Journée mondiale de la santé 2013 (3 avril)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée mondiale de la santé 2013 (3 avril)"

Transcription

1 t r i m e s t r i e l le s de l Association des Anciens de l OMS Tél : +41 (0) Bureau 4141, OMS, CH Genève, Suisse Courriel: Website : http ://who.int/formerstaff/fr/ Une opinion publique éclairée et une coopération active de la part du public sont d'une importance capitale pour l'amélioration de la santé de la population (OMS, Documents Fondamentaux, 47ème édition, 2009). Journée mondiale de la santé 2013 (3 avril) Association des Anciens de l OMS

2 Posters de la Journée mondiale sans tabac Nouveau complexe immobilier des NU à Copenhague, de nuit (autre photo sur la version anglaise) 2

3 SOMMAIRE Note santé : marchez! Journée mondiale de la santé 4, 5 OMS et tabac; e-cigarette 5, 6 Nouvelles de l OMS 7 Les affaires avant la santé à l OMS? 8 Enquête perception OMS 9 Santé mondiale, bonne direction? Journée int le personnes âgées 10 Plateforme des associations d aînés à Genève ; Villes amies des aînés 11 Nouveaux membres; le ciel en été; In memoriam 12 Cité des NU à Copenhague 13 Liste des articles santé parus 14 Réunion BAFUNCS 15 Contacts, retrouvailles, courage 16 Récit d un Infarctus 17 Courrier des lecteurs 18 Corrigendum répertoire ; cafés et déjeuners à Genève 19 Côté sourire Equipe de rédaction Rédacteur en chef, mise en page: David Cohen Comité de rédaction Yves Beigbeder, Sue Block Tyrrell, Laura Ciaffei Maria Dweggah, Samy Kossovsky, Jean-Paul Menu, Dev Ray, Michel Thuriaux, Rosemary Villars. Traductions, articles: tous les rédacteurs Tous nos remerciements aux Services de l impression, de la distribution et du courrier Les opinions exprimées dans ce journal n engagent que leurs auteurs et ne sont pas nécessairement celles de la rédaction Envoyez vos contributions à David Cohen EDITORIAL Lorsque ce journal vous parviendra, la journée mondiale de la santé sera déjà passée depuis 3 mois. Son thème reste cependant d une grande actualité. Le contrôle de la pression sanguine est en effet d une importance primordiale et son bon équilibre évitera de nombreux accidents vasculaires, cardiaques ou cérébraux. Nous avons déjà traité la question dans le QNT 84, mais il n est pas inutile d y revenir (voir par ailleurs en page 4 un bref compte-rendu sur cette journée). Cette année est celle de notre assemblée générale. Celle-ci aura lieu le 8 octobre prochain dans la salle C au siège de l OMS à Genève. Vous recevrez les invitations à y participer en temps voulu. Toute suggestion de votre part qui pourrait être discutée lors de l assemblée générale serait la bienvenue. Votre Comité continue à travailler dans l intérêt de tous les retraités, notamment dans le domaine de l assurance maladie, des pensions, etc. Il serait cependant hautement souhaitable qu aux prochaines élections de nouveaux talents, notamment des nouveaux retraités motivés se présentent. Il est en effet nécessaire de renouveler et développer le Comité si l on veut aller de l avant. DC Contacts importants : AOMS: voir en page 1 Assurance-maladie (SHI) : + 41 (0) ; en cas d absence, prière de laisser un message ; on vous rappellera. Ou envoyez un courriel à: Pensions: Tél : +41 (0) ; ou et pour New York Permanences au bureau AOMS le mardi et le mercredi de 9:30 à 12:00 Autrement: laisser un message sur le répondeur; on vous rappellera. 3

4 Notre santé Mes docteurs et l OMS me disent de marcher! Je ne fais plus de jogging. J ai arrêté le ski pour éviter de me faire bousculer sur les pistes par de jeunes inconscients. Le tennis m a abandonné depuis plusieurs années, je golfe doucement, plutôt neuf que 18 trous. Il reste la natation (de préférence dans une eau tiède) et surtout la marche quotidienne, recommandée chaudement par tous mes nombreux docteurs.. L OMS recommande aux personnes âgées de 65 ans et plus, en bonne santé, de pratiquer par semaine au moins 150 minutes soit 2h ½ «d activité d endurance d intensité modérée» ce qui semble inclure la marche: donc ½ h de marche (au moins) cinq jours par semaine est un bon commencement. Dans quel but? L exercice physique régulier devrait améliorer l endurance cardio- respiratoire, la forme musculaire, l état osseux et fonctionnel. Cet exercice comprend les déplacements (marche ou vélo), les activités professionnelles éventuelles, les tâches ménagères (messieurs, à vos balais!), le jardinage, la danse, les activités ludiques dont les sports. Autres bénéfices: éviter la prise de poids, conserver la force musculaire et l équilibre, diminuer le risque de chûtes et de fractures, réduire le risque de maladies non transmissibles. Marcher à son rythme ne fatigue pas les articulations et améliore le rythme cardio-vasculaire et la capacité respiratoire. En plus de la marche quotidienne, les conseils concrets sont connus : - prendre l escalier plutôt que l ascenseur - faire ses petites courses à pied et pas en voiture - descendre de l autobus ou du métro une station avant la vôtre et finir le trajet à pied. Pour vous convaincre et convaincre vos proches (si ce n est pas déjà fait), ajoutons les bénéfices psychiques gratuits de la marche: remettre les pieds sur terre et les idées en place, relativiser les petits ou grands problèmes de la vie, rétablir un équilibre corps/esprit, apaiser nos émotions, évacuer le stress, retrouver le plaisir de la vie en plein air, lutter contre la dépression. Des thérapeutes américains emmènent leurs patients pour une promenade de 40 minutes au Central Park de New York (Walk and Talk Therapy). Selon le psychiatre Boris Cyrulnik, «L action, l affection et la mentalisation (processus par lequel nos émotions sont transformées en pensées) sont nos tranquillisants naturels prescrits lors d une marche». Yves Beigbeder Sources : Le Figaro, 10 juin 2013, «Marcher pour changer son mental», Pascale Senl. Journée mondiale de la santé La Journée mondiale de la santé a été célébrée, cette année, le 3 avril. Elle a été consacrée à l hypertension. Une table ronde s est tenue dans la Salle du Conseil Exécutif du Siège. De nombreuses délégations, des membres du personnel, des membres de l AOMS vivant dans la région de Genève ont suivi les exposés de quatre orateurs venus de l Union internationale des télécommunications, de Caritas International Genève, de l University College de Dublin, et du Centre de médecine factuelle d Oxford. Ils ont parlé de la «m-health» (l utilisation des téléphones mobiles pour diffuser des messages portant sur la santé), de l importance de l évaluation de sa propre santé, du soin à y apporter, et aussi de la nécessité de disposer de moyens précis de la mesure de la pression artérielle, et également des préoccupations soulevées par les nouvelles générations, en particulier celles concernant l obésité. 4

5 Journée mondiale de la santé (suite) Dans son message au public, le Dr Margaret Chan, Directrice générale a attiré l attention sur ce très grave problème. L OMS estime que plus d un adulte sur trois dans le monde présente une tension artérielle élevée, l un des plus importants facteurs qui conduisent à des décès prématurés et à des infirmités liées à des affections cardio-vasculaires, partout dans le monde. L hypertension est à l origine, chaque année, de 9,4 millions de morts dues à des maladies de cœur ou des attaques cérébrales. L hypertension se présente souvent accompagnée d autres facteurs de risque : l obésité, le diabète, un taux de cholestérol élevé; le risque global s en trouve encore accru. Le but de la Journée mondiale de la santé de cette année est de faire prendre conscience aux gens de la nécessité de connaître leur tension artérielle et, de considérer l hypertension avec sérieux, afin de la corriger. En matière de prévention les conseils sont directs et bien connus: réduire la consommation de sel, se maintenir alerte et svelte, demeurer actif; avoir conscience de son poids idéal et faire en sorte de s en approcher; consommer davantage de fruits et légumes et moins de plats tout prêts ou de nourritures malsaines; réduire l absorption de boissons sucrées; proscrire le tabac et éviter la proximité des fumées de tabac; consommer l alcool avec modération ou pas du tout. Pour nombre de personnes, cela suffit pour maintenir leur tension artérielle sous contrôle, mais pour d autres des traitements médicamenteux sont nécessaires pour diminuer nettement le risque d affections cardiaques, d accidents vasculaires cérébraux et d insuffisance rénale. Le principal message de l OMS au public est: évitez les risques, connaissez votre tension artérielle, ayez un mode de vie sain, et respectez méticuleusement les prescriptions de médicaments et de soins qui vous sont ordonnés. Sue Block Tyrrell L OMS et le tabac Mieux vaut tard que jamais: l OMS totalement non fumeur dedans et dehors Rappel: Il y a un quart de siècle, un premier pas vers l OMS lieu sans tabac avait été franchi le 7 avril 1988, à l occasion du 40 e anniversaire de l OMS. Le Directeur général Dr. Halfdan Mahler avait brisé symboliquement à l aide d un marteau un cendrier 1 pour indiquer au personnel que le bâtiment de l OMS serait désormais un lieu non-fumeur. Tous les cendriers furent retirés. Les avis de postes stipulaient dorénavant que les candidats postulaient pour une institution où il était interdit de fumer. Les fumeurs invétérés devaient aller dehors, même en hiver pour fumer. Une nouvelle étape historique vient d être franchie par l actuelle Directrice générale, Dr Margaret Chan. Le personnel et les visiteurs sont avisés que: A dater du 31 mai 2013, l usage de tabac y compris de dispensateurs électroniques de nicotine tels que les e-cigarettes, seront totalement interdits: a. A l intérieur et à l extérieur de l enceinte de l OMS, y compris les parkings et les jardins, b. Tous véhicules de l OMS, lui appartenant, en location ou en leasing, c. Tous véhicules privés et commerciaux se trouvant dans l enceinte de l OMS Ces dispositions s appliquent à toutes personnes se trouvant dans les locaux de l OMS, quelle que soit la raison de leur visite. Le Service médical (HMS) en collaboration avec CIPRET, une ONG locale continuera à aider tout employé de l OMS désirant arrêter de fumer. Une signalisation claire en français et en anglais sera mise en place aux entrées des bâtiments et de l enceinte et tous les cendriers seront retirés. (suite page 6) 5

6 L OMS et le tabac (suite) Nonobstant la responsabilité de l organisation dans la protection et la promotion de la santé et de la sécurité au travail, le personnel est responsable pour connaître et adhérer aux dispositions de cette note d information. On attend de tous les membres du personnel qu ils contribuent à une enceinte libre de tabac en informant tout violateur que l enceinte de l OMS est hors tabac». Plutôt dur, mais exemple encourageant. Douze états membres dans plusieurs continents ont déjà interdit l utilisation de cigarettes électroniques. La cigarette électronique, cette inconnue Depuis quelques années on assiste à une diffusion croissante de la cigarette électronique (e-cigarette); elle est même conseillée comme l un des moyens d arrêter de fumer. Sa nature et son histoire méritent d être approfondies: brevetée aux Etats Unis dans les années 60, c est seulement en 2004 qu elle est produite en Chine et exportée dans le monde entier. Elle consiste classiquement en une structure d acier, avec une cavité logeant une capsule contenant de la nicotine liquide à concentrations variables et une pile rechargeable: elle ressemble à une cigarette normale. Les fumeurs inhalent la vapeur qui est absorbée par les poumons. On l'achète un peu partout sauf chez les vendeurs de tabac traditionnels qui ont protesté contre le manque à gagner, étant donné qu'il s'agit d'un produit contenant de la nicotine comme les cigarettes qu'ils vendent légalement. L'Etat aussi subit un manque à gagner de plusieurs millions, les taxes étant beaucoup plus faibles. Seuls les fumeurs semblent y gagner, leur dépense annuelle étant nettement inférieure qu avec des cigarettes normales. Sur le long terme on enregistrerait une diminution des coûts de la santé et des décès dus aux cancers du poumon. Ce qui est étonnant, c est que même des professeurs reconnus conseillent d'utiliser l e-cigarette pour arrêter de fumer. D'autres, au contraire, rappellent que même si les dangers sont moindres qu avec une cigarette classique, (pas de combustion de papier), la nicotine inhalée fait toujours des dégâts. Son nom même est critiqué: c est une cigarette électrique à cause de la pile à l origine de la vapeur. C'est celle-ci qui donne aux fumeurs l'impression de fumer une cigarette normale. Rien ne prouve que cette vapeur soit sans danger même si elle ne contient pas de nicotine, ni que le recours à la cigarette électronique diminue la dépendance au tabac. Des experts disent au contraire qu'elle habitue les jeunes fumeurs aux gestes et aux rites liés à la consommation de tabac ce qui déjà représente un grand danger. D'autre part sa diffusion a profité d un vide législatif, son existence n'étant pas prévue et Roberto Masironi par conséquent pas réglementée. Elle est absente de la Convention cadre sur le tabac de l'oms, ce qui n oblige pas les états signataires à faire respecter l interdiction de la fumer dans des endroits fermés où elle est très répandue. Face à sa grande diffusion, plusieurs pays ont pris des mesures visant à protéger la santé des consommateurs, et notamment des mineurs. Selon des études réalisées en Italie par l'institut supérieur de la santé, la dose journalière tolérée de nicotine, d'après les normes fixées par l'agence Européenne pour la sécurité des aliments (EFSA), est dépassée même avec un usage modéré. La consommation et la vente des e-cigarettes sont interdites aux mineurs de moins de 18 ans. Des fabricants ont lancé des études visant à démontrer que la quantité de nicotine inhalée est inférieure à celle d une cigarette normale, et, que l absence de combustion de papier diminue le risque de cancer du poumon. Ils affirment que d'après une enquête parmi les fumeurs d ecigarettes, 32% ont diminué de moitié leur consommation, 12% de 80% et 22% ont arrêté définitivement. En même temps le nombre de médecins qui la conseillent aux patients souhaitant arrêter de fumer est en augmentation. Un autre danger menace aussi ces cigarettes: la contrebande. Plusieurs saisies importantes sans indication d origine ont eu lieu. La position de l OMS a été toujours très claire. Après une réunion à Durban, elle a rédigé un Rapport technique sur la cigarette électronique (TRS 955). En 2008 le Dr D. Bettcher, responsable du TFI (Tobacco-Free Initiative), a déclaré: «Toute assertion selon laquelle la cigarette électronique serait une thérapie valable pour arrêter de fumer est mensongère. Les fabricants l ont prétendu sur le web ou dans leur publicité en donnant l impression que l OMS soutenait leur thèse, alors que c est le contraire: l OMS a demandé aux gouvernements d obliger ces fabricants à enlever cette publicité. S ils veulent accréditer leur thèse, ils doivent la prouver par des études cliniques sérieuses». Cette fumée est aussi nocive que celle du tabac. Cela reste toujours d actualité. Laura Ciaffei 6

7 Nouvelles de l OMS Points forts de la 66ème Assemblée mondiale de la santé, mai 2013 Placée sous la présidence de l'ancien Directeur régional pour la Région du Pacifique occidental, le Dr Shigeru Omi, 24 résolutions et 5 décisions ont été adoptées, parmi lesquelles : - Les délégués ont été informés de la progression de la réforme de l'oms - Le 12ème Plan de Travail général relatif aux activités de l'oms pour les six prochaines années a été adopté - Pour la première fois dans l'histoire de l'oms, le budget programme présenté a été approuvé en totalité millions de USD, pour le biennium Les nouveaux cas de grippe H7N9 et de MERS-coV (nouveau coronavirus)) ont conduit à des discussions d'une actualité encore plus pressante sur la mise à jour du Règlement sanitaire international. - La poursuite des efforts vers les objectifs de santé du Millenium pour le Développement et l'assurance que la santé sera au cœur des préoccupations des N.U. en matière de développement après Les délégués ont pris note du premier rapport annuel traitant des mesures préventives en vue d'une pandémie de grippe couvrant trois domaines principaux: partage des informations sur le virus, sa prise en charge, son contrôle. - De nouveaux plans d'action ont été approuvés concernant: l'éradication de la poliomyélite la prévention des cécités et atteintes de l'acuité visuelle évitables la santé mentale D'autres résolutions et décisions ont porté sur : - l'invalidité - le plan d'action global pour les vaccinations - la standardisation de l'informatique pour la santé, son interopérabilité, sa sécurité - la mise à la portée des femmes et des enfants de tous les moyens préservant la vie - les efforts coordonnés pour prévenir, contrôler et éliminer le paludisme - les maladies tropicales négligées - la prévention et le contrôle des maladies non-contagieuses - les facteurs sociaux déterminants en matière de santé - la couverture de santé universelle - les produits médicaux contrefaits, falsifiés, aux emballages trompeurs ou de qualité insuffisante Au cours de la cérémonie de clôture, la Directrice générale, Dr Margaret Chan, a lancé l'alarme sur le coronavirus: il représente une menace pour le monde entier et requiert l'urgente attention internationale. Sue Block Tyrrell Assemblée générale de l AOMS N OUBLIEZ PAS NOTRE ASSEMBLEE GENERALE QUI SE TIENDRA LE 8 OCTOBRE 2013 AU SIEGE DE L OMS A GENEVE, SALLE C. Envoyez vos suggestions. Venez nombreux! 7

8 Les affaires avant la santé à l OMS? Dans un éditorial d Equinet 1, German Velasquez, ancien fonctionnaire de l OMS, estime que l OMS ne remplit plus vraiment son rôle de leader dans les questions de santé publique, alors que l OMC et l OMPI s y intéressent de plus en plus. Il déplore que la cérémonie entre les 3 Directeurs généraux le 5 février, au cours de laquelle la publication trilatérale Promoting Access to Medical Technologies and Innovation a été présentée, ait eu lieu à l OMC et non à l OMS. L'OMC et l'ompi parlent maintenant de ces questions sans "tabou", mais «l étude ne donne pas une image complète du traitement de cette question par l'oms au cours de la dernière décennie. Le rapport présente page 44 un tableau de dix-sept résolutions de l'assemblée mondiale de la Santé (AMS) adoptées entre 1996 et 2012 sur la propriété intellectuelle et la santé. Ces résolutions prescrivent certes clairement au secrétariat et aux pays comment protéger la santé publique contre les effets négatifs possibles de nouvelles règles commerciales internationales, mais, malgré les nombreuses résolutions et publications de l'oms ces 15 dernières années, dont un grand nombre sont omises dans le rapport, il est précisé que «le matériel publié est diffusé sans aucune garantie, expresse ou implicite. La responsabilité de l'interprétation et de l'utilisation dudit matériel incombe au lecteur. En aucun cas, l'oms, l'ompi et l'omc ne peuvent être tenues responsables de quelque conséquence que ce soit découlant de son utilisation. " Le lecteur pourrait croire à tort que l'oms se désintéresse du fait qu une licence obligatoire peut, dans certaines circonstances, faciliter l'accès aux médicaments, ou qu un régime international de fin de brevet permettant des importations parallèles de n'importe quel pays peut réduire le coût des médicaments et les rendre plus accessibles. Les 17 résolutions de l'ams donnent mandat à l'oms d'engager, de promouvoir et de défendre les mécanismes et les politiques en ce sens. Il importe donc de veiller à ce que la coopération trilatérale ne conduise pas l'oms à partager une vision "neutre", et oublie son mandat de protection de la santé. Ce serait contraire à la direction exemplaire de l'oms sur La Stratégie pharmaceutique révisée (WHA en 1999, ou aux Perspectives politiques de l'oms sur les médicaments, publié en 2001, selon lesquelles «Un brevet national et la législation connexe devraient: Promouvoir des normes de brevetabilité qui prennent en compte la santé. (...) Prévoir des exceptions, des marques, des dispositions d'exclusivité des données et d'autres mesures pour soutenir la concurrence des génériques. Permettre des licences obligatoires, des importations parallèles et d'autres mesures visant à promouvoir la disponibilité et assurer une concurrence loyale. Permettre des demandes de prolongation de la période transitoire pour la mise en œuvre des ADPIC 2, si nécessaire et admissibles. Examiner attentivement les intérêts nationaux de santé publique avant d'instituer de nouvelles dispositions ADPIC. Comme l'ont exprimé lors du Conseil exécutif en Janvier les trois ONG qui sont intervenues sur la question de la santé publique et de la propriété intellectuelle, ce rapport trilatéral est un document faible et peu ambitieux dans lequel l'oms ne reflète pas totalement le travail qu'elle a fait sur ces questions conformément à son mandat. La question que nous, les Etats membres de l'oms, les organisations internationales ayant une vision claire de la priorité de la santé PNUD, ONUSIDA, UNICEF, ONG sans but lucratif s occupant de santé publique, le milieu universitaire et tous les secteurs concernés par la promotion de la santé et de l'accès aux médicaments devons nous poser est quelle sont la pertinence et le statut de ce rapport par rapport aux 17 résolutions de l'ams qui fixaient un mandat clair que ne reflète pas le présent document. Nous pensions avoir surmonté le débat initié au début des années 2000, qui portait d abord sur le droit à la santé ou sur des règles commerciales internationales, mais, dans cette publication trilatérale, le mandat de l'oms pour promouvoir la santé publique semble avoir été subordonné à la PI et aux intérêts commerciaux que l'ompi et l'omc promeuvent. Ce rapport trilatéral est de nature «Wikipédique" décrivant ce que d autres ont dit sur la question, sans qu aucune des trois organisations ne dise ce qu'elle pense. Le document de 251 pages ne contient pas de recommandations, ni même une conclusion, ou toute autre orientation. En comparaison, le rapport 2006 de l'oms sur la santé publique, l'innovation et les droits de propriété intellectuelle (rapport CIPIH), dirigé par l'ancienne présidente de la Suisse, Ruth Dreifuss, contenait 60 recommandations. Selon un proverbe japonais: «le non-dit est le sel de la conversation". Nous pouvons donc dire que ce rapport est... insipide. Editorial de German Velasquez, rapporté par DC 1. Equinet Newsletter, 1 avril Adresser vos commentaires ou demandes sur les questions soulevées dans le présent exposé au secrétariat d EQUINET 2. aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce 8

9 Enquête de perception de l OMS, 2012 (D après un communiqué officiel de l OMS, suivi de quelques commentaires personnels) L OMS a engagé une agence indépendante de communications mondiales, Grayling, pour faire une enquête mondiale sur la perception de l OMS par toutes les parties prenantes, tant externes que les membres du personnel intervenants externes ont été contactés choisis par les Bureaux régionaux et de pays, ainsi que par le Siège, pour représenter les ministères de la santé, les agences des Nations Unies, les ONG, les centres collaborateurs de l OMS etc. - 20% ont répondu, ce qui est un pourcentage élevé selon Grayling - au plan interne, sur les 9311 membres du personnel, consultants et internes, contactés. 25% ont répondu. Les questions ont été presque identiques, et les résultats sont accessibles au public sur le site de l OMS. Les résultats sont encourageants : - La vaste majorité des participants internes (9 sur 10) et externes (3 sur 4) estiment l OMS indispensable ou importante pour l amélioration de la santé des gens. - L OMS est perçue comme la plus efficace pour influencer la politique de santé au plan mondial (89%). - L information donnée par l OMS est jugée précise et utile. - Quatre participants sur cinq dans les deux groupes font confiance à l OMS pour gérer les menaces internationales de santé publique. 9-80% du personnel de l OMS et 77% de l extérieur parlent généralement de façon positive de l OMS. - La confiance en l OMS est en augmentation pour 42% des participants externes et 35% du personnel, alors que pour 24% des participants externes et 40% du personnel, elle est en baisse. - 18% des participants externes et 19% du personnel estiment que l OMS est malencontreusement influencée par l industrie/le secteur privé; il est regrettable que la catégorie «je ne sais pas» soit élevée dans les deux groupes (46% des externes, 33% du personnel). L enquête a identifié quelques pistes nécessitant une amélioration : - Baisse de confiance ou déception concernant la performance de l OMS. - Une grande proportion des participants externes (45%) et du personnel (33%) disent qu ils ne savent pas si l OMS est influencée de manière inappropriée par le secteur privé. - Il est clairement nécessaire d améliorer la rapidité de l offre et de l accessibilité de l information de l OMS. Quelques commentaires personnels Il faut féliciter l équipe de communications de l OMS pour cette enquête et la manière honnête avec laquelle ses résultats sont diffusés. Ceux-ci ont fait l objet d un séminaire dirigé par le Dr Troedson, Directeur exécutif au Bureau du DG. J y suis allé étant persuadé que la salle serait pleine, mais pas du tout. Les hauts fonctionnaires brillaient par leur absence je crois qu il n y avait que deux directeurs. L assistance comprenait une grande proportion d internes (qui semblent être particulièrement utiles pour accroître l assistance à divers séminaires). Le deuxième commentaire se rapporte au taux de participation contrairement à l affirmation de Grayling, un taux de 25% du personnel semble très bas la question est pourquoi n ont-ils pas répondu? Est-ce parce qu ils pensaient que leurs réponses ne serviraient à rien? Le troisième commentaire concerne l organisation d une nouvelle enquête. Il est réconfortant de noter que le Bureau de la Directrice générale a l intention d engager une nouvelle enquête tous les deux ou trois ans étant donné que les changements de perception ont une grande valeur dans le temps. Dans les années 1970, des enquêtes auprès du corps diplomatique à New York concernant leur perception de différentes organisations internationales ont placé l OMS au premier rang. Dans une autre enquête (Pew Foundation?), l OMS est arrivée en deuxième rang. Les réponses positives ont été souvent obtenues en combinant les réponses clairement positives avec les réponses neutres. Par ailleurs, les perceptions des participants sont souvent liées aux actions opérationnelles d organisations (par exemple l UNICEF), alors que le mandat de l OMS est de formuler des normes et la coopération technique et non des actions opérationnelles. Il serait peut-être souhaitable de préciser ce point en préface à une future enquête? Les coûts ont été plutôt limités de l ordre de USD pour les participants externes et USD pour le personnel. Ce qui a été sympathique est que les responsables du séminaire n ont pas utilisé la langue de bois pour soutenir leurs propres perceptions mais qu ils ont été honnêtes et précis. Le dernier commentaire est l absence des anciens membres du personnel de l enquête. Les organisateurs étaient disposés à les inclure and ont demandé à l AOMS de leur donner les noms et adresses des anciens. Cependant, l AOMS a décidé de ne pas donner ces renseignements sans l accord des intéressés Je pense que nous devrions demander à nos membres s ils seraient d accord que l AOMS donne leur nom et adresse pour une nouvelle enquête de ce type. Pour lire le rapport intégral : Dev Ray

10 La santé mondiale va-t-elle dans la bonne direction? Jeudi 2 mai, à l invitation du Comité de la Santé mondiale de l université de Cambridge, le Professeur Adetokunbo O. Lucas, professeur associé de l université Harvard, ancien directeur du Programme spécial pour la recherche et la formation dans les maladies tropicales au siège de l OMS, a fait un exposé sur ce sujet dans une salle de conférence de l école de médecine de l Hôpital Addenbrooke, Cambridge, Angleterre. Le Professeur Lucas décrivit comment la santé mondiale, dérivée de la santé internationale, était née de la crainte, nourrie de compassion, et soutenue par la reconnaissance de profits mutuels. L essence de la santé du monde est la mobilisation de toutes les parties prenantes dans des partenariats qui relèvent les défis de la santé et de la maladie de façon uniforme. Elle est fondée sur l équité et la justice sociale. Il donna des exemples de l approche de la santé mondiale, notamment: recherche pour générer des connaissances et technologies nouvelles; collaborations pour le contrôle, l élimination et l éradication de maladies infectieuses ciblées; et cibles et objectifs mondiaux tels que le Millénaire du développement, centrés sur l équité et la justice sociale. Le Professeur Sir Leszek Borysiewicz, Vice-Chancelier de l Université de Cambridge, assistait à cette conférence. Il incita les étudiants présents à contribuer à l amélioration de la santé mondiale. En mars cette année, le Prof. Lucas a reçu le Jimmy Rosalynn Carter Humanitarian Award pour ses efforts et réalisations humanitaires remarquables qui ont contribué à améliorer la santé du genre humain. Les lauréats précédents sont le Président Jimmy Carter et son épouse Rosalynn Carter, Bill et Melinda Gates and le Président Bill Clinton. Sue Block Tyrrell Journée internationale des personnes âgées La Journée Internationale des personnes âgées aura lieu le à Genève et dans de nombreux pays. L OMS sera largement impliquée, ainsi que la Ville de Genève. Notre association y prendra part. Nous vous ferons part du programme dès qu il sera connu. Merci aux Régions de nous faire part des célébrations dans les pays. 10

11 Plate-forme des associations d aînés de Genève La Plateforme est une fédération d associations d aide aux personnes âgées dans le Canton de Genève Créée en mai 2005, elle est passée de 17 associations au départ, à 32 actuellement. De nombreuses communes du Canton ont leur propres associations d anciens qui contribuent à l organisation de manifestations, de séminaires et colloques pour les personnes âgées; certaines traitent de problèmes spécifiques: ainsi la Fédération genevoise des établissements médico-sociaux (FEGEMS) ne s adresse pas seulement aux personnes qui désirent devenir des résidents, mais organise aussi des séjours pour des couples dont l un des membres souffre de la maladie d Alzheimer. La Fondation pour la formation des aînées et des aînés de Genève (FAAG) met sur pied des colloques sur des sujets précis, par exemple Âge et mémoire. La Plate-forme se réunit quatre fois par an. Elle tient une permanence à la Cité Seniors, 28 rue Amat, les lundis de 14h à 17h et les vendredis de 9h à 12h. Actuellement le poste de Président est tenu par M.Eric Sublet, celui de Secrétaire par M. Hans Peter Graf. La Plate-forme tient ses réunions au Centre d animations pour les retraités (CAD). Au cours de l Assemblée générale annuelle qui a eu lieu le 15 avril 2013, le Président a présenté le rapport annuel. 11 Sur un budget total pour 2013 de 101'200 CHF, seuls proviennent des cotisations des associations membres (200 CHF chacune); le reste est couvert par les subventions de la ville de Genève. L Hôpital universitaire de Genève a entrepris une étude longitudinale sur les effets des suppléments alimentaires et de l exercice physique sur les personnes âgées. Une invitation à y participer a été relayée par l AOMS à ses adhérents. L AOMS a d abord été représentée, en tant qu observateur, par Roger Fontana, secondé parfois par Dev Ray ou David Cohen. En avril dernier, notre Association a décidé de devenir membre à part entière de la Plate-forme, considérant que nombre de ses activités sont directement profitables pour nos membres. Les personnes intéressées peuvent s adresser aux permanences tenues à la Cité Seniors: elles y trouveront des informations sur les diverses activités des divers groupes auxquelles nos retraités peuvent participer. La Plate-forme est également partie prenante à la Journée internationale des personnes âgées, le 1 er octobre de chaque année. Dev Ray Pour en savoir plus, cf. rapport de l AAFI-AFICS: Vieillir chez soi: Séminaire tenu le 25 sep Les villes amies des aînés Un article du journal Le Monde (12 mars 2013) fait l éloge d une région rurale au nord-ouest du Québec (Canada) qui a mis en œuvre des mesures lancées par l OMS dans le cadre de son programme «villes amies des aînés». La politique «Vieillir et vivre ensemble, chez soi, dans sa communauté» a été adoptée en 2011 dans la province. Elle couvre km 2 avec 21 villages et habitants, dont 17% ont plus de 65 ans: leur nombre va doubler d ici à 2030, comme dans l ensemble de la province canadienne. En 2010, l OMS a lancé le réseau des villes amies des aînés, en s'inspirant très directement de l'exemple de l'unicef qui a mis sur pied avec succès, il y a quelques années, le réseau des villes amies des enfants. Selon le Dr John Beard, Directeur du département Vieillissement et qualité de vie à l'oms, "les personnes âgées sont une ressource vitale, souvent négligée, pour les familles et la société". Dès 2006, l'organisation avait lancé une étude préalable auprès de 33 villes à travers le monde. Celle-ci a permis d'identifier les points importants qui caractérisent l environnement urbain propice à un vieillissement actif et en bonne santé: l accès aux transports publics, aux espaces de plein air et aux bâtiments, des Voir le site : logements adaptés, un tissu social dense et la présence de services médicaux. Au-delà de ces aspects matériels et organisationnels, l'étude réalisée par l'oms a également mis en évidence "la nécessité de favoriser les liens qui permettent aux personnes âgées d'être des participants actifs de la société, de lutter contre la discrimination fondée sur l'âge et d'offrir de plus grandes occasions de participation citoyenne et d'emploi". Depuis que les invitations à participer au réseau ont été lancées en décembre dernier, l'oms dit être "submergée de réponses". New York a été la première ville à rejoindre ce réseau. Depuis 2007, la Ville de Genève est activement engagée dans ce projet, en collaboration avec l OMS. Cité Seniors offre aux aînés un espace d information et de rencontre, des activités de formation et organise des conférences. Les associations d aînés de Genève sont groupées dans la Plate-forme, à laquelle l AOMS s est jointe récemment Yves Beigbeder

12 Nouveaux membres Nous avons le plaisir d accueillir dans la grande famille de l AOMS les membres suivants à qui nous souhaitons la bienvenue. Membres à vie: Roger AERTGEERTS ; Edith BERNARD ; Brian DOBERSTYN ; Marie-Françoise BORÉ ; Philippe LAMY; Joséphine MATUSMOTO Conversion à membre à vie: Manique ABAYASEKARA; Tarcisio BOSCARDINI; Catherine BROWNE; Geneviève CAPITAINE- EYNARD; Helen Mary CARTER (conformément à son souhait, son nom n apparait pas dans notre Répertoire); Gilbert COTAND; Ernesto DE OLIVEIRA; Philippe DESJEUX; Pia ELMIGER; Sev FLUSS; Vera KALM; Laure LAMBERT; Anne-Marie LEROY; Galliano PERUT; E.A. Paloscia RICCARD. Membres annuels: Adetokunbo LUCAS, Julia MIRAILLET Deux autres personnes ne souhaitent pas voir leurs noms apparaître dans notre journal. Les cieux de juillet à septembre C est le moment de l année pour voir la Voie lactée. Bien que toujours présente, elle se déplaçait à l horizon au cours des derniers mois, au moins dans l hémisphère Nord, et elle est cachée par la légère pollution. A présent cependant on la voit pratiquement au-dessus de nos têtes depuis les deux hémisphères, et sa partie la plus brillante est visible à travers le Sagittaire. Nous regardons notre propre galaxie d étoiles de l intérieur. Si vous pouvez vous éloigner des lumières de la ville par une nuit claire, la Voie lactée forme un arc à travers les cieux. Vous remarquerez qu elle ne brille pas uniformément partout, mais qu il y a des taches plus brillantes et également des parties qui contiennent très peu d étoiles. En particulier, il y a une longue entaille sombre, nommée le Grand Rift. Celle-ci s étend du Cygne, qui se trouve actuellement pratiquement au dessus de l Europe, en bas vers le Sagittaire, que l on voit au-dessus depuis l hémisphère sud. En réalité, c est un sentier de poussière et de gaz qui sont abondants dans le bras en spirale d une galaxie comme la nôtre. Le système solaire est assez bien placé au centre dans le plan de la galaxie, ce qui fait que le vrai centre de la galaxie est caché. Observez la Voie lactée avec des jumelles et vous allez saisir des groupes d étoiles et de nébuleuses que vous pouvez identifier en utilisant une carte du ciel en ligne comme l excellente Stellarium téléchargeable gratuitement. Elle vous aidera aussi à identifier Vénus en bas à l ouest juste après le coucher du soleil, et Saturne plus haut au sud-ouest. Pour en savoir plus Society for Popular Astronomy: Article aimablement offert par la British Society for Popular Astronomy In memoriam Dr Peter F Beales, ancien de la Région SEAR et malariologue Senior du programme en Thaïlande de 1974 à 1980, est décédé de leucémie chez lui à Londres le 3 janvier Ses funérailles ont eu lieu à Londres le 22 janvier. SEAR News présente ses condoléances sincères à sa famille endeuillée et prie pour le repos de son âme. (notice reprise de SEAR News et aimablement fournie par Brian Doberstyn) Autres décès Edouard Fankhauser Margaret Desbois, Edouard Dowd 12

13 Une visite au campus N 1 de la cité des Nations Unies à Copenhague 2 mai 2013 Le bâtiment de la Cité des Nations unies, situé sur le port de Copenhague a été conçu par la firme d architectes danois 3xNielsen. Le Ministère des Affaires étrangères l a loué pour l offrir gracieusement aux Nations Unies(NU). Chaque agence paie son mobilier et le reste des équipements. Le directeur du projet, Lars Horman, nous a chaleureusement souhaités la bienvenue dans la salle de réception qui comporte un escalier en spirale bordé de noir. Il rappellera aux lecteurs des aventures d Harry Potter le grand escalier du château de Poudlard. Il a d ailleurs été baptisé escalier Harry Potter. La structure est érigée sur une île gagnée sur la mer. Le bâtiment a été conçu pour la certification environnementale LEED 1 dont il a obtenu le plus haut degré de certification, le platine. Aux USA et dans d autres pays, la certification LEED est le standard reconnu pour mesurer la pérennité du bâtiment, ce qui explique que tous les matériaux de construction proviennent de Scandinavie, réduisant ainsi les coûts de transport. Quand il sera terminé, cet imposant bâtiment blanc, qui a actuellement cinq branches en comportera 8, chacun de 5 étages au-dessus du niveau du sol. Il est construit en classe énergétique de niveau 1, c est-à-dire que c est un bâtiment qui nécessite moins de 50KWh par mètre carré pour le chauffage. Un système solaire sur le toit fournit 30% du coût du chauffage, l eau de pluie est récupérée pour les toilettes et l eau de mer pour refroidir et chauffer le bâtiment. Les m 2 actuels de bureaux passeront à m 2 quand les huit branches seront achevées, avec en plus 5000 m 2 en sous-sol pour les services techniques et les entrepôts. L auditorium prévu pour 450 personnes n a pas de fenêtres. Il est situé au rez-de-chaussée inférieur et peut être scindé en trois salles de conférences. Un centre de presse se trouve au même niveau. Le bâtiment comporte aussi 91 salles de réunions et de chambres sourdes. La moitié des espaces de bureaux est en plan ouvert. Chaque branche contient une salle de thé à chaque étage. La cantine est prévue pour 450 personnes mais comme 1600 personnes devraient être présentes à tout moment dans le bâtiment, elles devront se relayer pour se restaurer. On nous a dit que cuisine est immense mais nous n avons pu la visiter pour des raisons d hygiène. Les repas sont de style buffet et tous les goûts et préférences ont été pris en considération. L immense salle blanche est stérile et la trop grande proximité des deux files d attente aux caisses crée de la confusion. 13 Il existe un centre pour les urgences et les crises. Un centre de fitness, grand et très bien équipé est situé au bout d une branche. C est probablement le seul endroit d où l on a une vue superbe sur la mer et la côte suédoise. Un badge est nécessaire pour ouvrir les portes et utiliser les ascenseurs. Une personne de notre groupe est restée coincée dans l ascenseur au cinquième étage: si elle avait pu y entrer, elle n a pu en sortir sans badge. La malheureuse a dû déclencher l appel d urgence et cette aventure déplaisante l a quelque peu secouée. Pour les visiteurs, la sécurité est similaire à celle des aéroports. Actuellement, le PNUD, l UNOPS, l OMS (aux deuxième et troisième étage), le PAM et le FNUAP occupent le bâtiment. L année prochaine, l UNICEF y transférera ses 250 employés. Après l achèvement des trois dernières branches en 2014, le personnel travaillant dans le Campus n 1 dépassera Les autres agences complèteront la famille des NU à une date ultérieure. Le bâtiment a été prévu pour plus de 1500 personnes. Le personnel de l OMS a des sentiments mitigés concernant ses nouveaux bureaux. L environnement n est pas du goût de tout le monde. De 6 à 8 personnes se partagent un bureau. Les téléphones ne peuvent pas être déplacés et il est facile d imaginer le bruit à certains moments. Une mauvaise liaison téléphonique avec Erevan, Alma Ata ou d autres villes peuvent aisément créer une cacophonie. De plus, ceux qui sont placés du côté extérieur seront dérangés par les allées et venues de leurs collègues passant prés de leurs postes de travail. Il est agaçant que les stores automatiques, dont la fermeture est assez bruyante, se mettent en action au moindre nuage qui passe devant le soleil. Il sera bientôt possible au personnel de les ouvrir et les fermer à partir de leurs ordinateurs mais il reste à prouver que cette solution sera satisfaisante. Certains des points ci-dessus sont des problèmes de jeunesse qui seront bientôt résolus. Enfin, les 20 membres du groupe d anciens de l OMS ont reçu un livret appelé «Pour rester en contact et être informé, adhérez à votre Association des Anciens de l OMS (AOMS). Jill Conway-Fell La certification LEED, Leadership in Energy and Environmental Design, est une certification écologique pour les bâtiments initiée aux Etats-Unis en l an 2000

14 Articles en rapport avec la santé publiés dans le QNT à partir du N 60 Nous présentons ci-dessous la liste des articles ayant trait à la santé parus dans le QNT depuis le N 51: si vous souhaitez les relire et que vous n avez pas conservé les exemplaires papier, vous pouvez aisément les retrouver sur notre site http : //who.int/formerstaff/fr/ QNT 60 Ces médicaments qui tuent QNT61 Le Glaucome, une affection «cécitante» QNT62 QNT63 QNT65 QNT66 Comment reconnaître un accident vasculaire cérébral La grippe aviaire: une pandémie, mais quand? Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) La grippe aviaire (suite, et non fin ) Oligo-éléments et santé Tester la mémoire Diagnostic précoce de la maladie d Alzheimer? Tendances de la santé dans le monde Etude prospective sur la mortalité et la morbidité dans le monde 2002 à 2030 QNT67 Faire bouger la société vers la santé l OMS peut-elle le faire? Séminaire organisé à l initiative de l OMS pour l histoire globale de la santé QNT 68 QNT 69 Eloge de la sieste Contre le vieillissement: des avancées; Espoir pour la DMLA (cf. QNT63) Une victoire pour l accès aux médicaments essentiels dans les pays en développement QNT71 Gardez votre équilibre! QNT72 Tabac, alcool & Alzheimer; Maladies chroniques vs. Infectieuses ; Stratégies contre l alcool ; Changement climatique et santé Tous centenaires? QNT75 Réclamer un test génétique avant de prendre un médicament? L industrie du tabac ne peut en aucun cas être un partenaire légitime Les imprimantes de bureau pourraient être dangereuses pour la santé QNT76 QNT77 QNT79 QNT80 QNT81 QNT82 Le syndrome d apnées du sommeil Contourner les résistances microbiennes; Se laver les mains! La Cataracte Le cancer de la prostate Un rapport de l OMS parle de la santé de la femme âgée Cancer du sein: intérêt du dépistage précoce Cancer colorectal, colonoscopie Dormir + ou -7 heures? Arthroses ; Exercice physique AVC ischémiques : une nouvelle technique de traitement QNT83 QNT84 QNT85 QNT86 QNT87 QNT88 QNT90 QNT91 Daltonisme: Un vrai «problème de santé» qui fait rire les autres. Hypertension artérielle chez la personne âgée «Evidence-based medicine» et «Principe de précaution» En cas d urgence Attention à vos vertèbres! Le téléphone portable est-il nocif pour nos petits-enfants? 28 milliards de dollars (vitamines et autres suppléments) Maladie d Alzheimer Risque de mourir du paludisme plus important chez les personnes âgées Daltoniens Faut-il avoir peur des médicaments Traitement du rhume 14

15 Réunion annuelle de BAFUNCS 1, mai 2013 Cette année, la réunion s est tenue à Londres, après une longue absence de la capitale. Cela n a pas été facile pour le comité organisateur mais le résultat fut enchanteur. excursions. Il y en eut trois: une à Greenwich, une promenade en bateau sur la Tamise et une promenade très intéressante à travers les docks de Londres depuis la porte de la Tour jusqu au Canary Wharf. Les trois furent extrêmement intéressantes et méticuleusement organisées par le Comité organisateur londonien. Il y a tout un nouveau monde au-delà du Tower Bridge. Nous étions environ 80, nombre habituel. Nous sommes tous arrivés vendredi, la plupart par le LDR (Light Docklands Railway, merveilleux nouveau moyen de transport londonien) depuis une gare ou un aéroport. L après-midi, après les inscriptions, ce fut le thé traditionnel et la préparation pour le repas informel. Les anciens de l OMS étant trop nombreux pour que nous puissions être à la même table, ce n est qu à la fin que nous nous sommes regroupés pour vider les dernières bouteilles de vin. Le samedi, après le discours d ouverture du Président Edward Mortimer, Sue Block Tyrrell a transmis les salutations et les bons vœux de l AOMS. Le matin, Sir Kieran Prendergast, ancien diplomate britannique et Sous-secrétaire de l ONU pour les Affaires politiques sous Kofi Annan, nous parla de l application de la Charte des Nations unies dans les catastrophes humanitaires causées par une violence inacceptable: comment gérer une intervention humanitaire lorsque les états invoquent leur droit à la refuser, estimant qu il s agit de leur responsabilité juridique interne. Et comment la situation a évolué de l intervention humanitaire au nouveau concept de responsabilité de protéger. Après la pause-café, l Assemblée générale expédia les affaires internes en un temps record et les comptes furent tous acceptés ainsi que le budget. L après-midi fut consacré aux Le diner de gala s est tenu le samedi soir avec les toasts traditionnels à la Reine et à BA- FUNCS. Le lendemain matin, nous eûmes Dame Rosalyn Higgins, Présidente de la Cour internationale de justice, basée à La Haye. La Cour est le principal organe judiciaire des NU, établie par la Charte en Composée de 15 juges elle est chargée d aplanir les différents juridiques entre les états et de donner des avis consultatifs sur les points de droit qui lui sont soumis par les organes des NU et les agences spécialisées. Elle est entièrement financée par les NU. Après la pause-café, BAFUNCS passa en revue les différentes approches pour accroitre le nombre de membres et pour les engager davantage dans les activités. Pour conclure cette agréable réunion où l OMS a été comme toujours très bien représentée, le représentant de la Région Nord donna quelques détails sur la réunion de l année prochaine qui se tiendra à Edimbourg. Coby Sikkens 1. British Association of Former United Nations Civil Servants Ziaul Islam, Pat Marlow, Enid Steward Goffman, Susan Idreos, Fred Beer, June Hargreaves Beer, Coby Sikkens (derrière), Doreen Sayers (devant), Sue Wright, Bernadette Rivett, Brenda Suiters, Sheila Cooper, Brian Suiters (pas sûre), Carolyn Allaman & Sue Block Tyrrell (à genoux) 15

16 Tranches de vie Contacts, retrouvailles, et surtout, courage! Pendant mes dernières longues vacances vive la retraite j ai pu reprendre contact avec quelques anciens membres du personnel de l OMS : A Singapour, j ai dîné avec le Dr Tikki Pang, ex Directeur de la politique et de la coopération de la recherche au siège de l OMS à Kuala Lumpur, après une visite au nouveau Centre mondial de services de l OMS, j ai dîné avec la famille du Dr C.P. Ramachandran, ancien spécialiste scientifique qui travaillait à TDR (Programme de recherche sur les maladies tropicales) au renforcement de la capacité de recherche et plus tard sur la filariose lymphatique. à Bangkok, j ai rencontré plusieurs fois le Dr Han Tun, ancien représentant de l OMS au Népal et représentant intérimaire de l OMS en Thaïlande, et ancien Officier de liaison avec la Commission économique et sociale pour l'asie et le Pacifique (ESCAP) à Chiangmai, j ai repris contact avec le Dr Brian Doberstyn, ancien chef de la recherche au Programme d action du paludisme, et responsable du paludisme au Département du contrôle des maladies tropicales au siège de l OMS, et ensuite représentant de l OMS au Cambodge et plus tard en Thaïlande, et finalement Directeur des maladies transmissibles à WPRO. Brian gère maintenant une fondation qui offre des possibilités de formation à des jeunes défavorisés en Thaïlande du Nord la Fondation Dulabhatorn: J ai été ravie de retrouver de si nombreux amis et de les trouver en bonne forme et heureux. Pendant ma visite à Auckland, j ai déjeuné plusieurs fois avec Ian et Mary Carter (Ian était épidémiologiste au siège de l OMS de 1961 jusqu à sa retraite à la fin de Il a travaillé dans les domaines de l éradication du paludisme, des statistiques sanitaires, des maladies transmissibles, y compris le Programme d éradication de la variole, et de la surveillance épidémiologique). Ian et Mary sont australiens et passent la plupart de leur temps à rendre visite à leurs enfants et petits-enfants en Australie, au Canada et au Royaume-Uni. Ils se sont rendus régulièrement pendant plusieurs années à Malte pour aider une école où des enfants de différentes langues maternelles suivaient des cours en anglais. J ai eu beaucoup de plaisir à les revoir en si bonne forme et heureux, et profitant de chaque journée. 16 Je souligne la bonne forme et l attitude si positive à l égard de la vie de Mary malgré l amputation de sa jambe droite. Elle est diabétique insulinodépendante depuis cinquante ans: à Noël 2011, elle a présenté une gangrène au pied droit. Elle a été ensuite dans un service de soins intensifs à Malte pour une pneumonie grave. Elle s en est heureusement tirée. Avec des pansements quotidiens à son pied pour stabiliser l affection, Mary et Ian ont pu continuer leur voyage en Turquie, au Royaume-Uni et au Canada, avant de revenir en Australie. De retour chez eux, une nouvelle évaluation chirurgicale a été faite, et la jambe de Mary a été amputée au-dessus du genou le 19 juillet Le chirurgien n a pas recommandé de prothèse. Après 4 mois de rééducation avec physiothérapie, son état s est amélioré considérablement. Les talents de Ian pour pousser le fauteuil roulant s améliorent jour après jour! Ils ont accès à un centre de soutien à Brisbane et Mary peut maintenant en faire beaucoup plus toute seule. En fait, il y a peu de temps, Ian m a dit sur Skype qu il n était pas nécessaire d avoir une aide constante pour son diabète, car Mary pouvait vivre une vie entièrement indépendante. Mary est vraiment fantastique elle a offert son histoire à notre périodique dans le but d inspirer d autres personnes, en espérant qu ils pourront accepter ce qui arrive dans la vie, de s y faire et de s en arranger le mieux possible. Elle est parfois frustrée, mais ces sentiments s effacent progressivement. Ni Mary ni Ian ne pensent à une maison de retraite et veulent continuer à rendre visite à leur famille. Tous deux octogénaires, ils décident d un petit projet à accomplir chaque jour, et prennent le temps d une courte sieste réparatrice. Je suis heureuse qu ils continuent à voyager, ce qui m a permis de les revoir en Nouvelle- Zélande et d apprécier leur compagnie. Bonne chance à vous deux Mary et Ian et bravo à Mary pour sa détermination et son attitude positive de poursuivre sa vie, malgré l adversité. Mary et Ian, tous deux, espèrent que leur message pourra aider d autres personnes qui souffrent d un handicap sérieux de santé. Sue Block Tyrrell Détails sur sa santé donnés avec l accord de l intéressée

17 Tranches de vie (suite) Quelle aventure! Nous avions été invités à un anniversaire surprise pour les 80 ans d une de nos meilleures amies. La fête, organisée par ses trois filles, devait avoir lieu le 23 mars, à Sceaux, près de Paris où l une d entre elles réside. Nous avons, bien sûr, accepté. Mon épouse connaît Suzanne depuis le lycée à Paris, et moi depuis le début de la fac, ainsi que son mari, qui fut un ami très cher, malheureusement aujourd hui disparu. Trouvé, via Internet, des billets low cost sur Air France, et nous voilà partis le 14 mars, avec la ferme intention de profiter de Paris, pendant quelques jours, avant l anniversaire. Mon frère était déjà parti skier avec ses petits-enfants en Isère, sa femme et son fils nous attendaient au studio qu ils mettaient à notre disposition près de la Place d Italie, avant de rejoindre, le jour même, eux aussi, les montagnes. A «Charles de Gaulle», nous prenons le RER, très pratique et rapide. Chacun de nous tire sa valise à roulettes. J ai mal au dos j y suis habitué même si, cette fois-ci, c est plutôt au niveau des dorsales et non des dorsolombaires, comme d habitude: je sais que j ai des arthroses tout au long de la colonne C est sans doute d avoir porté un peu les valises, me dis-je. Nous nous installons. Notre belle-sœur s en va avec son fils. J ai toujours mal au dos ; mais la douleur s étend : vers les épaules, le cou, la mâchoire : «M, c est pas le dos, c est le cœur!». Je lance quelques coups de téléphone, et finalement j appelle le 15, les urgences cardiaques. Ils sont là en moins de dix minutes. Electrocardiogramme : «Votre diagnostic est correct» Ils me descendent du deuxième étage, à trois, moi assis sur un fauteuil, dans l escalier étroit et sinueux, m embarquent dans le cardiomobile, et «pin-pon, pin-pon», en route vers La Pitié- Salpêtrière. On me roule sur le brancard de l ambulance jusqu à la table de coronarographie ; l équipe, prévenue par téléphone, m attend. Le confrère me monte une sonde par l artère radiale jusqu aux coronaires. Je peux suivre la chose sur l écran. «Je suis sur la coronaire droite ; elle est bouchée. Voilà, c est réouvert, ça passe ; je pose un stent, puis un deuxième. Maintenant, je suis sur la circonflexe ; je place un stent. Eh bien voilà» «Merci, confrère» 24 heures en soins intensifs ; puis encore six jours en surveillance cardio. Tout juste prêt pour assister à l anniversaire pour lequel nous étions venus à Paris. Très belle fête. Beaucoup de monde. Je suis bien content d y être. J ai eu la chance d avoir un compagnon de chambre tout à fait agréable, un «hispano-français» comme il se définissait lui-même. Nous avons conversé dans les deux langues, et aussi en anglais : il est angliciste à l université de Nouméa, et même échangé quelques mots en russe Pour soutenir mon épouse, seule dans le studio, à Paris (presque tous les parents parisiens étaient à la montagne!), notre benjamin, Etienne, est venu la rejoindre, en TGV, pendant ces journées difficiles. Les trois fils s étaient entretenus au téléphone ; les deux aînés l avaient délégué. Il s est chargé des démarches administratives. Il a bien réconforté sa maman. Et moi, j étais bien content de le voir. J ai eu quelques visites, l aîné de mes petits-fils, de passage à Paris, a tenu à venir voir son grand-père à l hôpital, également notre neveu, le fils aîné de la sœur de ma femme, un cousin orthopédiste, avec qui nous avons de forts liens, et aussi une amie d adolescence du quartier de la Porte-Brunet, dans le XIXème: j en ai été bien ému. Et retour à Genève, par Air France, comme prévu, le 24 mars, sans problèmes. J ai demandé de l aide et c est en fauteuils roulants que nous avons parcouru les couloirs de «Charles de Gaulle» et de Cointrin: amusant. Etienne, était rentré, lui, en TGV, avant nous, juste à temps pour pouvoir venir nous chercher à l aéroport. Bref, on peut dire que dans mon malheur, j ai eu de la chance. Et, en conclusion, ajouter que quand ça arrive, IL FAUT Y PENSER. Samy Kossovsky 17

18 Courrier des lecteurs Cher Dr Cohen, Je viens de recevoir le numéro d'avril du QNT et m'assieds pour lire en une fois tous les articles informatifs et les lettres. Je voudrais rejoindre mes autres collègues dans leurs félicitations et leur hommage chaleureux au Dr Halfdan Mahler qui a atteint l'âge vénérable de 90 ans! Je n'ai pas entendu parler de lui ces derniers temps, mais je peux imaginer qu'il doit être agile et avoir beaucoup de vigueur encore aujourd'hui. Dans le Courrier des lecteurs, mon ancien collègue et ami, JV Perumal évoque la nostalgie des années 70/80 «SPT/2000 et SSP» alors à la mode dont le Dr Mahler était l inspirateur. Il faut rendre hommage à son courage lorsqu il mit sur le devant de la scène des questions comme l'allaitement au sein au grand dam des multinationales; la suite des évènements lui a donné totalement raison dans ce domaine. En dehors de son caractère audacieux, le Dr Mahler a un grand sens de l'humour. Puis-je partager une anecdote que le Dr Mahler lui-même a peut-être oubliée. Vers 1979, lorsque j'ai été affecté au bureau du directeur régional, une note manuscrite du Dr Mahler au Dr VTH Gunaratne alors Directeur régional à SEARO est arrivée par la valise: elle était rédigée à peu près comme suit: "Cher Herat, J'ai vu votre rapport de voyage en Mongolie j'ai pris l une de vos photos que j ai placée sur ma table. Chaque fois que je suis d'une humeur massacrante, je la regarde et rigole: "Chameau monté sur un chameau». La photographie montre le Dr Gunaratne (1m94) sur un chameau. Le Dr Gunaratne a grandement apprécié et partagé avec son personnel. Mes salutations chaleureuses et mes meilleurs vœux au Dr Mahler en l espérant en bonne santé pendant de nombreuses années! Shiv K. Varma, ex-ao/rd, SEARO Assemblée mondiale de l OMS: une très mauvaise expérience 1 Il ne s agit pas ici d un résumé de ce qui s est passé à l Assemblée. J aurais été heureuse d en donner un, si seulement j y avais été. Je savais que l une des déléguées indonésiennes cette année était une de mes amies que je connaissais de longue date et je décidai d aller écouter ce que la Directrice générale allait dire à l Assemblée dans son allocution d ouverture et en profiter pour saluer ma vieille amie. C est ainsi que le matin du 20 mai, premier jour de l Assemblée, j allai à l OMS pour m inscrire et je demandai si je pouvais accéder à l assemblée, galerie du personnel ou du public, avec mon badge de retraitée. Non, me répondit-on; il me faudrait un badge pour le public. Je leur en demandai un: non, fut la réponse, j aurais dû en demander un par internet (j étais devant eux!). Le papier qu ils me remirent alors disait que les inscriptions par internet étaient closes depuis environ 2 semaines; c était donc une fin de non recevoir. En conséquence, pensant que je pouvais toujours accéder au Palais sinon aux réunions avec mon badge de retraitée, je demandai si je pouvais emprunter la navette. A la réception, ils n étaient pas sûrs. J essayais tout de même et y fut acceptée. Aux portes du Palais, on nous demanda de montrer nos badges. Le garde de sécurité au Palais nous dit que moi et deux autres dames n étions pas autorisées à entrer par cette porte et qu il fallait entrer par la porte des piétons. Nous sortîmes donc du minibus et allâmes à l entrée des piétons. Là, le garde dit aux deux dames que leurs badges n étaient pas valables (j ignore lesquels elles avaient). Les deux dames, des Chinoises, dégoûtées, s en allèrent vers le prochain arrêt de bus pour rentrer à Genève. Je restai là et le garde de sécurité me dit qu ils avaient des instructions strictes pour ne pas laisser entrer les retraités de l OMS. Il était vraiment désolé et s excusait fortement mais me renvoya à l OMS. Je pris donc la navette et remontai la colline. J allai au bureau d une amie dont je savais qu elle travaillait pour l Assemblée et lui demandai d envoyer une note à mon amie indonésienne pour lui dire que j avais essayé de passer la voir mais qu on ne me l avait pas permis. Je me sentais vexée et humiliée. Est-ce là l Organisation que j ai aidée à créer durant les 31 ans où j y ai travaillé? Et comment peut-on attendre de moi que je garde un enthousiasme quelconque pour son travail si elle me traite comme une terroriste potentielle? 1. Cf. page 18 la réponse donnée par l administration suite à cette lettre. Coby Sikkens 18

19 Corrigendum et changements dans le répertoire 2013 Rebecca Agoncillo Nom Nouvelle adresse Téléphone E mail Fauzia Assaad +41(0) Amsalework Bekele: title: Mrs Jacques Bury Roger Eggleston 4 Beech Cliffe, Warwick, CV34 5HY, UK Vincente Ivorra Av. Agnace-Paderewski Morges, Suisse Nelly Jenny c/o Mme Laurence Juvet-Jenny, 5, ch. De Riencourt, CH-1293 Bellevue (0) (0) Haile M. Kahssay (Dr) est membre à vie 105B l Oudard, F Gex Mob+41(0) , ch. de l Aiglette, +33(0) Bernadette Rivett Lilly Rutishauser Cobby Sikkens a une nouvelle adresse Margaret Tomassi Nom complet de S.K. Varma : Shiv Kumar Varma Hugo Tomyska Evelyne Watts David Wheeler John (Jack) Woodall Titre de Francis Webb: Dr V-1/12 Rajouri Garden (Main), New Delhi Alice Weber route de la Pâla 137, CH-1630 Bulle Janice Williams title is Mrs En page 57, avant-dernière ligne, lire: OUGANDA Les membres suivants sont décédés : Peter Beales, Andrew Davis, Margaret Desbois, Bruno Doppler, Edward Dowd, Edouard Fankhauser, Dorothy Hall, Frances Mawson. Cafés et déjeuners à Genève et alentour Faites-vous plaisir! Joignez-vous à ces rencontres sans façons de retraités de la famille des Nations-Unies. Genève : les premiers mercredis de chaque mois. «Carrefour international», les après-midi de 14h à 16h, à la Cité Seniors, 62 rue de Lausanne/28 rue Amat. D autres activités se tiennent à la Cité Seniors consulter le WEB site : Nyon : Cafés du matin de 10h à midi au café «Les saveurs d El Medina», à 300mètres de la gare de Nyon, en suivant la rue de la Gare vers le lac, puis à la petite place du marché tourner à droit ver le n 11 de la rue de la Combe. Il y a une boutique «Anouk» au coin. Les dates fixées pour la seconde moitié de 2013 sont : Mardis : 16 juillet et 15 octobre Mercredis : 21 août et 20 novembre Jeudis : 19 septembre et 19 décembre Lors du café du matin d avril, Mary Kehrli-Smyth est arrivée accompagnée d une visiteuse d Irlande, Sylvia Yates. Elle avait été traductrice au Siège de l OMS de 1975 à 1981, et a continué ensuite à traduire, en freelance, pour l Organisation. Ferney-Voltaire : Déjeuner, le dernier lundi du mois Chez Toni (Café Voltaire), 10 Grand Rue à 12 h. Le restaurant se trouve dans le café, en face du bar, à gauche. Sue Block Tyrrell

20 Côté sourire Test de la baignoire. Lors de ma visite médicale, j'ai demandé à mon médecin, "Comment déterminez-vous si on doit placer un patient dans une maison de retraite pour personnes âgées?" "Bien," répond-t-il, " nous remplissons une baignoire et ensuite on vous demande de la vider. On vous propose une petite cuillère, une tasse à thé et un seau" "Oh, je comprends, "une personne normale prendra le seau parce que c'est plus grand qu'une cuillère ou une tasse à thé". "Non, répondit-il, une personne normale enlèvera le bouchon de la baignoire. Voulez-vous un lit près de la fenêtre?" Allez-vous transmettre ce message à vos amis.... OU VOULEZ- VOUS UN LIT VOISIN DU MIEN? - Communiqué : Voyage en Provence du 9 au 12 septembre 2013 (4 jours, 3 nuits, organisé par Mme Valére Vieille pour l AAFI-AFICS, ouvert à tous les anciens F.I.) 2 formules : sans transport : 469 Euros ; avec transport : 549 euros Logement en chambre double Transport en bus : Genève Cavaillon Genève Sans transport : rejoindre le groupe à Cavaillon. - Demi-pension (petits-déjeuners + repas du soir) - Visite guidée du Conservatoire des ocres à Roussillon - Marché de St Rémy en Provence - Visite libre du Jardin de l Alchimiste à Eygalières - Visite libre des Carrières de Lumières aux Baux-de-Provence Il reste quelques places libres. Les personnes intéressées doivent s adresser directement à : Valérie Vieille L accès des retraités à l Assemblée mondiale de la santé Votre Comité exécutif a contacté l administration de l OMS qui l a informé qu aucune instruction n a été donnée par les services de sécurité de l OMS pour empêcher les retraités de pénétrer dans les locaux des Nations unies à Genève durant l Assemblée mondiale de la santé. Les retraités ont toute liberté d entrer avec leurs badges à n importe quel moment durant les horaires de travail, pendant ou en dehors de l Assemblée. Il semblerait qu il y ait eu des problèmes d accès à la navette pour d autres personnes, des interprètes entre autres, pendant les deux premiers jours. L accès des retraités à l Assemblée est toutefois limité à la galerie du public. Jusqu à présent, les services de sécurité de l OMS n ont pas exigé que les retraités obtiennent un badge pour cet accès qui doit donc leur être accordé sauf si la galerie est pleine. Immédiatement avant la prochaine Assemblée, le Comité exécutif le rappellera aux services de sécurité de façon à faciliter l accès des retraités qui le désirent aux galeries du public. 20 Cf. Courrier des lecteurs (Coby Sikkens) page 18

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014

Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session, Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 JOURNAL N 4 Jeudi 16 octobre 2014 Le Journal ne constitue

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Présentation de l APhC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Présentation de l APhC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Présentation de l APhC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Étude sur les cigarettes électroniques Le jeudi 30 octobre 2014 1785, promenade Alta Vista Ottawa (Ontario) K1G 3Y6 613-523-7877

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Soins de santé et violence

Soins de santé et violence Soins de santé et violence La nécessité d une protection efficace Document d orientation préparé à l occasion de la réunion de haut niveau sur les soins de santé et la violence, et la nécessité d une protection

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER Relais pour la Vie, une initiative

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Cinquante-et-unième session du Comité permanent Bangkok (Thaïlande), 1 er octobre 2004 SC51 Doc.

Plus en détail

Élections à la Commission permanente. à la. Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE

Élections à la Commission permanente. à la. Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE Élections à la Commission permanente à la XXXII e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Genève, 8-10 décembre 2015 FORMULAIRE DE CANDIDATURE Le présent formulaire de candidature

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER STK008_Levensloop_Broch_FR_10.indd

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Pour une vie en santé

Pour une vie en santé Mémoire de l AMC au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Pour une vie en santé Présenté par : Anne Doig, MD, CCFP, FCFP Présidente sortante Priorité au discours prononcé A healthy population

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers

Enquête de satisfaction des usagers CENTRE HOSPITALIER BON SAUVEUR DE BEGARD Service qualité Auteurs : N. Ollivier (animatrice), G. Le Gaffric (co-animatrice), A. Guihaire, J. Robin, F. Paillardon, N. Cocu, J. Allain, M. Vermet, Sœur Le

Plus en détail

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA

LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA LES CONSEILS DU COACH CHRISTOPHE PINNA Christophe Pinna est l un des karatékas les plus réputés au monde et l un des sportifs français les plus titrés. Son palmarès est impressionnant, avec notamment 6

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Parce qu il est question de vous

Parce qu il est question de vous protéger Parce qu il est question de vous Le traitement de votre demande d assurance nous tient à coeur 03 Félicitations pour votre décision d adhérer à l assurance-prêt de Banque Nationale Assurances

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

Notre métier: étudier avec vous un projet qui vous ressemble.

Notre métier: étudier avec vous un projet qui vous ressemble. L association AU PAIR & JOB Compagnie est une association à l écoute de votre projet. Nous étudions avec vous la meilleure solution pour faire de votre séjour à l étranger, une expérience inoubliable.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00.

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00. Discours du Professeur EL Houssaine Louardi, Ministre de la Santé à l occasion de l'inauguration de la Conférence Internationale de l Association Internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES Genève, 1 er - 2 décembre 2006 SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

Plus en détail

Le coût humain des maladies chroniques

Le coût humain des maladies chroniques Annexe 1 Le coût humain des maladies chroniques «3four50», trois chiffres, un message simple et puissant qui met en lumière un des principaux enjeux sanitaires de notre époque. Elaborée par l Oxford Health

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010

b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 1 b nnenuit Quelques conseils pour bien dormir Edition 2010 2 z6creation.net Notre santé dépend en grande partie d une bonne qualité du sommeil. Bien dormir, cela se prépare : la présente brochure vous

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session

ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE ORGANE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION A/FCTC/INB6/DIV/4 DE LA CONVENTION-CADRE DE L OMS 28 janvier 2003 POUR LA LUTTE ANTITABAC Sixième session Participation des organisations

Plus en détail

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la L association Demain est souscriptrice de la plupart des contrats d assurance santé, prévoyance et retraite assurés par Groupama Gan Vie et distribués par Gan Assurances. Gan Evolution Santé, Gan Alterego

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

UNITED NATIONS NATIONS UNIES Programme : 16 Duration : 7 42 Producer : Lisa Andracke UNITED NATIONS NATIONS UNIES 21 st Century GHANA: L EDUCATION EN PLEINE REVOLUTION Partout dans le monde, le nombre d enfants inscrits à l école

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE 2014-2015 1. Modalités d inscription

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE 2014-2015 1. Modalités d inscription REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL PERISCOLAIRE 2014-2015 1. Modalités d inscription 1.1.Conditions d accès L accueil périscolaire de Saint-Hilaire est géré par Familles Rurales Association du «TREFLE». Il accueille

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York PERMANENT MISSION OF TUNISIA TO THE UNITED NATIONS 31 BEEKMAN PLACE NEW YORK, N.Y. 10022 Déclaration de La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York à l occasion de la deuxième

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013 (French only) Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis soutenue par le Conseil de l Europe Tunis, 8 janvier 2013 Intervention de Mme Gabriella Battaini-Dragoni, Secrétaire

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE VÉRITÉ OU MENSONGE? Le Canada et le Québec ont le meilleur système de santé au monde POURTANT PERSONNE N A COPIÉ NOTRE SYSTÈME! Nous avons un bon système

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

EXPÉRIENCES CANADA Échanges Foire aux questions : FAQ

EXPÉRIENCES CANADA Échanges Foire aux questions : FAQ EXPÉRIENCES CANADA Échanges Foire aux questions : FAQ Q. Qu est-ce qu un échange jeunesse d EXPÉRIENCES CANADA? R. Un échange jeunesse d EXPÉRIENCES CANADA s agit d un séjour réciproque en milieu familial

Plus en détail

FDI World Dental Federation 13, chemin du Levant, l Avant Centre F-01210 Ferney-Voltaire, France Tel: +33 4 50 40 50 50 Fax: +33 4 50 40 55 55

FDI World Dental Federation 13, chemin du Levant, l Avant Centre F-01210 Ferney-Voltaire, France Tel: +33 4 50 40 50 50 Fax: +33 4 50 40 55 55 FDI World Dental Federation 13, chemin du Levant, l Avant Centre F-01210 Ferney-Voltaire, France Tel: +33 4 50 40 50 50 Fax: +33 4 50 40 55 55 Chères Associations Membres de la FDI, Le 25 juillet 2008

Plus en détail