CX/AFRICA CRD 4 Élaboration d autres règlements et législations : Amélioration du Système de Contrôle Services d hygiène

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CX/AFRICA CRD 4 Élaboration d autres règlements et législations : Amélioration du Système de Contrôle Services d hygiène"

Transcription

1 Agenda Item 5 CX/AFRICA CRD 4 JOINT FAO/WHO FOOD STANDARDS PROGRAMME FAO/WHO COORDINATING COMMITTEE FOR AFRICA Twenty-first Session Yaoundé, Cameroon, January 2015 COMMENTAIRES ET INFORMATIONS SUR LES SYSTÈMES NATIONAUX DE CONTRÔLE DES ALIMENTS, LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS À L ÉLABORATION DES NORMES ALIMENTAIRES ET L UTILISATION DES NORMES CODEX AU NIVEAU NATIONAL (RÉPONSES AUX CL 2014/29-AFRICA) (Réponse de Angola, Cameroun,Cap-Vert, Congo, Cote d Ivoire) Question 1: Renforcement des systèmes de contrôle alimentaire nationaux Indiquer toute action importante entreprise dans votre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire. Celles-ci peuvent comprendre des actions relatives aux/à: réglementations et législations alimentaires nationales, la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; les services d hygiène; les infrastructures et les activités de laboratoire; la diffusion d informations; la formation. Indiquer également les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. COTE D IVOIRE Les actions importantes entreprises dans notre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire sont relatives aux/à: réglementations et législations alimentaires nationales : cadre de la nouvelle loi sur la normalisation la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, Contrôle des produits alimentaires aux postes frontières les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; participation des acteurs et parties intéressées (administrations, laboratoires, organismes de contrôle, de recherche, consommateurs, etc) aux processus d élaboration des normes (27 comités techniques de normalisation) les services d hygiène; Existence d un laboratoire national d hygiène public les infrastructures et les activités de laboratoire; certification produits avec délivrance d attestation de conformité sur base de vérification des résultats de laboratoires sélectionnés la diffusion d informations; la formation. Indiquer : veille normative pour les entreprises ; accompagnement au management qualité des entreprises, audits de SM également les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. : harmonisation des normes nationales avec les normes communautaires CAP-VERT Révision des législations existantes : La législation cadre sur le contrôle alimentaire (D.L nº 3/2009 : Principes généraux pour le contrôle de la sécurité et de la qualité des denrées alimentaires; D.L. nº 24/ Étiquetage des denrées alimentaires et le D.L nº25/2009 Normes générales d hygiène alimentaire) publié en 2009, sont en phase de révision, avec le but de corriger les insuffisances et les accorder selonle nouveau contexte national e international. Également le D. L. nº32/2010 sur le Système National de Contrôle des Aliments (SNCA) est en phase de révision et

2 adéquation d avecla réalité nationale, en tenant compte des expériences des autres pays sur le système de contrôle alimentaire. - Élaboration d autres règlements et législations : Considérant les besoins identifiés pour l amélioration du système de gestion du contrôle alimentaire et d inspection alimentaire, avec le but d améliorer l hygiène dans la chaine alimentaire et créer des conditions nécessaires (réglementaire et techniques) pour intensifier les activités du contrôle officiel, des démarches sont en cours pour l élaboration de la législation et des règlements spécifiques (critères microbiologiques, réglementations spécifiques pour quelques produits). - Encore, des activités sont en cours pour la mise en place d un système d approbation sanitaire et de registre des établissements et opérateurs économiques du secteur alimentaire (transformation et conservation alimentaire, entreposage, transport, importation, exportation et commercialisation des denrées alimentaires, restauration, etc.), avec l appui des consultants nationaux et internationaux. - D autre part, les organes du Système National de Contrôle des Aliments (SNCA), ont retenu une liste composée par 37 matières techniques dans la chaine alimentaire du pays, qui ont besoins des résolutions législative et règlementaire. Chaque année les services liés au SNCA élaborent de propositions des règlements ou législations en fonction des disponibilités des ressources et de l appui des organisations internationales. - Amélioration du Système de Contrôle : En raison de plusieurs insuffisances identifiés par les organes du système national de contrôle de aliments, il est un cours, avec l appui d une équipe de consultants nationaux, la révision du D. L. nº32/2010 sur le Système National de Contrôle de Aliments (SNCA), visant adapter cette loi à la réalité nationale, toujours en s inspirant des expériences des autres pays sur le système de contrôle alimentaire. - Services d hygiène : Des efforts ont été entreprisaux seins des organes du SNCA et au niveau de plusieurs autorités compétentes du pays, pour améliorer la coordination et l articulation des services de contrôle et pour une programmation plus coordonnée des actions d inspection et aussi pour l harmonisation des procédures officiels d inspection et contrôle. Des efforts ont été aussi entaméspour la création et amélioration des services locales d inspection sur les conditions d hygiène alimentaire. De même, dans ces dernières années, les actions d inspection auprès des opérateurs économiques pour vérifier la mise en place des bonnes pratiques d hygiène ont été intensifiées au niveau national. Également plusieurs sessions de formations sont réalisées avec la participation des techniciens liées aux activités de contrôle alimentaire et aussi avec la participation des opérateurs économiques, sur les bonnes pratiques d hygiène, le HACCP, etc. Dans ce contexte le pays a besoin des appuis techniques et financiers des organisations internationales et aussi d autres pays plus avancés dans ces questions. - Les questions prioritaires pour la SSA : la mise en place d un système de contrôle alimentaire efficace ; l amélioration de la législation et des règlements alimentaires ; l harmonisation des procédures de contrôle officiel permettant développer des actions de contrôle de façon efficace, coordonné, au sein de toutes les autorités compétentes liées au contrôle alimentaire ; développer un système de formation et capacitation permanent des professionnels du contrôle alimentaire, ainsi que des opérateurs économiques, sur le contrôle alimentaire, analyses et gestion des risques, l hygiène alimentaire, et d autre sujets. CONGO Pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire la République du Congo a engagé les actions suivantes entre janvier et décembre 2014 : 1. Réglementation et législation alimentaires nationales - Décret du 24 mai 2012 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la commission nationale de fortification des aliments (CNFA) ; - Note de service N 242/MDIPSP/CAB du 10 février 2014 mettant en place le comité de pilotage de la CNFA ; - Mise en place d un comité technique multisectoriel chargé d élaborer/relire les projets de textes relatifs à la réglementation et la législation alimentaires nationales ; - Elaboration du projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité National du Codex Alimentarius, par le groupe ;

3 - Relecture par le comité technique multisectoriel et adoption en conseil des ministres le 29 décembre 2014, du projet de loi réglementant le système national de normalisation et de gestion de la qualité ainsi que le projet de loi portant création de l agence congolaise de normalisation et de la qualité. 2. Gestion du contrôle alimentaire - Vulgarisation de l arrêté n 11236/MDIPSP/MSP/MCA du 06 août 2013 portant homologation de la norme de la farine de blé fortifiée en fer ; - Poursuite de la sensibilisation des industriels et de la société civile sur la normalisation ; - Restructuration du ministère de la santé et de la population ayant conduit à la transformation de l ancien service de l alimentation et de la nutrition au nouveau service de l hygiène alimentaire ; - Elaboration et adoption d un plan cadre des Nations Unies pour l aide au développement (UNDAF ), assorti d un plan de travail 2014 conjoint des Agences du Système des Nations Unies avec le Gouvernement pour le groupe de résultats sécurité alimentaire et nutritionnelle ; - Début des travaux de réhabilitation du bâtiment abritant le laboratoire de bromatologie à Brazzaville et commande de quelques équipements par le ministère de la santé ; - Poursuite des travaux de construction d un laboratoire de contrôle de la qualité des produits alimentaires à Pointe-Noire par le ministère du commerce avec l appui de l Inde ; - Recrutement et formation en Inde des jeunes cadres chargés d animer le laboratoire de contrôle de la qualité des produits alimentaires en chantier ; - Aménagement d un local devant abriter le laboratoire de métrologie de masse dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation de deux formateurs à Libreville au Gabon surla métrologie des masses et des instruments de pesage à fonctionnement non automatique dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d une vingtaine de techniciens des secteurs public et privé à Brazzaville sur la métrologie des masses et des instruments de pesage à fonctionnement non automatique (IPFNA) en zone CEMAC dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d une vingtaine de techniciens des secteurs public et privé à Brazzaville sur le guide pour l amélioration des pratiques de mesurage dans le cadre du Projet infrastructure qualité- CEMAC ; - Formation d un délégué à Grand Bassam en Côte d Ivoire sur le Codex Alimentarius pour une participation plus efficace des pays aux activités internationales de normalisation de la commission du Codex Alimentarius: analyse des risques dans le cadre du Codex, Mieux participer aux activités du Codex et comprendre le codex avec l appui du fonds fiduciaires pour le Codex Alimentarius. 3. Questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments au niveau national et régional Adoption par le parlement et promulgation du projet de loi réglementant le système national de normalisation et de gestion de la qualité ainsi que le projet de loi portant création de l agence congolaise de normalisation et de la qualité ; Harmonisation de la législation sur la protection phytosanitaire en Afrique central conformément aux principes directeurs du droit international sur la protection des végétaux inscrits dans la convention internationale sur la protection des végétaux (CIPV) et l Accord SPS, par l adoption et la promulgation de la loi portant révision des dispositions de la loi n du 26 novembre 1952 relative à l organisation de la protection des végétaux dans les territoires relevant du ministère de la France d Outre-mer et son principal décret d application ; Révision et/ou adoption de la législation et de la réglementation alimentaires à l exemple des lois sur la protection des consommateurs, l alimentation etc et des règlements relatifs à la métrologie légale, l hygiène, la qualité des aliments, la salubrité des grands marchés domaniaux et l innocuité des aliments ; Mise en place par décret présidentiel de l agence congolaise de normalisation et de la qualité ; Mise en place par décret présidentiel du comité national du Codex Alimentarius ainsi que du comité national sur les mesures sanitaires et phytosanitaire ;

4 Mise en place laboratoire de métrologie de masse ; Renforcement des capacités techniques, matérielles et financières. ANGOLA 1. Au Nivau national, il y a une interaction des ministères que son lieu au codex alimentaire. Nous a fait cette anne une seminaire sur le temesurence alimentaire, on a trater tout la matiére de controle de qualite, laboratoire e sisteme HCCP.. Avec une preparation de 3 semaines, sur la cordonence du ministere de la sante, avec la participation de agriculture, comerce, pesche et industrie. 2.On a organizer une agence regulateur de produits alimentaires e des farmacies 3. On a amelhore le laboratoire du comercepor faire tous les analises chimies microbiologies et toxicologiques et ou nivau de controle de calité. 4.On a renforcer le sisteme de alerte general avec la participation toujours economiepoliciel 5. Le ministere de la sante a organize une formation multi sectoriel por la epidemiologies (maladies que son vennans de aliments) e seguiritealimenteire ou nivau de tous les ministéres CAMEROUN - Indiquer toute action importante entreprise dans votre pays pour améliorer les systèmes nationaux de contrôle alimentaire. Celles-ci peuvent comprendre des actions relatives aux/à: réglementations et Flégislations alimentaires nationales, la gestion du contrôle alimentaire telle que les structures de l administration de l alimentation, les initiatives visant à améliorer la coopération multisectorielle; les services d hygiène; les infrastructures et les activités de laboratoire; la diffusion d informations ; la formation. 1- Elaboration du projet de loi cadre pour la Sécurité sanitaire des aliments ; Le projet de document de loi a été totalement rédigé et est en cours d examen par les hautes autorités gouvernementales pour amendement. - Indiquer les questions prioritaires relatives à la sécurité sanitaire des aliments, au niveau national et régional. 2- Etablissement des priorités pour le Codex Alimentarius et la SSA: L objectif premier de ce recensement a été de définir les priorités pour l action du comité national sur trois ans, en ce qui concerne la participation aux Comités Techniques de la Commission du Codex Alimentarius et le suivi des activités de coopération. Il s agissait également de faire connaître le Codex Alimentarius; faire connaître l importance et l impact d un bon système de SSA ; et faire connaître le CNC. Le principal résultat attendu ici est la détermination par le comité des activités prioritaires avec une large vision de ce que les acteurs de l agro alimentaire attendent, autant pour le suivi des activités de la commission du Codex Alimentarius, que pour le renforcement du système de sécurité sanitaire des aliments au Cameroun. Tableau 1 : Activités majeures de SSA par ordre d importance. N Activité majeure identifiée 1 Sensibilisation, information et vulgarisation Eléments justificatifs - Informer sur la SSA et sur le Codex Alimentarius - Vulgariser les normes existantes - Encourager les entreprises à s engager dans les processus de certification et de normalisation - Méconnaissance des BPH/BPF Recommandations - Trouver une démarche pour impliquer un peu plus le secteur privée qui a par exemple, très peu participé à ce recensement. - Parler du Codex et de la SSA au travers des séminaires et formations organisés au sein de nos administrations. - Avoir une stratégie d information et de communication avec les

5 2 La traçabilité des produits 3 Application des BPH/BPF/BPA 4 l activité des laboratoires 5 Le système d inspection et de certification - Les normes et les règlements ne sont pas toujours accessibles et ne pas appliqués - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Mauvaises préparation du lait infantile dans les domiciles - Disposer de la bonne information sur les aliments de mauvaise ou de bonne qualité - Absence de traçabilité des produits - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - implication médiocre du personnel a l application - Conditions de conservation des produits - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Insuffisances des laboratoires de contrôles - Multiplication des laboratoires de contrôles équipés - Créer des partenariats université/centre de recherche - Système d inspection et de certification très peu outillé, très peu coordonné et très peu efficace. Non appropriation de la certification par les nationaux - Circulation des produits non conformes - Utilisations frauduleuses des additifs. - Mauvaises Indications sur les étiquettes consommateurs sur la SSA. - Mettre en place des systèmes d enregistrement des opérateurs. - Encourager de bonnes habitudes chez le consommateur. - encourager la certification du personnel aux BPH/BPF/BPA de la production à la commercialisation. - Mieux cibler et maitriser la compétence des laboratoires existants. - Viabiliser à long terme l existence de ces laboratoires a travers des projets d équipements et d utilisation des qualifications solides. - Former les inspecteurs aux spécificités de la SSA ; - Mieux outiller l inspecteur agroalimentaire ; - Mieux coordonner l inspection agroalimentaire.

6 3- PCT Amélioration du cadre réglementaire pour la santé animale et les aliments d'origine animale au sein de la Communauté économique et monétaire de l'afrique centrale (CEMAC): nouveau cadre réglementaire visant à faciliter le commerce des animaux vivants et des aliments d'origine animale entre les pays de la CEMAC 4- Activité du FANDC sur les solides dissous totaux (SDT) en Afrique de l'ouest: production de données sur la contamination des aliments au moyen des SDT aux fins de la normalisation Question 2: Renforcement du Codex au niveau national Prière d indiquer: i) Toute action importante que votre pays a entreprise pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace; ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation de consommateurs et d autres parties prenantes. COTE D IVOIRE i) Toute action importante que votre pays a entrepris pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir uneparticipation au Codex plus efficace; Restructuration du bureau national du Codex en cours. ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédésconsultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation deconsommateurs et d autres parties prenantes. Ces questions sont abordées dans la restructuration, toutes les parties prenantes sont invitées à prendre une part active. CAP-VERT - L'ARFA (Agence de Régulation et de Supervision des Produits Pharmaceutiques et Alimentaires), en tant que Point de Contact du Codex (compétence attribuée dans lenouveau statut approuvé par le décret-loi du Conseil des Ministres n º 22/2013 du 31 mai 2013 article 9º, alinéa k), loge le Point Focal du Codex, depuis Dans ce contexte, l Agence (PCC) jusqu au 2012 avait coordonnée et mise en place les actions qui visait la mise en œuvre du bureau pour le Codex (PFC) et la Commission Nationale du Codex Alimentarius (CNCA) crée en 2012 para le Décret-loi du Conseil des Ministres nº19/2012. Le PCC mise sur les actions suivantes: i) Appuyer e promouvoir la mobilisation des ressources financières pour la réalisation des activités du plan d action élaboré annuellement par la CNCA ; ii) Assurer le secrétariat de la CNCA ; iii) Assurer les conditions de travail (bureau, logistique) de façon que le Point Focal du Codex puisse réaliser de façon normale, toutes les activités courantes ; iv) Rechercher d'éventuels partenariats pour l assistance technique nécessaire ; v) Et d autres activés prévues dans le Manuel des procédures de la CNCA Juin 2013 et dans le document CAC /GL Les difficultés rencontrées sont liées aux faibles ressources financières ; nombre très limité de personnel qualifié lié au dossier Codex au sein des services membres de la CNCA; absence de capacités techniques dans plusieurs domaines (experts, et autres professionnelles). - Le Comité National de Codex Alimentarius (CNCA) a été créé par Décret-loi nº19/2012 du 19 juillet Les membres ont été assermentés par le Représentant du Ministre de l Industrie et Commerce, pendant la première réunion de la CNCA, qui s'est tenue en septembre 2012.

7 Les membres sont : - Un représentant du ministère chargé de la santé; - Représentants des ministères chargés de l'eau, de la pêche, de l'agriculture, de l'élevage et d environnement, un pour chaque secteur; - Représentants du ministère chargé de l'industrie, commerce, tourisme et l'inspection économique, un pour chaque secteur; - Un représentant du ministère chargé des douanes; - Un représentant de l'autorité de réglementation des produits alimentaires; - Un représentant de la normalisation du sous-système, appartenant à la qualité au niveau national, avec une expertise dans le secteur alimentaire; - Deux représentants d'organisations représentant des professionnelles du secteur alimentaire; - Deux représentants des associations de protection des consommateurs; - Un représentant de l'association Nationale des Municipalités du Cap-Vert; - Présidents des sous -commissions techniques; - Deux représentants des universités et des établissements d'enseignement supérieur; - Trois représentants d'instituts de recherche (santé, agro - élevage et pêches); - La CNCA se réunit, 2 fois par an, en conformité avec le règlement interne et extraordinairement par initiative de son président ou à la demande de la majorité de ses membres. - Depuis la création du CNCA, Jusqu au présent, 8 sessions du CNCA ont été réalisées. - Autres modes de consultation des acteurs nationaux c est au sein des structures de l articulation et de coordination du Système National du Contrôle des Aliments (SNCA). - Les activités pertinentes du CNCA sont : - Élaboration et approbation de son manuel de procédure (Version 1 - fait et divulgué en 2013), - Élaborer les réponses du pays aux propositions de la Commission du Codex Alimentarius ; - Désigner les délégués pour représenter le pays dans les diverses réunions du Codex et de leurs agences subsidiaires ; - Assister le gouvernement sur les décisions que devront être prises liés au Codex et son mise en œuvre ; - Désigner les sous-commissions techniques en fonction des nécessités pour participation active du pays dans les activités du Codex ; - Approuver son régiment interne ; - Autres activités déterminées par la CNCA et membres du Gouvernement responsables pour la santé et pour de l agriculture. - Des sous-comités techniques suivants sont créés pour travailler jusqu au CCFICS (Agriculture et Elevage, Pêche, ARFA, Commerce et Industrie, Chambre de Commerce) ; - CCFH (ARFA, Santé, Inspection Générale (IGAE), Agriculture et Elevage, Commerce et Industrie) ; - CCFFP (Pêche, ARFA, Chambre de Commerce, Commerce et Industrie) - CCCF (ARFA, Santé, Environnement, Agriculture, Pêche, Universités) ; - CCDVDF (Elevage, Santé, Universités, IGAE, ARFA) ; - CCPR (Agriculture, Santé, ARFA, Environnement, Commerce) - Les obstacles existants sont liés à l insuffisance de fonds pour la mise en œuvre du plan d'action annuel et d'assurer la participation des délégués aux réunions du Codex. Le manque d'expérience et des capacités techniques des membres de la CNCA sont également considérés comme obstacles à surmonter dans un avenir proche.

8 CONGO Dans le cadre du renforcement des actions du Codex Alimentarius, le Point de contact national du Codex Alimentarius la République du Congo a organisé en 2014 : des réunions d élaboration du décret texte portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité national du Codex Alimentarius où toutes les parties prenantes y ont pris part active ; la participation du pays aux différentes réunions internationales du Codex Alimentarius ; des réunions d information et de diffusion des recommandations de certaines réunions internationale. ANGOLA i)toute action importante que votre pays a entrepris pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace; Reponse: 1. On a preparer las participations des delegues aux reinions de codex internacional 2. On a visite tous des usines de traitement de làu au nivau national e donner des orientations ou nivau de normes de láu adopter par Angola 3.Preparation des metodes des analises de tous les laboratoires de analise de `l'au pour tous les tecniciens du codex lieu au analise microbiologique et quimie. ii)toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation consommateurs et d autres parties prenantes. Repons: Des formatios et des reunions ou nivaux du chefes des laboratoires e tecniciens lieu au teme des alimentes e ambience. CAMEROUN i) Toute action importante que votre pays a entreprise pour renforcer le Codex au niveau national et promouvoir une participation au Codex plus efficace ; 1- Programme EDES (European Union-ACP-Development of SPS Systèm.) Le programme EDES («European Union-ACP-Development of SPS System»), pour le renforcement de la sécurité sanitaire des aliments dans les pays Afrique-Caraibes-Pacifique (ACP). Il a comme objectifs, d une part de rassurer les autorités européennes sur la qualité des contrôles Phytosanitaires (SPS) des produits dans les pays d origines, et d autre part d aider au renforcement des politiques nationales ou régionales de sécurité sanitaire des aliments (SSA). Les activités dudit programme ont permis d obtenir des améliorations à travers : Elaboration du Guide du Système d autocontrôle (GSAC) pour la filière café ; L initiation des activités pour la mise en place du Dispositif d évaluation des risques alimentaires ; Les principales difficultés rencontrées ont été : Difficultés à coordonner les agendas des différents ministères impliqués ; Faible implication de certaines administrations ; Modalités de déploiement du programme (signature de protocoles d entente avec les principaux bénéficiaires) ; Difficultés à obtenir les financements locaux ou de contrepartie.

9 2- Projet «Programme de Coopération Technique» (PCT) d appui au renforcement des capacités des Comité Nationaux du Codex Alimentarius Le Programme de Coopération Technique est un projet piloté par la FAO et destinée à l intérieur des pays aux comités nationaux et/ou les points de contacts codex des pays. Initié pour les pays de la région Afrique Centrale, seuls trois en sont bénéficiaires au stade actuel : Le Cameroun, Le Gabon, La République Centrafricaine. Ce projet devait combler la faible implication actuelle des pays de la sous-région aux travaux du Codex Alimentarius et, la non application des normes codex dans les législations et les réglementations nationales. Les activités dudit programme ont permis d obtenir des améliorations à travers : l atelier de formation sur les accords de l OMC sur les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) et sur les obstacles techniques au commerce (OTC), l atelier de sensibilisation des décideurs politiques sur le rôle et l importance du Codex Alimentarius dans la sécurité sanitaire et le commerce des denrées alimentaires ; l évaluation et l amélioration des outils de gestion du CNC et du PCC; Les activité liées à la participation des organisations de défense des consommateurs reste restent très faible. ii) Toute action spécifique visant à renforcer le Point de contact du Codex, comme par exemple les structures et les procédés consultatifs sur les questions du Codex, y compris la promotion d un engagement accru et la participation de consommateurs et d autres parties prenantes. 1- Participation du Cameroun aux travaux internationaux du Codex Alimentarius La participation du Cameroun a connu des progrès remarquables. La préparation des travaux du Codex Alimentarius s est également beaucoup améliorée avec la mise en œuvre de certaines procédures de suivi des activités. A chaque début d année, l on adopte la liste des réunions du Codex qui intéressent particulièrement notre pays. Le Point de contact se focalise spécialement sur ces travaux et prépare régulièrement les thèmes mis en débats selon les agendas proposés. Pour chaque comité technique du Codex, des rencontres sont organisées entre le secteur public (ministères) le secteur privé (entreprises) et la société civile à travers des rencontre des groupes techniques de travail (GTT). Les résultats de ces concertations sont consignés dans les documents de la position nationale. En 2013, la participation du Cameroun aux travaux internationaux du Codex s'est déroulée ainsi: Les problèmes généraux pour le suivi des activités de la CAC restent : - Le respect du processus d élaboration des positions nationales et la production des documents requis ; - Le respect des délais nationaux et internationaux de réaction aux différentes sollicitations des secrétariats national et international ; - L absence de restitution des travaux internationaux, d exploitation des recommandations et de mise en œuvre de quelques orientations favorable au système de SSA. - L absence de restitution après la participation des délégations aux sessions internationales. - Le fonctionnement des GTT est, pour l instant irrégulier et rendu difficile car l expertise n est pas toujours avérée. La collecte des données scientifiques et des informations avérées est très difficile. - Le Comité a souvent des difficultés a se réunir : en moyenne deux rencontre par ans au lieu des quatre prévues dû à l insuffisance des ressources financières.. 2-Etablissement des priorités pour le Codex Alimentarius et la SSA: L objectif premier de ce recensement a été de définir les priorités pour l action du comité national sur trois ans, en ce qui concerne la participation aux Comités Techniques de la Commission du Codex Alimentarius et le suivi des activités de coopération. Il s agissait également de faire connaître le Codex Alimentarius; faire connaître l importance et l impact d un bon système de SSA ; et faire connaître le CNC. Le principal résultat attendu ici est la détermination par le comité des activités

10 prioritaires avec une large vision de ce que les acteurs de l agro alimentaire attendent, autant pour le suivi des activités de la commission du Codex Alimentarius, que pour le renforcement du système de sécurité sanitaire des aliments au Cameroun. Tableau 2 : Comités prioritaires à suivre pour le Cameroun Comité prioritaires sur l'hygiène alimentaire sur les systèmes d'inspection et de certification des importations et des exportations alimentaires sur les méthodes d'analyse et d'échantillonnage Eléments justificatifs - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - implication médiocre du personnel a l application - Conditions de conservation des produits - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Système d inspection et de certification très peu outillé, très peu coordonné et très peu efficace. Non appropriation de la certification par les nationaux - Circulation des produits non conformes - Utilisations frauduleuses des additifs. - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Insuffisances des laboratoires de contrôles - Multiplication des laboratoires de contrôles équipés - Créer des partenariats université/centre de recherche sur l étiquetage des denrées alimentaires sur les additifs alimentaires sur les résidus de pesticides sur les résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments sur les contaminants dans les aliments - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Absence de traçabilité des produits - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Circulation des produits non conformes - Mauvaises Indications sur les étiquettes - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des produits vétérinaires - Méconnaissance et manque d application des BPH/BPF, - Mauvaise utilisation des pesticides et produits phytosanitaires

11 9 sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime - Mauvaises préparation du lait infantile dans les domiciles - Disposer de la bonne information sur les aliments de mauvaise ou de bonne qualité Tableau 3 : Proposition pour des travaux en sous-comités au sein du CNC. Sous-Comités sur les végétaux Sous-Comités sur les animaux Sous-Comités transversaux sur l alimentation Sous-Comités transversaux sur l hygiène alimentaire Sous-Comités transversaux décisionnels sur les Résidus de Pesticides sur les résidus de médicaments vétérinaires dans les aliments sur les graisses et les huiles sur l'hygiène alimentaire Comité FAO/OMS de Coordination pour l'afrique sur les épices et les herbes culinaires sur les poissons et les produits de la pêche sur les additifs alimentaires sur l étiquetage des denrées alimentaires Comité exécutif de la Commission du Codex Alimentarius sur les fruits et légumes traités Groupe Spécial Intergouvernemental sur l Alimentation Animale sur les contaminants dans les aliments sur les méthodes d'analyse et d'échantillonnage Commission du Codex Alimentarius sur les fruits et légumes frais sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime sur les systèmes d'inspection et de certification des importations et des exportations alimentaires Comite du Codex sur les Principes Généraux. sur les sucres Question 3: Les priorités et les intérêts nationaux des normes du Codex Prière d indiquer: i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d une grande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; ii) Quels sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; et iii) Utilisation et pertinence des normes du Codex, au niveau national. Côte d ivoire i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d unegrande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; pour l agroalimentaire : stratégies de reformes de la filière agricole, comités miroirs ISO TC 34 pour la RCI ; normes spécification produits (noix et amande de cajou, cacao, café, fruits et légumes, huiles et

12 corps gras, produits de la pèche, nutrition, etc), normes d échantillonnage, normes d essai (entreposage, transport, conditionnement et étiquetage ) ; ii) Quelles sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; et : tous secteurs (lancement du processus recensement des besoins en normes) ; iii) Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national. : Jadis faible adoption nationale des normes ; pertinence des normes codex pour le programme d activités , Promotion des normes codex comme base pour l élaboration de textes réglementaires nationaux pour le contrôle interne et externe ;.base de la normalisation communautaire ; CAP-VERT - Le Cap-Vert en tant que pays que dépend de l importation alimentaire pour couvrir ses besoins alimentaires (céréale : ~90% ; haricot : ~40% ; fruits : ~20% ; légumes : ~4%), s intéresse toujours en grand partie aux normes et textes apparentés spécifiques élaborés par le Codex, y compris les normes que le CCAFRCIA vient de proposer pour l élaboration. - Les normes et textes apparentés plus importants au moment actuels pour le pays sont : les nomes et textes apparentés du CCFH (hygiène e bonne pratique) ; du CCFICS (inspection, importation/exportation) ; du CCFFP (poisson) ; du CCCF (contaminants); du CCRVDF (médicaments vétérinaires) ; du CCPR (pesticides) et du CCFFV (fruits et végétales). - Le pays, normalement utilise les normes codex pour l élaboration de lalégislation et des règlements nationaux. - Les secteurs prioritaires actuels dont il y a besoin d élaboration de normes nationales sont : les secteurs horticoles et fruitiers (pour favoriser les échanges commerciaux interne); le secteur artisanal e traditionnel de la transformation et conservation des produits (Il s avère important de doter le pays de quelques normes spécifiques pour quelques produits transformés, typiques du pays, tel que : les boissons fabriqué à base de Cane-à-sucre ; le fromage frais du lait de chèvre ; la saucisse traditionnelle du pays ; quelques confitures typiques nationales). CONGO 1- Normes et textes apparentés spécifiques existants - Norme congolaise de la farine de blé fortifiée en fer codifiée NGCO et homologuée par arrêté n /MDIPSP/MSP/MCA du 06 août 2013 ; - Décret du 17 novembre 2004 fixant les conditions d importation et de commercialisation du sel iodé en République du Congo. 2- Normes en cours d élaboration Le centre de normalisation a initié sur la base des normes Codex, l élaboration des normes suivantes : - la norme pour les laits fermentés ; - la norme pour les eaux minérales ; - la norme pour la fortification de la farine de manioc ; - la norme pour l huile de palme ; - la norme pour l huile d arachide ; - la norme pour la viande et les produits de pêche ; - la norme générale pour l étiquetage des denrées alimentaires préemballées ; - la norme pour la qualité des eaux de surface continentale ; - la norme pour les jus de fruits et de légumes ; - la norme pour les mangues-entreposage réfrigéré ; - la norme pour les produits dérivés de l amidon ; - la norme pour le sel iodé ; - la norme pour le gingembre ; - la norme pour le miel ;

13 - la norme pour la farine de maïs ; - la norme pour la margarine ; - la norme pour les pommes de terre frites surgelées ; - la norme pour les petits pois surgelés. 3- Secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration des normes nationales les viandes et produits carnés ; les poissons, et produits halieutiques ; les produits à base de maniocs ; les fruits et légumes ; l huile de palme ; les jus de fruits et de légumes, 4- Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national Le centre de normalisation utilise les normes du Codex pour combler le gap des normes alimentaires nationales. Pour protéger la santé des consommateurs, la République du Congo va entamer le vaste chantier d homologation des normes du Codex en normes nationales dans tous les domaines prioritaire. ANGOLA i) Quels normes et textes apparentés spécifiques (actuellement en cours d élaboration ou existants) sont considérés d une grande importance et d un intérêt majeur pour votre pays; Réponse: La adoptions de tous normes internacionaux avec la priorités des produts plus utilizer par la population. ii) Quelles sont les secteurs prioritaires actuels qui nécessitent l élaboration de normes nationales; Santé, Comerce, Industrie et Agriculture iii) Utilisation et pertinence des normes Codex, au niveau national. Ou pays on vivre le plus parts de produits importés.cenecessaire avoir en controle de la qualité de produit que viem de arrivé ou pays.

14 DIFFICULTES DES PAYS AFRICAINS OBSERVATIONS SUR LES REPONSES DES PAYS Les réponses des différents pays à ce questionnaire ont été analysées. Il De cette analyse, il ressort les difficultés suivantes : 1) Absence de structure de coordination de la sécurité sanitaire des aliments au niveau national et absence de synergie entre les administrations concernées ; 2) Manque de financement des activités de sécurité sanitaires des aliments. 3) Le personnel en charge ducontrôle des aliments non formé ; 4) Incompétence des laboratoires en charge du contrôle des aliments et de la qualité à pouvoir rechercher certains paramètres physicochimiques, microbiologiques et biochimiques sur des aliments ; 5) Absence des normes régionales pour les denrées produites localement ; 6) Absence d un système efficace de contrôle alimentaire ; 7) Insuffisance des fonds pour la participation aux réunions du Codex ; 8) Absence / insuffisance des lois et règlements en matière sécurité sanitaire des aliments ; 9) Manque de volonté politique des hautes autorités en matière de sécurité sanitaire des aliments ; 10) Manque d efficacité dans le fonctionnement des Comités nationaux du Codex ; 11) Faible implication de certains acteurs de la chaine alimentaires dans les travaux du comité national du Codex. PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE A CES DIFFICULTES 1) Mise en place d une structure de coordination des activités de sécurité sanitaire des aliments ; 2) Financement des activités de sécurité sanitaires des aliments ; 3) Renforcement des capacités du personnel en charge des contrôles alimentaires 4) Renforcement des capacités analytiques des laboratoires (personnel, infrastructure, etc.) ; 5) Elaboration des normes régionales pour certaines denrées produites localement ; 6) Mise en place d un système efficace de contrôle alimentaire ; 7) Mise à disposition des fonds pour la participation aux réunions du Codex ; 8) Elaboration des lois et règlements en matière sécurité sanitaire des aliments ; 9) Sensibilisation des hautes autorités du pays sur l importance de la sécurité sanitaire des aliments ; 10) Besoin des appuis techniques et financiers des organisations internationales pour le bon fonctionnement des comités nationaux du Codex ; 11) Implication de tous les acteurs de la chaine alimentaire dans les travaux du comité national du Codex.

********** Un Peuple Un But Une Foi-

********** Un Peuple Un But Une Foi- MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI ********** Un Peuple Un But Une Foi- COMITE NATIONAL DU CODEX ALIMENTARIUS ********** SECRETARIAT EXECUTIF (ANSSA) Centre Commercial Rue 305 Quartier du Fleuve

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

RAPPORT FINAL REVISE

RAPPORT FINAL REVISE Appui à la CEMAC en vue de la Préparation des Négociations des APE entre les ACP et l UE. Projet # 095 CEMAC #1 Appui à la CEMAC en vue de la préparation des négociations des APE entre les ACP et l UE

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4

Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 Point 4a de l ordre du jour CX/GP 03/19/4 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITE DU CODEX SUR LES PRINCIPES GENERAUX Dix-neuvième session (extraordinaire) Paris, France, 17 21 novembre

Plus en détail

II. Organisation et fonctionnement de l Agence Congolaise de Normalisation et de la Qualité II.1 Processus mis de en œuvre II.

II. Organisation et fonctionnement de l Agence Congolaise de Normalisation et de la Qualité II.1 Processus mis de en œuvre II. République du Congo Ministère du Développement Industriel et de la promotion du secteur privé 2/32 Chapitre Introduction Liste des abréviations et acronymes Liste des tableaux SOMMAIRE Pages 2 3 4 I. Positionnement

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC ACCESSION DE L ALGERIE A l OMC OBSTACLES TECHNIQUES AU COMMERCE MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES OTC : pourquoi l'accord? - Article XX b

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ. K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q )

La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ. K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q ) La place de l Agroalimentaire dans le PPAMNQ K E N Z A R I S g h a ï e r ( C T P C G P P A M N Q ) Programme d Appui et de Soutien aux Accords de Partenariat Economique (PASAPE) 1- RAPPELS La suppression

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes.

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes. PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ----------- DECRET N DU PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L AGENCE NATIONALE POUR L INSERTION ET L EMPLOI DES JEUNES,

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

«LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»:

«LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»: REUNION DES MINISTRES EN CHARGE DE L AVIATION CIVILE (Malabo, 19 juillet 2013) «LES DEFIS DE LA SECURITE DE L AVIATION CIVILE EN AFRIQUE CENTRALE»: La Supervision de la sécurité de l Aviation civile dans

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Décret n 2011-399 du 16 novembre 2011 portant organisation du Ministère du Commerce. Le Président de la République,

Décret n 2011-399 du 16 novembre 2011 portant organisation du Ministère du Commerce. Le Président de la République, Décret n 2011-399 du 16 novembre 2011 portant organisation du Ministère du Commerce Le Président de la République, Sur Vu Vu Vu Vu rapport du Ministre du Commerce la Constitution; le décret n 2010-01 du

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Un nouveau service. Sécurité alimentaire. à la Direction de la santé

Un nouveau service. Sécurité alimentaire. à la Direction de la santé 23 novembre 2009: Présentation du Service de la sécurité alimentaire Un nouveau service pour la sécurité alimentaire à la Direction de la santé Page 1 de 20 Historique Le service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL Une large palette de compétences au service de la santé publique vétérinaire Protection animale Formation Elevage, Médecine vétérinaire, Santé Publique Vétérinaire en régions

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Program canadien de contrôle de la salubrité des mollusques - Manuel des opérations

Program canadien de contrôle de la salubrité des mollusques - Manuel des opérations Program canadien de contrôle de la salubrité Appendice V 11/06/2010 Version 1 Protocole d'entente entre l Agence canadienne d inspection des aliments («ACIA») et le ministère des Pêches et des Océans («MPO»)

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 Introduction: Le Programme de travail conjoint CMS-CITES pour 2015-2020 comprend une liste non exhaustive d activités conjointes qui s articulent autour

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

«Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire»

«Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire» TCP/CVI/3203 D PROGRAMME DE COOPERATION TECHNIQUE «Appui au renforcement du système de contrôle de la sécurité sanitaire» Compte rendu final du projet Préparé pour le Gouvernement du CABO VERDE Par L Organisation

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Réunion Ad hoc NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale F Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.HLTIC/13/Inf.1 Février : 2013 Original : Français Ad Hoc

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO

EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO CONTEXTE Le programme d appui au commerce et à l intégration économique (PACIE), est un programme de la sous région Afrique Centrale, financé par l Union

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants dans la CEDEAO

Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants dans la CEDEAO ATELIER REGIONAL DES INITIATIVES DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETAGE, ECLAIRAGE EFFICACE ET EE DANS LES BATIMENTS Thème : Travaux en cours sur les normes et les institutions et mécanismes existants

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Activités et Procédures. de contrôle technique. à l importation au niveau de la DHMPE

Activités et Procédures. de contrôle technique. à l importation au niveau de la DHMPE République Tunisienne Ministère de la Santé -***- Direction de l Hygiène du Milieu Et de la protection de l Environnement Activités et Procédures de contrôle technique à l importation au niveau de la DHMPE

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE ASTER RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES 08 et 09 Septembre 2014 ABIDJAN, PLATEAU COTE D IVOIRE Le Secrétariat Technique S o m m a i r e Contexte

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

1.10 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 1 Système de sécurité sanitaire. Coordination des activités au sein d un système. de sécurité sanitaire des aliments

1.10 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 1 Système de sécurité sanitaire. Coordination des activités au sein d un système. de sécurité sanitaire des aliments CAHIER TECHNIQUE THÈME 1 Système de sécurité sanitaire 1.10 10 Coordination des activités au sein d un système de sécurité sanitaire des aliments Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019 Plan stratégique de l OIV 2015-2019 1 Sommaire Introduction... 3 Axes Stratégiques... 4 1. Promouvoir une vitiviniculture durable... 4 a. Prendre en compte et réagir face au défi du changement climatique...

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine

Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité. alimentaire à l importation en Chine Exigences et mécanismes de gestion en matière de sécurité alimentaire à l importation en Chine Bureau de l inspection et de la quarantaine de Shandong, Service de la supervision et de la gestion de la

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Les normes alimentaires internationales

Les normes alimentaires internationales Les normes alimentaires internationales Publication n o 2005-99-F Révisée le 21 juin 2012 Alexandre Gauthier Mark Mahabir Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte REPUBLIQUE DU BENIN Cotonou, le 1 i MAI 2009 MINISTERE DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ET INSTITUTIONNELLE DIRECTION DES PROGRAMMES DE REFORME ADMINISTRATIVE Le Directeur des Programmes de Réforme Administrative

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour 18/04/2014 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE

RECUEIL DES REFERENCES DES TEXTES REGLEMENTAIRES LIES A L ACTIVITE DU CONTROLE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DU CONTROLE ECONOMIQUE ET DE LA REPRESSION DES FRAUDES DIRECTION DU CONTROLE DE LA QUALITE ET DE LA REPRESSION

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN REGLEMENTATIONS INTERNATIONALES L Organisation Mondiale du Commerce La Convention Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) et Union Européenne (UE) Regroupements

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

HYGIENE ET QUALITE. Décret n 93-844 du 16 novembre 1993 relatif à l hygiène et à la qualité des aliments et produits d origine animale

HYGIENE ET QUALITE. Décret n 93-844 du 16 novembre 1993 relatif à l hygiène et à la qualité des aliments et produits d origine animale HYGIENE ET QUALITE Décret n 93-844 du 16 novembre 1993 relatif à l hygiène et à la qualité des aliments et produits d origine animale REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana MINISTERE

Plus en détail

ANNEXE. à la DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION

ANNEXE. à la DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27.5.2015 C(2015) 3467 final ANNEX 1 ANNEXE à la DÉCISION D DE LA COMMISSION sur le financement du programme de travail pour 2015 concernant des applications informatiques

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Décret n 2-99-89 du 18 moharrem 1420 (5 mai 1999) relatif au contrôle des produits de charcuterie

Décret n 2-99-89 du 18 moharrem 1420 (5 mai 1999) relatif au contrôle des produits de charcuterie Décret n 2-99-89 du 18 moharrem 1420 (5 mai 1999) relatif au contrôle des produits de charcuterie (BO n 4692 du 20/05/1999, page 284) LE PREMIER MINISTRE, Vu le dahir n 1-75-291 du 24 chaoual 1397 (8 octobre

Plus en détail