LE VAL D OISE C EST VOUS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE VAL D OISE C EST VOUS"

Transcription

1 LE VAL D OISE C EST VOUS LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DOSSIER PAGE 10 Les seniors, une force vive du département MON VAL D OISE, MA PLANÈTE PAGE 20 Pierrelaye, la plaine et peut-être demain la forêt LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU VAL D OISE DÉCEMBRE 2010 NUMÉRO 20 ISSN ISSN

2 Inscriptions sur les listes électorales jusqu au 31 décembre 2010 Pour pouvoir voter en 2011, il est nécessaire d être inscrit sur les listes électorales. Les opérations de révision des listes électorales ont lieu en mairie jusqu au 31 décembre. Ceci vous concerne notamment si vous vous trouvez dans l une des trois situations suivantes : Les jeunes ayant atteint l âge de 18 ans sont inscrits d office mais il peut être utile de vérifi er son inscription auprès de la mairie du domicile. En cas de changement de situation, notamment si vous avez déménagé, il convient de vous inscrire sur la liste électorale de votre nouvelle commune en procédant aux mêmes formalités que pour une première inscription. Si vous restez dans la même commune mais que vous changez d adresse, il convient de vous adresser à votre mairie pour connaître la marche à suivre. Prochain scrutin, les élections cantonales. Elles se dérouleront le dimanche 20 mars 2011 pour le premier tour et le dimanche 27 mars 2011 pour le second tour. 19 cantons du Val d Oise sont concernés par ces élections : Argenteuil Nord, Argenteuil Ouest, Beauchamp, Beaumont-sur-Oise, Eaubonne, Écouen, Franconville, Garges-lès-Gonesse Est, Gonesse, Herblay, Magny-en-Vexin, Marines, Montmorency, Saint-Ouen-l Aumône, Sannois, Sarcelles Nord-Est, Sarcelles Sud-Ouest, Vallée du Sausseron et Viarmes. ÉDITO P. 3 EN DIRECT DES CANTONS P. 4 DOSSIER P. 10 VU DU VAL D OISE P. 16 CONSEIL GÉNÉRAL MODE D EMPLOI P. 18 MON VAL D OISE MA PLANÈTE P. 20 ENTRE NOUS P. 22 SORTIR P. 24 EXPRESSIONS P. 30 CONTACTS P. 31 VOTRE CANTON DANS CE NUMÉRO RETROUVEZ L ACTUALITÉ DE VOTRE CANTON DANS LA RUBRIQUE EN DIRECT DES CANTONS P ÉGALEMENT CITÉS DANS CE NUMÉRO : Argenteuil-Est p. 24 Beauchamp p. 20, p. 21, p. 24, p. 25 Bezons p. 28 Cergy-Nord p. 29 Cergy-Sud p. 13, p. 15, p. 23, p. 25, p. 27, p. 29 Cormeilles-en-Parisis p. 24, p. 27 Eaubonne p. 28 Ecouen p. 27 Enghien-les-Bains p. 25, p. 29 Ermont p. 29 Franconville la Garenne p. 27 Gonesse p. 29 Goussainville p. 27 L Hautil p. 18, p. 26, p. 27 Herblay p. 25 L Isle-Adam p. 25 Luzarches p. 25 Marines p. 15 Montmorency p. 29 Pontoise p. 21, p. 25, p. 27, p. 29 Sarcelles- Nord-Est p. 29 Saint-Gratien p. 27 Saint-Ouen-l Aumône p. 15 Taverny p. 21, p. 27, p. 29 Vigny p. 28 Villiers-le-Bel p. 24, p. 29 POUR ALLER PLUS LOIN AVEC LE VAL D OISE Cantons renouvelables en mars LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

3 ÉDITO DIDIER ARNAL Président du conseil général du Val d Oise Enfin, une Journée départementale des seniors! La Journée départementale des seniors s est tenue le week-end du 27 novembre à Montmorency à l initiative du conseil général. Conférences, ateliers du bien-être, approche du vieillissement et de la dépendance ont rythmé cette journée. Synthèse des forums territoriaux du grand âge qui se sont tenus fi n 2009, cette journée a permis au conseil général de mettre en évidence la diversité de son action en faveur des personnes âgées. Compétent en matière d allocation personnalisée à l autonomie (APA), il a décidé d aller plus loin : téléassistance, modernisation des établissements d accueil des seniors, Assises du grand âge, mais aussi soutien au monde associatif qui bénéfi cie de l engagement de nombreux retraités bénévoles. Pour l égalité Différences salariales, inégalités devant la retraite, violences conjugales, double ou triple journée de travail Il reste beaucoup à faire pour promouvoir l égalité entre les femmes et les hommes, y compris dans le Val d Oise. Le 29 novembre dernier, nous avons franchi une étape en signant, en présence de nombreuses associations valdoisiennes, la charte européenne pour l égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. Mais surtout, nous agissons au quotidien. Majoritaires parmi nos agents, les femmes y occupent de plus en plus de postes de responsabilité. Nous allons plus loin en encourageant les associations qui œuvrent pour la parité et la mixité, en favorisant l accueil de la petite enfance grâce, notamment, à VO Bébé ou encore en soutenant le planning familial. Éco-département : donnons l exemple Lors de sa séance de novembre, le conseil général a adopté un plan climat avec pour objectif de diminuer de 20 % d ici à 2020 ses émissions de gaz à effet de serre. Après la mise en place du conseil départemental du développement durable, l établissement d éco-critères pour le financement des investissements publics, le lancement du «chèque énergies vertes», une nouvelle étape est franchie. Un programme ambitieux vient ainsi d être adopté par l Assemblée départementale : soutien au covoiturage, recherche du label basse consommation, isolation des bâtiments. L ensemble de ces actions permettent aujourd hui au Val d Oise de rejoindre le club des départements éco-responsables. DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 3

4 EN DIRECT DES CANTONS CANTON SAINT-LEU- LA FORÊT Élu : Jean-Pierre Enjalbert (Groupe Union pour le Val d Oise - DVD-DR) 3 communes : Montlignon, Saint-Leu-la-Forêt, Saint-Prix Nombre total d habitants : habitants Superficie : 16,0 km 2 Canton de Saint-Leu-La-Forêt SAINT-LEU-LA-FORÊT AMÉNAGEMENT Sous le signe du développement durable Le conseil général agit au quotidien auprès des Valdoisiens : les routes, les collèges, le logement, le développement durable, la formation En matière d infrastructures, il a réalisé le chantier de requalifi cation de la RD 144 à Saint-Leu-la-Forêt, entre le giratoire du Jubilé et la rue Cawel. D ici au second semestre 2011, il donnera le coup d envoi de l avant-dernière tranche de travaux de requalifi cation de la RD 928 à Saint-Prix. Côte collège, en lien avec son engagement en faveur du développement durable, le conseil général a fait bénéfi cier le collège de Saint-Leu-la-Forêt d une chaudière à bois. Investissement : euros. Deuxième installation du genre dans le département, elle permettra d économiser 214 tonnes de CO 2 et allège aussi de euros par an la facture énergétique du collège Wanda Landowska. Le conseil général se mobilise avec son bailleur social Val d Oise Habitat (VOH) pour développer l offre de logements en faveur des familles modestes. VOH a fait l acquisition à Saint-Leu-la-Forêt de deux immeubles anciens rue du Général-de-Gaulle avec, à la clé, un important programme de rénovation pour les remettre aux normes et les transformer en logements sociaux. Voie d excellence, l apprentissage est aussi au cœur du développement de ce canton. Le conseil général soutient les travaux d extension du CFA Saint-Jean sur son site de Saint-Prix. Les apprentis engagés dans leur formation occuperont bientôt un tout nouvel établissement «écologique» respectant l environnement. 3,5 millions d euros C est le coût de la requalifi cation de la RD 928, dans la traversée de Saint-Prix. LA RENAISSANCE DES COTEAUX ET DES VERGERS DE SAINT-PRIX Que ce soit en termes de qualité de vie pour les Valdoisiens, d attractivité touristique ou de potentiel de développement économique, les espaces naturels sensibles constituent de véritables atouts. Illustration avec les vergers et les coteaux de Saint-Prix. Le conseil général soutient l acquisition de parcelles, la création d une vigne et la réalisation d un rucher pédagogique associant préservation de la biodiversité et insertion par l activité économique. Cet engagement contribue à faire de cet espace un lieu de formation, d information et de sensibilisation. 4 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

5 GONESSE INFRASTRUCTURES Priorité à la sécurité sur la RD 317 L amélioration des déplacements est une priorité du conseil général. Nouvelle illustration avec la RD 317, ancienne route nationale 17, complètement métamorphosée. La portion de la RD 317 entre la patte-d oie de Gonesse et le boulevard intercommunal du Parisis a été mise en sécurité, à deux fois deux voies. Étape majeure de ce chantier, le remplacement de l autopont de la patte-d oie de Gonesse par un souterrain et la création en surface d un giratoire pour permettre le désenclavement des riverains, le tout avec un nouvel éclairage et des aménagements paysagers de qualité. Le nouvel échangeur favorise la circulation des piétons et des cyclistes en toute sécurité avec des espaces dédiés. Il faut également souligner, dans le cadre de cette opération, la création d un nouvel échangeur entre la RD 317 et le BIP (RD 170). Coût total de cette opération de mise en sécurité de la RD 317 entre le BIP et la patte-d oie de Gonesse : 25 millions d euros, dont 10 millions d euros de participation de la région Ile-de-France. DÉCOUVREZ LA VIDÉO SUR VALDOISE.FR BEAUMONT-SUR-OISE ENVIRONNEMENT Nature sensible à Mours Attaché à la préservation de l environnement, le conseil général a décidé la mise en place d une zone de préemption en espace naturel sensible local à Mours avec le classement des Bords d Oise. Situé le long de la vallée de l Oise, ce corridor biologique entre le Vexin et la forêt de Carnelle, constitué de 60,1 hectares de bois, prairies et champs, bénéfi ciera d une protection et d une valorisation, en vue à terme d une ouverture raisonnée au public. ARGENTEUIL EST Les logements de Gaston- Montmousseau Fin de la requalifi cation de la résidence Gaston- Montmousseau. Les travaux ont porté sur l amélioration du confort des 151 logements, la rénovation des façades et la sécurisation des parties communes. Financement du conseil général : euros. ARGENTEUIL OUEST Extension du foyer d accueil la Manoise Le conseil général a garanti les emprunts de l association nationale de réadaptation sociale (ANRS) pour un montant de 1,08 million d euros. Ils permettront l extension du foyer d accueil pour adolescents situé rue du Paradis. BEAUCHAMP L innovation récompensée Xavier Athamani, de la société Eyework, a reçu le prix d excellence du conseil général dans le cadre de la Semaine de la création et de la reprise d entreprises. Implantée au Plessis- Bouchard, l entreprise a développé un endoscope opératoire dentaire aujourd hui breveté à l international. BEZONS Offre accrue de logements L offre de logements sociaux s intensifie avec la programmation d une nouvelle opération de construction de 28 logements avenue Gabriel-Péri. Financement du conseil général : euros. CERGY SUD Fin des travaux à la caserne Les travaux d extension de la caserne des pompiers desservant Éragny et Saint-Ouenl Aumône sont achevés. Ces aménagements, placés sous le signe du développement durable, ont permis la réalisation de locaux techniques, administratifs et sportifs. Coût des travaux : 4,5 millions d euros fi nancés à hauteur de 70 % par le conseil général. FOCUS Bruyères marque une nouvelle étape dans la mutation urbaine du quartier des Frances. Les quatre bâtiments de la résidence comportant 208 logements font peau neuve, avec la rénovation extérieure et intérieure des appartements et l amélioration des espaces communs. Financement du conseil général : euros. DOMONT Amélioration de la voirie La rénovation de la rue d Ombreval, réalisée par le conseil général, est achevée. Les travaux ont porté sur la réfection de la chaussée et la signalisation. Financement du conseil général : euros. EAUBONNE Arts martiaux et citoyenneté Le judo est au programme de 400 élèves d Eaubonne, à raison d une heure par semaine. Durant les vacances scolaires, des stages de karaté sont aussi proposés, CORMEILLES- EN-PARISIS Requalification urbaine en marche aux jeunes de L achèvement élèves de de 7 la à 17 materelle ans. la réhabilitation à la de terminale la Soutien ont du conseil résidence des effectué Hautes- leur rentrée scolaire en 2008 général : euros. DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 5

6 EN DIRECT DES CANTONS L ISLE-ADAM SOLIDARITÉ 26 logements relais pour se reconstruire Après une réhabilitation totale, la résidence des Jonquilles, sise rue du Maréchal-Foch à Parmain, accueille des personnes socialement fragilisées. Cette structure, soutenue par le conseil général à hauteur de euros, propose 26 logements autonomes et des espaces communs. La résidence est destinée à des ménages en situation d isolement et s inscrit dans une logique de logement durable. Étape de transition dans leur parcours de vie, elle a vocation à les accompagner sur la voie d une réinsertion sociale et professionnelle. ARGENTEUIL NORD ÉDUCATION Sécuriser les parcours scolaires Afi n d éviter le décrochage scolaire, en particulier à l issue du collège, et sécuriser les parcours de formation, le conseil général soutient des initiatives de collèges et de lycées argenteuillais. Ainsi, des actions concrètes, visant à accompagner des collégiens dans la construction de leur projet personnel et professionnel ont été mises en place. Les établissements se sont mobilisés autour de temps forts, tels que des rencontres avec d anciens élèves venus témoigner de leur parcours de réussite, des ateliers scientifi ques partagés collégiens-lycéens. Nouveauté 2011 : un recueil destiné aux familles valorisera les projets phares des lycées argenteuillais. Architecte ACTIO-Patrick Puget DEUIL-LA-BARRE PERSONNES HANDICAPÉES La Maison de Deuil en travaux 2,87 millions d euros C est le coût des travaux de reconstruction de la Maison de Deuil. Val d Oise Habitat, bailleur social du conseil général, a lancé les travaux de reconstruction du foyer d hébergement pour travailleurs handicapés. Cette opération permettra d augmenter la capacité d accueil du foyer actuel de 14 à 22 résidents. Les 22 bénéficiaires seront accueillis sur un même site : huit dans la Maison destinée aux personnes les moins autonomes, 14 dans des appartements. À ces deux types d hébergement, viendra s ajouter le Club, un lieu de loisirs et de formation, à la disposition de tous les résidents et ouvert à l extérieur, qui permettra la rencontre avec des personnes hors établissement. 6 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

7 L HAUTIL INFRASTRUCTURES Sécurisation renforcée sur la RD 922 Les travaux de voirie menés sur la rue de Vauréal (RD 922) à Boisemont autorisent désormais une cohabitation plus harmonieuse entre piétons, cavaliers et automobilistes. La traversée du village par une route départementale fréquentée et la présence du centre hippique justifi aient des mesures de sécurité renforcée. Les aménagements réalisés par le conseil général, ronds-points, plateaux surélevés, remise aux normes des arrêts de bus et évitement de chaussée, contribuent à la sécurisation de cet axe. Financement du conseil général : euros. FRANCONVILLE AMÉNAGEMENT L espace Fontaine vous accueille Un nouvel espace socioculturel au cœur de la résidence de la Fontaine-Bertin. Ouvert tous les jours, cet équipement permet aux habitants de bénéfi cier de nombreux services : cours d alphabétisation, écrivain public, psychologue, atelier cuisine L ouverture à la culture et aux loisirs est également favorisée, avec deux studios de répétition pour les musiciens et une salle de danse de 70 m 2. Financement du conseil général : euros. ÉCOUEN Priorité aux logements sociaux Un nouveau programme de 13 logements sociaux va voir le jour rue du Maréchal-Leclerc. Financement du conseil général : euros. ERMONT Conseil et orientation à l épicerie sociale En plus d être un lieu de distribution de denrées alimentaires, l épicerie sociale est aussi un lieu d information, d insertion sociale et d animation culturelle. Le conseil général lui a renouvelé son soutien à hauteur de euros. GARGES-LÈS- GONESSE EST Économie et développement durable Après le parc d activités de la Muette, c est celui des Doucettes/Argentières qui a bénéfi cié d une totale requalifi cation fi nancée à hauteur de euros par le conseil général. Cette opération a également mis l accent sur la valorisation du cadre de vie. GARGES-LÈS- GONESSE OUEST Histoires d eaux Une nouvelle publication pour soutenir la dynamique patrimoniale à Garges-les-Gonesse, Arnouville, Sarcelles et Villiers-le-Bel. Histoires d eaux en Val de France retrace en quatre chapitres l histoire du Croult et du Petit Rosne. Soutien du conseil général : euros. GOUSSAINVILLE Objectif aménagement Un contrat départemental pour l aménagement de Louvres. Sont ainsi programmées : la réfection de la chaussée rue d Orville, la construction d une maison de jeunes et de la culture et d un terrain multisport de proximité rue F. Couperain. Financement du conseil général : euros. HERBLAY Une nouvelle jeunesse pour l école Le groupe scolaire des Chênes à Herblay offre un nouveau visage. Après rénovation des classes de maternelle et des cours de récréation, il propose également un bâtiment de restauration. Financement du conseil général : euros. LUZARCHES 4 opérations pour 1 contrat Un contrat départemental pour la commune de Fontenay-en-Parisis euros sont ainsi consacrés par le conseil général à la réalisation d opérations, tels des travaux au sein de l école primaire, la requalifi cation de la route de Mareil, la restauration de l église ou encore l aménagement d accès aux personnes à mobilité réduite pour des établissements recevant du public. MAGNY-EN-VEXIN Construction de 33 pavillons Val d Oise Habitat, bailleur social du conseil général, réalise 33 logements sociaux individuels à l entrée de Magny-en-Vexin. Inscrits dans le cadre paysager du Vexin français, ils intègrent le développement durable FOCUS en termes de gestion d eau et d énergie. Coût de la construction : 5,7 millions d euros. MONTMORENCY Attention travaux! Courant 2011, le conseil général va réaliser le réaménagement global de la RD 124 entre l allée de Chantilly et l allée des Tilleuls. Financement du conseil général : euros. PONTOISE Coup de pouce à la lecture et à l écriture Les clubs Coup de pouce viennent de débuter dans les écoles Jules-Verne et Ludovic-Piette, à raison de deux clubs chacune. Au bénéfice de dix écoliers de CP, ils mobilisent enseignants, animateurs et parents autour de l apprentissage de la lecture, de l écriture et de l expression orale. Financement du conseil général : euros. 28 millions d euros inscrits par le conseil général en 2010 pour moderniser le réseau routier départemental, améliorer l état des chaussées, entretenir les ouvrages d art et sécuriser la voirie. DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 7

8 EN DIRECT DES CANTONS Florian Gerbaud CERGY NORD DÉVELOPPEMENT DURABLE Biodiversité et pédagogie Le conseil général vient d aménager au parc de Grouchy un hôtel à insectes. Cet équipement offre à de nombreux insectes des jardins un habitat pour passer l hiver et se reproduire. On peut ainsi y observer des chrysopes (prédatrices naturelles d insectes ravageurs tels que les cochenilles et les pucerons), des bourdons, des abeilles et des guêpes solitaires qui sont de plus en plus rares, des carabes (insectes mangeurs de limaces et d escargots), et tout un tas de pollinisateurs et de décomposeurs de bois mort Ces insectes contribuent à l équilibre de la nature et facilitent les travaux des jardiniers, qui utilisent moins de produits phytosanitaires polluants SARCELLES SUD OUEST SPORTS Un équipement phare pour les karatékas euros, c est le fi nancement que le conseil général a consacré pour la réalisation du dojo Marcel Testard. L inauguration du dojo Marcel Testard marque une nouvelle étape pour l Association amicale sportive sarcelloise de karaté. Club élite 95, l AASS connaît un véritable essor se concrétisant par une augmentation continue du nombre de ses membres et ses brillantes performances. Fort de ce constat, le conseil général a soutenu la création d un centre de karaté au complexe sportif Nelson Mandela. Avec une surface de m 2, ce nouvel équipement sportif est le plus grand centre d Ile-de-France. Il assure l entraînement des jeunes espoirs, sélectionnés au niveau national, tout en poursuivant l activité du club, l initiation des scolaires et les stages sportifs pour les antennes jeunes. Financement du conseil général : euros. TÉLEX Le conseil général est mobilisé face aux intempéries hivernales. En alerte «viabilité hivernale» jusqu en mars pour répondre à tous les épisodes d intempéries, le conseil général rassemble une force de frappe de 110 agents, 15 camions, 12 saleuses, 14 lames et une étrave de déneigement répartis sur tout le territoire. Les agents sont prêts à intervenir 24 h sur 24, en cas de conditions climatiques extrêmes, sur les 1177 km de voiries départementales. Prochaine séance publique du conseil général, le vendredi 14 janvier RETRANSMISSION EN DIRECT SUR VALDOISE.FR 8 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

9 FOCUS MARINES INSERTION Les jeunes refont la bibliothèque Installée dans l ancienne école communale, la bibliothèque de Nucourt a été entièrement rénovée. Un chantier innovant a été réalisé, associant les bénévoles du foyer rural de Nucourt, la mission locale de la vallée de Montmorency et l association ABC formation à Franconville autour de 15 jeunes en insertion professionnelle. Bilan positif pour cette première opération soutenue par le conseil général. Les jeunes ont eu une première expérience dans le domaine du bâtiment, tout en découvrant le monde rural et un petit équipement culturel. TAVERNY ENVIRONNEMENT Une charte environnementale pour la vallée de Chauvry Le conseil général a signé récemment la charte environnementale de la vallée de Chauvry. Elle concerne sept communes particulièrement sensibles à l environnement : Baillet-en-France, Béthemont-la-Forêt, Chauvry, Frépillon, Mériel, Montsoult et Villiers-Adam. Ce document de planifi cation défi nit un projet global et durable pour ce territoire, au travers d un programme d actions ambitieux pour la protection et la valorisation des paysages, des activités et du patrimoine rural et naturel de cette vallée. SAINT-GRATIEN Un pôle d arts martiaux pour 2011 Les travaux du dojo Guy Dupuis se poursuivent. Ce nouveau pôle d arts martiaux, attendu pour début 2011, accueillera un public de scolaires, d associations et de clubs sportifs. Financement du conseil général : euros. SAINT-OUEN- L AUMÔNE Réhabilitation en marche au parc Le Nôtre Nouvelles constructions, travaux sur bâtiments et dans les logements le programme de réhabilitation des 394 logements du parc Le Nôtre progresse. Financement du conseil général : euros. SANNOIS Un toit écolo pour la résidence Réalisation écologique au foyer logement Maurice-Utrillo. La toiture de la résidence qui accueille 72 logements pour personnes âgées a été refaite avec quatre ensembles de panneaux voltaïques. Financement du conseil général : euros. SARCELLES NORD EST Aménagement de la RD 125 Le conseil général va procéder à des travaux de mise en accessibilité et de sécurisation des traversées piétonnes au carrefour de l avenue Koenig et du boulevard Carpeaux. Financement du conseil général : euros. SOISY-SOUS- MONTMORENCY Les liaisons douces programmées Mise en service à l horizon d une liaison douce de la pelouse des Châtaigniers au chemin de la Sablière à Andilly. Financement du conseil général : euros. VALLÉE DU SAUSSERON L école et la cantine s agrandissent Les travaux d extension du groupe scolaire et de la cantine d Ennery vont démarrer. Ils permettront de doubler la capacité d accueil du restaurant scolaire, avec 244 places, et de créer deux classes supplémentaires. Financement du conseil général : euros. VIARMES Les archers en ligne de mire Un nouveau stand de tir pour la plus ancienne compagnie de tir à l arc du Val d Oise. L installation spécifi que pour le tir Beursault en fait un équipement performant et reconnu. Financement du conseil général : euros. VIGNY Plus d aménagements pour la carrière Le conseil général a consacré en 2010, euros pour l entretien et la poursuite des travaux d aménagement de la carrière de Vigny, avec notamment la réfection du parking et la création de deux mares à amphibiens. VILLIERS-LE-BEL Constructions scolaires Nouvelles infrastructures à Villiers-le-Bel, à l horizon 2012, avec le lancement du chantier de construction de l école et du restaurant scolaire Louis-Jouvet. Financement du conseil général : euros. DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 9

10 DOSSIER Seniors, une force vive du département 10 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

11 91 millions d euros C est le budget annuel que le conseil général consacre aux besoins des seniors (dont 55 millions pour l allocation personnalisée d autonomie APA). DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 11

12 DOSSIER SENIORS L espérance de vie devrait continuer à augmenter malgré le report de l âge de la retraite. Accompagner ces jeunes seniors pour les aider à bien vieillir, encourager leurs engagements associatifs pour qu ils continuent à être des forces vives et contribuer à la solidarité intergénérationnelle est une priorité pour le conseil général. 84,5 ans C est, en 2009, l espérance de vie des femmes ; 77,8 ans pour les hommes. (Source : Insee) 1 million d euros investi dans le PAM (Pour aider à la mobilité) par le conseil général. 1,5 million de plus de 85 ans en France en Ils seront 4 millions en Chaque année en moyenne, les Français gagnent deux mois d espérance de vie. En 2009, elle s établit à 84,5 ans pour les femmes et 77,8 ans pour les hommes. Parallèlement, le départ à la retraite repoussé à 62 ans par le gouvernement va entraîner une aspiration d autant plus forte des seniors à l aborder et la vivre dans de bonnes conditions. «Il est donc indispensable de les accompagner dans leur vie quotidienne, leurs besoins, leur bien-être pour les aider à bien vieillir, même si la compétence du conseil général est de soutenir prioritairement les seniors dans 12 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

13 INFOS PRATIQUES CODERPA Représentatif de la population, le Comité départemental des retraités et personnes âgées est un organisme consultatif, qui participe à la recherche des moyens à mettre en place pour améliorer la vie des retraités et personnes âgées. Il donne un avis sur le projet de plan gérontologique départemental Des seniors apportent leur savoir-faire : une occasion de récréer des liens sociaux. Ici, un chantier d insertion au sein de l association ABC Formation. Des seniors bénévoles s investissent au quotidien dans les épiceries sociales du Val d Oise pour aider les personnes démunies. la dépendance», souligne Luc Broussy, conseiller général délégué aux personnes âgées et handicapées. Accompagner les seniors Rester en forme et actifs le plus longtemps possible, en anticipant l entrée en dépendance par une bonne prévention et une accessibilité à une offre diversifi ée de services, telle est pour résumer l attente des seniors. C est ce qui ressort des six forums territoriaux et des groupes de travail qui se sont tenus en 2009 et 2010, réunissant des professionnels à l initiative du conseil général. Cette concertation lui a permis d identifi er avec précision les besoins des seniors qu il a inscrits dans le Schéma gérontologique Ses orientations ont été présentées le 27 novembre à Montmorency, lors de la Journée des seniors organisée par le conseil général avec de nombreux partenaires présents : Caisse primaire d assurance-maladie, caisse d assurance retraite, Pact VO, centres d action sociale, clubs du 3 e âge, associations sportives, culturelles, de loisirs Ouverte à tous les publics, cette journée d information et d animations a permis aux seniors (et à leur famille) de s informer aussi bien sur les aides pour adapter son logement ou les établissements d accueil, que sur la prévention alimentaire, les activités de loisirs, culturelles et sportives. «Le sport est essentiel pour rester en forme, mais aussi pour le moral et les relations amicales entre les gens», témoigne Claude Gerbier, cheminot retraité, président de l Étoile Goussainvilloise, un club qui s est ouvert aux personnes âgées et a obtenu le label «seniors» par la Fédération française de gymnastique pour la qualité de son accueil et de ses prestations. Les aider à rester acteurs de la ville De plus en plus nombreux à entrer dans ce «nouvel âge actif» postérieur à la retraite, les seniors sont en quête d activités sportives, culturelles et de loisirs. Ils sont aussi porteurs de savoirs et de savoir-être prêts à être transmis aux jeunes générations. «Je ne voulais pas me couper des jeunes et on trouve soi-même quelque chose en les aidant», confi e Josiane Alibert, 68 ans, ex-professeur de lettres modernes devenue bénévole de l association Aide aux devoirs à Deuil-la-Barre. Ingénieur retraité du BTP, René Bodiou a mis aussi ses compétences professionnelles à la disposition des chantiers de construction de l Étape, une association qui accueille des ANAH L Agence nationale de l habitat accorde des subventions pour la réhabilitation et l amélioration des résidences principales de plus de 15 ans : aux propriétaires qui occupent leur logement (sous condition de ressources), aux propriétaires qui louent ou souhaitent louer un bien immobilier et aux syndicats de copropriétés pour des travaux sur les parties communes. Contact pour les demandes de subvention : Pour vous aider dans vos démarches PACT Val d Oise : DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 13

14 DOSSIER SENIORS Le conseil général est mobilisé pour offrir aux Valdoisiens un cadre de vie à la hauteur de leurs attentes. Aux côtés des communes, il construit une ville à échelle humaine, durable, solidaire et accessible seniors propriétaires ont touché en moyenne euros de l ANAH pour adapter leur logement. clubs du 3 e âge subventionnés par le conseil général pour une participation totale de euros (soit une subvention moyenne de 444 euros). femmes et des enfants sans domicile. Ce sportif, qui fait du cyclotourisme dans le cadre d un club dont il est trésorier est aussi membre bénévole du conseil départemental du développement durable. Mis en place en janvier 2009 par le conseil général, ce conseil réfl échit sur la stratégie à mettre en œuvre pour faire du Val d Oise un éco-département. «C est philosophique, j ai besoin de travailler pour les autres! Et puis, la société m a apporté beaucoup et je lui dois des contreparties.» Conscient de cet apport des seniors à la citoyenneté et au tissu associatif, mais aussi à l écoute de leurs besoins d activités, le conseil général attribue des subventions aux associations qui présentent un objectif social, jouent un rôle essentiel dans l animation de la vie locale, la mise en œuvre d actions d intérêt général sur le territoire. Promouvoir une urbanisation adaptée et favoriser la mixité des générations Il est donc indispensable de faciliter l accès des seniors aux associations, mais aussi aux services publics et aux commerces, particulièrement dans les zones rurales. Le conseil général a, par exemple, aidé les communes de Sagy et de Seraincourt à conserver l une une boulangerie et l autre une boucherie. Le transport à la demande, mis en place par le conseil général, contribue aussi à la mobilité qui va être renforcée grâce au PAM (Pour aider à la mobilité), opérationnel dès janvier Ce «PAM Citoyen» s adresse à toutes les personnes à mobilité réduite, y compris pour leurs déplacements privés. Le bien-vivre des seniors dans la ville est aussi tout l enjeu d une urbanisation qui les intègre au cœur des quartiers, dans des logements ou des résidences adaptées, favorisant la mixité des générations et concourant à plus de solidarité. «Nous proposons aux personnes âgées de prendre en charge leur déménagement dans des appartements plus petits et plus adaptés, tout en restant dans la même résidence et en conservant le même loyer au mètre carré», explique Raphaëlle Gilabert, directrice générale de Val d Oise Habitat, bailleur social du conseil général. À Luzarches et Menucourt, VOH s apprête à construire avec Marianne Développement une résidence locative intergénérationnelle avec des services, la première dans le Val d Oise, intégrant 70 % d appartements seniors, 25 % pour des jeunes et 5 % pour des personnes handicapées. D autres projets innovants voient le jour, comme cette résidence-appartements pour personnes âgées à Saint-Ouen-l Aumône dont les services (restauration, animations ) seront accessibles à tous les seniors du quartier, favorisant les liens et l ouverture sur la ville. Des atouts pour bien vieillir. 14 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

15 ZOOM SUR ANDRÉ, 73 ANS, HABITANT DE CERGY Je suis retraité de l industrie de la parfumerie et je voulais faire quelque chose d utile. Je suis bénévole à l association humanitaire d entraide Le Maillon, et je vais aussi tenir compagnie à une centenaire. Les contacts humains et l entraide, c est essentiel! INTERVIEW DENISE, 62 ANS, HABITANTE D ÉPIAIS-RHUS Quand j ai arrêté d être assistante maternelle, j ai d abord eu envie de souffler! Maintenant, je vais à la piscine 2 ou 3 fois par semaine. J ai la chance de conduire, mais je crains plus tard la perte de mobilité car je dois me déplacer pour les commerces, les services, la santé, le sport et il n y a pas assez de bus. Luc Broussy, conseiller général délégué aux personnes âgées et handicapées. Comment le conseil général aide-t-il les personnes âgées à participer à la vie citoyenne? Luc Broussy : Les personnes âgées dépendantes sont au cœur des compétences obligatoires du conseil général, mais c est une minorité de la population, y compris des seniors, et la citoyenneté concerne tout le monde. Il faut donc être présent sur ce qui fait le quotidien de tous les seniors. Cela passe par des subventions à l ensemble des associations, dont les seniors sont une force vive, ou encore par l écoute de leurs propositions au sein du Comité départemental des retraités et personnes âgées (Coderpa). Quels sont les différents freins à une vie plus active des personnes âgées? L. B. : Le principal frein est social. Quand on se sent en insécurité dans la vie urbaine, ODETTE, 89 ANS, HABITANTE DE MÉRY-SUR-OISE Veuve depuis 1995, je me suis inscrite au club des aînés pour sortir de chez moi, rencontrer des gens de différents milieux. J y vais tous les jeudis, c est sacré. Cela me change de mes habitudes, on déjeune, puis on joue à des jeux de société et on goûte. Je participe aussi aux festivités et aux sorties organisées dans l année. «Être présent sur ce qui fait le quotidien de tous les seniors» on se replie sur soi. Et on ne s invente pas un réseau social à plus de 60 ans quand on ne l a pas construit sa vie durant. Le deuxième frein est un manque d informations sur les aides et dispositifs en faveur des seniors. C est un rôle des centres communaux d action sociale (CCAS), soutenus par le conseil général. Le conseil général pourrait à l avenir encourager le «bien-vieillir» par une contractualisation avec les communes. Le département va arrêter son prochain Schéma gérontologique pour les années Quels sont les grands axes pour agir plus efficacement auprès des seniors? L. B. : Il faut faire de la prévention le plus tôt possible, à partir de 50 ans, en matière de nutrition, de risque de chutes ; répondre aux problèmes de mobilité par la mise en place du PAM (Pour aider à la mobilité) auquel le conseil général va consacrer 1 million d euros dès 2011 ; adapter des logements pour seniors, notamment en convaincant les bailleurs sociaux de l intérêt de le faire. Schéma gérontologique Les Forums territoriaux du grand âge, tenus à la fin de l année 2009, ont permis au conseil général d identifier les attentes des Valdoisiens. Ce diagnostic, suivi d un travail de concertation avec les partenaires, a permis de dégager des actions qui seront prises en compte dans le Schéma gérontologique mis en œuvre de 2011 à Cinq axes de travail ont été définis : 1/ favoriser le bien-vieillir dans le Val d Oise ; 2/ anticiper l entrée en dépendance et prévenir son arrivée brutale ; 3/ améliorer la diversité, la performance et l accessibilité de l offre ; 4/ faciliter l orientation de la personne âgée tout au long de son parcours ; 5/ garantir une protection des personnes âgées vulnérables. w.va.fr DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 15

16 VU DU VAL D OISE DÉCEMBRE AVRIL 2010 FORÊT Quel que soit leur statut (domanial, régional, départemental), le conseil général contribue au fi nancement de l entretien et de l aménagement des forêts du Val d Oise. En 2010, cela représente un budget d environ 1,4 million d euros. Il vient d adopter, lors de sa dernière séance, la demande de classement du massif de Montmorency en forêt de protection. En outre, le conseil général accorde un intérêt particulier aux arbres remarquables. Après leur recensement et la rédaction d un ouvrage, ils viennent de bénéfi cier d un diagnostic de santé. Si cette expertise détermine la nécessité d interventions, les travaux seront fi nancés à 60% par le conseil général qui s attache à préserver ce patrimoine exceptionnel. GRAND PALAIS & GRAND PARIS Dans les débats actuels autour des projets du Grand Paris, les galeries nationales du Grand Palais apportent un argument de poids et un ambassadeur de choc en faveur du Val d Oise : Monet. La rétrospective qui lui est consacrée jusqu à la fi n du mois de janvier 2011 est aussi une exceptionnelle exposition de tableaux peints en Val d Oise. Entre Argenteuil, où il a résidé une dizaine d années et peint plus de 250 tableaux, et Vétheuil, où il a poursuivi un dialogue avec la Seine qu il est facile de retrouver aujourd hui, il est impossible de comprendre Monet, c est-à-dire l art depuis plus d un siècle, sans les paysages du Val d Oise. Comment la région-capitale pourrait-elle construire son avenir sans eux? 16 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

17 DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 17

18 CONSEIL GÉNÉRAL MODE D EMPLOI SDIS VAL D OISE Sapeurs-pompiers : le conseil général assure votre sécurité LES MOYENS DU SDIS / Avec le Service départemental d incendie et de secours Val d Oise (SDIS), il est facile d accumuler des statistiques impressionnantes : plus de 600 appels par jour, plus de interventions effectuées cette année, soit une sortie toutes les 4 minutes 30 ou une par an pour dix Valdoisiens. On ne saurait mieux dire que les sapeurs-pompiers du Val d Oise remplissent une vraie mission de service DES INTERVENTIONS MULTIPLES / 71 MILLIONS D EUROS apportés par le conseil général au financement du Service départemental d incendie et de secours HOMMES C est l effectif du SDIS, dont un millier de sapeurs-pompiers professionnels et plus de sapeurs-pompiers volontaires. 40 CENTRES DE SECOURS Le dernier centre neuf a été ouvert à Louvres. En novembre, les nouveaux locaux d Éragny-sur-Oise, agrandis de 50 %, ont été inaugurés après des travaux d un coût de 4,5 millions d euros verra l ouverture d un centre de formation départemental doté d un plateau technique reconstituant des configurations d intervention. Cet établissement exceptionnel a nécessité un investissement de 33 millions d euros. À côté de la voie publique et des bâtiments, les pompiers peuvent intervenir en lien à des risques spécifiques en Val d Oise : les inondations, dues à la Seine et l Oise ; les mouvements de terrain provoquant des effondrements ; les feux de végétation, de cultures plus que les forêts ; les risques industriels, notamment d un dépôt pétrolier et de trois établissements chimiques. 18 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

19 LE 18, COMMENT ÇA MARCHE? /E Le 18 est le numéro unique d appel d urgence des pompiers. Tous les appels aboutissent au centre de traitement d alertes localisé à Neuvillesur-Oise. Celui-ci détermine les secours adaptés et disponibles parmi les 40 centres de secours répartis dans le département. Il est en lien permanent avec les autres services dont l intervention peut être nécessaire : Samu, police, gendarmerie public. En 2010, le conseil général, qui assure la gestion administrative et fi nancière du SDIS, en est le principal fi nanceur et lui apporte 71 millions d euros. Le SDIS du Val d Oise est même appelé à intervenir hors du département : une centaine d hommes, par exemple, dans les Landes, lors de la tempête Klaus en 2009 ou l équipe de sauveteurs envoyée en Haïti, en janvier 2010, dès le lendemain du séisme. Son effi cacité est également technique ; la mise en place d interface de réception des appels d urgence pour les défi cients auditifs (Irauda) en 2009, mode d alerte par SMS pour les personnes sourdes (voir encadré) a constitué une première en France. Le 15 et le 18 : bon à savoir Les principaux numéros d urgence sont le 15 (Samu), le 17 (police) et le 18 (pompiers). Pour gagner du temps, il vaut mieux appeler le service directement concerné. Outre la nature de l intervention, une distinction importante est celle du lieu : les pompiers ont à intervenir sur la voie publique tandis que le Samu doit intervenir dans l espace privé. Les pompiers y interviennent également mais uniquement en cas de détresse vitale. LES INTERVENTIONS EN CHIFFRES / CONNAISSEZ-VOUS IRAUDA? / QUE FAIRE EN CAS D INCENDIE? / Protection des biens Aide aux personnes Opérations diverses Accidents de la circulation* Incendies Secours à victimes* 5,50% 10,64% 4,89% 5,78% 6,94% 66,25% * Les accidents de circulation recensent les personnes prises en charge dans le cadre d un accident sur la voie publique ; le secours à victimes recense toutes les autres prises en charge (malaises, accident de travail, de sport, de loisirs ). Irauda est un nouveau mode d alerte des secours par les personnes sourdes ou malentendantes. Potentiellement, plus de personnes en Val d Oise. Pour joindre ce service : Un fax : Un formulaire avec pictogramme, accessible aux enfants, est disponible sur Un courriel à Un SMS au À la réception de chaque message, un accusé de réception informe les personnes de la prise en compte de leur demande et du départ des secours. Ne prenez jamais l ascenseur. Si l incendie se déclare chez vous : évacuez les lieux pour éviter les risques d intoxication par les fumées et gaz précédant les fl ammes ; fermez la porte de la pièce en feu et la porte d entrée et n emportez rien. S il se déclare dans les parties communes : restez chez vous, fermez les portes et mettez des linges mouillés en bas ; allez à la fenêtre pour que les secours vous voient ; en cas de fumée dans la pièce, baissezvous vers le sol et couvrez-vous le nez et la bouche avec un linge humide. DÉCEMBRE 2010 LE VAL D OISE C EST VOUS 19

20 MON VAL D OISE MA PLANÈTE Pierrelaye, la plaine et peut-être demain la forêt Après avoir classé 441 hectares du secteur en ENS (espace naturel sensible), le conseil général s engage dans un programme unique de reboisement qui ferait pousser dans la plaine une des plus grandes forêts du Val d Oise. La plaine de Pierrelaye est un territoire agricole et boisé de plus de hectares, inclus dans la ceinture verte régionale. Elle s étend sur sept communes : Bessancourt, Frépillon, Herblay, Méry-sur-Oise, Pierrelaye, Saint-Ouen-l Aumône et Taverny. Un secteur à réhabiliter Plus d un siècle d épandage des eaux usées de Paris a perturbé fortement le fonctionnement agricole actuel en dégradant la qualité des sols et en générant des pollutions diverses. Cet espace déshérité va changer de statut. Il pourrait devenir une destination privilégiée des Franciliens grâce au projet phare du conseil général : la création d une forêt par une opération exceptionnelle de plantation d espèces variées (chênes, hêtres, châtaigniers ). Le but principal est d offrir aux Valdoisiens un vaste espace naturel à vocation récréative et de loisirs. Le conseil général a en outre pris un certain nombre d engagements : la réappropriation publique de la plaine, la dépollution progressive des sols, la mise en place de corridors écologiques et d un processus qui devrait permettre à la forêt de jouer un rôle de puits de carbone Une forêt de hectares Les enjeux environnementaux sont importants : des activités maraîchères maintenues sur des terres saines, des boisements réhabilités, l eau utilisée à bon escient. Le conseil général propose 650 hectares de forêts s appuyant sur les boisements existants, 300 hectares d espaces naturels ouverts, pour les fêtes et les loisirs de nature, et 50 hectares de franges. Des circulations douces et des itinéraires de randonnées relieront ces espaces, qui viendront judicieusement compléter l arc forestier du Nord- Ouest parisien, constitué des forêts de Saint- Germain, Montmorency, L Isle-Adam et Carnelle. Le budget d une telle opération s élève à 17 millions d euros. À travers ce projet, le conseil général affirme une nouvelle fois sa volonté de construction d un éco-département : la forêt apporte un «poumon vert» à la région capitale, un atout de plus pour le Val d Oise dans le Grand Paris. 20 LE VAL D OISE C EST VOUS DÉCEMBRE 2010

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME

CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME CONFERENCE SUR L ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME MERCREDI 6 OCTOBRE 2010 Compte-rendu de la conférence qui s est tenue en public, en salle des fêtes de l Hôtel de Ville, le 6 octobre en présence

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016

Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE > INFORMATIONS FINAN SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 Le Conseil départemental aux côtés des Valdoisiens BUDGET PRIMITIF (BP) 2016 DE SYNTHESE CIÉRES > INFORMATIONS FINAN > NOTE 1 SÉANCE DU 19 FÉVRIER 2016 BUDGET 2016 UN BUDGET RESPONSABLE Budget départemental

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Orgères quartier des Prairies d orgères. Habitez un quartier Haut en couleur

Orgères quartier des Prairies d orgères. Habitez un quartier Haut en couleur Orgères quartier des Prairies d orgères Habitez un quartier Haut en couleur Une ville d histoire tournée vers l avenir entre bois et cours d eau, champs et haies bocagères, vergers et jardins familiaux,

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test. Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras

DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test. Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras SOMMAIRE UN PREMIER TEST 4 L UN DES TEMPS FORTS DES RENCONTRES CLIMAT 6 UN PROJET DE VILLE

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30

RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 RÉUNION PUBLIQUE sur le Plan Local d Urbanisme intercommunal (PLUi) Mercredi 2 juillet 2014-20h30 Le déroulement de la soirée 1. Qu est-ce qu un PLUi? 2. Etat des lieux du territoire 3. Temps d échanges

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT REGLEMENT APPEL A PROJETS DEPARTEMENT MARTINIQUE 2015 1 CONTEXTE ET ENJEUX Depuis plus de dix ans,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional

Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional Réunion territoriale sur le projet de Parc Naturel Régional 12 réunions d octobre à décembre 2013 Un PNR c est quoi? C est un label réservé aux territoires remarquables (paysages/nature/patrimoine culturel)

Plus en détail

Quartier Universitaire International du Grand Paris

Quartier Universitaire International du Grand Paris Quartier Universitaire International du Grand Paris Présentation de l agglomération Plaine Commune LES MARQUEURS DU TERRITOIRE Avec ses 407 283 habitants (chiffres Insee 2010), Plaine Commune est l agglomération

Plus en détail

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille DESCRIPTION DU PROJET Le projet prévoit l aménagement d une maison multiservices dont une partie constituerait en la mise en place d une structure d accueil des personnes âgées adaptée à l échelle communale

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels

PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE. pour les seniors, leur famille et les professionnels PÔLE SENIORS LE LIEU RESSOURCE pour les seniors, leur famille et les professionnels UN LIEU D ACCUEIL,D ÉCOUTE, D INFORMATION ET D ORIENTATION L équipe du pôle seniors est à votre disposition pour vous

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE LMNP Censi-bouvard / CLASSIQUE PARIS Maisons-Laffitte (78) MAISONS-LAFFITTE A seulement quelques kilomètres à l ouest de Paris, dans le département des Yvelines, Maisons-Laffitte jouit d une situation

Plus en détail

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Dossier de presse Sommaire Communiqué de presse (p.2) Les visites de

Plus en détail

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma DOSSIER DE PRESSE Avril 2009 Paris lance des actions innovantes pour créer des emplois d utilité sociale au sein d une délégation nouvelle dédiée à l économie sociale et solidaire confiée à Seybah Dagoma

Plus en détail

LA MAISON DE LA BARTHE

LA MAISON DE LA BARTHE NOUVEL ESPACE MUNICIPAL LA MAISON DE LA BARTHE La nature en cœur de ville DOSSIER DE PRESSE Dossier de Ouverture presse décembre mars 2014 2013 www.dax.fr www.dax.fr SOMMAIRE Le poumon vert du cœur de

Plus en détail

PROJET D ANIMATION DES T.A.P pour les écoles Jules Verne et La Colombe. Projet intégré au cadre du PEDT

PROJET D ANIMATION DES T.A.P pour les écoles Jules Verne et La Colombe. Projet intégré au cadre du PEDT PROJET D ANIMATION DES T.A.P pour les écoles Jules Verne et La Colombe Projet intégré au cadre du PEDT PROJET D ANIMATION TAP DES PRIMAIRES Celui-ci se présente sous forme de blocs, avec la description

Plus en détail

Ses missions, ses actions

Ses missions, ses actions CCAS centre communal d'action sociale Guide du CCAS de la Ville de Meylan Ses missions, ses actions www.meylan.fr le centre communal d sociale de meylan Au plus près des habitants Le CCAS (Centre communal

Plus en détail

Pour un travail mobile, à distance, collaboratif. ClubMelchior

Pour un travail mobile, à distance, collaboratif. ClubMelchior Pour un travail mobile, à distance, collaboratif ClubMelchior Il était une fois...... aux portes des Monts et Coteaux du Lyonnais, Charly a le charme d un village et le potentiel d une ville, situé à 14

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE La rentrée scolaire 2015-2016 sera marquée par la construction d un bâtiment destiné

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable

la maison de l environnement, des sciences et du développement durable la maison de l environnement, des sciences et du développement durable www.agglo-sqy.fr/maison-environnement PAPIER RECYCLÉ Maison de l environnement, des sciences et du développement durable 6 rue Haroun

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 PRESENTATION DU C.C.A.S. Le Centre Communal d Action Sociale (C.C.A.S.) est un établissement public administratif ayant une personnalité juridique distincte de la commune. Il est géré par un Conseil d

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Lunéville 6 février

Plus en détail

Nombre de réponses par quartiers

Nombre de réponses par quartiers Quartier 10 Nombre de réponses par quartiers Quartier 16 Quartier 15 165 176 Quartier 14 94 Quartier 13 156 Quartier 12 229 Quartier 11 201 Quartier 10 252 Quartier 9 344 Quartier 8 200 Quartier 7 236

Plus en détail

PROGRAMME DE LÉGISLATURE

PROGRAMME DE LÉGISLATURE COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Saint-Sulpice, le 13 février 2012 - 2 - MUNICIPALITÉ DE SAINT-SULPICE PROGRAMME DE LÉGISLATURE 2011-2016 Préambule Conformément

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr DOSSIER DE PRESSE Procédure d audits énergétiques et environnementaux, première étape d un Plan d actions pour le développement de la filière éco-construction Contexte En Novembre 2008, le syndicat mixte

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Dossier de presse. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12 Dossier de presse Une initiative de Ensemble, les citoyens peuvent se réapproprier leur ville, leur planète, leur destin commun. 4 événements grand public en 2015 Rendez-vous les 21.03 13.06 19.09 et 19.12

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère

FICHE II. 6 Aménagement d un espace de détente et de convivialité dans le jardin du presbytère à La Bruyère DESCRIPTION DU PROJET Le jardin de la cure, planté de quelques très beaux arbres remarquables, témoigne de l élégance discrète des propriétés de notables d autrefois. La commune a le souhait de préserver

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES Socateb, expert en traitement de façades. SOCATEB, ACTEUR DU SALON DE LA COPROPRIÉTÉ LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2015 Le mot du Président

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le Chandray Fougères (35)

DOSSIER DE PRESSE. Le Chandray Fougères (35) DOSSIER DE PRESSE Le Chandray Fougères (35) Dans un édifice rénové bénéficiant d'une double vue panoramique sur Fougères et ses environs, 79 appartements du F1 au F5 sont proposés à la vente à des prix

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Signature de l accord-cadre sur les pesticides utilisés par des professionnels en zones non agricoles Mesdames et Messieurs Je suis

Plus en détail

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Une adresse privilégiée, aux portes de Paris BBC POUR RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE La Seine-et-Marne, le poumon vert de l Ile-de-France Forêts, surfaces

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE

ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE ACADOMIA RCS PARIS 349 367 557 ET VOTRE VILLE DEVIENT MOTEUR DE RÉUSSITE 810858_AcadomiaSalon_Broch_12p_148x210.indd 1 29/10/2015 11:48 DES ATELIERS DE SOUTIEN APRÈS L ÉCOLE UNE PLATEFORME NUMÉRIQUE DE

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

3. Les orientations d aménagement par secteur. 07 juin 2010

3. Les orientations d aménagement par secteur. 07 juin 2010 3. Les orientations d aménagement par secteur 07 juin 200 Du 20 septembre 200 au 25 octobre 200 SOMMAIRE L OBJET DES ORIENTATIONS D AMÉNAGEMENT PAR SECTEUR 3 LA PORTÉE DES ORIENTATIONS D AMÉNAGEMENT PAR

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE

PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE PLU D ESVRES-SUR-INDRE 1 SOMMAIRE INTRODUCTION P 3 ORIENTATION 1 : UN CADRE DE VIE PRESERVE ET VALORISE P 4 Protéger les espaces naturels et les paysages p 4 Préserver le territoire agricole p 4 Prendre

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.

Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon. Modernisation et mise en accessibilité de la gare de Vergèze Muriel PIN 04 67 22 93 87 /// 06 07 76 82 05 pin.muriel@cr-languedocroussillon.fr Dans le cadre du Pacte régional, la Région a mis en place

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013 Lauréat du DUA février 2011 Z.A.C Cœur de Ville Créer un centre-ville pour tous Horizon > 2013 Périmètre de la ZAC Cœur de Ville 2 Rappel des objectifs de la ZAC CŒUR DE VILLE Renforcer le Cœur de Ville

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

Avril 2013. Challans s engage. pour une ville. durable. solidaire

Avril 2013. Challans s engage. pour une ville. durable. solidaire Challans s engage pour une ville Avril 2013 durable et solidaire Mot du Maire LE DEVELOPPEMENT DURABLE, C EST QUOI? C est un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes sans

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

URBAN GREY. Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze. 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale

URBAN GREY. Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze. 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze al 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale La Courrouze, vivre en ville, habiter dans un parc, une résidence bien dans la ville

Plus en détail

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1

Révision du SCoT du Pays Segréen. Réunion publique lundi 30 novembre 2015. Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 Révision du SCoT du Pays Segréen Réunion publique lundi 30 novembre 2015 Révision du SCoT du Pays Segréen Comité technique Novembre 2015 1 SOMMAIRE Point d étape / avancement du SCoT Présentation du projet

Plus en détail

BBInformations Régionales

BBInformations Régionales N 08 NOVEMBRE 2015 BBInformations Régionales Lettre Info Action sociale Île-de-France Partenariat entre la Cnav en Île-de-France et les centres sociaux La Fédération des centres sociaux et socioculturels

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail