Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France"

Transcription

1 Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France Les dynamiques urbaines N Mercredi 20 novembre 2013 > Sommaire Actu 4 Prochaine réunion des directeurs généraux des services des collectivités membres de l AMGVF le 28 novembre p.3 4 Observatoire des emplois d avenir : les rythmes éducatifs sont de la partie p.3 4 L AMGVF a été auditionnée le 13 novembre par la Mission commune d information du Sénat sur le sport professionnel p.3 Dossier 4 Culture - Réunion du CCTDC : la ministre réaffirme l importance de ce lieu de dialogue avec les élus locaux p.4 Initiatives Villes et Agglos 4 Rennes met en place une technologie de dératisation électronique p.6 Agenda p.7 > La une Finances locales Inquiets de "spectaculaires" perspectives de baisses de la CVAE pour 2014, les élus locaux demandent à l Etat l organisation d un réel contrôle sur la matière imposable L Association des Maires de Grandes Villes de France, dans une action commune avec six autres associations d élus locaux*, a alerté l Etat, le 20 novembre, sur les conséquences des fluctuations, parfois inexpliquées, de produit de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) perçue par les collectivités territoriales suite à la réforme et au remplacement de la taxe professionnelle. Les premières indications de produits de CVAE transmises aux collectivités pour 2014 font, en effet, état d un très sévère recul, allant bien au-delà du ralentissement de l activité économique : pour nombre de collectivités, la baisse serait supérieure à 15 %! Mise en place en substitution de la taxe professionnelle, la CVAE s applique à toutes les entreprises dont le chiffre d affaires annuel est supérieur à Du fait de son assiette, son montant global, perçu au niveau national, devrait fluctuer en corrélation avec l évolution du Produit intérieur brut (PIB). Sachant que les collectivités n ont aucun pouvoir de fixation des taux, au niveau

2 local, le produit de l impôt est susceptible d augmenter ou de diminuer selon le nombre d établissements installés et leur activité. Les baisses de produits annoncées pourraient résulter «d ajustements» réalisés par les services fiscaux de l Etat ou de l inadéquation des règles comptables utilisées pour le calcul de l impôt. Or, les collectivités n ont aucun moyen de vérification, alors qu elles sont les premières concernées. Avec la CVAE, impôt auto-liquidé, elles se trouvent dépendantes des services fiscaux. Auparavant, avec la taxe professionnelle, impôt territorial sur rôle, les collectivités disposaient de moyens de contrôle et de suivi de la matière imposable qu elles pouvaient appréhender sur le terrain. Cette situation de dépendance n est pas acceptable. Il est nécessaire de reconnaître aux collectivités un droit au suivi des assiettes fiscales. C est pourquoi, les sept associations d élus locaux demandent d urgence que l Etat : - communique aux collectivités l évaluation de l ampleur du phénomène de recul global de la CVAE de 2014 ; - leur donne les garanties d un réel contrôle des assiettes fiscales ; - définisse les conditions d un suivi régulier et partagé de l évolution de l impôt ; - et prenne, lors de l examen en seconde lecture du projet de loi de finances initial pour 2014, «les initiatives qui permettront aux collectivités de ne pas subir des pratiques profondément déstabilisatrices pour l équilibre des budgets locaux, susceptibles de remettre en question leur capacité à investir». * Association des Maires de France, Association des Maires de Grandes Villes de France, Assemblée des Départements de France, Association des Régions de France, Association des Petites Villes de France, Association des Communautés Urbaines de France, Assemblée des Communautés de France Claude Milliot

3 > Actu Prochaine réunion des directeurs généraux des services des collectivités membres de l AMGVF le 28 novembre Marges de manœuvre budgétaires des grandes collectivités en 2014 et les années suivantes, perspectives de mises en œuvre des métropoles, situation des autres intercommunalités, création de l Agence France Locale, tels seront les principaux thèmes de cette réunion du «Club des DGS» des grandes villes et intercommunalités. Elle se tiendra le jeudi 28 novembre à partir de 10 h (salle de réunion des locaux de l AMGVF, rue Joubert, Paris). Claude Milliot Observatoire des emplois d avenir : les rythmes éducatifs sont de la partie Un an après le lancement du dispositif des «emplois d avenir», l Association des Maires de Grandes Villes de France poursuit l étude du déploiement de ce dispositif dans les grandes villes et grandes intercommunalités. Une quatrième enquête est actuellement en cours pour réactualiser les éléments de l Observatoire des emplois d avenir pour la fin de l année. Outre la mise à jour des données, cette enquête examine plus particulièrement les recrutements en Zones urbaines sensibles (ZUS), les types de contrats et les taux de rupture. Une nouvelle partie de l enquête est spécifiquement consacrée au lien entre les emplois d avenir et la réforme des rythmes éducatifs. Il s agit notamment d examiner le coût à charge de la collectivité et le montage du temps de travail, qui reste complexe et demande une réflexion très en amont, dans une logique de gestion prévisionnelle des emplois et compétences (GPEC). Le questionnaire est en ligne sur le site de l Association, rubrique Emploi ou disponible par Mél : Clémence Schelcher-Beyer L AMGVF a été auditionnée le 13 novembre par la Mission commune d information du Sénat sur le sport professionnel Le co-président de la commission «Sports» de l Association des Maires de Grandes Villes de France, Robert Cadalbert, président de la communauté d agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, a été auditionné au titre de l Association, le 13 novembre, par la Mission commune d information (MCI) du Sénat sur le sport professionnel et les collectivités territoriales. Cette Mission est présidée par Michel Savin, sénateur de l Isère et a pour rapporteur Stéphane Mazars, sénateur de l Aveyron. Elle est composée de 27 membres, parmi lesquels 5 élus locaux de collectivités membres de l AMGVF : Michel Delebarre, maire de Dunkerque, président de la communauté urbaine Dunkerque Grand Littoral, Maurice Vincent, maire de Saint-Etienne, Michelle Demessine, adjointe à la maire de Lille, Françoise Cartron, viceprésidente de la communauté urbaine de Bordeaux et le président de la Mission lui-même, qui est conseiller délégué de la communauté d agglomération Grenoble Alpes Métropole. Son objet est de mieux comprendre les relations financières entre les clubs professionnels et les collectivités territoriales (subventions, taxes, redevances des stades, normes) ainsi que l évolution du modèle économique du sport professionnel et ses conséquences pour les acteurs publics. Quatre grands champs de questions se dégagent des premiers échanges de la Mission : le financement des grandes infrastructures par les collectivités ; l accueil de grandes compétitions internationales ; la place du sport dans la décentralisation ; les normes sportives. La démarche se fonde sur deux rapports préexistants : celui de la Cour des Comptes de 2009, dit rapport Seguin sur les grands stades, et le récent rapport d information de la commission des Finances du Sénat sur «le financement public des grandes infrastructures sportives», du 17 octobre 2013, par Dominique Bailly, sénateur du Nord et Jean- Marc Todeschini, sénateur de la Moselle. Les travaux de la MCI pourront alimenter le projet de loi de modernisation du sport qui doit être présenté en conseil des ministres dans le courant du premier trimestre Si les conclusions de la Mission sont attendues pour juin 2014, un rapport d étape pourrait être envisagé dès la fin février pour "coller" au calendrier gouvernemental. Robert Cadalbert a rappelé la forte pression qui s exerce sur les collectivités territoriales dans le financement des grandes infrastructures et a plus particulièrement souligné

4 la difficulté à prendre en compte la totalité des aides que verse une collectivité pour un grand équipement. Les paramètres sont effectivement très nombreux et s apprécient au cas par cas, territoire par territoire. La Mission doit tenir compte, par exemple, des aides que peuvent apporter les collectivités territoriales au fonctionnement des clubs sportifs professionnels par la mise à disposition de personnel communal, notamment. Un premier inventaire des aides et des divers paramètres semble un travail préalable, afin que l on puisse comparer ce qui est comparable. Il est par ailleurs complexe d évaluer l impact économique pour une collectivité d un grand équipement : comment quantifier l impact médiatique d une grande manifestation sportive? Sur quel laps de temps faut-il évaluer? Après le volet subvention, le co-président de la commission «Sports» de l AMGVF a centré son intervention sur les questions des normes et de l utilisation des équipements. Egalement président de la Commission d examen des règlements fédéraux relatifs aux équipements sportifs (CERFRES), Robert Cadalbert n a pas manqué de revenir sur la question des normes sportives, appelant à ce que leur contractualisation soit présente dès la programmation d un équipement. Illustrant son propos par l exemple du vélodrome de Saint- Quentin-en-Yvelines et des relations de sa collectivité avec la Fédération Française de Cyclisme (résidente du vélodrome), il a insisté sur le fait que l exploitation d un équipement devait être prise en compte dès sa conception. «L analyse des risques doit être un préalable» a-t-il déclaré. Il a, par ailleurs, souligné que la polyvalence des équipements (la modularité et la dimension spectacle devant impérativement aujourd hui être en prises en compte), si elle est souhaitable, peut aussi présenter le risque que l équipement ne soit en définitive «réellement bien» pour rien. Toutes les questions n ayant pu être abordées au cours de l audition, Robert Cadalbert a convenu avec les sénateurs membres de la Mission que l AMGVF apporterait une contribution écrite reflétant la spécificité des grandes villes et grandes intercommunalités dans le financement du sport professionnel. C.S.B > Dossier Culture Réunion du CCTDC : la ministre réaffirme l importance de ce lieu de dialogue avec les élus locaux La ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a reçu le 8 novembre les associations d élus au sein du Conseil des Collectivités Territoriales pour le Développement Culturel (CCTDC). Devant un auditoire élargi aux Directions régionales des affaires culturelles (DRAC), à la Direction générale des collectivités locales (DGCL) et à deux directions du ministère de la Culture (Création artistique et Patrimoines), la ministre a rappelé l importance qu elle accordait à ce lieu de dialogue entre l Etat et les collectivités, unique en son genre. L évolution du CCTDC en lieu de portage et de co-élaboration, qui se construit en écho à la démarche partagée des associations en Avignon, offre selon elle un espace de travail très satisfaisant dans le domaine de l action publique. La ministre a ainsi demandé, dans un courrier du 30 septembre à sa collègue chargée de la Réforme de l Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, à ce que le CCTDC soit une formation reconnue dans le futur Haut conseil des territoires (HCT), s il revient dans le premier volet du projet de loi de décentralisation. La ministre a reconnu dans les associations d élus un réseau non-prescripteur, mais doté d une réelle capacité d influence, qui aide l Etat à faire connaître les avancées des travaux dans les réseaux. A ce titre, elle a appelé l attention sur deux enjeux majeurs : - les projets de loi doivent viser à articuler l action locale avec les politiques nationales, notamment en matière d éducation artistique et culturelle (EAC), selon un principe de simplification de l action publique : pas de séparation des territoires, mais une recherche d efficacité des politiques et de lutte contre les inégalités entre territoires. Le fait que la culture ne soit attribuée à aucun niveau de collectivités reste pertinent, puisque les politiques culturelles ont besoin d être une compétence partagée ; - il est impératif d accompagner les DRAC dans le fait métropolitain pour éviter que les métropoles aient un effet d appauvrissement des autres territoires. L écriture actuelle du projet de loi veut que les Conférences territoriales de l action publique (CTAP) se constituent librement par un règlement intérieur, elles pourront donc servir de base à la mise en place des Conférences territoriales pour le développement culturel.

5 La possibilité offerte par ailleurs par la loi de prévoir des délégations de compétences a provoqué des inquiétudes au sein de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), mais la ministre a précisé être opposée à tout transfert, au bénéficie de simples délégations. Il faut, selon elle, achever les transferts en cours, sans en créer de nouveaux. Elle a d ailleurs tenu à réaffirmer sa confiance dans les DRAC. Le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Jean François Collin, a précisé certains éléments du premier volet de la future loi de décentralisation. Elle doit clarifier les compétences, par la répartition de certaines aux régions, aux départements et aux communes. Chaque collectivité sera autorité organisatrice dans les domaines où elle est chef de file, dans le cadre des CTAP. Ces dernières seront libres de s organiser comme elles le souhaitent et des conventions seront passées entre collectivités pour régler leurs questions communes. La formulation actuelle des CTAP pose toutefois encore la question du dialogue avec l Etat. Aucun chef de file n est prévu pour la compétence culturelle, qui n est mentionnée que pour les métropoles, à deux titres : aménagement culturel et social et compétence en matière de construction d équipements d intérêt métropolitain, afin de répondre aux répartitions des charges de centralité. La réorganisation des compétences entraînera, en outre, des conséquences sur les nouveaux Contrats de projets Etat-région (CPER). Le Premier ministre doit faire connaitre cinq thématiques qui seront croisées, et dont la culture sera un facteur commun. l orientation et qui doit être retravaillée, puisque l accès à l enseignement supérieur en dépend. Karine Gloanec-Maurin, représentante de l Association des Régions de France (ARF), a fait écho aux propos d Anne Gérard pour appeler à dépasser le traumatisme de 2004, dans la mesure où la mise en œuvre de la réforme des cycles d orientation professionnelle dans les deux régions qui en avaient fait le choix a montré que les coûts n étaient pas si importants que précédemment anticipé. Cette loi, selon Michel Orier, directeur général de la Création artistique, devrait bénéficier d un créneau parlementaire en avril prochain. Elle devrait donc être présentée en février en conseil des ministres. Evoquant le projet de loi «patrimoines», Vincent Berjot, directeur général des Patrimoines, a expliqué la démarche de clarification recherchée, qui vise à sauvegarder l ensemble des protections existantes et définit des périmètres intelligents, adaptés à chaque monument historique. Une version stabilisée du projet de loi devrait faire l objet d une concertation interministérielle en décembre, afin d être présentée en conseil des ministres en janvier David Constans-Martigny Pour le président de la FNCC, Philippe Laurent, la dimension culturelle doit bien être prise en compte dans les domaines de l action publique, mais elle ne définit pas toute la politique culturelle. Il est donc plus précis de parler de délégation de gestion de tel domaine, plutôt que de délégation de compétence, vocabulaire à forte connotation "anxiogène". Il y a, selon lui, une différence fondamentale entre le CCTDC et ce qui se passe sur le plan local qui doit bénéficier d un minimum de formalisme. Le mot déclinaison locale n est ainsi pas approprié et il appelle à ce que l Etat soit présent dans des réunions que ne peuvent être seulement les CTAP. La représentante de l Association des Maires de Grandes Villes de France, Anne Gérard, adjointe au maire de Poitiers, vice-présidente de la commission «Culture» de l AMGVF, s est quant à elle déclarée très satisfaite de la possibilité ouverte par la loi de gérer les structures culturelles à l échelle intercommunale, surtout à l heure des baisses de dotations aux collectivités. Evoquant le projet de loi d orientation sur la création, elle a salué la reconnaissance des pratiques amateurs qui y figure, notamment par le parallèle de l article 17 avec la loi de 2004, qui pose la question de

6 > Initiatives villes et agglos Rennes met en place une technologie de dératisation électronique Une nouvelle technologie de dératisation, baptisée «WiseTrap», a été mise en place par la ville de Rennes. Elle s inscrit dans une stratégie innovante, écologique et durable de dératisation des réseaux d assainissement. Le dispositif est composé d une batterie fixée dans un boîtier étanche suspendu en haut du regard d égout et d un piège installé dans le tuyau d écoulement des eaux usées. Le principe de fonctionnement est simple : un rat circulant dans le tuyau est décelé par un détecteur de mouvement et de chaleur. En une fraction de seconde, une herse brise la colonne vertébrale de l animal qui est entraîné par les effluents. Les rats sont désormais tués sans utilisation de produits chimiques (raticides) et selon un plan détaillé de dératisation systématique. Rennes a été la première ville de France à tester cette technologie de dératisation électronique en Satisfaite des résultats obtenus pendant la phase d expérimentation, la ville, déjà équipée de six pièges en 2013, vient de passer commande de seize nouveaux appareils. Photo Didier Gouray/ville de Rennes Un suivi quotidien de la dératisation Chaque boîtier étanche des appareils possède une carte mémoire de stockage de données numériques. Il est ainsi possible de suivre au quotidien les actions de dératisation. Chaque piège est géo-localisé et différentes informations sont accessibles à distance : nombre de coups portés par piège, niveau de chargement de la batterie, dysfonctionnements éventuels, etc. Lorsque le nombre de coups portés diminue jusqu à atteindre zéro, cela signifie que la zone a été dératisée : les pièges peuvent alors être retirés pour être positionnés sur un nouveau secteur. Seul un piège «sentinelle» est alors conservé en aval de la zone traitée. «Un piège coûte euros HT, ce dernier achat de seize pièges est un investissement», souligne Ronan Nédélec, responsable de la cellule «Collecte» au service assainissement de Rennes. Une dératisation classique coûte de 8 à euros de poisons par an, sans compter le temps passé par les agents à les déposer. Le procédé «WiseTrap» est efficace et on sait maintenant ce que l on fait. Tous les pièges ont dans un premier temps été installés au square de Provence, à Villejean. Mais les rats étant nombreux partout en ville, les pièges seront déplacés au gré des besoins. «Les agents devront apprendre à calibrer les appareils, les installer dans les canalisations, les surveiller... Le métier d égoutier va évoluer avec ce nouveau dispositif», précise Ronan Nédélec. Contact : Marc Hervé, conseiller municipal délégué à l eau et à l assainissement Tél : (source : site Rennes Métropole)

7 > Agenda Vendredi 22 novembre Le président de l Association des Maires de Grandes Villes de France, Michel Destot, député-maire de Grenoble, interviendra dans la table ronde finale des Journées des communautés urbaines de France, organisées par l ACUF - à 12 h, Palais du Pharo à Marseille Mardi 26 novembre Michel Destot sera reçu, avec les présidents des principales associations nationales d élus locaux, par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur les questions internationales liées aux collectivités territoriales - à 10 h, au ministère, quai d Orsay Mercredi 27 novembre Michel Destot rencontrera le Délégué interministériel aux grands évènements sportifs, le préfet Nicolas Desforges - à 16 h, à l Assemblée nationale Jeudi 28 novembre Réunion du Club des DGS des grandes villes et agglomérations à 10 h, salle de réunion des locaux de l AMGVF, rue Joubert, Paris (voir la rubrique «Actu» de la présente édition de Grandes Villes Hebdo) Mercredi 4 décembre Réunion de la commission «Education» de l AMGVF, présidée par Gilles D ly, maire d Amiens, président de la communauté d agglomération Amiens Métropole à 10 h, salle de réunion des locaux de l AMGVF, rue Joubert, Paris Michel Destot interviendra dans la séance plénière du Salon de l immobilier d entreprise (SIMI), dont le thème est «Industrie immobilière et économie nationale» - de 17 h 30 à 19 h, Palais des Congrès de Paris, porte Maillot Mardi 10 décembre Michel Destot rencontrera le Délégué interministériel à l Aménagement du territoire et à l attractivité régionale, le préfet Eric Delzant et le Secrétaire général du Comité interministériel des villes, le préfet Raphaël Le Méhauté, chargés de la préfiguration du Commissariat général à l égalité des territoires - à 16 h, à l Assemblée nationale Mercredi 11 décembre Assemblée générale de l Association des Maires de Grandes Villes de France, présidée par Michel Destot - à 16 h, à l Assemblée nationale, 5 ème Bureau, 126 rue de l Université, Paris «GRANDES VILLES Hebdo» est éditée par les Maires de Grandes Villes de France 22-28, rue Joubert PARIS - Tél : Fax : Elle peut être consultée sur : Courriel : Directeur de la publication : Christian LALU Directeur de la rédaction : Claude MILLIOT Maquettiste : Laurence FAURE Une publication du pôle Information & Communication AMGVF

Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France

Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France N 932 - Mercredi 13 juin 2012 > Sommaire Actu 4 La nouvelle adresse de l Association des Maires de Grandes Villes de France p.3 4 Coopération

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 -

40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - 40 PROPOSITIONS POUR UN ELAN NOUVEAU DE L ACTION EXTERIEURE DECENTRALISEE présentées par André LAIGNEL -- 23 janvier 2013 - A. DEFINIR DES PRIORITES PARTAGEES «L EXPERIENCE DE LA PROXIMITE AU SERVICE D

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

QUELS ENJEUX ET SOLUTIONS

QUELS ENJEUX ET SOLUTIONS QUELS ENJEUX ET SOLUTIONS POUR MODERNISER NOTRE SYSTEME DE TRANSPORT? 3 ÈME ÉDITION CONFÉRENCE TRANSPORTS ET MOBILITÉ DURABLE MERCREDI 27 MAI 2015 MAISON DE LA CHIMIE PRÉSIDÉE PAR EN PRÉSENCE DE ANIMÉE

Plus en détail

GRAND PLAN D INVESTISSEMENTS QUELLE FRANCE EN 2030? JEUDI 28 NOVEMBRE 2013 MAISON DE LA CHIMIE

GRAND PLAN D INVESTISSEMENTS QUELLE FRANCE EN 2030? JEUDI 28 NOVEMBRE 2013 MAISON DE LA CHIMIE CONFÉRENCE PARLEMENTAIRE SUR LE GRAND PLAN D INVESTISSEMENTS GRAND PLAN D INVESTISSEMENTS QUELLE FRANCE EN 2030? JEUDI 28 NOVEMBRE 2013 MAISON DE LA CHIMIE PRÉSIDÉE PAR Guillaume BACHELAY Député de la

Plus en détail

La politique sportive municipale

La politique sportive municipale Quelques chiffres pour commencer : La politique sportive municipale La Ville consacre 7% de son budget aux Sports 22 salles de sports 7 stades - 20 terrains 1 piscine (Danielle Lesaffre) 150 agents municipaux

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

4 Grandes villes et agglomérations, cette rubrique est la vôtre! p.4 4 A Toulouse, un «Parcours culturel gratuit», plus un «Passeport culturel» p.

4 Grandes villes et agglomérations, cette rubrique est la vôtre! p.4 4 A Toulouse, un «Parcours culturel gratuit», plus un «Passeport culturel» p. Grandes Villes Hebdo La Lettre des Maires de Grandes Villes de France N 946 - Mercredi 24 Octobre 2012 > Sommaire Dossier 4 Coopération décentralisée - Le président de l AMGVF a été auditionné sur l action

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

Contribution de l Association des Maires de Grandes Villes de France. à la Mission Commune d Information (MCI) du Sénat

Contribution de l Association des Maires de Grandes Villes de France. à la Mission Commune d Information (MCI) du Sénat Paris, le 20 février 2014 Contribution de l Association des Maires de Grandes Villes de France à la Mission Commune d Information (MCI) du Sénat sur le sport professionnel et les collectivités territoriales

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

La gestion des crédits de la politique de la ville

La gestion des crédits de la politique de la ville GESTION DES CRÉDITS DE LA POLITIQUE DE LA VILLE 143 La gestion des crédits de la politique de la ville Saisie sur le fondement de l article 58-2 de la loi organique relative aux lois de finances, la Cour

Plus en détail

LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014

LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014 LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE : ANI DU 14 DÉCEMBRE 2013 & PROJET DE LOI 22 JANVIER 2014 Intervention d Emmanuelle Pérès, Metropolitan, Paris, le 11 février 2014 FFP 7, rue Alfred de Vigny

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

CONVENTION. Bordeaux Gironde Investissement 2011

CONVENTION. Bordeaux Gironde Investissement 2011 POLE DEVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT METROPOLITAIN DIRECTION DES ENTREPRISES ET DE L ATTRACTIVITE Service du portage des projets économiques CONVENTION Bordeaux Gironde Investissement 2011 Entre :

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015 PREFET DU LOIRET Préfecture Bureau du cabinet Pôle de sécurité intérieure AFFAIRE SUIVIE PAR : M. MATTHIEU LEDORÉ TÉLÉPHONE : 02.38.81.40.23 COURRIEL : PREF-CABINET@LOIRET.GOUV.FR LE PRÉFET DU LOIRET à

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

L ACTE III DE LA DECENTRALISATION : DECRYPTAGE ET IMPACTS POUR LES ASSOCIATIONS

L ACTE III DE LA DECENTRALISATION : DECRYPTAGE ET IMPACTS POUR LES ASSOCIATIONS Fichepratique Novembre2015 L ACTEIIIDELADECENTRALISATION: DECRYPTAGEETIMPACTSPOURLESASSOCIATIONS Introduction:PourquoiunacteIIIdeladécentralisation? Dynamiqueséconomiquesetterritoires Les territoires de

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DES AUDITS Les audits de modernisation, désormais installés dans les pratiques quotidiennes de l administration, permettent de systématiser la recherche du meilleur service

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

demande de subvention

demande de subvention compétence Cadre réservé à l administration document à retourner au Service Subventions Toulon Provence Méditerranée 107, boulevard Henri Fabre CS 30536 83041 Toulon cedex 9 demande de subvention Politique

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE BAGNEUX (Hauts-de-Seine) ------- Exécution de l'article 56 de la Loi du 05 avril 1884 AVIS DE REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal légalement convoqué le : VENDREDI 4 DECEMBRE 2015

Plus en détail

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Préambule Le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes

Plus en détail

CENTRE NATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT DU SPORT - CNDS

CENTRE NATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT DU SPORT - CNDS CENTRE NATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT DU SPORT - CNDS octobre 2010 Le décret n 2006-248 du 2 mars 2006, intégré au code du sport, modifié par le décret n 2009-548 du 15 mai 2009, a créé le Centre National

Plus en détail

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE

VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE VILLE DE BORDEAUX REALISATION DU NOUVEAU STADE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE : La Ville de Bordeaux, représentée par Monsieur Alain Juppé, maire, Ci-après désignée: «la Ville» ET : La Communauté urbaine de

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés Sem, vrai oufaux Sem, vrai ou faux Avec 1 003 sociétés recensées et près de 70 000 salariés, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais

Plus en détail

CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE

CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE CONVENTION DE SUBVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE, GRENOBLE-ALPES METROPOLE ET L ASSOCIATION POUR UN CONSERVATOIRE DE L INFORMATIQUE ET DE LA TELEMATIQUE (ACONIT) ENTRE Le DÉPARTEMENT DE L ISÈRE

Plus en détail

SITES & GRANDS EVENEMENTS

SITES & GRANDS EVENEMENTS SITES & GRANDS EVENEMENTS MOTEURS DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES, DES TERRITOIRES ET DE LA SOCIETE... pour un développement structurel du territoire, au service de la stratégie des décideurs politiques

Plus en détail

François Tourisme Consultants et GB2A-Avocats au service de votre territoire!

François Tourisme Consultants et GB2A-Avocats au service de votre territoire! François Tourisme Consultants et GB2A-Avocats au service de votre territoire! 1 Vous êtes Une communauté de communes ; Une communauté d agglomération ; Une communauté urbaine ; Une métropole ; Un office

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN

DOSSIER >PROJET : Juin 2015 AGENDA LES AVENIÈRES VEYRINS-THUELLIN DOSSIER de PRESSE AGENDA Juin 2015 >PROJET : La Commune Nouvelle Dossier de Presse : VIE PRATIQUE >Pourquoi une commune nouvelle entre Les Avenières et Veyrins-Thuellin? Les communes des Avenières et de

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

UNE GESTION CHOISIE, DURABLE ET RESPONSABLE MERCREDI 3 OCTOBRE 2012 MAISON DE LA CHIMIE PARIS COLLOQUE

UNE GESTION CHOISIE, DURABLE ET RESPONSABLE MERCREDI 3 OCTOBRE 2012 MAISON DE LA CHIMIE PARIS COLLOQUE MERCREDI 3 OCTOBRE 2012 MAISON DE LA CHIMIE PARIS COLLOQUE Les 10 ans de la Charte des Services Publics Locaux UNE GESTION CHOISIE, DURABLE ET RESPONSABLE Sous le haut-patronage de Jean-Pierre BEL Président

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION

MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION MAISON DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DU BOULONNAIS APPEL A CONSULTATION Mission d appui à l animation et au développement de la Stratégie Orientation Formation Territoriale (S.O.F.T) sur le Bassin d Emploi

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6

Annexe adoptée lors de l Assemblée générale du 27 mars 2004 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER. Page 1 sur 6 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ANNEXE 5 RÈGLEMENT FINANCIER Page 1 sur 6 PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : ORGANISATION COMPTABLE... 3 L Assemblée Générale... 3 Le Comité directeur... 3 Le bureau... 3 Le Président... 3

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme

FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme COMMUNIQUE DE PRESSE Dijon, le 8 novembre 2012 FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES : La Banque Postale élargit son offre de financement aux prêts moyen/long terme En présence de Monsieur Pierre Moscovici,

Plus en détail

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention

Appel à Projets Développement Durable. Dossier de demande de subvention Appel à Projets Développement Durable Dossier de demande de subvention IMPORTANT Ce dossier fait acte de document officiel et son usage est obligatoire. Nous vous invitons également à fournir tout document

Plus en détail

Stage national de formation des personnels

Stage national de formation des personnels Stage national de formation des personnels Pilotage : FNCAS en partenariat avec les réseaux des responsables de formation des personnels 25/26/27 Septembre 2007 Acteurs de l action sociale, culturelle

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011

COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011 COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011 Après accueil par Monsieur le Maire de l ensemble des personnes présentes, Nadine KONDRATOW est désignée secrétaire

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

Table des matières. Table des matières. Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9

Table des matières. Table des matières. Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9 Table des matières Sommaire... 5 Avant-propos... 7 Thierry Tanquerel Le cadre institutionnel des agglomérations en Suisse... 9 I. Introduction... 9 II. Le cadre juridique... 10 A. Le droit fédéral... 10

Plus en détail

Culture. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs

Culture. 1. Présentation de la mission et de ses objectifs MISSION Culture Autorisations d engagement : 2,77 milliards d euros Crédits de paiement : 2,69 milliards d euros 11 542 emplois (équivalents temps plein travaillé) 1. Présentation de la mission et de ses

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité L HUMAIN EN CAPITALE Emploi Politiques CIV économie Grand Paris rénovation En direct du dispositifs COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DES VILLES DU 18 FÉVRIER 2011 habitants Égalité Politiques Transports Acteurs

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France

Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement de SPLS en Île-de-France Suivi et programmation des logements sociaux (SPLS) Déploiement du dispositif en Île-de-France I. Présentation générale de SPLS... 2 1. Des enjeux de pilotage et de conception des politiques de l habitat...

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX Au cours du mois de juillet 2010, les services de la direction de la législation fiscale (DLF) et de la direction générale des finances

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets Paris, le 03 avril 2007 Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales à Mesdames et Messieurs les Préfets NOR/INT/B/07/00024/C Objet : Pôle d appui au contrôle de légalité de LYON. Extension au 1

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 13 décembre 2011 à 9h00, présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 8 DECEMBRE 2011 NOMBRE

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h

La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E La Maison du développement durable Inauguration le 7 octobre 2010 à 18 h Du 7 au 19 octobre 2010, la Ville de Niort accueille la Maison du Développement Durable

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 6 AVRIL 2012 DELIBERATION N CR-12/02.093 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL POUR LA CULTURE ET LE PATRIMOINE Avenant à l'accord cadre pluriannuel sur l'emploi et la formation professionnelle

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2016

Association Dossier de demande de subvention 2016 Association Dossier de demande de subvention 2016 A adresser au plus tard le 31 DECEMBRE 2015 à : Monsieur le Président du Conseil Départemental Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

CONféRENCE parlementaire SUR L EmpLOI ET LE HaNDICap

CONféRENCE parlementaire SUR L EmpLOI ET LE HaNDICap CONféRENCE parlementaire SUR L EmpLOI ET LE HaNDICap JEUDI 3 OCTObRE 2013 maison DE La CHImIE présidée par martine CaRRILLON-COUvREUR Députée de la Nièvre, Vice-présidente de la Commission des affaires

Plus en détail