Dossier L INFORMATIQUE et son panel de métiers pour l ingénieur Icam. n eme trimestre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier L INFORMATIQUE et son panel de métiers pour l ingénieur Icam. n 179 2 eme trimestre 2014"

Transcription

1 n eme trimestre 2014 Les défis de l ingénieur et Gustave Eiffel ( ) Au sommaire Dossier 2 Assemblée Générale 7 Région France Ouest 10 Enquête CGE 12 Emploi carrière 14 IESF 15 La page de l aumônier 16 Vie des écoles - News 17 Vie des régions 19 Carnet - Voyage - Agenda 20 Bulletin de l Association des Ingénieurs Icam (Institut Catholique d Arts et Métiers), Membre de la CECAM et du IESF. 35 rue de la Bienfaisance PARIS Téléphone : Fax : Comité de rédaction : Rédacteur en chef : Dominique Lamarque, Pierre Idrac - Assistante : Marie-Christine Bidault Maquette : Corpus design graphic - Thomas Valentin Crédits photo : Fotolia - Association des ingénieurs Icam Une des dernières visites organisée par le Groupe Ile de France de notre Association nous a plongés dans une parcelle du monde de Gustave Eiffel avec sa soufflerie étonnamment située dans le 16ème arrondissement de Paris. Cette soufflerie est toujours active, elle appartient au CSTB qui l utilise, entre autre, pour effectuer des essais aérodynamiques sur des maquettes de bâtiments en projet de construction. Gustave Eiffel, ingénieur génial, souvent cité dans les livres et revues de management, reste une référence. Ses réalisations sont multiples et encore souvent utilisées ou visibles. Sans cesse, il a innové en relevant de nombreux défis mécaniques (le premier pont ferroviaire de 500 m à Bordeaux), a pratiqué la standardisation (les sous-ensembles de la tour Eiffel étaient fabriqués à Levallois Perret), la gestion de projet, et le management en s entourant d équipes efficaces (la tour Eiffel en 26 mois, délai contractuel tenu). Mais il a connu, aussi, le «burn out» avec la déroute financière du Canal de Panama. Relisez sa biographie, c est fascinant, tous les ingrédients d une vie d ingénieur! Par vos témoignages, notre Rencontre nationale, nouvelle formule, traitera des : défis de l ingénieur, de vos défis. Vous avez été nombreux à répondre au questionnaire envoyé en mars dernier. Nous en avons dégagé 4 thèmes principaux pour lesquels nous vous solliciterons, bientôt, pour apporter vos témoignages. Retenez la date du 8 novembre Pierre IDRAC (68IL), Président de l Association Dossier L INFORMATIQUE et son panel de métiers pour l ingénieur Icam

2 DOSSIER préparé par Christophe Chatelus (81 IL) L INFORMATIQUE et son panel de métiers pour l ingénieur Icam Christophe Chatelus (81 IL) Introduction: l informatique est entrée de plain-pied dans le troisième millénaire, malgré son âge relativement jeune (60 ans) ; c est un lieu commun que de dire qu elle est désormais omniprésente dans notre entourage, qu elle accompagne notre vie professionnelle, familiale et même nos loisirs. Cependant, le statut de l informatique en tant que discipline est ambigu. Est-ce une science? Une technique? Quel est véritablement l objet d études propre aux informaticiens? Quelles sont les compétences dont-ils doivent se prévaloir? Un spécialiste des bases de données, quand il est sollicité par son neveu pour réparer sa carte 3D se trouve bien démuni devant la carte défaillante. Pourtant, n est-il pas «informaticien»? En conséquence, quelle formation doit-on envisager pour répondre aux besoins immenses de ce domaine d activité dont aucune grande école d ingénieurs ne peut faire l économie? Après avoir fait, aujourd hui, un tour d horizon des différents métiers de l informatique, j essaierai d imaginer ce qui se dessine dans les années qui viennent, tout en gardant l humilité de reconnaître que, pas plus qu il y a 60 ans, nous ne savions dire ce que serait l informatique en 2014, nous ne savons expliciter ce qu elle sera en 2060 ou 2065, années vraisemblables de fin de carrière des ingénieurs Icam qui sortent cette année. Les métiers de l informatique, aujourd hui : L informatique est, aujourd hui, au cœur de la quasi-totalité des entreprises, si bien que les métiers de l informatique se sont considérablement diversifiés ces dernières décennies. Les professionnels sont de plus en plus spécialisés tant dans les domaines d application (informatique de gestion, 2 Icam liaisons n 179 ainsi que les compétences indispensables. Exploitation et production Ce «dernier maillon de la chaîne» concerne les personnes chargées de vérifier le bon fonctionnement des systèmes informatiques et des réseaux, d assister les utilisateurs dans l utilisation des nouvelles technologies ou les dépanner en cas de problème. L exploitation informatique et la production informatique sont à comparer à l exploitation et la production dans d autres domaines. L ingénieur qui sait industrialiser, gérer, dépanner, s engager, a toute sa place dans ces fonctions. Conception et développement Les métiers de la conception et du développement sont bien connus. Ils consistent à analyser un besoin, à concevoir des solutions, les modéliser informatiquement et les implémenter, c est-à-dire les transcrire dans un langage informatique. Il s agit de métiers alliant une capacité d analyse à un esprit de synthèse et mettant en œuvre technique et créativité. Conseil et expertise Comme dans d autres domaines, les métiers du conseil et de l expertise en informatique demandent un certain niveau d expérience pour être en mesure d éturéseaux sociaux, recherche fondamentale, mathématiques, finances, santé) que dans la technique informatique elle-même : données, réseaux, sécurité. La floraison d écoles d ingénieurs dans les différents domaines de l informatique en est un témoin. La connaissance du cœur de métier d application est de plus en plus nécessaire, tout comme l expertise est de plus en plus forte dans les différentes spécialisations techniques rencontrées. La diversité des domaines d application alliée à celle des techniques informatiques conduit à une myriade de métiers possibles. En déduire une liste exhaustive des métiers de l ingénieur dans le domaine de l informatique est une chose impossible. J ai choisi 3 angles de vue différents : - les différents domaines techniques, - les différents domaines de responsabilités - les différents profils. La combinaison de ces différents angles de vue fera entrevoir quelques grands domaines de métiers différents Les domaines techniques Réseaux, télécommunications. L augmentation des bandes passantes a profondément transformé l informatique et la multiplicité croissante des supports eux-mêmes (fibre optique, satellites) a fait apparaître de nombreux domaines de spécialisation. Ce secteur associe les réseaux traditionnels à la téléphonie mobile et à la télévision numérique. La convergence de l ensemble de ces secteurs, grâce à Internet, en fait un marché riche et dynamique. Données. Les données restent toujours le cœur du patrimoine d une entreprise. Que deviendrait une banque si elle ne pouvait garantir à son client sa ligne de crédit, une information pourtant si simple en apparence Sécurité. L importance de l informatique, devenue vitale pour toutes les entreprises, a fait apparaître une nouvelle vulnérabilité: la sécurité des données, donc des accès. Les problématiques de sécurité sont devenues prioritaires dans nombre d entre- prises. L insuffisance de la sécurité dans d autres entreprises ouvre la voie à de nombreuses opportunités de métiers autour de la sécurisation de l informatique. Les notions de chiffrement, associées à la sécurité, ne sont d ailleurs pas sans intérêt pour les scientifiques, voire les mathématiciens. Les domaines de responsabilité De nombreuses écoles d ingénieurs se sont spécialisées dans de multiples domaines. Cependant la carence en informaticiens rend la porte d entrée de certaines fonctions techniques ouverte à tous, y compris aux ingénieurs généralistes. Par ailleurs, la bonne connaissance du cœur de métier de chaque fonction est un atout ; elle permet d en connaître les spécificités, les limites

3 dier les besoins ou les solutions existantes dans une entreprise et d aider à la mise en œuvre d une nouvelle architecture. La sécurité informatique est un bon exemple d application de ces métiers de conseil. Formation et enseignement Les technologies de l informatique évoluant particulièrement rapidement, la formation continue est largement répandue et de nombreuses opportunités existent en ce domaine. Marketing Le marketing en informatique ne se différencie pas particulièrement du marketing dans d autres domaines et n est pas forcément la voie royale de l ingénieur bien qu elle ne lui soit pas non plus interdite. Management Le management d équipes informatiques est, bien entendu, une voie dans laquelle un ingénieur s épanouit pleinement après une première expérience dans un domaine d application. Le profil des métiers Spécialiste Chaque sous-domaine de l informatique demande des connaissances techniques spécifiques. La spécialisation est nécessaire. Les principales qualités nécessaires aux spécialistes sont : connaissance approfondie d un domaine pointu, sens du détail, recherche de l expertise. La formation continue et/ou la veille technologique sont des éléments indispensables au maintien de l expertise dans un monde technologique à évolution rapide. Architecte La multiplicité des différents domaines techniques évoqués ci-dessus et leur complexité croissante rendent plus nécessaire la réflexion d architecture en amont. L architecte en système d information dressera les principaux contours d une solution et fera appel aux ingénieurs spécialisés, domaine par domaine. Aptitude à l intégration, à l écoute, à la compréhension d une problématique, à la conception d une approche globale seront les principales aptitudes de l architecte. Il a un esprit de synthèse pour restituer, avec des mots simples, une réalité complexe sans se noyer dans les détails. Ce métier est très demandé et l ingénieur généraliste peut en avoir les aptitudes. Chef de projet Un projet informatique ne se déroule pas tellement différemment d un grand projet industriel. Je comparais souvent mes projets les plus lourds à la préparation d une mission aéronautique, avec toujours en ligne de mire le décollage qui, d ailleurs, n est qu une étape du projet et non son aboutissement. Méthode, rigueur, communication écrite comme orale sont nécessaires au chef de projet L évolution de l informatique, les enjeux Il y a 50 ans naissaient les premiers ordinateurs IBM 360 (1964). Il s agissait de machines considérées comme très puissantes, qui occupaient de grandes salles et servaient à gérer de grandes entreprises munies de terminaux dits passifs (car ne disposant d aucune intelligence). Qui était capable, à l époque, de dire que, 50 ans après, en 2014, chaque ménage disposerait de plusieurs ordinateurs, dans leurs maisons, leurs voitures, même sur eux et que le monde entier serait connecté à une immense toile de communications? Donc, ici, je ne m hasarderai pas à imaginer ce que sera le monde de l informatique dans 50 ans. Il est cependant intéressant de décrire quelques grandes lignes d évolution qui se dessinent pour les années à venir, sachant que l adaptabilité au changement sera l une des qualités les plus indispensables à l ingénieur notamment pour ceux dont la carrière débutera en J ai opté pour décrire 5 directions. Il me semble essentiel qu elles soient présentes dans tout cursus de formation. Cloud ou «informatique en nuage» Le Cloud Computing, souvent appelé simplement «le Cloud», est la distribution, à la demande, de ressources de traitement, depuis les applications jusqu aux centres de données, utilisant Internet et sur la base d un paiement à l utilisation. En d autres termes, l informatique sous forme de «service». Il s agit d appliquer au monde des entreprises ce que l on connait très bien dans le monde des applications pour smartphones. Un clic et l application est disponible et opérationnelle. Les ressources doivent être flexibles, accessibles en libre-service et leur paiement doit se faire à l utilisation. Ces quelques particularités, si elles semblent faciliter la vie de l utilisateur (ou de l entreprise), créent un champ de nouvelles compétences et de créativité chez les ingénieurs en charge de cette transformation. Analytique/Big Data Le Big Data? C est un processus qui permet de traiter d énormes masses de données pour en extraire des informations ou des prévisions pertinentes. Un exemple : beaucoup d entre nous se souviennent de «Deep Blue», cet ordinateur d IBM qui, à base de parallélisation des calculs, avait battu en 1997 Gary Kasparov, alors champion du monde des échecs en La prouesse consistait à être capable de faire 200 millions de combinaison par seconde. En 2013, IBM a réussi une prouesse bien plus étonnante avec son projet appelé Watson : battre le champion du jeu «Jeopardy». Watson représente une véritable innovation dans la compréhension, par la machine, du langage naturel (le «langage réel») utilisé par chacun d entre nous pour communiquer, y compris la possibilité de comprendre les jeux de mots, les ambiguïtés ou l ironie. Les capacités analytiques telles que celles de Watson ouvrent des voies d application dans de nombreux domaines comme la santé (aide au diagnostic), la finance (anticipation de crises, meilleure connaissance des clients), le domaine du marketing (analyse de notoriété à partir de lectures de revues, de forums, de messageries en un temps record), météo, distribution, transport. «Un monde devenu mobile» Les ventes de smartphones et de tablettes sont en passe de dépasser celles des ordinateurs personnels classiques, y compris les ordinateurs portables. Cette prolifération de périphériques mobiles est une excellente opportunité de proposer des informations et des services aux clients, aux partenaires et aux employés, sous des formes inédites, capables de générer des revenus plus importants, d améliorer l agilité de l entreprise et d accélérer la productivité. Outils Collaboratifs et réseau d entreprise. L explosion des réseaux sociaux (Facebook, Twitter..) ne concerne pas que le monde Icam liaisons n 179 3

4 privé ou politique. Chez les jeunes générations, l éclosion de ces moyens a entraîné de nouvelles habitudes et va provoquer un bouleversement des relations au sein même de l entreprise. De nombreux outils facilitant la communication intra-entreprise ont germé et vont continuer de gagner l interne des entreprises. Un collaborateur pourra identifier lui-même très rapidement un de ses homologues d un autre continent et ainsi «collaborer» immédiatement. Voilà encore une mine de nouveaux métiers, techniques ou organisationnels. Sécurité Chacune des évolutions que l on vient de détailler (cloud, analytique, mobilité, collaboratif ) entraînent des vulnérabilités dans la sécurité. Les ingénieurs aimant rigueur, organisation, mathématique trouveront leur bonheur dans ces métiers à l avenir prometteur. Environnement Enfin, la consommation énergétique devient elle aussi de plus en plus critique. Rafraîchir la salle informatique en chauffant les bureaux, traiter les détritus provenant de la casse de milliards de composants d ordinateurs Ces sujets sont étudiés tant chez les utilisateurs que chez les constructeurs. Ils donnent lieu à de nouveaux métiers dans lesquels l ingénieur Icam, déjà formé à ces problématiques, sera à l aise. La place de l ingénieur Icam et de sa formation Le monde de l informatique ne manque pas de passionnés. Il n est pas certain que ces derniers aient le profil le plus courant de ceux qui souhaitent devenir ingénieur Icam. Quoiqu il en soit, il y a une réelle difficulté à adapter ces profils de passionnés à un besoin réel des utilisateurs et à les faire communiquer de manière à en faire une vraie force au service de l entreprise. Celui qui passe ses nuits à «développer sur un coin de table» (image d Epinal, j en conviens) fait probablement des découvertes très intéressantes, mais elles sont, au pire, inutiles, au mieux non pérennes si elles ne sont pas documentées et ne sont pas le fruit de la compréhension du besoin réel. Celui qui est capable de comprendre ce que fait ce passionné isolé, de le faire parler avec le propriétaire du besoin tout comme avec ses pairs, de savoir lui faire adapter ses travaux voire lui adjoindre, par exemple, une personne qui structurera ses productions apporte une très grande valeur. La formation de l ingénieur Icam dans le domaine informatique me semble découler des différents domaines que l on a vus: les technologies de base doivent impérativement être abordées (réseaux, télécommunications, données, sécurité). Les «domaines de responsabilité» (exploitation, production, développement, fabrication, management etc.) ainsi que les «profils de métier» (architecte, spécialistes, chefs de projets) font partie intégrante du cursus de l Icam, on les retrouve dans d autres domaines d application. Après presque trois décennies d activité dans le monde de l informatique qui m ont fait en découvrir plusieurs de ses aspects, il me semble qu il s impose d inclure à la formation les deux points-clés suivants : - ouverture à certains des domaines d avenir présentés comme ceux dont on constate aujourd hui l explosion ou l émergence : cloud, analytique, mobile, collaboratif, sécurité, environnemental - acquisition de compétences «transverses» entre les moyens informatiques (qu ils soient matériel, logiciel, services) et les utilisateurs. Le manque de compétences capables de comprendre les technologies de plus en plus complexes, évoluant de plus en plus rapidement ET les grandes problématiques des entreprises (capitalisation de l existant, prise en charge de nouveaux besoins, transformation) est criant. Ces compétences très rares et, pourtant, indispensables sont très demandées. Il me semble que c est dans cette capacité d adaptation que l ingénieur Icam peut se différencier. Les compétences techniques acquises durant les études seront, de toutes les façons, obsolètes au bout de quelques années et seront avantageusement remplacées par celles acquises au cours des premiers postes. La capacité d adaptation sera elle, utile du début à la fin de la carrière. L ingénieur en informatique est propriétaire de la rencontre entre un besoin et un moyen, bref entre deux hommes. L informatique est faite pour l homme et non l homme pour l informatique. J ai confiance en la solide formation de l ingénieur Icam pour exceller dans ce domaine. BULL, un groupe informatique français Je travaille chez Bull depuis janvier Auparavant, et après l obtention de mon diplôme, en juillet 2000, j avais fait mes armes dans le domaine des systèmes d informations chez Altran SI, en région parisienne. Pendant 6 ans, je suis intervenu sur des projets d intégration et d exploitation informatique, principalement autour de l ERP SAP chez ExxonMobil. C est riche de cette expérience technique et humaine que j ai choisi de rejoindre Bull, au sein des services info gérés, pour intégrer un pôle d exploitation et d expertise SAP. J ai intégré un groupe dynamique, en croissance, avec une grande diversité de métiers. Bull est une société française qui a été créée en Elle est spécialisée dans l informatique pour les entreprises. Elle compte 9200 collaborateurs, dont la moitié en France, et l autre moitié répartie dans plus de 50 pays. En 2013, Bull a réalisé un chiffre d affaires de 1,3 milliard d euros. Le groupe maîtrise les 3 piliers de l informatique : - la capacité de calcul, - la capacité d aptitude à sécuriser les systèmes, - la capacité de choisir et d intégrer des technologies pour répondre à un besoin utilisateur. Marc Le Gleut (100 IN) Prenons un exemple. Bull est, aujourd hui, un acteur majeur dans le domaine de l extrême computing (les supercalculateurs). Vous regardez tous à la télévision, sur internet, sur votre smartphone les prévisions météo. Depuis le 15 janvier dernier, la production opérationnelle de Météo- France a basculé sur un environnement Bull. Cela signifie que les prévisions mé- 4 Icam liaisons n 179

5 téorologiques de Météo-France, comme les cartes de vigilance, sont issues des calculs effectués par le supercalculateur bullx, conçu et produit par Bull. Mais Bull est, aussi et c est dans ce domaine que j interviens un acteur majeur de l infogérance en Europe, s appuyant sur un réseau de plusieurs datacenters hautement sécurisés. L infogérance, c est quoi? C est l externalisation de tout ou partie de la gestion et de l exploitation d un système d information à un prestataire informatique tiers. Après une période en région parisienne, j ai rejoint, en 2012, le datacenter de Trélazé, près d Angers ; nous y proposons des services info gérés d hébergement et des services de cloud computing (puissance et stockage à la demande). Dans l entité «Cloud Division», je suis, depuis 4 ans, chef de projet transition. Je m occupe de l intégration de nouveaux clients dans l infogérance Bull. J inter- viens dès la phase d avant-vente, avec les équipes commerciales, les architectes systèmes d information, et je coordonne toute la phase de transition. Durant cette phase, qui dure de 3 mois à 1 an, je pilote la mise en œuvre des solutions techniques et organisationnelles définies en avant-vente, comme, par exemple, des déménagements d infrastructure informatique, avec arrêt de service minimum. Je coordonne des équipes projets, constituées d intervenants niveau : ingénieurs systèmes et réseau, ingénieurs de production, administrateurs progiciels. Je suis l interlocuteur privilégié du client, l interface entre ses intervenants et nos équipes. A l issue de la phase de transition, mon objectif est d assurer le transfert de l activité aux équipes récurrentes Bull : elles vont gérer le système d information du client pendant la durée du contrat (hébergement, sauvegardes, exploitation des systèmes et des applications), et selon le contrat de service défini (comme par exemple en 24/7). Nos clients viennent de secteurs divers : secteur public, industrie, finances, recherche. Chacun est différent, vient avec son expérience, sa culture. Le métier demande de l exigence : il faut faire preuve d expertise, savoir s adapter aux nouveaux contextes, savoir rassurer le client, être à l écoute, et être un relais efficace auprès des équipes Bull. L esprit d équipe, l engagement, l agilité sont les gages de réussite : l humain est au cœur du métier. Malgré la conjoncture économique actuelle, notre secteur est dynamique. Chez Bull, aujourd hui, j ai encore beaucoup de défis à relever au sein du datacenter de Trélazé! Et cerise sur le gâteau : en famille, nous profitons, avec bonheur, de la douceur angevine! L ingénieur informaticien : une multitude de fonctions et une multitude de métiers Après une première expérience dans le monde industriel au poste d ingénieur qualité, j ai bifurqué, il y a 17 ans, vers le «monde de l informatique», d abord dans l industrie cosmétique puis dans la banque. J avais de «l ingénieur informaticien» des clichés plein la tête! Mais quelle ne fut pas ma surprise! J ai découvert une multitude de fonctions : la conception, le développement, l architecture, l expertise, l urbanisation, la sécurité, l assistance, le support. et une multitude de métiers à couvrir : la comptabilité, la gestion et la finance, la relation client et ses différentes fonctions : le commercial, le marketing, les centres d appels... dans des secteurs aussi différents que l industrie, la banque ou les services au public*. Avec un spectre aussi large, mes centres d intérêts, mes compétences et les opportunités m ont conduite vers la fonction de chef de projet, terme assez générique qui, en fonction de l organisation dans laquelle vous évoluez, peut correspondre à des rôles différents. De façon classique, son rôle est de traduire les demandes des clients ou des services internes en solutions informatiques. Ainsi, il doit assurer la gestion du projet en respectant les coûts, veiller au respect du planning, des délais, du cahier des charges et des contraintes techniques. En fonction de l organisation dans laquelle je suis intervenue, les missions pouvaient être élargies à de l assistance à la maîtrise d ouvrage pour réaliser l étude d opportunité et/ou le cadrage et la spécification de son besoin mais, aussi, à de l aide au déploiement de la solution auprès des utilisateurs finaux sous la forme de formation et/ou de support au démarrage. Pour mener à bien ces missions, le chef de projet doit disposer d une fibre managériale forte, d une grande capacité de communication et d une adaptabilité développée. En effet, il aura à animer une équipe avec, parfois, aucun lien hiérarchique, à organiser, planifier et faire le suivi du travail du groupe. Il assurera, également, un lien permanent entre les attentes de son client et le développement de la solution. Enfin, la vie étant ainsi faite et, malgré tous les efforts d anticipation que l on pourrait déployer, il devra faire Anne-Hélène Frassin (95 IL) face à des imprévus et des difficultés à résoudre et prendre des décisions pour atteindre son objectif. Vous noterez que je n ai pas mentionné qu il devra avoir de solides compétences techniques. A mon sens, il est plus important de développer une culture générale informatique étendue, de savoir s entourer d experts techniques si besoin est, et de développer votre réseau dans l entreprise. En rédigeant cette phrase, je m aperçois que la formation Icam est très adaptée à cette fonction : comprendre les enjeux techniques sans en être un expert. Enfin, c est la dimension humaine de ce métier qui me permet de m épanouir dans cette fonction depuis de nombreuses années : des rencontres renouvelées avec des fournisseurs et des clients de tous horizons. *ne sont cités que les métiers ou secteurs rencontrés dans le cadre de mon expérience professionnelle. Icam liaisons n 179 5

6 L informatique : moteur de l industrialisation de la comptabilité Guillaume CAPLAN (101IN), gérant de la société COMPTACOM, associé et DSI du cabinet d expertise comptable COMPTA EX- PERT nous décrit comment l informatique appliquée à la comptabilité révolutionne les cabinets comptables. Comment cela a-t-il commencé? J ai fondé la société COMPTACOM il y a maintenant 10 ans pour répondre aux besoins de Warner Music France. La maison de disques voulait externaliser la comptabilité fournisseurs tout en respectant le cadre législatif de Sarbanes- Oxley. L objectif était très clair : traiter la tenue comptable à moindre coût en France avec une qualité irréprochable et une traçabilité à tous les niveaux. Bref faire de la tenue comptable une industrie. Nous avons donc créé le logiciel Compta.com pour répondre à ce besoin et fourni le service demandé. Nous avons, ainsi, réussi à diviser par 4 le coût de traitement que Warner Music subissait auparavant. Quel est, à ce jour, votre niveau d activité? Depuis 2007, COMPTACOM est filiale du cabinet d expertise comptable COMPTA EXPERT (260 personnes, 28 agences). COMPTACOM est devenu l usine comptable du groupe. Aujourd hui, nous accompagnons 9000 clients. Concrètement que fait l informatique? La chaîne de production comptable est orchestrée par notre logiciel Compta.com. Le logiciel permet de piloter la numérisation des factures, leur reconnaissance automatique, ainsi qu une pré-codification comptable. Il permet, aussi, d intégrer automatiquement les flux bancaires et les flux des ventes. Le travail des comptables s appuie sur des notions de 5S et de Kanban. L informatique permet de détecter les tâches les plus longues et d y apporter des solutions. Et ça marche! Quels parallèles faites-vous avec l industrie? L informatique est la base de notre usine: Segmentation des tâches : nous appelons cela le «workflow». Nous ouvrons le courrier, nous numérisons les pièces, nous les comptabilisons, nous payons, nous contrôlons, nous archivons. A chaque étape son outil informatique. Efficacité : comme en usine, nous nous assurons que les opérations sont menées selon le temps imparti. Le logiciel mesure et détecte les voies d amélioration. Qualité : le logiciel guide le comptable lors de la saisie. Il se base sur l intelligence collective et les statistiques. Chaque correction d écriture est suivie. Nous pouvons donc déterminer si le dossier client ou le comptable sont dans les normes attendues. Automatisation : certaines étapes sont Guillaume Caplan (101 IN) purement réalisées par le logiciel. Les exceptions sont renvoyées aux comptables qui peuvent, si nécessaire, enrichir le logiciel de nouveaux automatismes. Logistique : en permanence, nous mettons au point des connecteurs pour intégrer les flux bancaires ou des logiciels de vente. Pour la réception des pièces à saisir, nous gommons la saisonnalité grâce à une meilleure implication de nos clients. La concurrence des pays à bas coût vous nuit-elle? En 2009, COMPTA EXPERT a acquis, au Maroc, un cabinet avec une équipe comptable. Ainsi, nous nous sommes retrouvés en concurrence interne. Au bout de 6 mois, COMPTA EXPERT a fermé son pôle marocain : nous avions le même coût de production mais, en France, une qualité de travail 5 fois supérieure! Récemment, face à un concurrent indien, nous avons été mis en concurrence lors du rachat de Parlophone Music (ex EMI France) par Warner Music. Nous avons remporté le marché tout en maintenant nos prix et nos services! COTISATION 2014 Coupon réponse à renvoyer à l Association des Ingénieurs Icam : 35 rue de la Bienfaisance, PARIS Téléphone : Mail : Membre actif Apprentissage ou intégré 130 Promos 2009 / Cotisation de soutien 200 à 300 Couple ICAM 180 Autres montants (veuves, Icam en difficulté...) : selon moyens (règlement par chèque) Caisse d entraide : NOM Prénom Promotion. Adresse. CP. Ville. . Pays Ma cotisation 2014 : + Caisse d Entraide : TOTAL PAIEMENT CHEQUE CARTE BANCAIRE (voir le site ingenieurs-icam.fr) PRELEVEMENT AUTOMATIQUE (contacter l Association) VIREMENT BANCAIRE (IBAN : FR P02 691) (BIC : PSSTFRPPLIL) 6 Icam liaisons n 179

7 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Paris, 24 mai 2014 Rapport moral 1- Faits marquants Les décisions prises en C.A. pour assurer l équilibre financier de l Association ont été entérinées. L effectif salarié a été ramené de 2 à 0.5 ETP (Equivalent Temps Plein) et, en transitoire, complété de 0.5 ETP temporaire. Les surfaces ont été rationalisées, sans inconvénient pour le fonctionnement de l association. Participation insuffisante aux sessions Emplois-Carrière dont, pourtant, les participants sont très satisfaits. Un bon suivi des premiers emplois est effectué. 2- Relations ASSOCIATION et ÉTUDIANTS Icam Une innovation a été introduite partiellement au cours de l année Il s agit d une présentation interactive de l association auprès des étudiants de 5ème année. Accueil : Les Vice-Présidents de l association, assistés par les délégués des groupes régionaux proches des écoles ont accueilli les étudiants de 2ème et de 4ème années Le Parrainage-Jumelage a été organisé dans chacune des régions par les équipes de l année précédente auxquelles se sont jointes de nouvelles recrues Accueil des stagiaires en région, organisé par les délégués régionaux. La mise en œuvre est très variable en fonction des régions. Là encore, difficultés de motiver les ingénieurs en activité. Intervention de la Cellule Emploi-Carrière auprès des Icam 5 intégrés, information sur le marché du travail, conseil sur la recherche du premier emploi, remise de l annuaire. Pour la première fois, cette intervention a été étendue aux apprentis à Toulouse. 3- Groupes professionnels La diffusion du programme des conférences a été problématique mais il est visible sur le site des Gadzarts. 4- Vie des promotions En 2013 le nombre de manifestations de promotions ayant fait l objet d un CR a été de 16, à comparer à 18 en La vitalité des promotions est très inégale et inexistante dans certaines. Une action a été lancée pour désigner un délégué dans les promos Icam Apprentissage. 5- Vie des régions 94% des membres sont répartis sur l ensemble des 21 régions françaises, les 6% restant étant localisés hors du territoire national. La plupart des régions ont organisé, dans l année, 1 ou 2 manifestations. A noter que, sous l impulsion du délégué à l international, François Guenzi, des rencontres ont eu lieu en Espagne, Allemagne, Chine Les stagiaires sont, en règle générale, invités à une rencontre spécifique et /ou aux activités locales. L activité des groupes locaux est très variable d une région à l autre et dépend du nombre d Icam présents sur le bassin d emploi. L Assemblée Générale de l Association des Ingénieurs Icam s est tenue, à Paris, le 24 Mai Nous savons que les Icam sont attachés à leur Association et sont très demandeurs d informations sur ses activités. Lors de cette A.G. Pierre Idrac, Président, dans son Rapport Moral, a passé en revue et détaillé toutes les activités de l Association. Il serait trop long de reproduire dans ce numéro d Icam Liaisons le texte complet aussi nous vous proposons la démarche suivante : Vous trouverez ci-dessous, les têtes de chapitre du Rapport moral et les faits marquants. Le texte complet du dit Rapport moral est sur le site Web de l Association. 6- Journée des ANIMATEURS du 19 Octobre, à PARIS La journée des animateurs, consacrée, cette année, aux délégués de promotion, a rassemblé 53 personnes dont 35 délégués. Toutes les générations étaient bien représentées. Parmi les recommandations faites, il a été décidé d améliorer le processus de désignation des délégués des promotions sortantes. 7- Rencontre nationale des 11, 12 et 13 MAI à LA ROCHE /YON Nous cherchions à mieux faire connaître aux ingénieurs Icam le site de Vendée, le cursus de formation par apprentissage et le contexte industriel de la Vendée. Nous cherchions à rencontrer les ingénieurs Icam du secteur, dont 345 résidant en Vendée. Même si le déroulement de la rencontre fut sympathique et agréable, nous prenons acte que les 120 participants ne sont pas représentatifs d une association dont 59 % de ses membres sont diplômés depuis moins de 13 ans. Cette manifestation n a donc pas atteint les objectifs visés. Il convient d évoluer et c est pourquoi la rencontre 2014 aura un tout autre format. 8- Aumônerie Depuis septembre, Hubert Hirrien, s.j., notre aumônier, a reçu la mission d aumônier national du Mouvement Chrétien des Cadres et dirigeants (MCC) dans lequel il rencontre plusieurs ingénieurs Icam. Actions menées : - alimentation de «la page de l aumônier» d Icam- Liaisons - coordination du groupe Réseau Jeunesse Ignatien - poursuite des contacts informels avec des Icam de diverses générations. - poursuite de rencontres avec les équipes de directions des sites Icam comme avec les jésuites en mission dans le groupe Icam. 9- Emploi Carrière En raison de l importance de cette activité : Voir l intégralité du développé en page Communication Icam-Liaisons : En 2013, 4 numéros ont été diffusés, dont les 2 premiers à l ensemble des membres de l association, le 2ème numéro dans le but de diffuser une importante information sur la campagne de levée de fonds «Audace et Développement». Site Web : En 2013, l objectif d ouverture du nouveau site n a pas été tenu. Le suivi technique (dont la sécurité) est assuré depuis mi année par un salarié du Groupe Icam. Le site est désormais sous hébergeur commun au groupe Icam. Nous sommes à la recherche d un community manager. Le fonctionnement du site actuel a été assuré sans problème par le responsable informatique de l Association. Annuaire : Tiré à 3300 exemplaires en 2013 à coût nul, hors expédition, il a été tiré à 4600 exemplaires pour 2014 afin d alimenter les écoles et les étudiants. Icam liaisons n 179 7

8 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 11- IESF L association est membre de l IESF (Ingénieurs et Scientifiques de France), qui fédère, en France, 122 associations d anciens élèves d écoles d ingénieurs Communication - Représentation de la profession, L IESF est intervenu sur les projets ou réformes en cours : dispositions de la loi relative à l enseignement supérieur et à la recherche (22 juillet 2013) et sa mise en oeuvre, projet de révision complète de l apprentissage et réforme de la taxe d apprentissage qui alimente le budget des écoles, etc. L information sur le corps des ingénieurs - Observatoire d IESF L enquête 2013 de l Observatoire des Ingénieurs (47000 réponses) sur la situation et les revenus de l année 2012 a reçu une contribution importante de la part des ingénieurs Icam : 1439 réponses L image de l ingénieur : La Journée Nationale de l Ingénieur et la Semaine de l industrie Le répertoire des Ingénieurs et des scientifiques en France : Ce répertoire est un véritable lien entre les ingénieurs diplômés et le monde économique Liens avec le monde universitaire et les étudiants: La PMIS (Promotion des Métiers de l Ingénieur et du Scientifique), avec, chaque année, Interventions élèves rencontrés dont 2/3 de collégiens, vise à soutenir ou susciter, la motivation et la mobilisation des jeunes vers une filière scientifique ou technique. Des ingénieurs Icam y participent. La Fabrique des vocations scientifiques et techniques vient d être lancée et son objectif, en partenariat avec l APEC, l Académie des Technologies et le CEFI, est de mettre en relation les grandes filières industrielles avec l enseignement supérieur pour optimiser la formation et l emploi. Une des raisons d adhérer à i IESF pour l AI Icam : L Assurance Protection Juridique GMF offerte dans le cadre de IESF. 12- Points spécifiques : province NORD Les femmes ingénieures du groupe Lille Métropole, sous l impulsion de Sophie de Kermel, continuent leurs actions auprès des étudiantes. A Lille, le Gala Icam, sur le thème de «la France au travers des âges» a réuni de nombreux ingénieurs parmi plus de 2500 invités. 13- Points spécifiques : province SUD Participation du VP aux différentes manifestations, évènements et aux CA de l Icam Toulouse dont : le festival Icam / la cérémonie de remise des bleus / la déclaration du projet professionnel des I5. Participation du VP à la campagne de levée de fond du Groupe Icam. 14- Points spécifiques : province OUEST Participation du V.P. Ouest aux journées d accueil des sites pour présenter l Association, aux Cérémonies de fin d Etudes et aux C.A. des Ecoles. 15- Points spécifiques : province ILE de FRANCE Paris-Sénart : vie de l école I1 : 24 élèves/ I2 :23 élèves après une démission/ A3 : 16 élèves. Recrutement 2014 les objectifs sont : I1: 36 élèves et A3 : 24 élèves. Il est prévu d embaucher un directeur ainsi que 5 nouveaux professeurs pour la rentrée de Sept Résidence des étudiants : La première partie de la résidence est bien avancée. Le gros œuvre est pratiquement terminé. La livraison est prévue pour Septembre Bâtiment dédié à la professionnalisation : le C.A. a décidé de poursuivre le projet initial de construction. Relations avec les entreprises : Les réunions de définition des modules I48 (modules professionnalisant spécifiques) se sont déroulées avec des partenaires industriels. Le V.P. Ile de France s est impliqué dans les partenariats industriels. International : 690 ingénieurs Icam sont expatriés dans 12 pays. L objectif de l association est de créer des groupes régionaux à l étranger comme en France. Activités Ile de France : L Association, en Ile de France, et en collaboration avec l Association des ECAM, a proposé à ses membres une activité mensuelle en alternant technique et culture. Egalement, une rencontre entre les étudiants de dernière année, en stage dans la région, (une vingtaine) et de jeunes ingénieurs a été organisée. 16- Voyages Deux voyages ont été réalisés cette année : Chili, un long périple tant en durée qu en kilomètres parcourus (en grande partie en avion). Arménie : Ce pays nous est surtout connu par les Arméniens qui tiennent leur place en France, comme dans d autres pays voisins. Prochain voyage 2014 : Dubaï, Sultanat d Oman (2 quinzaine de Nov.) Rapport financier 2013 et budget 2014 Association 8 Icam liaisons n 179 Les résultats financiers ont été établis par Jean-François Gaillochet (66 IL). Nous vous avions fait part à la fin de l année 2012 de nos inquiétudes concernant la réduction régulière du nombre de cotisants depuis plusieurs années. Ceci nous avait amené à proposer un budget 2013 comprenant une réduction sensible des dépenses, notamment en matière de frais administratifs. Ces objectifs ont été atteints en matière de dépenses qui passent de 361,5 kd en 2012 à 303,6 kd en Côté recettes, pour la première fois depuis longtemps, le nombre de cotisants a légèrement augmenté, passant de 2697 cotisants en 2012 à 2764 cotisants en Aussi, la collecte des cotisations 2013 a-t-elle été un peu supérieure à celle de 2012, effet de la recette extraordinaire de l apport IST en 2012 déduit. L effet combiné de ces deux évènements conduit à un résultat d exploitation 2013 de 29,5 kd en flux de trésorerie auquel il faut ajouter une plus-value des titres que l Association détient en réserve égale à 10,4 kd. Les prévisions 2014 sont assises sur la collecte de 2650 cotisations, en réduction par rapport à celle de 2013 mais à un niveau supérieur à celui que la décroissance du nombre de cotisants à long terme pourrait laisser prévoir. Nous prévoyons d affecter les gains obtenus sur la réduction des frais administratifs en 2013 aux activités directes envers les membres de l Association et auprès des élèves. Dans le premier cas, nous améliorerons notre nouveau site web en développement depuis deux ans et, dans le second cas, nous intensifierons notre action envers les élèves afin de mieux leur faire connaître les activités de leur future association. La réserve de trésorerie atteint 340,0 kd, soit, environ, les dépenses d un exercice. Cette valeur procure à l association une bonne sécurité compte-tenu des dépenses futures auxquelles elle devra faire face dans le cadre de sa gestion ordinaire.

9 Association des Ingénieurs ICAM COMPTE de RESULTAT 2013 (en k ) 20/03/14 Association des Ingénieurs ICAM PRODUITS CHARGES COMPTE de RESULTAT 2013 (en k ) 20/03/14 réalisé réalisé budget réalisé réalisé budget PRODUITS CHARGES ASSEMBLÉE réalisé GÉNÉRALE réalisé budget réalisé réalisé budget nombre de cotisants Coût direct des activités 150,0 115,9 161, Cotisations association 315,6 302,9 304,7 Total actions vers membres de l'asso. 99,2 79,5 108,0 nombre de cotisants Coût direct des activités 150,0 115,9 161,0 Total participations 40,9 25,3 30,0 Information/communication 39,7 38,2 53,0 Cotisations association 315,6 302,9 304,7 Total actions vers membres de l'asso. 99,2 79,5 108,0 Particip. Emploi-carrière 9,6 Total 5,6 participations12,0 40,9Emploi-carrière 25,3 30,0 Information/communication 13,8 7,8 39,716,0 38,2 53,0 Particip. réunions IDF Particip. Emploi-carrière 3,6 6,7 8,0 9,6 Groupes 5,6 Régionaux, 12,0 IDF, animation Emploi-carrière 8,2 9,6 13,814,0 7,8 16,0 Part. à la Rencontre Nationale Particip. réunions 27,7 IDF 13,0 10,0 3,6 Rencontre 6,7Nationale8,0 Groupes Régionaux, IDF, animation 23,8 13,6 8,2 14,0 9,6 14,0 Part. démarche foi Part. à la Rencontre Nationale 27,7Versements 13,0 à caisse 10,0 de Solidarité Rencontre Nationale 13,6 10,3 23,8 11,0 13,6 14,0 Association des Total Ingénieurs recettes autres Part. démarche ICAM 0,8foi 1,2 0,4 Actions Versements ext. & à caisse réseaux de (CNISF) Solidarité 18,8 15,1 13,619,0 10,3 11,0 Vente de produits ICAM 0,8 Total recettes 0,8 autres0,4 0,8 1,2 0,4 Actions auprès des élèves Actions ext. 32,0 & réseaux (CNISF) 21,3 18,834,0 15,1 19,0 COMPTE de RESULTAT 2013 (en k ) 20/03/14 Autres recettes Vente de produits ICAM 0,4 0,8 0,8 0,4 Actions auprès de tiers Actions auprès des élèves 32,0 21,3 34,0 PRODUITS Autres recettes 0,4 CHARGES Actions auprès de tiers Coût indirect des activités 211,6 187,7 177,1 Coût indirect des activités 211,6 187,7 177,1 réalisé réalisé budget Gouvernance réalisé 21,5 réalisé budget Gouvernance 19,9 21,5 23,0 19,9 23, Total Administration de l'asso Total Administration ,8 de l'asso ,3 188, ,5 166,3 152,5 nombre de cotisants Personnel Personnel Coût direct des activités 136,2 150,0 128,4 115,9 136,2102,0 161,0128,4 102,0 Cotisations association 315,6 302,9 304,7 Fonctionnement de Total l'asso. actions Fonctionnement vers membres de l'asso. de l'asso. 99,2 72,6 79,5 52,4 72,6108,0 57,2 52,4 57,2 Total participations 40,9 25,3 30,0 Information/communication Frais communs du Siège Frais communs du Siège 39,7 57,4 38,2 52,0 57,453,0 56,1 52,0 56,1 Particip. Emploi-carrière 9,6 5,6 12,0 Emploi-carrière Refacturations à déduire Refacturations à déduire -77,4 13,8-66,5 7,8-77,4-62,8 16,0-66,5-62,8 Particip. réunions IDF Produits financiers 3,6 5,4 Produits 6,7 3,7 financiers8,0 3,0 5,4Groupes 3,7 Régionaux, 3,0 IDF, animation Charges financières Charges 8,2 1,3 financières 9,6 1,5 1,314,0 1,6 1,5 1,6 Part. à la Rencontre Nationale plus-value 27,7 latente 13,0 nette des titres 10,0 13,4Rencontre 10,4 Nationale moins-value latente 23,8 nette des 13,6 titres 14,0 plus-value latente nette des titres 13,4 10,4 moins-value latente nette des titres Part. démarche foi produits 376,0Versements 343,5à caisse 338,1 de Solidarité charges 13,6 10,3 361,511,0 303,6 338,1 produits Total recettes autres 376,0 0,8 343,5 1,2 338,1 0,4 charges Actions ext. & réseaux (CNISF) 361,5 18,8 303,6 15,1 338,1 Prod. exceptionnels, subvt. Invest Charges exceptionnelles 19,0 Vente Prod. de produits exceptionnels, ICAM subvt. Invest produits 0,8 d'exploitation 0,8 0,4 376,0 343,5 Charges 338,1 exceptionnelles Actions auprès charges des élèves d'exploitation 32,0 21,3 361,534,0 303,6 338,1 Autres recettes produits d'exploitation 376,0 Résultat 343,5 d'exploitation 0,4 338,1 charges d'exploitation Actions auprès de tiersrésultat 361,5 d'exploitation 303,6 14,5 338,1 39,9 Résultat d'exploitation Coût Résultat indirect d'exploitation des activités 211,6 14,5 187,7 39,9 177,1 Gouvernance 21,5 19,9 23,0 Total Administration de l'asso 188,8 166,3 152,5 Personnel 136,2 128,4 102,0 Fonctionnement de l'asso. 72,6 52,4 57,2 Frais communs du Siège 57,4 52,0 56,1 Refacturations à déduire -77,4-66,5-62,8 Produits financiers 5,4 3,7 3,0 Charges financières 1,3 1,5 1,6 plus-value latente nette des titres 13,4 10,4 moins-value latente nette des titres produits 376,0 343,5 338,1 charges 361,5 303,6 338,1 Prod. exceptionnels, subvt. Invest Charges exceptionnelles produits d'exploitation 376,0 343,5 338,1 charges d'exploitation 361,5 303,6 338,1 Résultat d'exploitation Résultat d'exploitation 14,5 39,9 Association des Ingénieurs ICAM Association des Ingénieurs ICAM BILAN au 31/12/2013 (en k ) 20/03/14 ACTIF PASSIF BILAN au 31/12/ (en 2013 VAR k ) /03/ VAR 2013/ /2012 ACTIF Aménagements intérieurs Réserve PASSIF 10,0 10, Matériels tel et 2013 informatiquesvar 11,0 6,7-4,3 Report à nouveau ,2VAR 217,8 49,6 Logiciels & devpmt. Informatiques 2013/2012 Résultat de l'exercice 49,6 2013/ ,7-8,9 Aménagements intérieurs Immobilisations nettes 11,0 Réserve 6,7-4,3 Total 10,0 FONDS PROPRES 10,0 227,7 268,5 40,8 Stocks de fournitures 2,0 2,0 Prov.p.charges except. 65,4 63,8-1,6 Matériels tel et informatiques 11,0 6,7-4,3 Report à nouveau 168,2 217,8 49,6 Prov.p.investissements Logiciels & devpmt. Informatiques Débiteurs divers 44,6 Résultat 51,7 de l'exercice 7,1 49,6 Total provisions 40,7 65,4-8,9 63,8-1,6 Immobilisations nettes 11,0 6,7-4,3 Dépots Total gérés FONDS pour tiers PROPRES 227,7 268,5 27,9 40,813,5-14,4 Association des Stocks Ingénieurs de fournituresicam2,0 Val. Mob. 2,0 Placement & Prov.p.charges except. Dettes sociales 65,4 63,8 34,7-1,6 29,2-5,5 disponibilités 327,0Prov.p.investissements 340,0 13,0 Autres fournisseurs 28,9 25,4-3,5 BILAN au 31/12/2013 (en k ) 20/03/14 Débiteurs divers 44,6 51,7 Actif circulant7,1 373,6 393,7 20,1 Total provisions 65,4 Total Dettes63,8 91,5-1,6 68,1-23,4 ACTIF TOTAL 384,6Dépots 400,4 gérés pour tiers 15,8 PASSIF TOTAL 27,9 13,5 384,6-14,4 400,4 15,8 Val. Mob. Placement & VAR Dettes sociales , ,2 VAR -5,5 disponibilités 327,0 340,0 2013/ ,0 Autres fournisseurs 28,9 25,4 2013/2012-3,5 Aménagements Actif intérieurs circulant 373,6 393,7 20,1 Réserve Total Dettes 10,091,5 10,068,1-23,4 Matériels tel et informatiques 11,0 6,7-4,3 Report à nouveau 168,2 217,8 49,6 TOTAL 384,6 400,4 15,8 TOTAL 384,6 400,4 15,8 Logiciels & devpmt. Informatiques Résultat de l'exercice 49,6 40,7-8,9 Immobilisations nettes 11,0 6,7-4,3 Total FONDS PROPRES 227,7 268,5 40,8 Stocks de fournitures 2,0 2,0 Prov.p.charges except. 65,4 63,8-1,6 Prov.p.investissements Débiteurs divers 44,6 51,7 7,1 Total provisions 65,4 63,8-1,6 Dépots gérés pour tiers 27,9 13,5-14,4 Caisse de solidarité Val. Mob. Placement Caisse & de Solidarité de l'association Dettes des sociales Ingénieurs ICAM 34,7 29,2-5,5 disponibilités 327,0 340,0 13,0 Autres fournisseurs 28,9 25,4-3,5 Commentaire côté Actif circulant 373,6 393,7 COMPTE 20,1 de RESULTAT 2013 (en k Total ) Dettes 91,5 68,1-23,4 20/03/14 recettes TOTAL 384,6 PRODUITS 400,4 15,8 TOTAL CHARGES 384,6 400,4 15,8 réalisé réalisé budget réalisé réalisé budget Les Caisse recettes de Solidarité se sont de l'association des Ingénieurs 2012 ICAM Surplus réunions, dons indiv 13,9 10,3 Versements de soutien 3,0 8,8 contractées de Versements exceptionnels 2,0 3,4 3,6 kd, soit 25 % en COMPTE de RESULTAT 2013 (en k ) 20/03/14 Produits financiers Dons aux ICAM en coopération 6,0 1,0 PRODUITS CHARGES moins par rapport réalisérésultat réalisé de l'exercice budget 2,9 Résultat réaliséde l'exercice réalisé 2,9 budget à celles de TOTAL 13,9 13,2 TOTAL 13,9 13, Rappelons Surplus réunions, qu elles dons indiv 13,9 10,3 Versements de soutien 3,0 8,8 Caisse de Solidarité de l'association des Ingénieurs ICAM Versements exceptionnels 2,0 3,4 sont Produits intégralement constituées COMPTE de RESULTAT BILAN 2013 (en au 31/12/2013 k ) (en k ) 20/03/14 Caisse de Solidarité de l'association des Ingénieurs ICAM financiers Dons aux ICAM en coopération 6,0 1,0 20/03/14 par la dotation PRODUITS Résultat de l'exercice 2,9 ACTIF de CHARGES Résultat de l'exercice 2,9 PASSIF TOTAL réalisé 13,9 réalisé 13, budget TOTAL 2013 VAR réalisé 13,9 réalisé 13, VAR budget 2013/ /2012 l association qui Report à nouveau , ,9 2,9 Surplus reverse réunions, à la caisse dons indiv 13,9 Débiteurs 10,3 divers 7,6Versements 7,6de soutien Résultat de l'exercice 3,0 8,8 2,9-2,9-5,8 Caisse de Solidarité de l'association des Ingénieurs ICAM Versements exceptionnels Total 2,0 FONDS PROPRES 3,4 95,9 93,0-2,9 Produits le supplément financiers de Dons aux ICAM en coopération 6,0 1,0 BILAN Val. Mob. Placement au 31/12/2013 & (en k ) 20/03/14 cotisations acquitté Résultat de l'exercice ACTIF 2,9disponibilités 88,3 85,4-2,9 Résultat de l'exercice PASSIF 2,9 TOTAL par certains d entre , ,2 Total réalisable VAR TOTAL 95,9 93,0-2, ,9 Total Dettes ,2 VAR TOTAL 2013/ ,9 93,0-2,9 TOTAL 95,9 2013/ ,0-2,9 nous. Report à nouveau 93,0 95,9 2,9 Caisse de Solidarité Débiteurs de l'association divers 7,6 des 7,6 Ingénieurs ICAM Résultat de l'exercice 2,9-2,9-5,8 Commentaire côté dépenses Total FONDS PROPRES 95,9 93,0-2,9 BILAN au 31/12/2013 (en k ) 20/03/14 Peu de sollicitations Val. Mob. de Placement la ACTIF caisse & au cours de 2013 : PASSIF (Des comptes plus détaillés sont VAR VAR Deux veuves et un seul disponibilités coopérant 88,3 85,4-2,9 2013/2012 consultables au 2013/2012 siège de l Asso- 95,9 ou peuvent 2,9 Total réalisable 95,9 93,0-2,9 Total Dettes Deux étudiants Icam camerounais pour leur permettre de Report participer à nouveau au JMJ 93,0ciation TOTAL 95,9 93,0-2,9 TOTAL 95,9 93,0-2,9 être transmis Débiteurs divers 7,6 7,6 Résultat de l'exercice 2,9-2,9-5,8 Prêts : Il subsiste deux prêts d un montant total de 7,6 kd non remboursés mais Total FONDS PROPRES 95,9 par courriel) 93,0-2,9 dont la probabilité de l être est faible. Val. Mob. Placement & disponibilités 88,3 85,4-2,9 Total réalisable 95,9 93,0-2,9 Total Dettes Icam liaisons n TOTAL 95,9 93,0-2,9 TOTAL 95,9 93,0-2,9

10 Icam Liaisons EN RÉGION préparé par Benoit Gros, Vice-Président (71 IL) Région France Ouest Le grand Ouest regroupe, à ce jour, 24 départements, de l Eure à la Charente Maritime et du Finistère au Cher appartenant, aujourd hui, à 6 régions administratives. Répartition des Icam par promo Benoit Gros,(71 IL) Répartition des Icam par région Depuis l an 2000, l ouverture des sites Icam de Nantes, de Vendée à La Roche-sur-Yon puis de Bretagne à Vannes a boosté l effectif des ingénieurs Icam implantés localement; les 2/3 des ingénieurs de la grande région ont été diplômés après cette date charnière. Nous nous focalisons, aujourd hui, sur la région Bretagne, région à forte culture, ouverte au monde par sa façade maritime. La Bretagne a une grosse activité agricole et agro-alimentaire avec, notamment, les filières de production et de transformation de l œuf, du lait et du porc. Répartition des Icam par sites-écoles 3 Icam vous parlent de leur activité dans la Région: - Xavier le Cabec nous présente son parcours dans l industrie agro-alimentaire. - Jean-Marie Fouéré vous parle de son activité dans l armement, laquelle s inscrit dans le prolongement de la tradition maritime de la région. - Denis Bereiziat nous présente, par son activité professionnelle, un aspect du dynamisme de la ville de Rennes qui a anticipé son développement en osant construire un métro, ce qui ne s était jamais fait pour une ville de habitants. 10 Icam liaisons n 179 Nantes Vannes La Roche-sur-Yon

11 Région France Ouest 93IL 94IN 85IL Denis Bereiziat Je suis à Rennes dans un milieu professionnel que j ai découvert à ma sortie d Icam Lille, il y a 28 ans: les transports urbains, et plus particulièrement le métro automatique. Le VAL de LILLE était, en 1983, le premier métro automatique au monde, sans conducteur, l automatisme «intégral» pour les spécialistes. J ai intégré la maintenance du métro de Lille, en 1986, pour découvrir que faire tourner un métro dans des bonnes conditions, pendant 40 ans, faisait appel à de nombreuses connaissances et expériences. Les besoins de MATRA TRANSPORT pour accompagner les nouveaux projets de métro et apporter ce savoir-faire d exploitant m ont permis, en 89, de basculer dans le secteur des projets, de concevoir et d assurer des formations sur les métiers de maintenance. Ayant bouclé mes contrats, j ai amorcé, en 1993, un virage vers l industrie, chez un équipementier automobile, dans la métallurgie, comme responsable maintenance, puis responsable projets. En 1998, autre virage géographique vers l ouest, à Angers, chez Paulstra, équipementier automobile du caoutchouc, où je prends la maintenance de l usine, du moins j essaie, mais sans succès. En 1999, je fais le troisième virage qui se boucle sur un retour à la source: le projet du métro de Rennes. Un beau contrat d exploitation pour Keolis, une équipe «métro» à bâtir avec quelques anciens collègues Ch ti et les troupes locales, un client ambitieux, volontaire et coopératif : Rennes- Métropole. J appartiens au groupe Keolis qui gère 80 réseaux en France pour essentiellement des collectivités et qui continue de se développer à l international en transports urbains/interurbains et ferroviaires. Au sein du groupe, nous formons une communauté de passionnés. J ai assuré les fonctions de responsable sécurité-qualité puis sécurité-ingénierie maintenance, et suis, actuellement, responsable sécurité-environnement. Ce poste m offre la possibilité de travailler avec l ensemble des services internes, sur beaucoup de sujets transversaux, du projet lointain à l intervention en temps réel. Du coté de ma vie familiale, elle a aussi connu 2 virages: j ai 3 grands enfants de ma première femme, et mon mariage avec une rennaise concrétise désormais mon adoption à la région. Jean-Marc Fouéré Diplômé en 1994, j ai travaillé dans 4 entreprises différentes. Ma première expérience fut à la SA- GEM, sur le Site de Dinan, au sein des lignes de production de téléphones portables GSM et DECT. Puis, suite à une remarque déplacée vers un N+2, je me suis retrouvé sur la touche. J ai alors osé m opposer à cette situation et demander une cessation de contrat. Au bout de 5 années dans une première entreprise, il était temps de voir un autre horizon. Je me suis retrouvé à Grenoble dans le domaine de la microélectronique pour une nouvelle mode : celle des caméras dans les mobiles. J y ai expérimenté l entreprise internationale. Les puces étaient fabriquées aux US, testées et sélectionnées en France, puis assemblées en petites caméras en Asie. J ai alors compris quel ingénieur je souhaite devenir : être un acteur des transferts de technologie. J ai particulièrement apprécié les Philippines, c est pourquoi nous avons retenu ce pays lorsque, avec mon épouse Hélène, nous avons adopté notre fille. Mais la France n a pas pour vocation de faire du low-cost et, pour nous, le vent a tourné. Comme bon Breton, j ai recherché, à nouveau, un poste en Bretagne pour atterrir dans une petite PME. L expérience n a pas été concluante. J ai signé mon contrat avec quelques doutes sur la personnalité du patron, lesquels se sont confirmés. A tel point qu au bout de 4 mois la situation était invivable. Ce fut une période professionnellement très difficile. Puis la chance m a souri, car j ai pu profiter d une des rares ouvertures de postes chez THALES à Brest. Sur ce site, 2 entités sont représentées. Après avoir passé 6 années au sein de TSA (Systèmes Aéronautiques), j ai rejoint la division TUS (Systèmes navals) pour poursuivre des activités d industrialisation en France et à l étranger dont, notamment, les transferts industriels. Aujourd hui, dans beaucoup de marchés à l étranger, Thales est redevable de transferts de technologie de compensation. Actuellement, je réalise des transferts de technologie en Inde. Ce pays, quoique très exotique, n est pas si éloigné de notre culture. Réaliser des transferts de technologie, c est, à la fois, participer à la montée en compétences de ces pays, mais, aussi, vivre une expérience humaine incroyable. Xavier Le Cabec L œuf dans tous ses états! Sorti de l Icam Lille en 1993, j ai rejoint le groupe SEITA sur son site de Riom (63) après une rapide première expérience dans une petite entreprise costarmoricaine. Dans cette usine, dédiée au tabac blond, à l export et aux petites séries, j ai exercé les métiers d ingénieurs travaux neufs, responsable de production puis de responsable technique du site. En 2000, nous avons décidé, en famille, un «back to Breizh» et après 11 années au poste de responsable méthodes travaux neufs chez Coopagri, j ai eu l opportunité de prendre la direction du site Ovoteam de Plaintel. Ce fut dans des conditions toujours compliquées de mise en œuvre d un schéma directeur industriel menant à la fermeture d un des sites de l entreprise. Aujourd hui, je pilote les activités des sites de Plaintel et de Naizin (56), soit 130 personnes. Sortent de ces 2 usines de production tous les ovo-produits à l exception des omelettes soit, par année, l équivalent de 280 millions d œufs transformés. Ces unités sont certifiées BRC grade A et BIO. L originalité de l entreprise est d avoir, dès le départ, cherché à cuire, texturer ou pasteuriser, dès que cela était possible, ses productions dans leur emballage garantissant une sécurité alimentaire renforcée pour un aliment naturellement à risque. Nous disposons de la seule ligne industrielle d œufs pochés traditionnels en France. Très éloignés de notre formation initiale, le respect des normes alimentaires et la bactériologie sont au cœur de nos préoccupations de production. L Agro-alimentaire offre une richesse technologique qui ne peut qu intéresser les généralistes que nous sommes. Appliquez cela au vivant et vous obtenez une recherche quotidienne de constance avec une matière qui ne l est jamais tout à fait et qui réserve régulièrement son lot de surprises et d imprévus. L Agro est, aussi, de par la relative petite taille de ses unités et de ses équipes, une opportunité pour ses cadres d être toujours concernés par tous les aspects de l entreprise : de l achat à la production, en passant par la qualité, la R&D ou la maintenance. Icam liaisons n

12 ENQUÊTE CGE Enquête de la Conférence des Grandes Ecoles Mars 2014 Promotions Icam 2012 et 2013 L enquête annuelle faite auprès de toutes les grandes écoles en en CDI. L implantation géographique de leur premier emploi France a été adressée en mars 2014, à 538 ingénieurs Icam 2012 est influencée, surtout pour les apprentis, par celle de leur école (toutes formations) soit 18 mois après leur sortie. 179 ont répondu d origine. Les modes de recherche (cf. réseaux sociaux), les ac- soit 33%, et à 557 ingénieurs Icam 2013 soit 6 mois après leur tivités (moins d automobile) et les fonctions assurées évoluent sortie, 261 ont répondu soit 43.6%. lentement comme les attentes des entreprises. On ne décèle pas La participation est similaire à celle des années passées. cette année de rupture, comme ce fut le cas il y a quelques années, Les jeunes ingénieurs Icam trouvent facilement un emploi en avec la forte demande du BTP. quelques mois, en statut cadre et pour une proportion très forte Activité : La situation, en mars 2014, de la dernière promotion sortie (2013) est très proche des 2012 un an avant (1 et dernière colonne.) La Cellule Emploi Carrière de l Association a interrogé et conseillé en mars tous ceux connus, comme étant encore en recherche. Moyens et durée de recherche : Tous les moyens sont utilisés, mais le stage de fin d études et le lieu d apprentissage sont déterminants. Il faut le dire et redire aux étudiants. Certaines entreprises ne piochent, pour leur embauche, que dans leur vivier de stagiaires. Le stage est, pour les entreprises une embauche à l essai. Une petite amélioration «Ecole et association» et le Forum qui commence à s institutionnaliser (4ème édition cette année). Durée de recherche : Les chiffres sont du même ordre de grandeur avec un meilleur résultat à la sortie pour les apprentis. 12 Icam liaisons n 179

13 ENQUÊTE CGE Rémunérations : Toujours difficiles à évaluer, questionnaires incomplètement remplis, méconnaissance après 6 mois d activités des primes individuelles ou collectives prévisibles. On peut cependant constater que les chiffres n ont pas tendance à monter et restent faibles par rapport à ceux déclarés dans les enquêtes des médias. On note aussi une dispersion importante et des salaires parfois très en-dessous de la moyenne (sociétés de service). Statuts : En ligne avec la tendance générale : légère diminution des CDI, augmentation de l intérim. Lieu du 1er emploi : L Ile de France perd du terrain et la régionalisation est plus forte, particulièrement chez les apprentis déjà bien implantés, proches de leur lieu d apprentissage et de leur école. Secteurs d activité et fonctions : On peut noter une augmentation significative du domaine «recherche et développement», un secteur qui embauche. «Energie et environnement» un secteur attirant mais dont le volume des postes n est pas à la hauteur des attentes. Taux de satisfaction : Plus réjouissant, le taux de satisfaction global dans leur emploi (conditions de travail, rémunération, autonomie, relations avec les collègues, localisation géographique de l entreprise) est de 4 (sur une échelle de 0 à 5) pour les 2013 et de 3,9 pour les N est-ce pas le 1 objectif! Icam liaisons n

14 EMPLOI - CARRIÈRE L équipe André SATIN (58 IL) - Hervé NICOLAS (63 ECAM ) Pierre DUVAL (64 IL) - Christian EVRARD (69 IL) Jean-Paul FLOQUET (74 IL) - Alain SALMON (86 IL) Séverine CATRY (95 IL) - Marie-Christine BIDAULT L Emploi Carrière est une des activités essentielles de notre Association, menée de concert avec l association des Ingénieurs ECAM. Ces activités se classent en trois volets : Un rôle anticipateur Un rôle anticipateur auprès des jeunes ingénieurs pour les aider à se présenter dans les meilleures conditions sur le marché du travail : En intervenant dans les Ecoles, quelques mois avant la fin des études, à la demande des Ecoles. Nous sommes intervenus à Toulouse (Intégrés et Apprentis, sur deux jours), Nantes et Lille. En organisant une session : «Demain, je trouve mon 1er emploi», suivie de 2 jours de l «Atelier premier emploi» au cours desquels sont passées en revue toutes les techniques de recherche d emploi, avec des simulations d entretien. Ces journées, organisées début novembre, ont été suivies par 28 jeunes ingénieurs, sortis en septembre. Un rôle préventif Un rôle préventif, au cours de la vie professionnelle : faire réfléchir les ingénieurs expérimentés sur leur propre parcours passé et à venir, à travers l organisation de différentes sessions : «Faire le point et rebondir» pour les 30/35 ans : une session en Mars 2013 avec 10 participants, «Projet 40» pour les 40/45 ans, session divisée en 2 parties à un mois d intervalle, la session prévue en Octobre a dû être annulée faute de participants, «Projet 50» pour les 50/55 ans, session également divisée en 2 parties à un mois d intervalle. Cette session a dû, aussi, être annulée faute de participants en nombre suffisant. Un rôle curatif Un rôle curatif, avec : Cette année, une session d une journée, destinée à des ingénieurs en situation effective ou annoncée de chômage «Faire face et se relancer» a été initialisée. Les onze participants ont exprimé leur satisfaction quant à la forme, au contenu et aux interactions entre eux. Chaque semaine, des offres d emploi (2305 offres en 2013). Il est à noter que ces offres sont, depuis Septembre, renseignées via Job- Teaser. Le suivi de la dernière promotion sortie (113), avec des relances téléphoniques par les membres de la cellule Emploi Carrière, ce qui nous a permis de constater une stabilité du marché par rapport à l année précédente. Il faut souligner que 92 % des jeunes diplômés ont répondu à nos sollicitations. L assistance aux personnes en difficulté qui se sont manifestées auprès de l association (une vingtaine), dont une partie réorientée vers nos relais emploi en région. De l autonomie au sein d une entreprise qui me fait confiance Hugues Ferré, 31 ans, chef de service adjoint, Bouygues Construction, Paris Après avoir obtenu son diplôme d ingénieur à l Icam en 2006, Hugues Ferré rejoint le groupe Bouygues Construction, au sein duquel il a déjà réalisé plusieurs stages pendant ses études. Il commence en tant que conducteur de travaux, à charge pour lui de coordonner, piloter et gérer les aspects techniques, financiers et administratifs des chantiers sur lesquels il travaille : «J étais accompagné par un chef de service et j ai suivi des formations au sein de l université interne, qui m ont permis de prendre très vite des responsabilités», précise Hugues. Après deux ans sur différents chantiers, il part travailler à la réhabilitation de l université de Jussieu à Paris, qui durera jusqu en 2011 : «J encadrais les ingénieurs travaux qui sortaient de l école. J ai appris à manager et à déléguer». Il est ensuite envoyé sur le chantier de la Philarmonie de Paris, une salle de concerts de 2400 places dont l ouverture est prévue en «Je suis responsable de zone. Outre ma mission d encadrement, je suis le référent des sous-traitants. Certes, il faut avoir le goût de cette ambiance particulière qui est celle de l industrie de la construction. Mais les types de chantiers sont très diversifiés et les clients et sous-traitants changent d une opération à l autre. J apprécie d avoir de l autonomie au sein d une entreprise qui me fait confiance et qui m offre de réelles opportunités de carrière». Quant au salaire pour un tel poste, il se situe entre 50 et 60 Kd/an. 14 Icam liaisons n 179

15 IESF La 2 ème Journée Nationale de l Ingénieur Un essai transformé La seconde Journée Nationale de l Ingénieur s est tenue le 3 avril 2014, alors même qu une nouvelle équipe gouvernementale était en cours de nomination. La participation des personnalités invitées du gouvernement précédent en a été contrariée, la journée restant cependant placée sous le Haut Patronage du Président de la République La participation des ingénieurs n en a, elle, pas été affectée puisqu ils étaient environ deux fois plus nombreux que lors de la 1ère édition en Le bilan de cette dernière avait convaincu l IESF qu une montée en puissance était possible et il s était donné les moyens d y parvenir : engagement d un responsable de projet de haut niveau, recherche de partenaires au niveau national (FIDAL, EDF, BPIFrance ) et local (45 partenaires au total, incluant des écoles). La couverture de l ensemble du territoire était une des ambitions de cette rencontre et des manifestations étaient prévues dans 28 villes, jusqu à Nouméa où elle est devenue un véritable évènement. Comme pour toute «journée nationale», l aspect «communication» est une composante essentielle et sert à promouvoir le métier d ingénieur, la science et de la technique, profitant d un climat actuellement très «porteur» dans l opinion et le monde politique. Mais d autres objectifs sont également affichés par l IESF : le développement d un sentiment d appartenance à un corps professionnel ainsi que le renforcement des associations et de leurs liens avec l école. Nous étions invités à partager sur un thème commun : «Innover, Entreprendre» et le programme à la Cité des Sciences et de l Industrie à Paris était particulièrement dense : cours du «gourou de la stratégie» Xavier Fontanet, ancien Président d Essilor, participation de représentants des pays innovants : Corée du Sud, Israël, Canada, Silicon Valley, dans une table ronde animée, etc Mais la province n était pas en reste, développant le thème général ou s attachant parfois à débattre sur un sujet plus régional : «Les protéines végétales pour l alimentation humaine : une opportunité bretonne?» à Rennes. L Ecole Centrale de Lille organisait et prêtait ses locaux pour deux tables rondes sur l entreprenariat et les ingénieurs, en particulier sous l aspect formation. L ISAE faisait de même à Toulouse. La question de poursuivre/ou non ne s est pas posée et la prochaine édition sera le 2 avril 2015 (date probable). Nous rappelons à nos lecteurs que la participation à cette journée est gratuite, que c est une bonne occasion de débattre de façon conviviale «entre ingénieurs» de nos activités et que, bien sûr, tous sont invités, y compris les étudiants et retraités Les Ingénieurs et les Scientifiques, nouveaux acteurs du paysage politique et économique français : La présidence de Julien Roitman Durant les quatre années de sa présidence, Julien Roitman a construit les bases d une nouvelle perception des ingénieurs et des scientifiques français en menant de front de nombreuses actions destinées à valoriser la profession auprès de tous les acteurs et les leaders d opinion de la société française des années Fort de ces bases, le prochain président d IESF bénéficiera d une feuille de route avec quatre projets majeurs : la création d une structure professionnelle des ingénieurs (projet SPRING), la Fabrique des vocations scientifiques et techniques dans le cadre des IA, la bataille pour une meilleure parité hommes/femmes chez les ingénieurs, et la pérennisation de la Journée Nationale de l Ingénieur. Icam liaisons n

16 LA PAGE DE L AUMÔNIER Préparée par Hubert Hirrien, s.j. politique bonne nouvelle vous donne rendez-vous cet été! 17 au 24 août, Aix-en-Provence La session réunit tous les deux ans 60 à 80 étudiants et jeunes professionnels dans le respect des convictions de chacun. Beaucoup viennent par les mouvements organisateurs partenaires (MCC, Icam, Scouts et Guides de France, JOC, CVX ), un grand nombre par le bouche à oreille, par les réseaux sociaux, par leurs proches, etc. Une pédagogie active Pour permettre à chacun d être acteur de cette session: des conférences, des temps personnels, des forums, des ateliers, des jeux de situation, des échanges, une relecture de la journée, des activités culturelles sont proposés chaque Pèlerinage Jeunes Professionnels en Terre sainte (23-35 ans) Du 4 au 12 octobre 2014 Pour 35 jeunes professionnels animé par : Bénédicte Barthalon, sœur auxiliatrice (Lille), Erwan Chauty, jésuite et bibliste (Paris), Hubert Hirrien, jésuite et aumônier des ingénieurs Icam, Amélie Jarousse, sœur du Sacré-Cœur (Bruxelles). Nous rencontrerons aussi des JP palestiniens, israéliens et... français vivant là-bas. Le prix est de euros. Un rapport «qualité-prix» qui encourage à aller en Terre Sainte, à la suite du pape François et de tant d autres. Car l heure est désormais aux inscriptions. Et ce, avant le 25 juillet. Par cette dynamique de groupe, nous aurons le temps de nous préparer l esprit (lectures..) et le cœur (rencontres..). Facebook : jpterresainteoct2014 En résumé : - JP entre 23 et 35 ans - du samedi 4 au dimanche 12 octobre départs de Roissy ou de Bruxelles euros (200 euros d arrhes) - diffusé par le MCC, le RJI et les ingénieurs Icam - ouvert à tout JP Inscriptions sur le site du MCC : Le Père Yves Barrate, aumônier de l Icam Nantes, de 1988 à 1993, est décédé le 2 avril, à Montpellier. Rectificatif d I.L. n 178 : Sébastien Carcelle, jésuite, termine deux années de mission à l Icam Lille. Il intervenait à la Formation Humaine et sur les questions de développement durable. jour, sans oublier de nombreux temps conviviaux et des temps de repos. Parmi les intervenants : Laurent Wauquiez, député-maire UMP du Puy-en-Velay Dominique Potier, député PS de Meurthe-et- Moselle Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la conférence des évêques Charles Mercier, historien Coût : entre 150 et 600 euros, selon ses revenus. 16 Icam liaisons n 179

17 VIE DES ÉCOLES Plus de la moitié des lycéens S et techno voudraient devenir ingénieur! Texte écrit par le journaliste Olivier Rollot et publié dans Le Monde (N.D.L.R.) 56% des lycéens des séries S et technologiques souhaiteraient suivre des études d ingénieur, un chiffre en hausse de 10% par rapport à 2013 : c est le chiffre choc d une étude menée par les Arts et Métiers ParisTech et Opinion Way sur «Les lycéens et l industrie». Dans le détail, cette volonté est partagée par 68% des garçons et 32% des filles, 55% des élèves de S et 61% des autres séries technologiques, 64% des premières mais seulement 48% des terminales (principe de réalité oblige!). «C est bien la preuve que de nombreux élèves des filières technologiques ont envie d aller plus loin et que nous devons leur donner les moyens de leur réussite», se félicite Laurent Carraro, le directeur général des Arts et Métiers. séries scientifique ou technologique à l égard de l industrie reste moins positive que celle concernant la plupart des autres secteurs d activités testés, notent les Arts et Métiers ParisTech et Opinion Way dans une étude publiée cette semaine. Pour autant les entreprises technologiques, avec 91% de bonne opinion, se démarquent nettement. L industrie «classique» souffre d une vision négative quant à son avenir, sur lequel seuls 38% des lycéens interrogés se disent confiants, mais aussi sur son caractère polluant, première raison pour lesquels les lycéens disent avoir une mauvaise opinion de l industrie. Du côté positif, ils sont 82% à penser que les entreprises industrielles «contribuent à l innovation» (mais -8 points par rapport à la précédente étude) et 60% qu elle offre des carrières à l international. Au final, 42 % des jeunes interrogés envisagent de travailler un On les comprend quand on lit, dans la dernière étude du Céreq sur l emploi des jeunes, que les ingénieurs «quelle que soit leur discipline, sont protégés de la dégradation économique et bénéficient toujours de conditions d insertion favorables». Jeunes et industrie : une relation distanciée Si elle s établit à 69% d avis positifs, l opinion des lycéens en jour dans l industrie (-3 points) contre 57 % qui n y pensent pas. Un choix très sexué puisque 70% des filles partagent ce dernier avis pour 48 % des garçons. Ceux qui pensent à l industrie privilégient les énergies renouvelables (47 % d intérêt) devant l aéronautique et le spatial (44 %) puis les équipements électriques, électroniques et numériques. En termes de métier c est très largement celui d ingénieur qui est plébiscité (64 %) loin devant les chercheurs et les techniciens supérieurs (29 % chacun). Logistique urbaine, Hervé Levifve rejoint la Direction Immobilière de Sogaris Hervé Levifve a été nommé le 3 mars dernier Responsable Etudes et Développement à la Direction Immobilière de Sogaris. Un poste nouvellement créé sous la direction de Christophe Ripert, Directeur Immobilier de la société. Sa mission sera d initier des actions de recherche de foncier, de mettre en œuvre et développer les concepts d immobilier logistique urbain portés par le groupe Sogaris, d en analyser la faisabilité, et de porter les projets depuis la phase d étude jusqu à leur phase opérationnelle. Certaines prestations d études pourront, par ailleurs, être menées en immobilier logistique urbain pour le compte de collectivités ou d aménageurs. Diplômé de l Icam de Lille, Hervé Levifve a débuté sa carrière en 1996 dans différents métiers de la logistique dans l industrie électronique (Lucent Technologie, SR Telecom) avant d intégrer en 2005 la DVD (Direction de la Voirie et des Déplacements) de la Ville de Paris en tant que Chargé des transports de marchandises en Ville aux côtés de Christophe Ripert (qui a quitté la DVD en 2007). En 2010, il avait rejoint le pôle Environnement et Réseaux de l APUR (Atelier Parisien d Urbanisme) en tant que Chef de Projet, spécialiste mobilité fret et logistique. JLR Icam liaisons n

18 VIE DES PROMOS 55 VIE DES RÉGIONS Ile de France Visite de la cathédrale orthodoxe Saint Alexandre Nevski La cathédrale a été construite grâce à la détermination du Père Vassiliev, qui a réuni l argent et acheté le terrain. Elle a été terminée en 1863 et inaugurée en présence de l Impératrice de Russie. Son architecture est tout à fait traditionnelle pour une cathédrale orthodoxe avec le bulbe qui symbolise le cierge et les croix ornées d une barre inférieure oblique orientée vers le haut à gauche, le côté du bon larron. L intérieur est classique avec l iconostase qui sépare l autel des fidèles et qui est fermé au moment de l Eucharistie. La cathédrale recèle des icones anciennes. Deux grandes peintures effectuées par un peintre de marine montrant les miracles de la pêche miraculeuse et de Jésus marchant sur les eaux ornent les côtés. Sous la cathédrale, une crypte aux murs entièrement décorés de motifs religieux est réservée au culte en français. Dans la foi orthodoxe, un autel ne peut servir qu une fois par jour et il n est pas possible de célébrer plusieurs offices. Cette visite nous a permis de bien prendre conscience des différences mais aussi de ce qui nous rapproche des orthodoxes. Maison du vitrail On continue à faire des vitraux même en plein Paris! Le lieu exigu n a permis qu à 23 personnes de s en rendre compte le 5 avril. Le Président des maitres verriers, Ph. Andrieux, après un rappel de l histoire ancestrale du verre, nous a fait découvrir les différentes étapes de la création du vitrail d art : 18 Icam liaisons n 179 PROMO 55 du 19 au 23 Mai 2014 à Compiègne Après avoir pris l heure à l horloge astronomique (et non gastronomique) de la cathédrale de Beauvais, GUS organisa le convoi de 7 à 10 voitures, pour les 30 à 40 participants qui parcoururent la forêt de Compiègne, sa clairière, son palais, ses musées et, finalement, grimpèrent à Pierrefonds. Ambiance chaude par la camaraderie et le soleil, humide par les pleurs en pensant aux absents et par la pluie! Rendez vous le 18 Mai 2015 à Lille pour retrouver l atmosphère Icam, 60 ans après notre sortie!!! M. Milard (55) conception du tableau sur papier, prédécoupe, choix des matières lisses ou rugueuses, choix des couleurs suaves ou percutantes, découpes des verres, mise en place du squelette et montage. Création ou restauration, nous avons pu voir des compagnons et des apprentis au travail et imaginer les œuvres destinées à une maison ou une cathédrale. Création artistique et rigueur technique. La visite sera reprogrammée l an prochain pour ceux qui n ont pu y participer Centre - Groupe Loiret rencontre bière du 6 Juin 2014 Pour cette rencontre autour d une bière, les Icam du Loiret se retrouvèrent à 6 à l Absinthe. Ce rendez-vous a été une première invitation commune avec les ECAM. Les Icam présents ont approuvé cette initiative de rencontre commune entre les anciens de nos 2 écoles. Ces rencontres communes se passent le premier jeudi de chaque mois. Les prochaines avec relance particulière seront dès la rentrée : 4 septembre, 2 octobre, et 4 décembre. Les autres mois (juillet, aout et novembre) sont à lancer à l initiative de celui qui souhaite retrouver des amis. L ambiance a été très conviviale dans un mélange de génération pour échanger les sujets de préoccupation des uns et des autres. Comme toujours, c est une joie de faire de nouvelles connaissances. Jean Bavière (63) Ile et Vilaine Rencontre du 16 Mai 2014 A l initiative d Aline Le Bohec (101 IN) et à l invitation de Denis Bereiziat (85 IL), 37 Icam et leurs conjoints se sont retrouvés au PC et Centre d Entretien du métro de Rennes. Comme en région lilloise, le métro de Rennes est un VAL (abréviation de : Villeneuve d Ascq à Lille). Depuis 12 ans il fonctionne telle une horloge et les Rennais l ont, d emblée, adopté. Sa fré-

19 quentation d aujourd hui est supérieure aux prévisions et correspond à celle qui avait été projetée pour personnes travaillent à l exploitation et à la maintenance de cette installation qui assure 43 % des transports de l agglomération. L investissement a été de 520 millions d euros. Nous avons été frappés par le niveau de sécurité, la souplesse d adaptation à la demande et la rigueur de la maintenance. La soirée s est poursuivie dans un restaurant de Chantepie. Nous y avons accueilli Guillaume Lefevre (93 IN) nouveau directeur du site Icam Bretagne. Il nous a dit quelques mots pour expliquer ses nouvelles fonctions et le soutien qu il attend des ingénieurs Icam. A l automne prochain, Aline envisage une nouvelle rencontre et suggère aux Icam qui n auraient pas reçu l invitation de confirmer à l Association leur adresse mail Poitou Charente Rencontre régionale dans la Vienne En avril dernier s est tenue la traditionnelle rencontre des ICAM de Poitou-Charentes. Cette année, la Vienne était à l honneur. Le samedi était placé sous le signe de la découverte de ses produits régionaux dans la région de Mirebeau et de Neuville de Poitou. Nous avons tout d abord découvert près de Mirebeau le Domaine viticole de Villemont et ses différents vins (blancs, rosés et rouge). Nous avons ensuite visité la dernière huilerie de Neuville-de-Poitou encore en activité, fondée en Cette journée bien remplie s est achevée par la visite de la brasserie artisanale de Bellefois et la dégustation de ses bières pendant le dîner. Enfin, nous avons clôturé ce week-end par la visite de la vallée des singes le dimanche. Les 400 habitants en semi-liberté de ce parc de 16 hectares ont enchanté petits et grands. Rendez-vous l année prochaine en Charente. Accueil des Etudiantes Icam Site de Lille, Février 2014 Elles sont toutes venues, 20 étudiantes de 1ère année (16 Intégrées promo 118, et 4 Apprenties Promo 2018), accompagnées par 17 femmes ingénieures (dont 4 de la filière Apprentissage), qui échangent, par petits groupes, à bâtons rompus, sur les années d études à l Icam. On reparle des critères de choix de l Ecole. Elles demandent des conseils sur le choix du stage ouvrier, réfléchissent, déjà, à la possibilité de faire un 3e cycle. Evidemment, on parlera de l égalité des salaires entre hommes et femmes, de la diversité des types d entreprises, et de l influence du type de produit sur le type de management (et d ailleurs, le management, ça s apprend ou ça s exerce?) En se quittant après cette bonne soirée, on s est promis de se revoir, peut-être lors d une prochaine rencontre de l association Groupe Lille Métropole, au Bar de l Icam, au cours de laquelle on visitera la toute nouvelle maison des Icam, cette dernière venant d être rénovée sur le modèle des autres sites, avec des «unités de vie», ou, plus tard, lors d une réunion du même type, quand elles seront en 4e ou 5e année. Le réseau féminin de la région lilloise profite de chaque occasion pour se renforcer! Si vous ne recevez pas les infos, et souhaitez être tenue informée de nos activités, contacteznous! pour le groupe Métropole Lille au Féminin Claire Choquet (105 IL) Caroline Vial (103 IL) - Sophie de Kermel (92 IL) In Mémoriam Jean-Claude Beuque est décédé le 1er Avril Sorti de l Icam en 1957, Jean-Claude a réalisé la majeure partie de sa carrière dans l entreprise textile CAULLIEZ-DE- LAOUTRE, sous l autorité de Michel Raillard (52 IL). De Jean-Claude, je garde le souvenir d un homme enthousiaste, d un homme de paix, d écoute et de dialogue. Il était positif au-delà des difficultés et des épreuves de la vie. Atteint d une longue maladie, il fut très actif jusqu au bout. Avant de quitter sa famille et le monde, il rédigea une prière dont voici un extrait : «Aide-moi, Seigneur, à t offrir ma vie et mon corps malade par un acte volontaire, libre et plein d amour. Sanctifie mon existence et ma souffrance humaine et fais qu en ces temps d épreuve, je te découvre chaque jour davantage en m unissant à Toi..» Guy Carpier (60 IL) Icam liaisons n

20 LE CARNET NAISSANCES Héloïse Bessoli, 3ème enfant de Pascal (99) 25/01/14 Emma Baron, 1er petite fille de Robert Baron (78) 06/02/14 Alban Gillard, 3ème enfant de Mathieu (104AL), 11ème petit-enfant de Gilles Bonduelle (68) 20/02/14 Eliott Mekerke, 2ème enfant de François (106) 02/03/14 Gabriel Abbas, 7ème arrière petit-enfant de Michel Thomas (51) 12/03/14 Théophane Tobo-Legrain, 2ème enfant de Lilia (103) 30/03/14 Maël Guilmain, 1er enfant d Alexis (107) 16/04/14 Ilyas Bal, 16ème petit-enfant de Jean-Gabriel Prieur (71) 05/05/14 Suzanne d Halluin, 9ème petit-enfant de Pierre d Halluin (72) 09/05/14 Marguerite Brozyna, 4ème enfant de Przemyslaw (104) et Céline (108) 16/05/14 Juliette Olagne, 18ème petit enfant de Marc (68) 22/04/14 Agenda RENCONTRE NATIONALE samedi 8 Novembre Paris Nouvelle formule sur une journée : forum + soirée festive Thème : LES NOUVEAUX DÉFIS DE L INGÉNIEUR Réunion délégués et animateurs : dim. 9 Novembre à Paris Promo 48 : pèlerinage à Lourdes du 15 au 18 Septembre Promo 50 : croisière sur la Seine du 4 au 8 octobre 2014 Promo 55 : 18 Mai 2015 à Lille Promo 58 : du 15 au 19 Septembre dans le Var Promo 59 : du 9 au 12 Septembre à St Etienne Promo 63 : du 23 au 25 Septembre 2014 en Normandie Promo 66 : septembre à Reims Promo 70 : 27/30 septembre au Mont St Michel Promo 99 IN : septembre 2014 en région Parisienne Promo 104 Lille : 10 ans les 30/31 août 2014 MARIAGES Sophie Rousselle (108L), fille de Denis (79L) et François Dubois (108L) 26/04/14 Axel de la Fouchardière et Anne-Flamine George, fille d Aubert (84) 31/05/14 Clarisse Laurent (107) et Edouard Limouse (107) 14/04/14 Quentin Maydieu, petit-fils de Jacques (51) et Chloé 20/06/14 Erin O Connor et Pierre-Yves Frouin, fils de Marc-André (82) 28/06/14 Rémy Boët et Astrid Fouan, fille d Arnaud (85) 02/08/14 Céline Gallerne et Tristan Bavière, fils de Jean (63) 30/08/14 DECES Madame Riche, veuve de Daniel (44) 02/06/14 Madame Dos, veuve de Maurice (51) 03/05/14 Jean-Maxime Belliard (75) 05 /11 Monsieur Baron, père de Robert (78) 24/12/13 Julie Gaujard, fille de Benoît (96), à l âge de 13 ans 05/03/14 Christian Dooze (93) 09/03/14 Pierre Delestre (57) 21/03/14 Eugène Le Her (49) 23/03/14 Jean-Pierre Latapie (65) 26/03/14 Joseph Fortin (48) 01/04/14 Jean-Claude Beuque (57) 01/04/14 Madame Crombet, veuve d Henri (48) 11/04/14 Alexandre Trévisan (52) 11/04/14 Robert Ghesquiere (48) 21/04/14 André Chatrenet (48) 26/04/14 Justine Leclercq petite-fille de Jacques (57), à l âge de 23 ans 24/04/14 Ghislain Enfrein (94) 05 /14 Hubert Daguzan (57) 20/05/14 Madame Freymuth, mère de Daniel (74) 26/05/14 Madame Riche, épouse de Daniel (44) 02/06/14 Sébastien Rafaralahy (64) 02/06/14 Voyage en Russie du 28 Mai au 5 Juin 2014 Moscou, l Anneau d or, Saint Pétersbourg Huit jours pour se faire une idée de cette Russie qui nous parait, pour une part très proche de notre monde occidental, et qui est, en même temps, fort différente, ne serait-ce que par sa langue et son histoire du dernier siècle. Moscou est une grande ville (entre 11 et 17 millions d habitants déclarés), particulièrement riche en embouteillages, qui ont un peu entravé notre programme, mais nous ont donné l occasion de découvrir un métro ayant une dizaine de stations qui sont de véritables œuvres d art gigantesques et évidemment le splendide musée des Beaux Arts, la galerie Tretiakov et l incontournable Kremlin. A Moscou et dans toutes les villes de l Anneau d Or (villes anciennes au riche passé politique et religieux à 100 kms) à Serguev Possad, Souzdal ou Vladimir, nous avons pu découvrir de somptueuses «cathédrales» orthodoxes emplies de touristes, mais aussi de pratiquants. Après 70 ans de régime bolchevik, «la sainte Russie» a retrouvé sa foi orthodoxe et presque toutes ses églises et les a magnifiquement restaurées (que d or et d icones!). Que dire de Saint Pétersbourg qui nous a tous séduits. Des musées exceptionnels, comme «l Ermitage» ou leur Versailles «Peterhof» et un urbanisme général s appuyant sur les trois bras du fleuve Neva et de multiples canaux. Cerise sur le gâteau : 26 sur 36 participants de notre groupe ont pu assister au ballet du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Comme lors de nos différents voyages, nous avions fait signe à nos ingénieurs Icam et ECAM expatriés Une excellente soirée à Moscou avec 4 ingénieurs : Alain Grenez (85), Eric Rigal (78), Yves Leleu (E74) et son épouse, et Louis-Marc Gaudefroy (70) à Saint Pétersbourg. Deux avaient fait 200 kms pour être là!!!! Merci à tous de nous avoir fait mieux comprendre la vie industrielle et la vie quotidienne en Russie. Tout n est pas facile mais tous sont heureux de vivre cette expérience. Le 4ème, le jeune Louis-André Gruart (2006) a osé créer une entreprise. Son témoignage nous a donné une grande bouffée d optimisme. Cette rapide plongée, nous a permis, au-delà de ce que nous rapportent les médias, de mieux comprendre ce qu est la vie aujourd hui dans des grandes villes russes et ce qu à été leur récente histoire. La Perestroïka a marqué l écroulement de l économie et une période de misère et de famine. L économie est ensuite bien repartie, quoiqu un peu en panne aujourd hui, le coût de la vie est cher et les salaires bas (4 à 500 d pour un ouvrier en usine), mais il reste une certaine nostalgie du passé dictatorial, collectiviste mais protecteur. La Russie rêve encore de l URSS et le Président Poutine en est le chantre.

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Jalix, intégrateur-conseil en systèmes d information

Jalix, intégrateur-conseil en systèmes d information Jalix est un intégrateur-conseil en systèmes d information spécialisé dans les domaines de : n l infrastructure, n la mise en œuvre de solutions ERP/PGI et CRM, n le pilotage de projets (ERP, CRM, infrastructure),

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

IT on demand & cloud professional services

IT on demand & cloud professional services IT on demand & cloud professional construisons ensemble l avenir de vos solutions informatiques les plus critiques IT on demand & cloud professional agréger un écosystème d applications et d infrastructures

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY

LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY LE SYNDICAT DE L INNOVATION BIG BIG DATA, UNE RÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE OU CULTURELLE? DATA DAY A EURATECHNOLOGIES, 165 AVENUE DE BRETAGNE, 59000 LILLE JEUDI 18 SEPTEMBRE 2014 Le Big Data envahit brutalement

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

PLM PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT MASTÈRE SPÉCIALISÉ

PLM PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT MASTÈRE SPÉCIALISÉ INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUÉES DE LYON PLM MASTÈRE SPÉCIALISÉ FORMATION PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT SYSTEMES D INFORMATION ET STRATEGIES POUR MAÎTRISER LE CYCLE DE VIE DES PRODUITS INDUSTRIELS

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser fiche MÉTIERS2013 LOGISTIQUE Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser Fed Supply est un cabinet dédié aux recrutements temporaires et permanents des métiers de l ADV, des Achats et de la Logistique

Plus en détail

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage»

MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» MEETIC PROFITE DU NOUVEAU POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE DE MISMO : Une offre orientée «Forget Technology» et «usage» DOSSIER DE PRESSE Nantes, le 15 janvier 2014 Sommaire I. 20 ans de croissance et d innovation

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Consultant indépendant en portage salarial

Consultant indépendant en portage salarial Consultant indépendant en portage salarial AD Missions met à votre disposition un éventail de services efficaces destinés à simplifier la gestion de votre activité et stimuler son développement. Un accompagnement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale

Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique. améliore la performance globale Votre infrastructure est-elle? La collaboration informatique améliore la performance globale Des processus automatisés Travail isolé ou processus de groupe : où en êtes-vous? Le travail en équipe a toujours

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

#BigData Dossier de presse Mai 2014

#BigData Dossier de presse Mai 2014 #BigData Dossier de presse Mai 2014 La valeur du Big Data pour l entreprise Comment permettre l avènement d une culture de la donnée pour tous? Dans un monde porté par la mobilité et le Cloud, non seulement

Plus en détail

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste

CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012. Spécialité : Analyste CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME CONCOURS D ATTACHÉ TERRITORIAL Session 2012 Spécialité : Analyste Epreuve de rédaction, à l aide des éléments d un dossier, d un RAPPORT faisant appel à l esprit d analyse

Plus en détail

Les métiers de la comptabilité

Les métiers de la comptabilité Les métiers de la comptabilité Présentation des métiers Les entreprises ne peuvent se passer de comptables. On trouve ces derniers partout ; ils travaillent soit dans des petites et moyennes entreprises

Plus en détail

SERVICES MANAGÉS. Consacrez votre temps et vos ressources à votre business. Éditeur - Intégrateur de solutions sectorielles et métiers

SERVICES MANAGÉS. Consacrez votre temps et vos ressources à votre business. Éditeur - Intégrateur de solutions sectorielles et métiers SERVICES MANAGÉS Consacrez votre temps et vos ressources à votre business Éditeur - Intégrateur de solutions sectorielles et métiers Prodware Créé en 1989, Prodware est éditeur - intégrateur de solutions

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents mode d emploi(s) twitter.com/dtalents, source de ressources 2 MODES D EMPLOI(S) 1. Sans Dtalents 2. Avec Dtalents Les 4 atouts principaux de Dtalents : Un engagement social total : garantie et paiement

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Avec vous, nous nous engageons pour construire vos solutions de gestion Face à la globalisation des marchés, au développement des systèmes

Plus en détail

Secteur Distribution & Retail

Secteur Distribution & Retail Secteur Distribution & Retail isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques des métiers du négoce Selon l Observatoire des commerces

Plus en détail

POURQUOI FAIRE APPEL A UN PRESTATAIRE?

POURQUOI FAIRE APPEL A UN PRESTATAIRE? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Lorsqu une entreprise décide de créer son site web, elle fait généralement appel à un ou plusieurs prestataires spécialisés. Néanmoins face à la diversité de l offre,

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente

Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Conception d une infrastructure «Cloud» pertinente Livre blanc d ENTERPRISE MANAGEMENT ASSOCIATES (EMA ) préparé pour Avocent Juillet 2010 RECHERCHE EN GESTION INFORMATIQUE, Sommaire Résumé........................................................

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Canon Business Services 2013

Canon Business Services 2013 Canon Business Services 2013 Powering Business Transformation* * Au cœur de vos transformations Notre métier? Assurer le succès de votre entreprise. Canon Business Services redéfinit l externalisation

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES

FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES Universitaire Professionnel FILIÈRE DE FORMATION BANQUE- ASSURANCES LICENCE PROFESSIONNELLE CHARGÉ DE CLIENTÈLE DE PARTICULIERS D.U. CHARGÉ DE CLIENTÈLE DE PROFESSIONNELS EN BANQUE UCO Laval Campus EC

Plus en détail

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val

MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val MICROSOFT DYNAMICS CRM & O Val O Val Operational Value JSI Groupe 2, rue Troyon 92310 Sèvres 1 AGENDA 1. QUI SOMMES-NOUS? 2. NOS OFFRES 3. UNE ORGANISATION COMMERCIALE DÉDIÉE À NOS CLIENTS 4. O VAL : OPERATIONAL

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB?

COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? COMMENT CHOISIR UN PRESTATAIRE WEB? Lorraine Lorsqu une entreprise décide de créer son site web, elle fait généralement appel à un ou plusieurs prestataires spécialisés. Néanmoins, face à la diversité

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique.

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans la mise à niveau et le déploiement de son infrastructure informatique. Cette consultation a pour objectif de recruter un prestataire informatique

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel ASSURANCE DÉCÈS PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre parimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Présentation des nouveautés Sage i7

Présentation des nouveautés Sage i7 Présentation des nouveautés Sage i7 1 - Nouveautés transverses A. Ergonomie B. La dimension Etendue C. Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1

Plus en détail

provinciale La bourse de l État n est pas

provinciale La bourse de l État n est pas etudes INFOS La newsletter du Service Étudiant-Formation-Jeunesse / janvier 2013 Bonjour, Le Service Étudiant-Formation-Jeunesse de la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris est à l écoute de tous les

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE

PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE PROFIL D ENSEIGNEMENT BACHELIER en GESTION DES TRANSPORTS ET LOGISTIQUE D ENTREPRISE Une formation aux couleurs de la HELHa L'enseignement de la Haute École Louvain en Hainaut donne une place centrale

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable 07.10.2013 Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable Nouveau En parallèle du Diplôme d aide-comptable, nous proposons un cours destiné à développer les compétences théoriques et pratiques de base

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier

Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion du patrimoine immobilier Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Qu est-ce que le «cloud computing»?

Qu est-ce que le «cloud computing»? Qu est-ce que le «cloud computing»? Par Morand Studer eleven Octobre 2011 Qu est-ce que le «cloud computing»? - Morand Studer eleven Octobre 2011 www.eleven.fr 1 Aujourd hui, la démocratisation de l informatique

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP

Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP Innovation. Technologies. People. Expert en solutions de convergence IP BeIP, grossiste expert en solutions de convergence IP, développe des solutions globales en s appuyant sur les technologies les plus

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

Nouveautés produits i7

Nouveautés produits i7 Nouveautés produits i7 1 - Nouveautés transverses A-Ergonomie B - La dimension Etendue C- Les éditions pilotées XL 2 - Gestion des Clients A - Sage 30 et Sage 100 Gestion Commerciale i7 1-1 La Gestion

Plus en détail

Le Master FC en e-learning. Jean-Guy BERNARD, Directeur Général EM Normandie

Le Master FC en e-learning. Jean-Guy BERNARD, Directeur Général EM Normandie Master de l École de Management de Normandie par la voie de la Formation Continue en e-learning Diplôme visé Bac+5 Grade de Master Objectifs du programme Développer des compétences opérationnelles dans

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans

Bachelor in Business. programme post-bac en 3 ans Bachelor in Business programme post-bac en 3 ans Bienvenue à l ISC Paris Andrés Atenza Directeur Général de l ISC Paris Formation généraliste, le Bachelor in Business de l ISC Paris vous donne toutes les

Plus en détail

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique

Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Sage HR Management Avec Sage HR Management, transformez votre gestion du capital humain en atout stratégique Face à un marché instable et une concurrence accrue, la Direction Générale a pris conscience

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Rendez vous sur notre site. www.cv-star.com

Rendez vous sur notre site. www.cv-star.com Rendez vous sur notre site www.cv-star.com Index L emploi en France : Constat et conséquences Le marché de l emploi en France Répondre aux besoins des entreprises De nouvelles méthodes de recrutement La

Plus en détail