Procès-verbal de la réunion extraordinaire du CE du 12 octobre 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procès-verbal de la réunion extraordinaire du CE du 12 octobre 2007"

Transcription

1 Procès-verbal de la réunion extraordinaire du CE du 12 octobre 2007 Représentants de la Direction : Monsieur BLONDEL Olivier, Directeur Général Monsieur FOUASSIER Jean-François, Directeur des ressources humaines Monsieur BIOTTI Jean Christophe, Directeur des ressources humaines Adjoint. Monsieur POULARD Patrick, Responsable de la Direction Développement Délégation salariale : ELUS TITULAIRES Madame DELCROIX Isabelle (CFDT) Monsieur DIOP Sidi (CFDT) Madame LATAPY Evelyne (CFDT) Madame MASSON Nadia (CGT) Monsieur MOUILLE Laurent (CFDT) Monsieur PILLON Joël (CFDT), Secrétaire Madame SABINO Mathilde (CGT) ELUS SUPPLEANTS Madame COURATIER Janine (CGT) Monsieur HARE Thierry (SNEEMA- CFE/CGC) REPRESENTANTS SYNDICAUX Monsieur GORET Philippe (CGT) Madame NAUD Sylvie (FO) Monsieur ROISIN Jean-Jacques (CFDT) Excusés : Madame TABOGA Guylaine (SNEEMA- CFE/CGC) Madame ASNAR Delphine (UNSA-AA) Madame CASSEL Danièle (UNSA-AA) Monsieur CAULLET Christophe (CGT) Monsieur CHARPENTIER Jean-Pierre (CFTC) Madame CHEVALLIER Anne-Sophie (CFTC) Monsieur DRANCOURT Charles (FO) Madame DUSAUTOIS Nathalie (CFDT) Gentilly, le 25 septembre

2 Monsieur FRELAT Jean-Marc (CFTC) Madame GANZI Isabelle (CGT) Madame GLORIEUX Coralie (CFTC) Monsieur JUTTIER Patrick (CFDT) Monsieur LALEVEE Philippe (SNEEMA-CFE/CGC) Madame LENGLET Nadine (CFTC) Monsieur LONGUET Xavier (CFTC) Madame MARTINS Martine (SNEEMA-CFE/CGC) Madame MICHALOWSKI Lina (UNSA) Madame MORGADO Adozinda (CGT) Madame PERRAULT Alice (CFTC) Monsieur PITARD Serge (UNSA-AA), Secrétaire adjoint Monsieur PREVOT Thierry (SNEEMA-CFE/CGC) Monsieur RACOUCHOT Ludovic (UNSA-AA) Monsieur REBOULEAU Gilles (CGT) Madame RICHARD Yasmina (CGT) Monsieur SEGUIN Jean-Vincent (CFDT) Madame WEBER Maria (CGT) Madame ZANCAI Emilie (CFDT) Olivet, le 12 octobre

3 Ordre du jour I. Information/consultation du Comité d entreprise sur le second volet du projet Organisation de la Relation Client (ORC) Temps 2 Réunion R0, première phase : information...4 II. Consultation du CE sur le recours à des heures de travail le dimanche 14 octobre...11 Olivet, le 12 octobre

4 La séance est ouverte à 15 heures. En préambule, Monsieur PILLON (CFDT) observe que la recrudescence des réunions contraint les élus à sélectionner celles auxquelles ils participent. Madame MASSON (CGT) ajoute qu à cela s ajoute un problème de véhicules en Ile-de-France. Monsieur ROISIN (CFDT) rappelle à la Direction que les horaires de nuit commencent à 22 heures et que le temps de trajet des élus représente un temps de travail effectif. Monsieur BLONDEL reconnaît qu il n est pas aisé de trouver des dates pour les nombreuses réunions prévues. Il ajoute par ailleurs, avec l accord du CE, un point sur les heures supplémentaires à l ordre du jour. I. Information/consultation du Comité d entreprise sur le second volet du projet Organisation de la Relation Client (ORC) Temps 2 Réunion R0, première phase : information Monsieur BLONDEL propose d examiner le document de travail. En sa page 3, il est rappelé que le temps 2 de la consultation porte sur l organisation du réseau commercial, limitée aux marchés agricole et professionnel. A ce titre, est prévue une évolution du dimensionnement des ressources commerciales à partir du 1 er janvier Le temps 2 de l ORC suppose également une affectation des portefeuilles clients aux commerciaux intervenants sur les marchés agricoles et professionnels et une adaptation des zones géographiques. Le marché des professionnels est stratégique pour la caisse régionale. Sur le marché agricole, la fidélisation des clients est un objectif important. En effet, le taux de pénétration y est tel qu il ne pourra plus augmenter dans des proportions significatives, sauf dans certains départements. Au titre des objectifs du projet ORC, Monsieur BLONDEL cite également l amélioration du service clients. De ce point de vue, il estime que la différenciation permettra d améliorer la relation avec les sociétaires. Enfin, Monsieur BLONDEL indique que l amélioration de la productivité commerciale est le dernier objectif poursuivi. En vue d expliquer la démarche suivie par la Direction, Monsieur POULARD rappelle que les évolutions proposées dans le cadre du présent projet de réorganisation découlent de l analyse des portefeuilles clients et des potentiels de prospection. Ainsi, les travaux préliminaires ont consisté à homogénéiser les portefeuilles clients et les potentiels de développement des divers secteurs géographiques. Au 1 er janvier 2007, la sectorisation des commerciaux agricoles avait déjà eu lieu. Ici, une homogénéisation supplémentaire est recherchée qui peut aboutir à la redéfinition des contours des différents secteurs ainsi qu à la création ou à la suppression de certains d entre eux. Monsieur POULARD indique que les études nécessaires ont été menées par les équipes marketing et le management du réseau commercial, ce dernier ayant été chargé de qualifier et d homogénéiser les portefeuilles, tout en tenant compte de la contrainte géographique. Ainsi, les zones ne doivent être ni trop vastes ni trop morcelées. Par ailleurs, les commerciaux dont les portefeuilles sont moins étoffés doivent bénéificier d un potentiel de prospects plus important. Olivet, le 12 octobre

5 Monsieur POULARD explique ensuite que la démarche adoptée pour quantifier le nombre de clients et le potentiel des territoires a été adaptée en fonction des informations historiques et des bases de données (cf. page 7 du document de travail), ainsi que d une approche globale tenant compte notamment des différents risques. Les quantifications effectuées ont été réalisées par les établissements sur la base de données statistiques fournies par les équipes marketing, et de données GRC disponibles en avril 2007 ou après la migration Panama pour ce qui concerne l Oise, la Somme et l Ile-de-France. S agissant de l extraction GRC, Monsieur GORET (CGT) juge les saisies effectuées par les commerciaux affectés sujettes à caution. En conséquence, il avait été demandé à l Entreprise de «nettoyer» les dossiers, ce qu elle n a pas fait. Monsieur GORET (CGT) exprime donc à nouveau des doutes sur la validité de l extraction réalisée en ce qui concerne le marché des professionnels. Il demande que le travail sur les données GRC soit revu afin d éviter toute affectation aléatoire. Monsieur POULARD s engage à répondre à ces propos plus avant. Il poursuit sa présentation sur les portefeuilles, qui sur le marché agricole, ont été définis à partir de fichiers GRC et de données relatives à chacune des exploitations. Par ailleurs, Monsieur POULARD précise que les retraités assimilés à des professionnels du fait des caractéristiques de leur exploitation ont été pris en compte au titre du marché agricole. Monsieur GORET (CGT) rappelle que les retraités ainsi pris en compte sont des agriculteurs disposant d hectares de subsistance. Monsieur POULARD précise qu il s est avéré nécessaire de distinguer les retraités dont l activité présente encore des risques à caractère professionnel, dont la situation justifie un traitement par un commercial dédié au marché professionnel. Monsieur PILLON (CFDT) s interroge sur la définition précise d un retraité assimilé à un professionnel. Monsieur POULARD répond qu il en va ainsi de retraités menant quelques travaux ou disposant de matériels ou de bâtiments agricoles. Il ajoute que les commerciaux savent faire la part des choses. Cela étant, afin de ne pas gonfler les portefeuilles avec des clients retraités, ceux-ci ne pourront en comporter plus d une certaine proportion. Monsieur ROISIN (CFDT) demande à quel marché le milieu hippique est rattaché. Monsieur POULARD lui répond qu ils relèvent du marché des professionnels agricoles tout comme les maraîchers ou les pisciculteurs. La démarche suivie par la Direction s inscrit selon lui dans un pragmatisme de bon aloi. En synthèse, Monsieur PILLON (CFDT) remarque qu il est demandé aux acteurs des marchés de définir les portefeuilles. De ce travail, ressortira une base de données clients comportant des retraités assimilés à des actifs, lesquels seront approchés en tant que professionnels le reste des retraités étant assimilé à des particuliers. Monsieur POULARD répond par l affirmative. Monsieur PILLON (CFDT) y décèle un arbitrage au jugé. Olivet, le 12 octobre

6 Monsieur POULARD, répond que la distinction est fondée sur des données et des critères objectifs. Monsieur PILLON (CFDT) demande si un retraité ayant souscrit une complémentaire Frais de soin et disposant par ailleurs d une voiture et de euros d épargne potentielle, par exemple, sera considéré comme un particulier. Monsieur POULARD le confirme. C est le professionnalisme qui fait figure de critère de distinction. Par ailleurs, sauf exception, les portefeuilles compteront tous plus de 20 prospects. Dans certains territoires, les taux de pénétration sont tels qu il s agit avant tout d entretenir le portefeuille existant alors qu ailleurs, des possibilités de développement sont plus évidentes. S agissant du marché agricole, les trois quarts des portefeuilles comptent entre 200 et 300 clients, quand sur le marché des professionnels, 65 % des portefeuilles comptent de 200 à 250 foyers économiques et familiaux. 34 % des portefeuilles comptent de 100 à 200 clients ou de 350 à 400 clients ; les portefeuilles les plus minces sont dotés d un potentiel de développement supérieur. Enfin, les portefeuilles comptent toujours plus de 200 prospects, des chiffres supérieurs étant atteints dans les régions très urbanisées. L organisation du réseau commercial agricole (cf. page 9 du document de travail) suppose un dimensionnement de la force de vente adapté. En Indre-et-Loire, il existe 16 postes en 2007, dont 14 de commerciaux, 1 de renfort et 1 de spécialiste. En 2008, le poste de spécialiste est supprimé ; un poste de renfort supplémentaire est créé. Le portefeuille compte 276 clients et 97 prospects par commercial, en moyenne. Dans le Loir-et-Cher, 12 postes existent en 2007, dont un de renfort ; ils sont conservés. Le portefeuille compte 226 clients et 62 prospects par commercial, en moyenne. Dans le Loiret, 16 postes sont en place dont 14 commerciaux et 2 renforts. En 2008, 13 commerciaux et 3 renforts officieront. Ainsi, un retraité ne sera pas remplacé et un poste de renfort sera créé. Le portefeuille compte 245 clients et 33 prospects par commercial, en moyenne. Monsieur BIOTTI indique que le dimensionnement cible s organise selon le principe suivant : il est prévu un renfort par marché et par secteur. Madame SABINO (CGT) souhaite savoir ce qui distingue un client d un prospect. Monsieur POULARD explique qu un prospect est une personne n ayant aucun risque assuré à Groupama. Cela étant dit, il ajoute que tous les prospects ne sont pas ciblés. Ainsi, des clients dont le contrat a été résilié au motif qu ils n ont pas payé leur prime ne constituent pas des cibles pour l Entreprise. Monsieur POULARD ajoute que dans l établissement de l Oise, les 12 postes sont conservés à l identique. Ici, le portefeuille comporte 233 clients et 84 prospects par commercial, en moyenne. Pour Monsieur ROISIN (CFDT), le potentiel des prospects est envisagé sous un angle par trop optimiste dans le département de l Oise. Ensuite, Monsieur ROISIN aborde le cas du marché hippique, une spécialité représentant 159 entreprises localisées autour de Chantilly. Par tradition, ce marché était sous la responsabilité d une assistante commerciale. Or elle a quitté la Société sans que la relève ne soit assurée. Dans ces conditions, Monsieur ROISIN propose que ce marché particulièrement spécifique soit confié à Olivet, le 12 octobre

7 un conseiller agricole dont le portefeuille serait revu en conséquence. En tout état de cause, il observe que l organisation actuelle mécontente la profession. Monsieur BLONDEL précise que la présente réunion n a pas pour objet d exposer ce qui est prévu à très court terme dans tel ou tel secteur mais plutôt les principes généraux de la future organisation. Avant le 1 er janvier, les évènements imprévisibles seront traités comme il se doit. Pour Monsieur BLONDEL, il importe d échanger sur les principes plutôt que de régler des problèmes précis à venir. Monsieur ROISIN (CFDT) observe que la Direction met en avant son pragmatisme. C est à ce titre même qu il demande que les problèmes posés soient traités. Monsieur BLONDEL souhaite en revenir à l ordre du jour. Monsieur POULARD indique que dans le pôle Ile-de-France Ouest, les 11 postes sont maintenus, tout comme dans le pôle Ile-de-France Est ; des permutations sont prévues dans un secteur de ce pôle. Dans la Somme, 15 postes seront maintenus au lieu de 16, un poste de commercial étant supprimé. La personne qui occupait ce poste bénéficie d une mutation. Dans l Yonne, 1 poste sur les 17 actuels est supprimé, suite à un départ en retraite. Monsieur POULARD aborde la situation du réseau commercial professionnel. A ce sujet, il indique qu en Indre-et-Loire, en plus des huit postes actuels, deux postes de commercial sont créés. Dans le Loir-et- Cher, sur les 12 postes de 2007, 1 poste de commercial qui n était pas pourvu est supprimé. Monsieur POULARD observe, en ce qui concerne les secteurs du marché professionnel, que certains portefeuilles d importance limitée devront être développés. Dans le Loiret, sur les 14 postes de 2007, 2 postes vacants sont supprimés : 1 de commercial et 1 poste de renfort. Monsieur BIOTTI précise que les postes de renfort demeurant vacants seront ouverts au recrutement. Dans l Oise, Monsieur POULARD indique qu un poste supplémentaire de commercial est créé ; il y avait 8 postes en En Ile-de-France les 12 postes du pôle Ouest sont maintenus ; dans le secteur «Ile-de- France Paris», les 2 postes sont maintenus. Ils dépendront hiérarchiquement du pôle Ouest. Monsieur HARE (SNEEMA/CFE-CGC) demande à quoi correspondent les 485 clients pour Paris. Monsieur POULARD répond qu ils correspondent aux foyers actuellement couverts par Groupama. Monsieur HARE (SNEEMA/CFE-CGC) juge ce chiffre inexact. Il existe selon lui plus de dossiers. Monsieur POULARD s engage à vérifier ce comptage. Monsieur GORET (CGT) juge que le nombre de commerciaux à Paris ne correspond pas à la volonté de développement affichée par la Direction. Pour Monsieur POULARD, la priorité sur cette zone va au développement du marché des particuliers dans un premier temps. Olivet, le 12 octobre

8 Monsieur GORET (CGT) s interroge sur l absence de volonté de développement sur Paris des professionnels compte tenu du potentiel de ce type de marché tel qu il ressort des chiffres de l INSEE et des choix stratégiques affirmés par l entreprise sur ce type de marché. Madame TABOGA (SNEEMA-CFE/CGC) ajoute que s interdire de souscrire des contrats professionnels est dommageable, eu égard à la situation actuelle de l Entreprise. Monsieur BLONDEL répond qu à terme, il appartiendra en effet à l Entreprise d exploiter tous les potentiels. Par ailleurs, il souligne que l ensemble des prospects parisiens fait l objet d une concurrence acharnée. Enfin, il fait valoir que le projet lancé en 2008 n interdit pas des ajustements. Ainsi, ni la méthode de travail ni les objectifs ne sont figés. Monsieur POULARD juge que les changements apportés s inscrivent en droite ligne avec le dossier présenté l année passée. Le positionnement du réseau avait alors été revu. Le dimensionnement doit donc suivre. Par ailleurs, Monsieur POULARD fait remarquer que le comptage des clients et prospects peut évoluer. Au final, le dossier d organisation présenté vise à obtenir un dimensionnement et des ressources adaptés. Monsieur GORET (CGT) fait remarquer que les objectifs présentés aux commerciaux, eux, sont strictement chiffrés, d une façon arithmétique qui ne laisse aucune place à la souplesse ni à la nuance et moins encore à l adaptation en fonction de l évolution des situations. Faut-il rappeler le principe de l intangibilité des objectifs économiques pour l établissement mais également pour le système de rémunération variable des RDM? Il ajoute que sur le marché des professionnels parisiens, là où le potentiel et la concentration est maximale, l Entreprise n a aujourd hui pas mis les moyens adaptés en œuvre. Monsieur BLONDEL estime que le nombre de commerciaux affectés au marché des professionnels montre que l Entreprise souhaite effectivement se développer de façon importante. Ce nombre est très important eu égard à celui des clients actuels. Monsieur GORET (CGT) rappelle que le développement ne doit pas empêcher d entretenir les portefeuilles existants. S agissant de l Yonne, Monsieur PILLON (CFDT) compte 19 postes en charge du marché agricole, dont 1 a été supprimé par le PSE, or 17 seulement sont mentionnés dans le dossier pour Monsieur BIOTTI propose de vérifier ce chiffre dans un autre cadre. Il ajoute, en ce qui concerne l accompagnement, que les conséquences sociales du projet sont limitées. Ainsi, il faut compter avec une mobilité dans l Indre-et-Loire, 3 permutations dans le pôle Est Ile-de-France et 1 mobilité fonctionnelle et géographique dans la Somme. Pour autant, ces cas quoique limités doivent faire l objet d un accompagnement adapté. Monsieur POULARD donne lecture des définitions des marchés agricole et professionnel figurant dans les annexes du document de travail. S agissant du marché professionnel, les clients et prospects recouvrent : des clients et prospects ayant une activité professionnelle d artisan, de commerçant ou relevant de professions libérales ; Olivet, le 12 octobre

9 des TPE (moins de 10 salariés) ; des chefs d entreprise dont l entreprise est assurée par Groupama et présente un profil de TPE ; toutes les personnes membres des foyers de ces précédents clients. Monsieur GORET (CGT) juge la définition des prospects sur le marché professionnel limitative. Ainsi seuls les chefs d entreprise dont l entreprise est assurée par Groupama sont considérés comme relevant du marché professionnel. Or il n existe pas de dichotomie entre professionnels et particuliers dans la réalité, en ce qui concerne l assurance habitation, par exemple. Monsieur GORET (CGT) préconise donc un recours au critère traditionnel, soit la CSP (catégorie socioprofessionnelle), afin de déterminer les clients relevant du marché professionnel de ceux relevant du marché des particuliers. Madame TABOGA (SNEEMA-CFE/CGC) s interroge sur le rattachement des professionnels démarchés par les commerciaux du pôle urbain au sujet d une assurance sur un véhicule. Elle souhaite savoir si dans ce cas, le recours au critère de la CSP disparaît. Monsieur HARE (SNEEMA/CFE-CGC) évoque le cas d un professionnel qui travaillerait à domicile alors que son habitation est assurée au titre d une assurance habitation relevant du marché des particuliers. Monsieur GORET (CGT) rappelle qu auparavant, il était possible de souscrire pour la partie professionnelle et la partie habitation sur le même support. Il ajoute que des produits pour particuliers ont été proposés à certains professionnels afin qu ils bénéficient de garanties spécifiques auxquelles ces produits donnaient droit. La CSP de leur épouse était alors souvent enregistrée afin de rendre l opération possible. Puis, toutes les informations ont été basculées sur la GRC. Ce phénomène, ainsi que les erreurs propres à la bascule GRC elle-même, ont perturbés l affectation des portefeuilles et éclaté la cohérence de gestion des dossiers que permettait anciennement la notion d interlocuteur unique agence. S agissant de la fiabilisation, Monsieur POULARD rappelle, suite à la migration Panama, que deux types d anomalie sont détectés : celles liées à la structure ainsi que les doublons. La Direction entend clarifier la GRC avant le 1 er janvier grâce à un plan mis en œuvre sur la totalité du dernier trimestre. Quoi qu il en soit, celle-ci suppose un entretien et une actualisation. Ainsi, il est nécessaire que les commerciaux puissent créer les foyers au quotidien. Monsieur GORET (CGT) observe que les foyers actuels qui ne seraient pas adaptés ne peuvent être retouchés directement par les commerciaux sur la GRC. Il conviendrait de faire rapidement une mise à plat des affectations actuelles pour parvenir à une affectation cohérente des sociétaires et non une accentuation des erreurs constatées. Monsieur POULARD répète que l Entreprise travaille sur un plan d action pour régler ces problèmes. Madame DELCROIX (CFDT) demande des précisions sur le mode de traitement des foyers familiaux. Monsieur POULARD fait remarquer que dans un foyer, il existe toujours un interlocuteur principal, lequel est le référent pour le foyer. Madame DELCROIX (CFDT) demande quel commercial devrait être en charge du fils d un d exploitant agricole salarié par sa CSP. Olivet, le 12 octobre

10 Monsieur POULARD ne souhaite pas entrer dans le détail de chaque type de situations. Pour autant, des règles sont prévues. De plus, lors de l affectation des portefeuilles au 1 er janvier, des priorités seront définies. Enfin, la gestion courante des cas particuliers (changements de profession, départs en retraite ou autres situations) sera précisée dans le cadre d un guide. Pour Monsieur GORET (CGT), la clarification des situations fait figure de «nécessité absolue». Il faut éviter ainsi des quiproquos sur les marchés du fait de cas «à la frontière». Monsieur GORET (CGT) refuse que l arbitraire puisse présider à la répartition des clients. Pour les approcher, plusieurs points d entrée sont possibles. En conséquence, Monsieur GORET (CGT) demande à la Direction de définir et appliquer des règles claires pour éviter les situations ingérables. Monsieur BLONDEL remarque que le dilemme entre usage et CSP, dans l assurance, est insoluble. Cela étant, un choix s impose. La Direction de l Entreprise a opté pour une organisation par marché. Cela étant, il existera toujours des cas particuliers qui ne rentreront pas dans le cadre défini. Monsieur GORET (CGT) pense que l affectation par CSP relève de la logique de marché adoptée par l entreprise. Ainsi, dans tous les cas où un même produit est vendu une assurance habitation par exemple la CSP doit l emporter en tant que critère de répartition des portefeuilles de clients. Monsieur BLONDEL souhaite éviter les débats interminables. C est pourquoi une règle sera définie. Pour autant, il a conscience qu elle n empêchera ni la discussion ni la contestation dans des cas particuliers. Monsieur GORET (CGT) estime que le transfert du dossier d un client dont l habitation est assurée au titre du marché des particuliers vers le marché professionnel, sur la base de la CSP du client, ne nuira à aucun des deux commerciaux concernés. Ainsi, l affaire sera comptabilisée au crédit du commercial du marché particulier mais il appartiendra au commercial du marché professionnel de la développer ensuite et d en avoir la charge. Personne dans ce cas ne sera victime de l arbitraire et les commerciaux professionnels pourront bénéficier d un vivier de développement par de la saturation. Ce système offre un coût moindre pour l entreprise en matière de prospection et de taux de transformation. Monsieur HARE (SNEEMA/CFE-CGC) ajoute que dans le cas des professions libérales, les situations sont souvent ambivalentes. Il en va ainsi d un appartement utilisé à des fins professionnelles, par exemple. Monsieur BLONDEL estime que les situations qui ne cadrent pas exactement avec les règles sont inévitables. Dans ces conditions, il convient de faire preuve de pragmatisme. En tout état de cause, Monsieur BLONDEL demande aux élus de ne pas se focaliser sur tel ou tel cas d espèce afin de réfuter les règles établies. Monsieur PILLON (CFDT) s interroge sur le dimensionnement prévu. Il attend, afin de traiter ce sujet de manière approfondie, de prendre connaissance d une liste nominative en R1 ainsi que de la cartographie correspondant au projet. Par ailleurs, Monsieur PILLON (CFDT) rappelle que le volet 1 du présent projet avait notamment trait à une structure des emplois des CDC et des DC. Il souhaite connaître la cible, établissement par établissement. De plus, il souhaite en savoir plus sur la mise à disposition de «renforts». Il ajoute que malgré le plan de fiabilisation GRC prévu, des modifications manuelles seront incontournables. Un impact sur l outil «Oscar» est également à prévoir, qu il ne faudra pas sous-estimer afin d éviter toute inégalité de traitement au niveau de la rémunération variable. Enfin, Monsieur PILLON souligne que les modifications sur la GRC et les portefeuilles affectés entraîneront des conséquences sur les URC, puisque les dossiers des clients, rattachés en fonction des marchés, seront gérés dans les URC. Olivet, le 12 octobre

11 Monsieur BIOTTI explique que les mécanismes d organisation des URC ne dépendent pas d évolutions marginales du périmètre. Il ajoute qu au 1 er janvier 2008, l Entreprise se trouvera dans une situation de sureffectif. En tout état de cause, l évolution vers l effectif cible se fera de manière progressive. Monsieur ROISIN (CFDT) remarque que la Direction évoque un sureffectif alors même que des CDD pour surcroît de travail sont signés dans les unités de production. Monsieur BIOTTI rappelle que ces CDD sont liés à la migration Panama, et notamment aux validations de lots. Monsieur ROISIN (CFDT) rappelle qu avant Panama, des CDD étaient déjà signés en nombre, et prévoit qu après, d autres le seront. C est pourquoi il s interroge sur l opportunité d un recours à l Inspection du travail, afin de dépister les situations ou les surcroîts de travail cachent des besoins récurrents. Monsieur ROISIN insiste : l Entreprise affichera toujours des prétextes en vue d embaucher en CDD ; le prochain sera sans doute la mise en place des URC. II. Consultation du CE sur le recours à des heures de travail le dimanche 14 octobre Monsieur FOUASSIER explique que la consultation du CE répond à une demande formulée l avant-veille afin de faire valider une évolution de l applicatif informatique. Cette requête concerne 16 collaborateurs, huit travaillant de 14 à 17 heures le samedi suivant (13 octobre), et huit aux mêmes horaires le dimanche (14 octobre). Il s agit de vérifier le bon fonctionnement en production de Sigma, la GRC, TLS, et Sonia. Monsieur FOUASSIER fait remarquer que le besoin est impératif. C est pourquoi il est tenu de rajouter ce point à l ordre du jour. Monsieur PILLON (CFDT) dénombre 8 votants. A la majorité (7 voix défavorables, 1 abstention), le CE se prononce contre une dérogation autorisant le recours à des heures travaillées le dimanche 14 octobre. La séance est levée à 16 heures 30. Olivet, le 12 octobre

12 Index Nous vous signalons que nous n avons pu vérifier l orthographe du nom suivant : Sonia 10 LE PRESIDENT LE SECRETAIRE Olivier BLONDEL Joël PILLON Olivet, le 12 octobre

Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 26 novembre 2009

Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 26 novembre 2009 Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 26 novembre 2009 Représentants de la Direction : Monsieur BLONDEL Olivier, Directeur Général Monsieur STARZYNSKI Alain, Directeur Général adjoint Monsieur

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 27 septembre 2010

Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 27 septembre 2010 Procès-verbal de la réunion ordinaire du CE du 27 septembre 2010 Représentants de la Direction : Monsieur BLONDEL Olivier, Directeur général Monsieur BIOTTI Jean-Christophe, Directeur des Ressources humaines

Plus en détail

Accords sur les indemnités kilométriques et les frais de repas de la CRCAM Brie Picardie

Accords sur les indemnités kilométriques et les frais de repas de la CRCAM Brie Picardie Accords sur les indemnités kilométriques et les frais de repas de la CRCAM Brie Picardie signé le 23/03/07 par la CFDT, FO Oise, le SNECA et SUD Oise ACCORD N 4 ACCORD RELATIF A L INDEMNISATION DES FRAIS

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ENTRE la Caisse Régionale d'assurances Mutuelles Agricoles d'oc, également dénommée Groupama d'oc, SIREN n 391 851 557 ayant son siège

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 20 SEPTEMBRE 2007

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 20 SEPTEMBRE 2007 PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 20 SEPTEMBRE 2007 Etaient présents : Monsieur SUSSFELD Président du Comité Monsieur MOREAU Directeur des Ressources Humaines Madame FOUQUIER (M) Titulaire

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV)

Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) Statuts de l Association des Anciens du Master Conseil Editorial, Paris-Sorbonne (Paris IV) I. But et composition de l Association Article 1 : Nom Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9 PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014 C.S.F. France 1/9 En préambule, il est rappelé que la négociation annuelle obligatoire prévue par les articles L.2242-1 et suivants du

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001 PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001 Etaient présents : Monsieur SUSSFELD Président du Comité Monsieur MOREAU Directeur des Ressources Humaines Monsieur JOULIN (M) Titulaire

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté

La société Mediapost services, représentée par Monsieur Pierre Emmanuel LECLERCO, Directeur Général Adjoint, dûment mandaté ACCORD RELATIF A L HARMONISATION DES STATUTS DES SALARIES MEDIAPOST TRANSFERES AU SEIN DE MEDIAPOST SA DANS LE CADRE DU RAPPROCHEMENT DES 2 ENTREPRISES Entre les soussignés, Le syndicat C.F.T.C Le syndicat

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE. COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H

DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE. COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H DEPARTEMENT DES LANDES MAIRIE DE SOUPROSSE COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 Mars 2011 à 20 H L'an deux mil onze et le vingt huit mars à vingt heures, le Conseil Municipal de cette Commune,

Plus en détail

vous concerne! cet accord donnez votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre 2011 spécial accord temps de travail erdf grdf

vous concerne! cet accord donnez votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre 2011 spécial accord temps de travail erdf grdf spécial accord temps de travail erdf grdf novembre 2011 agents de maîtrise et cadres cet accord vous concerne! donnez Photo P. Lejaune votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE

Plus en détail

CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL

CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL Etaient présents : CMP Entreprises techniques au service de la création et de l évènement Le vendredi 31 mai 2013 PROCES VERBAL Collège Employeurs : Philippe Abergel, Patrick Fromentin (Synpase) ; Jérémie

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES PREAMBULE Dans un contexte commercial et économique difficile, qui se traduit en cette fin d année 2011,

Plus en détail

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre

Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Accord portant sur les mesures d accompagnement de la mobilité au sein de la Caisse d Epargne Loire-Centre Entre les soussignés La Caisse d'epargne Loire-Centre dont le siège social est situé à ORLEANS,

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

Comité de Groupe du 20 juin 2014

Comité de Groupe du 20 juin 2014 Comité de Groupe du 20 juin 2014 La délégation CGT : Nadia MASSON Thierry DUVERNAY Renée Lise TALBOT Pour la Direction Générale Monsieur COLLIN PREAMBULE Le secrétaire du comité de Groupe procède à la

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES SPÉCIFIQUES LIÉES A L ANCIENNETÉ

ACCORD SUR LES MESURES SPÉCIFIQUES LIÉES A L ANCIENNETÉ ACCORD SUR LES MESURES SPÉCIFIQUES LIÉES A L ANCIENNETÉ ENTRE la Caisse Régionale d'assurances Mutuelles Agricoles d'oc, également dénommée Groupama d'oc, SIREN n 391 851 557 ayant son siège social, représentée

Plus en détail

PROCES- VERBAL Conseil d Administration n 2 du 26 novembre 2013

PROCES- VERBAL Conseil d Administration n 2 du 26 novembre 2013 Conseil d Administration n 2 du 26 novembre 2013 OUVERTURE DE LA SEANCE ET GENERALITES Le quorum étant atteint (18 membres), Mme THIEBAULT, Présidente, ouvre la séance à 18h05. 1- Désignation du secrétaire

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 19/03/2014 15:07:58 Circulaire FP n 2164 du 13 juin 2008 relative à la mise en œuvre du décret n 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l instauration d une indemnité dite de garantie individuelle du pouvoir d achat MINISTERE

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Statuts. «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard. Statuts

Statuts. «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard. Statuts «Centre d Enseignement Sur les Arts et la Musique» CESAM : l ouverture culturelle en Avant Pays Savoyard Statuts 1 Article 1 er : Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

GPEECC L accord GPEECC a été signé en juin 2010, les élus demandent quelle est la classification GPEECC des formateurs

GPEECC L accord GPEECC a été signé en juin 2010, les élus demandent quelle est la classification GPEECC des formateurs Elues FO au CRE : Marlène ROBERT Isabelle NOGRETTE Patricia RICHON Représentant syndical FO au CRE : Patrick HERMAS GPEECC L accord GPEECC a été signé en juin 2010, les élus demandent quelle est la classification

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015

PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS D ACTIONS A DROIT DE VOTE DOUBLE DU 29 MAI 2015 LEGRAND Société Anonyme au capital de 1 063 830 460 euros Siège Social : 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 87000 Limoges 421 259 615 RCS Limoges PROCES-VERBAL DE L ASSEMBLEE SPECIALE DES PORTEURS

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD

NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD PEUGEOT CITROËN AUTOMOBILES NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD En application de l article L. 2242-8 du Code du travail, Les Organisations Syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et

Plus en détail

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901

CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS. Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 CENTRE DE MEDIATION DE MONTPELLIER STATUTS Soumis à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août 1901 A Montpellier le 4 mai 2000, les membres fondateurs suivants : M. Charles-Henri COSTE Mme Inge

Plus en détail

PARTIE IV SALAIRES CONVENTIONNELS

PARTIE IV SALAIRES CONVENTIONNELS ENTREPRISES DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE PARTIE IV SALAIRES CONVENTIONNELS Avenants classés du plus récent au plus ancien IV. 2 IV. 3 ANNEE 2014 AVENANT N 27 REEVALUATION DES SALAIRES

Plus en détail

Syndicat de copropriétaires

Syndicat de copropriétaires Syndicat de copropriétaires Parcelle 1031 du plan cadastrale de Barjols (en vert) PIÈCES ANNEXES : Consultables et téléchargeables sur le site web dédié à la copropriété http://www.barjols1031.com Soit

Plus en détail

Convention d entreprise relative à l intermittence pour la viabilité hivernale

Convention d entreprise relative à l intermittence pour la viabilité hivernale Convention d entreprise relative à l intermittence pour la viabilité hivernale Entre la Société «Autoroutes du Sud de la France», représentée par Madame Josiane Costantino, Directrice des Ressources Humaines,

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

STATUTS le 4 février 2011

STATUTS le 4 février 2011 STATUTS le 4 février 2011 Statuts de l EID Atlantique 1 Préambule : Vu le code général des collectivités territoriales (CGCT) et notamment ses articles L. 5421-1 et suivants et R. 5421-1 et suivants ;

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS AUX PARENTS D UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Préambule Lors de la négociation de l accord «Nouveau Contrat Social», les Organisations Syndicales ont fait

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr

OUTIL EXPLICATIF CCN 66. Mars 2015. Avenant 328 Complémentaire frais de santé. Cfdt-sante-sociaux.fr OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Avenant 328 Complémentaire frais de santé Cfdt-sante-sociaux.fr Généralisation de la complémentaire santé L accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013,

Plus en détail

Avenant 328 Complémentaire frais de santé

Avenant 328 Complémentaire frais de santé OUTIL EXPLICATIF CCN 66 Mars 2015 Lien pour télécharger le Guide Confédéral du négociateur sur la Généralisation de la complémentaire santé : http://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2014802/guide_ps_23_01_2014_.pdf

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL

PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL PROCES VERBAL DU COMITE SYNDICAL Le Comité Syndical du Syndicat Mixte Départemental ALPI s est réuni le vendredi 17 décembre 2004 à 17 heures en salle 1 ère commission au Conseil Général des Landes. Présents

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION PREVOYANCE DU 19 JUIN 2015

PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION PREVOYANCE DU 19 JUIN 2015 PROCES-VERBAL DE LA COMMISSION PREVOYANCE DU 19 JUIN 2015 Étaient présents : Pour les organisations patronales : Madame AYRINHAC Madame DUNAND Monsieur GINGEMBRE Monsieur CHARBONNIER Madame ROGER Monsieur

Plus en détail

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901

STATUTS. ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS. Régie par la loi du 1er juillet 1901 STATUTS ASSOCIATION DES COMMERCANTS des quartiers Rosette, Duhail, Bois et Village de FONTENAY SOUS BOIS Régie par la loi du 1er juillet 1901 Siège Social : 3 rue de l Ancienne Mairie - 94120 Fontenay

Plus en détail

Ville de Talant http://www.ville-talant.fr

Ville de Talant http://www.ville-talant.fr Ville de Talant http://www.ville-talant.fr COMPTE RENDU PROVISOIRE DU CONSEIL MUNICIPAL D U 2 3 m a r s 2 0 0 9 PRESENTS : Gilbert MENUT, Christiane COLOMBET, Fabian RUINET, Edith BALESTRO, Michel FALIZE,

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE

Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE Direction des Ressources Opérationnelles 4 novembre 2013 PROTOCOLE D ACCORD RELATIF AU TELETRAVAIL AU SEIN DE LA CAF DE L ESSONNE Préambule Le télétravail est un des axes de la politique de développement

Plus en détail

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 14 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 3 FEVRIER 2006. Le Maire constate le quorum et propose une secrétaire de séance : Mme MARCHAND

PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 3 FEVRIER 2006. Le Maire constate le quorum et propose une secrétaire de séance : Mme MARCHAND PROCES VERBAL CONSEIL MUNICIPAL DU 3 FEVRIER 2006 L an deux mille six, le trois février à vingt heures et trente minutes, le Conseil Municipal légalement convoqué, s est réuni à la Mairie en séance publique

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE PARITAIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE PARITAIRE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE PARITAIRE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE PARITAIRE Préambule : Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements

Plus en détail