Plénière 3 : Initier de nouveaux modes de vie et de production

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plénière 3 : Initier de nouveaux modes de vie et de production"

Transcription

1 Plénière 3 : Initier de nouveaux modes de vie et de production Intervenants : Jean-Didier VINCENT, Biologiste, membre de l Institut Michel GRANGE, Architecte, directeur de la Mutuelle des Architectes Français Assurance Robert ROCHEFORT, Directeur général du Credoc Jean-Claude SEYS, Vice-président du Conseil d Administration, MMA Jean-Hervé LORENZI, Directeur de rédaction de la revue Risques, président du Cercle des économistes Modérateur :, Directeur de la rédaction, Enjeux-Les Echos Notre débat se déroulera en trois temps. Nous écouterons chacun de nos orateurs quelques minutes, après quoi ils échangeront entre eux. Enfin, nous recueillerons les différentes interventions de la salle. Je donne pour commencer la parole à Jean-Claude Seys. Il existe deux grandes perceptions des modes de vie et de production aujourd hui. La première est celle des consommateurs, qui sousestiment souvent la portée et la rapidité des évolutions. La seconde est celle des experts, qui surestiment au contraire quelquefois la rapidité de ces évolutions. Quel est votre sentiment quant à ce décalage? Comment l expliquez-vous? Jean-Claude SEYS Je rappellerais tout d abord que la prévision est un art difficile, surtout lorsqu il s agit de prévoir l avenir. Nous pouvons identifier quatre types de forces qui infléchissent l avenir. La première est la force d inertie. Qu il s agisse de la résistance au changement ou de l éducation, il faut souvent une ou deux générations pour former des comportements nouveaux. Certaines de nos routes suivent encore aujourd hui le tracé des voies romaines. Je crois que la force d inertie est très globalement sous-estimée. A l inverse, certains facteurs de changements sont très nombreux : la technologie, bien sûr, mais aussi les phénomènes culturels, géographiques et politiques. Ces derniers sont plutôt surestimés par 1

2 certains spécialistes. Un vulgarisateur scientifique bien connu disait récemment que nous aurions bientôt des imprimantes tridimensionnelles conduisant à l élaboration de micro-usines personnalisées. Il prétendait ainsi que la ménagère pourrait fabriquer des boîtiers de téléphone avec son ordinateur. Cela paraît très étonnant. En somme, les experts n exagèrent pas tant l amplitude des changements que leur rapidité. Le troisième facteur de changement est la volonté humaine. La Chine d aujourd hui est celle d il y a 30 ans : c est le même territoire, les mêmes hommes et la même culture. Ce pays est cependant devenu une puissance dominante dans le monde. Le quatrième facteur, enfin, est la rupture. Elle peut prendre des formes très diverses : guerres mondiales, décolonisations, événements technologiques, mais aussi maîtrise des moteurs thermiques, arrivée des vaccins etc. Le mélange de ces forces doit nous rendre très modestes vis-à-vis de l avenir. Nous pouvons seulement affirmer que d ici 50 ans, deux à trois ruptures majeures interviendront, conduisant à remettre en cause toutes nos prévisions actuelles. L un des déterminants de notre société, Monsieur Rochefort, est sans doute le comportement du consommateur. Nous voyons bien qu il est assez ambigu. S il est respectueux du développement durable et des normes sociales, il est aussi sensible à l argument prix. Comment fait-il cet arbitrage? Robert ROCHEFORT La société d hyperconsommation n est rien d autre que le mode d être le plus adapté à une société qui tend vers toujours plus d individualisme. Le problème majeur que pose cette tendance est la confrontation entre intérêt individuel et intérêt général. Plus nous sommes inscrits dans une logique de recherche d intérêt individuel, plus les choses paraissent satisfaisantes pour les individus, mais plus se désagrègent, en contrepartie, les fonctions traditionnelles de soutien à l intérêt général. Le problème qui se pose est donc de savoir comment je puis re-participer, en tant qu individu, à l intérêt général. Quelques choix individuels donnent le sentiment de pouvoir servir cet intérêt. C est ce que l on appelle les «faits minoritaires porteurs d avenir». Si leur portée est faible, elle n est pas vaine. De manière générale, deux questions se posent. La première est de savoir comment le consommateur parvient à concilier les contradictions entre les nouvelles tendances. Si les choix éthiques sont proposés à coûts identiques avec les autres, le consommateur optera naturellement pour les premiers. Par exemple, si nous décidons demain de manger des fruits de saison parce que cela est meilleur pour la planète, nous saurons arbitrer en leur faveur une fois convaincus. En revanche, s il nous faut payer plus cher pour l intérêt général, il y a difficulté. Au fond, le problème est de savoir à quel moment l Etat reprend le pilotage de l intérêt général. Par exemple, l écopastille est une intervention efficace, fondée sur une fiscalité hautement incitative. La pastille verte a ainsi torpillé les ventes de voitures polluantes en Autriche. 2

3 En définitive, pour que l Etat puisse imposer une légitimité, il faut que le consommateur ait commencé à croire à autre chose, et donc à voir autre chose. Il faut aussi qu il soit prêt au changement. Il aurait été impossible de proposer une alternative à la voiture il y a vingt ans. Cela devient envisageable aujourd hui. Le choix du consommateur fait intervenir à terme les décisions publiques et les initiatives de l Etat. Monsieur Vincent, la technologie est une question qui hante traditionnellement les modes de vie et de production. Comment appréhendez-vous l interaction entre l homme et la technologie aujourd hui? Jean-Didier VINCENT L homme ne cesse d évoluer. Par exemple, le poids moyen du cerveau de l homme a augmenté de 100 grammes depuis un siècle. Si l on pense que 500 grammes seulement nous séparent de l homo erectus, qui maîtrisait peut-être le feu, cela peut donner une idée de notre marge de progression. L idéal cartésien de l homme maître et possesseur de la nature est donc pour le moins provisoire. Le mari d Hannah Arendt évoque, dans un magnifique traité sur l obsolescence de l homme, la «honte prométhéenne qui s empare de l homme devant l humiliante qualité des choses qu il a luimême fabriquées». Désormais, l homme fabrique son milieu. Lorsqu il ne sait pas le faire, le milieu lui est imposé, ce qui crée de nombreuses tensions. Aujourd hui, l homme cherche à échapper à cette calamité en renversant la problématique, c'est-à-dire en alignant son corps sur ses instruments et son milieu. C est aujourd hui le corps qui est en question. Pour le biologiste, le développement durable est inessentiel. C est la mort qui est le principe moteur de toute l évolution du vivant. Le vivant est le non-fini, l inachevable et l imparfait, qui permettent à la sélection naturelle de faire son marché. Désormais ce ne sera plus la nature naturante qui sera à l origine de l homme, mais une nature qui résulte de ce que nous fabriquons. Jusqu à présent, l homme avait servi de modèle aux machines. Désormais, c est nous qui tendons à les imiter. Aujourd hui, nous pensons à un ordinateur lorsque nous examinons le cerveau. Nous examinons les connexions nerveuses comme celles d un ordinateur. Actuellement, le mouvement des converging technologies connaît un essor important aux Etats-Unis. Il rassemble les nanotechnologies, les biotechnologies, les technologies de l information et les technologies des sciences cognitives. Ce mouvement a une efficacité extraordinaire, au point que le Président Bush lui-même a soutenu financièrement ce projet en Ce projet, dupliqué de la philosophie de «trans-humanisme», ne vise rien moins que l atteinte de durées de vie très prolongées. Cela passe par la manipulation des gènes. 90 % de notre génome ne sert pas à faire des gènes et nous ignorons sa fonction. Nous avons donc encore de quoi progresser. Au fond, le cauchemar technologique est l horizon d une nouvelle spéciation, c'est-à-dire l apparition d une nouvelle espèce humaine au sein des hommes, une espèce modifiée au point de devenir incompatible avec la précédente. A cet égard, les impacts de la technologie sont d une ampleur très difficilement mesurable. 3

4 Monsieur Grange, vous êtes à la fois architecte et constructeur. La maison est au cœur d un système de vie et de consommation. Que voyez-vous à l interface de l architecture et de l assurance? Michel GRANGE Je crois qu il faut prendre conscience de l évolution que nous vivons. L homme ne va plus investir dans la qualité de sa vie, mais dans la qualité de la vie. L importance du développement durable en témoigne. A cet égard, le secteur du bâtiment est hautement prédateur : il consomme la moitié des ressources naturelles, 40 % de l énergie mondiale et il est responsable de la moitié des émissions de CO2. Je voudrais relever quelques paradoxes. Tout d abord, le développement durable n est pas la petite maison dans la prairie. Les Français veulent pour la plupart habiter en maison individuelle, mais ce souhait a pour conséquence un étalement de la ville et une diminution des espaces agricoles. Le développement durable repose, selon moi, à plus ou moins long terme, sur une densification urbaine. En outre, le développement durable est loin d être bon marché. Deux tiers du parc résidentiel construits avant 1975 ne sont plus aux normes énergétiques. Or pour les particuliers, cette mise aux normes est évaluée à ou euros par foyer. Les architectes devront donc définir des solutions équilibrées qui mettent en œuvre des matériaux et des process innovants, partant du principe que l énergie la moins chère est celle que l on ne consomme pas. Les industriels devront développer des matériaux fiables, en quantité suffisante et à prix abordable. Enfin, il convient de préciser que c est le développement qui est durable, et non la construction. Le défi est d encourager les solidarités et de préserver l environnement. Le renouvelable doit, à cet égard, prévaloir sur le durable. Nous devons favoriser notamment un urbanisme ouvert, évolutif et réversible. Si des solutions techniques simples existent pour les bâtiments neufs, elles sont bien plus délicates pour les constructions historiques. Monsieur Lorenzi, en tant qu historien de l économie, vous voyez se mettre en place des mouvements particuliers de révolution : vivons-nous aujourd hui dans une période de révolution? Jean-Hervé LORENZI Le mot clé est celui de rupture. Quand j entends parler de nouveaux modes de vie et de production, je suis intéressé, mais aussi exaspéré et perplexe. Il y a quelques années, le maître mot était celui de la société de la connaissance. Aujourd hui, le développement durable est au premier plan. En réalité, les transformations fortes ne se décrètent pas. Pour imaginer une vraie transformation, plusieurs conditions doivent être remplies. 4

5 Aujourd hui, les économistes sont essentiellement focalisés sur les deux derniers siècles, en rupture totale avec le reste de l histoire de l humanité. Les deux variables majeures sont la démographie et la productivité. Le progrès technologique a été un mouvement à peu près continu dans l histoire. Le problème est de savoir comment advient ce moment où l on passe d un univers à un autre. Certains économistes nient la réalité des ruptures et des révolutions industrielles. Personnellement, je crois à la rupture. L on pourrait citer les deux révolutions industrielles du dix-neuvième siècle. La rupture a lieu, à mon sens, lorsque le choc scientifique de l innovation touche de manière simultanée à la fois les modes de la consommation et les modes de production des objets. La première révolution industrielle a déjà montré cette articulation. Aujourd hui, nous entrons dans une transition démographique majeure, avec un certain tassement de la productivité. Par ailleurs, nous sommes confrontés à la rareté des matières premières. J ai tendance à penser que le défi de nos pays est plutôt de continuer à survivre dans un monde sans bouleversement majeur de nos modes de production. Face à nos bouleversements, le rôle de l assureur est-il d anticiper ou d accompagner? Jean-Claude SEYS Je suis personnellement convaincu de la nécessité d anticiper. Cet exercice n est pas très conforme à notre culture. Dans notre produit national, l immatériel se développe de manière considérable par rapport au matériel. Or l assurance assure essentiellement des biens matériels ; et ces derniers occupent de jour en jour une importance moindre dans la consommation nationale. Comment intervenir à ce niveau? Si nous souhaitons que notre activité continue à croître en relation avec le PIB, nous devons trouver notre place dans le champ de l immatériel. Cela est très difficile. Nous devons nous réformer en profondeur, afin d identifier dans cet univers de risque et d anxiété des points d application de notre métier. Notre culture n y est pas très favorable. Le problème essentiel est l évaluation du risque. Nous devrons nous montrer imaginatifs et audacieux, afin de trouver, au sein de cette effervescence de risques nouveaux, des lieux de développement de notre activité. Robert ROCHEFORT La nouveauté aujourd hui est que les changements sont terriblement catalysés par les peurs et par les systèmes de contraintes, les seconds étant souvent les réponses publiques aux premières. L assureur, dans ce contexte, est celui qui est capable de transformer la peur en risque. Le risque est en effet une peur apprivoisée. La question est donc de savoir si nous sommes dans une société de régression, due à la précipitation de l arrivée des peurs. Le problème fondamental est celui de l éducation. La transformation de la peur en risque est très difficile. L adjonction d un principe de prudence dans la constitution n est pas forcément un moyen efficace de calmer les peurs. La seconde étape pour l assureur est de transformer le risque en marchandise. Peut-être y a-t-il une réticence supplémentaire du consommateur français à voir se mettre en place cette marchandisation de la peur. Pour trouver sa place, l assureur doit aller au-delà de la transformation des peurs en risque, sans quoi il en restera à un marché très étroit. Il devra s orienter vers des solutions ou des ensembles de solutions plus concrets, tels que des packages, aux problèmes des personnes. Mais la vente du package peut aussi désorienter le consommateur. 5

6 Michel GRANGE Nous sommes obligés de nourrir des ambitions importantes en matière de développement durable, mais cela engendre de nombreux risques en termes de conception, de norme et de qualité de mise en œuvre. Pourtant, il nous faut avancer dans cette voie. L Allemagne et les pays scandinaves ont pratiquement vingt ans d avance sur nous. En principe, l assureur a besoin d une connaissance du risque et de l histoire d un risque. Or, l innovation le confronte à un manque de recul. Une solution serait l application d un principe de prise en charge des catastrophes naturelles par la participation générale de tous les acteurs : Etat, industriels, concepteurs et autres. Jean-Didier VINCENT Je suis consterné par la faible portée dans le temps des visions présentées. Les assureurs vie ne savent pas ce qu est la vie. Il faut percevoir la vie à plus long terme. Par exemple, il y a une corrélation entre le poids du cerveau et la durée de vie. Vous n intégrez pas la dimension suivante, à savoir que la vie de l homme a pu s allonger chez les nantis, assortie d une diminution du risque de handicap. Les converging technologies que j évoquais permettront notamment d introduire des puces dans les régions défaillantes de votre cerveau. Elles pourraient parfaitement conduire à des millions de centenaires dans des délais relativement brefs. La photosynthèse sera peut-être à la portée de l organisme que l homme va fabriquer. A cet égard, le grand principe deviendra celui de l irresponsabilité. Cette nouvelle nature ne pourra reposer, dans son devenir, que sur la nonmaîtrise de l homme. Les premiers scientifiques qui mettront en œuvre les «nanobots», mettront la photosynthèse à la portée de tous. Et nous parlons là d une échéance à 50 ans ou à peine plus. C est demain! Je ne parle pas non plus du dépassement de la capacité de penser humaine par l ordinateur. Pour le coup, ce progrès n est pas pour demain, mais il est pour après-demain. Jean-Hervé LORENZI L assurance a toujours été l oriflamme de l innovation. En conséquence, les assureurs se trompent de destinée lorsqu ils pensent que leur avenir est exclusivement dans la gestion financière. Si l on se trouve dans une période de rupture au niveau mondial, l assureur doit jouer le jeu de l avenir et du risque. Les domaines d excellence des assureurs seront complètement déterminés par deux phénomènes. Le premier est la «judiciarisation», qui va avec l hyper-individualisme, chacun ayant le sentiment d être protégé des autres. Le second phénomène est la modification de la frontière entre la protection publique, la protection sociale et la protection individuelle. Au-delà des oppositions simplificatrices, l on voit bien qu en matière de santé et de retraite, les assureurs verront leur part augmenter. Si j étais responsable d une compagnie d assurance, je m interrogerais donc sur la prise en charge plus active des domaines de la santé et la retraite. Nous allons à présent écouter quelques questions de la salle. 6

7 Jean PRUNIERE Aujourd hui, nombre de pensées religieuses récusent la vision prométhéenne que vous avez présentée. Comment intégrez-vous cette évolution dans vos prévisions? Jean-Didier VINCENT J abonde dans votre sens. Le seul ennemi restant des nouvelles technologies est le religieux. L intégrité de l homme est menacée par les technologies. Monsieur N GHILLE Ne pensez-vous pas, Monsieur Vincent, que vous allez un peu loin dans vos prévisions? Jean-Didier VINCENT Je vous ai rapporté ce qui se dit dans la Silicon Valley. Je ne partage pas nécessairement ces visions, mais nous devons admettre qu elles sont peut-être porteuses de véritables ruptures dans l évolution de l homme et du monde. Monsieur Rochefort, quels sont les faits porteurs d avenir que vous pouvez identifier aujourd hui? Robert ROCHEFORT L un des premiers éléments de notre boîte à outils est la logique des générations. Que nous le voulions ou non, d ici 50 ans, les personnes qui dirigeront le monde sont les enfants qui ont entre 5 et 10 ans. Le problème est donc de savoir comment ils vont être éduqués dans les 10 ans qui viennent. Si leur éducation est en rupture avec la nôtre, les divergences seront profondes. Si tel n est pas le cas, les effets du changement pourraient s en trouver atténués. En matière de religion, les 10 ans d éducation à venir vont notoirement changer par rapport aux cinquante dernières années. L évolution technologique, quant à elle, compte trois étapes. La première est la coagulation du système d information. C est d elle que procède la construction des opinions. Par exemple, 80 % des personnes continuent aujourd hui à souhaiter une maison à la campagne. Néanmoins, les opinions varient. Le discours insécurité a conduit les citoyens à revenir au projet d acquérir une maison en ville. Nous constatons pour notre part un temps très long entre la coagulation d un système d information et le changement d opinion. Je note que deux personnes parmi les intervenants ici présents portent des lunettes, alors qu elles n ont plus lieu d être. Cela vient de ce que dans notre génération, il y a une opposition diffuse aux changements technologiques proposés ces vingt dernières années. Les solutions technologiques ne sont pas encore assimilées unanimement, en raison de cette logique de génération. Par ailleurs, la proximité entre générations n est pas une relation transitive. Dans trois générations, Monsieur Vincent aura peut-être raison, 7

8 mais dans les deux prochaines, nous voyons déjà comment les comportements se construisent. Seules les grandes peurs mondiales peuvent changer la donne. Quelle est l unité de temps privilégiée en économie? Jean-Hervé LORENZI Les cycles Kondratiev, alternant des phases de croissance et de décroissance sur une durée de 25 ans, ont été longtemps dans l ère du temps dans les travaux des économistes. Le monde est aujourd hui animé par des tensions croissantes liées à la recherche des ressources rares. Le problème est de savoir quand ces tensions vont éclater. Nous voyons bien que les changes donnent lieu à des tensions très violentes. L année 2008, sera à mon sens très difficile de ce point de vue. J estime que ce ne sera pas une année paisible. Quand la Chine et les Etats-Unis vont-ils commencer à vraiment s affronter? L histoire n est jamais linéaire. Il est donc intéressant de tenter de réintroduire dans la vision scientifique les phénomènes de tension entre les hommes. Jean-Claude SEYS Au XXe siècle, quatre ruptures géopolitiques sont se sont faites. Il n y a donc pas de raison qu il n y en ait pas durant le siècle à venir. En 1945, le Maghreb comptait pour la moitié de la population de la France. En l an 2000, il égale la population de la France. Il aura doublé en J entendais parler tout à l heure de population vieillissante, mais nous ne sommes pas seuls dans le monde. En 2050, la France représentera un demi pour cent de la population. L histoire ne peut pas s écrire sans référence à cet environnement. Si nous ne savons quels seront les événements déclencheurs de la rupture, il est certain qu ils adviendront, désorientant toutes les évolutions prospectives que nous décrivons. Quels sont vos horizons respectifs pertinents en matière d analyse prospective? Jean-Claude SEYS Personnellement, je me concentre surtout sur les dix prochaines années. A partir du moment où les inconnues sont trop importantes, la réflexion prospective devient inutile. Michel GRANGE La portée de notre réflexion se situe au minimum à dix ans, et elle est plutôt comprise entre 10 et 30 ans. Jusqu à 30 ans, l on peut encore tenir un raisonnement sensé. Après, cela devient plus difficile. 8

9 Robert ROCHEFORT Pour ma part, je pense que l on ne voit rien si l on se contente de regarder à dix ans. Pourtant, si une entreprise sur deux regardait à dix ans, ce serait un progrès. Une entreprise sur cent est capable de regarder à trente ans. L un des problèmes majeurs du capitalisme actuel est cette incapacité des entreprises à regarder assez loin. En outre, si l on examine les sociétés de demain, nombre de problèmes ne se posent plus de la même façon. Par exemple, s agissant de la voiture, nous voyons bien que tout se jouera en Chine. Si je considère ce que nous attendons dans le domaine de la médecine ou du développement durable, nous voyons bien que cela se joue au niveau de la planète. Nous voyagerons sur toute la planète pour être soignés par les centres les plus spécialisés. Je crois que l on ne peut pas nous faire le procès d être nombrilistes. Nous sommes effectivement capables d énoncer les différences entre les populations, mais n en essayons pas moins de penser de façon globale. Nous voyons bien comment le chantier des innovations n est plus réduit aux classes moyennes des pays occidentaux. C est bien ce qui a créé un problème de pouvoir d achat. Nos sociétés étaient jusqu ici défendables car elles proposaient des inégalités efficientes. Aujourd hui, tel n est plus le cas. Pour conclure, quels traits dominants vous semblent essentiels dans cette société? Quelle serait l évolution la plus importante pour les années à venir? Jean-Hervé LORENZI Je recommande la lecture du livre de Robert Rochefort «Vive le Papy Boom», à la fois solide et prudent dans les visions qu il construit. Il convainc que l allongement de la durée de la vie sera le moment le plus signifiant de nos sociétés. Jean-Claude SEYS La portée des prospectives dépend aussi des industries. Par exemple, l aéronautique doit produire une vision à très long terme. Pour nous, l évolution la plus structurante est clairement le vieillissement de la population, avec ses problèmes de santé et de retraite. Robert ROCHEFORT Dans les dix ans qui viennent, je m intéresse tout particulièrement à ce qui va se passer en Chine, en Inde et au Maghreb. 9

10 Michel GRANGE Je rejoins tout ce qui vient d être dit. Il me paraît très important de savoir rester modeste devant une situation donnée. Jean-Didier VINCENT Je ne sais pas ce que seront nos capacités d apprendre, ne serait-ce que dans cinq ans. L évolution n est surtout pas linéaire et une rupture technologique peut tout changer. Nous n échapperons pas aux événements géopolitiques, car ils sont inscrits dans la nature actuelle de l homme. 10

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les Français et le Grand Age

Les Français et le Grand Age Les Français et le Grand Age Fédération Hospitalière de France / TNS Sofres Mai 2013 En préambule Le vieillissement de la population et la prise en charge du grand âge : un enjeu crucial dans l agenda

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est :

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est : Les ateliers débat Groupe 3 Animation : Natacha Jacquin, OIEau Rapporteure : Gaëlle Nion, OIEau L atelier s est déroulé en 4 temps : - Présentation - Atelier «gommettes» et présentation des leviers identifiés

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Nouveaux regards sur la ville

Nouveaux regards sur la ville Nouveaux regards sur la ville «Solutions techniques innovantes» 1 Grand colloque Bimby 17 & 18 SEPTEMBRE 2012 www.bimby.fr Grand colloque Bimby / 17 & 18 SEPTEMBRE 2012 / Nouveaux regards sur la ville

Plus en détail

SYLVIA PINEL. Mardi 11 février 2014

SYLVIA PINEL. Mardi 11 février 2014 SYLVIA PINEL MINISTRE DE L ARTISANAT, DU COMMERCE ET DU TOURISME D i s c o u r s D i s c o u r s Paris, le 12 février 2014 Intervention de Sylvia PINEL, ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76

Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels. Janvier 2015. Transformation digitale TNS 2014 48UN76 Vécu, perceptions & attentes Regards croisés RH opérationnels Janvier 2015 La en entreprise Fiche technique Enquête réalisée pour : ABILWAYS Dates de terrain Du 25 novembre au 7 décembre 2014 Echantillon

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE DISCOURS DU PREMIER MINISTRE 5 juillet 2012 Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs, Nous voici donc réunis pour lancer ensemble une grande consultation nationale destinée à «refonder

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous.

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous. Organisation du temps de travail à l AP-HP Propos d ouverture de Martin Hirsch, directeur général de l AP-HP Réunion plénière du mercredi 6 mai 2015 / Etat des lieux partagé Madame, Monsieur, En ouvrant

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030

Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Centre d accueil du Mémorial, Thiepval (80), Plan 01 arch. Plan 01 Les architectes et l évolution du métier à l horizon 2030 Nous vous présentons dans cette nouvelle livraison des Cahiers les résultats

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Communiqué de presse. Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain

Communiqué de presse. Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain Communiqué de presse Mercredi 17 septembre 2014 Mieux et Autrement : la juste place de la voiture dans la mobilité de demain A l occasion de la semaine européenne de la mobilité qui se déroule du 16 au

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne

Passer à l action. Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Pierre Radanne Passer à l action Pierre Radanne Plan climat: Changement climatique: nous pouvons agir! Deux hypothèses : - Des émissions stables à partir de 2000 - Parvenir à stabiliser le climat Emissions de CO 2 Concentration

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile Avant-propos Le monde du transport automobile est prêt pour une révolution. Internet a transformé nos maisons et nos lieux de travail, mais il a eu un impact limité sur l élément qui les relie : nos moyens

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

*** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

*** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Journée de présentation des résultats de la concertation nationale et régionale sur les éléments techniques du projet de réglementation thermique du Bâtiment *** Allocution du Dr. Amina BENKHADRA Ministre

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue.

Il est pourtant vital pour l entreprise de se réconcilier avec son système d information. Pour ce faire, il faut que le DSI évolue. Le DSI du futur par Monsieur Dominique Jaquet DSI APEC ( www.apec.fr ) Compétent, innovant mais surtout convaincant. L entreprise est un organisme vivant ; son efficacité, comme son évolution, reposent,

Plus en détail

Ma 1 ère question est toujours celle ci, elle me permet de régler les problèmes techniques (réglage du canal, fonctionnement du système)

Ma 1 ère question est toujours celle ci, elle me permet de régler les problèmes techniques (réglage du canal, fonctionnement du système) Je ne vais pas revenir sur le principe de la classe inversée mais j y vois une opportunité de consacrer du temps à motiver et interagir avec les élèves afin de les impliquer plus. Parce qu au final, quelles

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

Housing : le principe

Housing : le principe Housing : le principe Découvrez le principe de fonctionnement d un datacentre Housing Généralités Installation / Mise en place p 02 p 03 Gestion d un datacentre Housing p 04 Octobre 2009 Généralités Qu

Plus en détail

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés.

Discours du Gouverneur de la Banque de France. Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés. Discours du Gouverneur de la Banque de France Changement climatique : le secteur financier et le chemin vers les 2 degrés 30 novembre 2015 Mesdames, Messieurs, Cette conférence organisée grâce à la 2 Investing

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Compte-rendu d expérience

Compte-rendu d expérience Compte-rendu d expérience JURA Elektroapparate AG Simple et rapide La société suisse JURA Elektroapparate AG consolide et budgétise avec un logiciel d IDL Le spécialiste des machines à café, Jura, a connu

Plus en détail