François-Xavier Ortoli

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "François-Xavier Ortoli"

Transcription

1 François-Xavier Ortoli HISTORICAL ARCHIVES of the EUROPEAN UNION FONDS CODE FXO-85 DATE TITLE Déplacements de F.-X. Ortoli et réceptions : divers

2 COPYRIGHT Historical Archives of the European Union (HAEU) All rights of reproduction, of public communication, of adaptation, of distribution or of dissemination via Internet, internal network or any other means are strictly reserved in all countries. Consult the terms and conditions of use on our website DROITS D AUTEUR Archives historiques de l Union européenne (AHUE) Tous droits de reproduction, de communication au public, d'adaptation, de distribution ou de rediffusion, via Internet, un réseau interne ou tout autre moyen, est strictement réservés pour tous pays. Consultez les conditions d'utilisation sur notre site

3 \l Q>~ Q_~ U ~ou_<l,._~ ~ 2.. -t 1. ~ \'li-3,.

4 \

5 .,.....;;.T..;..;;h...;;.e...;;.Royal lnstitute of lnternational Affairs Cabinet du Président S.P. No ~ f-'0 Chatham House 10 St James's Square London SW1Y 4LE Telephone Cables Areopagus London Arrivé le l MAR 1973 Patron He r Maj esty th e Queen H. E. President Francois- Xavier Ortoli The Commission of The European Communities 200 rue de la Loi 1040 Brussels Belgium. 27 February 1973 Dear Monsieur Ortoli, May I thank you again most warmly for coming to Chatbam House last week. It was a great pleasure to welcome you bere and I am deligbted tbat our Institute was able to provide a platform for you on your first official visit as President to London. I very mucb look forward to an opportunity, wbich I hope lvill arise soon, of receiving you nere aga in. Yours sincerely, Andrew Shonfield Director Chairman Lord Trevelyan GCMG Cl E OBE LLD Vice-Chairman Michael Howard MC Hon Treasurer David Rae Smith MC Director Andrew Shonfield Director of Studies J ES Fawcett DSC Administrative Director Mrs Margaret Cornei l

6 BRUXELLES, le 28 février 1973 Canevas de votre intervention exposant les résultats de votre visite offioielle à Londres 1 / Personnes renoontrées la Reine le Premier Ministre Le Ministre des Affaires étrangères le Chanoelier de l'eohiquier le Chanoelier du Duohé de Lanoaster, ohargé des Affaires européennes 2 / Points sur lesquels les disoussions ont porté Conversation aveo M. Heath. Importanoe des pouvoirs du Parlement plus grande que celle de l'éleotion au suffrage universel. Dangers des réunions de ministres spéoialisés, si pas de ooordination. Conversation aveo Sir Aleo Douglas-Home : D.H. a exprimé son agaoement devant le manque de ooordination en matière de politique étrangère de la Communauté, entre les travaux du Conseil et oeux de la coopération politique. Souhaiterait que le Comité Davignon se réunisse juste avant ou juste après le Conseil. M. Ortoli a observé qu'en oes matières, le oommunautaire et le non-oommunautaire étaient parfois diffioiles à distinguer...;.

7 - 2- b) Relations avec les Etats-Unis l'ensemble des interlocuteurs de FXO ont parlé de ce problème, sous des éclairages assez voisins; ont été frappés par la visite de PetersGn, qu'ils ont trouvé dur; l'analyse psychologique de Heath, qui est convaincu qu 1 il va t~lloir agir et agir vite, en matière de réforme du système monétaire international en particulier; par ailleurs, importance de la négociation 24 6, parce que c'est la première. Il faut s'asseoir tranquillement à table et négocier ''sensibly". M. Heath pense que le dossier de la Communauté est bon. c) Divers Agriculture rappel de la position anglaise sur les prix Industrie limiter nos efforts à un petit nombre de dossiers, qui pourront etre traités sur le plan intergouvernemental et non communautaire (réaction de FXC ucadre juridique" : les Anglais sont très intéressés Politique régionale notre intéret principal n'est pas le "juste retour".

8 Madame ORTOLI Dé.jeuner du 23 février 1973 Lady Greenhill Baronne Elles Lady de Frei tas Lady Peel femme du Seorétaire général du Foreign Off: (Parlement européen) (Parlement européen) (Parlement euro éen) Madame Pike ~ Chairman Européean Comity of Womru f~ame A. Hayter

9 au eli ner 1 O Do1 rni nn- S-trePt M. B rbe.r Ch ne l "er de l ' Echiq inr M. Bo.rdman ~inistre òp l ' IndustriP s r Derk F.zr Ch irftlan of N.tion Coal Si r A rn o J ò H"' l l Denis H milton ~. Davi d SomP.rset M. La n[" M. Al ster Horn e M. Sp.nier -~. Wistrieh M. Jo Grimond Parlementairc l "béral (p rlcment euroépen) M. Davi es. Bertho n Prés "dpnt du Times e~s P ppr [ar J borouf'h Fine Art s G81 J Pry (Héritier du Due dp BPaJfortì Présiòent n reeteur G,;nr ra.1 un ted Biseujt Eeriv.."n (Histoire de FranePÌ F. jte r en Europe u TimPs Dir etp r du Mouve ent F.uropéen Chaneelier Représent nt pprmanent ( uehé de Lane sterì l ' Amb ssadeur de F é'lticp.urprès d Ro aumn-un M. l ' Amh ss d e r de BelgiquP auprèf'l d Roy urne-uni

10 Monsieur OR TOLI

11 DEPLACEMENT à LONDRES de Monsieur OR TOLI 22":"23 Février Départ de Charlemagne Crendez-vous des parlementaires Danois) Décollage de Bruxelles National MMme de Margerie MMme Palliser M. Noel un interprète. 18. Arrivée Londres Heathrow où vous ~tes accueillis par MM. Buttler ou Morland représentant Sir Alec Douglas Home Départ pour le Savoy 20 Jl(au plus tard ) diner lo Downing Street, Ceravate noire ":" robe longue) 23 Février à ll Départ du Savoy M. Davies (Cabinet Office White Hall SWl) Sir Alec Douglas Home (Foreign Office) Audience Royale (Buckingham Palace) Vous serez accompagné de M. Royle, mais l'entrevue ave c la Reine sera en t~te à t~te. (tenue de ville) déjeuner Chattam House 11M. Noel, de Margerie et Palliser vous attendront sur place. (Saint ijames Squa'Te) M. Heath Départ Heathrow Arrivée Bruxelles

12 llocution de Chatham House Towards European ldentity Je suis particuliàrement heureux du choix du théme retenu pour notre entretien d' aujourd hui. La que tion de l 'tdentitf. uropéenne est en effet une vérttable que tion, et non pas seulement un sujet de réflexions c.adémiqu s ; il est bien venu d'en p rler en ce moment, alors quc la Communauté inititlle vient de s 'élargir en accueillant trois des pays dont l 'histoire est la plus riche, et alors que cette notion a été au centre des débat de la Confé.rence au sommet de l' utomne dernier. Il me paraft nécessatre de rappeler les conclusions sur ce point de cette conférence :"L 'heure est venue pour l Europe de prendre une cl ire conscience de l'unité de ses intér~ts, de l *ampleur de ses devoirs. L Europe doit~tre c pable de faire entendre s votx. d ns les affaires mondiales et de fournir une contribution originale à l mesure de ses ressources humaines, intellectuelles et matérielles, et d'affirmer ses propres conceptions dans les r pports internationaux, conformément à sa vocation d'ouverture, de progrès, de paix et de c.oopération". Le but de mon allocution, qui doit servir d 'introduction à un débat véritable entre nous, n test pas de décrlre la C mmunauté ni dénumérer les diverses actìons réalisées, en cours de réalisation est envisagée our son édific tion. Ce serait au demeurant un exercice superflu dans la mesure où, depuis de nombreux mois, I opinion est abondamment informée des problèmes communaut tres. Je voudr is simplement, enttant que vieil Européen, - vous savez qu' vant de devenir Président de la Commtssion, j'ai, il y a dix ans, servi conune Directeur général d.ans les services de c.ette mame Commission -

13 2 orésenter qu tques réflexions, plus ou motn ordonnée sur le p:.roc s u origina! t e ns ~.rréc:éd _nt ar l q1.\el c rtain peu le d teurop o~cident le ont décidé de ' fforc.er, dans la voie d quelqu s visionnai.. dont Churchill -d tr_ nsfor r leur antagortisme d' t n une coopér tion de lu èn T)lu intégrée, dé ouchant ur la cré tion d 'un vérit bl id n ité ou person lité uropéenne. n n"'emier lieu, qutil m~ soit rmis de vous livrer q lques réflexions ur le probl me de b so, que je.form.ul r i de l façon suivante : quell e t l fin lité demi re u process 1s dans le quel nous sonunes ngag'? E n d' utres rm, quell nécessité rofo - ~ y.. a-t il à c qu 'Euro a, n s uni sant, qui ttt une i entité qui lui soit ropre? pr tout, c rt ins bons -s rits ourr ient penser qu l co truction euro é nne ne doit trouver sa justifica.tion en me, p r une sorte d ' plication à u.n échelle gigantesque e la lo i de P rkinson t m is qu.c le buts vérit bles des gouvernements uropéans doivent en ré lité tre t l crotssa.nc économique, la réartition la meilleure des fru:its de la pro uction, l'égaltté sociale, Ue n inti n du mili u tm.tur 1.. I ou.r atteindre c es objectifs,. es -il néc s ire de a s r par un sys me rel tìv n n contr ign nt, qui oblige les Europé ns a. -e os r ois en s'oppo n -v s- -vis du reste du monde t qui, n tout c, 1 s oblige d 'inc ss nts cfforts d c.ompromis en forçant l ur n ture u.r s porter la rencontrc les uns d s autre N v udrai -il s mieux. s l issar ller, se recroq;ueviller sur soi ou u contrair s 'ab ndonner déli.bér~ment ' la tellis tion? Eh ben non. Quitt vous p r ttr dire d s b lité., je v u rais vous r p. e1er l~s ratson qui me p rai.sent rendre n" cessa'l l recherche de notr identité. Cee ra.tsons a. par issent lorsq e, aux objec.tif qu ntitatif, on joute des objec.tifs en quelqu sort spirttu.el... /...

14 ... 3 L 'Union de l' urope et s dif.férenciation du r ste du monde est né ce s ire pare q e le monde changé t que chacun d nos pays n s plu, iltdividuellem nt, c qu'il été à u.n moment ou une utre de son histoire. D,s lors,. d ns l mesure ou nous stim.ons - cqmm nou 1- f t on "' quo nou.vons on. u1 ment d s intér... ts com.muns à. défendre, mai pl s, quelqu cho.se à apporter au m.onde, il était t il d 1neure in.dis nsable que no nou. uni ions pour tre en mesure e ort r c es ge t de f ire ntend not voi x.. Par llèlen.ent, j'ai 1 conviction que 1 possibili é xi t de creer d ns le mond un t e d civilisation moderne t vancée, qui se d i tingu des utres modèles q nous avon ou les y ux et qui corx-esponde mieux ux ~ r ctéristiqu.es de notr contim t. L u s, Jour ré liser ce modèle il est né c ss ire que t Euro e s unisse, Pour ttetnd:re ce doubl objeetif c faire ent ndr notre voix, et crée1.. un mod le original de c:ivilisat on, n f ut, enfin, que nous nous en donnions les 1noyens qui sont ceux de la puis ance éc:onomique.t ous ne l ' ttein ron que par Pu:nton de nos fo ces. not rai. on "'n d uxième lieu t je voudrais t n f ire ressortir ' quel oin eh n1,nement v rs nous.. n ~mes est difficil 1l P est pour lu ieurs out d'abo p ree que n.otr tentative e t cond mnée profondéme t originale, d fa.it de no caractértstiqu s r rea. L Europe ne se construit 1 s ur une tablc rase, m is avec. de vieux pays yant leur hi toitte leu:r or ntsation et leu s tntér$ts. Nou dqvons a.rrt'ver eréer quelque cho e de péc::.i.fique u tr ver d notre diversité t, je le. dis eonuno j le crois, en r s eetant cell~... ci. Le Euro é ns ont des gens qui ont un fond culturel commun, une histoi e souvent rtagéc, qui réagissent plus ou moi de l m $m façon dev t 1 s é-v nts, qui ont lu ou moins le me mode de vie, le m m niv u d 'évolution et qui ourt nt sont sép r en ut nt d n tions trè distinctes et profo dément orlginales. c ~st l'une de lu grandé di.fficultés de notre t elle, mais c est ussi une de nos plu grandes forc::.es.,... /...

15 -4- Une tre ifficulté d notre cr tione t, our retourner un m t c 'l br, que las ule richess de l'euro esr se hbmmes. On. parl du 'eontin nt" uropécn, mais ce continent c st une péninsul d superficie réduite et en oyenne eu riche cn ma.ti re, ren1i r s et n res ources énergétique, D'où la néc: s ité our nous, depuis toujours ; de nous tourner vers l' xtérte r, d nous ouvrtr sur 1 mond Nou 'mntes contr ints l s un et les utr d' voir une conomie/noderne, satne. et a te ux 'eh s vec l xtérieur pare que la tu.re nous r fusé les f cilttés de l' ut :rete. i: l ourr it n tr oint un hcteur en soi f vor ble à un processus d'unific tion. l A.a.i n ré lité l'identi des roblèmes nous oblige à une tdentité des com ortem nts manifest la. solid rité de Une tro1si me observ: tion est que notre cheminement est o~inal en ce que l constru.ction s établit da.ns l' ég lité des droits de chacune de nos na.tions, s ns qu' aucune d' entre e.lles. it de rétentton hégé ontq e. Enfin, il s accomplit d n.s une értode de ix ot d prospértté s que des circon t nces dram.atique ou uné men ce xtérieure aident à ut"lllonter nos égofsmes bien naturels Le résultat de ces difficultés est une cc tne ambiguité dane l proc ssus d con tnction commun ut ire" Cett ambiguité, on la. trouvait encore récemment dans les objectifs a signés à. cette construction. V ut-on e borner, selon la lettre de t rticle 2 du Tr ité créant la Conun.unauté Eco :rique Européenne, " f: ire en sorte que celle-ci it ur seule mission de pro1nouvoir de rel tions plus étroite entre les Etats qu 'elle réunit? Ou bien v ut- on Uer, tt-d.1' de c t objectif 1 vers une union uropéenne, un confédér tion ou 1n m un fédér tion? L 'évolution de la construction conunun ut in a montré la néc ité d' ller vers une union forte, t l sonun t d Parls 1 a décidé. m is le commu et les forme de ceue union re tent à définir L' b :u.ité on l re rouv s i dans 1 torganis tion tnstituticmelle d l Commun ut t no a.znmcnt d ns l r pport. entre 1 trois p rincip le in titu.tion

16 - 5.. Le onseil composé dc représentants des Et ts. embres, agit comme fnstitution communaut ire, mais il st inévi blen1 n t conduit, du fait méme de sa composition. ' s livrer des négoci tions et des campromi de car- ctère nettement in.tergou rnement l. mbiguité u si n ce que le onseil représente à l fois un ouvoir exécutif t un ouvoir légi latif., ou normati!. De on coté la o ssion, vec son tripl ouvoir d'initiative, d' rbitre swury il nt le res et des r les du jeu n veill nt à l bonne pplic tion d s Tr it's, t de gestion aire, n'est s n gouvemom nt, bien qu elle pui~se "'tre renversée r un s m..blé rl mentaire. L' s mblée in, qui dét nt c rta~ c ractért tique d un P rlem n, is don l s compétenc s dcvront se défini.r prog ssilyement t co léter, a.u fur et m su re q e se dévelo per l Communauté, en ttendant le jo r où lle ser désigné u suffra.g univ rsel. L ambiguité se retrouve enfin ns le rt ge des compétences entre la Comm.un uté et les E t membres, e r le Tr ité, sans doute volontairement, n'est s r s ex licite su.r c point et est usce tible d'inte )r~t - tions tr s div r e, les unes l rge, l s utrel 0 ~strictives. Rn tout ca.s, il ree è le tout s les virt lité d 'une grande extension de la com étence conununaut ir (qu'ente d -on p r politique commerci le? de l'article 235?). elle es t la portée ltjne troia i me série de réflexions st que, malgré ces ambiguités, o p ut-strc g ce elles, l con truction d l Commu uté t ~ 11 lement son indentific tion au regard de l'e térieur ont réguli rement rogres é eci s une l cons t tion. L - c. mp d la compétence eommunaut ire s'est progressivement ét ndu. l'origine, on. en ét it à une union dou.a.nière ccom gnée d'une polttique gricole conunune. ctuell ment, nou n so1nm s à. construire l' nion co omiqu et monét ire d ns la leine cception dt terme :vec l s ctions c.om.mun u ire en tièr monétaire, t en m tiere économique, le marché uro éen de.s ca it.:ux l'harm.onisa.tion fisc le la cré tion d 'un cadr jurldiqu conu un ( it euro 'en des.ociété, lusion des soctété, brevet commun utaire), Pélimination de b rri r s non t rtf ires

17 dans notre comm ree int m., l coordin tion des polittqu s éco omtques Prog s au. si ns la mul i lic tion. de. ol'tique t te d 'accom gne nt : olitiqu s indistrielles clenti.fique, de t éducation, gricol, de tr n orts, d. t éner i de la concur nce région l, oc l t de 1' nvironnem nt politiq\t c la il f ut jou.t r le débu s pro etteurs d l coo ration Pourquoi ces rogrè réguliers 11 me se mb l qu 'à c l il y lu.s 'eurs rai ons. Tou~ d bord, il m smeble q 'il ex.is e un. certain.. r tionalité interne" qui pou s en ce en 1 L néceasit de l*union. our perl"'l ttre ljl.os p ys de continu~r à jouer un r l d ns l monde est d$ mieux n mieux erçue, par 1 s gouvernements t r l s euples ux-m mes. En.suit j crois qu!une volonté politique & fon que t on retrouve dans tous l Etats membre pous e n perrrumence v rs le rogrès de t unification, m""'me si c'est' travers un chem.inem nt parfots trè prudent. De m, et cela 1ne pral\ capitai, l 'h bitu.de été p rise d ne jamais. remettr fond m ntal m.ent en c u.se ce qui a été acqui$.. Le deux exem:ples qui me t à. l'esprit ont ceux de la politiqu gricol commun lors des négociatians d dhésion et la pe nence,, u motns de principe, des règle monét 1re que nous nou.s sommes fixées u travers des vtc.i itude ctuelles. co De m me la. force des choses f. it que lorsque la Communauté enc6 à exister dans tel ou te l doma in, sur te l ou el problème, elle e t oblig totr ment conduite b. se manifester dans d'autres dom ines ou sur d :utres problè!mes. Enfin, et ce,n'est pa le moins im ortant. la ommuna.ut~ a tgjou, ju q ' prés nt, su faire bon u age des crises. Celles uxquelles ell~ a été conirontée ont toujours été pour elle Poccasion. de progrès nou.veaux. P r exemple, de l fameuse cri e de 1965 es sortie la olitique gricole eomn1.une, l un de élémen: les lus solide de l' cquis cormnu utaires ; les les cri s monéta.ire de ont conduit, on p s l'écl cm nt du m rché conunun 1 mais à la écision de faire ttunton économiqu t monétai

18 Et je pen$e que notre Communauté sau.ra tirer, malgré les premières im.pressions ~u on a pu avoir, des conclusion.s très positives de la crise la plus récente. Or c'est ma qu trième et dernière série de réfléxions, les défis ne manqueront pas d ns les mois etdans les nnées qui viennent. A nous d'en faire s facteur d'ùnification et de cohésion.

19 .. Il it n p enu r li u, ' ss r da l s ill u s condition p a ible l' 1ns rtiou ns la ommun uté d no Me 1 ats membres. Pour m ux. u. r l velop m n s futur;..t de l u. si vito t aus cat on es Traité;:~, mai il ne f t p 1' equi commu: utai oar l n.ouve ux 1n r. r q!t. des effort 1m ort nts -t me. vigilancc conatant l i: ut, n e con lie.u., d valop r rogr ive d no v _ au.. in cti n co unautaire, n~ 'une timi ité qui condui it à I ineff'i acité à c ir t l ésillu ion. Nous von b aucou.p ". f i, aus i bien en c qui touch ka on1otton i:ndu trielle t clmologique d l'eu.rop qu 'en c qui t uc l qu t t de 1 vie. otre id ntitd u rti~u.lier doit.. l'europe zon de ro rè ~c:onomiqu t metll~u ustice sociale n. Il no f u.t ensuite., t c ést ut- t dtf.fic.ile bord~r d f çon ér nte le$ roblèlllj e4 t~ i u d la Communauté ( p ort ~ec l s Etats... Uni, négoci t'on du G TT, réfor-n e du sy t m monétai interna.ttonal, rapports a c les pay d l 'E, ~ ort Vl c les y 11 vot de d velop nt). L définitio d 'une ttitude commun l' gard de l x érieur t d 'une attitud com :un qui oitv'ri a.blem ntune npoli qu.e" :v c c q c motim liquede ré.na:xio ur le objectifs et rech rch d l cohérenc, donne~ l m su d l c p eité de t u.rope ext ter Vl" i en dvon oblig dont lle aur b i llc nt ubst tis:all q c est l'europ me u u o t d P rls n us n fait un ommunauté les m ~ ns inst1tu.tionn l tu~ll si ell son ati fai antes, e n évoltt.er lorsqu notr~ Unio ura en.si n ero :ns doute e t il néce t pl:'q. iv dana~ c r atr, ce 1ns n.onrune tn pét'é l m.. omme. d l u densific tton n embl quelqu. ch.o d

20 Programme Président Date Heure Intitulé Demande Avis du Service Avis du Cabinet Avis du/des Commissaires Décision de principe Préparation PROPOSITION *... '1/1-p '.;,. -~ Date - Réponse au demandeur Audience \ Déplacement Interview - Article Déjeuner - Diner ~ 9~~~t-.Il-. f2.t~(,e.~ ~èt.<n-g Origine ~ì~h-jg~ ~~-~. "' ~~-.c. - Dossier à remettre au Président le Responsable Contenu - Organisation matérielle

21 PROGRAMM fur den Besuch Ihrer Exzellenzen des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften und Frau Ortoli in Bonn vom 28. bis 29. Marz 1973

22 I.I.E.E. der Prasident der Kommission der Europaischen Gemeinschaften, Herr Fran~ois Xavier Ortoli, und Frau Ortoli werden begleitet von : Dr. Klaus Meyer Stellvertretender Generalsekretar der Kommission der Europaischen Gemeinschaften Herrn Philippe de Margerie Kabinettsche f Herrn Pierre Malvé Berater Herrn Manuel Santarelli Pressesprecher Herrn Marcel von Donath Presscsprecher Frau Renée van Hoof Dolmetscherin Frau Monika Friedrich Dolmetscherin Ehrenbegleiter des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften: VLH Dr.,JUrgen Trumpf Dolmetscherin : Frau Colette Bouverat

23 - 2 - Mittwoch, 28. Marz 1973 gegen 22.oo Uhr Ankunft mit Kraftfahrzeugen in Bonn Hotel Tulpenfeld Zur Begrli13ung sind anwesend : Botschafter Max Graf Podewils Chef des Protokolls Dr. Jlirgen Trumpf Ehrenbegleiter Donnerstag, 29. Marz o Uhr Abholung S.E. des Prasidenten der Kommission der Europais chen Gemeinschaften durch den Botschafter der Bundesrepublik Deutschland bei den Europais chen Gemeinschaften in Brlissel, Dr. Hans Georg Sachs, und den Ehrenbegleiter - dunkler Anzug Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften zum Auswartigen Amt

24 - 3 - Donnerstag, 29. MKrz o.oo Uhr Gesprach S.E. des Prasidenten der Komm1ss1on der Europaischen Gemeinschaften mit dem Bundesm1n1ster des Auswartigen, Herrn Walter Scheel 1o.45 Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Komm1ss1on der Europaischen Gemeinschaften zum Bundesm1n1ster1um der Finanzen 11.oo Uhr Gesprach S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften mit dem Bundesminister der Finanzen, Herrn Helmut Schmidt Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Komm1ss1on der Europa1schen Gemeinschaften zum Haus des Bundesprasidenten, wo er vom Chef des Protokolls begrubt wird Donnerstag, 29. Marz oo Uhr Besuch S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften bei dem Herrn Bundesprasidenten Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften zum Bundeskanzleramt 12.2o Uhr Besuch S.E. des Prasidenten der Kommission der Europa13chen Gemeinschaften bei dem Herrn Bundeskanzler DAMENPROGRAMM 9.55 Uhr Abholung I.E. Frau Ortoli vom Hotel Tulpenfeld durch Frau Sachs und Grafin Podewils lo.oo Uhr lo.1o Uhr ll.oo Uhr Fahrt zum Beethovenhaus Besuch des Beethovenhauses Fahrt zur Vertretung des Landes Berl1n (Joachimstra3e)

25 - 5 - Donnerstag, 29. Marz o5 Uhr Bes1cht1gung der Porzellanausstellung der Staatl1chen Porzellanmanufaktur Berl1n (ehemals Kon1gliche Porzellanmanufaktur Berlin, KPM) Uhr RUckfahrt zum Hotel 13.oo Uhr Abholung I.E. Frau Ortol1 durch Grafin Podew1ls Fahrt zum Bundeskanzleramt Uhr M1ttagessen zu Ehren I.I.E.E. des Pras1denten der Komm1ss1on der Europaischen Gemeinschaften und Frau Ortoli gegeben von dem Herrn Bundeskanzler und Frau Brandt - dunkler Anzug Uhr Fahrt S.E. des Pras1denten der Komm1ssion der Europaischen Gemeinschaften zum Pressehaus 1m Tulpenfeld 15.oo Uhr Pressekonferenz S.E. des Prasidenten der Komm1ss1on der Europa1schen Gemeinschaften l j Donnerstag, 29. Marz Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Komm1ss1on der Europaischen Gemeinschaften zum Bundesministerium fur Forschung und Technolog1e 16.oo Uhr Gesprach S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften mit dem Rundesminister fur Forschung und Technologie, Herrn Prof. Dr. Horst Ehmke 16.3o Uhr Fahrt S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften zum Bundesmin1- ster1um fur Erniihrung, Landw1rtschaft und Forsten Uhr Gesprach S.E. des Prasidenten der Kommiss1on der Europa1schen Geme1nschaften m1t Herrn Staatssekretar Rohr

26 - 7 - Donnerstag, 29. Marz Uhr RUckfahrt S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften zum Hotel Tulpenfeld DAMENPROGRAMM Uhr Fahrt I.E. Frau Ortoli 1n Begleitung von Frau Sachs und Grafin Podewils nach Koln 15.2o Uhr Besichtigung des Kolner Doms 16.3o Uhr RUckfahrt nach Bonn Uhr Ankunft am Hotel Tulpenfeld Uhr Verabschiedung durch den Chef des Protokolls RUckreise nach BrUssel UNTERBRINGUNG Hotel Am Tulpenfeld I.I.E.E. Prasident Ortoli und Frau Orto li Stellvertretender Genera!- sekretar Meyer Kabinettschef de Margerie Herr Mal v! Herr Santarelli Herr von Donath Frau Renée van Hoof Frau Friedrich Fahrer Fahrer Fahrer Zimmer 5o5 Zimmer Sol Zimmer 5o6 Zimmer 4ol Zimmer 512 Zimmer 513 Zimmer 514 Zimmer 515 Zirnmer 112 Zirnmer 113 Zirnmer 114

27 TELEFONVERZEICHNIS WAGENFOLGE - lo - Auswartiges Amt Bonn Bundesprasidialamt Bonn Bundeskanzleramt Bonn Presse- und Informationsamt der Bundesregierung Bonn Bundesminister ftir Finanze n Bonn Bundesminister ftir Forschung und Technologie Bonn Bundesminister fur Ernahrung, Landwirtschaft und Forsten Bonn Hotel Am Tulpenfeld Bonn Beethovenhaus Landervertretung Berli n Bonn Bonn Kolne r Dom 92 Polizeiprasidium Bonn Bonn 171 2o o l lo 51 2o lo o o 2 o l 31 Polizeifahrzeug Ehreneskorte Wagen S.E. des Prasidenten der Kommission der Europaischen Gemeinschaften Dr. Sachs Nr. l Nr. 2 Nr. 3 Dr. Trumpf Dr. Meyer Herr de Margerie Herr Malvé Herr Santarelli Herr von Dona t h Frau v an Hoo f Frau Friedrich

28 l ~ l l,.,~ l.< \ ~ i MEN 0-KARTE

29 1970e l l l,.. l.. a C!.. i d..:::; t o. up o l c :l '. - t c

30

31 cjlfl~hho/ g e 5 s e 1"1./ des ì31...-l/~e5 k.uj/1.-z:.jers -w~ hrcvl.n Dret.--vvoU Lvv h 1~0/ "J 1~1---e..-r- -Exz...e-~VLz.eM.- dcs fru.swk-vvkw okr-- tj/vl~o--pcr~s.cjievg Gerne.~VJ,sckovft.-eA~ wl/1~/ 'Fv-o_,vv u-rlo-~/ Q(i/::c-1 ai/ éo?/l- 1/-0?~J&d.:J-ee-tfac.7{6 ~(- ~t--cv :z;;ufe- - J~J/ --U- 1~d, ~ U~T&f ) ""~?11 er sd vacrz.jurfberger K..cvb-.:.-ne-tt.Abf. We..i--YL-gt.-U..Apo-fM,)i.,ar ~o-&c.pi'l l(o-ch_ 1~64-e.r Ch.4te.cvw '1-cv Cro-~ d-c Cìcv0 Sclv~o-~-ot-bz.wg S ~ kvvki-.-w T"tt.--rsk v o-vt- kte-bt-er--n-i..du

32 ./J. Représentation Permanente de Bruxelles, le 23 mars 1973 la République fédérale d' Allemagne auprès des Communautés européennes Cher Monsieur Etienne, J' ai l 'honneur de vous fai re connal'tre ci-après le programme prévu pour Mme Ortoli à Bonn : Départ de l'hotel Tulpenfeld Visite de la maison de Beethoven à Bonn n.oo Madame Orto li. Départ pour la "Berlin -Haus" rue Joachim Bonn Visite de l 'exposition de porcelaine de la manu":' facture rayale de la porcelaine de Prusse dans la "Berlin-Haus Retour à l 'h6tel Tulpenfeld Départ pour le Palais de Chaumburg Déjeuner au Palais de Chaumburg Départ pour Cologne Visite de la Cathédrale de Cologne Retour Bonn Arrivée à l 'h6tel Tulpenfeld Départ pour Bruxelles Madame Sachs et probablement une autre Dame accompagneront Je vous serais reconnaissant de bien vouloir soumettre ce programme à Monsieur le Président Orto li. Dr. Hoynck-Liithgen

33 Déplacement du P r é sìdent Visite officielle en épublique F édérale Allemande 28 et 29 mars P articipants : Monsieur et lviadame Ortoli Programme :M.ercredi 28 Mars 1973 M. Klaus MEYER - secrétaire Gén lral adjoint M. Philippe de?via GE l E t M. Pierre :M.ALVE M. Manuel SANT ARELLI, Membre du groupe du porte parole Mme Renée VAN HOOF, interpretee Mme Doris FRIE DRICH - 19h30 : D ~ part de Bruxelles parla route (3 voitures) - 2lh00 : Passage de la frontière. Une escorte de motocycliste attendra le Président à la frontière. - 22h00 : Arrivée à Bonn - H8tel Tulpenfield Jeudi 29 ~1. ars 1973 lohoo - 10h45 : Entretien avec M. le ~A.inistre. F 'déral des Affaires Etrangères au Ministère méme avec la participation de Monsieur le llhoo - llh45 12h00-12h15 Secrétaire d t Eta t parlementaire Ape l. Entretien. avec le Ministre Fédéral des Finances M. Schmidt Visite chez Monsieur le Président F édéral 12h 20-13h00 : Visite chez Monsieur le Chancelier F édéral 13h15 Dé jeuner en l'honneu.r de Monsieur et Madame Ortoli, offert par Monsieur le Chancelier féd 'ral et Madame Brandt. l Sh OO - 15h45 : Conférence de P resse 16h00-16h 30 : entretien avec le ~1.inistre Féd éral lv1.. Ehm.ke 16 ; 45-17h15 : Entretien avec Monsieur le Secrétaire d' Etat Rohr (Ministère Féd éral de l'alimentation, de l'agriculture et des For~ts). ensuite retour à. Bruxelles en voiture.

34 R eprésentation permanente de la République fédérale d 1 Allemagne auprès des Communautés européennes Bruxelles, le 23 mars 1973 Cher Monsieur Etienne, Comme promis, je vous envoie ci-:- joint, la liste des adresses des différentes visites du Président ortoli Mfaires Etrangères 53 Bonn, Adenauer-Allee C 'Jiél. l 71) Ministère des Finances 53 BOnn, Rheindorfer-Str. 108 (Tél. 7 91) Président 53 Bonn, Adenauer-Allee 135 (Tél. 20 Ol) Chance lier 53 Bonn, Adenauer- Allee 141 (Tel. : 10 51) Ministère de la Recherche et de la Technologie 53 Bonn, Heuss- Allee 2-10 (Tél. : 10 81) Ministère de l 1 Alimentation, de l 1 Agriculture et d es F or~ts 53 Bonn-Duisdorf, Banner Strasse 85 (Tél. : 7 51) D r. Hoynck-Ltithgen

35 Déplacement de Madame Ortoli Visite officielle en République Fédérale Allemande 29 mars 1973 Jeudi 29 Mars 1973 matinée 13h15 A prè s-m idi BONN Visite de la maison natale de Beethoven Visite de la ville : Déjeuner officiel offert par le Chancelier et Madame Brandt COLOGNE Visite de l 'exposit~on des oeuvres du peintre NOLDE Visite de la cathédrale Retour à Bonn.

36 Traduction Ambassadeur Dr.H.-G.Sachs Bruxelles, le 19 mars 1973 Monsieur le Président, J'ai l'honneur de vous communiquer ci-après le programme que le Gouvernement fédéral a prévu pour votre visite à Bonn le 29 mars /3/ - le soir: 29/3/ h ~(h 12.tò h h h Arrivée en voiture (des chambres ont été réservées à l'hotel Tulpenfeld) Entretien avec M.le Ministre fédéral des Affaires Etrangères au Ministère meme avec la participation de Monsieur le Secrétaire d'etat Parlementaire Apel entretien avec le Ministre fédéral des Finances M.Schmidt visite chez Monsieur le Président fédéral visite chez Monsieur le Chancelier fédéral déjeuner en l'honneur de Monsieur le Président Ortoli et de Madame Ortoli, offert par Monsieur le Chancelier fédéral et Madame Brandt conférence de presse Monsieur François-Xavier Ortoli Président de la Commission des Communautés Européennes B r u x e l l e s -2-

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

DÉCLARATION COMMUNE ENTRE LE QUÉBEC L ITALIE PORTANT SUR UNE COLLABORATION DANS LE DOMAINE BIOALIMENTAIRE

DÉCLARATION COMMUNE ENTRE LE QUÉBEC L ITALIE PORTANT SUR UNE COLLABORATION DANS LE DOMAINE BIOALIMENTAIRE DÉCLARATION COMMUNE ENTRE LE QUÉBEC ET L ITALIE PORTANT SUR UNE COLLABORATION DANS LE DOMAINE BIOALIMENTAIRE Le ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du Québec,

Plus en détail

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS UNITED NATIONS OFFICE OF LEGAL AFFAIRS Colloque Formes du Droit International : Réflexions sur le devenir des travaux de la Commission du droit international des Nations Unies La Formation du droit international,

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Barbara Wurster Chef du service Politique européenne de la jeunesse Ministère fédéral

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Règlement (CEE) n 3598/84 du Conseil sur l'aide financière destinée à l'amélioration des structures agricoles et de pêche au Portugal (18 décembre 1984) Légende: Le 18 décembre 1984, dans la perspective

Plus en détail

---.--- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

---.--- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE MINISTERE DE L'INDUSTRIE ---.--- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union - Discipline - Travail Declaration de Son Excellence Monsieur Moussa DOSSO Ministre de l'industrie Trente-neuvieme session du Conseil

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

À l'hotel TANIA PESCARI- IL Y A LA NEGAZIONE LE NAZIONALITA

À l'hotel TANIA PESCARI- IL Y A LA NEGAZIONE LE NAZIONALITA À l'hotel A Bonjour Monsieur. (Buongiorno Signore) B Bonjour Madame. Bonjour Monsieur. (Buongiorno Signora. Buongiorno Signore) A Nous voudrions une chambre pour deux personnes, sur la cour. (vorremmo

Plus en détail

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Pascal Nowacki BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE ASTER RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES 08 et 09 Septembre 2014 ABIDJAN, PLATEAU COTE D IVOIRE Le Secrétariat Technique S o m m a i r e Contexte

Plus en détail

ASSOCIATION PARLEMENTAIRE DU COMMONWEALTH (APC) 55e COLLOQUE PARLEMENTAIRE TENUE À WESTMINSTER PALACE Londres (Angleterre) du 6 au 17 mars 2006

ASSOCIATION PARLEMENTAIRE DU COMMONWEALTH (APC) 55e COLLOQUE PARLEMENTAIRE TENUE À WESTMINSTER PALACE Londres (Angleterre) du 6 au 17 mars 2006 ASSOCIATION PARLEMENTAIRE DU COMMONWEALTH (APC) 55e COLLOQUE PARLEMENTAIRE TENUE À WESTMINSTER PALACE Londres (Angleterre) du 6 au 17 mars 2006 James Bezan, député, a représenté la section canadienne (fédérale)

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS A L OCCASION DE LA RECEPTION OFFICIELLE FRIBOURG, OUVERT AU MONDE FRIBOURG 5 OCTOBRE 2010 Seul le discours

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

5HVWDXUDWLRQ HW YDORULVDWLRQ WRXULVWLTXH GHV VLWHV GX SDWULPRLQH PRQGLDOª

5HVWDXUDWLRQ HW YDORULVDWLRQ WRXULVWLTXH GHV VLWHV GX SDWULPRLQH PRQGLDOª 63((&+ 0PH9LYLDQH5(',1* Membre de la Commission européenne responsable de l Education et de la Culture 5HVWDXUDWLRQ HW YDORULVDWLRQ WRXULVWLTXH GHV VLWHV GX SDWULPRLQH PRQGLDOª Forum européen des villes

Plus en détail

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN

L'ACCORD EPLA: UN JUGE EUROPÉEN POUR LE BREVET EUROPÉEN Intervention du Professeur Alain Pompidou, Président de l Office européen des brevets, lors du séminaire organisé par la Cour de Cassation et l'institut national de la propriété industrielle sur le thème

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Un partenaire qui avance avec le monde ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Mama, S/P Ouragahio, le 15 novembre 2008

Plus en détail

Lettre de Jean Monnet à Pierre Werner (Paris, 26 août 1971)

Lettre de Jean Monnet à Pierre Werner (Paris, 26 août 1971) Lettre de Jean Monnet à Pierre Werner (Paris, 26 août 1971) Légende: Le 26 août 1971, Jean Monnet, président du Comité d'action pour les États-Unis d'europe (CAEUE), adresse à Pierre Werner, président

Plus en détail

Madame la Ministre, co-présidente du conseil d administration de l OFAJ, Liebe Kristina Schröder,

Madame la Ministre, co-présidente du conseil d administration de l OFAJ, Liebe Kristina Schröder, ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON MINISTRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE ANNIVERSAIRE DES 50 ANS DE L OFFICE FRANCO-ALLEMAND DE LA JEUNESSE Paris, 5 juillet

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

V è Rencontres internationales. Après Welcome to Cork, Hola Cadiz!, See you soon in Cardiff et Viva Porto... V è Rallye Europe RENNES GENOVA

V è Rencontres internationales. Après Welcome to Cork, Hola Cadiz!, See you soon in Cardiff et Viva Porto... V è Rallye Europe RENNES GENOVA Après Welcome to Cork, Hola Cadiz!, See you soon in Cardiff et Viva Porto...! L'international est essentiel pour le développement de nos entreprises, en terme d'échanges de biens ou de services et dans

Plus en détail

Objet. Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone. La date. Monsieur, Madame, Mademoiselle. Formules d introduction.

Objet. Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone. La date. Monsieur, Madame, Mademoiselle. Formules d introduction. Objet Votre nom et prénom votre adresse numéro de téléphone La date Monsieur, Madame, Mademoiselle Formules d introduction Texte Formules de conclusion signature Objet numéro d abonné, du client votre

Plus en détail

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978)

Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Projet de position de la Communauté sur la procédure et l'organisation des négociations d'adhésion du Portugal (Bruxelles, 29 novembre 1978) Légende: Conformément au mandat qui lui a été confié le 17 octobre

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU TOURNOI DE FOOTBALL DE L UEMOA

CEREMONIE DE LANCEMENT DU TOURNOI DE FOOTBALL DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- La Commission CEREMONIE DE LANCEMENT DU TOURNOI DE FOOTBALL DE L UEMOA ALLOCUTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA Mardi

Plus en détail

QUELQUES FORMULES DE CORRESPONDANCE

QUELQUES FORMULES DE CORRESPONDANCE QUELQUES FORMULES DE CORRESPONDANCE LES FORMULES DE SALUTATION Messieurs, Cher, chère Cher ami INFORMER, ANNONCER o J ai le plaisir de vous informer que o Je suis très heureux de vous dire o Pour de plus

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen?

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services. Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? SPEECH/12/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Vers une réforme de la structure du secteur bancaire européen? Débat organisé au Parlement européen

Plus en détail

Réponse du Président (J 2 ) Date de la réponse du président = J 1 + ( 1 à 15 jours)

Réponse du Président (J 2 ) Date de la réponse du président = J 1 + ( 1 à 15 jours) PROCÉDURE D ALERTE dans les SA et les SAS (dotées d un organe collégial chargé de l administration distinct de l organe chargé de la direction) SCHEMA DÉCISIONNEL Découverte de faits de nature à compromettre

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

------------ -------------

------------ ------------- Ministère d Etat, République de Côte d Ivoire Ministre des Affaires Etrangères Union Discipline-Travail ------------ ------------- ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR CHARLES KOFFI DIBY MINISTRE D ETAT,

Plus en détail

SIGNATURE DU PACTE D AVENIR. Maison des Safer PARIS 12 mars 2015. Emmanuel HYEST Président de la FNSafer

SIGNATURE DU PACTE D AVENIR. Maison des Safer PARIS 12 mars 2015. Emmanuel HYEST Président de la FNSafer SIGNATURE DU PACTE D AVENIR Maison des Safer PARIS 12 mars 2015 Emmanuel HYEST Président de la FNSafer Monsieur le Ministre Monsieur le Président, Madame la Directrice, Monsieur le Directeur, Mesdames

Plus en détail

Activités - Mon Journal

Activités - Mon Journal Activités - Mon Journal Volume 64 Les cinq tâches ainsi que les activités d'apprentissage explorent les six grandes compétences énoncées dans le cadre du curriculum en littératie des adultes en Ontario

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128)

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) BELGIQUE CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) DECLARATION DE S.E. M. JAN GRAULS AMBASSADEUR REPRESENTANT PERMANENT DE LA BELGIQUE AUPRES DES NATIONS

Plus en détail

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe?

Chapitre 3: Qui tient les ficelles en Europe? Chapitre : Qui tient les ficelles en Europe?. Qui est qui? Tout comme une commune, une province ou un pays, l Union européenne est gouvernée par des politiciens. Ceux-ci travaillent au sein de différentes

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique

Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique SPEECH/11/766 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Assurances et pensions : défis et opportunités pour approfondir le marché unique Conférence annuelle

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014»

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014» NOTE D ORIENTATION Les «Vendredis de la Commission» sur le Dialogue Afrique UE Première session organisée conjointement par l Union africaine et l ECDPM (Centre européen de gestion des politiques de développement)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA FRANCOPHONIE ET DE L INTEGRATION REGIONALE

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA FRANCOPHONIE ET DE L INTEGRATION REGIONALE MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA FRANCOPHONIE ET DE L INTEGRATION REGIONALE ------------------ SECRETARIAT GENERAL --------------------- Libreville, le N MAEFIR/SGA 1 BKO/17/09/2014 Mot de bienvenue

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent)

Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent) Mme, M. X. Adresse Code postal - Ville Ville, le 2009 Monsieur le Président, Mmes et MM. les Conseillers Tribunal Administratif de... (Le TA compétent est celui de la résidence administrative de l'agent)

Plus en détail

DISCOURS DU PRÉSIDENT

DISCOURS DU PRÉSIDENT République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi DISCOURS DU PRÉSIDENT ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE À L OCCASION DU 34 ÈME SOMMET DU COMITE D'ORIENTATION DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENT DU

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

LETTERE DI GIORGIO DE CHIRICO

LETTERE DI GIORGIO DE CHIRICO 623 LETTERE DI GIORGIO DE CHIRICO A LÉONCE ROSENBERG, 1925 1. Cartolina postale (12 gennaio 1925) Rome Je suis sur le point de faire imprimer le catalogue de l exposition seulement je pense qu il suffirait

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg TNS ILRES Sondage pour le Ministère de la Famille et de l Intégration Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg conférence de presse du 27 octobre 2015 octobre 2015 Fiche technique

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat

Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat Travailler efficacement avec votre avocate ou avocat (Traduction du webinaire www.lawhelpontario.org/videos/webcast.132633- Working_Effectively_With_Your_Lawyer) Travailler avec une avocate ou un avocat

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Initiative populaire fédérale * ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Déclaration de M. Cornelio Sommaruga Vi saluto nella

Plus en détail

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF

CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ CEREMONIE DE SIGNATURE DE LA CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA COMMISSION DE L UEMOA ET ADETEF ASSISTANCE

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé 27 Avril 2015, Sofitel Hôtel Ivoire 1 Monsieur le Premier Ministre

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

UNE FEMME POUR L OTIF ENTREVUE AVEC SYLVIA LEODOLTER

UNE FEMME POUR L OTIF ENTREVUE AVEC SYLVIA LEODOLTER UNE FEMME POUR L OTIF ENTREVUE AVEC SYLVIA LEODOLTER Depuis l an 1890 avec la création de la Convention de Berne, l Organisation intergouvernementale pour les transports internationaux ferroviaires (OTIF)

Plus en détail

Script de vente Ruban pour la famille et les amis

Script de vente Ruban pour la famille et les amis Script de vente Ruban pour la famille et les amis Ce bref script de vente instructif vous est proposé à titre de référence. C est un complément au Guide de vente Ruban MD et aux autres outils de la Trousse

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

www.ezalagioielli.com www.zalagioielli.com

www.ezalagioielli.com www.zalagioielli.com www.ezalagioielli.com www.zalagioielli.com La Firma Affascinato da sempre dal mondo dei metalli nobili e delle pietre preziose, Mauro Zala infonde queste sue passioni nella produzione di gioielli artigianali

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail