Etude sur la prise en compte des territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude sur la prise en compte des territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations"

Transcription

1 CHAIRE D ECONOMIE URBAINE Etude sur la prise en compte des territoires urbains sensibles dans les projets de développement des agglomérations Synthèse avril 2009 ESSEC AVENUE BERNARD HIRSCH BP CERGY CERGY PONTOISE CEDEX FRANCE TÉL. : 33 (0) FAX : 33 (0) WEB : ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS D'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, ASSOCIATION LOI 1901, ACCRÉDITÉS AACSB INTERNATIONAL - THE ASSOCIATION TO ADVANCE COLLEGIATE SCHOOLS OF BUSINESS, ACCRÉDITÉS EQUIS THE EUROPEAN QUALITY IMPROVEMENT SYSTEM. AFFILIÉS A LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DE VERSAILLES VAL D'OISE - YVELINES.

2 2 Avant-Propos L étude exploratoire dont rend compte cette synthèse a été réalisée par les étudiants de la Chaire d Economie Urbaine de l ESSEC au printemps 2008, auprès de dix agglomérations, au moyen d analyses documentaires et d entretiens, dans le cadre d un séminaire d application. Une étudiante du Mastère Spécialisé Management Urbain, Environnement et Services a contribué à l achèvement des rapports finaux. Le temps disponible n autorisant pas une analyse en profondeur de chaque situation, nous avons pris le parti de considérer que ce qui s impose à l observation témoigne de la clarté d une stratégie et de son caractère public et reconnu, ou à l inverse de ses limites, bien que cela ne permette pas d en évaluer toutes les caractéristiques. Deux journées ont été consacrées dans chaque agglomération à des entretiens et au recueil de documents, organisées à partir du contact pris antérieurement avec un responsable du développement économique et un responsable de la politique de la ville. La préparation des visites et l analyse des observations réunies ont été conduites dans le cadre d un séminaire de recherche. Les documents pris en compte ont été les grands documents d orientation des politiques urbaines et de la politique de la ville : SCOT, PLH, PLU (PADD), PDU, Conventions ANRU et CUCS, PLIE, les Agenda 21 et les documents prospectifs et stratégiques de développement existant à l échelle de l agglomération. En ne ressortant que les éléments saillants, chaque monographie exprime ce qui est mis en avant dans les documents cadres et ce qui est perçu par les responsables opérationnels, au risque d apparaître subjective et incomplète. Ces travaux ne pouvaient être soumis à validation sans changer la nature même de cette étude et ne peuvent être publiés. Le recoupement de ces travaux dans la synthèse apporte une vision plus objective et permet de formuler des recommandations. Les collectivités concernées trouveront dans ces regards, nous l espérons, matière à réflexion voire à débat. Les agglomérations retenues ont été en Ile-de-France la Communauté d Agglomération (CA) de Cergy-Pontoise, la CA de Mantes-en-Yvelines, le Syndicat Intercommunal Orly-Choisy-Villeneuve le Roi, la CA Plaine Commune (CA) et dans les autres régions la Communauté Urbaine (CU) de Bordeaux Métropole, la CA Cap L Orient, la CU du Grand Nancy, la CU Nantes Métropole, la CA de Poitiers et la CA Tours Plus. Nous remercions toutes les personnes rencontrées pour le temps qu elles ont bien voulu nous consacrer et pour leurs apports. La présente étude s inscrit dans un engagement récent de la DIV vers la conduite et la promotion de démarches prospectives. La Mission prospective et stratégie de la DIV a publié en 2007 avec la DIACT un numéro spécial de la

3 3 revue Territoires 2030, intitulé «Prospective urbaine et politique de la ville» et a engagé des «Exercices de prospective appliquée aux territoires urbains sensibles» avec trois agglomérations (Rennes, Besançon et Avignon). Nous remercions Adil Jazouli, responsable de cette mission, de sa confiance. Patrice Noisette Franck Vallérugo, directeur de la Chaire d Economie Urbaine Les étudiants de la Chaire d Economie Urbaine : Bernard du Plessis de Grenédan et Nadège Adoneth, Sophia Agoumi, Benjamin Cukierman, Margaux Delayre, Jasmine Demouy, Fanny Gaglio, Perrine Gros, Maud Gendreau, Audrey Holm, Simon Hupont,Graziella Lorenty, Laurie Martin, Alrick Peloux, Julien Rouvrais, Juliana Varney, Daphné Vialan, Claire Vigé-Helie, Xavier Villebrun, Jessica Violette, Loup Volpilière et Laure Maria-Dusseau (Mastère Spécialisé en Management Urbain, Environnement et Services).

4 4 Le mouvement des collectivités locales vers une approche stratégique de l organisation et du développement de leur territoire, engagé il y a une vingtaine d années, s amplifie aujourd hui dans le cadre des établissements de coopération intercommunale. Ce cadre nouveau tend également à modifier l organisation de ces réflexions. Les démarches stratégiques des agglomérations françaises sont très diverses et conjuguent le plus souvent des approches différentes, notamment en termes d échelles spatiales. Elles reposent sur la mise en convergence d acteurs et de politiques sectorielles sur des grandes orientations communes, exprimées par des documents légaux (SCOT, PLH, PDU ) ou par des chartes, ou sur la conception et le pilotage de projets stratégiques de grande ampleur, qui impulsent ou mettent en œuvre ces convergences dans l espace urbain. Elles s accompagnent souvent d un renouveau de l analyse prospective. Au fil des évolutions institutionnelles et socio-économiques, les évolutions de la politique de la ville elle-même ont été marquées par un double souci : organiser sa mise en œuvre à l échelle de l agglomération, en favorisant la nouvelle donne intercommunale et en s appuyant sur elle ; prendre en compte les facteurs de déqualification territoriale de manière transversale, pour davantage de cohérence globale et d efficacité. La politique de la ville a vocation à s effacer au profit des dispositifs de droit commun, au fur et à mesure que les territoires concernés et leurs habitants sont intégrés dans les dynamiques ordinaires de développement de leur agglomération. Pour renforcer ce processus, il apparaît nécessaire de l intégrer pleinement aux prospectives et stratégies d agglomération : «une politique au fil de l eau et des projets absents ou épars conduiraient dans ces quartiers à l accentuation des phénomènes de ghettoïsation.» 1 Dans ce contexte, l étude exploratoire conduite au printemps 2008 auprès de dix agglomérations visait à apporter et surtout à mettre à discussion quelques réponses à deux types de questions : Ces communautés d agglomération et urbaines prennent-elles en compte les territoires urbains sensibles dans leurs stratégies de développement et comment? Ces derniers sont-ils évoqués de façon autonome ou bien l analyse de leur situation participet-elle des enjeux prospectifs globaux? Leur expérience permet-elle de proposer des recommandations pour une meilleure prise en compte des territoires urbains sensible dans les démarches prospectives et stratégiques d agglomération? Peut-on éclairer les facteurs favorables à susciter, les blocages à prévenir, les coopérations à développer? Cinq thèmes porteurs d une vision stratégique Les agglomérations étudiées se sont organisées de manières très diverses pour l élaboration et la mise en œuvre de leurs politiques stratégiques de développement et de leurs projets structurants. Elles utilisent de manières variées les outils qu elles ont obligation d élaborer et mobilisent chacune à sa manière les acteurs du développement local présents dans leurs territoires. Il n émerge pas de cet ensemble une méthode générale. En revanche, quelques thèmes majeurs semblent se dégager, que l on peut considérer comme autant de témoins d un changement de perspective. Chacun d eux, lorsqu il est pris en compte, indique en effet que la réflexion dépasse le cadre sectoriel et localisé traditionnel de la politique de la ville pour articuler différentes échelles territoriales, pour situer les territoires sensibles comme des 1 Exercices de prospective appliquée aux territoires urbains sensibles, DIV, 2007.

5 5 composantes à part entière de l agglomération. Chacun d eux conduit à une approche transversale, au-delà de la question sectorielle dont il est issu (habitat, économie, transports ). Cette approche permet de ne pas appréhender les territoires sensibles de manière isolée mais comme des éléments inscrits dans les dynamiques de l agglomération, qui en résultent et qui y contribuent directement. Identifier d une manière nouvelle les «territoires urbains sensibles» au sein de l agglomération. Les territoires sensibles ne sont plus traités à part, sous le seul signe de la réparation. Ils deviennent intégrés à une lecture d ensemble des espaces-clefs pour le développement de l agglomération. Deux lectures dominent. Dans certains cas, les quartiers de la politique de la ville ne sont plus désignés comme tels, non pas pour les occulter mais pour souligner l objectif d intégration et éviter de conforter leur stigmatisation. Ce choix a par exemple été clairement fait par la CU du Grand Nancy ou la CA de Poitiers, conduisant cette dernière à redéfinir leurs fonctions au sein de l agglomération. Les politiques structurantes, définies à des échelles spatiales plus larges, s y croisent et s y conjuguent. Dans d autres cas, ces espaces sont affirmés comme des lieux stratégiques du redéveloppement de l agglomération, espaces de projets majeurs pour son devenir, comme à Cergy-Pontoise ou pour la CA de Mantes-en-Yvelines. Les deux lectures peuvent être combinées pour un quartier dont la situation est d un intérêt majeur, comme celui de Malakoff dans la stratégie nantaise ou à Lorient. Dans ce dernier cas, les zones sensibles sont rarement désignées comme telles mais elles correspondent aux secteurs stratégiques du SCOT. Ces approches montrent que le changement de cap repose probablement plus sur une sorte de «banalisation positive» des territoires urbains sensibles que sur la mise en avant de leur spécificité : les maux mais également les potentialités que ces espaces réservent sont appréhendés à l échelle globale de l agglomération et dans une perspective de long terme. Organiser le désenclavement relativement à l accès à l emploi et à la mobilité résidentielle. Le «désenclavement» est l un des thèmes récurrents majeurs de la politique de la ville depuis longtemps, accentué par le développement des politiques locales de déplacements. Cependant, la majorité des analyses et des projets restent axés sur le désenclavement relativement au centre-ville ou d agglomération, défini comme prioritaire pour les liaisons en transports collectifs et la restructuration viaire du quartier. Sans remettre en cause cette orientation, les approches les plus stratégiques prennent également en compte le rôle des mobilités physiques pour l accès à l emploi d une part, pour le maintien et l ouverture des relations sociales d autre part. Le désenclavement s analyse alors relativement aux grandes zones d emploi d une part, à la mobilité résidentielle et au développement des liens sociaux d autre part 2. On trouve notamment cette double approche à Poitiers, où le développement des mobilités périphériques en couronne joue un rôle essentiel pour la revalorisation des espaces sensibles. Dans les plus grandes agglomérations, les objectifs sont d abord liés au déploiement d un tramway et restent ainsi focalisés sur la relation au centre, au moins dans un premier temps (Nantes, Bordeaux, Nancy ). Penser le développement économique en termes de ressources humaines. Les deux questions de la création ou du développement des activités économiques dans un territoire et de l accès des publics en difficulté à l emploi sont encore souvent traitées de manière dissociée. L enjeu est habituellement d amener les personnes vers les emplois existants. Certains territoires s engagent cependant dans une prospective conjointe des emplois et des compétences. En considérant les habitants comme les ressources humaines du territoire, on s interroge alors sur les adaptations mutuelles à conduire entre d une part la stratégie d attractivité et de soutien aux activités économiques et d autre part l information et la 2 Notamment vis-à-vis du relogement : la qualité des liaisons de transport public facilite la diversité de ses localisations en favorisant le maintien des liens sociaux.

6 6 formation de la population à tous les stades de sa vie éducative et professionnelle : comment tenir compte des compétences existantes pour définir les cibles d activités économiques à encourager et attirer? comment préparer les populations visées aux emplois qu elles vont générer? Un tel défi est central pour les territoires urbains sensibles dans la mesure où la durabilité de leur développement économique est fortement conditionnée par le taux d accès ou de retour de leurs habitants à l activité professionnelle. La réflexion prospective sur ce point est encore jeune et peu fréquente parmi les agglomérations étudiées. L expérience de la CA de Cergy-Pontoise montre par exemple que la recherche d une convergence locale entre dynamisme économique et emploi des populations nécessite une définition préalable et pertinente de l articulation des compétences et des initiatives entre l établissement intercommunal et les communes qui en sont membres. Organiser dans la durée l évolution de l offre d habitat et celle des équipements et services. C est peut-être le thème le plus complexe, alors qu il est en principe au centre de la politique de rénovation urbaine. Il s agit en effet pour cette dernière d influencer directement la localisation des ménages à travers la réorganisation spatiale d une «offre résidentielle» qui ne peut pas porter uniquement sur le logement. En effet, l enjeu de mixité sociale, quelle que soit la manière dont on le définit, est avant tout un enjeu de vie quotidienne, de capacité de modes de vie plus ou moins différents à pouvoir s exprimer ensemble ou côte à côte dans l espace public, dans la fréquentation d équipements collectifs ou de pôles commerçants. De ce point de vue, diversité sociale et diversité démographique peuvent se favoriser mutuellement, en appelant des services de proximité et des usages des espaces publics variés. Mais cette alchimie nouvelle demande une évolution progressive et adaptable du quartier, a priori contradictoire avec les modes habituels de projet 3. C est pourquoi les approches stratégiques cherchent à orienter à plus long terme l évolution simultanée de plusieurs quartiers, afin de faire converger leurs vocations et de réduire leurs écarts. De telles réflexions sur l évolution relative dans le temps de la population et des équipements et services semblent cependant encore assez embryonnaires, plus poussées peut-être à Nantes ou à Poitiers. Les deux communautés travaillent simultanément sur la diversification des équipements et services de proximité présents dans chaque quartier et sur la présence d équipements partagés avec les populations d autres quartiers. L effort pour une répartition plus équilibrée du logement social dans le territoire est réel pour toutes les agglomérations étudiées. Mais il se heurte toujours à de réelles difficultés politiques, qui ne favorisent pas la lutte contre l homogénéisation sociale des espaces urbains. Définir les grands projets d une manière complémentaire et y intégrer le programme de rénovation urbaine. La stratégie de développement d une agglomération inclut des projets structurants ou emblématiques, urbains, culturels, économiques etc. Tantôt ces projets apparaissent comme la déclinaison d une stratégie exprimée en tant que telle dans un document d orientations générales ; tantôt ils expriment une stratégie qui n est pas formalisée en tant que telle mais qui se construit de fait à travers eux. Dans les deux cas, si la stratégie est forte, les grands projets apparaissent comme une sorte de système dynamique moteur des transformations de l agglomération ; en faire la carte révèle la stratégie et éclaire sa cohérence et sa crédibilité. Identifier et affirmer un quartier sensible en tant que territoire porteur de projets d avenir pour l agglomération participe de cette logique. Le fait qu un programme de rénovation urbaine apparaisse ou non à ce titre et les liens qui sont établis entre lui et les autres grands projets est alors hautement significatif, notamment de la cohésion intercommunale. Aucune des agglomérations n a semblé présenter de ce point de vue une vision globale et très structurée, Nancy et Plaine Commune s en approchant peut-être le plus. La communication interne et 3 Principe du programme et du plan définis intégralement au départ ainsi que leur durée de réalisation, qui est découpée «à rebours» par tranches opérationnelles (phasage).

7 7 externe de la CU du Grand Nancy affirme très fortement que la revalorisation du principal quartier d habitat social est un enjeu majeur pour le développement de toute l agglomération, l identifiant ainsi à des valeurs positives et collectives. L étude a permis d observer la prise en compte de ces cinq thèmes de trois points de vue : le degré d utilisation des documents stratégiques et leur cohérence, l organisation des services intercommunaux et leur relation avec les communes, la mise en place de dispositifs de concertation avec les acteurs socio-économiques et l intensité de cette dernière. Les agglomérations observées présentent des profils très dispersés sur ces aspects, que l on peut considérer comme les modalités de mise en œuvre de la volonté stratégique. Aucune ne présente une approche où ils seraient chacun pris en compte d une manière forte et liés ensemble par une démarche homogène. Ce résultat peut paraître décevant, mais il ne faut pas oublier que la coopération intercommunale politique a dans l ensemble moins de dix ans et manque encore souvent de légitimité politique, quant elle ne souffre pas d une cohérence territoriale discutable comme souvent en Ile-de-France (et pour cette étude à Orly-Choisy). Le plus souvent, la prise en compte des territoires sensibles se traduit davantage dans les documents stratégiques que dans l organisation permanente des services communautaires, encore peu transversale. L absence de légitimité politique des communautés favorise leur dimension d administration technique sectorielle. Le potentiel des documents stratégiques n est pas toujours complètement ni même correctement exploité dans chacune des agglomérations ; le SCOT fait parfois seul office de support. Dans les rares cas où stratégie d ensemble et cohérence des grands projets sont étroitement associés, le projet de rénovation urbaine est alors clairement affiché comme un enjeu de développement pour l agglomération. Le thème des relations entre ressources humaines et développement économique est pour sa part encore peu présent. Deux agglomérations, Lorient et Plaine-Commune, s en sont cependant saisies. Le blocage semble avant tout culturel et organisationnel : une fois le changement de perspective adopté, il reste difficile d imaginer les dispositifs à mettre en place et comment travailler autrement avec les acteurs économiques. Les deux autres thèmes présentent des situations variées, celui du «désenclavement» relativement à l emploi semblant devoir présenter moins de difficultés que celui de l offre locale en habitat et équipements publics. L observation des dix agglomérations fait également ressortir des points communs quant à la montée en puissance des démarches stratégiques et l ordre de ses composantes. De manière générale, la réflexion prospective et l élaboration des documents stratégiques sont le point de départ. L évolution des services communautaires s impose dans un second temps, de façon à adapter l organisation institutionnelle aux orientations stratégiques définies. L extension de la concertation au-delà des habitants est encore peu généralisée. Elle est cependant décisive là où elle est conduite, notamment pour ne pas limiter la relation avec les entreprises à la recherche de leur mobilisation en renfort de l action publique. Enfin, une certaine ancienneté de la coopération intercommunale et stabilité de son leadership sont des critères nécessaires de progression. Trois facteurs clefs de succès L élaboration et la mise en œuvre de démarches stratégiques d agglomération prenant en compte en profondeur l intégration des territoires urbains sensibles n est pas encore systématique ; mais du moins n apparaît-elle plus utopique. L étude met en valeur trois critères majeurs de réussite. Ce ne sont sans doute pas des révélations, mais ils sont loin d être identiquement présents dans les dix agglomérations observées. C est donc dans ces domaines que les «bonnes pratiques» sont prioritairement à repérer, à discuter et à diffuser.

8 8 Fonder l élaboration des documents directeurs sur une réflexion prospective d ensemble, envisagée dès l origine sous l angle du développement durable. La prospective est encore souvent mésestimée, victime peut-être encore des images négatives acquise à ses débuts. Elle est cependant devenue un atout pour élaborer des stratégies pertinentes et pour contrôler leur mise en œuvre, atout paradoxalement d autant plus important que l avenir est plus incertain. Une réflexion prospective globale doit être préalable à l élaboration des différents documents stratégiques ou à leur révision. Elle constitue alors un socle commun sur lequel pourra immédiatement se fonder la cohérence des analyses sectorielles et de leurs orientations. En faisant apparaître les différentes évolutions économiques, spatiales et sociales et leurs articulations, elle apporte une lecture nouvelle des dynamiques dont dépend chaque quartier et surtout des liens entre les uns et les autres. Les réflexions prospectives restent encore souvent embryonnaires et conduites de manière sectorielle, document par document. Il s agit de dépasser cette limite. Certaines expériences témoignent du rôle clé du recueil d informations et de données socio-économiques et urbanistiques. L existence de structures tels que les observatoires intercommunaux en amont de la réflexion prospective, pour l élaboration d indicateurs fiables (qualitatifs et quantitatifs) et en aval, pour le pilotage et le suivi de la mise en œuvre des orientations stratégiques, apparaît comme un levier certain de la réussite des politiques destinées aux territoires urbains sensibles. L analyse prospective est d autant plus essentielle qu elle semble constituer le point de départ vers une approche durable du développement de ces espaces. La CU du Grand Nancy a ainsi mobilisé des mois durant tous les acteurs de son territoire dans une réflexion sur les enjeux et les perspectives de son développement. Elle s est ensuite appuyée clairement sur les résultats de cette réflexion pour élaborer ses orientations directrices dans les différents domaines, les élus étant alors au centre du dispositif de travail. Conduire des actions fortes de consultation et de communication à l échelle de l agglomération. Les politiques de communication et de concertation sont très diverses mais le plus souvent segmentées selon l échelle territoriale, la concertation étant limitée à celle du quartier et la communication communautaire soulignant surtout la dimension de réparation de la politique de la ville. Certaines agglomérations montrent cependant que l on peut développer plus utilement une communication communautaire forte, où les territoires sensibles sont identifiés par les opportunités qu ils présentent. Ils sont inscrits de manières différenciées dans les grandes dynamiques de l agglomération et non pas caractérisés d une manière unique par leur «qualification» au titre de la politique de la ville. Cette communication va de pair avec une implication plus large des acteurs socio-économiques, parce que chacun peut trouver ses propres axes d intérêt dans la lecture de l agglomération qu elle apporte et percevoir comment ils recoupent des enjeux territoriaux. Le rôle des Conseils de développement constitués auprès des communautés est important pour constituer et croiser ces chemins de préoccupation et de prise de conscience. Ces deux processus vont de pair. Ils ont notamment pour vertu de sortir les territoires de la politique de la ville de la stigmatisation ou de la «sur-identification». Ils contribuent également à imposer de concevoir le projet à d autres échelles que son seul périmètre opérationnel, encore le plus fréquent dans les projets ANRU. Tenir compte de ses liens avec son environnement mais aussi de ses rapports avec l ensemble des dynamiques qui marquent les évolutions de l agglomération accroît non seulement ses chances intrinsèques de succès mais aussi sa lisibilité et sa crédibilité pour les habitants et les autres acteurs du quartier et de l agglomération. Le rendez-vous prospectif et stratégique de ces territoires est à heure mixte : les initiatives de développement endogène doivent être appuyées sur des orientations de développement exogène afin d ouvrir durablement leurs horizons.

9 9 Mettre en place une organisation transversale au sein de l établissement communautaire ainsi qu un dispositif de décision et de pilotage articulant deux niveaux, communautaire et local. Les évaluations de la politique de la ville, locales ou aux autres niveaux, ont longtemps souligné sans grands effets la nécessité de distinguer décision et pilotage opérationnel. Les expériences étudiées montrent que la culture stratégique permet de mieux en percevoir la nécessité. Le premier principe est de limiter le comité de pilotage décisionnel aux signataires d une convention et d en fixer précisément les attributions. Le second est de mettre en place au sein de l établissement communautaire un dispositif administratif transversal fort de coordination (DGA, chef de projet interne ), qui permette de conjuguer «prise en compte des territoires sensibles dans les politiques sectorielles» et «prise en compte des politiques sectorielles dans les projets des territoires sensibles». Cette organisation est parfois différenciée entre les deux échelles intercommunale et communale : un groupe de coordination opérationnelle réunit les acteurs communautaires et ceux des différentes communes concernées tandis que le pilotage opérationnel communal est organisé autour du chef de projet local (Bordeaux, Nancy ). Dans aucun cas il n est apparu judicieux de laisser toute fonction de coordination transversale aux mains des structures communales ; l impulsion fédératrice doit naître de l intercommunalité. Animés selon des procédures et calendriers précis de travail, ces dispositifs peuvent paraître lourds mais ils évitent bien des erreurs et temps perdus. Ils contribuent à forger des cultures communes entre les élus et entre les services, à mieux coordonner la dynamique des CUCS et celle de la rénovation urbaine, et à rendre d autant plus efficiente la communication. Outre ces facteurs de succès, l observation des dix agglomérations fait ressortir des facteurs courants de blocage. Parmi eux, trois peuvent être schématisés ici. C est tout d abord le poids de la responsabilité et des sensibilités communales. Le privilège de la relation de proximité et la responsabilité unique de l élu communal vis-à-vis des citoyens-électeurs justifie que le transfert des décisions et du pilotage de la commune à l EPCI soit difficile, dans un domaine très sensible localement. L insuffisance préjudiciable de relations de proximité et de dialogue entre les deux échelles de gouvernance apparaît comme une problématique quasi récurrente. Les hiatus et oppositions culturels ou organisationnels jouent également un rôle encore important, notamment en matière économique : clivages entre acteurs publics et privés, entre acteurs publics «sociaux» et «économiques» etc. Parmi les thèmes porteurs évoqués plus haut, ces blocages jouent surtout pour ceux du désenclavement et du renouvellement de l approche du développement économique. Ces difficultés culturelles sont généralement pérennisées par une organisation qui reste sectorielle (par exemple entre développement économique d une part, insertion et l accès à l emploi d autre part), alors même que la prospective s efforce de privilégier la transversalité des préoccupations. L organisation de pôles communautaires interservices, territoriaux comme à Nantes ou thématiques comme à Bordeaux, est un levier majeur de progrès. La difficulté à conjoindre concertation et marketing est un troisième point de blocage, qui influence fortement la difficulté à percevoir et à organiser dans le temps les évolutions socio-démographiques d un quartier et les offres de services correspondantes. La légitimité des collectivités locales les conduit à se préoccuper de concertation avec les habitants mais

10 10 bien peu de stratégie marketing 4. Les PLH, et plus encore les programmations des opérations de rénovation urbaine, reposent généralement sur des analyses très sommaires des offres potentielles et pratiquement inexistantes des demandes, en dehors du nombre de pièces et du rapport coût/surface. Les réflexions et concertations approfondies conduites dans le cadre de certaines des expériences étudiées montrent cependant que l on peut aller dans ce sens. On peut utilement s appuyer pour cela sur une prospective des modes de vie urbains et sur la valorisation des enjeux du développement durable. Les politiques publiques engagées gagnent incontestablement à impliquer davantage tous les acteurs concernés dès la phase de définition du projet d agglomération, mais également à l occasion du suivi de sa mise en œuvre opérationnelle. Une coopération accrue, pour accélérer le changement L avancement dans le temps des démarches des agglomérations ne suit pas un modèle unique. Mais il indique qu une sorte de progression logique est sous-jacente aux expériences les plus avancées, qu elle les ait inspirées ou qu elle se révèle à travers les erreurs et réussites successives. Cette progression, que nous avons déjà évoquée plus haut, pourrait être schématisée en quatre temps : Définir et mettre en œuvre des stratégies locales à l échelle de l agglomération, en s appuyant à la fois sur une approche prospective et sur une concertation étendue avec l ensemble des acteurs locaux, y compris les populations elles-mêmes. On observe que c est le plus souvent la progression commune dans la réflexion prospective stratégique et dans l évaluation de la mise en œuvre des politiques stratégiques qui conduit au renforcement de la coopération intercommunale. De plus, le leadership qui s avère le plus décisif est celui de la méthode plus que des idées : la question du «portage politique» est avant tout celle de la démarche. Inscrire directement les territoires sensibles dans ces stratégies, non pas comme problèmes spécifiques à réparer mais comme espaces de projets de développement, liés à des dynamiques nouvelles définies à l échelle de l agglomération et «croisées» sur des espaces particulièrement déterminants. Faire évoluer l organisation communautaire et celle des pilotages au profit de la cohérence transversale des politiques, de la cohérence intercommunale des projets et de l implication communale dans le pilotage opérationnel. En s appuyant sur cette organisation, mettre en place de nouveaux outils de production d information et de nouvelles méthodes de travail (conception des projets réellement pluridisciplinaire et à des échelles plurielles, approches temporelles et financières dynamiques, démarches marketing ). Il est possible de mesurer combien aujourd hui l insuffisance de réflexion et d organisation stratégique fragilise les collectivités face aux évolutions de conjoncture ou de politique nationale : de nombreux projets de rénovation urbaine entrent en effet dans l incertitude et ce, alors même qu ils sont affichés comme éléments piliers de la politique de développement. Les nouveaux processus à l œuvre au sein des communautés urbaines ou d agglomération doivent donc être encouragés et stimulés. 4 Le terme de marketing ne désigne pas seulement la promotion du projet mais l ensemble des démarches permettant d adapter au fur et à mesure l offre d habitat et de services aux attentes des populations visées et d inviter ces dernières à se projeter dans l évolution du quartier (ménages et entreprises que l on souhaite voir s implanter, publics nouveaux que l on souhaite voir fréquenter les commerces ou les équipements, accueil des nouveaux arrivants par les habitants ). Cette approche conduit à étendre consultations et concertations bien au-delà des seuls habitants du quartier.

11 11 Deux voies semblent pour cela prioritaires, l une à poursuivre et l autre à engager. La première est celle de la capitalisation et de l échange des pratiques entre les agglomérations. Le groupe de prospective créé par la en est un lieu important, qui repose sur le rôle d animation et de valorisation que cette dernière peut jouer. Il reste à trouver, peut-être avec les fédérations d élus concernées, les formes d une démultiplication de son travail et d une valorisation opérationnelle auprès des décideurs politiques et de leurs services (diffusion, formation ). La seconde voie serait d enrichir la connaissance permettant d appréhender trois enjeux majeurs de réflexion et d action locale, ainsi que d identifier les voies possibles de réponse : Comment traduire les objectifs de diversité socio-démographique en termes de modes de vie et de pratiques sociales? Comment mieux relier ressources humaines et développement économique dans l espace et le temps d une agglomération? Quels dispositifs organisationnels assurent le mieux l articulation des deux échelles communautaire et communale dans la définition des orientations et le pilotage des projets? Il relève probablement plus de l Etat de conduire ces recherches, en concertation avec les villes. Mais il appartient d ores et déjà à ces dernières d échanger et d œuvrer dans le sens d un partage d expérimentation. Les convergences observées d une agglomération à l autre ne témoignent pas seulement des voies d une meilleure prise en compte des territoires urbains sensibles dans les stratégies d agglomération. Elles tendent à réduire la dichotomie entre politiques de développement et politiques réparatrices et s attachent à réduire les tensions pouvant exister entre les différentes variables du développement. En intégrant toutes les composantes de la ville, la réflexion prospective et le développement stratégique permettent de redisposer plus efficacement les différents outils d action et de mieux piloter les projets. Les visions exclusivement fondées sur le traitement curatif et circonscrit des territoires urbains sensibles apparaissent aujourd hui clairement inappropriée, inaptes à identifier les leviers du développement durable de ces territoires au sein de leur agglomération. Il n est toutefois pas encore question d un traitement indifférencié, tant les handicaps spécifiques restent importants. En cherchant les points d équilibre entre des priorités particulières d action et l inscription dans des politiques structurantes plus larges, les réflexions prospectives et stratégiques d agglomération apparaissent comme le lieu le plus pertinent de construction et de gestion des relations entre politique de la ville et droit commun.

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE Le 14 Mai 2014 USH Service Politiques urbaines et sociales L architecture des contrats de ville Contrat de ville : projets territoriaux intégrés

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle

Cycle d échanges DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS. 6 matinées d avril à décembre 2015. Contexte. Présentation du cycle DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET QUARTIERS 6 matinées d avril à décembre 2015 à Lyon (Rhône) Contexte Insuffisance de services et d activités économiques, commerces de proximité en berne, taux de chômage deux

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

9 Synthèse des recommandations

9 Synthèse des recommandations 9 Synthèse des recommandations Ce chapitre synthétise sous forme de tableaux les recommandations de l évaluation à mi parcours. Il distingue les recommandations transversales issues de l analyse de la

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale

Introduction à la notion. d Intelligence Territoriale Introduction à la notion d Intelligence Territoriale Copyright: La reproduction totale ou partielle de ce document est autorisée sous réserve qu il soit fait référence à l auteur. Aurélien Gaucherand Consultant

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 1 Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 2 AUTOUR DE QUELQUES ENJEUX DES POLITIQUES DE JEUNESSE MENEES PAR LES CONSEILS GENERAUX Les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion commerciale des services de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT

Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT Feuille de route régionale pour la promotion de la GPECT ************ Introduction : Pourquoi cette feuille de route régionale? La promotion et le développement des démarches de GPECT se trouvent au cœur

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 LES PARTENAIRES DU CADRE D INTERVENTION GUP 2013-2014 L Etat, représenté

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale?

La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? La mutualisation des services : facteur de l intégration intercommunale? F. Boulanjon, A. Choutet, J. Dezobry L. Dolique, F. Roussel-Devaux Elèves administrateurs territoriaux Promotion Robert Schuman

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration économique et sociale de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS

LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS LA GESTION URBAINE DE PROXIMITE POUR DES INVESTISSEMENTS DURABLES DANS LES QUARTIERS Mise en œuvre d une d politique publique de jardins partagés FRARU FLOIRAC 20 MAI 2008 PERIMETRE DE LA GUP BAGATELLE

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Travail préparatoire interne à l État : Mise en place de l équipe interministérielle Constitution du point de vue de l État sur la situation des

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et gestion des bâtis de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail