SrI'HrIInNVNI~ SrIntH.LSIJ..VJ.. S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SrI'HrIInNVNI~ SrIntH.LSIJ..VJ.. S"

Transcription

1 DL on SrI'HrIInNVNI~ SrIntH.LSIJ..VJ.. S

2 Notes méthodologiques "-..A 5 MONNAIE, CREDIT, BOURSE ET CHANGE l - BANQUE CENTRALE DE TUNISIE 1-1-A Situations mensuelles par secteur (Actif) B Situations mensuelles par secteur (Passif) A Situations rétrospectives par secteur (Actif) B Situations rétrospectives par secteur (Passif)... 5 II - BANQUES DE DEPOTS 1I-1-A Situations mensuelles par secteur (Actif) I-1-B Situations mensuelles par secteur (Passif) I-2-A Situations rétrospectives par secteur (Actif)... R 1I-2-B Situations rétrospectives par secteur (Passif)... q 11-3 Dépôts monétaires gérés par les banques de dépôts Dépôts à terme collectés par les banques de dépôts venti lés par durée 11 III - SYSTEME MONETAIRE Situations mensuelles consolidées de la BCT et des banques de dépôt s. ~ Ressources du systême monétaire et leurs contreparties(situations consolidées de la BCT et des banques de dépôts) Avoirs et engagements extérieurs du système monétaire , Créances nettes du système monétaire sur l'etat IR III-5-A'Crédits du système monétaire à l'économie 19 1II-5-B Crédits du système monétaire à l'économie ventilés par terme IV - LES AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS IV-1-A Situations consolidées des autres établis. financiers (Actif) IV-1-B Situations consolidées des autres établis. financiers (Passif) V - CENTRALE DES RISQUES V - Total des crédits recensés par la Centrale des V-1-A Crédits à court terme recensés par la Centrale V-1-B Crédits à moyen et long termes recensés VI - CHAMBRES risques des risques par la Centrale risques DE COMPENSATION VI-l Nombre des opérations e.ffectuées dans les chambres de compensation. 30 VI-2 Volume des transactions effectuées dans les chambres de compensation des 28

3 VII - POLITIQUE MONETAIRE ET DU CREDIT VII-1-A Instruments de la politique mon~taire et du cr~dit VII-1-B Instruments de la politique mon~taire et du cr~dit VII-1-C Instruments de la politique mon~taire et du cr~dit VII-2 Taux d'int~rêt de la Banque centrale de Tunisie 37 VII-3 Taux d'int~rêt d~biteurs des banques de d~pats 38 VII-4 Autres taux d'int~rêt 39 VII-5 Commissions sur les op~rations bancaires VII-6 Taux d'int~rêt cr~diteurs maxima des banques de d~pats VIlI- CHANGE VIII-1 Cours quotidiens des principales monnaies cot~es à la BCT VIII-2 Taux de change du dinar en DTS 47 VIII-3 Cours des devises cot~es à la BCT 48 IX - BOURSE DES VALEURS MOBILIERES IX - Volume des transactions en capitaux 50 X SERIES RETROSPECTIVES DE CERTAINES VARIABLES MONETAIRES X-A Dépôts d'~pargne aupr~s des banques de d~pats X-B Dépôts d'~pargne aupr~s de la CNEL x-c Dépôts d'~pargne en dinars et en devises aupr~s de la CENT 53 X-D Dépôts d'~pargne en devises aupr~s de la CENT Xl - PRIX XI-l Indice des prix de gros 56 XI-2 Indice sp~cifique des prix à la consommation familiale XII - PRODUCTION AGRICOLE XII-l C~r~ales, 58 XII-2 Principales productions agricoles autres que les ~r~a1es XII-3 Prix à la production de certains produits agricoles XIII - PRODUCTION INDUSTRIELLE XIII-1 Indice de la production industrielle 60 XIII-2 Production mini~re et~erg~tique XIII-3 Principales productions d~riv~es des produits miniers et ~nerg~tique~ XIV - TOURISME XIV-1 R~partition des nuit~es des non-r~sidents par nationa1it~ 63 XIV-2 R~partition des entr~ès des non-r~sidents par nationa1it~... 64

4 xv - COMMERCE EXTERIEUR XV-I Evolution de la halance commerciale 66 XV-2-X Répartition des exportations (FOB) par groupement d'utilisation des produitè 67 XV-2-M Répartition des importations (CAF) par groupement d'utilisation des produits XV-3-x Principaux produits exportés 68 XV-3-M Principaux produits importés 70 XV-4-X Répartition des exportations par principaux pays 72 XV-4-M Répartition des importations par principaux pays 73 XV-5-X Indices de volume et des prix à l'exportation par groupement d'utilisation des produits 74 "XV-5-M Indices de volume et des prix à l'importation par groupement d'utilisation des produits 74 XVI - COMPTES DE LA NATION XVI-l Produit intérieur br'ut par branche d'a'ctivité économique 75 XVI-2 Emplois imputés au produit intérieur brut XVI-3 Répartition de la formation brute de capital fixe par branche XV[[ - BALANCE DES PAIEMENTS XVII-l Evolution des recettes 77 XVI[-2 Evolution des dépenses 78 XVII-3 Evolution des soldes des paiements extérieurs Rigoureusement nul (N'existait pas 1 1 Non disponible MD millions de dinars 1 1 ) N'existe plus md milliers de dinars 1 1 Idem " 1 l

5 Le prêsent bulletin, publiêtrimestriellement par la Banque centrale de Tunisie, est consacrêessentie1lement aux statistiques financières dont la plupart sont é1aborêes entièrement par les services de la Banque. Dans les dernières pages du bulletin, des statistiques économiques gênêra1es d'un usage courant sont également pub1iêes au fur et à mesure qu'elles deviennent disponibles. Intitu1êe "Monnaie, Crêdit, Bourse et 'Change", la partie financière se subdivise en dix chapitres : Les statistiques de la Banque centrale de Tunisie sont ê1aborêes à partir de ses situations dêcadaires. Elles sont prêsentêes, après reclassement des différents postes, sous forme de situations mensuelles sectorielles et de situations rétrospectives annuelles, trimestrielles et mensuelles. Le système monêtaire comprend, outre la Banque centrale de Tunisie, dix hanques de dépôts qui sont en activitê et le Centre des chèques postaux. Les banques sont les suivantes Arab tunisian hank(atb) Banqne franco-tunisienne(bft) Banque intern. arahe de Tsie(BIAT) Banque nationale de Tunisie (BNT) Banque du Sud(BS) Banque de Tunisie(BT) Crêdit foncier et commercial de Tunisie(CFCT) Sociétê tunisienne de banque(stb) Union bancaire pour le commerce et 1 t industrie(ubci) Union internationale de banques(uib) Les statistiques du système banc'aire sont ê1aborées à partir des situations mensuelles des banques de dépôts. Certains postes de ces situations font l'ohjet des principaux reclassements ci-après ~ a) Les hons échus sont déduits des dêpôts à terme et classés dans les dêpôt s à vue. h) Le "report à nouveau" est soustrait du poste "Divers" (passif) et ajouté aux fonds propres. c) Les bons du Trésor et d' êqui pement et, depuis le mois de décembre 1977, les emprunts nationaux ne sont pas enregistrés dans le portefeui1letitres, mais dans les crêances sur l'etat. Les statistiques du système bancaire sont présentées sous forme de situations mensuelles sectorielles et de situations rétrospectives annuelles, trimestrielles et mensuelles. Elles sont comp1étêes par des états rêtrospectifs comportant la ventilation des dépôts monêtaires par agent déposant et par forme et des dépôts à terme selon leur durée.

6 Les situations mensuelles ou rêtrospectives de la 8anque centrale et des banques de d~pôts sont conso1id~es entre elles et avec celles du Centre des chèques postaux pour constituer les situations mon~taires. Celles-ci sont suivies d'une ventilation d~~ai11êe de chacune des trois contreparties des ressources monêtaires, à savoir 'les cr~ances nettes sur l'extêrieur, les crêances nettes sur 1'.Etatet les concours à l'~conomie. Les principaux établissements financiers autres que ceux composant le système monêtaire sont c1ass~s dans les deux ~roupes ci-après - Les institutions de financement du d~ve1oppement et de collecte de l'êpargne (IFOCE) qui se composent de : Huit banques d'investissement : la Banque de coopêration du Ma~hreb Arabe (BCMA), la Banque de dêve10ppement économique de Tunisie (BDET), la Banque nationale de dêv~loppement a~rico1e (BNDA), la Banque nationale de dêve10ppement touristique (BNDT ex COFIT), la Banque de Tunisie et des Emirats d'investissement (BTEI), la Banque tuniso-qatarie d'investissement (BTOI), la Banque tunisokoweltienne de dêve10ppement (BTKD), la Sociêtê tuniso-saoudienne d'investissesement et de dêve10ppement (STUSID) et la Banque arabe tuniso-1ibyenne de d~veloppement et de commerce êxterieur (BATLDCE). Deux institutions spêcia1isêes dans la collecte de l'êpargne : la Caisse ri' êpargne nationale tunisienne (CENT) et la Caisse nationale d'êpargnelo~ement (CNEL). - Les or~anismes de ~estion de portefeuilles transmettant leur situation à la 8anquecentra1e de Tunisie : la Sociêt~ gênêra1e de participations (GEP), la Sociétê financi~re et de ~estion (SOFIGES), 1 'Union f1nanci~re (UF) et l'union tunisienne de participation (UTP). - Les autres or~anismes de gestion de portefeuilles : Placement de Tunisie (PT), la Société immobi1i~re, commerciale et financière (SICOF), la Soci~tê de participation, de gestion et d'investissement (SPGI) et la Sociêtê immobi- lière et de participation (SIMPAR). En raison du nombre rêduit de rubriques, les statistiques des autres ~tah1issements financiers sont prêsentêes uniquement sous forme de situations rêtrospectives des ressources et des emplois. Il s'agit des encours des crêdits consentis directement aux clients et uti1isês jusqu'au soir du jour où l'êchéance de fin de mois est effectivement rêglêe ou recouvrée. Ces crêdits sont communiquês mensuellement à la Centrale des risques de la Banque centrale. Les banques et les autres êtablissements financiers étaient tenus de communiquer une dêc1aration individuelle englobant, par bênêficiaire, les autorisations et les utilisations des crêdits qui d~passent 5 mille dinars pour

7 l'escompte des effets de transactions et 3 mille dfnars pour les autres cat~gories de cr~dit. Depuis juillet 1973, le recensement porte sur l'ensemble des cr~dits dispens~s puisque les banques et les établissements financiers doivent, en plus des d~clarations individuelles, communiquer globalement à la BCT les autres risques en les ventilant par branche d'activit~. L'ensemble des cr~dits recens~s par la CentraIe des risques sont ventil~s par branche d'activit~ ~conomique et r~partis en cr~dits à court terme et cr~dits à moyen et long termes. Sont publi~es sous cet intitul~ les statistiques en nombre et roontant des transactions effectu~es sur les ch~ques, effets et virements dans le cadre des chambres de compensation de Tunis, Sfax, Sousse, Bizerte, Nabeul et Gab~s. Pour les s~ries mensuelles et annuelles, les donn~es des tableaux sont les cumuls des transactions quotidiennes des chambres de compensation. Sont expo8~s, dans ce chapitre, les instruments de la politique mon~taire, financi~re et du cr~dit. Outre un tableau r~capitulatif des instruments d'intervention de la BCT, une ventilation d~tatll~e donne l'~volution du taux de r~escompte, des taux d'int~rêt d~biteurs et cr~diteurs des banques de d~pôts, des autres taux d'int~rêt et des commissions bancaires. Sont publi~s dans ce chapitre quatre tableaux donnant 1'~volution des d~pôts d'~pargne sur livrets en dinars auprb des banques de d~pôts et de la Caisse nati.onale d'~pargne-logement ainsi que sur les comptes en dinars et en devises ouverts auprès de la Caisse d'~pargne nationale tunisienne. Sont publi~es sous cet intitul~ les statistiques du march~ des transactions appel~ ~galement march~ secondaire. Les transactions effectu~es sont pr~sent~es dans un tableau qui les ventile selon qu'ellès sont n~goci~es sur le march~ permanent ou occasionnel et par nature économique et juridi.quedes titres échang~s. Sont n~goci~s dans le cadre de la cote permanente les titres suivants * Actions Il s'agit des actions émises par les soci~t~s suivantes

8 - Banque - Banque internationale arabe de Tunisie nationale de Tunisie (BNT) (BlAT) - Banque du Sud (BS) - Banque de Tunisie (BT) - Banque nationale de développement touristique - Société tunisienne de banque (ST8) (BNDT ex COFIT) - Union bancaire pour le commerce et l'industrie (UBCI) - Union internationale de banques (UIB) - Compagnie d'assurances tous risques et de r~assurances (Astr~e) - Groupe des assurances de Tunisie (GAT) - Société tunisienne d'assurances "Lloyd tunisien" - Société tunisienne d'assurances et de r~assurances (STAR) Industries agricoles et alimentaires - Société frigorifique et brasserie de Tunis (SFBT) - Société tunisienne de boissons gazeuses (STBG) - Société tunisienne fruitière ET-THlMAR - Société tunisienne de l'industrie laitière (STIL) - Société tunisienne du sucre (STS) Tourisme, thermalisme, hôtellerie Omar Khayam S.A. - Société hôtelière, touristique et balnéaire "MARHARA". Bâtiment, travaux publics: - Société tunisienne des ind. de matériaux de construction (SOTlMACO) - Société tunisienne LAFARGE. - Compagnie internat. d'équipement - Société nationale du liège (SNL) de meubles et d'exportation (CIEMEX) - Société Skanès - Tunisie bois. Industries mécaniques et ~ectriques - Société Le Confort - Société Le Moteur - Mine-Usine - Société industrielle de carrosserie automobile et mat.élev.(sicame) - Société tunisienne des industries automobiles (STIA) - Société tunisienne des moteurs (SOTUMO).

9 - Société industrielle d'acide phosphorique et d'engrais (SIAPE) - Société tunisienne d'oxygène et d'acétylène (STOA). - Compagnie tunisienne de navigation (CTN) - Société de transport de marchandises (STM) - Société tunisienne d'acconage et de manutention (STAM) - Société tunisienne de l'air (TUNIS-AIR) - TUNISAVIA. - Société commerciale tunisienne (SOCOTU) - Société tunisienne des échanges commerciaux (SOTECOM). * Fonds d'etat (au nombre de 38) : emprunt 3 % 1892 regroupé, emprunt 3 % regroupé, emprunt national rie 1967 et les tranches des bons d'équipement de 1973, 1974, 1975, 1976, 1977, '1978, 1979, 1980, 1981 et * Emprunts obligataires (au nombre de 8) : un emprunt émis par la Compagnie tunisienne de l'électricité et du transport (cnn) en , deux emprunts émis par la Sociêtê tunisienne de banque en 1967 et 1973, un emprunt émis par la Banque de développement économique de Tun isie (BDET) en 1974, deux emprunts émis par la Banque nationale de dêveloppement touristique (BNDT ex COFIT) en 1975 et 1976, deux emprunts émis par la Sociêtê tunisienne de l'électricité et du gaz en 1975 et enfin un emprunt émis par la Banque nationale de Tunisie en * Droits : Il s'agit des droits d'attribution et de souscription rattachés aux actions des sociétês cotêes à la bourse. Au sein du marché occasionnel sont traitées toutes les opérations conclues sur des valeurs autres que celles inscrites à la cote permanente. Ces o.,érations doivent transiter par le marché occasionnel pour homologation en vertu de l'article 3 de la loi no du 2S février 1969 portant création de la Bourse des valeurs mobilières.

10 En plus ci' une série rétrospective donnant les cours acheteurs des devises cotées par la RCT» au dernier jour ouvrable du mois ainsi que leurs moyennes mensuelles» cette partie comprend un tableau retraçant l' évolut ion des quatre principales devises cotées par la BCT durant les trois mois les plus récents ainsi qu'une série relative au taux de change du dinar tunisien exprimé en OTS. La partie "Statistiques économiques générales" concerne les prix» la product ion agricole» la product ion industrielle t le tourisme» le commerce extérieur» les comptes de la nation et la halance générale des paiements. EXPLICATIONS COMPLEMENTAIRESDE CERTAINS POSTES DES TABLEAUX Tableau 1-I-A» page 2 : Situation mensuelle de la BCT (Actif) Les "Effets réescomptés sur l'étranger" représentent des créances sur cies non-résidents qui sont détenues par la BCT et figurent» à ce titre» dans les avai rs extérieurs. Constituant par ailleurs une créance sur les banques de dêpôts» ils sont enregistd!s comme tels et retranchés de la rubrique "Postes non n~tent1s et a.justements". La rubrique "effets réescomptés existant dans le portefeuille escompte des hanques" comprend - Les effets réescomptés représentant des crédits à moyen terme depuis le mois de mai Les effets de mobilisation des crédits de cultures saisonnières depuis le mois d'août Les effets réescomptés représentant des crédits à long terme depuis le mois de décemhre Avoirs et engagements extérieurs du système monétaire. La ruhrique "Crédits à des non-résidents" comprend» d'une part» le poste "Effets réescomptés sur l'étranger" de la situation de la BCT et d'autre part» le poste "Portefeuille escompte sur l'étranger"» les "autres valeurs à recouvrer sur l'étranger" et les "comptes courants débiteurs (non-résidents)" de la situation des banques de dépôts. Tableau 111-4» page 18 : Créances nettes du système monétaire sur l'etat. Le poste "Avances à l'etat" comprend : l'avance à moyen terme» de décembre 1962 à janvier 1968, l'avance en contrepartie de dépôts en devises» de mai 1963 à avril 1968, les avances permanente et remboursable depuis juillet 1970 et enfin l'avance en contrepartie de DTS depuis décembre 1970.

11 Le poste "Autres créances" comprend les effets et ch~ques du Trésor en cours de recouvrement, les obligations cautionnées de 1965 ~ 1967, la créance née en 1958 du transfert du privil~ge d'émission ~ la BCTjusqu'en janvier 1970 et la créance née de la dévaluation du franc français de 1958, jusqu'en décembre La rubrique "Bons du Trésor et emprunts nationaux" regroupait avant août 1963 d'autres effets publics. A partir de décembre 1977, elle re~roupe également les emprunts nationaux souscrits par les banques de dépôts. 1) La rubrique "Postes d'ajustement" comprend les effets remis en pension par les banques ~ la BCTainsi que les effets constituant la contrepartie des emprunts contractés auprès de l'institut d'émission dans le cadre des opérations du marché monétaire et les effets réescomptés par billet global tout en demeurant dans le portefeuille escompte des banques. En outre, dans la mesure où il est nécessaire d'isoler la totalité des crédits de la BCTdans la situation consolidée, les pensions et les interventions sur le marché monétaire ainsi que les effets réescomptés :ll'aide d'un billet global sont déduits de la totalité des crédits accordés par les banques. 2) La rubrique "recouvrements et encaissements (nets)" regroupe les "autres valeurs :l recouvrer sur la Tunisie" et le "portefeuille encaissement" diminués des "comptes exigibles après encaissement". 3) Le "portefeuille escompte" comprend, entre autres, les effets réescomptés par billet global. Tableau III-5-B, page 20 : Crédits du système monétaire ~ l'économie ventilés par terme : La rubrique "autres crédits sur ressources ordinaires" re~roupe les postes "Recouvrements et encaissements nets", "Débiteurs divers" et "Douteux et litigieux" Les instruments de la politique monétaire et du crédit 1) En 1969, une cote "Frais de culture" d'un montant de 2 millions de dinars a été instituée. Dans ce tableau, elle a été lnt roduite dans la cote ordinai re tant pour les autorisat ions que pour les ut i 1isat ions ef fect ives. Depuis le 13 février 1978, les effets représentatifs des frais de culture sont réescomptés en "hors cote" et ne sont plus donc repris dans la cote ordinaire. - Depuis le 4 mars 1976, les banques ont été autorisées ~ octroyer des prêts spéciaux pour le financement de la construction ou l'acquisition de lo~ements neufs dont le coût global dépasse dinars, consent is dans la limite de 2 % de l'ensemble des dépôts des banques. Ces prêts dont le montant ne peut dépasser un plafond global de dinars sont réescomptables ~ la Banque centrale à concurrence de la moitié et à l'intérieur d'une cote spéciale.

12 - Les banques ont été autorisées, depuis le mois de février 1976, à dispenser à la CNEL des avances sur les crédits d'anticipation octroyés par cette dernière à ses affiliés. Ces avances consenties dans la limite d'un plafond fixé annuellement par la Banque centrale sont mobilisables à l'institut d'émission dans le cadre d'une cote speciale à concurrence de la moitié. - La cote moyen terme, fixée auparavant à 12 millions de dinars, a été supprimée le 31 mars 1975 accompagnee de l'institution du ratio global de financement du développement. Depuis cette date, les banques ne peuvent présenter au réescompte que les effets représentatifs des crédits à moyen terme nourris sur leurs ressources en dépassement du portefeuille minimum du ratio d'emploi en effets privés à moyen terme. A partir du 10 mai 1982, les crédits à moyen terme accordés à la petite entreprise, à l'artisanat et aux petits métiers (PEAPM) institué le 27 octobre 1981 peuvent être réescomptés indépendamment des niveaux effectifs du ratio d'emploi en effet privé à moyen terme et du sous-ratio "PEAPM". - Depuis le 14 août 1981, les effets représentatifs de crédits d'une duree supérieure à sept ans et consentis dans la limite de 3 % des dépôts de chaque banque peuvent, après accord de réescompte, être mobilisés à la Banque centrale dans la limite de 70 % de l'intervention effective des banques au secteur agricole et.de 60 % pour les autres secteurs sans que le total des effets ainsi mobilisés dépasse 10 % du portefeuille escompte de la BCT. 2) Bien que la création du marché monétaire date du 23 juillet 1963, la Banque centrale n'a commencé à participer effectivement aux transactions qu'en janvier Elle a été amenée, le 2 janvier 1975, à plafonner à 15 % de l'ensemble des dépôts le recours global de chaque banque au réescompte dans le cadre de la cote ordinaire et au marché monétaire. Les demandes d'emprunts présentées par les banques en dépassement du plafond ne peuvent être satisfaites que par la Banque centrale au taux maximum applicable aux soldes des comptes des banques à l'institut d'émission qui sortent débiteurs. Le Il juin 1982, ce plafond a été porté à 17,5 % de l'ensemble des dépôts de chaque banque. Toutefois, les demandes d'emprunts présentées sur le marché monétaire et comprises entre les limites de 15 % et 17,5 % ne peuvent être servies que par la Banque centrale au taux maximum du découvert bancaire fixé par la règlementation en vigueur. Le taux de pénalisation appliqué pour les demandes d'emprunts en dépassement du plafond maximum demeure fixé à 15 %. Les opérations se noua~ent, jusqu'en 1973, pour diverses échéances et les taux maxima du tableau étaient ceux applicables pour les opérations contractées pour 28 jours. A partir de janvier 1974, les opérations sont cont ractées pour une journée. Les moyennes quotidiennes sont calculées à partir de l'année 1980 pour tous les jours du mois et non pour les jours ouvrables uniquement. 3) Le total des concours de la BCT aux banques comprend le réescompte d'effets sur la Tunisie et sur l'étranger, les effets remis en pension ainsi qùe les interventions sur le marché monétaire effectuées par l'institut d'émission depuis le 14 janvier ) Instituée le 28 septembre 1964, la réserve obligatoire était calculée sur les accroissements de l'ensemble des dépôts de fin du mois et était

13 fixee il 10 %. A partir du 31 decembre 1966, la reserve obligatoire ~tait calculee en fonction des differents accroissements des depôts comme suit : - 10 % des augmentations des depôts inferieures ou ~gales à 0,5 % 50 % des augmentations des depôts superieures il 0,5 % et inferieures ou ~gales il 1 %. 65 % des augmentations des depôts superieures il 1 % et inferieures ou egales il 1,5 %. 75 % des augmentations des depôts superieures à 1,5 % et inferieures ou ~gales à 2 %. 80 % des augmentations des depôts superieures il 2 % et inferieures ou ~gales il 2,5% % des augmentations des depôts superieures à 2,5 %. Le Il avril 1968, la r~serve obligatoire était fixée il 10 % de toute augmentation des depôts inferieure ou ~gale il 1 % et il 30 % de toute augmentation des dépôts superieure il 1 %. Depuis le 21 mai 1973, ~a reserve obligatoire ~tait calculee sur le total des dépôts de fin du mois ; son taux a été fixé ~ 8 %. A partir du 2 janvier 1975, elle est calculée selon deux taux différentiels. Les depôts en compte capital et d'attente des non-résidents sont soumis au taux de 40 %. Quant aux dépôts à vue et aux dépôts il terme d'une durée inférieure ou ~ale il un an, le taux qui leur est applique a fait l'objet de modifications fréquentes (en fonction de la situation de la trésorerie des banques). 2/1/75 14/7/78 6,5 % o % 16/8/76 19/1/79 5,5 % 2 % 8/4/77 4/7/79 3 % 1 % Il en devises obligatoire. suivantes : est à signaler qu'à compter du 31 mars 1980, les comptes ~trangers des non-résidents ont ~té déduits de l'assiette de la reserve Le taux appliqué ~ cette nouvelle assiette a subi les modifications Depuis le 10 août 1983, les dépôts dans les comptes ~trangers en dinars convertihles ouverts aux noms de personnes physiques de nationalité tunisienne ne sont pas pris en considération dans le calcul de l'assiette de la r~serve obligatoire. 5) Le 10 octobre 1958 a ~té institué un régime d'accord de réescompte pour les crédits à court terme finançant toutes les opérations agricoles, commerciales et industrielles et qui étaient soumis il l'autorisation préalable. Le 4 août 1964, les crédits à moyen terme ont ~té également soumis au régime dé l'autorisation préalable et de l'accord de réescompte. A trois reprises entre 1967 et 1975, des modifications ont ~t~ apportées quant aux montants à part ir desquels les credits ~taient soumis à l'autorisation préalable et à l'accord de réescompte.

14 Le 2 janvier 1981 et en vue de favoriser la d~centralisation, il a éte procedé â un rel~vement sensible du montant à partir duquel certains credits à court terme ~taient soumis à l'autorisation pr~alable et à l'accord de reescompte. A partir du 14 août 1981, les cddits à long terme, institués par la loi des finances no 80-88, ont ~té soumis à l'autorisation prealable et à l'accord de réescompte. 6) Le ratio global de financement du d~veloppement : Institué le 23 juillet 1963, le ratio d'effets privés à moyen terme a ~té porté le 4 août 1964 de 5 à 10 %. Au mois de mars 1974, les banques ont ~té invitées à le porter à 14 % au plus tard le 31 mars Elles devaient parvenir à ce niveau par paliers successifs de 1 point par trimestre à partir du 1er avril Institué le 23 juillet 1963, le ratio d'effets publics a ~té porté le 4 août 1964 de 25 à 30 %. Il a ~té ramené â 20 % â l'occasion de la manipulation de la réserve obligatoire datée du 2 janvier Le 26 juin 1974', la Banque centrale a institué, à l'intérieur de ce ratio, un ratio d'emploi en obligations comprenant les emprunts obligataires speciaux émis par la Banque de d~veloppement ~conomique de Tunisie et la Caisse nationale d'~pargne-logement. Le taux effectif de ce ratio ne peut excéder le niveau du.plancher d'effets publics. Le Il avril 1975, ces deux ratios ont ~té fusionn~s dans un ratio global de financement du développement (RGFD) dont le taux a ~te fix~ à 43 % des dépôts à vue, à terme et en comptes sp~ciaux d'~pargne autres que les d~pôts dans les comptes ~trangers en devises à compter du 31 mars :1980 et les d~pôts dans les comptes ~trangers en dinars convertibles ouverts au nom de personnes physiques de nationalité tunisienne à compter du 5 août Ce ratio se d~compose en 25 % au maximum pour le ratio d'effets publics dont 5 % en bons CNEL et en 18 % au minimum pour le ratio d'effets prives à moyen terme dont le portefeuille comprend désormais les bons BDET. A titre transitoire, le ratio d'effets privés a ~té porté de 13 % son niveau initial, à 15 % au 30 septembre 1975 puis augmenté de 1 point par trimestre pour atteindre 18 % au 30 juin En cas de non observation du ratio, le montant de l'insuffisance est versé dans un compte "dépôt provisoire" non rémunéré aupr~s de la Banque centrale. Depuis le 10 mai 1982, il a ~té institué â l'intérieur du ratio d'effets privés à moyen terme un sous-ratio intitul~ "ratio des crédits à moyen terme à la petite entreprise et à l'artisanat et aux petits métiers" dont le taux sera augmenté par paliers successifs pour atteindre progressivement un minimum de 2 % au 31 mars A titre transitoire, les banques doivent satisfaire un sous-ratio "PEAPM" de 0,5 % au minimum au 30 septembre 1982, de 1 % au minimum au 31 mars 1983, de 1,5 % au minimum au 30 septembre 1983 et enfin 2 % au minimum au 31 mars ) Le ratio de couverture des risques qui ~tait fixé à 2 % a ~t{i relevé le 31/12/1982. Ainsi, le montant minimum des provisions pour créances douteuses et pour risques divers constitu~ par les banques doit pouvoir couvrir simultan~ment :

15 la total1d du montant des cdances doj,1t~us~~inscrites à la rubrique "douteux et litigiéux",-:",":e:"j : et au moins 3 % de l'ensemble des risqjè's:~,-i ~:.., r:\ r ~,1:(:-;-,.~ ": 9) A partir d'août 1983, cette assiette du'rgfdaugmentêe des dépôts des personnes physiques tunisienh-ê'gddàl\:s'''lé1scomptes-'êtrangers en dinars convertibles. Tableaux VII-2 et VII-3, pages 37 et 38 : Taux d'::tr\t~r~t';<.fëu'f.i BCTet taux d'intérêt débiteurs des, banques de dêpôts. 1) Ces taux sont effectifs depuis le 27 'ô2tôbrè ) Ces taux sont effectifs depuis le 14 avril Ces taux concernent les opérations financ~es 'par les banques de dépôts sur des ressources spéciales, les opérations financées par de's institutions autres que les banques de dépôts ainsi que certaines opérations financêes sur les ressources ordinaires des banques de dépôts ma,is' qui font l'objet d'une réglementation particuli~re. " Par décret du 28/8/56, la Caissé d t~pargtle hàtionale tunisienne (CENT) a êté créée se substituant à la succursaje no 93 de la Caisse nationale d'êpargne française (CNEF) qui a été installée 'èt1. TUri~sie.eh,remplacement de la Caisse d'épargne tunisienne (convention franco.jfûti'is'ièiù-ie,ldu 20/3/ 188î3'; art. 2 dernier alinéa). Le taux de 2,75 % pratiqué lors de la cré~tion de la_ CENTest celui servi auparavant par la succursale no 93 ~u* dép8ts en dinars. Les comptes d'épargne en devises ont été instituées à compter du 1er janvier 1967 (loi du 29/12/1966). ', ': ' Lors des révisions des conditions de banques' em 1971 et en 1981, les taux d'intérêt servis aux dépôts effectués aupr~s de la CENTont été alignés avec la même date d'effet, à ceux servis aux comptes spéciaux d'épargne ouverts aupr~s des banques de dépôts. Cependant, à l' occasid1'l des: révisions des taux d'intérêt en 1973 et en 1977, et bien que la CENTse soit alignée sur les nouveaux taux, les dates d'entrée en vigueur se'sont èffectù~és avec un décalage de 5 et 3 mois respectivement. Un ch~que, un effet ou un virement es tdéplacé lorsque le compte à débiter i~t le compte_ à créditer sont ouverts dans deux. agences différentes installées dans deux localités différentes non 'rattachées à une même chambre de compensation. 1) A compter du 1er septembre 1977, la rémunération des comptes ch~ques des personnes physiques devient obligatoire et au taux de 2 % l'an alors que celle des comptes courants des personnes physiques ou morales demeure facultative sans toutefois excéder le taux de 1 % l'a1). 'Depuis le 1er janvier 1978, le Centre des ch~ques postaux octroie aux personnes physiques titulaires des comptes courants postaux un intérêt de 2 % l'an.

16 2) Les taux d'intérêt créditeurs servis aux titulaires des comptes à vue et à terme en dinars sont applicables aux comptes spéciaux en dinars. Pour les comptes êtrangers en dinars convertibles ouverts au nom de personnes physiques de nationalité tunisienne, le taux a êté fixé à 9 % l'an pour tous les dépôts quelle que soit leur durée. Le taux d'intérêt créditeur appliqué aux dépôts dans les comptes êtrangers en devises convertibles est librement arrêté entre le déposant et la banque. Cours des devises cotées à la Banque centrale de Tunisie 2) Depuis le 1er juillet 1974, le FMI évalue le DTS selon la méthode du "panier type". Auparavant, son taux êtait calculé sur la base de la parité en or. 2) Les chu fres des dépôts d'épargne en devises aupr~s de la CENT ne comprennent pas les intérêts acquis et non distribués. 1) Pour les années 1971 à 1973, les chiffres correspondent aux prix de base majorés d'une prime de difficultés exceptionnelles. Cette prime s'élevait à Od,300 par quintal pour le blé dur et à Od,200 par quintal pour le blé tendre et l'orge. Cet indice est présenté selon la classification internationale par type d'industrie (C.LT.I.) adoptée par les organismes internationaux. 1) Il s'agit de la part de l'ensemble des principaux produits ou ~roupes de produits dans la valeur totale des importations ou des exportations. évolution des principales opérations d'échange et de paiements extérieurs (optique r~glements) (1) 1) Arrêtés sur la base des r~glements effectifs comptabilisés au cours de la période sous revue, les données de ce tableau diff rent, pour certaines.rubriques, de celles ~ontenues dans les tableaux des Pages 77 j} 79 où les valeurs correspondantes aux tran,act ions effectuées sans paiements Gont prises f~n considération.

17 30NVHO ~3 3Sl:tnOB '~la3ho '3IVNNOW

18 , (chiffres de fin de periode : en milliers de dinars) Déc. Déc. Avri 1 Mai Juin Jui Ilet Août Sept. A e T 1 F AVOIRS EXTERIEURS , Reserves Internationales Enca1 sse-or Avoirs en DTS Positions de réserves au FMI Souscription au FMI Molns:Avolrs du FMI en dinars Avoirs en devises ,, Effets reesoomptes s/etranger CREANCES SUR L'ETAT Compte courant postal Avance permanante Avance remboursable Avance en e/p de DTS S i Chèques du Trésor en recourv CREANCES SUR LES BANQUES DE DEPOTS ET LES IFDCE CrHnces s/banques de ~ôts ", Effets reescomptes s/tunlsie ",, Effets reescomptes s/l'etranger Interventions s/marche monét Effets & cheques des banques en cours de recouv.& autres concours , Creances sur les IFOCE PORTEfEUILLE - TITRES AUTRES POSTES D'ACTIF Souscrlp. en or & en devises aux organismes Internationaux l..-ubles,, Divers (comptes deblteurs) Postes non retenus & ajust TOTAL ACTIF

19 ~c. 1982, Dec Avril 1984 Mill 1984 Juin 1984 Jui Ilet 1984 AoÛt 1984 Sept MONNAIE CENTRALE Monnaie fiduciaire Bi Ilets & monnaies en circulation Molns:Encaisse des bques de dépôts Encaisse du trésor Créances des banques de dépôts Interventions sile marche monet. Comptes courants ordinaires Devises des intermédiaires agr~s Réserves obligatoires Dépôts provisoires Encaisse des banques Cr~ances des IFDCE Dépôts des entrep. & particuliers ' ' CREANCES DE L'ETAT Encaisse du Tresor Comptes courants ;' du Tresor l FONDS DE CONTREPARTIE FOPRODI FONAPRA Cpte de la commission de garantie Trésorier payeur américain Etat: fonds de liquidation Autres fonds de contrepartie ENGAGEMENTS EXTERIEURS Engagements convertibles Comptes de coop~ratlon eco.(b) Avances Banque de France Corresp. étrangers en dinars convertibles et en devises Autres trésoriers payeurs ~trang. Recours au crédit du FMI FONDS PROPRES Capital Réserve légale ;', Reserve speciale Provisions AUTRES POSTES DE PASSIF Divers (comptes créditeurs) Comptes de coopération économique non utlll sés Cptes autres organismes internat. Postes non retenus et ajuste

20 1-2-A. SITUATIONS RETROSPECTIVES DE LA BANQUE CENTRALE DE TUNISIE PAR SECTEUR ACT 1 F <chiffres de fin de période: en milliers de dinars) Avoirs e x t é rie urs Créan- Créanc. Portef. Autres TOTAL ces s/bques titres postes Réserves Internationales sur dépôts d'actif ACTIF PERIODES l'etat & IFOCE Poslt. Accords Total de paiem. Reésc. Or et Avoirs réserve Total soldes sur devises en DTS au FMI débit. étrange < < < ( ( < ( < <: J Sept , Oct Nov Déc Janv Fév Mers Avril Mal Juin Jui Ao~t Sept Oct Nov Déc JlInv Fév ' Mars Avril Mal Juin Jui Ilet Août Septembre

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

8rJ'HrJI:lNVNI.!! 8rJneI~SI~ V ~ S

8rJ'HrJI:lNVNI.!! 8rJneI~SI~ V ~ S 8rJ'HrJI:lNVNI.!! 8rJneI~SI~ V ~ S Notes methodologiques A 5 MONNAIE, CREDIT, BOURSE ET CHANGE l - BANQUE CENTRALE DE TUNISIE I-I-A Situations mensuelles par secteur (Actif)... 2 1-1-B Situations mensuelles

Plus en détail

SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA)

SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA) SITUATION MENSUELLE MODELE 10 REVISE (M10R) (en milliers de DA) DINARS DEVISES TOTAL Actif : Valeurs en caisse RESIDENT Non- RESIDENT Non- A01 Billets et monnaies A011 valeurs en caisse A012 Banque d Algérie

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES ET ETABLISSEMENT FINANCIER N 93-08

CIRCULAIRE AUX BANQUES ET ETABLISSEMENT FINANCIER N 93-08 Tunis, le 30 Juillet 1993 CIRCULAIRE AUX BANQUES ET ETABLISSEMENT FINANCIER N 93-08 OBJET : Etablissement des situations et documents comptables périodiques communiqués à la B.C.T. Le Gouverneur de la

Plus en détail

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT)

LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME TUNIS - TUNISIE LES INDICATEURS D'ACTIVITE TRIMESTRIELS COMPARES AU 31 MARS 2009 ( Unité=En DT) LIBELLES PREMIER TRIMESTRE 2009 PREMIER TRIMESTRE

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

Conditions de Banque Avril 2010

Conditions de Banque Avril 2010 I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I- Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An Min Max T.1 Escompte d'effets de transaction

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011. I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres

CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011. I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres CONDITIONS DE BANQUE SEPTEMBRE 2011 BIAT I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK

CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK I TAUX D INTERET TAUX DEBITEURS CATEGORIES DE CREDITS CONDITIONS DE BANQUE AMEN BANK FINANCEMENT A COURT TERME ESCOMPTE D EFFET DE TRANSACTION INFERIEUR OU EGAL A 90 JOURS TAUX EN % L AN arrêté le 08/06/2004

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE

BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE I TAUX D'INTERET CATHEGORIES TAUX A - TAUX D'INTERETS DEBITEURS (*) I - FINANCEMENT A COURT TERME T 1. - Escompte d'effets de transaction inférieur ou égal à 90 jours T

Plus en détail

Conditions de Banque JANVIER 2012

Conditions de Banque JANVIER 2012 Conditions de Banque I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I- Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An Min Max T.1 Escompte

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

T 2.2. Autres TMM+1,25 TMM + 5. T 2 -Escompte d effets de transaction à 180 jours maximum T 2.1. Avalisés par une Banque..

T 2.2. Autres TMM+1,25 TMM + 5. T 2 -Escompte d effets de transaction à 180 jours maximum T 2.1. Avalisés par une Banque.. BAREME DES CONDITIONS DE BANQUE Banque Internationale Arabe de Tunisie Mars 2008 TAUX D INTERET A- TAUX DEBITEURS APPLICABLES AUX SECTEURS DONT LES TAUX D INTERET SONT LIBRES CATEGORIES DE CREDITS TAUX

Plus en détail

TITRE I : TAUX D'INTERET

TITRE I : TAUX D'INTERET 1/8 TITRE I : TAUX D'INTERET I 1. TAUX DEBITEURS APPLICABLES AUX SECTEURS DONT LES TAUX D'INTERET SONT LIBRES. T 1. T 1.1 T 1.2 CATEGORIE DE CREDITS I11. Financement à court terme Es d's de transaction

Plus en détail

A - TAUX DEBITEURS APPLICABLE AUX SECTEURS DONT LES TAUX D'INTERET SONT LIBRES TAUX EN % L'AN CATEGORIES DE CREDITS TAUX MINI MAX

A - TAUX DEBITEURS APPLICABLE AUX SECTEURS DONT LES TAUX D'INTERET SONT LIBRES TAUX EN % L'AN CATEGORIES DE CREDITS TAUX MINI MAX A - TAUX DEBITEURS APPLICABLE AUX SECTEURS DONT LES TAUX D'INTERET SONT LIBRES CODE TAUX EN % L'AN CATEGORIES DE CREDITS TAUX MINI MAX T1 T11 FINANCEMENT A COURT TERME ESCOMPTE D'EFFETS DE TRANSACTION

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Conditions de Banque JUIN 2015

Conditions de Banque JUIN 2015 Conditions de Banque JUIN 2015 I : Taux d'intérêt A. Taux débiteurs applicables aux secteurs dont les taux d intérêt sont libres I- Financement à court terme Catégories de crédit Taux en % L'An Min Max

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991. OBJET : Réglementation des conditions de banque. TITRE PREMIER CONDITIONS DES COMPTES CREDITEURS

CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991. OBJET : Réglementation des conditions de banque. TITRE PREMIER CONDITIONS DES COMPTES CREDITEURS CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991 OBJET : Réglementation des conditions de banque. TITRE PREMIER CONDITIONS DES COMPTES CREDITEURS CHAPITRE PREMIER COMPTES A VUE EN DINARS ET PLACEMENTS

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS Article premier. - Constitue un prêt consenti à un taux d'intérêt excessif, tout prêt conventionnel consenti à un taux d'intérêt effectif

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Tunisie ou d'un établissement financier dûment habilité à ouvrir cette catégorie de comptes. CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991

Tunisie ou d'un établissement financier dûment habilité à ouvrir cette catégorie de comptes. CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991 CIRCULAIRE AUX BANQUES N 91-22 DU 17 DECEMBRE 1991 ****** OBJET : Réglementation des conditions de banque. TITRE PREMIER CONDITIONS DES COMPTES CREDITEURS CHAPITRE PREMIER COMPTES À VUE EN DINARS ET PLACEMENTS

Plus en détail

SrrnlnIIrlNV NI~ SnInt:)LLSLLV~ S

SrrnlnIIrlNV NI~ SnInt:)LLSLLV~ S SrrnlnIIrlNV NI~ SnInt:)LLSLLV~ S Notes methodologiques.... A 5 MONNAIE, CREDIT, BOURSE ET CHANGE l - BANQUE CENTRALE DE TIlNISIE I-1-A Situations mensuelles par secteur (Actif)....... 2 I-1-B Situations

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 97-02 DU 24 JANVIER 1997 OBJET : Fiches d'information. * * * * * La présente circulaire a pour objet de modifier la procédure de communication à la Banque Centrale

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005 09 du 14 juillet 2005 Objet : Organisation du marché monétaire. TITRE PREMIER : DISPOSITIONS GENERALES Article premier : Le marché monétaire est ouvert dans

Plus en détail

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS

ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ECOBANK GUINEE S.A. ETATS FINANCIERS ET NOTES COMPLEMENTAIRES AU 31 DECEMBRE 2012 Page 2 BILAN AU 31 DECEMBRE 2012 (Exprimés en milliers de francs guinéens) Notes 31/12/2012 31/12/2011 ACTIF Caisse 4 170

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

BANQUE NATIONALE AGRICOLE-BNA- Siège social : Rue Hédi Nouira 1001 Tunis

BANQUE NATIONALE AGRICOLE-BNA- Siège social : Rue Hédi Nouira 1001 Tunis ETATS FINANCIERS BANQUE NATIONALE AGRICOLE-BNA- Siège social : Rue Hédi Nouira 1001 Tunis La Banque Nationale Agricole -BNA- publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre 2013 tels qu

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE BANQUE "MARS 2015"

CONDITIONS GÉNÉRALES DE BANQUE MARS 2015 CONDITIONS GÉNÉRALES DE BANQUE "MARS 2015" DÉPÔTS ET PLACEMENTS EN DINARS ALGERIENS DÉPÔTS EN DINARS FORME CLASSIQUE COMPTES ÉPARGNE Type de compte Taux d'intérêts Date de valeur Comptes épargne TAWFIR

Plus en détail

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme :

Gestion Financière. Gestion Financière. Plan du cours. 1.Le budget de trésorerie 2.Le plan de trésorerie 3.La trésorerie à très court terme : Université de Nice-Sophia Antipolis Institut Universitaire de Technologie Nice-Côte d Azur Département Gestion des Entreprises et des Administrations Gestion Financière La Gestion de la Trésorerie Directeur

Plus en détail

CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE

CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE CLASSE 2 : COMPTES D OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE 1 - CONTENU DE LA CLASSE 2 Les comptes de la classe 2 enregistrent les opérations effectuées avec la clientèle y compris les opérations de pension, à l

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE

SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE Livre Ier - 28 décembre 2009 1 Annexe à l arrêté de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR»

Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR» Rapport S 1.5 «Taux d'intérêt en EUR» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Population déclarante...4 1.2 Périodicité et délai de communication...4 1.3 Les sous-tableaux...5 2 Les

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières PASSIF-DÉPÔTS OBJET Le présent relevé fournit la ventilation détaillée du passif-dépôts des institutions de dépôts. FONDEMENT LÉGISLATIF Les articles 628 et 600 de la Loi sur les banques et l'article 495

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit

Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit Enquête unifiée auprès des entreprises - annuelle Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit Guide

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises (Articles 44 à46 bis) I. Nouveaux promoteurs : 1. Définition (art 44) : Sont considérés nouveaux promoteurs (N.P), les personnes physiques de nationalité

Plus en détail

Assurances Multirisques Ittihad -AMI ASSURANCES- Siège Social : 15, rue de Mauritanie -1002 Tunis-

Assurances Multirisques Ittihad -AMI ASSURANCES- Siège Social : 15, rue de Mauritanie -1002 Tunis- ETATS FINANCIERS Assurances Multirisques Ittihad -AMI ASSURANCES- Siège Social : 15, rue de Mauritanie -1002 Tunis- L Assurances Multirisques Ittihad -AMI Assurances- publie ci-dessous, ses états financiers

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST -------------- Département des Etudes Economiques et de la monnaie ------------ Direction du Crédit ------------ Projet d Appui à l Application de la Réglementation

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. Exercice clos le 31 décembre 2014 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice clos le 31 décembre 2014 Avril2015 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR ETATS

Plus en détail

STATISTIQUES FINANCIERES

STATISTIQUES FINANCIERES STATISTIQUES FINANCIERES SEPTEMBRE 2012 N 180 STATISTIQUES FINANCIERES N 180 SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE Notes méthodologiques. A6 MONNAIE, CREDIT, CHANGE ET BOURSE I BANQUE CENTRALE DE TUNISIE I1A Situation

Plus en détail

SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE

SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE SCHEMA D INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE Livre Ier - 28 décembre 2009 1 Annexe à l arrêté de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/38 NOTE COMMUNE N 25/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010

COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS 2010 COMMENTAIRES SUR COMPTES ANNUELS Commentaires Note 1: CAISSE RUBRIQUES 2009 Caisse XOF 1,428,933,201 2,054,162,600 625,229,399 44% Caisse EUR 123,667,574 164,363,145 40,695,571 33% Caisse USD 118,203 446,683

Plus en détail

CONDITIONS DE BANQUE

CONDITIONS DE BANQUE CONDITIONS DE BANQUE I. TAUX D INTERETS A.TAUX DEBITEURS CATEGORIES DE CREDITS I. FINANCEMENT A COURT TERME Escompte d's de transaction inférieur ou égal à 90 jours Avalisés par une banque Autres Escompte

Plus en détail

Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie

Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie Groupe de la Société de Fabrication des Boissons de Tunisie Le rapport des commissaires aux comptes sur les états financiers consolidés clos le 31 décembre 2013 Cabinet Conseil Audit Formation Société

Plus en détail

CBFA COMPTES ANNUELS :

CBFA COMPTES ANNUELS : CBFA COMPTES ANNUELS : modèle complet pour établissements de crédit, entreprises d'investissement et sociétés de gestion d'organismes de placement collectif en milliers d'euros (EUR) (à l'exclusion du

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES DE L EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 ECC MAZARS Immeuble Mazars Rue Lac Ghar EL Melh, Les Berges du Lac 1053 Tunis Tél

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION

LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION LE FINANCEMENT DE L EXPLOITATION Objectif(s) : o o o o Escompte des effets de commerce, Cessions de créances, Affacturage, Subventions d'exploitation. Pré-requis : o Fonctionnement des comptes financiers.

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

^ &/E E / Z ^ AVRIL 2015 N

^ &/E E / Z ^ AVRIL 2015 N AVRIL 2015 N 190 N 190 AVRIL 2015 ORGANISATION DU SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER Banque Centrale de Tunisie Conseil du Marché Financier Comité Général des Assurances Etablissements

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

NOTE AUX ETATS FINANCIERS AU 31 DECEMBRE 2010 1. GENERALITES 2. REGLES ET METHODES COMPTABLES

NOTE AUX ETATS FINANCIERS AU 31 DECEMBRE 2010 1. GENERALITES 2. REGLES ET METHODES COMPTABLES NOTE AUX ETATS FINANCIERS AU 31 DECEMBRE 2010 1. GENERALITES La Banque Centrale de Mauritanie (BCM), créée par la loi N 73.118 du 30 mai 1973, est un établissement public national doté de la personnalité

Plus en détail