le -procureur général J.P. LEC-LERA. I. Faits de la cause et antécédents de la procédure: deux séries d'émissions résultant de contrats passés les 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "le -procureur général J.P. LEC-LERA. I. Faits de la cause et antécédents de la procédure: deux séries d'émissions résultant de contrats passés les 3"

Transcription

1 PARQUET DE LA COUR DE CASSATION tee R01227.;à... jé au greffe de la Cour d Cassation, w,ère Ch. R.G. C.11.06H.F Audience du 22 navý&mbre 2012 ýq._-roposition) Conclusions de M. le -procureur général J.P. LEC-LERA. I. Faits de la cause et antécédents de la procédure: 1.- Les faits de la cause, tels que constatés dans les pièces de procédure auxquelles la Cour peut avoir égard, peuvent être résumés comme suit- La société NML Capital Ltd (ci-après société NML), défenderesse en cassation, a acquis sur le marché obligataire côté de la bourse de New-York des obligations provenant de deux séries d'émissions résultant de contrats passés les 3 février et 21 juillet 2000 par la République d'argentine, demanderesse en cassation. Ces contrats comportaient une renonciation expresse de la République d'argentine à son immunité d'exécution. En l'absence de---=paiement, la District court du Southern district de New-York a, par jugement du 18 décembre 2006, condamné la'république d'argentine au paiement de -la somme principale de ,30 US-$. 2.- Le 7 août 2009, la défenderesse en cassation a procédé à une saisie-arrêt conservatoire entre les mains de la SA Fortis

2 Banque à charge de la demanderesse. Elle a, ce faisant, saisi les comptes de la mission diplomatique de la demanderesse accréditée auprès du Royaume de Belgique. La République d'argentine a formé opposition contre la s,ý,jjsie par exploit signifié 14 août Par jugement du 12 novembre 2009, le juge des saisies de Bruxelles a ordonné à la défenderesse de donner mainlevée de la saisie-arrêt conservatoire pratiquée à charge de la demanderesse dans les 48 heures du jugement, à défaut de quoi celui-ci en tiendra lieu. Le juge des saisies reconnaît l'existence d'une insaisissabilité des comptes d'ambassade en tant qu'extension de l'immunité des locaux de la mission diplomatique^et de 1-eur contenu, comme reconnue par l'article 22 de la Convention de Vienne du 18-avril 1961 sur les relations diplomatiques. La distinction entre une immunité d'exécution de l'etat souverain et l'immunité diplomatique ne revêtant en l'espèce pas d'intérêt, les comptes d'ambassades bénéficiant d'une présomption d'affectation à des fins souveraines, le juge des saisies conclut que la renonciation à l'immunité d'exécution sur les biens de sa mission doit être expresse et distincte de l'etat. il constate dans le cas présent que tant la clause contenue par le Fiscal Agency Agreement du 19 octobre 1994 qu-e par les contrats d'émission des 3 février et 21 juillet 2-GOO ne constituent qu'une renonciation générale à l'immunité d'exécution et ne désignent pas expressément les biens utilisés par les missions diplomatiques de la République d'argentine, ni a fortiori ses comptes bancaires. Le jugement relève également que les comptes d'ambassades bénéficient d'une présomption d'affectation à des fins souveraines et que le caractère raisonnable des montants saisis sur l'unique

3 compte détenu par l'ambassade en Belgique démontre par lui-même qu'il est vraisemblable [que] ces fonds sont destinés à assurer son fonctionnement (compte tenu de ce qu'elle doit assumer un loyer et les charges découlant de l'occupation d'un immeuble, des frais de personnel et des frais justifiés par l'accomplissement de ses missions), La défenderesse a interjeté appel de ce jugement. 3.- L'arrêt attaqué du 21 juin 2011 déclare l'appel de la défenderesse recevable et fondé., réforme le jugement entrepris et, statuant à nouveau, dit l'opposition à la saisie-arrêt conservatoire pratiquée le 7 août 2009 introduite parla demanderesse par citation du 14 août 2009 non-f&ýdndée, déboute la demanderesse de lens-emble de ses demandes et la condamne aux dépens des deux instances. Les juges d'appel observent tout d'abord que l'immunité d'exécution des Etats étrangers «n'estpas abs-olue en ce sens, qu'elle ne s'étend qu'aux biens affectés aux activités de souveraineté de l'etat et que les biens dont l'affectation est privée ou commerciale peuvent faire l'objet d'une exécution forcée.» (p. 6 de l'arrêt attaqué). Cette immunité s'étend aux biens des missions diplomatiques et consulaires pour autant qu'ils ne soient pas étranges à ces missions. En d'autres mots: «pour que la protection soit d'application la relation entre les biens saisis et la nécessité de ces biens pour la représentation diplomatique doit être établie.» (p. 6 de l'arrêt attaqué). Les juges d'appel constatent que bien que la Convention de Vienne du 18 avril 1961, sur laquelle repose l"immunité diplomatique, ne prévoie pas en son texte la protection des comptes bancaires, comptes - titres et avoirs en banque de la

4 mission diplomatique, il est admis qu'ils sont protégés «pour autant que ces avoirs sont spécifiquement affectés aux besoins de la mission» (p. 6 de l'arrêt attaqué). En ce qui concerne le fondement juridique de cette immunité, les juges d'appel considèrent que «f.] ni le texte -de la Convention de Vienne de 1961, ni le droit international coutumier, ni les conventions inte-r-na-t-ionales ne justifient la thèse d'un régime d'immunité d'exécution tout à fait autonome, dérogatoire par --apport à l'immunité d'exécution clés Etats en Ce qui concerne les comptes de la mission diplomatique.» (p. 7, al. 1,r de l'arrêt attaqué). Ils précisent que «le fait que la Convention des Nations Unies sur l'immunité juridictionnelle des Etats et de leurs biens adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies le 2 décembre 2004 ('La Convention des Nations Unies') - qui n'est pas encore entrée en vigueur à ce jour faute de ratifications suffisantes - dresse à l'article 19 une liste des catégories spécifique[s] de biens qui bénéficient d'une présomption d'affectation à une activité publique et, partant, d'une présomption d'insaisissabilité dans laquelle figurent 'les biens, les comptes bancaires, utilisés ou destinés à être utilisés aux fins de la mission diplomatique' (pièce 4,4 du dossier de la [demanderesse]), ne permet: pas de conclure à l'existence d'une règle de coutume internationale quant à ce puisque selon le commentaire relatif à l'article 19 repris dans le rapport de la Commission du droit international sur les travaux de la quarante-troisième session cette disposition se justifieprécisément: par le souci de régler de façon claire une matière en discussion ce qui exclut l'existence d'unecoutume établie (pièce 17, p. 61 du dossier de [la défenderesse]). En-d'autres mots, les articles de la Convention des Nations Unies sur les immunités des Etats ne peuvent être considérés

5 comme le résultat d'une codification de coutumes établies, sinon comme des dispositions créées pour régler un domaine en évolution, exigeant une intervention jugée 'nécessaire et opportune' (pièce 17 du dossier clé [la défenderesse], p. 61) servant de fil conducteur aux pratiques en la matière. L'absence de règle coutumière se voit encore renforcée par le texte de la Recommandation N' (97)10 du Comité cles-iffj:n-i-stres du Conseil de l'europe (pièce 33 du dossier de la [demanderesse] mentionné plus haut) qui fait état de pratiques différentes clans les Etats ce qui exclut l'existence d'une règle coutumière figéej..]» (p. 8 de l'arrêt attaqué). Les juges d'appel en concluent «que le régime de l'immunité d'exécution applicable aux Etats est d'application ce qui signifie que les sommes déposées sur un compte bancaire d'une ambassade ne sont protégées que si ces avoirs se rattachent à une activité souveraine clé l'etat, si elles sont utiles aux fonctions clé la mission et non à une opération économique, commerciale ou civile relevant du droit privé.» (p. 8 de l'arrêt attaqué). L'arrêt attaqué examine ensuite la portée de la renonciation à l'immunité d'exécution stipulée dans le Fiscal Agency Agreement ('FAA') et les conditions d'émission des obligations émises les 3 février et 21 juillet 2000 et décide que «ni la Convention clé Vienne, ni aucune autre convention en vigueur, ni la coutume internationale ne prévoient un mode de renonciation spécifique pour les avoirs bancaires des missions diplomatiques. Une -renonciation expresse à l'immunité d'exécution suffit. Il nest nullement requis que cette renonciation porte explicitement sur les comptes bancaires utilisés par les missions diplomatiques.» (p. 10 de l'arrêt attaqué). Les juges d'appel ajoutent que «Le fait que lors de l'élaboration du projet de Convention clés Nations Unies les

6 rédacteurs auprès de la Commission de Droit international des Nations Unies sont partis de l'idée d'une renonciation spécifique pour les biens protégés par l'immunité diplomatique (pièce 42' du dossier de la [demanderesse], commentaire sous l'article 8, p. 61 ) ne mène pas à un autre résultat, puisque d'abord le commentaire des rédacteurs du projet non définitif repris dans l'annuaire de la Commission du Droit International 1991, volume II, 2'è partie sous l'intitulé 'Rapport de la Commission à l'assemblée générale sur les travaux de sa quarante-troisième session' est dépourvu de tout caractère normatif, que cette idée n'a pas été consacrée dans le texte définitif de la Convention ni clans aucune autre convention ou texte légal applicable à l'heure actuelle, qu'ensuite - comme il est dit plus haut - cette Convention n'est toujourspas entrée en vigueur et qu'au jour où elle sera d'application il n'y a pas lieu de l'appliquer rétroactivement à une clause de renonciation consentie antérieurement.» (p. 10, dernier al., de l'arrêt attaqué). Enfin, les juges d'appel constatent que «In casu la renonciation librement consentie par la [demanderesse] dans le cadre du contrat 'FAA' dont [la défenderesse] tient ses droits est expresse, univoque et claire. Elle est en outre large clans la mesure où elleporte tant sur l'immunité de juridiction que sur l'immunité d'exécution à l'exception de certains bi-ens limitativement énumérés qui n'englobentpas les biens faisant l'objet de la saisie querellée.» (p. 11 de l'arrêt attaqué). Ils soulignent que «la clause de renonciation traite - explicitement le sort des avoirs bancaires qui sont exclus du [champ] d'application de 1 a renonciation pour autant qu'ils ont fait l'objet d'une ordonnance émanant des tribunaux de la [demanderesse] - ce qui n'est pas le cas ici - de sorte que la [demanderesse] est mal venue de contester lfapplication de cet

7 acte de renonciation aux avoirs tiers-saisis visés dans l'acte de saisie du 7 août Les termes et l'enchainement des trois clauses de renonciation successives (reprises ci-haut sous le point 2. démontrent que la [demanderesse] a consciemment renoncé à son immunité d'exécution, que cette renonciation vise en termes clairs les ressources financières de l'etat - cfr. les passages cités cihaut sous le poin-t 2.b)2. de (1) à (iv), qu'il ne s'agit nullement d'un acte de renonciation type, mais au contraire d'un texte tout à fait spécifique dans lequel la [demanderesse] a clairement indiqué les limites à la renonciation qu'elle jugeait nécessaires et acceptables pour [la défenderesse] dans le cadre de leur -relation contractuelle.», pour conclure qu«il en découle que les autres biens que ceux exclus par l'acte de renonciation sont saisissables.» (p. 11 de l'arrêt attaqué). 4.- La demanderesse propose un moyen unique à l'appui de son pourvoi. II. Moyen unique: 1) Exposé S.- Le moyen unique est pris de la violation des articles 22.3 et 25 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques, approuvée par la loi du 30 mars 1968 «Loi du 30 mars 1968 portant approbation des actes internationaux suivants: 1. Convention de Vienne sur les relations diplomatiques; 2. Protocole de signature facultative concernant le

8 règlement obligatoire des différends; 3. Protocole de signature facultative concernant l'acquisition de la nationalité, faits à Vienne, le 18 avril 1961», et, en tant que de besoin, sa loi d'approbation de l'article 31.1 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités, approuvée par la loi du 10 juin 1992 «portant approbation de la Convention de Vienne sur le droit des Traités, et de l'annexe, faites à Vienne le 23 mai-1969», et, en tant que de besoin, sa loi d'approbation ; de l'article 38, 1,r, b), du Statut de la Cour internationale de Justice annexé à la Charte des Nations Unies du 26 juin 1945, approuvé par la loi du 14 décembre 1945 «approuvant la Charte des Nations unies et le Statut de la Cour internationale de Justice, signés à San Francisco le 26 juin 1945», et, en tant que de besoin, sa loi d'approbation ; " de l'article 32 de la Convention européenne sur l'immunité des Etats faite à Bâle le 16 mai 1972, approuvée par la loi belge du 19 juillet 1975 (art. unique) ; " de la règle coutumière internationale ne impecliatur legatio ; " de la règle coutumière internationale liant à tout le moins la République d'argentine et le Royaume de Belgique en vertu de laquelle l'immunité d'exécution dont bénéficient les missions diplomatiques d'un Etat étranger doivent faire l'objet d'une renonciation spécifique. 6.- Le moyen est divisé en deux branches. Dans la première branche la demanderesse fait valoir que les articles 22.3 et 25 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques, lus à la lumière de l'article 31.1 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur

9 le droit des traités, doivent s'interpréter comme prohibant toute saisie ou mesure d'exécution sur les comptes bancaires de la mission diplomatique, indépendamment de l'immunit-é générale d'exëcution, dont jouissent les Etats étrangers. A tout le moins, l'immunité d'exécution, dont jouissent les comptes bancaires de la mission diplomatique, résulterait de la règle coutumière internationale ne impediatu-r legatio, qui vise à garantir l'accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques, indépendamment de l'immunité générale, dont jouissent les Etats étrangers. La force obligatoire de cette coutume internationale comme source de droit international serait consacrée par l'article 38ý ler, b), du Statut de la Cour internationale de Justice, annexé à la Charte des Nations Unies du 26 juin La demanderesse en déduit que les comptes d'une mission diplomatique jouiraient d'une immunité d'exécution distincte de l'immunité d'exécution des Etats étrangers prévue par la coutume internationale. Ce caractère distinct de l'immunité diplomatique serait confirmé par l'article 32 de la Convention européenne sur l'immunité des Etats. Par conséquent, en l'absence d'une renonciation spécifique à l'immunité d'exécution sur les comptes bancaires des missions diplomatiques, la seule renonciation d'un Etat étranger à son immunité d'exécution n'impliquerait aucune renonciation à son immunité d'exécution sur les comptes bancaires de ses missions diplomatiques. Partant, en décidant que l'immunité d'exécution, dont bénéficient les comptes bancaires des missions diplomatiques, ne présente aucun caractère autonome, mais constitue uniquement une application concrète du régime général de l'immunité d'exécution, de sorte que la renonciation générale de la demanderesse à son immunité

10 d'exécution vis-à-vis de la défenderesse implique nécessairement une renonciation à son immunité d'exécution en ce qui concerne les comptes bancaires de sa mission diplomatique en Belgique, bien que cette dernière immunité n'ait pas fait l'objet d'une renonciation spécifique, la cour d'appel n'aurait pas légalement justifié sa décision. Dans la seconde branche la demanderesse fait valoir qu'il existerait une coutume internationale, liant à tout le moins la demanderesse et la Belgique, en vertu de laquelle une renonciation générale d'un Etat à son immunité d'exécution ne concerne pas les comptes bancaires de ses missions diplomatiques, l'immunité d'exécution dont ceux-ci bénéficient devant faire l'objet d'une renonciation spécifique. La force obligatoire de cette coutume internationale comme source de droit international serait consacrée par l'article 38, le,ý b), du Statut de la Cour internationale de Justice, annexé à la Charte des Nations Unies du 26 juin En décidant qu'il n'existe pasde coutume internationale, en vertu de laquelle l'immunité d'exécution, dont bénéficient les comptes bancaires des missions diplomatiques d'un Etat étranger, devrait faire l'objet d'une reconnaissance spécifique, dont il est déduit que la renonciation générale de la demanderesse à son immunité d'exécution vis-à-vis de la défenderesse implique nécessairement une renonciation à son immunité d'exécution en ce qui concerne les comptes bancaires de sa mission diplomatique en Belgique, l'arrêt attaqué aurait méconnu la coutume internationale précitée. 2) Discussion 7.- Je suis d'avis que le moyen unique, en sa première branche, est fondé dans la mesure suivante.

11 Il soulève des questions de principe, à savoir, d'une part, si les avoirs d'un compte bancaire d'une mission diplomatique jouissent d'une immunité d'exécution et le cas échéant sur quelle base et, d'autre part, quelles sont la nature et la portée d'une renonciation faite à une telle immunité. L'immunité d'exécution signifie qu'aucune mesure de contrainte ne peut être mise en ouvre contre un Etat étranger qui ne peut dès lors être l'objet d'aucune saisie conservatoire ou exécutoirel. Il y a néanmoins lien de nuancer la portée de cette immunité en faisant une distinction entre les actes de iure imperii et les actes de iure gestionis 2. Si les biens sont destinés à un but qui concerne le lus imperii, toute saisie, même conservatoire, est impossible parce que, même en ce dernier cas, elle en empêche le libre usage et la libre destination, ce qui s'oppose ou nuit au but que lui a donné cet Etat 3. L'immunité d'exécution sera dès lors écartée lorsque le bien saisi a été affecté à l'activité économique ou commerciale relevant du droit privé qui donne lieu à la demande L'immunité diplomatique repose sur la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques. Cette Convention vise notamment à «assurer l'accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en tant que représentant des Etats» (Préambule de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques). Elle reconnaît aux locaux de 'G. DE LEVAL, Traité des saisies, Liège, Fac. Dr. Liège, 1988, n 64 p E. DIR1X, K. BROECKX, Beslag, in A.P.R., Anvers, E. Story-Scientia, 1992, n' 140 p G. DE LEVAL, Traité des saisies, Liège, Fac. Dr. Liège, 1988, n' 64 p G. VAN HECKE, K. LENAERTS, InternationaalprMatrecht, in A.P.R., E. Story-Scientia, 1989, n p ; Cass. Fr., 14 mars 1984, Dali. 1984, J., 629, note J. ROBERT, Rev.-Cnt. D.LP. 1984, 644, obs. J.M. BISCHOFF, JC.P. 1984, 11, n , obs. H. SYNVET.

12 la mission un caractère inviolable (article 22, al. 1,r) et impose à l'etat accréditaire de prendre toutes les mesures pour garantir les locaux de toutes atteintes (article 22, al. 2). Aux termes de l'article 22, al.3 de la convention, «les locaux de la mission, leur ameublement et les autres objets qui S'Y trouvent, ainsi que les moyens de transport de la mission, ne peuvent faire l'objet d'aucune perquisition, réquisition, saisie ou mesure dlexécution». Enfin, l'etat accréditaire est tenu d'accorder «toutes facilités pour l'accomplissement des fonctions de la mission». La Convention ne reconnaît donc une immunité d'exécution qu'aux locaux et à leur contenu. Elle ne comporte aucune disposition concernant les mesures de contrainte exercées sur 5 les comptes bancaires d'une mission diplomatique Une extension du champ d'application des articles 22.3 et 25 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques sur base de l'article 31.1 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités, selon lequel un traité doit être interprété de bonne foi suivant le sens ordinaire à attribuer aux termes du traité dans leur contexte et à la lumière de son objet et de son but, dans le cas présent sur base du but exprimé dans le Préambule de la Convention du 18 avril 1961, semble être à exclure. L'article 4 de la Convention du 23 mai 1969 dispose, en effet, sous le titre «Non-rétroactivité de la présente Convention» que «Sans préjudice de l'application de toutes règles énoncées dans la présente Convention auxquelles les traités seraient soumis en vertu du droit international indépendamment: de ladite Convention, JVERHOEVEN, «Lajurisprudence belge et le droit internatiohal de l'immunité d'exécution ;, in Mélanges offerts à Jacques Van Compernolle, Bruxelles, Bruylant, 2004, 882; P. D'ARGENT, 'La jurisprudence belge relative au droit international public', Rev. b. dr. int. 200ý, 610, n' 59.

13 celle-ci s'applique uniquement aux traités conclus par des Etats après son entrée en vigueur à l'égard de ces Etats.» Ce traité n'a été approuvé par la Belgique que par la loi du 10 juin 1992, tandis que l'instrument de ratification fut déposé le 1,r septembre 1992 auprès du Secrétaire général des -Nations Unies. L'article 84 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 dispose quant à sa date d'entrée en vigueur: «1. La présente Convention entrera en vigueur le trentième jour -qui suivra la date du dépôt du trente-cinquième instrument de ratification ou d'adhésion. 2. Pour chacun des Etats qui ratifieront la Convention ou y adhéreront après le dépôt du trente-cinquième instrument de ratification ou d'adhésion, la Convention entrera en vigueur le trentième jour après le dépôt par cet Etat de son instrument -de ratification ou d'adhésion.». La Convention ayant été ratifiée par la Belgique après le dépôt du trente-cinquième instrument de ratification, il s'ensuit que conformément à l'article 84.2, la Convention est entrée en vigueur à l'égard de la Belgique le ler octobre Il s'ensuit que la Convention précitée ne s'applique pas à la Convention de Vienne, signée le 18 avril 1961 et entrée en vigueur en Belgique le 2 mai L'immunité diplomatique, comme délimitée par la Convention de Vienne du 18 avril 1961, ne s'étendant pas aux comptes bancaires d'une-mission diplomatique, il y a lieu d"examiner si de tels avoirs bénéficieraient de la protection en vertu d'une immunité fondée sur une autre source de droit.

14 Pour certains, la distinction éventuelle entre l'immunité d'etat résultant du droit international général et l'immunité diplomatique résultant de l'article 25 de la Convention de Vienne de 1961 ne présenteraitaucun intérêt pratique en ce qui concerne la protection des comptes bancaires parce que dans les deux cas, ce serait le critère de l'affectation des biens saisis qui déciderait des limites de l'immunité d'exécution 6. Le critère à considérer serait dans les deux cas le même, puisque les besoins de la légation ne constituent qu'une affectation possible à des fins souveraine S7. Il est cependant désormais généralement reconnu que les sommes placées sur un compte bancaire destinées à assurer l'accomplissement efficace des fonctions de missions diplomatiques sur le territoire de l'etat accréditaire bénéficient d'une immunité diplomatique d'exécution spécifique et autonome. Pour répondre à l'exigence d'indépendance souveraine qu'implique la fonction de représentation officielle auprès des autres Etats, les immunités diplomatiques doivent être dotées d'une autonomie et d'un particularisme forts qui en font un bloc normatif particulier au sein du vaste ensemble des immunités de l'etat. Dans l'article 38 1, b du Statut de la CIJ, la coutume est présentée comme une des sources du droit international et définie comme «preuve d'une pratique générale, acceptée comme étant le droit». La doctrine distingue traditionnellement deux éléments constitutifs de la coutume. Tout abord un élément matériel 6 P. D'ARGENT, 'Jurisprudence belge relative au droit international public ( )', B. TLR. 2003, n'58 p 'P. D'ARGENT, 'Jurisprudence belge relative au droit international public ( W, B. T.LR. 2003, n'59 p. 610.

15 constitué par la répétition pendant une durée suffisante et dans un espace donné de certains actes ou comportements appelés des précédents. Ensuite un élément psychologique constitué par l'acceptation de la part des Etats que ces actes ou comportements correspondent à l'exécution d'une obligation juridique; c'est ce qu'on appelle 11opinio juris sive 8 necessita is L'article 21 de la Convention des Nations Unies du 2 décembre 2004 sur l'immunité juridictionnelle des États et de leurs biens consacre la coutume internationale de l'inviolabilité des comptes bancaires de la mission diplomatique de l'etat accréditant à condition qu'ils soient utilisés ou destinés à être utilisés conformément aux fins de la mission9. Ce critère me paraît le critère déterminant pour les motifs qui suivent. 'E. DAVID, J. SALMON, Droit des gens, 1, Bruxelles, P.U.B., 2005, n").3 p. 44. ' Les articles 19 à 21 de la Convention des Nations Unies du 2 décembre 2004 sur l'immunité juridictionnelle des États et de leurs biens, stipulent: Article 19 Immunité des États à l'égard des mesures de contrainte postérieures au jugement Aucune mesure de contrainte postérieure au jugement, telle que saisie, saisie-arrêt ou saisie-exécution, ne peut être prise contre des biens d'un État en relation avec une procédure intentée devant un tribunal d'un autre État excepté si et dans la mesure où: a) L'État a expressément consenti à l'application de telles mesures dans les ter-mes indiqués i) Par un accord international ; ii) Par une convention d'arbitrage ou un contrat écrit ; ou iii) Par une déclaration devant le tribunal ou une communication écrite faite après la survenance du différend entre les parties; ou b) L'État a réservé ou affecté des biens à la satisfaction de la demande qui fait l'objet de cette procédure ; ou c) Il a été établi que les biens sont spécifiquement utilisés ou destinés à être utilisés par l'état autrement qu'à des fins de service public non commerciales et sont situés sur le territoire de l'état du for, à condition que les mesures de contrainte postérieures au jugement ne portent que sur des biens qui ont un lien avec l'entité contre laquelle la procédure a été intentée. Article 20 Effet du consentement à l'exercice de la juridiction sur l'adoption de mesures de contrainte Dans les cas où le consentement à l'adoption de mesures de contrainte est requis en vertu des articles 18 et 19, le consentement à l'exercice de la juridiction au titre de l'article 7 n'implique pas qu'il y ait consentement à l'adoption de mesures de contrainte. Article 2,1 Catégories spécifiques de biens 1. Les catégories de biens d'état ci-après ne sont notamment pas considérées comme des biens spécifiquement utilisés ou destinés à être utilisés par l'état autrement qu'à des fins de service public non- Qçkxnmerciales au sens des dispositions de l'alinéa-c-de l'article 19: a) Les biens, y compris les comptes bancaires, utilisés ou destinés à être utilisés dans l'exercice des fonctions de la mission diplomatique de l'état ou de ses postes consulaires, de ses missions spéciales, de ses missions auprès des oraanisations internationales, ou de ses déléaations dans les organes des organisations internationales ou aux conférences internationales

16 Cette convention, bien que signée par la Belgique le 22 avril 2005, n'a pas encore été ratifiée par celle-ci. Le défaut de ratification par la Belgique ne fait néanmoins pas obstacle à la reconnaissance et l'application de la coutume 0 internationale dans l'ordre juridique interne'. Cette solution s'impose d'autant plus que cette coutume est également reconnue et appliquée par les cours suprêmes française et allemandell. La saisie-arrêt conservatoire a été pratiquée le 7 août 2009 et est donc postérieure à (la signature de) la Convention des Nations Unies du 2 décembre 2004 qui consacre la pratique internationale coutumière Les Etats peuvent renoncer à leur immunité générale dans les procédures de jugement et d'exécution. La renonciation à l'immunité d'exécution ne doit néanmoins être admise qu'à certaines conditions. Serait ainsi privé d'efficacité l'accord qui autoriserait la saisie sur toutes les ressources de l'etat étranger, car un tel accord serait de nature à déclencher la faillite de ce dernier. L'absence de lien entre les biens qui font l'objet de la mesure de contrainte et le contrat qui est à l'origine du litige ou l'activité qui a donné lieu à la demande en justice pourrait également faire douter -de la volonté de l'etat étranger de b) Les biens de caractère militaire ou les biens utilisés ou destinés à être utilisés dans l'exercice de fonctions militaires; c) Les biens de la banque centrale ou d'une autre autorité monétaire de ]'État d) Les biens faisant partie du patrimoine culturel de l'état ou de ses archives qui ne sont pas mis où destinés à être mis en vente; e) Les biens faisant partie d'une exposition d'objets d'intérêt scientifique, culturel ou historique qui ne sont pas mis ou destinés à être mis en vente. 2. Le paragraphe 1 est sans préjudice de l'article 18 et des alinéas a et b) de Particle 19. cft. E. DAVID, J. SALMON, Droit des gens, 1, Bruxelles, P.U.B., 2005, n' 3.4 p. 45. Cass. fr., 3 septembre 2011, n' avec les conclusions de Monsieur l'avocat général.pierre Chevalier; BVerfîG, 6 décembre 2006, 2 BvM 9/03, (citant également des décisions rendues par d'autres cours suprêmes de plusieurs Etats européens, de la doctrine internationaliste et des travaux ayant conduit à la convention des Nations Unies).

17 17 consentir à cette mesure. Enfin, l'exécution sur des biens affectés à une activité de souveraineté ne devrait être possible que si la renonciation au privilège vise de façon 2 claire et non ambiguë de tels biens'. Les comptes de missions diplomatiques bénéficient d'une présomption d'affectation au fonctionnement de l'ambassade au même titre que les autres biens de l'etat destinés à l'accomplissement d'actes de puissance publique ou de service public. Lesdits comptes sont une composante essentielle de la structure même de l'etat étranger en tant qu'ils ne sont pas seulement utiles mais nécessaires au fonctionnement de cet 3 Etat agissant par le canal de son ambassade à l'étranger'. Sans créer par lui-même, on vient de le voir, une insaisissabilité absolue des comptes bancaires des ambassades, le principe coutumier international ne impecliatur legatio14 interdit cependant aux autorités de l'etat accréditaire de limiter le libre exercice des fonctions diplomatiques-par une quelconque mesure de contrainte non précisée par le droit des gens. A ce titre, la saisie de comptes affectés à l'activité souveraine de légation doit être refusée, l'etat étranger devant bénéficier en ce cas d'une position privilégiée s'agissant de la charge de la preuve. Sauf renonciation expresse et distincte de l'etat accréditant à l'immunité d'exécution des biens de sa mission, il appartient au créancier saisissant d'établir que les sommes saisies sont distinctes des autres dépôts bancaires de la mission en ce '2 Y. LOUSSOUARN, P. BOUREL, P. DE VAREILLES-SOMMIERES, Droit internationalprivé, Paris, Dalloz, 2007, n' 483 p Voir Y. LOUSSOUARN, P. BOUREL, P. DE VAREILLES-SOMMIERES, Droit international pri-ýé, Paris, Dalloz, 2007, n' 483 p «On refuse toute action contre le diplomate pour qu'il ne soit pas distrait du devoir de sa mission et que cette mission ne soit pas empêchée».

18 qu'elles sont affectées à une activité de type commercial15 et non aux fins de la mission diplomatique. Il.- L'arrêt attaqué, qui refuse d'admettre le caractère autonome de l'immunité d'exécution des comptes bancaires des missions diplomatique, à laquelle il ne peut être-renoncé que par une renonciation spécifique, viole la règle coutumière internationale Ne impediatur legatio. III. Etendue de la cassation: Il y a lieu de casser l'arrêt attaqué sauf en tant qu'il reçoit l'appel Il apparaît sans intérêt d'examiner le moyen, en sa seconde branche, qui ne pourrait entraîner une cassation plus étendue. Conclusion: cassation partielle. Bruxelles, le 31 octobre Le procureur général, J.F. LECLERCQ P. D'ARGE-Ni, 'Lejuge des saisies, le Conseil de sécurité et l'immunité d'exécution restreinte des Etats étrangers', (note sous Civ. Bruxelles (sais.), 9 mars 1995), J T 1995, p» 572; J.-P. PANCRACIO, Droit des institutions diplomatiques, Paris, Pedone, 2007, n' 512 p. 234.

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958)

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) Les Etats signataires de la présente Convention; Désirant

Plus en détail

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958)

CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) CONVENTION SUR LA COMPÉTENCE DU FOR CONTRACTUEL EN CAS DE VENTE A CARACTÈRE INTERNATIONAL D'OBJETS MOBILIERS CORPORELS (Conclue le 15 avril 1958) Les Etats signataires de la présente Convention; Désirant

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. N 67 / 15. du 2.7.2015. Numéro 3509 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, deux juillet deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 4 DECEMBRE 2009 C.09.0007.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0007.F G. C., demanderesse en cassation, représentée par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1. (Conclue le premier février 1971)

16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1. (Conclue le premier février 1971) 16. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE ET L'EXÉCUTION DES JUGEMENTS ÉTRANGERS EN MATIÈRE CIVILE ET COMMERCIALE 1 (Conclue le premier février 1971) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 2ème chambre civile 11 décembre 2008 n 07-19.606 Texte intégral : Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Traité établissant une Constitution pour l'europe

Traité établissant une Constitution pour l'europe CONFÉRENCE DES REPRÉSENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ÉTATS MEMBRES Bruxelles, le 29 octobre 2004 CIG 87/2/04 REV 2 Objet: Traité établissant une Constitution pour l'europe CIG 87/2/04 REV 2 FR TABLE DES

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 JUIN 2007 C.06.0255.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.06.0255.N D. J., Me Paul Wouters, avocat à la Cour de cassation, contre KBC ASSURANCES, société anonyme. I. La procédure devant la Cour

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement

Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l'enseignement Adoptée par la Conférence générale de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

Accord sur les privilèges et immunités du Tribunal international du droit de la mer, adopté le 23 mai 1997.

Accord sur les privilèges et immunités du Tribunal international du droit de la mer, adopté le 23 mai 1997. Accord sur les privilèges et immunités du Tribunal international du droit de la mer, adopté le 23 mai 1997. Les États Parties au présent Accord, Considérant que la Convention des Nations Unies sur le droit

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR)

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) LES PARTIES CONTRACTANTES, DÉSIREUSES d'accroître la sécurité des transports internationaux par route, SONT

Plus en détail

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Antonio Braggion Avocat au Barreau de Milan 1. Introduction

Plus en détail

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T

Numéro du rôle : 367. Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T Numéro du rôle : 367 Arrêt n 11/93 du 11 février 1993 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 7 de la loi du 20 juillet 1991 portant des dispositions budgétaires, introduit par Bertrand

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme Texte original Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme 0.192.110.942.9 Conclu à Bruxelles le 11 octobre 1973 Instrument de ratification

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 DECEMBRE 2007 S.07.0017.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.07.0017.F A. S., demandeur en cassation, admis au bénéfice de l assistance judiciaire par décision du bureau d assistance judiciaire

Plus en détail

II. S. E.-M. S. Arrêt de la Cour de cassation N P.02.1139.F. parties civiles,

II. S. E.-M. S. Arrêt de la Cour de cassation N P.02.1139.F. parties civiles, Arrêt de la Cour de cassation N P.02.1139.F I. 1. H. S. A., 2. A. A. e. N. 3. E. S. O. H. 4. Y. M. 5. E. D. F. A. 6. M. A H. 7. S. S. M. 8. N. N. Y. S. 9. H. M. A. 10. T. C. A.-e.-G. 11. H. A. A. 12. Z.

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE PARIS 21ème Chambre A (:' < S' ARRET DU 10 OCTOBRE 2007 ` (n 5, 5 pages) <

Plus en détail

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1723. Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1723 Arrêt n 128/2000 du 6 décembre 2000 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 105 de la loi du 25 janvier 1999 portant des dispositions sociales, introduit par l'union

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20 Commentaire de la décision n 2005-524/525 DC du 13 octobre 2005 Constitutionnalité d'engagements internationaux abolissant la peine de mort en toutes

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE FIGUEIREDO SIMÕES c. PORTUGAL (Requête n o 51806/99) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

BENELUX ~ A 2004/4/11 COUR DE JUSTICE GERECHTSHOF. ARRET du 24 octobre 2005. En cause. Etat belge. contre. De La Fuente

BENELUX ~ A 2004/4/11 COUR DE JUSTICE GERECHTSHOF. ARRET du 24 octobre 2005. En cause. Etat belge. contre. De La Fuente COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF ~ A 2004/4/11 ARRET du 24 octobre 2005 En cause Etat belge contre De La Fuente Langue de la procédure : le français ARREST van 24 oktober 2005 Inzake Belgische Staat

Plus en détail

AUDIENCE PUBLI~UE ORDINAIRE DU 11 DECEMBRE 2013. Madame FlAN A. ROSINE MOTCHIAN Président; Messieurs BAGROU B. Isidore" Assesseurs,

AUDIENCE PUBLI~UE ORDINAIRE DU 11 DECEMBRE 2013. Madame FlAN A. ROSINE MOTCHIAN Président; Messieurs BAGROU B. Isidore Assesseurs, \ 1 REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN RG W1674/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 11/12/2013 La société FOQUX (Maître Cyprien KOFFI) Contre La société CORPORATE

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 12 OCTOBRE 2009 C.08.0524.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.08.0524.F U. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Michel Mahieu, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 12 janvier 2016 N de pourvoi: 13-26318 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP

Plus en détail

Numéro du rôle : 1969. Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 1969. Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T Numéro du rôle : 1969 Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 15, alinéa 4, de l'arrêté royal n 225 du 7 janvier 1936 réglementant les prêts

Plus en détail

Numéro du rôle : 3828. Arrêt n 105/2006 du 21 juin 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3828. Arrêt n 105/2006 du 21 juin 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3828 Arrêt n 105/2006 du 21 juin 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 59, 1er, de la loi de redressement du 31 juillet 1984, posée par le Tribunal de

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président CIV. 2 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 3 septembre 2015 Rejet Mme FLISE, président Pourvoi n o S 14-18.287 Arrêt n o F-P+B sur le premier moyen R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU

Plus en détail

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...

1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (... Cour d'appel de Paris 15ème chambre, section A Parties en cause : 1 ) La Société FA... F... F... GC E... dont les services administratifs et commerciaux sont (...), Paris et le siége social (...), Nice,

Plus en détail

N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/63 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. STOLTZ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mickaela NIUMELE Chambre sociale Arrêt du 15 Novembre 2007 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR

Plus en détail

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17)

(Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) (Traduction du Greffe) TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (AFFAIRE No. 17) RESPONSABILITÉS ET OBLIGATIONS DES ETATS PATRONNANT DES PERSONNES ET ENTITÉS EN CE QUI CONCERNE LES ACTIVITÉS DANS LA ZONE

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Série des traités du Conseil de l'europe - n 208 Protocole d'amendement à la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Paris, 27.V.2010 STCE 208 Assistance mutuelle

Plus en détail

N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre.

N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre. N 25/ 07. du 10.5.2007. Numéro 2394 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix mai deux mille sept. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 4 juin 2014 N 13-12.770

Cour de cassation 1re chambre civile Cassation partielle 4 juin 2014 N 13-12.770 Jurisprudence Cour de cassation 1re chambre civile 4 juin 2014 n 13-12.770 Sommaire : L'opération consistant en la souscription successive de plusieurs contrats d'assurance de retraite complémentaire facultative,

Plus en détail

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Catherine Overney

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Catherine Overney Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 102 2015 154 Arrêt du 8 octobre 2015 II e Cour d appel civil Composition Président:

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 *

ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * ARRÊT DE LA COUR (deuxième chambre) 14 novembre 1996 * Dans l'affaire C-305/94, ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 177 du traité CE, par le tribunal du travail

Plus en détail

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle

Au nom du peuple français REJET du pourvoi formé par : Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre criminelle 3 avril 1995 n 93-81.569 Publication :Bulletin criminel 1995 N 142 p. 397 Citations Dalloz Codes : Code de procédure fiscale, art. l. 103 Revues

Plus en détail

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3682 Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 48 de la loi du 5 août 1992 sur la fonction de police, tel qu'il a été modifié

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 JANVIER 2011 F.07.0109.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.07.0109.F ÉTAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, en la personne

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Vous demandez également si les non-français résidant fiscalement en France peuvent bénéficier de la même exemption.

Vous demandez également si les non-français résidant fiscalement en France peuvent bénéficier de la même exemption. Paris, le 17 mars 2014 AFF. : MAZURELLE/DGI N/REF : 49966 JM/MB Cher monsieur, Comme convenu, j ai examiné la question de savoir si les pensions de retraite par capitalisation versées par la Banque Mondiale

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.05.0513.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.05.0513.F S. M., demandeur en cassation, représenté par Maître Cécile Draps, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est établi

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 Convention concernant la liberté syndicale et la protection du droit syndical (Note: Date d'entrée en vigueur: VIGUEUR=04:07:1950.)

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 23 MARS 2009 S.08.0122.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.08.0122.F ALLIANCE NATIONALE DES MUTUALITES CHRETIENNES, dont le siège est établi à Schaerbeek, chaussée de Haecht, 579, demanderesse

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 1 décembre 2011 N de pourvoi: 10-22767 Non publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau

Plus en détail

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010

JUGEMENT DU CONSEIL DE PRUD'HOMMES d'amiens en date du 02 novembre 2010 Page 1 Document 1 de 202 Cour d'appel Amiens Chambre sociale 5, cabinet B 28 Septembre 2011 N 10/04970 Monsieur Philippe BOOSCHAERT Représenté par M. VIOT Gilbert, délégué syndical ouvrier LYCEE DE LA

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111]

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111] SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX Références du document 12C2111 Date du document 01/10/77 b. Transfert de la gestion des biens propres. 20En vertu des dispositions de l'article

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. (1ère section) Décision du 18 août 2014 Recours 14/16 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1ère section) Décision du 18 août 2014 Dans l affaire enregistrée sous le n 14/16, ayant pour objet un recours introduit le 8 mai 2014, en accord

Plus en détail

Madame FlAN A. Rosine, Epouse MOTCHIAN Président; Avec l'assistance de Maître MALAN Brigitte, Greffier;

Madame FlAN A. Rosine, Epouse MOTCHIAN Président; Avec l'assistance de Maître MALAN Brigitte, Greffier; REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 23 JUILLET 2014 COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN Le Tribunal de Commerce d'abidjan, en son audience publique ordinaire du

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. COMM. CF COUR DE CASSATION Audience publique du 22 mai 2013 Cassation partielle sans renvoi M. ESPEL, président Pourvoi n o J 12-15.305 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Les États Parties au présent Protocole, Encouragés par l'appui considérable

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ

MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ MINISTERE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIÉTÉ Recommandation n 8 relative aux appels de fonds que le syndic peut exiger des copropriétaires Le 7 janvier 2008 LA COMMISSION, Vu les articles

Plus en détail

Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux. Hugo et Philip

Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux. Hugo et Philip Université de Nantes/Faculté de droit Master 1_ DIP II/ L. Panhaleux Hugo et Philip En décembre 2011, Philip, de nationalité suisse, a vendu une voiture à Hugo, de nationalité brésilienne. Le contrat,

Plus en détail

Numéro du rôle : 1738. Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1738. Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1738 Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 43, 4, 2, alinéa 1er, de la loi du 26 mars 1999 relative au plan d'action belge pour

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

CA Paris PÔLE 02 CH. 05 17 septembre 2013 n 10/10272

CA Paris PÔLE 02 CH. 05 17 septembre 2013 n 10/10272 CA Paris PÔLE 02 CH. 05 17 septembre 2013 n 10/10272 CA Paris PÔLE 02 CH. 0517 septembre 2013N 10/10272 Grosses délivrées REPUBLIQUE FRANCAISE aux parties le : AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D'APPEL DE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 7 DECEMBRE 2006 C.04.0501.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.04.0501.F D. E., mandataire de : a. D. C., b. D. C., c. D. E., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

Séminaire de l Union Internationale des avocats et. de l Ordre des avocats du Sénégal

Séminaire de l Union Internationale des avocats et. de l Ordre des avocats du Sénégal Séminaire de l Union Internationale des avocats et de l Ordre des avocats du Sénégal 28 février 2014 L arbitrage au Sénégal : perspectives africaines et internationales L exécution des sentences arbitrales

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR CIVILE CC 52 / 2014 + CC 53 / 2014 + CC 54 / 2014 Président : Jean Moritz Juges : Daniel Logos et Philippe Guélat Greffière : Nathalie Brahier ARRET

Plus en détail

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020

Journal officiel n L 082 du 22/03/2001 p. 0016-0020 Directive 2001/23/CE du Conseil du 12 mars 2001 concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au maintien des droits des travailleurs en cas de transfert d'entreprises, d'établissements

Plus en détail