L affichage obligatoire dans les entreprises de moins de 20 salariés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L affichage obligatoire dans les entreprises de moins de 20 salariés"

Transcription

1 L affichageobligatoire danslesentreprisesde moinsde20salariés UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

2 Préambule Cedocumentvousestdonnéàtitreindicatif.Ilnedispenseenriendeconsulterun spécialistepouradapteraubesoinlesrèglesaucasparcas. Ainsi,laresponsabilitédel UNIBnepeutengagéedufaitdel utilisationdeceguideet desmodèlesdiffusésci après. Lesexemplesdejurisprudencesontdonnésàtitreindicatifetnesauraientenaucuncas constituerunegarantieàl orientationdelajurisprudence. Nousvousconseillonsdanstouslescasdeconsulterunprofessionnelqualifié. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

3 Toutemployeuresttenuparuneobligationd affichagedanssonentreprise.ces affichagesvisentavanttoutàassurerlasécuritéetl informationdetouslessalariés.le nonrespectdecetteobligationpeutvousexposeràunrisqued amendedontla catégoriepeutvarierdela3 ème àla5 ème classesoitde450 à1500. Leterme«affichage»désigne: Noticepourl affichage l obligationd affichageimposéeauchefd entreprisedanslebutd assurerla publicitédecertainesrègleslégislativesetrèglementaires; ledroitd affichageaccordéauxreprésentantsdupersonnelpourinformerles salariésdeleursprojetsetdurésultatdeleursdémarches. L obligationd affichageimposéeauchefd entreprise. Cetteobligationportesurlesinformationssuivantes: a)horairesdetravail Vousdevezpréciserparvoied affichagelacompositiondeséquipessivotreentreprise travailleparéquipe. Vousdevezpréciserparvoied affichageleséquipesetleshorairesdenuitsivotre entrepriseestsoumiseautravaildenuit.(letravailestconsidéré«denuit»entre21het 6h,celapeutvousconcernersivousfaitesrégulièrementdesnocturnes). b)inspecteurdutravail Vousdevezindiquerlenom,lenumérodetéléphoneetl adressedel inspecteurdu travailàquiestrattachéevotreentreprise. c)médecindutravail Vousdevezindiquerlenomdumédecinainsiquelenumérodetéléphoneetl adresse delamédecinedutravailàquiestrattachéevotreentreprise. d)servicessecoursd urgence Vousdevezindiquerlesnumérosdevosfournisseursd électricitéetdegazlecas échéantainsiquelenuméroducentreanti poisonleplusprochedevotreentreprise. e)ordredesdépartsenvacances Ilestàafficheraumoinsdeuxmoisavantl ouverturedelapériodelégaledevacances. L ordredesdépartsdessalariésenvacancesestdéfinipar: lasituationdefamilledusalarié lesenfants lespossibilitésdecongésduconjoint f)conventionsetaccordscollectifsdetravail L employeurdoitrenseignerlessalariéssurlenomdelaconventioncollectiveainsique surlelieuoùelleestconsultablegratuitement. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

4 L employeurdoitégalementafficherlesaccordscollectifssignésdansl entrepriseouau niveaunational. g)electionsprofessionnellesetlistesélectorales(sivotreentrepriseemploie aumoins11salariés) Vousdevezinformerlepersonneldelatenuedesélectionsprofessionnellesdedélégués dupersonnel.vousdevrezégalementafficherleslistesélectoralesparcollège. h)égalitéderémunérationentreleshommesetlesfemmes Touslesétablissementsoccupantdupersonnelféminindoiventafficherdansleslieux detravailainsiquedansleslocauxoùs effectuel embauche,lestextesdeloiprohibant toutediscriminationdanslessalaires.(l affichagedecetteconsignen estpasobligatoire danslesentreprisesdemoinsde20salariés) i)egalitéprofessionnelle Lestextesconcernantlerespectdel égalitéprofessionnelledoiventêtreaffichésdans l entreprisequelquesoitsataille. L affichageseulnesuffitpasàdéchargerl employeurdesaresponsabilitéencas d inégalitéprofessionnelle,ilestnécessaired engagerdesactionspositivespour remédieràcetypedeproblème. j)réglementationpourlesharcèlementssexuelsetmoral L employeurn estpasobligéd afficherlestextesdeloiconcernantleharcèlementmoral ousexuel,maisilal obligationdetoutfairepourluttercontrecetypededélit. Attention,cetyped affichagen estpassuffisantpourdéchargerl employeurd une éventuelleresponsabilité. Encasdeproblème,ilfaudraengagerdesactionspositives. k)l interdictiondefumer «L interdictiondefumerdansleslieuxaffectésàunusagecollectifs appliquedanstous leslieuxfermésetcouvertsaccueillantdupublicouquiconstituentdeslieuxdetravail. Unesignalisationapparenterappelleleprincipedel interdictiondefumerdansleslieux mentionnésetindiquelesemplacementsmisàdispositiondesfumeurs.» Anoter:sivousdisposezdelocauxspécifiquesauxfumeurs,ets ilssontbienconformes àlaréglementationenvigueur(serapporteraucodedelasantépublique,articles R3511 1àR ),n oubliezpasàtitred information,demettreenplacel affichage «interdictiondefumer»àl entréedesespacesfumeur. Cesdispositionssontapplicablesdepuisle1 er février2007. Oùs appliquel interdictiondefumerdansl entreprise? Danslesentreprises,l interdictions applique: dansleslocauxaffectésàl ensembledupersonnel(accueil,réception,locauxde restauration,espacesderepos,lieudepassage ) dansleslocauxdetravail danslessallesderéunionoudeformation danslesbureaux,mêmeoccupésparuneseulepersonnedanslamesureoù plusieurspersonnesyontaccèsnotammentleserviced entretien. Ilestpossibledemettreenplaceunlocalréservéauxfumeurs.Leprojetdoitêtre soumisàlaconsultationduchsct,desdéléguésdupersonneletdumédecindutravail. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

5 Cettemiseenplaceestsoumiseàdescontraintestechniquesexigeantes(salleclose, normesdeventilation,fermetureautomatiquedesportes,superficie ) Pourrappel,toutepersonnefumantdansunlieudanslequell interdictions appliqueest passibled unecontraventiondela3 ème classequiluifaitencouriruneamendeforfaitaire de68. Concernantleresponsabledeslieux(employeur,salariébénéficiantd unedélégationde pouvoirenmatièred hygièneetsécurité),ilestpassibledel amendeprévuepourles contraventionsde4 ème classe(135 )si: Lesemplacementssontnon conformes Lasignalisationn estpasenplace Lenon respectdel interdictiondefumerestsciemmentfavorisé. l)consignesàincendie Lesconsignesencasd incendienesontobligatoiresquepourlesentreprisesdeplusde 50salariésoudanslesétablissementsmanipulantoustockantdesmatières inflammables. Cependant,ellessont«fortementrecommandées»danslesautresétablissements. 1/Règlesgénéralessurlesconsignesàincendie Oùest ilnécessaired afficherlesconsignesdesécuritéincendie? Dans«chaquelocaldontl effectifestsupérieurà5personnesoudansleslocauxoù sontentreposésoumanipulésdessubstancesoupréparationsclasséesfacilement inflammable.danschaquelocaloudanschaquedésengagementdesservantun groupedelocaux». Faut iltransmettrelesconsignesincendiesàl inspecteurdutravail? Ilestobligatoiredetransmettrelesconsignesdesécuritéàl inspecteurdutravail. L inspecteurdutravaildoitpouvoirconsulterlibrementleregistredesécurité. Apartirdequandfaut ilmettreenplacedesextincteurs? «Unextincteurde6litresdoitêtreinstalléauminimumdanstouteentreprisede 200mètrescarrédeplancher.» Néanmoins,ilexisteuneobligationpourlesentreprisesmanipulantdesmatières facilementinflammablesd avoirunnombred extincteurappropriéaurisque encouruparlamanipulationdecesmatières. Lesconsignesincendiesnefontpaspartiedurèglementintérieur,ellesnesont passoumisesauxmêmesrègles. L utilisationd unsystèmed alarmesonoreencasd incendieestobligatoirepour lesentreprisesdeplusde50salariésoudanscellemanipulantdesmatières facilementinflammables. Danslesentreprisesemployantdespersonneshandicapées,ilestnécessairede préciserdesmesuresd évacuationspécifiques. 2/Commentutiliserlesconsignesincendiefournies? UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

6 2 a)alerteencasd incendie Vousdevezcompléterlenuméroducentredesecoursleplusproche Vousdevezprécisezlenometéventuellementleservicedanslequelsetrouve la/lespersonne(s)chargée(s)d avertirlessapeurspompiers.vouspouvez éventuellementpréciserlemessageàtransmettreencasd incendie. Ladiffusiondel alarmeneseferapastoujoursparunesirène,ellepourraêtreeffectuée partéléphone,réseaudesonneries,parlavoix,parhautparleurs Danslecasou l alarmeestdiffuséepartéléphone,veuillezindiquerlesnumérosàcomposer. 2 b)plandel établissement Ilestnécessairedejoindreàcesconsignesàincendieunouplusieursplansde l établissementpourladésignationetlalocalisationdumatérieldeluttecontrelefeu. Ceplandevraindiquerlesdifférentsendroitsoùsetrouvent: lesextincteurs, Lesrobinetsd incendieettouslesmoyensdeluttefixesoumobilecontreles incendies, Lefléchagedesdifférentsitinérairesd évacuation, Lesissues, Lesdégagementetcloisonnementsprincipaux Lesdiverslocauxtechniquesoulocauxàrisquesparticuliers Lesdispositifsetcommandesdesécurité Lesalarmes. Ilestnécessaired avoiraumoinsunpland évacuationparsecteurdel établissement.il doitêtreprésentésouslaformed unepancarteinaltérable. 2 c)évacuation Vousdevezpréciserquelestletypedesignalsonorequiannonceral incendie. Vousdevezindiquerlespersonneschargéesdedonnerl ordred évacuer(nom, services )Cespersonnesdoiventêtredéterminéesenraisondeleurfonctionhabituelle deresponsabilitéhiérarchique.ellesdevrontrecenserlespersonnesévacuées. Pourl évacuationdespersonnes,vouspouvezpréciserdanslepland évacuationles sortiesàutiliserencasd incendie.danslecasoùvotreentrepriseembauchedes personneshandicapées,veuillezpréciserlesmesuresspécifiquesprévuespourleur évacuation. 2 d)visiteetessaipériodique Lesessaisetvisitepériodiquesdumatérieletdesexercices: «Ilsontlieuaumoinstousles6mois.Lesdatesetlesobservationsqu ilspeuvent suscitersontconsignéssurunregistretenuàladispositiondel inspecteurdutravail.» Celaconsisteàeffectuerdesexercicesaucoursdesquelslepersonnels entraîneàréagir lorsd unsinistre. Ceregistredoitêtreconservépendant5ans. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

7 Registredesécuritéobligatoire Leregistredesécuritécomportelesdocumentspourlavérificationetlecontrôle quelesentreprisessontobligéesd effectuerautitredel hygièneetdelasécurité. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

8 ANNEXES UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

9 HORAIRESDETRAVAIL Dulundiausamedide:HàH Précisezparjourencasd horairesdifférents Précisezlesplageshorairesencasd horairesvariables Tempsdepausejournalierpourl ensembledupersonnel: Heuresdereposetdurée:lapauseméridienneestcompriseentre45minet2heures JoursFériésLégauxpourl année Le / / Le / / Le / / Le / / Le / / Travailparéquipe(s ilyalieu):composition Travaildenuit(s ilyalieu):avisdel inspecteurdutravail Cycledetravail(s ilyalieu): UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

10 INSPECTIONDUTRAVAIL DirectionDépartementaleduTravail,del EmploietdelaFormationProfessionnelle de/du: InspecteurduTravail Nom: Adresse: Téléphone: Médecinedutravail NomduDocteur: Adresse: Téléphone: Numérossecours Pompiers:18 CentreAnti poison SAMU:15 Police:17 Fournisseurd électricité: Fournisseurdegaz: Hôpital: UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

11 ORDREDESDÉPARTSENVACANCES ORDREDEDÉPARTDESSALARIÉS NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: Pourrappel:l ordredesdépartsenvacancesdessalariésestdéfinipar: 1/lasituationdefamilledusalarié(enfants,possibilitésduconjoint) 2/l ancienneté UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

12 ACCORDSCOLLECTIFSETCONVENTIONCOLLECTIVE APPLICABLES Intitulédelaconventioncollectiveapplicabledansl entreprise: Lieuoùcetteconventioncollectiveestconsultablegratuitementetmodalitéde consultation: UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

13 ELECTIONSPROFESSIONNELLES (obligatoiresàpartirde11salariés) Informationàl attentiondel ensembledupersonnel Nousvousinformonsdelapréparationdel organisationd électionsafindeprocéderau renouvellement(ouàlamiseenplace)précisezl instanceconcernée Sousréservedel approbationdespartiesconcernées,ladateenvisagéepourle1 er tour duscrutinestle / / de hà h Ladirectionprocéderaàl affichageduprotocoled accordpréélectoralfixantlecadreet lesmodalitésd organisationdurenouvellementdesmandats,conformémentau calendrierquiseradéfinitivementvalidé. Anoter:l employeurdoitinformerlepersonnelenprécisantladateenvisagéepourle1 er tourdesélectionsprofessionnelles(déléguésdupersonnel,délégationuniquedu personnel). Cettedatedevrasesituerauplustardle45 ème joursuivantcelledel affichage. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

14 LISTESÉLECTORALES OBJET:(précisezlesélectionsprofessionnellesconcernées) Envuedesélections(préciserl électionvisées)programméesle(précisezladatedes élections),ladirectionareçulescandidaturessuivantes: Collègen 1: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Collègen 2: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Collègen 3: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Anoter:Leslistesélectoralesdoiventêtreaffichéesaumoins4joursavantlesélections. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

15 EGALITÉDERÉMUNÉRATIONENTRELESHOMMESETLES FEMMES ArticlesL140 2àL140 7duCodeduTravail ArticleL140 2 Toutemployeuresttenud'assurer,pourunmêmetravailoupouruntravaildevaleur égale,l'égalitéderémunérationentreleshommesetlesfemmes. Parrémunération,ausensduprésentchapitre,ilfautentendrelesalaireoutraitement ordinairedebaseouminimumettouslesautresavantagesetaccessoirespayés, directementouindirectement,enespècesouennature,parl'employeurautravailleur enraisondel'emploidecedernier. Sontconsidéréscommeayantunevaleurégalelestravauxquiexigentdessalariésun ensemblecomparabledeconnaissancesprofessionnellesconsacréesparuntitre,un diplômeouunepratiqueprofessionnelle,decapacitésdécoulantdel'expérienceacquise, deresponsabilitésetdechargephysiqueounerveuse. Lesdisparitésderémunérationentrelesétablissementsd'unemêmeentreprisene peuventpas,pourunmêmetravailoupouruntravaildevaleurégale,êtrefondéessur l'appartenancedessalariésdecesétablissementsàl'unoul'autresexe. ArticleL140 3 Lesdifférentsélémentscomposantlarémunérationdoiventêtreétablisselondes normesidentiquespourleshommesetpourlesfemmes. Lescatégoriesetlescritèresdeclassificationetdepromotionprofessionnellesainsique touteslesautresbasesdecalculdelarémunération,notammentlesmodesd'évaluation desemplois,doiventêtrecommunsauxtravailleursdesdeuxsexes. ArticleL140 4 Toutedispositionfigurantnotammentdansuncontratdetravail,uneconventionou accordcollectifdetravail,unaccorddesalaires,unrèglementoubarèmedesalaires résultantd'unedécisiond'employeuroud'ungroupementd'employeursetqui, contrairementauxarticlesl.140 2etL.140 3,comporte,pourunoudestravailleursde l'undesdeuxsexes,unerémunérationinférieureàcelledetravailleursdel'autresexe pourunmêmetravailouuntravaildevaleurégale,estnulledepleindroit. Larémunérationplusélevéedontbénéficientcesdernierstravailleursestsubstituéede pleindroitàcellequecomportaitladispositionentachéedenullité. ArticleL140 5 LesdispositionsdesarticlesL.140 2àL.140 4sontapplicablesauxrelationsentre employeursetsalariésnonrégiesparlecodedutravailet,notamment,auxsalariésliés paruncontratdedroitpublic. ArticleL140 6 Lesinspecteursdutravailetdelamain d'oeuvre,lesinspecteursdesloissocialesen agricultureou,lecaséchéant,lesautresfonctionnairesdecontrôleassimiléssont UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

16 chargés,dansledomainedeleurscompétencesrespectives,deveilleràl'applicationdes articlesl.140 2etL.140 3ci dessus;ilssontégalementchargés,concurremmentavec lesofficiersetagentsdepolicejudiciairedeconstaterlesinfractionsàcesdispositions. ArticleL140 7 Danslesétablissementsoccupantdupersonnelféminin,letextedesarticlesL.140 2àL etceluiduprésentarticlesontaffichés[*publicité*]dansleslieuxdetravailainsi quedansleslocauxouàlaportedeslocauxoùsefaitl'embauchage. Ilenestdemêmepourlestextesprispourl'applicationdesditsarticles. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

17 EGALITEPROFESSIONNELLE ArticlesL123 1àL123 7duCodeduTravail ArticleL123 1 Sousréservedesdispositionsparticulièresduprésentcodeetsaufsil'appartenanceà l'unoul'autresexeestlaconditiondéterminantedel'exerciced'unemploioud'une activitéprofessionnelle,nulnepeut: a)mentionneroufairementionnerdansuneoffred'emploi,quelsquesoientles caractèresducontratdetravailenvisagé,oudanstouteautreformedepublicitérelative àuneembauche,lesexeoulasituationdefamilleducandidatrecherché; b)refuserd'embaucherunepersonne,prononcerunemutation,résilierourefuserde renouvelerlecontratdetravaild'unsalariéenconsidérationdusexe,delasituationde familleoudelagrossesseousurlabasedecritèresdechoixdifférentsselonlesexe,la situationdefamilleoulagrossesse; c)prendreenconsidérationdusexeoudelagrossessetoutemesure,notammenten matièrederémunération,deformation,d'affectation,dequalification,declassification, depromotionprofessionnelleoudemutation. Encasdelitigerelatifàl'applicationduprésentarticle,lesalariéconcernéoulecandidat àunrecrutementprésentedesélémentsdefaitlaissantsupposerl'existenced'une discrimination,directeouindirecte,fondéesurlesexe,lasituationdefamilleoula grossesse.auvudeceséléments,ilincombeàlapartiedéfenderessedeprouverquesa décisionestjustifiéepardesélémentsobjectifsétrangersàtoutediscrimination.lejuge formesaconvictionaprèsavoirordonné,encasdebesoin,touteslesmesures d'instructionqu'ilestimeutiles. UndécretenConseild'Etatdétermine,aprèsavisdesorganisationsd'employeursetde salariéslesplusreprésentativesauniveaunational,lalistedesemploisetdesactivités professionnellespourl'exercicedesquelsl'appartenanceàl'unoul'autresexeconstitue laconditiondéterminante.cettelisteestréviséepériodiquementdanslesmêmes formes. ArticleL123 2 Aucuneclauseréservantlebénéficed'unemesurequelconqueàunoudessalariésen considérationdusexenepeut,àpeinedenullité,êtreinséréedansuneconvention collectivedetravail,unaccordcollectifouuncontratdetravail,àmoinsqueladite clausen'aitpourobjetl'applicationdesdispositionsdesarticlesl àL , L ouL.224 1àL.224 5duprésentcode. ArticleL123 3 LesdispositionsdesarticlesL.123 1etL.123 2nefontpasobstacleàl'interventionde mesurestemporairesprisesauseulbénéficedesfemmesvisantàétablirl'égalitédes chancesentrehommesetfemmes,enparticulierenremédiantauxinégalitésdefaitqui affectentleschancesdesfemmes. Lesmesuresci dessusprévuesrésultentsoitdedispositionsréglementairesprisesdans lesdomainesdel'embauche,delaformation,delapromotion,del'organisationetdes conditionsdetravail,soitenapplicationdesdispositionsdu9ºdel'articlel.133 5,de stipulationsdeconventionscollectivesétenduesoud'accordscollectifsétendus,soitde l'applicationdesdispositionsdel'articlel UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

18 ArticleL123 4 Pourassurerl'égalitéprofessionnelleentrelesfemmesetleshommes,auvunotamment durapportprévuàl'articlel duprésentcode,lesmesuresviséesàl'article L.123 3peuventfairel'objetd'unplanpourl'égalitéprofessionnelleentrelesfemmeset leshommesnégociédansl'entrepriseconformémentauxdispositionsdesarticles L àL Si,autermedelanégociation,aucunaccordn'estintervenu,l'employeurpeutmettreen oeuvreceplan,sousréserved'avoirpréalablementconsultéetrecueillil'avisducomité d'entreprise,ou,àdéfaut,desdéléguésdupersonnel. Ceplans'applique,saufsiledirecteurdépartementaldutravailoulefonctionnaire assimiléadéclarés'yopposerparavisécritmotivéavantl'expirationd'undélaidedeux moisàcompterdeladateàlaquelleilenaétésaisi. ArticleL Lesentreprisesoccupantmoinsde300salariéspeuventconclureavecl'Etat,dansdes conditionsfixéespardécret,desconventionsleurpermettantderecevoiruneaide financièrepourfaireprocéderàuneétudedeleursituationenmatièred'égalité professionnelleetdesmesures,tellesqueprévuesparlesarticlesl.123 3etL.123 4, susceptiblesd'êtreprisespourrétablirl'égalitédeschancesentrelesfemmesetles hommes. ArticleL123 5 Estnuletdenuleffetlelicenciementd'unsalariéfaisantsuiteàuneactionenjustice engagéeparcesalariéouensafaveursurlabasedesdispositionsduprésentcode relativesàl'égalitéprofessionnelleentreleshommesetlesfemmes,lorsqu'ilestétabli quelelicenciementn'apasdecauseréelleetsérieuseetconstitueenréalitéunemesure priseparl'employeuràraisondel'actionenjustice.encecas,laréintégrationestde droitetlesalariéestregardécommen'ayantjamaiscesséd'occupersonemploi. Silesalariérefusedepoursuivrel'exécutionducontratdetravail,leconseilde prud'hommesluialloueuneindemnitéquinepeutêtreinférieureauxsalairesdessix derniersmois.deplus,lesalariébénéficieégalementd'uneindemnitécorrespondantà l'indemnitédelicenciementprévueparl'articlel.122 9ouparlaconventionoul'accord collectifapplicableoulecontratdetravail.ledeuxièmealinéadel'articlel du présentcodeestégalementapplicable. ArticleL123 6 Lesorganisationssyndicalesreprésentativesauplannationaloudansl'entreprise peuventexercerenjusticetoutesactionsquinaissentdesarticlesl.140 2àL.140 4en faveurd'uncandidatàunemploioud'unsalariédel'entreprisesansavoiràjustifier d'unmandatdel'intéressé,pourvuquecelui ciaitétéavertiparécritetnes'ysoitpas opposédansundélaidequinzejoursàcompterdeladateàlaquellel'organisation syndicaleluianotifiésonintention. L'intéressépeuttoujoursinterveniràl'instanceengagéeparlesyndicat. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

19 ArticleL123 7 LetextedesarticlesL.123 1àL.123 7estaffichédansleslieuxdutravailainsiquedans leslocauxouàlaportedeslocauxoùsefaitl'embauche. Ilenestdemêmepourlestextesprispourl'applicationdesditsarticles. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

20 LUTTECONTRELEHARCELEMENTMORALETSEXUEL ArticleL122 46àL122 54duCodeduTravail ArticleL Aucunsalarié,aucuncandidatàunrecrutement,àunstageouàunepériodede formationenentreprisenepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoire,directeouindirecte,notammentenmatièrederémunération,de formation,dereclassement,d'affectation,dequalification,declassification,de promotionprofessionnelle,demutationouderenouvellementdecontratpouravoir subiourefusédesubirlesagissementsdeharcèlementdetoutepersonnedontlebutest d'obtenirdesfaveursdenaturesexuelleàsonprofitouauprofitd'untiers. Aucunsalariénepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoirepouravoirtémoignédesagissementsdéfinisàl'alinéaprécédentou pourlesavoirrelatés. Toutedispositionoutoutactecontraireestnuldepleindroit. ArticleL Estpassibled'unesanctiondisciplinairetoutsalariéayantprocédéauxagissements définisàl'articlel ArticleL Ilappartientauchefd'entreprisedeprendretoutesdispositionsnécessairesenvuede prévenirlesactesvisésauxdeuxarticlesprécédents. ArticleL Aucunsalariénedoitsubirlesagissementsrépétésdeharcèlementmoralquiontpour objetoupoureffetunedégradationdesconditionsdetravailsusceptibledeporter atteinteàsesdroitsetàsadignité,d'altérersasantéphysiqueoumentaleoude compromettresonavenirprofessionnel. Aucunsalariénepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoire,directeouindirecte,notammentenmatièrederémunération,de formation,dereclassement,d'affectation,dequalification,declassification,de promotionprofessionnelle,demutationouderenouvellementdecontratpouravoir subi,ourefusédesubir,lesagissementsdéfinisàl'alinéaprécédentoupouravoir témoignédetelsagissementsoulesavoirrelatés. Touteruptureducontratdetravailquienrésulterait,toutedispositionoutoutacte contraireestnuldepleindroit. ArticleL Estpassibled'unesanctiondisciplinairetoutsalariéayantprocédéauxagissements définisàl'articlel ArticleL Ilappartientauchefd'entreprisedeprendretoutesdispositionsnécessairesenvuede prévenirlesagissementsvisésàl'articlel ArticleL Encasdelitigerelatifàl'applicationdesarticlesL etL ,lesalarié concernéprésentedesélémentsdefaitlaissantsupposerl'existenced'unharcèlement. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

21 Auvudeceséléments,ilincombeàlapartiedéfenderessedeprouverqueses agissementsnesontpasconstitutifsd'untelharcèlementetquesadécisionestjustifiée pardesélémentsobjectifsétrangersàtoutharcèlement.lejugeformesaconviction aprèsavoirordonné,encasdebesoin,touteslesmesuresd'instructionqu'ilestime utiles. ArticleL Lesorganisationssyndicalesreprésentativesdansl'entreprisepeuventexerceren justice,danslesconditionsprévuesparl'articlel ,touteslesactionsquinaissent del'articlel etdel'articleL enfaveurd'unsalariédel'entreprise,sous réservequ'ellesjustifientd'unaccordécritdel'intéressé.l'intéressépeuttoujours interveniràl'instanceengagéeparlesyndicatetymettrefinàtoutmoment. ArticleL Uneprocéduredemédiationpeutêtreengagéepartoutepersonnedel'entreprise s'estimantvictimedeharcèlementmoralousexuel.lemédiateurestchoisiendehorsde l'entreprisesurunelistedepersonnalitésdésignéesenfonctiondeleurautoritémorale etdeleurcompétencedanslapréventionduharcèlementmoralousexuel.lesfonctions demédiateursontincompatiblesaveccellesdeconseillerprud'homalenactivité. Leslistesdemédiateurssontdresséesparlereprésentantdel'Etatdansledépartement aprèsconsultationetexamendespropositionsdecandidaturesdesassociationsdont l'objetestladéfensedesvictimesdeharcèlementmoralousexueletdesorganisations syndicaleslesplusreprésentativessurleplannational. Lemédiateurconvoquelespartiesquidoiventcomparaîtreenpersonnedansundélai d'unmois.encasdedéfautdecomparution,ilenfaitleconstatécritqu'iladresseaux parties. Lemédiateurs'informedel'étatdesrelationsentrelesparties,iltentedelesconcilieret leursoumetdespropositionsqu'ilconsigneparécritenvuedemettrefinau harcèlement. Encasd'échecdelaconciliation,lemédiateurinformelespartiesdeséventuelles sanctionsencouruesetdesgarantiesprocéduralesprévuesenfaveurdelavictime. LesdispositionsdesarticlesL àL sontapplicablesaumédiateur. L'obligationdediscrétionprévueparl'articleL estétendueàtoutedonnée relativeàlasantédespersonnesdontlemédiateuraconnaissancedansl'exécutionde samission. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

22 L INTERDICTIONDEFUMERDANSLESLOCAUXDE L ENTREPRISE ArticleR3511 1àR3511 7etR3512 2duCodedelaSantéPublique ArticleR L'interdictiondefumerdansleslieuxaffectésàunusagecollectifmentionnéeàl'article L s'applique: Danstousleslieuxfermésetcouvertsquiaccueillentdupublicouquiconstituentdes lieuxdetravail( ). ArticleR L'interdictiondefumernes'appliquepasdanslesemplacementsmisàladispositiondes fumeursauseindeslieuxmentionnésàl'articler etcréés,lecaséchéant,parla personneoul'organismeresponsabledeslieux. Cesemplacementsnepeuventêtreaménagésauseindesétablissements d'enseignementpublicsetprivés,descentresdeformationdesapprentis,des établissementsdestinésàourégulièrementutiliséspourl'accueil,laformation, l'hébergementoulapratiquesportivedesmineursetdesétablissementsdesanté. ArticleR Lesemplacementsréservésmentionnésàl'articleR sontdessallescloses, affectéesàlaconsommationdetabacetdanslesquellesaucuneprestationdeservice n'estdélivrée.aucunetâched'entretienetdemaintenancenepeutyêtreexécutéesans quel'airaitétérenouvelé,enl'absencedetoutoccupant,pendantaumoinsuneheure. Ilsrespectentlesnormessuivantes: 1 Etreéquipésd'undispositifd'extractiond'airparventilationmécaniquepermettant unrenouvellementd'airminimaldedixfoislevolumedel'emplacementparheure.ce dispositifestentièrementindépendantdusystèmedeventilationoudeclimatisation d'airdubâtiment.lelocalestmaintenuendépressioncontinued'aumoinscinqpascals parrapportauxpiècescommunicantes; 2 Etredotésdefermeturesautomatiquessanspossibilitéd'ouverturenon intentionnelle; 3 Nepasconstituerunlieudepassage; 4 Présenterunesuperficieaupluségaleà20%delasuperficietotalede l'établissementauseinduquellesemplacementssontaménagéssansquelasuperficie d'unemplacementpuissedépasser35mètrecarrés. ArticleR L'installateuroulapersonneassurantlamaintenancedudispositifdeventilation mécaniqueattestequecelui cipermetderespecterlesexigencesmentionnéesau1 de l'articler Leresponsabledel'établissementesttenudeproduirecette attestationàl'occasiondetoutcontrôleetdefaireprocéderàl'entretienrégulierdu dispositif. ArticleR Danslesétablissementsdontlessalariésrelèventducodedutravail,leprojetdemettre UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

23 unemplacementàladispositiondesfumeursetsesmodalitésdemiseenœuvresont soumisesàlaconsultationducomitéd'hygièneetdesécuritéetdesconditionsdetravail ou,àdéfaut,desdéléguésdupersonneletdumédecindutravail. Danslesadministrationsetétablissementspublicsdontlespersonnelsrelèventdes titresieràivdustatutgénéraldelafonctionpublique,leprojetdemettreun emplacementàladispositiondesfumeursetsesmodalitésdemiseenœuvresont soumisesàlaconsultationducomitéd'hygièneetdesécuritéou,àdéfaut,ducomité techniqueparitaire. Danslecasoùuntelemplacementaétécréé,cesconsultationssontrenouveléestousles deuxans. ArticleR Dansleslieuxmentionnésàl'articleR ,unesignalisationapparenterappellele principedel'interdictiondefumer.unmodèledesignalisationaccompagnéd'un messagesanitairedepréventionestdéterminépararrêtéduministrechargédelasanté. Lemêmearrêtéfixelemodèledel'avertissementsanitaireàapposeràl'entréedes espacesmentionnésàl'articler ArticleR Lesdispositionsdelaprésentesections'appliquentsanspréjudicedesdispositions législativesetréglementairesrelativesàl'hygièneetàlasécurité,notammentcellesdu titreiiidulivreiiducodedutravail. ArticleR Estpunidel'amendeprévuepourlescontraventionsdelaquatrièmeclasselefait,pour leresponsabledeslieuxoùs'appliquel'interdictionprévueàl'articler ,de: 1 Nepasmettreenplacelasignalisationprévueàl'articleR ; 2 Mettreàladispositiondefumeursunemplacementnonconformeauxdispositions desarticlesr etR ; 3 Favoriser,sciemment,parquelquemoyenquecesoit,laviolationdecette interdiction. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

24 UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

25 UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

26 CONSIGNESD INCENDIE ALERTE Toutepersonneapercevantundébutd incendiedoit: Alerterlespompiers:18 Alerterlecentredesecoursleplusproche: Prévenirlespersonneschargéesd aviserlespompiers Nom: Service: Prévenirlestandardouladirectionetlepersonnel Diffuserl alarmeparlesmoyensfournis EXTINCTIONETLUTTECONTRELESINISTRE Désignationdumatériel: Localisationdesextincteurs: Désignationdespersonneschargéesdemettrelematérielenaction: Nom: Service: Pourlutteraumieuxcontrelesinistrevousdevez: o Essayerd éteindrelefeuavecunextincteursansprendrederisque:la distanced'attaquedoitêtred'aumoins3mpourunextincteuràpoudreet aumoins1mpourunextincteuràmousse,enfonctiondelalongueurdu jetdemousse.dirigezlejetd'extinctionverslabasedesflammes,jamais SURUNEFUITEDEGAZ. o Fermerlesportesetlesfenêtresetsipossiblecouperlesarrivéesdegazet d électricité ÉVACUATION Nomdespersonneschargéesdel évacuationdupersonnel: Nom: Service: Dèsauditiondusignal: o Évacuezlebâtimentdanslecalme,dirigezvousverslesissuesdesecours pouratteindrelepointderalliement o Suivezlesinstructionsdespersonneschargéesdel évacuationdu personneletdupublic o Nerevenezpasenarrière o N empruntezpaslesascenseurs o Encasdefumée,déplacezvousenrampant,l aiestplusrespirableausol`; Sivousnepouvezpasluttercontrel incendieniévacuerleslieux: o Boucheztouslesintersticesavecdesserviettesmouillées.Bouchezles orificesd'aérationpourempêcherlafuméed'entrerdanslapièce. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

L affichage obligatoire

L affichage obligatoire Les fiches pratiques RH L affichage obligatoire Le code du travail met à la charge de l employeur certaines obligations destinées à favoriser l information des salariés sur le lieu de travail. La loi du

Plus en détail

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE

PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE DEPARTEMENT DE LA CORSE DU SUD PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETE FACE AUX RISQUES MAJEURS École :.. Lieu de mise en sûreté : Année scolaire 20.. -20.. LE PLAN TECHNIQUE 1. Liste des risques auxquels l

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE DE L EMPLOI D UN EDUCATEUR SPORTIF AU SEIN D UN CLUB DES SPORTS DE GLACE

LE CADRE REGLEMENTAIRE DE L EMPLOI D UN EDUCATEUR SPORTIF AU SEIN D UN CLUB DES SPORTS DE GLACE 1 ACCOMPAGNEMENTDES CLUBS,DESLIGUESETDES COMITES DEPARTEMENTAUX StéphanieSCOFFIER LECADREREGLEMENTAIRE DEL EMPLOID UNEDUCATEURSPORTIFAUSEIND UN CLUBDESSPORTSDEGLACE Aideenligne:antenne_clubs@ffsg.org www.ffsg.org

Plus en détail

LES AUXILIAIRES DES POUVOIRS PUBLICS EN MATIERE DE SECURITE CIVILE (1998) par

LES AUXILIAIRES DES POUVOIRS PUBLICS EN MATIERE DE SECURITE CIVILE (1998) par LES AUXILIAIRES DES POUVOIRS PUBLICS EN MATIERE DE SECURITE CIVILE (1998) par Alexandre Coque. ATER à la Faculté des sciences juridiques, politiques et économiques d Avignon. MOTS-CLES Administration de

Plus en détail

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place

RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES. Comment repérer les risques Comment éviter l incendie Quelle prévention faut-il mettre en place RISQUE INCENDIE DANS LES PETITES ENTREPRISES 5 800 incendies par an dans les locaux industriels 1 incendie sur 4 est dû à une installation électrique défectueuse La plupart des incendies se déclarent la

Plus en détail

LES OUTILS DE L ENTRAINEUR : Partie5 ENTRAINEUR ET SECURITE 1 Philippe Neiras L EQUIPEMENT DE SÉCURITÉ DES NAVIRES DE PLAISANCE

LES OUTILS DE L ENTRAINEUR : Partie5 ENTRAINEUR ET SECURITE 1 Philippe Neiras L EQUIPEMENT DE SÉCURITÉ DES NAVIRES DE PLAISANCE LES OUTILS DE L ENTRAINEUR : Partie5 ENTRAINEUR ET SECURITE 1 Philippe Neiras L EQUIPEMENT DE SÉCURITÉ DES NAVIRES DE PLAISANCE CAS DE NOS SEMI-RIGIDES D ENCADREMENT CFDivision240etarrêtédu2décembre2014parutionJOdu12décembre2014

Plus en détail

Circulaire 2015 02 PRÉVENTION DE L INCENDIE

Circulaire 2015 02 PRÉVENTION DE L INCENDIE Prévention de l incendie sur les lieux de travail PRINCIPE La nouvelle réglementation relative à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (AR du 28 mars 2014) définit précisément les mesures

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Apprenons les bons réflexes! tempête. rupture DE GAZODUC

Apprenons les bons réflexes! tempête. rupture DE GAZODUC Document d Information Communal sur les Risques Majeurs de LA GRANDE MOTTE Les 5 risques majeurs Apprenons les bons réflexes! tempête inondation & SUBMERSION MARINE FEU DE FORÊT transport DE MARCHANDISES

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 I RENSEIGNEMENTS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Date d établissement de la fiche FICHE D ENTREPRISE Etablie en application de l article R. 462437 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 Médecin du travail

Plus en détail

Paris, 19 décembre 2013. Un nouveau venu? Dr Frédéric BERTHIER Samu-Urgences de France

Paris, 19 décembre 2013. Un nouveau venu? Dr Frédéric BERTHIER Samu-Urgences de France Paris, 19 décembre 2013 113 Un nouveau venu? Dr Frédéric BERTHIER Samu-Urgences de France Aujourd hui Les trois derniers numéros à 2 chiffres 15 : sauvegarde des vies humaines (Samu) 17 : intervention

Plus en détail

À CONSERVER PAR LE/LA BABY SITTER

À CONSERVER PAR LE/LA BABY SITTER La Mairie centralise et gère les appels téléphoniques. Elle tient à jour les disponibilités des baby-sitters et les met en relation avec les parents intéressés. Une formation leur est proposée ainsi qu'une

Plus en détail

NEXTHINK SUCCESS STORY. CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public

NEXTHINK SUCCESS STORY. CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public NEXTHINK SUCCESS STORY CLIENT Service d Incendie et de Secours du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon (SDMIS) INDUSTRIE Secteur Public LIEU Lyon, France Les capacités analytiques de Nexthink

Plus en détail

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS Philippe Bertrand Conseiller en prévention ACIS Belgique : active dans 8 secteurs d activités Maisons de

Plus en détail

LA SECURITE INCENDIE

LA SECURITE INCENDIE E-mail: mainoffice@nickcerygroup.com Website: www.nickcerygroup.com APPROVED BY ABS USA & UK THEME DE LA FORMATION LA SECURITE INCENDIE POPULATION CIBLE - Chefs d équipe - Agents HSE - Agents de sécurité

Plus en détail

Affichage - accueils collectifs de mineurs

Affichage - accueils collectifs de mineurs DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE ET DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ORNE Affichage - accueils collectifs de mineurs Obligation d'affichage : Les numéros utiles et d'urgence (médecin,

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie

Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie Embaucher des salariés : mode d'emploi 1e partie L entreprise employeur 1/ Ouverture d un compte employeur auprès des services de l URSSAF La 1 e embauche déclenchera automatiquement, via la DPAE, l ouverture

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE = HUIT RUBRIQUES

REGISTRE DE SECURITE = HUIT RUBRIQUES 1 REGISTRE DE SECURITE = HUIT RUBRIQUES Les rubriques indispensables : L'AIDE MEMOIRE LA FICHE IDENTITE LA FICHE ANNUELLE DE SECURITE LES CONSIGNES EN CAS D'INCENDIE Les rubriques recommandées : LES EXTINCTEURS

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOM DE LA COLLECTIVITE : RAPPEL REGLEMENTAIRE Article R123-51 du Code de la Construction et de l Habitation Dans les établissements soumis aux

Plus en détail

Plan de prévention. Quoi?

Plan de prévention. Quoi? 2 Plan de prévention Quoi? Ce document a pour objectif d évaluer les risques inhérents à la coactivité entre les agents d'une collectivité et les salariés d'une Entreprise Extérieure (). Cette coactivité

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Le point de vue des pompiers sur l évolution de la législation Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Journée d étude du 26/11/2015 Détection Incendie Point de vue du Service

Plus en détail

La sécurité au TORRENT

La sécurité au TORRENT La sécurité au TORRENT Les agréments P 2 Les contrôles légaux P 2 Les organes de sécurité P 3 L entretien sécurité P 3 Formation du personnel P 4 La sécurité au quotidien P 5 La restauration P 5 La santé

Plus en détail

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux.

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. N/Réf. : SM/MC/013-2010 MONS, le 02 mars 2010. Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, A toutes

Plus en détail

Vous êtes victime d une agression, d un vol, de violences? les structures ci dessous peuvent vous aider. N hésitez pas à les contacter

Vous êtes victime d une agression, d un vol, de violences? les structures ci dessous peuvent vous aider. N hésitez pas à les contacter Vous êtes victime d une agression, d un vol, de violences? les structures ci dessous peuvent vous aider. N hésitez pas à les contacter 08VICTIMES (08 842 846 37) http://www.inavem.org Les associations

Plus en détail

La réglementation applicable aux établissements équestres

La réglementation applicable aux établissements équestres Approche professionalisante de l APS choisie : Aspects juridiques de l emploi dans les centres équestres.. La réglementation applicable aux établissements équestres Il s agit de rappeler les grands principes

Plus en détail

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014 DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT Du 13 février 2014 1. Préambule Il est préliminairement exposé que la base légale de ces

Plus en détail

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence

Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Février 2015 Numérotation Modification de la décision n 02-1179 établissant la liste des numéros d urgence Consultation publique (11 février 27 février 2015) ISSN : 2258-3106 Autorité de régulation des

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

Guide utilisateur. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le 114 GENDARMERIE

Guide utilisateur. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le 114 GENDARMERIE Guide utilisateur du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le SAMU POLICE GENDARMERIE SAPEURS POMPIERS Une urgence? ou Envoyez un SMS au, numéro d urgence

Plus en détail

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise D autres questions? TCS Carte Entreprise Contactez-nous : 0842 440 440 0844 888 112 entreprise@tcs.ch www.tcs.ch/entreprise Helpcard En cas de panne ou d accident En Suisse 0800 808 114 A l étranger +41

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant

ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant OUI! ACCUEIL ÉLECTRICIEN Livret du nouvel arrivant Nom de l entreprise : Nom du responsable de l accueil : Nom de l accueilli : Nom de la personne à contacter en

Plus en détail

Fiche d'inscription PARENTS

Fiche d'inscription PARENTS Fiche d'inscription PARENTS IDENTITE Nom : Prénom : Adresse :.. Tel : Portable : Courriel : @. VOTRE DEMANDE DE GARDE D ENFANTS Vos enfants : Nom Prénom Âge Lieu de garde : Garde souhaitée : Occasionnelle

Plus en détail

Quelques apports de la LOI. Habitat indigne ou non décent

Quelques apports de la LOI. Habitat indigne ou non décent Quelques apports de la LOI ALUR Habitat indigne ou non décent Bouche-Double - septembre 2014 Droit locatif Art 15 -I/ loi de 1989 La possibilité pour un bailleur de donner congé à un locataire et la durée

Plus en détail

MÉMO SÉCURITÉ LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SÉCURITÉ LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SÉCURITÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP LES 1 ERS SECOURS DANS L ENTREPRISE Les premiers instants qui suivent un accident sont décisifs et des gestes simples peuvent parfois sauver une vie. Dans votre

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

JOURNEE REGIONALE DE LA BIOLOGIE MEDICALE HOSPITALIERE EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE

JOURNEE REGIONALE DE LA BIOLOGIE MEDICALE HOSPITALIERE EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE JOURNEE REGIONALE DE LA BIOLOGIE MEDICALE HOSPITALIERE EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE RESTRUCTURATIONS-COOPÉRATIONS ET GHT / REGARDS SUR L OFFRE EN BIOLOGIE MÉDICALE La Biologie Médicale n est pas une marchandise

Plus en détail

Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne

Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne www.bmoassurance.com/conseiller Pour qu il soit plus facile de faire affaire avec nous! CALCULATRICE D ASSURANCE Accéder à la Calculatrice

Plus en détail

ARRÊTE DU MAIRE REGLEMENT DES SALLES COMMUNALES. Préambule

ARRÊTE DU MAIRE REGLEMENT DES SALLES COMMUNALES. Préambule ARRÊTE DU MAIRE VU l article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales ; CONSIDERANT qu il y a lieu de règlementer la procédure de mise à disposition de locaux et de matériel, REGLEMENT DES

Plus en détail

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE

REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE ANNEXE REGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE DE RESTAURATION SCOLAIRE SERVICE JEUNESSE Préambule : En période scolaire, le service Jeunesse de la mairie de Saint-Bon est chargé de l organisation du service de

Plus en détail

Cette procédure sera révisée, en tant que de besoin, à l initiative du Service Prévention et Sécurité de la délégation Centre-Est.

Cette procédure sera révisée, en tant que de besoin, à l initiative du Service Prévention et Sécurité de la délégation Centre-Est. P.2 Cette procédure intitulée "", A pour but : - de préciser les obligations réglementaires ; - d informer les agents des moyens de prévention existants dans l unité et leur utilisation ; - de proposer

Plus en détail

AFFICHAGE OBLIGATOIRE

AFFICHAGE OBLIGATOIRE Quelles sont les entreprises concernées? Toute entreprise, tout secteur d'activité, à partir de 1 salarié. Quelle que soit la taille de l'entreprise il convient d'afficher : Accord collectif de travail.

Plus en détail

POSS YZERON AVENTURE (PARCOURS ACROBATIQUES EN HAUTEUR) Yzeron Aventure Ferme le Plat 69510 YZERON

POSS YZERON AVENTURE (PARCOURS ACROBATIQUES EN HAUTEUR) Yzeron Aventure Ferme le Plat 69510 YZERON POSS (PLAN d ORGANISATION de la SURVEILLANCE et des SECOURS) DE YZERON AVENTURE (PARCOURS ACROBATIQUES EN HAUTEUR) Yzeron Aventure Ferme le Plat 69510 YZERON : 04 78 81 03 02-06 28 37 77 43 www,yzeron-aventure.com

Plus en détail

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Préambule La Direction de la CMA76 met à votre disposition cette charte d utilisation de ces véhicules. Elle permet de préciser le cadre de la politique

Plus en détail

COMITE DEPARTEMENTAL F.F.S.S. 13

COMITE DEPARTEMENTAL F.F.S.S. 13 CARACTERISTIQUES DE LA MANIFESTATION Nom : Activité / Type : Date : Horaire : Nom du contact sur place : Fonction : Téléphone Fixe Téléphone Portable : Circuit : oui non Si oui : ouvert Fermé Superficie

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

Mesures d urgence. Par: Nelson Lamoureux,Directeur. 21 septembre 2009. École Isummasaqvik School

Mesures d urgence. Par: Nelson Lamoureux,Directeur. 21 septembre 2009. École Isummasaqvik School Mesures d urgence Par: Nelson Lamoureux,Directeur 21 septembre 2009 École Isummasaqvik School Quaqtaq, QC J0M 1J0 T (819) 492-9955 F (819) 492-9971 nelson_lamoureux@kativik.qc.ca isummasaqvik.kativik.qc.ca

Plus en détail

AFFICHAGE ET REGISTRES OBLIGATOIRES

AFFICHAGE ET REGISTRES OBLIGATOIRES AFFICHAGE ET REGISTRES OBLIGATOIRES Affichage obligatoire L'employeur est tenu d afficher certaines règles législatives et réglementaires, qui visent avant tout, à assurer la sécurité et l information

Plus en détail

LYCEE MASSENA NICE. Plan Particulier de Mise en Sûreté

LYCEE MASSENA NICE. Plan Particulier de Mise en Sûreté LYCEE MASSENA NICE Plan Particulier de Mise en Sûreté 13/12/2012 P.P.M.S. du Lycée Masséna Préambule : Sur la rive gauche du Paillon, couvert dans cette partie, le lycée Masséna est situé sur une zone

Plus en détail

NOTICE. Affichage obligatoire

NOTICE. Affichage obligatoire NOTICE Affichage obligatoire L'employeur est tenu d afficher certaines règles législatives et réglementaires, qui visent avant tout, à assurer la sécurité et l information de tous les salariés. Quelles

Plus en détail

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011

Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 Prise en charge des personnes faisant l objet de soins psychiatriques Loi du 5 juillet 2011 1. Contrôle systématique exercé par le Juge des libertés et de la détention (JLD) Exercice d un contrôle systématique

Plus en détail

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie Comportement en cas d incendie Prévention incendie Au feu, que faire? Un incendie peut éclater n importe où et n importe quand. Il est donc important de rapidement localiser et mémoriser les emplacements

Plus en détail

Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection (PCR) :

Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection (PCR) : 1. Personnes du laboratoire à contacter en cas d urgences Directeur du laboratoire : Philippe MORETTO : Mobile : 06.63.34.61.06 Poste fixe : 05.57.12.08.08 (poste interne 808) Personne Compétente en Radioprotection

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d

Plus en détail

L AFFICHAGE ET LA SIGNALISATION EN ENTREPRISE

L AFFICHAGE ET LA SIGNALISATION EN ENTREPRISE L AFFICHAGE ET LA SIGNALISATION EN ENTREPRISE Réalisé par Mlle ROBINOT Marion Mr DUMONT Eric Mr CASTRO Maxime P.1/27 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. Le contexte réglementaire... 4 I.1. La Réglementation

Plus en détail

SECURITE INCENDIE DANS LES ERP

SECURITE INCENDIE DANS LES ERP SECURITE INCENDIE DANS LES ERP Arrêté du 11 décembred 2009 1 Arrêté du 11 décembred 2009 portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant le règlementr de sécurits curité contre les

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

PROCEDURE DE RADIOPROTECTION RADIATION PROTECTION PROCEDURE

PROCEDURE DE RADIOPROTECTION RADIATION PROTECTION PROCEDURE CERN PROCEDURE DE RADIOPROTECTION RADIATION PROTECTION PROCEDURE PRP 9 PROCEDURE D URGENCE EN CAS D INCENDIE COMPORTANT UN RISQUE D EXPOSITION ET DE CONTAMINATION Ce document s'applique aux incendies comportant

Plus en détail

Pour vous, clients et futurs clients, nous avons réalisé ce catalogue, synthèse des services que SEPROMA SECURITE est en mesure de vous proposer.

Pour vous, clients et futurs clients, nous avons réalisé ce catalogue, synthèse des services que SEPROMA SECURITE est en mesure de vous proposer. Pour vous, clients et futurs clients, nous avons réalisé ce catalogue, synthèse des services que SEPROMA SECURITE est en mesure de vous proposer. SEPROMA SECURITE, c est une équipe motivée et compétente

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

Toute personne physique ou morale qui est propriétaire ou occupant d'un lieu protégé.

Toute personne physique ou morale qui est propriétaire ou occupant d'un lieu protégé. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-ETCHEMIN COMTÉ DE BELLECHASSE RÈGLEMENT NUMÉRO : 25-2003 RÈGLEMENT RELATIF AUX S YSTÈMES D'ALARME. Considérant que la corporation municipale de la M unicipalité de

Plus en détail

PLATEFORME DEPARTEMENTALE DES APPELS D'URGENCE DES VOSGES REGLEMENT INTERIEUR COMMUN

PLATEFORME DEPARTEMENTALE DES APPELS D'URGENCE DES VOSGES REGLEMENT INTERIEUR COMMUN hp PLATEFORME DEPARTEMENTALE DES APPELS D'URGENCE DES VOSGES SDIS des Vosges 2, voie Husson BP 79 88198 GOLBEY CEDEX Centre Hospitalier Emile DURKHEIM 3, avenue Robert Schuman BP 590 88021 EPINAL CEDEX

Plus en détail

La sécurité au Village vacance Ambroise Croizat

La sécurité au Village vacance Ambroise Croizat La sécurité au Village vacance Ambroise Croizat Les agréments Les contrôles légaux Les organes de sécurité L entretien sécurité Formation du personnel La sécurité au quotidien La restauration La santé

Plus en détail

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être :

D I C R I M. Les principales conséquences d un accident lors du transport de matières dangereuses peuvent être : LE RISQUE TMD (Transport de matières dangereuses) Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physicochimiques (toxicité, réactivité ) peut présenter des risques

Plus en détail

NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE BP 33 30132 CAISSARGUES Tél. : 04.66.38.61.58 Fax : 04.66.38.61.59 DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION EN REGULARISATION AU TITRE DES ICPE PLATEFORME DE REGROUPEMENT, TRI, BROYAGE, CRIBLAGE DE DECHETS INERTES

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR de l Université Paris Diderot Paris 7

REGLEMENT INTERIEUR de l Université Paris Diderot Paris 7 REGLEMENT INTERIEUR de l Université Paris Diderot Paris 7 PREAMBULE Article 1 - Article 2 - Champ d application Hiérarchie des règlements intérieurs TITRE I : CHAPITRE I : Article 3 - Article 4 - Article

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA SALLE POLYVALENTE DE LA COMMUNE DE GOMMERVILLE

REGLEMENT INTERIEUR DE LA SALLE POLYVALENTE DE LA COMMUNE DE GOMMERVILLE REGLEMENT INTERIEUR DE LA SALLE POLYVALENTE DE LA COMMUNE DE GOMMERVILLE La commune, propriétaire et gestionnaire de la salle polyvalente désignée ci-après la COMMUNE, La salle polyvalente désignée ci-après

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

INFRAS APPEL À PROJETS

INFRAS APPEL À PROJETS APPEL À PROJETS pour l octroi d une subvention de sécurisation ou de mise en conformité des locaux occupés par les opérateurs du secteur de la Jeunesse 2012 INFRAS TABLE DES MATIÈRES Préalable 3 1. Priorités

Plus en détail

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau.

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau. Numéros utiles Transport Pratique Information Jeunesse Ile-de-France PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70 www.ville-palaiseau.fr Urgences Pompiers > 18 Samu > 15 Appel d urgence européen > 112 Police

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

Management(des(services(techniques(hospitaliers( ( Organisa6on(de(la(fonc6on(maintenance( du(chu(de(toulouse(

Management(des(services(techniques(hospitaliers( ( Organisa6on(de(la(fonc6on(maintenance( du(chu(de(toulouse( Management(des(services(techniques(hospitaliers( ( Organisa6on(de(la(fonc6on(maintenance( du(chu(de(toulouse( Djamil(ABDELAZIZ( Journées(IHFE(2011(Paris( Un(mot(d histoire(( L Hôtel>DieuSaint>Jacques 1130((

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

Comité de Suivi de Site

Comité de Suivi de Site Site de Clermont le 23 juin 2014 Organisation, formation Alignement des structures et organisations avec celles définies par le groupe BASF et le Responsible Care Analyse des risques Remise de l EDD révisée

Plus en détail

SAP et Actualités du 3SM

SAP et Actualités du 3SM SAP et Actualités du 3SM Réunion annuelle du GIRACAL SEDAN 2 Avril 2011 Médecin Colonel Francis Lévy SAP En 2010 les SP ont réalisé 2 876 456 interventions de SAP soit + 5% / 2009 186 590 étaient médicalisés

Plus en détail

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER CANDIDATURE BABY-SITTER NOM DATE DE NAISSANCE Téléphone PRENOM SEXE M F Portable E-mail Statut Lycéen Etudiant Demandeur d emploi En formation Autre ; précisez : Véhicule Aucun Voiture Formation en rapport

Plus en détail

3. MARCHANDISES DANGEREUSES À TRANSPORTER SANS TARDER

3. MARCHANDISES DANGEREUSES À TRANSPORTER SANS TARDER CIRCULAIRE NO. DG-1 Instructions pour la manutention sécuritaire des wagons de marchandises dangereuses retenus en cours de route sur le domaine du chemin de fer En vigueur : le 30 juin 2005 Nota : La

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2015-0153 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 mars 2015 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des numéros

Plus en détail

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement.

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Livret n 1 Bienvenue chez vous Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Bienvenue chez vous VOS INTERLOCUTEURS ET LES SERVICES À VOTRE DISPOSITION POUR

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

Objectifs d enseignement Les attentes à l égard des apprenants et apprenantes du jardin d enfants sont les suivantes :

Objectifs d enseignement Les attentes à l égard des apprenants et apprenantes du jardin d enfants sont les suivantes : OBJET : Développement personnel et social Connaissance de l entourage Les arts Arts visuels SUJETS : Travailleurs des services d urgence NIVEAU SCOLAIRE : Jardin d enfants TEMPS NÉCESSAIRE : 35 minutes

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Êtes-vous prêt pour une urgence?

Êtes-vous prêt pour une urgence? 2014 Êtes-vous prêt pour une urgence? Êtes-vous prêt pour une urgence? À l hôpital La régie Capital a mis en place un plan qui indique au personnel quoi faire en cas d urgence. Notre objectif est d assurer

Plus en détail

SECTION I GÉNÉRALITÉS

SECTION I GÉNÉRALITÉS 33-2002 Les dispositions de l'article 356 de la Loi sur les cités et villes (C. c.-19) ayant été respectées, il est proposé par le conseiller Gilles Giasson, appuyé par le conseiller Marc A. St-Amand et

Plus en détail

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI REGLEMENT 33-2002 CONCERNANT LES SYSTEMES D ALARME ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE DIX-NEUF AOUT DEUX MILLE DEUX ET MODIFIE PAR LES REGLEMENTS SUIVANTS: Numéro Date

Plus en détail

DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O.

DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O. DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AU TYPE O. CHAPITRE IV : Établissements du Type O : Hôtels et pensions de famille. Généralités (O 1 à 2) : Etablissements assujettis - Calcul de l'effectif Construction

Plus en détail

PLAN D ÉVACUATION. 12 septembre 2011

PLAN D ÉVACUATION. 12 septembre 2011 PLAN D ÉVACUATION 14, rue Soumande, Bureau 1-14 Québec (Québec) G1L 0A4 Téléphone : (418) 525-7060 Télécopieur : (418) 525-6995 Site internet : www.iqe.edu Adresse électronique : admin@iqe.edu 12 septembre

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Protocole. de sécurité chargement/déchargement. Note pratique de prévention / N.P.P.-01/2012. Carsat Centre Ouest

Protocole. de sécurité chargement/déchargement. Note pratique de prévention / N.P.P.-01/2012. Carsat Centre Ouest Protocole de sécurité chargement/déchargement Note pratique de prévention / N.P.P.-01/2012 Carsat Centre Ouest Assurance des Risques Professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX

Plus en détail

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES

ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES ESSENTIEL PREVENTION AFFICHAGE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL DANS LES ENTREPRISES Définition Une signalisation ou un affichage sécurité doit être mise en place dans l entreprise lorsqu un risque ne peut

Plus en détail

PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE

PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE Définition Il s'agit d'une série intégrée de mesures qui permettent de vous préparer à répondre aux situations d'urgence et à reprendre

Plus en détail