P Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P05 22-08-2006. Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel. [Experts et inspecteurs]"

Transcription

1 [Experts et inspecteurs] P Richard Hartless Building Research Establishment, BRE UK Exigences pour les experts et les inspecteurs, état actuel L'objectif de ce document est de donner des conseils pour l application de l'article 1 de la directive pour la Performance Energétique des Bâtiments (PEB) qui a trait aux exigences relatives aux experts et aux inspecteurs. Il présente l'interprétation des exigences et résume les progrès des Etats Membres pour la mise en œuvre de la directive. 1 > Les exigences de la directive PEB L'article 1 de la directive PEB indique que : «Les États membres s assureront que la certification des bâtiments, l'élaboration des recommandations qui l'accompagnent et l'inspection des chaudières et des systèmes de climatisation soient exécutées de manière indépendante par des experts qualifiés et/ou agréés, qu'ils agissent à titre individuel ou qu'ils soient employés par des entreprises publiques ou privées». En outre, la section 1 de la directive PEB précise que le calcul de la performance énergétique des bâtiments doit être «réalisé par des experts qualifiés et/ou agréés, dont l'indépendance devra être garantie sur la base de critères objectifs». La section 1 continue comme suit: " «[ceci] contribuera à l'homogénéisation des règles en ce qui concerne les efforts déployés dans les États Membres pour économiser l'énergie dans le secteur des bâtiments et permettra aux propriétaires ou utilisateurs potentiels d avoir une vision claire de la performance énergétique sur le marché immobilier communautaire». L'article 1 est donc un mécanisme clé afin permettre l application de l'article 7 (Certification de la performance énergétique des bâtiments) ainsi que des articles 8 (Inspection des chaudières et des systèmes de chauffage) et 9 (Inspection des systèmes de climatisation). De plus, l'article 1 facilite implicitement l application des articles 4, 5 et 6 qui concernent la fixation d'exigences en matière de performance énergétique pour les bâtiments neuf et les bâtiments existants de grande taille qui font l'objet de travaux de rénovation importants.

2 L article 15 (Transposition) de la directive permet aux Etats Membre de retarder l application des articles 7, 8 et 9 jusqu'à trois ans s'ils ne disposent pas d'experts qualifiés et/ou agréés pour entreprendre les activités exigées de certification et d'inspection. Si un Etat Membre a recours à cette possibilité, il doit en informer la Commission et fournir les justifications appropriées ainsi qu'un calendrier relatif à la mise en œuvre de la directive. 2 > Importance de l Article 1 L'article 1 est d une importance majeure puisque la mise en œuvre de la directive PEB en dépend fortement. Les propriétaires ou les utilisateurs potentiels du bâtiment doivent avoir confiance dans les certificats de performance énergétique et les inspections des installations techniques des bâtiments ainsi que dans les rapports et les recommandations les accompagnants. En effet, d importantes décisions d'investissement et des transactions immobilières seront basées sur des recommandations faites par les experts indépendants de la directive PEB. Il s agit également de protéger les consommateurs et il existe un risque majeur de fraude si les conditions requises des articles 7, 8 et 9 ne sont pas considérées d'une manière indépendante. 3 > Manière indépendante Une expression clé dans Article 1 est «manière indépendante». Suivant le principe de subsidiarité les Etats Membre sont libres de définir ce que ceci signifie, à conditions que la Commission considère que cela réponde toujours aux exigences de la directive. Certains Etats membres définissent cette condition comme exigeant la certification du bâtiment et/ou l'inspection des installations, à entreprendre par une personne entièrement indépendante du propriétaire ou du locataire du bâtiment. Une approche alternative adoptée dans d autres Etats membres permet l «auto-certification» par un expert agréé employé directement par le propriétaire ou par le locataire du bâtiment. Dans la plupart des cas, l'auto-certification se fait dans le cadre d un système d'assurance qualité accrédité par le gouvernement afin de s'assurer que celle-ci soit uniquement réalisée par des «personnes compétentes», suffisamment qualifiées. A condition que les Etats Membres établissent des procédés réglementés permettant l accréditation d experts sur base de critères objectifs et de vérifications et procédures (ISO 1724 et ISO 91) garantissant une assurance de qualité, les risques et responsabilités liés à la certification de bâtiments et à l inspection des installations techniques devraient être réduits, vu que l obtention par les experts d une assurance professionnelle ne devrait pas être trop onéreuse. Cependant, si les Etats Membres n introduisent pas des exigences formelles de qualification et/ou d'accréditation il est probable que la certification des bâtiments et l'inspection des équipements techniques des bâtiments soient réalisées par des professionnels non qualifié agissant en dehors de tout cadre d assurance-qualité. Dans ce cas, il peut être difficile (voire impossible) d obtenir l'assurance professionnelle à un coût raisonnable. Ceci aura comme conséquence des responsabilités majeures (potentiellement non-assurables) pour les experts en bâtiments et/ou les inspecteurs d installations techniques. EPBD Buildings Platform > P5 - FR (final).doc 2

3 4 > Exigences de formation Total stock (millions) Austria Belgium Denmark Finland France Germany Greece Ireland Italy Luxembourg Netherlands Portugal Spain Sweden United Kingdom Annual construction rate (thousands) Chaque Etat Membre a le droit d'appliquer différents critères de qualification. L'article 1 de la directive PEB précise que les professionnels doivent être «experts qualifiés et/ou agréés». Ceci implique qu'aucune qualification formelle spécifique n'est exigée si l'expert indépendant est «agréé». Total stock Construction rate Logements dans l UE-15 (22). Consumption per dwelling (toe) Austria Belgium Denmark Finland France Germany Greece Ireland Italy Luxembourg Netherlands Norway Portugal Spain Sweden United Kingdom Consommation par appartement pour le chauffage dans l UE-15. Puisque les conditions d'accréditation ne sont pas définies dans la directive PEB, chaque Etat Membre est susceptible d'établir différents critères pour l'accréditation des experts indépendants. Ceci peut ou non inclure une preuve de compétence par un examen et/ou le développement de nouvelles qualifications nationalement reconnues. 5 > Nombre d experts et d'inspecteurs requis Afin de déterminer la procédure et le calendrier de l application des articles de 7 à 9 pour que les exigences de l'article 1 soient également satisfaites, un Etat Membre doit définir non seulement la «manière indépendante» et les critères de qualification des experts indépendants mais il doit également évaluer le nombre de certifications et d'inspections exigées afin de garantir que les objectifs visés sont réalistes. Ceci déterminera si les ressources existantes sont adaptées ainsi que le nombre d experts et d'inspecteurs qui devraient suivre une formation. Le nombre de certifications pour des bâtiments neufs dépendra du taux annuel de construction; que des certificats soient exigés pour chaque appartement individuel ou non, ainsi que le niveau existant de certification (par exemple, quelques Etats Membres ont déjà institué une certification obligatoire pour les bâtiments d habitation neufs). Le nombre de certifications pour les bâtiments existants dépendra du taux annuel de vente et de location (dans les deux cas, lorsqu une qu une certification est exigée). En outre, des certificats de performance énergétique sont exigés pour de grands bâtiments «publics». (C.-à-d. surface utile totale >1m2). Plus d informations sur la certification des bâtiments dans le contexte de l'article 7 sont présentées dans le document informatif P3. org/ Le nombre annuel d'inspections des installations techniques des bâtiments sera déterminée par la dimension des chaudières et les stocks de systèmes de climatisation déterminées par l'estimation du rendement, du type de carburant et l âge, tes que spécifié dans les articles 8 et 9. Une question clé est alors de savoir si un Etat Membre choisit de mettre en application l'article 8(a) (c.-à-d. inspection obligatoire des chaudières et des systèmes de chauffage) ou l'article 8(b) (c.-à-d. la clause relative aux conseils en matière d'efficacité énergétique, proposé comme alternative équivalente). Le choix des Etats Membres sera influencé par l'importance des exigences actuelles qu un certain nombre d Etats ont déjà en matière d 'inspection des chaudières. Pour plus d informations sur l'inspection des chaudières et des systèmes de climatisation veuillez consulter la section Helpdesk/FAQ du site internet de la plateforme DPEB et dans le document d information P4. 6 > Projets européens soutenant la mise en place de l'article 1 Il existe dix projets SAVE en cours dans le cadre du programme Energie Intelligente en Europe (IEE) qui soutiennent l application de la directive PEB et les résultats d un bon nombre d'entre eux sont d'importance pour l'article 1, en particulier la formation. Le document d information P1 EPBD Buildings Platform > P5 - FR (final).doc 3

4 donne une synthèse complète de tous ces projets parmi lesquels quatre sont d un grand intérêt: ENPER-EXIST (Appliquant la Directive PEB pour améliorer les conditions énergétiques requises dans les bâtiments existants) entre autres objectifs, ce projet vise à obtenir une meilleure connaissance des actions sur l ensemble des bâtiments européens et s occupera de problèmes organisationnels tels que l'application de la certification au marché du bâtiment. BUDI (Action pilote pour le développement et la mise en place des certificats de performance énergétique)- ce projet a plusieurs objectifs, notamment: le développement de formations pour experts indépendants afin d assurer un nombre suffisant d'experts qualifiés ; le développement de directives, la mise en place de procédures d assurance qualité, ainsi que de procédures d'accréditation. EEBD (Electronic Energy Buildings Directive)- l'objectif principal de ce projet est de développer un outil internet dynamique pour la formation professionnelle. EPLabel (programme permettant de fournir des certificats énergétiques pour l'affichage dans les bâtiments publics en Europe avec une visée d'harmonisation) un des objectifs de ce projet est développer une infrastructure de distribution comprenant des programmes de formation, l'assurance de la qualité et un site internet. 7 > Progrès des Etats Membres pour l application des exigences relatives à la certification et à l'inspection Comme présenté ci-avant, les Etats Membres doivent faire face à un grand nombre de questions pour permettre l application des conditions relatives à la certification et à l'inspection. Par conséquent, la plupart des Etats proposent d introduire les mesures nécessaires de manière progressive au cours de la période prolongée de trois ans et un certain nombre d ente eux doivent encore prendre des décisions finales. L'inspection des systèmes de climatisation constitue un défi particulier puisque c est là qu il y a peutêtre le plus grand décalage entre les exigences de la directive PEB et la pratique en vigueur dans les Etats Membres. L'inspection des chaudières et la certification des bâtiments existants exigent également de la part de certains Etats de former un grand nombre d inspecteurs et d experts suffisamment qualifiés. En matière de certification des bâtiments la plupart des Etats Membres exigeront des experts d'avoir une qualification minimum d'ingénierie ou d architecture, et certains exigeront également d'autres qualifications et/ou une expérience correspondante. En ce qui concerne les inspections des systèmes de chauffage et de climatisation plusieurs 'Etats Membres proposent d'employer des ingénieurs conseil et du personnel de maintenance, et là où de tels procédures sont déjà bien établies les Etats emploieront des ramoneurs pour entreprendre l inspections des chaudières. En ce qui concerne l'accréditation, les Etats Membres feront appel tant à des institutions gouvernementales qu à des tiers. Dans les rares cas où le gouvernement remplit ce rôle, de nouveaux corps doivent être créés, et dans un certain nombre de cas la responsabilité est déléguée à un niveau régional/local. Lorsqu il est fait appel à des tiers, il s agira alors d associations professionnelles existantes ou des Agences pour l Energie, ou des corps spécialement formés, approuvés par le gouvernement. L Action Concertée de la directive PEB (EPBD CA), subsidiée par le programme Energie Intelligente pour l Europe (IEE), constitue une initiative importante pour favoriser le dialogue entre les Etats Membres et EPBD Buildings Platform > P5 - FR (final).doc 4

5 les aider dans la mise en œuvre de la directive PEB. Les participants de l action concertée (AC) sont des représentants de ministères nationaux ou d instances gouvernementales affiliées en charge de la préparation du cadre technique, légal et administratif pour la transposition de la Directive PEB dans leur propre pays. Le plan de travail de l AC est organisé autour d'une série de huit réunions (de janvier 25 à juin 27), avec la participation de presque tous les Etats Membres. La 6ème réunion qui a eu lieu en septembre 26 (Finlande) a particulièrement mis l'accent sur la formation et l'indépendance des experts et des inspecteurs. Pour plus d'informations veuillez visiter le site internet de la CA : La plateforme pour la Directive PEB a été lancée par la Commission Européenne dans le cadre du programme «Energie intelligente pour l'europe», Elle est coordonné par INIVE EEIG (www.inive.org), au nom de la DG Transport et Energie. Les informations contenues dans cette publication font l objet d une clause de non responsabilité et d une déclaration concernant les droits d auteurs ; voir : European Communities, 26 La reproduction est autorisée si la source est reconnue EPBD Buildings Platform > P5 - FR (final).doc 5

Synthèse sur. l Action Concertée. de soutien à la transposition et à la mise en œuvre de la Directive 2002/91/EC CA EPBD (2005 2007)

Synthèse sur. l Action Concertée. de soutien à la transposition et à la mise en œuvre de la Directive 2002/91/EC CA EPBD (2005 2007) Synthèse sur l Action Concertée de soutien à la transposition et à la mise en œuvre de la Directive 2002/91/EC CA EPBD (2005 2007) 21 Member States Austria, Belgium, Cyprus, Denmark, Estonia, Finland,

Plus en détail

www.ef4.be 1 Assises de l Energie 2007 Liège, 10-11/10/2007 La directive Performance Energétique des Bâtiments Engagements énergie

www.ef4.be 1 Assises de l Energie 2007 Liège, 10-11/10/2007 La directive Performance Energétique des Bâtiments Engagements énergie La directive Performance Energétique des Bâtiments Quelles spécificités de la transposition dans chacune des Régions Engagements énergie Dir 93/76/CEE SAVE Dir 2002/91/CE Paquet énergie : 20% de CO 2 en

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes 4.1.2003 L 1/65 DIRECTIVE 2002/91/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments LE PARLEMENT EUROPÉEN ET LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu le

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

Directives européennes en lien avec l efficacité énergétique

Directives européennes en lien avec l efficacité énergétique Directives européennes en lien avec l efficacité énergétique Le 12 juillet 2011 Ministère Ministère de l'écologie, de du du Développement durable, des des Transports et et du du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

ENV 1993 1 1 ANB. EC1 Eurocode EN 1994 1 2

ENV 1993 1 1 ANB. EC1 Eurocode EN 1994 1 2 Implémentation des EUROCODES 3 et 4 en Belgique r.debruyckere@seco.be 18 novembre 2010 ENV 1993 1 1 ANB EC1 Eurocode NAD, DAN EC4 EN 1994 1 2 EC3 1. Un petit peu d histoire 2. Les Eurocodes en Europe 21ENV

Plus en détail

Gérer la chaîne de distribution du crédit

Gérer la chaîne de distribution du crédit Gérer la chaîne de distribution du crédit Maîtriser son portefeuille clients Plate-forme Internationale Credit Management Solutions Une organisation à la hauteur de notre réputation Qui s appuie sur :

Plus en détail

En France, 57 cas confirmés (et 25 possibles) au 4 juin 2009, dont 31 (55%) rapportés au cours des 6 derniers jours, les 2 premiers cas ayant été

En France, 57 cas confirmés (et 25 possibles) au 4 juin 2009, dont 31 (55%) rapportés au cours des 6 derniers jours, les 2 premiers cas ayant été En France, 57 cas confirmés (et 25 possibles) au 4 juin 2009, dont 31 (55%) rapportés au cours des 6 derniers jours, les 2 premiers cas ayant été confirmés le 2 mai. Pour mémoire, le H5N1, au 15 mai 2009

Plus en détail

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014

Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Comité réglementation et simplification du conseil national de l industrie 16 mai 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique Yann MENAGER

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique

Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique Partageons le succès de nos expériences Comment financer sa stratégie d efficacité énergétique Pascal Lesage Directeur Commercial 06 86 68 85 92 01 41 42 33 95 14 Novembre 2014 5 domaines d intervention

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Formation prise de conscience de l Environnement

Formation prise de conscience de l Environnement Formation prise de conscience de l Environnement Objectifs Satisfaire aux exigences de la formation ISO 14001 Formation et connaissances nécessaires aux activités actuelles et futures Impliquer tout le

Plus en détail

Colloque USINE+ 6 octobre 2015. L audit énergétique en application du code de l énergie

Colloque USINE+ 6 octobre 2015. L audit énergétique en application du code de l énergie Colloque USINE+ 6 octobre 2015 L audit énergétique en application du code de l énergie Laurent CADIOU Direction générale de l énergie et du climat Ministère de l écologie, du développement durable et de

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire.

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire. Le présent document est une traduction du guide 8.4, dont l original en anglais est disponible sur le site Internet de WELMEC (www.welmec.org). Pour tout problème d interprétation, il est nécessaire de

Plus en détail

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2 Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments 12/06/2014 - Version V2 1. Contexte... 2 2. Objectif de la directive de la CEDEAO relative à l efficacité énergétique dans les bâtiments...

Plus en détail

Carnet de garantie et de Service pour votre Moteur Hors-bord

Carnet de garantie et de Service pour votre Moteur Hors-bord Carnet de garantie et de Service pour votre Moteur Hors-bord Sommaire Sommaire... 2 Enregistrement de garantie... 3 Introduction... 4 ORGANISATION DE LA GARANTIE SUZUKI... 5 Livraison de votre nouveau

Plus en détail

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français:

BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français: BELAC 2-201 Rev 5-2006 CRITERES GENERAUX ET LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME NBN EN ISO/IEC 17020 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION CANDIDATS A UNE ACCREDITATION. Note valable uniquement

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS Présentation générale du cadre juridique européen et régional Thomas HAUZEUR 15 septembre 2011 PEB en UE: Directive 2002/91/CE Premier cadre harmonisé en matière

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

Rapport France 2015: politiques de recherche et d'innovation

Rapport France 2015: politiques de recherche et d'innovation Rapport France 2015: politiques de recherche et d'innovation Marnix Surgeon, Chef d'unité adjoint Commission Européenne DG Recherche et Innovation Unité A.4: Suivi et analyse des politiques nationales

Plus en détail

MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC

MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC MODALITÉS ADMINISTRATIVES RELATIVES AUX CONDITIONS ET MODALITÉS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE L'ORDRE DES COMPTABLES AGRÉÉS DU QUÉBEC (version révisée août 2011) 1. Les termes suivants signifient : Section

Plus en détail

Financer en capital les entreprises innovantes

Financer en capital les entreprises innovantes Financer en capital les entreprises innovantes CDC Entreprises, acteur majeur du capital investissement pour les PME de croissance 18 Janvier 2011 Présentation au CAS Véronique JACQ CDC Entreprises dédiée

Plus en détail

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric

Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights. Schneider Electric Evolution des réglementations et contribution de l offre Facility Insights Evolution des réglementations Directive européenne : European Energy Directive (EED) Loi DDADUE Audit ISO50001 RT2012 Un environnement

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1- Introduction 2- Passez commande 3- Informations produits 4- Prix 5- Disponibilité 6- Mode de livraison 7- Paiement sécurisé 8- Droit de rétractation. Satisfait ou remboursé

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique RENCONTRE SOLUTIONS ENERGIE ENTREPRISE CCI Grand Lille, 20 mai 2014 Atelier «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Transposition de l article 8 de la directive européenne

Plus en détail

Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation

Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation 1 Organisation du marché de l électricité et du gaz naturel Performance énergétique des bâtiments d habitation Conférence de presse du Ministre de l Economie et du Commerce extérieur Luxembourg, le 22

Plus en détail

ANALYSE DU MARCHE (PROJET EUROPÉEN BUDI) DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE

ANALYSE DU MARCHE (PROJET EUROPÉEN BUDI) DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE (PROJET EUROPÉEN BUDI) ANALYSE DU MARCHE DANS LA REGION RHONE-ALPES Novembre 2005 Rédigé par RAEE Table des matières

Plus en détail

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe

Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe La Défense, 18 novembre 2013 Stimuler la rénovation des bâtiments Un aperçu des bonnes pratiques en Europe Bogdan Atanasiu Buildings Performance Institute Europe Bogdan.Atanasiu@bpie.eu @BPIE_eu Exigences

Plus en détail

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes L'image sur la page précédente représente les deux pôles dans le système de gestion de

Plus en détail

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco)

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Concevez un centre de données flexible à même de répondre

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Les énergies renouvelables : La problématique du XXIème siècle

Les énergies renouvelables : La problématique du XXIème siècle Les énergies renouvelables : La problématique du XXIème siècle Sophie MERITET sophie.meritet@dauphine.fr Rencontres Doctorales Euro-méditerranéennes Droit / Economie / Gestion de l'environnement et du

Plus en détail

Strasbourg, 15 April 2014 T-PD-BUR(2013)02 rev5

Strasbourg, 15 April 2014 T-PD-BUR(2013)02 rev5 Strasbourg, 15 April 2014 T-PD-BUR(2013)02 rev5 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L ÉGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ DES DONNÉES A CARACTÈRE PERSONNEL (T-PD) ELEMENTS

Plus en détail

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque under the Act sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

Loi de 2005 sur les collèges privés d'enseignement professionnel. Questions et réponses supplémentaires sur la formation au pilotage

Loi de 2005 sur les collèges privés d'enseignement professionnel. Questions et réponses supplémentaires sur la formation au pilotage Juin 2007 Loi de 2005 sur les collèges privés d'enseignement professionnel Questions et réponses supplémentaires sur la formation au pilotage 1. Quelles sont les exigences de la Loi de 2005 sur les collèges

Plus en détail

ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012

ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012 ÉVALUATION FONCIÈRE DE TERRAINS À DES FINS DE CONSERVATION 12 OCTOBRE 2012 PRÉSENTATION DE Jack Miller, AACI, Président du Comité d'examen des évaluations Programme des dons écologiques Luc Robillard,

Plus en détail

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act Liste de pays auxquels le Canada accorde la protection réciproque sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Simona NEACȘU, inspectrice du travail Daniela Mircea, inspectrice du travail Tél. : 004021 302 70 54, E-mail : simona.neacsu@inspectiamuncii.ro

Plus en détail

Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014

Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014 Réunion sur l audit réglementaire énergétique 9 septembre 2014 Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relatif à l obligation d audit énergétique La directive 2012/27/UE relative

Plus en détail

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL 1.6.2011 Journal officiel de l Union européenne C 162/1 IV (Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL Résolution du Conseil et des représentants

Plus en détail

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS JUMELAGE DE VILLES DG Éducation et culture Programme d action communautaire pour la promotion de la citoyenneté européenne active RENCONTRES DE CITOYENS Appel de propositions DG EAC n 25/05 Jumelage de

Plus en détail

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC

L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC L'accréditation en Europe par D. PIERRE, Directeur du COFRAC I - Les enjeux Les entreprises sont amenées à faire appel à de multiples organismes ou laboratoires, à des fins réglementaires ou volontaires,

Plus en détail

33 Fédérations. Infrastructures européennes Vision européenne du réseau et investissements innovants Christine Le Forestier

33 Fédérations. Infrastructures européennes Vision européenne du réseau et investissements innovants Christine Le Forestier FÉDÉRATION DE L INDUSTRIE EUROPÉENNE DE LA CONSTRUCTION Elément s d identit é Infrastructures européennes Vision européenne du réseau et investissements innovants Christine Le Forestier 03.02.2015 ENTERPRISES

Plus en détail

Government Keynote Address. Borislav Stefanov, Executive Director, InvestBulgaria Agency (IBA)

Government Keynote Address. Borislav Stefanov, Executive Director, InvestBulgaria Agency (IBA) Government Keynote Address Borislav Stefanov, Executive Director, InvestBulgaria Agency (IBA) La Bulgarie climat d investissement et opportunités d affaires Novembre 2012 Indicateurs macro-économiques

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/020 DÉLIBÉRATION N 15/007 DU 3 MARS 2015 RELATIVE À L'ACCÈS À LA BANQUE DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL E-PV PAR

Plus en détail

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Jean-Pierre ROPTIN DREAL Basse-Normandie Division Energie-Air-Climat du 8 septembre 2009 Séminaire Document de stratégie régional du MEEDDM 1

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

WEST AFRICAN HEALTH ORGANISATION OUEST AFRICAINE DE LA SANTE

WEST AFRICAN HEALTH ORGANISATION OUEST AFRICAINE DE LA SANTE WEST AFRICAN HEALTH ORGANISATION ORGANISATION ORGANIZAÇÂO OUEST AFRICAINE DE LA SANTE OESTE AFRICANA DA SAUDE Bobo-Dioulasso le 20 juillet 2015 AVIS A MANIFESTATION D'INTERET a! Référence: FMrrEND/AMI/201S/003

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

AGREMENT DES CERTIFICATEURS QUI ETABLISSENT UN CERTIFICAT PEB OU UN CERTIFICAT PEB BATIMENT PUBLIC

AGREMENT DES CERTIFICATEURS QUI ETABLISSENT UN CERTIFICAT PEB OU UN CERTIFICAT PEB BATIMENT PUBLIC AGREMENT DES CERTIFICATEURS QUI ETABLISSENT UN CERTIFICAT PEB OU UN CERTIFICAT PEB BATIMENT PUBLIC 1. LA BASE LEGALE En application de la Directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Qu est ce que la gestion active? Définition de Wikipédia La «gestion d'actifs», sous entendu d'actifs financiers (aussi

Plus en détail

Certification de produits

Certification de produits Certification de produits Eric ROUAIX Bureau Veritas Sommaire Introduction à Bureau Veritas Définition et principes de lévaluation de conformité Les enjeux de la certification Quid de la certification

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

COM(2013) 831 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013

COM(2013) 831 final QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 2 décembre 2013 Le 2 décembre 2013 COM(2013) 831 final ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 2 décembre

Plus en détail

Manuel didactique LOGICIEL PEB

Manuel didactique LOGICIEL PEB Manuel didactique LOGICIEL PEB Mise à jour de la version 6.0 PAGE 1 SUR 10 Logiciel PEB: Mise à jour V6.0 1/2/2015 Contenu 1. Introduction... 3 2. CoBrACE... 4 2.1. 2.2. 2.3. Les unités assimilées à du

Plus en détail

Convention sur le recrutement et le placement des gens de mer

Convention sur le recrutement et le placement des gens de mer Convention sur le recrutement et le placement des gens de mer Convention concernant le recrutement et le placement des gens de mer (Entrée en vigueur: 22 avr. 2000) Adoption: Genève, 84ème session CIT

Plus en détail

Commission de la construction du Québec 2012-11-08

Commission de la construction du Québec 2012-11-08 de la construction 1 Contenu de la session... L'industrie de la construction Rôles et mandats de la CCQ Les conventions collectives et la Loi R-20 Enregistrement d'entreprise Certificats de compétence

Plus en détail

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 17065 Première édition 2012-09-15 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services Conformity assessment Requirements

Plus en détail

Audit énergétique et ISO 50001 : l amélioration pérenne de votre efficacité énergétique

Audit énergétique et ISO 50001 : l amélioration pérenne de votre efficacité énergétique Audit énergétique et ISO 50001 : l amélioration pérenne de votre efficacité énergétique 11 mars 2015 Hicham LAHMIDI Responsable Développement & Méthodes Energie - Copyright Bureau Veritas Le contexte réglementaire

Plus en détail

Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance

Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance Servir l avenir Une initiative d EUREKA et de la Commission européenne, destinée aux Pme innovantes à fort potentiel de croissance Les TIC dans Horizon 2020-22 janvier 2014 01. 02. Présentation générale

Plus en détail

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie

DROITS DES CONSOMMATEURS. d énergie européens. Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie. Énergie DROITS DES CONSOMMATEURS d énergie européens Ce que la législation européenne apporte aux consommateurs d énergie Énergie 1 Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux

Plus en détail

L EFFICACITÉ à cœur. Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes 3 mars 2015 AUDIT ENERGETIQUE REGLEMENTAIRE

L EFFICACITÉ à cœur. Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes 3 mars 2015 AUDIT ENERGETIQUE REGLEMENTAIRE L EFFICACITÉ à cœur WWW.UTILITIES-PERFORMANCE.COM -Propriété exclusive de UTILITIES PERFORMANCE. Reproduction interdite sans autorisation. Mars 2015 CCI Rennes 1 Réunion «Transition énergétique» CCI Rennes

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures

Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures Règlement et procédure de justification pour l attribution du label MINERGIE pour modules Murs et toitures Edition juin 2009 Table des matières 1. Terminologie... 3 1.1 MINERGIE... 3 1.2 Modules MINERGIE...

Plus en détail

commission du codex alimentarius

commission du codex alimentarius commission du codex alimentarius ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ BUREAU CONJOINT : Via delle Terme di Caracalla 00100 ROME Tél. : 39.06.57051

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME EN ISO/IEC 17020 :2012 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION

LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME EN ISO/IEC 17020 :2012 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION BELAC 2-201 Rev 6-2015 LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME EN ISO/IEC 17020 :2012 PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION Note valable uniquement pour la version en français: Le terme "inspection"

Plus en détail

Produire des Publicités, Les Principes d Engagement Universels

Produire des Publicités, Les Principes d Engagement Universels Produire des Publicités, Les Principes d Engagement Universels Les sociétés de production sont engagées par les agences dans le seul but d'appliquer leurs compétences uniques, savoir-faire particuliers

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

Motovariateur électronique

Motovariateur électronique NEW D Motovariateur électronique Gamme Drivon, conçu pour différents types d applications (notamment les pompes, les ventilateurs et convoyeurs), est fabriqué avec des composants de haute fiabilité. Il

Plus en détail

Directive (suite) Acquisition de biens meubles, de services et gestion de contrats DIR-08. Page 2 de 12. Titre. Numéro 963-0340 (98-05) E FRM

Directive (suite) Acquisition de biens meubles, de services et gestion de contrats DIR-08. Page 2 de 12. Titre. Numéro 963-0340 (98-05) E FRM Page 2 de 12 1.7 Biens ou services supplémentaires Biens ou services dont le besoin d'acquisition est non nécessaire à l'exécution de l objet du contrat. 1.8 Contenu québécois Part des coûts des matériaux,

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Click to edit Master title style. Yann Ferouelle yannfer@microsoft.com Microsoft France

Click to edit Master title style. Yann Ferouelle yannfer@microsoft.com Microsoft France Click to edit Master title style Yann Ferouelle yannfer@microsoft.com Microsoft France Click Les challenges to edit Master informatiques title style Microsoft Cloud? Manque d agilité pour parvenir à déployer

Plus en détail

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET D ÉVALUATION (CVÉ) DU 25 SEPTEMBRE 2008.

COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET D ÉVALUATION (CVÉ) DU 25 SEPTEMBRE 2008. ÉVALUATION DE LA POLITIQUE DE 1996 SUR LE LOGEMENT DANS LES RÉSERVES (200750) DATE D APPROBATION DU CVÉ: 25/04/2008 POLITIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES ET OPÉRATIONS RÉGIONALES 1. L AINC profite de l évaluation

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES CONSTATATIONS DU RAPPORT D'AUDIT DE L'ASSURANCE DE LA QUALITÉ DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES CONSTATATIONS DU RAPPORT D'AUDIT DE L'ASSURANCE DE LA QUALITÉ DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA RÉSUMÉ DES PRINCIPALES CONSTATATIONS DU RAPPORT D'AUDIT DE L'ASSURANCE DE LA QUALITÉ DE L'UNIVERSITÉ D'OTTAWA OCTOBRE 2013 Résumé des principales constatations du rapport d'audit de l'assurance de la qualité

Plus en détail

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité

Veiligheidscoördinatoren Coordinateurs de Sécurité 28 MARS 2007. - Arrêté royal relatif à l'agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d'enlèvement au cours desquels de grandes quantités d'amiante peuvent être libérées

Plus en détail

SQ 901 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Qualité EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE

SQ 901 Indice D. Application Ferroviaire Spécification Qualité EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE SQ 901 Indice D Application Ferroviaire Spécification Qualité OBTENTION DE LA QUALITE DES PRODUITS ACHETES PAR LA SNCF EXIGENCES EN MATIERE DE SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE ET DE PLAN QUALITE Édition

Plus en détail

Les énergies renouvelables en Europe vers un vrai départ en France?

Les énergies renouvelables en Europe vers un vrai départ en France? Les énergies renouvelables en Europe vers un vrai départ en France? Samuel Furfari Chef d unité adjoint s Commission européenne S. Furfari Commission européenne, 1 Bénéfices des énergies renouvelables

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32.

1 JO no C 24 du 31. 1. 1991, p. 3. 2 JO no C 240 du 16. 9. 1991, p. 21. 3 JO no C 159 du 17. 6. 1991, p. 32. Directive 91/533/CEE du Conseil, du 14 octobre 1991, relative à l'obligation de l'employeur d'informer le travailleur des conditions applicables au contrat ou à la relation de travail Journal officiel

Plus en détail

ENplus. Certification de Qualité des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. 5 e partie: Organisation

ENplus. Certification de Qualité des Granulés de Bois. Référentiel ENplus. 5 e partie: Organisation ENplus Certification de Qualité des Granulés de Bois Référentiel ENplus 5 e partie: Organisation Version 3, Août 2015 Editeur: European Pellet Council (EPC): Conseil Européen du Granulé c/o AEBIOM - Association

Plus en détail

Resultats France. Alison Fennah, VP Research & Marketing, IAB Europe. 28 juin 2012

Resultats France. Alison Fennah, VP Research & Marketing, IAB Europe. 28 juin 2012 Resultats France Alison Fennah, VP Research & Marketing, IAB Europe 28 juin 2012 Sommaire 1. Introduction Background Couverture et méthodologie 2. Enseignements clés L évolution des médias Internet à tout

Plus en détail

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme L article D. 324-1 du Code de tourisme définit les meublés de tourisme comme étant : «Des villas, appartements, ou studios meublés, à l'usage exclusif

Plus en détail

Assima. Multilingual Suite. Interface Multilingue Dynamique

Assima. Multilingual Suite. Interface Multilingue Dynamique Assima Multilingual Suite Interface Multilingue Dynamique Comment relevez-vous les défis internationaux de votre compagnie? Votre infrastructure IT vous permet-elle de piloter votre business? Une présence

Plus en détail

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI

Règles relatives à la qualification des produits de sécurité par la DCSSI Secrétariat général de la défense nationale Paris, le 26 février 2004 N 000451/SGDN/DCSSI/SDR Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Règles relatives à la qualification des produits

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

ISO 50001 "Systèmes de management de l énergie"

ISO 50001 Systèmes de management de l énergie ISO 50001 "Systèmes de management de l énergie" Une démarche reconnue pour améliorer sa performance énergétique et renforcer sa compétitivité Dans le contexte économique et environnemental actuel, la performance

Plus en détail

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients?

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Paul Landais Université Montpellier 1 Responsable de la Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR) Co-coordonnateur

Plus en détail

Présentation du paquet «climat / énergie»

Présentation du paquet «climat / énergie» Présentation du paquet «climat / énergie» Atelier de travail concernant le paquet «climat / énergie» Luxemburg, le 28 février 2008 1 1 Objectifs au niveau de l Union européenne Émissions CO 2 CADRE ACTUEL

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE STRATEGIE MARKETING DANS LA REGION RHONE-ALPES Actualisée Décembre 2006 Rédigé par RAEE STRATEGIE DE MARKETING POUR

Plus en détail

IMPACT. Recommandations pour une bonne pratique de la certification de performance énergétique des bâtiments existants.

IMPACT. Recommandations pour une bonne pratique de la certification de performance énergétique des bâtiments existants. IMPACT Recommandations pour une bonne pratique de la certification de performance énergétique des bâtiments existants Supported by Introduction La Directive de Performance Energétique des bâtiments (EPBD)

Plus en détail

Position de la France par rapport aux autres pays. partir d EURO-PERISTAT

Position de la France par rapport aux autres pays. partir d EURO-PERISTAT Position de la France par rapport aux autres pays européens : analyses à partir d EURO-PERISTAT Béatrice Blondel Jennifer Zeitlin (coordinateur) INSERM U953, Paris European Perinatal Health Report 2010

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations

L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations L impact sur la performance énergétique de la régulation et de la GTB à travers les normes et réglementations Pierre BOISSON Pôle Automatisme et Gestion de l Energie CSTB Marne la vallée pierre.boisson@cstb.fr

Plus en détail