINANCE DE MARCHÉ / GESTION DES RISQUES / MÉTHODES QUANTITATIVES & SCIENCES SOCIALES / PRÉVISION & POLITIQUES ÉCONOMIQUES / STATISTIQUE Le recrutement s effectue sur dossiers (le remise des dossiers s effectuera début mars), un niveau élevé en mathématiques est nécessaire. Pour information : Courriel : Web : d inscription. Et en grande école, c est une vraie économie. Mieux, il récupère même un petit pécule à la fin de chaque mois. A l ESC Reims, la moyenne des indemnités mensuelles s élève à environ 1000euros Mais ce chiffre peut quasiment doubler dans certains secteurs bankables, comme peuvent l être l audit ou la finance. Il augmente aussi lorsque l on choisit une entreprise peu prisée qui a du mal à attirer dans un secteur qui ne jouitpas d une très grande réputationauprès desétudiants. On comprend alors mieux pourquoi certains étudiants qui sont désargentés conditionnent leur inscription dans une grande école à l existence d une filière apprentissage. Ce mode d enseignement est d ailleurs davantage répandu partout en France. Ainsi, sur les bords du Rhin, un quart des élèves de l Ecole de management de Strasbourg sont boursiers. «De plus en plus de boursiers viennent me voir pour profiter de l apprentissage. Et c est d abord pour une question d argent», admet Babak Mehmanpazir, directeur délégué du programme grande école de cette business school alsacienne. A Toutes les informations sur notre site : Reims, huit apprentis sur dix déclarent également avoir choisi le concept pour un motif financier. Les étudiants peuvent d autant plus faire la fine bouche qu ils ont l embarras du choix. La montéeenpuissancedesétablissements sur ce point a été assez rapide. C est l Essec qui avait en effet initié le mouvement dans les années Les autres écoles de commerce se sont aussitôt jetées sur l occasion pour l imiter. «L apprentissage me paraissait un bon moyen d améliorer la mixité sociale dans l école en attirant d autres profils que les élèves de prépa» Dominique Ventre, directeur de la formation initiale chez Telecom ParisTech IsabelleGuérin,apprentiepatronne ELLE A LES CHEVEUX BLONDS, les yeux qui pétillent et le rire facile. Isabelle Guérin n a pas 25ans, mais elle peut déjà se targuer d une solide situation professionnelle. La jeune femme est auditrice senior chez Mazars, un grand cabinet parisien d audit, de conseil et de service. A voir son pedigree, ce n est pas un hasard. Lycée à Bourges, prépa HEC à Henri-IV, puis les concours des écoles de commerce. Ce sera l ESCP. Quelques mois après son arrivée dans cette école parisienne, la «petite blonde» se fait embarquer par une amie à la réunion d information sur l apprentissage. Révélation. «Cela m a plu. On travaille énormément en prépa, beaucoup moins en école. L emploi du temps est assez light. J avais peur de tourner en rond, et puis je n avais pas beaucoup d expérience professionnelle. Je me suis lancée.» Son apprentissage, elle le fera donc chez Mazars, où elle s est retrouvée avec huit semaines de congés payés annuels et 1260euros net par mois. Question rythme, elle est servie. Semaine de cinquante heures, des déplacements permanents. A la rentrée, elle passe un mois en cours, puis trois mois en poste. De janvier à avril, elle jongle entre deux cours par semaine et le boulot, avant de revenir à une alternance plus longue entre mai et août. Même régime pendant deux ans, entrecoupé d un semestre d échange aux Etats-Unis, à Cornell. L une des facultés les plus prestigieuses du pays. Et malgré sa motivation, Isabelle ne cache pas que certaines périodes ont été difficiles. «Quand il a fallu bâcler mon mémoire de fin d études, ce qui est frustrant quand le sujet vous intéresse. Ou alors quand vous avez une longue mission dans les Vosges, qui vous oblige à choisir les cours optionnels en fonction de votre agenda.» Elle a dû également mettre de côté une partie de la vie estudiantine. Coupée de sa promotion, exit les soirées en semaine. Une étudiante brillante qui délaisse les fiestas du jeudi soir pour faire de l apprentissage? polytech paris-upmc Parmi les plus réputées, seule la prestigieuse HEC reste hors jeu et se tient éloignée de la formule. C est presque une exception puisque aujourd hui 79% des écoles de management appartenant à la Conférencedesgrandesécolesproposent une formule apprentissage. Après, le rythme et l organisation de l année ou des années varient d une école à l autre, en fonction des cultures locales. Côté ingénieur, la vague est plus récente. La commission des titres d ingénieur (CTI), qui régule les écoles, a longtemps freiné des quatre fers. Mais la copie de la CTI a été revue depuis quelques années, et 42 % des écoles d ingénieur se sont d ores et déjà lancées dans l apprentissage. La proportion grandit même chaque rentrée. Parmi les dernières venues, Télécom ParisTech, qui vient de se lancer dans la formule. «L apprentissage me paraissait un bon moyend améliorer la mixité sociale dans l école en attirant d autres profils que les élèves de prépa», expliquedominiqueventre, directeur de la formation initiale chez Télécom-ParisTech. Il a donc tenté Décidément, les temps changent. «L argent, c est un paramètre qui a compté pour beaucoup de mes camarades. Moi, j ai eu la chance de ne pas avoir eu à prendre un prêt étudiant pour payer l école», explique Isabelle. Ses parents ont économisé les euros que coûte une scolarité à l ESCP. A la fin du contrat d apprentissage, sa hiérarchie lui a proposé un CDI. Elle a hésité un peu avant d accepter. La moitié de sa promotion en a fait autant. «L apprentissage, c est bien!» p J. D.-C. Une grande école d ingénieurs publique au coeur de Paris, offrant 7 spécialités dont deux par apprentissage (*) : agroalimentaire électronique et informatique électronique et informatique industrielle * génie mécanique * matériaux robotique sciences de la Terre polytech paris-upmc, l excellence pour tous!

7 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & grandes écoles 7 d éviter les «taupins», les étudiants sortant de math sup- math spé. Mission accomplie: sa classe compte en ce moment dix élèves, tous recrutés après concours dans des IUT et des licences professionnelles. A Télécom ParisTech, les apprentis apprendront tout sur la boucle de cuivre, la fibre optique et les répartiteurs. «C est un moyen intelligent de financer les études, mais c est en plus un vrai facteur de réussite professionnelle: dans l entreprise, l étudiant apprend à se comporter en cadre, il a le temps d intégrer les codes du milieu dans lequel il évolue», souligne Jean- Paul Soubeyrand, animateur du groupe Apprentissage de la Conférence des grandes écoles. Question insertion, l apprentissage est en effet un atout maître. Le temps de recherche d emploi est souvent divisé par deux. «Deux tiers de nos apprentis se voient proposer un contrat à la fin de leur cursus. Ils ont un emploi avant d avoir leur diplôme, s exclame Michel Gordin, responsable du centre de formation des apprentis de l Essec. Et encore, ils ne sont pas embauchés en tant que cadre junior, mais comme cadre confirmé! C est un véritable accélérateur de carrière.» Pour les étudiants défavorisés comme pour les autres. Certains l ont d ailleurs bien compris. «La majorité de nos apprentis pourraient s en sortir autrement pour payer leurs études», affirme Corinne Hahn, responsable scientifique de l apprentissage de l ESCP Europe. Celle-ci a identifié avec l expérience deux profils de candidats à la formule, hors motif financier. D abord, ceux qu elle appelle les «glandus». A savoir des garçons perdus en première année qui souhaitent éviter dese laisseraller plus longtemps. Ensuite les «têtes de promo», souvent des filles, à la recherche d un rythme intensif, d une mise en pratique de leur savoir et d une classe à taille humaine 60 places cette année. Les deux réussissent sans problème. La moitié d entre euxse voient Chiffres jeunes choisissent l apprentissage dans l enseignement supérieur ansC est la tranche d âge à laquelle l apprentissage est réservé C est la date à laquelle l apprentissage s est ouvert à l enseignement supérieur. De 25% à 78% du smic, voilà ce que touchent les apprentis. Ce montant est calculé en fonction de l âge de l apprenti et de l avancement dans sesétudes. mêmeproposerunpostedans l entreprise d apprentissage. Un sur deux accepte. Personne ne s inquiète donc de l avenir des apprentis. En revanche, celui de l apprentissage est plus obscur. Si le concept a longtemps été vu comme un moyen pour certaines écoles d arrondir leurs revenus, c est désormais l inverse. Depuis deux ans, des entreprisesmettent enconcurrence les écoles pour réduire leur contribution aux frais de scolarité. FABRICEMONVIGNIER Quant aux recettes de la taxe d apprentissage indexée sur la masse salariale nationale, elles restent stables alors que les effectifs concernés augmentent sans cesse dans l enseignement supérieur. «Tout le monde s inquiète. Lacapacitédefinancement de l apprentissage est au taquet», souligne Jean-Paul Soubeyrand. A l Essec, on a même diminué un peu les effectifs. Les étudiants ne sont pas toujours les seuls à subir l angoisse des fins de mois. p Julien Dupont-Calbo Ecole d Ingénieurs de PURPAN Toulouse Sciences du vivant Agriculture Marketing Agroalimentaire Management Une formation d ingénieurs généralistes en 5 ans. La formation humaine au coeur de la pédagogie. Une réelle expérience internationale. Une forte intégration en entreprises. Recherche Enseignement Marketing Commerce Organismes techniques et professionnels Logistique Distribution Un job et des cours Pas facile pour les élèves, surtout des grandes écoles, de concilier études et vie active Production agricole Banque Assurance Informatique Plus de 300 métiers Chaque jeudi soir, c est la même course. Cassandra s éclipse avant la fin du cours pour filer à Ikea, en périphérie bordelaise. Au volant, elle ne pense pas à la déco de son studio, mais à sa journée d études qui s achève et à sa journée de travail qui commence. De 8 heures à 22 heures, c est épuisant, mais Cassandra n a pas vraiment le choix. «L année d études à Bordeaux-Ecole de management, c est euros. J ai emprunté 21000euros et, pour le reste, j ai trouvé un CDI de quinze heurespar semaine. Je suisvendeuse-conseillère», explique la jeune femme de 21ans. Unpetit job indispensable pour payerson loyer et ses troprares loisirs, qui ne l empêche pas de réussir ses examens. «Je les prépare avec deux ou trois semaines d avance, il faut s organiser. Le plus dur, c est que le dimanche, le seul jour de la semaine où je pourrais me reposer, je dois réviser», déplore-t-elle. «Quinze heures par semaine, c est la limite. Au-dessous, on ne voit pas d effets négatifs sur les études. Au-dessus, cela devient très compliqué, à la fac ou dans une école de commerce», note Jean-François Ginet, chercheur à l universitéde Bourgogne. Comme les autres, les étudiants des grandes écoles doivent parfois trouver un job alimentaire. D après les chiffres de l Observatoire de la vie étudiante, seuls 41% desétudiantsenécoledecommerce déclarent ne pas avoir eu d activité rémunérée depuis le début de l année scolaire. «Même si ces étudiants font plus de stages que la moyenne nationale, ils font aussi beaucoup de petits boulots. En moyenne, leur revenu sur le dernier mois s élève à 687euros, pour douze heures de travail hebdomadaire», relève M. Ginet. Le problème, c est que les directions d établissement ne sont pas toujourstrèssouples.dans lesuniversités, les étudiants salariés disposent en théorie des mêmes droits que les sportifs de haut niveau, leshandicapésoulesartistes : aménagements d horaires, étalement des cursus, etc. Dans les grandes écoles, c est une autre histoire. Certains directeurs des études refusent les facilités. «Pour cela, il faudrait multiplier les cours et donc les professeurs. Et surtout avoir les moyens de le faire», se justifie l un d entre eux. Non sans ajouter que, de toute façon, les étudiants salariés s arrangent seuls pour moduler leur emploi du temps en fonction de leurs contraintes, en choisissant leurscours selon les horaires et en faisant parfois un appel «Quinze heures par semaine, c est la limite. Au-dessus, cela devient très compliqué, à la fac oudans une écolede commerce» Jean-François Ginet, chercheur direct à la mansuétude de tous leurs professeurs. D autres,enrevanche,fontpreuve de plus d attention. A la Rouen Business School, par exemple, l école propose des petits boulots à ses élèves, à l accueil ou à la bibliothèque. Plus à l est, la Reims Management School a mis en place une classe à horaires aménagés depuis deuxansdéjà.«nousdevionsmonter une classe spéciale pour des élèves en double diplôme, qui ont des agendaschargés. Nous avonsfaitle rapprochement avec les étudiants salariés, qui sont nombreux chez nous, et nous leur avons également ouvertcette classe», se rappelleisabelle Chevalier, directrice des études. Cours le matin, boulot l aprèsmidi et le soir. Mais le dispositif ne fonctionne qu en première année. L an prochain, les quarante-cinq élèves de cette classe pourront moduler leurs enseignements ou se mettre en «pause-cursus» un trimestre. p J. D.-C. Agro Alimentaire Gestion Communication

8 universités 8 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes «Eduquer mieux avec moins d argent» La France doit quitter l approche arithmétique et penser sa dépense éducative comme un investissement, plaide Bernard Hugonnier, directeur adjoint à la direction de l éducation de l OCDE Bernard Hugonnier est directeur adjoint à la direction de l éducation à l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) depuis Pour l OCDE, les Etats doivent considérer l éducation comme un investissement. Avez-vous le sentiment d être entendu? Pasdutout. Lespaysconsidèrent l éducation comme une dépense parmi d autres. Qu il faut réduire, carc estunedépense. Or, enfrance, la politique actuelle de ne pas remplacer un retraité sur deux ne va pas améliorer le système. Où sont les défaillances? Partout! Dans le primaire, le secondaire et le supérieur. Il vaudrait mieux dire: «Faites-nous un plan pour améliorer les choses et dites-nouscombiencelava coûter.» Pour l OCDE, il s agit davantage d améliorer les systèmes que de réduire les dépenses. Avoir mieux pour la même somme dépensée. Ou même mieux avec moins d argent. Cette approche arithmétique qui consiste à couper une tête sur deux n a pas de sens. Certes, cela contribue à faire des économies. Or,sil onprenaitles60000professeurs que l on va supprimer et qu on les mettait dans les zones d éducation prioritaires (ZEP), cela augmenterait de 60 % le nombre de professeurs dans ces zones. Quel serait l impact sur l économie française? Chaque année, jeunes sortent du système éducatif et à BAC +2 BAC +3/4 peu près d entre eux sont sans qualification. Pour l essentiel, ils viennent des ZEP. Si l on y mettait60000professeurs, cela coûterait 2,5milliards d euros par an. Et combien cela rapporterait-il? Si la France se hissait, comme la Finlande, à la deuxième place du classementpisa l étudequimesure les performances des systèmes éducatifs des pays de l OCDE, le bénéfice pour la France atteindrait les 125milliards d euros par an sur quatre-vingtsans,soituneaugmentation de6% du produit intérieur brut (PIB). A titre de comparaison, le budget de l éducation s élève au total à87milliards d euros. Evidemment, nousn arriverons pas à faire aussi bien que la Finlande en mettant 60000professeurs de plus dans les zones d éducation Admission en 1 re année d ESC Admission en 2 e année d ESC prioritaires. Mais sionaugmentait simplement de 25 points notre moyenne dans le PISA, le PIB français augmenterait de plusieurs dizaines de milliards d euros. Ce qui permettrait de couvrir facilement le coût de ces professeurs que l on veut supprimer. Comment expliquez-vous que les Etats n entendent pas ce raisonnement? En général, les hommes politiques disent toujours : vous avez raison,ilfautaugmenterlesdépenses d éducation. Tony Blair était le premier à déclarer: «J ai trois priorités, l éducation, l éducation, l éducation.» Lorsqu il est arrivé, Angel Gurria [le secrétaire général de l OCDE] m a dit:«j ai troispréoccupations: l éducation, l éducation, l éducation.» Mais lorsqu il a fallu 17 Grandes Écoles de Management 17 Chances de réussir ÉPREUVES ÉCRITES GRATUITES pour les BOURSIERS Passerelle sera présent sur le salon des Grandes Écoles du Monde les 19 et 20 Novembre 2011 au Palais Brongniart. Vous souhaitez intégrer une Grande École de Management? Retrouvez-nous sur le stand C64! Le concours qui vous ouvre le monde des Grandes Écoles voter le budget de l éducation, il m a avoué : «Je suis désolé mais je ne peux pas l augmenter.» Car plus d argent pour la santé, c est indispensable, plus d argent pour lasécurité, lajustice,c est indispensable aussi. Même si à mon sens, le nerf de la guerre, c est l éducation. Comment cela se traduit-il concrètement? L éducationpermetaux personnes d avoir à la fois une santé et une vie personnelle meilleures. Cela crée aussi des citoyens plus impliqués dans la vie associative et politique. Donc, d un point de vue personnel et sociétal, il n y a que des bénéfices à faire des études supérieures. Enfin, au lieu d être au chômage et d être assistés, ceux qui ont fait des études sont des gens qui produisent, qui sont «employables» et créent de la valeur ajoutée. Les chiffres du Bureau international du travail (BIT) montrent qu il existe actuellement dans le monde 200 millions de chômeurs. Dans l hypothèse rose, c est-à-dire si les choses ne s aggravent pas, il y aura20millionsdechômeurs supplémentairesen2012. Dansl hypothèse noire, ce sera 40 millions. Nous allons rentrer dans une guerre des emplois, car chaque pays va vouloir protéger les siens. En France, les dépenses dans le primaire sont à vos yeux insuffisantes En effet, elles sont inférieures à la moyenne des pays de l OCDE. En revanche, on dépense beaucoup trop dans le secondaire. Ce n est pas tellement le fait qu il y ait trop de professeurs, mais il y a trop de personnels hors enseignants (cantine, sécurité, personnel administratif, de direction). Ce personnel est beaucoup plus important que la moyenne de l OCDE. Dès lors, si l on doit réduire les coûts dans le secondaire et faire un transfert de ressources dans le primaire, ce n est sûrement pas en diminuant le nombre de professeurs, mais bien le nombre d administratifs. Chiffres euros Lorsqu un étudiant effectue une année en plus d études supérieures, cette année lui permettra ensuite de gagner cette somme supplémentaire au cours de sa carrière. Cette donnée, calculée par l OCDE, est valable pour la France euros C est l avantage brut que l OCDE associe à une année d études supplémentaires. Cette fois, le calcul n est plus fait pour la France mais pour la moyenne des pays de l OCDE. Ce qui signifie qu en France, les études entraînent un retour financier un peu moindre que chez nos voisins euros C est le rendement public qu entraîne pour la France l élévation de revenus calculée ci-dessus. Cela se traduit par une augmentation des cotisations sociales aussi bien que des recettes fiscales. Cela passe également par une revalorisation des salaires des professeurs? En France, on rémunère un peu mieux les jeunes professeurs, ce qui est une bonne chose. Mais les salaires statutaires ont diminué depuis quinze ans. Dans le supérieur, on est au-dessous de la moyenne de l OCDE. Mais là encore, il faut nuancer: les universités sont nettement moins chères que les IUT, eux-mêmes beaucoup moins chers que les grandes écoles. Il y a donc une très grande variété de coûts. Et une certaine injustice aussi. Pourquoi les jeunes qui fréquentent les classes préparatoires et les grandes écoles coûtent si cher? Or, la plupart de ces élèves sont des enfantsdeprofesseursouviennent de milieu bourgeois. Il y a donc une certaine iniquité à donner beaucoup à ceux qui ont déjà beaucoup. «Ceux qui ont fait des études sont des gens qui produisent, sont employables et créent de la valeur ajoutée» L Etat met-il assez de moyens dans ses universités? Oui, je le crois. Le problème de l université en France, c est qu il n y a pas de formation des professeurs. On parle tous de la qualité desenseignants, carlaqualitéd un systèmeéducatif, et donc les résultatsscolairesdesélèves, sontdirectement proportionnels à la qualité des professeurs. Mais pas pour l éducation supérieure. Lorsque vous passez une agrégation, vous êtes professeur d université à vie. A l étranger, en Allemagne, en Grande-Bretagne ou encore aux Etats-Unis, vous devez faire vos preuvesàlafoisentantqueprofesseur qu en tant que chercheur. Ce manque de pression en France ne peut pas conduire à un enseignement de grande qualité. Dans une période où les Etats cherchent à réduire leur déficit budgétaire, l idée que l éducation est une dépense ne va-t-elle pas se répandre? Sûrement, et le risque, c est d aller vers la privatisation. On l observe déjà dans certains pays. En France, ce n est pas encore le cas. Il n y a pas d université privée. Je ne sais pas si le gouvernement y serait favorable. Mais ce sera une tendance sur le long terme. Des pays comme la Chine ou l Inde privatisent à tour de bras. Dans l Hexagone, les droits d inscription sont très faibles, mais la tendance est plutôt d aller vers une augmentation de ces droits. C est en quelque sorte uneprivatisationcachéed unservice public. En Allemagne, pour ceux qui ne font pas leur cursus dans les temps voulus, on augmente les droits d inscription. En France, si l on souhaite plus d élèves dans le supérieur et que l Etat n en a pas les moyens, il faut demander aux plus riches de payer plus cher les droits d inscription. Cela permettra d accorder plus de bourses. Quels seront les chantiers du prochain ministre de l éducation? Dans le secondaire : donner des moyens aux ZEP et diminuer en cinq ans les jeunes qui sortent sans diplôme. Et dans l éducation supérieure : être plus exigeant sur les professeurs et ne pas augmenter les droits d inscription afin de faire entrer davantage de jeunes issus de milieux modestes à l université. On peut aussi envisager la mise en place de crédits remboursables seulement à partir d un certain niveau de ressources, comme en Australie ou au Canada. p Propos recueillis par Nathalie Brafman

9 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & grandes écoles 9 Une école pas comme les autres L établissement public Télécom école de management (TEM), situé au sud de Paris, est exemplaire en matière de soutien et d accompagnement aux élèves les plus modestes Entreprêt d ordinateurs et distribution de bourses, l école de management Télécom propose un accompagnement renforcé à ses étudiants les plus modestes. Dans le monde des grandes écoles, celle-ci fait donc figure d ovni. A la tête de l établissement depuis six ans, Denis Lapert en est conscient. Ce directeur laisse planer une certaine fierté lorsqu il évoque les «spécificités» de celle que l on appelle «TEM». D abord, TEM est une école publique. Elle dépend du ministère de l économie, alors que, dans cet univers, les structures privées sont légion. Elle s est installée sur un campus à Evry, au sud de Paris. Cet espace, qu elle partage avec l école d ingénieurs Télécom SudParis, permet à ses 1200 étudiants de comprendre «très bien la culture scientifique». Logique, ils baignent dedans. Jusque-là, rien d extraordinaire. Ce qui différencie TEM des autres, c est son «ouverture sociale» inhabituelle. L école compte50% de boursiers parmi ses étudiants de première année. Au total, toutes années d études confondues, «aux alentours de 38 %» des élèves de TEM bénéficient d une bourse, souligne Denis Lapert. Une proportion deux fois plus forte qu à son arrivée et bien plus élevée que dans les autres écoles. Avec des frais de scolarité d un montant de 2500euros par an, l école se situe au-dessous des à euros annuels qui sont généralement demandés dans d autres structures. Pourtant, jusqu à la rentrée 2008, suivre des cours de finance, de RH et de marketing sur le campus d Evry coûtait encore bien moins cher. «A l époque, les droits de scolarité étaient de euros, rappelle Denis Lapert. Non que la formation coûtait moins cher ou que les professeurs étaient des professeurs low cost, mais tout simplement nous recevons une subvention de l Etat, comme la plupart des écoles d ingénieurs, qui correspond environ à 70% de notre budget et qui s élève à 17millions d euros.» La hausse des droits d inscription a créé un cercle vertueux. Elle a permis de proposer de nouveaux cours et de renforcer la qualité pédagogique. «Nous avions besoin de ressources supplémentaires pour faire progresser l école, et nous savions très bien que la subvention de Les exonérations et les différentes aides représentent un million d euros annuels, soit «30% du budget opérationnel» de TEM l Etat ne pourrait pas augmenter dans des proportions suffisantes», précise le directeur. Les nouvelles rentrées d argent ont surtout servi à améliorer l accompagnement offert aux plus modestes. Outre une exonération de droits d inscription pour les étudiants, l école francilienne leur octroie des aides financières et leur prête du matériel informatique. Les bourses, qui s échelonnent de quelques centaines d euros à 4 000euros par an, sont étalonnées selon neuf paliers, définis par le revenu brut familial de chaque boursier. Des aides sont également allouées à certains étudiants lors du semestre à l étranger pour leur permettre de financer leur voyage ou participer aux frais de logement. Un coût important pour l établissement, puisque les exonérations et lesdifférentes aides représentent un million d euros annuels, soit «30 % du budget opérationnel» de TEM. Denis Lapert se souvient ainsi malicieusement le discours de Nicolas Sarkozy à Polytechnique, fin 2008, lorsque le président de la République fixait comme objectif un total de30 % de boursiers en classes préparatoires : «Lorsque vous êtes une école qui n est pas financée par l Etat, vous pouvez écouter le président de la République avec respect tout en vous fichant pas mal de ce qu il dit. Par contre, quand vous êtes une école publique, pour vous, c est quasiment un ordre que d atteindre cette proportion.» L objectif dépassé, Denis Lapert souhaite maintenant garder une «mixité» au sein de son établissement. Pas sûr donc que la part des boursiers continue d augmenter. Le chef d établissement ne souhaite pas non plus devenir l école qui ne reçoit que des boursiers. Alors que les grandes écoles peinent à atteindre la barre des 30 % de boursiers, Denis Lapert appelle de ses vœux un système de bonus-malus pour que le poids de l ouverture sociale ne pèse pas sur les seules épaules d une poignée d établissements. «Toutes proportions gardées, je pense un peu à cette loi qui oblige les villes à avoir un pourcentage de logements sociaux», explique-t-il, en référence à la loi SRU. p Yann Bouchez Repères 57% des diplômés veulent aider leur école 57% des diplômés d un niveau bac +3 ou plus se déclarent prêts à soutenir au moins l un des projets de l établissement qui les a formés. Or, seuls7%des anciens et 6% des étudiants ont déjà fait un don à cet établissement, selon les résultats d une étude OpinionWay parue en novembre sur la générosité des diplômés et des étudiants français. Il s avère, selon cette étude réalisée pour Excel et Wdm.directinet, que59% des anciens se sentent attachés à leur établissement. Mieux, près d un actif sur deux (46%) de niveau bac +3 ou supérieur aimerait avoir davantage de liens avec son ancienne école ou université. Le sentiment d attachement varie selon le type d établissement: de 58% en université, il dépasse les80% chez les étudiants en école de commerce et d ingénieurs. 26,3 milliards d euros pour le supérieur En 2009, la collectivité nationale (Etat, collectivités territoriales, autres administrations publiques, ménages et entreprises) a consacré26,3milliards d euros à l enseignement supérieur, +3,4% par rapport à 2008 (à prix constants). Ecoles de management 93% de diplômes visés par le ministère Parmi les étudiants inscrits dans une école de management, 93% suivent une formation qui permet d obtenir un diplôme visé par le ministère, 4% un mastère spécialisé et3% un MBA. Moins de femmes en management qu ailleurs La part des femmes dans les écoles de management délivrant des diplômes visés s élève à 48,7% en 2009, contre55,7 % dans l ensemble de l enseignement supérieur. 44% de bacheliers éco En 2009, les étudiants inscrits en école de management reconnue à diplôme visé sont principalement titulaires d un baccalauréat général, série économique et sociale (44,7%) ou scientifique (41,1 %). Les bacheliers technologiques sont également présentset ils sont essentiellement issus de la série sciences et technologies.p Comment réussir à HEC en commençant par un zéro? Zéro euro. Grâce à la Fondation HEC, ce sera la note que recevront les élèves boursiers d Etat* pour leurs frais de scolarité à HEC. * Boursiers CROUS, sur critères sociaux

10 universités 10 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes En France, l emprunt étudiant est encore balbutiant 8% des 2,3millions d étudiants français ont recours à un crédit. Une proportion qui monte àprès de 50%pour les élèves des grandes écoles. Un diplômé d HEC a créé unsite Internet pour comparer les offres des banques, qui lorgnent vers ce marché Financer ses études en empruntant n est pas encore entré dans les mœurs françaises. En France, les crédits étudiants ne sont pas fréquents et ils ne couvrent pas l ensemble des besoins d un cursus. Ils arrivent plutôt en appoint, offrant des coups de pouce bienvenus. Selon une enquête de la Fédérationdesassociationsgénéralesétudiantes (FAGE), 8% des 2,3millions des étudiants ont recours à un crédit, soit par an. Une proportion qui monte à près de 50 % pour les élèves des grandes écoles, un marché intéressant, donc, d autant plus que les étudiants sont de bons payeurs. «Les banques se livrent une bataille féroce pour conquérir la clientèle des étudiants et pour la fidéliser», expliquele fondateur du site Financetesetudes.com, Christian Kamayou. Cet ancien d HEC, qui a dû luimêmeemprunterpourfairesaformation, aeu l idée, aprèsune expérience au Crédit agricole, de devenir courtier en crédit sur le Net pour les étudiants. Les Français sont fidèles à leur banque. Ainsi, selon M. Kamayou, 50 % des personnes âgées de plus de 50ans ont encore la même banque que celle qu ils ont choisie à 18 ans. Les occasions de changer d établissement bancaire sont 12 formations en management à découvrir : Bachelor, Master, MSc, Mastère Spécialisé, MBA, Alternance, Formation Continue Bordeaux : 30 novembre 2011 Paris : 15 décembre Write your story * *Écrivez votre histoire. BEM all rights reserved 2011Conception et realisation : lepublicsystème RCS Nanterre. Crédit photos : BEM rares. Elles se résument souvent à l entrée dans la vie active, à un déménagement ou à l achat d un logement qui implique de partir à la recherche d un crédit immobilier. D où l intérêt des banques pour la clientèle étudiante. Le site Financetesétudes.com, quiabénéficiédesapportsdesstars du Net comme Xavier Niel (Free) Marc Simoncini (Meetic), Jacques- Antoine Grangeon (Vente-privée) etdesconseilsdujournalisteéconomique Jean-Marc Sylvestre, se propose de mettre en compétition les établissementsbancairesetdecomparerleurs offres. Leservice estgratuit pour les emprunteurs et le courtierestrémunéréparunecommission fixe versée par la banque. Mis en ligne en mai2010, le site a déjà accordé 1800 crédits, mais son ambition est de financer 30000à étudiants par an. Les taux oscillent de 2,4 % à 4,5 % avec un montant moyen de euros, lorsque l emprunteur est engagé dans un cycle universitaire, et de 25000euros, pour les étudiants des grandes écoles. Evidemment les banques exigentlacautiond untiers etprivilégient les étudiants les plus rentables. Ceux des écoles de commerce qui sont chères. «Pour accepter un dossier, les banques ne regardent pas tellement les espoirs de rémunérations élevées, mais elles sont attentives à l employabilité de l étudiant au terme de son cursus», commente Christian Kamayou. Les apprentis ou les jeunes qui suivent une formation courte sont également appréciés. La garantie de l Etat, efficace mais confidentielle LANCÉ EN FANFARE en septembre2008 par Valérie Pécresse, alors ministre de l enseignement supérieur et de la recherche, le prêt étudiant garanti par l Etat devait élargir la cible au public des boursiers et à ceux qui ne peuvent pas présenter une caution de parents ou de tiers. Une clientèle délaissée par les banques. L initiative s est inspirée de l exemple du dispositif imaginé par les Banques populaires en partenariat avec La Mutuelle des étudiants (LMDE). Elles avaient, dès 2006, crée un fonds de garantie alimenté par les banques pour octroyer des prêts sans caution. La mise en œuvre du dispositif gouvernemental avait été confiée à l entreprise publique Oséo, dotée pour cela d un fonds de garantie de 10 millions d euros permettant d accorder20000 crédits par an. L ambition était même de passer rapidement à Bilan? Après trois ans de fonctionnement, à fin septembre2011, les cinq banques partenaires (Banques populaires, Société générale, CIC, Crédit mutuel, Caisses d épargne) ont octroyé crédits éligibles à la garantie d Oséo, des chiffres décevants au regard des objectifs annoncés Sans doute est-ce dû au petit nombre d établissements engagés dans le système. Certains se montrent frileux, car la garantie de l Etat est limitée à70% des montants prêtés, le risque sur le solde restant à la charge du prêteur. Le montant moyen accordé avoisine les8000 euros sur six ans (avec deux ans de différé), avec des taux oscillant entre2,5% et3,5%, conformes donc à l ensemble du marché. Sur le plan qualitatif, le bilan est plus convaincant: 59% des emprunteurs interrogés lors d un sondage électronique, réalisé en juin2011, déclarent qu ils n auraient pas pu poursuivre leurs études sans ce crédit, et 79% jugent que la garantie a été déterminante pour décrocher l accord de la banque. Quelque 50% des emprunteurs interrogés sont ou ont été boursiers. Beaucoup de demandes, dont le nombre est par nature difficile à recenser, ont essuyé un refus. «Il est logique que les banques refusent les dossiers de personnes proches du surendettement», reconnaît un conseiller du ministère. En revanche, seuls0,5% des dossiers restent impayés. Les étudiants sont des bons payeurs, même sans la caution de leurs parents. p I. r. l Plus c est long, plus c est cher Lestauxpeuventparaîtreraisonnables, maisempruntercoûtecher, et notamment sur la durée. Cescrédits comportent en effet deux phases, une de différé, souvent de trois ans, au cours desquels soit l emprunteur ne règle que les intérêts (différé partiel), soit il ne paie rien, ni intérêts ni capital (c est le différé total). Puis suit la période de remboursement, qui est en général de cinq ans. Au terme des trois années de différé, l étudiant doit encore le capital initial à la banque, s il a honoré les intérêts. Mais en cas de différé total, sa dette est supérieure au montant emprunté. Elle s alourdit en effet des intérêts non payés. Ainsi, un étudiant qui emprunte eurosà la Banque populaire, qui lui consent un taux de 2,53 %, réglera pendant quatre années les seuls intérêts, soit 41,67 euros par mois. Les cinq années suivantes, il remboursera chaque mois 355 euros. Le montant global des intérêts du crédit atteint euros. Avec un différé total, la note grimpe encore. Aussi, les banquiers conseillent vivement d opter pour le différé partiel, afin de ne pas partir dans la vie active avec une lourde dette à un moment où les besoins sont aigus pour s installer ou trouver un logement. Pour éviter ces déboires, la solution est d intégrer une école où l on est payé. Polytechnique ou l Ecole normale supérieure ou en core l ENA. Facile! p Isabelle Rey-Lefebvre

11 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & grandes écoles 11 Faut-il encore payer les futurs énarques? Les écoles de la fonction publique comme l ENA, l Ecole normale supérieure ou Polytechnique rémunèrent leurs étudiants. Une exception française qui ne fait plus l unanimité RITA MERCEDES Certains y voient une injustice sociale consistant à donner à ceux qui enont a priori lemoins besoin «L origine sociale des fonctionnaires-stagiaires et des élèves ingénieurs doit nous interroger», analyse Julie Gervais, maître de conférences en science politique à l université Paris-I Panthéon. Elle a publié en2007 une thèse sur la réforme du corps des Ponts et Chaussées. «L accélération du pantouflage [départ du public vers le privé], qui intervient de plus en plus tôt dans la carrière, questionne l investissement de l Etat», poursuit la chercheuse. A Polytechnique, sur les 400élèves français d une promotion, 300 se destinent au privé, car à la fin de la troisième année d études, il n y a que 100places dans les grands corps d Etat. Résultat: depuis la réforme «X2000», ces 300polytechniciens payés pendant trois ans près de 900 net par mois ne doivent rien à l Etat. Ceuxquisontintégrésdanslescorpsrestent, en théorie, soumis à l engagement décennal. Mais dans sa thèse, Julie Gervais mesure qu en % des promotions qui avaient entre sept et quinze ans d ancienneté travaillaient dans le privé. En 2000, ils sont 40% à avoir sauté le pas et la tendance n a fait que se confirmer ces dernières années. Ce phénomène alarmant a été signalé par Daniel Canepa, préfet de Paris et de la région Ile-de-France, et Jean-Martin Folz, ancienpdgdepsa, dansunrapportconsacré à l avenir des corps d ingénieurs de l Etat, remis au premier ministre en janvier2009. Ils y déploraient que «de nombreux ingénieurs élèves du corps des Ponts et Chaussées avaient démissionné l an dernier durant leur scolarité de spécialisation, avant même d occuper un premier poste dans l administration». «Débauchés par les banques, ces élèves choisissent clairementlecorpsd Etatpourdesraisonsopportunistes, pour la carte de visite, enchérit Julie Gervais. Le phénomène est encouragé par les écoles qui se conforment de plus en plus au modèle des business schools. Finalementonformedesmanagerssansdistinction privé/public.» Détail révélateur, les offres d emploi pour les diplômés de l X, l ENA et l ENS figurent sur le site Manageurs.com. Le même que pour les anciens de HEC, l Insead, l EPFL, la LSE A l ENA, selon les chiffres de l association des anciens élèves (AAEENA), plus de 19% des diplômés depuis 1945 travaillent dans le privé. Selon une étude réalisée par Eurogroupetl AAEENAauprèsde143énarques des promotions 2000 à 2010, 81 % d entre eux pensent que le privé offre de meilleures perspectives de carrières. Dans une moindre mesure, l ENS-Ulm fait face à un mouvement de défection de ses diplômés. Officiellement, 5 % des archicubes (association des anciens élèves de l Ecole normale supérieure) seraient concernés. «Beaucoup plus, selon Jean-Michel Eymeri-Douzans: il y a un blackout total sur le sujet à l ENS.» La pénurie de débouchés dans le public pousse les normaliens dans les bras du secteur privé. Un mouvement amorcé par l école elle-même qui multiplie les doubles-cursus avec HEC, l Essec ou le CFJ, par exemple. p Julia Zimmerlich PORTES OUVERTES 4 février et 24 mars ,rueArmandMoisant 75015Paris Des études gratuites, rémunérées et, en théorie, un poste à la clé. C estla promesse des écoles de la fonction publique pour attirer lesfuturs fonctionnaires. Pour former statisticiens de l Insee, greffiers, inspecteurs du travail chaque ministère a ses écoles. Au total, une quarantaine d établissements forment chaque année 9 500fonctionnaires-stagiaires, normaliens (Ulm Paris, Cachan, Lyon) et 2000étudiants-militaires polytechniciens. Recrutés sur concours, les futurs agents perçoivent un traitement mensuel, complété par des indemnités de résidence ou de transport. Un inspecteur du Trésor public en formation est rémunéré 1519 net par mois, un énarque, 1397,un élève de l Ecole normale supérieure 1250, uninspecteurdesdouanesstagiaire Ce privilège est assorti d une obligation de service de l Etat jusqu à dix ans, sous peine de rembourserses traitements. Uneexception française, liée au modèle d une fonction publique de carrière, par opposition à une fonction publique d emploi, comme cela existe dans la plupart des pays européens.aulieud embauchersesagentslocalement pour une mission spécifique, la France recrute ses fonctionnaires jeunes, en espérant qu ils feront leur carrière dans le giron de l Etat. La légitimité de la rémunération des fonctionnaires-stagiaires ne fait pourtant plus l unanimité dans le cas des établissements les plus prestigieux que sont l Ecole normale supérieure, Polytechnique et l Ecole nationale d administration. Certains y voient une injustice sociale consistant à donner à ceux qui en ont a priori le moins besoin. Cette légitimité ne se pose pas dans les mêmes termes en fonction des établissements, comme l explique Jean-Michel Eymeri-Douzans, président duconseilscientifiquedeladirectiongénérale de l administration et de la fonction publique: «Le traitement des inspecteurs des douanes stagiaires n a rien de scandaleux, carcesontdesformationstrèsspécialisées et les reconversions dans le privé sont quasi impossibles. En revanche, je ne serais pas choqué que l on supprime le salaire des normaliens et des polytechniciens.» Avec un taux de boursiers à l entrée oscillant entre 11 % et 17 %, l X (Polytechnique),l ENAetl ENS-Ulmjustifientcesinégalités par les origines sociales de leur principalvivierderecrutement:lesclassespréparatoires. «Il est certain que l ascenseur social ne fonctionne plus et qu il faut intervenir bien en amont pour y remédier», constate Jean-Claude Lehmann, président de l association des anciens de l ENS. Malgrécedéséquilibresocial,«lestatutdefonctionnaire-stagiaire a toujours sa raison d être, poursuit M. Lehmann. L ENS a été créée pour attirer les élèves les plus brillants afin de servir le pays. Il ne faut pas casser un système ayant donné la plupart de ses prix Nobel de physique à la France et toutes ses médailles Fields. Surtout dans la période actuelle de forte compétition». Car l Etat se retrouve en concurrence directeaveclesecteurprivé.lespolytechniciens,lesénarquesetdeplusenpluslesnormaliens sont des profils très recherchés. Et sans le privilège de la rémunération, l Etat fait-il le poids pour attirer les talents? Quitter l ENS sans rien rembourser Baptiste est agrégé d éco-gestion. Diplômé de l ENS Cachan en 2006, il a créé son entreprise en 2009: «Les gens courent après l étiquette d une institution prestigieuse. Mais, une fois qu ils sont recrutés, le poste d agrégé ne donne envie à personne (ou presque).» Pour échapper à la «pantoufle» (qui est pourtant maigre pour les normaliens, car les années d études et de thèse sont décomptées de l engagement décennal), «certains changent d adresse et font en sorte de ne pas être retrouvés par l administration, raconte Clément Lecroart, normalien éco-gestion en poste dans une banque. D autres s inscrivent en thèse alors qu ils ont déjà une activité professionnelle.» Et quand ils assument leur choix, le remboursement n est pas systématique. «J ai quitté l ENS Cachan au bout des quatre ans, confie Clément Lecroart. J ai conscience d avoir bénéficié d énormes avantages et je veux m acquitter de la pantoufle. J ai signalé mon changement de situation en Je n ai pas encore eu de nouvelles» Conception:Lonsdale Photo:JP.Elie/CCIP-Architectes:ArchitectureStudio 1Demande de visa en cours La grande école du business development * vousouvreunavenirpleind audace. Romain et Allison ambitionnent de mettre leur envie d entreprendre et leurs compétences commerciales au service d entreprises en développement sur les marchés européens et internationaux. Ils ont choisi Novancia et le cursus Grande École composé d un bachelor en 3 ans (Bac +3) suivi d un master 1 en 2 ans (Bac +5). *Développement d affaires

12 MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE universités 12 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes C e que coûte la France aux étrangers Suivre un cursus dans une grande école pour un étudiant étranger est un véritable investissement. Pour les meilleurs, les établissements les plus prestigieux mettent en place des dispositifs d aide très attractifs Les étudiants étrangers sont les bienvenus dans les grandes écoles françaises, mais ils sont priés de passer à la caisse d abord. Rares sont en effet les établissements dont les frais d inscription ne sont pas majorés pour les candidats hors Union européenne. A HEC, le coût par an pour les étrangers est fixé à euros, contre euros pour les Français et euros pour les Européens. L ESCP (école de commerce à Paris) propose un cursus à euros par an ( euros pour les ressortissants de l UE). A Sciences Po Paris, les droits sont de euros en master. «Même les écoles publiques d ingénieurs se débrouillent pour faire payer plus cher», commente Pascal Codron, directeur de l Institut supérieur d agriculture de Lille et responsable de la commission des relations internationales de la Conférence des grandes écoles (CGE). L astuce consiste généralement à créer des filières spécifiques permettant la mise en place de droits plus élevés que dans les parcours classiques. Certes, au regard des prix pratiqués par les établissements anglo-saxons, la France reste compétitive. Mais, pour de jeunes Chinois, Indiens ou Brésiliens, le coût peut être prohibitif. Afin de pallier cet éventuel frein financier, des dispositifs d aide sont proposés par le gouvernement français. La bourse Eiffel est le plus intéressant. Véritable Graal des étudiants étrangers d excellence, elle concerne chaque année environ 400 étudiants en master et en doctorat, dont une majorité en grande école, indique Bertrand Sulpice, directeur adjoint d Egide, l organisme chargéde la gestion des aides du ministère des affaires étrangères. Pour pouvoir obtenir cette bourse de euros par mois, l étudiant doit être sélectionné par son établissement d accueil, qui lui seul est habilité à présenter les dossiers de candidature. Les jeunes Asiatiques partent avec un avantage. Le programme cible en effet les pays émergents ouàfortpotentiel scientifiqueuniversitaire, dont font partie ceux d Asie, souligne Bertrand Sulpice. Sciences Po Paris, avec ses bourses d excellence Emile-Boutmy de plus de euros paran, est l un des plus généreux En 2011, on comptait ainsi 93étudiants chinois parmi les 400 boursiers du niveau master, et 48 % d Asiatiques boursiers. Autre outil d attractivité, les bourses Quai d Orsay-Entreprises. Les étudiants, sélectionnés par les entreprises conventionnées (qui sont62 àce jour, implantées dans 38 pays, dont notamment Thales, Orange, DCNS, Alten, Crédit agricole, Air liquide), se voient attribuer une bourse de plus de 1000 euros par mois pour venir étudier dans un établissement français. A la clé également pourlesélus, un stagedans l entreprise qui les parraine. Ces parcours d études cofinancés concernent surtout les sciences de l ingénieur, mais aussi les écoles de commerce et les sciences fondamentales. Depuis 2006, date de sa création, 131 étudiants ont bénéficié de ce programme sur mesure. Egalement accordées par le gouvernement français, les bourses réservées aux étudiants étrangers. Plus importantes que celles du Crous pour les Français, elles visent, explique Bertrand Sulpice, «à couvrir toutes les dépenses d un séjour d études». Attribuées en fonction de projets précis qui s intègrent dans des programmes de coopération établis selon des priorités gouvernementales, elles doivent être demandées par les étudiants en amont de leur départ auprès de l ambassade de France dans leur pays d origine. A noter, par ailleurs, l existence d aides à la mobilité octroyées par certains pays à leurs meilleurs élèves ou par des organisations comme le Rotary club, la Commission franco-américaine (cette dernière délivrant les célèbres bourses Fullbright) ou encore par la Commission européenne à travers le programme Erasmus Mundus. Des collectivités, comme la Ville de Paris notamment, disposent elles aussi de budgets ad hoc. A noter, le site Internet de CampusFrance (Campusfrance.org) recense l ensemble de toutes les bourses. Hormis ces dispositifs, qui ne concernent finalement qu une minorité des quelque étudiants étrangers inscrits dans les grandes écoles françaises (chiffres2009 de la CGE), il existe toute une gamme d aides extrêmement variables d un établissement d accueil à l autre. Sciences Po Paris, avecsesboursesd excellenceemile- Boutmy de plus de 7000 euros par an, est à ce titre l un des plus généreux,maisnombreusessontlesécoles qui prévoient d accorder des coups de pouce à quelques élèves triés sur le volet. Difficile en effet aujourd hui de nerienproposerauxmeilleurséléments, tant le marché est devenu compétitif sur un plan internatio- Un Américain à HEC Duncan Osborn S il fallait vraiment dresser un portrait-robot de l étudiant étranger d excellence tel que le fantasment les grandes écoles françaises, il est probable que Duncan Osborn y correspondrait en tous points. A 22 ans à peine, ce jeune Américain est titulaire d un bachelor en ingénierie du prestigieux Georgia Tech Institute (Atlanta, Etats-Unis). Il a créé sa start-up et occupe le poste de vice-président commercial de l entreprise Meda- Vise. Pour couronner le tout, il est en passe d obtenir son diplôme d HEC. Une question se pose néanmoins: pourquoi, alors que toutes les portes lui étaient ouvertes aux Etats-Unis, a-t-il décidé d intégrer une école, selon ses propres dires, peu connue outre-atlantique? La réponse est simple pour ce cadet d une famille de cinq enfants: «Aux Etats-Unis, les profils internationaux sont finalement assez rares. Non seulement nous sommes isolés, séparés du reste du monde par deux océans, mais en plus les opportunités sont tellement nombreuses chez nous que l idée de partir n est pas évidente. Faire une partie de ses études à l étranger permet donc de se distinguer.» HEC ne s est pas imposée immédiatement. L objectif de Duncan Osborn était avant tout d enrichir son cursus scientifique avec des compétences managériales. Attiré par la France et parlant un peu la langue, il passe le concours du SAI (service des admissions internationales) qu il réussit haut la main au même titre que celui de la London School of Economics. Il décide finalement d opter pour l école de Jouy-en-Josas en raison de «sa première place dans les classements» et de l aspect «très concret des études». En bon Américain habitué aux droits d inscription, Duncan Osborn n a en revanche «absolument pas pris en compte le coût des études». «C est la qualité qui prime. Après, on se débrouille!» En l occurrence, HEC lui a spontanément proposé une bourse au mérite de 4000euros. Pas de quoi compenser les euros par an de frais d inscription «un tarif plus élevé que pour les étudiants français, il me semble», note-t-il sans s en offusquer. La question financière n est cela dit pas vraiment problématique pour lui, car il continue en effet d assurer son poste chez MedaVise en parallèle du cursus. Son choix, Duncan Osborn ne le regrette absolument pas, d autant que MedaVise lui a déjà proposé de prendre en charge ses relations internationales dès l obtention de son diplôme. Un travail qui pourrait d ailleurs être basé à Paris. La perspective est réjouissante pour l Américain qui pourrait continuer à profiter de ce qu il préfère en France: les «petits pains au chocolat» et le comté, auquel il a converti toute sa famille. p C.F.

13 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & g randes écoles 13 Qui sont les étudiants étrangers en France? a ORIENTATION DESÉTUDIANTSÉTRANGERSENFRANCE SELON LEUR PAYSD ORIGINE 1,en% Lecture: parmi lesallemands qui étudient en France, 4% sont en formation d ingénieur. Allemagne Italie Autres Union européenne Europe horsunion européenne Maroc Tunisie Algérie Autres Maghreb Cameroun Sénégal Autres Afrique Liban Autres Moyen-Orient Chine Vietnam Autres Asie Amérique du Sud Amérique du Nord Antilles-Amérique centrale Océanie Total Formation d ingénieur horsuniversités Ecolesdecommerce,gestion et comptabilité Horsformations paramédicalesetsocialesetétablissementsdépendant du ministèredel alimentation, de l agriculture et de la pêche. 2 Ycompris lesformations d ingénieur en partenariat. nal. L ENSCBP (Ecole nationale supérieure de chimie, biologie et physique de Bordeaux), qui peinait àattirer des étudiants étrangers, l a bien compris. Ainsi, elle a créé en 2010 un prix d excellence international de 5000 euros qui récompense chaque année un lauréat choisi parmi les candidats désireux de suivre sa formation dans ses murs. Les établissements tentent enfin de mettre l accent sur l accueil de ces recrues si précieuses Egide, dont le rôle ne s arrête pas à la gestion des bourses, peut àce titre être sollicité. L initiative est née d unbesoin expriméparl Ecole polytechnique, explique Bertrand Sulpice. Afin de pouvoir apporter une réponse adaptée à l établissement, l opérateur a conçu une prestation inédite. Le principe: aller àlarencontre des étudiants et les éclairer sur des sujets tels que le système de sécurité sociale étudiante, les mutuelles complémentaires ou encore arépartition DESÉTRANGERSDANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN FRANCE PARORIGINESEN , en % Maghreb Europe horsue les titres de séjour. Depuis, d autres établissements font appel à Egide, qui peut également aider àlarecherche d un logement ou bien accueillir les étudiants àl aéroport. Des services payants, facturés aux écoles ou aux étudiants. Toutes ces incitations, qu elles viennent du gouvernement français ou des établissements euxmêmes, sont de nature àrenforcerl attractivitédes écolesfrançaises. Toutefois, préviennent Pascal 5% Amérique 24 % 23 % 9% 19 % Asie, Moyen-Orient, Océanie 20 % Afrique horsmaghreb Union européenne SOURCE :MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Codron et Bernard Ramanantsoa (directeur général du groupe HEC), la menace qui pèse sur la venue des meilleurs dans l Hexagone n estpas le coût des études, mais la circulaire Guéant qui, depuis le printemps2011, prévoit de réduire le nombre de visas de travail accordés àces étudiants. «L inquiétude est immense, et le risque de voir nos efforts anéantis réel», s alarme le directeur de HEC. p Caroline Franc De Calcutta à Ecully Oindrila Bhar Lorsqu elle est arrivée à Ecully, petite ville bourgeoise qui abrite le campus de l EMLyon, Oindrila Bhar a d abord cru qu elle avait atterri en rase campagne. Pour cette Indienne de 23ans, le contraste avec les artères bondées de Calcutta était saisissant. Même Lyon, pourtant deuxième métropole française, a pour elle des airs de village: «Seulement deux lignes de métro!» Oindrila s est malgré tout très vite acclimatée à ce cadre de vie: «L accueil aété excellent. Je me suis sentie prise en main et j ai eu immédiatement accès à un logement sur le campus, moins cher qu un appartement en ville.» Une aubaine pour l étudiante dont la famille fait «un énorme effort» pour pouvoir lui payer ses études en France. «C est un investissement considérable. Près de 15000euros par an, pour mes parents qui font partie des classes moyennes dans mon pays, c est une fortune. Heureusement, sur deux années de cursus, il y a deux stages de six mois durant lesquels on peut être rémunéré, ce qui compense un peu le coût.» L EMLyon lui a aussi attribué une bourse de 2000euros cette année: «C est peu, au regard des droits d inscription, mais c est, malgré tout, bienvenu.» Bien que ressentant de son propre aveu «beaucoup de pression» à l idée du sacrifice consenti par ses parents, Oindrila ne regrette pas son choix. «Lorsque j ai pris cette décision de venir étudier en France, j ai bien sûr pensé au prix que cela représenterait. Mais, avant tout, je souhaitais intégrer un établissement de qualité.» Autrement dit, si le montant des droits d inscription n était pas déterminant, le rang de sa future école dans le palmarès du Financial Time, lui, l était. Elle a ainsi refusé l offre d Audencia, pourtant sensiblement moins chère: «C est peutêtre une bonne école mais, dans les classements, elle est loin derrière l EMLyon.» Actuellement en stage au service marketing de Valeo à Annemasse, Oindrila espère rentabiliser l investissement de ses parents. «Jesais que mon diplôme sera reconnu en France et en Europe. Je devrais trouver un poste sans difficulté, d autant que le lieu m importe peu», estime-t-elle. Retourner en Inde ne fait en revanche pas partie de ses projets à moyen terme. Quant à Paris, la ville l attire mais lui fait aussi peur par sa taille et son ébullition. Les deux lignes de métro lyonnaises seraient-elles finalement suffisantes? C. F. ECE Paris EIGSI La Rochelle EPF Sceaux /Troyes ESTACA Levallois-Perret /Laval 4grandes écoles d ingénieurs postbac sur 6campus 1concours unique ouvert aux Bacs SetSTI Connectez-vous immédiatement à notre site internet en scannant le QRCode ci-dessus avec votre mobile!

14 universités 14 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes D un continent à l autre, le prix de l excellence varie Dans les pays scandinaves, les études supérieures sont gratuites et les aides pléthoriques. D autres régions du monde ont fait le choix inverse. Un guide de l OCDE aide à s y retrouver Difficile de faire des comparaisons. Car l excellence «à la française», telleque la proposent les grandes écoles, reste une exception. Lesley Wilson, secrétaire générale de l Association des universités européennes, ne le cache pas. «La France a choisi un système très particulier. Les universitésysont nombreusesetaccessibles à tous. Mais à côté, il y a des grandes écoles depuis Napoléon. Dans les autres pays européens, seul le système universitaire s est développé et diversifié», explique cette Britannique. Bien sûr, certains endroits sont plus réputés, en France comme ailleurs. Mais il s agit d abord d une question d ancienneté et de qualité de la recherche. Pas réellement d élitisme. Et toutes ces formations ne sont pas forcément plus chères que les autres. Délicat, donc, de les assimiler totalement aux grandes écoles françaises. Quant aux différents dispositifs de soutien financier aux étudiants bourse, prêt, exonération de frais d inscription ou aide au logement, «chaque pays est tellement différent qu il est vraiment très difficile de comparer», ajoute Lesley Wilson. Malgré tout, il est possible d y voir un peu plus clair. Dans son étudeannuelle«regardssurl éducation», l OCDE établitunetypologie sommaire des pays en fonction des frais de scolarité et du niveau d aide accordée aux étudiants. Une bonne base de travail pour dresser un panorama. Les pays où les études coûtent cher, mais où les aides sont nombreuses Bienvenue dans le monde anglo-saxon. Au Royaume-Uni, en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas cherchez l erreur!, les étudiants sont plus ou moins logésàla mêmeenseigne. Lemoindre parcours universitaire demande plus de dollars annuels. Aux Etats-Unis, la moyenne grimpe à plus de 6000dollars. Des montants comparables à ceux des grandes écoles tricolores, mais qui sont compensés par un système d aide plus ambitieux. Dans ces pays, plus des trois quarts des étudiants en filière généraliste reçoivent une aide publique. Même s ils n ont pas un sou en poche, les plus doués peuvent donc intégrer, au Royaume- Uni, Cambridge, Oxford ou la LondonSchoolof Economics; aucanada, lesuniversitésmcgill, dewaterloo ou de Toronto; aux Etats-Unis, Stanford, le Michigan Institute of Technologyoul universitédecalifornie. Outre-Atlantique, les endroits les plus réputés restent cependant les anciennes facultés de la Côte est, celles de l Ivy League : Brown, Columbia, Cornell, Dartmouth, Harvard, Pennsylvania, Princeton et Yale. «Le coût moyen tout comprisd une Ivy estde57500 dollars Dans le monde anglo-saxon, le moindre parcours universitaire demande plus de 1500dollars annuels pour un an. Mais les aides financières se montent en moyenne à dollars et environ la moitié des étudiants en bénéficient», souligne Alain Gachon, maître de conférences en civilisation américaine à l université de Montpellier. Jennifer Piibe fait partie de l autre moitié, celle qui doit se financer. Elle est juriste dans une entreprise d e-commerce, après des études de politique internationale à Georgetown et de droit à Fordham. «Mon père a payé mes trois premières années à Georgetown, et moi j ai payé la dernière, et les trois ans à Fordham avec des prêts étudiants», raconte la jeune femme, qui se retrouve avec plus de dollars à rembourser. «Les bourses d études américaines sont distribuées selon des critères académiques. Difficile pour un étudiant moyen de se payer l université si sa famille ne peut pas le soutenir. L un des réflexes des parents lors de la naissance d un enfant est souvent d aller ouvrir un compte bancaire pour les futures études du nouveau-né», nuance Alain Gachon. Des solutions existent cependant. Après le lycée, Baljot Mahal, californien, a rejoint l académie militaire d Annapolis, où sont formés les officiers de la Navy. Le deal, c est des études payées en échange d années de service actif. Baljot Mahal a ainsi passé sept ans à écumer les mers du globe avant dese retrouversurlesbancsdecornell. Le coût de cette formation dollars selon ses estimations est supporté en grande partie par l armée. Son rêve, c est de rejoindre la Silicon Valley. Les pays où les frais de scolarité sont faibles et où les aides sont fortes L élitisme «à la française», ce n est pas la tasse de thé des pays nordiques. Les études y sont gratuites et les aides pléthoriques.«l éducation supérieurey est un droit, pas un privilège», remarque l OCDE. En Suède, 100 % des étudiants reçoivent une aide de l Etat. Tout comme 93 % des étudiants danois, 67 % des étudiants norvégiens, 63 % des islandais et 55 % des finlandais. Aucuns frais d inscription. Même les business schools les plus prestigieuses Stockholm, Helsinki ou Bergen ne demandent rien. Seule entorse à la règle des études pour tous, certains pays nordiques commencent à réfléchir sérieusement à l instauration de frais de scolarité pour les étudiants étrangers en mobilité. La solution a déjà été adoptée au Danemark. Logiquement, ce sont les universités publiques qui accueillent la quasi-totalité des étudiants scandinaves. Les plus brillants se dirigent vers des noms plus huppés. En Suède, il s agit notamment d Uppsala, Lund ou encore Karolinska, l université qui héberge le jury du prix Nobel. On peut aussi citer l université de Copenhague et d Aarhus au Danemark, celle d Oslo en Norvège et Helsinki, la finnoise. Les pays où les études ne sont pas trop chères et les aides limitées Dans ce troisième lot figurent«touslesautrespayseuropéens dont les données sont disponibles», explique l OCDE. Des études abordables et des aides parcimonieuses comme en Autriche, en Belgique, en Espagne, en Irlande, au Portugal, en Suisse, en France, etc. Dans ces pays, la proportion d étudiants soutenus n atteint pas les 40 %. Mais aucuns fraisde scolarité dans les établissements publics ne dépassent1200 dollars annuels. Pour la France, cela exclut bien sûr les grandes écoles privées, nettement plus onéreuses. Ailleurs, ce sont les universités qui tiennentlehautdu pavé, commel universitécharles, quiestlaplusprestigieuse de République tchèque. Idem de l autre côté des Alpes, où la Bocconi de Milan, la Normale de Pise, la Giurisprudenzia de Turin et aussi la Sapienza à Rome comptent parmi les meilleures d Italie. Outre-Rhin, chaque Land fixe lui-même les frais de scolarité. Cela va de la gratuité à quelques centaines d euros par an. «Sijeme rappelle bien, j ai payé trois cents euros par année», indique Jan, un ancien diplômé de l université de Mainz, aujourd huianalystefinancier. «Les universités allemandes sont publiques et ouvertes à tout le monde», souligne Lesley Wilson. Parmi les grands noms, les deux universités de Munich la «LMU» et la «TU», la Freie Universität de Berlin, Heidelberg et Mannheim. D autres contrées dans le monde appartiennent à cet ensemble. Au Brésil, par exemple, les universités publiques sont les plus réputées, avec en tête l université de

15 Jeudi 17 novembre 2011 Financersesétudes universités & grandes écoles 15 Le Japon et la Corée ne sont pas les seuls à faire reposer le poids financier des études sur les ménages. AuChili, lesétudiantsmanifestent depuis des mois contre une réforme de l enseignement supérieur. Les familles chiliennes supportent 80 % du financement du système universitaire. Les frais d inscription ont beaucoup augmenté ces dernières années, une année à la faculté représentant environ 5 000euros. Or, à Santia- Au Chili, les familles supportent 80% du financement du système universitaire São Paulo et l université fédérale deriodejaneiro. Lesfraisd inscription sont faibles, mais la sélection à l entrée, sévère. Sachant que les admis proviennent tous d établissements secondaires privés, qui coûtent, eux, une fortune. Plus au nord, le Mexique. Là-bas, les universités publiques sont quasiment gratuites, mais les meilleures d entre elles l université nationale de Mexico, l Instituto Politecnico Nacional de Mexico et l université de Guadalajara sont exigeantes. «C est très compliqué d y entrer», affirme Nahabi, un Mexicain qui étudie le développement durable à Paris. Parallèlement existe la filière privée, avec en tête l Instituto Tecnologico de Monterrey. Les étudiants aisés qui se destinent aux affaires raffolent de cette sorte de grande école qui demande des frais d inscription supérieurs à dollars l année. Enfin, la situation marocaine est peu ou prou la même. Les enfants des classes aisées se délectent de quelques écoles privées HEC Maroc, l HEM, l EFA Casablanca, l EDHEC Casablanca, ou encore Sciences Po Rabat, tandis que les plus prometteurs peuvent ainsi s inscrire dans les écoles étatiques gratuites, ou presque, comme l IS- CAE (commerce), l école Hassania des travaux publics ou l EFA Casablanca (commerce). A noter que l université Al-Akhawayn a ouvert depuis une dizaine d années dans l Atlas, près d Ifrane. Un campus public à l américaine avec des cursus haut de gamme qui reviennent à trois ou quatre mille euros par an. Les pays où les études sont chères et l aide aux étudiants peu développée La quatrième et dernièrecatégorie. On parleicisurtout de la Corée et du Japon. De l autre côté du globe, tout le poids des études repose presque sur le budget familial. Les frais d inscription moyens dépassent les FABRICEMONVIGNIER dollars annuels. Au Japon, l une des raisons les plus citées de ne pas faire d enfants est ainsi le coût des études supérieures. Seul un tiers des étudiants nippons reçoivent une aide. Les plus doués sepressentdanslesanciennesuniversités impériales. «Les élites sont formées dans ces universités publiques», explique Jon Oba, un chercheur japonais. Elles sont au nombre de sept : Tokyo, Kyoto, Tohoku, Kyushu, Hokkaido, Osaka et Nagoya. go, le salaire moyen est inférieur à 800euros En Chine, la situation est moins conflictuelle, mais les foyers supportent aussi la majeure partie du coût des études. «Les bourses et les subventions sur critères académiques deviennent néanmoins plus fréquentes après la licence», précise l ambassade française en Chine. Accessiblesaprèsle«gaokao», examen national d entrée à l université, Beida pour les humanités et Tsinghua, le «MIT» chinois pour les filières scientifiques sont les établissements les plus prestigieux et sélectifs. Les frais d inscription des «benke» (licence), «shuoshi» (master) et «boshi» (doctorat) dans ces établissements situés à Pékin augmententdepuis2000, etsontcompris entre 600 et euros. En gros, cela représente entre trois et six mois de travail pour un habitant lambda de Pékin. p Julien Dupont-Calbo

16 universités 16 Jeudi 17 novembre 2011 & grandes écoles Financersesétudes MONTRÉAL (Canada) Correspondance Al école HEC Montréal, l ouverture se joue sur tous les tons. D abord, il y a ce bâtiment, tellement ouvert sur le monde extérieur. Et puis, à l intérieur, un tiers des 12200étudiants qui viennent d ailleurs. Les Français en représentent la majorité, attirés par le fait de vivre en terre francophone tout en suivant des études sur le Nouveau Continent. De plus, cet établissement figure au palmarès de Forbes comme l une des dix meilleures écoles de gestion du monde! Il y a malgré tout beaucoup de concurrence pour attirer les étudiants étrangers talentueux, affirme Jacques Nantel, secrétaire général d HEC Montréal. «Nous sommes très proactifs sur le marché français, mais il est clair que les bourses offertes sont un attrait majeur», ajoute-t-il. Leur nombre et leur montant impressionnent. Ainsi, 2,5 millions de dollars canadiens (près de 2 millions d euros) sont distribués chaque année aux étudiants, sans compter les bourses offertes aux seuls étudiants québécois. «Nous voulons doubler, voire tripler ce montant d ici cinq ans», déclare M.Nantel. Est-ce lepremiercritèredechoix pour les jeunes Français? Pas vraiment,sil onencroitaudreylagresle, une Lyonnaise qui est en 2 e année de bac trilingue (niveau licence)enadministrationdesaffaires. Joueuse de football, elle considère qu il est «impossible en France de pratiquer un sport de haut niveau et de suivre des études supérieures». A HEC Montréal, elle a intégré l équipe féminine de soccer(football) des Carabinsde l université demontréal et elle a décroché plusieurs bourses : celle de la Fondation des diplômés en appui aux athlètes, celle des Carabins, plus une autre pour un séjour effectué sur campus au Maroc, en mai. «Les premières couvrent mes frais de scolarité», se réjouit-elle. A cet égard, les Français ont un avantage de taille sur les autres étudiants étrangers au Québec : en vertu d une entente bilatérale, ils bénéficient des mêmes frais de Chiffres HEC Montréal, l accueillante francophone Les étudiants français de cette très cotée école de management canadienne bénéficient d un accord bilatéralqui réduit leurs frais de scolarité scolarité que les Québécois (environ 3200dollars canadiens par an, soit environ euros), alors qu ils sont cinq fois plus élevés pour les autres. Plusieurs bénéficient même d exemptions de droits de scolarité en fonction de leur dossier académique. Mais la barreesthaute, carelles appuiesur une mention très bien ou bien au bac français par exemple. Arielle Desforges, quiestoriginairedecorrèze, en a bénéficié pour sa première année à HEC Montréal, comme poursonentréecetteannéeenmaîtrise es sciences de la gestion. Le choix de Montréal présente un autre avantage financier. Le coût de la vie dans la cité québécoise est bien moindre qu à Paris. HEC Montréal fait ses calculs. L école évalue ainsi les dépenses d un étudiant étranger entre et 23500dollars canadiens (soit entre 11200et 17000euros) pour la première année (autorisation de séjour, installation, ordinateur, logement, frais de subsistance, dépenses scolaires). La panoplie des aides comprend des bourses d exemption de frais d admission, des bourses ponctuelles et d excellence pour tous les niveaux Audrey Lagresle s en tire plutôt bien avec 15000dollars canadiens par an (près de euros), billet d avion compris pour un retour en France à Noël! Et le logement est nettement moins cher, constate-t-elle, comme les sorties au restaurant et dans les bars. Aidée par ses parents, elle a également pu d abord se loger chez un oncle habitant Montréal. ArielleDesforges, elle, n a pas eu cette chance, mais elle s est débrouillée avec ses économies, une bourse au besoin, et «en faisantdessacrifices». Elle a aussi travaillé. Ce qui lui a permis de ne pas «entamer» le prêt que lui a «donné» la BNP. Avec les bourses, basées sur un bon dossier scolaire, l implication sociale ou la pratique d un sport d élite, Audrey Lagresle n a pas eu à travailler pour pouvoir financer ses études trilingues en finance et en affaires internationales. Mais elle n a pas choisi la facilité, avec des entraînements quotidiens et deux matches de foot par semaine! En janvier, elle ira étudier pour une session à Mexico, avec peutêtre une autre bourse en poche. Arielle Desforges, elle, a arrêté de travailler cette session pour se consacrer à son master, grâce à une bourse d admission. L an passé, une autre bourse (du Comité desconseillers du commerce extérieur de la France) l avait aidée pour une session d études en 6 grandes écoles de management accréditées. 6 programmes BAC+3 visés par l État. Inscriptions via le portail APB. 6 grandes écoles de management accréditées. 6 programmes classés parmi les meilleurs masters du Financial Times. 9 élèves de prépa sur 10 inscrits au dernier concours. 6 grandes écoles de management accréditées. 6 programmes classés parmi les meilleurs masters du Financial Times candidats aux derniers concours. Corée du Sud. «En définitive, si je fais le bilan, j ai suivi trois ans d études au Québec avec le budget d un an en France», estime-t-elle. La panoplie des aides offertes par HEC Montréal comprend des boursesd exemptionde frais d admission, des bourses au besoin (en aide ponctuelle), des bourses d excellencepour tous lesniveaux (pour l année préparatoire, pour les quatre ans de 1 er cycle, pour la maîtrise ou le MBA-PHD). S y ajoutent également des bourses d entrepreneuriat, de leadership et d implication, de soutien à la recherche, puis de fin d études pour un mémoire de CONCOURS ECRICOME BACHELOR APRÈS BAC/BAC+1 CONCOURS ECRICOME PREPA APRÈS CLASSE PRÉPARATOIRE CONCOURS ECRICOME TREMPLIN 1&2 APRÈS BAC+2/ BAC+3/ BAC+4 maîtrise ou une thèse de doctorat et, entre temps, une kyrielle de bourses ciblées qui sont offertes par des donateurs. Les bourses proviennent de dons d entreprises et d ordres professionnels, de grandes familles et de fondations privées. S y ajoute encore l argent versé par les diplômés de l école, à raison de 25 %. Cet esprit de corps est important. «A chaque remise de bourse, déclare M. Nantel, nous insistons sur la confiance qu on a dans l étudiant, mais aussi sur le fait qu une fois diplômé, ce sera à lui de donner aux suivants.» p Anne Pélouas mobilité Partir dans un autre pays. Le rêve de bien des étudiants En 2010, 16% des étudiants français ont fait un séjour à l étranger en lien avec leurs études depuis leur entrée dans l enseignement supérieur. Un tiers d entre eux déclare être parti dans le cadre d un programme international. Sans surprise, le frein premier à la mobilité est le coût de cette opération. Ce qui explique que14% des étudiants boursiers ont connu une période de mobilité internationale pendant leur parcours, contre 17 % des non-boursiers. C est également la raison pour laquelle 33% soit un tiers des partants vont exercer une activité professionnelle (stages inclus) hors des frontières. A peine moins que les 39% qui sont partis dans le cadre d une poursuite d études. Le reste y ayant essentiellement suivi un cursus pour apprendre les langues. La proportion d étudiants croît au fil des études. En effet, ils sont12% en licence, 27 % en master et 39% en doctorat. p INTÉGREZ UNE GRANDE ÉCOLE DE MANAGEMENT VIA LES CONCOURS ECRICOME BEM Bordeaux Management School ESCEM Ecole de Management Euromed Management ICN Business School Nancy-Metz Reims Management School Rouen Business School étudiants étrangers étudient au Canada dont10000 Français. Faveur aux Français En vertu d un accord signé entre le Québec et la France, les étudiants qui sont de nationalité française paient les mêmes frais de scolarité que les étudiants québécois. C est-à-dire bien moins que les Canadiens de Toronto ou de Vancouver. Un quart des étudiants étrangers qui viennent au Canada y restent et s y installent. Selon les calculs de l OCDE, c est l un des pays où l on s installe le plus à l issue de ses études supérieures. Les taux d obtention d un diplôme universitaire du Québec comptent parmi les plus élevés de tous les pays industrialisés. Ce pays réussit à amener plus d un jeune sur deux à un diplôme de l enseignement supérieur. La France, elle, en est toujours à 43%. HEC Montréal est affiliée à l université de Montréal. C est une école de gestion indépendante de l université dans son fonctionnement, mais HEC Montréal et l université de Montréal partagent un certain nombre de ressources. Il n existe pas, au Canada, de grandes écoles sur le modèle que nous connaissons en France. 6 grandes écoles de management accréditées. Séminaires d études centralisés à Paris. Postes d assistant recherche dans les écoles. ECRICOME PHD UNIVERSA APRÈS MASTER

L enseignement supérieur français

L enseignement supérieur français «Destination France» L enseignement supérieur français Université Catholique de Louvain, le 01 mars 2012 1 Le système français, quelques chiffres Quelques chiffres: La France compte 2,3 millions d étudiants

Plus en détail

Master Management des systèmes d information

Master Management des systèmes d information Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management des systèmes d information Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE

LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE LES DEBOUCHES DE LA CLASSE ECONOMIQUE ET COMMERCIALE OPTION SCIENTIFIQUE Le Lycée DESCARTES de Tours possède une préparation Economique et Commerciale qui accueille les jeunes gens et jeunes filles, candidats

Plus en détail

au cœur de l europe,

au cœur de l europe, au cœur de l europe, la prepa hec de l aefe (Agence pour l enseignement français à l étranger) Vous etes : : : Futur bachelier ES ou S ayant étudié deux langues vivantes dont l anglais : : Sérieux, travailleur,

Plus en détail

ECONOMIE/COMMERCE/GESTION Les études longues (Bac+4/5)

ECONOMIE/COMMERCE/GESTION Les études longues (Bac+4/5) ECONOMIE/COMMERCE/GESTION Les études longues (Bac+4/5) Novembre 2014 Finance, audit, conseil, ressources humaines les diplômés en économie ou en commerce travaillent dans tous les secteurs d activité.

Plus en détail

"les systèmes éducatifs doivent reconsidérer l apprentissage traditionnel : le développement des talents du 21e siècle doit aller au-delà...

les systèmes éducatifs doivent reconsidérer l apprentissage traditionnel : le développement des talents du 21e siècle doit aller au-delà... 1 sur 5 21/05/2015 11:32 ETUDIANT orientation "les systèmes éducatifs doivent reconsidérer l apprentissage traditionnel : le développement des talents du 21e siècle doit aller au-delà..." L excellence

Plus en détail

Les Ecoles Supérieures de Commerce et de Management : Pour ne pas opposer «ouverture» et «excellence»

Les Ecoles Supérieures de Commerce et de Management : Pour ne pas opposer «ouverture» et «excellence» Pour ne pas opposer «ouverture» et «excellence» - p 3/8 Les Ecoles Supérieures de Commerce et de Management : Pour ne pas opposer «ouverture» et «excellence» Pour entrer dans une école, Les initiatives

Plus en détail

Classes préparatoires Économiques et Commerciales Voie scientifique Une filière d excellence pour un avenir prometteur

Classes préparatoires Économiques et Commerciales Voie scientifique Une filière d excellence pour un avenir prometteur Classes préparatoires Économiques et Commerciales Voie scientifique Une filière d excellence pour un avenir prometteur JOURNÉE PORTES OUVERTES Lycée CHAMPOLLION 31 janvier 2015 PLAN DE LA PRESENTATION

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide du SCUIO-IP Service commun universitaire d information, d orientation et d insertion professionnelle

Plus en détail

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 14 AOÛT 2015 RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr presse@unef.fr 2 Enquête sur le coût de la vie étudiante

Plus en détail

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR PRÉPA MPSI PRÉPA PCSI PRÉPA MP PRÉPA PSI PRÉPA ECE STS MUC

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR PRÉPA MPSI PRÉPA PCSI PRÉPA MP PRÉPA PSI PRÉPA ECE STS MUC ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR PRÉPA MPSI PRÉPA PCSI PRÉPA MP PRÉPA PSI PRÉPA ECE STS MUC Le choix de la réussite Stanislas Cannes Enseignement supérieur Le choix de la réussite Choisir de poursuivre ses études

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES PARTENARIATS ENTREPRISES Votre entreprise au cœur de l IÉSEG RENCONTRER LES ÉTUDIANTS ET LES DIPLÔMÉS DE L IÉSEG L IÉSEG accompagne ses étudiants dans le développement de leur projet professionnel et dans

Plus en détail

1 seul concours, le 22 avril 2015

1 seul concours, le 22 avril 2015 1 seul concours, le 22 avril 2015 10 écoles de commerce et de management international ouvertes aux bacheliers et futurs bacheliers Diplômes visés par le Ministère de l Enseignement Supérieur Un accès

Plus en détail

Faire une école de commerce? Bonne idée! Les écoles de commerce

Faire une école de commerce? Bonne idée! Les écoles de commerce Pourquoi choisir une école de commerce Faire une école de commerce? Bonne idée! Les écoles de commerce ont une excellente réputation, elles offrent une solide formation à la fois théorique et pratique,

Plus en détail

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT CYCLE BACHELOR PROFESSIONNEL Accès à Bac, Bac+1, Bac+2/Prépa CYCLE MASTÈRE PROFESSIONNEL ** Accès à Bac+3, Bac+4 Titre certifié par l État niveau II Bac+3

Plus en détail

CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE

CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE CPES CYCLE PLURIDISCIPLINAIRE D ÉTUDES SUPÉRIEURES UNE NOUVELLE DONNE EN PREMIER CYCLE UNE NOUVELLE DONNE EN 1 ER CYCLE Ouvert à la rentrée 2012, le Cycle Pluridisciplinaire d Etudes Supérieures (CPES)

Plus en détail

Informations sur le baccalauréat économique et social

Informations sur le baccalauréat économique et social Informations sur le baccalauréat économique et social MAHIEU - 2011 La filière sciences économiques et sociales au lycée Une démarche scientifique appliquée à des problématiques généralistes au service

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

BACHELOR DE TECHNOLOGIE

BACHELOR DE TECHNOLOGIE 1 Pour les Bacheliers STI2D BACHELOR DE TECHNOLOGIE Concrétiser ses ambitions Votre choix Bachelor de Technologie Diplôme d ingénieur Diplôme d ingénieur par apprentissage Master Recherche Mastère Spécialisé

Plus en détail

LA PREPA HEC AU LYCEE FRANÇAIS RENE DESCARTES DE RABAT

LA PREPA HEC AU LYCEE FRANÇAIS RENE DESCARTES DE RABAT LA PREPA HEC AU LYCEE FRANÇAIS RENE DESCARTES DE RABAT Des classes préparatoires (voie Economique et voie Scientifique) aux meilleures écoles de commerce et de management L ambition de l excellence Le

Plus en détail

les différentes filières

les différentes filières Les classes préparatoires littéraires offrent les débouchés suivants : les écoles normales supérieures (voir pages 2 et 3) les instituts d études politiques (I.E.P. ou " Sciences Politiques ") (voir page

Plus en détail

Qu allez-vous Entreprendre avec

Qu allez-vous Entreprendre avec Educating Entrepreneurs for the World Qu allez-vous Entreprendre avec EMLYON en 2012 B + C de plein droit + A par cumul soit 100% du barème au 29 Février 2012 Taxe d Apprentissage 2012 Programme Grande

Plus en détail

BILAN DES ADMISSIONS 2014

BILAN DES ADMISSIONS 2014 BILAN DES ADMISSIONS «LE BILAN DES ADMISSIONS MONTRE BIEN QU AUJOURD HUI SCIENCES PO RECRUTE SUR TOUS LES TERRITOIRES.» FRÉDÉRIC MION, DIRECTEUR DE SCIENCES PO EDITO Institution singulière dans le paysage

Plus en détail

La prépa ECS au Lycée Corneille

La prépa ECS au Lycée Corneille La prépa ECS au Lycée Corneille Journées portes ouvertes 21 et 28 janvier 2008 Journées portes ouvertes La prépa ECS au Lycée Corneille 21 et 28 janvier 2008 1 / 17 Pourquoi faire une prépa ECS? Pourquoi

Plus en détail

CONCOURS TREMPLIN 1, PASSERELLE 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1. Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac + 2

CONCOURS TREMPLIN 1, PASSERELLE 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1. Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac + 2 CONCOURS 1, 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1 GRENOBLE EM NEOMA KEDGE ICN SKEMA MONTPELLIER TOULOUSE BS IUT / BTS / L2 Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac + 2 www.admissionsparalelles.com

Plus en détail

CONCOURS TREMPLIN 1, PASSERELLE 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1. Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac + 2

CONCOURS TREMPLIN 1, PASSERELLE 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1. Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac + 2 CONCOURS TREMPLIN 1, PASSERELLE 1 SKEMA AST 1, TOULOUSE AST 1 GRENOBLE EM NEOMA KEDGE ICN SKEMA MONTPELLIER TOULOUSE BS IUT / BTS / L2 Préparer les concours d admission directe en Grande École à Bac +

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Développeur de talents. École Universitaire de Management. Cultivez votre. différence!]

Développeur de talents. École Universitaire de Management. Cultivez votre. différence!] Développeur de talents École Universitaire de Management Cultivez votre différence! L I.A.E de www.iae-grenoble.fr Depuis plus de cinquante ans, l IAE de forme à la fois des managers «double compétence»

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2015/02-03 relative à l habilitation du CESI à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Rapport intermédiaire sur les recommandations pour l école initialement demandé sur la décision n

Plus en détail

26 ème édition EM NORMANDIE CONCOURS DE NEGOCIATIONS 16 ET 17 MARS 2010. Dossier de presse

26 ème édition EM NORMANDIE CONCOURS DE NEGOCIATIONS 16 ET 17 MARS 2010. Dossier de presse 26 ème édition EM NORMANDIE CONCOURS DE NEGOCIATIONS 16 ET 17 MARS 2010 Dossier de presse 26 ème édition EM Normandie Concours de Négociation 16 et 17 mars 2010 Au Normandy Barrière de Deauville Une rencontre

Plus en détail

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche L Union Nationale des Etudiants en Gestion, créée en 2003 est une organisation étudiante ayant vocation à représenter les étudiants de la filière Gestion, en fédérant les BDE des IAE, IUT, UFR et Instituts

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

BILAN DES CONCOURS 2012 : ECRICOME TOUJOURS UNE REFERENCE

BILAN DES CONCOURS 2012 : ECRICOME TOUJOURS UNE REFERENCE BILAN DES CONCOURS 2012 : ECRICOME TOUJOURS UNE REFERENCE Les concours 2012 des Grandes Ecoles de Management de la banque d épreuves ECRICOME ont été marqués par plusieurs faits notoires : Le concours

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine

DOSSIER DE PRESSE. www.dauphine.fr. Mercredi 4 juin 2013 Direction de la communication de l Université Paris-Dauphine DOSSIER DE PRESSE www.dauphine.fr 1 Présentation de l Université Paris-Dauphine L Université Paris-Dauphine est un grand établissement d enseignement supérieur exerçant des activités de formation (initiale

Plus en détail

Prix: Emploi et développement des Hommes Ecole des Ventes Danone Produits Frais France

Prix: Emploi et développement des Hommes Ecole des Ventes Danone Produits Frais France DOSSIER DE CANDIDATURE Prix: Emploi et développement des Hommes Ecole des Ventes Danone Produits Frais France 1 PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L INITIATIVE De quand date cette initiative? La réflexion avec

Plus en détail

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants.

L école compte une centaine de salariés permanents et s appuie sur près de 500 intervenants. Décision n 2015/04-03 relative à l habilitation de l Ecole d'ingénieurs en chimie, physique et électronique de Lyon (CPE Lyon) à délivrer des titres d ingénieur diplômé Objet Dossier A : Renouvellement,

Plus en détail

COLLEGIUM IDF. Etudiants/Entreprises GRANDES ÉCOLES D INGÉNIEURS

COLLEGIUM IDF. Etudiants/Entreprises GRANDES ÉCOLES D INGÉNIEURS ÉTABLISSEMENT PUBLIC DE COOPÉRATION SCIENTIFIQUE 1 er FORUM COLLEGIUM IDF Etudiants/Entreprises GRANDES ÉCOLES D INGÉNIEURS 5B ONNES RAISONS POUR NOUS REJOINDRE Un des plus grands établissements de formations

Plus en détail

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr

étudier à lyon 3 guide de l offre de formation www.univ-lyon3.fr étudier à lyon 3 www.univ-lyon3.fr guide de l offre de formation ÉTuDier à lyon 3 découvrez notre offre de formation détaillée en fin de guide, à l AIde de nos fiches de présentation par diplômes un Cadre

Plus en détail

CONSTRUIRE COMPÉTENCES LES. www.groupe-cd.fr

CONSTRUIRE COMPÉTENCES LES. www.groupe-cd.fr CONSTRUIRE LES DE COMPÉTENCES www.groupe-cd.fr ACCOMPAGNER LES RÉUSSITES C&D EN CHIFFRES PLUS DE 9000 300 ÉTUDIANTS SALARIÉS PERMANENTS Compétences & Développement est un groupe d écoles françaises implantées

Plus en détail

BAC + 3 et plus ADMISSIONS PARALLÈLES. Préparer les concours d admissions parallèles en Grande École à Bac + 3 et plus HEC ESCP

BAC + 3 et plus ADMISSIONS PARALLÈLES. Préparer les concours d admissions parallèles en Grande École à Bac + 3 et plus HEC ESCP ADMISSIONS PARALLÈLES ESSEC SCIENCES PO PARIS EM LYON HEC ESCP EDHEC AUDENCIA SKEMA AST2 TREMPLIN 2 PASSERELLE 2 TOULOUSE BS AST2 MASTERS SPÉCIALISÉS BAC + 3 et plus Préparer les concours d admissions

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide pour votre orientation et votre insertion professionnelle Service commun universitaire d information,

Plus en détail

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans Bachelor in Business programme post-bac en 3 ans Bienvenue à l ISC Paris Andrés Atenza Directeur Général de l ISC Paris Formation généraliste, le Bachelor in Business de l ISC Paris vous donne toutes les

Plus en détail

Information Orientation

Information Orientation Information Orientation Réunion du mercredi 7 novembre 2012 Classes préparatoires Grandes écoles (d ingénieurs ou de commerce) IEP Réunion du mercredi 14 novembre 2012 Etudes courtes Etudes universitaires

Plus en détail

Prépa Economique et Commerciale (EC), Voie Scientifique. Prépa Economique et Commerciale (EC), Voie Economique.

Prépa Economique et Commerciale (EC), Voie Scientifique. Prépa Economique et Commerciale (EC), Voie Economique. Edition 2011/2012 AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER CLASSE PREPARATOIRE AUX GRANDES ECOLES COMMERCIALES FRANCAISES ( CPGE ) Prépa Economique et Commerciale (EC), Voie Scientifique. Prépa

Plus en détail

LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE

LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE LE COMMISSAIRE AUX COMPTES CRÉATEUR DE CONFIANCE se former à son rythme Dans un monde de plus en plus ouvert et réactif, nos économies réclament des informations comptables et financières les plus fiables

Plus en détail

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School 2 Bienvenue à l Iteem! Vous êtes curieux, dynamique, ingénieux? Vous avez

Plus en détail

Préparation aux concours - des Grandes Écoles de Management - de l ENS Cachan - de St Cyr

Préparation aux concours - des Grandes Écoles de Management - de l ENS Cachan - de St Cyr CLASSE PRÉPARATOIRE ECE EC ECO ST-CYR Voie Économique St Cyr Préparation aux concours - des Grandes Écoles de Management - de l ENS Cachan - de St Cyr Année 2010/2011 COMMENT S INSCRIRE EN CLASSE PRÉPARATOIRE

Plus en détail

RECRUTEZ UN FUTUR INGÉNIEUR

RECRUTEZ UN FUTUR INGÉNIEUR École Nationale Supérieure des Ingénieurs en Arts Chimiques Et Technologiques de Toulouse ENTREPRISES RECRUTEZ UN FUTUR INGÉNIEUR PAR LA VOIE DE L APPRENTISSAGE DANS LES SPÉCIALITÉS GÉNIE CHIMIQUE GÉNIE

Plus en détail

ecricome concours tremplin 1 & 2 Après

ecricome concours tremplin 1 & 2 Après concours ecricome tremplin 1 & 2 Après bac +2 / bac +3 / bac +4 z 5 grandes écoles de management accréditées. z 5 programmes classés parmi les meilleurs Masters du Financial Times. z 5771 candidats aux

Plus en détail

L Université Toulouse 1 Capitole et l Académie de Toulouse s engagent dans l accessibilité à l enseignement supérieur pour tous

L Université Toulouse 1 Capitole et l Académie de Toulouse s engagent dans l accessibilité à l enseignement supérieur pour tous Toulouse, le 7 mai 2013 Dossier de Presse L Université Toulouse 1 Capitole et l Académie de Toulouse s engagent dans l accessibilité à l enseignement supérieur pour tous Mardi 7 mai 2013 Signature d une

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

GRETA (Prépa Concours)

GRETA (Prépa Concours) Le GRETA (Groupement d ETAblissements) rassemble des établissements publics parisiens afin d assurer pour le compte de l Education nationale une mission de formation continue et d insertion professionnelle.

Plus en détail

Avec un bac+2 tertiaire

Avec un bac+2 tertiaire L obtention de la L3 et l entrée en école supérieure de commerce en un an c est possible Grâce à un parcours original combinant simultanément des enseignements de type CPGE et de type universitaire En

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

Stages Sésame - Accès

Stages Sésame - Accès Stages Sésame - Accès Prépa Commercia, désormais dans le top 5 des prépas françaises est heureuse de vous proposer des stages destinés à vous faire intégrer les écoles de management par la voie Prépa ou

Plus en détail

Grandes écoles : les chemins de traverse

Grandes écoles : les chemins de traverse SPÉCIAL INTÉGRATION Les écoles de commerce et d'ingénieurs recrutent de plus en plus des étudiants ayant brillament réussi un premier cursus p. 20 CONCOURS La plupart des grandes écoles se sont regroupées

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

aveniringénieur www.telecom-lille1.eu Formation par apprentissage

aveniringénieur www.telecom-lille1.eu Formation par apprentissage aveniringénieur Formation par apprentissage Télécommunications Systèmes d Information Informatique & Réseaux Ingénierie Multimédia www.telecom-lille1.eu TELECOM Lille1 avenir Ingé présentation et débouchés

Plus en détail

Réunion d information pour les parents des élèves de 2 e année : BCPST2 et EC2. décembre 2015

Réunion d information pour les parents des élèves de 2 e année : BCPST2 et EC2. décembre 2015 Réunion d information pour les parents des élèves de 2 e année : BCPST2 et EC2 II. Les Concours aux Écoles de commerce et de management ECRICOME et BCE Les Grandes Ecoles de Commerce et de Management -

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.02 AVRIL À la rentrée 2011, 79 800 étudiants sont inscrits en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), effectif en hausse de 0,7 % par rapport

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique S orienter Les supports du scénario Document 1 : la fiche d entretien ENTRETIEN INDIVIDUEL

Plus en détail

formation entrepren innovants Programme Master Grande École (ESC Montpellier) montpellier-bs.com

formation entrepren innovants Programme Master Grande École (ESC Montpellier) montpellier-bs.com utrement expertises formation Programme innovants Master Grande École (ESC Montpellier) entrepren CONCOURS FORMATION INITIALE ALTERNÉE Concours Spécifique du Programme Master Grande École (ESC Montpellier)

Plus en détail

Une date à retenir : notre matinée portes ouvertes, le samedi 1er février 2014. M Jean François Delporte Proviseur

Une date à retenir : notre matinée portes ouvertes, le samedi 1er février 2014. M Jean François Delporte Proviseur L a «p r é p a» C P G E E C T, v o i e t e c h n o l o g i q u e L y c é e L e s B r u y è r e s E d i t i o n 2 0 1 4 L a C l a s s e Pr é pa r a t o i r e aux G r a n d e s É c o l e s, é c onomiques

Plus en détail

BAC + 2 CONCOURS EDHEC AST 1. Vous êtes en : Préparez le concours d admission sur titre en 1 ère année à l EDHEC à Bac + 2

BAC + 2 CONCOURS EDHEC AST 1. Vous êtes en : Préparez le concours d admission sur titre en 1 ère année à l EDHEC à Bac + 2 CONCOURS EDHEC AST 1 Vous êtes en : L2 SCIENTIFIQUE (MASS, MATHS, PHYSIQUE ) L2 ÉCONOMIQUE (ÉCONOMIE, GESTION ) CLASSE PRÉPARATOIRE SCIENTIFIQUE (MATHS SPÉ) BAC 2 Préparez le concours d admission sur titre

Plus en détail

Janvier 2013 www.passerelle-esc.com Contact presse Barbara Lenoir Tél. : 09 52 20 47 16 b.lenoir@passerelle-esc.com

Janvier 2013 www.passerelle-esc.com Contact presse Barbara Lenoir Tél. : 09 52 20 47 16 b.lenoir@passerelle-esc.com Partie I L Association Passerelle Le Concours Passerelle 2013 Dossier de presse Janvier 2013 www.passerelle-esc.com Contact presse Barbara Lenoir Tél. : 09 52 20 47 16 b.lenoir@passerelle-esc.com 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Contacts : IUT 2 Grenoble Licence MGE. 2 place Doyen Gosse 38031 Grenoble cedex. Tél : 04 76 28 47 13. mge@iut2.upmf-grenoble.fr

Contacts : IUT 2 Grenoble Licence MGE. 2 place Doyen Gosse 38031 Grenoble cedex. Tél : 04 76 28 47 13. mge@iut2.upmf-grenoble.fr Licence (L3) Mention Economie et Gestion Parcours Management et Gestion des Entreprises La Licence (L3) Mention Economie et Gestion Parcours MGE est une filière généraliste qui permet aux étudiants titulaires

Plus en détail

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE

UNE ÉCOLE D INGÉNIEUR D EXCELLENCE POUR L AFRIQUE SOMMAIRE L ÉCOLE CENTRALE CASABLANCA, L EXCELLENCE UNIVERSITAIRE À VOCATION PANAFRICAINE... 2 L ÉCOLE CENTRALE PARIS, DEVENUE CENTRALESUPELEC LE 1 ER JANVIER 2015... 3 LE RÉSEAU INTERNATIONAL DES ÉCOLES

Plus en détail

Sommaire. Avant-propos...13. Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17

Sommaire. Avant-propos...13. Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17 Sommaire Avant-propos...13 Quelles études choisir? Bien choisir et savoir gérer son parcours...17 Avez-vous un projet professionnel?...17 Vous avez une idée précise de ce que vous voulez Vous connaissez

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS. Contact - Presse

DOSSIER de PRESSE PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS. Contact - Presse DOSSIER de PRESSE 2014 Contact - Presse Agence MCM Mélissa MAMBERT Tél : 04 91 31 47 37 06 25 53 10 81 m.mambert@agence-mcm.com PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Management. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie et management de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable Devenez remarquable Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5 Supplément Programme ne peut être remis indépendamment de la brochure IDRAC Paris Lyon Nice Montpellier Nantes TOULOUSE grenoble

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2013/11-02 relatif à l habilitation de l Université du Havre - Institut Supérieur d Etudes Logistiques (ISEL), à délivrer des titres d ingénieur diplômé. Objet : Dossier A : Renouvellement des habilitations

Plus en détail

l innovation, l ouverture, la responsabilité et l excellence. (plus de 800 articles et ouvrages publiés au cours des cinq dernières années)

l innovation, l ouverture, la responsabilité et l excellence. (plus de 800 articles et ouvrages publiés au cours des cinq dernières années) Mastères Spécialisés * You have the answer* Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs fortes : l innovation, l ouverture, la responsabilité

Plus en détail

SMBG Dossier de presse

SMBG Dossier de presse SMBG Dossier de presse Classement SMBG 2011 des Meilleures Formations Post-Bac & Post-Prépa [Licences, Bachelors, Grandes Ecoles] Contact : Marie-Anne BINET Directrice de la communication marie-anne.binet@smbg.fr

Plus en détail

Licence professionnelle Ingénierie, conception, organisation et gestion des systèmes de restauration collective

Licence professionnelle Ingénierie, conception, organisation et gestion des systèmes de restauration collective Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Ingénierie, conception, organisation et gestion des systèmes de restauration collective Université Toulouse II - Jean Jaurès UT2J Campagne

Plus en détail

20 avril 2016. Une seule date d épreuves écrites. 10 écoles post-bac de commerce et de management international

20 avril 2016. Une seule date d épreuves écrites. 10 écoles post-bac de commerce et de management international Une seule date d épreuves écrites 20 avril 2016 2015 2016 10 écoles post-bac de commerce et de management international Diplômes visés par le Ministère de l Enseignement Supérieur Le concours regroupe

Plus en détail

Ingénieur Etudes et métiers. CIO Neufchâteau Février 2015

Ingénieur Etudes et métiers. CIO Neufchâteau Février 2015 Ingénieur Etudes et métiers CIO Neufchâteau Février 2015 Ingénieurs Quelques chiffres Entre les techniciens et les chercheurs Les fonctions de l ingénieur Des secteurs d activités variés Différents parcours

Plus en détail

L EGC du Maine en 72 Questions / Réponses

L EGC du Maine en 72 Questions / Réponses L EGC du Maine en 72 Questions / Réponses L EGC du Maine Se renseigner sur l EGC Entrer à l EGC Travailler après l EGC Etudier à l EGC Vivre à l EGC Stages en entreprise pendant les 3 ans d EGC Le cursus

Plus en détail

ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT

ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT Juillet - Août - Septembre 2013 N 50 ALTERNATIVES ENSEIGNEMENT Edito La formation en alternance et l apprentissage des classes moyennes permettent de combiner les cours généraux et techniques avec la pratique

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION. Etudiants à petit budget, bons plans pour intégrer une grande école

DROIT ECONOMIE GESTION. Etudiants à petit budget, bons plans pour intégrer une grande école DROIT ECONOMIE GESTION Etudiants à petit budget, bons plans pour intégrer une grande école Différentes préparations et formations gratuites et/ou rémunérées SCUIO JM Septembre 2012 2 PENSEZ AUX FORMATIONS

Plus en détail

Licence Economie et gestion

Licence Economie et gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants Avec le concours de Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants N 19269 Vos contacts Ifop : Frédéric Dabi frederic.dabi@ifop.com Beltrande Bakoula beltrande.bakoula@ifop.com

Plus en détail

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision :

La Commission des Titres d ingénieur a adopté la présente décision : Décision n 2013/06-02 relative à l habilitation de l École supérieure d ingénieurs des travaux de la construction de Cachan (ESITC) à délivrer le titre d ingénieur diplômé Objet : Dossier A : renouvellement

Plus en détail

SMBG Dossier de presse

SMBG Dossier de presse SMBG Dossier de presse Classement SMBG 2009 des Meilleures Formations Post-Bac & Post-Prépa [Licences, Bachelors, Grandes Ecoles] Thèmes abordés : Enseignement supérieur, Pédagogie, Classement, RH Contact

Plus en détail

TOEIC 2016. Test of English for International Communication. www.ipesup.fr. Département Admissions parallèles

TOEIC 2016. Test of English for International Communication. www.ipesup.fr. Département Admissions parallèles Département Admissions parallèles 2015-2016 TOEIC 2016 Test of English for International Communication 0144 32 12 00 www.ipesup.fr Institut privé de Préparation aux Études Supérieures 18, rue du Cloître

Plus en détail

Après un bac ES. Série Economique

Après un bac ES. Série Economique Après un bac ES Série Economique CIO «Nord» - Novembre 2011 L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR EN FRANCE 11 10 Doctorat Thèse Thèse MASTER Recherche 2 MASTER 1 LICENCE 3 LICENCE 2 MASTER Professionnel 2 IUP 2 IUP

Plus en détail

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin

Des conditions d accueil privilégiées au lycée Couperin Pourquoi "oser la prépa ECE "? La CPGE ECE (classe préparatoire aux grandes écoles économique et commerciale voie économique) appelée aussi prépa HEC voie éco est un tremplin d accès aux grandes écoles

Plus en détail

2014-2015. INTÉGRALE 53-59 avenue Paul Doumer 75016 Paris - 01 40 72 74 60 www.prepahec.com

2014-2015. INTÉGRALE 53-59 avenue Paul Doumer 75016 Paris - 01 40 72 74 60 www.prepahec.com I N T É G R A L E I N S T I T U T D E N S E I G N E M E N T S U P É R I E U R P R I V É PRÉPARATIONS AUX ADMISSIONS PARALLÈLES (AST) HEC, ESCP, ESSEC, EDHEC, EM LYON, AUDENCIA, PASSERELLE, SKEMA, TREMPLIN,

Plus en détail