CODE CIVIL DTU. Journal Officiel. Code Civil. Aspects réglementaires. document technique unifié. construction et. habitation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CODE CIVIL DTU. Journal Officiel. Code Civil. Aspects réglementaires. document technique unifié. construction et. habitation"

Transcription

1 Aspects réglementaires code de la construction et de l habitation document technique unifié Journal Officiel CODE construction et CIVIL habitation DTU lois et décrets Aspects Réglementaires (normes, codes, règles, contraintes ) relatifs à l étanchéité des toitures et terrasses Code Civil

2 Aspects réglementaires Sommaire Éléments porteurs 3 Réglementation incendie 4 Assurance incendie 8 Charges climatiques 10 Le classement FIT 14

3 Éléments porteurs ATTENTION : Les indications ci-après constituent un aide-mémoire bien sûr non exhaustif. Elles ne sauraient dispenser l homme de l art d une connaissance complète des réglementations et des documents de référence, résultant de la consultation de leur texte intégral. Éléments porteurs en maçonnerie Source : DTU 20.12/NF P Élément porteur de type A Élément porteur dont au moins la partie supérieure de la section résistante est réalisée en béton armé coulé en œuvre de façon continue sur l ensemble de la surface. Par exemple : les dalles pleines coulées en œuvre; les dalles confectionnées à partir de prédalles; les planchers à poutrelles (BA ou BP), entre-vous de coffrage et dalle de répartition complète coulée en œuvre; les planchers à bacs métalliques collaborants. Élément porteur de type B Élément porteur constitué d éléments préfabriqués en béton armé ou précontraint posés jointifs, solidarisés par des armatures noyées dans un béton de liaison coulé en place. Élément porteur de type C Élément porteur constitué d élément préfabriqués jointifs en matériaux de nature éventuellement différente, solidarisés par des blocages en béton et/ou des chaînages transversaux en béton réalisés in situ. Par exemple les planchers à poutrelles (BA ou BP) et entrevous porteurs en béton ou en terre cuite, sans dalle de répartition rapportée en béton coulé in situ. Élément porteur de type D Élément porteur réalisé à partir d éléments préfabriqués en béton armé ou précontraint posés jointifs et solidarisés par des clefs continues en béton. Sauf exception (certaines dalles alvéolées), les éléments ne sont pas complétés par une dalle rapportée en béton armé. Par exemple : plancher formé de dalles alvéolées préfabriquées en béton armé ou précontraint, sans dalle collaborante rapportée en béton, plancher formé d éléments en T ou en double T. Ils doivent présenter une pente minimale de 1 %. Nota : on appelle clef la partie du joint qui, par sa forme, permet de solidariser les éléments entre-eux, interdisant ainsi tout déplacement vertical (effet «touches de piano»). Dalles de toiture en béton cellulaire autoclavé armé Source : Conditions générales d emploi des dalles de toiture en béton cellulaire autoclavé armé. Cahier du CSTB nº 2192 d octobre Ces dalles doivent être utilisées dans les limites et conformément aux dispositions de leurs Avis Techniques. Elles peuvent convenir pour des toitures et toitures-terrasses (plates ou en pente), autoprotégées ou sous protection lourde, comportant des noues à pente nulle, des zones techniques (pente 7 %) et des chemins de circulation (pente 50 %), à l exclusion des terrasses accessibles aux piétons ou aux véhicules. Leur emploi est généralement limité à la réalisation de toitures de locaux à faible et moyenne hygrométrie (W/n 5 g/m³). Pente minimale admise : 1 %. L emploi en climat de montagne est exclu (cf DTU 43.1/NF P ). Les joints d abouts courants entre dalles, ainsi que les joints latéraux et d abouts de dalles coïncidant avec les joints de la structure-support, doivent être pontés. Éléments porteurs en tôles d acier nervurées (tan) Source : DTU 43.3/NF P Ils peuvent être en : tôles d acier galvanisées (norme XP P ); tôles d acier revêtues en continu d alliage de zinc-aluminium (95 % de zinc) (norme XP A ); tôles d acier conformes aux précédentes et prélaquées ou revêtues en continu d un film organique (norme XP P ). Le choix des revêtements dépend notamment de la destination des locaux et en particulier de leur hygrométrie et de leur ambiance intérieure (cf DTU 43.3/NF P Annexe E). Les TAN peuvent être à plages pleines ou perforées (ou «crevées») si on souhaite obtenir une correction acoustique du local couvert ; la perforation constitue toutefois un affaiblissement de la tenue mécanique des tôles, dont il doit être tenu compte dans le calcul des portées admissibles.

4 Aspects réglementaires Éléments porteurs en bois et dérivés Source : DTU 43.4/NF P Matériaux en bois massif Pose dite «jointive» Pose dite «bouvetée» Épaisseur minimale Largeur maximale frises 18 mm 80 mm 150 mm planches 22 mm 120 mm 150 mm lames à plancher cf NF B mm 150 mm planches bouvetées 23 mm 150 mm Les Documents Particuliers de Marché doivent préciser les essences choisies (cf vocabulaire défini dans la norme NF B ) et les éventuelles exigences de traitement fongicide ou insecticide. Matériaux en contreplaqué Ils doivent être conformes à la norme NF B (marquage «NF Extérieur CTB-X») et peuvent comporter des traitements complémentaires fongicides ou insecticides ou être ignifugés si les Documents Particuliers de Marché l exigent. longueur : 3,15 m. largeur : 1,55 mm. épaisseur : 10 mm si les panneaux sont supportés sur les quatres côtés ; 12 mm si les rives perpendiculaires aux appuis ne sont pas supportées. Matériaux en panneaux de particules (éléments ou dalles) Ils doivent satisfaire aux normes NF B et NF B , et aux prescriptions de la marque de qualité «CTB-H». Si les Documents Particuliers de Marché l exigent, ils peuvent comporter un traitement complémentaire fongicide ou insecticide, voire être ignifugés. épaisseur : 18 mm. largeur : 1,25 m. longueur : 2,70 m pour les dalles d épaisseur comprise entre 18 et 25 mm ; 3,10 m pour les dalles d épaisseur 25 m ; 3,10 m pour les éléments supports d étanchéité semiindépendante ; 4,10 m pour les éléments supports d isolants ou de systèmes d étanchéité en indépendance. Réglementation incendie ATTENTION : Les indications ci après constituent un aide mémoire bien sûr non exhaustif. Elles ne sauraient dispenser l homme de l art d une connaissance complète des réglementations et des documents de référence, résultant de la consultation de leur texte intégral. En outre, certains types de bâtiments peuvent être soumis à des règlementations particulières non répertoriées ci-après. Principaux textes de référence Classification des matériaux et définition des essais Code de la Construction et de l Habitation : Article R à R (ancien décret du 17 octobre 1957). Arrêté du 30/06/83 modifié par l Arrêté du 28/08/91. Arrêté du 03/08/99 et ses annexes. Bâtiments d habitation Code de la Construction et de l Habitation : articles R à R Arrêté du 31/01/86 modifié les 18/08/86 et 19/12/88. ERP (Établissements Recevant du Public) Code de la Construction et de l Habitation : articles L et R à R Arrêté du 23/03/65 (complété ou modifié de nombreuses fois par la suite). Arrêté du 25/06/80 (complété ou modifié de nombreuses fois par la suite). IGH (Immeubles de Grande Hauteur) Code de la Construction et de l Habitation : articles R à R , R à R (ancien décret nº du 15/11/67 modifié par le décret du 15/06/76). Arrêté du 18/10/77, modifié le 22/10/82 (abrogeant l arrêté du 24/11/67 modifié le 15/12/70). Locaux industriels et commerciaux et installations classées Code du travail : articles L à L et articles R à R Loi nº du Décret nº du 21/09/77.

5 Classification et essais de comportement au feu des matériaux Le comportement au feu des matériaux et éléments est apprécié selon trois critères : la réaction au feu; le comportement au feu (pour les toitures); la résistance au feu. La réaction au feu C est l aliment qu un matériau peut apporter au feu et au développement de l incendie. Ce critère permet de répartir les matériaux en cinq catégories d après les modalités d essai définies dans l arrêté du 30 juin 1983, ces essais ne pouvant être effectués que par les laboratoires agréés. Classification actuelle M0 M1 M2 M3 M4 Appellations antérieures incombustible combustible non inflammable combustible difficilement inflammable combustible moyennement inflammable combustible facilement inflammable Le comportement au feu Une classification complémentaire pour les toitures revêtues de matériaux classés M4, définie par l Arrêté du 31 janvier 1986 indique les modalités d essais des couvertures en matériaux combustibles par rapport au danger d incendie résultant d un feu extérieur, et permet d attribuer un classement complémentaire T5, T15, T30 avec indice, 1, 2 ou 3, dont la définition est la suivante : les couvertures propageant le feu en surface en un temps : supérieur à 30 mn indice 1 compris entre 10 et 30 mn indice 2 inférieur à 10 mn indice 3 les couvertures se laissant traverser par le feu en un temps : supérieur à 30 mn T30 compris entre 15 et 30 mn T15 compris entre 5 et 15 mn T5 La résistance au feu Elle qualifie l aptitude des éléments de construction à conserver leur rôle isolant au feu, durant le temps nécessaire à l évacuation, au sauvetage et à la lutte contre l incendie. Quatre critères sont pris en compte : 1) Résistance mécanique. 2) Étanchéité aux flammes et aux gaz chauds. 3) Isolation thermique - limitation de l échauffement de la face non exposée. 4) Maintien de la fonction pour d autres produits ou éléments de construction (ventilateurs, exutoires, etc.). Les éléments de construction peuvent ainsi être classés, selon la satisfaction aux critères précédents : SF (stable au feu) = critère 1 satisfait ; PF (pare-flammes) = critère 2 satisfait (et en général critère 1 satisfait) ; CF (coupe-feu) = critères 2, 3 satisfaits (et en général critère 1 satisfait). Les durées de classement retenues sont : 1/4 h, 1/2 h, 3/4 h, 1 h, 1 h 1/2, 2 h, 3 h, 4 h, 6 h. Exigences de la réglementation incendie concernant les couvertures Remarque préliminaire D une manière générale, seul le classement «réaction au feu» d un matériau de couverture ou le «comportement au feu» d un complexe d étanchéité est actuellement pris en compte pour déterminer si celui-ci est utilisable sur tel type de local conformément à la réglementation incendie. Les exigences de «résistance au feu» n interviennent qu au niveau du support. Bâtiments d habitation (arrêté du 31/01/86) Classification Les bâtiments d habitation sont classés comme suit du point de vue de la sécurité-incendie : 1 ère famille : habitations individuelles isolées ou jumelées à un étage sur rez-de-chaussée, au plus; habitations individuelles à rez-de-chaussée groupées en bande. Toutefois sont également classées en première famille les habitations individuelles à un étage sur rez-dechaussée, groupées en bande, lorsque les structures de chaque habitation concourant à la stabilité du bâtiment sont indépendantes de celles de l habitation contiguë. 2 e famille : habitations individuelles isolées ou jumelées de plus d un étage sur rez-de-chaussée; habitations individuelles à un étage sur rez-de-chaussée seulement, groupées en bande, lorsque les structures de chaque habitation concourant à la stabilité du bâtiment ne sont pas indépendantes des structures de l habitation contiguë; habitations individuelles de plus d un étage sur rez-de-chaussée groupées en bande; habitations collectives comportant au plus trois étages sur rez-de-chaussée. Pour l application des 1 ère et 2 e familles ci-dessus, sont considérées comme maisons individuelles les bâtiments d habitation ne comportant pas de logements superposés ; les escaliers des bâtiments d habitation collectifs de trois étages sur rez-de-chaussée, dont le plancher bas du logement le plus haut est à plus de huit mètres du sol, doivent être encloisonnés.

6 Aspects réglementaires 3 e famille : Habitations dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à vingt-huit mètres au plus au-dessus du sol utilement accessible aux engins des services de secours et de lutte contre l incendie, parmi lesquelles on distingue : 3 e famille A : habitations comportant au plus sept étages sur rez-dechaussée, dans lesquelles la distance entre la porte palière de logement la plus éloignée et l accès à l escalier est au plus égale à sept mètres, et implantées de telle sorte qu au rez-de-chaussée les accès aux escaliers soient atteints par la voie échelles ; 3 e famille B : habitations ne satisfaisant pas aux conditions précédentes. Dans les communes dont les services de secours et de lutte contre l incendie sont dotés d échelles aériennes de hauteur suffisante, le maire peut décider que les bâtiments classés en 3 e famille B, situés dans le secteur d intervention desdites échelles, peuvent être soumis aux seules prescriptions fixées pour les bâtiments classés en 3 e famille A. Dans ce cas la hauteur du plancher bas du logement le plus haut du bâtiment projeté doit correspondre à la hauteur susceptible d être atteinte par les échelles, et chaque logement doit pouvoir être atteint soit directement soit par un parcours sûr. de 0 à 4 m 4 e famille : Habitations dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à plus de vingt-huit mètres et à cinquante mètres au plus au-dessus du niveau du sol utilement accessible aux engins des services publics de secours et de lutte contre l incendie. Nota : certains immeubles de 4 e famille, contenant des locaux à usage autre qu habitation, doivent être rangés dans la catégorie des IGH (cf ci-après). Exigences en couverture (extrait de l article 15) Les revêtements M0, M1, M2, M3 peuvent être utilisés sans restriction en couverture, s ils sont établis sur un support continu en matériau incombustible ou en panneau de bois ou assimilé classé par le CECMI. Pour les revêtements M4, la classe à utiliser sera fonction du classement du bâtiment d habitation : 1 ère famille : T5, T15 ou T30 2 e famille : T15 ou T30 3 e et 4 e familles : T30 L indice de propagation de la couverture d un immeuble se détermine selon le tableau ci-après, en fonction : de la distance qui le sépare soit d un immeuble voisin, soit de la limite de propriété ; de l indice de propagation de la couverture de l immeuble voisin. de 4 à 8 m Distance minimale de 8 à 12 m Indice de l immeuble voisin Indice minimal recherché Au-delà de douze mètres, toute couverture peut être utilisée sans restriction. Les couvertures dont les revêtements sont classés en catégorie M0 à M3 sont assimilées à des couvertures d indice 1. Établissements recevant du public : ERP Définition Deux classements complémentaires sont utilisés pour définir les établissements qui rentrent dans cette catégorie et les normes incendie correspondantes : Classement selon l effectif du public : Article 19 du décret du 31 octobre ère catégorie : au-dessus de personnes ; 2 e catégorie : de 701 à personnes ; 3 e catégorie : de 301 à 700 personnes ; 4 e catégorie : 300 personnes et au-dessous à l exception des établissements compris dans la 5 e catégorie ; 5 e catégorie : établissements visés à l article 14 du Décret nº du 31 octobre 1973, dans lesquels l effectif du public n atteint pas le chiffre minimum fixé par le règlement de sécurité pour chaque type d exploitation. Classement selon le type d établissement : Article GN1 du règlement de sécurité dans les ERP (Arrêté du 25/06/80 modifié) L - salles d auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple ; M - magasins de vente, centres commerciaux ; N - restaurants et débits de boissons ; O - hôtels, pensions de famille ; P - salles de danse et salles de jeu ; R - établissements d enseignement, de colonies de vacances ; S - bibliothèques, centres de documentation ; T - salles d exposition ; U - établissements sanitaires ; V - établissements de cultes ; W - banques, bureaux, administrations ; X - établissements sportifs couverts ; Y - musées ; PA - établissements de plein air ; CTS - chapiteaux, tentes et structures ; SG - structures gonflables ; PS - parcs de stationnement couverts ; GA - gares ; OA - hôtels-restaurants d altitude.

7 Exigences en couverture : Article CO17 du règlement de sécurité dans les ERP Nota : au-delà de 12 m entre l établissement et le bâtiment voisin ou la limite de la parcelle voisine, aucune exigence n est demandée pour la protection de la toiture par rapport à un feu extérieur. La couverture doit être réalisée en respectant l une des solutions suivantes : en matériaux M0; en matériaux des catégories M1 à M3 posés sur support continu en bois ou agglomérés de fibres ou particules de bois ou en matériaux reconnus équivalents par le CECMI; en matériaux des catégories M1 à M3 non posés dans les conditions précédentes ou de la catégorie M4 : la couverture doit alors présenter les caractéristiques minimales de classe et d indice de propagation fixées dans le tableau ci-dessous en fonction de la catégorie, de la destination de l établissement et de la distance «d» entre ce dernier et le bâtiment voisin ou à défaut la limite de la parcelle voisine. Immeuble de grande hauteur : IGH Définition Les immeubles sont dits de grande hauteur lorsque le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut utilisable par les engins des services publics de secours et de lutte contre l incendie : à plus de 50 m pour les immeubles d habitation, à plus de 28 m pour tous les autres immeubles, les immeubles de bureaux étant divisés en deux catégories selon que leur hauteur est comprise entre 28 et 50 m ou supérieure à 50 m. Exigence en couverture (Article GH14) Les matériaux superficiels en éléments légers combustibles pouvant s arracher enflammés sont interdits ; donc les revêtements M0 pourront être admis. En technique d étanchéité classique, seule la toiture terrasse avec protection lourde pourra convenir, la chape ciment ou les gravillons rapportés en surface étant par eux-mêmes incombustibles. Dans le cas de mitoyenneté, l Article GH7 indique des dispositions complémentaires : 1 : en application des Articles 2 et 9 du Décret, un immeuble de grande hauteur doit être isolé des constructions voisines par un mur ou une façade verticale coupe-feu de degré deux heures au moins sur toute sa hauteur ou par un volume de protection. 2 : La limite latérale du volume de protection est constituée par une surface verticale située à 8 m au moins de tout point des façades de l immeuble qui ne sont pas coupefeu de degré deux heures au moins. La limite inférieure du volume de protection est constituée soit par le sol, soit par des constructions ou parties de construction coupe-feu de degré deux heures au moins. Établissements classés dangereux, insalubres ou incommodes, locaux industriels Le classement est fonction des sources de nuisances et des dangers éventuels occasionnés par le type d exploitation de l établissement considéré. Les établissements classés 1 et 2 sont soumis à autorisation préfectorale, les impératifs de sécurité étant donc définis au coup par coup. Pour les établissements de 3 e classe soumis à simple déclaration, certains arrêtés-type exigent des couvertures incombustibles quelquefois légères ou un plancher haut coupe-feu une heure. Pour les établissements non classés, en dehors des prescriptions concernant la sécurité des travailleurs, ce sont en général des notions d assurance qui interviennent dans la conception des ouvrages. Catégorie et destination de l établissement Établissements de 1 ère catégorie et établissements de 2 e, 3 e et 4 e catégories comportant par destination des locaux réservés au sommeil. Établissements de 2 e, 3 e et 4 e catégories ne comportant pas par destination de locaux réservés au sommeil. Distance entre l établissement et le bâtiment voisin ou la limite de la parcelle voisine d 8 m T30 Indice 1 T30 Indice 2 8 m d 12 m T15 Indice 1 T15 Indice 2

8 Aspects réglementaires Assurance incendie ATTENTION : Les indications ci-après constituent un aide-mémoire bien sûr non exhaustif. Elles ne sauraient dispenser l homme de l Art d une connaissance complète des documents de référence résultant de la consultation de leur texte intégral. L APSAD (Assemblée Plénière des Sociétés d Assurance Dommages) a établi des classifications et des Cahiers de Spécifications servant de référence dans l évaluation du risque incendie, et notamment pour les couvertures. Il est donc souhaitable de s y référer pour la conception des ouvrages. Classifications Matériaux de construction Ils sont classés selon trois catégories : matériaux durs; matériaux semi-légers; matériaux légers. Cette classification est nominative à la différence de la réglementation incendie basée sur des résultats d essais normalisés. Bâtiments Les bâtiments se classent d après la nature de la construction de leurs murs extérieurs (risque) et d après la nature de leur couverture (classe), en fonction du pourcentage de matériaux durs, semi-légers et légers utilisés. Pour les couvertures, on distingue ainsi : 1 ère classe : couverture comprenant plus de 90 % de matériaux durs. 2 e classe : a) Couvertures en matériaux de toute nature, mais dans lesquels les matériaux légers n excèdent pas 10 % (et les matériaux durs n excèdent pas 90 %). b) Couvertures en matériaux durs et éléments de polyester armé ou en plaques de PVC répondant à certaines conditions (Cahier des Spécifications 4 PR/F). 3 e classe : couvertures comprenant plus de 10 % de matériaux légers. Cahiers des spécifications Cahier CB2 : risques industriels Il traite du cas particulier des toitures composées de supports rigides lignocellulosiques associés à des revêtements souples continus ou discontinus. Ce cahier édicte des règles qui définissent les caractéristiques minimales nécessaires aux couvertures de bâtiments composées de : un support ligno-cellulosique rigide (bois, panneaux dérivés et assimilés) ; un matériau d isolation thermique (éventuellement) ; un revêtement d étanchéité souple continu ou discontinu (feutres bitumés, bardeaux bitumés, etc.) de telle sorte qu elles correspondent à la catégorie des matériaux «semi-légers» dans le classement établi par l APSAD. Cahier CC2 : Couvertures isolantes en acier Il établit les règles en vue de définir les caractéristiques auxquelles les toitures en tôles d acier nervurées, comportant isolation thermique et étanchéité, doivent satisfaire pour correspondre à la catégorie «matériaux durs», et ainsi bénéficier des tarifs d assurances correspondants. Ces couvertures sont constituées des trois éléments suivants (de l intérieur vers l extérieur) : un élément porteur métallique nervuré ; une couche d isolant thermique incombustible ; un revêtement d étanchéité. Les spécifications du Cahier CC2 intéressent non seulement les travaux neufs mais également les travaux de réfection et de rénovation. Pour les travaux neufs Les spécifications du Cahier CC2 sont à rapprocher des dispositions du DTU 43.3 pour réaliser des toitures classées «matériaux durs». Il en est ainsi pour les éléments porteurs en tôles d acier nervurées pleines ou perforées décrits dans le DTU Pour les pare-vapeur sur tôles perforées, le dispositif retenu dans le CC2 est celui décrit dans le DTU 43.3 (l écran Ceceal de Siplast est cité). Pour les travaux de rénovation Le Cahier CC2 actuel part de l hypothèse que les anciens travaux ont été réalisés conformément à l ancien Cahier CC2 (édition de février 1968 et additif de 1970) c est-à-dire, en particulier, que les isolants existants étaient du type panneaux de laine minérale ou panneaux de perlite cellulose. Trois cas peuvent être envisagés : 1 er cas : on enlève l ancienne étanchéité et l ancienne isolation. On refait alors ces parties d ouvrages comme des travaux neufs, conformément au Cahier CC2. 2 e cas : on met en œuvre sur l ancien revêtement d étanchéité une nouvelle isolation thermique et un nouveau revêtement d étanchéité, ces deux ouvrages étant conformes au Cahier CC2. 3 e cas : on met en œuvre sur l ancien revêtement d étanchéité un nouveau matériau ou système d étanchéité conforme aux dispositions du Cahier CC2. Ce dispositif est admis avec la réserve suivante : si le nouveau matériau ou système d étanchéité est classé M3 ou T30/1, c est l ensemble constitué par l association des revêtements anciens et nouveaux qui doit satisfaire aux prescriptions du Cahier CC2 (en particulier classement M3 au plus, ou T30/1). Cette contrainte ne serait toutefois pas nécessaire dans les cas : de protection lourde; d emploi de nouveau revêtement autoprotégé par feuille métallique réglementaire (Veral 50 S, Paradial S, Vercuivre S, Supradial A/G S, Verinox S).

9 Pour en savoir plus : APSAD 26 Bd Haussmann PARIS Tél :

10 Aspects réglementaires Charges climatiques ATTENTION : Les indications ci-après constituent un aide-mémoire bien sûr non exhaustif. Elles ne sauraient dispenser l homme de l art d une connaissance complète des documents de référence (Normes, DTU, Règles professionnelles, etc.) résultant de la consultation de leur texte intégral. Principaux documents de référence NF P : Base de calcul des constructions - charges d exploitation des bâtiments. DTU P : Règles vent NV 65. DTU P : Règles N84 modifiées 95 - Actions de la neige sur les constructions ou son modificatif n 1 d avril Effet dû à la neige La charge de neige sur le sol s par unité de surface est fonction de la localisation géographique et de l altitude du lieu considéré. La carte ci-contre, établie à partir d une exploitation statistique des séries climatologiques de hauteurs maximales annuelles de neige, distingue quatre régions 1, 2, 3 et 4. Les valeurs de charges indiquées ci-dessous tiennent compte des charges remarquables observées et d une masse volumique de la neige de 150 kg/m³. Zones dont l altitude est 200 m Les valeurs minimales de s sont les suivantes : Région 1 : s min = 0,45 kn/m² Région 2 : s min = 0,55 kn/m² Région 3 : s min = 0,65 kn/m² Région 4 : s min = 0,90 kn/m² Nota : 1 kn 100 kg Zones dont l altitude est supérieure à 200 m La valeur de s est déterminée par les lois de variations suivantes : pour 200 m h 500 m : s = s min + ( 0,15h - 30 ) 100 pour 500 m h 1000 m : s = s min + ( 0,3h ) 100 pour 1000 m h 2000 m : s = s min + ( 0,45h ) 100 avec h en m et so en kn/m². Les valeurs de s ainsi déterminées sont des valeurs «plancher». Les conditions locales peuvent conduire, dans certains secteurs (vallées encaissées, certains massifs exposés), à des charges nettement supérieures à celles déterminées par les lois de variation ci-dessus. Pour ces cas, la valeur de s est majorée, avec en principe un maximum de 50 %, et précisée dans les Documents Particuliers de Marché. Au-delà de m, les Documents Particuliers de Marché doivent préciser la valeur de charge de neige à prendre en compte. La charge de neige sur une toiture(s) dépend de la charge de neige sur le sol (s ), d un coefficient de forme (µ), et d une majoration éventuelle (s1) : s = µ s + s1 s1 tient compte de la difficulté d évacuation des eaux de pluie en présence de neige dans les zones de faible pente (versants et noues). La charge accidentelle de neige (sa) permet de tenir compte des chutes exceptionnelles de neige (neige seule ou neige et pluie consécutives). Compte tenu des données météorologiques enregistrées, les régions de neige 1 et 2 ont été subdivisées en deux zones chacunes (1A et 1B, 2A et 2B) pour lesquelles la charge accidentelle de neige est différente. Zones 1A 1B 2A 2B 3 4 s a kn/m² - 1,00 1,00 1,35 1,35 1,80 10

11 Neige - carte des charges de neige Zones de neige 1A 1B 2A B A 2B 11

12 Aspects réglementaires Effet dû au vent On suppose toujours que la direction d ensemble du vent est horizontale. Les surfaces d une construction exposées au vent sont dites «au vent» et les surfaces non exposées au vent sont dites «sous le vent». Pour effectuer le calcul des sollicitations sur un élément, il faut procéder à la détermination des paramètres ci dessous, comme précisé dans les règles NV 65 révisées en 1967, 1970, 1974 et 1975 : pression dynamique q ; coefficient de pression c ; catégorie de la construction ; proportions de cette construction ; action cq. Les Règles NV65 ont bénéficié d un modificatif n 2 en décembre 1999 relatif à la carte des zones de vent. Pression dynamique q Selon les régions définies sur la carte ci-contre et pour une altitude < m : Valeur de base Pression dynamique normale (dan/m²) Pression dynamique extrême (dan/m²) Zone ,5 Zone Zone Zone ,5 Les pressions sont influencées par la hauteur au-dessus du sol, le site (protégé, normal ou exposé) et éventuellement l effet de masque dû à une autre construction. Coefficient de pression (ou de succion) c Le diagramme R-III-6 des Règles NV 65 donne un coefficient c en fonction de l angle d inclinaison en degrés de la toiture et des rapports de dimensions. Dans le cas d une voûte, le diagramme R-III-7 des Règles NV 65 permet de déterminer le coefficient c en chaque point de cette voûte en fonction de l inclinaison. Le coefficient c est positif si l élément est soumis à une pression «au vent» et négatif dans le cas où il est soumis à une succion «sous le vent». L action élémentaire unitaire p du vent est donnée par le produit cq : cq 0 = succion, cq 0 = pression. Actions locales du vent sur une toiture Rives de la toiture : 30 : coefficient de succion c double de celui appliqué au versant. 40 : pas de succion supplémentaire à celle intéressant le versant. 30 a 40 : interpolation entre les deux valeurs ci-dessus. Angles de la toiture : 30 : coefficient de succion c triple de celui appliqué au versant. 40 : pas de succion supplémentaire à celle intéressant le versant : interpolation entre les 2 valeurs ci-dessus. 12

13 Vent - carte des régions Zone Zone 2 Zone Zone Cumul des charges climatiques En fonction de l élément porteur considéré, chaque DTU de la série 43 précise le mode de prise en compte des charges climatiques, en fonction notamment de la destination des toitures, de la configuration de la construction... 2A 2B 13

14 Aspects réglementaires Le classement FIT ATTENTION : les indications ci-après constituent un aide-mémoire bien sûr non exhaustif. Elles ne sauraient dispenser l homme de l Art d une connaissance complète des documents de référence résultant de la consultation de leur texte intégral. Référence : «Classement FIT des étanchéités de toitures» - Cahier du CSTB nº 2358 de Septembre Qu est-ce que le classement FIT? Le classement FIT (F comme Fatigue, I comme Indentation (poinçonnement), T comme Température) est un classement performanciel des revêtements d étanchéité de toitures de partie courante constitués d une ou plusieurs couches assemblées pour assurer la fonction étanchéité. Ce classement, basé sur des critères majeurs de comportement, ne se substitue pas aux Avis Techniques, mais les complète dans le but d aider les maîtres d ouvrage et maîtres d œuvre à choisir des systèmes d étanchéité adaptés aux sollicitations auxquelles ils seront soumis. Nota : il ne s applique pas actuellement aux revêtements fixés mécaniquement, et n est pas attribué aux systèmes sous Cahier des Charges de Pose. Établi pour des utilisations en France métropolitaine, il peut par extension s appliquer aux pays européens dont les conditions climatiques sont reconnues comme analogues. Le classement F de résistance à la fatigue Le classement I de résistance à l indentation (poinçonnement) Le classement T de tenue à la température L essai conventionnel, conforme aux Directives Générales UEAtc consiste à soumettre un revêtement d étanchéité adhérant à un support fissuré, à des cycles de variation de largeur de fissure. Il caractérise l endurance du revêtement d étanchéité aux mouvements alternés d un support, y compris à basse température (jusqu à - 20 C), et après vieillissement. Selon le degré d endurance la lettre F du classement est affectée d un indice croissant de 1 à 5 : F1 à F5. Le revêtement d étanchéité est soumis à deux séries d essais : poinçonnement statique (bille) cf. NF P ; poinçonnement dynamique (poinçon) cf. NF P La combinaison des résultats de ces deux essais permet d affecter la lettre I du classement d un indice croissant de 1 à 5 : I1 à I5. L essai conventionnel consiste à soumettre le revêtement d étanchéité adhérant à un support incliné à 45, à une forte chaleur (jusqu à + 90 C), et à mesurer son glissement (ou son absence de glissement) sous l effet de la chaleur. Selon la tenue du revêtement d étanchéité, la lettre T du classement sera affectée d un indice croissant de 1 à 4 : T1 à T4. 14

15 Le classement FIT minimal Le tableau ci-dessous, établi par un groupe d experts, indique par type d utilisation de la toiture (accessibilité, support, pente, protection) le classement FIT minimal auquel doit répondre le revêtement d étanchéité : pour chacun des paramètres F, I, ou T, l indice de classement du revêtement doit être au moins égal à celui indiqué dans le tableau. Support direct du revêtement Pente (%) Exploitation et usage de la toiture et type de protection Inaccessible Accessible Accessible Technique Piétonnier Véhicules Piétonnier Véhicules Meuble Protection dure Autoprotection (graviers) (1) (apparent) Autoprotection (apparent) (1) Protection directe dalles sur plots Protection directe par couche drainante Dure dalles sur graviers (2) Isolant thermique 0 F4.I2.T2 (3)(4) F3.I3.T1 (5) F5.I4.T3 F3.I5.T1 F4.I4.T2 F3.I3.T2 (5) Plate F4.I2.T2 (3)(4) F3.I3.T2 (5) F4.I4.T2 F4.I4.T2 F5.I4.T3 F3.I5.T2 F4.I4.T2 F3.I3.T2 (5) Inclinée F4.I2.T2 (6) F4.I4.T2 (6) 0 F4.I2.T2 F3.I3.T1 F5.I4.T3 F3.I5.T1 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Béton Plate F4.I2.T2 F3.I3.T2 F4.I4.T2 F4.I4.T2 F5.I4.T3 F3.I5.T2 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Inclinée F4.I2.T2 F4.I4.T2 Béton + Isol. inversée Béton cellulaire Bois et panneaux dérivés Ancien revêtement 0 F3.I3.T1 F3.I3.T2 (2) F3.I5.T1 F3.I3.T1 Plate F3.I3.T2 F3.I3.T2 F3.I3.T2 (2) F3.I5.T2 F3.I3.T2 Plate F4.I2.T2 F3.I3.T2 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Inclinée F4.I2.T2 F4.I4.T2 Plate F4.I2.T2 F3.I3.T2 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Inclinée F4.I2.T2 (6) F4.I4.T2 (6) 0 F4.I2.T2 F3.I3.T2 F5.I4.T3 F3.I5.T1 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Plate F4.I2.T2 F3.I3.T2 F4.I4.T2 F4.I4.T2 F5.I4.T3 F3.I5.T2 F4.I4.T2 F3.I3.T2 Inclinée F4.I2.T2 (6) F4.I4.T2 (6) (1) Indice I porté à I3S pour les revêtements monocouches. (2) Indice I porté à I4 pour les revêtements monocouches. (3) Indice I porté à I3 pour laine minérale sur béton et béton cellulaire. (4) Indice I porté à I3 sur laine minérale de Rth 2 m². C/W. (5) Indice I porté à I4 pour laine minérale sur béton et béton cellulaire et pour polystyrène expansé. (6) Indice T porté à T3 si Rth 2 m². C. 15

16 Fascicule 12 - Édition 6 Journal Officiel 12, rue de la Renaissance Antony Cedex Tél. +33 (0) Fax. +33 (0) CODE construction et CIVIL habitation DTU document technique unifié Code Civil lois et décrets B /07 R.C.S. Nanterre B

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Gamme Star. L étanchéité Star. Parastar / Adestar. Parastar : l étanchéité bicouche soudable. Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid

Gamme Star. L étanchéité Star. Parastar / Adestar. Parastar : l étanchéité bicouche soudable. Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid Gamme Star L étanchéité Star Parastar : l étanchéité bicouche soudable Adestar : l étanchéité monocouche 100 % à froid Parastar / Adestar Comment utiliser cette brochure? Pour vous orienter rapidement

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE 2 ÉGLEMENTATION INCENDIE Il existe en France deux types de réglementations : concernant le comportement des éléments de construction : la résistance au feu ; concernant les matériaux : la réaction au feu.

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/13-2356 Panneaux isolants en polyisocyanurate (PIR) Isolant thermique non porteur support d étanchéité Non-loadbearing insulation as base for

Plus en détail

Document Technique d Application

Document Technique d Application Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/12-2304 Annule et remplace l Avis Technique 5/09-2066 Système d isolation composée (EPS + MW) non porteur support d étanchéité Isolant thermique

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Les établissements recevant du public Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Qu'est ce qu'un ERP? A - Définition Art R 123.2 du CCH Constituent

Plus en détail

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses.

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. isolation thermique support d étanchéité sur bac acier ou bois

Plus en détail

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois.

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. Isolation thermique support d étanchéité sur bac acier ou bois

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad na17.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE na17.1. Les établissements recevant du public na17.2. Les établissements généraux na17.3. Les établissements spécialisés

Plus en détail

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests Notice Produit Edition 09.2012 Identification no4794 Version no. 2012-208 Sarnavap 5000E SA Pare-vapeur Description du produit Sarnavap 5000E SA est un pare-vapeur auto-adhésif pour système en adhérence

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN

PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN PISCINE MUNICIPALE STADE JEAN BOUIN Rue Jean Bouin 69320 FEYZIN Maître d ouvrage : Ville de FEYZIN 18 rue de la mairie 69320 FEYZIN Maître d œuvre : REFECTION ETANCHEITE TERRASSE EX SOLARIUM LPG ARCHITECTE

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr - RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120018 indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PORTRAIT OU PAYSAGE:

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris

RAL 7015 gris ardoise. RAL 9002 blanc gris La laine de roche Les couleurs Les couleurs standard disponibles sont les suivantes : RAL 1015 ivoire claire RAL 7015 gris ardoise RAL 5008 bleu gris RAL 7022 gris terre d ombre RAL 7032 gris silex RAL

Plus en détail

Plafonds Placostil sur montants Montage standard

Plafonds Placostil sur montants Montage standard A01 Plafonds sur ossature métallique Placostil Plafonds Placostil sur montants Montage standard Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions

Plus en détail

Le Système de construction coupe-feu parfaitement fiable. Coupe-feu

Le Système de construction coupe-feu parfaitement fiable. Coupe-feu Le Système de construction coupe-feu parfaitement fiable Coupe-feu Le système coupe-feu très apprécié des professionnels. Fabriqués à partir de matières premières minérales naturelles, tous les éléments

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

Le béton et la sécurité incendie

Le béton et la sécurité incendie COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON B94 Le béton et la sécurité incendie Sommaire 1 - Conception architecturale et sécurité incendie 5 1.1 Introduction à la sécurité incendie 6 1.1.1 - L enseignement des sinistres

Plus en détail

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur

Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Eurotoit, le panneau haute performance pour l isolation thermique des toitures par l extérieur Adapté au marché du neuf et de la rénovation en climat de plaine et de montagne. isolation thermique par l

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE Département du Rhône (69) VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE CENTRE DE LOISIRS 1 RUE DES BLEUETS Ville

Plus en détail

Doublages thermo-acoustiques Placostil

Doublages thermo-acoustiques Placostil 01 Doublages sur ossature métallique Placostil Doublages thermo-acoustiques Placostil Description Les doublages Placostil renforcent les caractéristiques thermiques et acoustiques des parois auxquelles

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs

Cahier des Prescriptions Techniques d exécution CPT Sols Grands formats - Travaux neufs Revêtements de sols intérieurs en carreaux céramiques de grand format et de format oblong collés au moyen de mortiers-colles dans les locaux P3 au plus en travaux neufs Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad nr10.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE nr10.1. Les établissements recevant du public nr10.2. Les établissements généraux nr10.3. Les établissements spécifiques

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70

ArcelorMittal Construction Belgium. Arval Plancher collaborant Cofrastra 70 ArcelorMittal Construction Belgium Arval Plancher collaborant Cofrastra 7 PANCHERS COABORANTS COFRASTRA 7 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES Face prélaquée d Épaisseur de la dalle de à cm 7 8 96 7 7 APPICATIONS

Plus en détail

Réglementation ERP et IGH

Réglementation ERP et IGH PENSE Bête : Réglementation ERP et IGH Réalisé par Alexandre MOREAU 01.69.45.73.06 06.99.44.60.36 Mail : securiteincendie.idf@gmail.com Site : securiteincendie-idf.com A) DEFINITION : (R 123.2) 1 ) Définition

Plus en détail

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes JCS ARCHITECTES Commune de Jarville - Meurthe & Moselle Construction de 26 logements individuels & intermédiaires Rue Joseph Piroux date : 04/03/2011 format : éch : Lot 05 Plâtrerie - Isolation Maîtrise

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry

Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry Libre-Service de l agence ISOPAR Ivry 70 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Laine minérale et laine de verre FEUTRE BARDAGE 72 PANOLENE BARDAGE 72 SYSTEME CLADISOL 74 FEUTRAL 76 PARVACOUSTIC

Plus en détail

Matériaux d'isolation

Matériaux d'isolation Produits d'étanchéité et d'isolation Matériaux d'isolation Definition Caractéristiques Fabrication Références normatives Spécifications Marquage C.E Certifications Acquis environnementaux Définition :

Plus en détail

DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES :

DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES : DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES : La fumée est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont principalement de la suie (du carbone imbrûlé), ainsi que

Plus en détail

DOUBLE PEAUX PANNEAUX PLANCHERS

DOUBLE PEAUX PANNEAUX PLANCHERS FEU DOUBLE PEAUX PANNEAUX PLANCHERS ARCELOR CONSTRUCTION Groupe Arcelor Protégez vos espaces de vie et de travail Pour assurer la protection des biens et des personnes à l intérieur des bâtiments, la fonction

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147

PROFIL : 3.45.1000. PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Édition n 1 PROFIL : 3.45.1000 PROFIL MÉTALLIQUE POUR COUVERTURE SÈCHE Longueur standard : de 1500 à 12000 mm Nuance de l acier : S320 GD selon norme NF EN 10147 Revêtement Épaisseur (mm) Galvanisé Z275

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre

Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre D01 Protection au feu des structures Protection des structures et constructions à ossature bois par plaques de plâtre Généralités et principes La stabilité au feu des structures évite, en cas d incendie,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES DU DERBIGUM. Procédé d'étanchéité pour toitures-terrasses inaccessibles et accessibles (piétons et véhicules)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES DU DERBIGUM. Procédé d'étanchéité pour toitures-terrasses inaccessibles et accessibles (piétons et véhicules) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES DU DERBIGUM Procédé d'étanchéité pour toitures-terrasses inaccessibles et accessibles (piétons et véhicules) SOMMAIRE 1. PRINCIPE ET PRESENTATION... p. 5 2. DESTINATION ET

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu Solution constructive n o 16 Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu par T.R.T. Nightingale et M.A. Sultan Cet article porte sur différentes techniques coupe-feu

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

1/4. N de l autorisation. Le cas échéant, n de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

CCTP 07.TVX.02 Page N 1

CCTP 07.TVX.02 Page N 1 CCTP 07.TVX.02 Page N 1 SOMMAIRE A EXPOSE GENERAL DE L OPERATION A.01 OPERATION Page : 3 A.02 INTERVENANTS Page : 3 A.03 DOCUMENTS REMIS Page : 3 B GENERALITES TOUS CORPS D ETAT B.01 OBJET DU C.C.T.P.

Plus en détail

Classement des locaux en fonction de l exposition à l humidité des parois et nomenclature des supports pour revêtements muraux intérieurs

Classement des locaux en fonction de l exposition à l humidité des parois et nomenclature des supports pour revêtements muraux intérieurs Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 9 Groupe spécialisé n 12 Groupe spécialisé n 13 Cloisons et contre-murs en plâtre Revêtements de sol et produits connexes Revêtements

Plus en détail

FERMACELL Montage cloison 1 S 31 1S 41

FERMACELL Montage cloison 1 S 31 1S 41 1 S 31 1S 41 Domaines d application La cloison simple peau FERMACELL est une cloison de type distributif, non portante. Elle trouve son domaine d'application privilégié dans les cloisonnements pour la

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

Polystyrène extrudé. Dimensions. Caractéristiques

Polystyrène extrudé. Dimensions. Caractéristiques Introduction Dans les constructions modernes, une simple isolation qui protège de l'eau, du vent et des rayons solaires ne suffit pas, une protection est également nécessaire contre les facteurs climatiques

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bourg@alpes-controles.fr Membre de la COPREC RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120019 indice 08 NOM DU PROCEDE: METASOLE+ TYPE DE PROCEDE: Procédé photovoltaïque

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES

GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES GUIDE TECHNIQUE PANNEAUX BOIS MASSIFS TOURILLONNES 1 INTRODUCTION AU PRODUIT 3 QUALITE PROFILS 4 CARACTERISTIQUES TECHNIQUES 9 TABLEAU DE PRE-DIMENSIONNEMENT 10 2 INTRODUCTION AU PRODUIT DESCRIPTION Les

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Toitures plates. Rhinox. Fiche technique DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION

Toitures plates. Rhinox. Fiche technique DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION DESCRIPTION DU PRODUIT APPLICATION Panneau isolant en laine de roche particulièrement praticable pour toiture plate, intégrant une couche supérieure extra dure, une couche intermédiaire rigide et une sous

Plus en détail

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie

Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie Annexe vade-mecum Règles Pratiques en matière de sécurité incendie La nouvelle réglementation concernant la réaction au feu (Annexe 5 AR 12/07/2012). Prescriptions concernant les traversées résistantes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

RAPPORT DE CLASSEMENT. RAPPORT DE CLASSEMENT n EFR-14-002348

RAPPORT DE CLASSEMENT. RAPPORT DE CLASSEMENT n EFR-14-002348 Voie Romaine F-57280 Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0)3 87 51 11 11 Fax : +33 (0 3 87 51 10 58 n EFR-14-002348 Selon les normes EN 15650 : 2010 et EN 13501-3 : 2007 Concernant Une gamme de clapets type

Plus en détail

Document Technique d Application. Panotoit Confort Soudable

Document Technique d Application. Panotoit Confort Soudable Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/13-2363 Annule et remplace l Avis Technique 5/09-91 Panneaux isolants non porteurs en laine de verre parementés bitumés supports d étanchéité

Plus en détail

FIBROSTELL & RENOSTELL

FIBROSTELL & RENOSTELL SYSTÈME DE RENOVATION ET ISOLATION DE TOITURE EN UNE OPERATION!! FIBROSTELL & RENOSTELL FASTOTECHNIQUE S.A. - Z.I. Aux Condémines D - rte de Cossonay 24-1040 Echallens Tél. +41 21 634 45 46 - fax +41 21

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Cloisons de distribution Caroplatre

Cloisons de distribution Caroplatre 04 Cloisons de distribution en carreaux de plâtre Cloisons de distribution Caroplatre Description Les carreaux de plâtre Caroplatre sont des éléments en plâtre 100% naturel fabriqués en usine. Leur coloration

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

L unité de méthanisation de Montpellier : un projet novateur, faisant appel à un procédé écologique de valorisation des déchets organiques

L unité de méthanisation de Montpellier : un projet novateur, faisant appel à un procédé écologique de valorisation des déchets organiques Des innovations pour l environnement. doc. Architecture technologie et environnement Prévue pour le second semestre 2008, la mise en service de l usine de méthanisation de Montpellier devrait marquer un

Plus en détail

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie :

N de l autorisation : AT. N de permis de construire ou d aménager : Date de dépôt en mairie : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Dossier spécifique permettant de vérifier la conformité des établissements recevant du public aux règles d accessibilité et de sécurité contre l incendie et la panique

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

La desserte des bâtiments

La desserte des bâtiments F I C H E T E C H N I Q U E N 1 2 / 1 La Service PréveNTiON edition janvier 2012 Nota : cette fiche annule et remplace la fiche technique n 05/1 Outre les mesures fixées par les règlements relatifs à chaque

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO

LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO LATTIS MÉTALLIQUES NERGALTO, NERLAT, GALTO NERGALTO, NERLAT, GALTO Facilité d emploi, Adaptabilité, Performance Les lattis métalliques nervurés NERLAT et NERGALTO sont la solution LATTIS adoptée par les

Plus en détail

Incendie. Incendie. Environnement réglementaire. Vitrages de protection contre l incendie. Résistance au feu

Incendie. Incendie. Environnement réglementaire. Vitrages de protection contre l incendie. Résistance au feu Le règlement de sécurité contre l incendie et la panique se préoccupe essentiellement de la protection des personnes. Le risque vital impose son application très rigoureuse. Il considère la réaction au

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Réglementation incendie en ERP

Réglementation incendie en ERP R. ARTERO, Chef de produits Réglementation incendie en ERP à respecter pour la pose d un bâti-support WC Rappel de vocabulaire et réglementation Résistance au feu La résistance au feu caractérise le comportement

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Document Technique d Application. Epsitoit 20

Document Technique d Application. Epsitoit 20 Document Technique d Application Référence Avis Technique 5/12-2321 Annule et remplace l Avis Technique 5/06-1898*V1 Panneaux isolants non porteurs en polystyrène expansé (EPS) support d étanchéité Isolant

Plus en détail