L affichage obligatoire dans les entreprises de moins de 20 salariés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L affichage obligatoire dans les entreprises de moins de 20 salariés"

Transcription

1 L affichageobligatoire danslesentreprisesde moinsde20salariés UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

2 Préambule Cedocumentvousestdonnéàtitreindicatif.Ilnedispenseenriendeconsulterun spécialistepouradapteraubesoinlesrèglesaucasparcas. Ainsi,laresponsabilitédel UNIBnepeutengagéedufaitdel utilisationdeceguideet desmodèlesdiffusésci après. Lesexemplesdejurisprudencesontdonnésàtitreindicatifetnesauraientenaucuncas constituerunegarantieàl orientationdelajurisprudence. Nousvousconseillonsdanstouslescasdeconsulterunprofessionnelqualifié. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

3 Toutemployeuresttenuparuneobligationd affichagedanssonentreprise.ces affichagesvisentavanttoutàassurerlasécuritéetl informationdetouslessalariés.le nonrespectdecetteobligationpeutvousexposeràunrisqued amendedontla catégoriepeutvarierdela3 ème àla5 ème classesoitde450 à1500. Leterme«affichage»désigne: Noticepourl affichage l obligationd affichageimposéeauchefd entreprisedanslebutd assurerla publicitédecertainesrègleslégislativesetrèglementaires; ledroitd affichageaccordéauxreprésentantsdupersonnelpourinformerles salariésdeleursprojetsetdurésultatdeleursdémarches. L obligationd affichageimposéeauchefd entreprise. Cetteobligationportesurlesinformationssuivantes: a)horairesdetravail Vousdevezpréciserparvoied affichagelacompositiondeséquipessivotreentreprise travailleparéquipe. Vousdevezpréciserparvoied affichageleséquipesetleshorairesdenuitsivotre entrepriseestsoumiseautravaildenuit.(letravailestconsidéré«denuit»entre21het 6h,celapeutvousconcernersivousfaitesrégulièrementdesnocturnes). b)inspecteurdutravail Vousdevezindiquerlenom,lenumérodetéléphoneetl adressedel inspecteurdu travailàquiestrattachéevotreentreprise. c)médecindutravail Vousdevezindiquerlenomdumédecinainsiquelenumérodetéléphoneetl adresse delamédecinedutravailàquiestrattachéevotreentreprise. d)servicessecoursd urgence Vousdevezindiquerlesnumérosdevosfournisseursd électricitéetdegazlecas échéantainsiquelenuméroducentreanti poisonleplusprochedevotreentreprise. e)ordredesdépartsenvacances Ilestàafficheraumoinsdeuxmoisavantl ouverturedelapériodelégaledevacances. L ordredesdépartsdessalariésenvacancesestdéfinipar: lasituationdefamilledusalarié lesenfants lespossibilitésdecongésduconjoint f)conventionsetaccordscollectifsdetravail L employeurdoitrenseignerlessalariéssurlenomdelaconventioncollectiveainsique surlelieuoùelleestconsultablegratuitement. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

4 L employeurdoitégalementafficherlesaccordscollectifssignésdansl entrepriseouau niveaunational. g)electionsprofessionnellesetlistesélectorales(sivotreentrepriseemploie aumoins11salariés) Vousdevezinformerlepersonneldelatenuedesélectionsprofessionnellesdedélégués dupersonnel.vousdevrezégalementafficherleslistesélectoralesparcollège. h)égalitéderémunérationentreleshommesetlesfemmes Touslesétablissementsoccupantdupersonnelféminindoiventafficherdansleslieux detravailainsiquedansleslocauxoùs effectuel embauche,lestextesdeloiprohibant toutediscriminationdanslessalaires.(l affichagedecetteconsignen estpasobligatoire danslesentreprisesdemoinsde20salariés) i)egalitéprofessionnelle Lestextesconcernantlerespectdel égalitéprofessionnelledoiventêtreaffichésdans l entreprisequelquesoitsataille. L affichageseulnesuffitpasàdéchargerl employeurdesaresponsabilitéencas d inégalitéprofessionnelle,ilestnécessaired engagerdesactionspositivespour remédieràcetypedeproblème. j)réglementationpourlesharcèlementssexuelsetmoral L employeurn estpasobligéd afficherlestextesdeloiconcernantleharcèlementmoral ousexuel,maisilal obligationdetoutfairepourluttercontrecetypededélit. Attention,cetyped affichagen estpassuffisantpourdéchargerl employeurd une éventuelleresponsabilité. Encasdeproblème,ilfaudraengagerdesactionspositives. k)l interdictiondefumer «L interdictiondefumerdansleslieuxaffectésàunusagecollectifs appliquedanstous leslieuxfermésetcouvertsaccueillantdupublicouquiconstituentdeslieuxdetravail. Unesignalisationapparenterappelleleprincipedel interdictiondefumerdansleslieux mentionnésetindiquelesemplacementsmisàdispositiondesfumeurs.» Anoter:sivousdisposezdelocauxspécifiquesauxfumeurs,ets ilssontbienconformes àlaréglementationenvigueur(serapporteraucodedelasantépublique,articles R3511 1àR ),n oubliezpasàtitred information,demettreenplacel affichage «interdictiondefumer»àl entréedesespacesfumeur. Cesdispositionssontapplicablesdepuisle1 er février2007. Oùs appliquel interdictiondefumerdansl entreprise? Danslesentreprises,l interdictions applique: dansleslocauxaffectésàl ensembledupersonnel(accueil,réception,locauxde restauration,espacesderepos,lieudepassage ) dansleslocauxdetravail danslessallesderéunionoudeformation danslesbureaux,mêmeoccupésparuneseulepersonnedanslamesureoù plusieurspersonnesyontaccèsnotammentleserviced entretien. Ilestpossibledemettreenplaceunlocalréservéauxfumeurs.Leprojetdoitêtre soumisàlaconsultationduchsct,desdéléguésdupersonneletdumédecindutravail. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

5 Cettemiseenplaceestsoumiseàdescontraintestechniquesexigeantes(salleclose, normesdeventilation,fermetureautomatiquedesportes,superficie ) Pourrappel,toutepersonnefumantdansunlieudanslequell interdictions appliqueest passibled unecontraventiondela3 ème classequiluifaitencouriruneamendeforfaitaire de68. Concernantleresponsabledeslieux(employeur,salariébénéficiantd unedélégationde pouvoirenmatièred hygièneetsécurité),ilestpassibledel amendeprévuepourles contraventionsde4 ème classe(135 )si: Lesemplacementssontnon conformes Lasignalisationn estpasenplace Lenon respectdel interdictiondefumerestsciemmentfavorisé. l)consignesàincendie Lesconsignesencasd incendienesontobligatoiresquepourlesentreprisesdeplusde 50salariésoudanslesétablissementsmanipulantoustockantdesmatières inflammables. Cependant,ellessont«fortementrecommandées»danslesautresétablissements. 1/Règlesgénéralessurlesconsignesàincendie Oùest ilnécessaired afficherlesconsignesdesécuritéincendie? Dans«chaquelocaldontl effectifestsupérieurà5personnesoudansleslocauxoù sontentreposésoumanipulésdessubstancesoupréparationsclasséesfacilement inflammable.danschaquelocaloudanschaquedésengagementdesservantun groupedelocaux». Faut iltransmettrelesconsignesincendiesàl inspecteurdutravail? Ilestobligatoiredetransmettrelesconsignesdesécuritéàl inspecteurdutravail. L inspecteurdutravaildoitpouvoirconsulterlibrementleregistredesécurité. Apartirdequandfaut ilmettreenplacedesextincteurs? «Unextincteurde6litresdoitêtreinstalléauminimumdanstouteentreprisede 200mètrescarrédeplancher.» Néanmoins,ilexisteuneobligationpourlesentreprisesmanipulantdesmatières facilementinflammablesd avoirunnombred extincteurappropriéaurisque encouruparlamanipulationdecesmatières. Lesconsignesincendiesnefontpaspartiedurèglementintérieur,ellesnesont passoumisesauxmêmesrègles. L utilisationd unsystèmed alarmesonoreencasd incendieestobligatoirepour lesentreprisesdeplusde50salariésoudanscellemanipulantdesmatières facilementinflammables. Danslesentreprisesemployantdespersonneshandicapées,ilestnécessairede préciserdesmesuresd évacuationspécifiques. 2/Commentutiliserlesconsignesincendiefournies? UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

6 2 a)alerteencasd incendie Vousdevezcompléterlenuméroducentredesecoursleplusproche Vousdevezprécisezlenometéventuellementleservicedanslequelsetrouve la/lespersonne(s)chargée(s)d avertirlessapeurspompiers.vouspouvez éventuellementpréciserlemessageàtransmettreencasd incendie. Ladiffusiondel alarmeneseferapastoujoursparunesirène,ellepourraêtreeffectuée partéléphone,réseaudesonneries,parlavoix,parhautparleurs Danslecasou l alarmeestdiffuséepartéléphone,veuillezindiquerlesnumérosàcomposer. 2 b)plandel établissement Ilestnécessairedejoindreàcesconsignesàincendieunouplusieursplansde l établissementpourladésignationetlalocalisationdumatérieldeluttecontrelefeu. Ceplandevraindiquerlesdifférentsendroitsoùsetrouvent: lesextincteurs, Lesrobinetsd incendieettouslesmoyensdeluttefixesoumobilecontreles incendies, Lefléchagedesdifférentsitinérairesd évacuation, Lesissues, Lesdégagementetcloisonnementsprincipaux Lesdiverslocauxtechniquesoulocauxàrisquesparticuliers Lesdispositifsetcommandesdesécurité Lesalarmes. Ilestnécessaired avoiraumoinsunpland évacuationparsecteurdel établissement.il doitêtreprésentésouslaformed unepancarteinaltérable. 2 c)évacuation Vousdevezpréciserquelestletypedesignalsonorequiannonceral incendie. Vousdevezindiquerlespersonneschargéesdedonnerl ordred évacuer(nom, services )Cespersonnesdoiventêtredéterminéesenraisondeleurfonctionhabituelle deresponsabilitéhiérarchique.ellesdevrontrecenserlespersonnesévacuées. Pourl évacuationdespersonnes,vouspouvezpréciserdanslepland évacuationles sortiesàutiliserencasd incendie.danslecasoùvotreentrepriseembauchedes personneshandicapées,veuillezpréciserlesmesuresspécifiquesprévuespourleur évacuation. 2 d)visiteetessaipériodique Lesessaisetvisitepériodiquesdumatérieletdesexercices: «Ilsontlieuaumoinstousles6mois.Lesdatesetlesobservationsqu ilspeuvent suscitersontconsignéssurunregistretenuàladispositiondel inspecteurdutravail.» Celaconsisteàeffectuerdesexercicesaucoursdesquelslepersonnels entraîneàréagir lorsd unsinistre. Ceregistredoitêtreconservépendant5ans. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

7 Registredesécuritéobligatoire Leregistredesécuritécomportelesdocumentspourlavérificationetlecontrôle quelesentreprisessontobligéesd effectuerautitredel hygièneetdelasécurité. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

8 ANNEXES UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

9 HORAIRESDETRAVAIL Dulundiausamedide:HàH Précisezparjourencasd horairesdifférents Précisezlesplageshorairesencasd horairesvariables Tempsdepausejournalierpourl ensembledupersonnel: Heuresdereposetdurée:lapauseméridienneestcompriseentre45minet2heures JoursFériésLégauxpourl année Le / / Le / / Le / / Le / / Le / / Travailparéquipe(s ilyalieu):composition Travaildenuit(s ilyalieu):avisdel inspecteurdutravail Cycledetravail(s ilyalieu): UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

10 INSPECTIONDUTRAVAIL DirectionDépartementaleduTravail,del EmploietdelaFormationProfessionnelle de/du: InspecteurduTravail Nom: Adresse: Téléphone: Médecinedutravail NomduDocteur: Adresse: Téléphone: Numérossecours Pompiers:18 CentreAnti poison SAMU:15 Police:17 Fournisseurd électricité: Fournisseurdegaz: Hôpital: UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

11 ORDREDESDÉPARTSENVACANCES ORDREDEDÉPARTDESSALARIÉS NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: NOM: DATE: Pourrappel:l ordredesdépartsenvacancesdessalariésestdéfinipar: 1/lasituationdefamilledusalarié(enfants,possibilitésduconjoint) 2/l ancienneté UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

12 ACCORDSCOLLECTIFSETCONVENTIONCOLLECTIVE APPLICABLES Intitulédelaconventioncollectiveapplicabledansl entreprise: Lieuoùcetteconventioncollectiveestconsultablegratuitementetmodalitéde consultation: UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

13 ELECTIONSPROFESSIONNELLES (obligatoiresàpartirde11salariés) Informationàl attentiondel ensembledupersonnel Nousvousinformonsdelapréparationdel organisationd électionsafindeprocéderau renouvellement(ouàlamiseenplace)précisezl instanceconcernée Sousréservedel approbationdespartiesconcernées,ladateenvisagéepourle1 er tour duscrutinestle / / de hà h Ladirectionprocéderaàl affichageduprotocoled accordpréélectoralfixantlecadreet lesmodalitésd organisationdurenouvellementdesmandats,conformémentau calendrierquiseradéfinitivementvalidé. Anoter:l employeurdoitinformerlepersonnelenprécisantladateenvisagéepourle1 er tourdesélectionsprofessionnelles(déléguésdupersonnel,délégationuniquedu personnel). Cettedatedevrasesituerauplustardle45 ème joursuivantcelledel affichage. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

14 LISTESÉLECTORALES OBJET:(précisezlesélectionsprofessionnellesconcernées) Envuedesélections(préciserl électionvisées)programméesle(précisezladatedes élections),ladirectionareçulescandidaturessuivantes: Collègen 1: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Collègen 2: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Collègen 3: Titulaires(nom,prénom) Suppléants(nom,prénom) Affiliation Anoter:Leslistesélectoralesdoiventêtreaffichéesaumoins4joursavantlesélections. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

15 EGALITÉDERÉMUNÉRATIONENTRELESHOMMESETLES FEMMES ArticlesL140 2àL140 7duCodeduTravail ArticleL140 2 Toutemployeuresttenud'assurer,pourunmêmetravailoupouruntravaildevaleur égale,l'égalitéderémunérationentreleshommesetlesfemmes. Parrémunération,ausensduprésentchapitre,ilfautentendrelesalaireoutraitement ordinairedebaseouminimumettouslesautresavantagesetaccessoirespayés, directementouindirectement,enespècesouennature,parl'employeurautravailleur enraisondel'emploidecedernier. Sontconsidéréscommeayantunevaleurégalelestravauxquiexigentdessalariésun ensemblecomparabledeconnaissancesprofessionnellesconsacréesparuntitre,un diplômeouunepratiqueprofessionnelle,decapacitésdécoulantdel'expérienceacquise, deresponsabilitésetdechargephysiqueounerveuse. Lesdisparitésderémunérationentrelesétablissementsd'unemêmeentreprisene peuventpas,pourunmêmetravailoupouruntravaildevaleurégale,êtrefondéessur l'appartenancedessalariésdecesétablissementsàl'unoul'autresexe. ArticleL140 3 Lesdifférentsélémentscomposantlarémunérationdoiventêtreétablisselondes normesidentiquespourleshommesetpourlesfemmes. Lescatégoriesetlescritèresdeclassificationetdepromotionprofessionnellesainsique touteslesautresbasesdecalculdelarémunération,notammentlesmodesd'évaluation desemplois,doiventêtrecommunsauxtravailleursdesdeuxsexes. ArticleL140 4 Toutedispositionfigurantnotammentdansuncontratdetravail,uneconventionou accordcollectifdetravail,unaccorddesalaires,unrèglementoubarèmedesalaires résultantd'unedécisiond'employeuroud'ungroupementd'employeursetqui, contrairementauxarticlesl.140 2etL.140 3,comporte,pourunoudestravailleursde l'undesdeuxsexes,unerémunérationinférieureàcelledetravailleursdel'autresexe pourunmêmetravailouuntravaildevaleurégale,estnulledepleindroit. Larémunérationplusélevéedontbénéficientcesdernierstravailleursestsubstituéede pleindroitàcellequecomportaitladispositionentachéedenullité. ArticleL140 5 LesdispositionsdesarticlesL.140 2àL.140 4sontapplicablesauxrelationsentre employeursetsalariésnonrégiesparlecodedutravailet,notamment,auxsalariésliés paruncontratdedroitpublic. ArticleL140 6 Lesinspecteursdutravailetdelamain d'oeuvre,lesinspecteursdesloissocialesen agricultureou,lecaséchéant,lesautresfonctionnairesdecontrôleassimiléssont UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

16 chargés,dansledomainedeleurscompétencesrespectives,deveilleràl'applicationdes articlesl.140 2etL.140 3ci dessus;ilssontégalementchargés,concurremmentavec lesofficiersetagentsdepolicejudiciairedeconstaterlesinfractionsàcesdispositions. ArticleL140 7 Danslesétablissementsoccupantdupersonnelféminin,letextedesarticlesL.140 2àL etceluiduprésentarticlesontaffichés[*publicité*]dansleslieuxdetravailainsi quedansleslocauxouàlaportedeslocauxoùsefaitl'embauchage. Ilenestdemêmepourlestextesprispourl'applicationdesditsarticles. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

17 EGALITEPROFESSIONNELLE ArticlesL123 1àL123 7duCodeduTravail ArticleL123 1 Sousréservedesdispositionsparticulièresduprésentcodeetsaufsil'appartenanceà l'unoul'autresexeestlaconditiondéterminantedel'exerciced'unemploioud'une activitéprofessionnelle,nulnepeut: a)mentionneroufairementionnerdansuneoffred'emploi,quelsquesoientles caractèresducontratdetravailenvisagé,oudanstouteautreformedepublicitérelative àuneembauche,lesexeoulasituationdefamilleducandidatrecherché; b)refuserd'embaucherunepersonne,prononcerunemutation,résilierourefuserde renouvelerlecontratdetravaild'unsalariéenconsidérationdusexe,delasituationde familleoudelagrossesseousurlabasedecritèresdechoixdifférentsselonlesexe,la situationdefamilleoulagrossesse; c)prendreenconsidérationdusexeoudelagrossessetoutemesure,notammenten matièrederémunération,deformation,d'affectation,dequalification,declassification, depromotionprofessionnelleoudemutation. Encasdelitigerelatifàl'applicationduprésentarticle,lesalariéconcernéoulecandidat àunrecrutementprésentedesélémentsdefaitlaissantsupposerl'existenced'une discrimination,directeouindirecte,fondéesurlesexe,lasituationdefamilleoula grossesse.auvudeceséléments,ilincombeàlapartiedéfenderessedeprouverquesa décisionestjustifiéepardesélémentsobjectifsétrangersàtoutediscrimination.lejuge formesaconvictionaprèsavoirordonné,encasdebesoin,touteslesmesures d'instructionqu'ilestimeutiles. UndécretenConseild'Etatdétermine,aprèsavisdesorganisationsd'employeursetde salariéslesplusreprésentativesauniveaunational,lalistedesemploisetdesactivités professionnellespourl'exercicedesquelsl'appartenanceàl'unoul'autresexeconstitue laconditiondéterminante.cettelisteestréviséepériodiquementdanslesmêmes formes. ArticleL123 2 Aucuneclauseréservantlebénéficed'unemesurequelconqueàunoudessalariésen considérationdusexenepeut,àpeinedenullité,êtreinséréedansuneconvention collectivedetravail,unaccordcollectifouuncontratdetravail,àmoinsqueladite clausen'aitpourobjetl'applicationdesdispositionsdesarticlesl àL , L ouL.224 1àL.224 5duprésentcode. ArticleL123 3 LesdispositionsdesarticlesL.123 1etL.123 2nefontpasobstacleàl'interventionde mesurestemporairesprisesauseulbénéficedesfemmesvisantàétablirl'égalitédes chancesentrehommesetfemmes,enparticulierenremédiantauxinégalitésdefaitqui affectentleschancesdesfemmes. Lesmesuresci dessusprévuesrésultentsoitdedispositionsréglementairesprisesdans lesdomainesdel'embauche,delaformation,delapromotion,del'organisationetdes conditionsdetravail,soitenapplicationdesdispositionsdu9ºdel'articlel.133 5,de stipulationsdeconventionscollectivesétenduesoud'accordscollectifsétendus,soitde l'applicationdesdispositionsdel'articlel UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

18 ArticleL123 4 Pourassurerl'égalitéprofessionnelleentrelesfemmesetleshommes,auvunotamment durapportprévuàl'articlel duprésentcode,lesmesuresviséesàl'article L.123 3peuventfairel'objetd'unplanpourl'égalitéprofessionnelleentrelesfemmeset leshommesnégociédansl'entrepriseconformémentauxdispositionsdesarticles L àL Si,autermedelanégociation,aucunaccordn'estintervenu,l'employeurpeutmettreen oeuvreceplan,sousréserved'avoirpréalablementconsultéetrecueillil'avisducomité d'entreprise,ou,àdéfaut,desdéléguésdupersonnel. Ceplans'applique,saufsiledirecteurdépartementaldutravailoulefonctionnaire assimiléadéclarés'yopposerparavisécritmotivéavantl'expirationd'undélaidedeux moisàcompterdeladateàlaquelleilenaétésaisi. ArticleL Lesentreprisesoccupantmoinsde300salariéspeuventconclureavecl'Etat,dansdes conditionsfixéespardécret,desconventionsleurpermettantderecevoiruneaide financièrepourfaireprocéderàuneétudedeleursituationenmatièred'égalité professionnelleetdesmesures,tellesqueprévuesparlesarticlesl.123 3etL.123 4, susceptiblesd'êtreprisespourrétablirl'égalitédeschancesentrelesfemmesetles hommes. ArticleL123 5 Estnuletdenuleffetlelicenciementd'unsalariéfaisantsuiteàuneactionenjustice engagéeparcesalariéouensafaveursurlabasedesdispositionsduprésentcode relativesàl'égalitéprofessionnelleentreleshommesetlesfemmes,lorsqu'ilestétabli quelelicenciementn'apasdecauseréelleetsérieuseetconstitueenréalitéunemesure priseparl'employeuràraisondel'actionenjustice.encecas,laréintégrationestde droitetlesalariéestregardécommen'ayantjamaiscesséd'occupersonemploi. Silesalariérefusedepoursuivrel'exécutionducontratdetravail,leconseilde prud'hommesluialloueuneindemnitéquinepeutêtreinférieureauxsalairesdessix derniersmois.deplus,lesalariébénéficieégalementd'uneindemnitécorrespondantà l'indemnitédelicenciementprévueparl'articlel.122 9ouparlaconventionoul'accord collectifapplicableoulecontratdetravail.ledeuxièmealinéadel'articlel du présentcodeestégalementapplicable. ArticleL123 6 Lesorganisationssyndicalesreprésentativesauplannationaloudansl'entreprise peuventexercerenjusticetoutesactionsquinaissentdesarticlesl.140 2àL.140 4en faveurd'uncandidatàunemploioud'unsalariédel'entreprisesansavoiràjustifier d'unmandatdel'intéressé,pourvuquecelui ciaitétéavertiparécritetnes'ysoitpas opposédansundélaidequinzejoursàcompterdeladateàlaquellel'organisation syndicaleluianotifiésonintention. L'intéressépeuttoujoursinterveniràl'instanceengagéeparlesyndicat. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

19 ArticleL123 7 LetextedesarticlesL.123 1àL.123 7estaffichédansleslieuxdutravailainsiquedans leslocauxouàlaportedeslocauxoùsefaitl'embauche. Ilenestdemêmepourlestextesprispourl'applicationdesditsarticles. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

20 LUTTECONTRELEHARCELEMENTMORALETSEXUEL ArticleL122 46àL122 54duCodeduTravail ArticleL Aucunsalarié,aucuncandidatàunrecrutement,àunstageouàunepériodede formationenentreprisenepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoire,directeouindirecte,notammentenmatièrederémunération,de formation,dereclassement,d'affectation,dequalification,declassification,de promotionprofessionnelle,demutationouderenouvellementdecontratpouravoir subiourefusédesubirlesagissementsdeharcèlementdetoutepersonnedontlebutest d'obtenirdesfaveursdenaturesexuelleàsonprofitouauprofitd'untiers. Aucunsalariénepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoirepouravoirtémoignédesagissementsdéfinisàl'alinéaprécédentou pourlesavoirrelatés. Toutedispositionoutoutactecontraireestnuldepleindroit. ArticleL Estpassibled'unesanctiondisciplinairetoutsalariéayantprocédéauxagissements définisàl'articlel ArticleL Ilappartientauchefd'entreprisedeprendretoutesdispositionsnécessairesenvuede prévenirlesactesvisésauxdeuxarticlesprécédents. ArticleL Aucunsalariénedoitsubirlesagissementsrépétésdeharcèlementmoralquiontpour objetoupoureffetunedégradationdesconditionsdetravailsusceptibledeporter atteinteàsesdroitsetàsadignité,d'altérersasantéphysiqueoumentaleoude compromettresonavenirprofessionnel. Aucunsalariénepeutêtresanctionné,licenciéoufairel'objetd'unemesure discriminatoire,directeouindirecte,notammentenmatièrederémunération,de formation,dereclassement,d'affectation,dequalification,declassification,de promotionprofessionnelle,demutationouderenouvellementdecontratpouravoir subi,ourefusédesubir,lesagissementsdéfinisàl'alinéaprécédentoupouravoir témoignédetelsagissementsoulesavoirrelatés. Touteruptureducontratdetravailquienrésulterait,toutedispositionoutoutacte contraireestnuldepleindroit. ArticleL Estpassibled'unesanctiondisciplinairetoutsalariéayantprocédéauxagissements définisàl'articlel ArticleL Ilappartientauchefd'entreprisedeprendretoutesdispositionsnécessairesenvuede prévenirlesagissementsvisésàl'articlel ArticleL Encasdelitigerelatifàl'applicationdesarticlesL etL ,lesalarié concernéprésentedesélémentsdefaitlaissantsupposerl'existenced'unharcèlement. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

21 Auvudeceséléments,ilincombeàlapartiedéfenderessedeprouverqueses agissementsnesontpasconstitutifsd'untelharcèlementetquesadécisionestjustifiée pardesélémentsobjectifsétrangersàtoutharcèlement.lejugeformesaconviction aprèsavoirordonné,encasdebesoin,touteslesmesuresd'instructionqu'ilestime utiles. ArticleL Lesorganisationssyndicalesreprésentativesdansl'entreprisepeuventexerceren justice,danslesconditionsprévuesparl'articlel ,touteslesactionsquinaissent del'articlel etdel'articleL enfaveurd'unsalariédel'entreprise,sous réservequ'ellesjustifientd'unaccordécritdel'intéressé.l'intéressépeuttoujours interveniràl'instanceengagéeparlesyndicatetymettrefinàtoutmoment. ArticleL Uneprocéduredemédiationpeutêtreengagéepartoutepersonnedel'entreprise s'estimantvictimedeharcèlementmoralousexuel.lemédiateurestchoisiendehorsde l'entreprisesurunelistedepersonnalitésdésignéesenfonctiondeleurautoritémorale etdeleurcompétencedanslapréventionduharcèlementmoralousexuel.lesfonctions demédiateursontincompatiblesaveccellesdeconseillerprud'homalenactivité. Leslistesdemédiateurssontdresséesparlereprésentantdel'Etatdansledépartement aprèsconsultationetexamendespropositionsdecandidaturesdesassociationsdont l'objetestladéfensedesvictimesdeharcèlementmoralousexueletdesorganisations syndicaleslesplusreprésentativessurleplannational. Lemédiateurconvoquelespartiesquidoiventcomparaîtreenpersonnedansundélai d'unmois.encasdedéfautdecomparution,ilenfaitleconstatécritqu'iladresseaux parties. Lemédiateurs'informedel'étatdesrelationsentrelesparties,iltentedelesconcilieret leursoumetdespropositionsqu'ilconsigneparécritenvuedemettrefinau harcèlement. Encasd'échecdelaconciliation,lemédiateurinformelespartiesdeséventuelles sanctionsencouruesetdesgarantiesprocéduralesprévuesenfaveurdelavictime. LesdispositionsdesarticlesL àL sontapplicablesaumédiateur. L'obligationdediscrétionprévueparl'articleL estétendueàtoutedonnée relativeàlasantédespersonnesdontlemédiateuraconnaissancedansl'exécutionde samission. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

22 L INTERDICTIONDEFUMERDANSLESLOCAUXDE L ENTREPRISE ArticleR3511 1àR3511 7etR3512 2duCodedelaSantéPublique ArticleR L'interdictiondefumerdansleslieuxaffectésàunusagecollectifmentionnéeàl'article L s'applique: Danstousleslieuxfermésetcouvertsquiaccueillentdupublicouquiconstituentdes lieuxdetravail( ). ArticleR L'interdictiondefumernes'appliquepasdanslesemplacementsmisàladispositiondes fumeursauseindeslieuxmentionnésàl'articler etcréés,lecaséchéant,parla personneoul'organismeresponsabledeslieux. Cesemplacementsnepeuventêtreaménagésauseindesétablissements d'enseignementpublicsetprivés,descentresdeformationdesapprentis,des établissementsdestinésàourégulièrementutiliséspourl'accueil,laformation, l'hébergementoulapratiquesportivedesmineursetdesétablissementsdesanté. ArticleR Lesemplacementsréservésmentionnésàl'articleR sontdessallescloses, affectéesàlaconsommationdetabacetdanslesquellesaucuneprestationdeservice n'estdélivrée.aucunetâched'entretienetdemaintenancenepeutyêtreexécutéesans quel'airaitétérenouvelé,enl'absencedetoutoccupant,pendantaumoinsuneheure. Ilsrespectentlesnormessuivantes: 1 Etreéquipésd'undispositifd'extractiond'airparventilationmécaniquepermettant unrenouvellementd'airminimaldedixfoislevolumedel'emplacementparheure.ce dispositifestentièrementindépendantdusystèmedeventilationoudeclimatisation d'airdubâtiment.lelocalestmaintenuendépressioncontinued'aumoinscinqpascals parrapportauxpiècescommunicantes; 2 Etredotésdefermeturesautomatiquessanspossibilitéd'ouverturenon intentionnelle; 3 Nepasconstituerunlieudepassage; 4 Présenterunesuperficieaupluségaleà20%delasuperficietotalede l'établissementauseinduquellesemplacementssontaménagéssansquelasuperficie d'unemplacementpuissedépasser35mètrecarrés. ArticleR L'installateuroulapersonneassurantlamaintenancedudispositifdeventilation mécaniqueattestequecelui cipermetderespecterlesexigencesmentionnéesau1 de l'articler Leresponsabledel'établissementesttenudeproduirecette attestationàl'occasiondetoutcontrôleetdefaireprocéderàl'entretienrégulierdu dispositif. ArticleR Danslesétablissementsdontlessalariésrelèventducodedutravail,leprojetdemettre UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

23 unemplacementàladispositiondesfumeursetsesmodalitésdemiseenœuvresont soumisesàlaconsultationducomitéd'hygièneetdesécuritéetdesconditionsdetravail ou,àdéfaut,desdéléguésdupersonneletdumédecindutravail. Danslesadministrationsetétablissementspublicsdontlespersonnelsrelèventdes titresieràivdustatutgénéraldelafonctionpublique,leprojetdemettreun emplacementàladispositiondesfumeursetsesmodalitésdemiseenœuvresont soumisesàlaconsultationducomitéd'hygièneetdesécuritéou,àdéfaut,ducomité techniqueparitaire. Danslecasoùuntelemplacementaétécréé,cesconsultationssontrenouveléestousles deuxans. ArticleR Dansleslieuxmentionnésàl'articleR ,unesignalisationapparenterappellele principedel'interdictiondefumer.unmodèledesignalisationaccompagnéd'un messagesanitairedepréventionestdéterminépararrêtéduministrechargédelasanté. Lemêmearrêtéfixelemodèledel'avertissementsanitaireàapposeràl'entréedes espacesmentionnésàl'articler ArticleR Lesdispositionsdelaprésentesections'appliquentsanspréjudicedesdispositions législativesetréglementairesrelativesàl'hygièneetàlasécurité,notammentcellesdu titreiiidulivreiiducodedutravail. ArticleR Estpunidel'amendeprévuepourlescontraventionsdelaquatrièmeclasselefait,pour leresponsabledeslieuxoùs'appliquel'interdictionprévueàl'articler ,de: 1 Nepasmettreenplacelasignalisationprévueàl'articleR ; 2 Mettreàladispositiondefumeursunemplacementnonconformeauxdispositions desarticlesr etR ; 3 Favoriser,sciemment,parquelquemoyenquecesoit,laviolationdecette interdiction. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

24 UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

25 UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

26 CONSIGNESD INCENDIE ALERTE Toutepersonneapercevantundébutd incendiedoit: Alerterlespompiers:18 Alerterlecentredesecoursleplusproche: Prévenirlespersonneschargéesd aviserlespompiers Nom: Service: Prévenirlestandardouladirectionetlepersonnel Diffuserl alarmeparlesmoyensfournis EXTINCTIONETLUTTECONTRELESINISTRE Désignationdumatériel: Localisationdesextincteurs: Désignationdespersonneschargéesdemettrelematérielenaction: Nom: Service: Pourlutteraumieuxcontrelesinistrevousdevez: o Essayerd éteindrelefeuavecunextincteursansprendrederisque:la distanced'attaquedoitêtred'aumoins3mpourunextincteuràpoudreet aumoins1mpourunextincteuràmousse,enfonctiondelalongueurdu jetdemousse.dirigezlejetd'extinctionverslabasedesflammes,jamais SURUNEFUITEDEGAZ. o Fermerlesportesetlesfenêtresetsipossiblecouperlesarrivéesdegazet d électricité ÉVACUATION Nomdespersonneschargéesdel évacuationdupersonnel: Nom: Service: Dèsauditiondusignal: o Évacuezlebâtimentdanslecalme,dirigezvousverslesissuesdesecours pouratteindrelepointderalliement o Suivezlesinstructionsdespersonneschargéesdel évacuationdu personneletdupublic o Nerevenezpasenarrière o N empruntezpaslesascenseurs o Encasdefumée,déplacezvousenrampant,l aiestplusrespirableausol`; Sivousnepouvezpasluttercontrel incendieniévacuerleslieux: o Boucheztouslesintersticesavecdesserviettesmouillées.Bouchezles orificesd'aérationpourempêcherlafuméed'entrerdanslapièce. UnionNationaledesInstitutsdeBeauté 2010

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS BENOIST BUSSON Cabinet d Avocats 250 bis, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS MonsieurleProcureurdelaRépublique TribunaldeGrandeInstancedeMontauban Placeducoq 82000MONTAUBAN Paris,le20octobre2010 LR+AR

Plus en détail

LE CADRE REGLEMENTAIRE DE L EMPLOI D UN EDUCATEUR SPORTIF AU SEIN D UN CLUB DES SPORTS DE GLACE

LE CADRE REGLEMENTAIRE DE L EMPLOI D UN EDUCATEUR SPORTIF AU SEIN D UN CLUB DES SPORTS DE GLACE 1 ACCOMPAGNEMENTDES CLUBS,DESLIGUESETDES COMITES DEPARTEMENTAUX StéphanieSCOFFIER LECADREREGLEMENTAIRE DEL EMPLOID UNEDUCATEURSPORTIFAUSEIND UN CLUBDESSPORTSDEGLACE Aideenligne:antenne_clubs@ffsg.org www.ffsg.org

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014

DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT. Du 13 février 2014 DIRECTIVES MUNICIPALES EN MATIÈRE DE REFUS D OCTROI DES HEURES DE PROLONGATIONS POUR LES ÉTABLISSEMENTS DE NUIT Du 13 février 2014 1. Préambule Il est préliminairement exposé que la base légale de ces

Plus en détail

Guide utilisateur. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le 114 GENDARMERIE

Guide utilisateur. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le 114 GENDARMERIE Guide utilisateur du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes, le SAMU POLICE GENDARMERIE SAPEURS POMPIERS Une urgence? ou Envoyez un SMS au, numéro d urgence

Plus en détail

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise

Helpcard. 0800 808 114 A l étranger +41 58 827 63 16. D autres questions? En cas de panne ou d accident. En Suisse. TCS Carte Entreprise D autres questions? TCS Carte Entreprise Contactez-nous : 0842 440 440 0844 888 112 entreprise@tcs.ch www.tcs.ch/entreprise Helpcard En cas de panne ou d accident En Suisse 0800 808 114 A l étranger +41

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Fiche d'inscription PARENTS

Fiche d'inscription PARENTS Fiche d'inscription PARENTS IDENTITE Nom : Prénom : Adresse :.. Tel : Portable : Courriel : @. VOTRE DEMANDE DE GARDE D ENFANTS Vos enfants : Nom Prénom Âge Lieu de garde : Garde souhaitée : Occasionnelle

Plus en détail

Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne

Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne Présentation de la NOUVELLE calculatrice d assurance en ligne www.bmoassurance.com/conseiller Pour qu il soit plus facile de faire affaire avec nous! CALCULATRICE D ASSURANCE Accéder à la Calculatrice

Plus en détail

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76

Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Charte d utilisation des véhicules de service CMA76 Préambule La Direction de la CMA76 met à votre disposition cette charte d utilisation de ces véhicules. Elle permet de préciser le cadre de la politique

Plus en détail

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Soumis au respect de nombreuses dispositions légales en matière d hygiène et de sécurité 1, le chef d entreprise a ainsi la

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER

RELAIS BABY-SITTING Bureau Information Jeunesse Saint-lô CANDIDATURE BABY-SITTER CANDIDATURE BABY-SITTER NOM DATE DE NAISSANCE Téléphone PRENOM SEXE M F Portable E-mail Statut Lycéen Etudiant Demandeur d emploi En formation Autre ; précisez : Véhicule Aucun Voiture Formation en rapport

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement.

Livret n 1. Bienvenue. chez vous. Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Livret n 1 Bienvenue chez vous Toutes les informations essentielles pour une arrivée en douceur dans votre nouveau logement. Bienvenue chez vous VOS INTERLOCUTEURS ET LES SERVICES À VOTRE DISPOSITION POUR

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau.

Numéros utiles. Transport. Pratique. Information. Jeunesse. Ile-de-France. PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70. www.ville-palaiseau. Numéros utiles Transport Pratique Information Jeunesse Ile-de-France PIJ - 31 rue de Paris > 01 69 31 59 70 www.ville-palaiseau.fr Urgences Pompiers > 18 Samu > 15 Appel d urgence européen > 112 Police

Plus en détail

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative

564-2010 2010-08-19 670-2012 2012-02-20. Codification administrative PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI REGLEMENT 33-2002 CONCERNANT LES SYSTEMES D ALARME ADOPTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL LE DIX-NEUF AOUT DEUX MILLE DEUX ET MODIFIE PAR LES REGLEMENTS SUIVANTS: Numéro Date

Plus en détail

Tél. : 03.21.16.18.00 Fax.: 03.21.16.18.01 Mail : centrescolaire@bscv.fr PC/MR/2008/15

Tél. : 03.21.16.18.00 Fax.: 03.21.16.18.01 Mail : centrescolaire@bscv.fr PC/MR/2008/15 Tél. : 03.21.16.18.00 Fax.: 03.21.16.18.01 Mail : centrescolaire@bscv.fr PC/MR/2008/15 SOMMAIRE Les mises en cause : la faute personnelle...page 04 Assurance Responsabilité Civile des Parents...page 05

Plus en détail

Registre de sécurité ERP

Registre de sécurité ERP Registre de sécurité ERP REGISTRE MIS EN PLACE LE :...... PAR :....... Collectivité :....... L éditeur de ce document ne saurait voir sa responsabilité tant contractuelle que délictuelle engagée, pour

Plus en détail

L AFFICHAGE OBLIGATOIRE DANS LES ENTREPRISES ARTISANALES

L AFFICHAGE OBLIGATOIRE DANS LES ENTREPRISES ARTISANALES + L AFFICHAGE OBLIGATOIRE DANS LES ENTREPRISES ARTISANALES Union Européenne L action Développeur de l Alternance est cofinancée par l Union Européenne. L Europe s engage en Haute- Normandie avec le FSE.

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

PRÊT À PLAN FAMILIAL D URGENCE INONDATION VERGLAS DÉFLAGRATION TEMPÊTE CANICULE ÉPIDÉMIE CONTAMINATION DE L EAU TREMBLEMENT DE TERRE

PRÊT À PLAN FAMILIAL D URGENCE INONDATION VERGLAS DÉFLAGRATION TEMPÊTE CANICULE ÉPIDÉMIE CONTAMINATION DE L EAU TREMBLEMENT DE TERRE PRÊT À INONDATION VERGLAS DÉFLAGRATION TEMPÊTE CANICULE ÉPIDÉMIE CONTAMINATION DE L EAU TREMBLEMENT DE TERRE INCENDIE DE FORÊT TORNADE PLAN FAMILIAL D URGENCE Une bonne préparation aux situations d urgence

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME Attendu qu il est nécessaire de remédier aux problèmes provoqués par le nombre élevé de fausses alarmes ; Attendu que la démarche la plus efficace pour ce faire se trouve

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes. - Le 114 -

GUIDE UTILISATEUR. du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes. - Le 114 - GUIDE UTILISATEUR du Centre National de Relais des appels d urgence pour personnes sourdes ou malentendantes - Le 114 - Sommaire INTRODUCTION... 3 1) USAGE DES FA... 3 a) Comment envoyer un fax au 114?...

Plus en détail

Madame, Monsieur, très bonnes fêtes de fin d année.

Madame, Monsieur, très bonnes fêtes de fin d année. 1 Année 2013, n 3 Décembre 2013 : MAIRIE - 49 Grande Rue 91940 Saint Jean de Beauregard : 01 60 12 00 04 : 01 60 12 58 63 : mairie.st.jean.beauregard@wanadoo.fr http://www.mairie-saintjeandebeauregard.fr

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes. Infos sécurité Charte d usage des TIC au sein de l Université de Bourgogne CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE

LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE Le 11 janvier 2013 Chers clients, L employeur est tenu d afficher sur le lieu de travail un certain nombre de documents informatifs à l attention

Plus en détail

Animation Shop PREAMBULE... 2 CONTRAINTE... 2 CREER UNE ANIMATION... 2 AJOUTER DES IMAGES... 3 ENREGISTRER UNE ANIMATION... 3

Animation Shop PREAMBULE... 2 CONTRAINTE... 2 CREER UNE ANIMATION... 2 AJOUTER DES IMAGES... 3 ENREGISTRER UNE ANIMATION... 3 Jasc Software Animation Shop Sommaire : PREAMBULE... 2 CONTRAINTE... 2 CREER UNE ANIMATION... 2 AJOUTER DES IMAGES... 3 ENREGISTRER UNE ANIMATION... 3 AJOUTER DE L'EFFET... 5 TRANSISSIONS D'IMAGE... 5

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST, CENTRE DE RENNES»

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST, CENTRE DE RENNES» MARCHE PUBLIC DE SERVICES «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST, CENTRE DE RENNES» PROCEDURE ADAPTEE (Article 28 du Code des Marchés Publics) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR - se déroulant sur la voie publique et regroupant plus de 200 véhicules

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER. Règlement sur les système d'alarme PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER Règlement # 380 Règlement sur les système d'alarme 438.09.09 Règlement portant le numéro 380 lequel a pour objet de règlementer les systèmes

Plus en détail

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Présentation du site Rénovation d un site industriel de la Manufacture des Tabacs

Plus en détail

L'acheminement des ressources

L'acheminement des ressources Partie 2 L acheminement des ressources Planifier l'organisation et la prestation des secours et prévoir des modalités d'intervention de manière à assurer, en fonction de l évaluation et de la classification

Plus en détail

Le présent règlement s'applique au camping «Les Chèvrefeuilles» sis 11, Allée des Chèvrefeuilles 17200 Royan.

Le présent règlement s'applique au camping «Les Chèvrefeuilles» sis 11, Allée des Chèvrefeuilles 17200 Royan. REGLEMENT INTERIEUR LES CHEVREFEUILLES**** 11 Allée des Chèvrefeuilles 17200 ROYAN Préambule Dans le présent règlement: - Le Camping Les Chèvrefeuilles est dénommé «Le Camping», - Les Habitations Légères

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

Règlement n o 2011-42

Règlement n o 2011-42 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-PRIME Règlement n o 2011-42 «Concernant la circulation et le stationnement» Attendu que les articles 295, 7 0, 310 et 314.1 du Code de la sécurité routière

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce VOTRE ASSISTANCE SANTÉ À DOMICILE MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce Avec Malakoff Médéric Prévoyance et Malakoff Médéric Mutuelle, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION HSSE Hygiène et sécurité www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION RMD Consultants Immeuble Lyon Ouest 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel: +33 (0)482 531 703 Prévention

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE NICOLET. RÈGLEMENT n 23-2001. Règlement relatif au stationnement

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE NICOLET. RÈGLEMENT n 23-2001. Règlement relatif au stationnement PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE NICOLET RÈGLEMENT n 23-2001 Règlement relatif au stationnement CONSIDÉRANT qu AVIS DE MOTION du présent règlement a dûment été donné lors de la séance spéciale du 30 avril 2001.

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

> Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes

> Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes La signalisation /20 > Mettre une croix dans les cases correspondantes Répondre aux deux consignes A / Accès interdit aux cyclistes... B / Débouché de cyclistes venant de gauche ou de droite... C / Piste

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/13/042 DÉLIBÉRATION N 09/017 DU 17 MARS 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 22 JANVIER 2013, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :...

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... RENSEIGNEMENTS ÉLÈVE Nom Prénom Adresse Classe Tél. / L élève est autorisé à quitter l institut

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE PLOUGUIEL PREAMBULE La commune de Plouguiel a mis en place un service de restauration scolaire en 1976. Ce service fonctionne pour l'école publique

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

Nous aborderons dans une première partie l actualité législative (A), puis dans une seconde partie l actualité jurisprudentielle (B).

Nous aborderons dans une première partie l actualité législative (A), puis dans une seconde partie l actualité jurisprudentielle (B). DROITNOTARIALDEL'ENTREPRISE Danslecadredecettesecondeveillejuridique,nouspoursuivronsnotreapprochede l actualitéenmatièrededroitnotarialdel entreprisequenousavionscommencélorsdenotre premiertravail,quicouvraitlapériodedu25mars2010au15novembre2010.

Plus en détail

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011

Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES Florent Vaubourdolle Vendredi 27 mai 2011 STOCKAGE TRAÇABILITÉ PARTAGE ASPECTS JURIDIQUES 1/ Quelles données? 2/ Problématiques juridiques vues par / pour

Plus en détail

Les stages sportifs. L'organisateur d'un tel stage devra procéder à certaines formalités :

Les stages sportifs. L'organisateur d'un tel stage devra procéder à certaines formalités : Les stages sportifs Stages sportifs avec hébergement Les stages sportifs accueillant des mineurs hors du domicile parental relèvent de la réglementation des centres de vacances, dès l'instant où ils sont

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION DEVENIR BABY-SITTER MODE D EMPLOI

LIVRET D INFORMATION DEVENIR BABY-SITTER MODE D EMPLOI LIVRET D INFORMATION DEVENIR BABY-SITTER MODE D EMPLOI sionnelles, l'incapacité à se passer du produit pendant plusieurs jours, des difficultés financières Le danger du passage de l usage simple à l usage

Plus en détail

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Introduction La formation à la sécurité, prévue par la réglementation, doit comprendre les dispositions qui

Plus en détail

Salles Municipales du Vellein Avenue du Driève 38090 VILLEFONTAINE

Salles Municipales du Vellein Avenue du Driève 38090 VILLEFONTAINE SERVICE ACCUEIL/GESTION DES SALLES Affaire suivie par : Maryvonne Mens Tél. 04 74 96 00 00 Tél. Astreinte technique : 06 60 05 52 15 Tél. Visite/Etat des lieux : 06 35 38 64 27 Règlement intérieur Salles

Plus en détail

PROPOSITION ASSURANCE DES SPORTS

PROPOSITION ASSURANCE DES SPORTS PROPOSITION ASSURANCE DES SPORTS BFL CANADA risques et assurances inc. 2001 McGill College, Bureau 2200, Montréal, Québec, H3A 1G1 Tél. (514) 843-3632 / 800 455-2842 Télec. (514) 843-3842 Renseignements

Plus en détail

8. lavez tous les éléments du biberon

8. lavez tous les éléments du biberon L E B I B E R O N 1. lavez-vous les mains 2. ajoutez l eau 3. dosez le lait 4. remuez le biberon 5. chauffez le biberon 6. testez la température du lait 7. donnez le biberon au calme 8. lavez tous les

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

Processus déclaratif des DAE

Processus déclaratif des DAE Processus déclaratif des DAE Le fonctionnement de l application est le suivant : 1 ère étape : ouverture d un compte Pour pouvoir déclarer un ou plusieurs DAE, il est indispensable de disposer d un compte

Plus en détail

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME

CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME Ville de Blainville Ce document n'a pas de valeur officielle. En cas de divergence entre ce document et les règlements originaux, ceux-ci prévaudront. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BLAINVILLE RÈGLEMENT 1334

Plus en détail

bien dormir 19 c Métropole de Lyon - janvier 2015 - Conception graphique : MÉDIACITÉ / Illustrations : Stéphanie Herbach www.grandlyon.

bien dormir 19 c Métropole de Lyon - janvier 2015 - Conception graphique : MÉDIACITÉ / Illustrations : Stéphanie Herbach www.grandlyon. bien dormir 19 c le biberon 1. Lavez-vous les mains 2. Ajoutez l eau 3. Dosez le lait 4. Remuez le biberon 7. Donnez le biberon au calme 5. Chauffez le biberon 6. Testez la température du lait 8. Lavez

Plus en détail

Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme

Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme Extrait tiré du Plan de SécuriFerme Canada Spécimen de formulaire : Plan de préparation aux situations d urgence de La ferme Les personnes suivantes sont formées et actualisées dans le travail d intervention

Plus en détail

DIRECTIVES POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE DE RÈGLEMENT POUR INVALIDITÉ, MALADIE TERMINALE, HOSPITALISATION, MALADIE GRAVE ET MUTILATION

DIRECTIVES POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE DE RÈGLEMENT POUR INVALIDITÉ, MALADIE TERMINALE, HOSPITALISATION, MALADIE GRAVE ET MUTILATION AVIS IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DEMANDE DE RÈGLEMENT Assurez-vous que toutes les sections requises sont dûment remplies et que la documentation nécessaire est annexée.

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM)

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM) 2013 (MAM) Édito Le Conseil général et la Caisse d allocations familiales du Finistère favorisent le développement des modes d accueil de la petite enfance Le Conseil général du Finistère et la Caisse

Plus en détail

Notre priorité, votre sécurité!

Notre priorité, votre sécurité! Le règlement sur les alarmes-incendies non fondées : un pas de plus vers la sécurité! Présentation de la nouvelle réglementation aux représentants de l Association des propriétaires et administrateurs

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Tableau des postes POSTE NUMERO 128 POSTE NUMERO 149 POSTE NUMERO 155 POSTE NUMERO 216 POSTE NUMERO 226 POSTE NUMERO 265 POSTE NUMERO 294

Tableau des postes POSTE NUMERO 128 POSTE NUMERO 149 POSTE NUMERO 155 POSTE NUMERO 216 POSTE NUMERO 226 POSTE NUMERO 265 POSTE NUMERO 294 Tableau des postes POSTE NUMERO 128 Affichage # 1357 EQUIPE VOLANTE CS POSTE NUMERO 149 Affichage # 1355 EQUIPE VOLANTE CS POSTE NUMERO 155 Affichage # 1353 EQUIPE VOLANTE CS POSTE NUMERO 216 Affichage

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

MINI GUIDE ORGANISATIONS SYNDICALES

MINI GUIDE ORGANISATIONS SYNDICALES MINI GUIDE ORGANISATIONS SYNDICALES Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France www.oec-paris.fr Novembre 2010 Table des Matières 1 Préface... 4 2 Introduction... 5 2.1. Le.contexte.historique..125.ans.de.liberté.comptable.!...

Plus en détail

Séance spéciale du 26 mars 2002

Séance spéciale du 26 mars 2002 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BOISBRIAND Séance spéciale du 26 mars 2002 Séance spéciale du Conseil de la Ville de Boisbriand tenue le 26 mars 2002 à 20 h dans la salle des délibérations du conseil située

Plus en détail

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Title - Sujet Portes d'acier. Solicitation No. - N de l'invitation 21C31-153011/A

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Title - Sujet Portes d'acier. Solicitation No. - N de l'invitation 21C31-153011/A Public Works and Government Services Canada Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 1 1 RETURN BIDS TO: RETOURNER LES SOUMISSIONS À: Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Place

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS. TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33}

RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS. TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33} RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33} 2 RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE ABRÉGÉ 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

Appendice A Guide sur les protections d assurance offertes aux employés des BNP en voyage d affaires

Appendice A Guide sur les protections d assurance offertes aux employés des BNP en voyage d affaires Appendice A Guide sur les protections d assurance offertes aux employés des BNP en voyage d affaires En vigueur à compter du 1 er avril 2006 RES Décès et mutilation Montant de 200 k$ en cas de décès et

Plus en détail

"MULTIRISQUE INDUSTRIELLE" ALLIAGE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

MULTIRISQUE INDUSTRIELLE ALLIAGE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE "MULTIRISQUE INDUSTRIELLE" ALLIAGE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom, Adresse du Proposant *:... ALLO ASSURANCES BP 30018 26958 VALENCE CEDEX 9 www.alloassurances.com AN AVT REMPT Date d'effet

Plus en détail

LES ASSURANCES SOMMAIRE

LES ASSURANCES SOMMAIRE LES ASSURANCES SOMMAIRE 1. Réclamation et procédures à suivre : Réclamation d assurances contre les accidents du sport...1 2. Réclamation et procédures à suivre : Réclamation d assurances pour soins dentaires

Plus en détail

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015

REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 REGLEMENT POUR LA FACTURATION DES PRESTATIONS DE SERVICE - 2015 DU SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DU TARN Article 1 : Article 2 : Conformément aux lois et à la jurisprudence subséquente,

Plus en détail

RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec

RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec RÈGLEMENT # 302 Règlement concernant les alarmes applicable par la Sûreté du Québec CONSIDÉRANT QUE le Conseil municipal juge nécessaire et d intérêt public de réglementer la possession, l utilisation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial édition 2015 2013 éditorial RISQUES MAJEURS Apprenons les bons réflexes! * La Garde Département du Var *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs DICRIM 2015-1 À conserver SOMMAIRE

Plus en détail

État de préparation des municipalités de la MRC de Roussillon 25 juin 2014

État de préparation des municipalités de la MRC de Roussillon 25 juin 2014 État de préparation des municipalités de la MRC de Roussillon 25 juin 2014 Christine Savard Christine Savard, Directrice Direction régionale de la sécurité civile et de la sécurité incendie de la Montérégie

Plus en détail

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS MISE EN PLACE D UN REGIME COLLECTIF DE PREVOYANCE ET/OU DE SANTE COMPLEMENTAIRE PAR DECISION UNILATERALE RAPPEL : COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME COLLECTIF EN ENTREPRISE AU PROFIT DES SALARIES? Les modalités

Plus en détail