Réalisabilité et extraction de programmes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réalisabilité et extraction de programmes"

Transcription

1 Mercredi 9 mars 2005

2 Extraction de programme: qu'est-ce que c'est? Extraire à partir d'une preuve un entier x N tel que A(x). π x N A(x) (un témoin) (En fait, on n'extrait pas un entier, mais un programme qui le calcule) Extraire à partir d'une preuve. π x N y N A(x, y) un programme f : N N t.q. A(x, f (x)) pour tout x N.

3 Extraction de programme: pourquoi? Intérêt pratique: Fabriquer un algorithme à partir d'une preuve. Intérêt philosophique: Un début d'explication du mystère de la déraisonnable ecacité des mathématiques (E. Wigner) Intérêt ludique: Quel programme peut bien se cacher derrière la preuve du théorème XXX dûe à YYY? Mais l'extraction de programme n'est pas toujours possible...

4 Une existence sans témoin Théorème Il existe deux nombres irrationnels a et b tels que a b est rationnel. Preuve. On raisonne par cas suivant que 2 2 Q ou non. Si 2 2 Q, on prend a = b = 2. Si 2 2 / Q, on pose a = 2 2, b = 2, et il vient a b = ( 2 2) 2 = = 2 2 = 2. De cette preuve on ne peut pas extraire un couple (a, b) tel que a, b / Q et a b Q

5 Une disjonction sans alternative Théorème Ou bien e + π est transcendant, ou bien e π est transcendant. Preuve. Par l'absurde. Supposons S = e + π et P = e π algébriques. On considère l'équation du second degré à coecients algébriques: x 2 Sx + P = 0 Les nombres e et π, qui sont les solutions de cette équation, sont donc algébriques. Contradiction. Cette preuve ne dit pas quelle alternative est vraie!

6 Existence d'une fonction non calculable Soient: Halt(x) x est le code de Gödel d'une machine de Turing qui termine (sur le ruban vide) A(x, y) (Halt(x) y = 1) ( Halt(x) y = 0) Théorème Pour tout x N, il existe y N tel que A(x, y). Preuve. On raisonne par cas suivant que Halt(x) ou non. Si Halt(x), on prend y = 1. Si Halt(x), on prend y = 0. Ici, la fonction f à extraire est bien dénie... mais non calculable.

7 La logique intuitionniste (LJ) Brouwer (Luitzen Egbertus Jan, ) Point de vue philosophique: Le rejet de principes non-constructifs tels que le tiers-exclus: A A le raisonnement par l'absurde (déduire A de l'absurdité de A) l'axiome du choix, ou du moins certaines formes (Zorn) Techniquement: La déduction naturelle (Prawitz 1964) Basée sur des séquents asymétriques, de la forme Γ A On a l'inclusion stricte: LJ LK

8 Logique intuitionniste: ce qu'on conserve/ce qu'on perd En logique: On conserve les implications... A A (Double négation) (A B) ( B A) (Contraposition) ( A B) (A B) (Implication matérielle)... mais les réciproques sont perdues Lois de Morgan: (A B) A B (A B) A B ( x A(x)) x A(x) ( x A(x)) x A(x)

9 Logique intuitionniste: ce qu'on conserve/ce qu'on perd En algèbre: On conserve toute l'algèbre de base (1er cycle) mais on perd une partie de la théorie spectrale En topologie: On conserve la topologie générale mais il faut entièrement la reformuler! Topologie sans points, Espaces formels En combinatoire: Y a-t-il quoi que ce soit qui disparaisse?

10 Logique intuitionniste: ce qu'on conserve/ce qu'on perd En analyse: On conserve l'existence de R mais on perd son unicité (à isomorphisme près) Le maximum d'une fonction continue sur un compact n'est plus toujours atteint mais on peut toujours l'approcher à ε près. On conserve la mesure (et l'intégrale) de Lebesgue pourvu qu'on utilise la bonne construction de R!

11 Logique intuitionniste: ce qu'on gagne 1 La propriété de la disjonction: D'une preuve de A B (sans hypothèse), on peut extraire une preuve de A ou une preuve de B.. π A B. π 1 A ou. π 2 B 2 La propriété du témoin: D'une preuve de x A(x) (sans hypothèse), on peut extraire un témoin t et une preuve de A(t).. π x A(x) t +. π A(t) 3 Fonctions récursives: Les fonctions dont on peut démontrer l'existence sont toutes calculables

12 Une critique de la logique classique Signication de A = valeur de vérité de A? Les propositions = 4 et x, y, z, n N (n > 2 x n + y n z n ) Alfred Tarski ont-elles réellement la même signication? La prouvabilité commute avec, mais pas avec. Les quanticateurs, : (D {0; 1}) {0; 1} ne sont pas des fonctions calculables dès que le domaine D est inni. Quel est le statut de la notion de démonstration?

13 L'interprétation de Brouwer-Heyting-Kolmogorov (BHK) Le cahier des charges du constructivisme: Signication de A Ensemble des preuves de A L.E.J. Brouwer A. Heyting A.N. Kolmogorov (noté Φ(A)) Démontrer A exhiber une preuve π Φ(A) Signication des connecteurs: Φ(A B) Φ(A) Φ(B) (produit cartésien) Φ(A B) Φ(A) + Φ(B) (union disjointe) Φ(A B) Φ(A) Φ(B) (espace des fonctions) La signication des quanticateurs est un peu plus complexe...

14 L'interprétation de BHK: Exemple 1 Question: qu'est-ce qui prouve A B B A? A B B A? Réponse: fun (x, y) (y, x)

15 L'interprétation de BHK: Exemple 2 Question: qu'est-ce qui prouve (A B) (B C) (A C)? (A B) (B C) (A C)? Réponse: fun (f, g) fun x g(f (x))

16 L'interprétation de BHK: Exemple 3 Rappel: A B A + B Inl of A Inr of B Question: qu'est-ce qui prouve (A B) (B A)? (A + B) (B + A)? Réponse: function Inl(x) Inr(x) Inr(y) Inl(y)

17 Réalisabilité: les principes On se donne un langage de programmation P: Fonctions récursives (Kleene) λ-calcul, λµ-calcul, etc. PCF, Caml non typé, LISP,... On interprète chaque formule A de la théorie considérée par un ensemble de programmes Φ(A) En suivant les principes de l'interprétation de BHK... adaptés au langage considéré p A p réalise A p Φ(A) On montre que si A est prouvable, alors A est réalisable Le réalisateur p A est construit par induction sur la preuve de A En pratique, il s'agit surtout de vérier que les axiomes de la théorie sont réalisables. S.C. Kleene

18 Réalisabilité dans le calcul des prédicats intuitionniste Interprétation des connecteurs: Φ(A B) = { p q Φ(A) p q Φ(B) } Φ(A B) = { p p (p 1 Φ(A), p } 2 Φ(B)) Φ(A B) = { p p Inl(p 1 Φ(A)) p Inr(p } 2 Φ(B)) Φ( ) = ( A A ) Interprétation des quanticateurs: Φ( x A(x)) = Φ(A(d)) d D Φ( x A(x)) = d D [D = domaine de la quantication] Φ(A(d)) [ou presque... :-)]

19 Réalisation de l'égalité Le prédicat d'égalité x = y est interprété par: Par exemple: Φ(x = y) = { P si x = y sinon fun p? p x y [s(x) = s(y) x = y] fun p? p x [s(x) = 0 ] où s désigne la fonction successeur sur N (*) (*) Ou plus généralement toute fonction injective n'admettant pas 0 dans son image.

20 Réalisation des quantications numériques On introduit un prédicat de relativisation Nat(x) pour distinguer les quantications numériques: N x P(x) x (Nat(x) P(x)) N x A(x) x (Nat(x) P(x)) On pose: Φ(Nat(x)) = { {p p x} si x N sinon Les réalisateurs de N x P(x) calculent le témoin: p N x P(x) ssi p (n, q) avec q A(n)

21 Un dernier exercice... Soit iter un programme tel que: iter (a, f ) 0 a iter (a, f ) (n + 1) f n (iter (a, f ) n) (n N) Le comportement de iter n'a pas besoin d'être déni dans les autres cas. On considère un prédicat P(x) quelconque. 1 Montrer que si { a P(0) f N x (P(x) P(s(x))) alors pour tout n N on a: iter (a, f ) n P(n) 2 En déduire que iter P(0) N x (P(x) P(s(x))) N x P(x)

22 Réalisation des preuves de l'arithmétique de Heyting Les transparents précédents donnent les grandes lignes de la réalisabilité dans l'arithmétique de Heyting (HA) (= arithmétique intuitionniste du premier ordre) Théorème (Kleene): Si A est prouvable dans HA, alors A est réalisable par un programme p P. Propriété du témoin: Si p N x P(x), alors p (n, q) avec q P(n) La réalisabilité dans HA s'étend très facilement: Au second ordre: HA2 ( analyse intuitionniste) À l'ordre supérieur: HAω

23 Conclusion Réalisabilité Un sous-produit mathématique du programme philosophique intuitionniste Principe: Formule Ensemble de réalisateurs Généralisation des notions de valeur de vérité et de modèle Une technique très exible Réalisabilité classique (Krivine) BHK étendue au tiers-exclus backtracking Nécessite un langage de programmation avec des continuations Mais on perd (en général) la propriété d'extraction du témoin Réalisabilité en théorie des ensembles Friedman 73, McCarty 84, Krivine 01, Miquel 03,...

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r Préséance (priorité) des opérateurs (1) [x := e] (substitution textuelle) (prioritéélevée) (2). (application de fonction) (3) + P (opérateurs unaires préfixes) (4) / mod pgcd (5) + (opérateurs binaires)

Plus en détail

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre

Mathématiques pour l'informatique? Au programme. Objectif du semestre Mathématiques pour l'informatique? Calcul des Ensembles David Teller 09/02/2007 Q L'informatique, au juste, c'est quoi? A L'informatique, c'est : de l'électronique de la théorie des processus de la linguistique

Plus en détail

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2.

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2. CH.8 Décidabilité 8.1 Les langages récursifs 8.2 La machine de Turing universelle 8.3 Des problèmes de langages indécidables 8.4 D'autres problèmes indécidables Automates ch8 1 8.1 Les langages récursifs

Plus en détail

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h École polytechnique X2013 INF412 Fondements de l informatique Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h Sujet proposé par Olivier Bournez Version 3 (corrigé) L énoncé comporte 4 parties (sections),

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Introduc)on à la logique Michel Rueher

Introduc)on à la logique Michel Rueher Introduc)on à la logique Michel Rueher SI3 Qu est ce que la logique? Etre Logique? Formaliser le raisonnement? Automatiser le raisonnement? Un art paradoxal? A quoi peut servir la logique? Formaliser le

Plus en détail

Arbres. Alphabet Σ = Σ 0 Σ k. Exemples

Arbres. Alphabet Σ = Σ 0 Σ k. Exemples Arbres Alphabet Σ = Σ 0 Σ k Σ i : alphabet fini de symboles de rang i (Σ i Σ j possible). Un arbre t de rang k est défini par un ensemble (fini) dom(t) {1,..., k} clos par préfixe (domaine de t) : si v,

Plus en détail

Annexe B. Liste des lois. E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x)

Annexe B. Liste des lois. E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x) Annexe B Liste des lois (1.7) (GS1.1) Substitution : E E[v := F ] (1.8) (GS1.2) Réflexivité : x = x (1.9) (GS1.3) Symétrie (commutativité) : (x = y) =(y = x) (1.10) (GS1.4) Transitivité : X = Y, Y = Z

Plus en détail

Logique pour l informatique

Logique pour l informatique UR Sciences et Techniques Licence S&T 1 année Logique pour l informatique Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine 1 MATHEMATIQUES ET INORMATIQUE Travaux pionniers toujours d actualité

Plus en détail

Programmes, preuves et fonctions : le ménage à trois de Curry-Howard

Programmes, preuves et fonctions : le ménage à trois de Curry-Howard Programmes, preuves et fonctions : le ménage à trois de Curry-Howard Emmanuel Beffara Lionel Vaux 13 juin 2013 Résumé Ce cours est une introduction à la théorie de la démonstration, et plus particulièrement

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Cours 9: Automates finis

Cours 9: Automates finis Cours 9: Automates finis Olivier Bournez ournez@lix.polytechnique.fr LIX, Ecole Polytechnique INF421-a Bases de la programmation et de l algorithmique Aujourd hui Rappels Déterminisation Automates et expressions

Plus en détail

Emmanuel Filiot Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles. Année académique 2014-2015

Emmanuel Filiot Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles. Année académique 2014-2015 INFO-F-302, Cours d Informatique Fondamentale Emmanuel Filiot Département d Informatique Faculté des Sciences Université Libre de Bruxelles Année académique 2014-2015 Problèmes Indécidables : Définition

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction Chapitre 4 Démonstrations L objectif de ce chapitre est de commencer à aborder la question fondamentale suivante : qu est-ce qu une démonstration? Pour cela, plus précisément, on va se focaliser dans ce

Plus en détail

Le calcul propositionnel

Le calcul propositionnel MTA - ch2 Page 1/8 Éléments de logique - Raisonnements I Le calcul propositionnel Dénition 1 Une assertion est un énoncé dont on peut dire sans ambiguïté s'il est Vrai ou Faux. Cette convention permet

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Épreuve orale d Informatique Fondamentale

Épreuve orale d Informatique Fondamentale Épreuve orale d Informatique Fondamentale Patrick Baillot, Nicolas Ollinger, Alexis Saurin ULC MPI 2013 Résumé Ce document consiste en une sélection, à titre d exemples, de 3 sujets proposés à l épreuve

Plus en détail

Cours d algebre pour la licence et le Capes

Cours d algebre pour la licence et le Capes Cours d algebre pour la licence et le Capes Jean-Étienne ROMBALDI 6 juillet 007 ii Table des matières Avant-propos Notation v vii 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 11 Quelques notions

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/

Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables. http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Calculabilité Cours 3 : Problèmes non-calculables http://www.irisa.fr/lande/pichardie/l3/log/ Problèmes et classes de décidabilité Problèmes et classes de décidabilité Nous nous intéressons aux problèmes

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

L2: cours I4c Langages et automates

L2: cours I4c Langages et automates L2: cours I4c Langages et automates Olivier Togni, LE2I (038039)3887 olivier.togni@u-bourgogne.fr Modifié le 31 mai 2007 Sommaire Utiles pour compilation, interprétation,... 1. Langages rationnels 2. Langages

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Institut National des Sciences Appliquées - Rouen Département Architecture des Systèmes d'information michel.mainguenaud@insa-rouen.fr Graphe et Spatialisation!

Plus en détail

Logique et bases de données

Logique et bases de données Logique et bases de données Vision logique d une BD relationnelle Signification des règles logiques Le modèle DATALOG Evaluation des règles non récursives Signification et évaluation des règles récursives

Plus en détail

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle

Langages & BDD. Classification. Algèbre relationnelle. Sélection. Opérateurs de l algèbre relationnelle Langages & BDD Le langage de manipulation : Insertion de valeurs. Suppression de valeurs. MAJ de valeurs. Réda DEHAK reda@lrde.epita.fr Le langage d interrogation : Recherche des données obéissants à un

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Logique et bases de données

Logique et bases de données Logique et bases de données Plan Théorie du premier ordre Hypothèses CWA, unique name, domain closure BD comme interprétation BD comme théorie du 1er ordre BD déductives Signification des différentes formes

Plus en détail

Cahier de textes Mathématiques

Cahier de textes Mathématiques Cahier de textes Mathématiques Mercredi 6 janvier : cours 2h Début du chapitre 12 - Convergence de suites réelles : 12.1 Convergence de suites : suites convergentes, limites de suites convergentes, unicité

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Chapitre 7 : Programmation dynamique

Chapitre 7 : Programmation dynamique Graphes et RO TELECOM Nancy 2A Chapitre 7 : Programmation dynamique J.-F. Scheid 1 Plan du chapitre I. Introduction et principe d optimalité de Bellman II. Programmation dynamique pour la programmation

Plus en détail

Sé m a n t iq u e d e la lo g iq u e. In t e r p r é t a t io n ( 1 /2 )

Sé m a n t iq u e d e la lo g iq u e. In t e r p r é t a t io n ( 1 /2 ) Sé m a n t iq u e d e la lo g iq u e Comment écrire les formules? Aspects syntaxiques Programmation Comment Logique et déterminer Prolog la valeur de vérité d une formule? Aspects sémantiques logique bivaluée

Plus en détail

Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles

Programme du Math1. Chapitre 1. 22/09/2013 بالتوفيق. Math1 L1 Semestre 1 SM ST. Bibliographie: 1. Notions de Logique. 2. Ensembles /09/013 Programme du Math1 Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene Faculté de Mathématiques Math1 L1 Semestre 1 SM ST Dr M ZIDANI-BOUMEDIEN 1 Ensembles, Relations, Applications Structures

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Logique et théorie des ensembles

Logique et théorie des ensembles Université de Metz Licence de Mathématiques 1ère année, 1er semestre Logique et théorie des ensembles par Ralph Chill Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Année 2007/08 1 Contenu Chapitre

Plus en détail

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde

Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Mathématiques et Philosophie en classe de seconde Intervention du Professeur de mathématiques. Effectif de la classe : 34 élèves. Intervention : quinze heures en alternance avec le cours de Philosophie.

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Notes de Cours : LOGIQUE MATHÉMATIQUE. Par Pr. Mohamed MEZGHICHE

Notes de Cours : LOGIQUE MATHÉMATIQUE. Par Pr. Mohamed MEZGHICHE Notes de Cours : LOGIQUE MATHÉMATIQUE Par Pr. Mohamed MEZGHICHE Table des matières partie 1. LOGIQUE 5 Chapitre 1. Rappels mathématiques 7 1. Les entiers naturels 7 2. Démonstration par contraposition

Plus en détail

10' - LES ARBRES BINAIRES

10' - LES ARBRES BINAIRES Ch 10' - LES ARBRES BINAIRES On va restreindre les capacités des arbres en obligeant les nœuds à posséder au maximum deux sous-arbres. Ces nouveaux arbres seront plus faciles à maîtriser que les arbres

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Partiel - 12 mars 2014

Partiel - 12 mars 2014 Licence STS, semestre 4 013 14 Mathématiques pour l Informatique (Info 9) 1 mars 014 http://www.lri.fr/~paulin/mathinfo Partiel - 1 mars 014 L examen dure heures. L énoncé est composé de 5 pages. Toutes

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Université Sultan Moulay Slimane

Université Sultan Moulay Slimane Université Sultan Moulay Slimane Faculté des sciences et techniques de Beni Mellal Année universitaire : 2012/2013 Cours du Module Algèbre I Abdesselam BOUARICH Deuxième version : 14/01/2013 Table des

Plus en détail

Correction de programmes : Logique de Hoare

Correction de programmes : Logique de Hoare 16 juillet 2009 Logique et informatique Vis-à-vis de l informatique la logique a au moins 2 rôles : 1 Externe et théorique (fondements de l informatique - Électif en S4) : Logique comme méta-informatique

Plus en détail

Ensembles. Fonctions. Cardinaux

Ensembles. Fonctions. Cardinaux Université Lens Année 2003-2004 MIAS 1 ère année feuille n 1 Ensembles. Fonctions. Cardinaux Exercice 1 Montrer par contraposition les assertions suivantes, E étant un ensemble : 1. A, B P(E) (A B = A

Plus en détail

LES SYSTEMES FORMELS. } où pour tout i, w i et m i sont des mots.

LES SYSTEMES FORMELS. } où pour tout i, w i et m i sont des mots. LES SYSTEMES FORMELS 1 - Qu'est-ce qu'un système formel? Un système formel est un quadruplet S = ( A, γ, Ax, R) où : 1 - A est un ensemble fini de symboles, appelé alphabet, 2 - γ est un procédé de construction

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

1 Questions de coût (de la vie?)

1 Questions de coût (de la vie?) 1 Université Paul Sabatier Année 2009-2010 Préparation à l'agrégation Arithmétique des entiers et des polynômes Option C emmanuel hallouin@univ-tlse2.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ hallouin/eh-agreg.html

Plus en détail

INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS

INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS 1 INF1130 SESSION A08 EXAMEN INTRA SOLUTIONS dimanche 26 octobre 2008 Question 1 sur la logique propositionnelle (12 points, 3 pour chaque partie). Supposons que les quatre propositions suivantes sont

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

2.6 Calcul des séquents classiques (sans coupure)

2.6 Calcul des séquents classiques (sans coupure) 2.6. CALCUL DES SÉQUENTS CLASSIQUES (SANS COUPURE) 25,,, ^ ^ left,,, ^ ^ right,,, left,,, right,,,!! left,,,!! right,, left,, right,a,a Axiom Figure 2.7 Le calcul LK 0 : règles d introduction 2.6 Calcul

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

De Hilbert à Kronecker. Les fondements de la logique arithmétique. Yvon Gauthier

De Hilbert à Kronecker. Les fondements de la logique arithmétique. Yvon Gauthier De Hilbert à Kronecker. Les fondements de la logique arithmétique 1 Yvon Gauthier Le projet De Hilbert à Kronecker. Les fondements de la logique arithmétique est la continuation de travaux entrepris depuis

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot LICENCE 1 SEMESTER 2 (Spring) o Initiation à la programmation 2 o Concepts informatiques o Internet et outils o Mathématiques élémentaires 2 COURSE DESCRIPTION Initiation

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Résolution des équations linéaires à deux variables. Octobre 2012

Résolution des équations linéaires à deux variables. Octobre 2012 Résolution des équations linéaires à deux variables Dédou Octobre 2012 Equations à deux inconnues? Une équations à deux inconnues réelles c est quoi? Equations à deux inconnues! Une équation à deux inconnues

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

TD 2 - Modèles de calcul

TD 2 - Modèles de calcul TD 2 - Modèles de calcul Remarques préliminaires Si ou désigne une relation binaire (de dérivation/transition suivant le contexte), on notera ou sa clôture transitive, comprendre la relation obenue en

Plus en détail

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle

Chapitre 3. Définitions récursives et induction structurelle Chapitre 3 Définitions récursives et induction structurelle 114 Plan 1. Définitions récursives 2. Induction structurelle 3. Exemples Arbres Naturels Expressions arithmétiques Lectures conseillées : I MCS

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Logique du premier ordre : syntaxe et sémantique II

Logique du premier ordre : syntaxe et sémantique II Logique du premier ordre : syntaxe et sémantique II I. La notion de modèle Comment démontrer qu une proposition n est pas démontrable? La notion de modèle Un langage L = (S, F, P) Un modèle de ce langage

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Collaboration d outils de preuve interactifs et automatiques

Collaboration d outils de preuve interactifs et automatiques Collaboration d outils de preuve interactifs et automatiques Stage de Master 2 Équipe Démons, LRI Université Paris Sud responsable : Jean-Christophe Filliâtre 8 septembre 2005 Motivation Traduction Utilisation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre INFO-F-302 Informatique Fondamentale Logique du premier ordre Prof. Emmanuel Filiot Exercice 1 1. Soit un langage L = (p, q, r, s, t, f, g) où p, q sont des prédicats unaires, r, s, t sont des prédicats

Plus en détail

CHAPITRE IV. L axiome du choix

CHAPITRE IV. L axiome du choix CHAPITRE IV L axiome du choix Résumé. L axiome du choix AC affirme qu il est légitime de construire des objets mathématiques en répétant un nombre infini de fois l opération de choisir un élément dans

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail