Service d inspection automatisée des logiciels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Service d inspection automatisée des logiciels"

Transcription

1 Service d inspection automatisée des logiciels A - Introduction: qualité du logiciel, le rôle de l inspection du code Pour toute l industrie du logiciel, la qualité reste encore un objectif difficile à atteindre. La conviction commune est qu il n existe aucun moyen d améliorer la qualité sans augmenter significativement la longueur du cycle de vie du développement logiciel, sans accroître les coûts, ou les deux ensemble. Livrer un logiciel de qualité dans les délais et dans le budget impartis est souvent perçu comme quasiment impossible. Ces dernières années des cycles de vie toujours plus courts, des ressources de développement et de contrôle qualité limitées, et la complexité croissante des logiciels se sont combinés pour conduire au déclin de la qualité du logiciel et à l accroissement du nombre des défauts. L impact économique de ces défauts est très élevé; les défauts du logiciel sont la principale cause de pannes ou défaillances des applications logicielles critiques et peuvent occasionner directement ou indirectement des dommages importants à leur utilisateurs et aux organisations les ayant développé. La communauté des ingénieurs logiciels sait depuis longtemps (1976, Michael Fagan, Design and Code Inspection to reduce errors in program development ) que l inspection du logiciel est une technique efficace pour retirer les défauts et aussi pour induire des bénéfices à long terme. L inspection réussit parce qu elle est efficace pour détecter et retirer les erreurs critiques tôt dans le processus de développement, avant que celles-ci n atteignent les étapes de tests et de mise en oeuvre. Les technologies de l inspection automatisée des logiciels émergent depuis quelques années (années ) et permettent de surmonter les désavantages inhérents aux inspections manuelles. Ces technologies, délivrées à la fois comme outillages et prestations de services, permettent de localiser automatiquement un grand nombre de défauts de programmation - les mêmes défauts qui peuvent occasionner des pannes ou défaillances graves. La stratégie de l inspection automatisée des logiciels consiste à analyser les codes avant qu ils ne soient testés et d identifier les problèmes potentiels afin de les corriger avant qu ils n apparaissent sous forme de bogues programmatiques. L aspect le plus innovant de l inspection automatisée est sa capacité à déboguer très rapidement de grandes quantités de codes. Ce document analyse les raisons expliquant pourquoi l inspection automatisée des logiciels est nécessaire, décrit le type de défauts détectés par l inspection automatisée et comment ils sont localisés, décrit la technologie supportant l inspection automatisée et comment elle complète les techniques traditionnelles de tests, et enfin compare et singularise les solutions disponibles pour l inspection automatisée. B - L inspection L inspection logicielle ou la revue de code est un examen visuel des codes sources pour détecter les défauts; elle est aussi utile à la vérification de leur adhérence aux standards de programmation. Copyrights Asetechs Page 1 of 12

2 Il est important de noter que l inspection n est pas la même activité que celle des tests - les deux sont indispensables à l obtention d un logiciel de qualité - et il y a de nombreuses différences importantes: 1. Quand on teste on exécute le code, 2. Quand on inspecte on passe en revue le code. L activité de tests ne permet pas de tester tous les chemins du code, et consiste fréquemment à toucher ou manquer. Avec l inspection, des défauts peuvent être identifiés sur des chemins de codes rarement exécutés, et qui sont par suite probablement exclus des plans de tests même s ils peuvent être exécutés dans la réalité. L inspection logicielle n exécute pas le code, est indépendante du matériel, ne requière aucune plate-forme système cible ou de modifications au comportement opérationnel du programme, et peut être engagée longtemps avant que les ressources systèmes cibles soient disponibles en vue de tests. La figure l indique le positionnement des inspections dans le cycle de vie du logiciel. En inspectant visuellement le code source et en trouvant et en retirant les défauts tôt dans le cycle de vie, la qualité du code est améliorée significativement et des coûts inférieurs du cycle de vie sont obtenus. Puisque l inspection est un examen du code, un code exécutable ou des plans de tests ne sont pas pré-requis. Les codes soumis à une inspection rentreront en phase de tests avec un meilleur niveau de qualité et permettront une réduction de la durée et des efforts requis pour réaliser des tests satisfaisants. C - Limites des activités de tests L une des meilleures lignes de défense dans l amélioration de la qualité des logiciels est d améliorer les activités de tests. Les tests sont nécessaires pour l assurance qualité mais ils présentent un certain nombres de limitations, en particulier les suivantes: Créer, exécuter, valider et maintenir des plans de tests et des processus de tests est coûteux et demande beaucoup de temps, Page 2 of 12

3 La couverture des tests (le pourcentage d instructions d un programme testées) diminue rapidement dès que la taille du logiciel croît, signifiant que les tests qualifient une part moindre du système. Il peut être difficile et très long de tracer une défaillance découverte à partir d un jeu d essai et de remonter à sa cause programmatique pour permettre au développeur de savoir ce qu il doit corriger. Les tests ne peuvent pas permettre d identifier tous les défauts. Une étude conduite par Capers Jones (1999, Software Quality: what works and what doesn t ) concluait que les activités de tests en moyenne ne permettent de retirer que 50% des défauts existant dans un code, et dans les meilleurs des cas n atteignaient que 85%. Une étude par Briand (Briand, L., El Emam, K., Laitenberger, O., and Fussbroich, T., Using Simulation to Build Inspection Efficiency Benchmarks for Development Projects, Proceedings of the 20th International Conference on Software Engineering, 1998, pp ) indique même que les tests sont moins efficaces que l inspection de code pour la détection des défauts. La première table ci-dessous montre l efficacité comparée des activités d inspections, en pourcentage de défauts identifiés, d après les données disponibles dans la littérature. Les activités de tests apparaissent 4 fois moins efficaces pour la détection de défauts que l inspection des codes (voir ci-dessous, effort moyen pour détecter un défaut: 1.46 versus 6, en heure par personne). De nombreux autres travaux apportent des preuves complémentaires dans le même sens, concernant le retour sur investissement comparés entre les activités d inspection des codes et de tests. Des analyses financières permettent de présenter ces données de diverses façons. Les figures présentées ci-après, montrent que la valeur actuelle nette des projets d inspection de codes est meilleure que celle des projets de tests dans le contexte de délais de réalisation et de taux de rendements réalistes. Le schéma n implique pas qu il faille se passer des activités de tests. Trouver des défauts n est pas le seul objectif des tests, les tests sont utiles aussi à évaluer la fiabilité du logiciel. Copyrights Asetechs Page 3 of 12

4 Bien que des tests robustes soient un aspect décisif d un programme d assurance qualité, ils restent insuffisants pour atteindre la très haute qualité. L exigence toujours plus grande de haute fiabilité pour les logiciels rend les tests inadéquats à y répondre seuls (même si leur valeur reste grande). Et finalement, l étude indique clairement qu ils ne peuvent seuls aider à atteindre une qualité logiciel de haut niveau. Les outils d aide au déboguage construits sur le code mis en oeuvre, tels que Purify, BoundsChecker, et Insure++ ne permettent pas de trouver des erreurs qui ne sont pas ciblées par des plans de tests. Ils nécessitent que l application soit complète et exécutable (ou opérationnelle vis à vis d un plan de tests) pour être utilisables. Ils peuvent ne pas supporter facilement l utilisation Copyrights Asetechs Page 4 of 12

5 de routines d allocation mémoire maison (e.g., cas où le programme testé dispose de ses propres versions de fonctions comme malloc ou free ). Ces outils augmentent la taille du code (x2 - x6) ou des données (nombreux mégabytes), ce qui les rend rapidement inutilisables en cas de contraintes sur les ressources de tests ou d exploitation. La vitesse d exécution des programmes testés peut aussi être affectées (x10 - x100 plus lente) rendant la surcharge due aux tests insupportable. D - Les tests ne sont jamais terminés, seulement abandonnés Pour saisir la portée de cette citation tirée de l Encyclopedia of Software Engineering il est nécessaire d aborder les concepts de code coverage et de path coverage. Les schémas ci-après illustrent le problème invoqué. La figure 2 représente une fonction (il pourrait tout aussi bien s agir d un module, d une tâche ou d une transaction) dotée d un seul point d entrée, et pour la simplicité, d un seul point de sortie. L exécution commence au sommet et se termine au bas. Même si le code coverage (couverture de code) est totalement réalisé, il sera insuffisant pour assurer qu il n existe aucun défaut sérieux. Outre le code coverage, des tests exhaustifs imposent que le path coverage (couverture des chemins) soit lui aussi totalement assuré; tous les chemins qui connectent 2 instructions doivent être testés, en sus de toutes les instructions du programme! La différence est illustrée sur la figure 3, où les lignes soulignées en noir montrent des chemins non pris en compte par les plans de tests. Réaliser un path coverage complet et exhaustif est plus difficile que réaliser un code coverage total. Le code constituant une application industrielle contient littéralement des milliards de chemins. Même si une suite de tests très robuste était élaborée, le temps et les coûts de sa mise en oeuvre serait sans doute prohibitifs. En réalité, les tests ne pouvant que très exceptionnellement atteindre une couverture (de code et de chemins) complète et exhaustive, et impliquant des coûts de conception, de mise en oeuvre et de maintenance très élevés, il est nécessaire des les associer à des techniques complémentaires pour délivrer des logiciels de haute qualité dans des conditions économiques et de délais réalistes. L inspection des codes permet de combler les limitations présentées par les tests. Copyrights Asetechs Page 5 of 12

6 E - Les techniques de l inspection L inspection des codes est une idée ancienne, lancée dès 1976 par Michael Fagan dans son papier Design and Code Inspections to Reduce Errors in Program Development. Depuis lors, un grand nombre d expériences et d études, utilisant une grande variété de méthodes, ont démontré combien l inspection des codes pouvait être efficace. Une bibliographie récente est disponible dans Eickelmann, 2003 An Empirical Study of Modifying the Fagan Inspection Process and the Resulting Main Effects and Interaction Effects Among Defects Found, Effort Required, Rate of Preparation and Inspection, Number of Team Members and Product 1st Pass Quality, Proceedings of the 27th Annual NASA Goddard/IEEE Software Engineering Workshop. L inspection de code, est à l origine une activité consommatrice de ressources humaines, impliquant des revues manuelles de codes, des réunions de validation et d autres techniques similaires. Il a toujours été admis que les programmeurs, chargés de soigneusement relire et examiner leur code, sont les mieux qualifiés pour détecter les défauts. Les résultats des inspections peuvent être impressionnants mais, trop souvent, les inspections ne sont pas réalisées correctement et même pas du tout. Le management perçoit l inspection comme trop exigeante en terme de ressources, et les programmeurs se sentent contraints par le formalisme du processus d inspection traditionnel. Le volume même de codes à inspecter est intimidant, sachant que les applications modernes contiennent des millions de lignes de codes. En réalité, les inspections manuelles de codes ne peuvent être appliquées efficacement que pour des échantillons de l application. Jusqu à ces dernières années (années ) seules 2 techniques étaient utilisées: l inspection formelle et les revues de codes indépendantes. L inspection automatisée de code est une approche rendue possible récemment et automatisant les activités les plus consommatrice de temps et de ressources du processus d inspection. Nous présentons ci-après les 3 types d inspection envisageables de nos jours. E.1 - Inspection formelle L inspection formelle est la plus répandue des 3 techniques d inspection. Les inspections formelles n ont qu un seul objectif: trouver les défauts. Elles réalisent des examens rigoureux du code sur les points d instabilité en ayant recours à des inspecteurs chevronnés qui suivent un protocole formel en vue de localiser tout défaut de programmation. De plus, les résultats de l inspection formelle sont utilisés pour mesurer et aider à améliorer le processus de développement/maintenance. L inconvénient de cette technique est qu elle n est pas compétente pour évaluer la performance d une équipe, ni pour réviser les styles de programmation ou explorer des solutions alternatives. D autre part, les inspections formelles peuvent être mises en défaut pour de nombreuses raisons. L une des erreurs les plus communes est d inviter le management aux activités d inspections, ce qui se traduit immanquablement par la naissance d un manque d engagement des programmeurs soupçonnant le management de pouvoir utiliser les données capturées sur les défauts pour mesurer leurs performances. Un autre aspect est la lourde dépendance de l inspection formelle sur les individus la conduisant ce qui pose le problème de sa consistance. Enfin, l investissement temps n est pas négligeable et se révèle souvent comme un inhibiteur sérieux de la motivation des développeurs à réaliser des inspections de façon systématique; sans surprise, les développeurs préfèrent créer du code nouveau que de passer en revue les codes existants. Copyrights Asetechs Page 6 of 12

7 E.2 - Revues indépendantes de codes Dans le cadre de revues indépendantes de codes, un inspecteur passe en revue un petit échantillon représentatif de codes, en s appuyant sur un modèle bien défini et indépendant du langage de programmation. Des aspect de conception ou des séquences de codes particulières peuvent être ainsi inspectés: par exemple, est-ce que telle ou telle fonctionnalité est réutilisée au sein d une application? Le programmeur a-t-il introduit des séquences de codes en vue du déboguage? Des possibilités particulières du langage inspecté ont-elles été utilisées? Lorsqu une revue indépendante de code a été réalisée, les résultats sont documentés et présentés au chef de projet, aux concepteurs et aux développeurs. Ces documents sont passés en revue, et un ensemble de priorités est défini. Finalement, un plan de changements est créé et planifié. Le processus est systématique; toutefois, le risque ici aussi existe de voir les programmeurs se sentir visés et perdre leur confiance. E.3 - Inspection automatisée des codes L inspection automatisée des codes offre une efficacité plus grande que les techniques manuelles précédentes, d autant plus que les contraintes de développement rapide et de time to market se sont alourdies. Parce qu elle évite l écueil des jugements individualisés, l inspection automatisée s approche un peu plus du concept de programmation sans ego... Des outils du type de Lint (ex.: Flexelint de Gimpel Software ou QAC de Programming Research), ou d autres outils plus sophistiqués (fondés sur des analyses sémantiques sophistiquées comme les outils de Coverity, CodeSonar de GrammarTech ou KRIS d Asetechs) sont couramment utilisés pour équiper les acteurs de l inspection. Ils facilitent la validation que les logiciels respectent certains standards de programmation et génèrent des messages d alertes à propos de défauts probables. Asetechs propose un service outsourced, spécialisé (conduit par des inspecteurs langages chevronnés) et permanent d inspection automatisée des codes, délivrant des rapports indiquant la cause et la localisation dans le code des défauts logiciels identifiés pour des programmes écrits en Cobol, PL1, C, C++ et Java impliquant des dialectes comme SQL, CICS, IMS/DB, IMS/DC ou JCL (cas des mainframes IBM) et permet la capture de données et mesures en vue d un pilotage et d un contrôle de la qualité dans le temps. F - Inspection Automatisée des logiciels: technologie et méthodologie La question décisive est la suivante: comment réussir une analyse approfondie du logiciel qui inspecte automatiquement l intégralité d une application afin d identifier les défauts critiques? La réponse est de mettre en oeuvre des techniques d analyses statiques et d interprétations abstraites des codes. Ces techniques sont brièvement présentées ci-après, en même temps que quelques manières de les exploiter efficacement. F.1 - Techniques d analyse des codes Le point de départ est la représentation des codes sources sous la forme d arbres syntaxiques abstraits. Un logiciel (nommé Parser) lit le code source et produit un arbre syntaxique abstrait, qui modélise toutes les informations structurelles (grammaire du langage) contenues par la code source, tout en retirant tous les détails syntaxiques inutiles (comme le formattage du texte). Par exemple, une instruction if telle que if (a<b) q=c+d else q=e+f serait représentée sous la forme d un arbre syntaxique abstrait, comme il suit: Copyrights Asetechs Page 7 of 12

8 Le noeud initial représenterait l instruction if entière. Il y aurait 3 sous-arbres sous le noeud représentant l instruction if : - Un sous-arbre pour modéliser la condition a < b serait sous le noeud de l instruction if via l attribut if-condition, - Le sous-arbre qui modélise l affectation q = c + d se trouverait sous l attribut if-then - actions, - Le sous-arbre qui modélise l affectation q = e + f se trouverait sous l attribut if-else action. L étape suivant consistera à annoter (attribuer des significations aux noeuds et liens de l arbre) cette représentation abstraite d informations complémentaires tirées des codes sources, telles que les structures grammaticales de contrôle (Control Flow) ou les flots d informations (Data Flow) mis en oeuvre au sein de l application. La Figure 4 (page suivant) présente un extrait de l arbre produit par un Parser et du control flow du programme suivant: sum = sum - 10; if (sum < 0) { x = 3; } else {x = 4; } sum = sum + x; Selon la complexité des techniques d analyses et de représentations mise en oeuvre, cette approche permet d identifier des défauts réels et souvent impossibles à détecter autrement. Des exemples simples d alertes générées de cette façon sont ceux produits par des compilateurs ou des outils comme Lint (voir Aho, Sethi, Ullman, Compilers, Principles, Techniques and Tools, Addison Wesley, 1988 pour une revue des techniques utilisables). Copyrights Asetechs Page 8 of 12

9 F.2 - Type de défauts identifiables par l Inspection Automatisée des codes L inspection automatisée peut découvrir une gamme de défauts structurels pouvant causer des comportements anormaux ou des pannes ( crashes ) et des corruptions de données dans les applications en production. Certaines constructions autorisées et disponibles dans les langages de programmation exigent que des constructions associées soient définies avant ou après dans le même programme. Si les constructions associées ne sont pas définies, ou ne peuvent pas être exécutées sous certaines conditions, le programme présente alors un défaut structurel souvent difficile à identifier. Ces défauts structurels réduisent la fiabilité de l application et sont indépendants du langage de programmation et des fonctionnalités de l application. Des exemples de défauts structurels pour les langages C/C++ inclus les types d erreurs suivants: NULL pointer dereference - un déréférencement d une expression qui est un pointer NULL. Out of bounds array access - une expression accède à une valeur qui est au delà de la fin d un tableau (array). Memory leak - une référence à une mémoire allouée est perdue. Bad deallocation - une désallocation n est pas appropriée pour un type de données. Uninitialized variable - variable non initialisée avant son utilisation. Dead code - code ne pouvant être atteint ou exécuté. Object management leaks - du à des constructeurs incomplets ou à des opérateurs en anomalies. etc... Plus de 200 types de défauts sont documentés dans la littérature spécialisée. F.3 - Méthode pour supporter l inspection automatisée Les outils de l inspection automatisée ne supportent qu une partie des activités du processus d inspection. Ces outils génèrent un volume important de messages d alerte de défauts parmi lesquels ceux qu on dénomme des false positives ; en d autres mots, les outils pensent avoir détecter une situation présentant un défaut, qu une analyse approfondie du contexte rend irrecevable. Tout un chacun est familier avec les alertes souvent non pertinentes émises par les compilateurs. Ce problème des false positives est habituel avec les outils d inspection automatisée et typiquement on reçoit 50 false positives pour chaque vrai défaut. La plupart du temps, ces messages false positives peuvent être éliminés en créant des filtres d expérience. Un travail d audit manuel complémentaire reste nécessaire pour traiter les false positives restant après le filtrage expert. Les inspecteurs ont besoin d un protocole précis et historicisé pour déterminer selon les contextes si un vrai défaut a été trouvé ou s il s agit d un false positive. Pour utiliser efficacement les outils de l inspection automatisée, les organisations de développement doivent embaucher ou former des experts et mettre en oeuvre une méthodologie pour l évaluation et le filtrage des false positives afin d assurer une inspection automatisée pertinente et efficace. Le coût et l effort pour identifier de vrais défauts en utilisant l inspection automatisée reste élevé sans une automatisation complémentaires, celle du traitement et du filtrage des false positives. F.4 - Intégration dans le cycle de vie du logiciel Une étude conduite par Capers Jones a démontré que le coût de correction d un défaut est réduit très significativement si le défaut est découvert tôt dans le cycle de vie du processus de développement (C.Jones, Software quality in 1999: What works and what doesn t ). Par suite, pour un bénéfice maximum, les inspections automatisées devraient être réalisées très tôt et juste avant la fin de la phase de codage, avant que le logiciel n entre en phase de QA/Test (QA: quality assurance). Comme l inspection automatisée ne nécessite pas une application complète (compilable) pour être engagée, des sous-systèmes peuvent être inspectés avant même leur Copyrights Asetechs Page 9 of 12

10 intégration avec d autres composants de l application. La Figure ci-après (tirée de Fagan 1976) décrit l effet mesuré de l inspection sur le processus de développement. L introduction des activités I 0, I 1 et I 2 (inspection) sur le schéma est faite très tôt. Le coût du re-travail est réduit de manière très significative. L information sur la qualité est rendue disponible beaucoup plus rapidement. La plupart des efforts de développement sont aujourd hui globaux, impliquant des équipes contribuant aux différentes parties d un logiciels à partir de différents lieux. Avec l inspection automatisée des logiciels, l organisation de développement peut évaluer la qualité de ses logiciels à chaque étape de sa construction. Chaque partie du logiciel peut être inspectée indépendamment et les composants intégrés peuvent aussi être inspectés en fin de production. Le résultat sera une solution robuste du début à la fin du processus. Des inspections périodiques sont le meilleur moyen d assurer que le logiciel restera libre de défauts pendant les phases de développement puis de maintenance. Les inspections doivent être planifiées pour atteindre le taux de retrait des défauts le plus optimal. G - Service Asetechs d inspection automatisée Ces dernières années, Asetechs a développé des logiciels automatisant les activités d inspection, de normalisation et de contrôle qualité des codes et a été amené à automatiser un service d inspection des logiciels conçu pour améliorer la qualité logiciels et pour améliorer la productivité des processus de développements en Cobol, PL1, C, C++ et Java. Le processus traditionnellement coûteux et consommateur de temps de la détection des défauts peut être désormais réalisé sur de courtes périodes (10 à 15 jours) et sur des volumes importants de codes. Asetechs délivre deux types de rapports d inspection: ceux qui localisent précisément et Copyrights Asetechs Page 10 of 12

11 indique les raisons d un défaut, et d autres qui identifient les catégories de problèmes pouvant être rencontrés par une application. G.1 - La technologie Asetechs Les moteurs d analyses d Asetechs (mais aussi d autres moteurs construits par d autres éditeurs), mis en oeuvre dans une inspection automatisée, utilisent plusieurs représentations d un programme pour vérifier que les pre-requis nécessaires aux opérations d une application sont satisfaits. Par exemple les types de règles (pré-requis) suivants peuvent être vérifiés: Si un pointer est dé-référencé, alors la valeur du pointer au moment du dé-référencement doit être une adresse valide pour le type de données ciblé par ce pointer. Si un tableau ( array ) est indexé, alors la valeur de l index doit être comprise dans les limites de définition du tableau. Si un pointer est libéré, alors il doit pointer vers une zoné mémoire allouée dynamiquement. etc... Les moteurs d analyse doivent prouver que les pré-requis sont vrais pour tous les chemins constituant l opération mise en oeuvre. Ils utilisent un algorithme d évaluation symbolique capable de générer les chemins (control flow analysis) et de tracer les valeurs des variables le long de ce chemin (data flow analysis), et de valider que les pré-requis (rules checking) sont satisfaits. Si un pré-requis n est pas satisfait, alors un message de violation (de la règle ou du pré-requis) est signalé. G.2 - La méthodologie d Asetechs Même si ce type de technologies d analyses est un élément clé de l inspection automatisée, d autres aspects doivent être pris en compte. Asetechs délivre son service d inspection automatisée comme un service outsourced. Un engagement de service combine une analyse automatique et complète de chaque application et une expertise de l inspection de codes assurée par des spécialistes des langages de programmation. Les organisations de développement n ont pas besoin de disposer en interne d experts ou de la méthodologie de validation des défauts versus les false positives. Les deux avantages de ce modèle de service sont les suivants. Premièrement, cela a permis à Asetechs de développer un ensemble de technologies propriétaires, un processus et des outils, qui facilitent le retrait des false positives. Ensuite, Il n y a pas d impact sur les ressources de l organisation de développement. Le temps qu aurait du consacré les développeurs pour inspecter manuellement les codes ou pour retirer les false positives d une inspection automatisée ainsi épargné peut être consacré à leurs autres activités de développement. H - Conclusion Les pannes logiciels sont coûteuses et requièrent beaucoup de temps pour être détectées, causent des dommages significatifs aux utilisateurs, et peuvent sérieusement compromettre l activité d une organisation de développement. L inspection automatisée des logiciels fournit une solution rapide et économique pour l amélioration de la qualité du logiciel. L industrie du développement logiciel a aujourd hui l opportunité grâce au recours systématique et habituel à l inspection automatisée d atteindre des niveaux de qualité qui étaient quasiment inatteignables il y a quelques années. Les technologies de l inspection automatisée sont désormais une réalité éprouvée, elle permettent de réaliser des inspections rapidement et de produire des résultats excellents. De nouvelles Copyrights Asetechs Page 11 of 12

12 méthodologies (comme celle d Asetechs pour l inspection automatisée de Cobol, PL1, C, C++ et Java) sont bien positionnées pour offrir tous les avantages de l inspection automatisée à toute organisation de développement souhaitant vraiment renforcer la qualité de ses logiciels et tirer profit d une productivité accrue. Lorsqu il s agit d améliorer l assurance qualité et les tests pour les applications, l introduction au plus tôt, dans le cycle de vie du processus développement, de l inspection automatisée des codes apporte des économies réelles et démontrées. L inspection automatisée est une activité facilement et efficacement externalisable et elle s avère toujours très rapidement rentable. En utilisant une ressource d inspection spécialisée il est possible de réduire sérieusement les temps de détection des défauts et de filtrage des messages dits false positives, et d améliorer la fiabilité et la qualité des applications. Le service d inspection automatisée proposé par Asetechs peut être engagé très tôt dans le processus de développement, avant même que l application ne soit intégrée et exécutée. Il permet d identifier les défauts au niveau du code source et de les localiser avec précision, facilitant ainsi le re-travail de correction (qui peut parfois être lui aussi automatisé, voir processus de normalisation ). Il délivre des rapports sur les défauts qui facilitent le travail de correction des développeurs. Le processus d inspection automatisée n implique aucune ressources internes et facilite la mise en oeuvre des travaux de correction avant que le code n entre dans les activités d Assurance Qualité et de Tests, et finalement crée l infrastructure de capture des mesures et de contrôle ( measurement process ) de la qualité (voir les autres articles Automated Defects Measurements and Analysis process d Asetechs). Copyrights Asetechs Page 12 of 12

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS

Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS GT-8 Service d Audit des logiciels Qualité et Conformité Cobol/Cics/IMS IMS-DC DC/SQL/ /SQL/IMS (disponible aussi pour Java/J2EE) IMS-DLI 03/12/2007 1 Prestation de service : Audit Qualimétrique I. Description

Plus en détail

6761 Validation de la conformité 21.03.2007

6761 Validation de la conformité 21.03.2007 6761 Validation de la conformité 21.03.2007 Peter DAEHNE 1 Tests de stress Les tests de stress permettent d étudier le comportement du logiciel lorsque celui-ci est mis dans des situations extrêmes, aux

Plus en détail

Les méthodes formelles dans le cycle de vie. Virginie Wiels ONERA/DTIM Virginie.Wiels@onera.fr

Les méthodes formelles dans le cycle de vie. Virginie Wiels ONERA/DTIM Virginie.Wiels@onera.fr Les méthodes formelles dans le cycle de vie Virginie Wiels ONERA/DTIM Virginie.Wiels@onera.fr Plan Introduction Différentes utilisations possibles Différentes techniques pour différentes propriétés à différents

Plus en détail

CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0

CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0 FICHE PRODUIT CA Mainframe Chorus for Security and Compliance CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0 Simplifiez et rationalisez vos tâches de gestion de la sécurité et la

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

Les revues de conception et de code source

Les revues de conception et de code source Les revues de conception et de code source Chapitre 8 IFT514 - Gestion des systèmes informatiques Chapitre 8 1 Les revues de conception et de code source - Survol Qu est-ce que les revues de conception

Plus en détail

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415

Projet Informatique. Philippe Collet. Licence 3 Informatique S5 2014-2015. http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Projet Informatique Philippe Collet Licence 3 Informatique S5 2014-2015 http://deptinfo.unice.fr/twiki/bin/view/linfo/projetinfo201415 Réalisation d'un développement de taille conséquente? r Firefox? Ph.

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment

Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment Master Data Management en Open Source C est le Bon Moment White Paper Sommaire Introduction... 2 Les Pré Requis du Marché Open Source... 2 La Liberté... 3 Prédire les Effets de l Open Source sur le MDM...

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

Article. Système de saisie et de codage en ligne de relevés de notes et de catalogues de cours d études secondaires

Article. Système de saisie et de codage en ligne de relevés de notes et de catalogues de cours d études secondaires Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur

Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Comment assurer la conformité des systèmes informatiques avec les référentiels et normes en vigueur Quels outils mettre en œuvre pour garantir une sécurité informatique maximale et conforme aux exigences

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2 Avertissement Ce document et les informations contenues sont la propriété d Accenture. Ce document en totalité ou en partie, ne peut être reproduit sous aucune forme ni par aucun moyen sans autorisation

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service FrontRange SaaS Solutions DATA SHEET 1 FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service ACTIVATION DE LA PRESTATION DE SERVICE ET DE SUPPORT VIA L AUTOMATISATION Proposez des Opérations

Plus en détail

CHOISIR UN TEST A EXECUTER

CHOISIR UN TEST A EXECUTER CHOISIR UN TEST A EXECUTER Suivez le rythme rapide des cycles de publication. Découvrez l automatisation et ses interactions humaines. EXÉCUTER UN TEST 03082015 Borland permet à tous les intervenants,

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Modélisation: outillage et intégration

Modélisation: outillage et intégration Modélisation: outillage et intégration Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin@pragmadev.com Un réel besoin Le logiciel double tous les deux ans. Le volume final rend extrêmement difficile de garantir le niveau

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen B, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget Julien Forget Université Lille 1 École Polytechnique Universitaire de Lille Cité Scientifique 59655 Villeneuve d Ascq GIS 3 2011-2012 1 / 46 Rôle du gestionnaire de mémoire Le gestionnaire de mémoire a

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

OPTIMISER SON PROCESSUS DE TEST AVEC UNE APPROCHE BOITE GRISE

OPTIMISER SON PROCESSUS DE TEST AVEC UNE APPROCHE BOITE GRISE OPTIMISER SON PROCESSUS DE TEST AVEC UNE APPROCHE BOITE GRISE Retour d expérience Benjamin Boutin QA Manager S2E www.s2e-services-epargne-entreprise.com Marc Rambert Director Dynamic Testing Solution Coverity/Synopsys

Plus en détail

PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES.

PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES. PRIMAVERA CONTRACTOR FONCTIONNALITÉS DE GESTION DE PROJET SIMPLES ET ABORDABLES. Affichage en surbrillance des tâches et des ressources à venir Gestion des références du projet pour gérer les modifications

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

Méthodes de test. Mihaela Sighireanu

Méthodes de test. Mihaela Sighireanu UFR d Informatique Paris 7, LIAFA, 175 rue Chevaleret, Bureau 6A7 http://www.liafa.jussieu.fr/ sighirea/cours/methtest/ Partie I 1 Propriétés 2 Un peu de génie logiciel de test 3 Eléments Problèmes Point

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier

IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Automatisation des décisions métier et réduction du délai de lancement de nouvelles initiatives IBM WebSphere ILOG JRules Business Rule Management System (BRMS) systèmes de gestion de règles métier Gestion

Plus en détail

Les bonnes pratiques d un PMO

Les bonnes pratiques d un PMO Livre Blanc Oracle Avril 2009 Les bonnes pratiques d un PMO Un plan évolutif pour construire et améliorer votre Bureau des Projets Une construction progressive La première étape consiste à déterminer les

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard.

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. Agenda 1 Présentation 2 Les solutions it-toolbox 3 Notre valeur ajoutée 4 Le centre d excellence 5 Equipe et démarche 6 Références et plateformes

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos...

Table des matières. Avant-propos... Table des matières Avant-propos................................................. XI Chapitre 1 Découvrir Project 2013.......................... 1 1.1 Introduction.............................................

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 5 Mesure de la qualité du logiciel Plan du cours Introduction Théorie de la mesure Qualité du logiciel Mesure du produit logiciel Mesure de la qualité

Plus en détail

Modèle d implémentation

Modèle d implémentation Modèle d implémentation Les packages UML: Unified modeling Language Leçon 5/6-9-16/10/2008 Les packages - Modèle d implémentation - Méthodologie (RUP) Un package ou sous-système est un regroupement logique

Plus en détail

Génie logiciel Test logiciel A.U. 2013/2014 (Support de cours) R. MAHMOUDI (mahmoudr@esiee.fr) 1 Plan du chapitre - Définition du test logiciel - Principe de base du test logiciel - Les différentes étapes

Plus en détail

Synergies entre Artisan Studio et outils PLM

Synergies entre Artisan Studio et outils PLM SysML France 13 Novembre 2012 William Boyer-Vidal Regional Sales Manager Southern Europe Synergies entre Artisan Studio et outils PLM 2012 2012 Atego. Atego. 1 Challenges & Tendances Complexité des produits

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE?

SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE? SYSTÈME DE GESTION DE L APPRENTISSAGE (SGA) EST-CE QUE LA PLATEFORME MOODLE EST SANS RISQUE? Moodle est un projet mondial à code source libre élaboré littéralement par des centaines de programmeurs. S

Plus en détail

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc TIBCO PM iprocess Suite «TIBCO est le seul fournisseur capable de prendre en charge l éventail complet des processus orientés systèmes et humains.» The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public

Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage. CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public Mettez de la lumière dans vos opérations d éclairage CityTouch LightPoint Gestion du patrimoine Eclairage Public CityTouch LightPoint / GESTION DU PATRIMOINE ECLAIRAGE PUBLIC 3 Un système intelligent pour

Plus en détail

IFT3903 Qualité du logiciel et métriques

IFT3903 Qualité du logiciel et métriques IFT3903 Qualité du logiciel et métriques Yann-Gaël Guéhéneuc Hiver 2006 Chapitre 2 Développement logiciel (Tiré du cours de Houari Sahraoui) GEODES Ptidej Team OO Programs Quality Evaluation and Enhancement

Plus en détail

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation

Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Cinq raisons d aller encore plus loin avec votre environnement de virtualisation Selon une étude, l ajout de puissantes fonctions de gestion améliorerait de 20 à 40 % les mesures de performances clés.

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0. Référence : oepa_ieee730_20050120. Auteurs : Pierre Gallice

Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0. Référence : oepa_ieee730_20050120. Auteurs : Pierre Gallice OEPA Traduction de la norme IEEE 730 Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0 Référence : oepa_ieee730_20050120 Auteurs : Pierre Gallice Validé par : Antoine Tallon, chef de projet Destinataires

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible

CA Clarity PPM. Résumé. Avantages. agility made possible FICHE PRODUIT CA Clarity PPM agility made possible CA Clarity Project & Portfolio Management (CA Clarity PPM) vous permet d innover avec agilité, de transformer votre portefeuille en toute confiance et

Plus en détail

Culture d entreprise

Culture d entreprise SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Culture d entreprise BP 5158 101 Antananarivo - MADAGASCAR (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

6. Des objets bien conçus

6. Des objets bien conçus Conception objet en Java avec BlueJ une approche interactive 6. Des objets bien conçus David J. Barnes, Michael Kölling version française: Patrice Moreaux Rédigé avec 1.0 Conception objet en Java avec

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Qualité logicielle, tests, débogage

Qualité logicielle, tests, débogage Qualité logicielle, tests, débogage A. Accro aux tests? Une introduction au test logiciel................ 4 Pourquoi le test logiciel? Des tests, pour gagner du temps! Pour aller plus loin Les objectifs

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

COMPLIANCE Consulting. Gardez la Maîtrise de vos Exigences. 18 mai 2011

COMPLIANCE Consulting. Gardez la Maîtrise de vos Exigences. 18 mai 2011 COMPLIANCE Consulting Gardez la Maîtrise de vos Exigences 18 mai 2011 Présentation Société Société Société de conseil spécialisée dans le transfert de technologies en matière de processus, de méthodes

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Notions de Gestion de Projet (Partie 2)

Notions de Gestion de Projet (Partie 2) Notions de Gestion de Projet (Partie 2) QCM Sommaire 1ère 1 Partie Sommaire 2ème 2 Partie - Problématique de départ Structure et Pilotage d un projet - Qu est ce qu un projet? - Vocabulaire spécifique

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

CERTIFICATION Professional Scrum Developer (.NET)

CERTIFICATION Professional Scrum Developer (.NET) Durée 5 jours Description Le cours «Professional Scrum Developer» de Pyxis offre une expérience intensive unique aux développeurs de logiciels. Ce cours guide les équipes sur la façon de transformer les

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail