Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016"

Transcription

1 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes

2 plan Cancers des voies excrétrices: TEP-FDG Cancers du rein: TEP-FDG Tumeur testiculaire (séminome): TEP-FDG Cancers de la prostate: TEP-F-choline

3 La particularité des traceurs TEP disponibles (FDG, F-Choline) sont des traceurs qui s éliminent dans les urines à l origine d une gêne à la visualisation des tumeurs du rein, des voies excrétrices (bassinet uretère et vessie) et de la prostate Nécessité d administrer un diurétique

4 plan Cancers des voies excrétrices: TEP-FDG Cancers du rein: TEP-FDG Tumeur testiculaire (séminome) Cancers de la prostate: TEP-F-choline

5 Ce sont des tumeurs en général à forte captation FDG Soudra et al World J Urol 2016 (méta analyse) Diurétique: contraste tumeur détection pré opératoire des N+ Sensibilité de 56 à 78% Spécificité de 94 à 100% Détection des M+ Sensibilité 100% Impact clinique de la TEP-FDG: modéré Cancer localement avancé en initial, après décision de RCP : recherche M+ Intérêt dans la rechute

6 Femme de 75 ans Bilan d extension pré thérapeutique d une tumeur de l urêtre et du plancher vésical Importance de l injection d un diurétique pour visualiser la tumeur Recherche d adénopathies et de métastases: négative

7 Carcinome urothélial du haut appareil Métastases ganglionnaires rétropéritonéales et sus clavières Métastase pulmonaire

8 plan Cancers des voies excrétrices: TEP-FDG Cancers du rein: TEP-FDG Tumeur testiculaire (séminome) Cancers de la prostate: TEP-F-choline

9 Les différents type histologiques présentent une captation très variable pour le FDG, de l isofixation à l hyperfixation Même en cas d hypermétabolisme tumoral, l élimination urinaire du FDG peut interférer et géner la visualisation de la tumeur primitive Les métastases captent le FDG TEP > scintigraphie osseuse pour les M+ lytiques

10 Indications = options Si doute sur l imagerie conventionnelle Après discussion RCP Recherche de métastases +++ Lors de l évaluation thérapeutique par les thérapies ciblées TEP-FDG reste l examen le plus sensible pour détecter des métastases (Gofrit et al J.Urol 2016: méta-anlyse) Intérêt pour orienter une biopsie

11 Découverte fortuite d une tumeur du pôle inférieur du rein gauche au cours de l évaluation d un traitement pour lymphome

12 Évaluation thérapie ciblée: Néphrectomie droite pour carcinome à cellules claires, grade 2 Fuhrmann Récidive tumorale sur rein controlatéral Volumineuse tumeur rénale gauche sans hypermétabolisme FDG

13 plan Cancers des voies excrétrices: TEP-FDG Cancers du rein: TEP-FDG Tumeur germinale testiculaire (séminome) Cancers de la prostate: TEP-F-choline

14 Séminome stade IIB (ganglions 2 cm) et stade élevé : TEP FDG optionnelle Les adénopathies captent fortement le FDG Évaluation des masses résiduelles après chimiothérapie si Résidus tumoraux > 3 cm résection chirurgicale. Possibilité de Pet-Scan pour les tumeurs > 3 cm. si TEP-FDG positive: chirurgie ou radiothérapie, Si TEP-FDG négative surveillance proposée. Recherche de métastases

15 Séminome testiculaire: évaluation post chimiothérapie des masses résiduelles

16 plan Cancers des voies excrétrices: TEP-FDG Cancers du rein: TEP-FDG Tumeur testiculaire (séminome) Cancers de la prostate: TEP-F-choline

17 1. Évaluation initiale avant traitement curatif des patients à haut risque Pas de recommandation, mais un consensus TEP-18F-choline: à réserver aux patients Cancer localisé ; Espérance de vie élevée En intention de traitement curatif Et à haut risque métastatique, afin de planifier un traitement approprié (décision de RCP) 17

18 Évaluation du N Le gold standard du staging ganglionnaire reste la lymphadénectomie Patient Ganglion Sensibilité poolée % 41,5-56 % Spécificité poolée 82,5 97,5 % % Revue de littérature Faible sensibilité Haute spécificité Détecte les N+ hors curage VPP % 50-94,5 % VPN % % La sensibilité de la TEP avec la prévalence de N+ Evangelista L, et al. Eur Urol. 2013; Challapalli A et al Nucl Med Comm 2014; Chang JH et al Int J Radiat Oncol Biol Phys 2015; Pinaquy JB et al The Prostate 2015; Hegemann NS et al Radiat Oncol

19 Évaluation du M+ Détection des métastases osseuses, viscérales Si PSA > 20ng/ml: scintigraphie osseuse Si PSA < 20 ng/ml : TEP-Choline Plus sensible et plus spécifique que scintigraphie osseuse Détecte des métastases osseuses méconnues infraradiologiques et non vues en scintigraphie Beheshti M, Langsteger W. Eur J Nucl Med Mol Imaging. 2012;39(5):910-1

20 TEP-choline : T4 N+ M+ (os) PSA = 8,5 ng/ml; Score 8 sur les biopsies; T3b en IRM + ADP iliaque externe Scintigraphie osseuse planaire normale 20

21 2. Récidive biologique But : proposer un traitement de rattrapage approprié d une récidive locale ou éventuellement d une récidive métastatique isolée

22 Cinétique du PSA (rechute si PSA > 0,2 ng/ml) PET (detection rate (%) PASdt<2 2<PASdt<4 4<PASdt<6 PASdt>6 PASdt (mg) Positive C-11 choline PET/CT (%) PASdt<1 ng/ml/y 1 ng/ml/y<pasav<2 ng/ml/y PASdt>2 ng/ml/y Castellucci 2009 Temps doublement Giovacchini 2012 Vélocité PSA Temps de doublement TEP pos en % > 6 mois 50 % 6 mois 84 % Schillaci 2012 Prostatectomie seuil PSA < 2 ng/ml Temps de doublement TEP pos % Global 21 % (15 % N+ et 9 % loge) > 6 mois 12 % < 6 mois 50 % Giovacchini 2013 Prostatectomie seuil PSA < 1,5 ng/ml TEP performant pour PSA 2 ng/ml si cinétique rapide (temps de doublement < 6 mois et/ou vélocité < 1 ng/ml/an) Castellucci P, et al. J Nucl Med. 2009;50(9): Giovacchini G, et al. Clin Nucl Med. 2012;37(4): Schillaci O, et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging. 2012;39(4):

23 TEP-choline et rechute Examen le plus performant et recommandé en 1 re intention (NCCN 2014) pour le diagnostic de Rechute métastatique Rechute locorégionale pelvienne L association TEP-choline/IRM donne les meilleurs résultats pour le diagnostic de rechute locale Impact du score de Gleason au diagnostic Si SG 7 et PSA < 1ng/ml: TEP pos 50 Indépendamment de la cinétique du PSA Cimitan et al JNM

24 Prostatectomie : rechute biologique Phase dynamique Précoce post IV Récidive locale isolée au niveau de la loge de prostatectomie en latéral postérieur droit 24

25 Radiothérapie: rechute biologique PSA = 0,7 ng/ml Apex Base Récidive isolée lobe droit 25

26 Récidive biologique temps doublement > 1 an Fixation ganglionnaire de la graisse pararectale gauche isolée (6mm) 26

27 Merci de votre attention

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ plan Les techniques d imagerie en médecine nucléaire et les traceurs Les indications

Plus en détail

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix

Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Dr Alexis HUGENTOBLER Médecin Nucléaire Hôpital Privé de la Louvière Lille NordTEP - Lille TEP de l Union- Roubaix Oncomel le 2 juillet 2014 Indication AMM : - Recherche de maladie résiduelle : Diminution

Plus en détail

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon

TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE. Médecine Nucléaire Hôpital Tenon TEP A LA FLUOROMETHYLCHOLINE -(18F) ET CANCER DE LA PROSTATE Médecine Nucléaire Hôpital Tenon FDG ET CANCER DE LA PROSTATE Utilisation non recommandée: Faible activité glycolytique de ce cancer Forte excrétion

Plus en détail

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie?

Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Cancer de la prostate oligométastatique Quelle imagerie? Les Incontournables en Cancérologie Mardi 8 Novembre 2016 Dr Pierre-Yves BRARD Centre Hospitalier Métropole Savoie Cancer de prostate oligo-métastatique

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire

La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire La TEP et L IRM dans le suivi de la chimiothérapie néoadjuvante du cancer du sein et l indication opératoire Protocole AOR 02072 P020907 Investigateur principal : Pr Jean-Noël TALBOT, Hôpital Tenon Etude

Plus en détail

Médecine Nucléaire et cancer de prostate. Les attentes du chirurgien urologue

Médecine Nucléaire et cancer de prostate. Les attentes du chirurgien urologue Médecine Nucléaire et cancer de prostate Les attentes du chirurgien urologue ACOMEN- LYON le 25 Novembre 2016 Dr Gilles Pasticier Objectifs et moyens Objectifs: - Importance de l atteinte prostatique -

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP-FDG et cancer colorectal. F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP-FDG et cancer colorectal F. Montravers, D. Grahek, K. Kerrou, F. Gutman, J.N. Talbot Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Glucose 6 phosphatase FDG FDG FDG 6 phosphate hexokinase Glucose

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES Elise Zareski, Service de Radiologie, Gustave Roussy Corinne Balleyguier, Philippe Morice, Sébastien Gouy, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Catherine Lhommé,

Plus en détail

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Suivi du cancer de la Prostate Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Cas clinique Surveillance Post Opératoire Mr L Georges, 52 ans ATCD HTA, reflux gastro-oesophagien ATCD familiaux cancers mammaires

Plus en détail

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue

Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue Diagnostic du cancer de prostate et de sa récidive Le point de vue du radiologue O. Rouvière Service d imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon Plan 1. Détection du cancer avant biopsie

Plus en détail

Cancer prostatique : Etat des lieux

Cancer prostatique : Etat des lieux Cancer prostatique : Etat des lieux - Epidémiologie en quelques chiffres - Dépistage - Diagnostic - Nouvelles données thérapeutiques - Chirurgie avec assistance robotique EPU B Dr B. DUQUESNOY Dr F. OLIVIER

Plus en détail

La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité

La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité Le rôle crucial des imageurs dans la prise en charge du cancer prostatique La TEP Choline aujourd hui Indications, Résultats, Accessibilité Mais d autres traceurs arrivent et d autres orientations émergent

Plus en détail

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI

Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI Le cancer de la prostate à haut risque : les controverses de la prise en charge M.HAROUNI/ K.CHETTIBI AAU, Hôtel El Auras si 13 Décembre 2014 Pourquoi le cancer de la prostate à haut risque est sujet à

Plus en détail

Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive. Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017

Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive. Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017 68 Ga-PSMA TEP/TDM dans les cancers prostatiques: Du bilan d extension initial à la récidive Maëlle LE THIEC, ICO Nantes SMNO, 24/06/2017 Cancer prostatique: le plus fréquent chez l homme Récidive après

Plus en détail

Tumeur Testiculaire Version / 2005

Tumeur Testiculaire Version / 2005 Tumeur Testiculaire I Diagnostic et bilan αfp, β HCG, HCG, LDH. Scanner thoraco-abdomino-pelvien. Scanner cérébral : pronostic intermédiaire et mauvais pronostic et/ou signe clinique. Scintigraphie osseuse

Plus en détail

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016

TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 TEP/TDM PSMA-11 et adénocarcinome prostatique Apramen 10/2016 Jean-Noël Talbot, Mathieu Gauthé, Valérie Nataf, Jean-Baptiste Debry, Laura Rozenblum Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP &UPMC 1 Cas

Plus en détail

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE TURSAC AVRIL 2006 ANDRAU PIERRE CHU TOULOUSE DONNEES TECHNIQUES DONNEES TECHNIQUES(1) Examen scintigraphique. Imagerie fonctionnelle. Basée sur la fonction

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Traitement du cancer de prostate. Enquête OPEPS Cette enquête de pratiques est réalisée dans le cadre de l évaluation OPEPS (Office Parlementaire d Evaluation des Politiques de Santé). Son objectif est

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment?

EPIDEMIOLOGIE. Soirée Robot Chirurgical Les PSA. Cancer prostatique : Etat des lieux QUESTIONS. Cancer de la prostate : - Faut-il dépister? - Comment? EPIDEMIOLOGIE Soirée Robot Chirurgical Les PSA 27 mai 2011 Expert: Dr François Olivier et Dr Jorge Villamizar Formateur: Dr Dominique Dupuis -EPU Amiens Sud: Association de formation médicale -Loi du 1

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire

Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire Le Cancer de Prostate Bilan initial et récidive en Imagerie TEMP et TEP: Le point de vue du médecin nucléaire JM RAMACKERS O MIGNECO Imagerie Nucléaire de l Ouest Lyonnais et de l Ain Médecine Nucléaire

Plus en détail

FLIP-FLOPS FLOPS. Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M CRLCC René Huguenin, Saint Cloud. APRAMEN 8 avril 2008

FLIP-FLOPS FLOPS. Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M CRLCC René Huguenin, Saint Cloud. APRAMEN 8 avril 2008 FLIP-FLOPS FLOPS APRAMEN 8 avril 2008 Nina Mortazavi, Interne Service de Médecine M Nucléaire CRLCC René Huguenin, Saint Cloud A propos de deux cas cliniques Cas n 1n Monsieur C.M Homme 68 ans, pas d ATCDd

Plus en détail

Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi

Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi Cas Cliniques Pr Françoise Montravers, Dr Rachida Lebtahi Cas 1 Suspicion d atteinte résiduelle deux mois après résection d une tumeur carcinoïde du grêle en raison de la persistance d une élévation de

Plus en détail

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE Fiche tumeur gynécologique Adénocarcinome de l ENDOMETRE FIGO IA G123 tumeur limitée à l endomètre IB G123 invasion du myomètre inférieur à 50% IC G123 invasion du myomètre supérieur à 50% IIA G123 invasion

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY

Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions. Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Tumeurs de la verge : conduite à tenir vis-à-vis des ganglions Pr Eric HUYGHE Dr Boris DELAUNAY + Introduction Cancer du pénis = rare Incidence : 1/100 000 hommes en Europe Pic de fréquence entre 60-70

Plus en détail

TEP et cancers digestifs

TEP et cancers digestifs TEP et cancers digestifs TEP-TDM Un radiotraceur : 18FDG 18FCHOLINE 18FDOPA Imagerie hybride ONCOMEL 22 mars 2016 TEP-TDM Un radiotraceur : 18 FDG Glycémie 18 FCHOLINE => membrane cellulaire 18 FDOPA SUV

Plus en détail

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Intérêt de la TEP- 18 FDG GHPS dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Rencontre APRAMEN du 09/10/2012 G. LETHIELLEUX, C. AMOUYAL, C. LEPOUTRE-LUSSEY, A. KAS, L. LEENHARDT, A. AURENGO

Plus en détail

Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine

Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine Intérêt de la TEP/TDM et choix du traceur pour localiser la tumeur primitive devant une métastase neuroendocrine F. Montravers, V. Nataf, J.N. Talbot Médecine Nucléaire Hôpital Tenon Les TNE Dérivées du

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE QUEL TRAITEMENT POUR QUEL PATIENT? Pr M. ZERBIB Hôpital Cochin, Paris Cancer localisé de la prostate: les acquis d une décennie Diagnostic précoce Evaluation plus précise : biopsies,

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

REFERENTIEL «cancer des voies excrétrices supérieures»

REFERENTIEL «cancer des voies excrétrices supérieures» REFERENTIEL «cancer des voies excrétrices supérieures» Mise à jour du 13/04/2011 Médecins responsables : Dr LANOE Matthieu, Dr TRINH Thuy Membres du groupe de travail : Dr BERGER Julien Chirurgien urologue

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert

Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate. Hervé Baumert Prise en charge chirurgicale du cancer de la prostate Hervé Baumert 1 70 000 nouveaux cas/ an EPIDEMIOLOGIE 1 er cancer en fréquence 1 homme sur 6 entre 60-80 ans 3éme cause de décès par cancer : 9000

Plus en détail

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications importantes nouvelles

Plus en détail

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome

types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Fiche tumeur gynécologique carcinome COL UTERIN types histologiques épidermoïde et adénocarcinome Tis TNM Col Utérin FIGO In situ 0 T1 -T1a -T1a1 -T1a2 -T1b -T1b1 -T1b2 -T2 -T2a -T2b -T3 -T3a -T3b T4 N1

Plus en détail

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon Principe Imagerie Gamma Caméra: scintigraphie à l Octreoscan Imagerie TEP TEP 18 FDG TEP 18FDOPA

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - LA RADIOTHERAPIE METABOLIQUE DES METASTASES OSSEUSES HYPERALGIQUES Dr Danielle MESTAS Médecine Nucléaire La radiothérapie

Plus en détail

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites

Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Imagerie dans les cancers des VADS: ses avantages et ses limites Philippe Halimi, MD Service de Radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Faculté de Médecine Paris-V; Université René Descartes

Plus en détail

Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire. F Dumont

Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire. F Dumont Situation difficile dans le cancer du côlon La récidive ganglionnaire F Dumont Les situations «difficiles» Elles sont difficiles car le pronostic est médiocre, les diagnostics difficiles et les niveaux

Plus en détail

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie

TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Nancy, 27 janvier 2009 DU de Pharmacie Oncologique DU de Pharmacie Oncologique 2011/2012 TEP Tomoscintigraphie par Emission de Positons - Applications en Oncologie Pierre OLIVIER Médecine Nucléaire - CHU

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty

Le cancer de prostate. AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Le cancer de prostate AMPPU du 25/09/2004 J.P.Pellerin A.Six J.M.Suty Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA = 2,35 ng/ml L/T = 11% TR normal echo normale Cas clinique n 1 50 ans asymptomatique PSA

Plus en détail

Cas Cliniques. Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG

Cas Cliniques. Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG Cas Cliniques Suspicions de récidives de néoplasies ORL et TEP-TDM au 18F-FDG Françoise Montravers, Jean-Noël Talbot. Service de Médecine Nucléaire Hôpital Tenon, Paris. Cas 1 Carcinose diffuse de l endolarynx

Plus en détail

Françoise MONTRAVERS

Françoise MONTRAVERS Françoise MONTRAVERS Indications de la tomographie par émission de positons (TEP) en cancérologie digestive Connaître les indications validées. Préciser sa place par rapport aux autres techniques d'imagerie.

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Radiopharmaceutique [18-F]-FLUORO-2-DESOXYGLUCOSE, analogue du glucose, traceur d hypermétabolisme

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

TEP et tumeurs cérébralesc

TEP et tumeurs cérébralesc TEP et tumeurs cérébralesc N. Gault, A.Chirila, F.Gutman, K.Kerrou, D.Grahek, F.Montravers, V. DeBeco, JN Talbot Service de Médecine Nucléaire - Hôpital Tenon QCM 1) biodistribution: de quel traceur s

Plus en détail

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon

Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon Place de l imagerie TEP/TDM 18FDG dans le diagnostic de récidive du cancer du colon PARISSE Sandrine & DECOUSUS Marielle Service de Médecine Nucléaire CHU St-Etienne 7 novembre 2015 SOMMAIRE 1 2 3 4 5

Plus en détail

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif?

Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Traitement du Cancer Prostatique Quel traitement curatif? Guideline for the Management of Clically Localized Prostate Cancer : 2007 update. From the American Urological Association Education and Research,

Plus en détail

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations?

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Pr Catherine Uzan Chef du service de Chirurgie et Cancérologie oncologique et mammaire Hôpital Pitié Salpêtrière Université Pierre et Marie

Plus en détail

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE vendredi 01/02/2013 EVDG - Paris PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE Pr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val

Plus en détail

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1

TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique. Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 TEP/TDM théranostique et adénocarcinome prostatique Mathieu Gauthé Valérie Nataf Médecine Nucléaire Hôpital Tenon - APHP 1 Utilités potentielles de la TEP/TDM Diagnostic et bilan d extension initial Guidage

Plus en détail

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Epidémiologie Incidence : France en 2012: 11573 cas 3% des tumeurs malignes de l adultel 7 ème rang des cancers Age moyen de découverte d : 65 ans Sex

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 307 (ex item 156) Tumeurs de la prostate Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis... 3 1.1. Anatomie élémentaire... 3 1.2. Histologie... 3 2. Épidémiologie...

Plus en détail

TEP Choline et cancer de la prostate

TEP Choline et cancer de la prostate TEP Choline et cancer de la prostate Eric ZERBIB CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, eric.zerbib@cimen.fr Pas de conflit d intérêt pour cette communication Médecins Nucléaires et Urologues

Plus en détail

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS

Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS Item 311 (Item 160 bis) Tumeurs de la vessie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quelles substances sont des carcinogènes vésicaux? A - Tabac B - Alcool C - Virus HPV D - Amines aromatiques E - Cyclosporine

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Généralités Incidence (France 2012 (estimations)): 56841cas par an 1 er cancer chez l hommel Pic d incidence d et âge médian m : 70ans Mortalité (France 2012) : 8950 décès d s par

Plus en détail

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes CANCER TESTICULAIRE TEMPLATE 1. Classification : TNM, groupe de risque 2. Seminome 2.1 stade I 2.2 stade II 2.2.1 Ganglions retro péritonéaux 2 cm de grand axe (IIA) 2.2.2 Ganglions retro péritonéaux >=

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade

Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Indications thérapeutiques dans le cancer de la prostate non métastatique selon les critères pronostiques- Recommandations et choix du malade Marine CABOURG - Pr DUBRAY Centre Henri Becquerel - ROUEN 27

Plus en détail

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.!

Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires.! Petscan et bilan préthérapeutique des métastases pulmonaires. 3 situations Primitif connu et nodule suspect de métastase pulmonaire Métastase pulmonaire avérée - recherche d autres lésions Métastase pulmonaire

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la paroi vésicale...3 2. Épidémiologie... 3 3. Types histologiques

Plus en détail

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge

IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge IRM et prostate: Pour qui, pourquoi et comment? Dr. Stéphane B. Van den Broeck Radiologue Saint-Luc Bouge 25/10/2014 Objectifs Qui sont les patients qui entrent dans notre département pour bénéficier d

Plus en détail

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Michaël Soussan CHU Avicenne Université Paris 13 Service de Médecine nucléaire et de Biophysique Journée scientifique FFCD 13 janvier 2012 Principe

Plus en détail

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien

TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien TEP au 18 F-FDG FDG et cancers ORL: le point de vue du chirurgien Pr CONESSA Claude Dr Clément, Pr Poncet Service ORL du Val-de de-grâce Paris Rencontre APRAMEN 13/06/06 La TEP En fonction de notre expérience

Plus en détail

Pénis Prostate Testicule Rein Bassinet et uretère Vessie Urètre

Pénis Prostate Testicule Rein Bassinet et uretère Vessie Urètre Pénis................................... 242 Prostate................................ 249 Testicule................................ 255 Rein.................................... 266 Bassinet et uretère......................

Plus en détail

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15

La TEP/TDM au 18 F-NaF. A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 La TEP/TDM au F-NaF A.Girard Hôpital FOCH - 08/10/15 et 22/10/15 Un «nouveau traceur»? Première publication : Blau et al. 1962 Approuvé par la FDA en 1972 Dès 1970 : Diminution de l usage au profit des

Plus en détail

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue Évaluation finale par Tep des lymphomes Le point de vue de l hématologue Consensus internationaux Critères de Cheson 2007 Délai nécessaire entre fin de traitement et TEP Évaluation visuelle suffisante

Plus en détail

ETUDE DE LA QUALITE ET DE LA PLURIDISCIPLINARITE DE LA PRISE EN CHARGE INITIALE DES PATIENTS ATTEINTS DE CANCER PROSTATIQUE EN MIDI-PYRENEES Date de remplissage du questionnaire : /_/_/ /_/_/_/_/ INFORMATIONS

Plus en détail

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques

Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Place de la TEP au FDG en 2010 dans la prise en charge des Cancers Gynécologiques Dr Claire Gibold de la Souchère Service de Médecine Nucléaire CH Troyes Principes de la TEP au 18 FDG Augmentation de la

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG

Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Cancer du poumon : Bilan d extension TEP-FDG Les subtilités SFRRA 28 Janvier 2012 Dr Vanina Isnardi Recommandations 2011 SPLF, INCA Caractérisation des nodules pulmonaires Solides >10 mm Pas d indication

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Contexte infectieux : radiographie thoracique

Contexte infectieux : radiographie thoracique Alexis LACOUT Homme de 57 ans Tabagisme Contexte infectieux : radiographie thoracique 08 09 2009 16 09 2009 16 09 2009 Scanner thoracique (et abdominal + pelvien + cérébral) Diagnostic? Diagnostic Persistance

Plus en détail

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie)

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie) REFERENTIEL DU CANCER DU TESTICULE Mise à jour du 13/03/2008 Médecin responsable : Dr PAULHAC Membres du groupe de travail : Pr COLOMBEAU Pierre Chirurgien urologue (CHU de Limoges urologie) Dr HASSAN

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

du cancer de prostate

du cancer de prostate Imagerie des récidives r locales du cancer de prostate Pourquoi? Comment? Pr Olivier Rouvière Service d'imagerie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot - Lyon Rappels Rappels préliminaires Pourquoi

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Administration d un radiopharmaceutique: choix en fonction de l organe à étudier

Plus en détail

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9

Zone A: 5 à 9. ZONE: A de 5 à 9 ZONE: A de 5 à 9 5 - CAT DEVANT UNE LESION SUSPECTE:Suspicion de mélanome Exérè se complète de la lésion suspecte Mélanome in situ? : Marge d exérèse: 0,5cm (+si mélanome sur Dubreuilh*) Breslow 1mm? Ulcération

Plus en détail

3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL

3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL 3 ème rencontre régionale de cancérologie ORL POITIERS 16 novembre 2016 CAS CLINIQUE n 1 Cancer de l hypopharynx localement avancé : un changement de paradigme? Florence ROUSSEAU-COSTE (Poitiers) CAS CLINIQUE

Plus en détail

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016

Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP. Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 Diagnostic des tumeurs cérébrales en TEP Marc Bertaux (AHU) APRAMEN-SOFRA 2016 La Neuro-onco en TEP c est dur parce que.. Le FDG marche moins bien en raison de signal de fond cérébral élevé. Le radiotraceur

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

orientations diagnostiques

orientations diagnostiques patient de 30 ans sans antécédent hydrocèle droite échographie testiculaire: confirme la présence d une masse biologie: αfp: normale, βhcg: 500 (50N), LDH: 2000 (20N) à demande de scanner pour compléter

Plus en détail

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein?

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Dr David Groheux Hôpital Saint-Louis ; APHP Pr Elif Hindié CHU de Bordeaux Augmentation de la Glycolyse dans les tumeurs

Plus en détail

Place du Curage dans le Cancer du Rein

Place du Curage dans le Cancer du Rein Place du Curage dans le Cancer du Rein Épidémiologie des cancers du Rein Incidence MONDE 271 000 nouveaux cas en 2008 Taux stand monde pour 100 000 : Hommes : 14,2 : 5,8 France: 11 080 nouveaux cas en

Plus en détail

Définition du CTV : CTVT (1)

Définition du CTV : CTVT (1) EPU TECHNIQUES DEDIEES EN RADIOTHERAPIE HEGP 23-25 Mars 2011 Cancers du col Indications d irradiation des cancers gynécologiques Cancers de l endomètre CONTOURAGE DES VOLUMES D INTERET DES TUMEURS GYNECOLOGIQUES

Plus en détail

Détection précoce du cancer de prostate en Pour qui? Et comment?

Détection précoce du cancer de prostate en Pour qui? Et comment? Détection précoce du cancer de prostate en 2016. Pour qui? Et comment? Adil OUZZANE, MD, PhD Service d Urologie Hôpital Claude Huriez, CHRU Lille Congrès annuel de l AMU Skhirate, Avril 2016 1 2 NEJM,

Plus en détail

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013

L Michel 71 ans. JNCDE 7 juin 2013 L Michel 71 ans JNCDE 7 juin 2013 ATCD : Diabète de type 2 depuis 2012 Hypercholestérolémie Allergie pénicilline Lobectomie thyroïdienne gauche sur nodule froid il y a 30 ans; pas d anatomopathologie disponible

Plus en détail

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu?

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? Olivier PELLET INOL Lyon SIAD 2016 GENERALITES Imagerie fonctionnelle Etudie une fonction : sécrétion, métabolisme,

Plus en détail

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Jean-Marc Simon Service d Oncologie Radiothérapique CHU Pitié-Salpêtrière GHU Est Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome

Plus en détail

«Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE

«Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE «Aut tace aut loquere meliora silentio» Francesco GIAMMARILE Introduction Plan Introduction Nouvelles applications Nouveaux radiopharmaceutiques Nouvelles techniques (TEP-IRM) Conclusion I sort of thought

Plus en détail

Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole

Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole Dr Pierre PASCAL Praticien Hospitalier Département de Médecine Nucléaire - CHU de Toulouse Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole Pr Fréderic COURBON Médecine Nucléaire - IUCT Oncopole Gamma caméras- SPECT

Plus en détail