mouvement - lumière - participation GRAV

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mouvement - lumière - participation GRAV 1960-1968"

Transcription

1 Présentation aux enseignants mercredi 5 juin 2013, 14h30 mouvement - lumière - participation GRAV Horacio Garcia Rossi ( ) Boîte à lumière instable et lumière changeante 1966 Galerie Lélia Mordoch, Paris Exposition présentée du 18 mai au 22 septembre 2013 Certaines œuvres du GRAV sont fragiles et ne doivent pas être manipulées. Des pictogrammes indiquent s'il est possible de les toucher ou non mais toujours avec délicatesse! Ouverture en continu le mardi de 10h à 18h, du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h (sauf lundis et jours fériés)

2 Informations pratiques Musée des beaux-arts 20 quai Emile Zola Rennes Ouverture en continu le mardi de 10h à 12h, du mercredi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h (sauf lundis et jours fériés) La gratuité est accordée aux groupes scolaires accompagnés et aux enseignants préparant une visite dont la date a été préalablement fixée. Seuls les groupes ayant réservé seront admis dans l'enceinte du musée. Afin de faciliter l'enregistrement des groupes, merci de présenter le carton de confirmation à l'accueil du musée. Pour tous les groupes, réservation obligatoire au lundi, mercredi, jeudi et vendredi : 8h45-11h45 / 13h30-16h30 Permanence des conseillers-relais : Mercredi, 14h - 17h : Yannick Louis (histoire-géographie) Mercredi, 15h - 18h : Marie Rousseau (arts plastiques) Téléphone : Nous rappelons que : > Les élèves sont sous la responsabilité des enseignants et des accompagnateurs. Aucun élève ne doit être laissé seul, en particulier pour les groupes sans animation qui circulent librement dans l'ensemble du musée. En cas d'incident, l'établissement scolaire sera tenu pour responsable. > Il est demandé aux établissements scolaires de prévoir un nombre suffisant d'adultes pour encadrer les élèves. > L'effectif du groupe ne doit en aucun cas être supérieur à 30 élèves. > Il est interdit de manger et de boire dans les salles. > Seul l'usage de crayons papier est autorisé : les stylos à bille ou à encre, les feutres, les compas et les paires de ciseaux sont prohibés. > Il est interdit de crier. > Il est interdit de courir. > Il est interdit de s'approcher à moins de 1 mètre des œuvres, et à plus forte raison de les toucher. > Les photos sont autorisées, mais sans flash. En cas de non-respect de ces règles élémentaires de conduite, le personnel du musée est autorisé à demander le départ immédiat du groupe. Merci de votre compréhension 2

3 Plan de l'exposition 18 mai 22 septembre 2013 Certaines œuvres du GRAV sont fragiles et ne doivent pas être manipulées. Des pictogrammes indiquent s'il est possible de les toucher ou non mais toujours avec délicatesse! 3

4 Informations pratiques > 2 Plan de l'exposition > 3 PERSPECTIVE HISTORIQUE Présentation Un mouvement inscrit dans le XX e siècle "Un art participatoire" qui bouscule radicalement les conventions Le GRAV à travers les années 60 : trois ponctuations retenues Au-delà du GRAV et dans sa proximité : architecture, cinéma et mode > 5 > 6 > 8 > 9 > 14 PERSPECTIVE PLASTIQUE «Le labyrinthe, vers une œuvre d art totale» > 15 EN SAVOIR + > 17 ACTIONS JEUNE PUBLIC et ADO/ADULTES > 25 4

5 PERSPECTIVE HISTORIQUE Présentation Ce dossier est nourri de nombreux documents (des témoignages d'artistes membres du Groupe de Recherche d'art Visuel (GRAV), mais également d'historiens et critiques d'art) qui permettent de situer le mouvement dans le contexte, d'en expliquer les ambitions, d'en percevoir les limites Le GRAV Museum am Ostwall, Dortmund (Allemagne) De gauche à droite : Julio Le Parc, Joël Stein, Horacio Garcia Rossi, Francisco Sobrino, François Morellet et Jean-Pierre Yvaral En juillet 1960 naît, à Paris, le Centre de Recherche d'art Visuel qui devient ensuite Groupe de Recherche d'art Visuel, lequel réunit Horacio Garcia Rossi (Buenos Aires, Argentine, 1929 Paris, 2012), Julio Le Parc (né à Mendoza, Argentine en 1928), François Morellet (né à Cholet en 1926), Francisco Sobrino (né à Guadalajara, Espagne en 1932), Joël Stein (Saint-Martin-Boulogne, 1926 Foucarville, 2012) et Jean-Pierre Vasarely, dit Yvaral (Paris, 1934 Paris, 2002). Si les origines géographiques des artistes sont diverses, tous appartiennent à une même génération et sont âgés de 25 à 35 ans en Après huit années d'existence, le groupe est dissout le 15 novembre 1968, quelques mois après les événements de mai, quelques semaines après la disparition de Marcel Duchamp (précision utile pour situer le groupe dans ses ambitions qui s'inscrivent entre rupture et continuité). 5

6 1. UN MOUVEMENT INSCRIT DANS LE XX e SIÈCLE L'art cinétique Si l'expression "Art cinétique" est employée pour la première fois en 1960, c'est pourtant bien antérieurement que des expériences traduisent l'intérêt de certains artistes pour le mouvement ; sans en refaire toute l'histoire, le futurisme italien (et l'intérêt pour la représentation de la vitesse), le cubisme et le suprématisme, le constructivisme, chacun à sa manière envisage le mouvement, l'espace et la lumière ; ainsi émerge et se diffuse à travers toute l'europe la volonté de prendre en compte et d'exprimer cette nouvelle dimension. Le cinéma, technique nouvelle, intéresse également les artistes (Ballet mécanique de Fernand Léger, Dudley Murphy et Man Ray en 1924, Anemic cinéma en 1926 puis les Rotoreliefs en 1935 de Marcel Duchamp...) qui explorent alors l'image animée. Les sculptures mobiles de Man Ray en (Abatjour et Obstruction) puis de Calder participent également à cette recherche. C'est donc dans la continuité d'une grande variété d'expériences que prend place le GRAV même s'il s'agit toujours de l'expression d'une sensibilté moderne liée à l'univers urbain (dans un contexte d'urbanisation rapide), dans un monde qui change, où tout semble s'accélérer et dont l'instabilité s'exprime peut-être aussi dans le mouvement perpétuel des œuvres elles-mêmes. UN MOUVEMENT ANCRÉ DANS LES ANNÉES SOIXANTE On croyait être libre parce qu'inscrit dans une situation économique favorable, tout en étant asservi à des modes de pensée et de comportement complètement traditionnels, un héritage que l'on n'avait pas remis en question. Pour être libre, il faut briser les habitudes... entretien accordé par Anne Tronche à Sylvie Mokhtari et Marion Hohlfeldt / Un contexte : la contestation Les années 60 peuvent être envisagées à travers ce qui les caractérisent le mieux : la contestation dans un contexte de guerre froide, deux dimensions que n'ignore pas le GRAV. La critique radicale de la société par Herbert Marcuse ("L'homme unidimensionnel" paraît en 1964 aux États- Unis et en 1968 en France) présente une organisation sociale contemporaine interdisant toute évolution réelle en accordant à chacun une liberté illusoire ; alors que la domination économique, politique, culturelle et idéologique apparaît comme un carcan produisant l'uniformisation de la société par la volonté des "institutions", la négation de l'individu le ramène à sa fonction de consommateur. La dénonciation de l'impérialisme américain, l'opposition à la guerre du Viêt-Nam catalyseur de toutes les contestations, débouchent sur le rejet des institutions (l'armée, mais aussi l'église, la famille, l'autorité sous toutes ses formes...) qui s'exprime à travers la jeunesse étudiante notamment. Dans un contexte de croissance économique, de conquête (dans la compétition) de l'espace (et donc de victoire de la science), les sociétés voient apparaître de nouvelles ambitions portées par les transformations sociales, l'émergence de groupes jusqu'alors ignorés (les jeunes, les minorités...), l'arrivée de nouveaux matériaux dans un monde où l'urbanisation bouleverse les représentations ancrées et autorise de nouvelles ambitions. 6

7 POURQUOI VENIR À PARIS alors que l'on a souvent envisagé l'après-guerre comme une amorce du déclin de Paris supplanté par New- York? Je lis parfois que tout se passait Outre-Atlantique mais c'était très vivant dans Paris! entretien accordé par Anne Tronche à Sylvie Mokhtari et Marion Hohlfeldt / La proximité culturelle de la France... F. A : Garcia Rossi, vous avez quitté Buenos Aires pour venir à Paris en Quelles étaient alors vos motivations? H. G. R. : À ce moment-là, en Amérique latine, et surtout à Buenos Aires, la ville la plus européenne, on parlait de Paris et de la France plutôt que des États-Unis. L économie était dirigée par le monde anglosaxon, la littérature orientée vers l Espagne, et le côté artistique vers la France. Il y avait à Buenos Aires des statues de Bourdelle et de Rodin. Tout un quartier, la Recoletta, était presque une réplique du XVI e arrondissement de Paris. La compagnie de Louis Jouvet était venue pendant la guerre, l ambassade de France et le consulat organisaient des projections de films de René Clair, de Julien Duvivier, d Alain Resnais, comme Nuit et brouillard. Le musée des beaux-arts exposait des artistes français, dont Victor Vasarely. entretien accordé par Horacio Garcia Rossi à Françoise Armengaud à l'occasion de l'exposition Au-delà du miroir La lumière / dans un contexte de guerre froide À la fin des années 1950, les possibilités artistiques étaient relativement limitées aux États-Unis. En revanche, la politique culturelle était offensive car le pays considérait que la culture pouvait être une arme de pénétration comme les autres, économique ou militaire. (...) La stratégie de la guerre froide instaurait le mythe d'une culture démocratique libre face à l'union Soviétique et présentait l'expressionnisme abstrait comme un langage universel contre la figuration du réalisme socialiste. entretien accordé par Julio Le Parc à Laurence Imbernon / Il faut aussi signaler la conscience d'appartenir à une autre "génération" que celle de Tinguely, Agam, Soto, Pol Bury... qui s'inscrivaient dans une démarche individuelle à la recherche de leur "marque de fabrique" (Julio Le Parc, ibid.) alors que le groupe qui se constitue porte de nouvelles ambitions. Le contexte parisien L'École de Paris, dans les années 1950, est encore marquée par la querelle entre partisans de la figuration et de l'abstraction qui se poursuit en oubliant les remises en question des courants avant-gardistes de la première moitié du siècle (Futurisme, Dada...). Mais dans ce contexte, un événement est à retenir : l'exposition à la galerie Denise René en 1955 intitulée Le mouvement où, le soir même du vernissage, de jeunes artistes veulent envisager le mouvement au-delà de l'art géométrique de Vasarely, souhaitant également que l'œuvre ouverte intègre une dimension sociale. Cette exposition est importante car elle provoque l'émergence de questionnements qui, s'ils existaient déjà dans la démarche de Vasarely, semblent désormais primer et auxquels les membres du GRAV tenteront de répondre. 7

8 2. "UN ART PARTICIPATOIRE" QUI BOUSCULE RADICALEMENT LES CONVENTIONS De nouvelles pratiques Une ambition commune aux membres du groupe : la recherche Si le GRAV veut se situer dans la continuité de mouvements ou courants du XX e siècle, il souhaite rompre avec certaines pratiques anciennes et redéfinir la place de l'artiste, la fonction de "l'œuvre" et sa perception par le spectateur. Travailler en groupe suppose des règles communes, acceptées par tous les membres : ce n'est qu'en 1961, après le départ des plus intransigeants, que le groupe s'accorde sur la nécessaire proximité avec certaines structures telles que les galeries et musées qui apparaissent encore comme des points de contact avec le public. De la même manière, on s'accorde sur l'idée de continuer à signer les œuvres même si la réflexion est commune (avec des réunions tri-hebdomadaires) ; chacun explore donc sa propre voie en poursuivant les objectifs partagés par le groupe : la dévalorisation de l'artiste et du chef d'œuvre, et la place nouvelle du public. On s'empare de matériaux et de moyens techniques modernes : Sobrino optait pour le plexiglas, Yvaral pour les fils de nylon et de vinyle tendus, Le Parc pour la lumière et le plexiglas, Stein pour les trièdres et la polarisation, Garcia Rossi pour les boîtes à réflexion lumineuse et Morellet pour la programmation des pulsions de tubes de néon. Frank Popper De nouveaux matériaux, expression de la modernité : le plexiglas, matière plastique transparente apparue en 1924 ; le néon mis au point en 1912 par Georges Claude qui réalise la première enseigne pour un barbier (plusieurs années plus tard, le fondateur du Bauhaus, Moholo-Nagy a une bonne intuition en déclarant que "les jeux de lumières et d éclairages nocturnes dans les grandes villes constituaient un champ d expression qui ne tarderait pas à trouver ses artistes") ; le nylon, un polyamide mis au point en 1935 dans le cadre d'un ambitieux programme destiné à la recherche de nouveaux matériaux : on obtient des fils à la fois élastiques et résistants bien adaptés au tissage. Cette fibre synthétique autorise aussi d'autres usages en dehors du textile. Nous n'étions plus, en 1963, dans une méfiance vis-à-vis de la technologie et des techniques contemporaines (...) on pouvait bricoler des techniques qui nous paraissaient extrêmement sophistiquées. Les artistes étaient en contact avec des programmateurs, des ingénieurs de chez Philips, on sentait que cette complexité bougeait, excitait le regard, qu'on reliait à des formes géométriques. entretien accordé par Anne Tronche à Sylvie Mokhtari et Marion Hohlfeldt / Artistes ou chercheurs? H. G. R. : De 1960 à 1968, c était important pour chacun de nous de pouvoir montrer nos expériences, et écouter les commentaires des autres membres du groupe. Le plus intéressant pour moi, c est que c était un groupe de recherche. Cet esprit de recherche continue. Il ne faut pas se figer dans le "style". Pour moi, le style, c est la recherche. Il faut évoluer, aller au-delà de la chose que l on connaît. C est un esprit de recherche "artistico-scientifique". entretien accordé par Horacio Garcia Rossi à Françoise Armengaud à l'occasion de l'exposition Au-delà du miroir La lumière /

9 3. LE GRAV À TRAVERS LES ANNÉES 1960 : TROIS PONCTUATIONS RETENUES Nous avons fait le choix de trois "moments" dans la vie du GRAV, trois "expériences" qui précisent la démarche du groupe : troisième Biennale de Paris : le Labyrinthe, rupture avec l'exposition La Biennale de Paris est un événement fondé par André Malraux (ministre d'état chargé des affaires culturelles) en 1959 ; elle a pour objectif de promouvoir des artistes innovants originaires du monde entier. Elle accorde également une place aux groupes ; en 1963, le GRAV dispose du hall d'entrée du Musée d'art moderne de la Ville de Paris. H. G. R. : En plus de cet apport pour nos travaux personnels, il y avait dans le GRAV un esprit collectif : nous avons fait ensemble des expériences comme les premiers Labyrinthes, ces «lieux d interaction», pour la troisième Biennale de Paris en 1963, ainsi qu à New York en entretien accordé par Horacio Garcia Rossi à Françoise Armengaud à l'occasion de l'exposition Au-delà du miroir La lumière / Le public quitte donc l'attitude contemplative imposée par les formes plus traditionnelles d'exposition pour une participation active. Par le parcours, élaboré collectivement, véritable espace expérimental, on sollicite le spectateur par une approche sensorielle ou ludique ; à la multiplicité des situations et des réactions, des sensations, correspond la notion de multiple et l'unicité de l'œuvre placée à bonne distance du visiteur disparaît. DÉFENSE DE NE PAS PARTICIPER DÉFENSE DE NE PAS TOUCHER DÉFENSE DE NE PAS CASSER À Paris, octobre 1963, Groupe de Recherche d'art Visuel "Assez de mystifications II", 3 e biennale de Paris 9

10 19 avril 1966 : "Une journée dans la rue" pour "dépasser les rapports traditionnels de l'œuvre d'art et du public" H. G. R. : Nous avons fait une «Journée dans la rue» en 1966 : nous voulions montrer nos expériences là où le public n est pas conditionné par le lieu (musée, galerie d art). Pour savoir la réaction de ce public inhabituel, nous avons élaboré des questionnaires. entretien accordé par Horacio Garcia Rossi à Françoise Armengaud à l'occasion de l'exposition Au-delà du miroir La lumière / Transplanter l'expérience du labyrinthe dans la rue, sur différents lieux, sur une durée limitée (avec neuf "stations" proposées à 8h, 10h, 12h, 14h, 16h, 18h, 20, 22h et 23h) suppose une grande mobilité (donc une organisation) pour atteindre le public dans son quotidien avec l'ambition de le "perturber" dans ses habitudes. "Il ne s'agissait alors pas de "descendre l'art dans la rue" comme cela a pu être dit, mais d'expérimenter, comme le souligne Julio Le Parc dans un entretien, avec et à travers la proposition plastique de nouvelles situations participatives, construites avec et à travers l'action d'un public non-averti" (Marion Hohlfeldt) et dont la préoccupation n'est pas précisément dans l'instant de se confronter à l'art. Il y a un climat. Ce qui est bizarre est de considérer qu'on était loin de la guerre, mais que les artistes choisissaient un art de vivre ensemble qui probablement mettait un point final à la mélancolie de la guerre. entretien accordé par Anne Tronche à Sylvie Mokhtari et Marion Hohlfeldt /

11 1967, EXPOSITION «LUMIÈRE ET MOUVEMENT L'ART CINÉTIQUE À PARIS» Placer la perception du spectateur au centre de l'exposition Frank Popper (né à Prague en 1918), historien et critique d'art, s'est très tôt intéressé à l'art cinétique puisqu'en 1966 il obtient un doctorat d'université en esthétique avec une thèse intitulée "L'image du mouvement dans les arts plastiques depuis 1860". Son ouvrage "Art, action et participation" montre comment un nouveau rapport peut naître entre l'artiste, l'œuvre, le public. Les expositions qu'il est chargé d'organiser et la présentation qu'il en fait nous éclairent sur l'ambition des artistes mise en œuvre par Frank Popper. L'exposition "Lumière et Mouvement - l Art cinétique à Paris" En 1967, la Conservatrice du Musée d art moderne de la ville de Paris, qui avait entendu parler de mes travaux sur le mouvement dans l art me charge d organiser une exposition à partir de Vasarely qui était déjà très connu à l époque mais que l on a très vite décidé d entourer d autres artistes non seulement optiques mais lumino-cinétiques. Ma première préoccupation en organisant cette exposition, que j intitulai "Lumière et Mouvement", était de créer un contexte global ou un environnement qui suivrait, comme toute forme de discours écrit ou oral, un plan avec une introduction (en l occurrence historique) et différentes parties. C est ainsi, en effet, qu une grande exposition me paraît devoir être pensée et structurée. La première salle introductive présentait des œuvres de précurseurs de l art du mouvement (Baranoff- Rossiné, Man Ray, Raoul Hausmann) ; elle était destinée à faciliter l entrée du public dans une nouvelle logique de création ; après quoi le spectateur pouvait pénétrer dans une salle de peintures cinétiques qui restaient proches de l idée de tableau dans la mesure où elles en conservaient le cadre ou les dimensions et pouvaient encore, pour certaines, être accrochées au mur (comme celles de Cruz-Diez, de Malina et de Calos - ces trois artistes représentés ici dans l exposition). Ensuite, le public pouvait se diriger vers une salle réservée aux œuvres luminocinétiques tridimensionnelles (comme celles de Demarco et de Garcia Rossi - également représentés ici) ou vers une autre salle entièrement consacrée aux œuvres luminodynamiques de Nicolas Schöffer. Enfin, après être passé par une salle dédiée aux reliefs luminooptiques de Vasarely, le spectateur en arrivait aux œuvres individuelles du Groupe de Recherche d Art Visuel, les plus inattendues et les plus mouvementées, pour finir par une œuvre collective du Groupe, intitulée Parcours à volume variable, qui demandait de la part du visiteur-participant une sorte d intelligence, voire une sorte de créativité musculaire qui lui permette d effectuer ce parcours en pliant et dépliant son corps selon les situations plus ou moins surprenantes imaginées par le Groupe de Recherche d Art Visuel. Afin de vous rassurer, si besoin était, j ajouterai que l on n était pas obligé d emprunter ce "parcours créatif" et que l on pouvait contourner cette œuvre collective et pour le moins sportive, en se dirigeant droit vers la sortie. Les premières réactions du public à ces propositions totalement inédites dans un lieu muséal pouvaient faire penser à celles des visiteurs d une fête. On me l a d ailleurs beaucoup reproché, au prétexte que l art est une chose sérieuse mais, selon moi, la fête ne l est pas moins. De toute façon, après le premier effet de 11

12 surprise et d amusement, on a pu voir les visiteurs se familiariser avec une œuvre plutôt qu une autre, chercher à les examiner sous différents angles, essayer de comprendre d où venait leur mouvement et surtout se décider à entrer dans le jeu de participation requis non seulement par le Groupe de Recherche d Art Visuel mais par certains artistes comme Nicolas Schöffer et son grand Prisme kaléidoscopique dans lequel le spectateur pouvait s immerger et se voir démultiplié dans les miroirs réfléchissants. Dans la même exposition (Lumière et Mouvement), l œuvre d Agam, intitulée Que la lumière soit, permettait au spectateur de déclencher un flot de lumière, plus ou moins intense, soit en utilisant sa voix criée, parlée ou chantée, soit en faisant claquer ses mains plus ou moins fort. (...). Conférence de Frank Popper dans le cadre de l'exposition de la collection d'œuvres optiques et luminocinétiques de l'auteur au Centre d'art contemporain Frank Popper de Marcigny / Le parcours proposé par l'exposition transforme le spectateur qui, de simple visiteur, devient acteur : on parlait d' "ambiantation" (Julio Le Parc) ou de "pénétrable" pour désigner ces espaces conçus comme des lieux d'interaction. On peut également envisager ces "expériences" comme l'annonce des "installations" plus contemporaines. Pour prendre la mesure du caractère innovant, il faut se rappeler que le musée est un espace qui se parcourt silencieusement, dans le calme et l'admiration des œuvres nées du génie de l'artiste identifié, chacun tenu à bonne distance... Les conventions sont donc oubliées ce qui peut parfois créer des situations inattendues où on perd le contrôle (!) En 1969, lors de la "Biennale des Jeunes", Frank Popper se voit confier la salle centrale du musée Galliera (musée de la mode de la Ville de Paris) où de jeunes artistes doivent solliciter la créativité du spectateur : Le jour du vernissage, nous avons dû faire face à un raz-de-marée humain qui était bien décidé à participer au-delà de nos espérances. Toutefois, je tiens à dire que toute agressivité était absente de la manifestation et les quelques dégradations matérielles qui ont suivi ne relevaient pas d une volonté de casser de l art mais plutôt de s essayer joyeusement au jeu de la création. Nous avions intitulé cette exposition vraiment nouvelle L Atelier du spectateur. La Conservatrice du musée Galliera cria au scandale et porta plainte le lendemain à cause de son parquet taché de peinture. Frank Popper / juin 2009 Mais déjà, depuis novembre 1968, le GRAV n'existe plus! 12

13 Démystifier l'art : quelles limites? H. G. R. : Dans le GRAV, nous voulions la démocratisation de l art. Nous avons créé des multiples, des sérigraphies, dont le prix était plus accessible que celui de l œuvre unique. À l époque, les collectionneurs étaient attachés à la notion de propriété individuelle de l œuvre unique. entretien accordé par Horacio Garcia Rossi à Françoise Armengaud à l'occasion de l'exposition Au-delà du miroir La lumière / Si le groupe partage un "socle" d'idées communes à chacun des membres (les objectifs : la dévalorisation de "l'artiste" et du "chef-d'œuvre" au profit de la sollicitation du spectateur), il faut souligner qu'il s'agit tout de même d'une somme d'individus dont les convictions n'étaient pas les mêmes, notamment dans le domaine politique. La critique des institutions, à l'origine du mouvement, n'interdit pas la participation aux différentes manifestations, sans doute avec la volonté de bousculer un certain "ordre" mais aussi pour y recevoir des prix! De même, l'appartenance au GRAV n'interdit pas les carrières individuelles qui peuvent venir perturber le bon fonctionnement surtout après avoir dénoncé les ambitions de l'artiste individuel. Ainsi, l'année 1966 est particulière dans l'histoire du groupe : on voit le succès de l'action Une journée dans la rue menée collectivement, alors que Julio Le Parc remporte le Grand Prix international de Peinture à la Biennale de Venise. François Morellet, en décembre 1968, précise sa position lors de la dissolution du groupe : J'ai pris la décision avec la majorité des autres membres en novembre dernier de dissoudre le groupe et ceci principalement pour deux raisons : 1 (...) 2 un groupe est d'autant plus cohérent que ses membres sont anonymes. Ma proposition faite il y a huit ans pour supprimer définitivement toute signature individuelle pour les membres du groupe ayant été rejetée, il était inévitable que le groupe disparaisse quand les succès individuels apparaîtraient. (...) Le slogan "Il est interdit d'interdire" de mai 1968 prend une dimension particulière et semble synthétiser radicalement le projet du GRAV pour l'art, alors que la rue, que le groupe envisageait d'investir à nouveau, était occupée par les manifestants. Je suis persuadée que toute grande œuvre nous permet de comprendre l'époque dans laquelle nous sommes et nous permet parfois de créer des hypothèses sur l'avenir ; ce qui s'est passé au tout début des années 60 est le programme de mai 68. C'est ce qui était dit aussi bien par Godard que par la plupart des agitateurs de ces années. Le GRAV parle aussi de modernité. (...) entretien accordé par Anne Tronche à Sylvie Mokhtari et Marion Hohlfeldt /

14 4. AU-DELÀ DU GRAV ET DANS SA PROXIMITÉ : ARCHITECTURE, CINÉMA ET MODE L'esprit du GRAV - et plus largement du cinétisme - se retrouve dans d'autres domaines durant cette décennie : les ambitions du GIAP (Groupe International d'architecture Prospective) sont très proches, par l'esprit, de ce groupe. Le Manifeste 1965 L'explosion démographique, l'accélération spectaculaire des progrès techniques et scientifiques, l'augmentation constante du niveau de vie, la socialisation du temps, de l'espace et de l'art, l'importance croissante des loisirs, l'importance des facteurs temps et vitesse dans les notions de communications, font éclater les structures traditionnelles de la société. Nos villes, notre territoire ne sont plus adaptés à ces transformations. Il devient urgent de prévoir et d'organiser l'avenir au lieu de le subir. Le GIAP a pour but de rassembler tous ceux, techniciens, artistes, sociologues et spécialistes divers qui recherchent des solutions urbanistiques et architecturales nouvelles. Le GIAP veut être un lien entre les chercheurs de tous les pays, même si leurs thèses sont parfois opposées. Le GIAP n'a donc pour l'instant d'autre doctrine que la prospective architecturale. CONTRE une architecture rétrospective. POUR une architecture prospective. Signé à Paris, en mai 1965 par Yona Friedman, Walter Jonas, Paul Maymont, Georges Patrix, Michel Ragon, Ionel Schein, Nicolas Schöffer. Le cinétisme dans l'air du temps? La volonté de s'inscrire dans une démarche de recherche est également celle d'henri-georges Clouzot, notamment avec son film (inachevé) L'Enfer en 1964 : les effets spécifiques créés par Joël Stein et Yvaral, donnent à l'image un pouvoir hypnotique. Mais c'est en 1968 que son film La Prisonnière (ci-contre) met en scène une esthétique et des questionnements qui sont ceux du GRAV (démocratisation de l'art, proximité du public avec des formes nouvelles par exemple...). La galerie Denise René prête des œuvres pour le tournage de ce film. Et en 1966, la mode elle-même semble perméable à cette nouvelle tendance : "Les jeux d'optique des artistes cinétiques font chavirer l'année 1966" titre le magazine Elle. Cependant, selon Michel Pastoureau, "la rayure n'attend pas, ne s'immobilise pas, elle est en perpétuel mouvement, c'est pour cela qu'elle a toujours fasciné les artistes : peintres, photographes, cinéastes." (in, L'Étoffe du diable, Editions du Seuil, 2007). Yannick Louis, conseiller-relais au musée des beaux-arts de Rennes 14

15 PERSPECTIVE PLASTIQUE «Le labyrinthe, vers une œuvre d art totale» Etymologiquement, le labyrinthe est un lieu constitué de chemins et de galeries dans lequel on peut entrer mais difficilement sortir. Il renvoie le plus souvent à la mythologie grecque et au labyrinthe créé par Dédale à la demande du roi Minos afin d y enfermer le Minotaure, fruit des amours de Pasiphaé et d un taureau. Dédale et son fils Icare y furent eux-mêmes enfermés afin qu ils ne puissent pas en dévoiler les plans mais également pour avoir donné l idée du fil à Ariane afin que Thésée qui voulait tuer le monstre, puisse ressortir facilement. Dédale et Icare purent s échapper en s'envolant grâce à l'invention astucieuse d ailes. Icare périt dans la mer, car il s approcha trop près du soleil qui fit fondre la cire fixant les plumes. GRAV, Labyrinthe, 1963 Le groupe du GRAV va créer des parcours labyrinthiques qui ont pour visée de faire se déplacer le spectateur. Lors de la première exposition en 1963, le GRAV propose sa première œuvre collective lors de la biennale de Paris. Le labyrinthe s articule autour de huit cellules emboîtées les unes dans les autres. Le spectateur est ainsi invité à déambuler dans l espace mais d une manière très guidée car il n y a qu un seul chemin. Néanmoins, celui-ci est ponctué de modules destinés à stimuler la vision par l utilisation de divers effets optiques. En 1964, le labyrinthe est axé sur la position physique et non plus optique du spectateur. Il est ainsi déstabilisé par des dalles mobiles, des surfaces molles, des sols accidentés. Il doit ainsi éviter des situations périlleuses qui s apparentent aux pièges que l on retrouve dans l histoire du labyrinthe. Traditionnellement, le spectateur est passif, il contemple les œuvres. Ici, le spectateur devient ainsi acteur tel Thésée ou Icare, il fait partie intégrante de l œuvre. Cette volonté d englober le spectateur fait référence au paradigme wagnérien du Gesamtkunstwerk : l œuvre d art totale. Wagner va, avec Tannhaüser en 1845 et Parsifal en 1882, associer forme et son. Le spectateur devra mettre en pratique les consignes suivantes : DÉFENSE DE NE PAS PARTICIPER DÉFENSE DE NE PAS TOUCHER DÉFENSE DE NE PAS CASSER 15

16 Le 19 avril 1966, le labyrinthe du GRAV sort hors les murs pour se déployer dans les rues de Paris, lors d une journée : «Une Journée dans la rue». A chaque "station", le spectateur est invité à redécouvrir l espace de la ville (à 8h, 10h, 12h, 14h, 16h, 18h, 20, 22h et 23h) en tissant une sorte de fil d Ariane afin de le guider. Dans le manifeste du GRAV, les artistes souhaitent que le spectateur sorte de sa passivité afin d être maître de la «situation». GRAV, plan du Labyrinthe III, 1964 Guy Debord, qui a été rédacteur en chef de l Internationale Situationniste de 1959 à 1969, dans l article Théorie de la dérive, va expliquer comment on peut en délaissant la monotonie et la répétition, se "laisser aller", de manière ludique et constructive, aux rencontres, à la psychogéographie. Il propose ainsi des cartes : Guy Debord, Guide psychogéographique de Paris, Discours sur les passions de l amour, pentes psychogéographiques de la dérive et localisation d unités d ambiance, dépliant édité par le Bauhaus Situationniste, imprimé chez Permild & Rosengreen, Copenhague, mai De nombreux artistes ont travaillé à partir de la ville, nous pouvons citer en prolongement, par exemple l œuvre de Francis Alÿs intitulée The Leak en 1995, où tel Thésée tissant le fil d Ariane, il laisse une ligne de peinture rose s échapper du pot qu il tient à la main lors de sa déambulation dans la ville. Également, l œuvre, de On Kawara, intitulée I Went, dans laquelle il trace au stylo bille rouge son itinéraire quotidien sur la photocopie du plan local. Marie Rousseau, conseillère-relais au musée des beaux-arts de Rennes 16

17 EN SAVOIR + Fiches biographiques / Repères chronologiques / Extraits de documents relatifs à la vie du groupe / Éléments de bibliographie et sitographie. Fiches biographiques / Horacio Garcia- Rossi (Buenos Aires / Argentine 1929 Paris, 2012) Il étudie à l'école nationale des beaux-arts de Buenos Aires où il rencontre Hugo Demarco, Julio Le Parc et Francisco Sobrino. Installé à Paris à partir de 1959, son travail porte alors sur la recherche à deux dimensions, sur la problématique de l'anonymat et de la multiplication de la forme, du mouvement virtuel, de la programmation et de la systématisation en blanc, noir et gris, ainsi que sur les problèmes de la juxtaposition des couleurs. Il introduit à partir de 1962 le mouvement réel et la lumière dans ses recherches. L'artiste développe en même temps des œuvres pouvant être manipulées par le spectateur (Cylindres en rotation) et entame une recherche continuelle sur le problème de l'instabilité avec la lumière et le mouvement, telles que les Boîtes à lumière instable avec couleurs et motifs à manipuler et des structures lumière à couleurs changeantes. À partir de 1966, ses premières expériences avec l'identification visuelle de l'écriture (Mouvement), le mènent vers un abécédaire en mouvement (Portrait ambigu des membres du GRAV), puis à partir de 1969, à une recherche systématique d'un alphabet ambigu en essayant de donner à chaque lettre le mouvement que sa forme et sa signification ont en tant que lettre. Julio Le Parc (né à Mendoza / Argentine en 1928) Marqué par les travaux de Carmelo Arden Quin Alves Oyarzun (artiste brésilien qui réalise ses premières sculptures cinétiques entre 1949 et 1950) et de Victor Vasarely, il se tourne vers le mouvement et la lumière ; en 1963, l'exposition L'instabilité proposée par le GRAV reflète sa manière de concevoir l'art en lien avec son environnement perceptif et social, ce qui apparaît également avec ses Multiples. En 1966, il remporte le Grand Prix international de Peinture à la Biennale de Venise qui lui permet d'exposer à travers le monde entier. En mai 1968, sa participation active aux «ateliers des personnes» mène à son expulsion de France, mesure qui dure cinq mois et finit avec son retour à Paris grâce aux protestations émises par des artistes et des intellectuels. François Morellet (né à Cholet en 1926) De 1947 à 1950, une courte période figurative précède une période durant laquelle François Morellet se tourne vers l'art concret (influencé par le concrétisme de Max Bill), tout en orientant ses recherches vers la complexité des phénomènes perceptifs et le caractère infini des possibilités qu'offre la combinaison d'un nombre restreint d'éléments répétés en considérant la toile plutôt comme champ d'expérience visuelle que d'expression personnelle. Morellet tente ainsi d'éliminer toute trace individuelle de l'artiste. Cette volonté de stimuler le spectateur et de changer radicalement la relation art-public s'exprime notamment dans de nombreuses installations avec le GRAV telles que les Labyrinthes et les Aires de jeux (entre 1963 et 1968) qui incitent à une participation interactive. Après l'expérience du GRAV, il demeure fidèle aux cinq grands principes de son art : juxtaposition, superposition, hasard, interférence et fragmentation. Francisco Sobrino (né à Guadalajara / Espagne en 1932) À l'âge de treize ans, il part pour l'argentine où il rencontre Horacio Garcia-Rossi et Julio Le Parc à l'école des beaux-arts de Buenos Aires. Il s'attache à dépouiller l'œuvre de toute forme d'affect et de savoir-faire en limitant son travail à l'agencement de carrés et de cercles. Les matériaux utilisés (métal brossé, plexiglas, inox poli...) le conduisent comme Joël Stein à s'intéresser aux formes virtuelles produites par les jeux de miroirs. Il se tourne ensuite (après 1968) vers l'intégration du vivant dans ses œuvres. 17

18 Joël Stein (Saint-Martin-Boulogne, 1926 Foucarville, 2012) Après avoir fréquenté l'atelier de Fernand Léger, les assemblages de miroirs conduisent à la construction d'un monde virtuel qui prend l'aspect du labyrinthe (idée explorée avec le GRAV pour l'exposition Labyrinthe de 1963). En , il participe avec Yvaral à la création du décor cinétique du film de Clouzot, La Prisonnière. Il poursuit son travail en introduisant le laser, en recourant à l'électronique et, d'une manière plus générale, aux nouvelles technologies. Jean-Pierre Vasarely, dit Yvaral (Paris, 1934 Paris, 2002) Après des études à l'école des Arts Appliqués de Paris (où il se spécialise en publicité et graphisme), il mène des recherches en vue d'une analyse systématique du fonctionnement de la perception visuelle. À partir de 1959, il développe ses premières accélérations optiques en noir et blanc et exploite l'effet moiré par des superpositions de fils vinyliques sur trame et des réseaux noir et blanc échelonnés en profondeur (L'instabilité, 1961). Il met alors au point la série Plan-espace, des reliefs où la structure change en fonction de l'angle de vision du spectateur, l'incitant ainsi à se déplacer. Le mouvement virtuel se transforme alors en un mouvement réel. Ses objets manipulables pour le premier Labyrinthe de 1963 (Disques à manipuler), ainsi que des installations en fils vinyliques interactifs invitent à une action directe de la part du spectateur. En 1966, il réalise la Structure instable, un espace cylindrique pénétrable à base de fils vinyliques pouvant créer des effets de moiré, présentée lors de Une journée dans la rue. Extrait du catalogue GRAV réalisé à l'occasion de la rétrospective au Magasin, Centre National d'art Contemporain de Grenoble, Des fiches plus complètes sont disponibles sur le site de la galerie Lélia Mordoch (voir sitographie) 18

19 Repères chronologiques, de la naissance à la dissolution du groupe Juillet 1960 : création du CRAV qui devient GRAV quelques mois plus tard (juin 1961) : exposition "Mouvement" au Musée d'art Moderne de Stockholm "... nous voudrions supprimer de notre vocabulaire le mot "art", nous préférons considérer le phénomène artistique comme une expérience uniquement visuelle concernant la physiologie plutôt que l'émotion..." Première exposition "Nouvelle tendance" à Zagreb où sont présents différents "groupes" : le groupe "N" de Padoue, le groupe "T" de Milan... "Assez de mystification" 1962 : "L'instabilité" à la Maison des Beaux-Arts de Paris Première exposition à New York à la galerie "Contemporaries" 1963 : "Le labyrinthe" : "Défense de ne pas toucher, défense de ne pas participer, défense de ne pas casser" Le GRAV remporte le Premier prix des travaux de groupe de la Biennale de Paris : exposition en Amérique du Sud (Buenos Aires, Sao Paulo et Brasilia) et à Cassel pour "documenta III" : exposition "Labyrinthe 3" à New York et manifeste "Stop-Art" ; grand espace de jeu présenté à la Biennale de Paris. Année très fructueuse avec des expositions à travers le monde avril 1966 : "Une journée dans la rue" à Paris Julio Le Parc remporte le Grand Prix international de Peinture à la Biennale de Venise 1967 : "Lumière et Mouvement" au musée de la Ville de Paris (le public est "activé", sollicité par un parcours accidenté...) 1968 : "Variations sur l'escalade", projet réalisé pour l'albright-knox Museum de Buffalo 15 novembre 1968 : dissolution du groupe (décision prise à l'unanimité) 19

20 La trajectoire du groupe à travers quelques textes : de l'acte de fondation à l'acte de dissolution Acte de fondation Ce jour, les soussignés déclarent fondé le Centre de Recherche d'art Visuel. Par la création de ce centre, ils veulent : confronter leurs recherches personnelles ou de petits groupes afin de les intensifier ; unir leurs activités plastiques, efforts, capacités et découvertes personnelles dans une activité qui tende à être celle d'une équipe ; dominer ansi l'attitude traditionnelle du peintre unique et génial, créateur d'œuvres immortelles. Ils partiront de leurs activités plastiques individuelles et au moyen d'une recherche organisée et soutenue par la confrontation du travail, des concepts et des activités plastiques de chacun, constitueront peu à peu une base solide, théorique et pratique, de but : le Centre de Recherche d'art Visuel sera un centre libre de toute pression esthétique, sociale ou économique. Le caractère et le but des recherches que poursuivront les membres du Centre de Recherche d'art Visuel seront soumis à une analyse du Centre qui émettra son opinion. Ces recherches pourront constituer le point de départ d'autres recherches qui seront réalisées par ceux-là même qui les initièrent ou par d'autres membres du Centre. Chacun des membres du Centre de Recherche d'art Visuel devra soumettre ses activités individuelles, lorsqu'elles concernent le Centre, à ce Centre, afin d'obtenir la solution la plus appropriée aux problèmes qui peuvent ainsi se présenter. On établira un registre où seront consignées les activités du Centre, l'histoire de ses recherches et possibilités de développement, tant théoriques que pratiques. De même on pourra établir des classifications concernant l'origine des recherches, leurs objectifs, les relations existant entre elles, ou leurs contradictions. Les membres du Centre de Recherche d'art Visuel créeront la règlementation détaillée nécessaire au fonctionnement du Centre en accord avec les principes généraux ci-dessus énoncés. Paris, juillet Demarco, Garcia Miranda, Garcia Rossi, Le Parc, Molnar, Morellet, Moyano, Servanes, Sobrino, Stein, Yvaral 20

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre?

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? Médiation traduction De la matière aux langages 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 3/ La rencontre avec une œuvre : une «enquête» en 3 étapes 4/ Et maintenant

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

ENTREZ AU MUSÉE FAIRE DON D UNE ŒUVRE. Couverture : Victor Vasarely «Bi-forme», 1962. Joël Stein «Neuf trièdres, ou Trièdre à neuf cellules», 1963

ENTREZ AU MUSÉE FAIRE DON D UNE ŒUVRE. Couverture : Victor Vasarely «Bi-forme», 1962. Joël Stein «Neuf trièdres, ou Trièdre à neuf cellules», 1963 Couverture : Victor Vasarely «Bi-forme», 1962 Joël Stein «Neuf trièdres, ou Trièdre à neuf cellules», 1963 François Morellet «Néon bilingue et aléatoire», 1971 FAIRE DON D UNE ŒUVRE Pages intérieures :

Plus en détail

Dossier Histoire des arts

Dossier Histoire des arts Nguon Léa 3 5 Dossier Histoire des arts LE POP ART Sommaire 1. Introduction...p.2-3 2. Biographie...p.4-5 3. Présentation de l'oeuvre...p.6-7 a. Spécificité de l'oeuvre b. Contexte sociologique c. Analyse

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Alain Fleischer NOTICE BIOGRAPHIQUE. Alain Fleischer est né en 1944 à Paris.

Alain Fleischer NOTICE BIOGRAPHIQUE. Alain Fleischer est né en 1944 à Paris. Alain Fleischer NOTICE BIOGRAPHIQUE Alain Fleischer est né en 1944 à Paris. Après des études de lettres, linguistique, sémiologie et anthropologie à la Sorbonne et à l'école des Hautes Études en Sciences

Plus en détail

ATELIERS JEUX OUTILS LUDIQUES, PRATIQUES CREATIVES avec ZEPHYR LUDENS Jardin des thérapies lundi 2 février 2015

ATELIERS JEUX OUTILS LUDIQUES, PRATIQUES CREATIVES avec ZEPHYR LUDENS Jardin des thérapies lundi 2 février 2015 ATELIERS JEUX OUTILS LUDIQUES, PRATIQUES CREATIVES avec Jardin des thérapies lundi 2 février 2015 Pour les pratiques d'accompagnement, psychothérapie, thérapies brèves, coaching, formation, médiation,

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

Didactique des arts visuels :

Didactique des arts visuels : Didactique des arts visuels : Principes et grandes lignes Du coté des instructions officielles Les objectifs de l'éducation artistique et culturelle à l'école L éducation artistique et culturelle a pleinement

Plus en détail

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 SOMMAIRE - Introduction Page 1 - Coordonnées du service d Archives de l INSERM Page 2 - Glossaire Page 3 - Les archives dans les bureaux Page 4 - Les archives administratives

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

La micro be. Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014

La micro be. Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014 h c a La micro be DROITE Image Sébastien PLASSARD, Baigneuse 2014 PAR L I G N E 26 JUIN - 31 JUILLET 2015 La micro beach Achetez de l art les pieds dans le sable! Pour fêter sa première année d existence

Plus en détail

Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc

Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc Le jugement esthétique d Alain Flamand à travers son ouvrage Regard sur la peinture contemporaine au Maroc Le critique d art français Alain Flamand est venu enseigner au Maroc en 1969. Son ouvrage Regard

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600

Les mardis, entre 10 h et 11 h 30, du 7 janvier au 25 mars 2014 I Tarif. 600 DROUOT FORMATION CYCLES COURTS HIVER 2013 Les Grands Ateliers d art À travers la visite d une sélection de 10 ateliers parisiens parmi les plus prestigieux tels que Brazet, Féau ou Gohard, venez découvrir

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Exposition temporaire «Très toucher»

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Exposition temporaire «Très toucher» COMMUNIQUÉ DE PRESSE Exposition temporaire «Très toucher» Du 7 juillet au 7 décembre 2012 à L Arche des Métiers L ARCHE DES MÉTIERS - CCSTI de l Ardèche Place des Tanneurs BP 55-07160 LE CHEYLARD Tél.

Plus en détail

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine

Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine Cahier des charges pour la création d un site internet dédié au Matrimoine 1. Présentation d HF Née en novembre 2009 à l initiative de femmes et d hommes travaillant dans le domaine du spectacle, de la

Plus en détail

Le Centre Georges Pompidou, Paris.

Le Centre Georges Pompidou, Paris. Le Centre Georges Pompidou, Paris. 1- L OEUVRE : Titre de l œuvre Centre Georges Pompidou aussi surnommé Beaubourg d après le nom du quartier dans lequel il fut construit. Nom de l auteur ou de l artiste

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

MeltingSport ASBL. Activités extrascolaire sur Bruxelles

MeltingSport ASBL. Activités extrascolaire sur Bruxelles MeltingSport ASBL Activités extrascolaire sur Bruxelles L'ASBL «Meltingsport» propose aux écoles différents extrascolaires dans une structure indépendante des écoles et s'occupant personnellement de celles-ci.

Plus en détail

TEMPS D'ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR COMMUNE DE NOAILLAN

TEMPS D'ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR COMMUNE DE NOAILLAN TEMPS D'ACTIVITÉS PÉRISCOLAIRES (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR COMMUNE DE NOAILLAN ANNÉE 2014 2015 A. DISPOSITION GÉNÉRALES Article 1 objet du règlement A compter de la rentrée 2014, les TAP (temps d activités

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

BIENVENUE AU CENTRE POMPIDOU

BIENVENUE AU CENTRE POMPIDOU GUIDE À DESTINATION DES PUBLICS EN SITUATION DE HANDICAP BIENVENUE AU CENTRE POMPIDOU www.handicap.centrepompidou.fr UN LIEU DE CULTURE OUVERT À TOUS UNE OFFRE DIVERSIFIÉE DES TARIFS ADAPTÉS VOUS AVEZ

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Dossier de Presse. Grand Nausicaà. République-Eperon. Capécure. Zones économiques

Dossier de Presse. Grand Nausicaà. République-Eperon. Capécure. Zones économiques Grand Nausicaà République-Eperon Capécure Zones économiques 1 Imaginons le Boulonnais L'agglomération de Boulogne-sur-Mer aborde une période charnière de son développement. Territoire en pleine dynamique,

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE

Showroom 2006 Journées Portes Ouvertes des Ateliers des Artistes Lyonnais DOSSIER DE 2006 PRESENTATION DU PROJET DOSSIER DE PRESSE Showroom (association loi 1901) Siège social 109, allée 8 E, rue Francis de Pressensé 69100 Villeurbanne mail : association.showroom@free.fr site : http://association.showroom.free.fr

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

REVUE DE PRESSE. Suite à l annonce de l ouverture du Musée Mohammed VI d art moderne et contemporain

REVUE DE PRESSE. Suite à l annonce de l ouverture du Musée Mohammed VI d art moderne et contemporain REVUE DE PRESSE Suite à l annonce de l ouverture du Musée Mohammed VI d art moderne et contemporain Juillet / Août 2014 LE POINT (France), le 10/07/2014 Un signe : les vitrines se multiplient Depuis 2010,

Plus en détail

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Résumé : En proposant aux élèves de tester différents stylos feutres, cette première séquence leur permet de découvrir que les couleurs peuvent être

Plus en détail

«En route petite troupe»

«En route petite troupe» «En route petite troupe» Projet de découverte de la Cité de l Automobile à Mulhouse à destination des enfants de 6 à 12 ans Dossier de présentation Avec le soutien de La Fondation Culturespaces a pour

Plus en détail

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait

Fiche de préparation. Intitulé de séquence : le portrait Fiche de préparation Cycle III Niveau de classe : CM Intitulé de séquence : le portrait Domaines étudiés : arts du langage, arts visuels Champs disciplinaires : français/ langage oral, lecture, écriture

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen

«Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen Concours Européen Supélec Sciences et Technologies dans l'art Européen «Source» - Elena PAROUCHEVA, installation monumentale, Amnéville-les-Thermes, présentée par Frédéric LESUR, Supélec 92 Illustrations

Plus en détail

«L Été Oh! Parc» pédagogique. Fiche. Bonjour de France Fiches pédagogiques 1. Auteur : Delphine WODA. http://www.bonjourdefrance.

«L Été Oh! Parc» pédagogique. Fiche. Bonjour de France Fiches pédagogiques 1. Auteur : Delphine WODA. http://www.bonjourdefrance. Fiche pédagogique Auteur : Delphine WODA «L Été Oh! Parc» http://www.bonjourdefrance.com/ Niveau : A1 minimum ; certaines parties peuvent être utilisées pour des élèves de niveau A2 Durée : 45 min à 1h30

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Association Départementale des Pupilles de l Enseignement Public de l Essonne 16 rue Thibaud de Champagne 91090 Tel : 01 69 11 23 83 Fax : 01 60 86 16 36 Site : www.adpep91.org

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille P R O G R A M M E Un musée qui dialogue avec des bibliothèques et des médiathèques. Des visiteurs qui deviennent lecteurs Les 27 et 28 juin 2015, venez découvrir au LaM une nouvelle façon d explorer les

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

Maître Eventail, Les mains qui fleurissent

Maître Eventail, Les mains qui fleurissent Contact : Ghislain Foulon shintai@live.fr Tél.: +33 (0)6.82.887.60.36. Comité des Fêtes CRS 53 MARSEI CHICHE Eric 71 AVENUE CLAUDE MONET 13014 MARSEILLE comite.des.fetes.crs53@gmail.com 0664712294 Maître

Plus en détail

MODALITES DE SELECTION 2012

MODALITES DE SELECTION 2012 MODALITES DE SELECTION 12 SITE PARIS GOBELINS, l'école de l'image Site Paris - 73 boulevard Saint Marcel - 75013 PARIS tél. 01 40 79 92 12 - info-concours@gobelins.fr - www.gobelins.fr JEU VIDEO MASTERE

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/ Le STU organise des cours de photographie donnés par un photographe professionnel. Ces cours seront organisés par groupe de 6 personnes maximum. Les cours sont en français et anglais (suivant les participants).

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014

ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014 ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE HORIZON JEUNESSE COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL D'ÉCOLE du MARDI 6 MAI 2014 Présents : Robert HOGUE (membre) Gilles LAPOINTE (membre) Meryll DAVID-ISMAYL (membre) Andree FERLAND

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique 19 mai 2015 Préambule L informatique est tout à la fois une science et une technologie qui

Plus en détail

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble A MORTAGNE-SUR-SÈVRE (85 - VENDÉE) AUTOUR DE TROIS PEINTRES CONTEMPORAINS AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble des classes des écoles maternelle et primaire qui est concerné par la création artistique.

Plus en détail

Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de

Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de Organisme indépendant dont la mission consiste à mieux sensibiliser la population à l'histoire et à la citoyenneté canadiennes. Chaque année, plus de huit millions de Canadiens accèdent à nos programmes,

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE

GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE GROUPE SCOLAIRE GUYOT DESSAIGNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE PREAMBULE Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions d

Plus en détail

Pour un usage plus sûr du téléphone portable

Pour un usage plus sûr du téléphone portable Pour un usage plus sûr du téléphone portable On commence tout juste à en parler : l utilisation du portable comporte des risques pour la santé. Pour tenter de les réduire, le Criirem (Centre de recherche

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Thématique : Arts, ruptures et continuités

Thématique : Arts, ruptures et continuités Thématique : Arts, ruptures et continuités Sujet : En t appuyant sur l analyse et la mise en relation des œuvres ci-dessous, tu devras, dans ton exposé oral, répondre à la problématique suivante : Pourquoi

Plus en détail

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE Animations pédagogiques 2014-2015 TANINGES - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3 «Située à Taninges, au cœur de la vallée du Giffre, la Maison du Patrimoine vous emmène dans une rue reconstituée pour découvrir,

Plus en détail

L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches

L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches L'art pour les tout-petits : expérience pilote au sein de différentes maisons d accueil et crèches Par Annick Faniel Dans notre article précédent, nous avons tenté de définir l'art, avec ses codes d'évaluation

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE

Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Les murs ont des voix PROJET NUMERIQUE D IMMERSION DANS LE PATRIMOINE INDUSTRIEL PAR LA LITTERATURE Un endroit unique à faire parler Notre projet est né d une frustration : l impossibilité de pénétrer

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

Réunion de présentation. Avril 2015

Réunion de présentation. Avril 2015 Réunion de présentation Avril 2015 Points abordés 1. L environnement 2. L équipe 3. La pédagogie et le fonctionnement de l établissement 4. Après la 3 ème? 5. Questions L environnement 12, chaussée Jules

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail