COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE"

Transcription

1 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs DR Faddoul.M urgentiste CH Chalon sur Saône Date Juin 2015 Validation Commission de protocole Bibliographie Recommandation de DGS 2014 PROPHYLAXIE AUTOUR D UN CAS D INFECTION INVASIVE A MENINGOCOQUE Définition d infection invasive à méningocoque(neisseria meningitidis) Tout les cas remplissant une au moins des conditions suivantes : 1/Isolement bactériologique de méningocoques ou PCR positive à partir d un site normalement stérile sang, LCS ( liquide cérebro spinale), liquide articulaire, liquide pleural, liquide péricardique ; liquide péritonéal, ou à partir d une lésion cutanée pur purpurique. La réalisation d une hémoculture est indispensable. 2/Présence de diplocoque Gram négatif à l examen direct du LCS. 3/LCS évocateur d une méningite bactérienne purulente et lésions pur puriques cutanés. 4/Présence de purpura fulminans (au moins un élément nécrotique ou écchymotique de plus de 3mm de diamètre) et syndrome infectieux sévère non attribué à une autre étiologie. 1-Objectifs de la prophylaxie est la prévention des cas secondaires. 2-Objectif de la Chimioprophylaxie est d assurer la protection immédiate et à court terme, et de prévenir la diffusion par des porteurs sains d une souche pathogène dans la population.. 3- Objectif de la vaccination des sujets contacts d un cas est de couvrir la période de risque de réintroduction de la souche pathogène dans la communauté de vie ( en particulier la famille et les personnes vivant sous le même toit ) sur une période d environ 20 jours après la survenue du cas.

2 4-La Chimioprophylaxie : le médecin de la DDASS, le médecin de ville et le médecin hospitalier est chargé d identifier les contactes familiaux et extra-familiaux et de coordonner la mise en place de l administration de la Chimioprophylaxie. Le signalement sans délai et par téléphone à l agence régionale de santé ARS est obligatoire. -Définition des sujets contactes : La Chimioprophylaxie L élément indispensable est l existence d un contacte direct avec les sécrétions oroharyngées d un sujet infecté les 10 jours précédant son hospitalisation La proximité qu on admet est une distance de moins d un mètre entre la personne infectée et une personne réceptrice. La probabilité de transmission augmente avec la fréquence et la durée du contact. -Délai de prise en charge des sujets contacts : La Chimioprophylaxie doit être réalisée dans les plus brefs délais 24h à 48h suivant le diagnostic, et n a plus d intérêt au delà de 10 jours après le dernier contact avec le cas. -Chimioprophylaxie chez des sujets contacts : Schéma : Rifampicine par voie orale pendant 2 jours à la dose -Adulte 600mg, 2fois /jours(300mgx2). -nourrissons et enfant (1mois à 15 ans) :10mg/k, 2fois /jour sans dépasser la dose adulte. -nouveau- né (mois Dun mois) 5mg/kg, 2fois /jour. -femme enceinte :des troubles de la coagulation peuvent apparaître chez le nouveau-né. Aussi afin de prévenir leur apparition, la vitamine K pourrait être administrée per os chez la mère dans les 15 jours précédant l accouchement et par voie injectable IM ou IV au nouveauné dès la naissance. Chez les femmes en âge de procréer, du fait de l inefficacité de contraceptifs oraux, une contraception de type mécanique doit être envisagée pendant la durée du traitement et pendant la semaine qui suit. EN CAS DE CONTRE INDICATION OU DE RESISTANCE à la RIFAMPICINE : Ceftriaxone(Rocephine) par voie injectable en dose unique Adulte : injection unique de 250mg Enfant, nourrisson nouveau -né :injection de 125 mg ( compte tenu des contres indications de la Ceftriaxone dans cette classe d âge un avis spécialisé peut être requis. OU Ciprofloxacine(Ciflox) par voie orale en dose unique -Adulte 500mg (peut être utilisée chez la femme enceinte). -Enfant 20mg/kg sans dépasser 500mg dose unique.

3 Vaccination anti-méningococcique Vaccins contre les méningocoques du sérogroupe A,B,C,Y ou W135,X ( B ET C les plus fréquents en France) : -Objectifs :couvrir la période de risque de réintroduction de la souche pathogène pendant la communauté» de vie ( famille et personne vivants sous le même toit)sur une période d environ10 jours après la survenue du cas. Complète anti bio prophylaxie lorsque la souche responsable du cas est du sérogroupe contre lequel existe un vaccin. - Il n y a pas de contre indication y compris la femme enceinte. -Il est recommandé dans un délai maximum de10 jours (la durée d acquisition de l immunité par la vaccination ) après le début de l hospitalisation du malade parallèment à la chimioprophylaxie. -Il sera proposé (même si le malade est décédé) aux sujets contacts qui se retrouvent de façon régulière et répétée dans son entourage proche (la famille, les personnes vivant sous le même toit, les amis,les voisins de classes..)

4 ARBRE DECISION POUR L ADMINISTRATION D UNE PROPHYLAXIE AUTOUR D UN CAS D INFECTION INVASIVE A MENINGOCOQUE SITUATIONS Pour lesquelles une chimioprophylaxie est recommandée SITUATIONS Pour lesquelles une chimioprophylaxie n est pas recommandée sauf exception Entourage proche Milieu familial Garde d enfants Milieu extrafamilial Personnes vivant avec le cas Flirt Personnes ayant participées à une réunion familiale Personnes ayant participées à une Soirée ou un repas entre amis Collectivités d enfants Crèche,Halte-garderie Centre de loisir activité péri scolaire Tous les enfants et le personnel de la même section Tous les enfants ayant fiat la sieste dans la même chambre Personnels et enfants ayant partagés les mêmes activités Voisins de réfectoire Personnels et enfants ayant partagés les mêmes activités Centres ou camps de vacances Sujets ayant dormi dans la même chambre Voisins de réfectoire Personnels et enfants ayant partagés les mêmes activités Milieu Scolaire Ecole maternelle Tous les enfants et le personnel de la classe du cas Les classes ayant eu des activités Enfants et personnels ayant partagé les même activités. Voisins du bus scolaire voisins du réfectoire.

5 Ecole élémentaire Collège Lycée internat Université partagées Personne ayant dormi dans la même chambre Enfants et personnels ayant partagé les mêmes activités Voisin du bus scolaire voisins du réfectoire Situations impliquant des contactes contaminant Situations impliquant des adultes Des contactes contaminant Sports Partenaires du malade uniquement si le sport pratiqué implique des contactes physiques prolongés en face à face Autres personnes présentes à L entrainement Prise en charge médicale d un malade Soirée dansante, Boite de nuit Milieu carcérale Voyages en avion, bus, train institutions Personne ayant réalisé le bouche à bouche ou une intubation ou une aspiration endo trachéale sans masque de protection avant le début du traitement antibiotique du malade et jusqu à la première pris d un antibiotique efficace sur le portage Personnes ayant eu des contacts intimes personnes partageant la même cellule Personnes ayant pris en charge le malade pendant le voyage Personne ayant pu être exposées aux sécrétions Personnes partageant la même chambre Autres personnels ayant pris en charge le malade. Personnes ayant fréquenté le lieu Personnes ayant des activités partagées Toutes les autres personnes de l institution Milieu professionnel Les personnes travaillant dans les mêmes locaux

6

7

Exemple de gestion d une alerte méningite : d un signal simple à une investigation complexe

Exemple de gestion d une alerte méningite : d un signal simple à une investigation complexe Exemple de gestion d une alerte méningite : d un signal simple à une investigation complexe C. SALVIO, Médecin inspecteur de santé publique, ARS Languedoc-Roussillon Mardi 4 décembre 2012 Maison des Etudiants

Plus en détail

39/2002 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 24 septembre 2002 CIRCULAIRE

39/2002 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 24 septembre 2002 CIRCULAIRE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Circulaire du 15 juillet 2002 Prophylaxie des infections invasives à méningocoque p. 189 Ministère de l Emploi et de la Solidarité N 39/2002 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 24 septembre

Plus en détail

Page 1 sur 18 MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES. Paris, le

Page 1 sur 18 MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES. Paris, le MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES R E P U B L I Q U E Paris, le F R A N C A I S E DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Le Ministre chargé de la santé, de la famille et des personnes

Plus en détail

Q1. Ses parents ont entendu dire qu il aurait du être vacciné. Que leur répondez vous?

Q1. Ses parents ont entendu dire qu il aurait du être vacciné. Que leur répondez vous? Achille, 19 ans, est hospitalisé pour une méningite à méningocoque du groupe C. Il n a pas d antécédent particulier en dehors d une appendicectomie à l âge de 9 ans. Étudiant, il vit au domicile de ses

Plus en détail

LES INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE. Frédérike LIMOUSI Interne de santé publique Mercredi 11 mars 2009

LES INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE. Frédérike LIMOUSI Interne de santé publique Mercredi 11 mars 2009 LES INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE Frédérike LIMOUSI Interne de santé publique Mercredi 11 mars 2009 PLAN Généralités Epidémiologie Investigation devant une augmentation d incidence ou des cas groupés

Plus en détail

Direction générale de la santé SD 5 C. Date d'application : pour diffusion et mise en oeuvre immédiate.

Direction générale de la santé SD 5 C. Date d'application : pour diffusion et mise en oeuvre immédiate. Direction générale de la santé SD 5 C Circulaire DGS/SD 5 C n 2002-400 du 15 juillet 2002 modifiant la circulaire DGS/SD 5 C n 2001-542 du 8 novembre 2001 relative à la prophylaxie des infections invasives

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Prophylaxie des Infections Invasives à Méningocoque (IIM) - autour d un cas

Prophylaxie des Infections Invasives à Méningocoque (IIM) - autour d un cas Prophylaxie des Infections Invasives à Méningocoque (IIM) - autour d un cas Instruction (DGS/RI 1/2011/33) du 27 Janvier 2011 Journée Régionale de Veille Sanitaire CHRU Lille 22 Novembre 2012 JP Legendre

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 4 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 septembre 2002 ROCEPHINE 500 mg/2 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IM) ROCEPHINE 500 mg/5 ml, poudre et solution

Plus en détail

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012

Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU Date d intervention : mars 2012 Dr Maitre Olivier Méningite Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : mars 2012 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, diffusion, vente

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Monoarthrite à Neisseria méningitidis: Quelles consignes pour les personnes contact?

Monoarthrite à Neisseria méningitidis: Quelles consignes pour les personnes contact? Monoarthrite à Neisseria méningitidis: Quelles consignes pour les personnes contact? Neisseria meningitidis monoarthritis: which instructions to connected people? Pouliquen L, Daoudal A, Marleix S, Lucas

Plus en détail

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code :

PRÉ-POST/TEST. Profil du Participant : Code : Page 1 sur 5 FORMATION DES FORMATEURS RÉGIONAUX EN MATIÈRE DE L AXE «MÉNINGITES» dans le cadre du Plan National de Formation Continue- 2012, DRH/DF/SFC du 3 au 5 décembre 2012, Rabat (INAS) PRÉ-POST/TEST

Plus en détail

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques

Plus en détail

Revue de morbimortalité maternelle régionale

Revue de morbimortalité maternelle régionale Revue de morbimortalité maternelle régionale : Description de l'initiative de la commission régionale de la naissance et de la petite enfance et des réseaux de périnatalité de la région Nord-Pasde-Calais.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES

PRISE EN CHARGE DES MENINGITES DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES N de version: 01 Date d'application: Mars 2010 Réf.: CMUB-004 Pagination : 1 de 5 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 004 Rédacteurs Dr Minerva FADDOUL, Dr Emmanuel VIGREUX Date Mars

Plus en détail

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Le comité scientifique multidisciplinaire: Ph. Azouvi, T. De Broucker, F. Bruneel, X. Duval, B. Fantin, N. Girard, J.L. Hermann, J. Honnorat,

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

Bilan MDO : Maladies à prévention vaccinale Bilan annuel 2015

Bilan MDO : Maladies à prévention vaccinale Bilan annuel 2015 Cire Nouvelle- Aquitaine Bulletin de veille sanitaire N 7 / Décembre 216 Bilan MDO : Maladies à prévention vaccinale Bilan annuel 215 Page 2 Rougeole - bilan des déclarations obligatoires en 215 Page 3-4

Plus en détail

Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte

Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte Streptocoques bêta hémolytiques du groupe A : organisation de l alerte et CAT en maternité Journée Mater du 8 octobre 2015 MA Confesson CH Mâcon ML Valdeyron HFME Bron HCL Introduction Streptocoque A (S.

Plus en détail

Prise en charge des expositions professionnelles aux virus transmissibles par le sang - EMS SOMMAIRE

Prise en charge des expositions professionnelles aux virus transmissibles par le sang - EMS SOMMAIRE SOMMAIRE 1. Introduction page 2 2. Evaluation du genre d exposition et du temps écoulé depuis celle-ci page 2 3. Evaluation du risque infectieux page 3 4. Evaluation des mesures à prendre en cas d exposition

Plus en détail

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Publié le 20/07/2017 Indications des vaccinations en post-exposition M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Le guide du Haut Conseil de santé publique pour l immunisation

Plus en détail

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Odile Launay, Emmanuel Grimprel JNI 2008, atelier vaccination du personnel soignant Objectifs Conduite à tenir vis-à-vis du personnel soignant

Plus en détail

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés

Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS. 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés Séroconversions VIH après accident professionnel, France Remerciements : C.Arvieux GERES et SFLS 48 cas recensés, dont 14 cas prouvés INVS: Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB

Plus en détail

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007

EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 EXPERIENCE DE L UTILISATION DU TEST QUANTIFERON AU CH DE CHAMBERY MISE EN PLACE DU TEST DEPUIS LE 1 OCTOBRE 2007 TUBERCULOSE MALADIE TUBERCULOSE INFECTION MYCOBACTERIE TUBERCULOSIS = BK = bacille de KOCH

Plus en détail

Nouveautés vaccinales

Nouveautés vaccinales Nouveautés vaccinales Yves HANSMANN Service des Maladies Infectieuses 2013 L année du pneumo 13? Depuis 30 décembre 2011 Recommandations FDA pour l utilisation du vaccin pneumo 23 chez l adulte avec facteurs

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE COQUELUCHE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES-INRS, SF2H Un cas suspect Le 15/12/16, une interne en Maternité signale une toux isolée et

Plus en détail

Risque infectieux néonatal

Risque infectieux néonatal PCT au SANG du CORDON Risque infectieux néonatal 08/10/2014 Dr Catherine BATTIE Dr Hocine BOUAMARI HFME 1 MARQUEURS INFLAMMATOIRES APRES INJECTION D UNE TOXINE BACTERIENNE modified from Dandona & Bohuon,

Plus en détail

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB

Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB Le Strepto A n a napas disparu! Les précautions sont toujours d actualité Autour d un cas d endométrite sur AVB Journée Mater du 29 septembre 2016 M.A. Confesson CH Mâcon Introduction Streptocoque A ou

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH)

VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) VACCINATION CONTRE LE MÉNINGOCOQUE C ET CONTRE LE PAPILLOMAVIRUS HUMAIN CHEZ LES HOMMES AYANT DES RAPPORTS SEXUELS AVEC LES HOMMES (HSH) Anne-Sophie Barret Santé publique France, Direction des maladies

Plus en détail

Immunisation post exposition

Immunisation post exposition Immunisation post exposition Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille JL SCHMIT

Mise au point sur la vaccination antiméningoccique. DU Lille JL SCHMIT Mise au point sur la vaccination antiméningoccique DU Lille JL SCHMIT Bon modèle Capsule polysaccharidique Intérêt de la conjugaison à des protéines pour augmenter la réponse vaccinale Emergence d un nouveau

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

Syndrome méningé fébrile : Hémocultures et analyse bactériologique du LCR

Syndrome méningé fébrile : Hémocultures et analyse bactériologique du LCR Syndrome méningé fébrile : Hémocultures et analyse bactériologique du LCR Dr Frédérique Gouriet Fédération de bactériologie virologie et hygiène hospitalière JNI le 5 juin 2008 Réalisation des hémocultures

Plus en détail

MenB Information - French

MenB Information - French Men B Cette page présente brièvement la maladie et le vaccin disponible pour la prévenir. Des liens vers des informations détaillées sont fournis en bas de page. Qu est-ce qu une infection à méningocoque?

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

Prévention des maladies invasives à méningocoques dans les écoles

Prévention des maladies invasives à méningocoques dans les écoles Recommandations du médecin cantonal : Le méningocoque Santé scolaire - complément chapitre 12 Eviction scolaire Prévention des maladies invasives à méningocoques dans les écoles 1 Agent infectieux Neisseria

Plus en détail

Infections Invasives à Méningocoques ou IIM

Infections Invasives à Méningocoques ou IIM Infections Invasives à Méningocoques ou IIM Séminaire du 15 Avril 2009 à Sotteville lès Rouen Formateurs: Me Bourse (IPR de SVT, Me Minéo (Médecin conseils techniques du Rectorat) et M Leroy (Docteur en

Plus en détail

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE CIRCUIT DE SIGNALEMENT OBJECTIFS DU SIGNALEMENT Détecter et signaler pour agir et prévenir les risques d Analyser l évolution dans le temps des maladies et adapter les recommandations, les politiques de

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

Cas clinique hépatite A. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand

Cas clinique hépatite A. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand Cas clinique hépatite A Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses Faculté de médecine CHU de Clermont-Ferrand Déclaration d intérêts de 2009 à 2011 Jean Beytout Membre du conseil scientifique d

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011

CAS CLINIQUE. Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse. Sousse, le 23 septembre 2011 CAS CLINIQUE Dr Foued BELLAZREG Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached - Sousse Sousse, le 23 septembre 2011 1 Un patient de 50 ans consulte aux urgences pour céphalées, fièvre, et vomissements

Plus en détail

Surveillance Feedback Bulletin 2017 Trimestre 2

Surveillance Feedback Bulletin 2017 Trimestre 2 Surveillance Feedback Bulletin 2017 Trimestre 2 Bulletin trimestriel de retro-information sur la méningite bactérienne Table 1. Situation épidémiologique, semaine 14-26 94 % des cas suspects rapportés

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os

Fiche n 2 Charbon 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Prévention et traitement de la diarrhée des veaux

Prévention et traitement de la diarrhée des veaux Prévention et traitement de la diarrhée des veaux Les 5 étapes du succès Les 5 étapes du succès Dans l élevage des veaux, la diarrhée des nouveau-nés est un problème largement répandu. Aux soins constants

Plus en détail

Bulletin Officiel n Direction générale de la santé Bureau SD 5 C

Bulletin Officiel n Direction générale de la santé Bureau SD 5 C Direction générale de la santé Bureau SD 5 C Page 1 sur 15 Circulaire DGS/SD 5 C n 2001-542 du 8 novembre 2001 relative à la prophylaxie des infections invasives à méningocoque SP 4 435 3178 NOR : MESP0130723C

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os

Fiche n 2 Charbon 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

Mise à jour : 28 Avril 2009

Mise à jour : 28 Avril 2009 Fiche D.1 A. - Grippe au virus émergent A/H1N1 - Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Mise à jour : 28 Avril 2009 Cette

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

BOPTEZ POUR LA. VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO.

BOPTEZ POUR LA. VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BOPTEZ POUR LA VACCINATION Vaccination contre la méningococcie causée par les souches de Neisseria meningitidis du groupe B (MenB) avec BEXSERO. BEXSERO vaccin à constituants multiples contre le méningocoque

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM)

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) Page 1/9 NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS

Plus en détail

GUIDE DE TRAITEMENT EMPIRIQUE

GUIDE DE TRAITEMENT EMPIRIQUE GUIDE DE TRAITEMENT EMPIRIQUE DES MÉNINGITES PÉDIATRIQUES TABLEAUX RÉDIGÉ PAR : KARINE ALMANRIC, PHARMACIENNE EN COLLABORATION AVEC : DRE GUYLAINE VACHON, URGENTOLOGUE, DRE PASCALE HAMEL, PÉDIATRE, MÉLANIE

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 15 mai 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par avis de réinscription du 19 juillet 1999 (JO

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella ont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

CARTOGRAPHIE DES SERVICES DISPONIBLES QUESTIONNAIRE SUR LES ETABLISSEMENTS

CARTOGRAPHIE DES SERVICES DISPONIBLES QUESTIONNAIRE SUR LES ETABLISSEMENTS A USAGE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE. UTILISER UN QUESTIONNAIRE PAR ETABLISSEMENT. Veuillez remplir les renseignements ci-après avant de commencer. Veuillez écrire clairement et à l encre. 001 Date (jj/mm/aaaa)

Plus en détail

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque)

Cocci à Gram négatif. Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Cocci à Gram négatif Neisseria meningitidis (méningocoque) Neisseria gonorrhoeae (gonocoque) Neisseria meningitidis I Habitat Strictement humain Fragile Gorge «porteurs sains» 1000 cas/france/an 35 %

Plus en détail

Mortalité Périnatale

Mortalité Périnatale Mortalité Périnatale Prof.Asso.Dr.Douangdao SOUKALOUN, M.D.,Ph.D. Chef de service de Pediatrie, Hopital Mahosot 1 Mort périnatale: Mortalité Périnatale Définition Age gestationnel > 28 semaines ou Poids

Plus en détail

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT

CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT 4ème Journée Régionale des Référents en Antibiothérapie OMéDIT Centre Val de Loire MÉNINGITE À MÉNINGOCOQUE, TUBERCULOSE, GALE CONTAGIOSITÉ, MESURES D ISOLEMENT Dr Nathalie van der Mee-Marquet Praticien

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 Juillet 2006 CIFLOX 200mg/100ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376 227 1) CIFLOX 400mg/200ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376

Plus en détail

NEUTROPÉNIE SÉVÈRE. PROTOCOLE DE TRAITEMENT (Révisé novembre 1998) SERVICE D HÉMATOLOGIE-ONCOLOGIE MÉDICALE ET DES MALADIES INFECTUEUSES (CHLG)

NEUTROPÉNIE SÉVÈRE. PROTOCOLE DE TRAITEMENT (Révisé novembre 1998) SERVICE D HÉMATOLOGIE-ONCOLOGIE MÉDICALE ET DES MALADIES INFECTUEUSES (CHLG) Centre hospitalier Le Gardeur 135, boul. Claude David Repentigny, Qc J6A 1N6 NEUTROPÉNIE SÉVÈRE PROTOCOLE DE TRAITEMENT (Révisé novembre 1998) SERVICE D HÉMATOLOGIE-ONCOLOGIE MÉDICALE ET DES MALADIES INFECTUEUSES

Plus en détail

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large éventail d affections, s étendant des infections des voies respiratoires supérieures à des infections invasives graves. (1) Il est naturellement sensible

Plus en détail

Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT

Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Piqué par une tique, que faire? Piqûres de tiques : causes et conséquences de la maladie de Lyme TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités sur la pathologie La maladie de Lyme, ou borréliose, est une

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 13/09/2012 Réf.: CMUB-039 Pagination : 1 de 11 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 039 Rédacteurs Dr Chantal FRANCISCO, Dr Valérie HAMELIN, Dr Bénédicte

Plus en détail

Professeur agrégé Département de médecine

Professeur agrégé Département de médecine François LeBlanc Professeur agrégé Département de médecine Université Laval Appliquer les principales stratégies de diagnostic d une fièvre aux soins intensifs chez un patient immunocompétent / chez un

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte

Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Dr Cécile Mourlan Antenne Régionale CCLIN FELIN Réunion - Mayotte Le cadre Signalement externe par un établissement de santé ARS et CCLIN Accompagnement de l antenne pour investigation de l infection 3

Plus en détail

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique

Soliris. I. Qu est ce que le Soliris? II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique SOLIRIS ECULIZUMAB I. Qu est ce que le Soliris? Soliris II. Dans quel cas utilise t on le Soliris? III. Ce que l on faisait avant le Soliris : l échange plasmatique IV. Notre pratique du Soliris V. Notre

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

La coqueluche de l adulte

La coqueluche de l adulte La coqueluche de l adulte Est-elle un marqueur d épidémie? Dominique GENDREL La coqueluche a longtemps été considérée comme une maladie uniquement infantile Elle a été cliniquement identifiée au XVIe siècle

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière Catherine Faure, Béatrice Croze, Christia Gheno, Nathalie Armand, Marie-Claude Derbier, Mireille Roche, Joseph Hajjar. Lyon, 10 juin 2011. Centre

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

KINGELLA KINGAE UNE EPIDEMIE EN CRECHE A MARSEILLE EN AVRIL 2013

KINGELLA KINGAE UNE EPIDEMIE EN CRECHE A MARSEILLE EN AVRIL 2013 KINGELLA KINGAE UNE EPIDEMIE EN CRECHE A MARSEILLE EN AVRIL 2013 2ème Journée régionale de veille sanitaire en région PACA AIX-EN-PROVENCE vendredi 17 octobre 2014 Dr Marie-Dominique LEONARDI-Médecin de

Plus en détail

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN)

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM 1 Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) Hygiène et prévention du risque infectieux en EMS Décembre 2013 LA GRIPPE o Maladie aiguë

Plus en détail

Surveillance des infections respiratoires aigues (IRA) et des gastro-entérites aigues (GEA) en collectivité de personnes âgées

Surveillance des infections respiratoires aigues (IRA) et des gastro-entérites aigues (GEA) en collectivité de personnes âgées Surveillance des infections respiratoires aigues (IRA) et des gastro-entérites aigues (GEA) en collectivité de personnes âgées Cellule de l InVS en régions (CIRE) Limousin et Poitou-Charentes Cellule de

Plus en détail

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE

PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE PRESENTATION DE LA PROFESSION D INFIRMIER(E) DE L EDUCATION NATIONALE Hiérarchie : sous l autorité du chef d établissement. Poste : internat (logé par nécessité absolue), externat : en lycée, en collège

Plus en détail

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013

La tuberculose. Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 La tuberculose Anne Brunon Journée des correspondants en hygiène 11 avril 2013 Rappel: les mycobactéries Espèces Pathogènes stricts Pathogènes opportunistes Réservoir Homme ou animal malade environnement

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin Robert Cohen Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» Le point au 17 Juin 2009 Robert Cohen Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques B : uniquement humain, cas sporadiques + épidémiques,

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Pneumonies nosocomiales

Pneumonies nosocomiales Pneumonies nosocomiales Revue bleue 2005 définitions Hospital-acquired pneumonia» (HAP) Débutant 48h ou plus après admission «Ventilator-associated pneumonia» (VAP) Débutant 48h ou plus après intubation

Plus en détail

Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques

Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques Limiter les traitements probabilistes Dominique GENDREL Hôpital Necker-Enfants Malades TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE des GASTRO-ENTERITES RECOMMANDATIONS ESPID-ESPGHAN,

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

TEST DE LECTURE SUR LES INFECTIONS URINAIRES REPONSES AUX QUESTIONS ET EXPLICATIONS DES REPONSES

TEST DE LECTURE SUR LES INFECTIONS URINAIRES REPONSES AUX QUESTIONS ET EXPLICATIONS DES REPONSES TEST DE LECTURE SUR LES INFECTIONS URINAIRES REPONSES AUX QUESTIONS ET EXPLICATIONS DES REPONSES 1) Une infection urinaire n est pas considérée comme simple chez : a. Le diabétique b. L immunodéprimé c.

Plus en détail

Fièvre Ebola Dispositif AP-HP. Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 17/11/2014

Fièvre Ebola Dispositif AP-HP. Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 17/11/2014 Fièvre Ebola Dispositif AP-HP Docteur Sandra Fournier Equipe Opérationnelle d Hygiène/DOMU 17/11/2014 Recommandations élaborées en collaboration avec SAMU, collégiales des urgentistes, gynéco-obstétriciens,

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES BIOLOGIQUES

PREVENTION DES RISQUES BIOLOGIQUES PREVENTION DES RISQUES BIOLOGIQUES 1 ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG 1A - RAPPEL DES MESURES GENERALES DE PREVENTION Les mesures de prévention à respecter lors de la manipulation de sang et de liquides

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple- un But- une Foi ********************** MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION MEDICALE ********************** DIRECTION DE LA SANTE ********************** DIVISION DE

Plus en détail

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008 Avis de la HAS pour la prise en charge à titre dérogatoire de certaines spécialités pharmaceutiques, produits ou prestations prévue à l article L. 162-17-2-1 LINEZOLIDE (n ayant pas d AMM en pédiatrie

Plus en détail

RUBEOLE ET GROSSESSE

RUBEOLE ET GROSSESSE RUBEOLE ET GROSSESSE diminution de l incidence grâce à la vaccination En 2006: moins de 20 cas séroconversions /an pdt la grossesse 0 cas de rubéole malformative en 2006 en France (vaccination /IMG des

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 octobre 2009 NEISVAC, suspension injectable en seringue pré-remplie Vaccin méningococcique polyosidique du groupe C conjugué seringue pré-remplie 2 aiguilles, B/1

Plus en détail