Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois"

Transcription

1 Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles

2 INTRODUCTION Fièvre = symptôme très fréquent chez jeunes enfants et le plus souvent maladies bénignes Majorité des enfants fébriles: foyer infectieux apparent: otite moyenne aiguë, infections respiratoires hautes/basses, maladies éruptives 20% : fièvre sans foyer après anamnèse et examen physique détaillés. Parmi ceux-ci, 10 à 25% ont une «infection bactérienne sévère (IBS)».

3 Problème chez les enfants < 3 mois Prévalence IBS non négligeable % enfants fébriles 1.2-7% bactériémie % méningite % infection urinaire IBS d autant + fréquentes que nourrisson jeune Prévalence 12-20% si < 1 mois Bactériémie prouvée: 3.7 % < 1mois- 1.6% 1-3 mois Peu d éléments diagnostiques fiables Mortalité élevée Impact limité des vaccinations récentes Baraff LJ et al, Ann Emerg Med 1993 Pantell RH et al, JAMA 2004 Schwartz S et al, Arch Dis Child 2008

4 Définitions Fièvre : température rectale > 38 C - T normale rectale : C axillaire : C Mais T axillaire élevée chez seulement 70% des nourrissons avec t rectale élevée! Baraff LJ et al, Ann Emerg Med 1993 Ishmine P, Ped Clin North Am Faible valeur de l'estimation de la fièvre «par le toucher» - Considérer fièvre documentée à domicile même si apyrexie aux urgences!! Pantell RH et al, JAMA Attention à l hypothermie : t rectale < 36 C. 7% SBI retrouvées chez nourrissons hypothermes ou apyrétiques! Greenhow TL et al, Pediatrics 2012

5 Définitions Fièvre sans foyer : fièvre sans aucune étiologie organique connue IBS : infections bactériennes sévères - Méningite - Bactériémie/septicémie - Ostéomyélite/arthrite - Infections tissus mous - Pneumonie - Infection urinaire - Gastroentérite!!! Si fièvre sans foyer

6 IBS chez nourrisson < 3 mois Pathogènes les + fréquents Pantell RH et al, JAMA 2004

7 IBS chez nourrisson < 3 mois Pathogènes les + fréquents Bactériémies/méningites - E. Coli - GBS - S. aureus - S. pneumoniae - H. influenza - Salmonelles - L. monocytogenes UTI - E. Coli - K. pneumoniae - P. mirabilis - E. faecalis Greenhow TL et al, Pediatrics 2012

8 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques Examen physique seul peu fiable, même par cliniciens expérimentés Pantel RH et al, JAMA 2004

9 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques Mauvaise sensibilité des marqueurs inflammatoires sanguins isolés Taux GB <5000 ou > 15000/mm³: VPP 33% si âge < 1 mois Rudinsky SL et al, Acad Emerg Med 2009 Greenhow TL, Pediatrics 2012 Grande variabilité entre les praticiens Goldman RD et al, Pediatrics 2009 Bergman DA et al, Pediatrics 2006 Taux + élevé d hospitalisation et antibiotherapies si pateints vus hors des heures de consultations Pantel RH et al, JAMA 2004

10 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques: exemples Maylis 20 jours Antécédents : - Née à terme; percentile 50 - Aucun problème à la maternité Affection actuelle : - T 39 C depuis 12 h, sans autre symptôme. - Admise aux urgences Christine 23jours Antécédents : - Née à terme; percentile 30 - Aucun problème à la maternité Affection actuelle : - T 39 C depuis 6 h, sans autre symptôme. - Admise à la consultation de pédiatrie

11 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques: exemples Maylis 20 jours - Examen physique complet Normal - Bilan: GB /mm³, 39% PNN; CRP= 0,9 mg/dl Urines: EMU normal; culture négative Hémoc : en attente Christine 23jours - Examen physique complet Normal - Pas de bilan - Attitude: hospitalisation - Attitude: retour à domicile et antipyrétiques

12 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques: exemples Maylis 20 jours - Evolution: favorable apyrexie après 12h - Parents mécontents de l hospitalisation Christine 23jours - Evolution: persistence de la fièvre après 30h - Diminution de l appétit Admise aux urgences

13 CHRISTINE, 23 jours Examen physique et neurologique à l admission (après 30 h de T ) : - T 38,7 C - Teint gris, irritable et gémissante - Fontanelle bombante - Pas d autre point d appel

14 CHRISTINE, 23 jours Biologie sanguine : - GB /mm³, 71% PN; CRP= 8,5 mg/dl. - Hémoc= en attente Urines: EMU et culture négatifs Ponction lombaire : - Liq trouble - GB = 2 500/mm 3 - Protéines= 150 mg/dl - Glucose= 8 mg/dl - Culture = Strepto βhémolytique groupe B

15 CHRISTINE, 23 jours Hospitalisation Traitement IV: - Céfotaxime 200mg/kg + ampicilline 200mg/kg Evolution : - Décès après 2 h d hospitalisation (soit après 32 h de T )

16 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques 2 Jumeaux 21j. Frederique Antécédents - Grossesse gémellaire - Né à terme; PN= 2,800 kg; TN= 47,5 cm - Aucun problème à la maternité Affection actuelle T 38,6 C depuis 8 h, sans autre symptôme Marc Antécédents - Grossesse gémellaire - Né à terme; PN= 2,950 kg; TN= 49 cm - Aucun problème à la maternité Affection actuelle T 38,6 C depuis 8 h, sans autre symptôme

17 IBS chez nourrisson < 3 mois Difficultés diagnostiques 2 Jumeaux 21j. Frederique - Examen physique et neurologique : Normal - Biologie sanguine : GB:12 700/mm³, 55% PNN; CRP= 7 mg/dl. - Hémoc : en cours - Urines: EMU normal, cult en cours Marc - Examen physique et neurologique : Normal - Biologie sanguine : GB: /mm³, 50% PNN; CRP= 0,5 mg/dl - Hémoc : en cours - Urines: EMU normal, cult en cours Attitude: hospitalisation des 2 frères + expectative thérapeutique

18 Mais.FREDERIC, 21 jours - Après 24h : révulsion oculaire, hypertonie des membres --> PL : Strep B

19 08 mars 2012: garçon 45 jours Fièvre depuis 24h: 38.5 C hier max 40 C ce jour Selles molles, diminution appétit Antécédents sp Vu aux urgences - Examen physique sp sauf un peu grincheux - Bilan: Bio: GB 8510/mm³, 45%PNN, CRP:0.5mg/dl EMU négatif; hémoc et cult urines en cours Hospitalisation pour surveillance

20 09 mars 2012: garçon 45 jours Dégradation clinique Marbré, tachycarde, TRC 3sec, hypotonique Très irritable Bilan Bio: Gb 10000/mm³, 35% PNN, CRP 1.5mg/dl PL traumatique (GB 1, prot 64 g/l) 2 hémoc ANP viro: antigènes négatifs (adéno, influenza, hmpv) Copro Start antibiothérapie empirique large spectre Cefotaxim + 1 dose amikacin Admission USI et remplissage serum physio

21 09 mars 2012: garçon 45 jours?

22 10 mars 2012: garçon 45 jours Antigène Rotavirus + Excellente évolution clinique

23 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Hospitalisation et antibiothérapie empirique systématiques? - Prévalence IBS non négligeable - Evolution rapide - Mauvais pronostic (mortalité et morbidité) - Evaluation clinique peu fiable!! OUI NON - Majorités: viroses bénignes - Bilan invasif - Antibio large spectre - Hospitalisation difficile - Risque complications (infections nosocomiales!) - Coûts élevés

24 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Stratégies diagnostiques Facteurs risque d IBS: - Aspect septique - Antécédents de prématurité - Âge 28jours - Intensité de la fièvre (>38.5 C)

25 Corrélation entre IBS et sévérité de la fièvre Pantell RH et all, JAMA 2004 (3066 infants)

26 Corrélation entre IBS et âge - Risque accru chez nourrissons de 28jours - Risque invariable pdt ce premier mois de vie - «Critères de risque» non applicables à cette population Schwartz S et al, Arch Dis Child 2008 Baker MD et al, Arch Pediatr Adolesc Med 1999 Pantell RH, et al. JAMA. 2004

27 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Stratégies diagnostiques Puisque aucun paramètre fiable isolément: Combinaisons de critères visant à identifier les enfants à faible risque d IBS et permettant une prise en charge à domicile Enfants avec facteurs de risque exclus (antécédents, aspect septique..)

28 Critères de Rochester Dagan R et all, J Pediatr 1988 Nourrisson fébrile (T 38 C) de < 3 mois à faible risque d IBS si: Si +: surveillance à domicile Pas d antibio Pas de limite inférieure d âge Pas de RXth ni de PL

29 Critères de Philadelphie ou de Boston Baker MD, et al. N Engl J Med 1993 Baskin MN et al, J Pediatr 1992

30 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Stratégies diagnostiques Avec ces stratégies: 3 catégories d enfants 1) Nourrissons avec facteurs de risque IBS - aspect «malade» ou septique - < 1 mois (si Boston ou Philadelphie) - antécédents particuliers 2) Nourrissons d'aspect "normal" mais ne remplissant pas les critères de faible risque 1+2: Hospitaliser, bilan complet et antibiothérapie large 3) Nourrissons d'aspect "normal" et remplissant les critères de faible risque RAD et surveillance

31 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Stratégies diagnostiques Bonnes sensibilité et valeur prédictive négative de ces critères Mais: - quelques discordances : âge inclusion!! cf : Schwartz S et al, Baker MD et al: «Critères de risque» non applicables si < 28j Risque élevé de rater une IBS (> 4%) - ne tiennent pas compte intensité de la fièvre

32 Tree for detecting bacteriemia and bacterial meningitis in infants Pantell RH et al. JAMA Sensibilité 93% Spécifité 27%

33 Fièvre sans foyer chez nourrisson < 3 mois Stratégies diagnostiques Aide si virus isolé mais n exclut pas IBS!! Byington CL et al, Pediatrics Étude prospective 5 ans, 1385 enfants - 35% tests viro + chez nourrisson < 3 mois avec fièvre sans foyer - Taux de IBS: 12% si viro / 4.2% si viro + - Taux de bactériémie: 2.7 % si viro - / 1% si viro + - Si High Risk selon Rochester mais viro +: risque bactériémie = celui des low risk (1à3%) Importance de la recherche de virus saisonniers

34 En pratique...

35 Recommandations pour prise en charge des nourrissons fébriles < 3 mois Pour tout nourrissons fébriles < 3 mois, l'évaluation minimum consiste en: (1) - relevé précis des antécédents médicaux (2) anamnèse et examen clinique détaillés (3) - examen hématologique complet (4) - examen d'urine Puis application de l algorithme

36 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C

37 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38 C Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J

38 Remarques Antécédents médicaux + : antécédents de prématurité avec antibiothérapie hospitalisation prolongée après la naissance maladie sous jacente cathéter ou drain à demeure traitement antibiotique déjà en cours

39 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C 1. Hémato (GB, PNN) +CRP 2. 2 HémocultureS 3. Urines stériles (sondage) Tigette + EMU + Culture 4. P.L. 5. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X ampicilline 200 mg/kg/j en 4X (< 1 m) 7. Hospitalisation OUI Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J

40 Remarques Examen des urines obtenues par ponction ou sondage avt traitement antibio. RX de thorax si signes respiratoires: hypoxie, tachypnée (RR > 60/min si < 28 j, RR > 50/min si 29 j à 3 mois), tirage, râles, ronchis, sibilances, grunting, battement des ailes du nez, et/ou toux. Coproculture si diarrhée. Recherche d HSV (PCR, culture) et traitement par acyclovir IV si facteurs de risque (60 mg/kg/j en 3X) Examens hématologique complet et CRP normaux ne suppriment pas antibiothérapie et hospitalisation.

41 Infection néonatale à HSV Rare, gravissime cf disséminée ou atteinte SNC Habituellement durant les 2 premières semaines, souvent sans fièvre. Quand penser à infection disséminée ou du SNC à HSV? primo-infection maternelle (accouchement vaginal et electrode scalp fœtal) air malade et léthargique vésicules muco-cutanées (yeux, peau, bouche) convulsions pléiocytose du LCR élévation des transaminases Dans ces situations: acyclovir IV (60 mg/kg/j en 3X). Prélèvements pour confirmation du diagnostic (PCR sur LCR/vesicules) dès que possible Kimberlin DW et al. Pediatrics 2001

42 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C 1. Hémato (GB, PNN) +CRP 2. 2 HémocultureS 3. Urines stériles (sondage) Tigette + EMU + Culture 4. P.L. 5. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X ampicilline 200 mg/kg/j en 4X (< 1 m) 7. Hospitalisation OUI Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J NON Hémato (GB, PNN) + CRP 2 Hémocultures Urines: Tigette + EMU + Culture (sac)

43 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C 1. Hémato (GB, PNN) +CRP 2. 2 HémocultureS 3. Urines stériles (sondage) Tigette + EMU + Culture 4. P.L. 5. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X ampicilline 200 mg/kg/j en 4X (< 1 m) 7. Hospitalisation OUI Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J NON Hémato (GB, PNN) + CRP 2 Hémocultures Urines: Tigette + EMU + Culture (sac) Examens biologiques anormaux et/ou Température > 39,5 C

44 Remarques Examens de laboratoire anormaux : Globules blancs >15.000/mm3 ou <5.000/mm3 CRP Urines : leucocyturie et/ou nitrites + à l EMU ou leucocyte-estérase et/ou nitrites + à tigette NB: sensibilité de ces 2 tests diminuée ici car capacité faible de concentration des urines chez nourrissons âgés de < 6mois.

45 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C 1. Hémato (GB, PNN) +CRP 2. 2 HémocultureS 3. Urines stériles (sondage) Tigette + EMU + Culture 4. P.L. 5. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X ampicilline 200 mg/kg/j en 4X (< 1 m) 7. Hospitalisation OUI 1. P.L. 2. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X 3. Hospitalisation Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J NON Hémato (GB, PNN) + CRP 2 Hémocultures Urines: Tigette + EMU + Culture (sac) OUI Examens biologiques anormaux et/ou Température > 39,5 C

46 Algorithme de prise en charge de la fièvre sans foyer chez le nourrisson < 3 mois Age 0-3 mois Température 38,0 C Suivi à l hôpital sans antibiotique 1. Hémato (GB, PNN) +CRP 2. 2 HémocultureS 3. Urines stériles (sondage) Tigette + EMU + Culture 4. P.L. 5. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X ampicilline 200 mg/kg/j en 4X (< 1 m) 7. Hospitalisation 1. P.L. 2. Céfotaxime 200 mg/kg/j en 4X 3. Hospitalisation Surveillance à domicile et réévaluation après 24h NON OUI Age < 28 j et/ou «aspect malade» et/ou Antécédents médicaux et/ou T 5J NON Hémato (GB, PNN) + CRP 2 Hémocultures Urines: Tigette + EMU + Culture (sac) OUI OUI NON T C et/ou parents non fiables Examens biologiques anormaux et/ou Température > 39,5 C

47 Recommandations pour prise en charge des nourrissons fébriles < 3 mois La décision d'hospitalisation ou de prise en charge ambulatoire est un choix relativement indépendant du traitement. Une prise en charge ambulatoire ne peut être envisagée que dans un milieu social favorable

48 Paramètres sociaux à contrôler avant d'envisager la prise en charge ambulatoire d'un nourrisson fébrile < 3 mois - Téléphone au domicile - Véhicule disponible - Maturité suffisante des parents - Compréhension des consignes médicales (réévaluation à 24h!) - Thermomètre au domicile - Domicile proche de l'hôpital

49 Merci pour votre attention

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile Fièvre aiguë de l enfant (et de l adulte : non traité) Critères de gravité d un syndrome infectieux Auteurs : J. Gaudelus, M.Voisin Objectifs : Objectifs terminaux Diagnostiquer une fièvre aiguë chez l

Plus en détail

Item 203 : Fièvre aiguë chez l'enfant et l'adulte

Item 203 : Fièvre aiguë chez l'enfant et l'adulte Item 203 : Fièvre aiguë chez l'enfant et l'adulte Date de création du document Table des matières * Introduction... 1 1 Abord diagnostique d'une fièvre aiguë... 1 2 Définitions des états infectieux...2

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement)

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) Questions ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) [2014 Dossier 4-2010 Dossier 5-2011 Dossier 4-2012 Dossier 4-2014 Dossier 3] QCM 1 :

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Pathologies urinaires Asthme Pratique de terrain

Pathologies urinaires Asthme Pratique de terrain Pathologies urinaires Asthme Pratique de terrain Dr Nathalie Schrayen 15 octobre 2013 Infections urinaires Présence de quantités significatives de bactéries dans les urines Cystites: infections localisées

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans _0_ An Vag Enq N adresse N individuel... Prénom Année de naissance (réservé enquêteur) Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 6 ans Enquête sur la Santé et la Protection Sociale 00 Prénom

Plus en détail

Dépistage Prénatal Non Invasif

Dépistage Prénatal Non Invasif Dépistage Prénatal Non Invasif Dr Mélanie JIMENEZ POCQUET Biologiste - Cytogéneticien L ABOcaryo+ L ABO+ - Chambray les Tours Les patientes connectées Les forums La presse Le presse DPNI : pourquoi

Plus en détail

* Une Promesse pour la Vie. Abbott part en campagne contre la bronchiolite des bébés à risque!

* Une Promesse pour la Vie. Abbott part en campagne contre la bronchiolite des bébés à risque! * Une Promesse pour la Vie Abbott part en campagne contre la bronchiolite des bébés à risque! SOMMAIRE La Bronchiolite à VRS... 3 Définition et épidémiologie... 3 L infection à VRS... 4 Modes de transmission...

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Tous concernés! De quoi s agit-il? C'est le décès incompréhensible à première vue et imprévisible, le plus souvent pendant le sommeil, d un tout-petit qui semblait

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Docteur, j ai pris froid!

Docteur, j ai pris froid! Dr j ai pris froid: Objectifs Docteur, j ai pris froid! Jean-Paul Humair Avec la contribution de MC Kramer Colloque SMPR 21.12.2011 Connaitre l épidémiologie des infections des voies respiratoire sup (IVRS)

Plus en détail

Sommaire. Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Dossiers cliniques... 1

Sommaire. Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Dossiers cliniques... 1 Sommaire Préface... V Avant-propos... VII Sommaire des dossiers et Cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de pédiatrie... XIII Liste des abréviations... XVII Dossiers

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail