METHODE D'ANALYSE DU SECTEUR NON STRUCTURE A TRAVERS UNE ENQUETE 'BUDGET-CONSOMMAT ION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "METHODE D'ANALYSE DU SECTEUR NON STRUCTURE A TRAVERS UNE ENQUETE 'BUDGET-CONSOMMAT ION"

Transcription

1 METHODE D'ANALYSE DU SECTEUR NON STRUCTURE A TRAVERS UNE ENQUETE 'BUDGET-CONSOMMAT ON n ( L'EXP~RENCE DU RANDA PAR DDER BLAZEAU (* ET JACQUES CHARMES - LE PONT DE E DU THEORCEN ET DU PRATCEN DU SECTEUR NON STRUCTURE Le secteur non structuré est apparu comme problème central des théories et des politiques de développement lorsque les premiers travaux du Bureau nternational du Travail dans le cadre du Programme Mondial de l'emploi le révélèrent en tant qu'alternative obligée d'un chômage ouvert que l'absence d'indemnisation ne pouvait que réduire aux étroites limites de la recherche du premier emploi. A moins d'être dépendant, il fallait bien en effet exercer une activité, quelle qu'elle soit, pour vivre et même pour survivre. ntégrée dans les modèles théoriques classiques de la lignée de Lewis qui tenaient alors le devant de la scène, cette.révé1ation déboucha sur une évidence : le secteur non structuré ne pouvait être que la transposition urbaine du sous-emploi rural. Faible productivité et faible rémunération en étaient les Caractéristiques qui lui furent attribuées d'office. Dans la théorie du développement économique, comme dans bien d'autres domaines, les hypothèses préconçues ont tôt fait de devenir des idées reçues et de susciter des méthodologies de collecte qui n'aboutissent qu'à leur apporter confirmations et preuves. (k) D. BLAZEAU, attaché de l'ns'ee, a travaillé de la conception et à la réalisation de l'enquête Nationale Budget-Consommation du Rwanda. J. CHARMES est économiste 2 1'ORSTOM. O. R. S.T. O. M. Fonds Documentalte

2 - 6 - La littérature sur le secteur non structuré s'est alors rapidement développée, faisant largement écho à ces hypothèses, quand bien même aucune preuve n'en était administrée, la répétition tenant lieu de démonstration. Les recherches empiriques ont néanmoins été nombreuses, mais la représentativité non toujours assurée d'échantillons eux-mêmes limités (branche, filière, quartier d'une ville) et l'inadaptation des méth0de.s de collecte ont souvent été la règle. Et 'si l'on ne s'est pas risqué, en général, à poser des qbestions sur le chiffre d'affaires annuel, en revanche, la semaine a rapidement été adoptée comme pério- de de référence unique pour les relevés, alors que s'agissant d'activités qui se caractérisent par une absence de comptabilité, il apparaît pourtant évident que cette période aurait dû être liée à la durée du processus de production (ou de rotation des stocks), ou à un multiple de cette durée. d P- Comme immanquablement de telles méthodes conduisaient à des revenus de faible niveau, nul.n'y trouvait à redire puisque ces résultats allaient dans le même sens que les postulats de départ :... aucune preuve complémentaire, aucun recoupement n'était nécessaire puisque le' résultat coïncidait avec l'hypothèse. C'est cependantce que l'on exige avec force lorsque les revenus issus de la collecte se révèlent différents de ce que prétend la théorie. Jouant dans le même sens, il y avait sans doute aussi l'attitude classique,et habituelle qui consiste à considérer que seules les réponses aux questions directes peuvent être utilisées, même si par nature elles ne peuvent être que sous-estimées, alors que les questions indirectes à plusieurs degrés en introduisant un élément de calcul dans les résultats, ne seraient plus réellement des données brutes utilisables. Au cours des dernières années cependant, des enquêtes dont la méthodologie a largement été diffusée (au contraire de bien d'autres restées très discrètes dans ce domaine) ont tendu à remettre en cause des postulats tels que celui de la faible rémunération des activités du secteur non structuré, ou encore celui du sous-emploi et de la faible productivité. En Tunisie, sur des données nationales, comme à Niamey (Niger), le revenu moyen de l'entrepreneur du secteur non structuré se révélait plus de trois fois supérieur au salaire moyen du secteur moderne. &me la frange inférieure des petits métiers de la rue de Niamey obtenait un revenu moyen plusieurs fois supérieur au SMG. Sans doute ces moyennes cachent-elles de fortes disparités. 1 n'empêche que le secteur non structuré n'est probablement pas, du moins pas principalement, un secteur de subsistance, rsle dans lequel on voulait le cantonner.

3 - / - A vrai dire, les niveaux de salaire ont tellement décroché par rapport au coût de la vie dans de nombreux pays, que.l'on ne comprend plus très bien comment vivent réellement les populations urbaines. Les statistiques de' revenus étant ce qu'elles sont, c'est-à-dire les parents pauvres de la collecte, l'une des tentatives susceptibles de permettre d'avancer vers une meilleure compréhension du phénomène, réside certainement dans l'utilisation des Enquêtes Budget-Consomation à cette'fin. Le revenu individuel traditionnellement saisi par les enquêtes d'entre- prises ou d'activités est loin d'être un revenu unique : - d'une part en raison de la grande extension qu'a connu et que connaît 1 la pluri-activité : de ce fait l'activité dite principale n'est pas toujours la plus importante du point de vue du revenu ; - d'autre part, au sein du ménage, plusieurs sources de revenus co- existent dont l'agrégation transforme le contenu véritable des catégories socio- professionnelles des chefs de ménage. Or pluri-activité et diversité des sources de revenus sont des phénomènes qu'échouent à appréhender les enquêtes d'entreprises ou d'activités dans lesquelles sont restées emprisonnées jusqu'à présent les investigations sur le secteur non structuré. C'est pourquoi les progrès sur la voie d'une meilleure connaissance de ce phénomène ne peuvent désormais venir que d'une introduction de sa mesure dans les enquêtes Budget-Consommatign, en intégrant les innovations méthodologiques mises au point dans les enquêtes d'entreprises (1). L'Enquête Budget-Consommation réalis.6e au Rwanda en consti- "'tue ainsi une première tentative originale allant dans le sens d'un approfondissement de la connaissance des revenus et des caractéristiques du secteur non structuré. r -5. Mais cette démarche ne présente pas seulement des avantages pour la connaissance de ce secteur, elle est aussi logique du point de vue de l'analyse budgétaire. On sait que certaines enquêtes budget-consommation ont renoncé à () De ce point de vue, la distinction des activités du secteur non'structuré dans les nomenclatures d'activités (entre traditionnel et moderne, artisanal et industriel) n'est'pas suffisante car aucun critère objectif ne permet d'opérer le choix lorsque l'enquête a lieu auprès du ménage. Cependant, il convient de remarquer que des progrès pourraient être faits en ce sens, à la suite des enquêtes méthodologiques réalisées par le Bureau nternational du Travail au Costa Rica et au Kerala (nde). Dans ces enquêtes ont été testées des séries de questions permettant de distinguer, à partir du ménage, les activités non stmcturées des activités dites modernes (cf F. MEHRAN, 1984).

4 -8- exploiter les questions sur les revenus, en raison des sous-estimations manifes- tes dont ils font l'objet, et d'une façon générale 5 cause de la faible qualité des relevés dans ce domaine. En somme, le statisticien budgétaire a refusé d'ad- mettre ce quebson confrère du secteur non structuré prenait comme une démonstra- tion dee ses postulats de départ, et il s'est souvent limité à l'analyse des dé- penses comme indicateurs de niveau de vie (1). Car le problème y est strictement le même que dans les enquêtes sur le secteur non structuré : s'il est possible d'obtenir des réponses sur les revenus salariaux par des questions directes, la collecte sur les revenus non salariaux doit en revanche se soumet&e de périodicité qui nécessitent une adaptation du questionnaire. 5 des règles En l'occurrence, les préoccupations des deux types d'enquêtes se re- joignent donc, et l'expérience du Rwanda paraît particulièrement intéressante à approfondir puisqu'on y dispose d'une enquête sur le secteur non structuré réali- sée par le Bureau nternational du Travail 2 Kigali en 1979, ce qui devrait per- mettre d'utiles comparaisons, ou du moins fournir de précieux points de repère. * x * r' ' l, Les pages qui suivent se proposent donc de fournir une présentation générale de l'enquête rwandaise et de sa méthodologie,.puis de décriie plus précisément le processus d'observation des activités à travers l'enquête urbaine afin de'montrer la contribution que celle-ci peut apporter à une meilleure connaissance du secteur non structuré.... () C'est le cas par exemple des enquêtes tunisiennes de 1966, 1975, 1980.

5 Y, L'ENQUETE NATONALE SUR LE BUDGET ET LA CONSOMMATON DES MENAGES (ENBC) AU RANDA - PRESENTATON ET METHODOLOGE SUCCNCTES Le cadre général de l'ogération Réalisée par la Direction Générale de la Statistique du Ministère du Plan dans la perspective de l'élaboration du prochain plan quinquennal de développement ( ), 1'ENBC a ét6 menée en deux Stapes : i 1 1 la ère étape 'en milieu rural : la collecte s',est déroulée sur 14 mois entre le 01/11/1982 et le 31/12/1983. L'exploitation et l'analyse 'des résultats sont en cours ; la 2ème étape en milieu urbain : la collecte ayant débuté le ler octobre 1984, s'achèvera le 31 décembre Les principaux résultats sont attendus pour fin L'objectif principal de l'enquête est l'accumulation des informations nécessaires à l'étude du comportement économique des ménages et à l'appréciation de leurs conditions de vie. La poursuite d'un tel objectif passe naturellement par la satisfaction des besoins désormais classiques que sont : - l'élaboration des différents comptes des ménages pour la comptabilité nationale ; - le calcul des pondérations pour un indice des prix à la consommation en milieu urbain (principalement) ; - la définition des principaux éléments à prendre en compte pour la fixation des prix des produits vivtiers et la fixation des salaires minimaux. l'essentiel : t Les caractéristiques méthodologiques de cette investigation sont pour la réalisation de la collecte en deux étapes (milieu rural puis mi- 1 lieu urbain) permettant de centrer l'observation sur les phénomènes caractéris- tiques et spécificités de chaque milieu après adaptation des outils et des méthodes de collecte ; - un échantillon permanent de petite taille observé sur une longue i période (1) découpée en plusieurs passages afin d'obtenir une information à ( ) ménages observés pendant 14 mois en milieu riiral ménages observés pendant 15 mois en milieu urbain.

6 b la fois en structure et en évolution, tenant compte de l'effet des variations saisonnières et maintenant une certaine représentativité (temporelle) au niveau de chaque ménage-échantillon. Cet échantillon est constitué de deux sous-échantillons :. un échantillon lourd (270 ou 300 ménages selon le milieu enquêté) soumis à des relevés quotidiens (quatre périodes de 15 jours-au total) et ré- trospectifs (quatre rétrospectifs d'une longueur moyenne de 75 à 80 jours envi- ron) ;. un échantillon complémentaire de 900 ménages soumis aux seuls rele- F vés rétrospectifs (quatre au total d'une longueur moyenne de 90 à 100 jours envi- ron) ; cet échantillon, calé sur le précédent, est destiné à améliorer l'estima- tion des phénomènes à plus forte variabilité. d i - un volet "activité" relativement développé favorisant en particulier :. pour le milieu rural, l'dtude des conditions de vie, l'accent ayant été mis sur l'observation des activités quotidiennes et l'observation -rétrospective- des activités a pr_iori discriminantes dans un monde paysan (1) ; pour le milieu urbain, l'analyse du comportement économique, l'ef- fort de collecte portant sur l'observation des activités exercées de façon in- dépendante et des revenus qui en sont tirés. ( Spécificités du milieu urbain rwandais La principale spécificité -en regard bien sûr des objectifs de 1'ENBC- réside certainement dans l'existence d'un secteur non structuré très dynamique (RANSON, 1984) et sans doute plus important que certaines études peuvent le laisser supposer a priori (2). Quelques chiffres et constatations suffisent à expliquer l'existence d'un tel secteur et son développement au sein de l'écono- mie rwandaise : 92,9 2 de la population active occupée à l'agriculture, () Ont été relevés en particulier, lors de chaque passage, pour tous les individus Bgés de 14 ans et plus, les nombres de jours consacrés aux deux activités non agricoles ayant pris le plus de temps depuis le précédent passage de l'enquêteur alnsi que pour la première d'entre elles le statut d'exercice, le lieu, le type de ressource perçue et le type d'employeur. (2) Une enquête a été réalisée en 1977 sur le secteur non structuré de Kigali (Cf NHAN-DVRY-SCHARTZ, 1980). Cette enquête a été menée en deux temps : un recensement des activités "ayant des emplacements semi-permanents ou permanents" dans trois quartiers de la commune urbaine suivi d'une enquête qualitative restreinte au seul secteur productif (non redistributif) visant à proposer des éléments pour l'élaboration d'une politique d'aide au secteur non structuré.

7 - 11 -!! habitants par km2 de terre arable, exigu'ité de l'emploi dans le secteur moderne, incapacité du secteur industriel à absorber l'excédent de main-d'oeuvre en provenance des zones rurales (RANSON, 1984). Les responsables politiques ont depuis longtemps manifesté leur volonté de promouvoir les activités du secteur non structuré et, depuis 1980, des opérations d'appui à ce secteur ont été entreprises avec le concours du BT en particulier. Grande est également la volonté des ménages bénéficiant d'une position sociale privilégiée d'accroître le niveau de leurs ressources et d'en diversifier les origines. C'est le cas, en particulier, des salariés du secteur public et de certains salariés du secteur privé dont les salaires se révèlent fréquemment insuffisants pour vivre selon le standing auquel la nature de l'activité peut laisser prétendre., Face à une telle situation, les responsables d'enquête se trouvaient devant une alternative :, - ou bien concevoir un protocole d'observation leur permettant d'apprécier (en terme de niveau de revenu) l'importance de chacune des activités exercées de façon indépendante par les différents membres des unités budgétaires en- a quêtées ; - ou bien abandonner purement et simplement l'étude des revenus, ce qui les aurait conduits à réviser les objectifs annoncés plus haut. C'est naturellement la première de ces possibilités qui a été retenue. 4 Au chapitre des spécificités, ajoutons que le milieu urbain réellement'observé correspond à un milieu urbain de fait B la date de l'enquête et non pas au milieu urbain tel qu'officiellement arrêté par décret paru dans le Journal 4.. Officiel, comprenant de nombreux secteurs appelés à devenir urbains en raison de leur position géographique ou de leur vocation administrative ou économique et qui pour l'heure sont exclusivement agricoles et ruraux constituant ainsi une réserve foncière urbaine. Le milieu urbain de fait a été défini, avant tout, par complémentarité du milieu rural, l'essentiel étant d'assurer une couverture exacte de l'ensemble du pays ; il correspond grosso modo au territoire des quatre principaux centres urbains Kigali, Butare, Ruhengeri et Gisenyi. L'enquête urbaine couvre également les ménages ruraux péri-urbains caractérisés par une l i

8 mixité plus ou moins grande et variable dans le temps de leurs activités agricoles et non agricoles mais dont le seul critère (objectif) de distinction a priori concerne le lieu de résidence proche d'un centre urbain Les concepts-clés de ménage et d'activité a) Définition retenue pour le ménage (1) En tant qu'unité d'analyse, la définition rete'nue pour le ménage est celle de la comptabilité nationale, qui met l'accent sur les fonctions concomit- tantes de consommation et de production (le ménage étant alors,co&idéré comme 11 entrepreneur individuel" ou "entreprise familiale"). En tant qu'unité d'observation et de collecte, le ménage est défini par l'ensemble des individus vérifiant les quatre critères suivants : * - une résidence commune ; - des repas pris en commun ; - des ressources utilisées tout au moins en partie pour la réalisation de dépenses communes ; - la soumission 2 l'autorité d'un même individu, "le chef de ménage". La.composition d'un ménage pouvant varier dans le temps, un critère temporel supplémentaire est pris en compte : l'appartenance 2 l'unité (définie sur la base des quatre critères précédents) pendant la période de référence de chaque interview). Le passage de l'unité d'observation à l'unité d'analyse repose alors sur l'examen des modalités des variables prgcisant l'origine ou la destination de telle transaction réalisée par un membre au cours d'une période déterminge. b) Les activités observées Entre dans le champ de l'enquête toute activité productive permettant à la personne qui l'exerce de percevoir un revenu salarial ou non salarial, y compris les activités exercées comme aide familial ou apprenti.... () La définition proposée pour le "ménage urbain" est aussi celle qui a été adoptée pour le "ménage rural". Mais comme le fait remarquer G. NTER (Cf.NTER, 1970, p. 20) : "En milieu rural africain la distinction entre activités de production et activités de consommation d'un ménage est impossible. 1 convient de fusionner les comptes, habituels mais artificiels d"'entrepreneur individuel" et de "ménage" dans celui du "ménage rural'' "

9 e ' Sont effectivement enregistrées les trois principales activités -par le temps qui y est consacré et non pas par le niveau de ressource procuré, impossible à déterminer a priori- exercées par chacun des membres âgés de 14 ans et plus au cours d'une période déterminée (d'une durée au plus égale 5 3 mois). Sont étudiées dans le détail, au moyen d'un questionnaire spécifique, toutes les activités exercées de façon indépendante et recouvrant de façon plus ou moins significative ( ) le secteur non structuré urbain localisé et non localisé Les principales caractéristiques du plan de sondage spatial Le milieu urbain a été partagé en deux strates. La première correspond 2 la commune urbaine de Nyarugenge, siège de la capitale Kigali. La'seconde regroupe les secteurs (2) à la périphérie de Nyarugenge considérés comme urbains ainsi que les secteurs définissant les centres urbains de Butare, Ruhengeri et Gisenyi. Dans chaque strate, un échantillon de taille proportionnelle à la population issue du recensement de 1978 a été tiré selon la technique des sondages à deux degrés : 15 unités primaires (U.P.) de 40 ménages chacune, soit 600 ménages enquêtés en strate 1 ; 20 unités primaires comprenant chacune un nombre de ménages enquêtés multiple de 8 et ne dépassant pas 40, pour un total de 600 ménages en strate 2. En strate 1, les UP ont été tirées proportionnellement à leur taille de 1983, connue à partir d'un recensement effectué par 1'AMSEA (3). Chaque UP est une zone aréolaire issue du découpage effectué par cet nstitut. Au second degré, le tirage d'un nombre fixe de ménages (40) par UP conduit à un sondage auto-pondéré. P () Le problème PO& par la représentativité des activités dans le cadre d'une enquête ménage est 'abordé au point 3. (2) Le secteur est la plus petite unité administrative du pays ; les secteurs sont regroupés en communes, elles-mêmes regroupées en préfectures. (3) nstitut Africain et Mauricien de Statistique et d'economie Appliquée.

10 En strate 2, les UP qui correspondent aux districts du recensement de 1978 ont été tirées avec une égale probabilité compte tenu de l'ancienneté de la base de sondage. Au second degré, le tirage d'un nombre variable (mais multiple de 8 ) de ménages ne permet d'assurer que très approximativement l'équipondération. Dans chaque UP, quelle que soit sa strate d'appartenazce, les ménageséchantillon ont été tirés de façon systématique par groupe de 4 ; dans chaque grappe, un ménage est affecté à l'échantillon lourd, ses trois voiiins à l'échantillon complémentaire (cf 2.1. ci-dessus) (1) Les questionnaires : présentation sommaire et articulation Les analyses projetées sont structurées autour de quatre thèmes principaux : l'alimentation, le budget, les activités et le patrimoine. A ces quatre thèmes s'ajoute un thème illustratif regroupant les principaux descripteurs socio-démographiques. Le tableau de l'annexe no 1 récapitule par thème les différents ca- hiers d'enquête et questionnaires ainsi que les niveaux d'observation retenus. Les' données caractérisant les activités indépendantes observées lors de l'enquête se retrouvent dans les thèmes budget, activités et patrimoine. a) Le thème budget - récapitule des relevés quotidiens (BQ) et rétros- pectifs (BR) articulés de façon à couvrir "sans trou" la totalité de la période9 d'observation (ou d'étude) selon le schéma suivant. () Pour plus de précisions sur ce plan de sondage, le lecteur pourra se reporter à l'article de G. ROY paru dans STATECO no 38 de juin 1984, pp ; on y trouvera en particulier le planning détaillé de travail d'un enquêteur pour un passage.

11 P Pour un ménage de l'échantillon lourd, les données quantitatives relatives à la période d'étude sont obtenues par agrégation des relevés quotidiens et rétrospectifs : k 79 4:4 Pour un ménage de l'échantillon complémentaire ces données sont obte- nues par agrégation des relevés consignés dans les quatre rétrospectifs : On remarquera que les relev6s quotidiens sont effectués au,cours des passages 1, 2, 3, 4 tandis que les rétrospectifs sont réalisés lors des passages 2, 3, 4 et 5. Les relevés effectués dans le thème budget permettent de distinguer les dépenses d'egploitation des dépenses de consommation et de différencier les sources de revenus à partir de nomenclatures dont on trouvera la signification en annexe no 2. b) Le thème activités : son contenu est développé au point 3. c) Le thème patrimoine regroupe les informations relatives aux différents biens (fonciers, habitat, équipement) possédés par le ménage dans son ensemble, en différenciant les biens à usage professionnel des biens durables de consommation. c - L'OBSERVATON DES ACTVTES A TRAVERS L'ENQUETE URBANE La période d'étude correspondant à 12 mois consécutifs est découpée en quatre périodes élémentaires de relevé (ou périodes de référence). Lors de chaque passage, l'enquêteur enregistre systématiquement dans chaque ménage-échantillon les trois principales activités productives exercées depuis son précédent passage par chaque individu âgé de 14 ans ou plus.

12 Entre dans le champ de l'observation toute activité productive (métier, profession, occupation) constituant une source (potentielle) de revenu (monétaire ou non monétaire) pour la personne qui l'exerce, indépendamment du statut (ou du grade) sous lequel la personne l'exerce.... Chaque activité déclarée avec un statut d'indépendant fait l'objet d'un questionnaire spécifique, quel que soit le rang de sa déclaration.-._ (, 2 ou 3) Lors de l'enregistrement, l'importance d'une activité est déterminée par le nombre de jours que la personne déclare lui avoir consacrés au cours de la période de référence considérée. Lors du traitement, cette déclaration sera pondérée par le niveau d'occupation (plein temps, mi-temps, quart temps ou épi- sodique)..- La longueur des périodes de référence varie de 75 jours à 90 jours (environ) selon que le ménage auquel est rattaché l'individu appartient à l'échantillon lourd ou 2 l'échantillon complémentaire soumis aux seuls relevés rétrospectifs. Dans le cas d'un ménage de l'échantillon lourd, les déclarations portant sur 75 jours seront extrapolés en terme de durée, lors de l'analyse, à la période de 90 jours correspondante incluant les 15 jours suivant les déclarations, conformément B un schéma analogue celui exposé plus haut ; en effet lors de telles quinzaines, seuls les relevés budgétaires sont effectués avec précision. des nombres de rêts de travail. Pour chaque individu, le relevé des activités est complété par celui t jours consacrés 2 la recherche d'un emploi, au congé et aux ar- b) Le questionnaire Les activités de chaque individu âgé de 14 ans et plus sont enregistrées dans la partie activité du questionnaire intitulé "Structure et activité du ménage pendant la période de référence", dont le fac-similé complet est reproduit en annexe n" 3, et la partie activité reproduite ci-après.

13 P hk da R/f4rmce Daw d'intrvhw Nombre de pun dr u Personnes âgées de 14 ans et plus LL.LLLl ACTlVlTES 1 ACTlVlTES EXERCEES PENDANT LA PERODE DE REFERENCE LA-?e m w n e 3c amvnd 1d r(tvnc.ctlbllc 34 VnVtC ~ Lll (U1 Typa d ' a OCC MEN crio --- occ MEN QUE NV 'ETU RET --- -e- ETU RET [lo) Sata ND--- ND EMP AD FAM SAL-ST SAL-AC SAL-SC SAL TAC APP REM APP ORA APP PAY (20) Typrd'rmpbyru -so BQE ADM COY PUB ART D.1 P PAR EGL AUT PRO MEN PR La signification des abréviations permettant d'enregistrer le statut d'exercice des activités (colonne (19)) est donné p. 21. Si l'activité est exercée de façon indépendante (c'est-à-dire si l'in- teressé est son propre enployeur) le type d'employeur est noté "sans objet" (-SO). c) Observation des revenus tirés de ces activités Le questionnaire "Structure et activités du ménage pendant la période de référence" est couplé au questionnaire intitulé "Budget rétrospectif" couvrant exactement la même période de référence. Plus précisément, le revenu tiré d'une activité exercée lors d'une période de référenceg est enregistré dans la partie revenu" du questionnaire budget couvrant la période au cours de laquelle il a été effectivement perçu ; cette période peut être l'objet de relevés quotidiens ou rétrospectifs comme l'indique le schéma ci-après :

14 * Durée de l'activité Dates de perception des revenus tirés de cette activité *********L.***** r T? L'activité considérée a été exercée en totalité lors de la période de référence&t; les revenus perçus de cette activité ont été enregistrés dans le rétrospectif budgctaire i, le quotidien budgétaire (i+ ) et le rétrospectif budgétaire (i c 1). Pendant toute la durée de l'absence de l'enquêteur, les revenus sont consignés dans un cahier budgétaire ; un cahier "ménage" pour les revenus salariaux et un cahier "activité" pour les revenus non salariaux. A son retour, l'enquêteur reprend et complète ces informations dans le questionnaire "budget rétrospectif" relatif à la période écoulée Relevé des caractéristiques de chaque activité indépendante --'---'--'-"--'-'--'--"---' Ces caractéristiques sont relevées dans un questionnaire spécifique intitulé "Renseignements généraux concernant l'entreprise individuelle ou l'activité exercée de façon indépendante par...' dont un fac-similé complet est reproduit en annexe no 4. Le niveau d'observation correspondant est "Mkage-(An)- Personne-Pctivité (indépendante)". Plusieurs questionnaires (entreprise individuelle/activité indépendante) peuvent donc être remplis pour une même personne. a) Nature et principes du relevé Sont relevées au début et en fin d'enquête (au ler et au 5e passage) les principales caractéristiques visant 2 apprécier l'importance de l'activité indépendante déclarée, importance qui est a priori en étroite corrélation avec le revenu qui en découle.

15 Au ler passage, les activités indépendantes renseignées sont celles généralement exercées au cours des 12 mois précédant la visite de l'enquêteur. Au 5ème passage chaque personne est de nouveau interrogée sur les ac- tivités indépendantes déjà renseignées au ler passage ainsi que sur chaque nou- velle activité dont elle aurait éventuellement entamé l'exercice depuis le ler passage. : Les caractéristiques relevées concernent : (i) le contexte dans lequel se déroule l'activité au moment de l'inter- view, apprécié au moyen de questions portant sur les 12 derniers mois -constituant # i le corps principal du questionnaire- et relatives aux :. caractéristiques de l'individu concerné (précisions sur le statut d'indépendant, niveau d'occupation) ;. lieu et caractéristiques du local éventuellement utilisé ;. moyen de transport et autres équipements ;. nature et montant des emprunts, subventions et taxes ;. appartenance à une coopérative ou société ;. modalités de fonctionnement (précisant le degré de "modernité" de l'activité) ;. affectation des revenus tirés 'de l'activité aux-dépenses de consommation, individuelle ou collective (profitant également à l'ensemble des au- ~i li i! l i i i! 1 l l tres membres du ménage de l'intéressé) ; c, résultats moyens annuels bruts évalués approximativement,à l'aide d'une fiche spécifique (Cf. fiche "Artisanat et services"/f iche "Commerce", annexe no 4c) ; Y-. (ii) les perspectives d'avenir perçues à partir de questions portant sur les 12 prochains mois concernant :. l'investissement en matériel et son entretien ;. le personnel employé ; et figurant généralement en italique dans le questionnaire ; l

16 (iii) sont également relevées les quantités des principaux produits détenus en stocks en début et en fin de' période (Cf.Fiche "Stocks", annexe no 4d) ainsi que l'équipement utilisé dans le cadre de cette activité (Cf. Fiche ''Equipement", annexe no 4d). b) Observation des revenus tirés de ces activités Ces revenus sont dans un premier temps évalués grossièrement pour se faire une idée de leur importance relativement aux autres revenus perçus par l'individu et les autres membres de son ménage mais aussi pour identifier les principaux produits ou services et la fréquence des transactions qui leur sont liées afin de mieux cibler la collecte ultérieure. c Suivant le principe déjà exposé (p. 18 ), chaque individu exerçant une activité de façon indépendante se voit confier un carnet'sur lequel il inscrit toutes les dépenses et recettes de cette activité si le ménage auquel il se rattache est soumis aux relevés quotidiens ou seulement les "plus importantes" (1) si son ménage appartient à l'échantillon complémentaire. Au cours d'une même période, un même individu remplit autant de carnets (si relevé quotidien) ou cahiers (si relevé rétrospectif) qu'il exerce d'activités indépendantes. Mais les dépenses et les recettes liées aux activités indépendantes sont enregistrées globalement pour un même individu dans les tableaux correspondants des questionnaires budget (10 annexe no 2a, 20 annexe no 2b). Néanmoins une analyse des entréessorties par activité demeure possible si l'on apparie les colonnes de ces tableaux précisant la "nature de la transaction" (colonne (16)) et la "description du bien, du produit ou du service" (colonne (17)). Compte tenu de la complexité des questionnaires, la durée, le contenu et la qualité de la formation ont fait l'objet 'd'une attention toute particulière. d'un mois chacune : La formation s'est déroulée sur trois mois répartis en trois phases - formation préalable axée sur la présentation des questionnaires- instructions et l'élaboration de guides d'interview ;.... (1) L'importance étant établie sur la base des informations relatives aux réquentes de réalisation, enregistrées dans les fiches "Artisanat et services" et "Commerce" (Cf. annexe no 4c).

17 tests-pilotes sur le terrain au cours desquels un certain nombre d'interviews ont été enregistrées ; - formation complémentaire centrée sur 1 'analyse des enseignements à tirer des tests de terrain et sur la mise au point des supports d'observa- tion et des guides d'interview après critique des enregistrements réalisés. Nous insisterons ici plus spécialement sbr les instructions concernant le statut dans l'activité et l'enregistrement des entrées-sorties qui sont les points les plus délicats de la còllecte en ce qui concerne le volet "secteur non structuré". a) Le statut d'activité : un soin particulier a été porté à,l'enregistrement du statut sous lequel la personne interrogée déclare exercer son activité ; en effet, c'est cette information qui détermine l'ouverture d'une fiche de' renseignements complémentaires concernant l'activité. Voici les modalités retenues pour renseigner le statut d'activité dans le questionnaire "Structure et activités du ménage pendant la période de référen- ce" : c ND --- NDEMP ADFAM SAL-ST SAL-AC SAL- SC f SALTAC. APPREM APPGRA APPAY ndépendant, travaille pour lui-même avec éventuellement des.aides familiaux. ndépendant, travaille pour lui-même et emploie des. salariés. Aide familial, aide un parent dans son travail sans toucher en contrepartie un salaire régulier en argent ou en nature. Salarié sous statut, c'est le cas des fonctionnaires. Salarié titulaire d'un contrat d'embauche écrit et signé par l'employeur. Salarié sans aucun contrat (convention verbale seulement). Tâcheron. Apprenti percevant une rémunération régulière en argent ou en nature. Apprenti ne percevant aucune rémunération, reçoit de temps en temps de petits cadeaux. Apprenti payant son employeur pour apprendre le métier. Deux questions importantes concernant la distinction b établir entre indépendants et tâcherons et la,façon de traiter les activités agricoles et les activités en gérance ont été tranchées de la façon suivante :

18 (i) La distinction entre indépendant et tâcheron.- L'indépendant exerce son activité de façon permanente quoique par- fois de façon irrégulière. Cette activité s'exerce généralement dans un endroit déterminé (chez lui, au marché, dans un local,...). 1 dispose d'un minimum d'outillage et peut fournir les matériaux dont il a besoin même s'il demande une avance pour pouvoir se les procurer. 1 choi- sit généralement ses sources d'approvisionnement. r Un indépendant peut employer des ouvriers régulièrement ou occasionnel- lement selon l'importance des commandes à réaliser. - Le tâcheron exerce son activité de façon ponctuelle, occasionnelle. Généralement il se déplace pour chercher du travail. Ses activités ne s'exercent donc pas dans un endroit déterminé, précis. 1 possède peu ou pas d'outillage. 1 ne s'occupe généralement pas de fournir les matériaux. 11 peut arriver à un tâcheron d'employer des personnes pour l'aider 2 terminer son travail.. L'intgrvalle entre deux tâches de même nature pouvant être relative- ment long, le tâcheron peut être amend dans cet intervalle à faire tout à fait autre chose. (ii) Cas particuliers - Activités agricoles L'activité n'est prise en compte que si elle débouche sur la commer- cialisation régulière (plus ou molns fréquente) d'une partie des produits récol- tés ou fabriqués. Sont aussi retenues les activités telles que "vente de patates douces'' ou "fabrication et vente de bière'' et non pas les composantes de l'acti- vité agricole elle-même à savoir "défrichage", "labour", "semis", "sarclage", "récolte",... Sont donc écartées les activités agricoles exercées dans le but quasi exclusif de couvrir les besoins du ménage ; cas fréquemment rencontré dans les ménages péri-urbains où un membre du ménage (la feme en général) entretient

19 U la "petite" parcelle autour ou à proximité du logement et constituant le "jardin f ami1 ial". - Activités en gérance _ Sont concernées les personnes qui, exerçant une activité en tant que gérant, sont intéressées aux bénéfices tirés de l'activité, qu'elles perçoivent ou non par ailleurs un "fixe" (= rémunération constante quel que soit le chiffre d affaires). Ne sont pas concernés les gérants rémunérés ne touchant aucune part des bénéfices et qui sont en fait de véritables salariés. b) L'enregistrement des entrées-sorties liées à l'exercice d'une activité indépendante Les dépenses d'activité sont enregistrées dans les questionnaires budget, dans les tableaux 10 si la dépense est monétaire (Cf.annexe no 2a) ou dans les tableaux 30 si la dépense est non monétaire, à l'aide d'une nomencla- ture spécifique (dont les modalités et leurs significations figurent pour la plupart dans l'annexe no 2a) retenant les besoins du comptable national pour l'élaboration des comptes de production et d'exploitation des entrepreneurs individuels. Précisans à ce sujet la distinction qui a été établie entre "paie- ment d'un salaire - sans contrat - journalier" (SALSCJ) et "rémunération d'une tâche" (SALTAC) : SALTAC correspond 2 la rémunération versée une fois la tâche convenue effectuée, quel que soit le nombre de jours consacrés 2 la réalisation de cette tâche ; on notera ainsi différemment par exemple : SALSCJ Dactylographie 3 J (= Jour) a et SALTAC Dactylographie 1 S (= Service) Lors.des relevés rétrospectifs, les rubriques "Nature de la ressource à l'origine de cette sortie d'argent" (colonne (25)) -.-. (26)) renseignent sur les modalités de financement de l'activité. et "Qui a financé" (colonne De même les recettes tirées de l'exercice d'une activité indépendante sont enregistrées dans les tableaux 20 (recette monétaire) (Cf.annexe no 2b) ou 30 (recette non monétaire). 1 est peut-être utile, à titre d'exemple, de préciser la signification attribuée aux modalités "Vente d'un service" (VENSER) et "Salaire provenant de la rémunération d'une tâche" (SALTAC).

20 P VENSER fait référence à une activité exercée de façon indépendante (qui doit faire l'objet d'une annexe no 2) et régulière (plus ou moins fréquen- te) ; le coût d'un service est généralement connu à l'avance. SALTAC est plutôt relatif à une activité exercée de façon ponctuelle, irrégulière (l'intervalle entre deux tâches peut être plus ou moins long). Un "Salaire à la tâche" suppose une convention, une négociation entre le tâcheron et la personne qui l'emploie pour fixer le prix qui n'est pas déterminé, connu, affiché par avance. Lors des interviews rétrospectives sont posées des questions (colonne (25)) concernant l'affectation déjà réalisée ou simplement envisagée des recettes enregistrées. Les réponses fournies peuvent ainsi être comparées aux dépenses déjà réalisées ou qui seront réalisées (et enregistrées au cours de l'enquête)et permettront d'apprécier la logique du comportement des ménages et l'impact des activités indépendantes dans la détermination de ce comportement. 4.- V - ANALYSE DU SECTEUR NON STRUCTURE A TRAVERS L'ENQUETE SUR LE BUDGET ET LA CONSOMMATON DES MENAGES Nous avons vu au point 2 comment les spécificités du contexte urbain rwandais imposaient la mise au point d'un module "Activité" relativement conséquent dans le 'cadre d'une enquête centrée sur l'étude du niveau de vie et (surtout) sur la compréhension du comportement économique des ménages. Précisons simplement que le processus d'observation des activités qui a été conçu dans le cas de l'enquête urbaine rwandaise pourrait être repris (et bien sûr adapté) dans la plupart des enquêtes niveau de vie et comportement menées dans les zones urbaines des pays en développement dans la mesure où l'on y constate "le développement d'une économie parallèle, souterraine ou complémentaire, tendant parfois à devenir principale voire primordiale, expliquant que, dans la mesure où les salaires urbains n'ont guère suivi l'évolution du coût de la vie, il a bien fallu que les individus et les ménages inventent leurs propres systèmes de création d'emplois et d'opportunités de revenus qui permettent d'assurer le maintien de leurs niveaux de vie'' (Cf CHARMES et KAHOUN, 1985).

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

La quinzième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La quinzième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant les statistiques de l'emploi dans le secteur informel adoptée par la quinzième Conférence internationale des statisticiens du travail, (janvier 1993) La quinzième Conférence internationale

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 97.06 du 18 juin 1997 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d'estimation, changements d'options fiscales et corrections d'erreurs Le Conseil

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979 Source : www.legifrance.gouv.fr Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Article 1er Les partenaires

Plus en détail

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995)

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Légende: Première déclaration d'assurance relative aux activités relevant du budget général. Depuis l'entrée en

Plus en détail

Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines

Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines Sommaire 1 ANALYSE FONCTIONNELLE DES EMPLOIS...2 1.1 LE PRINCIPE... 2 1.2 LES 15 FONCTIONS ET LEURS COMPOSITIONS... 3 1.3 AVERTISSEMENT

Plus en détail

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999

Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 Méthodologie de l'enquête sur les Adolescents en Milieu Urbain (EAMU), Casablanca, 1999 I- Introduction Sujet d'intérêt de tous les temps, l'adolescence prend, aujourd'hui, plus d'importance en raison

Plus en détail

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks

NC 04 Norme comptable relative aux Stocks NC 04 Norme comptable relative aux Stocks Objectif 01. Lorsque l'activité de l'entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Norme comptable relative aux Contrats de construction

Norme comptable relative aux Contrats de construction NC 09 Norme comptable relative aux Contrats de construction Objectif 01. Les contrats de construction portent généralement sur la construction d'immeubles, de barrages, de ponts, de bateaux ou d'autres

Plus en détail

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES

LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES LES DONNÉES MACROÉCONOMIQUES L'observation scientifique des mécanismes économiques a conduit à l'identification de certaines informations qui reviennent systématiquement et qui apparaissent ainsi, essentielles

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

Les principes généraux de la Comptabilité

Les principes généraux de la Comptabilité Les principes généraux de la Comptabilité présentés par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Il est toujours nécessaire, voire indispensable, de connaître les principes

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : des Caisses Primaires d'assurance Maladie 09/04/90 des Caisses Générales

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération

Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Grand Lyon : la précarité reste concentrée à l'est de l'agglomération Rhône-Alpes Chef de projet : Sabine Guillaume Chargée d'études : Maud Coudène SEPTEMBRE 2010 Étude réalisée par l'insee Rhône-Alpes

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781 Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre Différences de calcul de l'indice du coût de la main-d'œuvre CCE 2012-0781 JM/KDG/CVC 12 juillet 2012 2 CCE

Plus en détail

Épreuve n 4 : droit fiscal

Épreuve n 4 : droit fiscal Épreuve n 4 : droit fiscal Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire d un ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions. Durée

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS

FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS CATEGORIE C ADJOINT ADMINISTRATIF TERRITORIAL (adjoint administratif de 2 ème classe - adjoint administratif 1 ère classe - adjoint administratif principal

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat

La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat La structure comptable de base, le couple Bilan - Etat de résultat L'information comptable de synthèse prend la forme d'un bilan (Section 1) et d'un état de résultat (Section 2), deux états de synthèse

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

INSTRUCTIONS AUX EMPLOYEURS DRS

INSTRUCTIONS AUX EMPLOYEURS DRS DÉCLARATION DES RISQUES SOCIAUX INSTRUCTIONS AUX EMPLOYEURS DRS D R S Trimestre : 2013-04 Indemnités Table des matières Introduction...5 Pour qui...6 Quand...7 Que remplir... 8 28/11/2013 Instructions

Plus en détail

ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles

ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles (étendu par arrêté du 19 décembre 2001 J.O. du 29/12/01, modifié par arrêté du 21 janvier

Plus en détail

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7

2. Calcul du salaire. ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 ACF CONSULTING FORMATION PAIE - Page 1 sur 7 1. durée du travail Le salaire est la contrepartie de d un travail effectué pendant une durée. Cette durée et les éléments de cette rémunération est encadrée

Plus en détail

Fiche conseil. LE FORFAIT JOUR : Mode d'emploi

Fiche conseil. LE FORFAIT JOUR : Mode d'emploi LE FORFAIT JOUR : Mode d'emploi Fiche conseil Quelles sont les conditions à respecter pour mettre en place des forfaits jours? Quels sont les salariés concernés? Quelle est la durée du travail des salariés

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

BOFIP-GCP du 14-0004 du 25/02/2014

BOFIP-GCP du 14-0004 du 25/02/2014 DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES BOFIP-GCP du 14-0004 du 25/02/2014 NOR : BUDE1404375J Instruction du 12 février 2014 COMPTABILISATION DES CHANGEMENTS DE METHODES COMPTABLES, CHANGEMENTS D'ESTIMATIONS

Plus en détail

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Mai 2007 Les congés payés en 2007 Thème d actualité à l approche de l été, les congés payés restent un sujet d interrogation et de possibles

Plus en détail

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE Circulaire n 2009-06 du 7 juillet 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ALLIER 4, rue Marie Laurencin 03400 YZEURE ***** Téléphone 04-70-48-21-00 Télécopie 04-70-44-85-61 NOUVELLES

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

La nouvelle version du compte satellite des ISBL

La nouvelle version du compte satellite des ISBL Version intégrale La nouvelle version du compte satellite des ISBL Cette note présente les développements récents apportés au compte satellite des institutions sans but lucratif (ISBL). Le lecteur est

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

Barème C. Ainsi, sont soumis au barème C les contribuables imposés à la source, domiciliés en Suisse ou non et dont le conjoint perçoit des :

Barème C. Ainsi, sont soumis au barème C les contribuables imposés à la source, domiciliés en Suisse ou non et dont le conjoint perçoit des : Barème C Quand le barème C entre-t-il en vigueur? Dès le 1er janvier 2014. Qui est concerné par le barème C? Les couples mariés ou en partenariat enregistré, dont les deux conjoints vivent en ménage commun

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-10-20-50-20151014 DGFIP IR - Réduction d'impôt au titre des

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS SOCIAL N 73 SOCIAL N 39 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 24 mai 2005 ISSN 1769-4000 TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS La loi du 31 mars 2005 portant réforme

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Decembre 2014 Présentation des états financiers 1 CONSIDÉRATIONS SUR L'ENSEMBLE Date d'entrée en vigueur : Exercices ouverts à compter du 1 er

Plus en détail

Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés

Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés Bilan de l'enquête en ligne sur la connaissance de la formation professionnelle par les salariés 1) Données Internet L'enquête a été ouverte sur le site de la DIRECCTE du 19 septembre 2012 au 15 février

Plus en détail

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM

Circulaire Marchés publics Art. 30 CTM Circulaire. - Marchés publics. - Chantiers temporaires ou mobiles. - Plan de sécurité et de santé - Directives pratiques portant sur les documents à joindre à l'offre en application de l'article 30, alinéa

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956

Avenant n 3 1955-06-16. Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 Brochure JO 3108 Chimie Avenant n 3 1955-06-16 Crée(e) par Avenant n 3 1955-06-16 en vigueur le 1er juillet 1955 étendu par arrêté du 13 novembre 1956 JONC 12 décembre 1956 INGENIEURS ET CADRES, ANNEXE

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés

Sources et méthode. Qui sont les non-salariés? De nouvelles sources pour appréhender les non-salariés Sources et méthode Qui sont les non-salariés? Les non-salariés se distinguent des salariés par l absence de contrat de travail et par le fait qu ils ne dépendent de personne (pas de lien de subordination

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES Guide Mémento Recueil - PC6 Congés de longue durée pour pensionnés de RENOUVELLEMENT DES CONGES PC 6.2 0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT Le fonctionnaire doit adresser une demande de prolongation de congé

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI AU SENEGAL

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI AU SENEGAL République du Sénégal ------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------ DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE D'UN INDICATEUR DE SUIVI DE l EMPLOI

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Suivi de l'actualité Numéro 47 Novembre 2012 FISCAL SOCIAL JURIDIQUE

Suivi de l'actualité Numéro 47 Novembre 2012 FISCAL SOCIAL JURIDIQUE Suivi de l'actualité Numéro 47 Novembre 2012 FISCAL - Tolérance administrative pour l'application de la suppression de l'exonération fiscale des heures supplémentaires et assimilées - Conditions de déduction

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise

Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Circulaire sur le remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Période fiscale 2011 Circulaire no 1 Remboursement de frais et part privée sur véhicule d'entreprise Cette circulaire est

Plus en détail

LES COMITÉS D ENTREPRISE

LES COMITÉS D ENTREPRISE 26 Fiche LES COMITÉS D ENTREPRISE EUROPÉENS (CEE) La création de «comités d entreprise européens» a été décidée dans le cadre d une directive adoptée le 22 septembre 1994. L idée de départ tient au fait

Plus en détail