Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011"

Transcription

1 Vue sur l accueil des locaux de l Ordre des Architectes de Bretagne. Khamphet SAKDA, architecte Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011 Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne - 1 Rue Marie Alizon BP RENNES Cedex 3 Tel : Fax : : 1

2 SOMMAIRE L Ordre des Architectes I COMPOSITION DU CONSEIL DE BRETAGNE page 4 Les architectes Les conseillers Le personnel administratif Le service juridique II ORGANISATION DU CONSEIL DE BRETAGNE page 8 Les réunions Les groupes de travail Commission «Tenue du Tableau» Commission «Solidarité Entraide» Commission «Déontologie» Commission «Marchés publics» Commission «Communication» Commission «Formation» Commission «Chambre de discipline» III REPRESENTER LA PROFESSION page 10 Les délégués départementaux La communication vers le grand public Les institutions Les jurys de concours Les rencontres Les jurys HMONP L architecte expert judiciaire IV LES MISSIONS ORDINALES page 14 La tenue du tableau Les assurances La gestion des litiges La Chambre régionale de discipline La sauvegarde des entreprises L architecte gestionnaire La prestation de serment L accueil des jeunes inscrits V- LES FINANCES page 19 VI- N OUBLIEZ PAS DE CONSULTER page 20 TEXTES REGLEMENTANT LA PROFESSION page 21 2

3 L ORDRE DES ARCHITECTES Une profession réglementée «L Architecture est une expression de la culture. La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains, ainsi que du patrimoine sont d intérêt public» Cette proclamation, en tête de l article 1 er de la loi du 3 janvier 1977 sur l Architecture a marqué pour la première fois, la volonté du législateur de préserver et de promouvoir la qualité architecturale. Cette affirmation a également été reprise au niveau européen et figure dans la directive européenne 2005/36 relative aux reconnaissances de qualifications professionnelles qui rappelle que la profession d architecte, comme toute profession libérale, «est exercée sur la base de qualifications professionnelles appropriées, à titre personnel et sous sa responsabilité personnelle de manière indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels, dans l intérêt du client et du public.» En déclarant l architecture d intérêt public, le législateur a confié à l Ordre une délégation de service public, qui lui impose de veiller à la protection du public. L Ordre de architectes, institué par la loi du 3 janvier 1977 est donc un organisme de droit privé chargé de missions de service public, placé sous la tutelle du ministre de la Culture. L Ordre des architectes est constitué des architectes, agréés en architecture et détenteurs de récépissés remplissant les conditions fixées par la loi pour exercer leur profession : diplôme, déontologie, assurance, droits civils Il se compose de 26 conseils régionaux correspondant aux 22 régions administratives de la France métropolitaine + les 4 départements d Outre mer, et d un Conseil National qui siège à Paris. Ce dernier est composé de 24 membres élus par les conseillers régionaux. 3

4 I COMPOSITION DU CONSEIL DE BRETAGNE Le Conseil régional de l Ordre des architectes de Bretagne est constitué de : LES ARCHITECTES 1096 architectes inscrits au Tableau, tous modes d exercice confondus (libéral, associé, salarié, ) et de 319 sociétés d architecture, ce qui place la région Bretagne à la 8 ème place, en nombre d inscrits, sur les 26 régions de France. LES CONSEILLERS REGIONAUX Le nombre des conseillers régionaux est fonction du nombre d architectes inscrits, de 12 à 24 conseillers selon les régions. En Bretagne, ils sont au nombre de 18. Ces conseillers régionaux sont élus pour 6 ans directement par les architectes inscrits au Tableau de ladite région. La moitié de ces représentants régionaux est renouvelée tous les 3 ans. Les dernières élections datent de septembre 2010, et la composition du conseil depuis cette date est la suivante : 4

5 5

6 LE PERSONNEL ADMINISTRATIF Le Conseil Régional de l Ordre des architectes de Bretagne emploie 3 salariées : Catherine MEYER : Assistante administrative - Accueil et standard - Gestion administrative des litiges - Gestion administrative des jurys de concours - Assurances : suivi, relance, enregistrement Dominique GUEDARD : Assistante technique et administrative - Gestion administrative des inscriptions : réception et contrôle des pièces - Gestion administrative du Tableau - Comptabilité - Chambre régionale de Discipline (suivi des plaintes NB : Les bureaux de l Ordre des architectes de Bretagne sont situés au 1 Rue Marie Alizon, à 200 mètres de la gare SNCF. L accueil est ouvert du lundi au vendredi de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 30 (17 h 00 le vendredi). L accueil téléphonique est assuré ces mêmes jours, l après-midi uniquement. Sur rendez-vous en dehors de ces horaires. Une salle de réunion est à votre disposition à Rennes, si vous souhaitez y recevoir des clients, ou venir y travailler entre deux rendez-vous ou en attendant votre train. Merci de vérifier au préalable la disponibilité de la salle. 6

7 Sophie KERANGUYADER : Responsable administrative - Coordination service, planning - Chargée de projets - Interface commissions internes, CNOA, autres Conseils régionaux, membres du Conseil - Suivi des dossiers de suspensions administratives, disciplinaires, judiciaires - Greffe de la Chambre régionale de Discipline LE SERVICE JURIDIQUE Depuis le 30 Janvier 2011, un pôle juridique a été mis en place avec les Conseils régionaux de l Ordre des architectes de Bretagne, Basse Normandie et Haute Normandie. Il répond aux questions posées par écrit et relevant exclusivement de l exercice professionnel des architectes, à savoir : Droits des contrats, des assurances, de la construction, de l urbanisme, de la passation et l exécution des marchés publics, du contentieux des honoraires, de la déontologie, de la discipline. Justine DEWILDE : Juriste du pôle juridique Bretagne/Basse Normandie/Haute Normandie (préciser QUESTION JURIDIQUE en objet) ou par fax :

8 II ORGANISATION DU CONSEIL DE BRETAGNE A/ LES REUNIONS Les membres du Conseil régional de l Ordre de Bretagne se réunissent au minimum en Conseil, une fois par mois en Bureau, une fois par mois en commissions de travail, une fois tous les deux mois environ Un représentant régional du ministre chargé de la Culture assiste aux séances du Conseil régional. Il peut recueillir toute information sur le fonctionnement du Conseil et l exécution de son budget. En Bretagne, c est le Directeur Régional des Affaires Culturelles monsieur François ERLENBACH, commissaire du Gouvernement qui assure cette mission. Il se fait lui-même représenter par monsieur Denis-Marie LAHELLEC. B/ LES GROUPES DE TRAVAIL Le Conseil organise son travail en commissions internes, afin de préparer les dossiers qui seront présentés et débattus lors des réunions mensuelles. La composition de ces commissions varie au fil du mandat, en fonction des disponibilités et des intérêts de chacun. COMMISSION «TENUE DU TABLEAU» : (Pierre Emmanuel LE PRISE, Sébastien RITZENTHALER, Céline ROCHE) Article 23 de la loi sur l architecture : Le Conseil Régional assure la tenue du tableau régional des architectes. Il procède à l inscription des architectes après avoir vérifié qu ils remplissent les conditions requises par la loi n 77-2 du 03/01/1977 sur l architecture, et ses textes d application : décret sur l organisation de la profession ( du 28/12/77), décret portant Code des devoirs professionnels des architectes (n du 20/03/80), décret relatif au port du titre (n du 20/03/1980) Les dossiers de demande d inscription sont reçus au plus tard 10 jours avant la date de réunion mensuelle du Conseil et examinés par deux conseillers. Il arrive que cette commission reçoive les impétrants, en rendez-vous, organisé à la demande de l une ou l autre des parties (demande de précision sur conditions d exercice, demande de conseils sur installation, etc..) Cette commission examine également les demandes d accessit à l honorariat. COMMISSION «SOLIDARITE ENTRAIDE et SAUVEGARDE DES ENTREPRISES» : (Benoit GAUTIER, Pierre-Emmanuel LE PRISE, Cyril BETTREMIEUX, Francis BOYER, Nolwenn LACHEVRE, Benoît ROBERT) Cette commission a pour mission d accompagner les situations difficiles, voire tragiques, de certains confrères ou de leurs familles, telles que la maladie, le décès, les audiences aux tribunaux dans le cas de difficultés (cessation de paiement, liquidation), la suspension du tableau, 8

9 Elle émet également un avis sur les dossiers de la Commission Solidarité Entraide nationale, créée au sein du Conseil National de l Ordre. Cette CSE peut être saisie par tout architecte qui en fait la demande par écrit directement au Conseil national (Service CSE, 33 avenue du Maine BP PARIS Cédex). Au cours de l année 2011, 19 dossiers ont été ouverts pour exonération totale ou partielle de la cotisation ordinale, suite à une baisse de revenus consécutive à maladie, décès du/de la conjoint/e, mise en redressement de la société, etc.. Pour rappel, 21 dossiers ont été traités en exercer la profession Conseils pour la gestion des entreprises face aux difficultés COMMISSION «DEONTOLOGIE» : (Francis BOYER, Christian PELLERIN, Nathalie SAUDRAY, Marie Caroline THEBAULT) Cette commission a pour mission de surveiller et de protéger les pratiques professionnelles des inscrits au Tableau. Ainsi elle collecte un certain nombre d éléments de manière régulière et aléatoire, puis les étudie: Liste de projets, dossiers de permis de construire demandés en mairies, plaintes de maîtres d ouvrage, Les principales contraventions aux règles professionnelles sont la signature de complaisance, le dumping d honoraires, la concurrence déloyale. Les dossiers contrevenants peuvent ensuite faire l objet d une plainte en Chambre de Discipline. COMMISSION «MARCHES PUBLICS» : (Bruno LE POURVEER, Nicolas SUR, Sébastien RITZENTHALER) Cette Commission intervient auprès des maîtres d ouvrages dont les avis relevés ou envoyés à l Ordre ne respectent pas la loi MOP (critères discriminatoires, manque de précision, absence d indemnité, etc ) Procédure de saisine de cette commission en ligne sur le site : votre région Bretagne : AAPC douteux Depuis la mise en place de cette procédure de saisine, en septembre 2011, une trentaine de maîtres d ouvrage ont été alertés sur le caractère illégal de leur procédure. La commission travaille sur un rapprochement des informations avec le service de contrôle de légalité des préfectures en région, et a transmis l ensemble de ses travaux au Conseil National afin d alimenter l observatoire national de la commande publique. Cette commission a également participé à l organisation de la formation Juré de concours qui s est tenue en novembre COMMISSION «COMMUNICATION» : (Sabine LE MEN, Anne Cécile COMYN, Céline ROCHE, Claude LE CORRE, Benoît GAUTIER) Depuis quatre ans, la Commission perfectionne divers supports de communication vers les inscrits et vers le public. 9

10 Revue du CROA Bretagne, diffusée par mail et courrier tous les 3 mois : édito, actualité, résultats de concours, annonces, expos et formations Edition de l agenda annuel diffusé à l ensemble des architectes inscrits au Tableau dans la région Bretagne à jour de leur cotisation ordinale, cartes de vœux, contact médias, etc Réalisation d une plaquette destinée au grand public «Chez vous et pas ailleurs», et envoyée à l ensemble des mairies et des architectes inscrits en Bretagne (avec bon de réassort) Consultez-la en ligne : Votre région Bretagne Présence dans les salons : offrir aux architectes la possibilité de rencontrer des prospects (charte des architectes participant à des salons) Mise en vente de panneaux de chantier avec logo de l Ordre COMMISSION «FORMATION» : (Benoît GAUTIER, Pierre-Emmanuel LE PRISE, Nathalie SAUDRAY) Nouvellement créée, cette commission entretient le lien indispensable entre l Ordre, l Ecole d Architecture de Bretagne, le CREPA, les organismes de formation initiale et continue. CHAMBRE DE DISCIPLINE : (Pierre Emmanuel LE PRISE, Xavier GROSS QUELEN, Nathalie DUPARD, Régis FROMONT, Sabine LE MEN, Cyril BETTREMIEUX) Ce n est pas une commission à proprement parler car sa constitution et son fonctionnement sont strictement régis par la loi : En application de l article 12 du Règlement Intérieur, les membres du Conseil régional nouvellement élus procèdent dès la première réunion, à la désignation des architectes membres de la Chambre régionale de Discipline, au nombre de 3 titulaires et 3 suppléants. Ces représentants de la profession peuvent dès lors être missionnés par le Président de la Chambre de Discipline comme rapporteurs dans l instruction d un dossier de plainte : audition des parties, constitution d un rapport, présentation lors de l audience. III REPRESENTER LA PROFESSION (http://www.architectes.org => votre région => Bretagne => actions-en-bretagne) LE DELEGUE DEPARTEMENTAL Parce que 18 conseillers, architectes en exercice par ailleurs, ne peuvent pas couvrir l ensemble du territoire et représenter la profession partout où elle doit l être, le CROA Bretagne a rédigé un cahier des charges du délégué départemental qui précise et accompagne cette mission de relais entre les architectes locaux, l Ordre et les institutions, administrations, commissions locales, etc Une formule allégée de ce mandat consiste en une mission de correspondant local. 10

11 LA COMMUNICATION VERS LE GRAND PUBLIC Plaquette de communication vers le grand public : CHEZ VOUS et pas AILLEURS (diffusion vers tous les architectes et toutes les mairies de Bretagne) Réalisation de panneaux de chantier avec logo de l Ordre : valorisation de l appartenance à un ordre (à vendre à l ordre 8 pièce) Proposition de tenue de stand sur les salons, à l aide d une charte qui accompagne et encadre l intervention de l architecte LES INSTITUTIONS, COMMISSIONS, ASSOCIATIONS, REGROUPEMENTS PROFESSIONNELS, Les architectes sont des acteurs du mieux-vivre ensemble par l acte profondément social qu ils posent à travers l architecture. Ainsi, et tout naturellement, l Ordre des architectes noue des relations avec les autres acteurs de la région, participe à des projets initiés par des collectivités locales ou d autres institutions, d autres représentations professionnelles. : Préfectures, service instructeurs, DDTM, CAUEs, Club Qualité 35, Cluster Habitat 56, CODERST 56, DREAL, ECOFAUR, EME, Relais Habitat 22, Codespar, Audiar, Pays 11

12 de Rennes, PactArim, Ecofaur, MAB, Aster, DRAC, FRB, CICF, CAPEB, Abibois, Qualibat, Envirobat, FNACG, SYNAMOB, etc NB : Ces représentations ne peuvent se réaliser qu avec la participation de tous, dans le cadre des missions de délégués départemental notamment Rapprochement avec les Directions régionales de la Répression des Fraudes dans les cas, devenus nombreux, d usurpation de titres ou de publicité mensongère sur des sites internet, des publications, ou dans les pages jaunes. Echange avec les acheteurs publics, les préfectures : mise en garde sur l achat anormalement bas Co-rédaction d une charte de bonnes pratiques dans le centre ancien : point de départ d une démarche de concertation et d échanges entres les différents acteurs intervenant en centre ancien AAPC douteux : mise en place d une procédure de saisine de la commission Marchés Publics pour des concours ou des procédures adaptées entachés d irrégularités ou supposés comme tels LES JURYS DE CONCOURS L Ordre des architectes de Bretagne est régulièrement sollicité par des maîtres d ouvrage souhaitant la participation d architectes aux séances de travail des jurys de concours. Ainsi, le CROA Bretagne dispose d une liste de 110 d architectes jurés inscrits ayant suivi une formation (en novembre 2011), disposés à accompagner un maître d ouvrage dans le choix de son projet. La désignation du juré est réalisée selon les 5 critères suivants : Ne pas avoir fait acte de candidature Etre disponible à la date du concours Exercer hors du département dans lequel a lieu le concours Etre inscrit sur la liste du Conseil régional De même, une charte a été établie. Elle définit les engagements de l architecte juré, et est signée par tous les architectes enregistrés sur la liste des jurés de concours, et est communiquée aux maîtres d ouvrage qui sollicitent leur participation. Statistiques des jurys pour lesquels les maîtres d ouvrage ont souhaité des architectes jurés désignés par l Ordre : Côtes d Armor Finistère Ille et Vilaine Morbihan TOTAL

13 LES RENCONTRES Dès le début du mandat, les membres du Conseil ont souhaité réactiver les rencontres entre confrères, resserrer les liens de la profession, impliquer chacun dans le fonctionnement de l Ordre Réactivation des 18/20 : soirée mensuelle avec un intervenant, un lieu, un thème, pour rencontrer les confrères et échanger sur un sujet technique Novembre : Actualités du Code des Marchés Publics Décembre : Intervention en centre ancien, avec le SDIS 35 Février : Le permis de construire D autres thèmes à suivre : la gestion des litiges, l expertise, la prise de parole en public, la réception de chantier, etc Réunions en départements : rencontrer les confrères, échanger les points de vue, partager les expériences, définir des actions communes (Vannes en Juin, Quimper en Novembre,..) à suivre à Saint Brieuc le 2 Mars Rédaction d une charte de tutorat : accueillir et accompagner les nouveaux inscrits au Tableau, les aiguiller, les épauler, leur éviter certains écueils 13

14 LES JURYS HMONP L article 17 de l arrêté du 10 avril 2007 relatif à l HMONP prévoit la présence d une représentant du Conseil régional de l Ordre des architectes au sein des jurys HMO. L Ordre est donc sollicité pour participer aux jurys se déroulant au sein de l ENSAB. Cette année, une dizaine de confrères, conseillers en poste ou anciens conseillers, se sont relayés à l ENSAB du 24 au 31 mai 2011 pour les 60 étudiants présentés. L ARCHITECTE EXPERT JUDICIAIRE : Quand l expertise judiciaire est une des activités de l architecte, il sollicite son inscription sur la liste des experts judiciaires auprès d un Tribunal en déposant un dossier de candidature. Il doit faire l objet d une expérience reconnue et de connaissances approfondies dans le domaine dans lequel il souhaite pratiquer l expertise. Le Conseil Régional est consulté par ledit Tribunal et est chargé d émettre un avis sur cette candidature. Cet avis est rendu en fonction des critères suivants : Etre régulièrement inscrit au tableau Etre à jour de ses cotisations ordinales Etre à jour de ses assurances professionnelles Ne pas faire ou ne pas avoir fait l objet de poursuite disciplinaire ayant entraîné une sanction L Ordre n est pas fondé à émettre un avis sur les qualités professionnelles, seuls les critères «de base» énoncés ci-dessus sont vérifiés. 7 demandes d avis ont été reçues en 2011, toutes ont reçu un avis favorable. IV LES MISSIONS ORDINALES A/ LA TENUE DU TABLEAU C est auprès du Conseil régional que l architecte doit s inscrire pour exercer la profession et porter le titre. À ce jour, le Tableau des architectes de Bretagne compte : 1104 architectes et agréés en architecture (1053 en 2010, 1078 en 2011) 379 sociétés d architecture (341 en 2010, 373 en 2011) 21 détenteurs de récépissé, inscrits à l annexe du Tableau (24 en 2010, 21 en 2011) La qualité et la fiabilité des informations qui figurent au Tableau et qui sont fournies par les architectes sont essentielles pour l affichage public (Tableau en ligne sur le site de l Ordre) et la profession. => travailler avec un architecte => tableau en ligne 14

15 Le service du Tableau répond tout au long de l année : aux architectes, dans toutes les relations se rapportant à leur situation : modalités d inscription, création de sociétés, changement de mode d exercice, d adresse, assurance professionnelle, démission, etc au public, sur la réalité et la conformité d une inscription au Tableau : demandes écrites d information de la part du public ou de collectivités locales (ex : services instructeurs de demandes de permis de construire). Les mouvements du Tableau des architectes et sociétés d architecture Architectes Inscriptions Transferts entrées (architectes inscrits dans une autre région et arrivant en Bretagne) Total des entrées Démissions sans Honorariat Démissions avec Honorariat Décès Liquidations 2 / 1 Transferts sorties : architectes quittant la Bretagne Radiations disciplinaires Radiations pour défaut de production d attestation d assurance professionnelle Radiations pour défaut d adresse Total des sorties Sociétés d architecture Inscriptions Transfert en Bretagne / / 1 Total des entrées Dissolutions Transfert vers une autre région Liquidations judiciaires Radiations pour défaut d assurance professionnelle 1 / / Total des sorties Prestations de service Architectes de l Union Européenne exerçant à titre ponctuel en Bretagne B/ L ASSURANCE L assurance est une obligation de l architecte. Veiller à ce que chacun soit assuré, dans l intérêt de TOUS, est une des missions de l Ordre. 15

16 En effet, c est l institution qui sera appelée en responsabilité si un architecte n est pas assuré et si l Ordre n a pas mis en œuvre les moyens à sa disposition pour faire en sorte qu il le soit. L argent de la profession ne doit pas servir à pallier la défaillance d un seul. Voilà pourquoi la procédure imposée par la loi et le règlement intérieur s applique d une façon qui peut paraître implacable. Depuis la parution de l ordonnance du 26 Août 2005 et du décret du 10 mai 2007 sur l organisation de la profession, les Conseils régionaux sont contraints de suspendre du Tableau de l Ordre, après mise en demeure, les architectes et les sociétés d architecture qui ne transmettent pas leurs justificatifs d assurance. La mention de cette suspension et de son motif apparaissent sur le site internet de l Ordre. (www.architectes.org, rubrique Travailler avec un architecte). Les architectes ou société d architecture suspendus disposent de 3 mois pour régulariser leur situation. Le défaut de régularisation dans ce délai entraine la radiation du Tableau, la privation du porte du titre d architecte et de société d architecture, l interdiction d exercer les missions qui y sont rattachées ; N oubliez pas : l Ordre est toujours à l écoute et à disposition des architectes pour les aider à passer un cap difficile, par des conseils, un accompagnement personnalité, etc mais nous ne pouvons présager des difficultés rencontrées. Un appel de votre part permet parfois de dénouer certaines situations : recouvrement d honoraires, litige avec un maître d ouvrage, etc C/ LES LITIGES Les dossiers de litiges sont ouverts à la demande des clients ou de l architecte. Une personne est dédiée à la gestion administrative des litiges ; Elle réceptionne les informations, enregistre les dossiers, et réclame systématiquement la version contradictoire de la partie mise en cause. A réception, les pièces sont étudiées, et donneront lieu soit à l émission d un simple avis ou à l organisation d une réunion de conciliation. Deux conseillers sont présents à chacune de ces réunions. Chaque membre du Conseil de Bretagne a la charge de dossiers de litige. Seuls sont traités les dossiers pour lesquels un contrat a été préalablement signé. A la discrétion du Conseil, des cas particuliers pourront être étudiés, mais en aucun cas, ceux qui ont fait ou qui font l objet d une procédure judiciaire ne seront traités car ils sont exclus de fait de la tentative de conciliation amiable. 46 dossiers de litiges ont été traités en 2011 (73 en 2012, 74 en 2009). Près de 50 % d entre eux sont des problèmes liés au recouvrement d honoraires. Les autres motifs les plus fréquents sont le défaut d exécution de la mission, de dépassement de budget D/ LA CHAMBRE DE DISCIPLINE Les conseils régionaux ont qualité pour défendre le titre d architecte et veillent au respect du code des devoirs professionnels. La violation des règles du Code par l architecte peut entrainer des sanctions disciplinaires prononcées par la Chambre de Discipline. La Chambre régionale de Discipline des architectes est composée d un magistrat professionnel et de conseillers de l Ordre. 16

17 Audience 2010 : 3 plaintes dont 2 déposées par le Conseil régional et 1 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Motifs - 1 pour défaut de production de la liste des projets demandée par le Conseil régional - 1 pour signatures de complaisance - 1 non respect du code de déontologie (articles 3, 14, 36 et 39) Sanctions prononcées - 1 suspension de trois mois + remboursement frais de procédure - 1 suspension de six mois + remboursement frais de procédure - 1 plainte rejetée Audience 2011 : 3 plaintes ont été déposées par le Conseil de l Ordre : Motifs - 1 pour signature de complaisance - 1 pour faux et usage de faux document d assurance professionnelle - 1 pour non respect du code de déontologie (articles 5, 17, 25, 45) Sanctions prononcées - 2 radiations - 1 non lieu Bilan 2012 : 3 plaintes ont été déposées et instruites au motif de signature de complaisance. Les décisions n ont pas encore été rendues. E/ LA SAUVEGARDE DES ENTREPRISES (redressement, liquidation, ) La loi du 26 juillet 2005 prévoit, lorsque le débiteur exerce une profession libérale réglementée, l implication de l Ordre à tous les stades de la procédure. Il est donc convoqué aux audiences et assure un rôle de contrôleur et d assistant. Sa présence a pour objet d informer le tribunal de la situation de l architecte à l égard : de sa date d inscription au Tableau de l Ordre de la satisfaction à son obligation d assurance de l absence ou de l existence de procédures disciplinaires le concernant du paiement de ses cotisations ordinales Au delà de ces informations, le conseiller présent à l audience apporte l éclaircissement nécessaire à la compréhension de la situation de l architecte et à la spécificité de l exercice de la profession. Bilan 2010 = 9 audiences Bilan 2011 = 7 audiences à ce jour Bilan 2012 = 1 audience à ce jour (mars 2012) F/ ARCHITECTE GESTIONNAIRE : Article 70 du Règlement Intérieur : Le Conseil régional de l Ordre doit désigner d office un architecte gestionnaire chargé d établir un audit des affaires en cours de l architecte suspendu ou radié, et d informer les maîtres d ouvrage. 17

18 Ce que la loi a maladroitement nommé «gestionnaire» pouvant sonner comme «redresseur de tort» est en fait un accompagnant dans la difficulté passagère d un confrère, ou en situation de redressement/liquidation judiciaire. Son rôle principal est d établir un état des lieux de l activité du confrère, dans l intérêt des maîtres d ouvrage et dans l intérêt de l architecte en cause. Une nouvelle journée de formation d architectes gestionnaires sera organisée au cours de l année G/ LA PRESTATION DE SERMENT «Dans le respect de l intérêt public qui s attache à la qualité architecturale, je jure d exercer ma profession avec conscience, probité et responsabilité et d observer les règles contenues dans la loi sur l architecture et dans le code des devoirs professionnels» En 2011, la prestation de serment a eu lieu au cours du Prix Architecture Bretagne à Brest organisé par la Maison de l Architecture de Bretagne. 53 jeunes inscrits ont ainsi été invités, 24 ont répondu présents et ont prêté serment sous le parrainage de Philippe ROBERT (Reichen & Robert et Associés). Un book de leur promotion a été remis à chacun des participants, ainsi qu un panneau de chantier et une documentation technique. Benoît GAUTIER, Président de l Ordre a rappelé, au cours de son discours, que «l engagement collectif de la profession à œuvrer pour le bien commun repose sur 3 exigences : l Indépendance, la Compétence, l Intégrité» H/ L ACCUEIL DES JEUNES INSCRITS Chaque année le Conseil régional de l Ordre invite les jeunes inscrits à une journée de formation/information. La dernière session a eu lieu le 25 Janvier 2012 dans les locaux de l Ordre. Le programme de cette journée, offerte à 23 présents sur les 35 invités, a été élaboré conjointement par l Ordre des architectes des Bretagne et le CREPA, et s est déroulé autour des interventions d un expert comptable, de deux architectes. 18

19 Outre l occasion d un lien concret avec l Ordre et entre les jeunes inscrits eux-mêmes, son objectif principal est la mise en évidence de points de vigilance à contrôler tout au long de l exercice de la profession d architecte, tant en qualité de chef d entreprise que de chef de projet. V LES FINANCES Le montant de la cotisation ordinale est élaboré en commission nationale des finances, soumis à l approbation des présidents des régions, puis validé en séance du Conseil National de l Ordre des Architectes. La cotisation ordinale est devenue forfaitaire depuis Le Conseil National de l Ordre collecte les cotisations et en redistribue le produit aux régions en fonction de leur nombre d inscrits, grâce à un calcul de péréquation approuvé selon les mêmes modalités que le montant de la cotisation. La Bretagne est ainsi créditée d un peu plus de , ce qui permet : De mettre à disposition de tous, architectes et public, du personnel très qualifié et disponible Un conseil juridique au service des confrères Un avocat pour l Ordre lui-même (poursuite pour usurpation de titre, pour accompagnement en chambre de discipline, etc ) Des missions d architecte «gestionnaire» Des locaux acquis en propre et transformés pour des conditions de travail optimales Des actions de communication Des actions particulières comme une assemblée générale, une journée d accueil pour les jeunes inscrits, Une indemnisation des conseillers pour une partie du temps investi, suivant des règles très précises Chaque année le budget est élaboré puis soumis au vote du Conseil. Les comptes sont approuvés en réunion de Conseil et sont contrôlés par le commissaire aux comptes du CNOA qui vérifie la bonne application du protocole comptable mis en place pour toutes les régions. 19

20 VI N OUBLIEZ PAS DE CONSULTER CONNAITRE L ORDRE Présentation et fonctionnement Textes régissant la profession Loi, organisation de la profession, code des devoirs professionnels, règlement intérieur, etc... Actions de l Ordre Publication de l Ordre Chiffres de la profession EXERCER LA PROFESSION Tout sur l exercice Régime fiscal, questions sociales, responsabilités et assurances,.. Questions/réponses Contrats & commande privée Contrats & commande publique Document pratiques à télécharger Conseils pour la gestion des entreprises La formation continue, le développement durable, les actualités, les petites annonces, l espace architectes TRAVAILLER AVEC UN ARCHITECTE Le tableau des architectes Un architecte, Pourquoi, comment? Construire avec un architecte Contrats à télécharger La commande publique Questions/réponses, Le développement durable, les portfolios des architectes DECOUVRIR L ARCHITECTURE Portfolios, Maisons de l architecture, liens utiles, etc Des conseils, des infos, des outils consultables, téléchargeables, imprimables : Guide de la commande publique Contrats et guides téléchargeables Petites annonces Foire aux Questions Veille juridique Actualités Affichage du tableau national etc, 20

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 STATUTS Création Article 1 30 janvier 2013 Il est fondé entre les adhérents, aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour nom «Association

Plus en détail

Code de déontologie. 1. Généralités

Code de déontologie. 1. Généralités Code de déontologie Le présent code de déontologie a été voté par l assemblée générale extraordinaire en date du 7 juillet 2010 et remplace l ancien code de déontologie voté le 30 octobre 1970. Le présent

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

F-Montélimar: Services d'architecture, d'ingénierie et de planification 2010/S 67-101090 AVIS DE CONCOURS

F-Montélimar: Services d'architecture, d'ingénierie et de planification 2010/S 67-101090 AVIS DE CONCOURS 1/6 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:101090-2010:text:fr:html F-Montélimar: Services d'architecture, d'ingénierie et de planification 2010/S 67-101090 AVIS DE CONCOURS

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SYNDICAT MIXTE BAIE DE SOMME GRAND LITTORAL PICARD/ DESTINATION BAIE DE SOMME 1 place de l Amiral Courbet CS 50728 80 142 ABBEVILLE Cedex 03 22 20 60

Plus en détail

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL EXÉCUTIF DES RÉCEPTIFS ARTICLE 1 TITRE I Définition

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Ville de SAINT-SULIAC La Ruette Guitton 35 430 SAINT-SULIAC REVISION GENERALE DU P.O.S SOUS FORME DE PLAN LOCAL D'URBANISME 2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Page 1 sur 7 Maître de l'ouvrage : MAIRIE de

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS.

MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. MAIRIE DE BRENNILIS LE BOURG 29690 BRENNILIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE BRENNILIS. L'an deux mille douze, le 7 janvier à 10h30. Le Conseil Municipal de BRENNILIS, dûment

Plus en détail

Guide pratique du nouveau code des marchés publics

Guide pratique du nouveau code des marchés publics Dominique Legouge Guide pratique du nouveau code des marchés publics Les nouvelles règles du jeu issues du décret de janvier 2004 Deuxième édition, 2004 ISBN : 2-7081-2998-8 Chapitre 7 Quels sont les rôles

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE I- MODE DE PASSATION Travaux fournitures services Procédure d achat couverte par l accord sur les marchés publics de l OMC. Type de procédure : Procédure adaptée L

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Location longue durée de véhicules avec option d achat et prestations associées Véhicule Police Municipale

Location longue durée de véhicules avec option d achat et prestations associées Véhicule Police Municipale Règlement de consultation Marchés publics en procédure adaptée PA011-001 Objet du marché : Location longue durée de véhicules avec option d achat et prestations associées Véhicule Police Municipale NOM

Plus en détail

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS)

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) Document 1 Ville des ANDELYS ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) - Marché en procédure Adaptée - Date de remise des offres

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES ARTICLE 1 : STATUTS CONSTITUTION Il est crée sous la dénomination sociale : SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

Mutuelle d Entreprises Schneider Electric

Mutuelle d Entreprises Schneider Electric SIREN n 390 820 058, Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité Mutuelle d Entreprises Schneider Electric (MESE) REGLEMENT INTERIEUR APPROUVE PAR L ASSEMBLEE GENERALE MESE du

Plus en détail

Statuts de l Association suisse des traducteurs, terminologues et interprètes

Statuts de l Association suisse des traducteurs, terminologues et interprètes Statuts de l Association suisse des traducteurs, terminologues et interprètes Art. 1 - Définition Titre I - Dispositions générales L Association suisse des traducteurs, terminologues et interprètes (ASTTI)

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013

REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013 Mutuelle d Entreprises Schneider Electric SIREN n 390 820 058, Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité. REGLEMENT INTERIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 16 avril 2013

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

STATUTS - Association loi 1901 -

STATUTS - Association loi 1901 - STATUTS - Association loi 1901 - ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E 1 ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR Préambule L épilepsie est l une des affections neurologiques les plus fréquentes en Côte d Ivoire. publique.

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES ACTIONS DE FORMATION NATIONALES Préambule Le présent règlement général des formations fixe les conditions générales et spécifiques notamment pour la mise en œuvre de procédures d

Plus en détail

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901

Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Règlement intérieur Ville inventive Association loi 1901 Modifié et voté en CA le 21/11/2013 Article 1er : Entrée en vigueur et modification du règlement intérieur Le présent règlement intérieur entrera

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points Au 1er janvier 2015, seule une partie des établissements recevant du public (ERP) ont répondu aux obligations

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce document par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Fiches d inscription. au barreau des Hauts-de-Seine

Fiches d inscription. au barreau des Hauts-de-Seine Fiches d inscription au barreau des Hauts-de-Seine Sommaire Fiches d inscription FICHE A VOUS ÊTES TITULAIRE DU CAPA ET VOUS N ÊTES PAS ENCORE AVOCAT FICHE B INSCRIPTION DANS LES CONDITIONS DÉROGATOIRES

Plus en détail

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois, des difficultés peuvent survenir dans l

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier FICHE DE SYNTHÈSE Module 1 Le cadre juridique de l activité d agent immobilier - MODULE SEMAINE 1 - SOMMAIRE : I) Champ d application de la Loi HOGUET... 2 II) Une profession encadrée : les conditions

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION

MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION VILLE DE MIOS Service Commande publique Place du XI novembre BP 13 33380 MIOS MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RÈGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHÉ DE MAÎTRISE D ŒUVRE A PROCEDURE ADAPTEE EN

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE CONSULTATION Marché publics de fournitures et services CONCEPTION, EDITION, IMPRESSION des Livrets des Hauts de Calvisson Marché n 2015 08 Marché à Procédure Adaptée selon article 28 du Code

Plus en détail

Statuts de SNL Paris

Statuts de SNL Paris Statuts de SNL Paris ( dernière mise à jour consécutivement à l Assemblée Générale du 12 juin 2005 ) Préambule En 1988, des personnes décident d agir ensemble afin «d ouvrir l accès au logement à des personnes

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

le dossier individuel de l agent

le dossier individuel de l agent QUESTION DE DROIT : le dossier individuel de l agent Le dossier administratif d un agent de la Fonction Publique est un document obligatoire que le service du personnel de chaque établissement se doit

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I

Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I Statuts de la Mutuelle Des Inspecteurs Et Officiers Des Douanes Du Cameroun 1 TITRE I DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE I DE LA DENOMINATION ET DU SIEGE Article 1 : La Mutuelle créé entre les Inspecteurs

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

FOCUS: CONFLITS ENTRE MEDECINS : CONCILIATION OU ARBITRAGE?

FOCUS: CONFLITS ENTRE MEDECINS : CONCILIATION OU ARBITRAGE? FOCUS: CONFLITS ENTRE MEDECINS : CONCILIATION OU ARBITRAGE? Fort heureusement, tous les litiges entre médecins ne se terminent pas par une procédure judiciaire. Il existe des moyens juridiques souvent

Plus en détail

www.energie-mediateur.fr Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur.

www.energie-mediateur.fr Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur. Paris, le 10 octobre 2012 Dossier suivi par : XXXX Tél. : 01.44.94.66.XX Courriel : recommandations@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recommandation : 2012-1805 Objet : Recommandation du médiateur

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

SOMMAIRE GENERAL LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 LES TEXTES SPECIFIQUES... 221. Préambule... 3

SOMMAIRE GENERAL LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 LES TEXTES SPECIFIQUES... 221. Préambule... 3 1 SOMMAIRE GENERAL Préambule... 3 LES TEXTES FONDAMENTAUX... 5 Ordonnance n 45-2138 du 19 septembre 1945 portant institution de l ordre des experts-comptables et réglementant le titre et la profession

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES NOM & Prénom : Adresse professionnelle : Dénomination du Cabinet :... Adresse du Cabinet :... Adresse personnelle

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE RÉGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 1 - PRÉAMBULE ARTICLE 1 OBJET DU RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi en vertu de l article 1 des statuts,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Association «EYI A PONGO»

Association «EYI A PONGO» TITRE I- DISPOSITIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. DÉNOMINATION, SIÈGE Article 1 : De la création et de la dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901, il est constitué,

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation Communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier 3 rue de la Libération, BP11, 35140 Saint-Aubin-du-Cormier Tel : 02.99.39.22.94 Fax : 02.99.45.18.03 Marché public de prestation de services Règlement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Créée sur le bassin économique de la Loire, elle peut être amenée à se développer sur d autres territoires.

REGLEMENT INTERIEUR. Créée sur le bassin économique de la Loire, elle peut être amenée à se développer sur d autres territoires. REGLEMENT INTERIEUR Ce règlement intérieur a pour objet de préciser et d adapter les règles de fonctionnement des statuts de DESIGNERS+, association à but non lucratif régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION (RC)

REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Page 1 sur 5 MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) MAITRE D OUVRAGE : Tél. : 04.79.28.72.32 Fax : 04.79.28.72.32 OBJET : Réalisation de 2 appartements dans les combles du bâtiment de

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS

REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS REPERTOIRE PROFESSIONNEL DES CONSULTANTS FORMATEURS INDEPENDANTS REGLEMENT GÉNÉRAL Octobre 2014 Vers 3 1 Règlement général Article 1 Création du Répertoire Professionnel des Consultants Formateurs Indépendants

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès Dossier de consultation Le dossier de consultation est constitué de 5 parties : 1. Règlement de la consultation..

Plus en détail

STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE

STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE STATUTS DE LA SECTION DE LANCY DU PARTI SOCIALISTE SUISSE Statuts adoptés par l Assemblée générale de la section de Lancy le 1 er juin 2015 PARTI SOCIALISTE DE LANCY, Route du Grand-Lancy 56, 1212 Grand-Lancy

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE»

STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» STATUTS DE L ASSOCIATION «LA PORTE OUVERTE» TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION Article 1.1 : Dénomination Il est formé entre les soussignés adhérents aux présents statuts une Association régie par

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE PRESTATIONS DE SERVICES MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE ENTITE ADJUDICATRICE : LANGUEDOC ROUSSILLON AMENAGEMENT agissant au nom et pour le compte de PORT SUD DE FRANCE

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013

STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 STATUTS Approuvés en Assemblée Générale Extraordinaire du 18 décembre 2013 Art. 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une Association d Éducation Populaire dénommée :

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION COMMUNE DE TEYRAN Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr REGLEMENT DE LA CONSULTATION ENTRETIEN ET NETTOYAGE DES

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail