22 JUILLET Hôtel Indépendance Dakar

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "22 JUILLET 2008. Hôtel Indépendance Dakar"

Transcription

1 PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE 22 JUILLET 2008 Hôtel Indépendance Dakar Page 1

2 Ouverte par Monsieur Papa Nalla FALL Président de la Plateforme des Acteurs non Etatiques, l Assemblée Générale s est tenue le mardi 22 juillet 2008 à l hôtel Indépendance sous la présidence effective de Monsieur Racine KANE, Ministre Délégué à la Réforme de l Etat et de l Assistance Technique (DREAT) et Coordonnateur du Programme National de Bonne Gouvernance. Le Président, dans son allocution, a salué la présence de Mr Kane, qui marque ainsi la reconnaissance dans l esprit et dans la lettre des dispositions de l Accord de Cotonou à l égard des acteurs non étatiques à travers la Plate forme. Au nom des présidents des antennes, des membres du Bureau Exécutif et de tous les acteurs non étatiques, le Président a remercié aussi la Commission Européenne qui, avec l Etat ont permis l existence de la Plate forme. Remerciement également aux deux unités de gestion des projets mises en place, qui ont accompagné et continuent d accompagner la Plate forme. Monsieur Racine KANE a remercié la Plate forme de lui donner l occasion de se ressourcer avec Cotonou Lomé. Le Délégué a rappelé que le principe de la participation des ANE a été arrêté à Dakar en 1998 à l occasion d une première réunion de régulation en direction de l Accord de Cotonou. Il a ainsi rappelé que c est au cours de cette réunion houleuse, que vers 5 heures du matin, est né l Article sur les A.N.E., partie de cette fameuse négociation. Le processus avait été bloqué à Bruxelles pendant 24 heures à cause du refus des Etats d Afrique de l Est qui ne voulaient pas de ces dispositions sur les acteurs non étatiques dans l Accord ACP/UE. Il a conclu en ajoutant que c est aujourd hui à ces dirigeants de faire évoluer la Plate forme des ANE et reconnu la prouesse d avoir réussi à rassembler toutes les régions dans cette assemblée. Il a reconnu que la plate forme aura besoin de l appui de l Etat. Ainsi, tout en souhaitant de très bonnes assises, Mr Kane a assuré aux membres que l Etat serait toujours à leurs côtés, avec la DREAT et les partenaires du Sénégal comme l Union européenne, qui est à la base de cette réflexion. Après avoir libéré la délégation de la DREAT, l assemblée à ouvert ses travaux avec la : Vérification du quorum (54 présents sur 75) ; Présentation du Rapport Moral du président; Présentation du calendrier de travail pour libérer le représentant de l Ordonnateur National, Mr Ibrahima DEME (PSONFED/ DDI). Monsieur Ibrahima DEME/PSONFED DDI a félicité au nom Ministre de l Economie et des Finances, Ordonnateur National, et de la DDI, le Président de la tenue de ces assises tout en étant rassuré avec la présentation du Rapport moral sur l état d avancement de la plateforme. Ce qui n était pas évident de rassembler des acteurs aussi divers. Mais la plateforme est un processus de consultation d un dialogue démocratique, d un espace de partage d expérience. Monsieur DEME a aussi apprécié la partie qui met en exergue les réalisations des membres de Kédougou à Saint Louis comme acteurs travailleurs tout en insistant auprès de la Plateforme sur la valorisation des activités de ses membres dans les coins les plus reculés du Sénégal. Il a aussi souligné d autres défis pour la Plateforme tel que l enclenchement du dialogue ANE/ETAT au niveau national comme local afin de consolider et d apporter des réponses pour renforcer ce dialogue surtout au niveau décentralisé. Page 2

3 Des remerciements ont été également formulés à l égard de la DCE et particulièrement Mme Amparo Gonzalez Diez qui n occupe pas seulement une position de bailleur qui approuve ou rejette mais qui contribue activement en apportant tous les conseils nécessaires à la bonne marche du programme. Dans son allocution, Madame Amparo Gonzalez Diez a affirmé adhérer aux propos de Monsieur DEME en précisant que la Plateforme est un interlocuteur privilégié mais que cela ne s arrête pas seulement au dialogue, il y a également beaucoup d activités importantes à mener. Des remerciements ont été formulés à l adresse de Madame Dieng, secrétaire permanente, pour le travail abattu en un an qui a permis d engager toutes les ressources en moins d un an. C est en effet la première fois que l Union Européenne accorde des fonds directement aux ANE du Sud a ajouté Mme Diez. Elle a rappelé que c est en fonction de la bonne exécution des projets octroyés et des résultats obtenus, que les décisions seront prises en ce qui concerne l appui aux ANE dans le 10 ème FED. Elle a enfin salué l exercice de diagnostic institutionnel et organisationnel entrepris par la plateforme qui permettra d affiner les appuis dans le 10 ème FED. La première partie de l assemblée générale a ensuite été consacrée aux présentations des résultats des deux UGP chargées de l exécution du PAPNBG, à savoir l UGP Eco/Justice et l UGP/ANE: Monsieur TALL Coordonnateur de l UGP/Economie/Justice sur les volets Justice, Cadastre, et Cour des Comptes ; Monsieur Moussa BA Coordonnateur de l UGP/ANE sur les résultats des projets et activités en direction des acteurs non étatiques. La deuxième partie a été consacrée à : La présentation des nouveaux membres et des Présidents des antennes régionales La présentation du Rapport d activités par le Secrétaire général La présentation du Rapport Financier par le trésorier. Après présentation des différentes allocutions, le Président donné la parole aux antennes régionales et aux membres pour l approbation des rapports par l assemblée générale. Mme Coura NDIAYE trésorière de Thiès a félicité le bureau exécutif des ANE tout en soulignant que c est un apprentissage pour elle car c est pour la première fois qu elle participe à une Assemblée Générale en tant que antenne régionale. Des questions ont été posées à savoir en tant que trésorière sur le fonctionnement national et régional des ANE ; est ce qu il y aura une décentralisation pour les Groupes Thématiques, concernant le fonctionnement en général et enfin la gestion des cotisations au niveau régional, ces dernières font elles parties des sources de financement pour les activités. Monsieur Alioune Badara Tall/Féragie/Pêche et Secrétaire Général de l antenne de Saint Louis s associe aux félicitations des présentateurs de rapports et propose de permettre aux membres de pouvoir s acquitter de leurs droits d adhésion en plus des cotisations afin d augmenter les ressources au niveau régional ; Félicitations adressées au bureau exécutif par le Président de l antenne de Matam Monsieur Ousmane BA/CSA qui définit l objectif de l Assemblée Générale comme une présentation de bilan positif des activités menées pendant une année dans le respect des dates échues, avec Page 3

4 une mention spéciale pour la SP pour sa disponibilité et le flux important d informations transmises. Certaines suggestions ont été émise suivies de questions telles que : 1. faire parvenir le Rapport d Activité aux antennes régionales avant la tenue des rencontres prévues afin de pouvoir faire des propositions ; 2. Pour les groupes thématiques, transmettre aux antennes les rapports de ceux qui ont eu à produire des travaux, et vu l importance des GT, évaluer ceux qui n ont pas travaillé et confier la conduite des travaux à d autres animateurs même s ils ne sont pas membres du CD, la seule condition étant la performance ; 3. sachant que les textes au niveau des instances du CD ne permettent pas aux antennes d y participer, peut on avoir le feed back et transmettre aux antennes les rapports des CD ; 4. vu le taux d absentéisme aux réunions du CD relevé par le président dans son rapport moral, qu a t il été prévu pour y remédier? 5. En ce qui concerne l appui institutionnel pour les antennes, il nous faudrait des informations pour la gestion au niveau régional. De même pour le Président d antenne de Louga en la personne de Monsieur Moctar SOW, des félicitations ont été adressées aux rapporteurs et au Secrétariat Exécutif pour les toutes informations transmises qui est un indicateur de transparence. Il s associe à Matam en ce qui concerne la participation des antennes au CD qui leur permettrait d être beaucoup plus au fait de la vie de la plate forme, mais que la révision des textes s impose avant de pouvoir y arriver. Il a ajouté qu au niveau des antennes, il y a énormément de choses à faire qui pourront être réalisées en étant ensemble, pour le développement local et propose dans son discours aux autres antennes de travailler avec les moyens du bord tout en collaborant davantage entre elles. Pour le Président SOW, les cotisations de beaucoup d organisations dépendent de l ouverture d un compte et il insiste avec l aide du Bureau pour que les organisations nationales membres de la Plateforme participent aux activités des antennes régionales. Des félicitations à l égard de la région de Kolda qui a obtenu le plus de projets financés par l Union Européenne tout en espérant un suivi de la part du Bureau National pour leur permettre eux membres d obtenir de meilleurs résultats dans la gestion de ces projets ; de l Institut Panos qui a organisé des séminaires dans la région permettant aux personnes ressources locales de les animer ; du Bureau permettant la tenue des 10 Assemblées Générales en un temps record. Pour le Trésorier Monsieur Oumar MBALLO/CSA, le fait d outiller la plateforme nationale est une très bonne chose mais il faudra les appuyer en créant des représentations sous forme de Secrétariat permanent local. Enfin, pour la prise en charge des régions, il faudra revoir le système dans tous les domaines vue les distances par rapport à Dakar, l adhésion des antennes régionales au CD pour une meilleure prise en charge des préoccupations locales au niveau national. Pour Kaolack, le vice président de l antenne, Mr Ndéné Nour/Association Villageoise des Agro Pasteurs s associe aux membres des antennes pour féliciter le Bureau dans l ensemble des tâches menées par la Plateforme dans la mise en place de cette structure. Il transmet les salutations des membres de l antenne et approuve les différents rapports. Le représentant de la région de Kaolack demande d appuyer les antennes régionales pour un dialogue fécond avec les Autorités Locales. Page 4

5 Fatick par la voix de son Secrétaire Général, Mayacine Gueye/Chambre des Métiers, félicite le Bureau Exécutif pour le respect du plan d action et approuve les différents rapports. La diffusion des informations au niveau des antennes régionales est largement approuvée par l antenne de Diourbel en la personne de Monsieur Falilou KANE/Forum Civil, Vice président. Il revient sur les Groupes thématiques estimant qu au niveau de la base il faudrait que les antennes s y retrouvent davantage. Pour l appui aux antennes également, le temps commence à être long, de même que pour l ouverture des comptes sans lesquels on ne peut pas recouvrer les cotisations. Mr Mor Diakhaté/Alphadev, a demandé à savoir comment faire pour la mise en place de l antenne régionale de Dakar? Madame Habibatou NDIAYE, Présidente de la FAFS et membre du Comité directeur, a remercié le Président, le Comité Directeur, le Bureau Exécutif et le Secrétariat Permanent ainsi que les membres de la FAFS qui ont intégré les antennes régionales avec deux présidences à leur actif (St Louis et Diourbel). Elle reconnaît la charge d un travail énorme abattu sous la coordination de la Plateforme et revenant sur la présentation de l UGP/ANE insistant sur le fait qu au de là des séminaires, le rôle de la PF/ANE devrait être de pouvoir encadrer les porteurs de projet dans la gestion par un suivi rapproché, afin d assurer des bons résultats, pour obtenir des fonds complémentaires et maximiser les chances des ANE dans le 10 ème FED. Pour la FAFS, les cotisations et les profits de ceux qui adhèrent sont membres de consortium donc, il faudrait définir les profils au niveau national et régional. Il faut établir une déontologie de respect des structures faîtières et au niveau régional les membres des faîtières ne doivent pas adhérer. Même pour adhérer au niveau régional, il faudrait définir une clé de répartition entre les deux niveaux. Mr Aboubacry Mbodj, vice président de la RADDHO et membre du CD s associe aux félicitations pour la qualité des rapports et les approuve. Reconnaît également qu en ce qui concerne les groupes thématiques on ne sent pas leur présence au niveau régional et même au niveau national. Au vu des présentations de l UGP/Eco justice il a conseillé de créer un lien pour alimenter les groupes thématiques. Il faut également penser à proposer d autres groupes thématiques. Dans le cadre de la décentralisation des activités des groupes thématiques, veiller à la synergie au niveau national. Des suggestions en faveurs des cotisations ont été faites sur le profil des organisations afin de voir si tous les types d organisations devront cotiser le même montant. Elles devraient faire l objet de versement au niveau national et une ristourne de 40% pour les antennes. Aussi, lorsqu une organisation adhère, ses démembrements sont membres d office. L IADDEP, membre du CD, par la voix de Monsieur Seydina Issa NDIAYE, après félicitations au Bureau Exécutif, relève que le fait qu il n existe qu un seul partenaire mérite réflexion. Il est temps de trouver d autres moyens d augmenter les recettes, connaître le pourcentage des réalisations, de citer des exemples concrets réalisés par les acteurs comme le groupe thématique Bonne Gouvernance piloté par le Forum civil. La proposition d installer deux commissariats aux comptes par Monsieur Maguette FALL Membre du CONAC pour le CD afin de décliner un quitus aux rapports du trésorier. Page 5

6 Monsieur Thiendella FALL/ANHMS, Responsable du GT Culture a informé que ce groupe est entrain de mettre en place des activités qui allaient commencer le lundi 28. Il attend des antennes régionales à être plus actives et qu elles diffusent les informations concernant les ANE qui évoluent dans le secteur culturel. Sachant que les groupes thématiques ne peuvent pas évoluer sans leur présence. Par contre des questions concernant les articulations entre CD et les antennes, qu est il envisagé pour sauvegarder ces relations si elles existent? Il faut renforcer la communication entre les deux niveaux. En conclusion, le Président a fait la synthèse des différentes questions posées par les membres intervenant et des réponses ont été amenées par lui même, par le Trésorier et par le Secrétaire Général. Ainsi les conclusions et recommandations suivantes ont été arrêtées : La nécessité d arrêter des clés de répartition en ce qui concerne les cotisations, la nécessité d attendre la possibilité de créer un commissariat aux comptes au cours des Assemblées générales, la nécessité de définir des procédures pour plus de traçabilité pour le compte des antennes, la nécessité de définir le profil des membres dans les statuts en ce qui concerne les niveaux de cotisations et de représentation et enfin que le flux d informations vienne également des antennes régionales pour permettre au Siège de porter leurs préoccupations; L implication des antennes dans le CD national et régional est la requête de tous : une commission devra se pencher sur les statuts pour voir l articulation Antennes Comité Directeur En attendant, la Plate forme tente au maximum d impliquer les antennes en les invitant aux différentes activités lorsque les moyens le lui permettent (séminaire national d information, restitution de l étude sur la cartographie, formation des formateurs en leadership), la relecture des termes de référence des groupes thématiques devra être réalisée pour permettre à l ensemble de ces groupes et les antennes régionales de participer et d envoyer aussi leurs contributions ; Quant à l antenne de Dakar, elle est prévue dans l agenda de la Plateforme. Plus rien n étant à l ordre du jour, le Président a levé la séance à 14 heures. Fait à Dakar le 22 Juillet 2008 Le Secrétaire de séance Maïmouna Dieng Secrétaire permanente Le Président de séance Papa Nalla Fall Président Page 6

7 ANNEXE 1 : PN Fall : Rapport moral du Président Papa Nalla Fall RAPPORT MORAL DU PRESIDENT DE LA PLATEFORME DES ACTEURS NON ETATIQUES A L OCCASION DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE HÖTEL INDEPENDANCE Dakar le 22 juillet 2008 Page 7

8 Monsieur le Ministre d Etat, Ministre de l Economie et des Finances, Ordonnateur National du FED Monsieur le Ministre Délégué à la Réforme de l Etat et de l Assistance Technique Excellence Monsieur le Délégué de la Commission de l Union Européenne à Dakar Mesdames, messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et des Partenaires au Développement Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Chefs de Service de l Administration centrale Mesdames messieurs Honorables Députés et Sénateurs Mesdames, Messieurs les Maires et Présidents des Associations des Collectivités locales Mesdames messieurs les Présidents des Organisations patronales Mesdames messieurs les secrétaires généraux des centrales syndicales Mesdames, messieurs les Présidentes et présidentes des organisations de la Société Civile Messieurs les Coordonnateurs des Unités de Gestion et d Appui au Programme de Bonne Gouvernance Mesdames, Messieurs les Chargés de Programmes Mesdames messieurs les délégués des antennes régionales Mesdames, Messieurs, Chers Invités Mesdames messieurs chers invités, chers participants et participantes, L Assemblée générale ordinaire qui nous réunit ce 22 juillet 2008 fait partie des évènements majeurs qui rythment la vie de notre Plateforme, mise en place, il y a de cela quatre ans le 31 juillet 2004, selon les dispositions de l Accord de Cotonou liant les 27 pays de l Union Européenne aux 77 pays ACP qui ont signé cet accord en juin Rappelons que cet accord a été signé pour une durée de vingt ans. Rappelons également que la Plateforme des Acteurs non Etatiques est le fruit de la volonté de deux de nos partenaires stratégiques, le gouvernement du Sénégal à travers le ministre de l Economie et des Finances, Ordonnateur national Fed et la Délégation de la Commission de l Union européenne qui ont appliqué dans l esprit et la lettre les dispositions de cet accord. C est pourquoi, dès l entame de mon rapport moral, en votre nom, je voudrai leur exprimer solennellement notre sincère gratitude pour avoir permis de faire de notre organisation une référence dans le paysage des ACP, ce qui nous vaut une attention particulière de la part d organisations publiques et privées d Afrique et du monde. A quelques jours près nous fêterons le quatrième anniversaire de notre naissance, à la suite d une gestation de huit ans car les premières discussions pour sa mise en place ont débuté dès la signature de l Accord de Cotonou. Comme un éléphant, à quatre ans, notre organisation pèse lourd et continuera de peser dans les années à venir si nous poursuivons le chemin que nous avons emprunté à savoir celui du renforcement de la qualité du dialogue tripartite entre le Gouvernement, les Partenaires au Développement à l exemple de l Union Européenne et les acteurs non étatiques représentés par notre Plateforme. Le présent rapport moral que je m en vais présenter à votre approbation s articule comme suit : quelques leçons tirées des douze mois d activités du point de vue des résultats comme celui du processus de mise en œuvre quelques propositions pour permettre au «bébé éléphant» d avoir une longue vie pour atteindre la taille qui est attendu de tout éléphant. Page 8

9 I. LES LEÇONS TIREES Il me faut en effet décliner les leçons tirées d un an d exercice et de quatre ans d existence ; la période n est pas longue mais elle est riche d enseignements qui nous ont permis d identifier nos forces et nos insuffisances analysées de façon interne ou à la suite du diagnostic institutionnel que nous avons commandité. Le «bébé éléphant» commence à grandir. Le médecin qui l examiné a décelé les forces que voici : (i) un ancrage social et géographique avec l adhésion de 336 organisations de toutes les catégories d acteurs non étatiques avec une implantation dans les 13 régions du Sénégal ; (ii) une aura qui va bien au delà des frontières du Sénégal ; (iii) l engagement militant des membres et la bonne mobilisation des représentants des organisations membres ; (iv) sa reconnaissance légale et sa connaissance des principales autorités nationales et régionales ; (v) la crédibilité et le dynamisme de ses leaders. A ces forces identifiées, je voudrais ajouter la capacité d utilisation judicieuse des ressources mises à disposition : en effet, l ensemble des activités réalisées, l a été, pendant plus de quatre ans sur les ressources propres des membres, et depuis le 1 er octobre 2007, avec environ 55 millions, sur la première subvention obtenue de l ordre de 158 millions pour deux ans. Et enfin, l amorce de la construction au niveau local d un dialogue entre les ANE eux mêmes, les ANE et les Autorités et les Collectivités locales. Pour ce qui est des faiblesses, le diagnostic a révélé : (i) une absence de vision et de mission partagées ; (ii) l absence d initiatives de la part des membres ; (iii) l absence de politique de communication ; (iv) le manque de suivi des activités et d implication dans le processus de décision de la plupart des dirigeants des associations membres ; (v) une forte dépendance financière du fait de l existence d un seul partenaire au développement ; (vi) la faible production des groupes thématiques ; (vii) l absentéisme de certains membres du comité directeur. Les faiblesses identifiées sont inhérentes au processus de recherche action que constitue la plateforme elle même, servant de centre de concertation entre acteurs d intérêts apparemment contradictoires, et au caractère novateur de cette expérience. Les attentes des membres tout aussi bien que des partenaires ne sont pas à la mesure des moyens dont dispose la plate forme. Parmi les forces les plus remarquables, permettez moi de souligner la diversité des familles qui composent notre Plateforme ; cette diversité est force qui repose sur les compétences techniques pointues des membres dans des domaines les plus variés aux plans de la recherche, des études, des actions, des appuis et conseils aux politiques, aux partenaires au développement et aux populations. Page 9

10 Je voudrais citer quelques réalisations à titre illustratif sans retirer quoique ce soit à la valeur ajoutée des autres ANE membres ou non de notre organisation qui abattent sur le terrain un remarquable travail de terrain pour lequel ils méritent toute ma considération et mon admiration en plus de la considération des populations pour lesquelles ils travaillent. Dans les régions de Tambacounda et de Kédougou deux de nos membres se sont illustrés dans les travaux d accompagnement des partenaires au développement comme le PNUD, le BIT et la grande multinationale ArcelorMittal ; il s agit du GADEC et l ONG la Lumière qui ont exercé un travail de lobby auprès de ces partenaires pour les amener à intégrer les préoccupations des populations à la base ; ce faisant ces organisations ont apporté leur savoir faire pour une plus large diffusion de la Convention 182 de BIT contre les pires formes de travail des enfants et la préservation de l environnement physique autour des mines d or et de fer des deux régions ; D autres membres comme le CNCR et la FAFS participent de façon très active aux travaux des groupes de grappes de la SCA et du DSRP si elles ne sont pas à la tête desdits groupes de travail ; Beaucoup de centrales syndicales et des organisations patronales sont actives dans les comités de réflexion et de négociation avec l Etat pour la lutte contre la dégradation du pouvoir d achat des travailleurs et partant des populations ; elles siègent toutes dans le Comité National de Dialogue Social et de ce fait contribuent à la stabilité sociale du pays. Le Forum Civil a développé sa capacité de recherches et d études dans plusieurs domaines relatifs à l émergence d une bonne gouvernance au Sénégal ; ses recherches dans le domaine de la gestion transparente des structures hospitalières, des ressources naturelles halieutiques, des ressources naturelles minières, des ressources naturelles forestières et du foncier constituent des documents de référence permettant de lutter de manière efficace dans le domaine de la corruption en vue de l émergence d une gestion transparente de ces ressources qui sont des «biens publics». le CONGAD a organisé une rencontre internationale sur l efficacité de l Aide publique au Développement en droite ligne de la Conférence de Paris avec sa déclaration sur le même sujet ; dans le domaine de l analyse des dynamiques économiques, le CONGAD a apporté une collaboration appréciée dans la détermination des impacts de l installation de la plateforme de Diamniadio particulièrement dans le département de Rufisque à la hauteur de Bargny et Sendou. L Institut Panos s est illustré dans les études et les publications relatives aux technologies de l information et de la communication et à l utilisation de celles ci dans la lutte contre la pauvreté et l émergence de la démocratie et de la bonne gouvernance. Certaines des nouvelles adhésions apportent à cette richesse d autres dimensions ; l ONDH qui développe un programme remarquable pour la promotion des droits humains avec la mise en place d observatoires des groupes vulnérables et des ANE ; que dire du travail de l Amicale des Femmes de la Zone A qui regroupe en son sein des femmes de religion différentes et organise de rencontres sur le dialogue islamo chrétien. Page 10

11 Ces quelques exemples parmi des milliers tout aussi illustratifs montrent que, depuis fort longtemps, les Acteurs non Etatiques ont œuvré auprès des Autorités Etatiques et des Partenaires au Développement en vue de maintenir «l espérance» des populations notamment dans les périodes difficiles. Elles ont construit des filets de sécurité et canalisé des ressources dans les coins les plus reculés du pays, prouvant ainsi leur capacité de participation et leur utilité. C est pourquoi la participation de tous ces acteurs aussi divers qu experts dans leurs domaines, ne saurait être mise de côté aujourd hui, dans l élaboration des politiques et programmes, consensuels, répondant aux besoins des populations et donc gage de paix et de développement. Se plaçant dans le prolongement de l idée d une coopération européenne efficace avec l Afrique et particulièrement le Sénégal depuis 1960, la Commission de l Union Européenne a engagé un processus à travers des conventions et des accords de partenariat, qui ont conduit à la signature de l Accord de Cotonou en Cet accord introduit une innovation de taille dans la stratégie de coopération, à savoir le principe de la participation des ANE. En acceptant, entre autres, de financer le programme d activités de la Plateforme et ceux des acteurs non étatiques y compris l étude de la cartographie, vous avez voulu nous apporter votre concours dans la consolidation des capacités de la Plateforme, centre de concertation et de dialogue entre les acteurs et instrument de participation desdits acteurs à l effort de développement du pays. La reconnaissance de la plate forme comme l interlocuteur privilégié de l état et de l UE, en tout ce qui concerne la coopération UE/SEN doit être réaffirmée et se traduire par un appui constant et renforcé pour nous permettre de rendre les services attendus, que ce soit vis à vis de nos membres comme vis à vis de nos partenaires. II. LES AXES DE CONSTRUCTION DU FUTUR DE NOTRE ORGANISATION A la suite du diagnostic du médecin, la prescription qui devrait nous permettre d envisager le futur avec confiance pourrait s articuler autour d un processus de planification stratégique pour mieux préciser notre vision, nos missions, nos programmes, notre stratégie d intervention et notre structure d exécution pour mieux jouer notre rôle de 3 ème acteur du dialogue tripartite. Ce faisant, il s agira de : Concevoir une stratégie de partenariat cohérente et pertinente, efficace et réaliste dans son application en s assurant de l engagement renouvelé de nos partenaires traditionnels et d autres à nouer; Définir une stratégie de diversification et de multiplication des sources de financement pour s assurer plus d autonomie politique et organisationnelle ; Approfondir et systématiser les critères d adhésion des membres en insistant sur la qualité, la représentativité et la légitimité des organisations ; Mettre au point un manuel de procédures de gestion administrative, financière et comptable ; Parachever la mise en place des Antennes régionales en clarifiant les critères d adhésion, les articulations avec le niveau national et le degré d autonomie de ces Antennes ; Définir une politique de communication interne et externe pertinente et cohérente avec sa mission qui peut inclure des visites régulières des organisations membres, l organisation de journées d informations sur leurs activités et des campagnes régulières d animations de la vie associative et la redynamisation des groupes thématiques ; III. CONCLUSION Page 11

12 Nous acteurs non étatiques, il est de notre responsabilité d apporter la preuve que la confiance investie par le Gouvernement du Sénégal et la Commission Européenne n est pas usurpée. Il est attendu que nous fassions preuve de bonne gouvernance politique et de bonne gestion des ressources qui nous allouées ; c est à ce prix que nous mériterons la place qui nous est accordée dans le cadre de l Accord de Cotonou et dans les perspectives de la préparation du 10 FED. C est à ce prix aussi que nous deviendrons pour le Gouvernement du Sénégal, la Délégation de l Union Européenne, les organisations régionales et les autres partenaires au développement à caractère bilatéral et multilatéral la porte d entrée et le guichet efficace de dialogue avec les ANE. Aussi est il important de poursuivre notre restructuration et le renforcement de notre participation à travers des travaux de qualité au sein des groupes thématiques mis en place pour formuler des propositions à qui de droit. Pour cela, nous continuerons à œuvrer pour la consommation des ressources qui nous ont été allouées dans le 9 FED selon les procédures de bonne gouvernance et souhaiterions convaincre nos partenaires pour une allocation de ressources plus conséquente dans le cadre du 10 FED. Notre expertise et nos capacités sont à la disposition d autres partenaires soucieux de participer au renforcement des capacités des ANE. Il est de notre volonté, après le diagnostic institutionnel et la conception de notre Plan stratégique d élargir nos domaines d intervention et nos champs d application. L existence d une cartographie dynamique au sein de la plate forme aidera à la concrétisation de cette volonté. Page 12

13 ANNEXE 2 : RAPPORT D ACTIVITES DE MONSIEUR MAMADOU FAYE SECRETAIRE GENERAL RAPPORT D ACTIVITES DU SECRETAIRE GENERAL DE LA PLATEFORME DES ACTEURS NON ETATIQUES A L OCCASION DE L ASSEMBLEE GENERALE HOTEL INDEPENDANCE Dakar le 22 juillet 2008 Page 13

14 I LES ACTIVITES CONDUITES DE JUILLET 2007 A JUILLET 2008 Au plan national comme international, les activités menées ont concerné (i) l installation de notre secrétariat exécutif, des antennes régionales, des groupes thématiques de travail et du système de gestion ; (ii) des activités de recherches et d études sur la cartographie des acteurs non étatiques au Sénégal et sur le diagnostic institutionnel de notre structure ; (iii) des activités de renforcement de capacité interne et en direction des membres ; (iv) des activités d information, de sensibilisation et de lobby et (v) des activités de représentation et de réseautage aux échelles nationale et internationale. 1.1 Installation du secrétariat exécutif de la Plateforme : Du point de vue de la structuration organisationnelle, cette année a vu l achèvement de la mise en place du secrétariat permanent, à savoir le recrutement du personnel, l acquisition d équipements et la dotation d un Siège pour la plate forme. La Secrétaire permanente, qui avait été nommée lors de l assemblée générale de la plate forme en Juin 2007 a pris fonction à compter du 1er octobre 2007, suite à l'élaboration de ses termes de référence ; la Secrétaire permanente a été chargée de conduire le processus de recrutement de l assistant administratif et financier, du chauffeur et de la femme de ménage, en concertation avec le Bureau exécutif et selon les procédures de transparence requises par nos partenaires au développement. Je voudrais en votre nom exprimer ici à notre secrétaire exécutive et son staff technique toute notre gratitude et reconnaissance pour leur engagement, leurs compétences et les efforts qu ils déploient tous les jours pour faire de la Plateforme une organisation de référence ; il est réconfortant de voir que la plateforme est devenu un point de passage pour les acteurs non étatiques sénégalais membres ou non de cette plateforme et des visiteurs qui nous viennent de l extérieur sans compter les experts et consultants qui viennent nous offrir leurs services. L installation de ce secrétariat technique a accentué la visibilité de notre organisation. 1.2 Mise en place des instances régionales La mise en place des instances régionales de la plate forme a été réalisée par les membres du bureau exécutif pour veiller au respect de l orthodoxie de nos textes du 18 février au 24 mai Les organisations ont été rassemblées au niveau des dix régions du Sénégal, à savoir, Kolda, Tambacounda, Matam, Saint Louis, Louga, Thiès, Fatick, Kaolack, Diourbel et Ziguinchor. La participation des acteurs au processus de développement à l échelle locale est un élément essentiel pour garantir la crédibilité de la Plate forme, et son rôle d interlocuteur de l Etat et des partenaires au développement, dans le cadre de l élaboration des politiques ; et plus particulièrement de la prise en compte des besoins et priorités des citoyens à la base à la veille de l identification et de l instruction des projets du Programme Indicatif National /10 ème FED. Page 14

15 Assemblée générale de Assemblée générale de l antenne l antenne de Kaolack de Diourbel avec le Gouverneur L installation des antennes régionales a permis d enregistrer un nombre conséquent d adhésions à l échelle régionale pour englober quelques 356 membres ayant participé aux assemblées générales constitutives desdites antennes régionales. Cet élargissement à la base pose à notre organisation trois types de questions auxquelles des réponses sont attendues : (i) la nature des relations à bâtir pour permettre aux antennes régionales de remplir les missions qui sont les leurs avec efficacité et régularité et (ii) le degré d autonomie d action sans créer des conditions d éclatement et d émiettement de notre organisation et (iii) la collecte et l utilisation des cotisations à cette échelle. La Plate forme entrant dans une phase d institutionnalisation et d opérationnalisation, il est important de régulariser la situation de tous les membres conformément à ses statuts et règlement intérieur. Le règlement des cotisations permet d évaluer le degré d engagement des membres vis àvis de la mission de la Plate forme, mais également de contribuer au fonctionnement de ses organes. Vous n êtes pas sans savoir que le règlement intérieur de la Plateforme stipule que les cotisations doivent être versées au plus tard le 30 mars de chaque année ; malgré les différentes relances, les membres à jour de leurs cotisations se trouve être limité, au regard des potentialités. Au 19 juillet 2008, la Plateforme a collecté, la somme de un million quatre cent quarante cinq mille francs CFA ( ) soit 55% de nos objectifs annuels. 1.3 La mise en place des groupes thématiques de travail Comme l exigent nos textes constitutifs, la Plateforme a mis en place six groupes thématiques qui recoupent les domaines d intervention de la Stratégie de coopération du 9 ème FED : à savoir la bonne gouvernance (avec des sous thèmes comme démocratie et droit de l Homme, décentralisation, lutte contre la corruption ), le transport et l assainissement, l appui budgétaire/ santé, l appui budgétaire/éducation, commerce et accords de partenariat économique et culture. Les groupes thématiques constituent notre force de réflexion et de propositions dans le cadre de notre participation à la conception, à la mise en œuvre, au suivi évaluation des politiques de développement. Il est hautement attendu de ces groupes de produire des contributions de qualité dans la construction des politiques sectorielles et de recommander si nécessaire des études complémentaires. C est dans cet esprit qu à la tête de chaque groupe thématique a été nommé un animateur membre issu du Comité Directeur. Mission a été donnée aux têtes de file des groupes de Page 15

16 rédiger un cahier de charges de chaque groupe (contenu groupe de discussion, budget nécessaire), d impliquer des personnes ressources des régions et de faire participer les antennes régionales. Pour cela, il est à noter, qu en plus de l enveloppe de 20 millions allouée aux groupes thématiques dans le cadre de notre Plan d actions, une bonne part des dépenses occasionnées par les activités des groupes thématiques sera prise en charge dans le cadre du Devis Programme n 2 duquel des fonds additionnels de l ordre de 55 millions de Francs CFA ont été dégagés. Pour les groupes thématiques qui ont déjà entamé le travail et produit leurs contributions, je voudrais exprimer mes félicitations du fait que ces contributions ont été bien appréciées particulièrement celle relative à la sécurité alimentaire. Nous exhortons ceux des groupes qui ont produit des déclarations comme le groupe thématique éducation de veiller à la mise en œuvre de cette déclaration et sa traduction en politique et programmes auxquels nous sommes disposés à apporter notre concours. Nous encourageons les autres groupes à mettre à profit les mois à venir pour sortir des documents pouvant nous permettre de poursuivre notre démarche de proposition à nos partenaires dans le cadre de la formulation des programmes du 10 FED. 1.4 Le système de gestion N oublions pas que notre Plateforme est partie intégrante du Programme d Appui à la Politique Nationale de Bonne Gouvernance (PAPNBG) et que pour cela nous devons faire preuve de bonne gouvernance nous mêmes avant de l exiger des autres. Pour cette raison, dans l attente de la réalisation d un manuel de procédures prévu dans le Devis Programme n 2 de l Unité de Gestion de Projet/ANE, nous avons mis en place un certain nombre d outils nécessaires à une gestion transparente des Cent Soixante millions ( ) de francs CFA mis à notre disposition comme budget de fonctionnement : (i) fiches expression des besoins pour les fournitures courantes ; (ii) bons de commande après réception et accord sur les pro formas ; (iii) bons de réception et fiche récapitulative des chèques selon les procédures mises en place ;(iv) fiche de dépenses (autorisation des menues dépenses / caisse) ; (v) rapports de sélection (choix des fournisseurs, comité composé des membres du bureau exécutif) ; (vi) fiches d adhésion des membres et carnet de reçus des cotisations. C est l occasion d attirer l attention des membres ou non bénéficiaires des ressources que l application de procédures de gestion transparente constitue un des critères de performance sur lesquels la Plateforme et ses membres seront jugés à la fin de chacun des 51 projets qui ont fait l objet de financement dans le cadre des deux appels à propositions qui ont mobilisé quelques 4,3 milliards de francs CFA. 1.5 La conduite d études de la cartographie des ANE et le diagnostic institutionnel Cette activité avait été retenue dans la convention de financement et confiée à un bureau d études européen, ECO 3, sur la base d un contrat cadre et réalisée en concertation avec la Plateforme. Celleci a contribué à la définition des termes de référence et veillé à ce que les attentes de ses membres soient effectivement prises en compte. L étude conduite a fait l objet de restitution le 05 juin L intérêt pour la Plateforme de participer à l étude de la cartographie des acteurs non étatiques réside dans le fait de disposer d une base de données qui permet de mieux évaluer la contribution des ANE à la vie publique, à l effort de développement et de lutte contre la pauvreté, de mieux connaître leurs domaines d intervention, leur spécificité, leur localisation au Sénégal, leur mode de Page 16

17 gouvernance et leurs capacités de mobilisation, d information et de sensibilisation et de participation aux politiques publiques de développement. Aussi, le vœu le plus ardent est de loger la base de données issue de cette étude au sein de la Plateforme en vue de lui permettre de jouer le rôle de coordination et de mise à jour de cette base de données. 1.6 Le diagnostic des capacités institutionnelles et organisationnelles de la Plateforme. A la suite de quatre années de fonctionnement, il s est avéré nécessaire de procéder à un diagnostic des capacités organisationnelles de la Plateforme. L exercice est audacieux pour une jeune organisation de procéder à une introspection dont l objectif est de mesurer les capacités et d identifier les besoins de celle ci pour lui permettre, d une part, de jouer son rôle d information, d appui conseil, de représentation en direction des acteurs non étatiques du Sénégal et de participation de l autre dans le cadre de la préparation des politiques et programmes à inscrire dans le 10 ème FED. L étude diagnostic a été réalisée par un Consultant externe recruté à cet effet qui a produit un rapport introductif qui a fait l objet de restitution le 18 juillet 2008 au cours d un atelier avec la participation de l ensemble du Comité directeur de la Plateforme, les Représentants du Ministère de l Economie et des Finances, Ordonnateur National du FED, de la Délégation à la Réforme de l Etat et de l Assistance Technique et de la Délégation de la Commission européenne au Sénégal. Un projet de rapport final sera disponible d ici le 31 juillet avec des éléments devant permettre de démarrer une réflexion stratégique interne à la Plateforme. 1.7 Les activités d information, de sensibilisation, de lobby et des actions de visibilité de Plateforme Une des missions et pas des moindres de notre organisation consiste en la collection et la diffusion des informations sur les politiques publiques en direction de nos membres et plus particulièrement des antennes régionales ; celles ci n ont pas souvent l opportunité d accéder à de telles informations. Aussi, le Secrétariat permanent a collecté, synthétisé et diffusé l information sur les politiques publiques aux membres, au niveau national comme au niveau des antennes régionales utilisant les moyens les plus modernes de communication et de transmission de données. Par ailleurs, d autres actions de communication et de visibilité en direction du grand public ont été également réalisées en partenariat avec des organisations membres comme le SYNPICS et l Institut PANOS. C est ainsi que les évènements suivants ont été organisés : Une conférence de presse à l occasion de la signature du Plan d Actions de la Plate forme avec l ON et la DCE le 26 mars 2008 Des communiqués de presse sur les activités phares du projet ; Des débats radio télévisés sur les sujets développés par les groupes thématiques ; Page 17

18 Mr Ibrahima Deme Représentant de l Ordonnateur National/MEF, Mr Papa Nalla Fall, Président de la plate forme et Mr Gilles Hervio, Chef de Délégation de la CE à Dakar, à l occasion du Point de presse dans les locaux de la Plateforme 1.9 Les activités de représentation et de réseautage en Afrique et dans le monde Notre organisation, du fait de sa spécificité et de son envergure, a été invitée dans des rencontres internationales en Afrique et dans le monde. Ces invitations proviennent d organisations publiques régionales et des plateformes de même nature. L année dernière la Plateforme a reçu une mission de la Commission de l UEMOA en charge de l élaboration du Programme indicatif régional (PIR) dans le cadre du 10 FED ; à cette occasion, il avait été évoqué la nécessité de mettre en place, à l échelon régional, un cadre de concertation des différentes plates formes d acteurs non étatiques de l Afrique de l Ouest et notre organisation s était proposée d approfondir la réflexion en vue de la constitution d un comité économique et social ouest africain qui serait représentatif des différentes familles d ANE en même temps que l émanation des plates formes nationales ouest africaines. A cet effet, un groupe ad hoc de travail a été mis en place. C est dans la poursuite de cette activité qu il est prévu dans le Devis Programme 2 de l UGP/ANE, deux missions au niveau de la CEDEAO et de l UEMOA, pour des échanges avec les différentes plateformes ou réseaux de la société civile, du secteur privé et des centrales syndicales. Il sera mis à profit l existence de réseaux des membres dont le leadership est assuré par quelques uns de nos adhérents comme le Réseau des Plates formes nationales des ONG d Afrique de l Ouest et du Centre dont le siège est au CONGAD. Dans la même logique, la Plateforme a été invitée par le Gouvernement du Sénégal à faire partie d une délégation au 7ème Forum Africain sur la Gouvernance à Ouagadougou du 24 au 26 octobre 2007 ; de même, elle a participé à la 1 ère réunion du Comité de Pilotage du Programme Indicatif Régional 9 ème Fed de l Afrique de l Ouest du 18 au 20 février 2008 à Ouagadougou et enfin à Bamako à l occasion de la rencontre de la DG commerce de l UE sur les APE en juin Page 18

19 Au Sénégal, la Plate forme a travaillé avec la coopération espagnole et à ce titre rencontré la Coordinatrice générale le 19 septembre Des axes de partenariat ont pu être évoqués, la plateforme se proposant de servir de relais à la coopération espagnole, que ce soit au niveau national comme au niveau local par le biais de ses antennes pour identifier des stratégies de coopération en collaboration avec les acteurs locaux ; dans le même ordre d idées, le 8 octobre 2007, la Plate forme a été invitée à un atelier organisé par la coopération espagnole. Cet atelier a démarré par la présentation du DSRP II, suivie d'une présentation par le CONGAD de la participation de la Société civile à l'élaboration du DSRP. Ce qui a permis à la coopération et aux ONG s espagnoles de mieux se familiariser avec la Plateforme Les activités de renforcement des capacités Pour le renforcement des capacités de ses membres, notre organisation, en relation avec ses partenaires comme l UGP/ANE, a participé à (i) cinq fora de trois jours regroupant chaque fois une centaine de participants, avec une forte implication des antennes régionales ; l objectif des foras était d identifier les besoins des membres, notamment ceux susceptibles d être satisfaits par la formation, à retenir dans le Devis Programme 2 de l UGP ; (ii) des missions d information formation sur le PNBG pour pallier à la faible information sur l état de la mise en œuvre de ce programme en particulier les autres composantes : justice et économique) ; (iii) l organisation d un séminaire d information sur les accords de coopération UE/SENEGAL le 28 mars 2008 a été organisé à l intention des membres de la Plate forme au CICES ; l objectif du séminaire d information était de renforcer les capacités d'analyse et de contribution des ANE à l'élaboration et au suivi des politiques publiques et de la coopération avec l'ue. Les résultats de la journée ont été globalement satisfaisants et à la hauteur des attentes. En effet, 92 participants ont répondu à l appel venant des onze (11) régions du Sénégal. Les participants ANE ont bénéficié de beaucoup d informations sur les stratégies de coopération de l UE à travers le 9éme et le 10éme FED très utiles dans le cadre de leurs activités de développement et pour le renforcement de leurs capacités d analyse et de dialogue avec les partenaires au développement. C est le lieu de rendre un hommage mérité aux représentants du Ministère de l Economie et des Finances (DDI et DCEF) du Programme de Soutien à l Ordonnateur National, de la Délégation à la Réforme de l Etat et de l Assistance Technique (DREAT) ainsi que celle de la Délégation de la Commission de l UE qui nous ont toujours accompagné et continuent de le faire en supportant les initiatives que nous prenons pour mieux apporter notre contribution dans la construction du dialogue tripartite Etat, Partenaires au Développement et Acteurs non Etatiques. Page 19

20 1.11. Participation aux réunions de suivi du 9 eme FED Sur invitation du Ministre de l Economie et des Finances, la Plate forme a participé à la Revue annuelle conjointe 2006 de la coopération Sénégal/UE, organisée le 6 février 2008 au Novotel ; cette revue était présidée par le Ministre d Etat, Ministre de l Economie et des Finances, en présence du Chef de Délégation de la CE et de l ensemble des ministères techniques et des services administratifs concernés par la coopération de l Union Européenne au Sénégal. Ce fut l occasion de demander et d obtenir la promesse de l implication des membres de la Plateforme dans les réunions sectorielles de suivi périodique des programmes du 9 ème FED, afin d assurer un meilleur suivi des ANE de l exécution des projets et programmes Participation au processus d élaboration du 10 eme FED Dans le cadre de l instruction des projets pour le PIN 10 ème FED, le ministère de l Economie et des Finances a demandé à la plate forme de bien vouloir soumettre des idées de projets en ce qui concerne le 1 er Secteur de concentration : «Commerce et Intégration régionale». Un certain nombre de propositions ont pu être transmises en attendant leurs prises en charge dans la formulation du Programme indicatif national et du support à la SCA prévu en Octobre Page 20

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS NON ETATIQUES

CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS NON ETATIQUES PROJET D APPUI AU PROGRAMME NATIONAL DE BONNE GOUVERNANCE UNITE DE GESTION DU PROJET D APPUI AUX ACTEURS NON ETATIQUES ------ RAPPORT DE SYNTHESE CAPITALISATION ET PARTAGE DES BONNES PRATIQUES DES ACTEURS

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013

DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE. Possotomé, les 19 et 20 août 2013 République du Bénin ---------- Assemblée Nationale ---------- Sixième Législature ---------- DISCOURS D OUVERTURE DU SEMINAIRE SUR LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) DANS LE PROCESSUS BUDGETAIRE Possotomé,

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple - Un but - Une Foi ----------------- PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI TEHERAN 15-17 AVRIL 2013 Présenté par

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée I. Contexte La République de Guinée est aujourd hui engagée sur la voie de la transparence et de la bonne gouvernance pour

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM DMED_PV(2010)1202_1 PROCÈS-VERBAL de la réunion du 2 décembre 2010

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE

RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES ASTER. 08 et 09 Septembre 2014 COTE D IVOIRE ASTER RAPPORT FINAL REUNION DES PAYS UTILISATEURS DE ASTER RELATIVE A LA MUTUALISATION DES COMPETENCES 08 et 09 Septembre 2014 ABIDJAN, PLATEAU COTE D IVOIRE Le Secrétariat Technique S o m m a i r e Contexte

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I)

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DES INTERETS ET LA DEFENSE DES DROITS DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE REMISE DE DIPLÔMES Dakar,

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Suivi Post-Accompagnement DLA 37

Suivi Post-Accompagnement DLA 37 D Indre-et-Loire Suivi Post-Accompagnement DLA 37 STRUCTURE : XXXXX Diagnostic initial effectué le : 15/10/2004 Diagnostic de Suivi post Accompagnement effectué le : 10/04/2007 Etape 1 : Identification

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE

RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE RAPPORT SYNTHESE DE L ATELIER DE PARTAGE SUR L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE REVISE Du 4 au 5 décembre 2014, il s est tenu à l hôtel Royal

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

ACCOUNTING CONSULTING MANAGEMENT Cabinet d Expertise Comptable et Fiscale Audit Conseils en Management et Finance Formations Recrutements

ACCOUNTING CONSULTING MANAGEMENT Cabinet d Expertise Comptable et Fiscale Audit Conseils en Management et Finance Formations Recrutements SESSION SPECIALE DE FORMATION SUR LES NOUVELLES REFORMES DU SYSTEME COMPTABLE OUEST AFRICAIN (SYSCOA) Le cabinet d expertise comptable ACM en collaboration avec le Cabinet d Intérim de Formation Recrutement

Plus en détail

APPEL D'OFFRES n 201004

APPEL D'OFFRES n 201004 APPEL D'OFFRES n 201004 CAHIER DES CHARGES POUR LA SOUS-TRAITANCE RELATIVE À L'EXPERTISE EXTERNE PROJET : «Dialogue social européen : Bilan et perspectives» 1. Objet du contrat. La CES souhaite lancer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1.1. Pays bénéficiaire... 1 1.2. Autorité contractante... 1 2. CONTEXTE...

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

ANNEXE 3. Période 2011-2015

ANNEXE 3. Période 2011-2015 ANNEXE 3 GUIDE DE MOBILISATION DES RESSOURCES POUR LA MISE EN OEUVRE DU PLAN OPERATIONEL DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA EN MILIEU DE TRAVAIL Période 2011-2015 BUJUMBURA, 19 Mai 2011 2 Sommaire 0. Introduction.3

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA NCO NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPERATION AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT Commission de l UEMOA Projet d appui à l extension de la couverture du risque maladie dans les États membres de l UEMOA

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail