40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE"

Transcription

1 40 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique Financial Center, Abu Dhabi, UAE

2 4 Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique 4.1 Le verre et le rayonnement solaire Le verre se distingue par sa grande perméabilité au rayonnement dans le spectre solaire. Dans la pratique, le comportement spécifique en termes de rayonnement solaire est donc un élément distinctif important lorsque l on compare différents types de verre. Il s exprime sous la forme des caractéristiques du verre, qui sont des valeurs de comparaison physiques en matière de rayonnement. 4 Distribution spectrale du rayonnement solaire Type de rayonnement Plage de longueur d onde Part (énergétique) Rayons ultraviolets 320 à 380 nm env. 4% Rayons lumineux visibles 380 à 780 nm env. 45% Rayons infrarouges 780 à 3000 nm env. 51% Le rayonnement solaire peut atteindre 800 W/m 2 ou plus, en fonction de l angle de rayonnement, du lieu, de l heure et des conditions atmosphériques. 4.2 L effet de serre Le verre flotté se caractérise par une perméabilité (transmission) élevée du rayonnement solaire. Ainsi, la plus grande partie de l énergie solaire arrivant sur le vitrage est transmise à l intérieur par transmission directe. T: 6000 K Rayonnement extraterrestre λ = nm 1353 W/m W/m 2 Verre flotté 6 mm Atmosphère λ = 30 Rayonnement global Rayonnement transmis λ = nm 576 W/m T: 300 K Rayonnement secondaire 2 λ = 7000 nm Absorption Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique I 41

3 A l intérieur, le rayonnement solaire est absorbé par les murs, le sol et les personnes sous forme de chaleur. Cette énergie absorbée est alors retransmise en tant que rayonnement infrarouge à ondes longues. Comme le verre est pratiquement imperméable à ce genre de rayonnement, la température du local augmente, car l énergie ne cesse de pénétrer depuis l extérieur sans qu il y ait une évacuation suffisante vers l extérieur. Le principal facteur responsable de l effet de serre est la différence de perméabilité (transmission) du verre flotté pour les rayonnements à ondes courtes et à ondes longues. 4.3 Comportement en présence d un rayonnement Expressions importantes liées aux verres de protection solaire (caractéristiques physiques): Transmission, réflexion et absorption En matière de verres de protection solaire, trois termes (correspondant à trois valeurs clés) sont particulièrement importants. Réflexion renvoi des rayons solaires. Effet miroir. Transmission passage des rayons solaires. Absorption retenue des rayons solaires. Surfaces foncées. Réflexion Transmission Absorption Le verre en tant que matériau ne présente aucune de ces propriétés à l état pur. Tout verre laisse passer une certaine quantité de rayons (transmission), en retient une partie (absorption) et en renvoie également une certaine quantité (réflexion). La somme des parties réfléchies, absorbées et transmises est systématiquement égale à 100%. On distingue la lumière (partie visible du spectre, 380 à 780 nm) et le spectre solaire complet (320 à 3000 nm). Les caractéristiques physiques sont également définies en conséquence. 100% UV visible infrarouge 100% UV visible infrarouge 90% 80% Energie totale 90% 80% Lumière 70% 70% 60% 60% 50% 50% 40% 30% 40% 30% 20% 20% 10% 10% 0% 0% Longueur d onde en nm Longueur d onde en nm 42 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique

4 Energie (largeur totale du spectre) Lumière (partie visible du spectre) Transmission Transmission du rayonnement Transmission de la lumière Réflexion Réflexion du rayonnement Réflexion de la lumière Absorption Absorption du rayonnement Absorption de la lumière 100% Transmission Réflexion Rayonnement et convexion Rayonnement et convexion Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique I 43

5 4.4 Valeurs caractéristiques du verre Les valeurs caractéristiques du verre sont des éléments importants pour déterminer les performances des vitrages et les distinguer les uns des autres. Elles peuvent être déterminées par une mesure, pour les verres simples comme pour les vitrages isolants complexes composés de plusieurs couches. Dans la pratique, ces caractéristiques sont cependant aujourd hui établies le plus souvent en suivant des procédures de calcul certifiées. La lumière et le verre Transmission de la lumière / taux de transmission lumineuse (TL) Le taux TL d un vitrage correspond à la proportion en pour-cent du rayonnement solaire dans la plage de lumière visible (380 à 780 nm) transmise de l extérieur vers l intérieur Absorption de la lumière / taux d absorption lumineuse (AL) Le taux AL correspond à la proportion du rayonnement solaire dans la plage de lumière visible (380 à 780 nm) absorbée par le vitrage. L absorption de la lumière est une valeur caractéristique moins utilisée que les autres Réflexion de la lumière / taux de réflexion lumineuse (RL) Le taux RL exprime la proportion en pour-cent du rayonnement solaire dans la plage de lumière visible (380 à 780 nm) réfléchie par le vitrage. L énergie totale et le verre Transmission du rayonnement / taux de transmission énergétique directe (TED) Le taux de transmission énergétique désigne la proportion du rayonnement de l ensemble du spectre solaire susceptible de traverser le vitrage Absorption du rayonnement / taux d absorption énergétique (AE) Le taux d absorption énergétique exprime la proportion du rayonnement de l ensemble du spectre solaire absorbée par le vitrage Réflexion du rayonnement / taux de réflexion énergétique (RE) Le taux de réflexion énergétique exprime la proportion du rayonnement de l ensemble du spectre solaire réfléchie directement vers l extérieur par le vitrage. 44 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique

6 Transmission secondaire de chaleur La part de rayonnement absorbée par le vitrage est rejetée sous la forme d un rayonnement infrarouge (ondes longues). Ce phénomène est aussi désigné par transmission énergétique secondaire qui, en règle générale, se subdivise en deux parties égales (transmission secondaire de chaleur vers l extérieur et transmission secondaire de chaleur vers l intérieur). Transmission secondaire de chaleur vers l extérieur Qa Transmission secondaire de chaleur vers l intérieur Qi Transmission énergétique globale / facteur solaire (g) Le facteur solaire (g) exprime la transmission énergétique globale, c est-à-dire le résultat obtenu par addition de la transmission énergétique directe (TED) et de la transmission secondaire de chaleur vers l intérieur (Qi). TED + Qi = g TED Avec le coefficient U, le facteur solaire est la valeur caractéristique la plus importante pour les vitrages. Il indique la quantité d énergie solaire provenant de l extérieur qui finit par pénétrer dans les pièces intérieures d un bâtiment. Pour obtenir une exploitation passive optimale de l énergie solaire, le facteur g doit être le plus élevé possible. Pour une protection maximale contre le rayonnement solaire, il doit être le plus faible possible. Qi Coefficient d ombre Le coefficient d ombre est une valeur caractéristique dérivée du facteur solaire (g). Deux calculs sont possibles : Coefficient d ombre = facteur solaire g : 0,80 (utilisable en Allemagne) Coefficient d ombre = facteur solaire g : 0,87 (utilisable en Angleterre et aux États-Unis) Le coefficient d ombre est conçu pour comparer l effet produit par l ombre sur un vitrage avec l effet produit par l ombre sur un double vitrage isolant usuel non revêtu (facteur solaire g = 0,80) ou sur un verre simple flotté de 6 mm d épaisseur (facteur solaire g = 0,87). Souvent, les directives applicables au calcul des charges de refroidissement ne se basent pas sur le facteur solaire g, mais sur le coefficient d ombre. Afin d éviter les malentendus, il est dans tous les cas recommandé de définir précisément les bases de calcul lors de l indication des coefficients d ombre. Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique I 45

7 4.4.9 Indice de sélectivité L indice de sélectivité représente le rapport entre le taux de transmission lumineuse et le facteur solaire. Indice de sélectivité = taux de transmission lumineuse facteur solaire L indice de sélectivité est particulièrement important pour les vitrages de protection solaire. Un indice de sélectivité élevé (>1,5) est synonyme d une bonne protection solaire, tout en permettant une bonne luminosité naturelle. Exemple SILVERSTAR SUPERSELEKT 60/27 T : transmission lumineuse = 60%, facteur solaire = 27% Indice de sélectivité = 2, Indice de rendu des couleurs général (R a ) L indice de rendu des couleurs général permet d évaluer le niveau de modification de la lumière dû à un vitrage, c est-à-dire l influence de ce dernier sur la perception des couleurs (8 tons normalisés différents sont évalués). Plus l indice de rendu des couleurs est élevé, moins les couleurs sont modifiées par le vitrage. Un indice de rendu des couleurs de 95 à 100 est synonyme de très faibles modifications des couleurs. Un indice de 90 à 95 est lui synonyme de faibles modifications des couleurs. L indice de rendu des couleurs peut être un critère de choix décisif pour les musées, les galeries d art ainsi que les activités artisanales et commerciales pour lesquelles les couleurs jouent un rôle important Transmission des UV En règle générale, la transmission des UV par les verres de protection solaire subit une réduction proportionnelle au facteur solaire g. Une possibilité de protection supplémentaire contre les UV consiste à placer un film absorbant dans un verre feuilleté de sécurité. Cela permet de réduire considérablement le rayonnement UV. A partir de 380 nm, les rayons photochimiques deviennent très actifs, ce qui peut altérer les couleurs. Il faut être particulièrement prudent à partir de 600 m d altitude lorsqu il s agit de choisir des vitrages pour des vitrines, des musées ou autres. 4.5 Le coefficient U Le coefficient de transmission thermique (coefficient U) est une unité de mesure permettant de connaître la déperdition thermique au niveau d un élément de construction. Il exprime la quantité de chaleur passant à travers une surface de 1 m 2 pendant une unité de temps en présence d une différence de température de 1 kelvin. Plus la valeur du coefficient U est faible, plus la déperdition de chaleur vers l extérieur est limitée, ce qui se traduit par une réduction sensible de la consommation d énergie. 46 I Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique

8 Pour les vitrages isolants, le coefficient U (désigné par la formule Ug selon la norme de contrôle SN EN 674) est la valeur caractéristique la plus importante. Dans la pratique, il est possible de déterminer avec précision la valeur Ug pour chaque composition de vitrage isolant en utilisant une procédure de calcul certifiée. Il convient de noter que la valeur Ug ne s applique qu à la zone dite «non perturbée», c est-àdire hors influence de la zone de bord (dans laquelle le flux thermique est significativement plus élevé). L assemblage périphérique est donc non significatif pour la valeur Ug. Il n entre en ligne de compte que pour le calcul du coefficient U pour l ensemble de la fenêtre, comprenant le verre et le cadre de la fenêtre. Ce coefficient global correspond à la valeur U w. Grâce à des revêtements isolants de grande efficacité, les vitrages isolants SILVERSTAR atteignent des valeurs Ug allant jusqu à 0,4 W/m 2 K. Cela correspond à l isolation d une paroi en bois d au moins 25 cm d épaisseur. Dans le verre isolant, le transport de chaleur et d énergie se fait de trois façons différentes : par conduction, à travers les différents verres et à travers le gaz ou l air présent dans les espaces intercalaires ; par convexion, en raison du gaz ou de l air se déplaçant dans les espaces intercalaires ; par rayonnement, via la dissipation de chaleur (rayonnement infrarouge à ondes longues) au niveau de la surface du verre. C est le rayonnement de chaleur qui contribue le plus à la déperdition de chaleur (env. deuxtiers). Grâce à des revêtements isolants extrêmement fins et pratiquement invisibles, il est possible d améliorer de manière significative le niveau d isolation thermique. Revêtement isolant Conduction Conduction 33% 33% Convexion Convexion Rayonnement 67% Rayonnement 7% Transport d énergie dans le verre isolant sans revêtement isolant Transport d énergie dans le verre isolant avec revêtement isolant Caractéristiques du verre et expressions clés du domaine de la physique I 47

SILVERSTAR Verres de protection solaire

SILVERSTAR Verres de protection solaire SILVERSTAR Verres de protection solaire Une protection solaire intelligente avec SILVERSTAR Les façades vitrées sont indissociables de lʼarchitecture contemporaine. Le verre permet de bénéficier dʼune

Plus en détail

Le verre et le rayonnement solaire

Le verre et le rayonnement solaire Rayonnement Composition du rayonnement Le rayonnement qui atteint la terre est composé d environ 3% d ultraviolets (UV), 55% d infrarouges (IR) et 42% de lumière visible. Ces trois parties du rayonnement

Plus en détail

SILVERSTAR gamme E. Le verre isolant triple assurant une isolation thermique efficace. Photo: Sky-Frame /

SILVERSTAR gamme E. Le verre isolant triple assurant une isolation thermique efficace. Photo: Sky-Frame / SILVERSTAR gamme E Le verre isolant triple assurant une isolation thermique efficace Photo: Sky-Frame / www.sky-frame.ch Un verre isolant qui remplit toutes les exigences de l architecture moderne La gamme

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées

Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées 44 personnes 13,7 M de CA en 2013 PRESENTATION DE L ENTREPRISE Structure et Organisation Conception et réalisation de façades vitrées et verrières architecturales

Plus en détail

Verre à couche Off-Line de contrôle solaire faiblement émissif

Verre à couche Off-Line de contrôle solaire faiblement émissif Verre à couche Off-Line de contrôle solaire faiblement émissif Description La gamme Pilkington Suncool propose des produits de contrôle solaire supérieurs avec des propriétés de transmission de lumière

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 02 Comment bien isoler une maison? Bien isoler sa maison avec Fred et Jamy Filière Scientifique - Option Sciences de l

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE

LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE LES PRINCIPES DE LA THERMIQUE 1- Introduction : isolation d une maison Après avoir regardé la vidéo «bien isoler sa maison», répondre aux questions suivantes : Depuis 2011, qu impose la réglementation

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE Comment maîtriser la lumière et la chaleur? SAINT-GOBAIN GLASS CLIMATE The future of habitat. Since 1665. Comment maîtriser la lumière et la chaleur? Notions

Plus en détail

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN

K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy. DJP Energy SAS Capital de rue des Carmes CAEN K ISOL Revêtement céramique de DJP Energy Capital de 2 015 300 6 rue des Carmes 14000 CAEN www.djpenergy.com Les céramiques : un isolant remarquable Les céramiques sont utilisées comme réfractaire dans

Plus en détail

Les Besoins calorifiques d un local

Les Besoins calorifiques d un local Les Besoins calorifiques d un local Deux cas sont à considérer : Période d hiver Période d été 1. Période HIVER La quantité de chaleur (positive) à apporter au local est égale à la quantité de chaleur

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2010 Isolation Thermique Isolation Acoustique Contrôle Solaire Sécurité Esthétique et décoration Verre et isolation thermique Introduction Convection, conduction et rayonnement

Plus en détail

Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage

Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage Division Energie et Bâtiment Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage Comparaison des méthodes normalisées simplifiée et détaillée Auteurs : Guillaume Lethé, Gilles Flamant

Plus en détail

1. Glossaire. Absorption (facteur d absorption)

1. Glossaire. Absorption (facteur d absorption) 1. Glossaire Terme ou expression Absorption (facteur d absorption) Atmosphère Bruit Cavité isotherme Cavité rayonnante Champ de vision horizontal Conduction Convection Corps gris Corps noir Correction

Plus en détail

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 04 > Bases physiques (II)

Plan de la séance. L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 04 > Bases physiques (II) L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 04 > Bases physiques (II) Brises soleils coulissants (Architecte Bruno Burlat) Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations de ces cours

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE TOUTE LA LUMIÈRE SUR LE RAYONNEMENT SOLAIRE Comment maîtriser la lumière et la chaleur? SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT C o m m e n t m a î t r i s e r l a l u m i è r e e t l a c h a l e u r? Notions générales

Plus en détail

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4)

Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le bois? ( CME4) Équilibre thermique des matériaux Conduction thermique Capacité thermique massique d un matériau Quantité de chaleur La résistance thermique d un matériau Pourquoi le métal semble-t-il plus froid que le

Plus en détail

4) proposer une solution constructive appropriée.

4) proposer une solution constructive appropriée. Architecture 2 ème année / Bachelor Physique du bâtiment III Corrigé Série 2 Bilan thermique net d un mur pourvu d une isolation translucide 1) mur ancien (orientation sud) Umur = 1.1 W/m 2 K a = 0.6 2)

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

Une lumière saine avec uniglas

Une lumière saine avec uniglas uniglas VITAL Le verre pour le bien-être Une lumière saine avec uniglas La lumière est à la fois énergie et information contenu, forme et structure. Elle représente le potentiel pour tout. David Bohm,

Plus en détail

Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES. Vincent STAUFFER.

Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES. Vincent STAUFFER. Date: 22-23/01/2014 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES SERRES Vincent STAUFFER contact@agrithermic.com Sommaire 1. Généralités - Bases 2. Les matériaux de couverture 3. Les écrans thermiques 4. Renouvèlement

Plus en détail

UTILITÉS ET APPLICATIONS

UTILITÉS ET APPLICATIONS VERRE ANTIREFLET UTILITÉS ET APPLICATIONS FICHE TECHNIQUE / Québec Version 1.0 tél. : 1 800 463-2810 et fax : 418 687-0804 Verres offerts par Multiver Qu est-ce qu un verre antireflet? Lors du processus

Plus en détail

Protections solaires

Protections solaires Protections solaires Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Lors de la rénovation d un bâtiment, il est important de s intéresser aux protections solaires. En plus d assurer l intimité des occupants et

Plus en détail

L acoustique. Présentation

L acoustique. Présentation L acoustique Présentation Le son est une onde acoustique. Cette onde est sphérique : l énergie qu elle transporte se répartie sur des sphères centrées sur la source du son. Cette onde est aussi longitudinale

Plus en détail

CONCEPTION D UN OUTIL POUR LA DETERMINATION DU FACTEUR SOLAIRE D UNE FAÇADE COMPLEXE

CONCEPTION D UN OUTIL POUR LA DETERMINATION DU FACTEUR SOLAIRE D UNE FAÇADE COMPLEXE RESUME DU PROJET DE FIN D ETUDES CONCEPTION D UN OUTIL POUR LA DETERMINATION DU FACTEUR SOLAIRE D UNE FAÇADE COMPLEXE La détermination de l apport de chaleur par rayonnement solaire constitue un aspect

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES VITRAGES COMMENT FAIRE LE BON CHOIX?

TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES VITRAGES COMMENT FAIRE LE BON CHOIX? TOUTE LA LUMIÈRE SUR LES VITRAGES COMMENT FAIRE LE BON CHOIX? Le groupement VIR a réalisé une brochure afin de vous permettre de choisir les solutions de vitrages adaptées à vos besoins en toute connaissance

Plus en détail

IMAGERIE MÉDICALE. I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien.

IMAGERIE MÉDICALE. I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien. IMAGERIE MÉDICALE I Quelques techniques d imagerie médicale. II Les ondes électromagnétiques. III La loi de déplacement de Wien. I Quelques techniques d imagerie médicale. Activité documentaire : Citer

Plus en détail

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains

Lycée Professionnel Le Chesnois Bains les Bains Quelques exemples choisis de conductivité thermique b - La résistance thermique : R La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée ou R. Cet indicateur exprime la capacité d'un matériau

Plus en détail

SI VOUS CHANGEZ VOS FENÊTRES, SI VOUS FAITES CONSTRUIRE, NE NÉGLIGEZ PAS LE RÔLE DES APPORTS SOLAIRES!

SI VOUS CHANGEZ VOS FENÊTRES, SI VOUS FAITES CONSTRUIRE, NE NÉGLIGEZ PAS LE RÔLE DES APPORTS SOLAIRES! SERVICE DE PRESSE : FP&A - Frédérique PUSEY - Farida IBBARI / 10, rue Maurice Utrillo - 78360 Montesson - Tel : 01 30 09 67 04 - Fax : 01 39 52 94 65 - Email : fpa.farida@wanadoo.fr Visuels disponibles

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

Vitrages et protections solaires

Vitrages et protections solaires Vitrages et protections solaires Verre et effet de serre Transmission spectrale Double verre: modes de transmission de chaleur Verre isolant triple, avec film Verre antisolaire Verre anti-reflet Verre

Plus en détail

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie TSTI2D 1 Ondes électromagnétiques Spectres, communication et énergie 1. Ondes électromagnétiques Définitions 1-1 Structure d une onde électromagnétique Une onde électromagnétique est un signal périodique

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques thermi -ques dynamiques Déphasage et amortissement Définitions Thermique dynamique Etude thermique dans laquelle les paramètres de calcul sont variables. Par exemple : les températures extérieure (données météorologiques) et

Plus en détail

SILVERSTAR ZERO E. Le top des doubles vitrages isolants à isolation thermique

SILVERSTAR ZERO E. Le top des doubles vitrages isolants à isolation thermique SILVERSTAR ZERO E Le top des doubles vitrages isolants à isolation thermique Le top des doubles vitrages isolants avec une valeur g de 60 % et un coefficient Ug de 1,0 Avantages de SILVERSTAR ZERO E Applications

Plus en détail

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE

DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE DOSSIER INSTALLATION SOLAIRE TECHNOLOGIES DES CAPTEURS SOLAIRE THERMIQUE EFFICACITE DU CAPTEUR SOLAIRE EN FONCTION DU SOLEIL LE CAPTEUR PLAN VITRE LE CAPTEUR A TUBES SOUS VIDE LE CAPTEUR «MOQUETTE SOLAIRE»

Plus en détail

LES APPORTS SOLAIRES. Sommaire : I. Le soleil. I. Le soleil II. Le rayonnement III. L effet de serre IV. Les apports dans le bâtiment

LES APPORTS SOLAIRES. Sommaire : I. Le soleil. I. Le soleil II. Le rayonnement III. L effet de serre IV. Les apports dans le bâtiment LES APPORTS SOLAIRES Sommaire : I. Le soleil II. Le rayonnement III. L effet de serre IV. Les apports dans le bâtiment I. Le soleil La Terre orbite entre 147 et 152 millions de kilomètres autour du Soleil.

Plus en détail

ACOUSTIQUE DU BÂTIMENT

ACOUSTIQUE DU BÂTIMENT Malek Jedidi Chokri Soussi ACOUSTIQUE DU BÂTIMENT Cours et exercices corrigés Sommaire 1. Caractéristiques physiques des sons... 7 1-1 : Généralités et définitions... 7 1- : Caractéristiques physiques

Plus en détail

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech. Bruno PEUPORTIER ParisTech

Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech. Bruno PEUPORTIER ParisTech Approfondissement Energétique des bâtiments et confort Département Génie Civil Ecole des Ponts ParisTech Thermique, 2 Rayonnement Bruno PEUPORTIER ParisTech Définitions 1 1 Flux entre deux surfaces 2 Corps

Plus en détail

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER

METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER METHODE «SIMPLIFIEE» à partir de la méthode CARRIER Le calcul des apports par ensoleillement d un bâtiment, prend en compte : - la transmission de chaleur à travers les parois opaques et les vitrages -

Plus en détail

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES.

I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS THERMIQUES. Fiches professeur Transferts thermiques : conduction, convection, rayonnement. Flux thermique, résistance thermique. Caractéristiques thermiques des matériaux. I. APPROCHE SUCCINCTE DES 3 MODES DE TRANSFERTS

Plus en détail

Publié sur Knauf Bâtiment (http://www.knauf-batiment.fr) S00001501 Le produit : présentation XTherm ULTRA 32 est un complexe de doublage qui combine les performances thermiques des polystyrènes expansés

Plus en détail

specialities dans des revêtements KRONOClean - photocatalyseurs TiO 2 KRONOClean 7000 Photocatalyseur TiO 2

specialities dans des revêtements KRONOClean - photocatalyseurs TiO 2 KRONOClean 7000 Photocatalyseur TiO 2 KRONOClean - photocatalyseurs TiO 2 dans des revêtements KRONOClean 7000 Photocatalyseur TiO 2 pour rayonnement UV et lumière visible KRONOClean 7050 Photocatalyseur TiO 2 pour rayonnement UV Ces deux

Plus en détail

b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption

b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants 2. QCM a.!= c " b. ondulatoire ; corpusculaire c.! = h$ d. niveaux ; quantifiées e. photon f. continu ; raies ; absorption a. 5,45

Plus en détail

1. Théorie de la thermographie

1. Théorie de la thermographie 1. Théorie de la thermographie 1.1 Introduction Le domaine du rayonnement infrarouge et les techniques de thermographie associées sont souvent méconnus des nouveaux utilisateurs de caméra infrarouge. Cette

Plus en détail

Vitrages multifonctions

Vitrages multifonctions 9 oct. 2014-1 - Vitrages multifonctions Pour gagner sur tous les tableaux: le confort, la rentabilité et le respect de l'environnement Les vitrages faiblement émissifs modernes et les vitrages multifonctions

Plus en détail

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi.

Dans cette zone appelée couche limite, la température de l'air ainsi que sa vitesse varient rapidement en fonction de la distance à la paroi. 3 L'air en tant qu'isolant L'air immobile possède une conductivité thermique très faible (λ = 0.024 W/mK). Cette propriété est utilisée dans tous les matériaux isolants dont la fonction principale est

Plus en détail

Glass Handbook 2016 France

Glass Handbook 2016 France Glass Handbook 2016 France Photo couverture : «Le Pas dans le Vide» Maître d Ouvrage : COMPAGNIE DU MONT BLANC Maîtres d œuvre : ER2i INGENIERIE IMPLICITE Crédit Photo : Joëlle Bozon Glass Handbook 2016

Plus en détail

Glass Handbook 2014 France

Glass Handbook 2014 France Glass Handbook 2014 France Glass Handbook 2014 France Introduction Contrôle solaire Isolation thermique Résistance au feu Isolation acoustique Sécurité Autonettoyant Systèmes verriers Applications spéciales

Plus en détail

Master 1 IMM mention Ingénierie Mécanique (M1) Transferts de chaleur et de masse TD7 - Rayonnement 1

Master 1 IMM mention Ingénierie Mécanique (M1) Transferts de chaleur et de masse TD7 - Rayonnement 1 Université de Caen UFR des Sciences 1 Master 1 IMM mention Ingénierie Mécanique (M1) Transferts de chaleur et de masse TD7 - Rayonnement 1 Exercice VII.1 : Le rayonnement solaire incident sur la terre

Plus en détail

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d été [ C] à titre indicatif Habitation Salle de séjour 18 23 à 25 Salle à manger 18 23 à 25 Cuisine 18 23 à 25 Salon 18 23 à 25

Plus en détail

PERFORMANCE 70 FP Portes et Fenêtres à frappe

PERFORMANCE 70 FP Portes et Fenêtres à frappe PERFORMANCE 70 FP Portes et Fenêtres à frappe TOUS LES ATOUTS DE LA PERFORMANCE THERMIQUE ET ACOUSTIQUE Le système de portes et fenêtres à frappe Performance 70 FP a été développé dans un concept évolutif,

Plus en détail

Cours : Le confort acoustique

Cours : Le confort acoustique Cours : Le confort acoustique BO STI2D Première : Habitat - Gestion de l énergie dans l habitat Notions et contenus Ondes sonores et ultra-sonores ; propagation Puissance et intensité sonore ; niveau ;

Plus en détail

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA

460 avenue de Quiera BP MOUANS SARTOUX CEDEX ENVELOPPE ET REVETEMENTS. Baies et Vitrages A LA DEMANDE DE : SEPALUMIC SA ENVELOPPE ET REVETEMENTS Baies et Vitrages RPPORT D ETUDE THERMIQUE N BV08-1254 CONCERNNT DES MENUISERIES LUMINIUM SEPLUMIC frappes EVOLUTION + et DVNCE +, avec Ce rapport atteste uniquement des caractéristiques

Plus en détail

Tout devient possible!

Tout devient possible! Baumit Cooling Technology Tout devient possible! Créez la façade qui vous ressemble Plus de limite dans le choix des couleurs Respect de la règlementation Compatibilité avec toute notre gamme Des idées

Plus en détail

Détermination des gains instantanés au travers des vitrages

Détermination des gains instantanés au travers des vitrages 150 - a Détermination des gains instantanés au travers des vitrages Cette section remplace les pages 150 et 151 des notes actuelles Gains par conduction Les gains par conduction peuvent s écrire : q cond

Plus en détail

MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ

MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE SECTION AÉROTHERMIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL MEC3200-TRANSMISSION DE CHALEUR DEVOIR 2 - LE CAPTEUR SOLAIRE VITRÉ Un capteur solaire destiné au chauffage de l eau

Plus en détail

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique

Partie 11 Efficacité énergétique. Projet de règlement à la suite de la consultation publique Partie 11 Efficacité énergétique Projet de règlement à la suite de la consultation publique Contenu de la présentation Historique Consultation publique Projet de règlement Commentaires non retenus Étapes

Plus en détail

La lumière. Exemple : La Lune, les planètes et un miroir sont des sources secondaires de lumière.

La lumière. Exemple : La Lune, les planètes et un miroir sont des sources secondaires de lumière. La lumière I- Les sources de lumière La lumière est émise par des sources de lumière. Certaines sources produisent leur propre lumière, ce sont les sources primaires de lumière. Il existe deux types de

Plus en détail

GRANDEURS ET UNITES PHOTOMETRIQUES

GRANDEURS ET UNITES PHOTOMETRIQUES GRANDEURS ET UNITES PHOTOMETRIQUES 1. NOTION D ANGLE SOLIDE : 1.1. Définition : Angle solide : Ω Angle = aire découpée sur une sphère aire du carré de côté égal au rayon DIMENSION : sans 1.2. Angle solide

Plus en détail

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45)

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) PARTIE 1 - OBSERVER : COULEURS ET IMAGES Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) Compétences attendues : Distinguer une source polychromatique d une source monochromatique caractérisée par

Plus en détail

CHAPITRE 12 : LUMIERE D ETOILE

CHAPITRE 12 : LUMIERE D ETOILE L UNIVERS Chapitre 12 : Lumière d étoile p1/6 CHAPITRE 12 : LUMIERE D ETOILE L analyse de la lumière provenant des étoiles donne des informations sur leur température et leur composition. Cette analyse

Plus en détail

knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard

knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard knauf XTherm Ultra 32 Le nouveau standard Le produit : pour quoi faire? Isolation thermique en neuf ou rénovation Maisons individuelles, logements collectifs ou Établissements Recevant du Public (ERP)

Plus en détail

PARTIE I : OBSERVER. Chapitre 1

PARTIE I : OBSERVER. Chapitre 1 PARTIE I : OBSERVER Extraire et exploiter des informations sur l absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre et ses conséquences sur l observation des sources de rayonnements dans l Univers.

Plus en détail

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE

COEFFICIENT DE TRANSFERT THERMIQUE FICHE CALCUL CALCUL DES CHARGES S Version 00-203 Page / 6 RESISTANCE La résistance thermique notée «R» est la capacité d un matériau de résister au passage de la chaleur (flux thermique ), de l extérieur

Plus en détail

Transmission de chaleur

Transmission de chaleur Transmission de chaleur Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 31 octobre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Méthode 2 2.1 Matériel..............................

Plus en détail

LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES PROTECTIONS

LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES PROTECTIONS LES CONSTITUANTS DE LA BAIE DE FENÊTRE : LES LES DIFFÉRENTS TYPES DE PROTECTION LES SOLAIRES PRINCIPE ET EFFICACITÉ Les objectifs Les caractéristiques LES ET L URE Limiter les surchauffes Diminuer les

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 1. Introduction 3. Exercices 4. Règles de base 5. Encodage 6. Cas particuliers 7. Conclusion Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB 0 Définition du noeud constructif 1 1 2 formes de noeuds

Plus en détail

LOW E SATINÉ 5500 LOW E

LOW E SATINÉ 5500 LOW E SCREEN LOW E TISSUS INTELLIGENTS POUR PROTECTION SOLAIRE COLLECTION 2015 2018 Largeur : 240 cm www.sunscreen-mermet.com LOW E LE REMPART THERMIQUE POUR STORE INTÉRIEUR 76 % RÉFLEXION SOLAIRE 17 % D'ÉMISSIVITÉ

Plus en détail

La dispersion de la lumière blanche correspond à sa.

La dispersion de la lumière blanche correspond à sa. Chapitre 10 : La lumière des étoiles (Physique UNIVERS) Objectifs : Connaître la définition de l année de lumière et son intérêt ; Expliquer l expression «Voir loin c est voir dans le passé» ; Savoir qu

Plus en détail

Eclairage dans les Musées

Eclairage dans les Musées Musée du Louvre Les filtres : Historique Première moitié XX e siècle Verre teinté Gélatine animale teintée dans la masse Puis acétate (matière organique artificielle) Les filtres : Historique Seconde moitié

Plus en détail

Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5

Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5 1 ère S Thème : Couleurs et images Activités Physique Sources de lumières colorées et photon Chap.4-5 I. La lumière 1. Les ondes électromagnétiques - Voir Document 1 Connaissances exigibles : Distinguer

Plus en détail

Notre verre vous apporte bien plus que la lumière

Notre verre vous apporte bien plus que la lumière Notre verre vous apporte bien plus que la lumière Lumière du jour Contrôle solaire Isolation thermique Acoustique Sécurité Facilité d entretien Esthétique Depuis 1665, notre verre apporte l éclairage à

Plus en détail

CHAPITRE 2 : LUMIERE D ETOILE

CHAPITRE 2 : LUMIERE D ETOILE L UNIVERS Chapitre 2 : Lumière d étoile p1/5 CHAPITRE 2 : LUMIERE D ETOILE L analyse de la lumière provenant des étoiles donne des informations sur leur température et leur composition. Cette analyse nécessite

Plus en détail

Protections solaires. Durée du thème : 30 minutes. FEEBAT Module protections solaires 1

Protections solaires. Durée du thème : 30 minutes. FEEBAT Module protections solaires 1 Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1 +2 - protections solaires 1 Températures réglementaires d été Décret 2006-363 du 19 mars 2007 : En locaux équipés d un système de refroidissement Maintien du

Plus en détail

7. Toute forme d énergie peut être transformée en une autre forme d énergie. Donne un exemple pour chacune de ces formes d énergie :

7. Toute forme d énergie peut être transformée en une autre forme d énergie. Donne un exemple pour chacune de ces formes d énergie : Science 8 Module 3 : La lumière et les systèmes optiques Les 3 questions du module 3 : 1. Qu est-ce que la lumière? 2. Quelles inventions utilisent la lumière? 3. Que révèlent ces inventions sur la nature

Plus en détail

3M Renewable Energy Division. Prestige window films. Clearly. Superior

3M Renewable Energy Division. Prestige window films. Clearly. Superior 3M Renewable Energy Division Prestige window films Clearly Superior Réduction de l énergie par l exclusion supérieure de la chaleur à l aide du nouveau film pour vitrage Une nouvelle norme de performance

Plus en détail

Transferts d énergie thermique

Transferts d énergie thermique Transferts d énergie thermique Notions et contenus Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique. Transferts

Plus en détail

Examen du facteur de protection contre les UV des lunettes de soleil et des lentilles de contact par spectroscopie UV/Vis

Examen du facteur de protection contre les UV des lunettes de soleil et des lentilles de contact par spectroscopie UV/Vis Examen du facteur de protection contre les UV des lunettes de soleil et des lentilles de contact par spectroscopie UV/Vis Alexandra Kästner, Spécialiste produit en Spectroscopie moléculaire, Analytik Jena

Plus en détail

PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS

PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS PHOTOMETRIE COLORIMETRIE Polycopié n 1 Licence Pro IOVIS 2009-2010 Jean-Marc Frigerio UPMC Introduction - L optique instrumentale intervient dans des applications ou l observateur humain n est plus directement

Plus en détail

LUXAR. Verre antireflet

LUXAR. Verre antireflet LUXAR Verre antireflet Si prêt et quand même séparé LUXAR est un produit innovant de la société Glas Trösch, un verre à surface antireflet. Avec une réflexion inférieure à 0.5 % par surface, le verre LUXAR

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction

Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Christian Lemaitre Les propriétés physico-chimiques des matériaux de construction Matière & matériaux Propriétés rhéologiques & mécaniques Sécurité & réglementation Comportement thermique, hygroscopique,

Plus en détail

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB

I. Trois méthodes de calculs sont acceptées par la réglementation PEB Titre Document explicatif des nœuds constructifs dans le cadre de la PEB Public cible Maître d œuvre, architecte, exécutant, déclarant PEB Auteur Jean-François Glaude Publication 14/05/2015 Documents de

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Bilan thermique d une chambre froide Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T1.2 : Analyser les plans d une installation Compétence C1.1 : Collecter, identifier, lister, relever des données Thème : S4 : Approche scientifique

Plus en détail

Acoustique environnementale

Acoustique environnementale Acoustique environnementale 1 Acoustique environnementale Chapitre 04 : Propagation du bruit dans l environnement Ing. M. Van Damme Facteurs essentiels affectant la propagation du bruit - Type de source

Plus en détail

Disponible en «autonettoyant» Disponible en verre feuilleté acoustique RFG rsonicsun 71/38 (2)

Disponible en «autonettoyant» Disponible en verre feuilleté acoustique RFG rsonicsun 71/38 (2) RFG rsun 7/8 La solution de contrôle idéale pour vivre au rythme des saisons RFG rsun 7/8 est un verre à couche tendre double-action, faiblement émissive et de contrôle, obtenu par dépôt d une couche d

Plus en détail

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas

CONFORT THERMIQUE. 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas CONFORT THERMIQUE I. Pourquoi isolons-nous? 1/ La chaudière et la cheminée fonctionnent 2/ La chaudière et la cheminée ne fonctionnent pas - La température ambiante est agréable - La température ambiante

Plus en détail

Précautions d'utilisation des vitrages isolants

Précautions d'utilisation des vitrages isolants Précautions d'utilisation des vitrages isolants Condensation à l extérieur du bâtiment De la condensation peut apparaître du côté extérieur du bâtiment. Vu l'isolation thermique performante du vitrage

Plus en détail

LES BASES DE L ÉCLAIRAGE

LES BASES DE L ÉCLAIRAGE Roger Cadiergues MémoCad nd41.a LES BASES DE L ÉCLAIRAGE SOMMAIRE md41.1. Les rayonnements md41.2. Mesure et évaluation des rayonnements md41.3. Le problème des couleurs md41.4. Le rendu des couleurs md41.5.

Plus en détail

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.

L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. LES TRANSFERTS THERMIQUES Energie interne L énergie interne U d un système macroscopique résulte de contributions microscopiques. Les particules qui constituent le système sont en mouvement perpétuel :

Plus en détail

Corrigés de la séances 14 Chapitres 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séances 14 Chapitres 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séances 14 Chapitres 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : chap.27 Q4 Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 45 o. Décrivez l état de polarisation

Plus en détail

DURÉE : 2 heures pour la conception, la construction et le test de la maison modèle.

DURÉE : 2 heures pour la conception, la construction et le test de la maison modèle. PROJET DE LEÇON SUR L ÉNERGIE MODÈLE DE MAISON SOLAIRE PASSIVE HISTORIQUE ET CONCEPTS : L énergie du soleil nous procure l énergie solaire, sous forme de rayon de soleil ou d électricité et d énergie thermique

Plus en détail

Photométrie. La photométrie mesure des «quantités de lumière» perçues par l œil, émises par une source ou renvoyée par un objet.

Photométrie. La photométrie mesure des «quantités de lumière» perçues par l œil, émises par une source ou renvoyée par un objet. Photométrie Introduction Quand on regarde un objet éclairé (on regarde une petite zone de l objet), l œil perçoit deux choses : L aspect plus ou moins clair les valeurs L aspect coloré les couleurs Si

Plus en détail

la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre!

la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre! la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre! Le double vitrage : isolation thermique invisible La première chose que l on attend quand on pose un double vitrage, c est une bonne isolation thermique.

Plus en détail

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE

Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE Chapitre VI SPECTRES DE LA LUMIERE 1. Qu'est- ce que la lumière? La lumière est l ensemble des ondes électromagnétiques visibles (entre 400 et 800 nm). Décomposition de la lumière blanche La lumière solaire,

Plus en détail

Screenl ine Copyright by GLASTEC Rosenheimer Glastechnik GmbH 1/2013 Sous réserve de modifications techniques

Screenl ine Copyright by GLASTEC Rosenheimer Glastechnik GmbH 1/2013 Sous réserve de modifications techniques Description Screenline Screenline est un verre isolant avec, intégré dans l'espace intercalaire, un store vénitien. Les fonctions du vitrage à store vénitien Screenline sont d une part la protection solaire

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie

Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre. CO1 Climatologie et hydrologie Le rayonnement tellurique et atmosphérique, l effet de serre CO1 Climatologie et hydrologie Le plan du TD Le rayonnement infrarouge L infrarouge sur les images satellites La température d équilibre de

Plus en détail

Rénovation des fenêtres existantes

Rénovation des fenêtres existantes Rénovation des fenêtres existantes Approche énergétique Benoît Michaux - Page 1 Contenu Différentes performances Solutions possibles et la thermique Risque de condensation Gestion des apports solaires

Plus en détail

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg)

- Calcul : δ air / coefficient μ avec pour unité : mg/(m.h.pa) ou g/(m.h.mmhg) Perméabilité à la vapeur d eau d un matériau (δ) : C est le rapport de la quantité de vapeur d eau traversant un matériau par unité d épaisseur; par unité de temps et par unité de différence de pression

Plus en détail