CX/AFRICA CRD 4 Élaboration d autres règlements et législations : Amélioration du Système de Contrôle Services d hygiène

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CX/AFRICA CRD 4 Élaboration d autres règlements et législations : Amélioration du Système de Contrôle Services d hygiène"

Transcription

1 Agenda Item 5 CX/AFRICA CRD 4 JOINT FAO/WHO FOOD STANDARDS PROGRAMME FAO/WHO COORDINATING COMMITTEE FOR AFRICA Twenty-first Session Yaoundé, Cameroon, January 2015 COMMENTAIRES ET INFORMATIONS SUR LES SYSTÈMES NATIONAUX DE CONTRÔLE DES ALIMENTS, LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS À L ÉLABORATION DES NORMES ALIMENTAIRES ET L UTILISATION DES NORMES CODEX AU NIVEAU NATIONAL (RÉPONSES AUX CL 2014/29-AFRICA) (Réponse de Angola, Cameroun,Cap-Vert, Congo, Cote d Ivoire) Question 1: Renforcement des systèmes de contrôle alimentaire nationaux Indiquer toute action importante entreprise dans votre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire. Celles-ci peuvent comprendre des actions relatives aux/à: réglementations et législations alimentaires nationales, la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; les services d hygiène; les infrastructures et les activités de laboratoire; la diffusion d informations; la formation. Indiquer également les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. COTE D IVOIRE Les actions importantes entreprises dans notre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire sont relatives aux/à: réglementations et législations alimentaires nationales : cadre de la nouvelle loi sur la normalisation la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, Contrôle des produits alimentaires aux postes frontières les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; participation des acteurs et parties intéressées (administrations, laboratoires, organismes de contrôle, de recherche, consommateurs, etc) aux processus d élaboration des normes (27 comités techniques de normalisation) les services d hygiène; Existence d un laboratoire national d hygiène public les infrastructures et les activités de laboratoire; certification produits avec délivrance d attestation de conformité sur base de vérification des résultats de laboratoires sélectionnés la diffusion d informations; la formation. Indiquer : veille normative pour les entreprises ; accompagnement au management qualité des entreprises, audits de SM également les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. : harmonisation des normes nationales avec les normes communautaires CAP-VERT Révision des législations existantes : La législation cadre sur le contrôle alimentaire (D.L nº 3/2009 : Principes généraux pour le contrôle de la sécurité et de la qualité des denrées alimentaires; D.L. nº 24/ Étiquetage des denrées alimentaires et le D.L nº25/2009 Normes générales d hygiène alimentaire) publié en 2009, sont en phase de révision, avec le but de corriger les insuffisances et les accorder selonle nouveau contexte national e international. Également le D. L. nº32/2010 sur le Système National de Contrôle des Aliments (SNCA) est en phase de révision et

2 adéquation d avecla réalité nationale, en tenant compte des expériences des autres pays sur le système de contrôle alimentaire. - Élaboration d autres règlements et législations : Considérant les besoins identifiés pour l amélioration du système de gestion du contrôle alimentaire et d inspection alimentaire, avec le but d améliorer l hygiène dans la chaine alimentaire et créer des conditions nécessaires (réglementaire et techniques) pour intensifier les activités du contrôle officiel, des démarches sont en cours pour l élaboration de la législation et des règlements spécifiques (critères microbiologiques, réglementations spécifiques pour quelques produits). - Encore, des activités sont en cours pour la mise en place d un système d approbation sanitaire et de registre des établissements et opérateurs économiques du secteur alimentaire (transformation et conservation alimentaire, entreposage, transport, importation, exportation et commercialisation des denrées alimentaires, restauration, etc.), avec l appui des consultants nationaux et internationaux. - D autre part, les organes du Système National de Contrôle des Aliments (SNCA), ont retenu une liste composée par 37 matières techniques dans la chaine alimentaire du pays, qui ont besoins des résolutions législative et règlementaire. Chaque année les services liés au SNCA élaborent de propositions des règlements ou législations en fonction des disponibilités des ressources et de l appui des organisations internationales. - Amélioration du Système de Contrôle : En raison de plusieurs insuffisances identifiés par les organes du système national de contrôle de aliments, il est un cours, avec l appui d une équipe de consultants nationaux, la révision du D. L. nº32/2010 sur le Système National de Contrôle de Aliments (SNCA), visant adapter cette loi à la réalité nationale, toujours en s inspirant des expériences des autres pays sur le système de contrôle alimentaire. - Services d hygiène : Des efforts ont été entreprisaux seins des organes du SNCA et au niveau de plusieurs autorités compétentes du pays, pour améliorer la coordination et l articulation des services de contrôle et pour une programmation plus coordonnée des actions d inspection et aussi pour l harmonisation des procédures officiels d inspection et contrôle. Des efforts ont été aussi entaméspour la création et amélioration des services locales d inspection sur les conditions d hygiène alimentaire. De même, dans ces dernières années, les actions d inspection auprès des opérateurs économiques pour vérifier la mise en place des bonnes pratiques d hygiène ont été intensifiées au niveau national. Également plusieurs sessions de formations sont réalisées avec la participation des techniciens liées aux activités de contrôle alimentaire et aussi avec la participation des opérateurs économiques, sur les bonnes pratiques d hygiène, le HACCP, etc. Dans ce contexte le pays a besoin des appuis techniques et financiers des organisations internationales et aussi d autres pays plus avancés dans ces questions. - Les questions prioritaires pour la SSA : la mise en place d un système de contrôle alimentaire efficace ; l amélioration de la législation et des règlements alimentaires ; l harmonisation des procédures de contrôle officiel permettant développer des actions de contrôle de façon efficace, coordonné, au sein de toutes les autorités compétentes liées au contrôle alimentaire ; développer un système de formation et capacitation permanent des professionnels du contrôle alimentaire, ainsi que des opérateurs économiques, sur le contrôle alimentaire, analyses et gestion des risques, l hygiène alimentaire, et d autre sujets. CONGO Pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire la République du Congo a engagé les actions suivantes entre janvier et décembre 2014 : 1. Réglementation et législation alimentaires nationales - Décret du 24 mai 2012 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la commission nationale de fortification des aliments (CNFA) ; - Note de service N 242/MDIPSP/CAB du 10 février 2014 mettant en place le comité de pilotage de la CNFA ; - Mise en place d un comité technique multisectoriel chargé d élaborer/relire les projets de textes relatifs à la réglementation et la législation alimentaires nationales ; - Elaboration du projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité National du Codex Alimentarius, par le groupe ;

3 - Relecture par le comité technique multisectoriel et adoption en conseil des ministres le 29 décembre 2014, du projet de loi réglementant le système national de normalisation et de gestion de la qualité ainsi que le projet de loi portant création de l agence congolaise de normalisation et de la qualité. 2. Gestion du contrôle alimentaire - Vulgarisation de l arrêté n 11236/MDIPSP/MSP/MCA du 06 août 2013 portant homologation de la norme de la farine de blé fortifiée en fer ; - Poursuite de la sensibilisation des industriels et de la société civile sur la normalisation ; - Restructuration du ministère de la santé et de la population ayant conduit à la transformation de l ancien service de l alimentation et de la nutrition au nouveau service de l hygiène alimentaire ; - Elaboration et adoption d un plan cadre des Nations Unies pour l aide au développement (UNDAF ), assorti d un plan de travail 2014 conjoint des Agences du Système des Nations Unies avec le Gouvernement pour le groupe de résultats sécurité alimentaire et nutritionnelle ; - Début des travaux de réhabilitation du bâtiment abritant le laboratoire de bromatologie à Brazzaville et commande de quelques équipements par le ministère de la santé ; - Poursuite des travaux de construction d un laboratoire de contrôle de la qualité des produits alimentaires à Pointe-Noire par le ministère du commerce avec l appui de l Inde ; - Recrutement et formation en Inde des jeunes cadres chargés d animer le laboratoire de contrôle de la qualité des produits alimentaires en chantier ; - Aménagement d un local devant abriter le laboratoire de métrologie de masse dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation de deux formateurs à Libreville au Gabon surla métrologie des masses et des instruments de pesage à fonctionnement non automatique dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d une vingtaine de techniciens des secteurs public et privé à Brazzaville sur la métrologie des masses et des instruments de pesage à fonctionnement non automatique (IPFNA) en zone CEMAC dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d une vingtaine de techniciens des secteurs public et privé à Brazzaville sur le guide pour l amélioration des pratiques de mesurage dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d un délégué à Grand Bassam en Côte d Ivoire sur le Codex Alimentarius pour une participation plus efficace des pays aux activités internationales de normalisation de la commission du Codex Alimentarius: analyse des risques dans le cadre du Codex, Mieux participer aux activités du Codex et comprendre le codex avec l appui du fonds fiduciaires pour le Codex Alimentarius. 3. Questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments au niveau national et régional Adoption par le parlement et promulgation du projet de loi réglementant le système national de normalisation et de gestion de la qualité ainsi que le projet de loi portant création de l agence congolaise de normalisation et de la qualité ; Harmonisation de la législation sur la protection phytosanitaire en Afrique central conformément aux principes directeurs du droit international sur la protection des végétaux inscrits dans la convention internationale sur la protection des végétaux (CIPV) et l Accord SPS, par l adoption et la promulgation de la loi portant révision des dispositions de la loi n du 26 novembre 1952 relative à l organisation de la protection des végétaux dans les territoires relevant du ministère de la France d Outre-mer et son principal décret d application ; Révision et/ou adoption de la législation et de la réglementation alimentaires à l exemple des lois sur la protection des consommateurs, l alimentation etc et des règlements relatifs à la métrologie légale, l hygiène, la qualité des aliments, la salubrité des grands marchés domaniaux et l innocuité des aliments ; Mise en place par décret présidentiel de l agence congolaise de normalisation et de la qualité ; Mise en place par décret présidentiel du comité national du Codex Alimentarius ainsi que du comité national sur les mesures sanitaires et phytosanitaire ;

4 Mise en place laboratoire de métrologie de masse ; Renforcement des capacités techniques, matérielles et financières. ANGOLA 1. Au Nivau national, il y a une interaction des ministères que son lieu au codex alimentaire. Nous a fait cette anne une seminaire sur le temesurence alimentaire, on a trater tout la matiére de controle de qualite, laboratoire e sisteme HCCP.. Avec une preparation de 3 semaines, sur la cordonence du ministere de la sante, avec la participation de agriculture, comerce, pesche et industrie. 2.On a organizer une agence regulateur de produits alimentaires e des farmacies 3. On a amelhore le laboratoire du comercepor faire tous les analises chimies microbiologies et toxicologiques et ou nivau de controle de calité. 4.On a renforcer le sisteme de alerte general avec la participation toujours economiepoliciel 5. Le ministere de la sante a organize une formation multi sectoriel por la epidemiologies (maladies que son vennans de aliments) e seguiritealimenteire ou nivau de tous les ministéres CAMEROUN - Indiquer toute action importante entreprise dans votre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire. Celles-ci peuvent comprendre des actions relatives aux/à: réglementations et Flégislations alimentaires nationales, la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; les services d hygiène; les infrastructures et les activités de laboratoire; la diffusion d informations ; la formation. 1- Elaboration du projet de loi cadre pour la Sécurité sanitaire des aliments ; Le projet de document de loi a été totalement rédigé et est en cours d examen par les hautes autorités gouvernementales pour amendement. - Indiquer les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. 2- Etablissement des priorités pour le Codex Alimentarius et la SSA: L objectif premier de ce recensement a été de définir les priorités pour l action du comité national sur trois ans, en ce qui concerne la participation aux Comités Techniques de la Commission du Codex Alimentarius et le suivi des activités de coopération. Il s agissait également de faire connaître le Codex Alimentarius; faire connaître l importance et l impact d un bon système de SSA ; et faire connaître le CNC. Le principal résultat attendu ici est la détermination par le comité des activités prioritaires avec une large vision de ce que les acteurs de l agro alimentaire attendent, autant pour le suivi des activités de la commission du Codex Alimentarius, que pour le renforcement du système de sécurité sanitaire des aliments au Cameroun. Tableau 1 : Activités majeures de SSA par ordre d importance. N Activité majeure identifiée 1 Sensibilisation, information et vulgarisation Eléments justificatifs - Informer sur la SSA et sur le Codex Alimentarius - Vulgariser les normes existantes - Encourager les entreprises à s engager dans les processus de certification et de normalisation - Méconnaissance des BPH/BPF Recommandations - Trouver une démarche pour impliquer un peu plus le secteur privée qui a par exemple, très peu participé à ce recensement. - Parler du Codex et de la SSA au travers des séminaires et formations organisés au sein de nos administrations. - Avoir une stratégie d information et de communication avec les

5 2 La traçabilité des produits 3 Application des BPH/BPF/BPA 4 l activité des laboratoires 5 Le système d inspection et de certification - Les normes et les règlements ne sont pas toujours accessibles et ne pas appliqués - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Mauvaises préparation du lait infantile dans les domiciles - Disposer de la bonne information sur les aliments de mauvaise ou de bonne qualité - Absence de traçabilité des produits - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - implication médiocre du personnel a l application - Conditions de conservation des produits - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Insuffisances des laboratoires de contrôles - Multiplication des laboratoires de contrôles équipés - Créer des partenariats université/centre de recherche - Système d inspection et de certification très peu outillé, très peu coordonné et très peu efficace. Non appropriation de la certification par les nationaux - Circulation des produits non conformes - Utilisations frauduleuses des additifs. - Mauvaises Indications sur les étiquettes consommateurs sur la SSA. - Mettre en place des systèmes d enregistrement des opérateurs. - Encourager de bonnes habitudes chez le consommateur. - encourager la certification du personnel aux BPH/BPF/BPA de la production à la commercialisation. - Mieux cibler et maitriser la compétence des laboratoires existants. - Viabiliser à long terme l existence de ces laboratoires a travers des projets d équipements et d utilisation des qualifications solides. - Former les inspecteurs aux spécificités de la SSA ; - Mieux outiller l inspecteur agroalimentaire ; - Mieux coordonner l inspection agroalimentaire.

6 3- PCT Amélioration du cadre réglementaire pour la santé animale et les aliments d'origine animale au sein de la Communauté économique et monétaire de l'afrique centrale (CEMAC): nouveau cadre réglementaire visant à faciliter le commerce des animaux vivants et des aliments d'origine animale entre les pays de la CEMAC 4- Activité du FANDC sur les solides dissous totaux (SDT) en Afrique de l'ouest: production de données sur la contamination des aliments au moyen des SDT aux fins de la normalisation Question 2: Renforcement du Codex au niveau national Prière d indiquer: i) Toute action importante que votre pays a entreprise pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace; ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation de consommateurs et d autres parties prenantes. COTE D IVOIRE i) Toute action importante que votre pays a entrepris pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir uneparticipation au Codex plus efficace; Restructuration du bureau national du Codex en cours. ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédésconsultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation deconsommateurs et d autres parties prenantes. Ces questions sont abordées dans la restructuration, toutes les parties prenantes sont invitées à prendre une part active. CAP-VERT - L'ARFA (Agence de Régulation et de Supervision des Produits Pharmaceutiques et Alimentaires), en tant que Point de Contact du Codex (compétence attribuée dans lenouveau statut approuvé par le décret-loi du Conseil des Ministres n º 22/2013 du 31 mai 2013 article 9º, alinéa k), loge le Point Focal du Codex, depuis Dans ce contexte, l Agence (PCC) jusqu au 2012 avait coordonnée et mise en place les actions qui visait la mise en œuvre du bureau pour le Codex (PFC) et la Commission Nationale du Codex Alimentarius (CNCA) crée en 2012 para le Décret-loi du Conseil des Ministres nº19/2012. Le PCC mise sur les actions suivantes: i) Appuyer e promouvoir la mobilisation des ressources financières pour la réalisation des activités du plan d action élaboré annuellement par la CNCA ; ii) Assurer le secrétariat de la CNCA ; iii) Assurer les conditions de travail (bureau, logistique) de façon que le Point Focal du Codex puisse réaliser de façon normale, toutes les activités courantes ; iv) Rechercher d'éventuels partenariats pour l assistance technique nécessaire ; v) Et d autres activés prévues dans le Manuel des procédures de la CNCA Juin 2013 et dans le document CAC /GL Les difficultés rencontrées sont liées aux faibles ressources financières ; nombre très limité de personnel qualifié lié au dossier Codex au sein des services membres de la CNCA; absence de capacités techniques dans plusieurs domaines (experts, et autres professionnelles). - Le Comité National de Codex Alimentarius (CNCA) a été créé par Décret-loi nº19/2012 du 19 juillet Les membres ont été assermentés par le Représentant du Ministre de l Industrie et Commerce, pendant la première réunion de la CNCA, qui s'est tenue en septembre 2012.

7 Les membres sont : - Un représentant du ministère chargé de la santé; - Représentants des ministères chargés de l'eau, de la pêche, de l'agriculture, de l'élevage et d environnement, un pour chaque secteur; - Représentants du ministère chargé de l'industrie, commerce, tourisme et l'inspection économique, un pour chaque secteur; - Un représentant du ministère chargé des douanes; - Un représentant de l'autorité de réglementation des produits alimentaires; - Un représentant de la normalisation du sous-système, appartenant à la qualité au niveau national, avec une expertise dans le secteur alimentaire; - Deux représentants d'organisations représentant des professionnelles du secteur alimentaire; - Deux représentants des associations de protection des consommateurs; - Un représentant de l'association Nationale des Municipalités du Cap-Vert; - Présidents des sous -commissions techniques; - Deux représentants des universités et des établissements d'enseignement supérieur; - Trois représentants d'instituts de recherche (santé, agro - élevage et pêches); - La CNCA se réunit, 2 fois par an, en conformité avec le règlement interne et extraordinairement par initiative de son président ou à la demande de la majorité de ses membres. - Depuis la création du CNCA, Jusqu au présent, 8 sessions du CNCA ont été réalisées. - Autres modes de consultation des acteurs nationaux c est au sein des structures de l articulation et de coordination du Système National du Contrôle des Aliments (SNCA). - Les activités pertinentes du CNCA sont : - Élaboration et approbation de son manuel de procédure (Version 1 - fait et divulgué en 2013), - Élaborer les réponses du pays aux propositions de la Commission du Codex Alimentarius ; - Désigner les délégués pour représenter le pays dans les diverses réunions du Codex et de leurs agences subsidiaires ; - Assister le gouvernement sur les décisions que devront être prises liés au Codex et son mise en œuvre ; - Désigner les sous-commissions techniques en fonction des nécessités pour participation active du pays dans les activités du Codex ; - Approuver son régiment interne ; - Autres activités déterminées par la CNCA et membres du Gouvernement responsables pour la santé et pour de l agriculture. - Des sous-comités techniques suivants sont créés pour travailler jusqu au CCFICS (Agriculture et Elevage, Pêche, ARFA, Commerce et Industrie, Chambre de Commerce) ; - CCFH (ARFA, Santé, Inspection Générale (IGAE), Agriculture et Elevage, Commerce et Industrie) ; - CCFFP (Pêche, ARFA, Chambre de Commerce, Commerce et Industrie) - CCCF (ARFA, Santé, Environnement, Agriculture, Pêche, Universités) ; - CCDVDF (Elevage, Santé, Universités, IGAE, ARFA) ; - CCPR (Agriculture, Santé, ARFA, Environnement, Commerce) - Les obstacles existants sont liés à l insuffisance de fonds pour la mise en œuvre du plan d'action annuel et d'assurer la participation des délégués aux réunions du Codex. Le manque d'expérience et des capacités techniques des membres de la CNCA sont également considérés comme obstacles à surmonter dans un avenir proche.

8 CONGO Dans le cadre du renforcement des actions du Codex Alimentarius, le Point de contact national du Codex Alimentarius la République du Congo a organisé en 2014 : des réunions d élaboration du décret texte portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité national du Codex Alimentarius où toutes les parties prenantes y ont pris part active ; la participation du pays aux différentes réunions internationales du Codex Alimentarius ; des réunions d information et de diffusion des recommandations de certaines réunions internationale. ANGOLA i)toute action importante que votre pays a entrepris pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace; Reponse: 1. On a preparer las participations des delegues aux reinions de codex internacional 2. On a visite tous des usines de traitement de làu au nivau national e donner des orientations ou nivau de normes de láu adopter par Angola 3.Preparation des metodes des analises de tous les laboratoires de analise de `l'au pour tous les tecniciens du codex lieu au analise microbiologique et quimie. ii)toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation consommateurs et d autres parties prenantes. Repons: Des formatios et des reunions ou nivaux du chefes des laboratoires e tecniciens lieu au teme des alimentes e ambience. CAMEROUN i) Toute action importante que votre pays a entreprise pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace ; 1- Programme EDES (European Union-ACP-Development of SPS Systèm.) Le programme EDES («European Union-ACP-Development of SPS System»), pour le renforcement de la sécurité sanitaire des aliments dans les pays Afrique-Caraibes-Pacifique (ACP). Il a comme objectifs, d une part de rassurer les autorités européennes sur la qualité des contrôles Phytosanitaires (SPS) des produits dans les pays d origines, et d autre part d aider au renforcement des politiques nationales ou régionales de sécurité sanitaire des aliments (SSA). Les activités dudit programme ont permis d obtenir des améliorations à travers : Elaboration du Guide du Système d autocontrôle (GSAC) pour la filière café ; L initiation des activités pour la mise en place du Dispositif d évaluation des risques alimentaires ; Les principales difficultés rencontrées ont été : Difficultés à coordonner les agendas des différents ministères impliqués ; Faible implication de certaines administrations ; Modalités de déploiement du programme (signature de protocoles d entente avec les principaux bénéficiaires) ; Difficultés à obtenir les financements locaux ou de contrepartie.

9 2- Projet «Programme de Coopération Technique» (PCT) d appui au renforcement des capacités des Comité Nationaux du Codex Alimentarius Le Programme de Coopération Technique est un projet piloté par la FAO et destinée à l intérieur des pays aux comités nationaux et/ou les points de contacts codex des pays. Initié pour les pays de la région Afrique Centrale, seuls trois en sont bénéficiaires au stade actuel : Le Cameroun, Le Gabon, La République Centrafricaine. Ce projet devait combler la faible implication actuelle des pays de la sous-région aux travaux du Codex Alimentarius et, la non application des normes codex dans les législations et les réglementations nationales. Les activités dudit programme ont permis d obtenir des améliorations à travers : l atelier de formation sur les accords de l OMC sur les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et sur les obstacles techniques au commerce (OTC), l atelier de sensibilisation des décideurs politiques sur le rôle et l importance du Codex Alimentarius dans la sécurité sanitaire et le commerce des denrées alimentaires ; l évaluation et l amélioration des outils de gestion du CNC et du PCC; Les activité liées à la participation des organisations de défense des consommateurs reste restent très faible. ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation de consommateurs et d autres parties prenantes. 1- Participation du Cameroun aux travaux internationaux du Codex Alimentarius La participation du Cameroun a connu des progrès remarquables. La préparation des travaux du Codex Alimentarius s est également beaucoup améliorée avec la mise en œuvre de certaines procédures de suivi des activités. A chaque début d année, l on adopte la liste des réunions du Codex qui intéressent particulièrement notre pays. Le Point de contact se focalise spécialement sur ces travaux et prépare régulièrement les thèmes mis en débats selon les agendas proposés. Pour chaque comité technique du Codex, des rencontres sont organisées entre le secteur public (ministères) le secteur privé (entreprises) et la société civile à travers des rencontre des groupes techniques de travail (GTT). Les résultats de ces concertations sont consignés dans les documents de la position nationale. En 2013, la participation du Cameroun aux travaux internationaux du Codex s'est déroulée ainsi: Les problèmes généraux pour le suivi des activités de la CAC restent : - Le respect du processus d élaboration des positions nationales et la production des documents requis ; - Le respect des délais nationaux et internationaux de réaction aux différentes sollicitations des secrétariats national et international ; - L absence de restitution des travaux internationaux, d exploitation des recommandations et de mise en œuvre de quelques orientations favorable au système de SSA. - L absence de restitution après la participation des délégations aux sessions internationales. - Le fonctionnement des GTT est, pour l instant irrégulier et rendu difficile car l expertise n est pas toujours avérée. La collecte des données scientifiques et des informations avérées est très difficile. - Le Comité a souvent des difficultés a se réunir : en moyenne deux rencontre par ans au lieu des quatre prévues dû à l insuffisance des ressources financières.. 2-Etablissement des priorités pour le Codex Alimentarius et la SSA: L objectif premier de ce recensement a été de définir les priorités pour l action du comité national sur trois ans, en ce qui concerne la participation aux Comités Techniques de la Commission du Codex Alimentarius et le suivi des activités de coopération. Il s agissait également de faire connaître le Codex Alimentarius; faire connaître l importance et l impact d un bon système de SSA ; et faire connaître le CNC. Le principal résultat attendu ici est la détermination par le comité des activités

10 prioritaires avec une large vision de ce que les acteurs de l agro alimentaire attendent, autant pour le suivi des activités de la commission du Codex Alimentarius, que pour le renforcement du système de sécurité sanitaire des aliments au Cameroun. Tableau 2 : Comités prioritaires à suivre pour le Cameroun Comité prioritaires sur l'hygiène alimentaire sur les systèmes d'inspection et de certification des importations et des exportations alimentaires sur les méthodes d'analyse et d'échantillonnage Eléments justificatifs - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - implication médiocre du personnel a l application - Conditions de conservation des produits - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Système d inspection et de certification très peu outillé, très peu coordonné et très peu efficace. Non appropriation de la certification par les nationaux - Circulation des produits non conformes - Utilisations frauduleuses des additifs. - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Insuffisances des laboratoires de contrôles - Multiplication des laboratoires de contrôles équipés - Créer des partenariats université/centre de recherche sur l étiquetage des denrées alimentaires sur les additifs alimentaires sur les résidus de pesticides sur les résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments sur les contaminants dans les aliments - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Absence de traçabilité des produits - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des produits vétérinaires - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires

11 9 sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime - Mauvaises préparation du lait infantile dans les domiciles - Disposer de la bonne information sur les aliments de mauvaise ou de bonne qualité Tableau 3 : Proposition pour des travaux en sous-comités au sein du CNC. Sous-Comités sur les végétaux Sous-Comités sur les animaux Sous-Comités transversaux sur l alimentation Sous-Comités transversaux sur l hygiène alimentaire Sous-Comités transversaux décisionnels sur les Résidus de Pesticides sur les résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments sur les graisses et les huiles sur l'hygiène alimentaire Comité FAO/OMS de Coordination pour l'afrique sur les épices et les herbes culinaires sur les poissons et les produits de la pêche sur les additifs alimentaires sur l étiquetage des denrées alimentaires Comité exécutif de la Commission du Codex Alimentarius sur les fruits et légumes traités Groupe Spécial Intergouvernemental sur l Alimentation Animale sur les contaminants dans les aliments sur les méthodes d'analyse et d'échantillonnage Commission du Codex Alimentarius sur les fruits et légumes frais sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime sur les systèmes d'inspection et de certification des importations et des exportations alimentaires Comite du Codex sur les Principes Généraux. sur les sucres Question 3: Les priorités et les intérêts nationaux des normes du Codex Prière d indiquer: i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d une grande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; ii) Quels sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; et iii) Utilisation et pertinence des normes du Codex, au niveau national. Côte d ivoire i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d unegrande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; pour l agroalimentaire : stratégies de reformes de la filière agricole, comités miroirs ISO TC 34 pour la RCI ; normes spécification produits (noix et amande de cajou, cacao, café, fruits et légumes, huiles et

12 corps gras, produits de la pèche, nutrition, etc), normes d échantillonnage, normes d essai (entreposage, transport, conditionnement et étiquetage ) ; ii) Quelles sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; et : tous secteurs (lancement du processus recensement des besoins en normes) ; iii) Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national. : Jadis faible adoption nationale des normes ; pertinence des normes codex pour le programme d activités , Promotion des normes codex comme base pour l élaboration de textes réglementaires nationaux pour le contrôle interne et externe ;.base de la normalisation communautaire ; CAP-VERT - Le Cap-Vert en tant que pays que dépend de l importation alimentaire pour couvrir ses besoins alimentaires (céréale : ~90% ; haricot : ~40% ; fruits : ~20% ; légumes : ~4%), s intéresse toujours en grand partie aux normes et textes apparentés spécifiques élaborés par le Codex, y compris les normes que le CCAFRCIA vient de proposer pour l élaboration. - Les normes et textes apparentés plus importants au moment actuels pour le pays sont : les nomes et textes apparentés du CCFH (hygiène e bonne pratique) ; du CCFICS (inspection, importation/exportation) ; du CCFFP (poisson) ; du CCCF (contaminants); du CCRVDF (médicaments vétérinaires) ; du CCPR (pesticides) et du CCFFV (fruits et végétales). - Le pays, normalement utilise les normes codex pour l élaboration de lalégislation et des règlements nationaux. - Les secteurs prioritaires actuels dont il y a besoin d élaboration de normes nationales sont : les secteurs horticoles et fruitiers (pour favoriser les échanges commerciaux interne); le secteur artisanal e traditionnel de la transformation et conservation des produits (Il s avère important de doter le pays de quelques normes spécifiques pour quelques produits transformés, typiques du pays, tel que : les boissons fabriqué à base de Cane-à-sucre ; le fromage frais du lait de chèvre ; la saucisse traditionnelle du pays ; quelques confitures typiques nationales). CONGO 1- Normes et textes apparentés spécifiques existants - Norme congolaise de la farine de blé fortifiée en fer codifiée NGCO et homologuée par arrêté n /MDIPSP/MSP/MCA du 06 août 2013 ; - Décret du 17 novembre 2004 fixant les conditions d importation et de commercialisation du sel iodé en République du Congo. 2- Normes en cours d élaboration Le centre de normalisation a initié sur la base des normes Codex, l élaboration des normes suivantes : - la norme pour les laits fermentés ; - la norme pour les eaux minérales ; - la norme pour la fortification de la farine de manioc ; - la norme pour l huile de palme ; - la norme pour l huile d arachide ; - la norme pour la viande et les produits de pêche ; - la norme générale pour l étiquetage des denrées alimentaires préemballées ; - la norme pour la qualité des eaux de surface continentale ; - la norme pour les jus de fruits et de légumes ; - la norme pour les mangues-entreposage réfrigéré ; - la norme pour les produits dérivés de l amidon ; - la norme pour le sel iodé ; - la norme pour le gingembre ; - la norme pour le miel ;

13 - la norme pour la farine de maïs ; - la norme pour la margarine ; - la norme pour les pommes de terre frites surgelées ; - la norme pour les petits pois surgelés. 3- Secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration des normes nationales les viandes et produits carnés ; les poissons, et produits halieutiques ; les produits à base de maniocs ; les fruits et légumes ; l huile de palme ; les jus de fruits et de légumes, 4- Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national Le centre de normalisation utilise les normes du Codex pour combler le gap des normes alimentaires nationales. Pour protéger la santé des consommateurs, la République du Congo va entamer le vaste chantier d homologation des normes du Codex en normes nationales dans tous les domaines prioritaire. ANGOLA i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d une grande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; Réponse: La adoptions de tous normes internacionaux avec la priorités des produts plus utilizer par la population. ii) Quelles sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; Santé, Comerce, Industrie et Agriculture iii) Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national. Ou pays on vivre le plus parts de produits importés.cenecessaire avoir en controle de la qualité de produit que viem de arrivé ou pays.

14 DIFFICULTES DES PAYS AFRICAINS OBSERVATIONS SUR LES REPONSES DES PAYS Les réponses des différents pays à ce questionnaire ont été analysées. Il De cette analyse, il ressort les difficultés suivantes : 1) Absence de structure de coordination de la sécurité sanitaire des aliments au niveau national et absence de synergie entre les administrations concernées ; 2) Manque de financement des activités de sécurité sanitaires des aliments. 3) Le personnel en charge ducontrôle des aliments non formé ; 4) Incompétence des laboratoires en charge du contrôle des aliments et de la qualité à pouvoir rechercher certains paramètres physicochimiques, microbiologiques et biochimiques sur des aliments ; 5) Absence des normes régionales pour les denrées produites localement ; 6) Absence d un système efficace de contrôle alimentaire ; 7) Insuffisance des fonds pour la participation aux réunions du Codex ; 8) Absence / insuffisance des lois et règlements en matière sécurité sanitaire des aliments ; 9) Manque de volonté politique des hautes autorités en matière de sécurité sanitaire des aliments ; 10) Manque d efficacité dans le fonctionnement des Comités nationaux du Codex ; 11) Faible implication de certains acteurs de la chaine alimentaires dans les travaux du comité national du Codex. PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE A CES DIFFICULTES 1) Mise en place d une structure de coordination des activités de sécurité sanitaire des aliments ; 2) Financement des activités de sécurité sanitaires des aliments ; 3) Renforcement des capacités du personnel en charge des contrôles alimentaires 4) Renforcement des capacités analytiques des laboratoires (personnel, infrastructure, etc.) ; 5) Elaboration des normes régionales pour certaines denrées produites localement ; 6) Mise en place d un système efficace de contrôle alimentaire ; 7) Mise à disposition des fonds pour la participation aux réunions du Codex ; 8) Elaboration des lois et règlements en matière sécurité sanitaire des aliments ; 9) Sensibilisation des hautes autorités du pays sur l importance de la sécurité sanitaire des aliments ; 10) Besoin des appuis techniques et financiers des organisations internationales pour le bon fonctionnement des comités nationaux du Codex ; 11) Implication de tous les acteurs de la chaine alimentaire dans les travaux du comité national du Codex.

RAPPORT FINAL REVISE

RAPPORT FINAL REVISE Appui à la CEMAC en vue de la Préparation des Négociations des APE entre les ACP et l UE. Projet # 095 CEMAC #1 Appui à la CEMAC en vue de la préparation des négociations des APE entre les ACP et l UE

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

«Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire»

«Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire» TCP/CVI/3203 D PROGRAMME DE COOPERATION TECHNIQUE «Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire» Compte rendu final du projet Préparé pour le Gouvernement du CABO VERDE Par L Organisation

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PERSPECTIVES

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PERSPECTIVES SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN TUNISIE, ETATS DES LIEUX ET PERSPECTIVES Mr. Mohamed Chokri REJEB DG CTAA Le 25 septembre 2010 Yasmine Hammamet Plan Sécurité des aliments dans la politique nationale

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS:

GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS: ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS: DIRECTIVES POUR LE RENFORCEMENT DES SYSTÈMES

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Programme financé par l Union européenne Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie UN SECTEUR FORTEMENT TYPE Mouvement de privatisation de l économie

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN REGLEMENTATIONS INTERNATIONALES L Organisation Mondiale du Commerce La Convention Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) et Union Européenne (UE) Regroupements

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca

CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca CHRISTINE BOUDREAU Téléphone: (514) 990-7582 Courriel: cb@cbmc-inc.ca Site web : www.cbmc-inc.ca Christine Boudreau, Microbiologiste Consultante inc. Consultation dans le domaine alimentaire Formation

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES Mai 2005 CAC/28 INF /2 F PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS Vingt-huitième session, Siège de la FAO, Rome (Italie), 4 9 juillet 2005 COMMUNICATION DE L

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT DES MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA)

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT DES MEMBRES DU COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA) REPUBLIQUE DU BENIN FRATERNITE JUSTICE TRAVAIL MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DU MINISTERE AGENCE BENINOISE DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS (ABSSA) 01 BP

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE

ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE ANNEXE N 1 ADMINISTRATIONS ET SERVICES INTERVENANT DANS LE CONTROLE ALIMENTAIRE Départements Ministère chargé de l'agriculture Ministère chargé du commerce et de l'industrie Ministère d'etat à l'intérieur

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS. Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS. Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010 F ALINORM 10/33/33 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010 RAPPORT DE LA VINGT-SIXIÈME SESSION DU

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Organisation institutionnelle du contrôle de la qualité sanitaire des denrées alimentaires à Madagascar

Organisation institutionnelle du contrôle de la qualité sanitaire des denrées alimentaires à Madagascar Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel Bureau de Représentation pour l Océan Indien à Antananarivo (Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles) Organisation institutionnelle du contrôle

Plus en détail

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte REPUBLIQUE DU BENIN Cotonou, le 1 i MAI 2009 MINISTERE DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ET INSTITUTIONNELLE DIRECTION DES PROGRAMMES DE REFORME ADMINISTRATIVE Le Directeur des Programmes de Réforme Administrative

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

Chine - Rapport Veille Médiatique

Chine - Rapport Veille Médiatique Chine - Rapport Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE Semaine 44 (3 7 Novembre 2014) Mot clé : Sécurité sanitaire alimentaire Safety News 21 Octobre 2014

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ----------

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- Ministère de l Economie Maritime ------------- Direction des Industries de Transformation de la Pêche MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- ACTIONS ENTREPRISES OU A ENTREPRENDRE

Plus en détail

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA Adresse Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA naissance ALGER Civilité (M., Mme, Fax Mlle) Code postal et ville 16000 ALGER E-mail nadiaatroun@hotmail.com Pays ALGERIE Expériences professionnelles

Plus en détail

SECTION 2 DÉFINITIONS

SECTION 2 DÉFINITIONS DIRECTIVES SUR LA CONCEPTION, L APPLICATION, L ÉVALUATION ET L HOMOLOGATION DE SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 OBJECTIFS CAC/GL 26-1997

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION 199 Annexe XXIII Original : anglais Novembre 2002 RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION Paris, 18-20

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

pour les consommateurs

pour les consommateurs Le Codex Alimentarius De quoi s agit-il? 1 pour les consommateurs Démystification des différents Comités du Codex 2 La Participation au travail du Codex Alimentarius : Une approche progressive 3 1 Annexes

Plus en détail

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues, v040708 Intervention de Jean Marc BOURNIGAL Directeur Général de l Alimentation Séminaire sur la modernisation de l inspection sanitaire en abattoir Lyon 7-11 juillet 2008 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MANAGEMENT DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Principes généraux du HACCP 0,7 UEC Mise en œuvre des programmes préalables au système HACCP 1.4 UEC 5 novembre 2014 9 février 2015 22 avril 2015 5SA1402 5SH1501 5SH1502

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Programme financé par l Union européenne Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Les appuis du Programme DIVECO visant à diversifier l économie algérienne

Plus en détail

H - DOMAINES SPECIFIQUES

H - DOMAINES SPECIFIQUES Sécurité sanitaire des aliments Contexte réglementaire des aliments santé 126 353 4 janvier-12 ENITA BORDEAUX Données actuelles en nutrition humaine 126 354 3 janvier-12 ENITA BORDEAUX Comportement alimentaire

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES

NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES 1 L Étiquetage des Denrées Alimentaires Préemballées (CODEX STAN 1-1985) NORME GÉNÉRALE POUR L ÉTIQUETAGE DES DENRÉES ALIMENTAIRES PRÉEMBALLÉES CODEX STAN 1-1985 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme

Plus en détail

Appui export. Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013. FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer

Appui export. Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013. FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer MINISTERE DE L ALIMENTATION DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE Appui export Conseil Spécialisé Filières Laitières 10/12/2013

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

12.8. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Détection précoce. et intervention d urgence (RASFF)

12.8. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Détection précoce. et intervention d urgence (RASFF) Cahier technique theme 12 Contrôles Officiels 8 Détection précoce et intervention d urgence (RASFF) 12.8 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region

1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region Université Mentouri Constantine 1st International Workshop on Harmonization of GMO Detection and Analysis in the Middle East and North Africa (MENA) Region Dead Sea, Jordan, 4-5 June 2012. 1 Les OGMen

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité

Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité Master professionnel aliments, microbiologie, assurance qualité OBJEIFS Parcours Microbiologie appliquée à l agro-alimentaire et l agro-environnement La spécialité a pour but de former des cadres de haut

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire de renforcement des capacités «gestion des

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction : DGA Sous-direction : GESPER Bureau des mobilités et statuts d'emplois Adresse : 78, rue de Varenne 75349 PARIS

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER DDCSPP de l ALLIER La restauration collective: Rappels réglementaires et étude de cas en ateliers pédagogiques Intervenant: Jean Louis SERVANT LA DDCSPP Cette direction a en charge deux missions principales

Plus en détail

Further excellence. transparence

Further excellence. transparence sécurité qualité intégrité SÉCURITÉ Further excellence loyauté efficacité durabilité transparence LIVREZ DES PRODUITS PARMI LES MEILLEURS DE LEUR CATÉGORIE SOLUTIONS D AUDIT, DE CERTIFICATION ET DE FORMATION

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage Centre Régional d Innovation et de Transferts de Technologies RESEAU TECHNIQUE TPE DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES DE LA REGION PROVENCE- ALPES-CÔTE D AZUR Guide pratique : Réglementations hygiène et étiquetage

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

Normes internationales et «normes privées»

Normes internationales et «normes privées» Normes internationales et «normes privées» L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Les 159 * membres qui la composent sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DEPARTEMENTALE INTERMINISTERIELLE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Siège : 22, Rue Borde - 13285 MARSEILLE CEDEX 08 Publipostage MARSEILLE, 03.04.2013 Téléphone :

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015

Cintech 360. Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Cintech 360 Présenté par Guillaume Boisvert Dans le cadre de la Semaine horticole 2015 Centre collégial de transfert technologique Cégep de Saint-Hyacinthe Mission: Accroître l innovation et à la compétitivité

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000

INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000 INTERPRETATION DE LA NORME DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA SECURITE DES DENREES ALIMENTAIRES FSSC 22000 UN LIVRE BLANC SUR LES ENJEUX, EFFETS ET PERSPECTIVES DE FSSC 22000 FÉVRIER 2009

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Le BTS Sciences et Technologies des Aliments (STA)

Le BTS Sciences et Technologies des Aliments (STA) BTS Le BTS Sciences et Technologies s Aliments (STA) Qu est ce que l agroalimentaire? Définition: L'agroalimentaire désigne l'ensemble s activités transformation s produits l'agriculture stinés à l'alimentation

Plus en détail

Guide d'utilisation des certificats officiels pour l'exportation de denrées alimentaires

Guide d'utilisation des certificats officiels pour l'exportation de denrées alimentaires Verband der KantonschemikerInnen der Schweiz Association des chimistes cantonaux de Suisse Associazione dei chimici cantonali svizzeri Eidgenössisches Departement des Innern EDI Bundesamt für Gesundheit

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITE DU CODEX SUR LES PRINCIPES GENERAUX Dix-neuvième session (extraordinaire) Paris, France, 17 21 novembre

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire

Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire Loi américaine de modernisation de la sécurité alimentaire Résumé et Impact sur les Importateurs et Exportateurs Août 2012 Le présent article contient des mises à jours importantes concernant la Loi américaine

Plus en détail

Les conséquences de l application des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) pour les pays ACP

Les conséquences de l application des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) pour les pays ACP Les conséquences de l application des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) pour les pays ACP Étude commandée par le CTA Mai 2003 Ce rapport a été préparé par Cerrex Ltd, Royaume-Uni Le présent document

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012 Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC La DDPP en quelques chiffres 99 agents 74 inspecteurs ou enquêteurs 7234 inspections réalisées 980

Plus en détail

Demande de Soumission - Transformateur

Demande de Soumission - Transformateur Demande de Soumission - Transformateur Nom de l entreprise : Prénom : Nom : Titre : Adresse : Ville : Code postal : Région : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Web : Domaine d activités : *** possibilité

Plus en détail