Consommer moins, consommer mieux : comment accélérer la transition énergétique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommer moins, consommer mieux : comment accélérer la transition énergétique"

Transcription

1 Consommer moins, consommer mieux : comment accélérer la transition énergétique Rapport EnerCamps : constats, idées et propositions issus du terrain - Juin 2013

2

3 Sommaire Message de Jean-Pascal Tricoire Président Directeur Général, Schneider Electric Méthodologie EnerCamps en chiffres Synthèse du rapport Chapitre 1 Constats et convictions issus des EnerCamps 1. Tous les participants sont unanimes : " il ne faut pas oublier que ce sont les hommes qui font la transition énergétique " 2. Une évidence partagée par tous : " Nous avons besoin d'un cadre d'action incitatif, adapté aux réalités du terrain " 3. Un levier perçu comme incontournable : " une technologie au service de l'homme " 4. Une attente du public : " un État exemplaire ", et qui " facilite les échanges de bonnes pratiques " Chapitre 2 12 propositions pour accélérer la transition énergétique en s appuyant sur le levier de l efficacité énergétique 1. Simplifier l'accès aux économies d'énergie par les utilisateurs 2. Faire monter en compétence les consommateurs et la filière 3. Mettre en œuvre un cadre réglementaire incitatif 4. Un acteur public engagé Annexes Les nouveaux métiers de la gestion d'énergie Tableau de résumé des EnerCamps Comptes-rendus des EnerCamps

4

5 Message de Jean- Pascal Tricoire Président Directeur Général, Schneider Electric Le sujet de la transition énergétique ne peut être débattu sans parler d une révolution en cours : la convergence de deux mondes, celui de l énergie et celui du numérique. Cette convergence est un formidable levier pour non seulement consommer moins d énergie, mais surtout pour mieux la consommer. Ce potentiel n est pas une hypothèse, c est une réalité! Les solutions techniques existent. Elles démontrent des économies d énergie moyennes de 30% avec des retours sur investissement dès 3 ans. Les ressources humaines pour la mettre en œuvre sont là avec les personnes qui composent la filière éco-électrique française. Alors, si cette transformation est en marche, où se trouve l enjeu? L enjeu, c est d agir sans plus attendre pour accélérer cette transformation! Les bénéfices en effet sont considérables : plus de confort pour les consommateurs, plus de sécurité pour le réseau et les utilisateurs, plus d économies sur la facture, plus d indépendance énergétique, plus d emplois et, au final, des avantages pour tous. Comment s y prendre? C est la question que nous avons voulu poser en région à tous les acteurs du terrain, membres de cette filière éco-électrique, mais également utilisateurs ou tout simplement citoyens sensibles à cet enjeu. Schneider Electric a ainsi organisé un tour de France de débats, baptisés les EnerCamps, autour de la thématique " Energie : consommer moins, consommer mieux ", relayés sur internet et les réseaux sociaux. A l occasion de ces réunions participatives, toutes labellisées dans le cadre du débat national, nous avons recueilli des retours d expérience, des avis, des demandes et des idées d actions. C est la richesse de ces échanges que nous avons restituée dans ce document. Pour en optimiser la prise en compte dans le projet de loi de programmation sur la transition énergétique, nous les avons traduits sous la forme de 12 propositions. Celles-ci s adressent à toutes les parties prenantes, acteurs privés comme sphère publique. Elles mettent ainsi en évidence des besoins : de simplification ; de développement de compétences ; d un cadre réglementaire incitatif ; d un acteur public pleinement engagé, aux côtés des acteurs de la filière. Schneider Electric, en tant qu acteur majeur du secteur, s engage à être parmi les premiers contributeurs de cette transformation. Jean- Pascal Tricoire Président Directeur Général, Schneider Electric Rapport EnerCamps - J uin 2013 I 1

6 Méthodologie Le tour de France de l efficacité énergétique initié par Schneider Electric a reposé sur six rencontres informelles en région : les EnerCamps. Un EnerCamp est un atelier participatif de deux heures réunissant des personnes issues de la filière, des institutions, de l enseignement supérieur et de la recherche, de la presse, de la blogosphère et de la société civile, pour échanger, débattre, émettre des idées et des propositions. Il se déroule en deux étapes. D abord, les participants réunis sont invités à se présenter et à donner trois mots clefs qui définissent, selon eux, le thème " Energie : consommer moins, consommer mieux ". Ces mots clefs sont inscrits par les animateurs sur des post-it, eux-mêmes assemblés en nuages de mots en fonction de thèmes qui se définissent donc petit à petit. Après quoi les participants sont invités à venir inscrire sur des tableaux blancs les thèmes qu ils souhaitent voir aborder lors des tables rondes, ou à enrichir un thème précédemment inscrit. Une fois que les thèmes des quatre tables rondes sont définis, les participants sont invités à choisir leur table ronde et à échanger pendant quarante minutes. Chaque groupe doit, en amont, se choisir un rapporteur. Son rôle sera de présenter à l ensemble du public, à l issue des ateliers, un bref compterendu des principaux axes abordés lors du débat, ainsi que des propositions formulées. Un secrétaire de rédaction (membre de l équipe d organisation) est chargé de prendre en note l ensemble des échanges et de rédiger une synthèse. Chaque synthèse (voir annexes) est ensuite publiée sur le site internet de Schneider Electric et sur les réseaux sociaux (Hub Viadeo " Gestion de l énergie et performance des bâtiments ") afin d être consultée ou commentée par tous. C est sur la base de ces discussions et de ces synthèses que ce rapport a été écrit. Il convient de noter qu il est le fruit d échanges vivants entre des participants dont la répartition par type de population est par définition aléatoire, de même que, s agissant d une synthèse, ce document est par définition non-exhaustif. 2 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

7 Les EnerCamps en chiffres 300 Villes participantes Paris (Rueil-Malmaison) participants Angers 5 régions 6 Angoulême Lyon (Saint-Priest) Grenoble (Eybens) villes 6 Nice (Carros) spécificités régionales dans le domaine Répartition par type de participants de l énergie (Recherche et développement, basse tension, véhicule électrique, automatismes, réseaux intelligents, pilotage intelligent des bâtiments) Société civile (citoyens et associations) 12% Media (presse et blogs) 8% Institutionnels (dont élus, mairies, CCI, etc.) 18% 3000 Académiques 11% Étudiants 3% visiteurs uniques sur la page web des EnerCamps Acteurs privés 48% Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 3

8 Synthèse du rapport Schneider Electric s est engagé de deux manières dans le débat français sur la transition énergétique : au niveau national, dans les instances représentant les entreprises et, au niveau régional, à travers un tour de France auprès des corps intermédiaires de la gestion intelligente de l énergie, des utilisateurs et des citoyens sensibles à cet enjeu. Ce tour de France, baptisé les EnerCamps, s est organisé sous la forme d ateliers participatifs sur le thème " Énergie : consommer moins, consommer mieux ". Cette démarche s inscrit en support de l initiative proposée par le Gouvernement et a reçu le label " débat sur la transition énergétique ". Elle a pour objectif de faire remonter des expériences du terrain, des idées et des demandes sur la réduction et l optimisation de la demande énergétique. Ces EnerCamps en région se sont déroulés dans 6 villes de France : Grenoble (Eybens), Angers, Nice (Carros), Angoulême, Lyon (Saint-Priest) et Paris (Rueil-Malmaison), de mars à mai Ils se sont prolongés sur internet, via le hub Viadeo de Schneider Electric, le compte Twitter de l entreprise et son site Internet. Les EnerCamps ont réuni plus de 300 participants et 3000 internautes. La richesse de ces débats est aujourd hui synthétisée dans ce rapport. Le premier chapitre rassemble et synthétise les discussions des différents EnerCamps autour de quatre parties : la place centrale de l individu dans la transition énergétique ; le besoin d un cadre législatif volontariste et souple ; l intérêt d une technologie efficace et adaptée aux utilisateurs ; et l exemplarité de l État dont le rôle est central dans le partage d expériences positives. Le deuxième chapitre traduit, sous la forme de 12 propositions, ces discussions pour en optimiser la prise en compte dans le cadre du futur projet de loi de programmation sur la transition énergétique. Elles ont été sélectionnées en fonction de leur faisabilité et de leur moindre coût. Leur mise en œuvre relève en effet d une véritable urgence, car c est aujourd hui qu il faut agir pour accélérer la transition énergétique dont nous avons besoin. 12 propositions pour accélérer la transition énergétique 1. Simplifier l accès aux économies d énergie par les utilisateurs Proposition n 1 : Simplifier encore la technologie pour rendre les utilisateurs acteurs de leur consommation Proposition n 2 : Créer une plate-forme digitale unique afin d optimiser toutes les démarches relatives à un projet de performance énergétique 4 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

9 Proposition n 3 : Accompagner les collectivités locales et territoriales dans la mise en œuvre de leur démarche de performance énergétique Proposition n 4 : Dans les critères des appels d offre publics, mettre en exergue le coût total de possession, lorsqu il s agit de projets visant la réduction des consommations d énergie, et lever les freins juridiques aux montages innovants en la matière (CPE, CREM, etc.) 2. Faire monter en compétences les consommateurs et la filière Proposition n 5 : Lancer une campagne d'information nationale qui mette le consommateur et tous les acteurs de l efficacité énergétique au centre du débat sur la transition énergétique Proposition n 6 : Rendre plus attractifs les nouveaux métiers de l'énergie auprès des jeunes en valorisant les débouchés offerts Proposition n 7 : Accompagner les professionnels et les entreprises vers les nouveaux métiers nécessaires à la transition énergétique 3. Mettre en œuvre un cadre réglementaire incitatif Proposition n 8 : Rendre obligatoire l amélioration de la performance énergétique des bâtiments tertiaires sans plus attendre Proposition n 9 : Mettre en place un système de signal tarifaire pour récompenser les comportements vertueux, et sanctionner le gaspillage énergétique 4. Un acteur public engagé Proposition n 10 : Faire adopter par 100% des mairies et des préfectures une démarche de maîtrise de leur consommation énergétique Proposition n 11 : Mettre en place un Comité stratégique de l efficacité énergétique avec un responsable des consommations énergétiques de l Etat Proposition n 12 : Piloter la transition énergétique selon un processus d'amélioration continue pour s adapter en permanence à la réalité du terrain et aux avancées technologiques Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 5

10 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps 6 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

11 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps Chapitre 1 Constats et convictions issus des EnerCamps Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 7

12 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps 1. L es participants sont unanimes : " il ne faut pas oublier que ce sont les hommes qui font la transition énergétique " a. " Adaptons la formation des professionnels de l'énergie " Les participants ont commencé par constater que les filières techniques sont aujourd hui largement déconsidérées par les pouvoirs publics comme par le grand public. Comme le faisait remarquer un représentant de collectivité territoriale lors de l EnerCamp de Grenoble, " la France donne l impression de ne pas comprendre l importance de s appuyer sur ses experts techniques, qui sont pourtant le maillon central de la transition. Le désamour des étudiants pour cette filière porteuse est aussi préoccupant pour eux qui délaissent une filière d avenir au profit de châteaux en Espagne que pour nous qui ne disposons pas des spécialistes dont nous avons besoin ". Il convient donc de revaloriser ces filières, fortement créatrices d emplois non délocalisables sur tous les territoires, et d orienter les étudiants vers des métiers d avenir souvent méconnus ou peu valorisés, alors que les besoins et les débouchés sont immenses. La discussion s est ensuite portée sur le fait qu aujourd hui, l'énergie avance au rythme du numérique. Les professionnels de la filière doivent donc pouvoir adapter, réévaluer et développer leurs compétences tout au long de leur carrière grâce à la formation continue : " La majorité des électriciens aujourd'hui ne proposent pas les solutions intelligentes simplement parce qu'ils ne les comprennent pas " (EnerCamp d Angers). Ces professionnels, qui sont les premiers contacts des consommateurs, doivent être en mesure de proposer les meilleures solutions de réduction de la consommation d'énergie en fonction des avancées technologiques, de maîtriser et d'expliquer leur fonctionnement, et d'accompagner les utilisateurs pour en assurer le bon usage. Pour les participants, il s agit donc de faire évoluer les compétences et les réflexes des professionnels de la filière afin d assurer une véritable adaptation aux nouveaux outils et aux nouveaux besoins qu implique la transition énergétique. Pour ce faire, la formation initiale doit être pensée à l'aune des enjeux d'économie d'énergie et des nouvelles technologies qui se développent. L'État et les entreprises doivent travailler ensemble afin de définir ce que sont les nouvelles compétences et créer les nouveaux métiers adaptés à ces enjeux. 8 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

13 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps b. " Personne ne sait ce qu'est l'électricité... Les économies d'énergie n'en parlons pas! " " On rentre chez soi, on actionne l'interrupteur et il y a de la lumière, mais personne n imagine ce qu est l électricité " : c est le constat unanime d un des ateliers tenus à Grenoble. Alors qu'un travail de grande ampleur a été effectué sur des sujets comme la sécurité routière, notamment à travers les grandes campagnes de communication annuelles, les participants constatent que l'énergie n est pas encore perçue comme un enjeu sur lequel une action individuelle est possible. " Et les économies d'énergie sont perçues comme des contraintes qui, si elles sont appliquées, diminuent le confort de ceux qui les font " : c est l idée du pull-over à mettre plutôt que d augmenter la température. A Grenoble, un installateur a d ailleurs ajouté : " mes enfants sont les premiers à couper le robinet d'eau lorsqu'ils se lavent les dents mais ils laissent toutes les lumières allumées. Il suffirait de pas grand-chose pour leur donner ce réflexe ". L'éducation des nouvelles générations, dès le plus jeune âge, pour apprendre à mieux consommer l'énergie est ainsi reconnue comme indispensable. Le groupe de participants a par ailleurs souligné le fait qu un enfant devrait apprendre la valeur de l'énergie aussi bien via le système éducatif que via le discours et les comportements de ses proches. Ainsi, " pourquoi ne pas créer un Arte de l Energie qui permettrait d apporter l information vraie, celle des experts et non des publicitaires? " a-t-il été proposé lors de l EnerCamp d Angers. Par ailleurs, le retour d une expérience menée par une participante en région parisienne est apparue comme une bonne pratique potentiellement généralisable : " Dans le cadre de la copropriété dont je m occupe, j ai effectué un véritable travail de pédagogie pour expliquer concrètement les avantages des solutions d efficacité énergétique, en termes de coût, de réduction sur la facture, etc. et le tout, sans faire appel à des arguments moraux. Cette démarche a fonctionné puisque les solutions ont été acceptées par les co-propriétaires ". Il semble donc nécessaire de communiquer sur les avantages et les intérêts concrets des solutions au service de l'efficacité énergétique, et notamment sur la réduction de la facture énergétique. Car, pour s'opérer à grande échelle, la transition énergétique doit s'appuyer sur un mouvement de grande ampleur où chacun contribue à la réduction de la demande. Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 9

14 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps 2. Une évidence partagée par tous : " Nous avons besoin d'un cadre d'action incitatif, adapté aux réalités du terrain " a. " Trouvons un équilibre entre régulation, incitation et souplesse " Dans toutes les discussions, les participants ont systématiquement évoqué le rôle central du cadre d action politique. Par exemple, lors de l EnerCamp de Grenoble, où il était évident que le cadre réglementaire " doit être la transposition législative d'une vision stratégique de l'etat, claire et simple ". Selon l avis général, ce cadre d action doit être stable et lisible pour être efficace. Et tous s accordent sur la nécessité de s inscrire en rupture totale avec " les effets de mode qui influencent habituellement les réglementations " (EnerCamp d Angoulême). Les différentes directions données, coup sur coup, dans le domaine du photovoltaïque ont notamment été citées comme emblématiques. Plus globalement, les participants soulignent une " tradition française de la complexité " ; celle-ci rend souvent " les mesures incompréhensibles pour le plus grand nombre et difficiles à appliquer pour les autres " (EnerCamp de Rueil- Malmaison). De plus, comme évoqué lors de l EnerCamp de Nice, " la réglementation ne peut pas venir d'en haut et s'appliquer à l'échelon local sans prendre compte des spécificités et donc des besoins particuliers localement ". Ainsi, aux yeux des participants, il s agit davantage de définir un cap et des grands axes qui donnent suffisamment de souplesse pour ne pas entraver le bon fonctionnement du marché. Un développeur de softwares présent à Rueil- Malmaison a souligné que " les méthodes anglo-saxonnes devraient nous inspirer dans la mise en œuvre de la transition énergétique : elles permettent d intégrer des phases d itérations, d incrémentation et d adaptation, tellement plus souples et efficaces que nos méthodes cartésiennes ". Dans le prolongement de cette idée, l'évaluation des politiques publiques dans le temps est un outil nécessaire permettant d'adapter la réglementation en fonction des résultats obtenus. Cette action publique plus pragmatique permettrait par ailleurs d encourager la mutualisation des ressources au niveau local : " Même dans un quartier comme l éco-vallée où toutes les entreprises sont engagées dans une démarche active de développement durable, il est encore trop complexe de mutualiser les ressources énergétiques parce que l on se trouve dans un no-man s land administratif " (EnerCamp de Nice). 10 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

15 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps Si les participants ont rappelé l importance de l échelon local, ils n ont pas oublié que " la France ne devait pas chercher seule à répondre au défi énergétique qui lui est posé ", mais qu en revanche, " si elle devait montrer l'exemple grâce à un cadre fort, elle ne pouvait pas négliger ses partenaires, notamment européens " (EnerCamp d Angoulême). b. " Nous avons besoin d'un chef d'orchestre pour piloter la transition énergétique " Un des participants de l EnerCamp de Grenoble, appuyé par son groupe, a regretté que l on ait " bien souvent l impression qu il n y a pas de pilote dans l avion. " En ce sens, de nombreux participants aux EnerCamps ont émis le souhait que la politique française de transition énergétique soit pilotée par une instance disposant de pouvoirs réels et assurant la bonne mise en œuvre d une véritable ambition nationale dans tous les domaines de la transition. " Si l on avait un chef d orchestre pour piloter la transition énergétique dans tous ses aspects, on pourrait au moins garantir un cadre d action cohérent ". Les participants ont notamment souligné qu elle devrait surtout pouvoir impulser une dynamique, s assurer de la cohérence des actions menées localement avec la stratégie, contrôler la bonne application des mesures nationales, et assurer la pédagogie. Cette conviction s appuie également sur des retours d expérience et avis sur les dernières mesures réglementaires, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de la RT 2012 : " Les attestations de prise en compte de la réglementation thermique, demandées au moment du dépôt de permis de construire et à l achèvement des travaux, ne garantissent pas son respect. Le contrôle prévu après la livraison du bâtiment n est pas sérieux ; on n aura pas moyen de vérifier que la réglementation est bien appliquée " (EnerCamp d Angers). c. " Il faut sanctionner ceux qui ne font pas d'effort... Et en même temps récompenser ceux qui en font! " Beaucoup de discussions sur la régulation se sont concentrées sur la fiscalité, très largement perçue comme un des outils permettant d accélérer la transition énergétique. Les participants ayant débattu de ce sujet ont également insisté sur le fait que pour être efficace, cette dernière devait être " simple, compréhensible, et cohérente avec celle des autres pays " (EnerCamp de Grenoble). Le sujet a véritablement polarisé les échanges, notamment sur la question de l équilibre entre incitation et coercition. Comme le disait un participant de l EnerCamp de Lyon, " la fiscalité doit à la fois permettre de récompenser les bonnes pratiques et l exemplarité. En même temps, dissuader les citoyens ou les entreprises d enfreindre les règles définies ". Au cours d un atelier à Rueil-Malmaison, un blogueur a évoqué la théorie américaine des " Nudges 1 ", politique ni interventionniste, ni dérégulatrice et qui permet un bénéfice collectif : " Dans un quartier, une plate-forme en ligne permettrait de voir la consommation de ses voisins, en fonction d'une moyenne du quartier, avec une représentation symbolique de type smiley qui pousserait, par pression sociale, à des comportements plus efficaces au plan énergétique ". 1 Nudge = litt. " petit coup de coude ", " de pouce ". Outils non contraignants, persuasifs, mais non intrusifs, pour influencer les choix individuels complexes Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 11

16 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps Un élu présent lors de l EnerCamp de Nice a enfin évoqué le fait que " la fiscalité devrait idéalement pouvoir accompagner un retour sur investissement suffisamment rapide pour favoriser la mise en place rapide de la gestion intelligente de l'énergie ". Néanmoins, le tarif de l énergie est resté, à l EnerCamp de Nice, une question en suspens. En effet, un atelier dédié au prix de l énergie n a pas permis de voir émerger un consensus sur la question de la nécessité ou non de l augmenter. Un participant issu d une entreprise privée y expliquait, en ce sens, " que l augmentation du prix permettrait de forcer les changements de comportement ", quand un opposant lui objectait que cette augmentation " aggraverait la difficulté des ménages dont l énergie est un poste déjà considérable tout comme le déficit de compétitivité français ". Par ailleurs, des voix se sont exprimées en faveur de la mise en place d une taxe sur l énergie, qui ait à la fois un effet dissuasif, et permette dans le même temps de rassembler des fonds afin de favoriser le développement de certaines solutions au service de l efficacité énergétique. 12 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

17 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps 3. Un levier perçu comme incontournable : " une technologie au service de l'homme " a. " Arrêtons de croire que tout doit encore être inventé : les solutions sont là " Les nouvelles technologies de l'énergie (outils de mesure et pilotage, etc.) sont clairement identifiées par les participants comme le moyen pour réduire les consommations énergétiques, dès maintenant, sur le neuf comme l ancien. " Le parc immobilier existant illustre bien la notion de passoire énergétique pour lequel les nouvelles technologies de l énergie apportent des solutions concrètes et opérationnelles " (EnerCamp d Angoulême). Lors d un atelier à Lyon, il est ressorti qu en apportant l'information utile, les nouvelles technologies permettraient de connaître les postes de consommation, d'en comprendre les excès, de repérer les incohérences et de piloter l équilibre entre ressource et demande. " Avant toute chose, il y a l information, car ce qui n est pas mesuré n existe pas " (EnerCamp d'angoulême). En ce sens, elles sont un outil d'aide à la décision et à l'action. Soit pour agir au quotidien, grâce à des outils de mesure en temps réel. Soit en amont, grâce à des outils capables de prévoir les économies effectuées si l'utilisateur recourt à celles-ci. Un cas emblématique évoqué à Lyon : celui du " bâtiment tertiaire dont les 15 étages sont éclairés alors que les techniciennes de surface font le ménage à un seul niveau à la fois... ". Les nouvelles technologies offrent en effet la possibilité de rendre les bâtiments intelligents en leur apportant une part d'automatisation, que ce soit dans les bâtiments industriels et tertiaires, ou dans les bâtiments résidentiels. A Grenoble, un architecte a souligné l importance de prendre en compte l'héritage, qu'il soit physique (les infrastructures dans lesquelles elles s'intègrent) ou comportemental. " C est pourquoi il est indispensable de recourir à des nouvelles technologies auto-adaptatives comme pour les variateurs de vitesse " (EnerCamp d Angers). " C est comme pour les ABS dans les voitures qui sont aujourd hui de série. Il faudrait rendre également systématiques ces nouvelles fonctionnalités dans les bâtiments " (EnerCamp de Nice). Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 13

18 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps Ce constat s appuie en effet sur les limites du comportement humain et de sa bonne volonté : " La volonté seule des hommes est largement insuffisante, il faut passer par l'automatisation. Dans ans, on fera tout par automatisme dans les éco conception " (EnerCamp de Lyon). b. " On peut développer toutes les technologies que l'on veut, si personne ne sait les utiliser cela ne servira à rien " Les participants ont souvent tenu à rappeler et cela en particulier à Lyon que le rôle de l homme reste central : " Ce sont les individus qui sont les seuls à pouvoir faire changer les choses. On peut développer toutes les technologies que l'on veut, si personne ne sait les utiliser, cela ne servira à rien! ". Ils ont à ce titre soulevé l importance de l adaptation de la technologie qui, via internet et les appareils mobiles connectés, doit faciliter le dialogue " homme-machine ". Des applications mobiles lui permettent par exemple de gérer sa consommation à distance. " Il faudrait par exemple s inspirer d applications qui donnent l'information dont nous avons le plus besoin en temps réel, comme le ' quantified self ' (par exemple, les applications spécialement conçues pour permettre aux diabétiques de maîtriser leur taux d insuline), que l on pourrait développer de manière massive dans le domaine de la maîtrise de l énergie " (EnerCamp de Lyon). Les participants n ont par ailleurs jamais quitté leur point de vue d utilisateurs, et ont tenu à rappeler que les technologies devraient toujours pouvoir fournir à l'utilisateur l information de manière simple et intuitive - en l occurrence sur leur consommation énergétique grâce à des unités de mesure concrètes (traduction en euros, ou en toute autre forme de mesure qui soit compréhensible par tous). Un parallèle a notamment été effectué avec la facture d électricité qui reste trop complexe à comprendre : " Qui dans cette salle est aujourd hui capable de comprendre à première vue sa facture d électricité? " (EnerCamp d Angoulême). De la même manière, lors de l EnerCamp de Rueil- Malmaison, une personne qui se heurtait à l incompréhension de son fils a ainsi expliqué qu il avait " développé un système de référentiel pour lui expliquer la consommation d'eau de sa douche en bouteilles d'eau. Depuis c est lui le moteur de la famille! ". En ce sens, un autre participant de cet EnerCamp a évoqué les solutions utilisées en Scandinavie qui permettent de symboliser le niveau de consommation énergétique des maisons à l aide de tableaux très simples utilisant les codes couleur rouge, orange et vert. " Se dire que l'on veut changer sa manière de consommer, c'est une première étape que l'on peut franchir simplement. Mais faire en sorte de trouver les bonnes informations auprès de la personne adéquate, cela relève plus du vœu pieu aujourd'hui! " (EnerCamp de Rueil-Malmaison). Les échanges ont en effet montré que l'appropriation passe par l'aide à la découverte et à l'utilisation. L'utilisateur devrait donc pouvoir trouver une information simple sur la disponibilité des solutions existantes, de même que les professionnels doivent pouvoir l'accompagner dans son utilisation, qui relève bien trop souvent " du parcours du combattant " lorsqu'il est novice dans le domaine. A Grenoble, un professionnel de la filière a ajouté que lorsque l on " regarde la success story d Apple, qui a largement contribué à l engouement (ou plutôt à l addiction!) du public pour les nouvelles technologies en utilisant intelligemment les codes du design et de l ergonomie même dans ses technologies elles-mêmes on se dit que c est ce qu il faut pour que les solutions de gestion de l énergie deviennent plus populaires ". Son exemple, corroboré par de nombreuses autres interventions, montre bien que les technologies devraient être développées selon un design et une ergonomie simple et compréhensible alors que ces outils restent encore trop souvent peu attractifs. 14 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

19 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps En résumé, et de manière humoristique, certains ont rappelé qu il ne faut pas oublier que " nous avons tous une GTB (gestion technique du bâtiment) en nous " (EnerCamp de Rueil-Malmaison), mais qu il " faut faire en sorte que les gens puissent en prendre conscience et qu on leur donne les clefs pour la maîtriser ". c. "... sauf qu'en France nous pêchons bien trop souvent au niveau de l'industrialisation des fruits de la recherche " " Nous sommes à une période charnière, un nouveau ' siècle des lumières ', et pour que cette mutation se fasse correctement, il faut laisser libre court à la créativité qui est à la base de tout changement. Il faut créer le bouillonnement, encourager les idées, car toutes les idées pour accompagner le changement n ont pas encore été trouvées " (EnerCamp d'angers). Les participants ont tenu à saluer le fait que, comme dans tous les secteurs qui en dépendent, l'évolution technologique est rapide, mais que c est la diffusion des fruits de cette dernière qui semble encore manquer. " Parce que contrairement aux idées reçues nous sommes très créatifs, mais nous devons admettre notre manque de sens pragmatique Les américains sont beaucoup plus forts que nous dans cette mise sous incubateur, puis de taylorisation de leurs pépites technologiques ". D autre part, ils se sont rejoints sur le fait que la traduction de la recherche en développement passait en partie par l'investissement et les choix stratégiques des pouvoirs publics, en ce qu ils peuvent favoriser le développement de secteurs plutôt que d autres. En revanche, ils ont également souligné que la mutualisation et la complémentarité des politiques et des financements, notamment au niveau européen, était nécessaire. Ce type de complémentarité des politiques permettrait de s assurer que les pépinières d idées, y compris si elles ne sont pas considérées comme stratégiques, trouveraient à une échelle plus large les fonds nécessaires à leur développement et à l industrialisation de l innovation. Enfin, faciliter la recherche et sa mise en application sont, aux yeux des participants, une des priorités à donner à la transition énergétique. D'une part, il s'agirait pour eux de simplifier " les démarches administratives qui semblent n exister que pour freiner la recherche " (EnerCamp de Nice). Rapport EnerCamps - Juin 2013 I 15

20 Chapitre 1. Constats et convictions issus des EnerCamps 4. Une attente du public : " un État exemplaire ", et qui " facilite les échanges de bonnes pratiques " a. " L'État doit s'appliquer à lui- même les mesures de l'efficacité énergétique " Dès l EnerCamp de Grenoble, les participants se sont posé la question : " quel est l'intérêt de demander à quelqu'un de réduire sa consommation si, en passant devant un bâtiment la nuit, il voit que toutes les lumières sont allumées? ". Ils ont ainsi noté, au fil des échanges, que " les mesures et actions demandées au grand public ne peuvent être suivies et appliquées si l'etat qui les met en place ne se les applique pas d'abord à lui-même ". Aussi sont-ils convaincus que, pour favoriser le changement de comportement des acteurs et les inciter à agir, l'etat doit être exemplaire en matière d'efficacité énergétique. Ils ont ajouté que cela devrait s'appliquer aux bâtiments existants comme aux nouvelles constructions commandées par l'etat. Cela montrerait sa volonté d améliorer l'efficacité énergétique de son parc immobilier. Par ailleurs, un ingénieur de bureau d étude présent à Lyon a complété : " il faudrait même que les appels d'offres qui proviennent de l Etat intègrent cette dimension ". Il est nécessaire, à leur sens, que les citoyens puissent voir et comprendre qu'à tous les échelons, l'etat s'efforce de rendre ses bâtiments moins consommateurs d'énergie grâce aux nouvelles technologies de l'énergie. " Pourquoi ne pas utiliser des technologies qui permettent en plus de montrer, à travers des écrans, les économies réalisées? " (EnerCamp de Lyon). D ailleurs lors de l EnerCamp de Rueil-Malmaison, un élu a ajouté que " cette exemplarité doit également s'appliquer aux représentants des pouvoirs publics qui devraient être sensibilisés aux comportements éco-citoyens ". 16 I Rapport EnerCamps - Juin 2013

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

BIM Journées de l Ecoconstruction

BIM Journées de l Ecoconstruction BIM Journées de l Ecoconstruction 09 octobre 2015 Lorraine Qualité Environnement Sommaire 1. Présentation du pôle Fibres Energivie 2. Qu est ce que le BIM 3. Les enjeux du BIM et de la transition numérique

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Cérémonie de clôture du programme HOMES

Cérémonie de clôture du programme HOMES Dossier de presse 13 février 2013 Cérémonie de clôture du programme HOMES Contact Presse Schneider Electric Jean-Pierre Gherardi Tél. : +33 (0)4 76 60 50 24 jean-pierre.gherardi@schneider-electric.com

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Un nouvel espace de co-working Contact presse

Un nouvel espace de co-working Contact presse Un nouvel espace de co-working Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers Loire Métropole 02 41 05 40 33 / corine.busson benhammou@ville.angers.fr 1 Depuis

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES

CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES CAHIER DES CHARGES ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION INTERFILIERES Axe 1 : Développer les e-compétences des professionnels touristiques Module OUVERT POHB1 : Etre plus visible et développer un site

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

République du Sénégal. Présentation PNEEB

République du Sénégal. Présentation PNEEB Programme National de réduction des émissions de gaz à effet de serre à travers l Efficacité Energétique dans le secteur du Bâtiment au Sénégal Novembre 2013 Plan Contexte et Justification du programme

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie

Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie date Améliorer du jour votre Libellé performance énergétique : les dispositifs d accompagnement 4 novembre 2014 Accompagnements pour les entreprises en matière d environnement et d énergie Aline PIERRE

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

AchatVille. Dossier de presse

AchatVille. Dossier de presse AchatVille Dossier de presse 2010 Contacts presse : Laurence Dussert, 04 76 28 25 18, laurence.dussert@grenoble.cci.fr Laure Hochereau, 04 76 28 28 65, laure.hochereau@grenoble.cci.fr Sommaire Pages Le

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Solution Web pour l hôtellerie par MMCréation

Solution Web pour l hôtellerie par MMCréation Solution Web pour l hôtellerie par MMCréation 15 ans d expertise auprès des chaînes hôtelières Une équipe multidisciplinaire Des références reconnues dans le secteur hôtelier De nombreuses récompenses

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Quelle maturité pour l ERP Open Source dans les PME? Rennes, le 16 juin 2009

Quelle maturité pour l ERP Open Source dans les PME? Rennes, le 16 juin 2009 Quelle maturité pour l ERP Open Source dans les PME? Rennes, le 16 juin 2009 Sommaire Introduction 1 Ce que recherche une PME dans la mise en place d un ERP 2 Ce que propose l Open Source 3 Pourquoi n

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail