Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Rôle des services vétérinaires en matière de. sécurité sanitaire des aliments

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "12.10. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Rôle des services vétérinaires en matière de. sécurité sanitaire des aliments"

Transcription

1 Cahier technique theme 12 Contrôles Officiels Rôle des services vétérinaires en matière de sécurité sanitaire des aliments

2 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration du système de sécurité sanitaire des aliments et à tous les opérateurs qui sont liés à l élaboration de la politique sanitaire ainsi qu à l organisation générale des contrôles officiels (agents qualifiés des services publics, responsables de laboratoires, chefs de service dans les instances officielles, responsables chargés des contrôles officiels, formateurs, agents techniques, chercheurs, experts ou cadres d entreprises). Ils ont pour objectif de rassembler, sous forme synthétique, les principaux éléments relatifs à un sujet déterminé. L ensemble des cahiers techniques se répartissent selon les différentes thématiques qui sont abordées par EDES lors des sessions de formation. Les cahiers techniques ont été conçus et réalisés par la Cellule de Formation du programme EDES en collaboration avec les membres du Consortium. France Vétérinaire International ANSES ANS_10_3250_LogoFr2_CMYK 09/06/ , rue Salomon de Rothschild Suresnes - FRANCE Tél. : +33 (0) / Fax : +33 (0) Web : Ce fichier est un document d exécution créé sur Illustrator version CS2. ÉQUIVALENCES QUADRI DÉGRADÉ CYAN MAGENTA JAUNE NOIR 80% NOIR 60% EDES est un programme de coopération européen géré par le COLEACP. Le COLEACP est un réseau international œuvrant en faveur du développement durable du commerce horticole. Il est financé par l Union européenne et a été mis en œuvre à la demande du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). EDES œuvre en faveur d un renforcement de la sécurité sanitaire des aliments en Afrique-Caraïbes-Pacifique. EDES intervient dans toutes les filières à la suite d une demande introduite au niveau national par tout acteur public ou privé concerné par la sécurité sanitaire des aliments. EDES c/o COLEACP 130, rue du Trône B-1050 Bruxelles Belgique Tél : +32 (0) Fax : +32 (0) La présente publication a été élaborée avec l aide de l Union européenne. Le contenu de la publication est produit par EDES, relève de la seule responsabilité du COLEACP et ne peut aucunement être considéré comme reflétant le point de vue officiel de l Union européenne.

3 thème 12 Contrôles Officiels 10 Rôle des services vétérinaires en matière de sécurité sanitaire des aliments Contenu 1. Historique 1 2. Approches en matière de sécurité sanitaire des aliments 3 3. Objectifs en matière de protection de la santé 5 4. Services vétérinaires 6 5. Évaluation des risques et gestion des risques 7 6. Législation en matière de sécurité sanitaire des aliments 8 7. Identification des animaux et traçabilité animale 9 8. Production primaire Alimentation animale Médicaments vétérinaires Résistance aux antimicrobiens Contrôle d hygiène de la viande et inspection des viandes C ertification vétérinaire des produits d origine animale aux fins du commerce international Organisation des Services vétérinaires Annexes 26

4 1. Historique Ces dernières années, les Services vétérinaires de nombreux pays ont évolué afin de s adapter aux défis nouveaux que posent les maladies animales. Dans une perspective historique, les Services vétérinaires nationaux furent institués pour lutter contre les principales maladies animales à l origine de la morbidité ou de la mortalité des animaux producteurs de denrées alimentaires, et responsables de lourdes pertes économiques et d atteintes sérieuses à la chaîne d approvisionnement alimentaire. Dans le cadre des législations nationales mises en place en vue de prévenir et de contrôler ces maladies, les gouvernements furent tenus de mettre sur pied des Services vétérinaires afin d appliquer ces mesures de contrôle. L évolution des connaissances épidémiologiques en matière de maladies zoonotiques conduisit à les intégrer aux plans de contrôle nationaux. À mesure que l importance des déplacements d animaux dans la propagation des maladies fut mieux appréhendée, les contrôles furent appliqués au commerce des animaux. Au début du XXe siècle, un foyer de peste bovine toucha de nombreux pays et la nécessité d une coopération internationale en matière de contrôle des maladies s imposa. Elle fut l élément fondateur de l Office International des Épizooties (OIE), l actuelle Organisation mondiale de la santé animale. À mesure que les pays parvinrent à maîtriser les épizooties les plus graves, l attention des Services vétérinaires gouvernementaux se porta sur les maladies endémiques impactant l efficacité de la production. Les progrès scientifiques et la connaissance accrue de ces maladies permirent d améliorer l efficacité de la production et la qualité des denrées alimentaires d origine animale. Les Services vétérinaires s impliquèrent corps et âme dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, forts de l introduction des procédures d inspection des viandes visant à détecter et à éliminer de la chaîne alimentaire toute viande ou toutes autres parties comestibles de la carcasse impropres à la consommation humaine, car porteuses d altérations pathologiques jugées nuisibles à la sécurité sanitaire ou à la qualité des aliments. Il est désormais admis que la contamination microbiologique des aliments par des organismes pathologiques pour l homme constitue la principale source de risques d origine alimentaire. Dans le cas de la viande, c est la contamination microbiologique invisible qui présente le risque le plus important en termes de sécurité alimentaire et non les anomalies macroscopiques détectées lors d inspection post mortem. Au fil du temps, la participation des Services vétérinaires dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments s est étoffée : si, à l origine, leur fonction se limitait à inspecter les viandes, elle couvre désormais toute la gamme des denrées alimentaires d origine animale. Les maladies d origine alimentaire dues à des micro-organismes constituent un problème de santé publique de plus en plus déterminant. La plupart des pays dotés de systèmes permettant de signaler les cas de maladies d origine alimentaire remarquent que l incidence de maladies dues aux micro-organismes présents dans les aliments au nombre desquels des pathogènes comme la salmonelle, Campylobacter jejuni et Escherichia coli enterohémorragique et des parasites tels que le cryptosporidium, le cryptospora et les trématodes a fortement augmenté au cours des dernières décennies. Le risque majeur de transmission des maladies zoonotiques survient à l interface homme-animal par l exposition humaine directe ou indirecte aux animaux, à leurs produits et/ou à leur environnement. Plus de 60% des agents infectieux nouvellement identifiés qui ont affecté l homme au cours des dernières décennies se composent de pathogènes d origine animale ou provenant de produits animaux. La contamination des denrées alimentaires par des agents chimiques (résidus de médicaments ou de pesticides, contaminants environnementaux ) constitue aujourd hui une préoccupation de santé publique à l échelle mondiale, et l une des principales causes de problèmes pour les échanges commerciaux internationaux. La contamination peut être induite par la pollution environnementale de l air, de l eau et du sol on pense aux métaux lourds toxiques, aux PCB ou à la dioxine ou par l utilisation volontaire de divers produits chimiques tels que médicaments vétérinaires, pesticides ou autres substances agrochimiques. 1

5 1. Historique Le test des produits finis n est pas une méthode efficace ni pratique pour contrôler les risques microbiologiques et chimiques, et il est aujourd hui admis qu une approche fondée sur l analyse des risques dans toute la chaîne alimentaire, de la «production à la consommation», s avère nécessaire. La compréhension du rôle prépondérant des pathogènes microbiologiques d origine animale dans la survenue des maladies d origine alimentaire, et les craintes suscitées par les contaminants chimiques des aliments font que les Services vétérinaires sont désormais investis d un rôle essentiel tant au niveau national qu international. Un rôle qui les amène souvent, du reste, à conduire des actions en parallèle afin, d une part, de protéger la santé publique et, d autre part, de prévenir et contrôler les maladies et les conditions importantes pour la santé animale. Aujourd hui, le concept «Une seule santé», reconnaissant que la santé humaine, la santé animale et la santé des écosystèmes sont intimement liées, est de plus en plus largement accepté. Les clivages entre santé animale et santé humaine s en trouvent dès lors atténués, promouvant ainsi l idée que l activité vétérinaire liée aux animaux producteurs de denrées alimentaires constitue in fine un pan incontournable de la santé publique. Animaux + humains = Une seule santé (Source: Commission européenne, Direction Générale de la santé et des consommateurs) Logo de la campagne Une seule santé initiée par la Commission européenne 2

6 2. Approches en matière de sécurité sanitaire des aliments 2.1. Contrôles de la sécurité sanitaire des aliments fondés sur l analyse des risques Ces dernières années, les approches en matière de sécurité sanitaire des aliments ont évolué à travers le monde. Les contrôles traditionnels basés sur les bonnes pratiques et l inspection des produits finis ont cédé la place à une approche plus préventive qui vise à éliminer ou contrôler à la source les dangers en matière de sécurité alimentaire. Cette approche a conduit à l élaboration de systèmes fondés sur l analyse des risques liés à l existence de dangers associés aux aliments. Au plan international, les systèmes basés sur l analyse des risques ont été impulsés par l Accord de l Organisation mondiale du commerce sur l application des mesures sanitaires et phytosanitaires («accord SPS»). Cet accord stipule que les pays signataires doivent veiller à ce que leurs mesures sanitaires et phytosanitaires soient fondées sur une évaluation des risques pour la vie et la santé humaines, animales ou végétales, en utilisant des techniques d évaluation mises au point par les organisations internationales compétentes. Au plan fonctionnel, l évaluation des risques, qui est le volet scientifique de l analyse des risques, doit être distinguée de la gestion des risques qui consiste, à partir des résultats de l évaluation des risques, à examiner et à choisir, en matière de sécurité sanitaire des aliments, des stratégies et des options politiques évitant toute interférence avec des intérêts économiques, politiques ou autres. L accord SPS reconnaît spécifiquement en tant que références internationales les normes relatives à la santé animale et aux zoonoses mises au point par l Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et celles, relatives à la sécurité sanitaire des aliments, élaborées par la Commission du Codex Alimentarius (CCA). Les textes publiés par l OIE et la CCA détaillent les procédures normalisées qu il y a lieu de suivre pour procéder à une analyse des risques dans leurs domaines respectifs. Les Services vétérinaires jouent un rôle essentiel dans l application concrète du processus d analyse des risques et la mise en œuvre des recommandations privilégiant cette approche dans le cadre des dispositifs réglementaires, y compris en ce qui concerne l importance et la nature de la participation des vétérinaires dans les activités liées à la sécurité alimentaire tout au long de la chaîne de production Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et Commission du Codex Alimentarius L Organisation mondiale de la santé animale (OIE) s est vu confier la responsabilité sanitaire et phytosanitaire de préparer les normes et les textes connexes relatifs à la prévention, au contrôle et à l éradication des maladies animales et des zoonoses. En élaborant le Code sanitaire pour les animaux terrestres, l OIE met l accent sur les normes concernant les maladies animales et les dangers spécifiques d origine biologique. La Commission du Codex Alimentarius (CCA) élabore quant à elle les normes et les textes afférents concernant la sécurité et l adéquation du contrôle des aliments. La CCA s est d abord penchée sur les dangers biologiques intrinsèques des denrées alimentaires en élaborant des dispositions générales d hygiène, c est-à-dire des codes d usages pour différents produits alimentaires de base. Elle s est également intéressée aux dangers chimiques en fixant des limites maximales et en élaborant des codes d usages pour la réduction du niveau des dangers chimiques. L OIE et la CCA ont reconnu la nécessité de coordonner et d intégrer les activités en matière de sécurité alimentaire de la production à la consommation, et d ainsi renforcer la sécurité des denrées alimentaires d origine animale à l échelon mondial. Elles ont aujourd hui élaboré et mis en place des stratégies à cet effet. L analyse des risques offre à l OIE et à la CCA de nouvelles perspectives en matière d élaboration de mesures sanitaires optimales, que ce soit sous la forme de normes internationales ou de conseils techniques aux gouvernements nationaux. Dans le domaine 3

7 2. Approches en matière de sécurité sanitaire des aliments de la sécurité alimentaire, il convient d apporter des améliorations pour répondre à l évolution constante de la production primaire, des technologies de transformation et du comportement des consommateurs La chaîne de production alimentaire Un volet important de l approche fondée sur les risques réside dans son application à toutes les étapes de la chaîne de production alimentaire, de la «production à la consommation». Une approche intégrée est le meilleur garant de la sécurité sanitaire des aliments. Elle permet en effet de couvrir toute la chaîne de production alimentaire et d y identifier les points d intervention les plus efficaces en vue d éliminer ou de réduire les risques liés à la sécurité sanitaire des aliments. Le contrôle de nombreux dangers microbiologiques d origine alimentaire et de la plupart des dangers chimiques impose de prendre des mesures préventives au niveau des animaux vivants, au stade de la production primaire (dans les exploitations). Cette étape de la chaîne de production est souvent qualifiée de pré-récolte et les vétérinaires et Services vétérinaires y jouent un rôle essentiel. Le groupe de travail de l OIE sur la sécurité sanitaire des aliments d origine animale 1 a identifié une liste d éléments à inclure dans une méthode intégrée de la conception et de la mise en œuvre de systèmes réglementaires couvrant toutes les étapes de la chaîne de production des aliments d origine animale : suivi et surveillance au niveau de l exploitation, assortis de la prise en compte de données émanant de sources autres que les autorités réglementaires, et suivi exercé à d autres étapes de la chaîne alimentaire, notamment lors de l inspection des viandes ; suivi et gestion des risques liés à l utilisation de médicaments à usage vétérinaire, notamment la résistance aux antimicrobiens ; échange d informations sur le suivi avec toutes les parties intéressées ; systèmes d identification des animaux et traçabilité des produits d origine animale ; utilisation des tests de diagnostic ; évaluation/reconnaissance de la compétence des autorités chargées de la sécurité sanitaire des aliments dans les pays exportateurs ; certification et assurances officielles ; capacités d intervention d urgence ; gestion intégrée des bases de données, recherches épidémiologiques et microbiologie prédictive ; effets potentiels sur la sécurité sanitaire des aliments du transport des animaux sur pied Responsabilités en matière de sécurité sanitaire des aliments La redéfinition de la responsabilité des différents acteurs concernés constitue une autre modification de l approche moderne de la sécurité sanitaire des aliments. L approche traditionnelle selon laquelle les exploitants du secteur alimentaire doivent garantir la qualité de leurs produits tandis que la sécurité sanitaire des aliments relève des compétences des organismes de réglementation a été remplacée par des systèmes plus sophistiqués, en vertu desquels la responsabilité première de la qualité et de la sécurité sanitaire des produits mis sur le marché incombe aux opérateurs de l industrie alimentaire, producteurs primaires inclus. La Commission du Codex Alimentarius recommande aux exploitants du secteur alimentaire de remplir leurs obligations en déployant des systèmes de gestion de la sécurité alimentaire des aliments basés sur les principes HACCP. Dans ce contexte, le rôle des autorités de contrôle consiste à analyser les informations scientifiques en vue d élaborer des normes de sécurité alimentaire appropriées (couvrant la phase de transformation et le produit final) et à procéder à des inspections pour vérifier que les systèmes de contrôle appliqués par les exploitants du secteur sont appropriés, validés, performants et mis en œuvre de manière à respecter effectivement les dispositions normatives. En cas de non-conformité constatée, les autorités de contrôle s assureront que des mesures correctives appropriées sont prises et que des sanctions sont appliquées. 1 0cha_E2_80_A6.pdf 4

8 3. Objectifs en matière de protection de la santé Chaque pays doit fixer ses propres objectifs en matière de protection de la santé animale et de la santé publique, en consultation avec les parties prenantes (notamment les éleveurs, les transformateurs et les consommateurs) et en fonction du contexte social, économique, culturel, religieux et politique du pays. La mise en application de ces objectifs doit se faire au moyen d une réglementation et de politiques nationales appropriées et s accompagner de mesures visant à sensibiliser les intervenants nationaux ainsi que les partenaires commerciaux. Les règles de l OMC prévoient que chaque pays a le droit de déterminer un niveau acceptable de risques de sécurité sanitaire pour les denrées alimentaires produites et commercialisées sur son territoire. C est ce que la Commission du Codex Alimentarius appelle le niveau approprié de protection sanitaire le niveau de protection considéré approprié par le pays établissant une mesure sanitaire pour protéger la vie ou la santé humaine sur son territoire. En ce qui concerne le commerce international des denrées alimentaires d origine animale, les pays importateurs peuvent imposer des restrictions justifiables sur les produits de base importés afin de préserver leur santé publique et animale. 5

9 4. Services vétérinaires L OIE définit les Services vétérinaires comme : «les organismes publics ou privés qui assurent la mise en œuvre, sur le territoire d un pays, des mesures relatives à la protection de la santé et du bien-être des animaux, ainsi que celle des autres normes et recommandations figurant dans le Code terrestre, ainsi que dans le Code sanitaire pour les animaux aquatiques de l OIE. Les Services vétérinaires sont placés sous la direction et le contrôle directs de l Autorité vétérinaire. Les organismes, les vétérinaires, les paraprofessionnels vétérinaires et les professionnels de la santé des animaux aquatiques du secteur privé sont normalement agréés par l Autorité vétérinaire ou habilités par elle à accomplir les missions de service public qui leur sont confiées.» Afin de mener à bien leur rôle en matière de sécurité sanitaire des aliments, les Services vétérinaires d un pays observeront les principes fondamentaux de qualité décrits dans le Code Terrestre de l OIE et repris en annexe. Dans le cas de pays souhaitant exporter des denrées alimentaires d origine animale, l évaluation de leurs Services vétérinaires par un pays potentiellement importateur peut rentrer dans le cadre d une procédure d analyse des risques nécessaire pour définir ou réexaminer les mesures sanitaires qui s appliquent aux échanges commerciaux. Les pays potentiellement exportateurs doivent donc être prêts concernant une éventuelle évaluation de leurs Services vétérinaires. Toute évaluation des Services vétérinaires doit être effectuée conformément aux recommandations de l OIE qui s appliquent à l évaluation des Services vétérinaires présentée dans le Code terrestre. 6

10 5. Évaluation des risques et gestion des risques La prise en compte de tous les dangers d origine alimentaire et des risques qu ils représentent pour la santé humaine est une activité essentielle de la sécurité sanitaire et une composante de base du système HACCP. La plupart des dangers liés aux aliments d origine animale sont soit inhérents à l animal sur pied (dus à des facteurs de production ou d environnement), soit introduits au cours de la manipulation et de la préparation du produit. Les problèmes de sécurité sanitaire des aliments engendrés par des animaux peuvent être subdivisés en plusieurs catégories, par ex., zoonoses résultant d une maladie symptomatique chez des animaux, zoonoses liées à des infections asymptomatiques chez des animaux et zoonoses dues à des sources chimiques. L environnement peut également être à l origine de l introduction de matériel dangereux dans la chaîne alimentaire et les risques peuvent être dus à une exposition professionnelle. Comme certains risques d origine alimentaire peuvent apparaître indépendamment de toute consommation de produits d origine animale par ex., contamination par des agents pathogènes d animaux par la voie de l irrigation des légumes, il convient aussi de prendre en compte ces situations en termes de prévention et de contrôle. Il faut, par ailleurs, identifier et gérer les dangers pour la santé animale qui peuvent être détectés dans les populations animales. Les Services vétérinaires doivent gérer tous ces risques en veillant à optimiser l utilisation des ressources disponibles. Les vétérinaires ont une connaissance et une expérience approfondies des dangers sanitaires liés à la consommation d aliments d origine animale. L évaluation des risques requiert une connaissance précise de la diversité et de la prévalence des dangers dans une population animale, et exige de comprendre les mesures de contrôle disponibles à chaque étape de la chaîne de production. Les Services vétérinaires sont invités à fournir des données de contrôle et de surveillance au niveau de l exploitation afin d alimenter le processus d évaluation des risques. Les vétérinaires ont une bonne compréhension de tous les aspects de la chaîne de production des aliments d origine animale y compris les systèmes de production, l alimentation des animaux, les maladies animales et leur traitement, ainsi que l utilisation des médicaments vétérinaires et ils sont dès lors des partenaires essentiels dans le cadre des décisions en matière de gestion des risques, moyennant l élaboration et la sélection d options visant à réduire ou éliminer les dangers pour la sécurité sanitaire des aliments. 7

11 6. Législation en matière de sécurité sanitaire des aliments De nombreuses décisions en matière de gestion des risques sont mises en œuvre par le biais de la législation nationale. L allégation de l OIE selon laquelle «la législation vétérinaire est un prérequis à la garantie d une bonne gouvernance et à la fixation d un cadre juridique propre à permettre l exécution des principales actions des services vétérinaires» s applique également aux mesures en matière de santé animale et publique. Les Services vétérinaires doivent veiller à ce qu une législation appropriée soit en place afin de permettre l application des décisions en matière de gestion des risques prises pour contrôler les dangers liés à la sécurité sanitaire des aliments d origine animale. Dans de nombreux cas, comme pour les agents zoonotiques responsables de maladies tant chez l animal que chez l homme, les législations en matière de santé animale et de santé humaine présenteront des fondements communs. Les Services vétérinaires doivent avoir connaissance de la législation en matière de sécurité sanitaire des pays importateurs ou exportateurs de denrées alimentaires d origine animale. Les règles du commerce international n exigent pas, pour les pays exportateurs, une législation identique en matière de sécurité sanitaire des aliments mais uniquement une protection équivalente de la santé humaine assurée par des contrôles de la sécurité sanitaire des aliments. 8

12 7. Identification des animaux et traçabilité animale Les systèmes d identification des animaux et de traçabilité animale sont essentiels pour aborder les problèmes liés à la fois à la santé animale (y compris les zoonoses) et à la sécurité sanitaire des aliments. Ces outils peuvent améliorer significativement l efficacité d activités telles que les réponses aux foyers de maladie ou aux incidents liés à la salubrité des denrées alimentaires, les programmes de vaccination, les méthodes d élevage, le zonage et la compartimentation, la surveillance, les systèmes de prise en charge précoce et de déclaration rapide des maladies, les contrôles des mouvements d animaux, les inspections, la certification, l équité des pratiques commerciales ou l usage, au niveau de l exploitation, des médicaments vétérinaires, des aliments pour animaux et des pesticides. La traçabilité des animaux et celle des produits d origine animale doivent pouvoir être reliées afin d assurer la traçabilité sur l ensemble des filières de production animale et de la chaîne alimentaire, compte tenu des normes édictées en la matière par l OIE et le Codex Alimentarius Les principes de traçabilité des denrées alimentaires de la Commission du Codex Alimentarius 2 stipulent que : La traçabilité/le traçage des produits est un outil qui, lorsqu il est utilisé dans le contexte de la sécurité sanitaire des aliments, n améliore pas en soi les résultats de sécurité sanitaire des aliments à moins qu il ne soit associé à des mesures et exigences appropriées. Cet outil peut contribuer à l efficacité des mesures associées de sécurité sanitaire des aliments. La traçabilité/le traçage des produits est un outil qui, lorsqu il est utilisé au sein d un système d inspection et de certification des denrées alimentaires, peut contribuer à la protection des consommateurs contre les pratiques commerciales trompeuses et faciliter les échanges commerciaux fondés sur une description précise des produits. L outil de traçabilité/traçage des produits devrait être capable d identifier à n importe quel point de la chaîne alimentaire (de la production à la distribution) l origine du produit (une étape en amont) ainsi que sa destination (une étape en aval), selon les objectifs du système d inspection et de certification des denrées alimentaires. Le principe «une étape en amont, une étape en aval» doit s appliquer à l ensemble du système de production, et des systèmes d identification des animaux doivent être mis en place au niveau de la production primaire de telle sorte que l origine de la viande puisse être tracée de l abattoir ou de l établissement jusqu à l endroit de production des animaux. Les objectifs de l identification des animaux et de la traçabilité animale pour un pays, de même que l approche suivie, doivent être clairement définis à la suite d une évaluation des risques. Ils doivent être définis en concertation par l Autorité vétérinaire et le ou les secteurs ou acteurs concernés avant d être mis en œuvre. Ils doivent aussi être périodiquement réexaminés. De nombreux facteurs peuvent déterminer le choix du système l identification des animaux et de traçabilité animale. La conception du système doit prendre en compte des facteurs tels que les résultats de l évaluation des risques, l état de santé des populations animales et humaines (au regard, notamment, des zoonoses) et les programmes y afférents, les caractéristiques des populations animales (espèces et races ainsi que nombre et distribution, entre autres), les types de production, les schémas de mouvements des animaux, les technologies disponibles, le commerce des animaux et des produits d origine animale, l analyse coût/bénéfice et d autres considérations d ordre économique, géographique et environnementale, ainsi que les aspects culturels. L identification des animaux et la traçabilité animale doivent être placées sous la responsabilité de l Autorité vétérinaire. 2 Principes applicables à la traçabilité/au traçage des produits en tant qu outil d un système d inspection et de certification des denrées alimentaires. CAC/GL

13 8. Production primaire L approche de la sécurité alimentaire qui s inscrit dans une perspective «de la production à la consommation» et embrasse dès lors l ensemble de la chaîne, nécessite la mise en place de mesures à tous les échelons de la chaîne de production, à partir des animaux sur pied, afin de réduire et de contrôler les dangers pour la sécurité sanitaire des aliments. C est ce qu illustre le Code d usages en matière d hygiène pour la viande de la Commission du Codex Alimentarius (CAC/RCP ) qui stipule ce qui suit : Principes d hygiène de la viande s appliquant à la production primaire i. La production primaire devrait être gérée de manière à réduire les possibilités d introduction de dangers et à contribuer de façon adaptée à la production d une viande saine et propre à la consommation humaine. ii. Chaque fois que c est possible et réalisable au plan pratique, le secteur de la production primaire et l autorité compétente devraient mettre en place des systèmes pour collecter, rassembler et diffuser des informations sur les dangers et les conditions éventuellement présents dans les populations animales et susceptibles d affecter la sécurité et la salubrité de la viande. iii. La production primaire devrait inclure des programmes officiels ou officiellement reconnus pour le contrôle et la surveillance des agents zoonotiques dans les populations animales et l environnement de manière appropriée aux circonstances. Ainsi, les maladies zoonotiques à déclaration obligatoire devraient être signalées comme stipulées par les programmes officiels. iv. Au niveau de la production primaire, de bonnes pratiques d hygiène (BPH) devraient englober, par exemple, la santé et l hygiène des animaux, un relevé des traitements, des aliments pour animaux et ingrédients de ces aliments, et des facteurs environnementaux pertinents; l application des principes HACCP doit être aussi large que possible. v. Les méthodes d identification des animaux devraient permettre, dans la mesure du possible, de retrouver le lieu d origine pour permettre d effectuer une enquête réglementaire le cas échéant. Certains de ces principes sont destinés aux détenteurs d animaux et l OIE a rédigé un guide 3 afin d aider les éleveurs à assumer pleinement leurs responsabilités en amont de la chaîne alimentaire (au niveau de la production animale) afin d assurer l innocuité des denrées alimentaires. Un résumé des dangers menaçant la sécurité sanitaire des aliments et des points de contrôle sur les systèmes de production est donné ci-après. 3 Guide des bonnes pratiques d élevage visant à assurer la sécurité sanitaire des denrées d origine animale, OIE

14 8. Production primaire DANGERS BIOLOGIQUES DANGER D ORIGINE ALIMENTAIRE Introduction d agents pathogènes et de contaminants POINTS DE CONTRÔLE Origine des animaux (transmission horizontale et verticale) Origine des reproducteurs Procédures suivies pour la reproduction Qualité de la semence et des embryons Litière Alimentation des animaux et eau distribuée Registres des acquisitions et des transferts d animaux Santé et hygiène des visiteurs et du personnel Contact avec d autres animaux (y compris animaux sauvages/rongeurs/insectes, etc.) Véhicules/vêtements/instruments/équipements Transmission d agents pathogènes et de contaminants Carcasses, tissus ou sécrétions infectés/ contaminés Bâtiments d élevage et densité de peuplement Diagnostic des maladies (transmission horizontale et verticale) Santé et hygiène des visiteurs et du personnel Véhicules/vêtements/instruments/équipements Carcasses, tissus ou sécrétions infectés/ contaminés Gestion de la litière Contaminations microbiennes et parasitaires des pacages et des enclos Charge microbienne cutanée Infections et contaminations véhiculées par l air Animaux porteurs excrétant des agents pathogènes Insectes ou autres animaux nuisibles servant de vecteurs Gestion des pacages Diagnostic microbien/parasitaire Environnement des animaux Gestion des déchets Gestion de la litière Densité de peuplement Localisation de l exploitation Bâtiments d élevage et ventilation Densité de peuplement Gestion des animaux Diagnostic Sensibilité accrue aux agents pathogènes Densité de peuplement Gestion des animaux (y compris les transports) Diagnostic Densité de peuplement 11

15 8. Production primaire DANGERS BIOLOGIQUES DANGER D ORIGINE ALIMENTAIRE Résistance aux antimicrobiens et aux parasiticides Infections et contaminations véhiculées par des produits d alimentation animale Infections et infestations d origine hydrique POINTS DE CONTRÔLE Diagnostic Schémas thérapeutiques Tenue des registres d élevage Production, transport et entreposage des produits d alimentation animale Qualité des produits d alimentation animale Matériel utilisé pour l alimentation des animaux Tenue des registres d élevage Qualité de l eau Gestion des effluents Matériel utilisé pour l abreuvement des animaux DANGERS CHIMIQUES DANGER D ORIGINE ALIMENTAIRE Contamination chimique de l environnement, des produits d alimentation animale ou de l eau POINTS DE CONTRÔLE Localisation des exploitations Déplacements d animaux Utilisation de produits chimiques agricoles Qualité des aliments et de l eau distribués aux animaux Équipements et matériaux de construction Toxines d origine biologique (végétaux, champignons, algues) Pratiques d hygiène Qualité des produits d alimentation animale, des pacages et de l eau Localisation des exploitations Déplacements d animaux Résidus de médicaments et de produits biologiques à usage vétérinaire (y compris les aliments médicamenteux et l eau) Production, entreposage et transport des produits d alimentation animale Traitement des animaux Contrôle des ventes et des prescriptions Tenue des registres d élevage Contrôle des résidus Contamination radioactive Qualité des aliments et de l eau distribués aux animaux Localisation des exploitations Origine des produits d alimentation animale et de l eau Les Services vétérinaires ont un rôle déterminant à jouer dans la promotion, la diffusion et la mise en application des principes définis par la Commission du Codex Alimentarius et dans le guide OIE. L analyse des risques montre que la meilleure façon de contrôler certaines maladies zoonotiques est d intervenir au niveau de la production primaire. Un exemple notoire est la salmonelle dans les élevages de volailles, qui fait l objet d un chapitre dans le Code sanitaire pour les animaux terrestres de l OIE. 12

16 8. Production primaire La salmonellose est l une des maladies bactériennes d origine alimentaire les plus fréquentes au monde. La grande majorité des salmonelloses chez l homme sont véhiculées par des denrées alimentaires, Salmonella enteritidis et Salmonella typhimurium étant les plus souvent incriminées. Les sérotypes de salmonelle et leur prévalence peuvent varier considérablement d une localité, d un district, d une région et d un pays à l autre. La surveillance et l identification des principaux sérotypes de salmonelle chez l homme et chez les volailles doivent dès lors avoir pour objectif la mise au point d un programme de contrôle par région. Salmonella typhimurium (Source : Wikipedia) Lorsque les résultats de l évaluation des risques le justifient, des opérations de surveillance sanitaire doivent être conduites afin d identifier les troupeaux infectés et de prendre des mesures visant à réduire la prévalence de l infection chez les volailles, ainsi que le risque de transmission des salmonelles à l être humain. Les méthodes et la fréquence d échantillonnage ainsi que les types de prélèvements nécessaires doivent être déterminés par les Services vétérinaires à partir d une évaluation des risques. Il est possible de prévenir et lutter efficacement contre les salmonelles en respectant de bonnes pratiques d élevage, en adoptant l approche HACCP (analyse des risques et points critiques à maîtriser) et en appliquant les mesures générales de biosécurité et d autres mesures comme la vaccination. Au sein de l Union européenne, des objectifs ont été fixés afin de réduire la prévalence de salmonelles chez les poules pondeuses et des réglementations ont été introduites en vue de rendre obligatoires la surveillance de la prévalence de salmonelles et l utilisation de vaccins dans certaines circonstances. 13

17 9. Alimentation animale L alimentation animale est une composante fondamentale de la chaîne alimentaire. Elle exerce un impact direct sur la santé des animaux et leur bien-être ainsi que sur l innocuité des denrées alimentaires et la santé publique. Par le passé, l alimentation animale était considérée comme une voie importante d introduction de maladies contagieuses et de propagation d épidémies telles que la fièvre aphteuse, la maladie vésiculeuse du porc et l influenza aviaire. Plus récemment, le rôle des aliments pour animaux dans la transmission d agents pathogènes, notamment de micro-organismes zoonotiques, a servi d axe au développement de normes relatives à l encéphalopathie spongiforme bovine. Outre les dangers microbiologiques, l alimentation animale peut être la source de dangers chimiques susceptibles de contaminer les produits animaux. Les dioxines et autres PCB ont causés de nombreux cas graves de contamination des aliments destinés à la consommation humaine du fait de leur inclusion accidentelle ou criminelle dans l alimentation animale. L alimentation animale fait l objet d un code spécifique de la Commission du Codex Alimentarius, le Code d usages pour une bonne alimentation animale (CAC/RCP ). Les Services vétérinaires sont investis d un rôle déterminant dans l analyse des risques afférents aux dangers microbiologiques et chimiques de l alimentation animale, dans la mise en application des contrôles des aliments pour animaux et dans les investigations des incidents tant en matière de santé animale que de sécurité sanitaire des denrées alimentaires, où les aliments pour animaux sont suspectés d être la source du problème. 14

18 10. Médicaments vétérinaires Résidus Les Services vétérinaires ont un rôle essentiel à jouer dans la garantie d une utilisation correcte des médicaments et dans la prévention de niveaux inacceptables de résidus de médicaments vétérinaires dans les denrées alimentaires d origine animale. Des textes de la Commission du Codex Alimentarius abordent le problème des résidus de médicaments vétérinaires dans des produits tels que la viande et le lait. Viande L autorité compétente devrait assurer la gestion d un programme officiel de lutte contre certains agents zoonotiques, dangers chimiques et contaminants stipulés. Elle devrait également coordonner son action autant que possible avec d autres autorités compétentes responsables de questions relatives à la santé publique et animale. Les programmes officiels, ou considérés comme tels, de contrôle des dangers et des contaminants chimiques devraient comprendre des mesures visant à : contrôler l homologation et l utilisation des médicaments vétérinaires et des pesticides afin que la présence de résidus dans la viande n atteigne pas des niveaux la rendant dangereuse pour la consommation humaine ; fournir des systèmes de surveillance et de contrôle qui permettent de définir des données initiales et de guider une approche basée sur l analyse des risques afin de maîtriser ces risques dans la viande. Lait Les animaux malades ne devraient être traités qu au moyen de médicaments vétérinaires autorisés par les autorités compétentes pour l usage prévu et dont l utilisation ne peut avoir une influence défavorable sur la sécurité sanitaire et la salubrité du lait en tenant compte de la période de retrait spécifiée. Le lait provenant d animaux ayant été traités par des médicaments à usage vétérinaire pouvant être transmis au lait ne devrait pas être utilisé a moins que le délai de retrait spécifié pour le médicament en question ait été respecté. Les résidus de médicaments vétérinaires présents dans le lait ne devraient pas dépasser des niveaux qui présentent des risques inacceptables pour le consommateur. La Commission du Codex Alimentarius publie des orientations en matière de procédures de test et évalue et publie les niveaux maximums de résidus pour les médicaments vétérinaires. Les Services vétérinaires doivent disposer de systèmes qui leur permettent de s assurer de l utilisation correcte et exclusive de médicaments pourvus d une autorisation de mise sur le marché valable pour les animaux producteurs de denrées alimentaires, et du respect des périodes de retrait. Des programmes nationaux de surveillance des résidus de médicaments vétérinaires dans les produits animaux doivent être établis afin de démontrer que les médicaments sont correctement utilisés. Au sein de l Union européenne, la législation stipule la nature et l étendue des programmes de surveillance des résidus que les États membres doivent mettre en œuvre. Les pays désireux d exporter des produits animaux vers l Union européenne doivent démontrer qu ils appliquent des programmes de surveillance qui, s agissant des niveaux de résidus des médicaments vétérinaires, fournissent des garanties au moins équivalentes à celles exigées par la législation de l Union européenne. 15

19 11. Résistance aux antimicrobiens Les agents antimicrobiens sont des médicaments essentiels à la santé de l homme et des animaux. Les antibiorésistances constituent un problème de santé publique mondial qui est lié à l utilisation des agents antimicrobiens chez l homme et chez l animal. L émergence continue, le développement et la propagation d organismes pathogènes résistants aux antimicrobiens constituent une source de préoccupation croissante. Les Services vétérinaires doivent garantir que tous les participants aux processus d autorisation, de fabrication, de vente et fourniture, de prescription et d usage des antimicrobiens chez les animaux élevés pour l alimentation humaine agissent conformément à la loi, de manière responsable et avec une prudence extrême pour limiter la propagation de micro-organismes résistants chez les animaux et protéger ainsi la santé des consommateurs. Les antimicrobiens sont nécessaires au traitement des animaux. Il importe donc d assurer en médecine vétérinaire l usage sûr et utile des médicaments antimicrobiens en en maintenant l efficacité. Tant le Code terrestre de l OIE que des textes de la Commission du Codex Alimentarius 4 proposent des orientations sur l utilisation responsable des médicaments antimicrobiens administrés aux animaux destinés à la consommation y compris des recommandations qui visent à empêcher ou réduire la sélection de micro-organismes résistants aux antimicrobiens chez les animaux et les humains afin de : 1. préserver l efficacité des agents antimicrobiens et garantir leur utilisation rationnelle chez les animaux afin de renforcer leur efficacité et leur innocuité chez les animaux ; 2. respecter l obligation éthique et la nécessité économique de maintenir les animaux en bonne santé ; 3. prévenir ou réduire autant que possible le transfert de micro-organismes (ainsi que leurs déterminants de résistance) au sein des populations animales ; 4. conserver l efficacité des agents antimicrobiens employés chez les animaux dont la chair ou les produits sont destinés à la consommation humaine ; 5. empêcher ou restreindre le transfert des micro-organismes résistants ou des déterminants de résistance de l animal à l homme ; 6. préserver l efficacité des agents antimicrobiens employés en médecine humaine et prolonger l utilité des antimicrobiens ; 7. prévenir la contamination des aliments d origine animale par une concentration en résidus d antimicrobiens supérieure à la limite maximale de résidus (LMR) ; 8. préserver la santé du consommateur en garantissant la sécurité sanitaire des aliments d origine animale et en le protégeant des résidus d antimicrobiens ainsi que du risque de transmission de micro-organismes antibiorésistants. Une utilisation responsable des médicaments vétérinaires antimicrobiens investit d une responsabilité directe les autorités compétentes pour l enregistrement des antimicrobiens ainsi que tous les groupes impliqués dans la production, la distribution et l utilisation des antimicrobiens vétérinaires. Les Services vétérinaires ont un rôle important à jouer à tous les niveaux de ce processus. 4 Code d usages visant à réduire au minimum et à maîtriser la résistance aux antimicrobiens CAC/RCP

20 11. Résistance aux antimicrobiens Responsabilités des autorités réglementaires Les autorités réglementaires exercent une large palette de responsabilités concernant l efficacité, la sécurité et la qualité des médicaments vétérinaires. Elles sont détaillées dans d autres publications d EDES. Les responsabilités qui présentent un intérêt particulier pour les Services vétérinaires sont brièvement résumées ci-dessous. Autorisation de mise sur le marché Les autorités réglementaires nationales sont responsables de la délivrance de l autorisation de mise sur le marché. Cette opération sera réalisée conformément aux dispositions du Code terrestre. Procédures d enregistrement Les pays, qui ne disposent pas des ressources nécessaires à la mise en œuvre d une procédure efficace d autorisation de leurs médicaments vétérinaires et qui dépendent principalement d importations d origines étrangères pour leur approvisionnement, devraient prendre les mesures suivantes : - vérifier l efficacité de leurs contrôles administratifs relatifs aux importations de ces médicaments vétérinaires ; - s assurer de la validité des procédures d autorisation du pays exportateur et producteur, si nécessaire ; - mettre en place la coopération technique nécessaire avec des autorités expérimentées pour contrôler la qualité des médicaments vétérinaires importés, ainsi que la validité des conditions d emploi recommandées. Les autorités réglementaires des pays importateurs devront exiger de l industrie pharmaceutique les certificats de qualité préparés par l Autorité compétente du pays exportateur et producteur, si nécessaire. Tous les pays doivent s efforcer de combattre activement la fabrication, la promotion publicitaire, le commerce, la distribution et l utilisation de produits et de substances pharmaceutiques actives de contrefaçon en vrac et non autorisés. Surveillance des agents antimicrobiens après leur mise sur le marché Les informations collectées par le biais des programmes existants de pharmacovigilance, y compris celles concernant le manque d efficacité, s intégreront dans la stratégie globale de réduction de l antibiorésistance. Distribution et gestion administrative des médicaments vétérinaires antimicrobiens Les autorités intéressées doivent s assurer que tous les agents antimicrobiens administrés aux animaux sont : - prescrits par un vétérinaire ou toute autre personne compétente autorisée ; - distribués exclusivement par les circuits de distribution reconnus ou autorisés ; - administrés aux animaux par un vétérinaire, sous le contrôle d un vétérinaire ou par toute autre personne compétente habilitée à cet effet Rôle des Services vétérinaires dans la distribution et l utilisation des antimicrobiens Par leur présence dans les exploitations et le soutien qu ils apportent aux vétérinaires privés et aux éleveurs, les Services vétérinaires accomplissent une fonction déterminante : garantir que les antimicrobiens soient utilisés conformément à la législation et de manière responsable. Grossistes et détaillants Les détaillants assurant la distribution des médicaments vétérinaires antimicrobiens ne doivent fournir ces produits que sur présentation d une ordonnance émanant d un vétérinaire ou d une autre personne dûment formée et habilitée, conformément à la législation nationale applicable ; tous les produits doivent être correctement étiquetés. 17

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Liège WAVFH 21 novembre 2012 Dr Pascale GILLI-DUNOYER DGAL Bureau des laboratoires et de la coordination des contrôles officiels MAAF-FRANCE

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CAC/RCP 15-1976 CONTENTS INTRODUCTION 137 1 OBJECTIFS 138 2 CHAMP D APPLICATION ET UTILISATION DU DOCUMENT 138 2.1 Champ d

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

12.8. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Détection précoce. et intervention d urgence (RASFF)

12.8. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Détection précoce. et intervention d urgence (RASFF) Cahier technique theme 12 Contrôles Officiels 8 Détection précoce et intervention d urgence (RASFF) 12.8 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe.

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe. RÈGLEMENT (CE) N 854/2004 FIXANT LES RÈGLES SPÉCIFIQUES D ORGANISATION DES CONTRÔLES OFFICIELS CONCERNANT LES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE DESTINÉS À LA CONSOMMATION HUMAINE H 3 Points clés : Délivrance

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.07.2000 COM(2000) 438 final 2000/0178 (COD) 2000/0179 (COD) 2000/0180 (COD) 2000/0181 (CNS) 2000/0182 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT

Plus en détail

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts)

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts) ACTIVITÉS CONJOINTES FAO/OMS SUR L ÉVALUATION DU RISQUE MICROBIOLOGIQUE DANS LES ALIMENTS APPEL À LA COMMUNICATION DE DONNÉES ET À LA CANDIDATURE D EXPERTS SUR LES SALMONELLA SPP. NON TYPHIQUES ET LES

Plus en détail

8.2 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 8 Gestion des laboratoires. Management de la qualité des laboratoires : accréditation et certification

8.2 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 8 Gestion des laboratoires. Management de la qualité des laboratoires : accréditation et certification CAHIER TECHNIQUE THÈME 8 Gestion des laboratoires 8.2 2 Management de la qualité des laboratoires : accréditation et certification Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION

MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LES NOUVEAUX ENJEUX DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9.

CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. CINQUIEME ANNEE. SEMESTRE 9. Dénomination du Module HIGIENE, TECHNOLOGIE ET SECURITE ALIMENTAIRE Unité temporelle SEMESTRE 9 Cr. ECTS 22 Caractère OBLIGATOIRE Matières M1 TECHNOLOGIE, HYGIENE ET CONTRÔLE

Plus en détail

SECTION 2 DÉFINITIONS

SECTION 2 DÉFINITIONS DIRECTIVES SUR LA CONCEPTION, L APPLICATION, L ÉVALUATION ET L HOMOLOGATION DE SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 OBJECTIFS CAC/GL 26-1997

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

Cahier technique. Rôle des autorités compétentes dans les contrôles

Cahier technique. Rôle des autorités compétentes dans les contrôles Cahier technique theme 12 Contrôles Officiels 12.2 2 Rôle des autorités compétentes dans les contrôles officiels, activités et tâches des contrôleurs officiels (vérifications, inspections, audits, certification)

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées AVIPOLE FORMATION 2013-2014 Votre partenaire formation Des formations spécialisées Formations aux métiers de l aviculture Formations Intra et inter entreprises Formations de perfectionnement Page 2 NOTRE

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Cahier technique. THEME 6 Systèmes d autocontrôle 6.2

Cahier technique. THEME 6 Systèmes d autocontrôle 6.2 Cahier technique THEME 6 Systèmes d autocontrôle 2 La méthode HACCP : principes et mise en place 6.2 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS:

GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS: ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE ET LA QUALITÉ DES ALIMENTS: DIRECTIVES POUR LE RENFORCEMENT DES SYSTÈMES

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES

Plus en détail

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Collègues, v040708 Intervention de Jean Marc BOURNIGAL Directeur Général de l Alimentation Séminaire sur la modernisation de l inspection sanitaire en abattoir Lyon 7-11 juillet 2008 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Cursus de formation initiale vétérinaire Lignes directrices de l OIE

Cursus de formation initiale vétérinaire Lignes directrices de l OIE Septembre 2013 Cursus de formation initiale vétérinaire Lignes directrices de l OIE L OIE exprime sa profonde gratitude aux membres du Groupe ad hoc sur l enseignement vétérinaire qui ont rendu possible

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION 199 Annexe XXIII Original : anglais Novembre 2002 RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION Paris, 18-20

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE

LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE LA PUBLICITE EN FAVEUR DES MEDICAMENTS VETERINAIRES EN FRANCE Ombeline DEGREZE-PECHADE 2012 1 INTRODUCTION 1. L objet de la présente note est de présenter les conditions et la procédure permettant la diffusion

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Cours Aviforum/Agridea, 27.3.07 Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Andreas Gloor, Aviforum, Zollikofen Buts, conditions de base Depuis le 1.1.2007: équivalence à la législation

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22 Projet de politique nationale sur la gestion de la présence de faibles quantités de cultures génétiquement modifiées dans les importations et son cadre de mise en œuvre connexe Septembre 2012 Table des

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

H - DOMAINES SPECIFIQUES

H - DOMAINES SPECIFIQUES Sécurité sanitaire des aliments Contexte réglementaire des aliments santé 126 353 4 janvier-12 ENITA BORDEAUX Données actuelles en nutrition humaine 126 354 3 janvier-12 ENITA BORDEAUX Comportement alimentaire

Plus en détail

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ Bovins du Québec, aout 2010 La biosécurité / Une assurance santé animale? Nathalie Côté, agronome Fédération des producteurs de bovins du Québec Le terme biosécurité revient à la mode et évoque parfois

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP)

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 59 Chapitre 11 Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 11.1 PRINCIPES DE BASE DE L HACCP... 59 11.2 APPLICATION DES PRINCIPES HACCP À LA PURIFICATION DES MOLLUSQUES BIVALVES...

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI n 2006-030 du 24 novembre 2006 relative à l élevage à Madagascar L Assemblée nationale

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE Direction Départementale de la Protection des Populations De Seine-Saint-Denis (DDPP 93) - Immeuble l Européen - 5 et 7 promenade Jean

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Ordre du Président de la République Populaire de Chine ( o. 9) Loi de Sécurité Alimentaire de la République Populaire de Chine

Ordre du Président de la République Populaire de Chine ( o. 9) Loi de Sécurité Alimentaire de la République Populaire de Chine Ordre du Président de la République Populaire de Chine ( o. 9) La «Loi de Sécurité Alimentaire de la République Populaire de Chine» qui a été adoptée le 28 février 2009 au cours de la 7 e session du Comité

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1

Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1 Annexe 4 Bonnes pratiques de fabrication des produits pharmaceutiques : Principes généraux 1 Note d introduction Généralités Glossaire Gestion de la qualité dans l industrie pharmaceutique : principes

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE

ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE Séance académique du 24 novembre 2011 Evolution de l inspection en abattoir au vu de l amélioration de la santé des cheptels et des technologies d abattage Dr pascale GILLI-DUNOYER

Plus en détail

Objectifs réalisations 2013

Objectifs réalisations 2013 Center of Expertise on Antimicrobial Consumption and Resistance in Animals Objectifs réalisations 2013 CC 27/11/2012 Objectifs 2013 et état d avancement 1. La sensibilisation des vétérinaires et des éleveurs

Plus en détail

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI AOÛT 2007 Ce document est une synthèse de cette nouvelle réglementation en matière de sécurité des aliments à destination des diététiciens. Il a été validé par le comité

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 «Collaboration entre le GIPAC et les services vétérinaires pour promouvoir

Plus en détail

Concept d inspection et de certification

Concept d inspection et de certification Concept d inspection et de certification Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Introduction et documents normatifs... 3 2 Champ d application et définitions... 3 2.1 Producteur:... 3

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Dr pascale GILLI-DUNOYER Chef du bureau des établissements d abattage et de découpe SDSSA DGAL Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr

Dr pascale GILLI-DUNOYER Chef du bureau des établissements d abattage et de découpe SDSSA DGAL Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE Séance académique du 07 Juin 2012 EVOLUTION DE L INSPECTION DANS LES ABATTOIRS DE VOLAILLES EN FRANCE Dr pascale GILLI-DUNOYER Chef du bureau des établissements d abattage

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015.

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015. LABO CE A Pl ouf r agan ( 22) Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire Dossier de presse Inauguration 6 mars 2015 Contacts presse Conseil général des Côtes d'armor Caroline

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA GESTION DES ALERTES D ORIGINE ALIMENTAIRE

GUIDE D AIDE À LA GESTION DES ALERTES D ORIGINE ALIMENTAIRE GUIDE D AIDE À LA GESTION DES ALERTES D ORIGINE ALIMENTAIRE entre les exploitants de la chaîne alimentaire et l'administration lorsqu'un produit ou un lot de produits est identifié version révisée du 02/07/2009

Plus en détail

Les services vétérinaires français

Les services vétérinaires français Dans le cadre de leurs actions au sein du ministère de l'agriculture et de la Pêche, les services vétérinaires sont amenés à travailler avec leurs homologues étrangers, dont les structures administratives

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

LA VISION DU SECTEUR PRIVÉ SUR LES NORMES PRIVÉES

LA VISION DU SECTEUR PRIVÉ SUR LES NORMES PRIVÉES LA VISION DU SECTEUR PRIVÉ SUR LES NORMES PRIVÉES QUELQUES APPROCHES SUSCEPTIBLES DE RÉDUIRE LES CONFLITS ACTUELS ET FUTURS ENTRE LES NORMES PUBLIQUES ET LES NORMES PRIVÉES Michael Robach Président du

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail