Bill Gates et les bibliothèques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bill Gates et les bibliothèques"

Transcription

1 Bill Gates et les bibliothèques Contexte Dans l'univers des bibliothèques et des sciences de l'information, le continent Nordaméricain joue un rôle primordial et a une avance considérable sur d'autres parties du monde. Les gigantesques réseaux tels que OCLC, RLIN, WLN ou UTLAS, une bibliothèque tel que la "Library of Congress" ou les recherches en bibliothéconomie au Canada sont les exemples les pus évidents de cette "domination". Dans ce contexte, l'intérêt et l'engagement que montre Bill Gates pour les bibliothèques et l'accès à l'information en général n'est que plus important. Surtout lorsque l'on s'aperçoit qu'il s'intéresse à un domaine parallèle, peut-être moins développé : celui des bibliothèques de plus petites tailles et se trouvant dans des états démunis. Genèse Dans les faits l'arrivée du patron de Microsoft dans le monde des bibliothèques date de C'est à cette date qu'il crée avec son entreprise Microsoft et le soutien de l'"american Library Association" (qui était en plein dans son projet "ALA goal 2000" ayant pour but de promouvoir et de préserver la liberté intellectuelle en apportant notamment des supports à l'accès aux nouvelles technologies de l'information dans les bibliothèques) la "Libraries Online". Cette organisation a pour but d'apporter les technologies de l'information dans les bibliothèques publiques, ainsi qu'une formation aux professionnels pour maîtriser ces nouveaux outils. En deux ans d'activité "Libraries Online" fourni plus de 200 bibliothèques en matériel informatique. Victime de son succès cette organisation se doit d'évoluer notamment en trouvant une assise financière plus solide. C'est ainsi que, le 23 juin 1997, Bill Gates et sa femme créent the"gates Library Foundation" (GLF). Le couple s'engage à apporter 200 millions$ cash auxquels s'ajoutent 200 autres millions$ en équipement informatique fourni par Microsoft. Mission La fondation a pour mission, en partenariat avec les bibliothèques publiques, d'offrir un matériel informatique et l'accès à Internet et à l'information numérique aux citoyens des états défavorisé des Etats-Unis et du Canada. En plus de l'apport des outils informatiques, GLF offre, et c'est un de ses principes de base, la formation aux bibliothécaires qui seront amenés à utiliser ces nouvelles techniques. La fondation pose 4 grands principes : Elle vise les bibliothèques servant des communautés démunies où l'accès à l'information est extrêmement réduit, Elle désire instaurer une collaboration entre la fondation elle-même, les bibliothèques recevantes et les communautés desservies, Ses dons doivent être un catalyseur pour d'autre soutiens financiers de la part du gouvernement, d'entreprises, de fondations ou de privés, Toutes les activités de l'entreprise doivent viser à une assistance financière et technique dans le long terme.

2 Organisation Le président de la fondation n'est pas Bill Gates ; il s'agit de Patty Stonesifer qui occupe néanmoins une place importante chez Microsoft. Il siège également au "Fund for America's Libraries" et à "Amazon.com" (je reviendrai sur cette petite précision qui n'est peut-être pas si anodine qu'elle n'y paraît). Stonesifer est assisté de Richard Akeroyd de la bibliothèque d'etats du Connecticut. Le conseil d'administration comprend le couple Gates ainsi que de nombreux responsables de bibliothèques, de présidents d'association ou encore de professeurs de science de l'information. Ces précisions sont très utiles pour démontrer le sérieux de cette fondation qui ne se borne pas à aligner des dollars mais qui, au contraire, s'attache les service et les conseils des principaux concernés par cette entreprise : les responsables des bibliothèques et les professionnels des sciences de l'information. Motivations Les raisons qui ont amené Bill Gates à créer cette fondation et à aider les bibliothèques sont multiples. Le fondement est la volonté d'apporter l'accès à l'information à tous. Bill Gates affirme que dans un monde régit par l'information, chaque citoyen a un droit majeur et vital de pouvoir accéder à l'information. Mais actuellement le monde est divisé en deux groupes : ceux qui ont accès à cette information et ceux qui ne l'ont pas. Il veut éviter qu'un fossé incomblable se creuse entre ces deux classes. La bibliothèque est l'institution la plus propice à amener cette connaissance à chacun : en effet un don à une bibliothèque touche toute la communauté qu'elle dessert, c'est-à-dire potentiellement tout la population. C'est la principale raison pour laquelle il n'a pas choisi les écoles et surtout les universités. Sans qu'on puisse le prouver, Bill Gates affirme une foi dans les bibliothèques. Il pense que celles-ci sont l'avenir du 21 ème siècle et le lieu propice, l'acteur critique pour la démocratisation de l'accès à l'information. Il affirme également avoir toujours adorer ces lieux et dit avoir dévoré jusqu'à 30 livres pendant ses vacances estivales. On apprend également que sa femme, Melinda, voue la même passion que son mari pour cet univers. De plus, Allen, le principal associé de Gates, est lui-même fils de bibliothécaire et se dit également attirer par les bibliothèques et le livre. Cette foi pour la bibliothèque est aussi vraie pour les livres. A ses détracteurs qui l'accusent de vouloir progressivement tuer le livre en apportant de nouvelles technologies d'information (notamment Internet), Bill Gates répond que le livre n'est pas près de s'éteindre et qu'au contraire il demeure le fondement de l'information. Toutes les bibliothèques, selon ses dires, continueront à enrichir leurs collections de livres et la technologie n'est qu'un nouveau service et ne remplacera jamais l'objet matériel. On peut bien entendu sourire des paroles humanistes de cet homme multimilliardaire ; on peut émettre de nombreux doutes sur son don si généreux ; mais force est de constater que l'homme semble sincère, que l'on décèle peu de critiques à son sujet et que les faits, jusqu'à maintenant, semblent prouver cette honnêteté. Néanmoins je reviendrai sur les critiques émises et sur celles que l'on peut, en théorie, apporter. Formation continue Un des aspects sur lequel la fondation tient grandement est celui de la formation continue des bibliothécaires aux nouvelles technologies apportées par la GLF. Selon

3 Bill Gates, le succès de cette entreprise tient même pour beaucoup à la capacité des professionnels à maîtriser ces nouveaux outils. Ceux-ci sont considérés comme les garants de l'accès à l'information et assument donc un rôle critique. La GLF réalise ses idées et a mis sur pied un système très sérieux de formation. Une autre organisation, sans but lucratif elle aussi, a ainsi été créée : il s'agit du "Technology Resource Institute" (TRI). Cet institut est chargé d'assurer cette formation. Dans les faits cela se traduit par un cours d'au moins un jour entier à toute bibliothèque receveuse. En plus de cela les bibliothèques bénéficient d'un suivi, parfois se traduisant par la visite de Bill Gates en personne ou de sa femme (sur ce point on peut parler de coup de publicité) mais également par la mise en place progressive de groupes d'étudiants d'école en science de l'information, chargés de poursuivre le travail entrepris par le TRI. De plus, chaque bibliothèque a également la possibilité de s'informer au près de la GLF par l'intermédiaire de son site WEB et du courrier électronique. Premiers pas Le premier don de la GLF date du 23 octobre Ce premier bénéficiaire a été l'état d'alabama et plus précisément "The Alabama Public Library Service". Ce choix est hautement symbolique et révèle parfaitement la politique de la GLF : En effet l'alabama est l'un des états les plus pauvres des Etats-Unis. Il paraît donc fort logique que la fondation de Bill Gates l'aide en premier. Néanmoins une critique peut être formulée : il semble bien que Bill Gates ait joué sur ce fait ; en parlant souvent de ce premier don, il a voulu démontrer que son but était bel et bien d'aider les plus démunis. On ne doute pas de ses bonnes volontés mais si elles étaient si réelles il n'avait pas besoin de le répéter quatre fois dans son site Internet. Dans les chiffres l'opération de la GLF a touché 95% des bibliothèques d'alabama. 2.7million$ cash et 1,4 millions$ en matériel informatique ont été répartis entre les 258 bibliothèques receveuses ordinateurs ont été installé et 1000 professionnels ont bénéficié d'une formation. Cette première action semble (les données proviennent en grande partie de la GLF) avoir été une parfaite réussite. L'exemple de Seattle Un autre exemple intéressant (notamment parce qu'il est plus documenté et plus récent) est celui de Seattle. Le 24 novembre 1998, Bill et Melinda Gates annoncent un don de 20 millions$ à la "Seattle Public Library". Dans ce cas le couple n'agit pas à travers la GLF ; il s'agit d'un "don familial". Ce don s'inscrit dans une campagne plus large ("Libraries For All Campaign") n'émanant pas de la GLF. Néanmoins le couple Gates offre une aide inespérée à ce mouvement. L'argent sera utilisé différemment que celui offert par la GLF : 15 millions$ seront consacrés aux bibliothèques de banlieue ("neigborhood"), 4 million$ pour le développement des collections et le dernier million pour des programmes spéciaux. On voit donc qu'il n'y a pas de projet de fourniture de matériel informatique : cela pourrait prouver que Bill Gates ne s'intéresse pas aux bibliothèques pour le simple fait de pouvoir y implanter son matériel informatique. Il semble qu'il s'agisse d'un simple "don philanthropique". Comme on peut s'y attendre la presse locale ne tarit pas d'éloge sur ce geste : on les remercie, on apprend que Bill a toujours eu une grande passion pour les livres et les bibliothèques... Seule une lettre de lecteur remarque que 20 millions pour un milliardaire ne représente absolument rien ; un petit propriétaire paie plus, rien qu'en s'acquittant de ses taxes pour la bibliothèques pendant 25 ans...

4 Arguments défavorables Il paraît évident, à premier abord, que l'entreprise philanthropique de Bill Gates n'est pas totalement innocente. Néanmoins force est de constater que peu de critiques vraiment virulentes surgissent. Je n'ai trouvé aucun article de fond critique sur ce problème. Bien entendu, des bibliothèques recevant des dons se comptabilisant en millions$ ne vont émettre aucune critique sur le généreux donateur ; mais on pouvait s'attendre à plus de réticences des milieux professionnels (association de bibliothèque, école en science de l'information) et des concurrents de Microsoft (tel Netscape). Il n'en demeure pas moins que de nombreuses interrogations se posent sur ce problème : Savoir si Bill Gates n'a pas voulu implanter encore un peu plus ses produits Microsoft par l'intermédiaire de cette fondation est la question qui se pose le plus régulièrement. On restera probablement longtemps méfiant face à cette interrogation ; mais on verra par la suite que, semble-t-il, l'on peut répondre négativement à cette question Les bibliothèques doivent absolument rester indépendantes par rapport aux dons de la GLF. Elles ne doivent pas se laisser couver par cette dernière, en se disant que leurs problèmes financiers ou technologiques sont ainsi résolus. Elles doivent être capables de discerner leurs besoins, de savoir ce qui est bon pour elles de ce qui ne l'est pas (une bibliothèque ne doit pas accepter un matériel informatique dont elle n'a pas besoin ; l'accès à Internet, même s'il est totalement offert par la GLF doit néanmoins être réfléchi...) : la bibliothèque doit choisir elle-même et non pas se faire imposer des choix. Un don réparti, par exemple, entre 80% de matériel informatique et 20% cash peut être dangereux : la bibliothèque pourrait devenir un satellite d'une entreprise comme Microsoft en dépendant de ses produits. Un exemple anodin peut démontrer les effets néfastes que pourraient avoir la"générosité" de Bill Gates : de passage en Suisse en octobre 1997, la patron de Microsoft se fait remarquer en offrant aux établissements scolaires 5000 licences de Windows 95 et d'internet Explorer ainsi que les heures de formation nécessaire à 600 enseignants suisses. Dans les faits, une année plus tard, 150 ordinateurs ont été équipés... Mais pour Microsoft les retombées publicitaires de cette opération, dans un milieu où Macintosh était encore bien présent, ne sont pas négligeables... Bill Gates, en tant que milliardaire et surtout homme le plus riche de le planète, se doit de se plier à un concept à la mode : la philanthropie. Pour les Américains, la charité est une véritable institution, d'autant plus lorsque l'on est richissime. Un milliardaire se doit de donner et de bien donner. On en arrive à des extrêmes où l'on établi des classements des "généreux donateurs" (Bill Gates ne pointe qu'en quatrième position!) et où l'on organise des ateliers de philanthropie. Dans ce contexte là, on a reproché à M. Microsoft de ne pas assez s'investir. D'où ses dons aux bibliothèques? Cette critique est bien trop facile mais il faut reconnaître que Bill Gates et ses camarades milliardaires se doivent d'être philanthropes même s'ils ne le sont absolument pas. J'ai déjà mentionné que Patty Stonesifer, président de la GLF, siège également chez Amazon.com. Détail qui est digne d'intérêt quand l'on connaît le poids que pèse cette institution dans la balance des librairies virtuelles et du commerce du livre sur Internet. Bien entendu, il ne s'agit que de spéculations et celles-ci peuvent aller bon train. Aucune information ne laisse présager qu'amazon.com vienne prendre une quelconque importance dans le projet de Bill Gates. On peut néanmoins "s'amuser" à prévoir un scénario catastrophe : toutes les bibliothèques américaines sont équipées de produits informatiques Microsoft : elles naviguent sur le Web avec Internet

5 Explorer et ne peuvent faire leur commande que par la librairie géante qu'est Amazon.com. Projection certes simpliste mais qui démontre le pire travers dans lequel les bibliothèques pourraient tomber. Enfin, argument qui semble être de piètre valeur mais qui est néanmoins véridique : 200 millions$ ne représente qu'une miette infime pour un homme qui vaut 60 milliards$ : Bill Gates pourrait donner beaucoup plus. Une dernière remarque : de prime abord aucun parallèle n'est fait entre cette "opération philanthropique" et le procès intenté contre Bill Gates. Dans le cas des bibliothèques, on ne semble pas reprocher au patron de Microsoft de vouloir s'octroyer un nouveau monopole : il semble n'y avoir aucun lien entre ces deux événements... Peut-être l'avenir prouvera-t-il le contraire! Arguments favorables Ces doutes sont réels mais il faut avouer (avec regret pour les personnes qui espéraient qu'on puisse détruire d'un bloc les ambitions philanthropiques de Gates) que la plupart de ceux-ci peuvent être éclaircis si ce n'est même effacés. Le souci majeur était donc la peur que les produits Microsoft accentuent encore leur monopole en s'implantant dans les bibliothèques. Cette crainte ne semble pas fondée. En effet la GLF assure que les bibliothèques peuvent travailler avec les logiciels et les programmes qu'elles désirent et que celles-ci sont les plus à-même de choisir le matériel approprié pour leur usager. La GLF affirme collaborer avec des bibliothèques qui n'utilisent pas des produits Microsoft. Certes ces précisions proviennent a nouveau de la fondation elle-même mais on ne sait pas quelle raison elle aurait à fausser les pistes. Il semble donc bel et bien que Bill Gates et Microsoft ne joue pas un rôle "impérialiste" dans cette entreprise. La fondation peut se targuer d'une organisation efficace et sérieuse. Le fait qu'elle apporte une formation aux bibliothécaires et qu'elle ne se contente pas simplement d'amener des fonds augmente sa crédibilité. Si la GLF tient à ce que les professionnels de l'information s'approprient ces nouveaux outils informatiques, c'est bien parce qu'elle reconnaît que cette tâche leur revient ; elle fournit ainsi la preuve qu'elle ne désire pas s'implanter définitivement dans ce milieu. La GLF tient les bibliothécaires en haute estime et leur octroie un rôle très important et critique ; celui de gérer les nouvelles technologies et de les diffuser à leurs usagers. Si les professionnels de l'information se montrent critiques et gardent leur autonomie, ils retireront d'énormes avantages des actions de la GLF tant du point de vue personnel que de celui de l'offre qu'il pourront présenter à leurs utilisateurs. On a déjà mentionné la passion pour les bibliothèques et les livres qui semble animer Bill Gates. On peut bien entendu croire qu'il s'agit d'un discours démagogique de l'homme en vue d'effacer toutes critiques qu'on aurait pu lui lancer : mais il semble sincère et aucun élément ne peut réellement mettre en doute ses propos. Par son don aux bibliothèques publiques d'etats défavorisés, Bill Gates a également innové. Auparavant les dons allaient plutôt à des institutions riches, tels ces professeurs à la retraite offrant de coquettes sommes à leur ancienne faculté. Gates vise les réels besoins c'est-à-dire les bibliothèques desservant des communautés démunies qui n'avaient presque pas accès aux technologies de l'information (notamment Internet). La GLF s'impose également par le sérieux de son organisation. Sa naissance, sa mission, ses principes, ses initiatives, ses moyens ou encore ses buts sont clairement définis sur son site Web. Sa direction et son conseil d'administration

6 démontrent également que la GLF s'est associée avec des personnes représentant le monde des bibliothèques et de l'information. La GLF a su également garder le contact que la "Libraries Online" avait noué avec ALA. Cette collaboration est très importante et crédibilise encore une fois la fondation de Bill Gates. Ce dernier a voulu s'associer avec l'association des bibliothèques américaines qui est l'organe mère de ce milieu. Cette stratégie est certainement la bonne et prouve que Bill Gates n'a pas voulu s'aventurer seul dans un monde qu'il ne pouvait maîtriser. Cette collaboration assoit dans le long terme l'organisation de la fondation du patron de Microsoft et lui offre également une assurance. La GLF, dès sa naissance n'a pas voulu se poser en adversaire des bibliothèques ou de l'état (qui assure les budgets aux bibliothèques) mais en collaborateur. Il ne désire pas s'implanter définitivement dans ce milieu mais plutôt montrer une voie que d'autres pourront suivre. La crédibilité de la GLF provient aussi de son association avec TRI. La première assure la sélection des bibliothèques répondant aux normes fixées par la fondation, le versement des dons et du matériel informatique et son installation, tandis que la seconde gère toute l'étape suivante, c'est-à-dire la formation, l'aide et le suivi. Ces deux parties ont une importance identique : tout l'apport de la GLF en fond cash ou en matériel informatique ne servirait à rien sans le soutien de TRI. Bill Gates montre ici une réelle intelligence face à ce problème : beaucoup se seraient probablement contenté de verser des millions aux bibliothèques sans se soucier de l'utilisation qui en aurait été faite. Bill Gates n'apporte pas de dons démesurés (par rapport à sa fortune) mais sait probablement bien les gérer. Il est fort probable qu'une bibliothèque recevant 1 million avec la formation et le suivi qu'apporte une organisation telle que TRI profite beaucoup plus de cet apport qu'une bibliothèque se voyant offrir 5 millions cash qu'elle devra gérer toute seule. Dernière remarque en faveur de l'entreprise que mène Bill Gates pour les bibliothèques : je n'ai trouvé aucun article de fond critiquant concrètement le soutien qu'apporte la GLF aux bibliothèques ; seules quelques mises en garde contre les dangers que pourraient représenter une arrivée massive et un monopole des produits Microsoft dans le monde de l'information se greffent en quelques lignes dans les articles. Sinon les bibliothécaires, les professionnels du domaine sont plutôt enthousiastes au soutien que leur apporte la Fondation du multimilliardaire. Conclusion et perspectives S' il est nécessaire d'avoir un regard critique et de ne pas jubiler face aux dons importants offerts par Bill Gates et Microsoft (même si ceux-ci paraissent être gratuits, il faut toujours songer à la puissance et au monopole que détient l'homme dans le monde de l'information et de l'informatique), le point qu'il sera important de retenir est le profit que les bibliothèques nord-américaines en retireront. De plus, les dons de la GLF en appellent d'autres et il est fort probable que dans un avenir proche les bibliothèques reçoivent d'autres apports financiers de la part d'entreprises ou de privés. Les gagnants de cette opération seront de toute manière les bibliothèques. L'Europe qui ne bénéficie pas encore de ce genre de soutien a tout intérêt à s'intéresser voire même à suivre la voie du continent nord-américain. Ce dernier possède, en effet, une grande avance dans le vaste champs de l'information : tant les Etats-Unis pour leur gigantesques réseaux et leurs bibliothèques que le Canada pour sa culture reconnue des sciences de l'information sont incontestablement les leaders et les partenaires incontournables du monde de l'information.

7 Le travail d'une fondation comme la GLF (même si celle-ci se veut une organisation sans but lucratif) prouve encore une nouvelle tendance : l'information, et par lamême les bibliothèques, est une source de profit et se monnaie. Bill Gates l'a très bien compris et, par l'intermédiaire de sa fondation, s'implante encore plus dans l'univers de l'information. Il serait important que, rapidement, d'autres "mécènes", intéressés et connaisseurs de bibliothèques, lui emboîtent le pas, sans quoi Mister Microsoft pourrait une nouvelle fois se retrouver en position de monopole. L'œuvre de la GLF peut être considérée comme un exemple et comme un défi pour les bibliothèques : ces dernières se doivent de trouver une alternative au financement traditionnel étatique et celle-ci pourrait être le secteur privé. Le véritable enjeu pour les bibliothèques sera d'accepter ce genre d'apport tout en gardant leur autonomie. Elles peuvent profiter de la puissance du secteur économique mais à aucun moment ne doivent perdre leur identité culturelle pour devenir un satellite d'une grande entreprise ou le musée d'un mécène. Nicolas Derron.

8

PLAN D'ACTION 2009-2010

PLAN D'ACTION 2009-2010 PLAN D'ACTION 2009-2010 Adopté par le conseil d administration, le 21 septembre 2009 - 2 - INTRODUCTION En 2009-2010, une des actions à mener en priorité sera de poursuivre la sollicitation des entreprises

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

Une question fondamentale est "que faire avec les données massives". Il ne s'agit pas simplement de se dire "nous avons beaucoup de données, faisons

Une question fondamentale est que faire avec les données massives. Il ne s'agit pas simplement de se dire nous avons beaucoup de données, faisons 1 Le terme "big data" est très à la mode et naturellement un terme si générique est galvaudé. Beaucoup de promesses sont faites, et l'enthousiasme pour la nouveauté technologique et pour les nouvelles

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS BUREAU DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

UNE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION

UNE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION UNE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION OFFRE ADHESION MEMBRE KARMAGE 50% 30% 10% 100% Qu est-ce que le PRO BONO? QUI-EST KARMAGE? QU EST-CE QU AD GRANTS? NOTRE SERVICE PRO BONO Apporter ses compétences

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture».

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture». Eléments pour une politique en faveur du livre et de la lecture Par Aurélie Filippetti, députée de Moselle, responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l équipe de campagne de François Hollande.

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Dernières mises à jour : aout 2014 Personnel et confidentiel Ce document contient des renseignements confidentiels et exclusifs, ainsi

Plus en détail

RAPPORT # 2 GUIDE PRATIQUE POUR L'ENVOI DE E-MAIL EN VOLUME SUR INTERNET

RAPPORT # 2 GUIDE PRATIQUE POUR L'ENVOI DE E-MAIL EN VOLUME SUR INTERNET RAPPORT # 2 GUIDE PRATIQUE POUR L'ENVOI DE E-MAIL EN VOLUME SUR INTERNET Le but de ce rapport est de vous procurer une information valable pour vous assister dans le Marketing à paliers multiples en utilisant

Plus en détail

Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96

Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96 Impôt fédéral direct Période fiscale 1995/96 ADMINISTRATION FEDERALE Berne, le 8 juillet 1994 DES CONTRIBUTIONS Division principale de l'impôt fédéral direct Aux administrations cantonales de l'impôt fédéral

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

PEWDIEPIE : UN RÊVE ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS

PEWDIEPIE : UN RÊVE ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS Se connecter ÉMISSIONS DOSSIERS CHRONIQUES GRATUITS FORUMS VITE-DIT Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d être signalés. Si nécessaire, ils feront

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

Fonctions pour la France

Fonctions pour la France Fonctions pour la France Microsoft Corporation Publié : novembre 2006 Microsoft Dynamics est une ligne de solutions de gestion d'entreprise intégrées et adaptables qui vous permet, ainsi qu'à vos employés,

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions

Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Transfert d'un contrat d'assurance-vie à une société par actions Avril 2014 Lorsqu'une société par actions a besoin d'assurance-vie sur la tête d'un actionnaire qui a un lien de dépendance avec la société,

Plus en détail

SOUTIEN INFORMATIQUE DEP 5229

SOUTIEN INFORMATIQUE DEP 5229 SOUTIEN INFORMATIQUE DEP 5229 Le Diplôme d études professionnelles D.E.P. en soutien informatique a une durée totale de 1800 heures à temps plein. Le programme permet de développer les compétences nécessaires

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

FRA 4061-3 COMPRÉHENSION EN LECTURE. La chirurgie au laser. Octobre 2008 Stéphane Rose, centre LeMoyne-D Iberville

FRA 4061-3 COMPRÉHENSION EN LECTURE. La chirurgie au laser. Octobre 2008 Stéphane Rose, centre LeMoyne-D Iberville FRA 4061-3 COMPRÉHENSION EN LECTURE La chirurgie au laser Octobre 2008 Stéphane Rose, centre LeMoyne-D Iberville Français 4061 - Compréhension en lecture La chirurgie au laser 2 Consignes Il est fortement

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

Associations en France

Associations en France Associations en France 1) Association de loi 1901 1.1) Idées reçues Contrairement à ce qu'on entend souvent : une association peut se composer de deux personnes seulement ; une association n'est pas nécessairement

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

PUBLIER, C EST RESTER Revue du 15 Mai 2013

PUBLIER, C EST RESTER Revue du 15 Mai 2013 REVUE DE PRESSE + FACEBOOK TWITTER SNAPCHAT ET LES AUTRES PUBLIER, C EST RESTER Revue du 15 Mai 2013 SUJETS 2 Ceux qui quittent Facebook Facebook : développement d applications Facebook et Instagram :

Plus en détail

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom :

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom : 3. Projet de lecture Médias : Fait ou fiction? Français 30-2 Cahier de l élève Nom : Fait ou fiction? DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire un texte qui traite de la validité de l information en ligne pour

Plus en détail

Le Québec, terre de traduction

Le Québec, terre de traduction Le Québec, terre de traduction S il est un endroit au monde où les traducteurs ont un marché établi, c est bien le Canada. Et le Québec, au sein du Canada, jouit d une situation encore plus privilégiée.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

1. Mon assurance n'offre pas de "petite complémentaire" couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire?

1. Mon assurance n'offre pas de petite complémentaire couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire? Service dentaire scolaire mis en vigueur au 1 er avril 2007 Questions fréquentes 1. Pas d'assurance complémentaire, que faire? 2. Calcul de la réduction pour enfant à charge (pour l'année transitoire 2007)

Plus en détail

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3

Les fusées Ariane. Par Jennifer MOULLET, 3 3 Les fusées Ariane Par Jennifer MOULLET, 3 3 Sommaire: I) le contexte A: recommencer après un échec B: de nombreux enjeux internationaux et un grand succès II) présentation des fusées A: Généralités B:

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

L objet publicitaire en France : Perception et impact

L objet publicitaire en France : Perception et impact L objet publicitaire en France : Perception et impact critères du panel interrogé type de questions date de l'étude juin-11 quels sont les objets publicitaires en votre possession? durée de l'enquête 9

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 4.7 Régimes de retraite, REER et REEE Compétence Législative Paragraphe 7 (3) de la Loi. Paragraphe 14 (1), article 15.1, paragraphe 17 (2), articles 32, 38,39,

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

Questions d'ordre général

Questions d'ordre général Conclusion de la transaction entre RBC Assurances et UnumProvident Questions et réponses à l intention des distributeurs individuels de RBC Assurances Mai 2004 Questions d'ordre général 1. Pourquoi avez-vous

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse par Robert Wyss, SWX Swiss Exchange Auprès des bourses internationales, l'euphorie de la dernière décennie a disparu et les participants

Plus en détail

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX

Résumé de l étude. Citoyenneté et participation. Les motivations à participer TABLEAU - PRINCIPALES MOTIVATIONS À PARTICIPER AUX Table des matières Recherche et rédaction Rock Beaudet Frédéric Lapointe de Asynchrolab Comité de suivi de l étude Steve Francoeur Nicolas Fournier Julie Richard Niki Messas Coordination Caroline Rioux

Plus en détail

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010

«Mieux communiquer. avec internet» Rentrée 2010. Intervenants. Jeudi 16 septembre 2010 Jeudi 16 septembre 2010 Rentrée 2010 «Mieux communiquer avec internet» Intervenants Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication Maître Frédéric Bourguet, Cabinet

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val

Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Notr'Canard Bulletin d'information de la Confrérie St Hubert du Grand-Val Chers amis de la Confrérie St Hubert du Grand-Val, L'été de cette année aurait été plus propice à observer des limaces et des escargots

Plus en détail

Anaplan facilite la planification stratégique des effectifs dans une société de cloud computing en pleine expansion. Introduction. Cas d'usage.

Anaplan facilite la planification stratégique des effectifs dans une société de cloud computing en pleine expansion. Introduction. Cas d'usage. Cas d'usage Planification des effectifs Défi Dépendance àvis à vis de l'informatique pour la fédération de données de toute l'organisation Les demandes d'évolution prennent trop de temps. La gestion de

Plus en détail

I. Site rentable ou non?

I. Site rentable ou non? Les aspects fiinanciiers d un siite IInternet I. Site rentable ou non? A. Raisonnement en terme de budget B. Raisonnement en terme de rentabilité II. Les différents coûts A. Coûts visibles B. Cachés III.

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0)

Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0) Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0) Page 1/27 Table des matières 1.L'hébergement mutualisé c'est quoi?...3 2.Quel hébergeur choisir?...4 3.Louer un hébergement mutualisé chez OVH...4

Plus en détail

Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche de personnes handicapées

Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche de personnes handicapées CONFERENCE DES ORGANISATIONS FAITIERES DE L'AIDE PRIVEE AUX HANDICAPÉS Bürglistrasse 11 8002 Zurich Téléphone 01/201 58 26 Téléfax 01/202 23 77 DOK Mesures visant à inciter les employeurs à l'embauche

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Le divorce est à ce jour le seul moyen permettant d instruire la fin juridique des relations entre deux individus mariés. Ces dernières années, la banalisation

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Comme beaucoup de personnes, j'ai voulu récupérer les notices de mon ancien logiciel de gestion de bibliothèque. Vu qu'il ne prévoyait pas

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

La recherche sur Internet Table des matières

La recherche sur Internet Table des matières La recherche sur Internet Table des matières 1- Internet est comme une bibliothèque publique... 2 Comment on utilise une bibliothèque ordinaire...2 L'Internet n'est pas une bibliothèque ordinaire...2 Synthèse...2

Plus en détail

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après

00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24. Demandeur. Entreprise. réclamée. Elle lui confirme que La Capitale, Compagnie d assurance générale (ci-après 00 02 23 DENIS THIBAULT 00 02 24 Demandeur c. LA CAPITALE, COMPAGNIE D'ASSURANCE GENERALE Entreprise OBJET DU LITIGE L'entreprise a transmis au demandeur une copie intégrale du dossier qu'il a réclamée.

Plus en détail

Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information

Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information Fiche de l'awt La newsletter ou lettre d'information La newsletter (ou lettre d'information) est sans conteste l'un des outils de promotion de sites web les plus en vue. Encore faut-il en faire le meilleur

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

Référence client ELO Wilhelm Huber & Söhne GmbH & Co KG

Référence client ELO Wilhelm Huber & Söhne GmbH & Co KG Référence client ELO Wilhelm Huber & Söhne GmbH & Co KG Des processus automatisés, ça sonne bien Wilhelm Huber & Söhne (WHD) mise sur une gestion de processus adaptée harmonieuse avec ELOprofessional.

Plus en détail

" Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication... " Intervenants. Mercredi 16 juin 2010

 Internet : Comment communiquer? Visibilité, Promotion, Communication...  Intervenants. Mercredi 16 juin 2010 Mercredi 16 juin 2010 " Internet : Comment communiquer? Intervenants Visibilité, Promotion, Communication... " Olivier Cartieri, Animateur, Conseil Technologies de l Information et de la Communication

Plus en détail

Les formats de la publicité en ligne

Les formats de la publicité en ligne INTRODUCTION Internet, une valeur sûre dans le mix-média L'intégration d'internet dans une stratégie média est quelque chose d'irréversible. Le site web de l'entv est là pour vous permettre d'accroître

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

L'ÉCOLE OUVERTE DE L'INTERNET

L'ÉCOLE OUVERTE DE L'INTERNET 49 Laurent CHEMLA, Yves POTIN L'association École Ouverte de l'internet a été créée pour promouvoir l'internet citoyen et coopératif. Nous voulons, par la formation, qu'un outil appelé à prendre de plus

Plus en détail

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN 81 I) UNE ENTAME DE TYPE "SOCIAL" : LE BUREAU DE POSTE Le bureau de poste de St Herblain Preux est récent. La classe de CM de l'école proche ("Les Crépinais") pouvait y découvrir divers aspects de l'informatique

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Petits déjeuners de promotion de la santé Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Intervenant : M. Valéry Bezençon, Professeur de marketing et directeur de l'institut de l'entreprise,

Plus en détail

Baromètre de la Confiance - Vague 7

Baromètre de la Confiance - Vague 7 Rapport de résultats 1 er octobre 2014 1 Présentation de l étude Fiche technique Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Echantillon national de 1020 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

Installer une imprimante réseau.

Installer une imprimante réseau. Installer une imprimante réseau. Préambule Vous êtes nombreux à demander de l'aide, une documentation (1) plus précise afin de savoir installer correctement et seuls une imprimante réseau. Le prix des

Plus en détail

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation Pour repenser son organisation au sortir d'un plan de départs volontaires, l'industriel SEPR a "osé" solliciter la participation de ses salariés. Avec succès. Réflexions de Pierre Casadei, Directeur des

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail