Etude du régime français. des sociétés de. paris sportifs en ligne. Mémoire. Mark Miller

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude du régime français. des sociétés de. paris sportifs en ligne. Mémoire. Mark Miller"

Transcription

1 5 novembre 2007 Etude du régime français des sociétés de paris sportifs en ligne Mémoire Mark Miller Droit du Sport - Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Diplôme dirigé par Mme Sophie Dion Directeur de recherches: M. Alexandre Husting

2 SOMMAIRE INTRODUCTION...5 PREMIERE PARTIE : EVOLUTION HISTORIQUE ET SITUATION ACTUELLE DU SECTEUR D ACTIVITE...7 BREF HISTORIQUE DU DEVELOPPEMENT DES COURSES HIPPIQUES ET DE PARIS SUR LEURS RESULTATS...7 PARIS COTES ET PARIS MUTUALISES...8 INTERDICTION GENERALE DES LOTERIES EN INTERDICTION DE PARIS COTES : LA LOI DE LE CADRE REGLEMENTAIRE : LOI D AUTORISATION ET DECRETS D APPLICATION...9 CREATION DU PMU : UN GROUPEMENT D INTERET PUBLIC...9 NAISSANCE DE LA LOTERIE NATIONALE...9 LA FDJ : UNE SOCIETE A ECONOMIE MIXTE : LA REPARTITION DE SON CAPITAL SOCIAL L OFFRE DE JEUX DE LA FDJ...11 LANCEMENT SUR INTERNET...12 LE FINANCEMENT DU SPORT FRANÇAIS...13 UN PACTOLE FINANCIER ESSENTIEL POUR L ENSEMBLE DU SPORT FRANÇAIS FDJ ET PMU : UN CHIFFRE D AFFAIRES COMBINE DE PRESQUE 20 MILLIARDS D EUROS...16 DEUX OPERATEURS EN PLEINE CROISSANCE...17 LES ACTEURS NON FRANÇAIS DE CE SECTEUR EN PLEIN ESSOR...17 CONSTITUTION D ASSOCIATIONS

3 DEUXIEME PARTIE : JURISPRUDENCE FRANCAISE ET COMMUNAUTAIRE...21 LIBERTE DE PRESTATION DE SERVICES ET D ETABLISSEMENT : DEUX PRINCIPES FONDAMENTAUX.. 21 LES EXCEPTIONS AUTORISEES...21 L ACTIVITE DE BOOKMAKER : UN SERVICE AU SENS COMMUNAUTAIRE?...21 L EFFET DIRECT DE CES DEUX PRINCIPES FONDAMENTAUX...21 LE RECOURS EN MANQUEMENT...22 DES DISPOSITIFS RESTRICTIFS DANS PLUSIEURS JURIDICTIONS DE L UNION EUROPEENNE...22 A PARTIR DE 2002, LES OPERATEURS PRIVES FONT APPEL A LA COMMISSION RETICENCES POLITIQUES...23 L INTERVENTION DE L OMBUDSMAN...23 LE DEBAT AU PARLEMENT EUROPEEN...24 LES PROCEDURES INITIEES PAR LA COMMISSION EUROPEENNE...24 LE ROLE DE LA CJCE...25 L ARRET ZENATTI : PRESENTATION DU REGIME ITALIEN...25 ZENATTI : UN ARRET QUI CONFIRME SCHINDLER...26 LA LIMITATION DOIT REPONDRE AUX OBJECTIFS D ORDRE PUBLIC ET TENDRE A REDUIRE VERITABLEMENT LES OCCASIONS DE JEUX...27 L ARRET GAMBELLI...28 L ARRET PLACANICA...29 LA RESPONSABILITE DE L ETAT MEMBRE EN CAS DE NON-CONFORMITE...30 LES CONCESSIONS HISTORIQUES : UNE NOUVELLE CONDAMNATION DE L ITALIE...30 UN NOUVEAU REGIME MIS EN PLACE EN ITALIE...30 ELARGISSEMENT A LA LIBRE CIRCULATION DE CAPITAUX?...31 LES ARRETS FRANÇAIS...31 JURISPRUDENCE DU CONSEIL D ETAT : FDJ ET PMU REMPLISSENT-ILS UNE MISSION DE SERVICE PUBLIC?

4 TROISIEME PARTIE : ARGUMENTS DES DIVERSES PARTIES : VERS DES SOLUTIONS SUSCEPTIBLES D ENCADRER CE SECTEUR D ACTIVITE LA SPECIFICITE DU SPORT...34 ROLE DE FINANCEMENT...34 CREATION D EMPLOIS ET DIMENSION SOCIALE...35 PROMOTION DU MODELE FRANÇAIS...35 UNE MANNE FISCALE CONSEQUENTE...35 UNE SPECIFICITE RECONNUE PAR LE PARLEMENT EUROPEEN...35 LA PROTECTION DES JOUEURS...36 TOILETTAGE DU MODELE FRANÇAIS...36 CREATION DU COJER...36 JEU RESPONSABLE...36 OBLIGATIONS PESANT SUR FOURNISSEURS D ACCES INTERNET...37 LE GLISSEMENT DE L ARGUMENTATION...37 LA SANTE PUBLIQUE...37 LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT D ARGENT...38 LA FIN DU MONOPOLE EST-ELLE UNE SOLUTION?...38 LA DIRECTIVE BOLKENSTEIN : REFLEXION SUR LE ROLE DES ACTIVITES DE JEUX POURSUITES PENALES...40 CONTROVERSE SUR L INTERDICTION DE PUBLICITE...40 LE RAPPORT TRUCY...41 REACTION DES OPERATEURS PRIVES...41 CONCLUSION...42 BIBLIOGRAPHIE...43 ANNEXES...48 Textes français Textes communautaires..82 Document de l Ombudsman Européen 133 Rapport annuel du PMU Rapport annuel de la FDJ

5 INTRODUCTION A l époque de la Grèce Antique, Platon déclarait : «On peut en savoir plus sur quelqu un en une heure de jeu qu en une année de conversation.» Le jeu est intrinsèque à la nature humaine et c est cette même envie de jouer qui nous amène à parier : on parie dix euros à un ami, on fait son tiercé dominical ou on joue au Loto. Depuis l avènement d Internet, les paris dépassent les frontières nationales et dans le domaine du sport, les enjeux sont devenus si considérables que le monde des paris sportifs est aujourd hui en pleine ébullition dans de nombreux pays européens. En France, le régime actuel des paris accorde uniquement à la Française des Jeux («FDJ») et au Pari Mutuel Urbain («PMU») le droit de proposer des jeux d argent. Ce régime n a pas été retenu dans tous les pays de l Union européenne, certains ayant choisi des régimes moins restrictifs, mais, quels qu ils soient, ces régimes sont lucratifs pour le Trésor public. En ce qui concerne la France, la FDJ et le PMU renflouent chaque année les caisses de l Etat de plusieurs milliards d euros. Cette manne financière explique en grande partie la vive discussion, dans les couloirs du pouvoir tant à Bruxelles qu à Paris, que suscitent l avenir et l évolution de cette industrie du jeu. En effet, les jeux d argent brassent chaque année des sommes toujours plus considérables, certains opérateurs privés étrangers étant même cotés en bourse, leurs capitalisations boursières atteignant parfois les 10 chiffres. Le Sénateur François Trucy a ainsi fait référence à l «Etat croupier», «censeur et rentier», dans ses deux récents rapports parlementaires. Les défenseurs du régime français ont toujours mis l accent sur la nécessité de protéger les personnes vulnérables et de limiter les paris clandestins, qui peuvent faciliter le blanchiment d argent. Le débat prend une toute autre ampleur, dès lors qu avec Internet, les citoyens français ont malgré l interdiction en vigueur sur le territoire national libre accès à une myriade de sites de paris en ligne à travers le monde. L avènement d Internet a ainsi progressivement changé la donne du régime des paris et il a avivé les préoccupations : Comment canaliser l offre de jeu? Comment limiter, voire interdire, l accès des sites de paris à des personnes vulnérables et notamment à des mineurs? Comment contrôler les flux d argent et lutter contre l éventuel blanchiment d argent? Le gouvernement français ainsi que les deux opérateurs autorisés ont tenté d apporter des éléments de réponse à ces préoccupations diverses. C est pourquoi, à l heure où sont rédigées ces lignes, la délégation française tente de justifier auprès de la Commission européenne le bien fondé du modèle français, alors même que la Cour 5

6 de justice des Communautés européennes («CJCE») émet des arrêts portant sur d autres juridictions aux régimes restrictifs. Ces régimes sont quelque peu différents du dispositif français, il est possible toutefois d extrapoler de ce corpus de jurisprudence quelques règles applicables universellement dans l Union européenne. Le propos de cette étude est donc de dégager les arguments avancés par les différentes parties et d évoquer les solutions susceptibles d encadrer au mieux ce secteur d activité. Cependant, afin d appréhender le régime français des paris en ligne dans toute sa complexité, nous porterons d abord notre attention sur l évolution historique des paris ainsi que sur la situation actuelle du secteur, avant d exposer la jurisprudence tant française que communautaire. Remarque préalable Les casinos : une réglementation à part Il est à noter que les casinos et les cercles de jeux ne retiendront pas ici notre attention car ils sont soumis à une réglementation spécifique : conformément à la loi du 15 juin 1907, les casinos bénéficient d autorisations permettant de proposer à leurs clients certains jeux de hasard ; et conformément à la loi du 30 juin 1923, les cercles de jeux, associations dites «loi 1901», sont autorisés par le ministère de l Intérieur à organiser des jeux de hasard. De même qu il existe une réflexion sur l avenir de la FDJ et du PMU, ce secteur d activité fait l objet d un débat national, comme l illustre la récente intervention de la ministre de l Intérieur, Mme Alliot-Marie, qui souhaite que les 193 casinos de France soient autorisés à offrir leurs services en ligne. Cependant, les préoccupations des professionnels de l industrie ainsi que les propositions de réforme sont bien différentes de celles afférentes aux régimes des paris en ligne. De plus, la Commission européenne, dans sa lettre de mise en demeure ne vise pas le régime particulier des casinos et des cercles de jeux, et la CJCE n a pas été sollicitée sur le sujet. Enfin, à la différence des sociétés de paris qui font l objet de cette étude, les casinos ne financent le sport français que très indirectement par le biais du parrainage. 6

7 PREMIERE PARTIE : EVOLUTION HISTORIQUE ET SITUATION ACTUELLE DU SECTEUR D ACTIVITE Bref historique du développement des courses hippiques et de paris sur leurs résultats Les premiers paris sur des évènements sportifs concernent les courses à cheval. L Angleterre est le lieu des premiers Grand Prix hippiques de l Ere Chrétienne, reprenant dès le XIIème siècle sous le règne de Richard Cœur de Lion une tradition qui puise son origine dans les grandes steppes d Asie Orientale (Kirghizstan actuel) et, au niveau européen, dans les Jeux Olympiques en Grèce puis dans l Hippodrome de Rome, premier antre digne de ce nom, achevé vers 600 avant J.C.. Depuis des lustres, donc, s organisent des paris, mais aussi des loteries et autres jeux de hasard, proposés dans des foires. Le rôle du droit s affirmant progressivement dans la société au sortir du Moyen Age, il devient souhaitable d encadrer par des règles précises cette catégorie de loisirs. C est Henri VIII d Angleterre qui instaure en 1512 la première loi réglementant les paris, à l occasion de courses organisées dans le cadre d une foire à Chester. Dès le milieu du XVIème siècle se tient déjà périodiquement des compétitions hippiques hors hippodrome et notamment la course d Epsom, dans le Surrey, qui est encore aujourd hui une date majeure du calendrier hippique. Sur l autre rive de la Manche, à la même époque, la principale forme de jeux est tout autre : il s agit des loteries et autres jeux de hasard, animations de foires généralement peu encadrées et aux règles parfois troubles et douteuses le Roi François Ier décrie alors ces «charlatans». C est pourquoi ce dernier promulgue à Châteauregnard un Edit instituant la loterie «pour porter remède aux jeux dissolus et empescher nostables bourgeois, marchans et aultres de blasphemer Dieu, de consommer leur temps, labeur, vertues et necessaire en jeux de hasard». Mais cette loterie ne s adresse qu aux résidents de la Cité de Paris. La France accuse du retard en matière de sport équestre, pourtant ces cavaliers s illustrent à répétition sur les champs de bataille et acquièrent une solide réputation. Louis XVI fait organiser entre seigneurs les premiers duels avec «pari disputé» sur de longs parcours à travers champs et la première grande course internationale sur sol français voit aussi le jour, dans un contexte d «anglomanie» persistante. Mais il faudra un siècle pour qu apparaissent les premières grosses dotations, notamment à Vincennes. L Empereur Napoléon Bonaparte encourage l organisation de compétitions équestres, mais elles sont exclusivement militaires et les paris n y 7

8 sont pas autorisés. En revanche, Charles X, joueur invétéré, crée en 1824 le Prix du Roi. Suivent d autres courses, par exemple le Premier Prix de Jockey Club et des courses de Trot. En 1834 le Comité du Cercle (aujourd hui Société) d'encouragement pour l'amélioration des races de chevaux dans les milieux aristocratiques et anglophiles de Paris adopte un Code des Courses, sur la base du modèle britannique. Paris cotés et paris mutualisés Les paris offerts à l époque sont principalement des paris «à la cote» : les organisateurs proposent une cote à leur client, qui connaît donc par avance son gain potentiel. Mais on trouve aussi des paris mutualisés ou de «poule» (traduction du terme anglais «pool»), où les joueurs parient les uns contre les autres, c est-à-dire que la somme d argent redistribuée aux gagnants est fonction directe du total des mises (et de gagnants). Cette forme de pari est réputée assez risquée car incertaine en termes de gain. Interdiction générale des loteries en 1836 Cependant, alors que la mode des paris commence à s installer, étant assimilés par le législateur aux loteries, ils sont interdits dès 1836 dans une loi du 21 mai. Voir annexe 1 A L interdiction générale de la loi de 1836 ne vise pas les paris sur les compétitions hippiques et à cette époque le sport équestre français connaît un essor remarqué, surtout lors du Deuxième Empire. Les Hippodromes de Longchamp, de Deauville et enfin d Auteuil sont inaugurés. Les paris se multiplient et le terme «bookmaker» apparaît dans la langue française dans les années Les autorités constatent alors que les paris sportifs (hippiques) de «poule» (parfois appelés «au chapeau») se développent, des jeux qui laissent une place majeure au hasard car le parieur ne connaît pas par avance son gain potentiel. Interdiction de paris cotés : la loi de 1891 La loi organique du 2 juin 1891, dite loi Riotteau, relative à l autorisation et au fonctionnement des courses de chevaux, interdit l organisation de paris «à la cote» monopolisés, pour ainsi dire, par les bookmakers. Le Parlement décide même en 1909 de renforcer l arsenal législatif et vote une loi contre les paris clandestins. Par contre, les paris mutualisés sont autorisés dès 1891 sur les champs de courses, sous le contrôle du Ministère de l Agriculture, nouveau ministère de tutelle. Ceci donne naissance au Pari Mutuel Hippodrome ou PMH, organisme autorisé à offrir des paris sur les champs de courses, qui ne génère qu un très faible chiffre d affaires (de l ordre de 100 millions d euros) comparé à son pendant hors hippodrome, le Pari Mutuel Urbain ou PMU (voir cidessous). 8

9 De même, un décret du 20 octobre 1983 autorise les sociétés de courses de lévriers à organiser des paris mutuels. En 1997, un décret du 1avril accorde la même prérogative aux associations de pelote basque. En France, les paris en ligne relatifs à ces deux sports sont aujourd hui marginaux et minimes. Pour cette raison, leur cadre juridique ne retiendra pas davantage notre attention dans cette étude. Le cadre réglementaire : loi d autorisation et décrets d application La loi de 1891 autorise les paris organisés par des associations dénommées «sociétés de courses», dont le but exclusif doit être «l amélioration de la race chevaline», à la condition d obtenir au préalable une autorisation délivrée par le Ministère de l Agriculture. Création du PMU : un groupement d intérêt public Le PMU naît en 1920 mais fait l objet de multiples réformes, et ce n est qu en 1997 qu apparaît son visage actuel. Le décret du 5 mai 1997, modifié par décret du 14 novembre 2002, précise qu il opère sous la tutelle conjointe de quatre ministères : le ministère de Agriculture (Direction du Cheval, Direction de l'espace rural et de la forêt), le ministère des Finances, le ministère de l'intérieur et le ministère du Budget. Le PMU est un groupement d intérêt public qui réunit 73 associations dites loi 1901, à but nonlucratif. Deux «sociétés» mères sont chargées de réglementer les courses, chacune dans sa discipline : France Galop pour le Plat et l Obstacle et la Société du Cheval Français pour les épreuves du Trot. Le PMU reverse intégralement son résultat, notamment en faveur des 51 Sociétés de Courses qui sont installées sur l ensemble du territoire, ainsi qu en faveur des haras, établissements publics dont la mission est l amélioration de la race chevaline. Nous retiendrons les grandes dates du PMU, avec en 1954 la création du Tiercé, en 1968 l introduction des paris par téléphone et en 2005 le lancement de nouveau Quinté+, qui réalise dès la première année plus de 2 milliards d euros de chiffre d affaires. Naissance de la Loterie Nationale En 1933, une loi autorise le gouvernement, par dérogation à l interdiction de l article premier de la loi du 21 mai 1836, à organiser une loterie. La Loterie Nationale voit donc le jour dans une mouvance de solidarité nationale suite au grand Crash, qui s accentue après-guerre, et qui développe ainsi pour vocation partielle l aide non seulement aux blessés de Guerre mais aussi aux victimes de calamités agricoles. La loterie elle-même disparaît en 1989, mais d autres formes de jeux d argent et de hasard prennent le relais. 9

10 La FDJ : une société à économie mixte : la répartition de son capital social Cet organisme connaît plusieurs moutures : en particulier, la Loterie nationale se mue, suite au décret du 9 novembre 1978, en une entreprise publique constituée sous forme de société anonyme dénommée Française des Jeux. Cette société anonyme est une société d économie mixte puisque l Etat en détient 72% alors que certaines parts sont détenues par des sociétés, associations ou fédérations de fonds privés (voir tableau n 1 ci-dessous). Il est plutôt insolite de 1. Le capital social de la FDJ Source : FDJ Les 20% : brève présentation des sociétés, associations, fédérations et confédérations actionnaires (en bleu les sociétés privées, qui sont donc à but lucratif): 1. L Union des Blessés de la Face et de la Tête (communément surnommée «Les Gueules Cassées») : association dite loi 1901, créé après la Deuxième Guerre Mondiale pour venir en aide aux défigurés de Guerre. 2. La Fédération Nationale André Maginot des Anciens Combattants et Victimes de Guerre («FNAM») : association dite loi 1901, fondée en 1888 pour maintenir lesliens de camaraderie et de solidarité entre anciens combattants et participer au devoir de mémoire collective. 3. IDSUD S.A. : société anonyme (privée), cotée à Paris, capitalisation boursière de 46 millions d euros (source : 4. Confédération des débitants de tabac. 5. La Mutuelle du Trésor. 6. La Compagnie Marseillaise de Loteries S.A. («Comalo») : société anonyme (privée), au chiffre d affaires de euros, dont euros de résultat (2006) (source : 7. Les Emissions Bergers S.A.S. : société à actions simplifiée (privée), au chiffre d affaires de euros, dont euros de résultat (2006) (source : 10

11 noter qu en 2006, le titre d IDSUD a réalisé une forte progression en bourse au moment de l annonce du dividende de la FDJ, un pactole de presque 6 millions d euros pour une société dont le produit consolidé atteignait juste les 8,6 millions d euros. L offre de jeux de la FDJ Après le LOTO en 1976, la FDJ lance de nombreux jeux (voir tableau n 2 ci-dessous). 2. L offre de jeux de la FDJ Type de jeu Nom En Ligne Chez les buralistes et autres distributeurs Tirage Grattage Interactifs Pronostics sportifs LOTO Euro Millions Keno Joker + Rapido Super Loto Astro Banco Dédé Goal! Millionnaire Morpion Solitaire Super Bingo Tac o Tac XIII 7 Extra Black Jack Numéro fétiche Scrabble Sudoku Tous derrière le XV de France! Vegas 1, 2, 3 adjugé! Cash 20,000 Eldorado Salsa Explosion Loto Foot 7 & 15 Cote et Match Cote et Score A partir des années 1980, dont trois jeux de pronostics sportifs, afférents tous au football : le très populaire Cote et Match (dont la formule a récemment été remaniée), le traditionnel Loto Foot 7 & 15 et le nouveau jeu, le Cote et Score, qui pour la première fois propose aux joueurs de miser sur 11

12 les résultats tant de matches de football que de rugby et de basket. Ponctuellement, la FDJ propose aussi d autres jeux sportifs, comme le «Tous derrière le XV de France» de la Coupe du Monde de Rugby 2007, mais il s agit de cartes à gratter, au même titre que le jeu Goal!. Les jeux de pronostics sportifs associent au hasard (ou plutôt à l aléa sportif) un élément d expertise et de connaissance sportive et ne constituent pas au sens strict des jeux de hasard. C est ainsi que le législateur a souhaité préciser dans la loi de finances pour 1985 que ce type de jeu bénéficiait également de la dérogation au principe général de prohibition des jeux d argent. Cette disposition ne faisait que confirmer en cela l interprétation extensive par la jurisprudence de la notion de jeu de hasard, comme par exemple l arrêt du 14 mars 1940 de la Cour de cassation, chambre criminelle, concernant les paris sur les résultats de football. Le droit d exploiter ce segment de marché en pleine expansion +36% de mises en 2006, voir tableau n 3 ci-dessous revient aussi à la FDJ. 3. Lancement sur Internet La FDJ a obtenu le droit, en 2001, par extension du décret de 1978, d offrir des paris en ligne. Le site Internet du groupe propose aujourd hui 16 jeux sur les 26 de l ensemble de sa gamme (voir tableau n 2 ci-dessus). Cependant, le chiffre d affaires sur Internet n atteint encore que le très faible niveau de 1,1% du chiffre d affaires (données 2006). Les chiffres du PMU sont comparables, puisque le résultat des paris hippiques en ligne ne représente que 327 millions d euros (chiffres de 2006), soit 4 % du chiffre d affaires de l opérateur. 12

13 Pour cette raison les deux opérateurs publics français ne sont guère à l abri de la montée en puissance des acteurs du secteur privé. Des structures comme bwin, Paddypower ou encore Sportingbet réalisent sur le web des chiffres beaucoup plus impressionnants, pouvant atteindre un milliard d euros (voir tableau n 10 ci-dessous). Nous laissons de côté l industrie des casinos ainsi que nous l avons indiqué dans l introduction, mais, force est de constater, que les cybercasinos tel PartyGaming ou 888.com brassent également des sommes considérables, et souvent supérieures, et qu ils constituent dans les faits de véritables concurrents aux autres types de jeux d argent en ligne (voir tableau n 4 ci-dessous), que ce soit dans les pays où ce genre d opérations est autorisé ou dans ceux où ces jeux sont illicites, comme en France. 4. Distribution du marché des jeux d argent par Internet (2006, monde) Source : Les deux sociétés françaises ne sont pas les seuls opérateurs monopolistiques à avoir élargi leur activité au monde de l Internet, puisque Svenska Spel en Suède et Holland Casino aux Pays-Bas ont effectué le même choix stratégique. Par contre, dans d autres Etats membres, les jeux d argent et de hasard en ligne sont totalement proscrits. Le projet de loi allemand sur la régulation du secteur propose également d interdire toutes ces formes de jeu. A l échelle européenne, cette pénurie d opérateurs publics présents sur Internet exacerbe la menace commerciale que constitue le secteur privé. En effet, si la législation est un jour amenée à évoluer et donc certains marchés nationaux à s ouvrir, il ne restera plus aux sociétés à capital privé qu à consolider son assise sur le marché. Le financement du sport français Le PMU contribue très largement au financement de la filière hippique en France, par exemple en 2006 il a reversé plus de 650 millions d euros aux sociétés de courses régionales qui sont membres du groupement (voir tableau n 5 ci-dessous). 13

14 5. La redistribution des mises Source : PMU De même, la FDJ est «le premier partenaire du sport français», ce qu elle n hésite pas à faire valoir. Elle reverse chaque année d importantes sommes au Centre National de Développement du Sport («CNDS»), qu elle finance à hauteur de plus de 80% - et même au-delà de 92% à l époque du Fonds National pour le Développement du Sport, prédécesseur du CNDS (voir tableau n 6 ci-dessous). 14

15 6. Le chiffre d affaires des paris sportifs (FDJ) et le financement public du sport en France (en millions d euros) Française des Jeux CNDS (ex-fnds) Programme Sport du Ministère en charge des Sports Année Global Chiffre d affaires Pronostics sportifs (football, rugby, basket) Versement de la FDJ (budget global) dont football amateur Budget(*) , (270) , (213) Non connu 280 * : autorisation d engagement Sources : Française des Jeux et Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Un pactole financier essentiel pour l ensemble du sport français Ces fonds financent pour l essentiel le sport amateur surtout par le biais de financement de projets d équipement d associations ou de fédérations sportives mais contribuent également au rayonnement du sport français, par exemple en aidant des projets de l INSEP (voir tableaux n 7A et 7B ci-dessous). 7A. Répartition des bénéficiaires du FNDS en 2005 (en %) Source : Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports 15

16 7B. Répartition des recettes du FNDS en 2005 (en %) Source : Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports FDJ et PMU : un chiffre d affaires combiné de presque 20 milliards d euros Les opérateurs français réalisent à eux deux quasiment 20 milliards d euros de chiffre d affaires (voir tableaux n 8A et 8C ci-dessous). Les mises de leurs joueurs sont deux fois supérieures aux sommes misées chaque année en France dans les casinos (voir tableau n 8B ci-dessous). Les 9,47 milliards de chiffre d affaires de la FDJ placent même l opérateur français au deuxième rang mondial. 8A. Distribution du marché des jeux 8B. Distribution du marché des jeux d argent en France en chiffres d affaires d argent en France en sommes nettes (en ligne et hors ligne) (2006) dépensées par les joueurs (en ligne et hors ligne) (2006) Source : FDJ 8C. Chiffre d affaires du PMU depuis 5 ans 8D. Résultat net du PMU depuis 5 ans Source : PMU 16

17 Deux opérateurs en pleine croissance Le chiffre d affaires de la FDJ a connu une progression de 27% entre 2002 et 2006 (voir tableau n 9 ci-dessous) et pendant le même lapse de temps le résultat net du PMU a augmenté de presque 60% (voir tableau n 8D ci-dessus). Selon le Président de l Observatoire des jeux, M. Jean-Pierre Martignoni-Hutin, ce chiffre a même augmenté de 251% depuis 1990, soit une augmentation moyenne annuelle de presque 16%. 9. Le chiffre d affaires de la FDJ depuis 2002 Source : FDJ Les acteurs non français de ce secteur en plein essor Le secteur des jeux d argent en ligne est en plein essor et il connaît une explosion de l offre à distance, notamment par le biais d Internet. En Europe, comme outre-atlantique et en Asie, le nombre de cyber-opérateurs augmente rapidement depuis la fin de la décennie écoulée (voir tableau n 10 ci-dessous). Leur chiffre d affaires connaît souvent une forte progression et plusieurs groupes européens génèrent maintenant entre 300 et 400 millions d euros annuels. 17

18 10. Acteurs principaux du secteur des paris et jeux en ligne (hors opérateurs dont l activité porte exclusivement sur les casinos ou le poker) Nom du groupe Date de création Lieu(x) d obtention de licence(s) en Europe Type de jeux Chiffre d affaires (2005) (en millions d euros) Observations 365 Media Group Plc Non connue Royaume-Uni Paris sportifs Jeux 118 Société cotée Capital racheté par le Group Sky 92,000 consommateurs Betfair 2000 Malte Royaume-Uni Autriche Italie Paris sportifs Casino 262 (182 (2006)) 1 millions+ consommateurs Betinternet 1998 Ile de Man Paris sportifs 96 (67 ) Société cotée bwin Group 1998 Gibraltar Royaume-Uni Allemagne Italie Paris sportifs Casino 380 Leisure & Gaming Plc 1995 Royaume-Uni Paris sportifs 135 (195 US$) Société cotée Neteller Plc 1999 Ile de Man 119 (172 US$) 2,5 millions consommateurs PaddyPower Plc 1988 Irlande Paris sportifs 327 Société cotée LSE Sportech Plc 2000 Royaume Uni Paris sportifs 108 (75 ) Société cotée 4,8 millions consommateurs Sportingbet 1998 Iles anglonormandes Paris sportifs Casino (1.200 ) (monde)) Société cotée Unibet 1997 Suède Royaume-Uni Paris sportifs Casino 413 Victor Chandler Plc 1946 (agences) Gibraltar Royaume-Uni Paris sportifs Casino 864 (600 (en ligne et en agence)) Société cotée William Hill Plc 1998 Royaume- Uni Paris sportifs 177 (123 ) Société cotée - Bourse de Londres 341,000 consommateurs Yoo Media Plc 1997 Royaume- Uni Paris sportifs 122 (85 ) Société cotée converti au taux de 1,441; US$ converti au taux de 0,691 (taux en vigueur au 4 novembre 2007). Sources : et sites Internets des sociétés 18

19 Constitution d associations Certains de ces opérateurs se sont regroupés au sein d associations afin de mieux faire entendre leurs revendications. Ces associations réalisent généralement des actions de lobbying auprès des gouvernements et de la Commission européenne à Bruxelles. On dénombre notamment la European Gaming and Amusement Federation (Euromat) et la European Gaming & Betting Association (EGBA, anciennement la European Betting Association), qui regroupe huit des plus puissants opérateurs privés européens tel Unibet, bwin ou encore bet-at-home.com (voir tableau n 11 ci-dessous). 11. Les 8 membres fondateurs de la European Gaming & Betting Association Nom du groupe Date de création Lieu(x) d obtention de licence(s) en Europe Type de jeux Chiffre d affaires (2006) (en millions d euros) Observations PartyGaming 1999 Malte Autriche bwin Group 1998 Gibraltar Royaume- Uni Allemagne Italie Unibet 1997 Suède Royaume- Uni Paris sportifs Casino Paris sportifs Casino Paris sportifs Casino consommateurs bet-athome.com 1999 Autriche Malte Paris hippiques Casino consommateurs The Carmen Media Group 2002 Gibraltar Paris sportifs Casino Non publié Expekt 1999 Malte Royaume- Uni Autriche Jeux Casino Non publié consommateurs Interwetten Gaming Ltd 1990 Autriche Malte Jeux Casino 270 digibet Allemagne Royaume- Uni Paris sportifs Non publié 19

20 Ainsi que nous le constatons dans les tableaux n 10 et 11 ci-dessus, les opérateurs privés non français mais communautaires obtiennent généralement leurs licences à Malte ou à Gibraltar, et, depuis peu, commencent à se tourner vers le Royaume-Uni, où la réglementation a récemment été modifiée, ainsi que nous l évoquerons ultérieurement. Non seulement les opérateurs privés de jeux d argent sont autorisés, mais de surcroît ils bénéficient de règles fiscales particulièrement avantageuses. D autres Etats membres, tels la Suède et l Autriche, et, depuis peu, la Belgique suite à une récente réforme, sont le fief de certaines de ces sociétés, mais les conditions fiscales dans lesquelles elles opèrent sont moins attrayantes. Si Malte n était pas partie intégrante de l Union européenne au moment où son modèle a été élaboré, et si Gibraltar ou encore les îles Anglo-normandes et l Ile de Mann, dépendances de la Couronne anglaise, jouissent de statuts bien particuliers, l emprise du droit communautaire sur ces territoires s est aujourd hui accrue et notamment dans le cas de Malte. De surcroît, d autres «vieux» Etats membres dont le Royaume-Uni, l Autriche et la Belgique s ajoutent dorénavant à la liste des juridictions autorisant les opérateurs privés. Dans ce contexte, la question fondamentale est de savoir si le dispositif légal ou réglementaire d un Etat membre peut, et dans quelles conditions, empêcher une société d opérer sur son territoire, lorsque cette dernière a valablement obtenu une licence dans une autre juridiction de l Union européenne. Il convient donc de se pencher sur cette question et notamment sur la jurisprudence communautaire. 20

Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010. M. Rachid M. et autres

Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010. M. Rachid M. et autres Décision n 2010-55 QPC 18 octobre 2010 M. Rachid M. et autres Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 juillet 2010 par la Cour de cassation de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC)

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation

Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Jeux d argent et de hasard en ligne : La nouvelle règlementation Droit au pari au profit des fédérations sportives : Théorie et pratique Paris, 18 février 2010 Perrine Pelletier www.ulys.net Avocat au

Plus en détail

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France

CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE. CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France CONSULTATION LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE CONTRIBUTION DE WINAMAX Opérateur de Poker en ligne en France PROPOSITION REDIGEE PAR XS CONSEIL ID REGISTER XS CO137752272 31 JUILLET 2011 --------------------

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) Commission Gouvernement Non soutenu AMENDEMENT présenté par M. Lamour ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 34,

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009

Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne. Jeudi 5 mars 2009 Projet de loi sur l ouverture à la concurrence du secteur des jeux d argent et de hasard en ligne Jeudi 5 mars 2009 Pourquoi ouvrir le marché des jeux en ligne? La situation actuelle : Un marché légal

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 20 mai 2008 N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 mai 2008. PROPOSITION

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY Marcoussis, le 29 mai 2013 AVIS HEBDOMADAIRE n 960 MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY La loi du 1er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2010-55 QPC du 18 octobre 2010 (M. Rachid M. et autres) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 juillet 2010 par la Cour de cassation (arrêts n os 12182 et 12183 du 16 juillet 2010), dans

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-338 du 25 mars 2015 modifiant le décret n o 97-456 du 5 mai 1997 relatif aux

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer)

LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES. MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS (Métropole et outre-mer) DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES SOUS-DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES le 20 août 2007 ET DE LA POLICE ADMINISTRATIVE NOR : INT/D/07/00089/C LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

L ouverture à la concurrence des jeux d argent

L ouverture à la concurrence des jeux d argent NOTE L ouverture à la concurrence des jeux d argent Par Terra Nova le 5 mai 2008 Le gouvernement s apprête à ouvrir, au moins partiellement, le marché des jeux d argent à la concurrence. Il explique que

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

Innovation et péchés (mignons)

Innovation et péchés (mignons) Innovation et péchés (mignons) Jeux d argent en ligne en France : Réglementation Cathie-Rosalie JOLY Hotel Napoléon - Paris, 6 juillet 2011 Avocat au barreau de Paris et Docteur en droit Chargée d enseignement

Plus en détail

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés Article 60 : Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés I. - 1 Il est institué un fonds de soutien de 100 millions d euros par an pendant une durée maximale

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport?

Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? Les paris sportifs peuvent-ils, d un point de vue juridique, être un mode de financement du sport? En fédération Wallonie-Bruxelles Johan Vanden Eynde Avocat (Bruxelles Paris) Arbitre auprès de la Cour

Plus en détail

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ;

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ; Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Délibération n 04-059 du 01 juillet 2004 Délibération portant avis sur la demande d avis présentée par la CNAMTS concernant la gestion individualisée

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

RESOLUTION EUROPEENNE

RESOLUTION EUROPEENNE N 192 SÉNAT Le 2 août 2011 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 RESOLUTION EUROPEENNE relative à la redevance au profit des sociétés de courses. Est devenue résolution du Sénat, conformément à l article

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 26/07/2011 N : 28.11 LE PERMIS D EXPLOITATION ET LE PERMIS DE VENTE DE BOISSONS ALCOOLIQUES LA NUIT Le Décret n 2011-869 du 22 juillet

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats

Liste ARJEL des catégories de compétitions et résultats Cadre légal des paris sportifs en France - Principes Loi n 2010-476 du 12 mai 2010 Encadrement de la forme des paris (mutuelle, à cote, live betting) Détermination des supports de paris par l ARJEL (compétitions

Plus en détail

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED.

CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED. 1 CONSEIL D ETAT 5EME ET 4EME SOUS-SECTIONS REUNIES, 30 DECEMBRE 2011, SOCIETE STANLEY INTERNATIONAL BETTING LIMITED Requête n 330604 MOTS CLEFS : monopole liberté d établissement liberté de prestation

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

The European Lotteries Livre blanc. pour. durable en matière de jeux d argent dans

The European Lotteries Livre blanc. pour. durable en matière de jeux d argent dans The European Lotteries Livre blanc pour une politique responsable et durable en matière de jeux d argent dans l intérêt de la société JUILLET 2012 THE EUROPEAN LOTTERIES Livre blanc pour une politique

Plus en détail

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est :

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est : Délibération n 2010-23 du 18 mai 2010 relative aux conditions de diffusion, par les services de télévision et de radio, des communications commerciales en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO

Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010. Société PLOMBINOISE DE CASINO Décision n 2010-53 QPC 14 octobre 2010 Société PLOMBINOISE DE CASINO Le Conseil constitutionnel a été saisi le 16 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC)

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Dossier spécial. Y a-t-il une bataille autour du procureur européen?

Dossier spécial. Y a-t-il une bataille autour du procureur européen? Y a-t-il une bataille autour du procureur européen? Vincent Asselineau Avocat au Barreau de Paris, ancien membre du Conseil de l Ordre et du Conseil national des Barreaux, Expert français auprès du Conseil

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. Base juridique

NOTE JURIDIQUE. Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE - OBJET : Retraite anticipée des fonctionnaires handicapés Base juridique Article L.24

Plus en détail

Surfer au travail : prudence est mère de sureté

Surfer au travail : prudence est mère de sureté Surfer au travail : prudence est mère de sureté Rares sont aujourd hui les salariés qui ne disposent pas d une connexion Internet sur leur lieu de travail. Internet constitue en effet un outil indispensable

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT APRÈS L'ART. 5 ASSEMBLÉE NATIONALE N I 363 (2 ème rect.) 14 octobre 2011 LOI DE FINANCES POUR 2012 - (n 3775) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Jean-François Lamour ----------

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G»

Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 12-A-08 du 20 mars 2012 relatif au cadre réglementaire concernant l appel à candidature des attributions de fréquences «4 G» L Autorité de la concurrence (commission permanente),

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail