Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011"

Transcription

1 Vue sur l accueil des locaux de l Ordre des Architectes de Bretagne. Khamphet SAKDA, architecte Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne Rapport d activité 2011 Conseil Régional de l Ordre des Architectes de Bretagne - 1 Rue Marie Alizon BP RENNES Cedex 3 Tel : Fax : : 1

2 SOMMAIRE L Ordre des Architectes I COMPOSITION DU CONSEIL DE BRETAGNE page 4 Les architectes Les conseillers Le personnel administratif Le service juridique II ORGANISATION DU CONSEIL DE BRETAGNE page 8 Les réunions Les groupes de travail Commission «Tenue du Tableau» Commission «Solidarité Entraide» Commission «Déontologie» Commission «Marchés publics» Commission «Communication» Commission «Formation» Commission «Chambre de discipline» III REPRESENTER LA PROFESSION page 10 Les délégués départementaux La communication vers le grand public Les institutions Les jurys de concours Les rencontres Les jurys HMONP L architecte expert judiciaire IV LES MISSIONS ORDINALES page 14 La tenue du tableau Les assurances La gestion des litiges La Chambre régionale de discipline La sauvegarde des entreprises L architecte gestionnaire La prestation de serment L accueil des jeunes inscrits V- LES FINANCES page 19 VI- N OUBLIEZ PAS DE CONSULTER page 20 TEXTES REGLEMENTANT LA PROFESSION page 21 2

3 L ORDRE DES ARCHITECTES Une profession réglementée «L Architecture est une expression de la culture. La création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion harmonieuse dans le milieu environnant, le respect des paysages naturels ou urbains, ainsi que du patrimoine sont d intérêt public» Cette proclamation, en tête de l article 1 er de la loi du 3 janvier 1977 sur l Architecture a marqué pour la première fois, la volonté du législateur de préserver et de promouvoir la qualité architecturale. Cette affirmation a également été reprise au niveau européen et figure dans la directive européenne 2005/36 relative aux reconnaissances de qualifications professionnelles qui rappelle que la profession d architecte, comme toute profession libérale, «est exercée sur la base de qualifications professionnelles appropriées, à titre personnel et sous sa responsabilité personnelle de manière indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels, dans l intérêt du client et du public.» En déclarant l architecture d intérêt public, le législateur a confié à l Ordre une délégation de service public, qui lui impose de veiller à la protection du public. L Ordre de architectes, institué par la loi du 3 janvier 1977 est donc un organisme de droit privé chargé de missions de service public, placé sous la tutelle du ministre de la Culture. L Ordre des architectes est constitué des architectes, agréés en architecture et détenteurs de récépissés remplissant les conditions fixées par la loi pour exercer leur profession : diplôme, déontologie, assurance, droits civils Il se compose de 26 conseils régionaux correspondant aux 22 régions administratives de la France métropolitaine + les 4 départements d Outre mer, et d un Conseil National qui siège à Paris. Ce dernier est composé de 24 membres élus par les conseillers régionaux. 3

4 I COMPOSITION DU CONSEIL DE BRETAGNE Le Conseil régional de l Ordre des architectes de Bretagne est constitué de : LES ARCHITECTES 1096 architectes inscrits au Tableau, tous modes d exercice confondus (libéral, associé, salarié, ) et de 319 sociétés d architecture, ce qui place la région Bretagne à la 8 ème place, en nombre d inscrits, sur les 26 régions de France. LES CONSEILLERS REGIONAUX Le nombre des conseillers régionaux est fonction du nombre d architectes inscrits, de 12 à 24 conseillers selon les régions. En Bretagne, ils sont au nombre de 18. Ces conseillers régionaux sont élus pour 6 ans directement par les architectes inscrits au Tableau de ladite région. La moitié de ces représentants régionaux est renouvelée tous les 3 ans. Les dernières élections datent de septembre 2010, et la composition du conseil depuis cette date est la suivante : 4

5 5

6 LE PERSONNEL ADMINISTRATIF Le Conseil Régional de l Ordre des architectes de Bretagne emploie 3 salariées : Catherine MEYER : Assistante administrative - Accueil et standard - Gestion administrative des litiges - Gestion administrative des jurys de concours - Assurances : suivi, relance, enregistrement Dominique GUEDARD : Assistante technique et administrative - Gestion administrative des inscriptions : réception et contrôle des pièces - Gestion administrative du Tableau - Comptabilité - Chambre régionale de Discipline (suivi des plaintes NB : Les bureaux de l Ordre des architectes de Bretagne sont situés au 1 Rue Marie Alizon, à 200 mètres de la gare SNCF. L accueil est ouvert du lundi au vendredi de 9 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 30 (17 h 00 le vendredi). L accueil téléphonique est assuré ces mêmes jours, l après-midi uniquement. Sur rendez-vous en dehors de ces horaires. Une salle de réunion est à votre disposition à Rennes, si vous souhaitez y recevoir des clients, ou venir y travailler entre deux rendez-vous ou en attendant votre train. Merci de vérifier au préalable la disponibilité de la salle. 6

7 Sophie KERANGUYADER : Responsable administrative - Coordination service, planning - Chargée de projets - Interface commissions internes, CNOA, autres Conseils régionaux, membres du Conseil - Suivi des dossiers de suspensions administratives, disciplinaires, judiciaires - Greffe de la Chambre régionale de Discipline LE SERVICE JURIDIQUE Depuis le 30 Janvier 2011, un pôle juridique a été mis en place avec les Conseils régionaux de l Ordre des architectes de Bretagne, Basse Normandie et Haute Normandie. Il répond aux questions posées par écrit et relevant exclusivement de l exercice professionnel des architectes, à savoir : Droits des contrats, des assurances, de la construction, de l urbanisme, de la passation et l exécution des marchés publics, du contentieux des honoraires, de la déontologie, de la discipline. Justine DEWILDE : Juriste du pôle juridique Bretagne/Basse Normandie/Haute Normandie (préciser QUESTION JURIDIQUE en objet) ou par fax :

8 II ORGANISATION DU CONSEIL DE BRETAGNE A/ LES REUNIONS Les membres du Conseil régional de l Ordre de Bretagne se réunissent au minimum en Conseil, une fois par mois en Bureau, une fois par mois en commissions de travail, une fois tous les deux mois environ Un représentant régional du ministre chargé de la Culture assiste aux séances du Conseil régional. Il peut recueillir toute information sur le fonctionnement du Conseil et l exécution de son budget. En Bretagne, c est le Directeur Régional des Affaires Culturelles monsieur François ERLENBACH, commissaire du Gouvernement qui assure cette mission. Il se fait lui-même représenter par monsieur Denis-Marie LAHELLEC. B/ LES GROUPES DE TRAVAIL Le Conseil organise son travail en commissions internes, afin de préparer les dossiers qui seront présentés et débattus lors des réunions mensuelles. La composition de ces commissions varie au fil du mandat, en fonction des disponibilités et des intérêts de chacun. COMMISSION «TENUE DU TABLEAU» : (Pierre Emmanuel LE PRISE, Sébastien RITZENTHALER, Céline ROCHE) Article 23 de la loi sur l architecture : Le Conseil Régional assure la tenue du tableau régional des architectes. Il procède à l inscription des architectes après avoir vérifié qu ils remplissent les conditions requises par la loi n 77-2 du 03/01/1977 sur l architecture, et ses textes d application : décret sur l organisation de la profession ( du 28/12/77), décret portant Code des devoirs professionnels des architectes (n du 20/03/80), décret relatif au port du titre (n du 20/03/1980) Les dossiers de demande d inscription sont reçus au plus tard 10 jours avant la date de réunion mensuelle du Conseil et examinés par deux conseillers. Il arrive que cette commission reçoive les impétrants, en rendez-vous, organisé à la demande de l une ou l autre des parties (demande de précision sur conditions d exercice, demande de conseils sur installation, etc..) Cette commission examine également les demandes d accessit à l honorariat. COMMISSION «SOLIDARITE ENTRAIDE et SAUVEGARDE DES ENTREPRISES» : (Benoit GAUTIER, Pierre-Emmanuel LE PRISE, Cyril BETTREMIEUX, Francis BOYER, Nolwenn LACHEVRE, Benoît ROBERT) Cette commission a pour mission d accompagner les situations difficiles, voire tragiques, de certains confrères ou de leurs familles, telles que la maladie, le décès, les audiences aux tribunaux dans le cas de difficultés (cessation de paiement, liquidation), la suspension du tableau, 8

9 Elle émet également un avis sur les dossiers de la Commission Solidarité Entraide nationale, créée au sein du Conseil National de l Ordre. Cette CSE peut être saisie par tout architecte qui en fait la demande par écrit directement au Conseil national (Service CSE, 33 avenue du Maine BP PARIS Cédex). Au cours de l année 2011, 19 dossiers ont été ouverts pour exonération totale ou partielle de la cotisation ordinale, suite à une baisse de revenus consécutive à maladie, décès du/de la conjoint/e, mise en redressement de la société, etc.. Pour rappel, 21 dossiers ont été traités en exercer la profession Conseils pour la gestion des entreprises face aux difficultés COMMISSION «DEONTOLOGIE» : (Francis BOYER, Christian PELLERIN, Nathalie SAUDRAY, Marie Caroline THEBAULT) Cette commission a pour mission de surveiller et de protéger les pratiques professionnelles des inscrits au Tableau. Ainsi elle collecte un certain nombre d éléments de manière régulière et aléatoire, puis les étudie: Liste de projets, dossiers de permis de construire demandés en mairies, plaintes de maîtres d ouvrage, Les principales contraventions aux règles professionnelles sont la signature de complaisance, le dumping d honoraires, la concurrence déloyale. Les dossiers contrevenants peuvent ensuite faire l objet d une plainte en Chambre de Discipline. COMMISSION «MARCHES PUBLICS» : (Bruno LE POURVEER, Nicolas SUR, Sébastien RITZENTHALER) Cette Commission intervient auprès des maîtres d ouvrages dont les avis relevés ou envoyés à l Ordre ne respectent pas la loi MOP (critères discriminatoires, manque de précision, absence d indemnité, etc ) Procédure de saisine de cette commission en ligne sur le site : votre région Bretagne : AAPC douteux Depuis la mise en place de cette procédure de saisine, en septembre 2011, une trentaine de maîtres d ouvrage ont été alertés sur le caractère illégal de leur procédure. La commission travaille sur un rapprochement des informations avec le service de contrôle de légalité des préfectures en région, et a transmis l ensemble de ses travaux au Conseil National afin d alimenter l observatoire national de la commande publique. Cette commission a également participé à l organisation de la formation Juré de concours qui s est tenue en novembre COMMISSION «COMMUNICATION» : (Sabine LE MEN, Anne Cécile COMYN, Céline ROCHE, Claude LE CORRE, Benoît GAUTIER) Depuis quatre ans, la Commission perfectionne divers supports de communication vers les inscrits et vers le public. 9

10 Revue du CROA Bretagne, diffusée par mail et courrier tous les 3 mois : édito, actualité, résultats de concours, annonces, expos et formations Edition de l agenda annuel diffusé à l ensemble des architectes inscrits au Tableau dans la région Bretagne à jour de leur cotisation ordinale, cartes de vœux, contact médias, etc Réalisation d une plaquette destinée au grand public «Chez vous et pas ailleurs», et envoyée à l ensemble des mairies et des architectes inscrits en Bretagne (avec bon de réassort) Consultez-la en ligne : Votre région Bretagne Présence dans les salons : offrir aux architectes la possibilité de rencontrer des prospects (charte des architectes participant à des salons) Mise en vente de panneaux de chantier avec logo de l Ordre COMMISSION «FORMATION» : (Benoît GAUTIER, Pierre-Emmanuel LE PRISE, Nathalie SAUDRAY) Nouvellement créée, cette commission entretient le lien indispensable entre l Ordre, l Ecole d Architecture de Bretagne, le CREPA, les organismes de formation initiale et continue. CHAMBRE DE DISCIPLINE : (Pierre Emmanuel LE PRISE, Xavier GROSS QUELEN, Nathalie DUPARD, Régis FROMONT, Sabine LE MEN, Cyril BETTREMIEUX) Ce n est pas une commission à proprement parler car sa constitution et son fonctionnement sont strictement régis par la loi : En application de l article 12 du Règlement Intérieur, les membres du Conseil régional nouvellement élus procèdent dès la première réunion, à la désignation des architectes membres de la Chambre régionale de Discipline, au nombre de 3 titulaires et 3 suppléants. Ces représentants de la profession peuvent dès lors être missionnés par le Président de la Chambre de Discipline comme rapporteurs dans l instruction d un dossier de plainte : audition des parties, constitution d un rapport, présentation lors de l audience. III REPRESENTER LA PROFESSION (http://www.architectes.org => votre région => Bretagne => actions-en-bretagne) LE DELEGUE DEPARTEMENTAL Parce que 18 conseillers, architectes en exercice par ailleurs, ne peuvent pas couvrir l ensemble du territoire et représenter la profession partout où elle doit l être, le CROA Bretagne a rédigé un cahier des charges du délégué départemental qui précise et accompagne cette mission de relais entre les architectes locaux, l Ordre et les institutions, administrations, commissions locales, etc Une formule allégée de ce mandat consiste en une mission de correspondant local. 10

11 LA COMMUNICATION VERS LE GRAND PUBLIC Plaquette de communication vers le grand public : CHEZ VOUS et pas AILLEURS (diffusion vers tous les architectes et toutes les mairies de Bretagne) Réalisation de panneaux de chantier avec logo de l Ordre : valorisation de l appartenance à un ordre (à vendre à l ordre 8 pièce) Proposition de tenue de stand sur les salons, à l aide d une charte qui accompagne et encadre l intervention de l architecte LES INSTITUTIONS, COMMISSIONS, ASSOCIATIONS, REGROUPEMENTS PROFESSIONNELS, Les architectes sont des acteurs du mieux-vivre ensemble par l acte profondément social qu ils posent à travers l architecture. Ainsi, et tout naturellement, l Ordre des architectes noue des relations avec les autres acteurs de la région, participe à des projets initiés par des collectivités locales ou d autres institutions, d autres représentations professionnelles. : Préfectures, service instructeurs, DDTM, CAUEs, Club Qualité 35, Cluster Habitat 56, CODERST 56, DREAL, ECOFAUR, EME, Relais Habitat 22, Codespar, Audiar, Pays 11

12 de Rennes, PactArim, Ecofaur, MAB, Aster, DRAC, FRB, CICF, CAPEB, Abibois, Qualibat, Envirobat, FNACG, SYNAMOB, etc NB : Ces représentations ne peuvent se réaliser qu avec la participation de tous, dans le cadre des missions de délégués départemental notamment Rapprochement avec les Directions régionales de la Répression des Fraudes dans les cas, devenus nombreux, d usurpation de titres ou de publicité mensongère sur des sites internet, des publications, ou dans les pages jaunes. Echange avec les acheteurs publics, les préfectures : mise en garde sur l achat anormalement bas Co-rédaction d une charte de bonnes pratiques dans le centre ancien : point de départ d une démarche de concertation et d échanges entres les différents acteurs intervenant en centre ancien AAPC douteux : mise en place d une procédure de saisine de la commission Marchés Publics pour des concours ou des procédures adaptées entachés d irrégularités ou supposés comme tels LES JURYS DE CONCOURS L Ordre des architectes de Bretagne est régulièrement sollicité par des maîtres d ouvrage souhaitant la participation d architectes aux séances de travail des jurys de concours. Ainsi, le CROA Bretagne dispose d une liste de 110 d architectes jurés inscrits ayant suivi une formation (en novembre 2011), disposés à accompagner un maître d ouvrage dans le choix de son projet. La désignation du juré est réalisée selon les 5 critères suivants : Ne pas avoir fait acte de candidature Etre disponible à la date du concours Exercer hors du département dans lequel a lieu le concours Etre inscrit sur la liste du Conseil régional De même, une charte a été établie. Elle définit les engagements de l architecte juré, et est signée par tous les architectes enregistrés sur la liste des jurés de concours, et est communiquée aux maîtres d ouvrage qui sollicitent leur participation. Statistiques des jurys pour lesquels les maîtres d ouvrage ont souhaité des architectes jurés désignés par l Ordre : Côtes d Armor Finistère Ille et Vilaine Morbihan TOTAL

13 LES RENCONTRES Dès le début du mandat, les membres du Conseil ont souhaité réactiver les rencontres entre confrères, resserrer les liens de la profession, impliquer chacun dans le fonctionnement de l Ordre Réactivation des 18/20 : soirée mensuelle avec un intervenant, un lieu, un thème, pour rencontrer les confrères et échanger sur un sujet technique Novembre : Actualités du Code des Marchés Publics Décembre : Intervention en centre ancien, avec le SDIS 35 Février : Le permis de construire D autres thèmes à suivre : la gestion des litiges, l expertise, la prise de parole en public, la réception de chantier, etc Réunions en départements : rencontrer les confrères, échanger les points de vue, partager les expériences, définir des actions communes (Vannes en Juin, Quimper en Novembre,..) à suivre à Saint Brieuc le 2 Mars Rédaction d une charte de tutorat : accueillir et accompagner les nouveaux inscrits au Tableau, les aiguiller, les épauler, leur éviter certains écueils 13

14 LES JURYS HMONP L article 17 de l arrêté du 10 avril 2007 relatif à l HMONP prévoit la présence d une représentant du Conseil régional de l Ordre des architectes au sein des jurys HMO. L Ordre est donc sollicité pour participer aux jurys se déroulant au sein de l ENSAB. Cette année, une dizaine de confrères, conseillers en poste ou anciens conseillers, se sont relayés à l ENSAB du 24 au 31 mai 2011 pour les 60 étudiants présentés. L ARCHITECTE EXPERT JUDICIAIRE : Quand l expertise judiciaire est une des activités de l architecte, il sollicite son inscription sur la liste des experts judiciaires auprès d un Tribunal en déposant un dossier de candidature. Il doit faire l objet d une expérience reconnue et de connaissances approfondies dans le domaine dans lequel il souhaite pratiquer l expertise. Le Conseil Régional est consulté par ledit Tribunal et est chargé d émettre un avis sur cette candidature. Cet avis est rendu en fonction des critères suivants : Etre régulièrement inscrit au tableau Etre à jour de ses cotisations ordinales Etre à jour de ses assurances professionnelles Ne pas faire ou ne pas avoir fait l objet de poursuite disciplinaire ayant entraîné une sanction L Ordre n est pas fondé à émettre un avis sur les qualités professionnelles, seuls les critères «de base» énoncés ci-dessus sont vérifiés. 7 demandes d avis ont été reçues en 2011, toutes ont reçu un avis favorable. IV LES MISSIONS ORDINALES A/ LA TENUE DU TABLEAU C est auprès du Conseil régional que l architecte doit s inscrire pour exercer la profession et porter le titre. À ce jour, le Tableau des architectes de Bretagne compte : 1104 architectes et agréés en architecture (1053 en 2010, 1078 en 2011) 379 sociétés d architecture (341 en 2010, 373 en 2011) 21 détenteurs de récépissé, inscrits à l annexe du Tableau (24 en 2010, 21 en 2011) La qualité et la fiabilité des informations qui figurent au Tableau et qui sont fournies par les architectes sont essentielles pour l affichage public (Tableau en ligne sur le site de l Ordre) et la profession. => travailler avec un architecte => tableau en ligne 14

15 Le service du Tableau répond tout au long de l année : aux architectes, dans toutes les relations se rapportant à leur situation : modalités d inscription, création de sociétés, changement de mode d exercice, d adresse, assurance professionnelle, démission, etc au public, sur la réalité et la conformité d une inscription au Tableau : demandes écrites d information de la part du public ou de collectivités locales (ex : services instructeurs de demandes de permis de construire). Les mouvements du Tableau des architectes et sociétés d architecture Architectes Inscriptions Transferts entrées (architectes inscrits dans une autre région et arrivant en Bretagne) Total des entrées Démissions sans Honorariat Démissions avec Honorariat Décès Liquidations 2 / 1 Transferts sorties : architectes quittant la Bretagne Radiations disciplinaires Radiations pour défaut de production d attestation d assurance professionnelle Radiations pour défaut d adresse Total des sorties Sociétés d architecture Inscriptions Transfert en Bretagne / / 1 Total des entrées Dissolutions Transfert vers une autre région Liquidations judiciaires Radiations pour défaut d assurance professionnelle 1 / / Total des sorties Prestations de service Architectes de l Union Européenne exerçant à titre ponctuel en Bretagne B/ L ASSURANCE L assurance est une obligation de l architecte. Veiller à ce que chacun soit assuré, dans l intérêt de TOUS, est une des missions de l Ordre. 15

16 En effet, c est l institution qui sera appelée en responsabilité si un architecte n est pas assuré et si l Ordre n a pas mis en œuvre les moyens à sa disposition pour faire en sorte qu il le soit. L argent de la profession ne doit pas servir à pallier la défaillance d un seul. Voilà pourquoi la procédure imposée par la loi et le règlement intérieur s applique d une façon qui peut paraître implacable. Depuis la parution de l ordonnance du 26 Août 2005 et du décret du 10 mai 2007 sur l organisation de la profession, les Conseils régionaux sont contraints de suspendre du Tableau de l Ordre, après mise en demeure, les architectes et les sociétés d architecture qui ne transmettent pas leurs justificatifs d assurance. La mention de cette suspension et de son motif apparaissent sur le site internet de l Ordre. (www.architectes.org, rubrique Travailler avec un architecte). Les architectes ou société d architecture suspendus disposent de 3 mois pour régulariser leur situation. Le défaut de régularisation dans ce délai entraine la radiation du Tableau, la privation du porte du titre d architecte et de société d architecture, l interdiction d exercer les missions qui y sont rattachées ; N oubliez pas : l Ordre est toujours à l écoute et à disposition des architectes pour les aider à passer un cap difficile, par des conseils, un accompagnement personnalité, etc mais nous ne pouvons présager des difficultés rencontrées. Un appel de votre part permet parfois de dénouer certaines situations : recouvrement d honoraires, litige avec un maître d ouvrage, etc C/ LES LITIGES Les dossiers de litiges sont ouverts à la demande des clients ou de l architecte. Une personne est dédiée à la gestion administrative des litiges ; Elle réceptionne les informations, enregistre les dossiers, et réclame systématiquement la version contradictoire de la partie mise en cause. A réception, les pièces sont étudiées, et donneront lieu soit à l émission d un simple avis ou à l organisation d une réunion de conciliation. Deux conseillers sont présents à chacune de ces réunions. Chaque membre du Conseil de Bretagne a la charge de dossiers de litige. Seuls sont traités les dossiers pour lesquels un contrat a été préalablement signé. A la discrétion du Conseil, des cas particuliers pourront être étudiés, mais en aucun cas, ceux qui ont fait ou qui font l objet d une procédure judiciaire ne seront traités car ils sont exclus de fait de la tentative de conciliation amiable. 46 dossiers de litiges ont été traités en 2011 (73 en 2012, 74 en 2009). Près de 50 % d entre eux sont des problèmes liés au recouvrement d honoraires. Les autres motifs les plus fréquents sont le défaut d exécution de la mission, de dépassement de budget D/ LA CHAMBRE DE DISCIPLINE Les conseils régionaux ont qualité pour défendre le titre d architecte et veillent au respect du code des devoirs professionnels. La violation des règles du Code par l architecte peut entrainer des sanctions disciplinaires prononcées par la Chambre de Discipline. La Chambre régionale de Discipline des architectes est composée d un magistrat professionnel et de conseillers de l Ordre. 16

17 Audience 2010 : 3 plaintes dont 2 déposées par le Conseil régional et 1 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Motifs - 1 pour défaut de production de la liste des projets demandée par le Conseil régional - 1 pour signatures de complaisance - 1 non respect du code de déontologie (articles 3, 14, 36 et 39) Sanctions prononcées - 1 suspension de trois mois + remboursement frais de procédure - 1 suspension de six mois + remboursement frais de procédure - 1 plainte rejetée Audience 2011 : 3 plaintes ont été déposées par le Conseil de l Ordre : Motifs - 1 pour signature de complaisance - 1 pour faux et usage de faux document d assurance professionnelle - 1 pour non respect du code de déontologie (articles 5, 17, 25, 45) Sanctions prononcées - 2 radiations - 1 non lieu Bilan 2012 : 3 plaintes ont été déposées et instruites au motif de signature de complaisance. Les décisions n ont pas encore été rendues. E/ LA SAUVEGARDE DES ENTREPRISES (redressement, liquidation, ) La loi du 26 juillet 2005 prévoit, lorsque le débiteur exerce une profession libérale réglementée, l implication de l Ordre à tous les stades de la procédure. Il est donc convoqué aux audiences et assure un rôle de contrôleur et d assistant. Sa présence a pour objet d informer le tribunal de la situation de l architecte à l égard : de sa date d inscription au Tableau de l Ordre de la satisfaction à son obligation d assurance de l absence ou de l existence de procédures disciplinaires le concernant du paiement de ses cotisations ordinales Au delà de ces informations, le conseiller présent à l audience apporte l éclaircissement nécessaire à la compréhension de la situation de l architecte et à la spécificité de l exercice de la profession. Bilan 2010 = 9 audiences Bilan 2011 = 7 audiences à ce jour Bilan 2012 = 1 audience à ce jour (mars 2012) F/ ARCHITECTE GESTIONNAIRE : Article 70 du Règlement Intérieur : Le Conseil régional de l Ordre doit désigner d office un architecte gestionnaire chargé d établir un audit des affaires en cours de l architecte suspendu ou radié, et d informer les maîtres d ouvrage. 17

18 Ce que la loi a maladroitement nommé «gestionnaire» pouvant sonner comme «redresseur de tort» est en fait un accompagnant dans la difficulté passagère d un confrère, ou en situation de redressement/liquidation judiciaire. Son rôle principal est d établir un état des lieux de l activité du confrère, dans l intérêt des maîtres d ouvrage et dans l intérêt de l architecte en cause. Une nouvelle journée de formation d architectes gestionnaires sera organisée au cours de l année G/ LA PRESTATION DE SERMENT «Dans le respect de l intérêt public qui s attache à la qualité architecturale, je jure d exercer ma profession avec conscience, probité et responsabilité et d observer les règles contenues dans la loi sur l architecture et dans le code des devoirs professionnels» En 2011, la prestation de serment a eu lieu au cours du Prix Architecture Bretagne à Brest organisé par la Maison de l Architecture de Bretagne. 53 jeunes inscrits ont ainsi été invités, 24 ont répondu présents et ont prêté serment sous le parrainage de Philippe ROBERT (Reichen & Robert et Associés). Un book de leur promotion a été remis à chacun des participants, ainsi qu un panneau de chantier et une documentation technique. Benoît GAUTIER, Président de l Ordre a rappelé, au cours de son discours, que «l engagement collectif de la profession à œuvrer pour le bien commun repose sur 3 exigences : l Indépendance, la Compétence, l Intégrité» H/ L ACCUEIL DES JEUNES INSCRITS Chaque année le Conseil régional de l Ordre invite les jeunes inscrits à une journée de formation/information. La dernière session a eu lieu le 25 Janvier 2012 dans les locaux de l Ordre. Le programme de cette journée, offerte à 23 présents sur les 35 invités, a été élaboré conjointement par l Ordre des architectes des Bretagne et le CREPA, et s est déroulé autour des interventions d un expert comptable, de deux architectes. 18

19 Outre l occasion d un lien concret avec l Ordre et entre les jeunes inscrits eux-mêmes, son objectif principal est la mise en évidence de points de vigilance à contrôler tout au long de l exercice de la profession d architecte, tant en qualité de chef d entreprise que de chef de projet. V LES FINANCES Le montant de la cotisation ordinale est élaboré en commission nationale des finances, soumis à l approbation des présidents des régions, puis validé en séance du Conseil National de l Ordre des Architectes. La cotisation ordinale est devenue forfaitaire depuis Le Conseil National de l Ordre collecte les cotisations et en redistribue le produit aux régions en fonction de leur nombre d inscrits, grâce à un calcul de péréquation approuvé selon les mêmes modalités que le montant de la cotisation. La Bretagne est ainsi créditée d un peu plus de , ce qui permet : De mettre à disposition de tous, architectes et public, du personnel très qualifié et disponible Un conseil juridique au service des confrères Un avocat pour l Ordre lui-même (poursuite pour usurpation de titre, pour accompagnement en chambre de discipline, etc ) Des missions d architecte «gestionnaire» Des locaux acquis en propre et transformés pour des conditions de travail optimales Des actions de communication Des actions particulières comme une assemblée générale, une journée d accueil pour les jeunes inscrits, Une indemnisation des conseillers pour une partie du temps investi, suivant des règles très précises Chaque année le budget est élaboré puis soumis au vote du Conseil. Les comptes sont approuvés en réunion de Conseil et sont contrôlés par le commissaire aux comptes du CNOA qui vérifie la bonne application du protocole comptable mis en place pour toutes les régions. 19

20 VI N OUBLIEZ PAS DE CONSULTER CONNAITRE L ORDRE Présentation et fonctionnement Textes régissant la profession Loi, organisation de la profession, code des devoirs professionnels, règlement intérieur, etc... Actions de l Ordre Publication de l Ordre Chiffres de la profession EXERCER LA PROFESSION Tout sur l exercice Régime fiscal, questions sociales, responsabilités et assurances,.. Questions/réponses Contrats & commande privée Contrats & commande publique Document pratiques à télécharger Conseils pour la gestion des entreprises La formation continue, le développement durable, les actualités, les petites annonces, l espace architectes TRAVAILLER AVEC UN ARCHITECTE Le tableau des architectes Un architecte, Pourquoi, comment? Construire avec un architecte Contrats à télécharger La commande publique Questions/réponses, Le développement durable, les portfolios des architectes DECOUVRIR L ARCHITECTURE Portfolios, Maisons de l architecture, liens utiles, etc Des conseils, des infos, des outils consultables, téléchargeables, imprimables : Guide de la commande publique Contrats et guides téléchargeables Petites annonces Foire aux Questions Veille juridique Actualités Affichage du tableau national etc, 20

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE TITRE I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES PRÉAMBULE Le présent règlement intérieur est élaboré en application des articles 13 à 14-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971, et du

Plus en détail

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE REGLEMENT INTERIEUR Règlement intérieur AFE 1 PREAMBULE Il est prévu dans les statuts de l'afe «Association Française des Fiscalistes d Entreprise» l'établissement

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983)

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) II- Décret du 4 novembre 1983 portant organisation et Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) DECRETE Chapitre premier

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S NOVEMBRE 1990 2 ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE (

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Article 1. Article 2. Article 3

Article 1. Article 2. Article 3 STATUTS Création Article 1 30 janvier 2013 Il est fondé entre les adhérents, aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour nom «Association

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MAISON DE LA SOCIETE CIVILE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MAISON DE LA SOCIETE CIVILE REGLEMENT INTERIEUR DE LA MAISON DE LA SOCIETE CIVILE PREAMBULE Il a été établi ainsi qu il suit, le présent Règlement Intérieur résultant des Statuts. Il complète lesdits Statuts et fixe les règles d

Plus en détail

STADE CALEDONIEN (SC)

STADE CALEDONIEN (SC) STADE CALEDONIEN (SC) RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L AS STADE CALEDONIEN ET DE SES SECTIONS I - DISPOSITIONS CONCERNANT LES MEMBRES A TITRE INDIVIDUEL Art. 1 Le SC peut désigner des Membres : - Donateurs, Bienfaiteurs

Plus en détail

CARNET DE SUIVI THÉMATIQUE

CARNET DE SUIVI THÉMATIQUE Habilitation de l architecte diplômé d Etat à exercer la Maîtrise d Œuvre en son Nom Propre CARNET DE SUIVI THÉMATIQUE Ce document permet au tuteur de : Suivre le travail demandé au postulant, Vérifier

Plus en détail

FONDATION DE L UNIVERSITE DE ROUEN STATUTS

FONDATION DE L UNIVERSITE DE ROUEN STATUTS FONDATION DE L UNIVERSITE DE ROUEN STATUTS Approuvés par le conseil d administration de l université de Rouen le 26 novembre 2013 modifiés par le conseil d administration de l université de Rouen le 27

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUTS Article 1 Constitution Dénomination Il est forme entre les soussignés

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS

COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS COMPAGNIE DES EXPERTS DU BATIMENT, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L INDUSTRIE STATUTS 1- CONSTITUTION 1-1 Régime : La Compagnie des Experts est une association à but non lucratif, régie par la Loi du 1 er Juillet

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée

MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ DE SERVICE Procédure adaptée N 04 / 2014 DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Prestations de formation Gestion d entreprise Public destinataires : Chefs d entreprises artisanales

Plus en détail

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE TRAVAUX DE MODIFICATION DE LA CUISINE DU RESTAURANT SCOLAIRE PASSAGE DE LIAISON FROIDE EN CUISINE TRADITIONNELLE

MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE TRAVAUX DE MODIFICATION DE LA CUISINE DU RESTAURANT SCOLAIRE PASSAGE DE LIAISON FROIDE EN CUISINE TRADITIONNELLE DEPARTEMENT D INDRE ET LOIRE COMMUNE DE BOURGUEIL MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE TRAVAUX DE MODIFICATION DE LA CUISINE DU RESTAURANT SCOLAIRE PASSAGE DE LIAISON FROIDE EN CUISINE TRADITIONNELLE REGLEMENT

Plus en détail

Guide. des procédures. le Contrat Unique d Insertion

Guide. des procédures. le Contrat Unique d Insertion Guide des procédures le Contrat Unique d Insertion 1 SOMMAIRE P 3 Préambule P 4 Le Contrat d Accompagnement dans l Emploi (CAE) I - Le champ d application II - La mise en oeuvre III- Un contrat pour favoriser

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

FACILITER l ACCES DES PME A LA COMMANDE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES

FACILITER l ACCES DES PME A LA COMMANDE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DU CONSEIL FISCAL, FINANCIER ET ECONOMIQUE BUREAU CL-2B EXPERTISE ET ACTION ECONOMIQUES ET FINANCIERES FACILITER

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

9- Règlement de la CNACG

9- Règlement de la CNACG 9- Règlement de la CNACG Juillet 2014 - Page 205 COMMISSION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (CNACG) PRÉAMBULE L éthique sportive et la régularité de la compétition exigent que ne soient admises

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

SYGENE L alliance des généalogistes professionnels

SYGENE L alliance des généalogistes professionnels SYGENE L alliance des généalogistes professionnels Syndicat professionnel initialement déclaré sous la terminologie : Chambre Syndicale des Généalogistes et Héraldistes de France (C.S.G.H.F.) le 28 mars

Plus en détail

Projet de statuts. Association de préfiguration du Centre des Congrès

Projet de statuts. Association de préfiguration du Centre des Congrès Projet de statuts Association de préfiguration du Centre des Congrès Préambule : La réalisation d un nouveau Centre des Congrès sur le territoire communautaire représente un enjeu majeur pour le développement

Plus en détail

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE STATUTS* APPROUVÉS LORS DE Association Lucé Espace S p o r t i f S c i e n t i f i q u e Culturel d Animations d e L o i s i r s E d u c a t i f s L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 9 MARS 2013 (*Modifiant

Plus en détail

Représentation du personnel

Représentation du personnel Représentation du personnel Lorsqu ils sont salariés ou mis à la disposition d une entreprise, les pluriactifs et les saisonniers font partie du personnel, dont la représentation est assurée par trois

Plus en détail

Statuts de l Association Juristes Européens Paris 2

Statuts de l Association Juristes Européens Paris 2 Statuts de l Association Juristes Européens Paris 2 Article 1er : Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du

Plus en détail

Règlement de la Consultation R.C.

Règlement de la Consultation R.C. MARCHE PUBLIC DE SERVICES MARCHE PUBLIC sur PROCEDURE ADAPTEE passé en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. Place du Château 30820 CAVEIRAC OBJET DE LA CONSULTATION : Passation d un

Plus en détail

Association RECHERCHES & SOLIDARITES Statuts

Association RECHERCHES & SOLIDARITES Statuts Association RECHERCHES & SOLIDARITES Statuts ARTICLE 1 CONSTITUTION DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION Nouspublionsci-dessousle modèlede statutstypes élaborésparle Conseild État, et publiés par le ministère de l Intérieur. Ce modèle est proposé aux associations qui sollicitent la reconnaissance d utilité

Plus en détail

LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION

LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION TITRE I LE NOM, LA CONSTITUTION, LA COMPOSITION, LA MISSION, LE SIEGE, LA DUREE et L ADHESION ARTICLE 1 La Fédération Tunisienne de Basket- Ball est une Association sportive régie par : - La loi organique

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Règlement intérieur de l'association "Don du Sang de Lisieux "

Règlement intérieur de l'association Don du Sang de Lisieux Règlement intérieur de l'association "Don du Sang de Lisieux " Règlement intérieur d association Loi 1901 Don du Sang de Lisieux Article 1 Titre Il est fondé, entre les adhérents au présent règlement une

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

Statuts d association Loi 1901

Statuts d association Loi 1901 Statuts d association Loi 1901 Article 1 Titre Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT

MUTUELLE DENTAIRE RENAULT MUTUELLE DENTAIRE RENAULT 9, rue de Clamart 92772 Boulogne Billancourt Cedex Tél. : 01.46.94.29.50 CHAPITRE 1 FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE DENTAIRE RENAULT Article 1 Dénomination... 3

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

STATUTS DU SRI (SYNDICAT DES REGIES INTERNET) I. BUT ET COMPOSITION DU SYNDICAT

STATUTS DU SRI (SYNDICAT DES REGIES INTERNET) I. BUT ET COMPOSITION DU SYNDICAT STATUTS DU SRI (SYNDICAT DES REGIES INTERNET) Article 1 : Constitution I. BUT ET COMPOSITION DU SYNDICAT Il est formé entre ses membres un syndicat régi par les présents statuts. Article 2 : Dénomination

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-09-24-1

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-09-24-1 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 24 septembre 2015 DCM N 15-09-24-1 Objet : Soutien à la rénovation énergétique des

Plus en détail

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles

Chapitre premier De la déclaration de patrimoine et de mandats de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles 261 Loi n 54-06 instituant une déclaration obligatoire de patrimoine de certains élus des conseils locaux et des chambres professionnelles ainsi que de certaines catégories de fonctionnaires ou agents

Plus en détail

REGLEMENT DISCIPLINAIRE

REGLEMENT DISCIPLINAIRE REGLEMENT DISCIPLINAIRE ART. - 1. Le présent règlement, établi conformément à l article 10 des statuts de la Fédération Française Motonautique, remplace le règlement approuvé le 1 er décembre 2001 et modifié

Plus en détail

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789).

Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés. Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). INTRODUCTION : 1 Rappel historique : publiques. Arrivée tardive de la loi 1901 dans histoire des libertés Méfiance à l égard des corps intermédiaires (y compris pendant la révolution de 1789). Libre formation

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

LES STATUTS DE L ASSOCIATION :

LES STATUTS DE L ASSOCIATION : LES STATUTS DE L ASSOCIATION : PRÉAMBULE Le territoire des Gorges du Haut-Allier Margeride, à la richesse patrimoniale et environnementale exceptionnelle, a vocation à devenir un Parc naturel régional.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

Règlement de Consultation Procédure Adaptée établie en application de l article 28 du Code des Marchés Publics.

Règlement de Consultation Procédure Adaptée établie en application de l article 28 du Code des Marchés Publics. Direction des Ressources Matérielles Travaux d entretien des bâtiments (peinture, électricité, revêtement de sol, fauxplafond, fourniture et pose d une petite cuisine aménagée) au Centre Hospitalier de

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME EDITORIAL DU DIRECTEUR Dans un contexte de difficultés croissantes de trésorerie rencontrées par les

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 REGLEMENT INTERIEUR. En application de l article 25 des statuts il est créé un Règlement Intérieur. ART. 2 CONSTITUTION. (article 1 des statuts) Seuls les associations et

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES ARTICLE 1 : STATUTS CONSTITUTION Il est crée sous la dénomination sociale : SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

I - ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION POUR LE RISQUE «PREVOYANCE» SOUSCRITE PAR LE CENTRE DE GESTION 76 AVEC AVIS DU CTP

I - ADHESION A LA CONVENTION DE PARTICIPATION POUR LE RISQUE «PREVOYANCE» SOUSCRITE PAR LE CENTRE DE GESTION 76 AVEC AVIS DU CTP PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 novembre 2013 à 19h00 LE QUORUM CONSTATE Le compte-rendu de la séance du 21 octobre 2013 ne donne lieu à aucune remarque de la part des membres du

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE

RÉGLEMENT INTÉRIEUR. Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 2 - FORMATION ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE RÉGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 TITRE 1 - PRÉAMBULE ARTICLE 1 OBJET DU RÉGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi en vertu de l article 1 des statuts,

Plus en détail

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014.

APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 7 NOVEMBRE 2014. Monsieur le Maire demande l approbation du compte-rendu de la séance du 7 novembre 2014. PROCÈS-VERBAL SÉANCE DU 23 DECEMBRE 2014 39-2014 Le mardi 23 décembre 2014, le Conseil Municipal de la Commune de ROYBON, dûment convoqué le 16 décembre 2014, s'est réuni en session ordinaire à 18h30 à

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICE

MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICE N DU MARCHE : 2015 MARCHE DE PRESTATIONS DE SERVICE OBJET DU MARCHE : Sélection pour faire partie de la liste des ARCHITECTES CONSEIL, pouvant être mis à la disposition d une commune adhérente, au titre

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Statuts de SNL Paris

Statuts de SNL Paris Statuts de SNL Paris ( dernière mise à jour consécutivement à l Assemblée Générale du 12 juin 2005 ) Préambule En 1988, des personnes décident d agir ensemble afin «d ouvrir l accès au logement à des personnes

Plus en détail

DECRET N 93 514 du 27 avril 1993 PORTANT CODE DE DEONTOLOGIE DE LA MEDECINE VETERINAIRE

DECRET N 93 514 du 27 avril 1993 PORTANT CODE DE DEONTOLOGIE DE LA MEDECINE VETERINAIRE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi DECRET N 93 514 du 27 avril 1993 PORTANT CODE DE DEONTOLOGIE DE LA MEDECINE VETERINAIRE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution, notamment en ses

Plus en détail

des délégués { { { Les délégués du personnel

des délégués { { { Les délégués du personnel doit être remis par l employeur aux délégués du personnel dans les six mois suivant la fin de l exercice examiné. l) Refus et report de divers congés En l absence de comité d entreprise, l employeur ne

Plus en détail

TITRE I DENOMINATION BUT & SIEGE SOCIAL

TITRE I DENOMINATION BUT & SIEGE SOCIAL STATUTS DE L ANDRH Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines enregistrés à la Préfecture de Police à Paris le 10 mars 1947, sous le numéro 10171 modifiés par l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER Exemplaire Etablissement Scolaire Nous retourner impérativement les 3 exemplaires signés + attestation de Sécurité Sociale Etudiante AVANT LE DEBUT DU STAGE, Par courrier à l attention de Mme REGEREAU

Plus en détail

Révision des Statuts de l OMSCLAP

Révision des Statuts de l OMSCLAP O.M.S.C.L.A.P. 67530 BOERSCH Révision des Statuts de l OMSCLAP Article 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhérent aux présents statuts, il est formé une association dénommée : OMSCLAP «Office

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

TITRE II : DES DISPOSITIONS SPECIFIQUES ET COMMUNES CHAPITRE I- DES EXPERTS-COMPTABLES

TITRE II : DES DISPOSITIONS SPECIFIQUES ET COMMUNES CHAPITRE I- DES EXPERTS-COMPTABLES PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie LOI N 2001-001 PORTANT CREATION DE L ORDRE NATIONAL DES EXPERTS COMPTABLES ET DES COMPTABLES AGREES DU TOGO --------------------

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS. De l ACRODI 1640

Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS. De l ACRODI 1640 Rotary International Association des Clubs Rotary du District 1640 Normandie France ACRODI 1640 STATUTS De l ACRODI 1640 Préambule : ACRODI 1640 a été créée le 23 juin 1983 Les premiers Statuts de l Association

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SYNDICAT MIXTE BAIE DE SOMME GRAND LITTORAL PICARD/ DESTINATION BAIE DE SOMME 1 place de l Amiral Courbet CS 50728 80 142 ABBEVILLE Cedex 03 22 20 60

Plus en détail

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES 1 - DENOMINATION - OBJET Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, en accord avec la Fédération Française des Banques Alimentaires, une Association régie

Plus en détail

- La réglementation des Etablissements de..

- La réglementation des Etablissements de.. STATUTS PREAMBULE Le Forum des Jeunes Entreprises du Congo (FJEC) est une organisation non gouvernementale d appui aux initiatives socio-économiques. Pour réaliser son objectif, il s est doté d une structure

Plus en détail

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DE PARENTS, DE PERSONNES HANDICAPEES MENTALES ET DE LEURS AMIS Mission d Utilité Publique reconnue par Arrêté Préfectoral du 22 juin 1987 Inscrite au Registre des Associations

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013

Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013 Les statuts de l Association mis à jour par l A.G. du 28-03-2013 Statuts de l association Grenoble Isère Logiciel 1/5 ARTICLE 1 - Dénomination : Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une

Plus en détail

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Article 1 : Constitution Dénomination Entre : - l Etat, - le Conseil régional Pays de Loire - le Conseil général de Loire-atlantique -

Plus en détail

Code de déontologie. 1. Généralités

Code de déontologie. 1. Généralités Code de déontologie Le présent code de déontologie a été voté par l assemblée générale extraordinaire en date du 7 juillet 2010 et remplace l ancien code de déontologie voté le 30 octobre 1970. Le présent

Plus en détail

Règlement intérieur 1

Règlement intérieur 1 Règlement intérieur 1 Ce règlement intérieur a pour objectif de préciser le fonctionnement ordinaire de l Association des Professionnels de Proximité Autour du Pont «APPRAUPO» dont l objet est de protéger,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION

2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Ville de SAINT-SULIAC La Ruette Guitton 35 430 SAINT-SULIAC REVISION GENERALE DU P.O.S SOUS FORME DE PLAN LOCAL D'URBANISME 2 - REGLEMENT DE LA CONSULTATION Page 1 sur 7 Maître de l'ouvrage : MAIRIE de

Plus en détail

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 ÈME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale STATUTS TYPES DE L UNION DEPARTEMENTALE des Centres Communaux d Action Sociale des Hauts-de-Seine Préambule : Par décision de son assemblée générale du 25 janvier 2001, l UNCCAS a adopté ses nouveaux statuts.

Plus en détail