Plan d'action de l'union européenne: les communications par satellite dans la société de l'information

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d'action de l'union européenne: les communications par satellite dans la société de l'information"

Transcription

1 COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES Bruxelles, le COM(97) 91 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL, AU PARLEMENT EUROPEEN, AU COMITE ECONOMIQUE ET SOCIAL ET AU COMITE DES REGIONS Plan d'action de l'union européenne: les communications par satellite dans la société de l'information

2 page 2 1. Introduction L Europe se doit d adopter une approche plus dynamique et plus cohérente dans le domaine des communications par satellite. Sous les effets conjugués de progrès technologiques soutenus, de la déréglementation et du mouvement de convergence entre les secteurs de la diffusion et des télécommunications, la tendance actuelle, les développements dans le domaine des communications par satellite revêtent une importance stratégique et commerciale. Les besoins nouveaux créés par la société de l information exigent, par nature, des accès et des réseaux hautement performants. De plus en plus, ce seront les infrastructures spatiales qui permettront de répondre aux principales exigences des utilisateurs, comme la mobilité personnelle, un accès à Internet qui soit puissant, à haute capacité et large bande, des temps de réponse rapides et une connectivité mondiale. Les infrastructures satellitaires mondiales vont donc devenir un élément essentiel du système économique mondial. En outre, les systèmes de communications par satellite deviennent un outil important pour les activités civiles, et les systèmes spatiaux en général jouent un rôle spécifique en matière de défense. Par ailleurs, les infrastructures spatiales favorisent un renforcement de la cohésion sociale et économique dans les zones géographiques qu'elles couvrent, en connectant les régions périphériques et moins avancées. Par conséquent, il est d une importance économique et politique majeure, pour l Europe, de disposer d une industrie forte et agissant de manière cohérente dans le secteur des communications par satellite. Cela lui permettra de peser de manière décisive sur le développement et la diffusion de nouvelles applications dans la société de l'information, et sur leur répartition géographique. Aujourd'hui, on assiste indubitablement à l'essor d'initiatives américaines de systèmes de communications par satellite à couverture mondiale, notamment dans les domaines des communications personnelles (S-PCS) et des communications multimédias à large bande. Si l'europe ne réagit pas de manière coordonnée, le risque est grand de la voir exclue des segments les plus prometteurs du marché (les services et les équipements). À long terme, la position européenne dans le secteur des services de lancement en serait affectée. De plus, il est important de conserver la maîtrise de la conception du secteur spatial pour garder celle de la définition des prestations de services de bout en bout et de la conception des terminaux. Devenir un acteur important de l'activité spatiale passe essentiellement par le lancement réussi d'applications et de services commerciaux Les recettes générées sur les divers segments du marché (satellites, terminaux et services) par les S-PCS innovateurs et par les systèmes de satellites avancés à large bande devraient se monter à 400 milliards de dollars pour les dix prochaines années.

3 Revenus estimés pour les 10 prochaines années page 3 Systèmes geostationaires traditionneles Systèmes S-PCS et multimédia avancé à large bande Navigation par satellite Satellites milliards USD 15 milliards USD 0,8-1 milliard USD Terminaux milliards USD 130 milliards USD milliards USD Services milliards USD > 250 milliards USD milliards USD Les services de communications personnelles par satellite (S-PCS) offriront des services de communication vocale, de transmission de données à faible débit et de télécopie au moyen de terminaux de poche bon marché, grâce à une constellation mondiale de satellites en orbite basse, dits satellites LEO (Low Earth Orbiting). Cependant, sur les 17 systèmes de ce type annoncés jusqu'à ce jour, tous sauf un sont d'origine américaine, même si un nombre limité d'entre eux devraient être rentables. Bien que l'industrie européenne participe à ces projets à divers degrés, l'europe n'occupe une position dominante dans aucun d'entre eux. En ce qui concerne les services multimédias avancés à large bande, des systèmes de satellites à très haute capacité permettent des accès directs à haut débit au moyen de terminaux d'utilisateurs interactifs peu onéreux. Ces systèmes devraient jouer un rôle important pour l'accès à Internet avancé, et seront lancés au début du siècle prochain. Là aussi, la majorité des systèmes proposés proviennent des États-Unis. Sur les 16 systèmes américains proposés, tous sauf un utilisent des constellations de satellites géostationnaires. Parmi ceux-ci, le système Teledesic propose une constellation LEO comptant pas moins de 840 satellites, pour un coût de 9 milliards de dollars, contre 6,1 milliards de dollars pour le projet M-STAR annoncé par Motorola. Des réactions européennes aux nombreux systèmes américains, bien que tardives, se sont manifestées à la fin de Quatre groupements ont jusqu'à présent indiqué un intérêt en la matière et ont réservé des fréquences et des positions orbitales dans la bande de fréquences Ka. Toutefois, l'absence d'une masse critique d'initiatives et d'un partenariat public-privé susceptible d'insuffler la confiance nécessaire aux marchés financiers ont jusqu'à présent limité les perspectives de ces entreprises européennes. La situation est même encore plus critique dans le cas des S-PCS, où il n'existe encore aucun projet européen. Ainsi, en dépit des efforts énormes consentis au cours des trente dernières années, l'industrie européenne des équipements et des services satellitaires n'est pas en bonne position pour occuper, dans le secteur des activités spatiales commerciales, la place qui lui serait nécessaire pour que l'union européenne puisse ambitionner de rester un acteur important de ce secteur. Il ne faut pas sous-estimer les conséquences potentielles de cette situation, car les premiers à se lancer bénéficieront d'avantages évidents sur le marché. La communication sur l'union européenne et l'espace, récemment adoptée 1, souligne la nécessité d'une action afin d'établir un cadre approprié au développement des techniques spatiales en général et d'améliorer la compétitivité de l'industrie européenne au niveau mondial. 1 L'Union européenne et l'espace : promouvoir les applications, les marchés et la compétitivité de l'industrie, COM(96)617 du 4 décembre 1996

4 page 4 La Commission y confirme son intention de lancer un plan d'action spécifique sur les communications par satellite 2. Par la présente communication, la Commission expose son plan d'action, dont l'élaboration a fait l'objet de consultations avec l'industrie, au Conseil et au Parlement européen. 2. Objectifs du plan d'action En 1996, deux rapports essentiels ont été rendus publics par des groupes industriels : le "Delaye High Level Industry Group 3 " et le groupe de travail de l'irdac sur les services spatiaux de télécommunications et de navigation 4. Ces rapports soulignent la nécessité pressante d'une action politique, tenant compte du rôle important que doivent jouer les communications par satellite dans la société de l'information. Suite à ces initiatives s'est tenue à Paris, le 10 octobre 1996, une réunion organisée par les commissaires Bangemann et Cresson, à laquelle participaient des ministres de l'union et des représentants de l'industrie, en vue de relancer la coopération entre les secteurs public et privé dans le domaine des communications par satellite. La réunion a confirmé que l Europe risque de perdre une part très importante des marchés émergents pour les systèmes mondiaux des communications par satellite, pour des raisons attribuables à plusieurs facteurs, entre autres l environnement réglementaire et financier, les structures industrielles et les aspects technologiques. Tous les participants ont donc insisté sur la nécessité de réagir. Cette réaction doit essentiellement se manifester à travers des initiatives du secteur privé. Par ailleurs, les pouvoirs publics, et notamment la Commission, se sont engagés à soutenir, dans le cadre de leurs compétences et de leurs missions respectives, ces initiatives de l'industrie. Même si les capacités de l'industrie européenne sont, à bien des égards, similaires à celles de ses concurrents, il a également été admis qu'une perspective du marché fait encore défaut et qu'une vision stratégique doit être définie en concertation étroite avec tous les acteurs concernés, à savoir l'industrie, les exploitants et les États membres. L élaboration de cette vision est ainsi l un des objectifs principaux de ce plan d action, et devrait former le fondement d une action au niveau européen qui, tout en tenant compte du principe de subsidiarité, devrait se concentrer sur : l achèvement du marché intérieur de l Union et la suppression des derniers obstacles à la création du marché européen de l'industrie des équipements et des services dans le domaine des communications par satellite ; 2 En outre un plan d action sur les Systèmes de Navigation Mondiaux par Satellites est en cours de préparation par la Commission, et devrait être présenté au Parlement européen et au Conseil avant l été. Des synergies entre ces deux sphères d'activité devraient être développées, notamment dans les domaines de la R&D et du développement de produits. 3 "Report of Industry High Level Group on Space (groupe présidé par M. Delaye), 30 janvier Final Report on Priority Actions for Satellite Communications ans Satellite Navigation, par le groupe de travail sur les satellites de l'irdac (comité consultatif de la recherche et du développement industriels de la Commission européenne), octobre 1996

5 page 5 l amélioration de la coordination entre les acteurs afin de renforcer la position européenne dans les enceintes internationales et sur les marchés mondiaux ; les moyens de renforcer l orientation vers le marché de la recherchedéveloppement européenne dans le secteur des communications par satellite et d'accroître les synergies entre les activités de R&D relatives aux divers aspects des technologies et des applications des satellites. La réunion a aussi souligné la nécessité d'encourager la concurrence sur les marchés européens et de mener une concurrence active sur les marchés internationaux. Le plan d action présenté ci-après vise à l élaboration d une vision stratégique, en particulier en ce qui concerne : le renforcement du rôle de l'industrie européenne des équipements et des services dans les systèmes, services et applications par satellites mondiaux, avancés, à large bande et multimédia ; la promotion et la mise en avant de la position européenne dans les systèmes, services et applications de communications personnelles par satellite à l échelle mondiale, notamment vue d'une intégration dans le futur environnement UMTS (système universel de télécommunications mobiles). Les sections suivantes présentent un ensemble d'actions visant à achever le marché intérieur, à renforcer la position industrielle et politique de l'europe sur le plan international et à stimuler les efforts européens de recherche et de développement. 3. L'achèvement du marché intérieur des communications par satellite 3.1. Identification des obstacles qui s opposent encore à l'établissement du marché intérieur Malgré la libéralisation du marché européen des communications par satellite, la pénétration des technologies satellitaires pour la création de services et d'applications transfrontières reste significativement plus faible dans l'union européenne que dans d'autres pays industrialisés. Ce retard s'explique principalement par trois raisons : La mise en œuvre du droit européen applicable, et particulièrement de la directive libéralisant les secteurs des services et des équipements de communications par satellite, rencontre des difficultés dans certains États membres, ce qui entrave le développement d'un grand marché intérieur pour l'industrie européenne des communications par satellite 5. Il peut y avoir des cas où les instruments juridiques existants ou prévus au niveau de l'union sont insuffisants pour la création d un marché intérieur concurrentiel et où des mesures supplémentaires sont indispensables à l'achèvement du cadre réglementaire. 5 Par exemple la directive 94/46/CE relative aux communications par satellite (fondée sur l'article 90), n'est toujours pas mise en application dans 5 États membres : la Commission a entamé des procédures d'infraction à leur encontre. La directive 93/97/CEE relative aux équipements de stations terrestres de communications par satellite (fondée sur l'article 100 A) n'est pas encore appliquée dans 4 États membres : la Commission leur a envoyé des avis motivés.

6 page 6 Des études récentes indiquent qu'une harmonisation insuffisante des procédures d'autorisation et l'absence de coordination entre les procédures d'autorisation nationales sont un obstacle rédhibitoire à l'expansion des communications par satellite. Ce manque d'harmonisation est susceptible de gravement compromettre l'introduction imminente de services de communication par satellite en Europe, tant en ce qui concerne les communications personnelles que les communications multimédia avancées à large bande. Les actions suivantes seront entreprises : A1. La Commission renforcera ses efforts en faveur d'une mise en œuvre totale de l'ensemble de la législation européenne applicable aux communications par satellite. La Commission demandera également à l'industrie de fournir régulièrement des informations sur la base d'un inventaire systématique de tous les obstacles à l'introduction de systèmes et de services de communications par satellite qu'elle aura identifiés. La mise en œuvre effective et en temps utile de la décision du Parlement européen et du Conseil sur les PCS par satellite 6 et de la Directive sur les licences 7 constituera notamment une priorité Examen des procédures de la CEPT et des mesures qu elle peut prendre sous les aspects de l efficacité et du respect des échéances Le travail réalisé par la CEPT 8 au cours des dernières années a grandement contribué à l'épanouissement du marché des communications par satellite en Europe. De plus, les mesures qu'elle adopte servent de plus en plus de base à la mise en œuvre des politiques réglementaires de l'union. Cependant, les caractéristiques du fonctionnement de la CEPT, à savoir la coopération intergouvernementale et l'adoption des mesures proposées sur une base volontaire par ses membres, n'ont pas encore démontré une efficacité suffisante. Les exigences que le marché impose à la CEPT ne feront que croître alors que le marché européen des télécommunications est sur le point d'être totalement libéralisé. Comme en attestent les efforts déployés dans le secteur des PCS par satellite, il apparaît que les tâches d'harmonisation, en particulier, sont plus complexes que prévu, alors qu'il est de la plus haute importance que les procédures de fonctionnement de la CEPT et les mesures qu'elle adopte soient efficaces et interviennent en temps utile. Les actions suivantes sont proposées : A2. La Commission demandera à l'industrie d identifier les barrières réglementaires existantes, afin de permettre à la Commission d élaborer les mesures réglementaires nécessaires dans le secteur des communications par satellite et de dresser un rapport sur l efficacité des mesures prises jusqu à présent. 6 Le Conseil a adopté une position commune en vue de l'adoption d'une "décision du Parlement européen et du Conseil concernant une approche coordonnée des autorisations dans le domaine des services de communications personnelles par satellite dans la Communauté". L'adoption de la décision est prévue pour mai Le Conseil a arrêté une position commune en vue de l'adoption d'une "directive relative à un cadre commun pour les autorisations générales et les licences individuelles dans le secteur des services de télécommunications. L'adoption de cette directive est prévue pour mars CEPT = Conférence européenne des administrations des postes et des télécommunications

7 page 7 A3. La Commission demandera à la CEPT d'accélérer ses efforts en matière d'harmonisation, de conditions d'autorisation et d'utilisation harmonisée des bandes de fréquences et de réexaminer sa structure et ses procédures actuelles en vue d'accroître l'efficacité de ses procédures d'élaboration de décisions réglementaires et leur mise en œuvre. La Commission s'efforcera d'améliorer ses efforts de coopération avec la CEPT afin de permettre à celle-ci de soutenir plus efficacement les politiques de l'union européenne. Ceci concerne à la fois les mesures de la CEPT affectant le marché intérieur et celles relatives à sa position internationale Examen des efforts européens de normalisation sous les aspects de l'efficacité et du respect des échéances Depuis sa création en 1988, l'etsi a contribué très efficacement à la normalisation au niveau mondial dans le domaine des communications par satellite, notamment en mettant au point les normes nécessaires à l'homologation prévue par la législation de l'union européenne. Le travail de l'etsi s'est largement concentré sur les normes destinées aux équipements traditionnels des stations terrestres de communication par satellite. Avec l'arrivée de la nouvelle génération de services de communications personnelles et de communications multimédias avancées, une réorientation du programme de travail de l'etsi est sans doute indispensable, afin d'intégrer les communications par satellite dans les activités de communications mobiles et de réseaux intelligents en général, et dans l'environnement multimédia. Les actions suivantes seront décidées : A4. La Commission demandera à l'etsi de revoir son programme de travail global dans le domaine des communications par satellite en vue, tout en permettant l innovation, d'élaborer de manière continue et efficace des normes appropriées conformément aux priorités exposées dans le présent plan d'action, avec comme objectif le développement d un marché pleinement concurrentiel. A5. En particulier, la normalisation des terminaux de satellite avancés, multimédia et à large bande, destinés au marché de masse, est un besoin urgent qu'il faut satisfaire en collaboration avec l'etsi, le CENELEC et l'industrie Examen du fonctionnement futur des organisations internationales de communications par satellite Les organisations internationales de communications par satellite INTELSAT, INMARSAT et EUTELSAT ont joué un rôle de premier plan dans le développement des communications par satellite au cours des dernières décennies. Confrontées à une concurrence croissante dans de vastes régions du monde, ces organisations débattent de leur rôle et de leur structure futurs, qui devront évoluer par rapport à la situation actuelle, où elles bénéficient d'un statut intergouvernemental. Il faut que l'union européenne adopte une politique commune en ce qui concerne l'avenir de ces organisations et leurs débouchés commerciaux, pour mettre en place un cadre de pleine concurrence en Europe. En outre, la Commission poursuivra l'examen de la structure et du fonctionnement des organisations internationales de communications par satellite au regard des règles du traité en matière de concurrence. L'action suivante est prévue : A6. Sur la base d'informations à fournir par les États membres et par le secteur privé, la Commission poursuivra l'examen de l'évolution des organisations internationales de communications par satellite, et prendra les mesures appropriées pour faire en

8 page 8 sorte que cette évolution contribue à l'instauration d'un marché des communications par satellite où régneront des conditions de pleine concurrence. 4. Le renforcement de la position européenne au niveau international Les principaux défis que l'europe doit relever pour accroître la viabilité de son secteur des communications par satellite sont les suivants : un accès effectif aux marchés, desservis par des systèmes satellitaires qui fonctionnent de plus en plus à l'échelle mondiale, tenant pleinement compte des résultats des négociations de l'omc relatives aux télécommunications de base, récemment conclues, qui constituent une avancée appréciable dans ce domaine. La plupart des offres faites par les 69 pays qui ont participé à ces négociations comprennent la libéralisation du secteur des services de communications par satellite. Il faudra impérativement veiller au respect total des engagements contractés par chaque pays ; l'accès aux positions orbitales et aux fréquences, nécessaires à la mise en place de satellites, notamment en ce qui concerne le spectre de fréquences de la bande Ka destiné aux satellites multimédia avancés à large bande ; l'accord de l'omc sur les télécommunications de base inclut, pour la plupart des pays, des dispositions spécifiques relatives à la nécessité d'attribuer les fréquences de manière transparente, selon des procédures aussi simples que possible. Il est essentiel que chaque pays se plie totalement à cette discipline de l'accord général sur le commerce des services (AGCS). une stratégie efficace de coopération et de partenariat avec des pays du monde entier, qui servira de plate-forme au développement ultérieur de la base technologique européenne sur les marchés mondiaux, au bénéfice social et économique de ces pays. Les actions suivantes seront prises: Améliorer l'accès au marché : A7. La Commission se concentrera sur la réalisation intégrale des engagements contractés par les pays dans le cadre des négociations de l'omc récemment conclues sur les télécommunications de base. En outre, la Commission analysera en profondeur, en coopération avec l'industrie, les implications de la politique commerciale en rapport avec les communications internationales par satellite et, dans les domaines où cela sera nécessaire, fera des propositions afin de supprimer de manière systématique les obstacles à l'accès au marché qui subsistent. La Commission élaborera des propositions, afin de coordonner les positions des États Membres de l Union dans les enceintes internationales. Obtenir l'accès aux orbites et aux fréquences : A8. La Commission réexaminera les questions économiques et commerciales liées aux orbites et aux fréquences à la lumière des nouvelles obligations découlant de l'agcs, et fera rapport au Conseil et au Parlement pour la mi A9. La Commission, conjointement avec la CEPT et l'industrie, réexaminera la stratégie européenne dans les secteurs couverts par l'uit, à savoir la normalisation, les radiocommunications, le développement des communications par satellite. Renforcer la position de l'industrie sur les marchés internationaux : A10. La Commission, en partenariat avec l'industrie, évaluera systématiquement les possibilités offertes par les marchés mondiaux, les questions touchant aux droits de propriété intellectuelle et le rôle d'éventuelles initiatives conduites par l'europe, et élaborera les actions politiques de soutien appropriées.

9 page 9 A11. La Commission, assistée par l'industrie, évaluera les possibilités qu'offre une coopération politique et industrielle accrue entre l'union européenne et des pays tiers, parmi lesquels les États-Unis, la Russie, le Canada, le Japon, la Chine et des pays en développement. Étant donné l'importance de cette coopération avec les pays en développement, la Commission évaluera aussi l'utilisation des fonds de développement à cette fin, et proposera les mesures nécessaires pour renforcer la présence de l'europe sur les marchés internationaux. A12. La Commission prendra les mesures appropriées afin de promouvoir une concurrence effective dans ce domaine au niveau mondial et continuera à veiller à ce que l'exploitation de systèmes mondiaux de satellites ne fasse pas obstacle à la concurrence sur les marchés européens concernés, conformément au traité. 5. Renforcement du soutien à la R&D européenne et développement d'applications Étant donné le rôle essentiel que joue le soutien à la R&D dans ce secteur, le renforcement du soutien accordé à la R&D et au développement d'applications est crucial, et devrait poursuivra comme objectif la mise en œuvre de systèmes, services et applications avancés de communication par satellite qui soient orientés vers le marché. La R&D et le développement d'applications pourraient s'effectuer au titre des 4e et 5e programmes-cadres ainsi que du programme RTE-Télécommunications, conformément aux procédures en vigueur, en étroite coopération avec le monde industriel, y inclus les PME, les agences spatiales et les États membres, à travers l'élaboration d'un plan à long terme et des priorités qui lui seront associées.

10 page 10 Les actions à entreprendre concrètement en matière de R&D pourraient comprendre : A13. Identification d'éventuelles actions complémentaires à mener au niveau du programme-cadre, entre les agences spatiales, l'industrie et les États membres afin de veiller à assurer la complémentarité des programmes de travail. Les objectifs spécifiques seront les suivants : garantir que les diverses politiques se fondent sur une approche caractérisée par le souci de la cohérence et des synergies et orientée vers les domaines où la dimension européenne apporte une valeur ajoutée. établir des mécanismes de coordination entre la Commission, les agences spatiales (notamment l'esa) et l industrie en vue de déterminer les priorités et d'assurer la complémentarité des programmes de travail ; pour améliorer la complémentarité des actions de R&D, prendre en considération les possibilités offertes par les articles 130 K et 130 L. A14. Actions de R&D dans la perspective d'une mise en œuvre rapide des recommandations déjà formulées en fonction des exigences du marché et exposées ci-après : Développement de technologies génériques communes avec d autres secteurs. Ces technologies concernent l'optimisation des coûts et la miniaturisation des éléments de base à partir desquels pourront être construites les charges utiles "communications", notamment les composants bande de base, les blocs RF et les soussystèmes, ainsi que les technologies des plates-formes de grande puissance, y compris les systèmes d'alimentation en courant, les logiciels et la technologie de mise en réseau. En ce qui concerne le segment sol, un facteur essentiel est le développement de technologies permettant la fabrication de terminaux d utilisateurs peu coûteux. L'Europe possède une certaine expérience dans ces domaines, mais il faut encore l'étoffer et l'approfondir. Mise en œuvre de réseaux de démonstration/pilotes. Il convient de stimuler la création de systèmes pilotes auxquels participeraient des exploitants potentiels, des fabricants de terminaux et des prestataires de services, étant donné que c'est la meilleure façon de démontrer la viabilité d'un système fonctionnant avec une base d'usagers suffisamment étoffée. Spécification de systèmes innovateurs compatibles avec les services avancés. Des perfectionnements récents des systèmes (notamment aux États-Unis) ont démontré comment des systèmes à satellites complexes prendront en charge les services avancés et modernisés. L'industrie européenne devrait tirer parti de la disponibilité d'outils plus performants, qui l'aideront à réduire, dès le départ, les risques liés à la conception, notamment dans les domaines de la gestion des réseaux et de la reconfiguration de constellations mondiales comprenant un grand nombre de satellites.

11 page 11 Amélioration des procédés de fabrication. La mise en œuvre de technologies et d'applications avancées, ainsi que le développement de techniques de production de masse, sont essentielles à la fabrication de terminaux peu coûteux sur un marché de grande diffusion caractérisé par une forte concurrence, notamment par de petites et moyennes entreprises. Détermination d'actions européennes de R&D et de développement d'applications présentant une valeur ajoutée pour l'europe, contribuant de préférence à la compétitivité industrielle, ainsi qu à la cohésion sociale et économique. Les actions de R&D décrites ci-dessus bénéficieront également à d'autres domaines de l'activité spatiale, notamment la navigation par satellite et l'observation de la terre. Ces synergies ont un très grand intérêt et seront encouragées et étroitement coordonnées dans le cadre de l'action générale de R&D dans le domaine spatial, actuellement examinée dans le document de travail de la Commission intitulé "Vers le 5e programmecadre : les objectifs scientifiques et technologiques" (COM(97)47 final). A15. Dans le cadre de la préparation du 5e programme-cadre, la nécessité d'une recherche prénormative dans ce domaine sera étudiée, notamment pour favoriser la mise au point d'un terminal utilisateur multimode (terrestre - satellite) destiné aux applications de communications mobiles par satellite, à large bande et dans le domaine des terminaux émetteurs-récepteurs à large bande à utiliser en mode non coordonné avec les systèmes de communications spatiales multimédias à large bande. 6. Conclusions L'importance vitale des communications par satellite pour l'europe et la nécessité d'avancer vers l'établissement d'un partenariat public/privé dans ce domaine ressortent de plusieurs études et ont été confirmées lors de la réunion de haut niveau entre la Commission, les États membres et le monde industriel. La Commission s'attend à ce que l'industrie, parallèlement au travail effectué sur le plan d'action et comme première étape de son adoption, engage elle-même les actions nécessaires pour ce qui la concerne afin de faciliter l'élaboration d'une vision à long terme de la politique européenne des communications par satellite dans un cadre international, et de mettre en œuvre les actions et priorités correspondantes en coordination avec la CEPT, l'esa et d'autres acteurs du secteur des communications par satellite. A16. Pour faciliter la définition d'une vision à long terme de la politique de l'union européenne en matière de communications par satellite dans le cadre international, la Commission assurera la mise en place d'une interface appropriée avec l'industrie, qui comprendra des représentants des secteurs industriels concernés (exploitants de réseaux, fournisseurs de services, fabricants d'équipements, fournisseurs d'informations, usagers et consommateurs) en vue d'épauler la Commission dans la mise en œuvre du plan d'action et à propos des priorités et des exigences dont les actions de soutien doivent tenir compte. Les actions présentées dans ce plan devraient être réalisées selon le projet de calendrier suivant : 1. Marché intérieur mise en oeuvre de la législation demandes à l'industrie, à la CEPT, à l'etsi premiers résultats fournis par l'industrie janvier 1998 juillet 1997 octobre 1997

12 achèvement de l'examen par la CEPT achèvement de l'examen par l'etsi 2. Niveau international mise en oeuvre des obligations imposées par l'omc analyse des implications en politique commerciale générale examen des questions commerciales liées aux orbites et aux fréquences examen des relations avec les pays tiers 3. R&D et développement d'applications octobre 1997 octobre 1997 janvier juillet 1997 juillet 1997 fin 1997 page 12 fin du premier examen des actions facultatives actions au titre du 4e programme-cadre actions au titre du 5e programme-cadre 4. Création d'une interface appropriée entre la CE et l'industrie octobre 1997 deuxième moitié de 1997 selon les calendriers prévus mai 1997 Certaines actions sont de nature continue et seront réexaminées régulièrement en consultation avec l'industrie. Par la présente communication, la Commission présente son "plan d'action de l'union européenne : les communications par satellite dans la société de l'information". La Commission réaffirme sa conviction que des actions cohérentes menées conjointement par les partenaires publics et privés, ainsi que le soutien politique des États membres, du Conseil et du Parlement européen, donneront une impulsion appréciable à ce secteur de haute technologie, essentiel pour l'emploi, la compétitivité et la maîtrise de la prestation de services de bout en bout. La Commission considère en outre que les conditions nécessaires doivent être développées afin d assurer que la concurrence effective soit créée à tout niveau du marché du secteur satellitaire, afin de mettre l'union européenne en mesure de jouer un rôle majeur dans la mise en place des infrastructures mondiales de l'information qui sont si nécessaires, et des services et applications correspondants, qui sont essentiels pour la société de l'information et pour le système économique mondial. 9 Sauf indication contraire dans l'accord

13 page 13 Synthèse des actions à entreprendre dans le domaine des communications par satellite Achèvement du marché intérieur A1. La Commission renforcera ses efforts en faveur d'une mise en œuvre totale de l'ensemble de la législation européenne applicable aux communications par satellite. La Commission demandera également à l'industrie de fournir régulièrement des informations sur la base d'un inventaire systématique de tous les obstacles à l'introduction de systèmes et de services de communications par satellite qu'elle aura identifiés. A2. La Commission demandera à l'industrie d identifier les barrières réglementaires existantes, afin de permettre à la Commission d élaborer les mesures réglementaires nécessaires dans le secteur des communications par satellite et de dresser un rapport sur l efficacité des mesures prises jusqu à présent. A3. La Commission demandera à la CEPT d'accélérer ses efforts en matière d'harmonisation, de conditions d'autorisation et d'utilisation harmonisée des bandes de fréquences et de réexaminer sa structure et ses procédures actuelles en vue d'accroître l'efficacité de ses procédures d'élaboration de décisions réglementaires et leur mise en œuvre. La Commission s'efforcera d'améliorer ses efforts de coopération avec la CEPT afin de permettre à celle-ci de soutenir plus efficacement les politiques de l'union européenne. A4. La Commission demandera à l'etsi de revoir son programme de travail global dans le domaine des communications par satellite en vue, tout en permettant l innovation, d'élaborer de manière continue et efficace des normes appropriées conformément aux priorités exposées dans le présent plan d'action, avec comme objectif le développement d un marché pleinement concurrentiel. A5. En particulier, la normalisation des terminaux de satellite avancés, multimédia et à large bande, destinés au marché de masse, est un besoin urgent qu'il faut satisfaire en collaboration avec l'etsi, le CENELEC et l'industrie. A6. Sur la base d'informations à fournir par les États membres et par le secteur privé, la Commission poursuivra l'examen de l'évolution des organisations internationales de communications par satellite, et prendra les mesures appropriées pour faire en sorte que cette évolution contribue à l'instauration d'un marché des communications par satellite où régneront des conditions de pleine concurrence. Renforcement de la position européenne au niveau international A7. La Commission se concentrera sur la réalisation intégrale des engagements contractés par les pays dans le cadre des négociations de l'omc récemment conclues sur les télécommunications de base. En outre, la Commission analysera en profondeur, en coopération avec l'industrie, les implications de la politique commerciale en rapport avec les communications internationales par satellite et, dans les domaines où cela sera nécessaire, fera des propositions afin de supprimer de manière systématique les obstacles à l'accès au marché qui subsistent. La Commission élaborera des propositions, afin de coordonner les positions des États Membres de l Union dans les enceintes internationales.

14 page 14 A8. La Commission réexaminera les questions économiques et commerciales liées aux orbites et aux fréquences à la lumière des nouvelles obligations découlant de l'agcs, et fera rapport au Conseil et au Parlement pour la mi A9. La Commission, conjointement avec la CEPT et l'industrie, réexaminera la stratégie européenne dans les secteurs couverts par l'uit, à savoir la normalisation, les radiocommunications, le développement des communications par satellite. A10. La Commission, en partenariat avec l'industrie, évaluera systématiquement les possibilités offertes par les marchés mondiaux, les questions touchant aux droits de propriété intellectuelle et le rôle d'éventuelles initiatives conduites par l'europe, et élaborera les actions politiques de soutien appropriées. A11. La Commission, assistée par l'industrie, évaluera les possibilités qu'offre une coopération politique et industrielle accrue entre l'union européenne et des pays tiers, parmi lesquels les États-Unis, la Russie, le Canada, le Japon, la Chine et des pays en développement. Étant donné l'importance de cette coopération avec les pays en développement, la Commission évaluera aussi l'utilisation des fonds de développement à cette fin, et proposera les mesures nécessaires pour renforcer la présence de l'europe sur les marchés internationaux. A12. La Commission prendra les mesures appropriées afin de promouvoir une concurrence effective dans ce domaine au niveau mondial et continuera à veiller à ce que l'exploitation de systèmes mondiaux de satellites ne fasse pas obstacle à la concurrence sur les marchés européens concernés, conformément au traité. Renforcement du soutien à la R&D européenne et développement d'applications A13. Identification d'éventuelles actions complémentaires à mener au niveau du programme-cadre, entre les agences spatiales, l'industrie et les États membres afin d'assurer la complémentarité des programmes de travail. A14. Actions de R&D au titre du 4e programme-cadre et utilisation de ces actions comme travail préparatoire au 5e programme-cadre, dans la perspective d'une mise en œuvre rapide des recommandations déjà formulées en fonction des exigences du marché A15. Dans le cadre de la préparation du 5e programme-cadre, la nécessité d'une recherche prénormative dans ce domaine sera étudiée, notamment pour favoriser la mise au point d'un terminal utilisateur multimode (terrestre - satellite) destiné aux applications de communications mobiles par satellite, à large bande et dans le domaine des terminaux émetteurs-récepteurs à large bande à utiliser en mode non coordonné avec les systèmes de communications spatiales multimédias à large bande. Conclusions A16. Pour faciliter la définition d'une vision à long terme de la politique de l'union européenne en matière de communications par satellite dans le cadre international, la Commission assurera la mise en place d'une interface appropriée avec l'industrie, qui comprendra des représentants des secteurs industriels concernés (exploitants de réseaux, fournisseurs de services, fabricants d'équipements, fournisseurs d'informations, usagers et consommateurs) en vue d'épauler la Commission dans la mise en œuvre du plan d'action et à propos des priorités et des exigences dont les actions de soutien doivent tenir compte.

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004

30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164. DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 30.4.2004 FR Journal officiel de l Union européenne L 164/ 164 DIRECTIVE 2004/51/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 29 avril 2004 modifiant la directive 91/440/CEE du Conseil relative au développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Document de séance 10.4.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposé à la suite de la question avec demande de réponse orale B8-0000/2015 conformément à l'article

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL 1.6.2011 Journal officiel de l Union européenne C 162/1 IV (Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL Résolution du Conseil et des représentants

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C

9526/16 gen/dd/db/af 1 DG G 3 C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 27 mai 2016 (OR. en) 9526/16 RECH 208 TELECOM 100 RÉSULTATS DES TRAVAUX Origine: Secrétariat général du Conseil Destinataire: délégations Nº doc. préc.: 8791/16

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe

Commission des affaires juridiques. sur l'exploitation du potentiel de l'informatique en nuage en Europe PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des affaires juridiques 25.6.2013 2013/2063(INI) PROJET D'AVIS de la commission des affaires juridiques à l'intention de la commission de l'industrie, de la recherche

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 RÉSULTATS DES TRAVAUX du : CONSEIL en date du : 6 décembre 2001 n doc. préc. : 14378/01

Plus en détail

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014

Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs. Session du Conseil Compétitivité. Bruxelles, le 5 décembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 5 décembre 2014 Soutenir la renaissance de l'espace européen: orientations et défis futurs Session du Conseil Compétitivité

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie PROJET DE RAPPORT

Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie 27.2.2013 2012/2321(INI) PROJET DE RAPPORT sur la contribution des coopératives à la sortie de la crise (2012/2321(INI))

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R 1. Pourquoi stimuler le commerce

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

European Council conclusions on completing EMU 1

European Council conclusions on completing EMU 1 EUROPEA COU CIL Brussels, 14 December 2012 European Council conclusions on completing EMU 1 adopted on 14 December 2012 Feuille de route pour l'achèvement de l'uem 1. Compte tenu des défis fondamentaux

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR Regio Basiliensis et ARFE COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR LES POPULATIONS, L ECONOMIE ET LES REGIONS II. Forum ARFE du 22 février 2008 en coopération avec la Regio Basiliensis

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 81 -

TABLEAU COMPARATIF - 81 - - 81 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l'article 88-4 de la Constitution, européen et du Conseil sur les produits dérivés négociés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.08.2009 C (2009) 6464 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 sur l'éducation aux médias dans l'environnement numérique pour une industrie

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL. relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 98 final 2015/0051 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative aux lignes directrices pour les politiques de l emploi des États membres FR FR

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers:

Stratégie. Structure. Personnel et environnement. Politique de qualité. Notre politique de qualité repose sur six piliers: Notre politique de qualité repose sur six piliers: Stratégie Notre stratégie est fondée sur la stratégie de production de Coop et les objectifs qui en découlent sont mesurables sur le terrain. Elle est

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE

LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE EUROPEAN COUNCIL, 13-14 MARCH 2008 EU COUNCIL SECRETARIAT ~FACTSHEET N 3~ LES QUATRE PRIORITÉS DE LA STRATÉGIE DE LISBONNE DE L'UE I. Connaissance et innovation Innover pour garantir compétitivité et prospérité

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Introduction Ce document est une introduction aux huit principes de management sur lesquels sont fondées les normes relatives au système de management de la série

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération du 16 juillet 2014 de la Commission de régulation de l énergie portant proposition de décret modifiant le décret n 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

QUESTION 1/2. Créer la société intelligente: les applications des TIC au service du développement socio économique

QUESTION 1/2. Créer la société intelligente: les applications des TIC au service du développement socio économique QUESTION 1/2 Créer la société intelligente: les applications des TIC au service du développement socio économique 1 Exposé de la situation ou du problème Le développement de tous les secteurs de la société

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Projet d accord de coopération

Projet d accord de coopération Projet d accord de coopération Entre : La Communauté française, Représentée par Madame Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l Audiovisuel, de la Santé et de l Egalité des chances Et : La Communauté

Plus en détail

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP Document adopté au Comité Exécutif de la FSESP 9 & 10 November 2009 Les résolutions adoptées pendant le Congrès du 8 au 11 juin 2009 et qui sont citées à la fin du document constituent la base du Plan

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E

C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E C O N S U L T A T I O N P U B L I Q U E Juillet 2008 Renouvellement des autorisations GSM de trois opérateurs dans les départements et collectivités d outre-mer : Digicel, Société Réunionnaise du Radiotéléphone

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 16.5.2006 C 115/1 II (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 62 ème SESSION PLÉNIÈRE DES 16 ET 17 NOVEMBRE 2005 Avis du Comité des régions sur la «Communication de la Commission Une politique de cohésion

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE PLAN REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE COMPLET POUR LA SECURITE DE L AVIATION EN AFRIQUE (PLAN AFI) GROUPE 4 DOCUMENTATION LE CAP, AFRIQUE DU SUD 27-29 JUILLET

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail