GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE. Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE. Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes"

Transcription

1 GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER DOCUMENT AFTE Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER SEPTEMBRE 1994

2 Cette brochure a été rédigée par l'équipe de la commission «Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes» Gérard Jean-François Olivier Lionel Anne Etienne Dominique Philippe Dominique Alain Celerier Dupont Garreau Lavigne Le Corre Madelin Mainville Pecout Piot Rividi Lionel Lavigne, Président de la commission, et l'afte remercient l'ensemble des membres de la commission, et plus particulièrement, Etienne Madelin pour leur collaboration. Version finale : 28 juin ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

3 GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER PAGES sommaire INTRODUCTION 3 L ORDRE DE TRANSFERT 4 LE RESEAU SWIFT : CARACTERISTIQUES GENERALES 5 LES CIRCUITS DE PAIEMENT USUELS 7 LE CAS DES TRANSFERTS COMMERCIAUX 16 LES MODES D ORGANISATION DE L ENSENBLE DES COMPTES BANCAIRES D UN GROUPE 17 ANNEXE : FORMAT DE SAISIE DE QUELQUES MESSAGES SWIFT 22 1 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

4 «Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l auteur, ou de ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite (loi du 11 mars 1957, alinéa 1 er de l article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitueraient une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. La loi du 11 mars 1957 n autorise, aux termes des alinéas 2 et 3 de l article 41, que les copies ou reproductions strictement réservées à l usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective d une part, et, d autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d exemple et d illustration.» 1994 by l Association Française des Trésoriers d Entreprise. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 2

5 L exécution de transferts bancaires de trésorerie entre une centrale de trésorerie en France et ses filiales à l étranger, (que l initiateur du transfert soit la centrale ou une filiale), se heurte parfois à des difficultés qui peuvent être significatives, en termes, notamment, de délais d exécution, de dates de valeur ou de frais bancaires. L objectif de ce document est donc : 1. De présenter les différents circuits bancaires utilisables pour la réalisation de tels transferts de fonds afin de mettre en lumière les étapes de ces circuits qui peuvent être à l origine de retards ou d erreurs. 1. Il ne s agit ici que des circuits entre banques et entre la France et l étranger; sont donc exclus, d une part, les liaisons entre l entreprise française et sa banque (qui peut être en France ou à l étranger) et, d autre part, les transferts en francs en faveur d un compte en France d un résident. 2. D indiquer aussi clairement que possible les informations à communiquer et les précautions à prendre pour une bonne exécution de ces transferts de fonds (en francs ou en devises). 3. De présenter les différents modes d organisation possibles pour l ensemble des comptes bancaires utilisés par un groupe (centrale de trésorerie et filiales) pour leurs mouvements de trésorerie. Pour des transferts de trésorerie à l intérieur d un même groupe, la mise en place et l utilisation de procédures et de circuits de paiement fixes permettent de réduire fortement les risques de retard et de surcoût. Une telle standardisation est généralement possible pour de tels flux répétitifs intragroupe. S agissant de transferts commerciaux dont les bénéficiaires sont des tiers et dont la répétitivité est en général plus faible, l application de ces procédures et circuits standardisés peut s avérer plus difficile. L application des quelques règles simples présentées dans ce document permet toutefois, dans de nombreux cas, de réduire, là aussi, les sources d erreur et de retard. 3 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

6 L ORDRE DE TRANSFERT L ordre de transfert doit comprendre les informations nécessaires uniquement, l excès d informations se révélant souvent une source de complications. L utilisation de la télétransmission entre le client et sa banque est certes un «plus», (notamment sous protocole sécurisé ETEBAC V), mais elle ne constitue pas une solution en soi dans la mesure où le point clef réside dans le choix du circuit de paiement optimum par la banque, avant transmission via le réseau SWIFT. Il convient de noter que certaines banques ont inclus dans leurs systèmes de traitement des programmes informatiques de déduction automatique de ces circuits de paiement «optimum». Les informations devant figurer dans un ordre de transfert sont les suivantes : 1 Nom du bénéficiaire USACorp Inc. 2 Banque teneur de compte du bénéficiaire USBANK, Chicago, USA (nom, ville, pays) 3 Adresse SWIFT de cette banque USBANILWW 4 Numéro de compte du bénéficiaire DER KL 5 Montant Devise JPY 7 Compte du donneur d ordre AS 8 Valeur ou date d exécution 30 Avril Motif du paiement Facultatif Comme les transferts entre les deux banques concernées (banque du donneur d ordre et banque du bénéficiaire) se font généralement via le réseau SWIFT, l indication systématique de l adresse SWIFT de la banque du bénéficiaire réduit les risques d erreur. Cette adresse doit être demandée préalablement au bénéficiaire. Elle peut également être obtenue à partir des recueils dont disposent les services Transferts des banques. Les frais, délais d exécution et conditions de valeur, sont fonction de nombreux facteurs : la devise traitée, le moyen de transmission utilisé entre l entreprise donneuse d ordre et sa banque, le pays du bénéficiaire et... les conditions négociées préalablement (se rapporter sur ce point aux travaux de la commission «Tarification des services bancaires»). ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 4

7 LE RESEAU SWIFT : CARACTERISTIQUES GENERALES Le réseau SWIFT SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) est le nom de la société qui gère le réseau utilisé dans la majeure partie des cas pour le transport des informations relatives à la plupart des opérations interbancaires internationales. Société de droit belge dont le siège est basé à Bruxelles, SWIFT est une société coopérative possédée par ses seuls utilisateurs qui sont exclusivement des établissements bancaires. Ceci interdit donc à un établissement non bancaire un accès direct à SWIFT, ce qui correspond en France aux dispositions de la Loi Bancaire qui réserve aux banques l accès aux systèmes de paiement. 73 pays et 2960 banques sont aujourd hui adhérents à SWIFT; dans certains pays, seul le siège social de la banque est adhérent, mais ceci est en principe sans conséquence pour les virements en faveur d une branche locale. Le volume moyen quotidien de messages transmis est de 1,4 million (cf en annexe le format de saisie de quelques messages). Le réseau est utilisé pour les échanges d informations entre banques différentes, mais il peut être également utilisé au sein d un même groupe bancaire entre les différentes succursales et branches. Quelques banques internationales disposent de leurs propres réseaux «captifs». La qualité du service de SWIFT repose sur plusieurs éléments : la continuité : le réseau est opérationnel 24 heures sur 24 et 365 jours par an, avec une disponibilité opérationnelle de 99% et, en cas de panne d un centre SWIFT, l utilisation immédiate des autres centres; la confidentialité : elle est assurée par un système de chiffrage, des règles strictes et des barrières techniques; la sécurité : le réseau subit des audits réguliers de sécurité, et des systèmes de prévention et de détection des anomalies complètent le dispositif; la rapidité : le délai total de transmission d un message est pratiquement indépendant de la longueur du texte et de la distance à parcourir; l archivage : le stockage des messages est assuré pendant quatre mois, servant de recours aux adhérents en cas d incident ou de contestation. 5 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

8 Les messages SWIFT Les instructions acceptées par le système SWIFT sont nombreuses puisqu elles peuvent concerner notamment les transactions suivantes (entre parenthèses figure le type du message) : transferts clientèle (type 100), transferts bancaires (type 200), confirmations d opérations de change (type 300), confirmations de débit/crédit (type 400), relevés d opérations ou extraits de comptes (type 400), crédits documentaires (type 700), confirmation et rapprochement d opérations hors bilan (FRA, par ex.). Chaque message appartient à un type donné et sa présentation est standardisée. En outre, chaque message peut être affecté d un niveau de priorité particulier, allant de 01 (message urgent donnant lieu à notification de retard et à notification de délivrance), à 02 (message normal) (4 niveaux au total). La date de valeur de la transaction n en sera pas modifiée. Les frais sont d autant plus importants que le niveau de priorité est élevé. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 6

9 LES CIRCUITS DE PAIEMENT USUELS Il existe trois circuits de paiement principaux pour les transferts initiés par une société française utilisant l une de ses banques en France. Ces trois circuits se distinguent par le type de la devise concernée : Dans le premier circuit, la devise du transfert est celle du pays de la banque du donneur d ordre («devise déplacée»), (ex.: Franc français transféré à partir de France); Dans le second circuit, la devise du transfert est celle du pays de la banque du bénéficiaire («devise sur place»), (ex.: Deutschmark transféré à partir de France vers l Allemagne); Dans le troisième circuit, la devise du transfert n est ni celle du pays de la banque du donneur d ordre ni celle du pays de la banque du bénéficiaire («devise dépaysée»), (ex.: Yen transféré de France en Allemagne). Deux messages principaux sont utilisés, le MT 100 et le MT 202: le MT 100 est un ordre de virement commercial en faveur d un tiers non bancaire (le bénéficiaire final); le MT 202, qui appartient à la famille des ordres de transfert en faveur d une banque, est un ordre de couverture envoyé à la banque correspondante et associé à un MT 100 lorsque ce dernier est transmis à une banque non correspondante dans la devise concernée. Le message MT 910 est également utilisé : il sert au correspondant d une banque à indiquer à celle-ci un crédit en sa faveur. Afin de réduire les risques d erreur et de retard, la règle de base est que la banque du donneur d ordre doit envoyer directement à la banque du bénéficiaire l instruction de transfert (via un message MT 100), afin de limiter au maximum l utilisation d une banque tierce pour l acheminement de cette instruction (cette banque tierce est appelée banque de couverture). L envoi d un tel MT 100 par une banque A à une banque B correspond à une demande de virement en faveur d un tiers non bancaire. Le cas idéal est celui dans lequel les deux banques sont en compte : soit A dispose d un compte chez B (devise sur place), soit B dispose d un compte chez A (devise déplacée), soit le circuit de couverture est bien rodé. 7 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

10 Le tableau ci-après présente les différents circuits utilisés selon la nature de la devise concernée et selon les relations de correspondant. Schéma 0 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 8

11 Circuit «Devise déplacée» Un transfert avec devise déplacée est celui dans lequel la devise transférée est celle du pays de la banque du donneur d ordre. Exemple : transfert de Francs français depuis une banque à Paris au bénéfice d une société dont la banque est basée à Francfort. La banque française est le correspondant en Francs de la banque allemande (circuit 1) Il s agit du cas le plus simple et qui doit donc être systématiquement privilégié pour des virements de trésorerie intra-groupe : comme la banque allemande (BA) est titulaire d un compte en Francs français auprès de la banque française (BF), la banque française transmet simplement un message SWIFT de type MT 100 pour demander à la banque allemande de régler le bénéficiaire. Ce message vaut également confirmation que les fonds sont crédités au compte de BA ouvert dans les livres de BF. Le principe de base est, en effet, que les opérations de transfert et de rapatriement en Francs français (ou dans une devise x) aboutissent toujours in fine à mouvementer un compte dans une banque française (ou une banque du pays de la devise x). Dans l exemple ici, il existe dans les livres de la banque BF un compte «Loro» en Francs ouvert au nom de la banque BA, qui sera crédité du montant du transfert. Symétriquement, ce compte, dans les livres de la banque BA, est qualifié de compte «Nostro». Schéma 1 9 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

12 La banque française n est pas le correspondant en Francs de la banque allemande La banque correspondante en Francs français de la banque allemande BA est une autre banque à Paris (BF2). Dans le cas d une trésorerie de groupe, cette situation peut survenir si la banque allemande qui n est pas le correspondant de la banque de la centrale de trésorerie française apporte à la filiale des services domestiques importants (services de cash management par exemple). Dans ce cas, la banque française BF1 du donneur d ordre procède au virement des fonds en francs à Paris en faveur de la banque BF2, correspondant en Francs de la banque allemande BA, via les procédures et circuits habituels de compensation; s agissant d un mouvement en francs français entre deux banques à Paris, aucun message SWIFT n est émis à cette occasion. Simultanément, la banque BF1 transmet directement un ordre de transfert MT 100 à la banque allemande BA du bénéficiaire, en indiquant dans le message que la couverture des fonds sera effectuée auprès de la banque BF2, appelée banque de couverture. Schéma 2 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 10

13 Circuit «Devise sur place» Un transfert avec devise sur place est celui dans lequel la devise transférée est celle du pays de la banque du bénéficiaire. Exemple : transfert de Deutschmarks depuis une banque à Paris au bénéfice d une société dont la banque est basée à Francfort. La banque française a pour correspondant en Marks la banque du bénéficiaire (circuit 2) Schéma 3 Il s agit de la solution la plus simple, identique à celle exposée précédemment (page 9) : la banque française (BF) transmet un message SWIFT de type MT 100 à la banque allemande BA, son correspondant habituel pour les marks. La banque BA effectue ensuite le règlement au bénéficiaire et débite le compte de la banque BF dans ses livres : symétriquement à l exemple 1 (page 9), il existe dans les livres de la banque BA un compte «Loro» en Marks ouvert au nom de la banque BF, qui sera débité du montant du transfert; ce compte, dans les livres de la banque BF, est qualifié de compte «Nostro». La banque française a pour correspondant en Marks une banque tierce Première variante Il s agit d une solution à éviter, même si elle semble logique, dans la mesure où la banque du donneur d ordre transmet l ordre de transfert à la banque auprès de laquelle elle est titulaire d un compte. Ainsi, la banque française (BF) transmet un message SWIFT de type MT 100 à la banque allemande BA1, son correspondant habituel pour les marks. 11 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

14 La banque allemande BA1 se charge alors de procéder au transfert domestique en Allemagne en faveur de la banque du bénéficiaire BA2. Cette dernière effectue ensuite le règlement au bénéficiaire. Il convient de noter que ce règlement peut entraîner des frais et des délais importants s il est traité comme un transfert commercial : tel sera le cas, par exemple, en Allemagne, en Italie, aux Etats-Unis,... Schéma 4 Seconde variante Plutôt que de transmettre uniquement un message à son correspondant habituel en Marks, il convient au contraire que la banque française BF : transmette directement à la banque BA2 du bénéficiaire un message MT 100 lui demandant de créditer le compte du bénéficiaire, transmette à son correspondant habituel en Marks BA1 un ordre de couverture (message MT 202). Ceci permettra d éviter un retard dans l émission du virement domestique entre les deux banques allemandes, émission qui n est pas contrôlée par la banque BF. Comme BF et BA2 ne sont pas en relation habituelle, BF demandera à son correspondant habituel en Allemagne, BA1, via un MT 202, de «couvrir» l engagement directement donné à BA2 via le MT 100. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 12

15 C est la solution à privilégier mais qui ne peut toutefois pas se substituer durablement à la solution dans laquelle l ordre de virement est envoyé directement à la banque correspondante auprès de laquelle le bénéficiaire dispose également de son compte (circuit N 2). Schéma 5 13 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

16 Circuit «Devise dépaysée» Un transfert avec devise dépaysée est celui dans lequel la devise transférée n est ni celle du pays de la banque du bénéficiaire ni celle du pays de la banque du donneur d ordre : il s agit d une variante du circuit «Devise sur place». Exemple : transfert de Yens depuis une banque à Paris au bénéfice d une société dont la banque est basée à Francfort. Ce type de transfert est fréquent dans le cadre d une centrale de trésorerie disposant, par exemple, du monopole de réalisation des opérations de change sur les marchés financiers. Dans un tel cas, la banque française BF va : directement transmettre à la banque allemande BA du bénéficiaire un message MT 100 lui demandant de créditer le compte du bénéficiaire, transmettre à son correspondant habituel en Yens BJ1 un ordre de couverture (message MT 202) sur la banque correspondante en Yens de la banque allemande. Cette banque correspondante sera, soit elle-même, soit une autre banque japonaise BJ2. Dans ce dernier cas, la banque japonaise BJ1 effectuera un virement domestique en faveur de la banque BJ2. Dans les deux cas, la banque allemande BA du bénéficiaire sera prévenue par avis de crédit que son compte en Yens auprès de BJ1 (ou BJ2) a été crédité. Schéma 6 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 14

17 La présence de deux banques correspondants au Japon se traduit par le schéma suivant. Schéma 7 Cas d un donneur d ordre français utilisant une banque à l étranger Les circuits présentés ci-dessus concernent un donneur d ordre français utilisant pour ces opérations une banque à Paris. La banque utilisée pourrait également être située à l étranger (Londres par exemple), compte tenu de l absence de restrictions spécifiques en France pour un résident de détenir des comptes en devises sur cette place. Les différentes opérations ci-dessus ne sont pas modifiées. 15 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

18 LE CAS DES TRANSFERTS COMMERCIAUX Les quelques règles indiquées ci-dessus restent valables dans le cas de transferts commerciaux. Leur mise en application complète s avère toutefois plus difficile, dans la mesure où la fixité des circuits de règlement n est réellement possible que pour des transferts répétitifs. La règle principale reste que la banque du bénéficiaire devrait recevoir l ordre de virement directement de la banque du donneur d ordre. Lors d une première opération effectuée entre deux banques (celle du donneur d ordre et celle du bénéficiaire) qui ne sont habituellement pas en compte, il conviendra donc d être attentif car le circuit de couverture nécessitera peut-être un bref «rodage» qui pourra, de ce fait, entraîner quelques retards au début. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 16

19 LES MODES D ORGANISATION DE L ENSEMBLE DES COMPTES BANCAIRES D UN GROUPE Le choix de l organisation des comptes bancaires est largement influencé par le choix effectué en matière d organisation des réglements et des encaissements commerciaux, qui sont à l origine, au sein d un groupe, de la majorité des opérations bancaires. En effet, ces opérations quotidiennes, telles que l émission des chèques ou des ordres de transfert, peuvent être réalisées, soit par chacune des filiales, soit par la société-mère ou une filiale spécialisée (centrale de trésorerie ou autre). L objet de cette partie n est pas de présenter les avantages et les inconvénients des différents choix possibles en ce domaine, mais d indiquer quels sont les schémas d organisation possible qui en découleront, en matière de comptes bancaires utilisés par la centrale de trésorerie et les filiales. Il convient de noter en effet que, quelle que soit l organisation retenue, l exécution des transferts de trésorerie pourra s effectuer dans des conditions satisfaisantes, dès lors que les banques et les comptes utilisés seront figés, sous réserve, bien sûr, que leur nombre ne soit pas trop élevé. Il existe trois modes principaux d organisation pour l ensemble des comptes bancaires utilisés au sein d un groupe : utiliser une banque par pays, utiliser une banque par devise, utiliser une banque unique. Une banque par pays Ex.: Chaque filiale allemande dispose auprès de la même banque allemande de comptes en marks et, si nécessaire, de comptes en devises. Si chaque filiale du groupe est responsable de l exécution de ses propres opérations d encaissement et de réglement, ce schéma offre pour celles-ci plusieurs avantages : la proximité des interlocuteurs bancaires (même pays, même langue) facilite la résolution des problèmes potentiels courants (contrôle des conditions bancaires, date de valeur erronée, par exemple); il ne pertube pas les habitudes de réglement des clients, qui pourraient être réticents à envoyer leurs chèques à l étranger, ou à initier des transferts à l étranger à coût non négligeable; la simplification des communications informatiques peut être importante : d une part, il existe désormais dans la plupart des pays européens des logiciels de consultation des soldes bancaires qui répondent aux spécificités fonctionnelles domestiques; d autre part, l installation est simplifiée et le coût est réduit dès lors que l usage demeure domestique; 17 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

20 Schéma 8 les compétences de la banque locale retenue en matière de cash management domestique (traitement des chèques, par exemple) pourront également être mieux exploitées ainsi que son accès à des financements locaux spécifiques. Schéma 8 A l inverse, les opérations de la centrale de trésorerie (dans la cadre d une gestion centralisée de trésorerie) sont sensiblement alourdies à cause de l existence, pour une même devise, de plusieurs comptes auprès de plusieurs banques (une par pays). Ceci nécessite alors des transferts de concentration sur une banque pivot et l utilisation de plusieurs systèmes de reporting bancaire. Dans certains pays même, plusieurs banques domestiques (spécialisées ou non par zone géographique ou par types d opérations) peuvent être utilisées. Cela nécessite alors qu un cash pooling domestique préalable soit effectué sur l une d entre elles. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 18

21 Une banque par devise Ex.: Chaque filiale du groupe dispose, pour la devise A, de son compte auprès de la même banque (qui est une banque du pays de la devise A). Ce schéma est sensiblement moins simple pour les filiales qui doivent, dans ce cas, gérer des comptes bancaires à l étranger, avec des difficultés éventuelles en termes de liaisons informatiques, de difficultés de langage, de contrainte des changes (obligations déclaratives ou restrictions),... ce qui, multiplié par le nombre de filiales concernées, peut constituer une source importante de complications. Schéma 09 Schéma 09 A l inverse, l utilisation de ce schéma améliore les conditions de la gestion de trésorerie consolidée dans la mesure où l ensemble des comptes pour une devise donnée se trouve dans le pays de la devise concernée, entraînant la réduction des délais d exécution et de valeur, et auprès d une banque unique, d où des réductions importantes de frais bancaires. 19 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

22 Une banque unique Ex.: Chaque filiale du groupe dispose auprès de la même banque de tous ses comptes (dans sa propre devise et dans les autres devises en fonction de ses besoins). Pour les filiales, l utilisation d une banque unique à l étranger simplifie le schéma précédent puisque tous leurs comptes bancaires en devises, bien que ne se trouvant pas dans leur pays, sont regroupés sur une place unique, entraînant simplification de fonctionnement et réduction des frais bancaires. Schéma 10 Schéma 10 Il offre pour la centrale de trésorerie, à la fois un avantage (la forte réduction des frais bancaires, et la simplification de gestion administrative, compte tenu de l utilisation d une banque unique), mais également de sérieux inconvénients : la concentration des mouvements bancaires qui risque de conduire à l arrêt des relations avec d autres banques et l absence de présence directe sur la place de compensation de chaque devise. ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 20

23 Critères de choix : Le tableau ci-après présente de façon synthétique les principaux critères de choix du mode d organisation des comptes bancaires au sein d un groupe. Le signe «+» () signifie que le schéma retenu est bien (mal) adapté à l objectif recherché. Sch. 1 Sch. 2 Sch Responsabilité du cash management aux filiales + +/ 2. Nécessité de disposer d une banque «locale» ++ + (Cash managt & financts locaux) 3. Relations informatiques banque/entreprise + 4. Exécution du cash pooling groupe Accès aux conditions bancaires de place Frais bancaires (dont transferts) Diversification des relations bancaires ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

24 ANNEXE FORMAT DE SAISIE DE QUELQUES MESSAGES SWIFT MT 100 Customer Transfer M/O Tag Field Name Content/Options M 20 Transation Reference Number 16x M 32A Value Date, Currency Code, Amount 6n3a15number M 50 Ordering Customer 4 35x O 52a Ordering Institution A or D O 53a Sender s Correspondent A, B or D O 54a Receiver s Correspondent A, B or D O 56a Intermediary A or D O 57a Account With institution A, B or D M 59 Beneficiary Customer (/34x) 4 35x O 70 Details of Payment 4 35x O 71A Details of Charges 3a O 72 Sender to Receiver Information 6 35x MT 202 General Financial Institution Transfer M/O Tag Field Name Content/Options M 20 Transation Reference Number 16x M 21 Related Reference 16x M 32A Value Date, Currency Code, Amount 6n3a15number O 52a Ordering Institution A or D O 53a Sender s Correspondent A, B or D O 54a Receiver s Correspondent A, B or D O 56a Intermediary A or D O 57a Account With institution A, B or D M 58a Beneficiary Institution A or D O 72 Sender to Receiver Information 6 35x MT 910 Confirmation of Credit M/O Tag Field Name Content/Options M 20 Transation Reference Number 16x M 21 Related Reference 16x M 25 Account Identification 35x M 32A Value Date, Currency Code, Amount 6n3a15number M 52a Ordering Institution A or D O 56a Intermediary A or D O 72 Sender to Receiver Information 6 35x M=Mandatory O=Optional Source : Swift ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE 22

25 Les idées et opinions exprimées dans cette publication de l'afte sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'attitude officielle du Conseil d'administration de l'association. L'Association Française des Trésoriers d'entreprise décline donc toute responsabilité dans le cas de revendications qui pourraient être faites à la suite de ce document. 23 ASSOCIATION FRANÇAISE DES TRÉSORIERS D'ENTREPRISE

26 L'Association Française des Trésoriers d'entreprise - AFTE - compte environ membres. Elle regroupe d'une part membres actifs, trésoriers des entreprises publiques et privées de toute taille, et, d'autre part, des membres correspondants banquiers, consultants, universitaires, autorités de marché, etc. Outre son implantation parisienne, l'afte compte neuf délégations régionales représentant 400 membres. L AFTE développe son action autour de cinq axes : - Manifestations : petits déjeuners, réunions de prestige, réunion plénière, journée d études. - Réflexions et travaux : 6 commissions, 6 clubs. - Séminaires de formation. - Publications : la Lettre du Trésorier, les travaux de commissions. - Représentation de la profession. Tél. : Fax : Association Française des Trésoriers d'entreprise 94, rue Saint-Lazare Paris Cedex 09 Association régie par la loi du 1er juillet 1901 Journal officiel du 17 novembre 1976 GUIDE DES TRANSFERTS DE TRESORERIE A L ETRANGER

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

DOCUMENT AFTE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE

DOCUMENT AFTE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE DOCUMENT AFTE Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA

SEPA et les entreprises. Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA et les entreprises Comité national SEPA Plan de communication SEPA SEPA : une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange)

Les 31 pays SEPA Union Européenne zone euro. Union Européenne zone non euro. Pays de l AELE (Association Européenne de Libre-Echange) e (Single Euro Payments Area) qui suit la mise en place de l euro en 2002, concerne tous les acteurs économiques en Europe : grandes entreprises, PME-PMI, associations, collectivités publiques, particuliers.

Plus en détail

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT?

Qu est-ce que SWIFT? Comment fonctionne SWIFT? Juin 2009 Communication de l ASB relative à la divulgation de données clients en matière de trafic des paiements, de transactions sur titres et autres opérations en relation avec SWIFT Association suisse

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES DES OPÉRATIONS À L ÉTRANGER L ESSENTIEL AU QUOTIDIEN OBJECTIVITÉ, TRANSPARENCE, SATISFACTION Extrait de nos conditions tarifaires au 1 er janvier 2015 Vous pouvez consulter l intégralité

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

SOGETRADE&SERVICES. Gérez en ligne vos transactions internationales et vos cautionnements domestiques

SOGETRADE&SERVICES. Gérez en ligne vos transactions internationales et vos cautionnements domestiques ENTREPRISES Commerce international SOGETRADE&SERVICES Gérez en ligne vos transactions internationales et vos cautionnements domestiques 2 Vous effectuez régulièrement des opérations internationales et/ou

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE

CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE CONDITIONS TARIFAIRES TTC APPLICABLES AUX CLIENTS FEDERAL FINANCE 1 ER AOÛT 2014 1 ER AOÛT 2014 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Les tarifs ci-dessous sont hors offre groupée de services (package) et hors promotion

Plus en détail

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises

Réussir votre migration à SEPA. Mode d emploi à destination des entreprises Réussir votre migration à SEPA Mode d emploi à destination des entreprises Migrer à SEPA : c est indispensable! Après le passage des marchés financiers (1999) et de la monnaie (2002) à l euro, l Europe

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Comment bien réussir votre migration SEPA? (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Opérationnel) Au 1 er février 2014, tous les virements et prélèvements seront

Plus en détail

499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF

499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF 499.30 fr (pf.ch/dok.pf) 05.2015 PF Gestion des liquidités avec le compte commercial (en CHF) pour les banques Transferts de capitaux en faveur et en provenance de SIC Transferts en CHF entre propres comptes

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Etude de cas «GASESTYL»

Etude de cas «GASESTYL» Etude de cas «GASESTYL» objectif SWIFTnet FIN Toute ressemblance avec la réalité n est pas pure coïncidence le Présentation de Gaz de France SA Activité! 13,8 millions de clients, numéro un européen de

Plus en détail

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité...

GUIDE DE L AFFACTURAGE. Travailler en toute sécurité... GUIDE DE L AFFACTURAGE Travailler en toute sécurité... Édition 2009 GUIDE DE L AFFACTURAGE Sommaire 1 Histoire de l affacturage 2 Qu est-ce que l affacturage 3 Les étapes de l affacturage 4 Le prix de

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015)

Conditions Générales. Entreprises. (en vigueur au 1 er mai 2015) Conditions Générales Entreprises (en vigueur au 1 er mai 2015) Sommaire Paragraphe Page 1. Définitions...2 2. Conditions...2 3. Gestion du compte courant...4 4. Paiements domestiques & SEPA...6 5. Paiements

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com www.bgfi.com 1 Cher client, chère cliente, Bienvenue sur www.bgfionline.com! Pour que vous puissiez accéder à vos comptes à toute

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 EnTrEPrEnEurS n 6 PAiEmEnT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le virement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Le virement SEPA, c est maintenant

Le virement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENTREPRENEURS N 6 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage à SEPA PAIEMENT LES MINI-GUIDES

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Arrêt du protocole ETEBAC

Arrêt du protocole ETEBAC Arrêt du protocole ETEBAC Quels impacts pour votre entreprise? Les solutions d échanges de flux dématérialisés avec le Crédit Agricole ETEBAC est le protocole utilisé pour échanger tous les jours et de

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES DES OPÉRATIONS À L ÉTRANGER 2014 L ESSENTIEL AU QUOTIDIEN OBJECTIVITÉ, TRANSPARENCE, SATISFACTION Extrait de nos conditions tarifaires au 1 er janvier 2014 Vous pouvez consulter l

Plus en détail

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire

Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Les paiements et le trafic des paiements Dossier destiné aux écoles de l enseignement secondaire Auteur: Vera Friedli, Berne Le réseau des médias pédagogiques interactifs Sommaire Eléments de base: Les

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Une initiative de l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. OPTIMISEZ votre saisie avec ETEBAC, Internet, Jedeclare.

Une initiative de l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France. OPTIMISEZ votre saisie avec ETEBAC, Internet, Jedeclare. Une initiative de l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France OPTIMISEZ votre saisie avec ETEBAC, Internet, Jedeclare.com Intervenants Arlette PATIN Expert Comptable CAC François-Gérard MONDI

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Les interrogations liées à la migration

Les interrogations liées à la migration Les interrogations liées à la migration Sommaire : 1. Qu est-ce que Transpac?... 2 2. Qu est ce qu un protocole?... 2 3. Pourquoi Transpac va-t-il disparaître?... 2 4. Quel est l intérêt de cette migration

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE J10

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE J10 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE J10 DEMANDES/COMPENSATION D INTÉRÊTS ENTRE MEMBRES DANS LE CADRE D OPÉRATIONS NATIONALES 2014 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2014

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT MEDECINS GENERALISTES ENTRE... Sis au... Représentée par......en qualité de...... et dûment mandaté à cet effet, Ci-après dénommé le Médecin ; ET : L Association Santé-Pharma,

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 ER NOVEMBRE 2014 104, avenue des Champs-Elysées, 75008 PARIS Tél. : 01 53 76 84 00 Fax +33(0)1 45 63 57 00 Swift : FRAFFRPP S.A. au capital de 18 000 179,40

Plus en détail

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés.

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. FAQ Cash pooling La centralisation de trésorerie Définition Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. Il existe deux grandes catégories de cash pooling

Plus en détail

L essentiel d Elys PC

L essentiel d Elys PC L essentiel d Elys PC HSBC France Société Anonyme au capital de 337 189 135 euros SIREN 775 670 284 RCS Paris Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75419 Paris Cedex 08 - Tél. : 01 40 70 70 40

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV APERÇU GÉNÉRAL

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV APERÇU GÉNÉRAL ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLES DU STPGV STPGV, décembre 1998: révisée le 30 juillet 2001, le 19 novembre 2001, le 31 mars 2003, le 25 septembre 2003, le 6 octobre 2003, le 27 janvier 2004,

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

entreprises Commerce international À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider

entreprises Commerce international À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider entreprises Commerce international Le CrÉdit Documentaire À l import comme à l export, sécurisez vos transactions commerciales On est là pour vous aider Moyens de paiement internationaux sécurisés La sécurisation

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015

Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS. Applicables à compter du 01 Mars 2015 Conditions appliquées aux opérations bancaires avec les PARTICULIERS Applicables à compter du 01 Mars 2015 Montants indiqués en euros TTC SOMMAIRE EXTRAIT STANDARD DES TARIFS OUVERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces.

Nous ne partageons pas et ne vendons pas vos informations confidentielles auprès de sociétés tierces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE NOVOENGLISH Applicables à compter du 20 avril 2013 NovoEnglish 15 rue Taitbout 75009 Paris France www.novoenglish.com info@novoenglish.com SARL au capital de 10.000 Euros

Plus en détail

1. L étude des sources de documentation à l international

1. L étude des sources de documentation à l international Chap 9 : Evaluer et suivre les risques liés aux échanges à l international I. Effectuer un diagnostic export A. L objectif du diagnostic export L assistant de gestion peut déceler le potentiel de la PME

Plus en détail

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013

UNIVERSWIFTNET. SWIFTNet, du Cash au Trade. 12 Février 2013 UNIVERSWIFTNET SWIFTNet, du Cash au Trade 12 Février 2013 2 Programme Qu est-ce que SWIFTNet «Trade for Corporates»? Pourquoi avoir choisi SWIFTNet Trade? Comment fonctionne cette solution? Quels en sont

Plus en détail

Le crédit documentaire. Mai 2014

Le crédit documentaire. Mai 2014 Le crédit documentaire Mai 2014 Le crédit documentaire 2 S O M M A I R E PAGES Définition 3 Fonctionnement 4 Les différents types de crédit documentaire 6 Les conditions du crédit documentaire 7 Les documents

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

Information sur notre société et notre comptabilité

Information sur notre société et notre comptabilité Information sur notre société et notre comptabilité Qui est ICN? Informatique et Conseils du Nord Créée en 1984, la société ICN s est spécialisée dans la réalisation de logiciels spécifiques notamment

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

Professionnels, Associations, Entreprises...

Professionnels, Associations, Entreprises... Professionnels, Associations, Entreprises... Une banque à votre écoute pour répondre à vos besoins de communication... avec la BRED, avec l ensemble de vos partenaires bancaires. www.bred.fr Résolument

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires»

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Contribution du Commerce PCI-DSS et protection des données cartes de paiement : évolution vers le «chiffrement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS CONDITIONS GENERALES DE VENTE EUROPA ORGANISATION PARTICIPANTS MISES A JOUR AU 1 ER JANVIER 2015 Europa Organisation SA («EUROPA») : Société spécialisée dans l organisation d évènements (congrès / salons

Plus en détail

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle

Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Harmonisation du trafic des paiements en Suisse L offre du Credit Suisse reste diversifiée et axée sur la clientèle Pourquoi la Suisse harmonise-t-elle le trafic des paiements conformément à la norme ISO

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO

CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO CONDITIONS GENERALES APPLICABLES AUX PRINCIPALES OPERATIONS DE BGFIBank CONGO Ce document présente les principaux tarifs standards de nos produits et services. Il annule et remplace le document d Avril

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE TARIFS ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE 1 er JUILLET 2015 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE OUVERTURE TRANSFORMATION CLOTURE Ouverture d'un compte avec remise de la Convention

Plus en détail

Guide du bon usage de votre banque. entreprises

Guide du bon usage de votre banque. entreprises Guide du bon usage de votre banque entreprises Extrait des conditions générales de banque applicables au 1 er janvier 2012 Pour plus de lisibilité et de transparence, nous avons conçu, à votre intention,

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisateur BGFIONLINE Votre Banque en ligne Page 1 sur 17 Chère cliente, cher client, Bienvenue sur www.bgfionline.com! Pour que vous puissiez accéder à vos comptes à toute heure, en vacances,

Plus en détail

Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications.

Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications. M.3 Ce progiciel est un ensemble d applications qui permettent de gérer les opérations d agence. Il est composé de 6 applications. APPLICATIONS M.3.1. CAISSE Opérations de caisse Gestion des opérations

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

Migrer à SEPA : c'est indispensable

Migrer à SEPA : c'est indispensable Depuis le 1 er février 2014, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplacent définitivement le virement et le prélèvement national tant pour les paiements nationaux que transfrontaliers. Mode d'emploi

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 PARIS, le 20/04/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 OBJET : Contribution au financement de la protection complémentaire santé. Crédit d

Plus en détail

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur Entreprise 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, L e nouveau service Banque à distance

Plus en détail

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013

SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 SEPA Single Euro Payments Area JUIN 2013 Préambule S.E.P.A. : Single Euro Payments Area Il s agit d un ensemble d outils opérationnels permettant à tous les utilisateurs de disposer de moyens de paiement

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE»

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» Définitions AFNOR : désigne AFNOR Editions Client : désigne la personne physique ou morale qui passe commande Espace personnel

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Extrait Standard des tarifs

Extrait Standard des tarifs BANQUE MISR SUCCURSALE DE PARIS Extrait Standard des tarifs 1) Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte a) Ouverture, transformation, clôture gratuit b) Relevés de compte gratuit c) Service de

Plus en détail

Conditions Tarifaires Entreprises Commerzbank Paris

Conditions Tarifaires Entreprises Commerzbank Paris Conditions Tarifaires Entreprises Commerzbank Paris Tarifs en vigueur au 01.01.2016 Adresse: COMMERZBANK AG Succursale de Paris 23, rue de la Paix 75002 Paris Téléphone: +33 (1) 44941700 Télécopie: +33

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail